Recherche
  •  
  • 30 - Examen médical/bilan de santé global
  • 30.000 - examen médical global
  • 30.001 - bilan global
  • 30.002 - examen du nourrisson bien portant
  • 30.003 - examen de santé scolaire
  • 31 - Examen médical / bilan de santé partiel
  • 31.000 - examen médical partiel
  • 31.001 - bilan de santé partiel
  • 31.002 - examen d'un système corporel
  • 31.003 - dépistage d'un problème de santé
  • 31.004 - auscultation cardiaque
  • 31.005 - mesure de la pression
  • 31.006 - mesure de la température
  • 32 - Test de sensibilité
  • 32.000 - test de sensibilité
  • 32.001 - prick-test
  • 32.002 - patch test
  • 32.003 - RAST
  • 32.004 - test d'exposition aux aliments
  • 32.005 - test de provocation a la metacholine
  • 32.006 - test de Mantoux
  • 33 - Examen microbiologique/ immunologique
  • 33.000 - examen microbiologique
  • 33.001 - examen immunologique
  • 33.002 - hémoculture
  • 33.003 - culture de selles
  • 33.004 - culture des expectorations
  • 33.005 - frottis de gorge
  • 33.006 - frottis vaginal
  • 33.007 - test d'antigène
  • 33.008 - test d'anticorps
  • 33.009 - test HIV
  • 33.010 - test HPV
  • 33.011 - titrage d'anticorps
  • 33.012 - test Hépatite B
  • 34 - Analyse de sang
  • 34.000 - analyse de sang
  • 34.001 - groupe et type sanguin
  • 34.002 - vitesse de sédimentation (VS)
  • 34.003 - globules blancs (GB)
  • 34.004 - taux d'hormone sanguin
  • 34.005 - taux d'enzyme sanguin
  • 34.006 - taux de drogue sanguin
  • 34.007 - taux d'alcool sanguin
  • 34.008 - protéine C réactive (PCR)
  • 34.009 - temps de prothrombine (PTT)
  • 34.010 - D-dimères
  • 34.011 - gaz artériel
  • 34.012 - clearance de la créatinine
  • 34.013 - test de grossesse sanguin
  • 34.14 - examens biologiques de base?
  • 35 - Analyse d'urine
  • 35.000 - analyse d'urine
  • 35.001 - tigette urinaire
  • 35.002 - recherche de drogues urinaires
  • 35.003 - test de grossesse urinaire
  • 35.004 - rapport albumine/créatinine
  • 36 - Analyse de selles
  • 36.000 - analyse de selles
  • 36.001 - recherche de parasites
  • 36.002 - recherche d’œufs
  • 36.003 - recherche de kystes dans les selles
  • 36.004 - recherche de sang occulte dans les selles
  • 37 - Cytologie/histologie
  • 37.000 - cytologie-histologie
  • 37.001 - anapath-cytologie tissu
  • 37.002 - anapath-cytologie fluide
  • 37.003 - anapath-cytologie biopsie
  • 37.004 - anapath-cytologie ponction
  • 37.005 - anapath-cytologie excision
  • 37.006 - anapath-cytologie frottis
  • 37.007 - cytologie urinaire
  • 37.008 - anapath-cytologie expectoration
  • 37.009 - spermogramme
  • 38 - Autre analyse de laboratoire nca
  • 38.000 - autre analyse de laboratoire nca
  • 38.001 - dépistage chromosomique antenatal
  • 38.002 - test chromosomial
  • 38.003 - test génétique
  • 38.004 - test d’ADN
  • 38.005 - test de paternité
  • 38.006 - test respiratoire pour hélicobacter pylori
  • 38.007 - test à la sueur
  • 38.008 - test des larmes
  • 38.099 - tout autre test de laboratoire non inclus dans les rubriques 32 à 37
  • 39 - Epreuve fonctionnelle physique
  • 39.000 - epreuve fonctionnelle physique
  • 39.001 - audiométrie
  • 39.002 - champ visuel
  • 39.003 - mesure du débit urinaire
  • 39.004 - spirométrie
  • 39.005 - test calorimétrique
  • 39.006 - test de la fonction vestibulaire
  • 39.007 - test de vision des couleurs
  • 39.008 - test de vue
  • 39.009 - tonométrie
  • 39.010 - tympanométrie
  • 40 - Endoscopie diagnostique
  • 40.000 - endoscopie diagnostique
  • 40.001 - anuscopie
  • 40.002 - arthroscopie
  • 40.003 - bronchoscopie
  • 40.004 - colonoscopie
  • 40.005 - colposcopie
  • 40.006 - gastroscopie
  • 40.007 - hystéroscopie
  • 40.008 - laparoscopie
  • 40.009 - laryngoscopie
  • 40.010 - médiastinoscopie
  • 40.011 - pharyngoscopie
  • 40.012 - rectoscopie
  • 40.013 - rhinoscopie
  • 40.014 - sigmoidoscopie
  • 40.015 - trachéoscopie
  • 41 - Radiologie diagnostique/imagerie
  • 41.000 - radiologie diagnostique
  • 41.001 - imagerie
  • 41.002 - angiographie
  • 41.003 - imagerie par médecine nucléaire
  • 41.004 - imagerie par rayons X
  • 41.005 - imagerie par ultrasons
  • 41.006 - Résonance magnétique nucléaire (RMN)
  • 41.007 - scintigraphie cardiaque
  • 41.008 - scintigraphie isotopique
  • 41.009 - scintigraphie osseuse,
  • 41.010 - scintigraphie thyroïdienne,
  • 41.011 - thermographie
  • 41.012 - tomographie computérisée (CT)
  • 41.013 - tomographie par émission de positron (PET Scan)
  • 42 - Tracé électrique
  • 42.000 - tracé électrique
  • 42.001 - électrocardiogramme (ECG)
  • 42.002 - électrocardiogramme d'effort
  • 42.003 - électroencéphalogramme (EEG)
  • 42.004 - électromyogramme (EMG)
  • 42.005 - électronystagmogramme (ENG)
  • 42.006 - monitoring Holter
  • 43 - Autre procédure diagnostique
  • 43.000 - autre procédure diagnostique
  • 43.001 - dermoscopie
  • 43.002 - évaluation des activités quotidienne
  • 43.003 - familiogramme
  • 43.004 - laparatomie diagnostique
  • 43.005 - ophtalmoscopie
  • 43.006 - photographie de la peau
  • 43.007 - test d'anxiété
  • 43.008 - test de dépression
  • 43.009 - test de détection de démence
  • 43.010 - test d'intelligence
  • 44 - Vaccination/médication préventive
  • 44.000 - vaccination préventive
  • 44.001 - médication préventive
  • 44.002 - désensibilisation
  • 44.003 - immunisation active ou passive
  • 44.004 - prophylaxie de la malaria
  • 44.005 - traitement prophylactique par médicaments
  • 45 - Recommandation / éducation santé / avis / régime
  • 45.000 - recommandation de santé
  • 45.001 - éducation à la santé
  • 45.002 - avis sur la santé
  • 45.003 - régime
  • 45.004 - avis sur des habitudes favorables à la santé
  • 45.005 - avis sur des problèmes sociaux
  • 45.006 - avis sur la grossesse
  • 45.007 - avis sur la planification familiale
  • 45.008 - avis sur la santé au travail
  • 45.009 - avis sur l'utilisation des services de santé
  • 45.010 - conseil d'attente vigilante
  • 45.011 - conseil de prévention de problèmes de santé
  • 46 - Discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.000 - discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.001 - consultation par télémédecine avec un dispensateur de soins primaires
  • 47 - Consultation avec un spécialiste
  • 47.000 - consultation avec un spécialiste
  • 47.001 - consultation avec un spécialiste par télémédecine
  • 48 - Clarification, discussion de la raison de rencontre, de la demande du patient
  • 48.000 - clarification de la raison de rencontre
  • 48.001 - discussion de la demande du patient
  • 48.002 - discussion sur la nécessité des tests de dépistage
  • 49 - Autre procédure préventive
  • 49.001 - autre procédure préventive
  • 49.002 - évaluation des conditions de risques sanitaires
  • 49.003 - évaluation des conditions de risques environnementaux
  • 49.004 - rééévaluation du traitement
  • 50 - Médication / prescription / renouvellement / injection
  • 50.000 - médication
  • 50.001 - prescription
  • 50.002 - renouvellement
  • 50.003 - injection
  • 50.004 - administration de médicament
  • 50.005 - injection de médicament à effet systémique
  • 50.006 - prescription de médicament
  • 50.007 - renouvellement de médicament
  • 51 - Incision / drainage /lavage/ aspiration de liquide corporel
  • 51.000 - incision
  • 51.001 - drainage
  • 51.002 - lavage
  • 51.003 - aspiration de liquide corporel
  • 51.004 - aspiration d'un hématome
  • 51.005 - incision d'un abcès
  • 51.006 - irrigation de l'oeil
  • 51.007 - irrigation de l'oreille
  • 51.008 - paracentèse
  • 51.009 - ponction de fluide d'ascite
  • 51.010 - ponction lombaire
  • 51.011 - ponction
  • 51.012 - aspiration des sinus
  • 51.013 - aspiration d'un ganglion
  • 51.014 - aspiration d'un kyste
  • 51.015 - aspiration d'une bourse
  • 51.016 - aspiration articulaire
  • 51.017 - aspiration de l'estomac
  • 51.018 - aspiration des poumons
  • 51.019 - aspiration vésicale
  • 51.020 - saignées
  • 51.021 - thoracocentèse
  • 51.022 - tympanostomie
  • 51.023 - amniocentèse
  • 52 - Excision / biopsie / destruction/ débridement / cautérisation
  • 52.000 - excision
  • 52.001 - biopsie
  • 52.002 - destruction (de tissus)
  • 52.003 - débridement
  • 52.004 - cautérisation
  • 52.005 - amputation
  • 52.006 - asticothérapie
  • 52.007 - biopsie de la peau
  • 52.008 - biopsie d'un organe
  • 52.009 - cautérisation chimique
  • 52.010 - cautérisation électrique
  • 52.011 - cautérisation froide
  • 52.012 - cautérisation laser
  • 52.013 - curetage de la peau
  • 52.014 - curetage utérin
  • 52.015 - débridement autolytique
  • 52.016 - débridement chimique
  • 52.017 - débridement chirurgical
  • 52.018 - débridement mécanique
  • 52.019 - destruction nerveuse
  • 52.020 - destruction veine
  • 52.021 - embolectomie
  • 52.022 - éveinage
  • 52.023 - excision, élimination de tissus
  • 52.024 - excision, enlèvement d'ongle
  • 52.025 - extraction de dent
  • 52.026 - stérilisation
  • 53 - Cathétérisation / intubation / dilatation / appareillage
  • 53.000 - cathétérisation
  • 53.001 - intubation
  • 53.002 - dilatation
  • 53.003 - appareillage
  • 53.004 - canulation intraveineuse
  • 53.005 - cathétérisme
  • 53.006 - dilatation de l'urètre
  • 53.007 - dilatation du col de l'utérus
  • 53.008 - dilatation lacrymale
  • 53.009 - insertion ou enlèvement d'un tube de tympanostomie
  • 53.010 - intubation endotrachéale
  • 53.011 - lavement
  • 53.012 - rupture artificielle des membranes amniotiques
  • 53.013 - trachéotomie
  • 54 - Réparation / fixation / suture / plâtre / prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.000 - réparation (appliquer, enlever)
  • 54.001 - fixation (appliquer, enlever)
  • 54.002 - suture (appliquer, enlever)
  • 54.003 - plâtre (appliquer, enlever)
  • 54.004 - prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.005 - aide et dispositif auditif
  • 54.006 - aide et dispositif technique
  • 54.007 - aide et dispositif visuel
  • 54.008 - attelle
  • 54.009 - bandage suspensif
  • 54.010 - bande plâtrée
  • 54.011 - cerclage
  • 54.012 - suture par colle chirurgicale
  • 54.013 - implant hormonal
  • 54.014 - implantation dentaire
  • 54.015 - insertion d'un pessaire vaginal
  • 54.016 - orthèse
  • 54.017 - pose de stent
  • 54.018 - pose de stérilet
  • 54.019 - prothèse orthopédique
  • 54.020 - soutien d'hernie
  • 54.021 - taping d'entorse
  • 54.022 - traitement de fracture
  • 54.023 - réduction de luxation
  • 55 - Injection locale / infiltration
  • 55.000 - injection locale
  • 55.001 - infiltration locale
  • 55.002 - bloc nerveux
  • 55.003 - injection articulaire
  • 55.004 - injection de bourse
  • 55.005 - injection de la gaine du tendon
  • 55.006 - injection de la peau
  • 55.007 - injection de tissu sous-cutané
  • 55.008 - injection épidurale
  • 55.009 - injection sclérosante pour varices
  • 56 - Pansement /pression/ compression / bandage
  • 56.000 - pansement
  • 56.001 - exercer une pression
  • 56.002 - exercer unecompression
  • 56.003 - tamponnement
  • 56.004 - bandage de soutien
  • 56.005 - bandage de plaie
  • 56.006 - application d'un pansement oculaire
  • 57 - Thérapie manuelle / médecine physique
  • 57.000 - réhabilitation
  • 57.001 - chiropraxie
  • 57.002 - entraînement physique
  • 57.003 - entretien de la force musculaire
  • 57.004 - ergothérapie
  • 57.005 - exercice musculaire
  • 57.006 - médecine physique
  • 57.007 - podiatrie
  • 57.008 - kinésithérapie
  • 57.009 - réhabilitation spécifique de handicap;
  • 57.010 - stimulateur de nerf
  • 57.011 - stimulateur musculaire électronique
  • 57.012 - thérapie de la parole
  • 57.013 - utilisation de la chaleur à des fins thérapeutiques
  • 57.014 - utilisation des ultrasons à des fins thérapeutiques
  • 57.015 - utilisation du courant électrique à des fins thérapeutiques;
  • 57.016 - utilisation du froid à des fins thérapeutiques
  • 58 - Conseil thérapeutique / écoute / psychothérapie
  • 58.000 - conseil thérapeutique
  • 58.001 - écoute thérapeutique
  • 58.002 - psychothérapie
  • 58.003 - conseil pour une maladie spécifique
  • 58.004 - entretien motivationnel
  • 58.005 - psychothérapie de soutien
  • 58.006 - réhabilitation psychosociale pour alcoolisme
  • 58.007 - réhabilitation psychosociale pour drogue
  • 59 - Autre procédure thérapeutique/ petite chirurgie nca
  • 59.000 - autre procédure thérapeutique
  • 59.001 - petite chirurgie nca
  • 59.002 - accouchement
  • 59.003 - acupuncture
  • 59.004 - césarienne
  • 59.005 - chirurgie plastique
  • 59.006 - dialyse
  • 59.007 - enlèvement de corps étranger
  • 59.008 - oxygénothérapie
  • 59.009 - réanimation cardio-respiratoire
  • 59.010 - transfusion de sang
  • 60 - Résultat d'analyse
  • 60.000 - résultat d'analyse
  • 60.001 - résultat de procédure
  • 61 - Résultats d'examen, de test, d'enregistrement, lettre d'un autre dispensateur
  • 61.000 - résultat d'examen d'un autre dispensateur
  • 61.002 - résultat de test d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.006 - lettre d'un autre dispensateur
  • 62 - Procédure administrative
  • 62.001 - procédure administrative
  • 62.002 - certificat d'arret de travail
  • 62.003 - certificats décès
  • 62.004 - certificats permis de conduire
  • 62.005 - problèmes de facturation
  • 62.006 - questionnaire de santé
  • 62.007 - question sur le dossier dossier médical
  • 62.008 - remplissage de documents
  • 62.009 - remplissage de formulaires
  • 63 - Rencontre de suivi non spécifié
  • 63.000 - rencontre de suivi
  • 64 - Rencontre ou problème initié par le dispensateur
  • 64.000 - problème initié par le dispensateur
  • 64.001 - rencontre initiée par le dispensateur
  • 65 - Episode nouveau ou en cours initié par un tiers
  • 65.000 - problème initié par une tiers
  • 65.001 - rencontre initiée par une tiers
  • 65.002 - référence par la famille
  • 65.003 - re,
  • 65.004 - référence par l'asssistante sociale
  • 65.005 - référence par le psychologue
  • 66 - Référence à un autre dispensateur: infirmière, thérapeute, travailleur social
  • 66.001 - référence à un dispensateur non médecin
  • 66.002 - référence à infirmière
  • 66.003 - référence à un kinésithérapeute
  • 66.004 - référence à ergothérapeute
  • 66.005 - référence à chiropraticien
  • 66.006 - référence à travailleur social
  • 66.007 - référence à opticien
  • 66.008 - référence à une sage-femme
  • 66.009 - référence à diététicien
  • 66.010 - référence à dentiste
  • 66.011 - référence à une aide familiale
  • 66.012 - référence à orthodontiste
  • 66.013 - référence à psychologue
  • 67 - Référence à médecin, spécialiste, clinique, hôpital
  • 67.000 - référence à un autre MG-MF
  • 67.001 - référence à un spécialiste
  • 67.003 - référence à une clinique
  • 67.004 - référence à un hôpital
  • 68 - Autre référence
  • 68.001 - référence à association de patients
  • 68.002 - référence à service de chômage
  • 68.003 - référence à un home
  • 68.004 - référence à un home de personnes âgées
  • 68.005 - référence à un service non médical
  • 68.006 - référence à une institution de réadaptation
  • 69 - Autre procédure nca
  • 69.000 - autres procédure
  • A01 - Douleur générale ou de sites multiples
  • A02 - Frissons
  • A03 - Fièvre
  • A04 - Fatigue ou faiblesse générale
  • A05 - Sensation d'être malade
  • A06 - Evanouissement ou syncope
  • A07 - Coma
  • A08 - Gonflement
  • A09 - Problème de transpiration
  • A10 - Saignement ou hémorragie NCA
  • A11 - Douleur thoracique NCA
  • A13 - Préoccupé par ou peur d'un traitement médical
  • A16 - Nourrisson irritable
  • A18 - Préoccupé par son aspect extérieur
  • A20 - Demande ou discussion a propos de l'euthanasie
  • A21 - Facteur de risque de cancer
  • A23 - Facteur de risque NCA
  • A25 - Peur de la mort, de mourir
  • A26 - Peur du cancer NCA
  • A27 - Peur d' avoir une autre maladie NCA
  • A28 - Limitation de la fonction ou incapacité NCA
  • A29 - Autre symptôme ou plainte général
  • A70 - Tuberculose
  • A71 - Rougeole
  • A72 - Varicelle
  • A73 - Paludisme
  • A74 - Rubéole
  • A75 - Mononucléose infectieuse
  • A76 - Autre exanthème viral
  • A77 - Maladie virale autre ou NCA
  • A78 - Autre maladie infectieuse NCA
  • A79 - Cancer NCA
  • A80 - Traumatisme ou lésion traumatique NCA
  • A81 - Polytraumatisme ou lésions multiples
  • A82 - Effet tardif d'un traumatisme
  • A84 - Intoxication par substance médicinale
  • A85 - Effet secondaire d'une substance médicinale
  • A86 - Effet toxique d'une substance non médicinale
  • A87 - Complication de traitement médical
  • A88 - Effet secondaire de facteur physique
  • A89 - Effet secondaire de matériel prothétique
  • A90 - Anomalie congénitale NCA ou multiple
  • A91 - Résultat d'investigation anormale NCA
  • A92 - Allergie ou réaction allergique NCA
  • A93 - Nouveau-né prématuré
  • A94 - Autre morbidité périnatale
  • A95 - Mortalité périnatale
  • A96 - Mort
  • A97 - Pas de maladie
  • A98 - Gestion de la santé / médecine préventive
  • A99 - Maladie ou condition de nature ou de site non précisé
  • B02 - Ganglion lymphatique augmenté de volume ou douloureux
  • B04 - Symptôme ou plainte concernant le sang
  • B25 - Peur du SIDA ou du VIH
  • B26 - Peur du cancer du sang ou lymphatique
  • B27 - Peur d' avoir une autre maladie du sang ou des organes lymphatiques
  • B28 - Limitation de la fonction ou incapacité (B)
  • B29 - Autre symptôme ou plainte du système lymphatique ou immunologique
  • B70 - Adénite aiguë
  • B71 - Adénite chronique ou non-spécifique
  • B72 - Maladie de Hodgkin ou lymphome
  • B73 - Leucémie
  • B74 - Autre cancer du sang
  • B75 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du sang ou du système lymphatique
  • B76 - Rupture traumatique de la rate
  • B77 - Autre lésion traumatique du sang ou du système lymphatique ou de la rate
  • B78 - Anémie hémolytique héréditaire
  • B79 - Autre anomalie congénitale du sang ou du système lymphatique
  • B80 - Anémie par déficience en fer
  • B81 - Anémie par carence en vit B12 ou acide folique
  • B82 - Autre anémie ou indéterminée
  • B83 - Purpura ou défaut de coagulation
  • B84 - Globules blancs anormaux
  • B87 - Splénomégalie
  • B90 - Infection par le virus HIV, SIDA
  • B99 - Autre maladie du sang, du système lymphatique ou de la rate
  • D01 - Douleur ou crampes abdominales généralisées
  • D01 - Douleur/crampes abdominales gén.
  • D02 - Douleur abdominale ou épigastrique
  • D02 - Douleur abdominale/épigastrique
  • D03 - Brûlure/brûlant/brûlement estomac
  • D03 - Brûlure, brûlant, brûlement, estomac
  • D04 - Douleur rectale/anale
  • D04 - Douleur rectale ou anale
  • D05 - Démangeaisons périanales
  • D05 - Démangeaisons perianales
  • D06 - Autre douleur abdominale localisée
  • D06 - Autre douleur abdominale loc.
  • D07 - Dyspepsie ou indigestion
  • D07 - Dyspepsie/indigestion
  • D08 - Flatulence/gaz/renvoi
  • D08 - Flatulence ou gaz ou renvoi
  • D09 - Nausée
  • D10 - Vomissement
  • D11 - Diarrhée
  • D12 - Constipation
  • D13 - Jaunisse
  • D14 - Hématémèse ou vomissement de sang
  • D14 - Hématémèse/vomissement de sang
  • D15 - Méléna
  • D16 - Saignement rectal
  • D17 - Incontinence rectale
  • D18 - Modification des selles ou des mouvements intestinaux
  • D18 - Modification selles/mouvem. intestin
  • D19 - S/P dents/gencives
  • D19 - Symptôme et plainte des dents ou des gencives
  • D20 - Symptôme et plainte de la bouche, de la langue ou des lèvres
  • D20 - S/P bouche/langue/lèvres
  • D21 - P. de déglutition
  • D21 - Problème de déglutition
  • D23 - Hépatomégalie
  • D24 - Masse abdominale NCA
  • D25 - Distension abdominale
  • D26 - Peur du cancer du syst. digestif
  • D26 - Peur du cancer du système digestif
  • D27 - Peur d'avoir une autre maladie digestive
  • D27 - Peur d'une autre maladie digestive
  • D28 - Limitation de la fonction/incap. (D)
  • D28 - Limitation de la fonction ou incapacité (D)
  • D29 - Autre S/P du syst. digestif
  • D29 - Autre symptôme ou plainte du système digestif
  • D70 - Infection gastro-intestinale
  • D71 - Oreillons
  • D72 - Hépatite virale
  • D73 - Gastro-entérite présumée infectieuse
  • D74 - Cancer de l'estomac
  • D75 - Cancer du colon ou du rectum
  • D75 - Cancer du colon/du rectum
  • D76 - Cancer du pancréas
  • D77 - Autre cancer digestif/NCA
  • D77 - Autre cancer digestif ou NCA
  • D78 - Tumeur bénigne/indét. du syst. dig.
  • D78 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système digestif
  • D79 - Corps étranger du système digestif
  • D79 - CE du syst. digestif
  • D80 - Autre lésion traumatique du système digestif
  • D80 - Autre traumat. du syst. digestif
  • D81 - Anom. congénitale du syst. digestif
  • D81 - Anomalie congénitale du système digestif
  • D82 - Maladie des dents et des gencives
  • D82 - Maladie des dents/des gencives
  • D83 - Maladie de la bouche, de la langue et des lèvres
  • D83 - Maladie bouche/langue/lèvres
  • D84 - Maladie de l'oesophage
  • D84 - Maladie de l’œsophage
  • D85 - Ulcère duodénal
  • D86 - Autre ulcère peptique
  • D87 - Trouble de la fonction gastrique
  • D88 - Appendicite
  • D89 - Hernie inguinale
  • D90 - Hernie hiatale
  • D91 - Autre hernie abdominale
  • D92 - Maladie diverticulaire
  • D93 - Syndrome du colon irritable
  • D94 - Entérite chronique/colite ulcéreuse
  • D94 - Entérite chronique ou colite ulcéreuse
  • D95 - Fissure anale/abcès périanal
  • D95 - Fissure anale ou abcès périanal
  • D96 - Vers ou autre parasite
  • D96 - Vers/autre parasite
  • D97 - Maladie du foie NCA
  • D98 - Cholécystite/cholélithiase
  • D98 - Cholécystite, cholélithiase
  • D99 - Autre maladie du syst. Digestif
  • D99 - Autre maladie du système digestif
  • F01 - Oeil douloureux
  • F02 - Oeil rouge
  • F03 - Ecoulement de l'oeil
  • F03 - Ecoulement de l’œil
  • F04 - Taches visuelles ou flottantes
  • F04 - Taches visuelles/flottantes
  • F05 - Autre perturbation de la vision
  • F13 - Sensation oculaire anormale
  • F14 - Mouvements oculaires anormaux
  • F15 - Apparence anormale de l'oeil
  • F15 - Apparence anormale de l’œil
  • F16 - S/P de la paupière
  • F16 - Symptôme et plainte de la paupière
  • F17 - Symptôme et plainte concernant les lunettes
  • F17 - S/P lunettes
  • F18 - S/P lentilles de contact
  • F18 - Symptôme et plainte concernant les lentilles de contact
  • F27 - Peur d'une maladie de l'oeil
  • F27 - Peur d'avoir une maladie de l’œil
  • F28 - Limitation de la fonction ou incapacité (F)
  • F28 - Limitation de la fonction/incap. (F)
  • F29 - Autre S/P de l'oeil
  • F29 - Autre symptôme et plainte de l’œil
  • F70 - Conjonctivite infectieuse
  • F71 - Conjonctivite allergique
  • F72 - Blépharite, orgelet, chalazion
  • F73 - Autre infection/inflammation de l'oeil
  • F73 - Autre infection ou inflammation de l’œil
  • F74 - Tumeur de l'oeil et des annexes
  • F74 - Tumeur de l’œil et des annexes
  • F75 - Contusion/hémorragie de l'oeil
  • F75 - Contusion ou hémorragie de l’œil
  • F76 - CE dans l'oeil
  • F76 - Corps étranger dans l’œil
  • F79 - Autre lésion traumatique de l’œil
  • F79 - Autre lésion traumat. de l'oeil
  • F80 - Sténose canal lacrymal de l'enfant
  • F80 - Sténose du canal lacrymal de l'enfant
  • F81 - Autre anom. congénitale de l'oeil
  • F81 - Autre anomalie congénitale de l’œil
  • F82 - Décollement de la retire
  • F83 - Rétinopathie
  • F84 - Dégénérescence maculaire
  • F85 - Ulcère de la cornée
  • F86 - Trachome
  • F91 - Défaut de réfraction
  • F92 - Cataracte
  • F93 - Glaucome
  • F94 - Cécité
  • F95 - Strabisme
  • F99 - Autre maladie de l'oeil/annexes
  • F99 - Autre maladie de l’œil et des annexes
  • H01 - Douleur d'oreille ou otalgie
  • H01 - Douleur d'oreille/otalgie
  • H02 - P. d'audition
  • H02 - Problème d'audition
  • H03 - Acouphène, bourdonnement d'oreille
  • H03 - Acouphène/bourdonnement d'oreille
  • H04 - Ecoulement de l'oreille
  • H05 - Saignement de l'oreille
  • H13 - Sensation d'oreille bouchée
  • H15 - Préoc. par l'aspect des oreilles
  • H15 - Préoccupé par l'aspect des oreilles
  • H27 - Peur d'avoir une maladie de l'oreille
  • H27 - Peur d'une maladie de l'oreille
  • H28 - Limitation de la fonction ou incapacité (H)
  • H28 - Limitation de la fonction/incap. (H)
  • H29 - Autre symptôme et plainte de l' oreille
  • H29 - Autre S/P de l'oreille
  • H70 - Otite externe
  • H71 - Otite moyenne aiguë ou myringite
  • H71 - Otite moyenne aiguë/myringite
  • H72 - Otite moyenne séreuse
  • H73 - Salpingite d'eustache
  • H74 - Otite moyenne chronique
  • H75 - Tumeur de l'oreille
  • H76 - Corps étranger dans l'oreille
  • H76 - CE dans l'oreille
  • H77 - Perforation du tympan
  • H78 - Lésion traumatique superficielle de l'oreille
  • H78 - Lésion traumat. superf. de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumat. de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumatique de l'oreille
  • H80 - Anom. congénitale de l'oreille
  • H80 - Anomalie congénitale de l'oreille
  • H81 - Excès de cérumen
  • H82 - Syndrome vertigineux
  • H83 - Otosclérose
  • H84 - Presbyacousie
  • H85 - Traumatisme sonore
  • H86 - Surdité
  • H99 - Autre maladie de l'oreille ou de la mastoïde
  • H99 - Autre maladie de l'oreille/ mastoïde
  • K01 - Douleur cardiaque
  • K02 - Oppression ou constriction cardiaque
  • K03 - Douleur cardiovasculaire NCA
  • K04 - Palpitations ou perception des battements cardiaques
  • K05 - Autre battement cardiaque irrégulier
  • K06 - Veines proéminentes
  • K07 - Oedème, gonflement des chevilles
  • K22 - Facteur de risque de maladie cardio-vasculaire
  • K24 - Peur d'avoir une maladie de cœur
  • K25 - Peur d'avoir de l'hypertension
  • K27 - Peur d'avoir une autre maladie cardio-vasculaire
  • K28 - Limitation de la fonction ou incapacité (K)
  • K29 - Autre symptôme et plainte cardiovasculaire
  • K70 - Infection du système cardio-vasculaire
  • K71 - Rhumatisme articulaire aigu ou maladie cardiaque rhumatismale
  • K72 - Tumeur cardio-vasculaire
  • K73 - Anomalie congénitale cardio-vasculaire
  • K74 - Cardiopathie ischémique avec angor
  • K75 - Infarctus myocardique aigu
  • K76 - Cardiopathie ischémique sans angor
  • K77 - Décompensation cardiaque
  • K78 - Fibrillation auriculaire ou flutter
  • K79 - Tachycardie paroxystique
  • K80 - Arythmie cardiaque NCA
  • K81 - Souffle cardiaque ou artériel NCA
  • K82 - Cœur pulmonaire
  • K83 - Valvulopathie NCA
  • K84 - Autre maladie cardiaque
  • K85 - Pression sanguine élevée
  • K86 - Hypertension non compliquée
  • K87 - Hypertension avec complication
  • K88 - Hypotension orthostatique
  • K89 - Ischémie cérébrale transitoire
  • K90 - Accident vasculaire cérébral
  • K91 - Maladie cérébrovasculaire
  • K92 - Athérosclérose ou maladie vasculaire périphérique
  • K93 - Embolie pulmonaire
  • K94 - Phlébite et thrombophlébite
  • K95 - Varices des jambes
  • K96 - Hémorroïdes
  • K99 - Autre maladie cardio-vasculaire
  • L01 - Symptôme et plainte du cou
  • L02 - Symptôme et plainte du dos
  • L03 - Symptôme et plainte des lombes
  • L04 - Symptôme et plainte du thorax
  • L05 - Symptôme et plainte du flanc et du creux axillaire
  • L07 - Symptôme et plainte de la mâchoire
  • L08 - Symptôme et plainte de l'épaule
  • L09 - Symptôme et plainte du bras
  • L10 - Symptôme et plainte du coude
  • L11 - Symptôme et plainte du poignet
  • L12 - Symptôme et plainte de la main et du doigt
  • L13 - Symptôme et plainte de la hanche
  • L14 - Symptôme et plainte de la jambe et de la cuisse
  • L15 - Symptôme et plainte du genou
  • L16 - Symptôme et plainte de la cheville
  • L17 - Symptôme et plainte du pied et de l'orteil
  • L18 - Douleur musculaire
  • L19 - Symptôme et plainte musculaire NCA
  • L20 - Symptôme et plainte d'une articulation NCA
  • L26 - Peur d'avoir un cancer du système ostéo-articulaire
  • L27 - Peur d'avoir une autre maladie du système ostéo-articulaire
  • L28 - Limitation de la fonction ou incapacité (L)
  • L29 - Autre symptôme et plainte ostéo-articulaire
  • L70 - Infection du système ostéo-articulaire
  • L71 - Cancer du système ostéo-articulaire
  • L72 - Fracture du radius ou du cubitus
  • L73 - Fracture du tibia ou du péroné
  • L74 - Fracture de la main ou du pied
  • L75 - Fracture du fémur
  • L76 - Autre fracture
  • L77 - Entorse de la cheville
  • L78 - Entorse du genou
  • L79 - Entorse articulaire NCA
  • L80 - Luxation et subluxation
  • L81 - Lésion traumatique NCA du système ostéo-articulaire
  • L82 - Anomalie congénitale du système ostéo-articulaire
  • L83 - Syndrome cervical
  • L84 - Syndrome dorso-lombaire sans irradiation
  • L85 - Déformation acquise de la colonne
  • L86 - Syndrome dorso-lombaire avec irradiation
  • L87 - Bursite, tendinite, synovite NCA
  • L88 - Polyarthrite rhumatoïde séropositive
  • L89 - Coxarthrose
  • L90 - Gonarthrose
  • L91 - Autre arthrose
  • L92 - Syndrome de l'épaule
  • L93 - Coude du joueur de tennis
  • L94 - Ostéochondrose
  • L95 - Ostéoporose
  • L96 - Lésion aiguë interne du genou
  • L97 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système ostéo-articulaire
  • L98 - Déformation acquise des membres inférieurs
  • L99 - Autre maladie ostéo-articulaire
  • N01 - Mal de tête
  • N03 - Douleur de la face
  • N04 - Jambes sans repos
  • N05 - Fourmillements des doigts, pieds, orteils
  • N06 - Autre perturbation de la sensibilité
  • N07 - Convulsion ou crise comitiale
  • N08 - Mouvements involontaires anormaux
  • N16 - Perturbation du goût ou de l'odorat
  • N17 - Vertige ou étourdissement
  • N18 - Paralysie ou faiblesse
  • N19 - Trouble de la parole
  • N26 - Peur d'avoir un cancer du système neurologique
  • N27 - Peur d'avoir une autre maladie neurologique
  • N28 - Limitation de la fonction ou incapacité (N)
  • N29 - Autre symptôme ou plainte neurologique
  • N70 - Poliomyélite
  • N71 - Méningite ou encéphalite
  • N72 - Tétanos
  • N73 - Autre infection neurologique
  • N74 - Cancer du système neurologique
  • N75 - Tumeur bénigne du système neurologique
  • N76 - Tumeur de nature indéterminée du système neurologique
  • N79 - Commotion
  • N80 - Autre lésion traumatique de la tête
  • N81 - Autre lésion traumatique du système neurologique
  • N85 - Anomalie congénitale neurologique
  • N86 - Sclérose en plaque
  • N87 - Syndrome parkinsonien
  • N88 - Epilepsie
  • N89 - Migraine
  • N90 - Algie vasculaire de la face
  • N91 - Paralysie faciale ou paralysie de Bell
  • N92 - Névralgie du trijumeau
  • N93 - Syndrome du canal carpien
  • N94 - Névrite ou neuropathie périphérique
  • N95 - Céphalée de tension
  • N99 - Autre maladie neurologique
  • Ore - lle H
  • P01 - Sensation d'anxiété, de nervosité ou de tension
  • P02 - Réaction de stress aiguë
  • P03 - Sensation de dépression
  • P04 - Sentiment ou comportement irritable ou en colère
  • P05 - Sénilité, sensation d'être vieux, comportement sénile
  • P06 - Perturbation du sommeil
  • P07 - Diminution du désir sexuel
  • P08 - Diminution de l'accomplissement sexuel
  • P09 - Préoccupation a propos de l'identité sexuelle
  • P10 - Bégaiement, bredouillement, tic
  • P11 - Trouble de l'alimentation de l'enfant
  • P12 - Enurésie
  • P13 - Encoprésie
  • P15 - Alcoolisme chronique
  • P16 - Alcoolisation aiguë
  • P17 - Usage abusif du tabac
  • P18 - Usage abusif de médicament
  • P19 - Usage abusif de drogue
  • P20 - Perturbation de la mémoire
  • P22 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'enfant
  • P23 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'adolescent
  • P24 - Problème spécifique de l'apprentissage
  • P25 - Problèmes de phase de vie adulte
  • P27 - Peur d'avoir un trouble mental
  • P28 - Limitation de la fonction ou incapacité (P)
  • P29 - Autre symptôme et plainte psychologique
  • P70 - Démence
  • P71 - Autre psychose organique
  • P72 - Schizophrénie
  • P73 - Psychose affective
  • P74 - Trouble anxieux ou état anxieux
  • P75 - Trouble somatoforme
  • P76 - Dépression
  • P77 - Suicide ou tentative de suicide
  • P78 - Neurasthénie, surmenage
  • P79 - Phobie, trouble obsessionnel compulsif
  • P80 - Trouble de la personnalité
  • P81 - Trouble hyperkinétique
  • P82 - Syndrome de stress post-traumatique
  • P85 - Retard mental
  • P86 - Anorexie mentale, boulimie
  • P98 - Autre psychose NCA
  • P99 - Autre trouble psychologique
  • Q04 - Descripteur non défini
  • QC1 - Groupe d’âge
  • QC11 - Nourrisson
  • QC12 - Enfant
  • QC13 - Adolescent
  • QC14 - Adulte
  • QC15 - Personne âgée
  • QC2 - Question de genre 
  • QC21 - Santé de l'homme 
  • QC22 - Santé de la femme
  • QC23 - Différence de sexe
  • QC24 - Transgenre
  • QC3 - Haut risque social
  • QC31 - Sous-groupe ethnique
  • QC32 - Réfugiés et migrants
  • QC33 - Sans-abri
  • QC34 - Prisonnier
  • QC4 - Dépendant
  • QC41 - Dépendant de médicament sous prescription
  • QC42 - Dépendant de drogue de rue
  • QC43 - Dépendant du jeu
  • QC5 - Victime de violence
  • QC51 - Violence basée sur le genre
  • QC52 - Maltraitance d'enfant
  • QC53 - Maltraitance des personnes âgées
  • QC54 - Victime de torture
  • QC55 - Mutilation rituelle
  • QC6 - Survivant
  • QD1 - Communicateur
  • QD11 - Contact
  • QD12 - Relation médecin-patient
  • QD13 - Conseil thérapeutique
  • QD14 - Pensée systémique
  • QD15 - Entrevue motivationnelle
  • QD2 - Médecin en tant que soignant
  • QD21 - Résolution de problèmes
  • QD22 - Globalité
  • QD23 - Education à la santé
  • QD24 - Compétence clinique
  • QD25 - Continuité des soins
  • QD26 - Soins palliatifs
  • QD27 - Planification familiale
  • QD3 - Gestionnaire de soins
  • QD31 - Gestion du risque de santé
  • QD32 - Gestion des problèmes de santé
  • QD321 - Symptôme médicalement inexpliqué
  • QD322 - Multimorbidité
  • QD323 - Prise de décision partagée
  • QD324 - Fortuitome
  • QD325 - Comportement de prescription
  • QD326 - Déadoption et déprescription
  • QD33 - Evaluation de l'état de santé
  • QD34 - Question génétique
  • QD4 - Prévention clinique
  • QD41 - Prévention primaire
  • QD42 - Prévention secondaire
  • QD43 - Prévention tertiaire
  • QD44 - Prévention quaternaire
  • QD441 - Surmédicalisation
  • QD442 - Fabrication de maladie
  • QD443 - Surinformation
  • QD444 - Surdépistage
  • QD445 - Surdiagnostic
  • QD446 - Surtraitement
  • QD5 - Médecine complémentaire et alternative
  • QD51 - Homéopathie
  • QD6 - Question medico-légale
  • QD7 - Image professionnelle
  • QD8 - Equilibre travail - vie
  • QE1 - Ethique personnelle
  • QE2 - Ethique professionnelle
  • QE3 - Bioéthique
  • QE31 - Euthanasie
  • QE4 - Éthique de l'information
  • QE41 - Confidentialité
  • QE42 - Consentement éclairé
  • QH - Santé de la planète
  • QH1 - Santé environnementale
  • QH11 - Pollution intérieure
  • QH12 - Pollution extérieure
  • QH2 - Risque biologique
  • QH3 - Risque nucléaire
  • QO1 - impossible à coder,imprécis
  • QO2 - acronyme
  • QO3 - hors du champ de la médecine de famille
  • QO4 - considérer nouveau code
  • QP1 - Sécurité du patient
  • QP2 - Soins centrés sur le patient
  • QP21 - Accessibilité
  • QP22 - Accessibilité temporelle
  • QP23 - Compétence culturelle
  • QP24 - Accessibilité économique
  • QP25 - Acceptabilité
  • QP3 - Qualité des soins
  • QP4 - Perspective du patient
  • QP41 - Satisfaction du patient
  • QP42 - Connaissances du patient
  • QP43 - Autonomie du patient
  • QP44 - Contexte culturel du patient
  • QP45 - Dépense du patient en soins de santé
  • QP5 - Comportement de santé
  • QP51 - Questions d'alimentation du patient
  • QP52 - Sexualité du patient
  • QP53 - Auto-soin
  • QP54 - Médicaments en vente libre
  • QP6 - Participation du patient
  • QP61 - Réseau social
  • QP7 - Défense du patient
  • QR1 - Philosophie des sciences
  • QR2 - Epidémiologie des soins primaires
  • QR21 - Pharmaco-épidémiologie
  • QR22 - Recherche basée sur la communauté
  • QR3 - Méthodes de recherche
  • QR31 - Etude qualitative
  • QR32 - Etude quantitative
  • QR321 - Etude cas-témoins
  • QR322 - Etude de cohorte
  • QR323 - Étude transversale
  • QR324 - Etude longitudinale
  • QR325 - Etude d'intervention
  • QR33 - Recherche par méthode mixte
  • QR34 - Etudes de validation et de fiabilité
  • QR35 - Recherche-action
  • QR36 - Rapport de cas
  • QR4 - Réseau de recherche
  • QR5 - Outils de recherche et financement
  • QR51 - Classifications, terminologies et ontologies
  • QR52 - Echelles et questionnaires
  • QR53 - Etat fonctionnel
  • QR54 - Matériel d'observation
  • QR6 - Avis d'expert
  • QR7 - Economie, soins de santé primaire
  • QS1 - Etablissement de soins primaires
  • QS11 - Gestion de la pratique
  • QS12 - Economie de la pratique
  • QS13 - Gestion de l'information de santé
  • QS14 - Equipement de la pratique
  • QS2 - Garde médicale
  • QS3 - Relation de la pratique
  • QS31 - Collaboration de la pratique
  • QS32 - Référence et contre-référence
  • QS33 - Coordination des soins
  • QS4 - Dispensateur de soins primaires
  • QS41 - Médecin de famille
  • QS42 - Infirmière praticienne
  • QS43 - Sage-femme
  • QS44 - Professionnels de la santé associés
  • QS441 - Kinesithérapeute
  • QS442 - Travailleur social
  • QS443 - Psychologue
  • QS45 - Aidant familial
  • QS46 - Pharmacien
  • QT1 - Enseignement de la médecine de famille
  • QT11 - Méthodes pédagogiques
  • QT12 - Organisation de l'enseignement
  • QT13 - Evaluation de l'enseignement
  • QT131 - Patient simulé
  • QT14 - Organisation académique
  • QT2 - Formation de terrain en médecine
  • QT21 - Etudiant en médecine
  • QT22 - Formation professionnelle
  • QT23 - Education médicale continue
  • QT24 - Groupe Balint
  • QT25 - Formateur
  • QT3 - Assurance de qualité
  • QT31 - Médecine fondée sur des preuves
  • QT32 - Recommandation de bonne pratique
  • QT33 - Lecture critique de littérature
  • QT34 - Révision par les pairs
  • QT35 - Accréditation
  • QT36 - Indicateur de qualité
  • QT4 - Transfert de connaissance
  • QT41 - Publication
  • QT42 - Echange en ligne de la connaissance
  • QT43 - Bibliothèque numérique
  • QT44 - Communications électroniques
  • QT5 - Notification de données de santé
  • QT51 - Réseau sentinelle
  • QT52 - Evènements indésirables & pharmacovigilance
  • QT53 - Base de données de santé
  • R01 - Douleur du système respiratoire
  • R02 - Souffle court, dyspnée
  • R03 - Sibilance
  • R04 - Autre problème respiratoire
  • R05 - Toux
  • R06 - Saignement de nez, épistaxis
  • R07 - Congestion nasale, éternuement
  • R08 - Autre symptôme et plainte du nez
  • R09 - Symptôme et plainte des sinus
  • R21 - Symptôme et plainte de la gorge
  • R23 - Symptôme et plainte de la voix
  • R24 - Hémoptysie
  • R25 - Expectoration ou glaire anormale
  • R26 - Peur d'avoir un cancer du système respiratoire
  • R27 - Peur d'avoir une autre maladie respiratoire
  • R28 - Limitation de la fonction ou incapacité ( R)
  • R29 - Autre symptôme et plainte respiratoire
  • R71 - Coqueluche
  • R72 - Streptococcie pharyngée
  • R73 - Furoncle ou abcès du nez
  • R74 - Infection aiguë des voies respiratoires supérieures
  • R75 - Sinusite aiguë ou chronique
  • R76 - Angine aiguë
  • R77 - Laryngite, trachéite aiguë
  • R78 - Bronchite aiguë, bronchiolite
  • R79 - Bronchite chronique
  • R80 - Grippe
  • R81 - Pneumonie
  • R82 - Pleurésie, épanchement pleural
  • R83 - Autre infection respiratoire
  • R84 - Cancer des bronches, du poumon
  • R85 - Autre cancer respiratoire
  • R86 - Tumeur respiratoire bénigne
  • R87 - Corps étranger du nez, du larynx, des bronches
  • R88 - Autre lésion traumatique du système respiratoire
  • R89 - Anomalie congénitale du système respiratoire
  • R90 - Hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes
  • R92 - Tumeur de nature indéterminée du système respiratoire
  • R95 - Maladie pulmonaire chronique obstructive
  • R96 - Asthme
  • R97 - Rhinite allergique
  • R98 - Syndrome d'hyperventilation
  • R99 - Autre maladie respiratoire
  • S01 - Douleur ou hypersensibilité de la peau
  • S02 - Prurit
  • S03 - Verrue
  • S04 - Tuméfaction ou gonflement localisé de la peau
  • S05 - Tuméfactions ou gonflements généralisés de la peau
  • S06 - Eruption localisée
  • S07 - Eruption généralisée
  • S08 - Modification de la couleur de la peau
  • S09 - Doigt ou orteil infecté
  • S10 - Furoncle ou anthrax
  • S11 - Infection post-traumatique de la peau
  • S12 - Piqûre d'insecte
  • S13 - Morsure animale ou humaine
  • S14 - Brûlure cutanée
  • S15 - Corps étranger dans la peau
  • S16 - Ecchymose ou contusion
  • S17 - Eraflure, égratignure, ampoule
  • S18 - Coupure ou lacération
  • S19 - Autre lésion traumatique de la peau
  • S20 - Cor ou callosité
  • S21 - Symptôme et plainte au sujet de la texture de la peau
  • S22 - Symptôme et plainte de l'ongle
  • S23 - Calvitie ou perte de cheveux
  • S24 - Autre symptôme et plainte des cheveux, poils ou cuir chevelu
  • S26 - Peur du cancer de la peau
  • S27 - Peur d'avoir une autre maladie de la peau
  • S28 - Limitation de la fonction ou incapacité (S)
  • S29 - Autre symptôme et plainte de la peau
  • S70 - Zona
  • S71 - Herpes simplex
  • S72 - Gale ou autre acariose
  • S73 - Pédiculose ou autre infestation de la peau
  • S74 - Dermatophytose
  • S75 - Moniliase ou candidose de la peau
  • S76 - Autre maladie infectieuse de la peau
  • S77 - Cancer de la peau
  • S78 - Lipome
  • S79 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée de la peau
  • S80 - Kératose actinique ou coup de soleil
  • S81 - Hémangiome ou lymphangiome
  • S82 - Naevus ou naevus pigmentaire
  • S83 - Autre anomalie congénitale de la peau
  • S84 - Impétigo
  • S85 - Kyste ou fistule pilonidal
  • S86 - Dermatite séborrhéique
  • S87 - Dermatite atopique ou eczéma
  • S88 - Dermatite et allergie de contact
  • S89 - Erythème fessier
  • S90 - Pytiriasis rosé
  • S91 - Psoriasis
  • S92 - Maladie des glandes sudoripares
  • S93 - Kyste sébacé
  • S94 - Ongle incarné
  • S95 - Molluscum contagiosum
  • S96 - Acné
  • S97 - Ulcère chronique de la peau
  • S98 - Urticaire
  • S99 - Autre maladie de la peau
  • T01 - Soif excessive
  • T02 - Appétit excessif
  • T03 - Perte d'appétit
  • T04 - Problème d'alimentation du nourrisson et du petit enfant
  • T05 - Problème d'alimentation de l'adulte
  • T07 - Gain de poids
  • T08 - Perte de poids
  • T10 - Retard de croissance
  • T11 - Déshydratation
  • T26 - Peur d'avoir un cancer du système endocrinien
  • T27 - Peur d'avoir une autre maladie du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T28 - Limitation de la fonction ou incapacité (T)
  • T29 - Autre symptôme et plainte du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T70 - Infection du système endocrinien
  • T71 - Cancer de la thyroïde
  • T72 - Tumeur bénigne de la thyroïde
  • T73 - Tumeur de nature autre ou indéterminée du système endocrine
  • T78 - Canal ou kyste thyréoglosse
  • T80 - Anomalie congénitale du système endocrinien ou métabolique
  • T81 - Goitre
  • T82 - Obésité
  • T83 - Excès pondéral
  • T85 - Hyperthyroïdie ou thyréotoxicose
  • T86 - Hypothyroïdie ou myxœdème
  • T87 - Hypoglycémie
  • T89 - Diabète insulino-dépendant
  • T90 - Diabète non insulino-dépendant
  • T91 - Carence vitaminique ou nutritionnelle
  • T92 - Goutte
  • T93 - Trouble du métabolisme des lipides
  • T99 - Autre maladie endocrine, métabolique ou nutritionnelle
  • U01 - Dysurie ou miction douloureuse
  • U02 - Miction fréquente ou impérieuse
  • U04 - Incontinence urinaire
  • U05 - Autre problème de miction
  • U06 - Hématurie
  • U07 - Autre symptôme et plainte au sujet de l'urine
  • U08 - Rétention d'urine
  • U13 - Autre symptôme et plainte de la vessie
  • U14 - Symptôme et plainte du rein
  • U26 - Peur d'avoir un cancer du système urinaire
  • U27 - Peur d'avoir une autre maladie du système urinaire
  • U28 - Limitation de la fonction ou incapacité (U)
  • U29 - Autre symptôme et plainte urinaire
  • U70 - Pyélonéphrite ou pyélite
  • U71 - Cystite ou autre infection urinaire
  • U72 - Urétrite
  • U75 - Cancer du rein
  • U76 - Cancer de la vessie
  • U77 - Autre cancer urinaire
  • U78 - Tumeur bénigne du tractus urinaire
  • U79 - Tumeur de nature indéterminée du tractus urinaire
  • U80 - Lésion traumatique du tractus urinaire
  • U85 - Anomalie congénitale du tractus urinaire
  • U88 - Glomérulonéphrite ou syndrome néphrotique
  • U90 - Protéinurie orthostatique
  • U95 - Lithiase urinaire
  • U98 - Analyse urinaire anormale NCA
  • U99 - Autre maladie urinaire
  • W01 - Question de grossesse
  • W02 - Peur d'être enceinte
  • W03 - Saignement pendant la grossesse
  • W05 - Nausée ou vomissement de grossesse
  • W10 - Contraception post-coïtale
  • W11 - Contraception orale
  • W12 - Contraception intra-utérine
  • W13 - Stérilisation chez la femme
  • W14 - Autre contraception chez la femme
  • W15 - Stérilité - hypofertilité chez la femme
  • W17 - Saignement du post-partum
  • W18 - Autre symptôme et plainte du post-partum
  • W19 - Symptôme et plainte du sein et de la lactation pendant le post-partum
  • W21 - Préoccupée par la modification de l'image corporelle pendant la grossesse
  • W27 - Peur des complications de la grossesse
  • W28 - Limitation de la fonction ou incapacité (W)
  • W29 - Autre symptôme et plainte de la grossesse
  • W70 - Infection puerpérale, sepsis
  • W71 - Infection compliquant la grossesse
  • W72 - Tumeur maligne en relation avec la grossesse
  • W73 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée en relation avec la grossesse
  • W75 - Lésion traumatique compliquant la grossesse
  • W76 - Anomalie congénitale compliquant la grossesse
  • W78 - Grossesse
  • W79 - Grossesse non désirée
  • W80 - Grossesse ectopique
  • W81 - Toxémie gravidique
  • W82 - Avortement spontané
  • W83 - Avortement provoque
  • W84 - Grossesse a haut risque
  • W85 - Diabète gravidique
  • W90 - Accouchement non complique, enfant vivant
  • W91 - Accouchement non complique, enfant mort
  • W92 - Accouchement complique, enfant vivant
  • W93 - Accouchement complique, enfant mort
  • W94 - Mastite puerpérale
  • W95 - Autre maladie du sein pendant la grossesse et l'allaitement
  • W96 - Autre complication puerpérale
  • W99 - Autre maladie de la grossesse ou de l'accouchement
  • X01 - Douleur génitale chez la femme
  • X02 - Douleur menstruelle
  • X03 - Douleur intermenstruelle
  • X04 - Rapport sexuel douloureux chez la femme
  • X05 - Menstruation absente ou rare
  • X06 - Menstruation excessive
  • X07 - Menstruation irrégulière ou fréquente
  • X08 - Saignement intermenstruel
  • X09 - Symptôme et plainte prémenstruel
  • X10 - Ajournement des menstruations
  • X11 - Symptôme et plainte liés a la ménopause
  • X12 - Saignement de la post-ménopause
  • X13 - Saignement post-coïtal chez la femme
  • X14 - Ecoulement vaginal
  • X15 - Symptôme et plainte du vagin
  • X16 - Symptôme et plainte de la vulve
  • X17 - Symptôme et plainte du petit bassin chez la femme
  • X18 - Douleur du sein chez la femme
  • X19 - Tuméfaction ou masse du sein chez la femme
  • X20 - Symptôme et plainte du mamelon chez la femme
  • X21 - Autre symptôme et plainte du sein chez la femme
  • X22 - Préoccupée par l'apparence des seins
  • X23 - Peur d'une maladie sexuellement transmise chez la femme
  • X24 - Peur d'un dysfonctionnement sexuel chez la femme
  • X25 - Peur d'un cancer génital chez la femme
  • X26 - Peur d'avoir un cancer du sein chez la femme
  • X27 - Peur d'avoir une autre maladie génitale ou du sein chez la femme
  • X28 - Limitation de la fonction ou incapacité (X)
  • X29 - Autre symptôme et plainte génital chez la femme
  • X70 - Syphilis chez la femme
  • X71 - Gonococcie chez la femme
  • X72 - Candidose génitale chez la femme
  • X73 - Trichomonase génitale chez la femme
  • X74 - Maladie inflammatoire pelvienne chez la femme
  • X75 - Cancer du col de l'utérus
  • X76 - Cancer du sein chez la femme
  • X77 - Autre cancer génital chez la femme
  • X78 - Fibrome utérin
  • X79 - Tumeur bénigne du sein chez la femme
  • X80 - Tumeur bénigne génitale chez la femme
  • X81 - Tumeur génitale de natureautre ou indéterminée chez la femme
  • X82 - Lésion traumatique génitale chez la femme
  • X83 - Anomalie génitale congénitale chez la femme
  • X84 - Vaginite ou vulvite NCA
  • X85 - Maladie du col de l'utérus NCA
  • X86 - Frottis de col anormal
  • X87 - Prolapsus utero-vaginal
  • X88 - Maladie fibrokystique du sein
  • X89 - Syndrome de tension prémenstruelle
  • X90 - Herpes génital chez la femme
  • X91 - Condylome acuminé chez la femme
  • X92 - Infection génitale a chlamydia chez la femme
  • X99 - Autre maladie génitale chez la femme
  • Y01 - Douleur du pénis
  • Y02 - Douleur des testicules, du scrotum
  • Y03 - Ecoulement urétral
  • Y04 - Autre symptôme et plainte du pénis
  • Y05 - Autre symptôme et plainte des testicules ou du scrotum
  • Y06 - Symptôme et plainte de la prostate
  • Y07 - Impuissance sexuelle NCA
  • Y08 - Autre symptôme et plainte de la fonction sexuelle chez l'homme
  • Y10 - Stérilité, hypofertilité chez l'homme
  • Y13 - Stérilisation chez l'homme
  • Y14 - Autre planification familiale chez l'homme
  • Y16 - Symptôme et plainte du sein chez l'homme
  • Y24 - Peur d'avoir un dysfonctionnement sexuel chez l'homme
  • Y25 - Peur d'avoir une maladie sexuellement transmise chez l'homme
  • Y26 - Peur d'avoir un cancer génital chez l'homme
  • Y27 - Peur d'avoir une autre maladie du système génital chez l'homme
  • Y28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Y)
  • Y29 - Autre symptôme et plainte génitaux chez l'homme
  • Y70 - Syphilis chez l'homme
  • Y71 - Gonococcie chez l'homme
  • Y72 - Herpes génital chez l'homme
  • Y73 - Prostatite ou vésiculite séminale
  • Y74 - Orchite ou épididymite
  • Y75 - Balanite
  • Y76 - Condylome acuminé chez l'homme
  • Y77 - Cancer de la prostate
  • Y78 - Autre cancer génital chez l'homme
  • Y79 - Tumeur génitale de nature bénigne ou indéterminée chez l'homme
  • Y80 - Lésion traumatique génitale chez l'homme
  • Y81 - Phimosis ou hypertrophie du prépuce
  • Y82 - Hypospadias
  • Y83 - Ectopie testiculaire
  • Y84 - Autre anomalie congénitale chez l'homme
  • Y85 - Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Y86 - Hydrocèle
  • Y99 - Autre maladie génitale chez l'homme
  • Z01 - Pauvreté ou problème économique
  • Z02 - Problème d'eau ou de nourriture
  • Z03 - Problème d'habitat ou de voisinage
  • Z04 - Problème socioculturel
  • Z05 - Problème de travail
  • Z06 - Problème de non emploi
  • Z07 - Problème d'éducation
  • Z08 - Problème de protection sociale
  • Z09 - Problème légal
  • Z10 - Problème relatif au système de soins de santé
  • Z11 - Problème du fait d'être malade ou de compliance thérapeutique
  • Z12 - Problème de relation entre partenaires
  • Z13 - Problème de comportement du partenaire
  • Z14 - Problème du à la maladie du partenaire
  • Z15 - Perte ou décès du partenaire
  • Z16 - Problème de relation avec un enfant
  • Z18 - Problème du à la maladie d'un enfant
  • Z19 - Perte ou décès d'un enfant
  • Z20 - Problème de relation avec un autre parent ou membre de la famille
  • Z21 - Problème de comportement d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z22 - Problème du à la maladie d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z23 - Perte ou décès d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z24 - Problème de relation avec un ami
  • Z25 - Agression ou évènement nocif
  • Z27 - Peur d'avoir un problème social
  • Z28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Z)
  • Z29 - Problème social NCA
Titre du TFEAbstract du TFEAuteur du TFEUniversitéDocuments du TFEDescripteur du TFEMise en valeur du TFE
Lire entre les grimaces, un sourire suffit ? Approche du consentement éclairé chez les patients cognitivement différents : Analyse d’entretiens avec des médecins généralistes ETUDE QUALITATIVE RÉALISÉE PAR M. SÉBASTIEN BAHARLOO DANS LE CADRE DU TFE DU MASTER DE SPÉCIALISATION EN MÉDECINE GÉNÉRALE
Lire entre les grimaces, un sourire suffit ? Approche du consentement éclairé chez les patients cognitivement différents : Analyse d’entretiens avec des médecins généralistes ETUDE QUALITATIVE RÉALISÉE PAR M. SÉBASTIEN BAHARLOO DANS LE CADRE DU TFE DU MASTER DE SPÉCIALISATION EN MÉDECINE GÉNÉRALE
Résumé Cette étude, basée sur des entretiens semi-dirigés avec huit médecins généralistes actifs dans la région bruxelloise, a exploré la problématique complexe du consentement éclairé chez les personnes déficientes intellectuelles (PDI). Les résultats obtenus ont permis d'identifier quatre catégories d'attention, à savoir la connaissance des médecins, les facteurs potentiels de facilitation du consentement éclairé, les difficultés rencontrées, et les pistes de réflexion pour une meilleure appréhension. Ces catégories ont jeté la lumière sur plusieurs aspects concernant le consentement éclairé chez les PDI. Les résultats de cette recherche ont mis en évidence les points suivants : 1. La sensibilisation des médecins généralistes à la spécificité du consentement éclairé chez les PDI nécessite une attention particulière. Des lacunes ont été observées dans la compréhension de notions essentielles telles que l'autodétermination et la capacité, suggérant la pertinence potentielle d'une formation continue et d'une sensibilisation accrue à ces concepts spécifiques. 2. L'utilisation d'outils visant à faciliter la communication et l'évaluation de la capacité a été identifiée comme un facteur facilitant le consentement éclairé, bien que l'utilisation pratique de ces outils demeure peu fréquente. 3. Le contexte situationnel, l'entourage et l'accompagnement ont été reconnus comme des éléments considérables pour faciliter le consentement éclairé chez les PDI. 4. La disponibilité, la temporalité et la création d'un environnement éducatif ont été identifiées comme des facteurs contribuant à la prise de décision éclairée. 5. Des défis majeurs ont été soulignés, notamment la contrainte de temps pendant les consultations, les défis émotionnels liés aux interactions avec les PDI, et l'adaptation aux besoins spécifiques de cette population. - 5 - 6. Les croyances préconçues et les obstacles linguistiques ont été mentionnés comme des éléments pouvant entraver le processus. En conclusion, des recommandations ont été formulées pour améliorer la prise en charge du consentement éclairé chez les PDI, incluant l'implémentation de programmes de formation spécifiques, le développement et l'utilisation d'outils d'évaluation de la capacité, ainsi que la création d'un environnement de soutien optimal. Cette étude a souligné l'importance de l'adaptabilité, de la sensibilisation et de la collaboration entre les professionnels de la santé, les patients et leur entourage pour garantir une prise en charge respectueuse des droits des PDI, tout en tenant compte de la complexité inhérente à cette question
Résumé Cette étude, basée sur des entretiens semi-dirigés avec huit médecins généralistes actifs dans la région bruxelloise, a exploré la problématique complexe du consentement éclairé chez les personnes déficientes intellectuelles (PDI). Les résultats obtenus ont permis d'identifier quatre catégories d'attention, à savoir la connaissance des médecins, les facteurs potentiels de facilitation du consentement éclairé, les difficultés rencontrées, et les pistes de réflexion pour une meilleure appréhension. Ces catégories ont jeté la lumière sur plusieurs aspects concernant le consentement éclairé chez les PDI. Les résultats de cette recherche ont mis en évidence les points suivants : 1. La sensibilisation des médecins généralistes à la spécificité du consentement éclairé chez les PDI nécessite une attention particulière. Des lacunes ont été observées dans la compréhension de notions essentielles telles que l'autodétermination et la capacité, suggérant la pertinence potentielle d'une formation continue et d'une sensibilisation accrue à ces concepts spécifiques. 2. L'utilisation d'outils visant à faciliter la communication et l'évaluation de la capacité a été identifiée comme un facteur facilitant le consentement éclairé, bien que l'utilisation pratique de ces outils demeure peu fréquente. 3. Le contexte situationnel, l'entourage et l'accompagnement ont été reconnus comme des éléments considérables pour faciliter le consentement éclairé chez les PDI. 4. La disponibilité, la temporalité et la création d'un environnement éducatif ont été identifiées comme des facteurs contribuant à la prise de décision éclairée. 5. Des défis majeurs ont été soulignés, notamment la contrainte de temps pendant les consultations, les défis émotionnels liés aux interactions avec les PDI, et l'adaptation aux besoins spécifiques de cette population. - 5 - 6. Les croyances préconçues et les obstacles linguistiques ont été mentionnés comme des éléments pouvant entraver le processus. En conclusion, des recommandations ont été formulées pour améliorer la prise en charge du consentement éclairé chez les PDI, incluant l'implémentation de programmes de formation spécifiques, le développement et l'utilisation d'outils d'évaluation de la capacité, ainsi que la création d'un environnement de soutien optimal. Cette étude a souligné l'importance de l'adaptabilité, de la sensibilisation et de la collaboration entre les professionnels de la santé, les patients et leur entourage pour garantir une prise en charge respectueuse des droits des PDI, tout en tenant compte de la complexité inhérente à cette question
Baharloo - SébastienUniversité de Liège
QS41
expérience des médecins généralistes sur l'education thérapeutique des patients atteints de BPCO
expérience des médecins généralistes sur l'education thérapeutique des patients atteints de BPCO
Aoun - NathalieUniversité libre de Bruxelles
Reflux Gastro-œsophagien chez l’enfant de 2 à 12 ans ; causes, conséquences et implications du médecin généraliste : Revue systématique de la littérature et création d’un cadre conceptuel
Reflux Gastro-œsophagien chez l’enfant de 2 à 12 ans ; causes, conséquences et implications du médecin généraliste : Revue systématique de la littérature et création d’un cadre conceptuel
Introduction. La prévalence exacte pour le GERD pour toutes les tranches d’âge pédiatrique est difficile à établir compte tenu de la symptomatologie peu spécifique et de la non systématisation des examens complémentaires pour confirmer le diagnostic Méthodes Nous avons réalisé une étude de la revue systématique de la littérature sur base de revue. Résultats plusieurs pathologies sont associes au GERD : hypertrophie adénoïdienne, des otites moyennes sérieuses chroniques, des otites moyennes aigues récurrentes, des sinusites chroniques, de la dysphonie et de la toux chronique. L’obésité est un facteur de risque du GERD. Il est également impliqué dans l’exacerbation de l’asthme. De manière isolé le GERD est aussi un facteur de risque de l’exacerbation de l’asthme. Asthme et GERD entretiennent une relation bidirectionnelle. Conclusion L’obésité est un facteur de risque du GERD. Il est également impliqué dans l’exacerbation de l’asthme. De manière isolé le GERD est aussi un facteur de risque de l’exacerbation de l’asthme. Asthme et GERD entretiennent une relation bidirectionnelle. Il convient dès lors pour les médecins généralistes de jouer sur ces trois tableaux pour prendre au mieux en charge ces enfants. Le stress pourrait jouer un rôle dans le développement du GERD chez les enfants. Le GERD est associé à une hypertrophie adénoïdienne, des otites moyennes sérieuses chroniques, des otites moyennes aigues récurrentes, des sinusites chroniques, de la dysphonie et de la toux chronique. Cette association se présente en rapport avec un reflux acide mais de plus en plus d’études évoquent l’implication d’un reflux faiblement acide ou alcalin dans ces pathologies. Le GERD et le LPR sont souvent associés chez les enfants mais ce sont bien des pathologies distinctes avec un pattern de reflux différent. La MII-pH est l’examen complémentaire de 1er choix dans l’évaluation de ces pathologies. Il permet l’évaluation du reflux acide et non acide et joue un rôle dans le choix du traitement le plus adapté. Le GERD peut également devenir chronique chez les enfants, avec une majoration du risque de complications tel que l’œsophage de Barrett. Il est du rôle du médecin généraliste d’effectuer un suivi de ces enfants dans le temps.
Introduction. La prévalence exacte pour le GERD pour toutes les tranches d’âge pédiatrique est difficile à établir compte tenu de la symptomatologie peu spécifique et de la non systématisation des examens complémentaires pour confirmer le diagnostic Méthodes Nous avons réalisé une étude de la revue systématique de la littérature sur base de revue. Résultats plusieurs pathologies sont associes au GERD : hypertrophie adénoïdienne, des otites moyennes sérieuses chroniques, des otites moyennes aigues récurrentes, des sinusites chroniques, de la dysphonie et de la toux chronique. L’obésité est un facteur de risque du GERD. Il est également impliqué dans l’exacerbation de l’asthme. De manière isolé le GERD est aussi un facteur de risque de l’exacerbation de l’asthme. Asthme et GERD entretiennent une relation bidirectionnelle. Conclusion L’obésité est un facteur de risque du GERD. Il est également impliqué dans l’exacerbation de l’asthme. De manière isolé le GERD est aussi un facteur de risque de l’exacerbation de l’asthme. Asthme et GERD entretiennent une relation bidirectionnelle. Il convient dès lors pour les médecins généralistes de jouer sur ces trois tableaux pour prendre au mieux en charge ces enfants. Le stress pourrait jouer un rôle dans le développement du GERD chez les enfants. Le GERD est associé à une hypertrophie adénoïdienne, des otites moyennes sérieuses chroniques, des otites moyennes aigues récurrentes, des sinusites chroniques, de la dysphonie et de la toux chronique. Cette association se présente en rapport avec un reflux acide mais de plus en plus d’études évoquent l’implication d’un reflux faiblement acide ou alcalin dans ces pathologies. Le GERD et le LPR sont souvent associés chez les enfants mais ce sont bien des pathologies distinctes avec un pattern de reflux différent. La MII-pH est l’examen complémentaire de 1er choix dans l’évaluation de ces pathologies. Il permet l’évaluation du reflux acide et non acide et joue un rôle dans le choix du traitement le plus adapté. Le GERD peut également devenir chronique chez les enfants, avec une majoration du risque de complications tel que l’œsophage de Barrett. Il est du rôle du médecin généraliste d’effectuer un suivi de ces enfants dans le temps.
Van Diest - CélineUniversité libre de Bruxelles
30.000-D03-QC12 -QD42
ne pas tenir compte de cette version
ne pas tenir compte de cette version
Aoun - NathalieUniversité libre de Bruxelles
ne pas tenir compte de cette version
ne pas tenir compte de cette version
Van Diest - CélineUniversité libre de Bruxelles
Prise en charge non médicamenteuse dans la gestion des troubles du comportement chez les patients atteints de troubles cognitifs, une étude de cas dans une maison de repos ayant une démarche particulière dans la région du centre
Prise en charge non médicamenteuse dans la gestion des troubles du comportement chez les patients atteints de troubles cognitifs, une étude de cas dans une maison de repos ayant une démarche particulière dans la région du centre
1. Introduction En médecine générale nous sommes de plus en plus confrontés à des patients atteints de troubles cognitifs. Diverses institutions ont établi des modèles de prise en charge de cette pathologie. L’étude porte sur une maison de repos qui applique ces recommandations. 2. Matériel et méthode Il s’agit d’une étude qualitative basée sur des entretiens semi-dirigés de différents professionnels des soins de santé afin d’étudier la prise en charge non médicamenteuse en médecine générale. 3. Résultats Les éléments principaux mis en évidence sont qu’une approche personnalisée du patient à trouble cognitif nécessite des observations et l’établissement de profils individuels. La gestion des troubles du comportement est majoritairement basée sur des méthodes non médicamenteuses. Cette prise en charge permet d’éviter un syndrome de glissement et instaure un bien-être et une satisfaction du personnel soignant qui soulève toutefois un besoin de formation et de meilleure communication. Cette prise en charge pourrait être transposée à d’autres maisons de repos. Cependant, certains défis existent : la pénurie de personnel et le manque de promotion en santé publique. 4. Conclusion Ce travail a permis de mettre en évidence une prise en charge utilisée par une maison de repos de la région du centre. Cette prise en charge orientée vers le patient permet une approche individualisée mettant en avant les capacités restantes du patient ce qui permet d’éviter les syndromes de glissement.
1. Introduction En médecine générale nous sommes de plus en plus confrontés à des patients atteints de troubles cognitifs. Diverses institutions ont établi des modèles de prise en charge de cette pathologie. L’étude porte sur une maison de repos qui applique ces recommandations. 2. Matériel et méthode Il s’agit d’une étude qualitative basée sur des entretiens semi-dirigés de différents professionnels des soins de santé afin d’étudier la prise en charge non médicamenteuse en médecine générale. 3. Résultats Les éléments principaux mis en évidence sont qu’une approche personnalisée du patient à trouble cognitif nécessite des observations et l’établissement de profils individuels. La gestion des troubles du comportement est majoritairement basée sur des méthodes non médicamenteuses. Cette prise en charge permet d’éviter un syndrome de glissement et instaure un bien-être et une satisfaction du personnel soignant qui soulève toutefois un besoin de formation et de meilleure communication. Cette prise en charge pourrait être transposée à d’autres maisons de repos. Cependant, certains défis existent : la pénurie de personnel et le manque de promotion en santé publique. 4. Conclusion Ce travail a permis de mettre en évidence une prise en charge utilisée par une maison de repos de la région du centre. Cette prise en charge orientée vers le patient permet une approche individualisée mettant en avant les capacités restantes du patient ce qui permet d’éviter les syndromes de glissement.
Louis - MandyUniversité libre de Bruxelles
P70
Continuité des soins en milieu pénitentiaire : exploration du vécu des médecins généralistes de la FWB
Continuité des soins en milieu pénitentiaire : exploration du vécu des médecins généralistes de la FWB
Introduction : En Belgique, les soins de santé en milieu carcéral sont au cœur d’une réforme visant à transférer leur gestion du SPF Justice au SPF Santé Publique. Il s’agit là de l’exécution de l’une des recommandations d’organismes nationaux et internationaux à l’encontre de la Belgique visant à améliorer la qualité des soins prodigués aux personnes détenues en prison. La continuité des soins est un marque de qualité de soins fort impacté par l’incarcération. Dans le cadre de cette étude, nous sommes intéressés au vécu des médecins généralistes travaillant en milieu pénitentiaire par rapport à la continuité des soins. Méthode : Une étude qualitative a été conduite par entretiens semi-dirigés auprès de huit médecins généralistes travaillant en milieu pénitentiaire sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Résultats : Le médecin généraliste est partagé entre son rôle de soignant et la fonction sécuritaire du milieu pénitentiaire. L’absence d’outil informatique adéquat connecté au réseau eHealth renforce un sentiment d’exclusion du système de soins de santé. Des besoins en moyens humains et financiers se font ressentir. Ils espèrent que la réforme pourra solutionner une partie des défauts de continuité de soins. Conclusion : Afin d’apporter des solutions à la problématique de la continuité des soins, une approche politique de santé publique évaluant les besoins effectifs de terrains et prenant en compte les nombreuses recommandations de bonne guidance sur la santé pénitentiaire est indispensable. Mots-clés : médecine générale ; soins de santé ; continuité des soins ; prison ; milieu carcéral
Introduction : En Belgique, les soins de santé en milieu carcéral sont au cœur d’une réforme visant à transférer leur gestion du SPF Justice au SPF Santé Publique. Il s’agit là de l’exécution de l’une des recommandations d’organismes nationaux et internationaux à l’encontre de la Belgique visant à améliorer la qualité des soins prodigués aux personnes détenues en prison. La continuité des soins est un marque de qualité de soins fort impacté par l’incarcération. Dans le cadre de cette étude, nous sommes intéressés au vécu des médecins généralistes travaillant en milieu pénitentiaire par rapport à la continuité des soins. Méthode : Une étude qualitative a été conduite par entretiens semi-dirigés auprès de huit médecins généralistes travaillant en milieu pénitentiaire sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Résultats : Le médecin généraliste est partagé entre son rôle de soignant et la fonction sécuritaire du milieu pénitentiaire. L’absence d’outil informatique adéquat connecté au réseau eHealth renforce un sentiment d’exclusion du système de soins de santé. Des besoins en moyens humains et financiers se font ressentir. Ils espèrent que la réforme pourra solutionner une partie des défauts de continuité de soins. Conclusion : Afin d’apporter des solutions à la problématique de la continuité des soins, une approche politique de santé publique évaluant les besoins effectifs de terrains et prenant en compte les nombreuses recommandations de bonne guidance sur la santé pénitentiaire est indispensable. Mots-clés : médecine générale ; soins de santé ; continuité des soins ; prison ; milieu carcéral
Dushime - DanielUniversité catholique de Louvain
QD25
LA PLACE DES INTERVENTIONS BASEES SUR LA NATURE DANS LE TRAITEMENT DE LA DEPRESSION CHEZ LES PATIENTS ADULTES VIVANT DANS LA COMMUNAUTE : UNE REVUE PARAPLUIE
LA PLACE DES INTERVENTIONS BASEES SUR LA NATURE DANS LE TRAITEMENT DE LA DEPRESSION CHEZ LES PATIENTS ADULTES VIVANT DANS LA COMMUNAUTE : UNE REVUE PARAPLUIE
Contexte : L'association entre la nature, la santé et le bien-être suscite un intérêt croissant. Toutefois, les populations étudiées sont généralement très hétérogènes, comprenant à la fois des patients en bonne santé et des patients souffrant de divers troubles psychiatriques et/ou menées dans des maisons de repos ou des hôpitaux. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer l'efficacité des interventions basées sur la nature dans le traitement des troubles dépressifs en ambulatoire. Objectif : Évaluer systématiquement l'efficacité des interventions basées sur la nature pour augmenter le bien-être et réduire les symptômes de la dépression dans la population adulte vivant dans la communauté et diagnostiquée comme dépressive. Méthodes : Nous avons effectué un tour d'horizon des revues systématiques (RS) et des méta-analyses afin de fournir le résumé le plus complet possible de l'effet des interventions basées sur la nature sur la dépression. Nous avons commencé par rechercher sur PROSPERO les essais en cours et relatifs au sujet. Nous avons ensuite effectué une recherche dans plusieurs bases de données (Pubmed, Embase, Cochrane et Psychinfo). Nous avons effectué une recherche manuelle dans les références afin de réduire le risque de manquer des revues potentielles. La qualité des revues a été évaluée à l'aide de l'outil AMSTAR pour l'évaluation critique et de l'outil ROBIS pour évaluer le risque de biais. Nous avons extrait de chaque revue les données relatives au patient dépressif. Les études qui incluaient des adultes (âgés de ≥18 ans) souffrant de dépression dans un cadre communautaire étaient éligibles à l'inclusion. Les interventions éligibles étaient les activités structurées en plein air.
Contexte : L'association entre la nature, la santé et le bien-être suscite un intérêt croissant. Toutefois, les populations étudiées sont généralement très hétérogènes, comprenant à la fois des patients en bonne santé et des patients souffrant de divers troubles psychiatriques et/ou menées dans des maisons de repos ou des hôpitaux. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer l'efficacité des interventions basées sur la nature dans le traitement des troubles dépressifs en ambulatoire. Objectif : Évaluer systématiquement l'efficacité des interventions basées sur la nature pour augmenter le bien-être et réduire les symptômes de la dépression dans la population adulte vivant dans la communauté et diagnostiquée comme dépressive. Méthodes : Nous avons effectué un tour d'horizon des revues systématiques (RS) et des méta-analyses afin de fournir le résumé le plus complet possible de l'effet des interventions basées sur la nature sur la dépression. Nous avons commencé par rechercher sur PROSPERO les essais en cours et relatifs au sujet. Nous avons ensuite effectué une recherche dans plusieurs bases de données (Pubmed, Embase, Cochrane et Psychinfo). Nous avons effectué une recherche manuelle dans les références afin de réduire le risque de manquer des revues potentielles. La qualité des revues a été évaluée à l'aide de l'outil AMSTAR pour l'évaluation critique et de l'outil ROBIS pour évaluer le risque de biais. Nous avons extrait de chaque revue les données relatives au patient dépressif. Les études qui incluaient des adultes (âgés de ≥18 ans) souffrant de dépression dans un cadre communautaire étaient éligibles à l'inclusion. Les interventions éligibles étaient les activités structurées en plein air.

Background: There is increasing interest in the association between nature, health and wellbeing. However, the populations studied are generally very heterogeneous, including both healthy patients and patients with various psychiatric disorders and/or carried out in nursing homes or hospitals. More research is needed to determine the effectiveness of nature-based interventions in the treatment of depressive disorders on an outpatient basis. Aim: Summerise systematically the effectiveness of nature-based intervention for increasing wellbeing and reducing symptoms of depression in the adult population living in the community and being diagnosed with depression. Methods : We conducted an overview of systematic reviews (SRs) and meta-analysis to provide the most comprehensive summary of the effect of nature-based interventions on depression. We started by looking up on PROSPERO trials that could be ongoing and relative to the subject. Then we ran the search in several database (Pubmed, Embase, Cochrane and Psychinfo). We did a hand search through the references to decrease the risk of missing potential reviews. The reviews were assessed for quality using the AMSTAR tool for critical appraisal and the ROBIS tool to assess the risk of bias. We extracted the data relating to depressive patient from primary studies that where included in those reviews and matched our PICO. Studies that included adults (aged ≥18 years) in community-based settings with depression were eligible for inclusion. Eligible interventions were structured outdoor activities in green and/or blue space for mental health. Primary studies where assess for risk of bias with Rob tool and the NICE tool. Results: 11 systematic reviews and meta-analysis met inclusion criteria. 15 primary studies were extracted. 587 participants diagnosed with depression were included in different nature based interventions. We divided them between walking in nature, horticultural therapy (gardening) and forest bathing. Research limitations/implications: Heterogeneity and small sample sizes limited the results. Poor reporting precluded meta-analysis in some studies. Initial findings for wellbeing and depression are promising and should be corroborated in future studies. The research area is active, and the results of the ongoing trials identified will add to the evidence base. Key words: depression – nature based intervention – outpatient
Background: There is increasing interest in the association between nature, health and wellbeing. However, the populations studied are generally very heterogeneous, including both healthy patients and patients with various psychiatric disorders and/or carried out in nursing homes or hospitals. More research is needed to determine the effectiveness of nature-based interventions in the treatment of depressive disorders on an outpatient basis. Aim: Summerise systematically the effectiveness of nature-based intervention for increasing wellbeing and reducing symptoms of depression in the adult population living in the community and being diagnosed with depression. Methods : We conducted an overview of systematic reviews (SRs) and meta-analysis to provide the most comprehensive summary of the effect of nature-based interventions on depression. We started by looking up on PROSPERO trials that could be ongoing and relative to the subject. Then we ran the search in several database (Pubmed, Embase, Cochrane and Psychinfo). We did a hand search through the references to decrease the risk of missing potential reviews. The reviews were assessed for quality using the AMSTAR tool for critical appraisal and the ROBIS tool to assess the risk of bias. We extracted the data relating to depressive patient from primary studies that where included in those reviews and matched our PICO. Studies that included adults (aged ≥18 years) in community-based settings with depression were eligible for inclusion. Eligible interventions were structured outdoor activities in green and/or blue space for mental health. Primary studies where assess for risk of bias with Rob tool and the NICE tool. Results: 11 systematic reviews and meta-analysis met inclusion criteria. 15 primary studies were extracted. 587 participants diagnosed with depression were included in different nature based interventions. We divided them between walking in nature, horticultural therapy (gardening) and forest bathing. Research limitations/implications: Heterogeneity and small sample sizes limited the results. Poor reporting precluded meta-analysis in some studies. Initial findings for wellbeing and depression are promising and should be corroborated in future studies. The research area is active, and the results of the ongoing trials identified will add to the evidence base. Key words: depression – nature based intervention – outpatient
Gilbert - ThomasUniversité catholique de Louvain
P76
Le traitement fonctionnel (support externe et kinésithérapie) dans la prise en charge aiguë des entorses latérales de la cheville chez l’adulte. Etude quantitative auprès des médecins généralistes belges francophones.
Le traitement fonctionnel (support externe et kinésithérapie) dans la prise en charge aiguë des entorses latérales de la cheville chez l’adulte. Etude quantitative auprès des médecins généralistes belges francophones.
Abstract Introduction : L’entorse latérale de la cheville est une pathologie fréquente. Son traitement et ses complications (récidives, instabilité chronique de la cheville, arthrose) présentent un coût socio-économique non négligeable. Néanmoins Les guidelines ne sont pas unanimes quant au meilleur traitement aigu fonctionnelle (kinésithérapie et support externe) à appliquer et les pratiques semblent très variables. De plus, le comportement de prescription des médecins généralistes belges dans cette pathologie ne semble pas encore bien connu. Objectif : Ce TFE va donc, à partir de la pratique de terrain, étudier les comportements de prescription des médecins généralistes belges francophones dans le traitement aigu fonctionnel des entorses latérales de la cheville, en se limitant aux entorses non sévères (grade 1 et 2) de l’adulte. Méthodologie : La méthode appliquée est une recherche dans la littérature et une analyse quantitative par questionnaire adressée aux médecins généralistes belges francophones. Résultats : Nous avons obtenu 302 réponses (4% de la population étudiée). Les médecins (68,9%) se disent à l’aise dans la prise en charge de cette pathologie. Les déterminants de prescription mis en avant par plus de 50% des médecins sont l’accessibilité, le coût, la sévérité clinique, le niveau d’activité physique du patient, son métier et ses antécédents d’entorse. Les médecins formés semblent s’appuyer plus sur l’expertise et la littérature que les non formés (P<0,01) avec une préférence pour l’expertise. La littérature semble mettre en avant l’attelle par rapport au taping et bandage élastique sans preuves suffisantes. Les médecins prescrivent ces 3 dispositifs de manière assez similaire dans notre étude avec une préférence pour l’attelle semi-rigide (43,1%) dans l’entorse de grade 2. La kinésithérapie est perçue comme accessible (96%), peu onéreuse (86,8%), elle est prescrite souvent (71,7% grade 1 et 89,4% grade 2) et plus précocement chez les médecins formés (P<0,05). Conclusion : L’échantillon n’étant pas statistiquement représentatif, d’autres études sont nécessaires. Pour le choix d’un support externe, le coût et l’accessibilité de ce dernier semblent avoir une place importante. Un frein économique à la prescription d’attelles a été exprimé mais peut être levé. Si la kinésithérapie semble souvent prescrite, elle pourrait l’être plus précocement. Enfin, il serait intéressant que des études ultérieures évaluent des dispositifs de rééducation non supervisée en médecine générale.
Abstract Introduction : L’entorse latérale de la cheville est une pathologie fréquente. Son traitement et ses complications (récidives, instabilité chronique de la cheville, arthrose) présentent un coût socio-économique non négligeable. Néanmoins Les guidelines ne sont pas unanimes quant au meilleur traitement aigu fonctionnelle (kinésithérapie et support externe) à appliquer et les pratiques semblent très variables. De plus, le comportement de prescription des médecins généralistes belges dans cette pathologie ne semble pas encore bien connu. Objectif : Ce TFE va donc, à partir de la pratique de terrain, étudier les comportements de prescription des médecins généralistes belges francophones dans le traitement aigu fonctionnel des entorses latérales de la cheville, en se limitant aux entorses non sévères (grade 1 et 2) de l’adulte. Méthodologie : La méthode appliquée est une recherche dans la littérature et une analyse quantitative par questionnaire adressée aux médecins généralistes belges francophones. Résultats : Nous avons obtenu 302 réponses (4% de la population étudiée). Les médecins (68,9%) se disent à l’aise dans la prise en charge de cette pathologie. Les déterminants de prescription mis en avant par plus de 50% des médecins sont l’accessibilité, le coût, la sévérité clinique, le niveau d’activité physique du patient, son métier et ses antécédents d’entorse. Les médecins formés semblent s’appuyer plus sur l’expertise et la littérature que les non formés (P<0,01) avec une préférence pour l’expertise. La littérature semble mettre en avant l’attelle par rapport au taping et bandage élastique sans preuves suffisantes. Les médecins prescrivent ces 3 dispositifs de manière assez similaire dans notre étude avec une préférence pour l’attelle semi-rigide (43,1%) dans l’entorse de grade 2. La kinésithérapie est perçue comme accessible (96%), peu onéreuse (86,8%), elle est prescrite souvent (71,7% grade 1 et 89,4% grade 2) et plus précocement chez les médecins formés (P<0,05). Conclusion : L’échantillon n’étant pas statistiquement représentatif, d’autres études sont nécessaires. Pour le choix d’un support externe, le coût et l’accessibilité de ce dernier semblent avoir une place importante. Un frein économique à la prescription d’attelles a été exprimé mais peut être levé. Si la kinésithérapie semble souvent prescrite, elle pourrait l’être plus précocement. Enfin, il serait intéressant que des études ultérieures évaluent des dispositifs de rééducation non supervisée en médecine générale.
De Clercq - LaurenceUniversité catholique de Louvain
L77-QD325 -QR32 -QS41
Végétarisme et médecine générale : analyse qualitative des représentations et connaissances des patients au sujet de leur régime alimentaire ainsi que de leurs attentes envers leur médecin traitant
Végétarisme et médecine générale : analyse qualitative des représentations et connaissances des patients au sujet de leur régime alimentaire ainsi que de leurs attentes envers leur médecin traitant
Introduction Le végétarisme est un sujet d’actualité, que ce soit pour des raisons écologiques, éthiques, économique, ou de santé. Le médecin généraliste sera amené à prendre en charge des patients végétariens. Plusieurs études internationales montrent que les généralistes sont généralement mal formés en nutrition (1) (2). Mais comment nos patients deviennent-ils végétariens ? Quelles sont leurs représentations et connaissances sur leur alimentation ? Quelle est la place actuelle de leur médecin traitant dans leur alimentation, et quelles seraient leurs attentes éventuelles envers celui-ci ? Méthodologie Après accord du comité du comité d’Éthique Hospitalo-facultaire de Saint Luc-UCLouvain (annexe 1), deux focus groups de 6 personnes ont été menés. Résultats et discussion Les motivations des participants et leurs parcours vers le végétarisme ont été explorés. On retrouve notamment le souhait de plusieurs participants végétariens de devenir végans. Les a priori concernant l’effet d’un régime végétarien sur leur santé étaient globalement positifs mais comportaient quelques fausses croyances. Les connaissances et la fiabilité des sources concernant leur alimentation étaient très variables d’une personne à l’autre ; plusieurs patients ont rappelé l’importance d’un regard critique sur les informations trouvées sur internet. Outre l’ouverture d’esprit et la bienveillance, l’attente principale des patients concernant leur médecin traitant portait surtout la réalisation d’un bilan biologique complet. Si certains patients attendaient un conseil nutritionnel de base de la part de leur médecin traitant, d’autres accordaient surtout de l’importance à être conscient de ses limites et savoir référer. Certains ont mentionné le souhait de brochures informatives dans la salle d’attente. Enfin, un rôle attendu par une partie des patients consistait à informer nos patients omnivores pour diminuer leur consommation de produits carnés, notamment de viande rouge. Conclusion Une étude quantitative portant sur les connaissances des patients pourrait être réalisée. Une étude sur les freins des médecins généralistes belges à préconiser une diminution de la consommation de viande pourrait également être menée.
Introduction Le végétarisme est un sujet d’actualité, que ce soit pour des raisons écologiques, éthiques, économique, ou de santé. Le médecin généraliste sera amené à prendre en charge des patients végétariens. Plusieurs études internationales montrent que les généralistes sont généralement mal formés en nutrition (1) (2). Mais comment nos patients deviennent-ils végétariens ? Quelles sont leurs représentations et connaissances sur leur alimentation ? Quelle est la place actuelle de leur médecin traitant dans leur alimentation, et quelles seraient leurs attentes éventuelles envers celui-ci ? Méthodologie Après accord du comité du comité d’Éthique Hospitalo-facultaire de Saint Luc-UCLouvain (annexe 1), deux focus groups de 6 personnes ont été menés. Résultats et discussion Les motivations des participants et leurs parcours vers le végétarisme ont été explorés. On retrouve notamment le souhait de plusieurs participants végétariens de devenir végans. Les a priori concernant l’effet d’un régime végétarien sur leur santé étaient globalement positifs mais comportaient quelques fausses croyances. Les connaissances et la fiabilité des sources concernant leur alimentation étaient très variables d’une personne à l’autre ; plusieurs patients ont rappelé l’importance d’un regard critique sur les informations trouvées sur internet. Outre l’ouverture d’esprit et la bienveillance, l’attente principale des patients concernant leur médecin traitant portait surtout la réalisation d’un bilan biologique complet. Si certains patients attendaient un conseil nutritionnel de base de la part de leur médecin traitant, d’autres accordaient surtout de l’importance à être conscient de ses limites et savoir référer. Certains ont mentionné le souhait de brochures informatives dans la salle d’attente. Enfin, un rôle attendu par une partie des patients consistait à informer nos patients omnivores pour diminuer leur consommation de produits carnés, notamment de viande rouge. Conclusion Une étude quantitative portant sur les connaissances des patients pourrait être réalisée. Une étude sur les freins des médecins généralistes belges à préconiser une diminution de la consommation de viande pourrait également être menée.
Gobin - LauraneUniversité catholique de Louvain
A98-QS41 -QR31 -QP51 -QP4 -QT22 -45.003-QP42
Comment l’origine ethnique des médecins généraliste issus de minorités ethniques (MGIME) influence-t-elle leur parcours académique et professionnel : une étude qualitative auprès de médecins généralistes exerçant à Bruxelles.
Comment l’origine ethnique des médecins généraliste issus de minorités ethniques (MGIME) influence-t-elle leur parcours académique et professionnel : une étude qualitative auprès de médecins généralistes exerçant à Bruxelles.
Introduction La question de la diversité ethnique est un sujet actuel, d’autant plus à Bruxelles, où une importante partie de la population est issue de minorités ethniques (IME). L’origine ethnique, en tant que part notable de l’identité de chacun, peut potentiellement influencer la carrière des médecins généralistes. Cependant, aucune étude n’a encore abordé ce sujet en Belgique. En s’y intéressant, ce TFE a pour but de caractériser l’influence de l’origine ethnique sur le parcours académique et professionnel des médecins généralistes issus de minorités ethniques (MGIME). Méthodologie Il s’agit d’une recherche qualitative sur base d’entretiens semi-dirigés. Dix MGIME travaillant dans la ville de Bruxelles ont accepté de participer. Les résultats ont été codés et classés selon une analyse thématique inductive des verbatims des participants. Résultats et discussion La plupart des interrogés ont eu une expérience académique positive, avec le sentiment d’être traités comme les autres étudiants. Néanmoins, ils ont eu tendance à favoriser les interactions avec d’autres étudiants IME, plus aisées. Le parcours professionnel est facilité par leur multilinguisme et la compréhension des patients IME, très représentés à Bruxelles. La diversité ethnique de l’équipe médicale est souvent recherchée, culturellement enrichissante et facilitant l’intégration parmi les collègues. Certains interrogés se sont heurtés à de la discrimination. Plusieurs pistes d’amélioration ont été suggérées, principalement des mesures visant à réduire la discrimination et l’isolement ethnique des interrogés. L'expérience des MGIME travaillant à Bruxelles est similaire à celle de médecins IME étudiée aux États-Unis, bien que la discrimination soit moins fréquente dans le cas des MGIME. Le parcours académique et professionnel des MGIME a donc été influencé par divers facteurs liés à leur origine ethnique. D’autres études belges pourraient essayer de quantifier cette influence ou mesurer l’efficacité des initiatives proposées pour faciliter leur parcours.
Introduction La question de la diversité ethnique est un sujet actuel, d’autant plus à Bruxelles, où une importante partie de la population est issue de minorités ethniques (IME). L’origine ethnique, en tant que part notable de l’identité de chacun, peut potentiellement influencer la carrière des médecins généralistes. Cependant, aucune étude n’a encore abordé ce sujet en Belgique. En s’y intéressant, ce TFE a pour but de caractériser l’influence de l’origine ethnique sur le parcours académique et professionnel des médecins généralistes issus de minorités ethniques (MGIME). Méthodologie Il s’agit d’une recherche qualitative sur base d’entretiens semi-dirigés. Dix MGIME travaillant dans la ville de Bruxelles ont accepté de participer. Les résultats ont été codés et classés selon une analyse thématique inductive des verbatims des participants. Résultats et discussion La plupart des interrogés ont eu une expérience académique positive, avec le sentiment d’être traités comme les autres étudiants. Néanmoins, ils ont eu tendance à favoriser les interactions avec d’autres étudiants IME, plus aisées. Le parcours professionnel est facilité par leur multilinguisme et la compréhension des patients IME, très représentés à Bruxelles. La diversité ethnique de l’équipe médicale est souvent recherchée, culturellement enrichissante et facilitant l’intégration parmi les collègues. Certains interrogés se sont heurtés à de la discrimination. Plusieurs pistes d’amélioration ont été suggérées, principalement des mesures visant à réduire la discrimination et l’isolement ethnique des interrogés. L'expérience des MGIME travaillant à Bruxelles est similaire à celle de médecins IME étudiée aux États-Unis, bien que la discrimination soit moins fréquente dans le cas des MGIME. Le parcours académique et professionnel des MGIME a donc été influencé par divers facteurs liés à leur origine ethnique. D’autres études belges pourraient essayer de quantifier cette influence ou mesurer l’efficacité des initiatives proposées pour faciliter leur parcours.
Nindaba - DivineUniversité catholique de Louvain
QC31 -QD7 -QD12 -QS31 -QS41 -QT14 -QT21 -QR31
Le dépistage du trait drépanocytaire en médecine générale : opinions et attitudes des médecins généralistes de la Région de Bruxelles-Capitale
Le dépistage du trait drépanocytaire en médecine générale : opinions et attitudes des médecins généralistes de la Région de Bruxelles-Capitale
Introduction. La drépanocytose est une maladie génétique se transmettant par le mode autosomique récessif. Il faut donc deux allèles mutés pour être malade. Porter le trait drépanocytaire peut donc entraîner des répercussions sur la future progéniture. Ce travail s’intéresse au dépistage de l’hémoglobine S par le médecin traitant. Il a pour but de comprendre les opinions et attitudes des médecins généralistes exerçant à Bruxelles sur la problématique. Méthodologie. Une étude qualitative a été menée du 11 mai 2023 au 06 juillet 2023 auprès de dix médecins généralistes de la région bruxelloise, au moyen d’entretiens semi-dirigés. Les participants ont été interrogés sur leur expérience avec la drépanocytose, la mise en place du dépistage du trait drépanocytaire ainsi que ses considérations éthiques. Chaque entretien a été retranscrit et étudié selon une analyse thématique inductive. Résultats et discussion. La majorité des médecins généralistes interrogés rapportent un niveau d’éducation basique sur la drépanocytose, qu’ils aient des patients concernés ou non. Sur base de leurs connaissances théoriques, la plupart des participants estiment qu’il est pertinent de dépister les personnes hétérozygotes. Cependant, seule la moitié d’entre eux le font en pratique. L’étude permet d’identifier plusieurs motivations et freins à la réalisation de ce test. Plusieurs raisons de participation des patients ressortent aussi de cette recherche. En somme, ce dépistage peut avoir sa place en médecine générale. Pour le patient, il permettrait d’accéder à une meilleure littératie en santé et à un pouvoir décisionnel sur sa vie reproductive. Pour la société, il pourrait mener à une diminution de la prévalence de la maladie et donc une réduction de ses frais économiques ainsi qu’à une complétion des données épidémiologiques. Conclusion. Cette étude démontre la faisabilité de ce dépistage dans la pratique de médecine générale. Il s’agit principalement d’un dépistage ciblé et non généralisé. Toutefois, avant de le mettre en place, les praticiens doivent être davantage sensibilisés sur la maladie et ses implications pour pouvoir divulguer la meilleure information aux intéressés.
Introduction. La drépanocytose est une maladie génétique se transmettant par le mode autosomique récessif. Il faut donc deux allèles mutés pour être malade. Porter le trait drépanocytaire peut donc entraîner des répercussions sur la future progéniture. Ce travail s’intéresse au dépistage de l’hémoglobine S par le médecin traitant. Il a pour but de comprendre les opinions et attitudes des médecins généralistes exerçant à Bruxelles sur la problématique. Méthodologie. Une étude qualitative a été menée du 11 mai 2023 au 06 juillet 2023 auprès de dix médecins généralistes de la région bruxelloise, au moyen d’entretiens semi-dirigés. Les participants ont été interrogés sur leur expérience avec la drépanocytose, la mise en place du dépistage du trait drépanocytaire ainsi que ses considérations éthiques. Chaque entretien a été retranscrit et étudié selon une analyse thématique inductive. Résultats et discussion. La majorité des médecins généralistes interrogés rapportent un niveau d’éducation basique sur la drépanocytose, qu’ils aient des patients concernés ou non. Sur base de leurs connaissances théoriques, la plupart des participants estiment qu’il est pertinent de dépister les personnes hétérozygotes. Cependant, seule la moitié d’entre eux le font en pratique. L’étude permet d’identifier plusieurs motivations et freins à la réalisation de ce test. Plusieurs raisons de participation des patients ressortent aussi de cette recherche. En somme, ce dépistage peut avoir sa place en médecine générale. Pour le patient, il permettrait d’accéder à une meilleure littératie en santé et à un pouvoir décisionnel sur sa vie reproductive. Pour la société, il pourrait mener à une diminution de la prévalence de la maladie et donc une réduction de ses frais économiques ainsi qu’à une complétion des données épidémiologiques. Conclusion. Cette étude démontre la faisabilité de ce dépistage dans la pratique de médecine générale. Il s’agit principalement d’un dépistage ciblé et non généralisé. Toutefois, avant de le mettre en place, les praticiens doivent être davantage sensibilisés sur la maladie et ses implications pour pouvoir divulguer la meilleure information aux intéressés.
Mulakilwa Zawadi - NaomiUniversité catholique de Louvain
31.003-QD41 -45.011-QD34 -45.001-45.007
Les obstacles et les facilitateurs dans la détection et la prise en charge des victimes de violences conjugales en médecine générale : une étude exploratoire (scoping review)
Les obstacles et les facilitateurs dans la détection et la prise en charge des victimes de violences conjugales en médecine générale : une étude exploratoire (scoping review)
La violence conjugale (VC) est un problème majeur de santé publique à l'échelle mondiale qui contribue à de sérieuses conséquences sur la santé des personnes victimes. Elle augmente les facteurs de risques de présenter multiples problèmes de santé physique et psychologique sur un court et long terme. Les médecins généralistes (MG) sont un des premiers acteurs de soins qui sont confrontés par cette problématique. Pourtant ils rencontrent de nombreuses difficultés dans l’abord et la prise en charge des victimes de VC. Cette étude a pour objectif d’identifier les obstacles et les facilitateurs de la détection et de la prise en charge des victimes de VC en médecine générale et de mieux comprendre leurs effets sur les soins offerts par les médecins généralistes. Par une étude exploratoire, scoping review, on a cherché à identifier les obstacles et facilitateurs qui influencent la qualité de soins décrits dans la littérature scientifique ainsi que les documents politiques et stratégiques produits par les instances de gouvernance. Les obstacles et facilitateurs de la détection et de la prise en charge des victimes de VC par le MG ont été articulés sur trois niveaux et transformés en termes neutres permettant de décrire des effets négatif ou positif en fonction du contexte : au niveau des MG, les facteurs influents sont la connaissance sur le sujet de la VC, les compétences à la prise en charge, la collaboration avec les collègues et les services d’aide spécialisés dans la VC, le sentiment d’être préparé, la confiance en soi ainsi que l’engagement du MG ; au niveau des patients, ils sont la divulgation du problème au médecin, la compliance aux soins et la relation de confiance avec le médecin ; et au niveau du système de soins de santé, ils sont l’existence de lignes directrices, la formation ciblée, le réseau de services d’aide spécialisée dans la VC, et le système de référencement et de collaboration assurant la continuité des soins. Les résultats soulignent l'importance d'aborder certains aspects du système de santé à différents niveaux afin que les MG puissent mieux prendre en charge les victimes de la VC. Les recherches futures permettront de définir un ensemble minimum d'exigences pour que le MG prenne en charge les victimes de VC de manière adéquate et proposer des interventions ciblées qui éliminent des obstacles et créent un environnement global de soutien.
La violence conjugale (VC) est un problème majeur de santé publique à l'échelle mondiale qui contribue à de sérieuses conséquences sur la santé des personnes victimes. Elle augmente les facteurs de risques de présenter multiples problèmes de santé physique et psychologique sur un court et long terme. Les médecins généralistes (MG) sont un des premiers acteurs de soins qui sont confrontés par cette problématique. Pourtant ils rencontrent de nombreuses difficultés dans l’abord et la prise en charge des victimes de VC. Cette étude a pour objectif d’identifier les obstacles et les facilitateurs de la détection et de la prise en charge des victimes de VC en médecine générale et de mieux comprendre leurs effets sur les soins offerts par les médecins généralistes. Par une étude exploratoire, scoping review, on a cherché à identifier les obstacles et facilitateurs qui influencent la qualité de soins décrits dans la littérature scientifique ainsi que les documents politiques et stratégiques produits par les instances de gouvernance. Les obstacles et facilitateurs de la détection et de la prise en charge des victimes de VC par le MG ont été articulés sur trois niveaux et transformés en termes neutres permettant de décrire des effets négatif ou positif en fonction du contexte : au niveau des MG, les facteurs influents sont la connaissance sur le sujet de la VC, les compétences à la prise en charge, la collaboration avec les collègues et les services d’aide spécialisés dans la VC, le sentiment d’être préparé, la confiance en soi ainsi que l’engagement du MG ; au niveau des patients, ils sont la divulgation du problème au médecin, la compliance aux soins et la relation de confiance avec le médecin ; et au niveau du système de soins de santé, ils sont l’existence de lignes directrices, la formation ciblée, le réseau de services d’aide spécialisée dans la VC, et le système de référencement et de collaboration assurant la continuité des soins. Les résultats soulignent l'importance d'aborder certains aspects du système de santé à différents niveaux afin que les MG puissent mieux prendre en charge les victimes de la VC. Les recherches futures permettront de définir un ensemble minimum d'exigences pour que le MG prenne en charge les victimes de VC de manière adéquate et proposer des interventions ciblées qui éliminent des obstacles et créent un environnement global de soutien.
Pesonen - MaximeUniversité catholique de Louvain
QS41 -QC51 -QD32
L’expérience des soins de santé primaires par les jeunes transgenres : une revue de la littérature.
L’expérience des soins de santé primaires par les jeunes transgenres : une revue de la littérature.
Résumé Introduction : Les jeunes transgenres sont plus à risques de dépression, troubles anxieux, idéations suicidaires, tentatives de suicides, suicide, trouble du comportement alimentaire, victime de stigmatisation et de violence, et de comportements sexuels à risque. Une écoute et un encadrement semblent alors plus que nécessaire afin de prévenir ces risques. But : Analyser l’expériences des soins de santé par les jeunes transgenres afin de déterminer les freins et les leviers à l’accès aux soins. Améliorer la prise en charge de ces patients. Matériel et méthode : Une revue de la littérature s’est déroulée de mars à août 2023 dans les bases de données de littérature quaternaire, tertiaire, secondaire et primaire, recherchant des articles publiés dans les 5 dernières correspondant aux critères d’inclusions. Résultats : 9 articles ont été retenus pour cette revue, comprenant 1 revue de la littérature, 2 études qualitatives, 3 études quantitatives, et 2 études mixtes (qualitative et quantitative). Plusieurs thèmes ressortent de l’analyse de ces études : 1/ les différents freins à l’accès aux soins, 2/ les conséquences de ces freins, 3/ les facteurs facilitants l’accès aux soins. Conclusion : Les recommandations issues de l’analyse de l’expérience des jeunes transgenres sont faciles à intégrer à la pratique en médecine générale et efficace sur la réduction du niveau de détresse psychologique, les idéations suicidaires et les tentatives de suicides. Mais cela nécessite une formation des professionnels des soins de santé, ainsi que du personnel administratif des établissements de soins. Il est aussi nécessaire d’étudier l’expérience des soins de santé par les jeunes transgenres en Europe, et plus précisément en Belgique, ainsi que de faire l’état des lieux des ressources existantes ici. Cela permettrait d’améliorer les soins trans-spécifiques belges, et fournir, par exemple, une liste de références des praticiens de gender-affirming care afin d’orienter les patients si nécessaire, faute de savoir les prendre en charge. Enfin, plus d’études longues pour les différents traitements de transitions sont nécessaires afin de connaitre les effets de ces traitements sur le long terme et guider au mieux les patients dans leurs transitions. Mots clés : transgender, transidentity, gender dysphoria, adolescent, youth, experience, primary care
Résumé Introduction : Les jeunes transgenres sont plus à risques de dépression, troubles anxieux, idéations suicidaires, tentatives de suicides, suicide, trouble du comportement alimentaire, victime de stigmatisation et de violence, et de comportements sexuels à risque. Une écoute et un encadrement semblent alors plus que nécessaire afin de prévenir ces risques. But : Analyser l’expériences des soins de santé par les jeunes transgenres afin de déterminer les freins et les leviers à l’accès aux soins. Améliorer la prise en charge de ces patients. Matériel et méthode : Une revue de la littérature s’est déroulée de mars à août 2023 dans les bases de données de littérature quaternaire, tertiaire, secondaire et primaire, recherchant des articles publiés dans les 5 dernières correspondant aux critères d’inclusions. Résultats : 9 articles ont été retenus pour cette revue, comprenant 1 revue de la littérature, 2 études qualitatives, 3 études quantitatives, et 2 études mixtes (qualitative et quantitative). Plusieurs thèmes ressortent de l’analyse de ces études : 1/ les différents freins à l’accès aux soins, 2/ les conséquences de ces freins, 3/ les facteurs facilitants l’accès aux soins. Conclusion : Les recommandations issues de l’analyse de l’expérience des jeunes transgenres sont faciles à intégrer à la pratique en médecine générale et efficace sur la réduction du niveau de détresse psychologique, les idéations suicidaires et les tentatives de suicides. Mais cela nécessite une formation des professionnels des soins de santé, ainsi que du personnel administratif des établissements de soins. Il est aussi nécessaire d’étudier l’expérience des soins de santé par les jeunes transgenres en Europe, et plus précisément en Belgique, ainsi que de faire l’état des lieux des ressources existantes ici. Cela permettrait d’améliorer les soins trans-spécifiques belges, et fournir, par exemple, une liste de références des praticiens de gender-affirming care afin d’orienter les patients si nécessaire, faute de savoir les prendre en charge. Enfin, plus d’études longues pour les différents traitements de transitions sont nécessaires afin de connaitre les effets de ces traitements sur le long terme et guider au mieux les patients dans leurs transitions. Mots clés : transgender, transidentity, gender dysphoria, adolescent, youth, experience, primary care
PAITRA - LucileUniversité libre de Bruxelles
QC24 -QD41 -QD12 -QC13 -QC12 -QT33 -A98-QC2
Dépistage du cancer du sein : point de vue des intéressées, comprendre les motivations et réticences au dépistage
Dépistage du cancer du sein : point de vue des intéressées, comprendre les motivations et réticences au dépistage
Résumé Introduction : le dépistage du cancer du sein organisé en Belgique concerne les femmes entre 50 et 69 ans et consiste en une mammographie tous les deux ans. La prévalence de la mammographie en Belgique en 2018 est de 67,3 % des femmes de cet intervalle d’âge au cours des deux dernières années. Il existe 2 types de dépistage : le dépistage organisé (DO) et le dépistage individuel (DI). La tendance est à la baisse par rapport à 2013. Plusieurs facteurs et raisons rentrent en compte pour expliquer la participation ou non au dépistage du cancer du sein. Les facteurs quantitatifs sont bien connus pour développer la participation ou non au dépistage organisé mais les facteurs qualitatifs comme les motivations et réticences au dépistage restent encore très flous et peu étudiée notamment en Belgique. L’objectif de ce TFE sera de faire exprimer aux patients ses sentiments, ses motivations, ses craintes, ses réticences face au dépistage du cancer du sein dans le but de mieux comprendre cette problématique peu abordée à mon sens en médecine générale, répondre de la meilleure manière aux questions de nos patients et ainsi encourager à participer au dépistage du cancer du sein. Méthodologie : Nous avons interrogé 12 patientes, 7 « motivées et 5 « réticentes ». Ces personnes ont été recrutées parmi la patientèle de mon maitre de stage mais aussi à l’extérieur. Ce sont des femmes éligibles au programme de dépistage du cancer du sein càd entre 50 et 69 ans et participantes ou non au dépistage. Elles ont participé à un entretien individuel à base de questions ouvertes. La méthodologie utilisée dans cette étude est qualitative. C’est une étude de type prospective non interventionnelle. Résultats : Parmi les réticences c’est la peur du diagnostic qui revient le plus souvent devant le sentiment de ne pas se sentir concernée. La douleur et la peur des traitements sont aussi fréquemment évoquées. Les motivations les plus souvent citées par les patientes sont l’intérêt pour sa santé (7/7), la peur de la maladie (5/7), l’incitation au dépistage par son gynécologue (6/7) notamment. Discussion et conclusion : Nous, médecins généralistes, devons explorer l’ambivalence en aidant le patient à faire émerger ses propres motivations et réticences. Nous devons aussi dispenser une information claire et précise sur ce dépistage. Nous pensons qu’il ne faut pas hésiter à relancer le sujet et à se montrer disponible pour répondre à toutes les interrogations. Le but étant d’amener le patient vers le dépistage du cancer du sein selon les directives.
Résumé Introduction : le dépistage du cancer du sein organisé en Belgique concerne les femmes entre 50 et 69 ans et consiste en une mammographie tous les deux ans. La prévalence de la mammographie en Belgique en 2018 est de 67,3 % des femmes de cet intervalle d’âge au cours des deux dernières années. Il existe 2 types de dépistage : le dépistage organisé (DO) et le dépistage individuel (DI). La tendance est à la baisse par rapport à 2013. Plusieurs facteurs et raisons rentrent en compte pour expliquer la participation ou non au dépistage du cancer du sein. Les facteurs quantitatifs sont bien connus pour développer la participation ou non au dépistage organisé mais les facteurs qualitatifs comme les motivations et réticences au dépistage restent encore très flous et peu étudiée notamment en Belgique. L’objectif de ce TFE sera de faire exprimer aux patients ses sentiments, ses motivations, ses craintes, ses réticences face au dépistage du cancer du sein dans le but de mieux comprendre cette problématique peu abordée à mon sens en médecine générale, répondre de la meilleure manière aux questions de nos patients et ainsi encourager à participer au dépistage du cancer du sein. Méthodologie : Nous avons interrogé 12 patientes, 7 « motivées et 5 « réticentes ». Ces personnes ont été recrutées parmi la patientèle de mon maitre de stage mais aussi à l’extérieur. Ce sont des femmes éligibles au programme de dépistage du cancer du sein càd entre 50 et 69 ans et participantes ou non au dépistage. Elles ont participé à un entretien individuel à base de questions ouvertes. La méthodologie utilisée dans cette étude est qualitative. C’est une étude de type prospective non interventionnelle. Résultats : Parmi les réticences c’est la peur du diagnostic qui revient le plus souvent devant le sentiment de ne pas se sentir concernée. La douleur et la peur des traitements sont aussi fréquemment évoquées. Les motivations les plus souvent citées par les patientes sont l’intérêt pour sa santé (7/7), la peur de la maladie (5/7), l’incitation au dépistage par son gynécologue (6/7) notamment. Discussion et conclusion : Nous, médecins généralistes, devons explorer l’ambivalence en aidant le patient à faire émerger ses propres motivations et réticences. Nous devons aussi dispenser une information claire et précise sur ce dépistage. Nous pensons qu’il ne faut pas hésiter à relancer le sujet et à se montrer disponible pour répondre à toutes les interrogations. Le but étant d’amener le patient vers le dépistage du cancer du sein selon les directives.
Suriano - NicolasUniversité catholique de Louvain
31.003
La dépression du postpartum en première ligne : étude qualitative sur l'expérience des médecins généralistes belges sur la prévention et le dépistage de la dépression du postpartum
La dépression du postpartum en première ligne : étude qualitative sur l'expérience des médecins généralistes belges sur la prévention et le dépistage de la dépression du postpartum
Objectif : Etudier le vécu et l'expérience des médecins généralistes en région de Bruxelles capitale et dans les communes à facilité dans le dépistage et la prévention de la dépression du postpartum. Investiguer leur approche personnelle, leurs interrogations et les difficultés auxquelles ils font face dans le contexte de cette pathologie. Méthode : Une recherche bibliographique a été effectuée dans un premier temps afin de définir la question de recherche. Une étude qualitative a été conduite pour y répondre en procédant à une analyse de contenu thématique d’entretiens individuels semi-dirigés réalisés avec guide d’entretien auprès de sept médecins généralistes belges. Résultats : Différents thèmes sont ressortis de ces entretiens individuels, notamment, la difficulté de poser le diagnostic, la stigmatisation associée à la pathologie, les avis divergents concernant la prévention, la place privilégiée du médecin généraliste tant pour le dépistage que pour le suivi, le manque d’utilisation de questionnaires d’auto-évaluation, le manque de psychothérapeutes pour assurer la continuité des soins. Conclusion : Le médecin généraliste a une place de choix pour prévenir et dépister la dépression du postpartum, pathologie fréquente aux conséquences lourdes. Ce travail vise à faire ressortir des approches permettant d’aider les médecins généralistes à identifier précocement les patientes souffrant de cette pathologie en tenant compte des circonstances individuelles propres à chaque femme. De plus, il souhaite évaluer la viabilité et le bénéfice éventuel d’une stratégie préventive vis-à-vis de la dépression périnatale. Indexation : P76 - W18 - QC22 - QS41 - QR31 Mots clés : dépression postpartum, médecin généraliste
Objectif : Etudier le vécu et l'expérience des médecins généralistes en région de Bruxelles capitale et dans les communes à facilité dans le dépistage et la prévention de la dépression du postpartum. Investiguer leur approche personnelle, leurs interrogations et les difficultés auxquelles ils font face dans le contexte de cette pathologie. Méthode : Une recherche bibliographique a été effectuée dans un premier temps afin de définir la question de recherche. Une étude qualitative a été conduite pour y répondre en procédant à une analyse de contenu thématique d’entretiens individuels semi-dirigés réalisés avec guide d’entretien auprès de sept médecins généralistes belges. Résultats : Différents thèmes sont ressortis de ces entretiens individuels, notamment, la difficulté de poser le diagnostic, la stigmatisation associée à la pathologie, les avis divergents concernant la prévention, la place privilégiée du médecin généraliste tant pour le dépistage que pour le suivi, le manque d’utilisation de questionnaires d’auto-évaluation, le manque de psychothérapeutes pour assurer la continuité des soins. Conclusion : Le médecin généraliste a une place de choix pour prévenir et dépister la dépression du postpartum, pathologie fréquente aux conséquences lourdes. Ce travail vise à faire ressortir des approches permettant d’aider les médecins généralistes à identifier précocement les patientes souffrant de cette pathologie en tenant compte des circonstances individuelles propres à chaque femme. De plus, il souhaite évaluer la viabilité et le bénéfice éventuel d’une stratégie préventive vis-à-vis de la dépression périnatale. Indexation : P76 - W18 - QC22 - QS41 - QR31 Mots clés : dépression postpartum, médecin généraliste
Bousmar - AlinaUniversité catholique de Louvain
P76-W18-QC22 -QS41 -QR31
Un kit d’auto-prélèvement vaginal, proposé par le médecin généraliste en collaboration avec le pharmacien, est-il un meilleur outil de dépistage pour le cancer du col de l’utérus chez les femmes bruxelloises sous-dépistées ?
Un kit d’auto-prélèvement vaginal, proposé par le médecin généraliste en collaboration avec le pharmacien, est-il un meilleur outil de dépistage pour le cancer du col de l’utérus chez les femmes bruxelloises sous-dépistées ?
Résumé : Introduction : En 2020, on dénombre 593 femmes touchées par le cancer du col de l’utérus (CCU) en Belgique. On constate que la plupart de ces cancers surviennent chez des femmes appartenant à des milieux plus défavorisés qui sont, elles, souvent sous-dépistées. Le nombre de patientes dépistées diminue au fil des années en régions bruxelloise et wallonne et ce à cause de la politique de dépistage qui reste opportuniste dans ces régions. On constate également que la méthode de dépistage actuelle (Pap-test) semble atteindre ses limites et qu’il serait judicieux d’intégrer le test HPV au dépistage. En effet, le test HPV est plus efficient pour diminuer l’incidence du CCU. Le fait que celui-ci soit réalisable à partir d’un auto-prélèvement vaginal (APV) apporte une plus-value d’autant plus que les études révèlent qu’il pourrait améliorer la participation des femmes sous-dépistées. De plus l’implication des médecins traitants, qui pourraient identifier les risques liés au CCU de leurs patientes, ainsi que des pharmaciens qui délivreraient ces kits d’APV constitue un atout non négligeable. L’objectif de cette étude est donc double. Premièrement, il s’agirait de vérifier si l’offre d’un matériel d’APV par le médecin généraliste en collaboration avec le pharmacien permet d’augmenter la participation au dépistage du CCU. Deuxièmement, de prouver que les facteurs de risque du CCU peuvent être identifiés avec précision par les médecins traitants à partir du dossier médical informatisé. Matériel et méthode : Les patientes éligibles seront recrutées et randomisées dans l’un des deux bras de l’étude. Dans le bras expérimental, les patientes recevront la prescription d’un kit d’APV à récupérer en pharmacie et dans le bras contrôle, elles recevront la recommandation d’effectuer un Pap-test. L’objectif étant de recruter 150 patientes au total. Pour l’identification des facteurs de risque du CCU on se référera à un questionnaire à compléter par chaque patiente. Résultat : Vu le nombre insuffisant de patientes recrutées, l’étude est toujours en cours. Il est impossible de communiquer des résultats définitifs pour le moment. Conclusion : La promotion du dépistage du CCU grâce à l’utilisation de kits d’APV à récupérer en pharmacie suite à une prescription faite par le médecin traitant qui connaît ses patientes et leurs facteurs de risque (dossier médical informatisé) est une piste à développer pour augmenter la participation des femmes bruxelloises sous-dépistées.
Résumé : Introduction : En 2020, on dénombre 593 femmes touchées par le cancer du col de l’utérus (CCU) en Belgique. On constate que la plupart de ces cancers surviennent chez des femmes appartenant à des milieux plus défavorisés qui sont, elles, souvent sous-dépistées. Le nombre de patientes dépistées diminue au fil des années en régions bruxelloise et wallonne et ce à cause de la politique de dépistage qui reste opportuniste dans ces régions. On constate également que la méthode de dépistage actuelle (Pap-test) semble atteindre ses limites et qu’il serait judicieux d’intégrer le test HPV au dépistage. En effet, le test HPV est plus efficient pour diminuer l’incidence du CCU. Le fait que celui-ci soit réalisable à partir d’un auto-prélèvement vaginal (APV) apporte une plus-value d’autant plus que les études révèlent qu’il pourrait améliorer la participation des femmes sous-dépistées. De plus l’implication des médecins traitants, qui pourraient identifier les risques liés au CCU de leurs patientes, ainsi que des pharmaciens qui délivreraient ces kits d’APV constitue un atout non négligeable. L’objectif de cette étude est donc double. Premièrement, il s’agirait de vérifier si l’offre d’un matériel d’APV par le médecin généraliste en collaboration avec le pharmacien permet d’augmenter la participation au dépistage du CCU. Deuxièmement, de prouver que les facteurs de risque du CCU peuvent être identifiés avec précision par les médecins traitants à partir du dossier médical informatisé. Matériel et méthode : Les patientes éligibles seront recrutées et randomisées dans l’un des deux bras de l’étude. Dans le bras expérimental, les patientes recevront la prescription d’un kit d’APV à récupérer en pharmacie et dans le bras contrôle, elles recevront la recommandation d’effectuer un Pap-test. L’objectif étant de recruter 150 patientes au total. Pour l’identification des facteurs de risque du CCU on se référera à un questionnaire à compléter par chaque patiente. Résultat : Vu le nombre insuffisant de patientes recrutées, l’étude est toujours en cours. Il est impossible de communiquer des résultats définitifs pour le moment. Conclusion : La promotion du dépistage du CCU grâce à l’utilisation de kits d’APV à récupérer en pharmacie suite à une prescription faite par le médecin traitant qui connaît ses patientes et leurs facteurs de risque (dossier médical informatisé) est une piste à développer pour augmenter la participation des femmes bruxelloises sous-dépistées.
Bosefe - AnaïsUniversité catholique de Louvain
X75-QS41 -QR325 -37.006-QC22 -QD42 -QP6 -QS13
Perception des médecins généralistes concernant l'évolution de la place des téléconsultations
Perception des médecins généralistes concernant l'évolution de la place des téléconsultations
Introduction : La médecine évolue avec le temps et les progrès technologiques, mais comment cela est-il intégré et accepté par les médecins ? Cette question trouve bien son sens, particulièrement depuis la pandémie du Covid-19 qui a propulsé les téléconsultations au premier plan dans la gestion et la prise en charge des patients. Cette crise sanitaire a permis de booster les téléconsultations avec l’instauration d’un cadre déontologique et légal, mais qu’en est-il actuellement ? Les médecins généralistes considèrent-ils les téléconsultations comme faisant partie intégrante de leur pratique actuelle et future ? L’objectif de cette étude est d’examiner l’évolution du rôle des téléconsultations dans la pratique des médecins généralistes. Matériels et méthodes : Une étude qualitative a été réalisée sous la forme d’entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes francophones exerçant à Bruxelles du 12 juillet au 31 juillet 2023. Le recrutement a été fait par téléphone afin de recueillir un maximum de participant et de respecter au mieux la diversité. Les interviews ont tous eu lieu en présentiel et ont ensuite été retranscrits. Une analyse thématique a ensuite été faite. Résultats : Les points importants qui ressortent de cette étude sont les limites des téléconsultations que sont : le manque d’examen clinique, le retard diagnostic et le risque d’erreur diagnostic. Le renouvellement de prescriptions, la demande d’avis médical, la transmission de résultats d’examens et les demandes administratives sont décrits comme motifs de téléconsultations utilisés durant la crise sanitaire. L’avantage principal rapporté par les médecins est la continuité des soins qui a pu être assurée. Il ressort également que les consultations téléphoniques étaient utilisées occasionnellement par certains médecins avant la crise sanitaire dans des situations principalement d’urgences. Conclusion : Cette étude montre que les médecins généralistes sont réticents à une intégration totale des téléconsultations dans leur pratique, préconisant un usage ponctuel de cet outil. Le manque d’examen clinique et le risque d’erreur médicale sont les principaux freins aux téléconsultations.
Introduction : La médecine évolue avec le temps et les progrès technologiques, mais comment cela est-il intégré et accepté par les médecins ? Cette question trouve bien son sens, particulièrement depuis la pandémie du Covid-19 qui a propulsé les téléconsultations au premier plan dans la gestion et la prise en charge des patients. Cette crise sanitaire a permis de booster les téléconsultations avec l’instauration d’un cadre déontologique et légal, mais qu’en est-il actuellement ? Les médecins généralistes considèrent-ils les téléconsultations comme faisant partie intégrante de leur pratique actuelle et future ? L’objectif de cette étude est d’examiner l’évolution du rôle des téléconsultations dans la pratique des médecins généralistes. Matériels et méthodes : Une étude qualitative a été réalisée sous la forme d’entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes francophones exerçant à Bruxelles du 12 juillet au 31 juillet 2023. Le recrutement a été fait par téléphone afin de recueillir un maximum de participant et de respecter au mieux la diversité. Les interviews ont tous eu lieu en présentiel et ont ensuite été retranscrits. Une analyse thématique a ensuite été faite. Résultats : Les points importants qui ressortent de cette étude sont les limites des téléconsultations que sont : le manque d’examen clinique, le retard diagnostic et le risque d’erreur diagnostic. Le renouvellement de prescriptions, la demande d’avis médical, la transmission de résultats d’examens et les demandes administratives sont décrits comme motifs de téléconsultations utilisés durant la crise sanitaire. L’avantage principal rapporté par les médecins est la continuité des soins qui a pu être assurée. Il ressort également que les consultations téléphoniques étaient utilisées occasionnellement par certains médecins avant la crise sanitaire dans des situations principalement d’urgences. Conclusion : Cette étude montre que les médecins généralistes sont réticents à une intégration totale des téléconsultations dans leur pratique, préconisant un usage ponctuel de cet outil. Le manque d’examen clinique et le risque d’erreur médicale sont les principaux freins aux téléconsultations.
Hajji - SaraUniversité catholique de Louvain
46.001
L'existence d'un lien quantitatif entre l'observance thérapeutique et la consommation de substances illicites
L'existence d'un lien quantitatif entre l'observance thérapeutique et la consommation de substances illicites
Abstract Contexte : Les patiente∙s consommateur∙ices de substances ont plus de maladies chroniques que la population générale. Alors que la médecine générale est une force pour la santé de ces patient.es, les problèmes d’adhérence sont une barrière à la prise en charge de qualité. Mon impression d’une plus grande prévalence de l’inadhérence chez ces patient.es se vérifie-t-elle dans la réalité ? Matériel et méthodes : Pour répondre à la question de recherche sur l’existence d’un lien quantitatif entre la consommation de substances illicites et l’inobservance thérapeutique, nous avons réalisé une revue méthodique de la littérature du 1 juin au 20 juillet 2023, à partir de 5 bases de données (Pubmed, tripdatabase, cible+, CISMef et Psychinfo). Des critères d’inclusion et exclusion ont été appliqués. Les articles ont été sélectionnés sur base du titre, de l’abstract et puis du texte. La qualité des 10 articles retenus a été analysée. Résultats: 10 études de cohorte ont été retenues. La moyenne d’inadhérence chez les consommateur∙ice∙s de substances varie entre 8,4 et 33,3%. L’évidence d’une association entre la consommation de substances et l’inadhérence est positive pour 2 études et négative pour 3 autres. Le traitement de substitution participe à une meilleure adhérence ( 61,1% contre 46,1% p=0,04). La consommation active ou ancienne n’influence statistiquement par l’adhérence ( RR=0,84 95% IC=0,33-2,10) Conclusion : La relation entre l’adhérence et la consommation de substances n’est pas unanimement démontrée. Cette revue manque de diversité quant aux domaines et des sujets de l’adhérence investigués pour tirer une conclusion sur base des résultats. Cependant le traitement de substitution aux opioïdes montre un bénéfice en terme d’adhérence thérapeutique Mots-clés: Adherence, compliance, observance, chronic disease, substance related disorder ,cocaine related disorder, cannabis related disorder.
Abstract Contexte : Les patiente∙s consommateur∙ices de substances ont plus de maladies chroniques que la population générale. Alors que la médecine générale est une force pour la santé de ces patient.es, les problèmes d’adhérence sont une barrière à la prise en charge de qualité. Mon impression d’une plus grande prévalence de l’inadhérence chez ces patient.es se vérifie-t-elle dans la réalité ? Matériel et méthodes : Pour répondre à la question de recherche sur l’existence d’un lien quantitatif entre la consommation de substances illicites et l’inobservance thérapeutique, nous avons réalisé une revue méthodique de la littérature du 1 juin au 20 juillet 2023, à partir de 5 bases de données (Pubmed, tripdatabase, cible+, CISMef et Psychinfo). Des critères d’inclusion et exclusion ont été appliqués. Les articles ont été sélectionnés sur base du titre, de l’abstract et puis du texte. La qualité des 10 articles retenus a été analysée. Résultats: 10 études de cohorte ont été retenues. La moyenne d’inadhérence chez les consommateur∙ice∙s de substances varie entre 8,4 et 33,3%. L’évidence d’une association entre la consommation de substances et l’inadhérence est positive pour 2 études et négative pour 3 autres. Le traitement de substitution participe à une meilleure adhérence ( 61,1% contre 46,1% p=0,04). La consommation active ou ancienne n’influence statistiquement par l’adhérence ( RR=0,84 95% IC=0,33-2,10) Conclusion : La relation entre l’adhérence et la consommation de substances n’est pas unanimement démontrée. Cette revue manque de diversité quant aux domaines et des sujets de l’adhérence investigués pour tirer une conclusion sur base des résultats. Cependant le traitement de substitution aux opioïdes montre un bénéfice en terme d’adhérence thérapeutique Mots-clés: Adherence, compliance, observance, chronic disease, substance related disorder ,cocaine related disorder, cannabis related disorder.
Van Gestel - Manoé Université catholique de Louvain
Quelle est la pertinence du diagnostic de trouble du spectre de l'autisme chez l'adulte sans déficience intellectuelle en médecine générale ? Revue de la littérature
Quelle est la pertinence du diagnostic de trouble du spectre de l'autisme chez l'adulte sans déficience intellectuelle en médecine générale ? Revue de la littérature
Les troubles du spectre de l’autisme sont extrêmement hétérogènes et sont des troubles neurodéveloppementaux. Parfois ce trouble n’est pas identifié pendant l’enfance mais peut se manifester quand l’individu ne sait plus répondre aux exigences de son milieu. Ces troubles se caractérisent par des difficultés dans les sphères de la communication, des intérêts restreints et répétitifs mais également des troubles sensoriels. Ils peuvent s’accompagner de beaucoup de comorbidités, qui peuvent être d’ordre psychiatrique ou somatique. Il est fort probable que des patients non diagnostiqués sur le spectre autistique se retrouvent en salle de consultation chez leur généraliste, et c’est pourquoi des méthodes d’identification de ces troubles utilisables dans ce cadre peuvent d’avérer très utiles, étant donné que l’accès aux équipes spécialisées dans l’autisme peut demander beaucoup de patience vu les délais. Certains outils de diagnostic nécessitent une formation et une pratique importante, ce qui contrarie leur utilisation en médecine générale, mais les outils de screening peuvent permettre une première approche du diagnostic, ce qui peut justifier par la suite le recours aux spécialistes pour obtenir un diagnostic formel. En cas de suspicion d’un TSA, on ne peut pas se baser que sur les outils de screening ou diagnostiques, il faut aussi bien évidemment faire une anamnèse très complète de tous les symptômes présents depuis l’enfance, et pourquoi pas intégrer des proches ayant connu le patient dans sa jeunesse pour la compléter. Même si le diagnostic n’a pas été posé de manière définitive, l’individu peut d’ores-et-déjà mettre en place dans son quotidien des mesures visant à améliorer son bien-être et sa qualité de vie.
Les troubles du spectre de l’autisme sont extrêmement hétérogènes et sont des troubles neurodéveloppementaux. Parfois ce trouble n’est pas identifié pendant l’enfance mais peut se manifester quand l’individu ne sait plus répondre aux exigences de son milieu. Ces troubles se caractérisent par des difficultés dans les sphères de la communication, des intérêts restreints et répétitifs mais également des troubles sensoriels. Ils peuvent s’accompagner de beaucoup de comorbidités, qui peuvent être d’ordre psychiatrique ou somatique. Il est fort probable que des patients non diagnostiqués sur le spectre autistique se retrouvent en salle de consultation chez leur généraliste, et c’est pourquoi des méthodes d’identification de ces troubles utilisables dans ce cadre peuvent d’avérer très utiles, étant donné que l’accès aux équipes spécialisées dans l’autisme peut demander beaucoup de patience vu les délais. Certains outils de diagnostic nécessitent une formation et une pratique importante, ce qui contrarie leur utilisation en médecine générale, mais les outils de screening peuvent permettre une première approche du diagnostic, ce qui peut justifier par la suite le recours aux spécialistes pour obtenir un diagnostic formel. En cas de suspicion d’un TSA, on ne peut pas se baser que sur les outils de screening ou diagnostiques, il faut aussi bien évidemment faire une anamnèse très complète de tous les symptômes présents depuis l’enfance, et pourquoi pas intégrer des proches ayant connu le patient dans sa jeunesse pour la compléter. Même si le diagnostic n’a pas été posé de manière définitive, l’individu peut d’ores-et-déjà mettre en place dans son quotidien des mesures visant à améliorer son bien-être et sa qualité de vie.
Hespel - MathildeUniversité libre de Bruxelles
P99-P27-QC14
L'euthanasie active : approche du médecin généraliste Hennuyer et difficultés rencontrées en 2023.
L'euthanasie active : approche du médecin généraliste Hennuyer et difficultés rencontrées en 2023.
Introduction L’euthanasie active est un acte qui a été légalisé en Belgique en 2002. Dans le cadre de la pratique ambulatoire, cette étude met en évidence les difficultés rencontrées par les médecins généralistes dans le Hainaut au cours de ce processus d’EA. Méthodologie J’ai ici réalisé une étude qualitative auprès de médecins généralistes de la région du Centre via un questionnaire menant à des entretiens semi-dirigés. Résultats J’ai interrogé au total neuf MG. En général, les connaissances légales relatives à l’EA sont connues dans les grandes lignes. Les produits employés pour réaliser l’acte sont également connus pour la majorité. Plusieurs notions ont été soulevées au cours des entretiens. Premièrement, le fait que la notion de souffrance soit difficilement objectivable. Ensuite, le fait qu’il soit plus facile d’accorder une EA à un patient souffrant d’une pathologie physique claire qu’à un patient souffrant d’une maladie psychiatrique ou neurologique. Enfin, les motifs de refus d’EA sont variés, mais le plus souvent cité est le fait que le patient ne répond pas aux critères permettant une EA. Concernant les difficultés inhérentes à l’acte, les réponses allaient souvent dans le même sens : la crainte d’une difficulté à poser convenablement une voie d’entrée, parfois quelques soucis avec la famille et les soignants, et rarement l’intervention des croyances dans la pratique de l’EA. Enfin, le dernier volet étudié ici concernait l’éventuelle charge administrative avant et après l’EA. Les réponses étaient relativement unanimes : en pratique ambulatoire, où l’acte est assez rarement pratiqué, le document est assez lourd à remplir. Conclusion Ce travail a permis de soulever quelques notions non abordées jusqu’ici dans la littérature. Des pistes sont alors mises en évidence pour à la fois améliorer la connaissance générale de l’EA, et pour permettre une meilleure fluidité dans la pratique de l’EA ainsi qu’une limitation des difficultés que les médecins la pratiquant peuvent rencontrer.
Introduction L’euthanasie active est un acte qui a été légalisé en Belgique en 2002. Dans le cadre de la pratique ambulatoire, cette étude met en évidence les difficultés rencontrées par les médecins généralistes dans le Hainaut au cours de ce processus d’EA. Méthodologie J’ai ici réalisé une étude qualitative auprès de médecins généralistes de la région du Centre via un questionnaire menant à des entretiens semi-dirigés. Résultats J’ai interrogé au total neuf MG. En général, les connaissances légales relatives à l’EA sont connues dans les grandes lignes. Les produits employés pour réaliser l’acte sont également connus pour la majorité. Plusieurs notions ont été soulevées au cours des entretiens. Premièrement, le fait que la notion de souffrance soit difficilement objectivable. Ensuite, le fait qu’il soit plus facile d’accorder une EA à un patient souffrant d’une pathologie physique claire qu’à un patient souffrant d’une maladie psychiatrique ou neurologique. Enfin, les motifs de refus d’EA sont variés, mais le plus souvent cité est le fait que le patient ne répond pas aux critères permettant une EA. Concernant les difficultés inhérentes à l’acte, les réponses allaient souvent dans le même sens : la crainte d’une difficulté à poser convenablement une voie d’entrée, parfois quelques soucis avec la famille et les soignants, et rarement l’intervention des croyances dans la pratique de l’EA. Enfin, le dernier volet étudié ici concernait l’éventuelle charge administrative avant et après l’EA. Les réponses étaient relativement unanimes : en pratique ambulatoire, où l’acte est assez rarement pratiqué, le document est assez lourd à remplir. Conclusion Ce travail a permis de soulever quelques notions non abordées jusqu’ici dans la littérature. Des pistes sont alors mises en évidence pour à la fois améliorer la connaissance générale de l’EA, et pour permettre une meilleure fluidité dans la pratique de l’EA ainsi qu’une limitation des difficultés que les médecins la pratiquant peuvent rencontrer.
Pourbaix - GauvainUniversité libre de Bruxelles
A20-QE31 -QR31 -QS41
« Dépistage et diagnostic des troubles anxieux chez les enfants et adolescents en médecine générale : aperçu de l’expérience de médecins généralistes en province de Hainaut »
« Dépistage et diagnostic des troubles anxieux chez les enfants et adolescents en médecine générale : aperçu de l’expérience de médecins généralistes en province de Hainaut »
Introduction : Les troubles anxieux font partie des troubles psychiatriques les plus fréquents chez les enfants et les adolescents (1). La détection précoce et la prise en charge adaptée de ces troubles améliorent considérablement leur pronostic. Malgré leur prévalence et leur impact considérable chez les jeunes, ceux-ci restent sous-diagnostiqués (2), (5). L’objectif de ce travail de fin d’études est d’avoir un aperçu des connaissances, pratiques actuelles et difficultés rencontrées par les médecins généralistes dans le dépistage et le diagnostic de ces troubles afin d’optimiser leur prise en charge. Méthodologie : Une recherche de littérature suivie d’une étude qualitative par entretiens semi-dirigés ont été réalisées auprès de médecins généralistes en province de Hainaut, sélectionnés sur base de leur hétérogénéité. S’est sont suivies une analyse thématique et l’élaboration de catégories conceptualisantes. Résultats : Les médecins interviewés ont conscience du rôle qu’ils ont à jouer dans l’identification des troubles anxieux pédiatriques. Différents obstacles à une détection rapide de ces troubles ont été relevés : liés au patient, à son entourage, au médecin généraliste, à la société, aux structures de soins de santé mentale et au milieu scolaire. Des facilitateurs ont été décrits concernant notamment le cadre de consultation, la qualité de la relation thérapeutique mais également les connaissances par les médecins des structures existantes. Plusieurs pistes d’amélioration ont été évoquées : sensibiliser davantage les médecins ainsi que la population et les écoles, renforcer la formation des médecins, améliorer la communication entre les médecins généralistes et les autres intervenants, renforcer les équipes au sein du cabinet de médecine générale et tenter de déceler les besoins et attentes des enfants. Conclusion : Les troubles anxieux sont un motif de consultation rencontré de manière quotidienne par les médecins généralistes. Ce travail a permis de mettre en lumière des facilitateurs, des freins ainsi que des perspectives d’amélioration dans le cadre du dépistage et du diagnostic des troubles anxieux pédiatriques afin d’optimiser cette prise en charge au sein du cabinet de médecine générale. Mots-clés : Troubles anxieux, enfants, médecine générale, médecin généraliste, étude qualitative.
Introduction : Les troubles anxieux font partie des troubles psychiatriques les plus fréquents chez les enfants et les adolescents (1). La détection précoce et la prise en charge adaptée de ces troubles améliorent considérablement leur pronostic. Malgré leur prévalence et leur impact considérable chez les jeunes, ceux-ci restent sous-diagnostiqués (2), (5). L’objectif de ce travail de fin d’études est d’avoir un aperçu des connaissances, pratiques actuelles et difficultés rencontrées par les médecins généralistes dans le dépistage et le diagnostic de ces troubles afin d’optimiser leur prise en charge. Méthodologie : Une recherche de littérature suivie d’une étude qualitative par entretiens semi-dirigés ont été réalisées auprès de médecins généralistes en province de Hainaut, sélectionnés sur base de leur hétérogénéité. S’est sont suivies une analyse thématique et l’élaboration de catégories conceptualisantes. Résultats : Les médecins interviewés ont conscience du rôle qu’ils ont à jouer dans l’identification des troubles anxieux pédiatriques. Différents obstacles à une détection rapide de ces troubles ont été relevés : liés au patient, à son entourage, au médecin généraliste, à la société, aux structures de soins de santé mentale et au milieu scolaire. Des facilitateurs ont été décrits concernant notamment le cadre de consultation, la qualité de la relation thérapeutique mais également les connaissances par les médecins des structures existantes. Plusieurs pistes d’amélioration ont été évoquées : sensibiliser davantage les médecins ainsi que la population et les écoles, renforcer la formation des médecins, améliorer la communication entre les médecins généralistes et les autres intervenants, renforcer les équipes au sein du cabinet de médecine générale et tenter de déceler les besoins et attentes des enfants. Conclusion : Les troubles anxieux sont un motif de consultation rencontré de manière quotidienne par les médecins généralistes. Ce travail a permis de mettre en lumière des facilitateurs, des freins ainsi que des perspectives d’amélioration dans le cadre du dépistage et du diagnostic des troubles anxieux pédiatriques afin d’optimiser cette prise en charge au sein du cabinet de médecine générale. Mots-clés : Troubles anxieux, enfants, médecine générale, médecin généraliste, étude qualitative.
Bayot - ApollineUniversité catholique de Louvain
31.003-43.007-P01-QC12 -QC13 -QP3 -QR31 -QS41
Diabésité : quelles sont les différences d'efficacité sur la perte de poids et le contrôle glycémique entre les inhibiteurs du SGLT2 et les agonistes du récepteur GLP-1 chez les adultes diabétiques de type 2 et obèses ? Une revue de la littérature
Diabésité : quelles sont les différences d'efficacité sur la perte de poids et le contrôle glycémique entre les inhibiteurs du SGLT2 et les agonistes du récepteur GLP-1 chez les adultes diabétiques de type 2 et obèses ? Une revue de la littérature
Introduction : La diabésité est un néologisme créé à partir du mot « diabète » et « obésité ». Il met en évidence la corrélation physiopathologique entre l'accumulation excessive de tissu adipeux et l'insulino-résistance dans le diabète de type 2. Face à la prévalence croissante de l'obésité, une approche idéale de traitement devrait associer une gestion glycémique optimale à la réduction du poids. Nous nous pencherons sur deux classes de médicaments : les inhibiteurs de SGLT2 et les analogues de GLP-1. Cette étude vise à éclairer les différences d’efficacité entre les deux, dans le but de guider la décision clinique en médecine générale. Méthodologie : Une revue de littérature a été effectuée afin de synthétiser les données publiées entre 2019 et 2023. Les moteurs de recherche PubMed, Embase et Cochrane Library ont été consultés à l’aide d’une équation de recherche. D’autres articles ont été ajoutés manuellement à partir du site Google Scholar. La sélection d’articles a été faite selon un diagramme de flux basé sur des critères d’inclusion et d’exclusion prédéfinis. Résultats : 18 articles ont été sélectionnés concernant les effets des i-SGLT2 et/ou analogues de GLP-1 sur le poids et l’HbA1c chez les patients diabétiques et obèses. Parmi les études retenues, nous comptons 1 essai comparatif randomisé (ECR), 6 études rétrospectives, 1 étude prospective, 1 interventionnelle et 9 revues de littérature. Conclusion : Les résultats montrent une efficacité comparable en termes de perte de poids entre les i-SGLT2 et analogues de GLP-1, avec une légère préférence pour ces derniers en diminuant l'HbA1c (0,5%-1%). Le choix du médicament devrait se baser sur les préférences du patient, les comorbidités et les effets secondaires. L'étude souligne l'importance de l’approche personnalisée et holistique dans la prise de décision clinique dans le contexte de diabésité.
Introduction : La diabésité est un néologisme créé à partir du mot « diabète » et « obésité ». Il met en évidence la corrélation physiopathologique entre l'accumulation excessive de tissu adipeux et l'insulino-résistance dans le diabète de type 2. Face à la prévalence croissante de l'obésité, une approche idéale de traitement devrait associer une gestion glycémique optimale à la réduction du poids. Nous nous pencherons sur deux classes de médicaments : les inhibiteurs de SGLT2 et les analogues de GLP-1. Cette étude vise à éclairer les différences d’efficacité entre les deux, dans le but de guider la décision clinique en médecine générale. Méthodologie : Une revue de littérature a été effectuée afin de synthétiser les données publiées entre 2019 et 2023. Les moteurs de recherche PubMed, Embase et Cochrane Library ont été consultés à l’aide d’une équation de recherche. D’autres articles ont été ajoutés manuellement à partir du site Google Scholar. La sélection d’articles a été faite selon un diagramme de flux basé sur des critères d’inclusion et d’exclusion prédéfinis. Résultats : 18 articles ont été sélectionnés concernant les effets des i-SGLT2 et/ou analogues de GLP-1 sur le poids et l’HbA1c chez les patients diabétiques et obèses. Parmi les études retenues, nous comptons 1 essai comparatif randomisé (ECR), 6 études rétrospectives, 1 étude prospective, 1 interventionnelle et 9 revues de littérature. Conclusion : Les résultats montrent une efficacité comparable en termes de perte de poids entre les i-SGLT2 et analogues de GLP-1, avec une légère préférence pour ces derniers en diminuant l'HbA1c (0,5%-1%). Le choix du médicament devrait se baser sur les préférences du patient, les comorbidités et les effets secondaires. L'étude souligne l'importance de l’approche personnalisée et holistique dans la prise de décision clinique dans le contexte de diabésité.
Merino Diez - AnaUniversité catholique de Louvain
T90-T82
Les retards du langage chez les enfants en âge préscolaire en médecine générale - Etude qualitative sur l’expérience des médecins généralistes travaillant en Belgique francophone sur sa prise en charge
Les retards du langage chez les enfants en âge préscolaire en médecine générale - Etude qualitative sur l’expérience des médecins généralistes travaillant en Belgique francophone sur sa prise en charge
Objectif : Le retard de langage est un problème fréquent chez les enfants en âge préscolaire et peut entraîner des répercussions sur le long terme. L’objectif de cette étude est de comprendre l’expérience des médecins généralistes en Belgique francophone au sujet du retard de langage chez les enfants en âge préscolaire, identifier leur rôle, leurs attitudes et les difficultés rencontrées. Méthode : Une recherche bibliographique a été menée dans un premier temps sur les moteurs de recherche PUBMED, COCHRANE et EMBASE afin de définir et préciser la question de recherche. Une étude qualitative a ensuite été réalisée sur base d’entretiens individuels semi- dirigés auprès de 7 médecins généralistes. Une analyse thématique a finalement permis d’en étudier le contenu. Résultats : Les thèmes extraits de l’analyse thématique ont été les suivants : l’identification des enfants avec retard de langage, le bilan et le diagnostic, le suivi, la relation triangulaire parents-enfant-généraliste et la sensibilisation des parents et médecins traitants à ce sujet. Le rôle du médecin généraliste semble prédominant lors de la phase d’identification. Les médecins traitants ont identifié différents freins dans la prise en charge de ces enfants : un manque de temps en consultation, un manque de formation, la plainte aiguë de l’enfant et un manque d’outils en première ligne. Ils soulèvent également les difficultés de la barrière linguistique des parents, de leur potentiel manque de connaissances et de certains accrocs dans la communication avec les spécialistes. Conclusions : Différentes propositions sont ressorties pour pallier ces freins telles qu’élaborer ou étudier la faisabilité d’un outil d’identification rapide et fiable, mettre en place des formations spécifiques ou mettre à disposition des prospectus informatifs dans différentes langues pour les familles. Nous suggérons également d’aller plus loin dans la recherche en étudiant la collaboration interprofessionnelle entre les différents acteurs de la prise en charge du retard de langage, et de promouvoir une communication efficace et bidirectionnelle.
Objectif : Le retard de langage est un problème fréquent chez les enfants en âge préscolaire et peut entraîner des répercussions sur le long terme. L’objectif de cette étude est de comprendre l’expérience des médecins généralistes en Belgique francophone au sujet du retard de langage chez les enfants en âge préscolaire, identifier leur rôle, leurs attitudes et les difficultés rencontrées. Méthode : Une recherche bibliographique a été menée dans un premier temps sur les moteurs de recherche PUBMED, COCHRANE et EMBASE afin de définir et préciser la question de recherche. Une étude qualitative a ensuite été réalisée sur base d’entretiens individuels semi- dirigés auprès de 7 médecins généralistes. Une analyse thématique a finalement permis d’en étudier le contenu. Résultats : Les thèmes extraits de l’analyse thématique ont été les suivants : l’identification des enfants avec retard de langage, le bilan et le diagnostic, le suivi, la relation triangulaire parents-enfant-généraliste et la sensibilisation des parents et médecins traitants à ce sujet. Le rôle du médecin généraliste semble prédominant lors de la phase d’identification. Les médecins traitants ont identifié différents freins dans la prise en charge de ces enfants : un manque de temps en consultation, un manque de formation, la plainte aiguë de l’enfant et un manque d’outils en première ligne. Ils soulèvent également les difficultés de la barrière linguistique des parents, de leur potentiel manque de connaissances et de certains accrocs dans la communication avec les spécialistes. Conclusions : Différentes propositions sont ressorties pour pallier ces freins telles qu’élaborer ou étudier la faisabilité d’un outil d’identification rapide et fiable, mettre en place des formations spécifiques ou mettre à disposition des prospectus informatifs dans différentes langues pour les familles. Nous suggérons également d’aller plus loin dans la recherche en étudiant la collaboration interprofessionnelle entre les différents acteurs de la prise en charge du retard de langage, et de promouvoir une communication efficace et bidirectionnelle.
Vloeberghs - IzumiUniversité catholique de Louvain
N19-QS41 -QC12 -QR31
Prise en charge du cancer anal chez les patients à risque en première ligne : étude quantitative auprès des médecins généralistes francophones en Belgique
Prise en charge du cancer anal chez les patients à risque en première ligne : étude quantitative auprès des médecins généralistes francophones en Belgique
Le cancer de l’anus est une pathologie peu connue mais son incidence a augmenté au cours de ces dernières années. Bien qu’elle soit faible dans la population générale (1-2/100 000 personnes-année), on retrouve une population à haut risque où le taux d’incidence est plus élevé. Le cancer de l’anus étant causé principalement par une infection persistante au Papillomavirus humain (90-95% des cas), les médecins généralistes ont un rôle à jouer dans la sensibilisation de la vaccination auprès des patients ainsi que dans le dépistage du cancer de l’anus auprès du public cible. Ainsi, malgré son faible pourcentage de représentation des tumeurs du tractus digestif, de l’ordre de 1 à 2%, il est intéressant de s’y attarder. Considérant l’importance de la thématique, une étude quantitative observationnelle de type transversale a été réalisée afin de dresser un état des lieux des connaissances et de l’intérêt des médecins généralistes concernant la prise en charge du cancer anal. Cent-vingt-neuf médecins exerçant en Belgique francophones ont participé à notre étude. Notre travail a mis en évidence que ces médecins généralistes en Belgique francophone avaient conscience de leurs lacunes concernant la prise en charge du cancer de l’anus. Ces lacunes concernaient tant la population à risque pour le dépistage que la détection des symptômes. Elles pouvaient malheureusement mener à un retard diagnostic tout comme la localisation jugée honteuse de la maladie. Les outils de dépistage étaient également méconnus. L’intérêt à s’informer à ce sujet et à se former au dépistage a bien été rencontré. Pour répondre à cette demande, une fiche pratique à destination des médecins généralistes a été réalisée. Une majorité des répondants considéraient le dépistage de l’ordre de la première ligne de soin. Mots-clés : médecin généraliste, cancer de l’anus, Papillomavirus humain, prévention, dépistage, Belgique, population à risque, vaccination
Le cancer de l’anus est une pathologie peu connue mais son incidence a augmenté au cours de ces dernières années. Bien qu’elle soit faible dans la population générale (1-2/100 000 personnes-année), on retrouve une population à haut risque où le taux d’incidence est plus élevé. Le cancer de l’anus étant causé principalement par une infection persistante au Papillomavirus humain (90-95% des cas), les médecins généralistes ont un rôle à jouer dans la sensibilisation de la vaccination auprès des patients ainsi que dans le dépistage du cancer de l’anus auprès du public cible. Ainsi, malgré son faible pourcentage de représentation des tumeurs du tractus digestif, de l’ordre de 1 à 2%, il est intéressant de s’y attarder. Considérant l’importance de la thématique, une étude quantitative observationnelle de type transversale a été réalisée afin de dresser un état des lieux des connaissances et de l’intérêt des médecins généralistes concernant la prise en charge du cancer anal. Cent-vingt-neuf médecins exerçant en Belgique francophones ont participé à notre étude. Notre travail a mis en évidence que ces médecins généralistes en Belgique francophone avaient conscience de leurs lacunes concernant la prise en charge du cancer de l’anus. Ces lacunes concernaient tant la population à risque pour le dépistage que la détection des symptômes. Elles pouvaient malheureusement mener à un retard diagnostic tout comme la localisation jugée honteuse de la maladie. Les outils de dépistage étaient également méconnus. L’intérêt à s’informer à ce sujet et à se former au dépistage a bien été rencontré. Pour répondre à cette demande, une fiche pratique à destination des médecins généralistes a été réalisée. Une majorité des répondants considéraient le dépistage de l’ordre de la première ligne de soin. Mots-clés : médecin généraliste, cancer de l’anus, Papillomavirus humain, prévention, dépistage, Belgique, population à risque, vaccination
Truong - PhongUniversité catholique de Louvain
QO4 -QD41 -QD42 -37.006-D04
Evaluation des connaissances sur les mutilations génitales féminines des médecins généralistes dans la région de Bruxelles-Capitale. Quelles sont les difficultés rencontrées face à la prévention en médecine générale de celles-ci, et comment s’améliorer ?
Evaluation des connaissances sur les mutilations génitales féminines des médecins généralistes dans la région de Bruxelles-Capitale. Quelles sont les difficultés rencontrées face à la prévention en médecine générale de celles-ci, et comment s’améliorer ?
INTRODUCTION : L’Organisation Mondiale de la Santé définit les mutilations sexuelles féminines comme l'ablation partielle ou totale des organes génitaux de la femme qui sont pratiquées pour des raisons non médicales. Les conséquences à la suite de cette pratique sont non négligeables pour les survivantes. Cette coutume est considérée comme une violation des droits de l’homme, et est punie par la loi belge. En Belgique, on estime que le nombre des filles et femmes à risque de mutilations génitales est en hausse en raison du flux migratoire. Les médecins généralistes, en première ligne de soins, jouent un rôle crucial dans la prévention. Cette étude vise à évaluer leurs connaissances sur les mutilations génitales féminines, ainsi que les difficultés rencontrées face à la prévention de celles-ci en médecine générale. METHODOLOGIE : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée à l’aide d’entretiens semi-dirigés qui interrogent des médecins généralistes exerçant à Bruxelles. Les entretiens anonymisés, ont été menés personnellement en face-à-face ou par vidéoconférence, et ont été retranscrits intégralement pour pouvoir effectuer ensuite une analyse thématique. Le guide d’entretien qui a été utilisé reprend 4 grands axes : introduction et évaluation des connaissances, pratique personnelle, outils, et pistes d’amélioration. RESULTATS : Six médecins ont été interrogés, dont un qui n’avait jamais entendu parler des mutilations génitales féminines avant cette étude. On remarque un manque de connaissances plus marqué chez les hommes. En outre, les femmes sont les seules à avoir eu des cas d’excisions et de prévention, et seulement une s’est sentie à l’aise face à la patiente. Tous les médecins évoquent un besoin de prévention, et admettent qu’elle est insuffisante en médecine générale malgré notre position privilégiée en première ligne. Le manque de connaissances est la principale difficulté décrite par les sujets à la mise en place d’une prévention, en plus des difficultés à aborder le sujet avec la patiente et sa famille. Des formations ont été proposées pour essayer d’améliorer la prévention des excisions. Ils expriment aussi le besoin de sensibiliser la population. CONCLUSION : Pour améliorer la prévention des mutilations génitales féminines, il est nécessaire de sensibiliser et former les médecins généralistes.
INTRODUCTION : L’Organisation Mondiale de la Santé définit les mutilations sexuelles féminines comme l'ablation partielle ou totale des organes génitaux de la femme qui sont pratiquées pour des raisons non médicales. Les conséquences à la suite de cette pratique sont non négligeables pour les survivantes. Cette coutume est considérée comme une violation des droits de l’homme, et est punie par la loi belge. En Belgique, on estime que le nombre des filles et femmes à risque de mutilations génitales est en hausse en raison du flux migratoire. Les médecins généralistes, en première ligne de soins, jouent un rôle crucial dans la prévention. Cette étude vise à évaluer leurs connaissances sur les mutilations génitales féminines, ainsi que les difficultés rencontrées face à la prévention de celles-ci en médecine générale. METHODOLOGIE : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée à l’aide d’entretiens semi-dirigés qui interrogent des médecins généralistes exerçant à Bruxelles. Les entretiens anonymisés, ont été menés personnellement en face-à-face ou par vidéoconférence, et ont été retranscrits intégralement pour pouvoir effectuer ensuite une analyse thématique. Le guide d’entretien qui a été utilisé reprend 4 grands axes : introduction et évaluation des connaissances, pratique personnelle, outils, et pistes d’amélioration. RESULTATS : Six médecins ont été interrogés, dont un qui n’avait jamais entendu parler des mutilations génitales féminines avant cette étude. On remarque un manque de connaissances plus marqué chez les hommes. En outre, les femmes sont les seules à avoir eu des cas d’excisions et de prévention, et seulement une s’est sentie à l’aise face à la patiente. Tous les médecins évoquent un besoin de prévention, et admettent qu’elle est insuffisante en médecine générale malgré notre position privilégiée en première ligne. Le manque de connaissances est la principale difficulté décrite par les sujets à la mise en place d’une prévention, en plus des difficultés à aborder le sujet avec la patiente et sa famille. Des formations ont été proposées pour essayer d’améliorer la prévention des excisions. Ils expriment aussi le besoin de sensibiliser la population. CONCLUSION : Pour améliorer la prévention des mutilations génitales féminines, il est nécessaire de sensibiliser et former les médecins généralistes.
Balaguer Boix - EvaUniversité catholique de Louvain
X82-QC22 -QC31 -QC51 -QC52 -QC55 -QD41 -QR31
Intelligence artificielle en médecine générale: utilisation et perspectives des médecins généralistes en Belgique
Intelligence artificielle en médecine générale: utilisation et perspectives des médecins généralistes en Belgique
Introduction : L’intelligence artificielle (IA) se développe de façon exponentielle et impacte déjà de nombreux domaines y compris celui de la santé. Plus connue dans le domaine de la médecine spécialisée, l’IA s’immisce en médecine générale. Les médecins généralistes sont alors amenés à jouer un rôle crucial dans cette transition. L’IA semble susciter de nombreuses craintes et interrogations. Cette étude vise à évaluer les perceptions et la possible intégration à la pratique de l’IA chez les médecins généralistes en Belgique francophone. Matériel et méthode : Réalisation d’une étude quantitative observationnelle de type transversale, à l’aide d’un questionnaire en ligne envoyé à 1900 médecins généralistes. 136 réponses ont été obtenues. Les résultats ont été encodés dans un fichier Excel et interprétés à l’aide d’un statisticien. Résultats : L’étude a mis en évidence que les médecins généralistes possédaient des connaissances limitées sur l’IA. Pourtant 75% se montraient favorables à l’utilisation de l’IA en pratique. 92% faisaient part de craintes (principalement concernant la sécurité des données et la relation médecin/ patient). Les MG favorables étaient particulièrement intéressés par l’utilisation de l’IA dans les tâches administratives. Le besoin de formation était plébiscité par 100% des médecins généralistes favorables à l’utilisation de cette technologie. Discussion : En médecine générale, l’IA en est encore à ses prémices. Cependant, la technologie pourrait servir à améliorer l’efficience de la pratique et renforcer la première ligne de soin. L’intégration des MG aux outils de développement d’IA semble essentielle pour créer un outil pertinent. L’IA pouvant créer différents biais (social et d’automatisation), il est essentiel pour le médecin généraliste de garder un esprit critique. Conclusion : Les médecins généralistes de Belgique francophone ont une perception globalement positive de l’IA. La technologie génère autant d’espoirs qu’elle ne cause d’inquiétudes notamment concernant la protection des données médicales et la possible altération de la relation médecin- patient. De nombreux défis éthiques sont encore à relever. Mots clés : Intelligence artificielle, médecine générale, machine learning, deep-learning, Belgique francophone
Introduction : L’intelligence artificielle (IA) se développe de façon exponentielle et impacte déjà de nombreux domaines y compris celui de la santé. Plus connue dans le domaine de la médecine spécialisée, l’IA s’immisce en médecine générale. Les médecins généralistes sont alors amenés à jouer un rôle crucial dans cette transition. L’IA semble susciter de nombreuses craintes et interrogations. Cette étude vise à évaluer les perceptions et la possible intégration à la pratique de l’IA chez les médecins généralistes en Belgique francophone. Matériel et méthode : Réalisation d’une étude quantitative observationnelle de type transversale, à l’aide d’un questionnaire en ligne envoyé à 1900 médecins généralistes. 136 réponses ont été obtenues. Les résultats ont été encodés dans un fichier Excel et interprétés à l’aide d’un statisticien. Résultats : L’étude a mis en évidence que les médecins généralistes possédaient des connaissances limitées sur l’IA. Pourtant 75% se montraient favorables à l’utilisation de l’IA en pratique. 92% faisaient part de craintes (principalement concernant la sécurité des données et la relation médecin/ patient). Les MG favorables étaient particulièrement intéressés par l’utilisation de l’IA dans les tâches administratives. Le besoin de formation était plébiscité par 100% des médecins généralistes favorables à l’utilisation de cette technologie. Discussion : En médecine générale, l’IA en est encore à ses prémices. Cependant, la technologie pourrait servir à améliorer l’efficience de la pratique et renforcer la première ligne de soin. L’intégration des MG aux outils de développement d’IA semble essentielle pour créer un outil pertinent. L’IA pouvant créer différents biais (social et d’automatisation), il est essentiel pour le médecin généraliste de garder un esprit critique. Conclusion : Les médecins généralistes de Belgique francophone ont une perception globalement positive de l’IA. La technologie génère autant d’espoirs qu’elle ne cause d’inquiétudes notamment concernant la protection des données médicales et la possible altération de la relation médecin- patient. De nombreux défis éthiques sont encore à relever. Mots clés : Intelligence artificielle, médecine générale, machine learning, deep-learning, Belgique francophone
Vallée - LouisUniversité catholique de Louvain
QD12 -QR32 -Z10-QT22 -QR7 -QS4 -QP3 -54.006
Étude des connaissances actuelles et revue de la prise en charge du TDAH de l'adulte en médecine générale
Étude des connaissances actuelles et revue de la prise en charge du TDAH de l'adulte en médecine générale

Study of current knowledge and review of the management of adult ADHD in general medicine
Study of current knowledge and review of the management of adult ADHD in general medicine
Perçu comme une maladie exclusivement infantile, le TDAH de l’adulte est généralement sous-diagnostiqué et sa prise en charge n’est pas optimale. Il engendre des complications dans différents domaines de la vie de l’adulte. L’objectif de ce travail est d’évaluer les connaissances actuelles du TDAH de l’adulte, en médecine générale, en se basant sur les données de la littérature afin de de mettre en lumière les obstacles ainsi que les solutions pouvant être adaptés à notre pratique de première ligne.
Perçu comme une maladie exclusivement infantile, le TDAH de l’adulte est généralement sous-diagnostiqué et sa prise en charge n’est pas optimale. Il engendre des complications dans différents domaines de la vie de l’adulte. L’objectif de ce travail est d’évaluer les connaissances actuelles du TDAH de l’adulte, en médecine générale, en se basant sur les données de la littérature afin de de mettre en lumière les obstacles ainsi que les solutions pouvant être adaptés à notre pratique de première ligne.

Perceived as an exclusively infantile disease, adult ADHD is generally under-diagnosed and its management is not optimal. It causes complications in different areas of adult life. The objective of this work is to evaluate the current knowledge of ADHD in adults, in general medicine, based on data from the literature in order to highlight the obstacles as well as the solutions that can be adapted to our frontline practice.
Perceived as an exclusively infantile disease, adult ADHD is generally under-diagnosed and its management is not optimal. It causes complications in different areas of adult life. The objective of this work is to evaluate the current knowledge of ADHD in adults, in general medicine, based on data from the literature in order to highlight the obstacles as well as the solutions that can be adapted to our frontline practice.
Duquenne - LouisUniversité libre de Bruxelles
QD32 -P81-45.000-58.000-QS41 -QT33
Comment les médecins généralistes abordent-ils le sujet des carences nutritionnelles dans la patientèle végétalienne : étude quantitative des médecins francophones de Bruxelles
Comment les médecins généralistes abordent-ils le sujet des carences nutritionnelles dans la patientèle végétalienne : étude quantitative des médecins francophones de Bruxelles
Contexte : Le végétalisme est une pratique alimentaire qui gagne en popularité de jours en jours. Elle exclut tout produit d’origine animal y compris les produits laitiers, le fromage et le miel. En tant que professionnel de la santé, il est important de comprendre ses implications sur la santé et de maîtriser les stratégies de gestion associées. Objectifs : L’objectif de ce travail est d’explorer la manière dont les médecins généralistes abordent la question de l’alimentation au sein de leurs consultations, tout en examinant leur intérêt pour le régime végétalien. De plus, ce travail vise à expliquer les avantages et les risques du régime végétalien, tout en prodiguant des recommandations quant au suivi biologique nécessaire pour dépister d’éventuelles carences nutritionnelles. Enfin, ce travail aboutira à la création d’un fascicule conçu pour accompagner les médecins généralistes dans leurs consultations. Ce fascicule englobera divers aspects, dont une liste d’aliments à proposer en cas de carence. Méthode : Une étude quantitative transversale a été menée à l’aide d’un questionnaire auprès de 116 médecins généralistes agréés et médecins généralistes assistants en région de Bruxelles francophone. Cette enquête analyse comment les médecins généralistes abordent les carences nutritionnelles, au niveau de leur anamnèse et au niveau du dépistage biologique. Résultats : 93,8% de l’échantillon parlent d’alimentation lors de consultations avec leurs patients et 81,4% s’intéressent à leur régime. 64,6% prêtent une attention particulière à la patientèle végétalienne. 16,8% se sentent capable de faire une anamnèse nutritionnelle. Les éléments principaux demandés à la prise de sang sont la ferritine (90%), la vitamine B9 (76,7%) et la vitamine B12 (63,3%). Conclusion : Cette recherche a mis en évidence que les médecins généralistes francophones de Bruxelles pourraient bénéficier d’une meilleure préparation pour aborder les carences nutritionnelles chez les patients végétaliens. Leur compétence dans ce domaine pourrait être renforcée par des formations, une coopération avec des diététiciens ou leur participation à des GLEM entre diététiciens et médecins généralistes.
Contexte : Le végétalisme est une pratique alimentaire qui gagne en popularité de jours en jours. Elle exclut tout produit d’origine animal y compris les produits laitiers, le fromage et le miel. En tant que professionnel de la santé, il est important de comprendre ses implications sur la santé et de maîtriser les stratégies de gestion associées. Objectifs : L’objectif de ce travail est d’explorer la manière dont les médecins généralistes abordent la question de l’alimentation au sein de leurs consultations, tout en examinant leur intérêt pour le régime végétalien. De plus, ce travail vise à expliquer les avantages et les risques du régime végétalien, tout en prodiguant des recommandations quant au suivi biologique nécessaire pour dépister d’éventuelles carences nutritionnelles. Enfin, ce travail aboutira à la création d’un fascicule conçu pour accompagner les médecins généralistes dans leurs consultations. Ce fascicule englobera divers aspects, dont une liste d’aliments à proposer en cas de carence. Méthode : Une étude quantitative transversale a été menée à l’aide d’un questionnaire auprès de 116 médecins généralistes agréés et médecins généralistes assistants en région de Bruxelles francophone. Cette enquête analyse comment les médecins généralistes abordent les carences nutritionnelles, au niveau de leur anamnèse et au niveau du dépistage biologique. Résultats : 93,8% de l’échantillon parlent d’alimentation lors de consultations avec leurs patients et 81,4% s’intéressent à leur régime. 64,6% prêtent une attention particulière à la patientèle végétalienne. 16,8% se sentent capable de faire une anamnèse nutritionnelle. Les éléments principaux demandés à la prise de sang sont la ferritine (90%), la vitamine B9 (76,7%) et la vitamine B12 (63,3%). Conclusion : Cette recherche a mis en évidence que les médecins généralistes francophones de Bruxelles pourraient bénéficier d’une meilleure préparation pour aborder les carences nutritionnelles chez les patients végétaliens. Leur compétence dans ce domaine pourrait être renforcée par des formations, une coopération avec des diététiciens ou leur participation à des GLEM entre diététiciens et médecins généralistes.
Demeulenaere - AstridUniversité catholique de Louvain
31.000
« Que savent les médecins généralistes sur l’impact environnemental de la prescription médicamenteuse et quels sont les freins pour les médecins généralistes à la déprescription et/ou la diminution de prescription médicamenteuse en fonction de leur impact environnemental ? » Etude qualitative réalisée auprès des médecins généralistes bruxellois francophones
« Que savent les médecins généralistes sur l’impact environnemental de la prescription médicamenteuse et quels sont les freins pour les médecins généralistes à la déprescription et/ou la diminution de prescription médicamenteuse en fonction de leur impact environnemental ? » Etude qualitative réalisée auprès des médecins généralistes bruxellois francophones
Abstract Introduction En tant que médecins généralistes, nous contribuons à la pollution environnementale via nos prescriptions médicamenteuses. Toutefois, les médecins ne sont que peu conscients de l’impact environnemental qu’ont leurs prescriptions médicamenteuses. Ainsi peu de médecins déprescrivent ou diminuent leur prescription pour l’environnement. Le but de cette étude est d’explorer que savent les médecins généralistes sur les effets environnementaux de leur prescription médicamenteuse et quels sont les freins à la déprescription et/ou la diminution de la prescription pour l’environnement. Méthodologie Il s’agit d’une étude qualitative, sous forme d’entretiens semi-dirigés. Des médecins généralistes francophones, tous pratiquant en région bruxelloise, ont été interrogés. Résultats et discussion Cette étude démontre le manque considérable de connaissances des médecins généralistes sur l’impact environnemental des médicaments et de la pratique médicale. Elle identifie plusieurs barrières à déprescrire pour l’environnement : manque de formations, manque de sensibilisation des médecins généralistes, manque d’intérêt des médecins sur le sujet, peu de connaissances des outils existants. Ainsi, intégrer la médecine environnementale dans le cursus de base de médecine ainsi que des formations continues et des séminaires obligatoires sur la médecine environnementale seraient intéressants. Des outils informatiques comme les logiciels de prescriptions peuvent également informés les médecins de l’impact environnemental des médicaments. Conclusion Les médecins généralistes manquent de connaissances par rapport à l’impact environnemental de leur pratique et ils sont limités dans leur outil afin de déprescrire ou prescrire moins pour l’environnement. Ainsi, des formations et des outils adéquats doivent être mis à leur disposition afin qu’ils puissent appliquer les recommandations liées à la pratique durable.
Abstract Introduction En tant que médecins généralistes, nous contribuons à la pollution environnementale via nos prescriptions médicamenteuses. Toutefois, les médecins ne sont que peu conscients de l’impact environnemental qu’ont leurs prescriptions médicamenteuses. Ainsi peu de médecins déprescrivent ou diminuent leur prescription pour l’environnement. Le but de cette étude est d’explorer que savent les médecins généralistes sur les effets environnementaux de leur prescription médicamenteuse et quels sont les freins à la déprescription et/ou la diminution de la prescription pour l’environnement. Méthodologie Il s’agit d’une étude qualitative, sous forme d’entretiens semi-dirigés. Des médecins généralistes francophones, tous pratiquant en région bruxelloise, ont été interrogés. Résultats et discussion Cette étude démontre le manque considérable de connaissances des médecins généralistes sur l’impact environnemental des médicaments et de la pratique médicale. Elle identifie plusieurs barrières à déprescrire pour l’environnement : manque de formations, manque de sensibilisation des médecins généralistes, manque d’intérêt des médecins sur le sujet, peu de connaissances des outils existants. Ainsi, intégrer la médecine environnementale dans le cursus de base de médecine ainsi que des formations continues et des séminaires obligatoires sur la médecine environnementale seraient intéressants. Des outils informatiques comme les logiciels de prescriptions peuvent également informés les médecins de l’impact environnemental des médicaments. Conclusion Les médecins généralistes manquent de connaissances par rapport à l’impact environnemental de leur pratique et ils sont limités dans leur outil afin de déprescrire ou prescrire moins pour l’environnement. Ainsi, des formations et des outils adéquats doivent être mis à leur disposition afin qu’ils puissent appliquer les recommandations liées à la pratique durable.
HEENAYE - Sheik Muhammad NouhmaanUniversité catholique de Louvain
QH1 -QS41 -50.006-50.007-QR31
L’approche du patient souffrant d’une dépendance à l’alcool en médecine générale : à propos d’un cas vécu en consultation
L’approche du patient souffrant d’une dépendance à l’alcool en médecine générale : à propos d’un cas vécu en consultation
Introduction - La dépendance à l'alcool est un problème de santé publique majeur dans le monde entier, affectant des millions de personnes de tous âges et de toutes origines socio-économiques. En médecine générale, les praticiens jouent un rôle essentiel dans la détection précoce, le diagnostic et la prise en charge de cette maladie chronique complexe. Le présent mémoire de fin d'étude, écrit sous la forme d’un case report, se focalise sur la prise en charge de la dépendance à l'alcool dans le contexte de la médecine générale, mettant l'accent sur un cas clinique rencontré. Méthodologie - Notre case report concerne une femme de 61 ans, décédée, suivie au sein du cabinet où nous exerçons et anonymisée sous le pseudonyme "Madame X". Les données ont été collectées à partir du dossier médical de la patiente archivé au sein du cabinet. Le dossier se compose des notes issues des consultations au cabinet et des examens réalisés. Une revue de la littérature a également été menée, permettant ainsi d’alimenter notre discussion. Résultats/ narration - La prise en charge de Madame X sera décrite chronologiquement. Nous mettrons en évidence l’évolution de l’état de santé de la patiente mais également le contexte psycho-social dans lequel elle évoluait, ainsi que des éléments individuels spécifiques, tels que son orientation sexuelle, des antécédents de chirurgies bariatriques subies et des expériences négatives vécues dans l’enfance, pouvant avoir joué un rôle dans sa dépendance à l’alcool. Discussion - La discussion s’axera, tout d’abord, sur les facteurs de risque identifiés dans les résultats de notre étude. Nous analyserons grâce à la littérature en quoi ceux-ci ont pu jouer un rôle sur l’évolution de l’état de santé de la patiente. Nous réaliserons ensuite une auto-critique de notre prise en charge. Enfin, nous nous intéresserons aux recommandations émises par la communauté médicale quant à la prise en charge de la dépendance à l’alcool. Conclusion - Notre étude souligne l'importance de l'approche multidisciplinaire et de la sensibilisation envers les populations vulnérables. L'étude identifie des facteurs de risque tels que l'orientation sexuelle, les antécédents de chirurgie bariatrique et les expériences négatives dans l'enfance. Malgré des limites dues à l'étude d'un cas spécifique, il met en avant le besoin d'auto-critique pour améliorer la prise en charge. Dans ce contexte, le médecin généraliste joue un rôle primordial, en détectant précocement les problèmes liés à la consommation d'alcool et en offrant une prise en charge holistique pour améliorer la qualité de vie à long terme.
Introduction - La dépendance à l'alcool est un problème de santé publique majeur dans le monde entier, affectant des millions de personnes de tous âges et de toutes origines socio-économiques. En médecine générale, les praticiens jouent un rôle essentiel dans la détection précoce, le diagnostic et la prise en charge de cette maladie chronique complexe. Le présent mémoire de fin d'étude, écrit sous la forme d’un case report, se focalise sur la prise en charge de la dépendance à l'alcool dans le contexte de la médecine générale, mettant l'accent sur un cas clinique rencontré. Méthodologie - Notre case report concerne une femme de 61 ans, décédée, suivie au sein du cabinet où nous exerçons et anonymisée sous le pseudonyme "Madame X". Les données ont été collectées à partir du dossier médical de la patiente archivé au sein du cabinet. Le dossier se compose des notes issues des consultations au cabinet et des examens réalisés. Une revue de la littérature a également été menée, permettant ainsi d’alimenter notre discussion. Résultats/ narration - La prise en charge de Madame X sera décrite chronologiquement. Nous mettrons en évidence l’évolution de l’état de santé de la patiente mais également le contexte psycho-social dans lequel elle évoluait, ainsi que des éléments individuels spécifiques, tels que son orientation sexuelle, des antécédents de chirurgies bariatriques subies et des expériences négatives vécues dans l’enfance, pouvant avoir joué un rôle dans sa dépendance à l’alcool. Discussion - La discussion s’axera, tout d’abord, sur les facteurs de risque identifiés dans les résultats de notre étude. Nous analyserons grâce à la littérature en quoi ceux-ci ont pu jouer un rôle sur l’évolution de l’état de santé de la patiente. Nous réaliserons ensuite une auto-critique de notre prise en charge. Enfin, nous nous intéresserons aux recommandations émises par la communauté médicale quant à la prise en charge de la dépendance à l’alcool. Conclusion - Notre étude souligne l'importance de l'approche multidisciplinaire et de la sensibilisation envers les populations vulnérables. L'étude identifie des facteurs de risque tels que l'orientation sexuelle, les antécédents de chirurgie bariatrique et les expériences négatives dans l'enfance. Malgré des limites dues à l'étude d'un cas spécifique, il met en avant le besoin d'auto-critique pour améliorer la prise en charge. Dans ce contexte, le médecin généraliste joue un rôle primordial, en détectant précocement les problèmes liés à la consommation d'alcool et en offrant une prise en charge holistique pour améliorer la qualité de vie à long terme.
Payen - ChloéUniversité libre de Bruxelles
P15-QR36
La prise en charge de l'infertilité en médecine générale
La prise en charge de l'infertilité en médecine générale
Suite à la prévalence des couples hétérosexuels infertiles en Belgique, ladite étude qualitative s’est employée à l’analyse des freins de la prise de décision clinique des médecins généralistes et assistants en médecine générale francophones de la région Wallonie Picarde concernant la prise en charge et la qualité des soins de ces patients. L’étude s’est saisie d’une sélection par méthodes dites « boule de neige » et « bouche-à-oreille » et d’entretiens semi-dirigés individuels afin d’étudier le vécu des participants. Ce faisant, les onze interviews, basées sur un guide d’entretien, ont fait l’objet d’une enquête par analyse thématique inductive. Suite à ces entretiens, il en découlait une prise en charge limitée de l'infertilité de la part des médecins généralistes interrogés. Ces derniers avaient tendance à diriger directement les patients vers des médecins spécialistes et des difficultés ont été identifiées quant à la prise en charge de ces couples. Ces difficultés comprenaient un manque d'expérience et de connaissance, une communication insuffisante avec les spécialistes, un désintérêt pour les problématiques gynécologiques, un court-circuitage de la médecine générale, une hyperspécialisation de la pathologie ainsi qu'un sentiment d'illégitimité. En conclusion, cette étude a abordé non seulement les freins liés à la prise en charge de l’infertilité mais également l’importance d’établir un système de réseau pour une prise en charge adaptée des couples hétérosexuels infertiles. Ainsi, l’organisation de réunions entre médecins de première et de deuxième ligne pourrait permettre l’ouverture de la discussion, de la sensibilisation et de la recherche dans ce domaine.
Suite à la prévalence des couples hétérosexuels infertiles en Belgique, ladite étude qualitative s’est employée à l’analyse des freins de la prise de décision clinique des médecins généralistes et assistants en médecine générale francophones de la région Wallonie Picarde concernant la prise en charge et la qualité des soins de ces patients. L’étude s’est saisie d’une sélection par méthodes dites « boule de neige » et « bouche-à-oreille » et d’entretiens semi-dirigés individuels afin d’étudier le vécu des participants. Ce faisant, les onze interviews, basées sur un guide d’entretien, ont fait l’objet d’une enquête par analyse thématique inductive. Suite à ces entretiens, il en découlait une prise en charge limitée de l'infertilité de la part des médecins généralistes interrogés. Ces derniers avaient tendance à diriger directement les patients vers des médecins spécialistes et des difficultés ont été identifiées quant à la prise en charge de ces couples. Ces difficultés comprenaient un manque d'expérience et de connaissance, une communication insuffisante avec les spécialistes, un désintérêt pour les problématiques gynécologiques, un court-circuitage de la médecine générale, une hyperspécialisation de la pathologie ainsi qu'un sentiment d'illégitimité. En conclusion, cette étude a abordé non seulement les freins liés à la prise en charge de l’infertilité mais également l’importance d’établir un système de réseau pour une prise en charge adaptée des couples hétérosexuels infertiles. Ainsi, l’organisation de réunions entre médecins de première et de deuxième ligne pourrait permettre l’ouverture de la discussion, de la sensibilisation et de la recherche dans ce domaine.
Larsy - SéraphineUniversité catholique de Louvain
QP3 -QS41 -W15-Y10-QR31 -QD32
TFE: Cybersécurité en médecine générale : État des lieux, bonnes pratiques et ressources pour les médecins généralistes à Bruxelles
TFE: Cybersécurité en médecine générale : État des lieux, bonnes pratiques et ressources pour les médecins généralistes à Bruxelles
Introduction : L’utilisation croissante des dossiers médicaux informatisés favorisée par la promotion de ceux-ci, y compris par des incitations économiques, pose la question de la sécurité de cette information stockée. Ce type d’informations est protégée par le Règlement général sur la protection des données (RGPD) qui prévoit un statut particulier pour les données dites “sensibles”, englobant les données sur l’état de santé des citoyens. Méthode : En se basant sur les recommandations gouvernementales internationaux, nous avons élaboré un questionnaire dans le but d’évaluer la concordance des pratiques du quotidien des médecins généralistes francophones bruxellois avec celles-ci. Au cœur de nos investigations se trouvait la question de savoir si les professionnels de santé étaient suffisamment sensibilisés aux enjeux liés à la sécurité des informations médicales à l'ère numérique. Résultats : L’auto-évaluation des participants sur leurs connaissances en cybersécurité est de 2/10 (médiane). Le score moyen des participants était de 47,9 % (+/- 14,7%) ce qui montre d’emblée que le niveau moyen des médecins généralistes évalués n’est pas suffisant. Nous avons mis en évidence une différence statistiquement significative (p value : 0,048) entre le score des médecins qui ont moins de 30 ans (43% (+/- 12,3)) et les médecins de plus de 30 ans (51% (+/- 15,5)). Discussion : L'attitude générale envers les nouvelles technologies était positive, avec 82% des participants ouverts à l'innovation technologique. Cependant, l'utilisation fréquente du courrier électronique à des fins professionnelles et le recours limité à des mesures de sécurité, telles que l'authentification multi facteur, ont souligné le besoin urgent de renforcement de la formation en cybersécurité. Conclusion : En dépit des avancées technologiques dans le secteur médical, de nombreux médecins semblent insuffisamment préparés pour faire face aux cybermenaces. Les conclusions de cette recherche mettent en évidence la nécessité d'une formation adaptée pour les professionnels de santé, tout en suggérant de futures études pour évaluer l'efficacité des initiatives de formation en matière de cybersécurité.
Introduction : L’utilisation croissante des dossiers médicaux informatisés favorisée par la promotion de ceux-ci, y compris par des incitations économiques, pose la question de la sécurité de cette information stockée. Ce type d’informations est protégée par le Règlement général sur la protection des données (RGPD) qui prévoit un statut particulier pour les données dites “sensibles”, englobant les données sur l’état de santé des citoyens. Méthode : En se basant sur les recommandations gouvernementales internationaux, nous avons élaboré un questionnaire dans le but d’évaluer la concordance des pratiques du quotidien des médecins généralistes francophones bruxellois avec celles-ci. Au cœur de nos investigations se trouvait la question de savoir si les professionnels de santé étaient suffisamment sensibilisés aux enjeux liés à la sécurité des informations médicales à l'ère numérique. Résultats : L’auto-évaluation des participants sur leurs connaissances en cybersécurité est de 2/10 (médiane). Le score moyen des participants était de 47,9 % (+/- 14,7%) ce qui montre d’emblée que le niveau moyen des médecins généralistes évalués n’est pas suffisant. Nous avons mis en évidence une différence statistiquement significative (p value : 0,048) entre le score des médecins qui ont moins de 30 ans (43% (+/- 12,3)) et les médecins de plus de 30 ans (51% (+/- 15,5)). Discussion : L'attitude générale envers les nouvelles technologies était positive, avec 82% des participants ouverts à l'innovation technologique. Cependant, l'utilisation fréquente du courrier électronique à des fins professionnelles et le recours limité à des mesures de sécurité, telles que l'authentification multi facteur, ont souligné le besoin urgent de renforcement de la formation en cybersécurité. Conclusion : En dépit des avancées technologiques dans le secteur médical, de nombreux médecins semblent insuffisamment préparés pour faire face aux cybermenaces. Les conclusions de cette recherche mettent en évidence la nécessité d'une formation adaptée pour les professionnels de santé, tout en suggérant de futures études pour évaluer l'efficacité des initiatives de formation en matière de cybersécurité.
Iranmanesh - HessameldinUniversité catholique de Louvain
QP1 -QT5 -62.007
Rôle du médecin généraliste dans l'accompagnement de patients atteints de démence lors de la transition du domicile vers une maison de repos et de soins
Rôle du médecin généraliste dans l'accompagnement de patients atteints de démence lors de la transition du domicile vers une maison de repos et de soins
Introduction. La démence entraîne une détérioration de la fonction cognitive qui impacte le quotidien jusqu’à mettre en péril le maintien au domicile en sécurité. Une réflexion est alors entamée quant à un séjour en MRS, alors même que la maladie impacte la capacité décisionnelle du patient. Les médecins qui accompagnent ces personnes jouent un rôle crucial lors de cette transition. Or la littérature est peu étoffée quant à la nature de ce rôle. Méthodologie. Une revue de littérature, constituant une base théorique, a été complétée par une analyse qualitative par le biais d’entretiens semi-dirigés individuels auprès de 9 médecins généralistes bruxellois. Résultats. La recherche en évidence plusieurs thèmes relatifs au rôle du médecin généraliste : un rôle central, l’application de ses connaissances médicales et thérapeutiques, l’aide administrative et logistique, la disponibilité, la communication avec le patient et les différents acteurs, la recherche de la solution optimale en fonction de la réalité du patient et le support tant au domicile avant l’admission, que dans le nouveau lieu de vie. Elle a également permis de comprendre quelles ont été les manifestations des facteurs favorisants et des freins à l’admission dans la vie des patients et leur importance dans le choix d’institutionnaliser. Conclusion. Le médecin généraliste joue un rôle central et multifacette tant avant qu’après l’admission en MRS. Il s’agit d’un processus de transition idéalement progressif afin de maintenir au départ le patient souffrant de démence à domicile, si tel est son désir, puis d’envisager et de préparer avec la personne et sa famille une transition vers une MRS. Le dialogue singulier devient multiple et le médecin joue un rôle de coordinateur des soins. Ce rôle complexe et difficile à assumer souligne l’importance de s’entourer d’une équipe de confiance.
Introduction. La démence entraîne une détérioration de la fonction cognitive qui impacte le quotidien jusqu’à mettre en péril le maintien au domicile en sécurité. Une réflexion est alors entamée quant à un séjour en MRS, alors même que la maladie impacte la capacité décisionnelle du patient. Les médecins qui accompagnent ces personnes jouent un rôle crucial lors de cette transition. Or la littérature est peu étoffée quant à la nature de ce rôle. Méthodologie. Une revue de littérature, constituant une base théorique, a été complétée par une analyse qualitative par le biais d’entretiens semi-dirigés individuels auprès de 9 médecins généralistes bruxellois. Résultats. La recherche en évidence plusieurs thèmes relatifs au rôle du médecin généraliste : un rôle central, l’application de ses connaissances médicales et thérapeutiques, l’aide administrative et logistique, la disponibilité, la communication avec le patient et les différents acteurs, la recherche de la solution optimale en fonction de la réalité du patient et le support tant au domicile avant l’admission, que dans le nouveau lieu de vie. Elle a également permis de comprendre quelles ont été les manifestations des facteurs favorisants et des freins à l’admission dans la vie des patients et leur importance dans le choix d’institutionnaliser. Conclusion. Le médecin généraliste joue un rôle central et multifacette tant avant qu’après l’admission en MRS. Il s’agit d’un processus de transition idéalement progressif afin de maintenir au départ le patient souffrant de démence à domicile, si tel est son désir, puis d’envisager et de préparer avec la personne et sa famille une transition vers une MRS. Le dialogue singulier devient multiple et le médecin joue un rôle de coordinateur des soins. Ce rôle complexe et difficile à assumer souligne l’importance de s’entourer d’une équipe de confiance.
Lanckriet - MarieUniversité catholique de Louvain
P70-QD12 -QP2 -QS3 -QR31 -QS41
Détresse psychologique chez les assistants en médecine générale: quelle est la place de l’autoprescription ?
Détresse psychologique chez les assistants en médecine générale: quelle est la place de l’autoprescription ?
Introduction : durant l’assistanat, le futur médecin généraliste est souvent confronté à une charge mentale nouvelle pouvant mener à un état de stress intense voire de « détresse psychologique », mais que font les jeunes médecins qui se retrouvent dans cette situation complexe ? Différents questionnements peuvent découler de la souffrance mentale chez les soignants, notamment celle de la place que peut avoir l’autoprescription face à celle-ci. Objectif : observer la réaction des assistants en détresse psychologique et les raisons qui les poussent à l’autoprescription, mettre en avant leur perception des risques encourus (par eux et par leurs patients), relever les pistes d’aide déjà connues, mais également celles qui sont envisageables à l’avenir chez les jeunes médecins en souffrance psychologique. Méthode : étude qualitative sur base de neuf interviews semi-dirigées. L’échantillonnage s’est fait sur base de volontariat chez des assistants/jeunes diplômés en médecine générale par une méthode de recrutement de bouche-à-oreille. Ceux-ci ont tous eu recours à l’autoprescription dans le cadre d’une détresse psychologique durant leur assistanat. Résultats : la perception générale de l’automédication reste mitigée. Cependant, les raisons qui poussent à l’autoprescription sont majoritairement similaires à savoir : le gain de temps, la facilité de l’acte, les connaissances et compétences nécessaires, le manque de confidentialité, ainsi que la peur du jugement. Le manque d’informations concernant les aides disponibles spécialement destinées aux médecins est également souligné à de nombreuses reprises. Discussion et conclusion : la détresse psychologique chez les médecins semble à ce jour être gérée dans la discrétion et dans la précipitation. Il s’agit d’un sujet tabou pour certains, vu l’atteinte à leur image au sein de la société. Il serait bénéfique d’approfondir le sujet, à travers des études complémentaires, afin de quantifier ce phénomène en Belgique et de mettre à jour des nouvelles pistes de solution au sein des facultés de médecine mais aussi de l’Etat. Mots clés : automédication chez le médecin, automédication chez les internes, médecins en souffrance psychologique, médecins en détresse psychologique, autoprescription, souffrance psychologique, automédication dans la détresse psychologique. Indexation Q : QC41, QD2, QD31, QD325, QD4, QD7, QD8, QE1, QE2, QP1, QR31, QS41, QT21
Introduction : durant l’assistanat, le futur médecin généraliste est souvent confronté à une charge mentale nouvelle pouvant mener à un état de stress intense voire de « détresse psychologique », mais que font les jeunes médecins qui se retrouvent dans cette situation complexe ? Différents questionnements peuvent découler de la souffrance mentale chez les soignants, notamment celle de la place que peut avoir l’autoprescription face à celle-ci. Objectif : observer la réaction des assistants en détresse psychologique et les raisons qui les poussent à l’autoprescription, mettre en avant leur perception des risques encourus (par eux et par leurs patients), relever les pistes d’aide déjà connues, mais également celles qui sont envisageables à l’avenir chez les jeunes médecins en souffrance psychologique. Méthode : étude qualitative sur base de neuf interviews semi-dirigées. L’échantillonnage s’est fait sur base de volontariat chez des assistants/jeunes diplômés en médecine générale par une méthode de recrutement de bouche-à-oreille. Ceux-ci ont tous eu recours à l’autoprescription dans le cadre d’une détresse psychologique durant leur assistanat. Résultats : la perception générale de l’automédication reste mitigée. Cependant, les raisons qui poussent à l’autoprescription sont majoritairement similaires à savoir : le gain de temps, la facilité de l’acte, les connaissances et compétences nécessaires, le manque de confidentialité, ainsi que la peur du jugement. Le manque d’informations concernant les aides disponibles spécialement destinées aux médecins est également souligné à de nombreuses reprises. Discussion et conclusion : la détresse psychologique chez les médecins semble à ce jour être gérée dans la discrétion et dans la précipitation. Il s’agit d’un sujet tabou pour certains, vu l’atteinte à leur image au sein de la société. Il serait bénéfique d’approfondir le sujet, à travers des études complémentaires, afin de quantifier ce phénomène en Belgique et de mettre à jour des nouvelles pistes de solution au sein des facultés de médecine mais aussi de l’Etat. Mots clés : automédication chez le médecin, automédication chez les internes, médecins en souffrance psychologique, médecins en détresse psychologique, autoprescription, souffrance psychologique, automédication dans la détresse psychologique. Indexation Q : QC41, QD2, QD31, QD325, QD4, QD7, QD8, QE1, QE2, QP1, QR31, QS41, QT21
GUREL - KerimUniversité catholique de Louvain
QO4
La place de la méditation de pleine conscience dans la prise en charge des troubles anxieux chez l'adulte en médecine générale
La place de la méditation de pleine conscience dans la prise en charge des troubles anxieux chez l'adulte en médecine générale
Introduction. Dès le début de mon assistanat, j’ai eu l’occasion d’être en contact avec des patients démunis face à leur anxiété. Cette réalité m'a amenée à m'intéresser à ces différents modes de gestion. Mon envie de traiter les troubles anxieux dans leur globalité selon le modèle bio-psycho-social et selon une approche holistique a mené à l’objectif de cette étude : la place de la méditation de pleine conscience dans la prise en charge des troubles anxieux chez l’adulte en médecine générale. Méthodologie : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée sous forme d’entretiens individuels semi-dirigés avec l’aide d’un guide d’entretien. Résultats : Cette étude a montré que la pratique de la méditation de pleine conscience induit des effets bénéfiques sur l’anxiété en aidant le participant à lâcher prise et en s’octroyant un moment de pause. Un des grands avantages du programme MBSR est qu’il se pratique en groupe et qu’il permet de cette manière, de créer des nouveaux liens sociaux, de maintenir la motivation des participants par le biais du partage et de l’écoute collective. Il en ressort que l’ensemble des participants sont favorables à l’idée que les médecins généralistes proposent davantage à leurs patients la méditation de pleine conscience comme un outil complémentaire pour les troubles anxieux. Conclusion : Cette étude a permis de montrer que la méditation de pleine conscience peut être un outil complémentaire intéressant en médecine générale pour les troubles anxieux chez l’adulte. Toutefois, il est nécessaire que des études supplémentaires à plus grande échelle soient réalisées afin d’obtenir un niveau de preuve plus élevé.
Introduction. Dès le début de mon assistanat, j’ai eu l’occasion d’être en contact avec des patients démunis face à leur anxiété. Cette réalité m'a amenée à m'intéresser à ces différents modes de gestion. Mon envie de traiter les troubles anxieux dans leur globalité selon le modèle bio-psycho-social et selon une approche holistique a mené à l’objectif de cette étude : la place de la méditation de pleine conscience dans la prise en charge des troubles anxieux chez l’adulte en médecine générale. Méthodologie : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée sous forme d’entretiens individuels semi-dirigés avec l’aide d’un guide d’entretien. Résultats : Cette étude a montré que la pratique de la méditation de pleine conscience induit des effets bénéfiques sur l’anxiété en aidant le participant à lâcher prise et en s’octroyant un moment de pause. Un des grands avantages du programme MBSR est qu’il se pratique en groupe et qu’il permet de cette manière, de créer des nouveaux liens sociaux, de maintenir la motivation des participants par le biais du partage et de l’écoute collective. Il en ressort que l’ensemble des participants sont favorables à l’idée que les médecins généralistes proposent davantage à leurs patients la méditation de pleine conscience comme un outil complémentaire pour les troubles anxieux. Conclusion : Cette étude a permis de montrer que la méditation de pleine conscience peut être un outil complémentaire intéressant en médecine générale pour les troubles anxieux chez l’adulte. Toutefois, il est nécessaire que des études supplémentaires à plus grande échelle soient réalisées afin d’obtenir un niveau de preuve plus élevé.
De Wulf - VirginieUniversité catholique de Louvain
P74-QC14 -QD5 -QS41 -QR31 -QP4
Analyse de l'ampleur des obstacles rencontrés par les médecins généralistes dans la prise en charge des usagers de drogue.
Analyse de l'ampleur des obstacles rencontrés par les médecins généralistes dans la prise en charge des usagers de drogue.
Le dernier rapport de l’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OEDT, 2019) indique que plus d'un quart des citoyens européens de 15-64 ans a déjà consommé des drogues illicites au cours de leur vie. Il s'agit donc d'une problématique significative, avec des conséquences non seulement en terme de mortalité-morbidité pour les patients, mais également en terme de santé publique. Les médecins généralistes qui travaillent avec des usagers de drogue doivent faire face à de nombreux freins (manque de moyens financiers et structurels, trop peu des structures partenaires, de formations, etc.). Il est nécessaire d'évaluer ces difficultés, de mesurer leur importance, afin de tenter d'élaborer des pistes de solution pour améliorer la pratique d'addictologie, en améliorant le confort de travail des médecins concernés.
Le dernier rapport de l’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OEDT, 2019) indique que plus d'un quart des citoyens européens de 15-64 ans a déjà consommé des drogues illicites au cours de leur vie. Il s'agit donc d'une problématique significative, avec des conséquences non seulement en terme de mortalité-morbidité pour les patients, mais également en terme de santé publique. Les médecins généralistes qui travaillent avec des usagers de drogue doivent faire face à de nombreux freins (manque de moyens financiers et structurels, trop peu des structures partenaires, de formations, etc.). Il est nécessaire d'évaluer ces difficultés, de mesurer leur importance, afin de tenter d'élaborer des pistes de solution pour améliorer la pratique d'addictologie, en améliorant le confort de travail des médecins concernés.
Gyselynck - MathildeUniversité catholique de Louvain
Z10-QR32 -QP3 -QO1 -P19-QC41 -QC42
La détection des patients avec un faible niveau de littérature en santé en médecine générale Expériences des médecins généralistes de la région bruxelloise et identification des freins à la détection
La détection des patients avec un faible niveau de littérature en santé en médecine générale Expériences des médecins généralistes de la région bruxelloise et identification des freins à la détection
Introduction : L’impact d’un bas niveau de littératie sur la santé du patient n’est plus à démontrer grâce aux nombreuses études. En Belgique, cela concerne une personne sur trois. Les médecins généralistes constituent la première source d’information médicale pour le patient. Ainsi pour pouvoir adapter la méthode de communication, il faut que les soignants arrivent à détecter les patients ayant un faible niveau de littératie en santé. Méthodologie : Après une recherche approfondie de la littérature, une étude qualitative via des entretiens semi-dirigés a été réalisée pour recueillir l’expérience des médecins généralistes et les freins à la détection. Ce sont six médecins généralistes et assistants de la région bruxelloise qui ont été interrogés sur base d’un guide d’entretien. Résultat : Quatre sur six médecins rapportent éprouver des difficultés à communiquer des informations médicales à cause des barrières linguistiques. Aucun médecin n'effectue de dépistage standardisé, la moitié fait une évaluation subjective. Ils se basent sur l’apparence, les origines et le nom du patient. Le manque de temps et d’information sont un frein à la détection. Un outil de dépistage standardisé est considéré complexe à réaliser en pratique. Intégrer cette évaluation au dossier médical informatisé du patient permettrait d'encourager les prestataires à réaliser le dépistage. Discussion : L’importance de la littératie est connue des médecins généralistes. Bien qu’il faille améliorer la détection des patients avec un faible niveau de littératie, les médecins ne sont pas demandeurs d’un outil de dépistage et préfèrent faire une évaluation subjective. Ces résultats sont en contradiction avec ce que l’on trouve dans la littérature. Conclusion : Les médecins généralistes n’effectuent pas de dépistage standardisé et se basent sur une évaluation subjective. Les freins au dépistage sont le manque de temps et de connaissance de la littératie en santé. Ainsi, il faudrait améliorer la formation des médecins à ce sujet et encourager l’utilisation d’un outil de dépistage applicable à la médecine générale
Introduction : L’impact d’un bas niveau de littératie sur la santé du patient n’est plus à démontrer grâce aux nombreuses études. En Belgique, cela concerne une personne sur trois. Les médecins généralistes constituent la première source d’information médicale pour le patient. Ainsi pour pouvoir adapter la méthode de communication, il faut que les soignants arrivent à détecter les patients ayant un faible niveau de littératie en santé. Méthodologie : Après une recherche approfondie de la littérature, une étude qualitative via des entretiens semi-dirigés a été réalisée pour recueillir l’expérience des médecins généralistes et les freins à la détection. Ce sont six médecins généralistes et assistants de la région bruxelloise qui ont été interrogés sur base d’un guide d’entretien. Résultat : Quatre sur six médecins rapportent éprouver des difficultés à communiquer des informations médicales à cause des barrières linguistiques. Aucun médecin n'effectue de dépistage standardisé, la moitié fait une évaluation subjective. Ils se basent sur l’apparence, les origines et le nom du patient. Le manque de temps et d’information sont un frein à la détection. Un outil de dépistage standardisé est considéré complexe à réaliser en pratique. Intégrer cette évaluation au dossier médical informatisé du patient permettrait d'encourager les prestataires à réaliser le dépistage. Discussion : L’importance de la littératie est connue des médecins généralistes. Bien qu’il faille améliorer la détection des patients avec un faible niveau de littératie, les médecins ne sont pas demandeurs d’un outil de dépistage et préfèrent faire une évaluation subjective. Ces résultats sont en contradiction avec ce que l’on trouve dans la littérature. Conclusion : Les médecins généralistes n’effectuent pas de dépistage standardisé et se basent sur une évaluation subjective. Les freins au dépistage sont le manque de temps et de connaissance de la littératie en santé. Ainsi, il faudrait améliorer la formation des médecins à ce sujet et encourager l’utilisation d’un outil de dépistage applicable à la médecine générale
el hajjioui - meriemUniversité catholique de Louvain
45.001-62.006-QS13 -Z10
INTERRUPTION DE LA MÉDECINE GÉNÉRALE DURANT L’ASSISTANAT -VÉCU D’ANCIENS ASSISTANTS DE l’UCL
INTERRUPTION DE LA MÉDECINE GÉNÉRALE DURANT L’ASSISTANAT -VÉCU D’ANCIENS ASSISTANTS DE l’UCL
Introduction :Après un concours en limitant l'accès, la formation spécialisante de médecine générale dure 3 ans. Des assistants décident d'arrêter leur formation en cours de route. Dans le contexte de pénurie de médecins généralistes s'installant doucement en Belgique, ce travail vise à comprendre quel est le cheminement de réflexion emprunté par les assistants qui finissent par arrêter leur formation. Méthode : Cinq personnes ayant arrêté leur master complémentaire en médecine générale de l’UCL ont été interviewées durant l’été 2023. Une approche inductive globale a ensuite permis l’analyse de ces résultats. Résultats et discussion: Leur attrait pour la médecine générale s’est principalement construit au fil des cours et des stages, leur faisant explorer une médecine diversifiée, caractérisée par un contact privilégié avec les patients et une importante liberté de pratique. Ils découvrent ensuite un décalage entre leur image construite idéalisée de la pratique de la médecine générale et la réalité du terrain : en termes de charge administrative pour certains, de manque de diversité dans les plaintes pour d’autres, ou encore d'impuissance face aux plaintes chroniques. Le soutien des animateurs de SLR et des collègues offre une bouée de sauvetage à ces assistants en questionnement face à cette réalité. Malheureusement ce n’est pas toujours suffisant pour les faire rester. Ils partent alors en quête d’un nouvel idéal, vers une autre spécialité, un autre domaine ou une autre pratique de la médecine générale. Conclusion: La construction d’une image idéalisée de la pratique de la médecine générale et la désillusion lors de l’assistanat expliquent l'arrêt du parcours de formation de médecin généraliste par certains assistants. Cette étude pourrait permettre de mieux comprendre comment améliorer le travail de valorisation de la médecine générale ainsi que le quotidien des assistants et leur encadrement.
Introduction :Après un concours en limitant l'accès, la formation spécialisante de médecine générale dure 3 ans. Des assistants décident d'arrêter leur formation en cours de route. Dans le contexte de pénurie de médecins généralistes s'installant doucement en Belgique, ce travail vise à comprendre quel est le cheminement de réflexion emprunté par les assistants qui finissent par arrêter leur formation. Méthode : Cinq personnes ayant arrêté leur master complémentaire en médecine générale de l’UCL ont été interviewées durant l’été 2023. Une approche inductive globale a ensuite permis l’analyse de ces résultats. Résultats et discussion: Leur attrait pour la médecine générale s’est principalement construit au fil des cours et des stages, leur faisant explorer une médecine diversifiée, caractérisée par un contact privilégié avec les patients et une importante liberté de pratique. Ils découvrent ensuite un décalage entre leur image construite idéalisée de la pratique de la médecine générale et la réalité du terrain : en termes de charge administrative pour certains, de manque de diversité dans les plaintes pour d’autres, ou encore d'impuissance face aux plaintes chroniques. Le soutien des animateurs de SLR et des collègues offre une bouée de sauvetage à ces assistants en questionnement face à cette réalité. Malheureusement ce n’est pas toujours suffisant pour les faire rester. Ils partent alors en quête d’un nouvel idéal, vers une autre spécialité, un autre domaine ou une autre pratique de la médecine générale. Conclusion: La construction d’une image idéalisée de la pratique de la médecine générale et la désillusion lors de l’assistanat expliquent l'arrêt du parcours de formation de médecin généraliste par certains assistants. Cette étude pourrait permettre de mieux comprendre comment améliorer le travail de valorisation de la médecine générale ainsi que le quotidien des assistants et leur encadrement.
Urfali - KaanUniversité catholique de Louvain
Z05-45.008-QT22 -QT21
Prévalence et mortalité de l'infection au virus de l'hépatite E dans la population adulte occidentale : Quand faut-il tester les patients belges ? Une revue systématique de la littérature
Prévalence et mortalité de l'infection au virus de l'hépatite E dans la population adulte occidentale : Quand faut-il tester les patients belges ? Une revue systématique de la littérature

Prevalence and Mortality of Hepatitis E Virus Infection in the Western Adult Population: When Should Belgian Patients Be Tested? A Systematic Literature Review
Prevalence and Mortality of Hepatitis E Virus Infection in the Western Adult Population: When Should Belgian Patients Be Tested? A Systematic Literature Review
Introduction Le virus de l’hépatite E a été découvert à la fin des années 70 au Cashmere pour donner suite à une épidémie mortelle, en particulier chez la femme enceinte. Il s’agissait d’un virus à tropisme hépatique d’origine non-A non-B et transmis par les eaux usées du fleuve sur place. Ce n’est qu’une dizaine d’année plus tard que l’on découvre par microscopie électronique le virus que l’on renommera « de l’hépatite E ». Les scientifiques pensent d’abord que ce virus est uniquement endémique dans certaines régions d’Afrique et d’Asie, mais ils découvrent 20 ans après la première épidémie qu’il existe plusieurs génotypes : les deux premiers sont effectivement endémiques de Pays en voie de développement et responsables d’épidémie meurtrière dans les camps de réfugiés ou dans des zones sans accès à des mesures sanitaires correctes. On découvre néanmoins deux nouveaux génotypes responsables d’épidémies ou de cas sporadiques autochtones dans les régions occidentales. Avec l’augmentation des connaissances sur ces génotypes 3 et 4 autochtones, on comprend rapidement que le virus de l’hépatite E est un véritable problème de santé publique quel que soit le continent. Méthodes Revue de la littérature sur les 10 dernières années concernant l’épidémiologie, le diagnostic et la prise en charge prophylactique et thérapeutiques des patients belges. Après identification de 465 articles et après l’éviction des doublons, des références croisées et l’utilisation de mes critères d’inclusion et d’exclusion, il reste 22 articles inclus et étudié dans la revue. Le flow chart et le screening a été réalisé selon les principes PRISMA 2020 proposé pour la construction d’une revue de la littérature solide par le BMJ. Une identification des biais a été réalisé selon « Cochrane Collaboration’s tool for assessing risk of bias » . Aucun conflit d’intérêt n’est à déclarer lors de la réalisation de cette revue. Conclusion Il faudra attendre l’intervention du WHO et de l’EASL en 2014 pour avoir une standardisation des critères diagnostic et des résultats des test sérologiques concernant le VHE. Avant cette période, chaque pays avait sa propre définition et ses propres seuils, rendant les études à large échelle très compliquée et sous estimant parfois la séroprévalence de certaines populations de 100%. Le Belgique Cependant prend du retard par rapport à ses voisins concernant la récolte et l’analyse des données épidémiologiques. Les guides de bonnes pratiques ne prennent pas de donnée Belge rendant leurs conclusions difficiles à interpréter pour nous. En effet, la prise en charge en termes de santé publique préventive est directement corrélée à la séroprévalence du virus et au risque Virémique des donneurs de sang. Il est également corrélé au risque de transmission alimentaire et donc au taux de contamination des denrées porcine en grande partie. Néanmoins, depuis 2010, Sciensano crée le Centre national de Référence Belge pour le VHE qui va permettre quelques années plus tard de pouvoir se positionner par rapport au reste de l’Europe. Notre risque virémique et sérologique est intermédiaire. Nous sommes donc moins à risque que nos voisin Français ou Hollandais. Et malgré une majorité de d’infection par le génotype 3, le plus souvent indolent chez l’adulte en bonne santé, il reste dangereux pour des populations atteintes de maladie chronique ou chez les immunodéprimés. Un testing systématique et rapide pour le VHE doit être effectué dans ces populations pour limiter la morbi-mortalité de l’infection.
Introduction Le virus de l’hépatite E a été découvert à la fin des années 70 au Cashmere pour donner suite à une épidémie mortelle, en particulier chez la femme enceinte. Il s’agissait d’un virus à tropisme hépatique d’origine non-A non-B et transmis par les eaux usées du fleuve sur place. Ce n’est qu’une dizaine d’année plus tard que l’on découvre par microscopie électronique le virus que l’on renommera « de l’hépatite E ». Les scientifiques pensent d’abord que ce virus est uniquement endémique dans certaines régions d’Afrique et d’Asie, mais ils découvrent 20 ans après la première épidémie qu’il existe plusieurs génotypes : les deux premiers sont effectivement endémiques de Pays en voie de développement et responsables d’épidémie meurtrière dans les camps de réfugiés ou dans des zones sans accès à des mesures sanitaires correctes. On découvre néanmoins deux nouveaux génotypes responsables d’épidémies ou de cas sporadiques autochtones dans les régions occidentales. Avec l’augmentation des connaissances sur ces génotypes 3 et 4 autochtones, on comprend rapidement que le virus de l’hépatite E est un véritable problème de santé publique quel que soit le continent. Méthodes Revue de la littérature sur les 10 dernières années concernant l’épidémiologie, le diagnostic et la prise en charge prophylactique et thérapeutiques des patients belges. Après identification de 465 articles et après l’éviction des doublons, des références croisées et l’utilisation de mes critères d’inclusion et d’exclusion, il reste 22 articles inclus et étudié dans la revue. Le flow chart et le screening a été réalisé selon les principes PRISMA 2020 proposé pour la construction d’une revue de la littérature solide par le BMJ. Une identification des biais a été réalisé selon « Cochrane Collaboration’s tool for assessing risk of bias » . Aucun conflit d’intérêt n’est à déclarer lors de la réalisation de cette revue. Conclusion Il faudra attendre l’intervention du WHO et de l’EASL en 2014 pour avoir une standardisation des critères diagnostic et des résultats des test sérologiques concernant le VHE. Avant cette période, chaque pays avait sa propre définition et ses propres seuils, rendant les études à large échelle très compliquée et sous estimant parfois la séroprévalence de certaines populations de 100%. Le Belgique Cependant prend du retard par rapport à ses voisins concernant la récolte et l’analyse des données épidémiologiques. Les guides de bonnes pratiques ne prennent pas de donnée Belge rendant leurs conclusions difficiles à interpréter pour nous. En effet, la prise en charge en termes de santé publique préventive est directement corrélée à la séroprévalence du virus et au risque Virémique des donneurs de sang. Il est également corrélé au risque de transmission alimentaire et donc au taux de contamination des denrées porcine en grande partie. Néanmoins, depuis 2010, Sciensano crée le Centre national de Référence Belge pour le VHE qui va permettre quelques années plus tard de pouvoir se positionner par rapport au reste de l’Europe. Notre risque virémique et sérologique est intermédiaire. Nous sommes donc moins à risque que nos voisin Français ou Hollandais. Et malgré une majorité de d’infection par le génotype 3, le plus souvent indolent chez l’adulte en bonne santé, il reste dangereux pour des populations atteintes de maladie chronique ou chez les immunodéprimés. Un testing systématique et rapide pour le VHE doit être effectué dans ces populations pour limiter la morbi-mortalité de l’infection.

Introduction Hepatitis E virus was discovered in the late 1970s in Kashmir as a response to a deadly epidemic, particularly affecting pregnant women. It was identified as a hepatotropic virus of non-A non-B origin, transmitted through local river sewage. It wasn't until a decade later that the virus was visualized through electron microscopy and subsequently renamed "hepatitis E." Initially considered endemic only in certain regions of Africa and Asia, scientists later found, two decades after the first epidemic, that there are multiple genotypes. The first two genotypes were indeed endemic in developing countries, causing deadly outbreaks in refugee camps or areas lacking proper sanitary measures. However, two new genotypes responsible for epidemics or sporadic cases indigenous to western regions were discovered. With increasing knowledge about these autochthonous genotypes 3 and 4, it became evident that hepatitis E virus poses a significant public health challenge regardless of the continent. Methods A literature review was conducted over the last 10 years regarding the epidemiology, diagnosis, and prophylactic and therapeutic management of Belgian patients. After identifying 465 articles and removing duplicates, cross-references, and applying inclusion and exclusion criteria, 22 articles were included and studied in the review. The flow chart and screening were conducted following the PRISMA 2020 principles proposed by BMJ for constructing a robust literature review. Bias identification was performed using the "Cochrane Collaboration's tool for assessing risk of bias." No conflicts of interest were declared during the completion of this review. Conclusion Standardization of diagnostic criteria and serological test results for HEV awaited the intervention of WHO and EASL in 2014. Prior to this, each country had its own definition and thresholds, making large-scale studies challenging and sometimes underestimating seroprevalence by up to 100% in certain populations. However, Belgium lagged behind its neighbors in collecting and analyzing epidemiological data. The absence of Belgian data in good practice guidelines makes their conclusions challenging to interpret. Preventive public health measures are directly linked to the virus's seroprevalence and the viremic risk of blood donors, as well as the risk of foodborne transmission and contamination rates of pork products. Nonetheless, since 2010, Sciensano established the Belgian National Reference Center for HEV, which, a few years later, allowed Belgium to position itself relative to the rest of Europe. Our viremic and serological risk is intermediate, making us less susceptible than our French or Dutch neighbors. Despite most infections being caused by genotype 3, which is often indolent in healthy adults, it remains dangerous for populations with chronic diseases or immunocompromised individuals. Systematic and rapid testing for HEV should be performed in these populations to minimize the morbidity and mortality associated with the infection.
Introduction Hepatitis E virus was discovered in the late 1970s in Kashmir as a response to a deadly epidemic, particularly affecting pregnant women. It was identified as a hepatotropic virus of non-A non-B origin, transmitted through local river sewage. It wasn't until a decade later that the virus was visualized through electron microscopy and subsequently renamed "hepatitis E." Initially considered endemic only in certain regions of Africa and Asia, scientists later found, two decades after the first epidemic, that there are multiple genotypes. The first two genotypes were indeed endemic in developing countries, causing deadly outbreaks in refugee camps or areas lacking proper sanitary measures. However, two new genotypes responsible for epidemics or sporadic cases indigenous to western regions were discovered. With increasing knowledge about these autochthonous genotypes 3 and 4, it became evident that hepatitis E virus poses a significant public health challenge regardless of the continent. Methods A literature review was conducted over the last 10 years regarding the epidemiology, diagnosis, and prophylactic and therapeutic management of Belgian patients. After identifying 465 articles and removing duplicates, cross-references, and applying inclusion and exclusion criteria, 22 articles were included and studied in the review. The flow chart and screening were conducted following the PRISMA 2020 principles proposed by BMJ for constructing a robust literature review. Bias identification was performed using the "Cochrane Collaboration's tool for assessing risk of bias." No conflicts of interest were declared during the completion of this review. Conclusion Standardization of diagnostic criteria and serological test results for HEV awaited the intervention of WHO and EASL in 2014. Prior to this, each country had its own definition and thresholds, making large-scale studies challenging and sometimes underestimating seroprevalence by up to 100% in certain populations. However, Belgium lagged behind its neighbors in collecting and analyzing epidemiological data. The absence of Belgian data in good practice guidelines makes their conclusions challenging to interpret. Preventive public health measures are directly linked to the virus's seroprevalence and the viremic risk of blood donors, as well as the risk of foodborne transmission and contamination rates of pork products. Nonetheless, since 2010, Sciensano established the Belgian National Reference Center for HEV, which, a few years later, allowed Belgium to position itself relative to the rest of Europe. Our viremic and serological risk is intermediate, making us less susceptible than our French or Dutch neighbors. Despite most infections being caused by genotype 3, which is often indolent in healthy adults, it remains dangerous for populations with chronic diseases or immunocompromised individuals. Systematic and rapid testing for HEV should be performed in these populations to minimize the morbidity and mortality associated with the infection.
de Beer de Laer - ArthurUniversité catholique de Louvain
D72-44.001-31.003-33.008-49.002-QC14 -QH2 -QT33
Polymédication chez le sujet âgé : une étude qualitative auprès des médecins généralistes évaluant les facteurs influençant la prise en charge de la polymédication en médecine générale à Bruxelles.
Polymédication chez le sujet âgé : une étude qualitative auprès des médecins généralistes évaluant les facteurs influençant la prise en charge de la polymédication en médecine générale à Bruxelles.
La polymédication, le plus souvent définie comme la prise quotidienne de cinq médicaments ou plus, constitue un réel problème de santé publique. Afin d’éviter les conséquences de cette surmédication, une prise en charge est nécessaire. L’objectif de cette étude qualitative est de comprendre les facteurs influençant la révision de traitement chez les personnes âgées souffrant de polymédication en médecine générale à Bruxelles. Méthodologie Ce travail consiste en une étude qualitative réalisée à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés. L’échantillon de la population choisi se compose de médecins généralistes qui exercent à Bruxelles et qui ont dans leur patientèle des personnes âgées souffrant de polymédication. Les entretiens ont été réalisés avec un guide d’entretien pour support et ont été intégralement retranscrits. Résultats Les résultats de l’étude ont montré́ que plusieurs facteurs influencent la révision de traitement chez la personne âgée. Les principaux sont le manque de temps, le manque de collaboration entre les différents professionnels de la santé, la méconnaissance pharmacoclinique et les craintes des médecins généralistes, et enfin la méconnaissance et les craintes du patient. Conclusion La prise en charge de la polymédication est complexe. Des freins au niveau organisationnel, du patient et du médecin ont été mis en évidence. La collaboration entre les professionnels de la santé, l’utilisation d’outils, l’intégration du patient dans sa prise sont des pistes évoquées par les médecins pour lever ces freins. Enfin, le médecin généraliste a un rôle central dans la gestion de la polymédication grâce à sa proximité avec le patient et sa vision globale de la santé de celui-ci. Mots clés : polymédication, personne âgée, médecine générale, déprescription
La polymédication, le plus souvent définie comme la prise quotidienne de cinq médicaments ou plus, constitue un réel problème de santé publique. Afin d’éviter les conséquences de cette surmédication, une prise en charge est nécessaire. L’objectif de cette étude qualitative est de comprendre les facteurs influençant la révision de traitement chez les personnes âgées souffrant de polymédication en médecine générale à Bruxelles. Méthodologie Ce travail consiste en une étude qualitative réalisée à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés. L’échantillon de la population choisi se compose de médecins généralistes qui exercent à Bruxelles et qui ont dans leur patientèle des personnes âgées souffrant de polymédication. Les entretiens ont été réalisés avec un guide d’entretien pour support et ont été intégralement retranscrits. Résultats Les résultats de l’étude ont montré́ que plusieurs facteurs influencent la révision de traitement chez la personne âgée. Les principaux sont le manque de temps, le manque de collaboration entre les différents professionnels de la santé, la méconnaissance pharmacoclinique et les craintes des médecins généralistes, et enfin la méconnaissance et les craintes du patient. Conclusion La prise en charge de la polymédication est complexe. Des freins au niveau organisationnel, du patient et du médecin ont été mis en évidence. La collaboration entre les professionnels de la santé, l’utilisation d’outils, l’intégration du patient dans sa prise sont des pistes évoquées par les médecins pour lever ces freins. Enfin, le médecin généraliste a un rôle central dans la gestion de la polymédication grâce à sa proximité avec le patient et sa vision globale de la santé de celui-ci. Mots clés : polymédication, personne âgée, médecine générale, déprescription
ELBOUCHIHI - YASMINAUniversité catholique de Louvain
Les limites de l’anticipation Approche réflexive du point de vue d’une médecin généraliste sur la planification anticipée des soins chez les patient.es “autonomes”
Les limites de l’anticipation Approche réflexive du point de vue d’une médecin généraliste sur la planification anticipée des soins chez les patient.es “autonomes”
Introduction L’Advance Care Planning a le vent en poupe au vues de l’évolution des maladies chroniques et de l’intérêt pour l’autonomie de. La place du médecin traitant est centrale dans cette démarche. Une question parfois soulevée sur le terrain est si elle devrait être adressée aux patient.es autonomes. Méthodologie Ce travail est une réflexion de société. La première étape est une revue de la littérature approfondie sur le sujet sur plusieurs bases de données. Les barrières pertinentes sont énumérées et mises en regard de la pratique et des tendances sociétales de la relation de soin. Résultats 25 articles de la littérature ont été sélectionnés pour leur pertinence afin d'entamer la réflexion, mais la littérature reste faible sur le sujet. Il n’y a pas de consensus sur l’âge idéal ni sur la personne qui doit initier la discussion. Les préférences et réalités des patient.es et des soignant.es sont divergentes. L’efficacité de l’Advance Care Planning est débattu et invite à réfléchir au sens qu’elle doit avoir, en se détachant de la rédaction des déclarations de volonté anticipées. Discussion Le nouveau modèle de relation de soin avec processus délibératif et de consentement pourrait avoir sa place auprès des patient.es autonomes pour fournir une continuité des soins tout au long de la vie. De nouvelles manières d’évaluer l’Advance Care Planning doivent être pensées.
Introduction L’Advance Care Planning a le vent en poupe au vues de l’évolution des maladies chroniques et de l’intérêt pour l’autonomie de. La place du médecin traitant est centrale dans cette démarche. Une question parfois soulevée sur le terrain est si elle devrait être adressée aux patient.es autonomes. Méthodologie Ce travail est une réflexion de société. La première étape est une revue de la littérature approfondie sur le sujet sur plusieurs bases de données. Les barrières pertinentes sont énumérées et mises en regard de la pratique et des tendances sociétales de la relation de soin. Résultats 25 articles de la littérature ont été sélectionnés pour leur pertinence afin d'entamer la réflexion, mais la littérature reste faible sur le sujet. Il n’y a pas de consensus sur l’âge idéal ni sur la personne qui doit initier la discussion. Les préférences et réalités des patient.es et des soignant.es sont divergentes. L’efficacité de l’Advance Care Planning est débattu et invite à réfléchir au sens qu’elle doit avoir, en se détachant de la rédaction des déclarations de volonté anticipées. Discussion Le nouveau modèle de relation de soin avec processus délibératif et de consentement pourrait avoir sa place auprès des patient.es autonomes pour fournir une continuité des soins tout au long de la vie. De nouvelles manières d’évaluer l’Advance Care Planning doivent être pensées.
Mooken - MaureenUniversité catholique de Louvain
QD26 -A20-QD25 -QP3 -QP2
Quels sont les facteurs environnementaux qui influencent les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin
Quels sont les facteurs environnementaux qui influencent les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin
Introduction Une augmentation spectaculaire de l'incidence des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin a été observée au cours des deux dernières décennies, principalement dans les pays développés mais aussi dans les pays en voie de développement. Ce constat suggère fortement que les facteurs environnementaux jouent un rôle important dans le développement de ces troubles et dans la modulation des phénotypes cliniques des MICI au fil du temps. L’objectif de mon travail est d’évaluer, à travers la littérature scientifique, les facteurs environnementaux en lien avec la survenue ou l’aggravation des MICI, dont il faudra tenir compte en médecine générale Méthodologie Une revue systématique de la littérature a été réalisée entre septembre 2022 et avril 2023 en consultant les sources de données quaternaires, tertiaires, secondaires et primaires. Les revues dites big five ont été également consultées. Les articles ont été sélectionnés sur base de critères de limitation, du titre, de l’abstract ainsi que la lecture du texte. La pertinence de ces articles a été analysée à l’aide des grilles d’évaluation propre à chaque type d’étude. Résultats Après lecture des articles, les facteurs de risque environnementaux potentiels des maladies inflammatoires chroniques qui reviennent régulièrement ont été regroupé en quatre catégories : mode de vie, médicaments, apport alimentaire et opérations. Discussion Plusieurs facteurs influencent les MICI, parmi eux, les facteurs de risque et les facteurs protecteurs. Les facteurs qui ont montré des associations avec les MICI de façon significative sont le tabac et l’alimentation . D’autres ont des associations positives mais pas significatives. Des études de haute qualité sont donc nécessaires pour comprendre et évaluer la causalité de ces associations. Conclusion Dans les MICI, l’accent est souvent mis sur le traitement préventif pour éviter de nouvelles poussées ou curatif en cas de poussée aiguë. Ce travail a permis de mettre en évidence l’importance de ces facteurs. Un médecin généraliste, en tant qu’acteur important de la prévention doit connaitre et tenir compte de ces facteurs environnementaux.  
Introduction Une augmentation spectaculaire de l'incidence des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin a été observée au cours des deux dernières décennies, principalement dans les pays développés mais aussi dans les pays en voie de développement. Ce constat suggère fortement que les facteurs environnementaux jouent un rôle important dans le développement de ces troubles et dans la modulation des phénotypes cliniques des MICI au fil du temps. L’objectif de mon travail est d’évaluer, à travers la littérature scientifique, les facteurs environnementaux en lien avec la survenue ou l’aggravation des MICI, dont il faudra tenir compte en médecine générale Méthodologie Une revue systématique de la littérature a été réalisée entre septembre 2022 et avril 2023 en consultant les sources de données quaternaires, tertiaires, secondaires et primaires. Les revues dites big five ont été également consultées. Les articles ont été sélectionnés sur base de critères de limitation, du titre, de l’abstract ainsi que la lecture du texte. La pertinence de ces articles a été analysée à l’aide des grilles d’évaluation propre à chaque type d’étude. Résultats Après lecture des articles, les facteurs de risque environnementaux potentiels des maladies inflammatoires chroniques qui reviennent régulièrement ont été regroupé en quatre catégories : mode de vie, médicaments, apport alimentaire et opérations. Discussion Plusieurs facteurs influencent les MICI, parmi eux, les facteurs de risque et les facteurs protecteurs. Les facteurs qui ont montré des associations avec les MICI de façon significative sont le tabac et l’alimentation . D’autres ont des associations positives mais pas significatives. Des études de haute qualité sont donc nécessaires pour comprendre et évaluer la causalité de ces associations. Conclusion Dans les MICI, l’accent est souvent mis sur le traitement préventif pour éviter de nouvelles poussées ou curatif en cas de poussée aiguë. Ce travail a permis de mettre en évidence l’importance de ces facteurs. Un médecin généraliste, en tant qu’acteur important de la prévention doit connaitre et tenir compte de ces facteurs environnementaux.  
UMUGWANEZA - NancyUniversité libre de Bruxelles
Comprendre et prévenir les infections urinaires chez les femmes postménopausées : regard particulier sur le microbiote urinaire et l’oestrogénothérapie locale
Comprendre et prévenir les infections urinaires chez les femmes postménopausées : regard particulier sur le microbiote urinaire et l’oestrogénothérapie locale
Introduction : Les infections urinaires récidivantes touchent environ 10 à 15% des femmes post-ménopausées. Elles sont principalement causées par des bactéries gram négatives, notamment les Escherichia coli Uropathogène. Celles-ci peuvent provenir du vagin ou de l’intestin, ou avoir une origine intrinsèque par réactivation de réservoirs intracellulaires quiescents au niveau de la paroi vésicale. Leur gestion est souvent complexe en raison des défis diagnostiques et de leur tendance à récidiver. Elles peuvent entraîner des coûts de soin élevés et avoir un impact significatif sur la qualité de vie des patientes. Il est donc crucial de comprendre les mécanismes sous-jacents, d'établir un diagnostic précis et de prévenir leur récidive. Objectif : L'objectif de cette étude est d'explorer les mécanismes physiopathologiques impliqués dans les infections urinaires récidivantes chez les femmes post-ménopausées, en mettant l'accent sur le rôle du microbiote urinaire. Nous passerons également en revue les différentes modalités de prévention et nous accorderons une attention particulière à l'œstrogénothérapie locale. Méthodologie : Pour atteindre cet objectif, nous avons examiné deux bases de données, PubMed et Cochrane, de janvier 2013 à mars 2023, le répertoire commenté des médicaments, le Centre belge d'information pharmacothérapeutique, EBPracticenet ainsi que les recommandations de l'Association Européenne d'Urologie. Résultats : Les changements physiologiques, hormonaux, anatomiques, immunitaires et du microbiote urogénital liés à la ménopause peuvent contribuer au développement d'infections urinaires récidivantes. Étant donné l'augmentation des résistances associées à l'antibiothérapie, il est important de trouver des thérapies alternatives. L’oestrogénothérapie locale, mais pas orale, s'est avérée efficace dans la prévention de ces infections. L'immunothérapie et la modulation de l'urobiome constituent des pistes prometteuses dans la prévention des récidives. D’autres thérapies sont disponibles mais leur efficacité n’est pas encore bien établie. Discussion et conclusion : La compréhension des mécanismes physiopathologiques et des biomarqueurs associés aux infections urinaires récidivantes chez les femmes postménopausées, ainsi que l'exploration d'options de prévention autres que les antibiotiques, sont des perspectives intéressantes à connaître pour améliorer la gestion de ces infections et la qualité de vie des patientes.
Introduction : Les infections urinaires récidivantes touchent environ 10 à 15% des femmes post-ménopausées. Elles sont principalement causées par des bactéries gram négatives, notamment les Escherichia coli Uropathogène. Celles-ci peuvent provenir du vagin ou de l’intestin, ou avoir une origine intrinsèque par réactivation de réservoirs intracellulaires quiescents au niveau de la paroi vésicale. Leur gestion est souvent complexe en raison des défis diagnostiques et de leur tendance à récidiver. Elles peuvent entraîner des coûts de soin élevés et avoir un impact significatif sur la qualité de vie des patientes. Il est donc crucial de comprendre les mécanismes sous-jacents, d'établir un diagnostic précis et de prévenir leur récidive. Objectif : L'objectif de cette étude est d'explorer les mécanismes physiopathologiques impliqués dans les infections urinaires récidivantes chez les femmes post-ménopausées, en mettant l'accent sur le rôle du microbiote urinaire. Nous passerons également en revue les différentes modalités de prévention et nous accorderons une attention particulière à l'œstrogénothérapie locale. Méthodologie : Pour atteindre cet objectif, nous avons examiné deux bases de données, PubMed et Cochrane, de janvier 2013 à mars 2023, le répertoire commenté des médicaments, le Centre belge d'information pharmacothérapeutique, EBPracticenet ainsi que les recommandations de l'Association Européenne d'Urologie. Résultats : Les changements physiologiques, hormonaux, anatomiques, immunitaires et du microbiote urogénital liés à la ménopause peuvent contribuer au développement d'infections urinaires récidivantes. Étant donné l'augmentation des résistances associées à l'antibiothérapie, il est important de trouver des thérapies alternatives. L’oestrogénothérapie locale, mais pas orale, s'est avérée efficace dans la prévention de ces infections. L'immunothérapie et la modulation de l'urobiome constituent des pistes prometteuses dans la prévention des récidives. D’autres thérapies sont disponibles mais leur efficacité n’est pas encore bien établie. Discussion et conclusion : La compréhension des mécanismes physiopathologiques et des biomarqueurs associés aux infections urinaires récidivantes chez les femmes postménopausées, ainsi que l'exploration d'options de prévention autres que les antibiotiques, sont des perspectives intéressantes à connaître pour améliorer la gestion de ces infections et la qualité de vie des patientes.
LAATABI - HoudaUniversité de Liège
U71-QD4
Quelle est la place de la phytothérapie dans le traitement de l’insomnie selon les médecins généralistes en région germanophone ?
Quelle est la place de la phytothérapie dans le traitement de l’insomnie selon les médecins généralistes en région germanophone ?
Introduction : L’insomnie est une catégorie des troubles du sommeil. Elle est un motif fréquent de consultation en médecine générale et peut avoir de nombreuses conséquences négatives. Sa prise en charge se compose de traitements non-pharmacologiques et pharmacologiques. L’utilisation de la phytothérapie dans ce traitement n’est actuellement pas recommandée. L’objectif principal de cette étude est d’analyser la place de la phytothérapie dans le traitement de l’insomnie. Méthode : Une étude qualitative a été effectuée auprès de 13 médecins généralistes pratiquant en région germanophone de Belgique à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés. Ces données récoltées ont ensuite été analysées moyennant la méthode d’analyse thématique. Résultats et discussion : Les médecins questionnés utilisent tous la phytothérapie comme traitement de l’insomnie, surtout pour éviter les benzodiazépines ou pour répondre à la demande en augmentation des patients. Les sujets sont en générale ouverts d’intégrer plus la phytothérapie dans leur pratique, mais ils soulignent tous le besoin crucial de plus de données fiables dans ce domaine. Ce manque et l’importance de recherches ultérieures se retrouve aussi dans la littérature actuelle. La majorité des médecins participants exprime l’avis de pratiquer sous conditions particuliers en région germanophone sans pouvoir de comparaison. Conclusion : La phytothérapie prend donc de toute façon une place dans le traitement de l’insomnie en médecine générale, soit par demande du patient, soit par volonté du médecin. Il est donc important de poursuivre les études et les recherches dans ce domaine afin de pouvoir au moins utiliser au mieux cette place occupée. Mots clés : médecine générale – phytothérapie – insomnie
Introduction : L’insomnie est une catégorie des troubles du sommeil. Elle est un motif fréquent de consultation en médecine générale et peut avoir de nombreuses conséquences négatives. Sa prise en charge se compose de traitements non-pharmacologiques et pharmacologiques. L’utilisation de la phytothérapie dans ce traitement n’est actuellement pas recommandée. L’objectif principal de cette étude est d’analyser la place de la phytothérapie dans le traitement de l’insomnie. Méthode : Une étude qualitative a été effectuée auprès de 13 médecins généralistes pratiquant en région germanophone de Belgique à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés. Ces données récoltées ont ensuite été analysées moyennant la méthode d’analyse thématique. Résultats et discussion : Les médecins questionnés utilisent tous la phytothérapie comme traitement de l’insomnie, surtout pour éviter les benzodiazépines ou pour répondre à la demande en augmentation des patients. Les sujets sont en générale ouverts d’intégrer plus la phytothérapie dans leur pratique, mais ils soulignent tous le besoin crucial de plus de données fiables dans ce domaine. Ce manque et l’importance de recherches ultérieures se retrouve aussi dans la littérature actuelle. La majorité des médecins participants exprime l’avis de pratiquer sous conditions particuliers en région germanophone sans pouvoir de comparaison. Conclusion : La phytothérapie prend donc de toute façon une place dans le traitement de l’insomnie en médecine générale, soit par demande du patient, soit par volonté du médecin. Il est donc important de poursuivre les études et les recherches dans ce domaine afin de pouvoir au moins utiliser au mieux cette place occupée. Mots clés : médecine générale – phytothérapie – insomnie
Sara - ChristenUniversité de Liège
P06
Suivi du patient drépanocytaire en médecine générale : une revue de la portée
Suivi du patient drépanocytaire en médecine générale : une revue de la portée
Introduction : L’anémie falciforme est, avec 300 000 nouveaux cas/annuellement, la première maladie génétique au niveau mondial. En Belgique, on dénombrait 469 patients en 2012 et 1/1600 naissances à Bruxelles en 2015. Le suivi de cette maladie est assuré presque exclusivement par le spécialiste. Une des raisons évoquées lors de travaux précédents est le manque d’information disponible quant à la prise en charge en médecine générale. Méthode : Une Scoping Review de la littérature concernant le suivi de la drépanocytose en médecine générale, publiée en anglais et en français entre le 01/12/2022 et le 28/02/2023 a été entreprise. Des bases des données parmi lesquelles PubMed, Science Direct, et Cochrane Library ont été consultées. Après soumission aux critères d’inclusion et d’exclusion, les articles furent analysés. Résultats : 54 articles furent sélectionnés et analysés. Les informations ont été divisées en plusieurs thèmes : Informations générale ; prise en charge globale du patient ; prise en charge en médecine générale ; prise en charge du patient pédiatrique ; prise en charge du patient âgé ; traitements ; considérations psychologiques. Discussion et Conclusion : Il existe un corps conséquent de source d’information disponible pour le médecin généraliste. Cependant, plusieurs barrières entravent l’utilisation de ces sources en médecine générale. Des pistes de réflexions sont émises.
Introduction : L’anémie falciforme est, avec 300 000 nouveaux cas/annuellement, la première maladie génétique au niveau mondial. En Belgique, on dénombrait 469 patients en 2012 et 1/1600 naissances à Bruxelles en 2015. Le suivi de cette maladie est assuré presque exclusivement par le spécialiste. Une des raisons évoquées lors de travaux précédents est le manque d’information disponible quant à la prise en charge en médecine générale. Méthode : Une Scoping Review de la littérature concernant le suivi de la drépanocytose en médecine générale, publiée en anglais et en français entre le 01/12/2022 et le 28/02/2023 a été entreprise. Des bases des données parmi lesquelles PubMed, Science Direct, et Cochrane Library ont été consultées. Après soumission aux critères d’inclusion et d’exclusion, les articles furent analysés. Résultats : 54 articles furent sélectionnés et analysés. Les informations ont été divisées en plusieurs thèmes : Informations générale ; prise en charge globale du patient ; prise en charge en médecine générale ; prise en charge du patient pédiatrique ; prise en charge du patient âgé ; traitements ; considérations psychologiques. Discussion et Conclusion : Il existe un corps conséquent de source d’information disponible pour le médecin généraliste. Cependant, plusieurs barrières entravent l’utilisation de ces sources en médecine générale. Des pistes de réflexions sont émises.
Henrioul - QuentinUniversité libre de Bruxelles
B78-QR7
Concernant le suivi des lésions médullaires en première ligne de soins, quelles sont les raisons motivant un abandon du sondage intermittent propre au profit d’autres méthodes de gestion de la vessie neurogène ?
Concernant le suivi des lésions médullaires en première ligne de soins, quelles sont les raisons motivant un abandon du sondage intermittent propre au profit d’autres méthodes de gestion de la vessie neurogène ?
Introduction : Bien qu’ayant une incidence modeste, la prévalence des lésions médullaires aspire à croitre dans les années à venir et la vessie neurogène est présente chez environs 70% de ces patients. La gestion de ces dernières est complexe et dynamique, basculant entre les recommandations médicales et l’influence de ces dernières sur la qualité de vie du patient. Le sondage intermittent propre est référencé comme étant la méthode de choix pour la gestion de la vidange vésicale mais son utilisation tend à baisser à mesure que l’ancienneté de la lésion se marque. Les facteurs influençant le choix des patients sont multiples, mais n’ont pas tous le même impact. Les médecins généralistes montrent peu d’intérêt envers ces choix et leurs influences, la plupart du temps par méconnaissance du sujet. A travers ce travail, nous allons tenter de mettre en lumière les zones d’ombre concernant l’utilisation du sondage intermittent propre au sein de la population de patients et de médecins généralistes. Mot-clés: “tetraplegia” “quadriplegia” “urinary bladder, neurogenic” “spinal cord injury” “clean intermittent catheterization” “ Méthodologie : Les bases de données pubmed, cinhal et lissa ont été utilisées pour la recherche de bibliographies. Les recherches ont étés filtrées et restreintes aux 5 dernières années et à la population adulte. La sélection des articles a été basée sur le modèle P (patients présentant une lésion médullaire et une vessie neurogène) I (sonde intermittent propre) C (autres techniques de vidange vésicale) O (qualité de vie, facteurs orientant le choix d’une autre technique). Résultats : Au total, 56 études ont étés recensées et 13 articles ont répondus à toutes les exigences. 10 sont des études prospectives observationnelles et 3 sont des enquêtes transversales auprès de médecins généralistes. Discussion : Bien qu’impactant différemment la qualité de vie, plusieurs facteurs sont à confronter à une chute de compliance envers le sondage intermittent propre. Tous sont de près ou de loin lié à la satisfaction quant à la gestion vésicale, et de diverses façons à la qualité de vie globale. Les soins continus permettent une meilleure compliance au sondage intermittent propre. La méconnaissance du sujet par les généralistes est un point avéré mais une envie globale d’en connaitre plus sur le sujet est de mise. Conclusion : La prise en charge de la vessie neurogène est un procédé complexe et dynamique. Le sondage intermittent propre est une méthode de référence pour la gestion de la vidange vésicale chez ces patients, mais elle doit être articulée en fonction des exigences et de l’impact sur la qualité de vie du patient. Un accompagnement du patient par du personnel paramédical et une meilleure connaissance de la technique par les médecins généralistes pourrait améliorer l’adhésion à la technique. Ce travail ouvre la perspective à un plus grand intérêt des soins intégrés dans le suivi des patients chroniques au domicile, cependant plus de preuves dans ce sens sont nécessaires.
Introduction : Bien qu’ayant une incidence modeste, la prévalence des lésions médullaires aspire à croitre dans les années à venir et la vessie neurogène est présente chez environs 70% de ces patients. La gestion de ces dernières est complexe et dynamique, basculant entre les recommandations médicales et l’influence de ces dernières sur la qualité de vie du patient. Le sondage intermittent propre est référencé comme étant la méthode de choix pour la gestion de la vidange vésicale mais son utilisation tend à baisser à mesure que l’ancienneté de la lésion se marque. Les facteurs influençant le choix des patients sont multiples, mais n’ont pas tous le même impact. Les médecins généralistes montrent peu d’intérêt envers ces choix et leurs influences, la plupart du temps par méconnaissance du sujet. A travers ce travail, nous allons tenter de mettre en lumière les zones d’ombre concernant l’utilisation du sondage intermittent propre au sein de la population de patients et de médecins généralistes. Mot-clés: “tetraplegia” “quadriplegia” “urinary bladder, neurogenic” “spinal cord injury” “clean intermittent catheterization” “ Méthodologie : Les bases de données pubmed, cinhal et lissa ont été utilisées pour la recherche de bibliographies. Les recherches ont étés filtrées et restreintes aux 5 dernières années et à la population adulte. La sélection des articles a été basée sur le modèle P (patients présentant une lésion médullaire et une vessie neurogène) I (sonde intermittent propre) C (autres techniques de vidange vésicale) O (qualité de vie, facteurs orientant le choix d’une autre technique). Résultats : Au total, 56 études ont étés recensées et 13 articles ont répondus à toutes les exigences. 10 sont des études prospectives observationnelles et 3 sont des enquêtes transversales auprès de médecins généralistes. Discussion : Bien qu’impactant différemment la qualité de vie, plusieurs facteurs sont à confronter à une chute de compliance envers le sondage intermittent propre. Tous sont de près ou de loin lié à la satisfaction quant à la gestion vésicale, et de diverses façons à la qualité de vie globale. Les soins continus permettent une meilleure compliance au sondage intermittent propre. La méconnaissance du sujet par les généralistes est un point avéré mais une envie globale d’en connaitre plus sur le sujet est de mise. Conclusion : La prise en charge de la vessie neurogène est un procédé complexe et dynamique. Le sondage intermittent propre est une méthode de référence pour la gestion de la vidange vésicale chez ces patients, mais elle doit être articulée en fonction des exigences et de l’impact sur la qualité de vie du patient. Un accompagnement du patient par du personnel paramédical et une meilleure connaissance de la technique par les médecins généralistes pourrait améliorer l’adhésion à la technique. Ce travail ouvre la perspective à un plus grand intérêt des soins intégrés dans le suivi des patients chroniques au domicile, cependant plus de preuves dans ce sens sont nécessaires.
Bonelli - SalvatoreUniversité de Liège
QS41
Quelle est la place de la phytothérapie dans le traitement de l'insomnie selon les médecins généralistes en région germanophones?
Quelle est la place de la phytothérapie dans le traitement de l'insomnie selon les médecins généralistes en région germanophones?
What is the place of phytotherapy in the treatment of insomnia according to general practitioners in German-speaking regions?
What is the place of phytotherapy in the treatment of insomnia according to general practitioners in German-speaking regions?
Sara - ChristenUniversité de Liège
P06-45.000-45.002-A13
Prise en charge du syndrome des jambes sans repos primaire de l’adulte en médecine générale francophone. Revue de littérature narrative et enquête de terrain quantitative.
Prise en charge du syndrome des jambes sans repos primaire de l’adulte en médecine générale francophone. Revue de littérature narrative et enquête de terrain quantitative.
Introduction Le syndrome des jambes sans repos de l’adulte, un trouble neurologique sensori-moteur chronique, quatrième cause d’insomnie, dont la prévalence varie entre 5% et 10%, reste sous-diagnostiqué. Il semble primordial que les médecins généralistes, ayant un rôle majeur dans sa prise en charge, le connaissent. La physiopathologie précise reste à ce jour incertaine. Les formes sont primaire (idiopathique) et secondaire (comorbide). Le diagnostic est strictement clinique, reposant sur cinq critères diagnostiques. Le SJSR comprend plusieurs présentations cliniques. Le traitement consiste en une approche non pharmacologique et/ou pharmacologique. La thérapie médicamenteuse peut présenter des effets secondaires à surveiller de près. L’évolution du SJSR est variable, allant de la rémission spontanée à une forme chronique-persistante, un syndrome réfractaire voire un syndrome dit d’augmentation. Méthodologie Une revue de littérature a été effectuée afin d’étudier le syndrome des jambes sans repos primaire de l’adulte. Et une enquête quantitative de terrain a été réalisée afin d’établir un état des lieux des connaissances du syndrome auprès des médecins généralistes francophones belges. Résultats Les principaux résultats de l’étude relèvent que la probabilité d’avoir des connaissances suffisantes du syndrome est dépendante du genre et du nombre d’années de pratique. Ce dernier influence également la probabilité de se sentir cliniquement compétent. Certains médecins voient des patients SJSR sans en connaître l’approche diagnostique. La majorité le traite par agonistes dopaminergiques sans connaitre le syndrome d’augmentation qui en découle. Conclusion Ainsi, ce travail met en lumière la nécessité d’informer d’avantage le médecin généraliste sur les caractéristiques du syndrome des jambes sans repos et sur le rôle qu’il a à jouer dans sa prise en charge. Mots-clés : Syndrome des jambes sans repos, médecine générale, revue de littérature narrative, étude quantitative, questionnaire anonyme.
Introduction Le syndrome des jambes sans repos de l’adulte, un trouble neurologique sensori-moteur chronique, quatrième cause d’insomnie, dont la prévalence varie entre 5% et 10%, reste sous-diagnostiqué. Il semble primordial que les médecins généralistes, ayant un rôle majeur dans sa prise en charge, le connaissent. La physiopathologie précise reste à ce jour incertaine. Les formes sont primaire (idiopathique) et secondaire (comorbide). Le diagnostic est strictement clinique, reposant sur cinq critères diagnostiques. Le SJSR comprend plusieurs présentations cliniques. Le traitement consiste en une approche non pharmacologique et/ou pharmacologique. La thérapie médicamenteuse peut présenter des effets secondaires à surveiller de près. L’évolution du SJSR est variable, allant de la rémission spontanée à une forme chronique-persistante, un syndrome réfractaire voire un syndrome dit d’augmentation. Méthodologie Une revue de littérature a été effectuée afin d’étudier le syndrome des jambes sans repos primaire de l’adulte. Et une enquête quantitative de terrain a été réalisée afin d’établir un état des lieux des connaissances du syndrome auprès des médecins généralistes francophones belges. Résultats Les principaux résultats de l’étude relèvent que la probabilité d’avoir des connaissances suffisantes du syndrome est dépendante du genre et du nombre d’années de pratique. Ce dernier influence également la probabilité de se sentir cliniquement compétent. Certains médecins voient des patients SJSR sans en connaître l’approche diagnostique. La majorité le traite par agonistes dopaminergiques sans connaitre le syndrome d’augmentation qui en découle. Conclusion Ainsi, ce travail met en lumière la nécessité d’informer d’avantage le médecin généraliste sur les caractéristiques du syndrome des jambes sans repos et sur le rôle qu’il a à jouer dans sa prise en charge. Mots-clés : Syndrome des jambes sans repos, médecine générale, revue de littérature narrative, étude quantitative, questionnaire anonyme.
de Marcken de Merken - Marie-PhilippineUniversité catholique de Louvain
N04
Freins à la déprescription des inhibiteurs de la pompe à protons en médecine générale
Freins à la déprescription des inhibiteurs de la pompe à protons en médecine générale
Introduction : Le nombre de prescription d’IPP a considérément augmenté ces dix dernières années, représentant un coût conséquent pour les mutuelles belges. Dans ce travail nous nous intéresserons à la façon de prescrire des médecins généralistes et surtout quels freins ceux-ci perçoivent à la déprescription. Méthode : Nous avons opté pour une approche qualitative, dans laquelle des entretiens semi-dirigés ont été menés auprès de sept médecins généralistes belges. La première partie des entretiens questionne les médecins sur leur façon de prescrire des IPPs, tandis que la deuxième partie les invite à nous raconter leur expérience dans la déprescription de ces médicaments, ainsi que sur les obstacles qu'ils rencontrent dans cette démarche. Les entretiens ont été analysés à l'aide d'une méthode de théorisation ancrée. Résultats : Les médecins estiment qu’une bonne prescription de départ est indispensable à une bonne déprescription des inhibiteurs de la pompe à protons. Et pourtant nous observons d’entrée de jeu une grande hétérogénéité dans leur façon de prescrire. À partir de leur vécu de la déprescription, nous retenons des freins multiples, qu’ils soient plus mis en place par le patient, par le corps médical ou dû à des difficultés relationnelles médecins-patients. Conclusion : La sur-prescription des IPPs est un problème croissant, avec des effets secondaires prolongés qui ne sont pas encore bien connus des médecins. Les freins à leur déprescription sont multiples mais il est évident que se former en tant que médecins à une meilleure prescription diminuerait énormément la nécessité de déprescrire. Mots-clés : déprescription, inhibiteur de la pompe à protons, médecine générale, prévention quaternaire.
Introduction : Le nombre de prescription d’IPP a considérément augmenté ces dix dernières années, représentant un coût conséquent pour les mutuelles belges. Dans ce travail nous nous intéresserons à la façon de prescrire des médecins généralistes et surtout quels freins ceux-ci perçoivent à la déprescription. Méthode : Nous avons opté pour une approche qualitative, dans laquelle des entretiens semi-dirigés ont été menés auprès de sept médecins généralistes belges. La première partie des entretiens questionne les médecins sur leur façon de prescrire des IPPs, tandis que la deuxième partie les invite à nous raconter leur expérience dans la déprescription de ces médicaments, ainsi que sur les obstacles qu'ils rencontrent dans cette démarche. Les entretiens ont été analysés à l'aide d'une méthode de théorisation ancrée. Résultats : Les médecins estiment qu’une bonne prescription de départ est indispensable à une bonne déprescription des inhibiteurs de la pompe à protons. Et pourtant nous observons d’entrée de jeu une grande hétérogénéité dans leur façon de prescrire. À partir de leur vécu de la déprescription, nous retenons des freins multiples, qu’ils soient plus mis en place par le patient, par le corps médical ou dû à des difficultés relationnelles médecins-patients. Conclusion : La sur-prescription des IPPs est un problème croissant, avec des effets secondaires prolongés qui ne sont pas encore bien connus des médecins. Les freins à leur déprescription sont multiples mais il est évident que se former en tant que médecins à une meilleure prescription diminuerait énormément la nécessité de déprescrire. Mots-clés : déprescription, inhibiteur de la pompe à protons, médecine générale, prévention quaternaire.
Veyret - Jean-BaptisteUniversité catholique de Louvain
50.006-QD44
Quelles sont les perceptions, les connaissances et les capacités d'intervention des médecins généralistes exerçant en Wallonie et à Bruxelles concernant la menace d’émergence en Belgique des maladies vectorielles dengue, Zika et chikungunya, transmises par le moustique Aedes albopictus ?
Quelles sont les perceptions, les connaissances et les capacités d'intervention des médecins généralistes exerçant en Wallonie et à Bruxelles concernant la menace d’émergence en Belgique des maladies vectorielles dengue, Zika et chikungunya, transmises par le moustique Aedes albopictus ?
Dans un contexte de mondialisation et de changement climatique, le moustique Aedes albopictus, plus communément appelé « moustique tigre », poursuit son expansion en Europe. Vecteur de la dengue, du Zika et du chikungunya, il est déjà largement implanté en France métropolitaine et son implantation s’approche de nos frontières, ce qui constitue une menace sanitaire à laquelle la Belgique devra probablement faire face dès la prochaine décennie. La réponse face à l’émergence de ces maladies prend la forme d’une lutte antivectorielle, qui consiste à surveiller et agir contre le vecteur afin de prévenir le plus rapidement possible la transmission. Dans ce cadre, le médecin généraliste est appelé à assumer des responsabilités importantes, telles qu’un diagnostic précoce de ces maladies, leur déclaration, l’information donnée au patient et des interactions avec les autres acteurs impliqués dans la lutte antivectorielle, y compris les autorités. Considérant l’importance de cette problématique, nous avons réalisé une étude quantitative observationnelle de type transversal afin de réaliser un état des lieux des perceptions, des connaissances et des capacités d'intervention des médecins généralistes concernant cette menace. Un échantillon de 97 médecins généralistes exerçant en Région Wallonne et en Région de Bruxelles-Capitale a participé à l’enquête. L’étude a mis en évidence que les médecins généralistes n’avaient pas une connaissance complète ni des maladies émergentes associées à ce moustique Aedes albopictus, ni du caractère obligatoire de leur déclaration. Les médecins généralistes interrogés étaient cependant conscients de leurs lacunes et ont majoritairement porté un intérêt à se former en la matière. Face à ce constat, l’étude identifie les leviers d’actions à mettre en place pour améliorer la formation des médecins généralistes et, plus généralement, organiser la lutte antivectorielle. Parmi ceux-ci, nous noterons l’importance de mieux sensibiliser les médecins généralistes à la menace sanitaire que génère le développement des maladies vectorielles émergentes en Europe, la nécessité d’édicter un plan d’alerte gradué par rapport au risque épidémique dans lequel les médecins généralistes remplissent un rôle essentiel, et la création de synergies entre l’ensemble des parties prenantes. La coopération internationale et, a fortiori, la coopération entre les entités du pays sont essentielles pour prévenir la propagation de ces maladies vectorielles.
Dans un contexte de mondialisation et de changement climatique, le moustique Aedes albopictus, plus communément appelé « moustique tigre », poursuit son expansion en Europe. Vecteur de la dengue, du Zika et du chikungunya, il est déjà largement implanté en France métropolitaine et son implantation s’approche de nos frontières, ce qui constitue une menace sanitaire à laquelle la Belgique devra probablement faire face dès la prochaine décennie. La réponse face à l’émergence de ces maladies prend la forme d’une lutte antivectorielle, qui consiste à surveiller et agir contre le vecteur afin de prévenir le plus rapidement possible la transmission. Dans ce cadre, le médecin généraliste est appelé à assumer des responsabilités importantes, telles qu’un diagnostic précoce de ces maladies, leur déclaration, l’information donnée au patient et des interactions avec les autres acteurs impliqués dans la lutte antivectorielle, y compris les autorités. Considérant l’importance de cette problématique, nous avons réalisé une étude quantitative observationnelle de type transversal afin de réaliser un état des lieux des perceptions, des connaissances et des capacités d'intervention des médecins généralistes concernant cette menace. Un échantillon de 97 médecins généralistes exerçant en Région Wallonne et en Région de Bruxelles-Capitale a participé à l’enquête. L’étude a mis en évidence que les médecins généralistes n’avaient pas une connaissance complète ni des maladies émergentes associées à ce moustique Aedes albopictus, ni du caractère obligatoire de leur déclaration. Les médecins généralistes interrogés étaient cependant conscients de leurs lacunes et ont majoritairement porté un intérêt à se former en la matière. Face à ce constat, l’étude identifie les leviers d’actions à mettre en place pour améliorer la formation des médecins généralistes et, plus généralement, organiser la lutte antivectorielle. Parmi ceux-ci, nous noterons l’importance de mieux sensibiliser les médecins généralistes à la menace sanitaire que génère le développement des maladies vectorielles émergentes en Europe, la nécessité d’édicter un plan d’alerte gradué par rapport au risque épidémique dans lequel les médecins généralistes remplissent un rôle essentiel, et la création de synergies entre l’ensemble des parties prenantes. La coopération internationale et, a fortiori, la coopération entre les entités du pays sont essentielles pour prévenir la propagation de ces maladies vectorielles.
Bernier - ElisaUniversité catholique de Louvain
49.003-49.002
La formation des jeunes médecins généralistes francophones à la détection précoce des violences conjugales
La formation des jeunes médecins généralistes francophones à la détection précoce des violences conjugales
Introduction : La violence conjugale constitue un problème de santé publique majeur et une violation des droits humains. Elle apparaît comme une problématique genrée touchant majoritairement les femmes. Les conséquences de la violence conjugale affectent les patients et leurs familles de façon tridimensionnelle. Le médecin généraliste est souvent le premier soignant vers lequel se tourne les victimes. Il occupe donc une place privilégiée dans le dépistage de la violence conjugale. En Belgique, le dépistage de la violence est opportuniste pour favoriser une révélation spontanée. L’enseignement de la détection des violences conjugales dans les trois universités francophones du pays est propre à chaque institution. L’objectif de ce travail est d’analyser les difficultés que présentent les jeunes médecins généralistes à détecter la violence en cabinet de médecine générale, ainsi que leurs opinions sur leur formation à ce sujet. L’étude est réalisée auprès d’un échantillon de jeunes médecins généralistes francophones de Belgique avec pour but d’identifier des besoins en formation à la détection précoce. Méthode : Il s’agit d’une recherche qualitative par entretiens semi-dirigés. Dix entretiens ont été faits auprès de jeunes médecins francophones. L’analyse des résultats s’est faite par analyse thématique. Résultats : Les jeunes médecins généralistes ont exprimé de nombreuses difficultés à la détection précoce en lien avec leur formation et leurs ressources personnelles. Plusieurs besoins en formation à la détection précoce ont émergés de l’analyse des entretiens. Les besoins en formation à la détection précoce des jeunes médecins généralistes francophones reflètent les différentes compétences qui sont nécessaires à la mise en place du dépistage opportuniste des violences conjugales. Les jeunes médecins ont besoin de ressources théoriques académiques et professionnelles. Ils sollicitent un lien avec leur université formatrice et le réseau spécialisé. Ils sont conscients de leur statut mais aussi de l’impact personnel des violences qui peut constituer un obstacle à la détection précoce de ces dernières. Les jeunes médecins généralistes sollicitent une intervision professionnelle. Conclusion : La détection de la violence conjugale questionne les jeunes médecins généralistes sur leurs compétences, leur rôle de médecin généraliste et leur vision en tant que personne. L’étude réalisée montre plusieurs besoins en formation en lien avec les éléments cités et ouvre un espace de recherche pour la formation des médecins généraliste à la détection précoce. Mots-clés : violence conjugale, détection précoce, médecine générale, formation.
Introduction : La violence conjugale constitue un problème de santé publique majeur et une violation des droits humains. Elle apparaît comme une problématique genrée touchant majoritairement les femmes. Les conséquences de la violence conjugale affectent les patients et leurs familles de façon tridimensionnelle. Le médecin généraliste est souvent le premier soignant vers lequel se tourne les victimes. Il occupe donc une place privilégiée dans le dépistage de la violence conjugale. En Belgique, le dépistage de la violence est opportuniste pour favoriser une révélation spontanée. L’enseignement de la détection des violences conjugales dans les trois universités francophones du pays est propre à chaque institution. L’objectif de ce travail est d’analyser les difficultés que présentent les jeunes médecins généralistes à détecter la violence en cabinet de médecine générale, ainsi que leurs opinions sur leur formation à ce sujet. L’étude est réalisée auprès d’un échantillon de jeunes médecins généralistes francophones de Belgique avec pour but d’identifier des besoins en formation à la détection précoce. Méthode : Il s’agit d’une recherche qualitative par entretiens semi-dirigés. Dix entretiens ont été faits auprès de jeunes médecins francophones. L’analyse des résultats s’est faite par analyse thématique. Résultats : Les jeunes médecins généralistes ont exprimé de nombreuses difficultés à la détection précoce en lien avec leur formation et leurs ressources personnelles. Plusieurs besoins en formation à la détection précoce ont émergés de l’analyse des entretiens. Les besoins en formation à la détection précoce des jeunes médecins généralistes francophones reflètent les différentes compétences qui sont nécessaires à la mise en place du dépistage opportuniste des violences conjugales. Les jeunes médecins ont besoin de ressources théoriques académiques et professionnelles. Ils sollicitent un lien avec leur université formatrice et le réseau spécialisé. Ils sont conscients de leur statut mais aussi de l’impact personnel des violences qui peut constituer un obstacle à la détection précoce de ces dernières. Les jeunes médecins généralistes sollicitent une intervision professionnelle. Conclusion : La détection de la violence conjugale questionne les jeunes médecins généralistes sur leurs compétences, leur rôle de médecin généraliste et leur vision en tant que personne. L’étude réalisée montre plusieurs besoins en formation en lien avec les éléments cités et ouvre un espace de recherche pour la formation des médecins généraliste à la détection précoce. Mots-clés : violence conjugale, détection précoce, médecine générale, formation.
Mukwege - AurelieUniversité catholique de Louvain
QC51 -QD42 -QR31
Le suivi de la maladie de Crohn par le médecin généraliste en région verviétoise
Le suivi de la maladie de Crohn par le médecin généraliste en région verviétoise

The follow-up of Crohn's disease by the general practitioner in the Verviers region
The follow-up of Crohn's disease by the general practitioner in the Verviers region
Introduction : La maladie de Crohn est une maladie chronique, souvent diagnostiquée chez des personnes jeunes, impactant considérablement la vie des patients, tant d’un point de vue personnelle que professionnelle, dont l’incidence est en augmentation ces dernières années. Une prise en charge multidisciplinaire coordonnée et un suivi régulier sont nécessaires à long terme, le médecin généraliste étant un des intervenants essentiels. L'objectif de ce TFE a pour but d’analyser l’attitude des médecins généralistes et assistants en médecine générale de la région verviétoise, et la perception de leur rôle dans le suivi de ces patients. Méthodologie : La lecture de différentes revues de littérature a permis de construire un guide d’entretien, qui a ensuite été mené auprès de médecins généralistes et assistants de la région verviétoise, lors d’entretiens semi-dirigés. Celui-ci abordait la question du suivi de la maladie de Crohn de manière générale, en posant des questions plus approfondies au fil de l’interview. Résultats : Les médecins généralistes ne réalisent pas de suivi spécifique à la maladie de Crohn. Ils ne rencontrent ces patients que dans le cadre de consultations générales, en cas de plaintes, ou de symptômes. Les médecins sont conscients de l’impact que peut avoir la maladie et son traitement sur la vie des patients, mais ne proposent pas toujours de moyens de prévention ou de dépistage. Ils se montrent tout de même investis dans leur rôle de première ligne, et sont enthousiastes à l’idée de suivre les recommandations, afin d’assurer un meilleur suivi de leurs patients, en coordination avec le gastro-entérologue. Discussion : Différentes recommandations permettraient d’améliorer la prise en charge globale de la maladie. Celles-ci privilégient la prévention et le dépistage afin d’induire une guérison précoce de la muqueuse. De nombreuses recommandations sont également proposées, liées notamment aux dépistages, à la vaccination et aux habitudes de vie. Le suivi régulier par le médecin, combiné à celui du gastro-entérologue, reste le moyen le plus efficace d’anticiper des poussées ou des complications de la maladie. Conclusion : Le suivi spécifique de la maladie de Crohn est souvent trop peu réalisé par les médecins généralistes. Leur rôle dans la prise en charge est souvent flou et demanderait à être clarifié. Une meilleure coordination entre le médecin traitant et le gastro-entérologue permettrait une prise en charge optimale et préventive.
Introduction : La maladie de Crohn est une maladie chronique, souvent diagnostiquée chez des personnes jeunes, impactant considérablement la vie des patients, tant d’un point de vue personnelle que professionnelle, dont l’incidence est en augmentation ces dernières années. Une prise en charge multidisciplinaire coordonnée et un suivi régulier sont nécessaires à long terme, le médecin généraliste étant un des intervenants essentiels. L'objectif de ce TFE a pour but d’analyser l’attitude des médecins généralistes et assistants en médecine générale de la région verviétoise, et la perception de leur rôle dans le suivi de ces patients. Méthodologie : La lecture de différentes revues de littérature a permis de construire un guide d’entretien, qui a ensuite été mené auprès de médecins généralistes et assistants de la région verviétoise, lors d’entretiens semi-dirigés. Celui-ci abordait la question du suivi de la maladie de Crohn de manière générale, en posant des questions plus approfondies au fil de l’interview. Résultats : Les médecins généralistes ne réalisent pas de suivi spécifique à la maladie de Crohn. Ils ne rencontrent ces patients que dans le cadre de consultations générales, en cas de plaintes, ou de symptômes. Les médecins sont conscients de l’impact que peut avoir la maladie et son traitement sur la vie des patients, mais ne proposent pas toujours de moyens de prévention ou de dépistage. Ils se montrent tout de même investis dans leur rôle de première ligne, et sont enthousiastes à l’idée de suivre les recommandations, afin d’assurer un meilleur suivi de leurs patients, en coordination avec le gastro-entérologue. Discussion : Différentes recommandations permettraient d’améliorer la prise en charge globale de la maladie. Celles-ci privilégient la prévention et le dépistage afin d’induire une guérison précoce de la muqueuse. De nombreuses recommandations sont également proposées, liées notamment aux dépistages, à la vaccination et aux habitudes de vie. Le suivi régulier par le médecin, combiné à celui du gastro-entérologue, reste le moyen le plus efficace d’anticiper des poussées ou des complications de la maladie. Conclusion : Le suivi spécifique de la maladie de Crohn est souvent trop peu réalisé par les médecins généralistes. Leur rôle dans la prise en charge est souvent flou et demanderait à être clarifié. Une meilleure coordination entre le médecin traitant et le gastro-entérologue permettrait une prise en charge optimale et préventive.

Introduction: Crohn's disease is a chronic disease, often diagnosed in young people, with a considerable impact on the life of patients, both personally and professionally, and its incidence has been increasing in recent years. A coordinated multidisciplinary management and a regular follow-up are necessary in the long term, the general practitioner being one of the essential actors. The objective of this TFE is to analyze the attitude of general practitioners and general medical assistants in the Verviers region, and the perception of their role in the follow-up of these patients. Methodology: The reading of different literature reviews allowed the construction of an interview guide, which was then conducted with general practitioners and assistants in the Verviers region, during semi-structured interviews. This guide addressed the question of follow-up of Crohn's disease in a general way, by asking more in-depth questions during the interview. Results: General practitioners do not perform follow-up specifically for Crohn's disease. They only see these patients in the context of general consultations, in case of complaints or symptoms. Physicians are aware of the impact that the disease and its treatment can have on patients' lives, but do not always propose means of prevention or screening. However, they are committed to their role as primary care physicians and are enthusiastic about following the recommendations to ensure better follow-up of their patients, in coordination with the gastroenterologist. Discussion: Various recommendations would improve the overall management of the disease. These focus on prevention and screening to induce early healing of the mucosa. Numerous recommendations are also proposed, notably related to screening, vaccination and lifestyle habits. Regular follow-up by the physician, combined with that of the gastroenterologist, remains the most effective way to anticipate relapses or complications of the disease. Conclusion: The specific follow-up of Crohn's disease is often not sufficiently performed by general practitioners. Their role in management is often unclear and should be clarified. A better coordination between the general practitioner and the gastroenterologist would allow an optimal and preventive management.
Introduction: Crohn's disease is a chronic disease, often diagnosed in young people, with a considerable impact on the life of patients, both personally and professionally, and its incidence has been increasing in recent years. A coordinated multidisciplinary management and a regular follow-up are necessary in the long term, the general practitioner being one of the essential actors. The objective of this TFE is to analyze the attitude of general practitioners and general medical assistants in the Verviers region, and the perception of their role in the follow-up of these patients. Methodology: The reading of different literature reviews allowed the construction of an interview guide, which was then conducted with general practitioners and assistants in the Verviers region, during semi-structured interviews. This guide addressed the question of follow-up of Crohn's disease in a general way, by asking more in-depth questions during the interview. Results: General practitioners do not perform follow-up specifically for Crohn's disease. They only see these patients in the context of general consultations, in case of complaints or symptoms. Physicians are aware of the impact that the disease and its treatment can have on patients' lives, but do not always propose means of prevention or screening. However, they are committed to their role as primary care physicians and are enthusiastic about following the recommendations to ensure better follow-up of their patients, in coordination with the gastroenterologist. Discussion: Various recommendations would improve the overall management of the disease. These focus on prevention and screening to induce early healing of the mucosa. Numerous recommendations are also proposed, notably related to screening, vaccination and lifestyle habits. Regular follow-up by the physician, combined with that of the gastroenterologist, remains the most effective way to anticipate relapses or complications of the disease. Conclusion: The specific follow-up of Crohn's disease is often not sufficiently performed by general practitioners. Their role in management is often unclear and should be clarified. A better coordination between the general practitioner and the gastroenterologist would allow an optimal and preventive management.
Dejardin - KevinUniversité de Liège
D94-QC14
DÉSOBSTRUCTION RHINOPHARYNGÉE: PISTE D'ÉDUCATION
DÉSOBSTRUCTION RHINOPHARYNGÉE: PISTE D'ÉDUCATION
Selon de nombreuses études, l’adhérence thérapeutique chez les enfants n'excède pas les 50%. Ce chiffre éloquent souligne la nécessité d'opérer des changements dans nos pratiques en médecine générale, lesquels pourraient être réalisés en mettant en place des outils pédagogiques adaptés. L’objectif initial de ce travail est d’identifier les interventions réalisables en médecine générale afin de transmettre au mieux l’information et ainsi augmenter l’adhérence thérapeutique des patients à la désobstruction rhino-pharyngée. La revue narrative de la littérature a permis de mettre en évidence les freins les plus fréquemment rencontrés ainsi que les interventions possibles. Dans cette étude nous retrouvons 4 freins majeurs: la littératie en santé des parents, leur perception de la maladie, la compréhension du traitement ainsi que les croyances liées à celui-ci. La littérature a démontré trois types d’approches pédagogiques: éducative, comportementale et organisationnelle. La combinaison des trois approches permet de potentialiser leur résultat et donc améliorer l'adhérence. Les principales interventions retenues sont les supports iconographiques tels qu’une bande dessinée muette, des vidéos et un calendrier avec récompenses.
Selon de nombreuses études, l’adhérence thérapeutique chez les enfants n'excède pas les 50%. Ce chiffre éloquent souligne la nécessité d'opérer des changements dans nos pratiques en médecine générale, lesquels pourraient être réalisés en mettant en place des outils pédagogiques adaptés. L’objectif initial de ce travail est d’identifier les interventions réalisables en médecine générale afin de transmettre au mieux l’information et ainsi augmenter l’adhérence thérapeutique des patients à la désobstruction rhino-pharyngée. La revue narrative de la littérature a permis de mettre en évidence les freins les plus fréquemment rencontrés ainsi que les interventions possibles. Dans cette étude nous retrouvons 4 freins majeurs: la littératie en santé des parents, leur perception de la maladie, la compréhension du traitement ainsi que les croyances liées à celui-ci. La littérature a démontré trois types d’approches pédagogiques: éducative, comportementale et organisationnelle. La combinaison des trois approches permet de potentialiser leur résultat et donc améliorer l'adhérence. Les principales interventions retenues sont les supports iconographiques tels qu’une bande dessinée muette, des vidéos et un calendrier avec récompenses.
Kadim - Imane Université de Liège
45.001-51.002-R08
L’auto-évaluation des compétences communicationnelles des médecins généralistes : une scoping review
L’auto-évaluation des compétences communicationnelles des médecins généralistes : une scoping review
Contexte : Au sein des soins de santé, les modèles de la relation entre le patient et le médecin font l'objet d'un changement de paradigme. Les compétences en communication sont désormais considérées comme faisant partie intégrante des compétences cliniques des médecins. Ainsi, l'auto-évaluation peut-être un moyen efficace pour évaluer les compétences communicationnelles des médecins envers leurs patients et pour identifier les domaines dans lesquels ils pourraient améliorer leurs compétences. Objectif : L’objectif de cette étude est d’effectuer un état des lieux des outils d’autoévaluation des compétences communicationnelles applicables à la médecine générale. Méthode : Dans un premier temps, une analyse exploratoire de la littérature médicale a été menée en combinant la méthodologie de recherche d'Arksey et O'Malley. La recherche bibliographique a été effectuée sur les bases de données Pubmed, Scopus et Proquest. Des critères d’inclusions ont été préétablis. Résultats: Après avoir effectué une recherche avec notre équation, nous avons trouvé 528 articles, parmi lesquels 12 ont été retenus. Aucun consensus ne se dégage sur un outil d'autoévaluation spécifique, et aucun de ces outils n'a été validé. Les études ayant utilisé ces outils avaient des objectifs initiaux différents. L'auto-évaluation seule présente de nombreuses limites et devrait impliquer l'utilisation concomitante d’autres sources d’évaluation pour être pertinente. Conclusion : Ce mémoire met en évidence la faible quantité de littérature existante sur l'autoévaluation des compétences communicationnelles globales des médecins généralistes. Il donne également des pistes de réflexion quant au rôle de l’auto-évaluation des compétences communicationnelles. De plus, il soulève l'importance de l'intégration de la communication médecin-patient dans les cursus universitaires et la nécessité de développer un module de référence sur ce sujet crucial pour les soins de santé.
Contexte : Au sein des soins de santé, les modèles de la relation entre le patient et le médecin font l'objet d'un changement de paradigme. Les compétences en communication sont désormais considérées comme faisant partie intégrante des compétences cliniques des médecins. Ainsi, l'auto-évaluation peut-être un moyen efficace pour évaluer les compétences communicationnelles des médecins envers leurs patients et pour identifier les domaines dans lesquels ils pourraient améliorer leurs compétences. Objectif : L’objectif de cette étude est d’effectuer un état des lieux des outils d’autoévaluation des compétences communicationnelles applicables à la médecine générale. Méthode : Dans un premier temps, une analyse exploratoire de la littérature médicale a été menée en combinant la méthodologie de recherche d'Arksey et O'Malley. La recherche bibliographique a été effectuée sur les bases de données Pubmed, Scopus et Proquest. Des critères d’inclusions ont été préétablis. Résultats: Après avoir effectué une recherche avec notre équation, nous avons trouvé 528 articles, parmi lesquels 12 ont été retenus. Aucun consensus ne se dégage sur un outil d'autoévaluation spécifique, et aucun de ces outils n'a été validé. Les études ayant utilisé ces outils avaient des objectifs initiaux différents. L'auto-évaluation seule présente de nombreuses limites et devrait impliquer l'utilisation concomitante d’autres sources d’évaluation pour être pertinente. Conclusion : Ce mémoire met en évidence la faible quantité de littérature existante sur l'autoévaluation des compétences communicationnelles globales des médecins généralistes. Il donne également des pistes de réflexion quant au rôle de l’auto-évaluation des compétences communicationnelles. De plus, il soulève l'importance de l'intégration de la communication médecin-patient dans les cursus universitaires et la nécessité de développer un module de référence sur ce sujet crucial pour les soins de santé.
Abbas - SerineUniversité libre de Bruxelles
QD12 -QT13
Comment maintenir la qualité de travail des médecins généralistes, dans la prise en charge des pathologies chroniques, dans un contexte de transition, généré par la pandémie de la Covid, de la médecine en présentiel vers la télémédecine ?
Comment maintenir la qualité de travail des médecins généralistes, dans la prise en charge des pathologies chroniques, dans un contexte de transition, généré par la pandémie de la Covid, de la médecine en présentiel vers la télémédecine ?
Ndiaye - KhottaUniversité libre de Bruxelles
L'intimité en consultation: la vision du médecin généraliste
L'intimité en consultation: la vision du médecin généraliste
Introduction: Le médecin généraliste est en contact avec l’intimité de ses patients lors de ses consultations. Depuis plusieurs années, cette question du respect de l’intimité est discutée dans d’autres spécialités, notamment en gynécologie, et au niveau sociétal. Dans la littérature médicale, la question de l’intimité semble pourtant peu abordée du point de vue du médecin, et encore moins du point de vue du médecin généraliste. Objectifs : Le but de ce travail est d’explorer ce que les médecins généralistes mettent en place pour respecter l’intimité physique de leurs patients. Méthodologie : Sept entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de médecins généralistes pour explorer leur vision de l’intimité des patients et les moyens mis en place pour la respecter. Une analyse qualitative a été faite sur cette base. Une recherche de la littérature a également été réalisée. Résultats : Cinq thèmes principaux relatifs à la réflexion des médecins généralistes sur l’intimité des patients ont été identifiés : [1] Le médecin adapte son attitude et l’agencement de son cabinet pour diminuer le sentiment d’exposition du patient. [2] Le médecin adapte sa communication verbale et non- verbale. [3] Le médecin met en priorité le lien thérapeutique et réfléchit aux projections réciproques entre lui et le patient. [4] Le médecin s’adapte aux caractéristiques, à l’attitude et aux attentes de son patient. Il propose des alternatives et recueille le consentement. Il prend du recul sur sa pratique dans un processus d’auto-réflexion. [5] L’intimité est un sujet de société. Conclusion : Le médecin cherche souvent à montrer sa bonne intention au patient, en faisant attention à la communication qu’il emploie. Le médecin généraliste peut alors être vu comme un équilibriste cherchant à adopter la meilleure attitude pour respecter l’intimité de son patient. Il s’adapte tout au long de la consultation aux caractéristiques et à l’attitude de son patient. Le médecin adopte donc une posture sur-mesure, ajustée à chaque patient lors de chaque consultation. Par ailleurs, l’intimité des patients hommes n’a pas été abordée spontanément par les médecins interrogés. Cette invisibilisation des hommes dans la réflexion autour de l’intimité en médecine générale est un résultat inattendu, plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer ce phénomène. Mots-clés : Intimité, intimité physique, médecine générale, étude qualitative.
Introduction: Le médecin généraliste est en contact avec l’intimité de ses patients lors de ses consultations. Depuis plusieurs années, cette question du respect de l’intimité est discutée dans d’autres spécialités, notamment en gynécologie, et au niveau sociétal. Dans la littérature médicale, la question de l’intimité semble pourtant peu abordée du point de vue du médecin, et encore moins du point de vue du médecin généraliste. Objectifs : Le but de ce travail est d’explorer ce que les médecins généralistes mettent en place pour respecter l’intimité physique de leurs patients. Méthodologie : Sept entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de médecins généralistes pour explorer leur vision de l’intimité des patients et les moyens mis en place pour la respecter. Une analyse qualitative a été faite sur cette base. Une recherche de la littérature a également été réalisée. Résultats : Cinq thèmes principaux relatifs à la réflexion des médecins généralistes sur l’intimité des patients ont été identifiés : [1] Le médecin adapte son attitude et l’agencement de son cabinet pour diminuer le sentiment d’exposition du patient. [2] Le médecin adapte sa communication verbale et non- verbale. [3] Le médecin met en priorité le lien thérapeutique et réfléchit aux projections réciproques entre lui et le patient. [4] Le médecin s’adapte aux caractéristiques, à l’attitude et aux attentes de son patient. Il propose des alternatives et recueille le consentement. Il prend du recul sur sa pratique dans un processus d’auto-réflexion. [5] L’intimité est un sujet de société. Conclusion : Le médecin cherche souvent à montrer sa bonne intention au patient, en faisant attention à la communication qu’il emploie. Le médecin généraliste peut alors être vu comme un équilibriste cherchant à adopter la meilleure attitude pour respecter l’intimité de son patient. Il s’adapte tout au long de la consultation aux caractéristiques et à l’attitude de son patient. Le médecin adopte donc une posture sur-mesure, ajustée à chaque patient lors de chaque consultation. Par ailleurs, l’intimité des patients hommes n’a pas été abordée spontanément par les médecins interrogés. Cette invisibilisation des hommes dans la réflexion autour de l’intimité en médecine générale est un résultat inattendu, plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer ce phénomène. Mots-clés : Intimité, intimité physique, médecine générale, étude qualitative.
Decoster - MathildeUniversité catholique de Louvain
Perception de l'image de soi des consommateurs de drogues illicites : étude qualitative par entretiens semi-dirigés
Perception de l'image de soi des consommateurs de drogues illicites : étude qualitative par entretiens semi-dirigés
Introduction : L’image de soi des consommateurs de drogues illicites est peu développée. Des études révèlent que les usagers de drogues souffrent d’une stigmatisation sociale provoquant une auto-stigmatisation. Cela les pousseraient à s’exclure de la société et du monde du travail, et donc à s’auto-marginaliser. Selon la littérature, les consommateurs ont une mauvaise santé et hygiène de vie, seulement aucune étude ne semble étudier leur quotidien. A travers cette étude, nous avons voulu évaluer l’image de soi des consommateurs et l’impact de la consommation sur celle-ci afin de dégager quelques pistes utiles aux MG pour l’améliorer. Matériel et méthodes : En parallèle avec une revue de littérature, une étude qualitative a été réalisée. Pour se faire, seize patients consommateurs ou ex-consommateurs de drogues illicites incluant l’héroïne et/ou la cocaïne, de plus de 18 ans, en Belgique francophone, ont été interrogés au moyen d’entretiens semi-dirigés à partir desquels une analyse thématique a été réalisée. Résultats : L’image de soi physique ou psychique des consommateurs était propre à chacun et variait selon un nombre important de facteurs (l’âge, le sexe, les épreuves, l’état mental…) La drogue avait néanmoins un impact sur cette image. Les patients témoignaient d’effets positifs comme la surpuissance et l’invulnérabilité. Cela laissait souvent place à des regrets et un sentiment de honte qui renforçait une image de soi négative. Les participants ne se sentaient pas tous stigmatisés et rejetés, d’autres pensaient être perçus positivement. La majorité affirmait être indifférents au regard des autres. Au quotidien, les patients aimaient les activités sociales, les soins esthétiques, le sport et se sentir utile. Seulement, la consommation active provoquait une démotivation concernant ces activités qui amélioraient leur image. Conclusion : L’image de soi a une place centrale dans l’addiction. L’étude a mis en évidence qu’elle n’est pas toujours négative et varie dans le temps et selon plusieurs facteurs. La relation soignant-soigné semble être le 1er traitement à une meilleure image de soi. Les MG devraient être plus attentifs à cet aspect et offrir une écoute attentive, bienveillante et sans jugement. Le MG devrait être un soutien et accompagner le patient avec une approche biopsychosociale.
Introduction : L’image de soi des consommateurs de drogues illicites est peu développée. Des études révèlent que les usagers de drogues souffrent d’une stigmatisation sociale provoquant une auto-stigmatisation. Cela les pousseraient à s’exclure de la société et du monde du travail, et donc à s’auto-marginaliser. Selon la littérature, les consommateurs ont une mauvaise santé et hygiène de vie, seulement aucune étude ne semble étudier leur quotidien. A travers cette étude, nous avons voulu évaluer l’image de soi des consommateurs et l’impact de la consommation sur celle-ci afin de dégager quelques pistes utiles aux MG pour l’améliorer. Matériel et méthodes : En parallèle avec une revue de littérature, une étude qualitative a été réalisée. Pour se faire, seize patients consommateurs ou ex-consommateurs de drogues illicites incluant l’héroïne et/ou la cocaïne, de plus de 18 ans, en Belgique francophone, ont été interrogés au moyen d’entretiens semi-dirigés à partir desquels une analyse thématique a été réalisée. Résultats : L’image de soi physique ou psychique des consommateurs était propre à chacun et variait selon un nombre important de facteurs (l’âge, le sexe, les épreuves, l’état mental…) La drogue avait néanmoins un impact sur cette image. Les patients témoignaient d’effets positifs comme la surpuissance et l’invulnérabilité. Cela laissait souvent place à des regrets et un sentiment de honte qui renforçait une image de soi négative. Les participants ne se sentaient pas tous stigmatisés et rejetés, d’autres pensaient être perçus positivement. La majorité affirmait être indifférents au regard des autres. Au quotidien, les patients aimaient les activités sociales, les soins esthétiques, le sport et se sentir utile. Seulement, la consommation active provoquait une démotivation concernant ces activités qui amélioraient leur image. Conclusion : L’image de soi a une place centrale dans l’addiction. L’étude a mis en évidence qu’elle n’est pas toujours négative et varie dans le temps et selon plusieurs facteurs. La relation soignant-soigné semble être le 1er traitement à une meilleure image de soi. Les MG devraient être plus attentifs à cet aspect et offrir une écoute attentive, bienveillante et sans jugement. Le MG devrait être un soutien et accompagner le patient avec une approche biopsychosociale.
BENSAIDA - NourUniversité libre de Bruxelles
A98-QD22 -QS41 -QC42 -QR31 -QR54
Dix signes et/ou lésions-diagnostics dermatologiques les plus fréquents chez les patients de phototypes foncés ayant consultés à la maison médicale CAPS du 1er décembre 2022 au 28 février 2023 
Dix signes et/ou lésions-diagnostics dermatologiques les plus fréquents chez les patients de phototypes foncés ayant consultés à la maison médicale CAPS du 1er décembre 2022 au 28 février 2023 
Introduction : La dermatologie des patients à phototypes foncés est mal connue des médecins généralistes. La particularité sémiologique et la spécificité de certains signes et/ou lésions-diagnostics chez ces patients posent des difficultés aux médecins généralistes. L’objectif de cette étude était d’identifier les 10 signes et/ou lésions-diagnostics les plus fréquents chez les patients à phototypes foncés en pratique de médecine générale. Méthodes : J’ai effectué une étude d’observation du 1er décembre 2022 au 28 février 2023, qui consistait à effectuer un examen dermatologique chez les patients de phototypes foncés quelles qu’étaient leurs plaintes. Résultats : J’ai identifié et décrit les dix signes et/ou lésions-diagnostics les plus fréquents étaient : Acné/comédon/cicatrice (21,3%), DV/ochronose (11%), Gale (7,9%), Cicatrices hypertrophiques et chéloïdes (7,9%), Pityriasis versicolore (7,9%), Ligne de Futcher/tache mongoloïde/pigmentation palmaire (6,3%), Pseudofolliculite barbe/cuir (5,5%), Dermatosis papulosa nigra (4,7%), Acanthosis nigricans(3,9%) et Eczéma (3,9%). Conclusion : Les signes et/ou lésions-diagnostics dermatologiques des dermatoses bénignes sont les mêmes que chez les patients de phototypes clairs. Il existe des signes et/ou lésions-diagnostics dermatologiques spécifiques aux peaux foncées et des signes et/ou lésions-diagnostics dermatologiques physiologiques. La dépigmentation volontaire et ses conséquences ont aussi fréquentes. Mots-clés : Dermatologie, peau noire, médecine générale, Bruxelles
Introduction : La dermatologie des patients à phototypes foncés est mal connue des médecins généralistes. La particularité sémiologique et la spécificité de certains signes et/ou lésions-diagnostics chez ces patients posent des difficultés aux médecins généralistes. L’objectif de cette étude était d’identifier les 10 signes et/ou lésions-diagnostics les plus fréquents chez les patients à phototypes foncés en pratique de médecine générale. Méthodes : J’ai effectué une étude d’observation du 1er décembre 2022 au 28 février 2023, qui consistait à effectuer un examen dermatologique chez les patients de phototypes foncés quelles qu’étaient leurs plaintes. Résultats : J’ai identifié et décrit les dix signes et/ou lésions-diagnostics les plus fréquents étaient : Acné/comédon/cicatrice (21,3%), DV/ochronose (11%), Gale (7,9%), Cicatrices hypertrophiques et chéloïdes (7,9%), Pityriasis versicolore (7,9%), Ligne de Futcher/tache mongoloïde/pigmentation palmaire (6,3%), Pseudofolliculite barbe/cuir (5,5%), Dermatosis papulosa nigra (4,7%), Acanthosis nigricans(3,9%) et Eczéma (3,9%). Conclusion : Les signes et/ou lésions-diagnostics dermatologiques des dermatoses bénignes sont les mêmes que chez les patients de phototypes clairs. Il existe des signes et/ou lésions-diagnostics dermatologiques spécifiques aux peaux foncées et des signes et/ou lésions-diagnostics dermatologiques physiologiques. La dépigmentation volontaire et ses conséquences ont aussi fréquentes. Mots-clés : Dermatologie, peau noire, médecine générale, Bruxelles
MAKAULA - PattyUniversité libre de Bruxelles
QC14 -QS41 -S99
Diagnostic de la maladie d'endométriose par les médecins généralistes belges et l'évaluation de l'utilité des tests salivaires comme outil de diagnostic précoce à travers une revue de la littérature et une étude quantitative transversale
Diagnostic de la maladie d'endométriose par les médecins généralistes belges et l'évaluation de l'utilité des tests salivaires comme outil de diagnostic précoce à travers une revue de la littérature et une étude quantitative transversale
Introduction : L'endométriose est une maladie complexe qui peut se manifester de différentes manières. Elle affecte entre 5% et 10% des femmes en âge de procréer, et peut entraîner l'infertilité. Cette pathologie est souvent diagnostiquée avec un délai moyen de 7 ans, ce qui rend la démarche diagnostique difficile pour les médecins généralistes qui sont en première ligne. Cependant, les tests salivaires basés sur la détection de biomarqueurs dans la salive peuvent être une alternative intéressante. Le but de cette étude est d'analyser l'attitude et les connaissances des médecins généralistes face à une suspicion d'endométriose, et d'évaluer si ces tests salivaires sont fiables et utiles en pratique médicale générale. Méthodologie : Pour cette étude, une revue de la littérature sur les dernières avancées des tests diagnostiques non invasifs basés sur les biomarqueurs, en particulier les tests salivaires, a été menée, ainsi qu'une étude quantitative basée sur un questionnaire anonyme distribué en ligne auprès de 141 médecins généralistes belges francophones. Résultats : Les résultats ont montré que malgré une bonne connaissance générale de la maladie, il y a des lacunes pour un diagnostic précoce de l'endométriose en première ligne. Les médecins généralistes manquent d'expertise en gynécologie et de recommandations claires pour la mise au point diagnostique de la maladie. L'absence de test diagnostic accessible et non invasif est également un frein majeur à la détection de la pathologie. L'étude a également montré que la majorité des médecins étaient intéressés par l'utilisation de tests salivaires dans leur pratique. Selon la revue de la littérature, les tests salivaires basés sur la détection de microARN dans la salive pour diagnostiquer l'endométriose sont prometteurs et présentent de nombreux avantages par rapport aux autres biomarqueurs déjà étudiés. La salive est facile à prélever, rapide, peu coûteuse et non invasive. Cependant, des études supplémentaires avec des échantillons plus importants sont nécessaires pour une validation externe de ces tests avant de les inclure dans la pratique. Conclusion : En conclusion, les médecins généralistes jouent un rôle crucial dans la détection de l'endométriose et les tests salivaires sont prometteurs pour réduire le délai diagnostique, en particulier en médecine générale.
Introduction : L'endométriose est une maladie complexe qui peut se manifester de différentes manières. Elle affecte entre 5% et 10% des femmes en âge de procréer, et peut entraîner l'infertilité. Cette pathologie est souvent diagnostiquée avec un délai moyen de 7 ans, ce qui rend la démarche diagnostique difficile pour les médecins généralistes qui sont en première ligne. Cependant, les tests salivaires basés sur la détection de biomarqueurs dans la salive peuvent être une alternative intéressante. Le but de cette étude est d'analyser l'attitude et les connaissances des médecins généralistes face à une suspicion d'endométriose, et d'évaluer si ces tests salivaires sont fiables et utiles en pratique médicale générale. Méthodologie : Pour cette étude, une revue de la littérature sur les dernières avancées des tests diagnostiques non invasifs basés sur les biomarqueurs, en particulier les tests salivaires, a été menée, ainsi qu'une étude quantitative basée sur un questionnaire anonyme distribué en ligne auprès de 141 médecins généralistes belges francophones. Résultats : Les résultats ont montré que malgré une bonne connaissance générale de la maladie, il y a des lacunes pour un diagnostic précoce de l'endométriose en première ligne. Les médecins généralistes manquent d'expertise en gynécologie et de recommandations claires pour la mise au point diagnostique de la maladie. L'absence de test diagnostic accessible et non invasif est également un frein majeur à la détection de la pathologie. L'étude a également montré que la majorité des médecins étaient intéressés par l'utilisation de tests salivaires dans leur pratique. Selon la revue de la littérature, les tests salivaires basés sur la détection de microARN dans la salive pour diagnostiquer l'endométriose sont prometteurs et présentent de nombreux avantages par rapport aux autres biomarqueurs déjà étudiés. La salive est facile à prélever, rapide, peu coûteuse et non invasive. Cependant, des études supplémentaires avec des échantillons plus importants sont nécessaires pour une validation externe de ces tests avant de les inclure dans la pratique. Conclusion : En conclusion, les médecins généralistes jouent un rôle crucial dans la détection de l'endométriose et les tests salivaires sont prometteurs pour réduire le délai diagnostique, en particulier en médecine générale.
Ben Ammar - NourUniversité catholique de Louvain
X99-QR32 -QS41
L’effet des médicaments anti-obésité sur l’incidence des évènements cardiovasculaires indésirables majeurs chez l’adulte obèse ou en surpoids Revue de la littérature de 2013 à 2023
L’effet des médicaments anti-obésité sur l’incidence des évènements cardiovasculaires indésirables majeurs chez l’adulte obèse ou en surpoids Revue de la littérature de 2013 à 2023
Introduction L’obésité est actuellement considérée comme une épidémie à l’échelle mondiale et ses effets sur la santé sont nombreux et néfastes. Parmi eux, on retrouve les maladies cardio-vasculaires, qui entrainent de nombreux décès. Pour lutter contre l’obésité et ses conséquences sur la santé, différents médicaments ont été développés. Méthode Dans cette revue sont décrits l’effet des médicaments anti-obésité disponibles sur le marché Européen sur l’incidence des évènements cardiovasculaires indésirables majeurs chez des participants d’études, obèses ou en surpoids. Quatre articles publiés au cours des dix dernières années ont été sélectionnés suite à une recherche menée sur différentes bases de données électroniques. Résultats En ce qui concerne l’orlistat, le naltrexone-bupropion et le liraglutide, aucun n’a prouvé une quelconque protection cardiovasculaire. Les articles analysés dans cette revue comportaient plusieurs faiblesses, notamment dans la sélection de la population étudiée ainsi que dans la conception de l’étude, ce qui limitait parfois la fiabilité des résultats. Conclusion Les trois médicaments anti-obésité n’ont pas prouvé de réduction dans l’incidence des évènements cardiovasculaires indésirables majeurs. A propos du sémaglutide, son effet est actuellement en cours d’étude. Le tirzépatide est un antidiabétique qui pourrait bientôt être autorisé comme médicament anti-obésité. Les futures études concernant les médicaments anti-obésité devraient avoir pour objectif une réduction de l’incidence des complications liées à l’obésité, telles les évènements cardiovasculaires indésirables majeurs. Mots clés: obesity, cardiovascular diseases, anti-obesity drugs, orlistat, liraglutide, naltrexone - bupropion, semaglutide, GLP-1
Introduction L’obésité est actuellement considérée comme une épidémie à l’échelle mondiale et ses effets sur la santé sont nombreux et néfastes. Parmi eux, on retrouve les maladies cardio-vasculaires, qui entrainent de nombreux décès. Pour lutter contre l’obésité et ses conséquences sur la santé, différents médicaments ont été développés. Méthode Dans cette revue sont décrits l’effet des médicaments anti-obésité disponibles sur le marché Européen sur l’incidence des évènements cardiovasculaires indésirables majeurs chez des participants d’études, obèses ou en surpoids. Quatre articles publiés au cours des dix dernières années ont été sélectionnés suite à une recherche menée sur différentes bases de données électroniques. Résultats En ce qui concerne l’orlistat, le naltrexone-bupropion et le liraglutide, aucun n’a prouvé une quelconque protection cardiovasculaire. Les articles analysés dans cette revue comportaient plusieurs faiblesses, notamment dans la sélection de la population étudiée ainsi que dans la conception de l’étude, ce qui limitait parfois la fiabilité des résultats. Conclusion Les trois médicaments anti-obésité n’ont pas prouvé de réduction dans l’incidence des évènements cardiovasculaires indésirables majeurs. A propos du sémaglutide, son effet est actuellement en cours d’étude. Le tirzépatide est un antidiabétique qui pourrait bientôt être autorisé comme médicament anti-obésité. Les futures études concernant les médicaments anti-obésité devraient avoir pour objectif une réduction de l’incidence des complications liées à l’obésité, telles les évènements cardiovasculaires indésirables majeurs. Mots clés: obesity, cardiovascular diseases, anti-obesity drugs, orlistat, liraglutide, naltrexone - bupropion, semaglutide, GLP-1
Poussard - SophieUniversité de Liège
T82-50.000-QC14 -K84-T08-QO4
Abus sexuels et dysfonctions sexuelles féminines : une umbrella review
Abus sexuels et dysfonctions sexuelles féminines : une umbrella review
A. INTRODUCTION La prévalence des abus sexuels à l’échelle mondiale est élevée et impacte majoritairement la population féminine. Les abus sexuels et leurs conséquences à court et long terme sont de plus en plus documentés dans la littérature actuelle. Toutefois, les méta-analyses traitant des dysfonctions sexuelles féminines en lien avec les abus sexuels sont plus rares. L’objectif de cette étude est d’analyser la corrélation entre ces deux derniers. L’objectif secondaire étant d’améliorer le dépistage des abus sexuels en pratique clinique. B. MATÉRIEL ET MÉTHODES Dans cette revue parapluie (umbrella), les méta-analyses qui traitent des abus sexuels et dysfonctions sexuelles féminines ont été étudiées et comparées après une recherche approfondie dans quatre bases de données (Pubmed, Cible+, Elsevier, Google scholar). La période de publication sélectionnée était comprise entre 2010 et 2023. Des critères de sélection et d’exclusion ont été établis. La qualité des études (Amstar), leurs résultats ainsi que l’hétérogénéité des études ont également été analysées. C. RÉSULTATS Au total, six méta-analyses ont été inclues dans cette revue parapluie. La plus grande proportion de dysfonctions sexuelles a été retrouvée auprès de femmes victimes d’abus sexuels (OR=1.62, 95% CI [1.42, 1.83]). On retrouve un risque accru de dyspareunie, vaginisme et de vulvodynie mais également de comportements sexuels à risque chez les femmes victimes d’abus sexuels (OR : 1.64 ; 95%IC [1.41-1.91]). Ces comportements sexuels à risque incluent les relations sexuelles précoces, les partenaires multiples, les rapports sexuels non protégés, et les rapports sexuels rémunérés. De plus, l’effet de la psychothérapie dans le cadre des dysfonctions sexuelles féminines chez les victimes d’abus a été étudiée mais n’a montré aucune corrélation statistiquement significative ni dans la comparaison entre les groupes « avec/sans psychothérapie » ni dans les groupes « avant/après psychothérapie ».   D. CONCLUSION Les abus sexuels constituent un facteur de risque important au développement de psychopathologie dont les dysfonctions sexuelles. Une stratégie de prévention ainsi que de prise en charge doivent être établis. A cette fin, de futures investigations sont nécessaires sur le sujet.
A. INTRODUCTION La prévalence des abus sexuels à l’échelle mondiale est élevée et impacte majoritairement la population féminine. Les abus sexuels et leurs conséquences à court et long terme sont de plus en plus documentés dans la littérature actuelle. Toutefois, les méta-analyses traitant des dysfonctions sexuelles féminines en lien avec les abus sexuels sont plus rares. L’objectif de cette étude est d’analyser la corrélation entre ces deux derniers. L’objectif secondaire étant d’améliorer le dépistage des abus sexuels en pratique clinique. B. MATÉRIEL ET MÉTHODES Dans cette revue parapluie (umbrella), les méta-analyses qui traitent des abus sexuels et dysfonctions sexuelles féminines ont été étudiées et comparées après une recherche approfondie dans quatre bases de données (Pubmed, Cible+, Elsevier, Google scholar). La période de publication sélectionnée était comprise entre 2010 et 2023. Des critères de sélection et d’exclusion ont été établis. La qualité des études (Amstar), leurs résultats ainsi que l’hétérogénéité des études ont également été analysées. C. RÉSULTATS Au total, six méta-analyses ont été inclues dans cette revue parapluie. La plus grande proportion de dysfonctions sexuelles a été retrouvée auprès de femmes victimes d’abus sexuels (OR=1.62, 95% CI [1.42, 1.83]). On retrouve un risque accru de dyspareunie, vaginisme et de vulvodynie mais également de comportements sexuels à risque chez les femmes victimes d’abus sexuels (OR : 1.64 ; 95%IC [1.41-1.91]). Ces comportements sexuels à risque incluent les relations sexuelles précoces, les partenaires multiples, les rapports sexuels non protégés, et les rapports sexuels rémunérés. De plus, l’effet de la psychothérapie dans le cadre des dysfonctions sexuelles féminines chez les victimes d’abus a été étudiée mais n’a montré aucune corrélation statistiquement significative ni dans la comparaison entre les groupes « avec/sans psychothérapie » ni dans les groupes « avant/après psychothérapie ».   D. CONCLUSION Les abus sexuels constituent un facteur de risque important au développement de psychopathologie dont les dysfonctions sexuelles. Une stratégie de prévention ainsi que de prise en charge doivent être établis. A cette fin, de futures investigations sont nécessaires sur le sujet.
HOUSSEIN AHMED - HamdaUniversité libre de Bruxelles
QC14 -QC22 -QC6 -QP52 -QT33 -X04
Facteurs influençant le choix d'un prestataire de soins pour une consultation concernant un motif gynécologique courant chez les jeunes patientes en région liégeoise
Facteurs influençant le choix d'un prestataire de soins pour une consultation concernant un motif gynécologique courant chez les jeunes patientes en région liégeoise
Introduction : Le suivi gynécologique est essentiel au cours de la vie d’une femme. En tant que professionnel de santé de première ligne, le médecin généraliste est un acteur central dans la prévention et la promotion à la santé, y compris dans le domaine de la gynécologie. Cependant, en parcourant la littérature, il apparaît que l’activité gynécologique en médecine générale est faible et que la majorité des patientes consultent souvent le médecin spécialiste même pour un motif gynécologique simple. Objectifs : L’objectif principal est d’analyser et de comprendre les leviers et les freins à la consultation du médecin généraliste pour un motif gynécologique courant. L’objectif secondaire est d’essayer de mettre en avant des pistes de solution afin d’encourager la consultation du médecin généraliste dans ce cadre-là. Matériels et méthodes : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée auprès de jeunes femmes par le biais d’entretiens individuels semi-dirigés menés à l’aide d’un guide d’entretien. Le recrutement des patientes s’est fait sur base volontaire via une affiche déposée dans plusieurs salles d’attente de cabinets médicaux de la région liégeoise. Résultats : 9 jeunes femmes ont participé à cette enquête. Le choix du praticien pour une consultation gynécologique dépend essentiellement du type de motif de consultation, de la relation médecin/patient et de la disponibilité du praticien. L’influence de l’entourage joue également un rôle déterminant. Beaucoup de jeunes patientes ignorent la possibilité de consulter leur médecin généraliste pour un motif d’ordre gynécologique. Par ailleurs, elles pensent que la communication à ce sujet est insuffisante. Conclusion : Plusieurs facteurs conditionnent de manière évidente le choix des jeunes patientes à consulter l’un ou l’autre professionnel de la santé dans le cadre du domaine gynécologique. Malgré cela, il me parait intéressant de considérer le manque d’information concernant le rôle du médecin généraliste dans ce domaine comme le point de départ d’une piste de réflexion à explorer. Sans se substituer au gynécologue, cela permettrait de renforcer la place du médecin traitant dans la prise en charge du suivi gynécologique.
Introduction : Le suivi gynécologique est essentiel au cours de la vie d’une femme. En tant que professionnel de santé de première ligne, le médecin généraliste est un acteur central dans la prévention et la promotion à la santé, y compris dans le domaine de la gynécologie. Cependant, en parcourant la littérature, il apparaît que l’activité gynécologique en médecine générale est faible et que la majorité des patientes consultent souvent le médecin spécialiste même pour un motif gynécologique simple. Objectifs : L’objectif principal est d’analyser et de comprendre les leviers et les freins à la consultation du médecin généraliste pour un motif gynécologique courant. L’objectif secondaire est d’essayer de mettre en avant des pistes de solution afin d’encourager la consultation du médecin généraliste dans ce cadre-là. Matériels et méthodes : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée auprès de jeunes femmes par le biais d’entretiens individuels semi-dirigés menés à l’aide d’un guide d’entretien. Le recrutement des patientes s’est fait sur base volontaire via une affiche déposée dans plusieurs salles d’attente de cabinets médicaux de la région liégeoise. Résultats : 9 jeunes femmes ont participé à cette enquête. Le choix du praticien pour une consultation gynécologique dépend essentiellement du type de motif de consultation, de la relation médecin/patient et de la disponibilité du praticien. L’influence de l’entourage joue également un rôle déterminant. Beaucoup de jeunes patientes ignorent la possibilité de consulter leur médecin généraliste pour un motif d’ordre gynécologique. Par ailleurs, elles pensent que la communication à ce sujet est insuffisante. Conclusion : Plusieurs facteurs conditionnent de manière évidente le choix des jeunes patientes à consulter l’un ou l’autre professionnel de la santé dans le cadre du domaine gynécologique. Malgré cela, il me parait intéressant de considérer le manque d’information concernant le rôle du médecin généraliste dans ce domaine comme le point de départ d’une piste de réflexion à explorer. Sans se substituer au gynécologue, cela permettrait de renforcer la place du médecin traitant dans la prise en charge du suivi gynécologique.
Bausier - ChristineUniversité de Liège
W11-W12-33.006-X15-QO4 -QO4
Prescrire ou ne pas prescrire : étude qualitative sur l’expérience de médecins généralistes molenbeekois dans l’antibiothérapie des infections des voies respiratoires supérieures courantes
Prescrire ou ne pas prescrire : étude qualitative sur l’expérience de médecins généralistes molenbeekois dans l’antibiothérapie des infections des voies respiratoires supérieures courantes
Introduction : Les infections des voies respiratoires supérieures sont un groupe de pathologies fréquentes en médecine générale. Elles sont classées parmi les premiers diagnostics pours lesquels les antibiotiques sont prescrits. Cette étude a voulu décrire le comment de la décision qui sous-tend une éventuelle prescription d’antibiothérapie dans ces infections, en identifiant des facteurs à la prescription. Le focus a été porté sur la médecine générale bruxelloise en particulier dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean. Méthodologie : Etude qualitative menée auprès de dix médecins généralistes molenbeekois, de profils différents, qui ont été interviewés lors d’entretiens semi-dirigés enregistrés et retranscrits par la suite. Résultats : Le processus décisionnel de potentielle prescription est complexe, personnel et très souvent multifactoriel. Les généralistes intègrent dans leur raisonnement aussi bien des critères cliniques que non cliniques. D’une part, ont été retrouvés des critères anamnestiques et sémiologiques comme la couleur de la rhinorrhée, l’exsudat amygdalien, la purulence tympanique et la sévérité des épisodes antérieurs. D’autre part, ont émergé des facteurs non cliniques tels que les moments de la semaine, le rôle de l’organisation de la pratique de médecine générale, les ressentis du soignant et du soigné. Conclusions : Le choix de traiter par antibiotiques ou non, implique des facteurs interreliés, propres à chaque médecin, de différents ordres : le patient, sa famille, le médecin, le système de soins de santé, la société.
Introduction : Les infections des voies respiratoires supérieures sont un groupe de pathologies fréquentes en médecine générale. Elles sont classées parmi les premiers diagnostics pours lesquels les antibiotiques sont prescrits. Cette étude a voulu décrire le comment de la décision qui sous-tend une éventuelle prescription d’antibiothérapie dans ces infections, en identifiant des facteurs à la prescription. Le focus a été porté sur la médecine générale bruxelloise en particulier dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean. Méthodologie : Etude qualitative menée auprès de dix médecins généralistes molenbeekois, de profils différents, qui ont été interviewés lors d’entretiens semi-dirigés enregistrés et retranscrits par la suite. Résultats : Le processus décisionnel de potentielle prescription est complexe, personnel et très souvent multifactoriel. Les généralistes intègrent dans leur raisonnement aussi bien des critères cliniques que non cliniques. D’une part, ont été retrouvés des critères anamnestiques et sémiologiques comme la couleur de la rhinorrhée, l’exsudat amygdalien, la purulence tympanique et la sévérité des épisodes antérieurs. D’autre part, ont émergé des facteurs non cliniques tels que les moments de la semaine, le rôle de l’organisation de la pratique de médecine générale, les ressentis du soignant et du soigné. Conclusions : Le choix de traiter par antibiotiques ou non, implique des facteurs interreliés, propres à chaque médecin, de différents ordres : le patient, sa famille, le médecin, le système de soins de santé, la société.
Kermouni - YounesUniversité catholique de Louvain
QD325 -H71-R72-R74-R75-R76-R80
Innocuité à long terme de la mélatonine chez des enfants et adolescents souffrant de troubles du sommeil : Scoping review
Innocuité à long terme de la mélatonine chez des enfants et adolescents souffrant de troubles du sommeil : Scoping review

Long term innocuity of melatonin in children and adolescents with sleep disorders: Scoping Revieuw
Long term innocuity of melatonin in children and adolescents with sleep disorders: Scoping Revieuw
Introduction : Les troubles du sommeil touchent jusqu’à 40% de la population pédiatrique. Leur prise en charge est primordiale. L’usage de la mélatonine a augmenté ces dernières années dans cette population. La mélatonine a démontré son efficacité sous certaines conditions. Elle compose de nombreux compléments alimentaires en libre accès et est considéré comme une alternative naturelle aux médicaments par les parents. La mélatonine est efficace à court terme et est bien tolérée. Objectif : L’innocuité à long terme de la mélatonine est peu documentée. Nous réalisons un état des lieux des connaissances actuelles. Méthode : Cette scoping review est menée sur la période d’octobre 2022 à mars 2023. Les données sont recherchées à la fois dans le métamoteur CDLH (Cebam) qui donne accès à Dynamed, Ebpracticenet, La Cochrane, Minerva, le CBIP et Medline (Pubmed) ainsi que sur UpToDate, Embase et Google Scholar. Résultats : Les données actuelles concernent principalement des enfants présentant des troubles du spectre de l’autisme, des troubles du neuro-développement ou des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité. 23 articles traitant des troubles du sommeil et de l’usage de la mélatonine à long terme ont été sélectionnés. Conclusion : L’innocuité à long terme de la mélatonine ne peut pas être affirmée à l’heure actuelle. Il n’y a pas d’accoutumance décrite ou d'effets secondaires grave. Les effets secondaires principaux sont les somnolences, la fatigue, les céphalées et les troubles digestifs. Des inquiétudes persistent concernant les enfants prépubères. Mots-clés : Enfants – adolescent – mélatonine – trouble du sommeil – effets indésirables – puberté – long terme
Introduction : Les troubles du sommeil touchent jusqu’à 40% de la population pédiatrique. Leur prise en charge est primordiale. L’usage de la mélatonine a augmenté ces dernières années dans cette population. La mélatonine a démontré son efficacité sous certaines conditions. Elle compose de nombreux compléments alimentaires en libre accès et est considéré comme une alternative naturelle aux médicaments par les parents. La mélatonine est efficace à court terme et est bien tolérée. Objectif : L’innocuité à long terme de la mélatonine est peu documentée. Nous réalisons un état des lieux des connaissances actuelles. Méthode : Cette scoping review est menée sur la période d’octobre 2022 à mars 2023. Les données sont recherchées à la fois dans le métamoteur CDLH (Cebam) qui donne accès à Dynamed, Ebpracticenet, La Cochrane, Minerva, le CBIP et Medline (Pubmed) ainsi que sur UpToDate, Embase et Google Scholar. Résultats : Les données actuelles concernent principalement des enfants présentant des troubles du spectre de l’autisme, des troubles du neuro-développement ou des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité. 23 articles traitant des troubles du sommeil et de l’usage de la mélatonine à long terme ont été sélectionnés. Conclusion : L’innocuité à long terme de la mélatonine ne peut pas être affirmée à l’heure actuelle. Il n’y a pas d’accoutumance décrite ou d'effets secondaires grave. Les effets secondaires principaux sont les somnolences, la fatigue, les céphalées et les troubles digestifs. Des inquiétudes persistent concernant les enfants prépubères. Mots-clés : Enfants – adolescent – mélatonine – trouble du sommeil – effets indésirables – puberté – long terme

Introduction: Sleep disorders affect up to 40% of the pediatric population. Melatonin use has increased these years in this population. Melatonin has been shown to be effective under certain conditions. Melatonin composes many food supplements in open access and is considered as a natural alternative to medication by parents. Melatonin is effective in the short term and is well tolerated. Objective: The long-term safety of melatonin is poorly documented. We realize a review of the actual knowledge. Method: This scoping review is conducted over the period from October 2022 to March 2023. The data are searched both in the CDLH metasearch engine (Cebam) which gives access to Dynamed, Ebpracticenet, The Cochrane, Minerva, CBIP and Medline (Pubmed) as well as UpToDate, Embase and Google Scholar. Results: Current data are mainly for children with autism spectrum disorders, neurodevelopmental disorders or attention with or without hyperactivity. 23 articles dealing with sleep disorders and long-term use of melatonin was selected. Conclusion: Long-term safety of melatonin cannot be confirmed at this time. There is no described addiction or serious side effects. The main secondary effects are drowsiness, fatigue, headache and digestive disorders. Concerns persist about prepubescent children. Keywords: Children – teenager – melatonin – sleep disorder – adverse effects – puberty – long term
Introduction: Sleep disorders affect up to 40% of the pediatric population. Melatonin use has increased these years in this population. Melatonin has been shown to be effective under certain conditions. Melatonin composes many food supplements in open access and is considered as a natural alternative to medication by parents. Melatonin is effective in the short term and is well tolerated. Objective: The long-term safety of melatonin is poorly documented. We realize a review of the actual knowledge. Method: This scoping review is conducted over the period from October 2022 to March 2023. The data are searched both in the CDLH metasearch engine (Cebam) which gives access to Dynamed, Ebpracticenet, The Cochrane, Minerva, CBIP and Medline (Pubmed) as well as UpToDate, Embase and Google Scholar. Results: Current data are mainly for children with autism spectrum disorders, neurodevelopmental disorders or attention with or without hyperactivity. 23 articles dealing with sleep disorders and long-term use of melatonin was selected. Conclusion: Long-term safety of melatonin cannot be confirmed at this time. There is no described addiction or serious side effects. The main secondary effects are drowsiness, fatigue, headache and digestive disorders. Concerns persist about prepubescent children. Keywords: Children – teenager – melatonin – sleep disorder – adverse effects – puberty – long term
Leonard - FlorianeUniversité de Liège
50.006-P06-A88-QC12 -QC13
Abus sexuel et chirurgie bariatrique : une revue de la littérature
Abus sexuel et chirurgie bariatrique : une revue de la littérature
Introduction : L’obésité peut être considérée comme une pandémie se développant rapidement. Lorsqu’une adaptation du mode de vie ne permet pas d’obtenir les résultats escomptés, le recours à la chirurgie bariatrique est sollicité. Alors que la chirurgie bariatrique semble pouvoir constituer une solution à l’obésité, certaines difficultés sont rencontrées par les patients : décompensations psychiques, dépression, suicide et consommation d’alcool. Des études antérieures ont établi le rapport avec le fait que les candidats à la chirurgie bariatrique présentent des taux élevés d’abus sexuel. Le but de notre présent travail étant de nous intéresser à l’association entre les ASE et les résultats suite à une chirurgie bariatrique. Méthode : Une revue systématique de la littérature a été effectuée entre janvier et avril 2023. Différents termes MeSH et mots-clefs ont été employés sur plusieurs bases de données. L’inclusion des articles nécessitait que ceux-ci soient en français ou en anglais. Les critères d’exclusion étaient des abus autre que sexuels, une opération bariatrique sur mineurs et des abus sexuels sur personne majeure. Les articles ont été sélectionnés grâce aux titres, abstracts et textes complets quand cela s’avérait nécessaire. Ils ont ensuite été évalués via une grille d’évaluation qualitative. Résultats : Au total 19 articles ont été retenus. La prévalence des abus sexuels durant l’enfance varie entre 17 et 49 %. Les résultats quant à perte de poids, l’état dépressif, la décompensation psychiatrique, les idées suicidaires, l’estime de soi et la qualité de vie ont été abordés. Le fait d’avoir être victime d’abus sexuels durant l’enfance semble uniquement ne pas influencer de manière significative la perte de poids post-bypass. Discussion et conclusion : Notre étude souffre malheureusement de certaines limites, mais il parait clair qu’il existe un lien entre les abus sexuels et certains patients bariatriques. Ce lien engendre certaines complications pour le suivi post-opératoire. De ce fait, il est important que ces patients bénéficient d’un suivi adéquat et qu’ils soient entourés d’une équipe multi pluridisciplinaire. Des études permettant de mettre en avant le lien entre certaines consommations accrues post bypass et les victimes d’abus sexuels devraient être réalisées.
Introduction : L’obésité peut être considérée comme une pandémie se développant rapidement. Lorsqu’une adaptation du mode de vie ne permet pas d’obtenir les résultats escomptés, le recours à la chirurgie bariatrique est sollicité. Alors que la chirurgie bariatrique semble pouvoir constituer une solution à l’obésité, certaines difficultés sont rencontrées par les patients : décompensations psychiques, dépression, suicide et consommation d’alcool. Des études antérieures ont établi le rapport avec le fait que les candidats à la chirurgie bariatrique présentent des taux élevés d’abus sexuel. Le but de notre présent travail étant de nous intéresser à l’association entre les ASE et les résultats suite à une chirurgie bariatrique. Méthode : Une revue systématique de la littérature a été effectuée entre janvier et avril 2023. Différents termes MeSH et mots-clefs ont été employés sur plusieurs bases de données. L’inclusion des articles nécessitait que ceux-ci soient en français ou en anglais. Les critères d’exclusion étaient des abus autre que sexuels, une opération bariatrique sur mineurs et des abus sexuels sur personne majeure. Les articles ont été sélectionnés grâce aux titres, abstracts et textes complets quand cela s’avérait nécessaire. Ils ont ensuite été évalués via une grille d’évaluation qualitative. Résultats : Au total 19 articles ont été retenus. La prévalence des abus sexuels durant l’enfance varie entre 17 et 49 %. Les résultats quant à perte de poids, l’état dépressif, la décompensation psychiatrique, les idées suicidaires, l’estime de soi et la qualité de vie ont été abordés. Le fait d’avoir être victime d’abus sexuels durant l’enfance semble uniquement ne pas influencer de manière significative la perte de poids post-bypass. Discussion et conclusion : Notre étude souffre malheureusement de certaines limites, mais il parait clair qu’il existe un lien entre les abus sexuels et certains patients bariatriques. Ce lien engendre certaines complications pour le suivi post-opératoire. De ce fait, il est important que ces patients bénéficient d’un suivi adéquat et qu’ils soient entourés d’une équipe multi pluridisciplinaire. Des études permettant de mettre en avant le lien entre certaines consommations accrues post bypass et les victimes d’abus sexuels devraient être réalisées.
Carlier - MarieUniversité libre de Bruxelles
QC14 -QS41 -QC52 -QD25
Quelle est l'influence des sources d'informations dans le choix vaccinal de la population face au COVID-19 ?
Quelle est l'influence des sources d'informations dans le choix vaccinal de la population face au COVID-19 ?
1. Résumé Introduction : La couverture vaccinale contre le COVID-19 en Belgique est relativement élevée mais peut toujours être améliorée, notamment chez les personnes à risque. Les objectifs principaux de ce projet sont de déterminer les sources d'informations utilisées par les citoyens dans le cadre de la vaccination contre le COVID-19 et d'étudier le lien entre ces sources et le statut vaccinal de ces derniers. Les objectifs secondaires sont de déterminer le taux de vaccination et enfin d'étudier le lien entre statut vaccinal et divers paramètres, comme l'âge, le sexe ou encore le niveau d'études. Matériel et méthode : Cette étude a été menée du 27 février 2023 au 9 avril 2023. Elle a inclus 378 personnes majeures habitant les régions de Tilff et Esneux. Les volontaires ont répondu à un questionnaire à choix multiples de onze questions. Les données ont été recueillies dans notre cabinet de médecine générale, situé Avenue Laboulle 84B, 4130 Tilff. Les résultats ont été soumis à des analyses statistiques via des tests du chi-carré. Résultats: 92,06% des sujets sont favorables à la vaccination des personnes à risque. 52,38% sont contre la vaccination des enfants. 93,39% ont reçu au moins une dose de vaccin. Les participants ont décidé de se faire vacciner principalement pour diminuer le risque d'être touché par une forme grave de l'infection (29,63%). Les deux principaux motifs évoqués par les sujets non vaccinés sont le fait que le vaccin n'empêche pas l'infection (76,00%) ni la transmission du virus (72,00%). Les questionnés utilisent principalement le journal ou la télévision (62,17%) et l'avis de leur médecin traitant ou spécialiste (61,90%) comme sources d'informations pour se renseigner au sujet du COVID-19 et de sa vaccination. Ces deux sources sont également celles qui les ont aidés à trancher dans leur choix vaccinal. Conclusion : Les médecins représentent l'une des deux sources d'informations les plus consultées par les patients. Ils constituent, dès lors, des acteurs pivots dans la prévention de l'infection par le SARS-CoV-2 et ses complications. En diffusant des informations de qualité, ces derniers participent à la diminution de la mortalité et de la morbidité associées à cette maladie infectieuse. L'entretien motivationnel constitue une des solutions pour augmenter l'adhésion vaccinale. Il serait intéressant que la recherche scientifique se penche sur le sujet des sources d'informations utilisées par la population, en utilisant des outils statistiques plus robustes, afin de comparer nos résultats.
1. Résumé Introduction : La couverture vaccinale contre le COVID-19 en Belgique est relativement élevée mais peut toujours être améliorée, notamment chez les personnes à risque. Les objectifs principaux de ce projet sont de déterminer les sources d'informations utilisées par les citoyens dans le cadre de la vaccination contre le COVID-19 et d'étudier le lien entre ces sources et le statut vaccinal de ces derniers. Les objectifs secondaires sont de déterminer le taux de vaccination et enfin d'étudier le lien entre statut vaccinal et divers paramètres, comme l'âge, le sexe ou encore le niveau d'études. Matériel et méthode : Cette étude a été menée du 27 février 2023 au 9 avril 2023. Elle a inclus 378 personnes majeures habitant les régions de Tilff et Esneux. Les volontaires ont répondu à un questionnaire à choix multiples de onze questions. Les données ont été recueillies dans notre cabinet de médecine générale, situé Avenue Laboulle 84B, 4130 Tilff. Les résultats ont été soumis à des analyses statistiques via des tests du chi-carré. Résultats: 92,06% des sujets sont favorables à la vaccination des personnes à risque. 52,38% sont contre la vaccination des enfants. 93,39% ont reçu au moins une dose de vaccin. Les participants ont décidé de se faire vacciner principalement pour diminuer le risque d'être touché par une forme grave de l'infection (29,63%). Les deux principaux motifs évoqués par les sujets non vaccinés sont le fait que le vaccin n'empêche pas l'infection (76,00%) ni la transmission du virus (72,00%). Les questionnés utilisent principalement le journal ou la télévision (62,17%) et l'avis de leur médecin traitant ou spécialiste (61,90%) comme sources d'informations pour se renseigner au sujet du COVID-19 et de sa vaccination. Ces deux sources sont également celles qui les ont aidés à trancher dans leur choix vaccinal. Conclusion : Les médecins représentent l'une des deux sources d'informations les plus consultées par les patients. Ils constituent, dès lors, des acteurs pivots dans la prévention de l'infection par le SARS-CoV-2 et ses complications. En diffusant des informations de qualité, ces derniers participent à la diminution de la mortalité et de la morbidité associées à cette maladie infectieuse. L'entretien motivationnel constitue une des solutions pour augmenter l'adhésion vaccinale. Il serait intéressant que la recherche scientifique se penche sur le sujet des sources d'informations utilisées par la population, en utilisant des outils statistiques plus robustes, afin de comparer nos résultats.
Martiny - StéphaneUniversité de Liège
A77-QP5 -QR32 -QS41
Place du médecin généraliste dans la mise au point du diagnostic de la maladie de Crohn. Etude qualitative de l’expérience des médecins généralistes en région verviétoise
Place du médecin généraliste dans la mise au point du diagnostic de la maladie de Crohn. Etude qualitative de l’expérience des médecins généralistes en région verviétoise
Introduction : L’augmentation de la prévalence de la MC est visible dans de nombreuses régions du monde. Le MG joue un rôle essentiel dans le diagnostic de cette maladie, car tout retard diagnostique augmente la survenue de complications. Ce TFE aura pour but de situer la place des MG dans la mise au point diagnostique de cette pathologie. Méthodologie : Une recherche qualitative a été réalisée au moyen d’entretiens semi-dirigés auprès de 10 MG de la région verviétoise. Les données ont été analysées via une analyse thématique. Résultats : La majorité des MG ont peu de patients atteints de la MC. Bien que l’importance de rappels académiques soit évoquée, ils se sentent plutôt à l’aise avec le diagnostic de la maladie. Ils identifient leur rôle dans la détection précoce de la maladie, l'habilité à la suspecter à bon escient et à référer de façon pertinente au spécialiste. Les MG évoquent une suspicion de MC devant une chronicité de symptômes gastro-intestinaux associés éventuellement à des symptômes généraux. La CF et les marqueurs inflammatoires sont utiles pour l’orientation du diagnostic. La prescription d’imagerie en première ligne est motivée par le délai d’attente pour avoir un RDV chez le spécialiste. Certains MG préfèrent référer au GE car ils attendent surtout la colonoscopie. La décision de prendre en charge eux-mêmes, de référer au GE ou d’envoyer aux urgences dépend fortement du degré de gravité des symptômes et de la disponibilité du GE. Les freins au diagnostic évoqués sont la difficulté de contacter les spécialistes, les délais d’attente pour les RDV, le coût de la CF, la difficulté de réalisation d’une analyse de selles et les manifestations atypiques extra-digestives. Discussion et conclusion : Les thématiques ressorties des entretiens ont été comparées à la littérature et à un avis d’expert, le Pr Reenaers. Certaines pistes d’amélioration sont proposées afin de solutionner les freins au diagnostic évoqués lors du travail. Mots clés : Crohn disease, MICI, diagnosis, general practitioner, biomarkers, fecal calprotectin, ASCA, ANCA, imagery, chronic diarrhea, constraint, improvement.
Introduction : L’augmentation de la prévalence de la MC est visible dans de nombreuses régions du monde. Le MG joue un rôle essentiel dans le diagnostic de cette maladie, car tout retard diagnostique augmente la survenue de complications. Ce TFE aura pour but de situer la place des MG dans la mise au point diagnostique de cette pathologie. Méthodologie : Une recherche qualitative a été réalisée au moyen d’entretiens semi-dirigés auprès de 10 MG de la région verviétoise. Les données ont été analysées via une analyse thématique. Résultats : La majorité des MG ont peu de patients atteints de la MC. Bien que l’importance de rappels académiques soit évoquée, ils se sentent plutôt à l’aise avec le diagnostic de la maladie. Ils identifient leur rôle dans la détection précoce de la maladie, l'habilité à la suspecter à bon escient et à référer de façon pertinente au spécialiste. Les MG évoquent une suspicion de MC devant une chronicité de symptômes gastro-intestinaux associés éventuellement à des symptômes généraux. La CF et les marqueurs inflammatoires sont utiles pour l’orientation du diagnostic. La prescription d’imagerie en première ligne est motivée par le délai d’attente pour avoir un RDV chez le spécialiste. Certains MG préfèrent référer au GE car ils attendent surtout la colonoscopie. La décision de prendre en charge eux-mêmes, de référer au GE ou d’envoyer aux urgences dépend fortement du degré de gravité des symptômes et de la disponibilité du GE. Les freins au diagnostic évoqués sont la difficulté de contacter les spécialistes, les délais d’attente pour les RDV, le coût de la CF, la difficulté de réalisation d’une analyse de selles et les manifestations atypiques extra-digestives. Discussion et conclusion : Les thématiques ressorties des entretiens ont été comparées à la littérature et à un avis d’expert, le Pr Reenaers. Certaines pistes d’amélioration sont proposées afin de solutionner les freins au diagnostic évoqués lors du travail. Mots clés : Crohn disease, MICI, diagnosis, general practitioner, biomarkers, fecal calprotectin, ASCA, ANCA, imagery, chronic diarrhea, constraint, improvement.
Plunus - ManonUniversité de Liège
41.001-34.000-D99-36.000-67.001-QR31 -D01-D11
Comment s'associer aux patients pour améliorer la prescription d'antibiotiques
Comment s'associer aux patients pour améliorer la prescription d'antibiotiques
L’intérêt de s’associer au patient pour améliorer la prescription d’antibiotiques devient évident. Dans cet optique, je me suis intéressée aux obstacles/freins et leviers que peuvent rencontrer les médecins en pratiquant la décision médicale partagée à cet égard. Pour ce faire, j’ai effectué une recherche action avec les médecins de ma maison médicale. Je les ai initiés à la décision médicale partagée et ils l’ont expérimentée dans le cadre d’infections respiratoires aigües avec nos patients qui sont, pour la plupart, socio-économiquement défavorisés. Il en ressort que le principal obstacle à la décision médicale partagée rencontré par les participants est le fait de réfléchir conjointement avec le patient quant à la pertinence d’une antibiothérapie. Tandis que le principal levier est leur motivation et persuasion des bienfaits de ce partage décisionnel sur les patients. Les principaux obstacles/freins et leviers rencontrés par les participants traduisent en réalité leurs difficultés liées au changement de paradigme de la relation patient-médecin et à l’adaptation à ce nouveau processus décisionnel. Cette recherche met en évidence l’importance de mettre en place des moyens pour aider médecin et patient à redéfinir leur nouvelle relation et propose des pistes de réflexions à cet effet.
L’intérêt de s’associer au patient pour améliorer la prescription d’antibiotiques devient évident. Dans cet optique, je me suis intéressée aux obstacles/freins et leviers que peuvent rencontrer les médecins en pratiquant la décision médicale partagée à cet égard. Pour ce faire, j’ai effectué une recherche action avec les médecins de ma maison médicale. Je les ai initiés à la décision médicale partagée et ils l’ont expérimentée dans le cadre d’infections respiratoires aigües avec nos patients qui sont, pour la plupart, socio-économiquement défavorisés. Il en ressort que le principal obstacle à la décision médicale partagée rencontré par les participants est le fait de réfléchir conjointement avec le patient quant à la pertinence d’une antibiothérapie. Tandis que le principal levier est leur motivation et persuasion des bienfaits de ce partage décisionnel sur les patients. Les principaux obstacles/freins et leviers rencontrés par les participants traduisent en réalité leurs difficultés liées au changement de paradigme de la relation patient-médecin et à l’adaptation à ce nouveau processus décisionnel. Cette recherche met en évidence l’importance de mettre en place des moyens pour aider médecin et patient à redéfinir leur nouvelle relation et propose des pistes de réflexions à cet effet.
Rousseau - PaulineUniversité catholique de Louvain
QD323 -QD12 -QR35
Mise en place et évaluation d’une campagne de sensibilisation à la vaccination de la diphtérie-tétanos-coqueluche chez les patients de plus de 65 ans en médecine générale : L’expérience d’une pratique pluridisciplinaire dans la région de Saint-Nicolas.
Mise en place et évaluation d’une campagne de sensibilisation à la vaccination de la diphtérie-tétanos-coqueluche chez les patients de plus de 65 ans en médecine générale : L’expérience d’une pratique pluridisciplinaire dans la région de Saint-Nicolas.
La vaccination est un succès en matière de santé et de développement dans le monde et, permet de sauver des millions de vies. Grâce à la vaccination, chaque année, ce sont 3,5 à 5 millions de décès dus à des maladies telles que la grippe, la rougeole, la diphtérie, le tétanos et la coqueluche qui sont évités. Notre travail a pour objectif d’évaluer l’impact d’une campagne de sensibilisation à la vaccination combinée tétanos/diphtérie/coqueluche auprès de la patientèle d’une pratique pluridisciplinaire en milieu urbain. À partir des recommandations de la littérature, nous avons créé une campagne de sensibilisation via l’envoi d’une lettre personnalisée associée à une prescription du vaccin. Ce sont 770 patients qui ont été concernés par notre étude et le taux de couverture a été suivi mensuellement pendant 6 mois. Suite à notre intervention, 198 patients ont été vaccinés ce qui correspond à un taux de participation de 25,71%. Notre taux de couverture est passé de 5,89% à 29,21%, ce qui représente une augmentation non négligeable. Les résultats découlant de ce travail nous encouragent à prendre plus d’initiative dans le domaine de la prévention notamment, via l’envoi de lettres personnalisées à destination de nos patients. Ils soulignent également l’importance de la prévention et notre rôle primordial en première ligne de soins.
La vaccination est un succès en matière de santé et de développement dans le monde et, permet de sauver des millions de vies. Grâce à la vaccination, chaque année, ce sont 3,5 à 5 millions de décès dus à des maladies telles que la grippe, la rougeole, la diphtérie, le tétanos et la coqueluche qui sont évités. Notre travail a pour objectif d’évaluer l’impact d’une campagne de sensibilisation à la vaccination combinée tétanos/diphtérie/coqueluche auprès de la patientèle d’une pratique pluridisciplinaire en milieu urbain. À partir des recommandations de la littérature, nous avons créé une campagne de sensibilisation via l’envoi d’une lettre personnalisée associée à une prescription du vaccin. Ce sont 770 patients qui ont été concernés par notre étude et le taux de couverture a été suivi mensuellement pendant 6 mois. Suite à notre intervention, 198 patients ont été vaccinés ce qui correspond à un taux de participation de 25,71%. Notre taux de couverture est passé de 5,89% à 29,21%, ce qui représente une augmentation non négligeable. Les résultats découlant de ce travail nous encouragent à prendre plus d’initiative dans le domaine de la prévention notamment, via l’envoi de lettres personnalisées à destination de nos patients. Ils soulignent également l’importance de la prévention et notre rôle primordial en première ligne de soins.

Vaccination is a global health and development success story and has saved millions of lives. Every year, it prevents 3.5 to 5 million deaths from diseases such as influenza, measles, diphtheria, tetanus and whooping cough. Our work aims to evaluate the impact of a vaccination awareness campaign of a combined tetanus/diphtheria/pertussis vaccine among patients of a practice of general medicine in an urban environment. Based on the recommendations of the literature, we created an awareness campaign by sending a personalized letter associated with a prescription for the vaccine. 770 patients were involved in our study and the coverage rate was monitored monthly for 6 months. Following our intervention, 198 patients were vaccinated corresponding to a participation rate of 25.71%. Our coverage rate went from 5.56% to 27.59%. The intervention significantly increased the coverage rate in our patients. Conclusions resulting from this work encourage us to take more actions in the field of prevention, such as the sending of personalized letters to our patients. It also increases the importance of preventive care and our essential role in the first line of care.
Vaccination is a global health and development success story and has saved millions of lives. Every year, it prevents 3.5 to 5 million deaths from diseases such as influenza, measles, diphtheria, tetanus and whooping cough. Our work aims to evaluate the impact of a vaccination awareness campaign of a combined tetanus/diphtheria/pertussis vaccine among patients of a practice of general medicine in an urban environment. Based on the recommendations of the literature, we created an awareness campaign by sending a personalized letter associated with a prescription for the vaccine. 770 patients were involved in our study and the coverage rate was monitored monthly for 6 months. Following our intervention, 198 patients were vaccinated corresponding to a participation rate of 25.71%. Our coverage rate went from 5.56% to 27.59%. The intervention significantly increased the coverage rate in our patients. Conclusions resulting from this work encourage us to take more actions in the field of prevention, such as the sending of personalized letters to our patients. It also increases the importance of preventive care and our essential role in the first line of care.
Faïz - MohamedUniversité de Liège
44.000-N72-QC15 -QD41 -QT3 -R71
Comment prévenir la céphalée par abus médicamenteux en médecine générale? Revue narrative de la littérature.
Comment prévenir la céphalée par abus médicamenteux en médecine générale? Revue narrative de la littérature.
Résumé Introduction : La céphalée par abus médicamenteux est causée par une prise excessive et régulière du traitement aigu contre les céphalées. Sa prévalence est estimée de 1 à 2% dans la population générale. Cette pathologie entraîne des coûts financiers dans la société et un handicap chez les patients atteints. La prévention est souvent recommandée dans les articles mais peu détaillée. L’objectif de ce travail était de décrire comment réaliser la prévention primaire de la céphalée par abus médicamenteux en médecine générale. Méthodologie : Cette revue narrative de littérature a été effectuée de janvier à avril 2023, après recherche bibliographique sur la base de données Medline via PubMed et sur des sources de résumés de pratique clinique. Des articles de type méta-analyses, revues systématiques, revues, essai randomisés contrôlés et guidelines, en anglais et français ont été recherchés. Résultats : 12 articles ont été retenus, dont 7 guidelines, 4 revues et 1 essai clinique randomisé. La sensibilisation de la population générale, des patients et des professionnels de la santé est globalement recommandée pour la prévention primaire de la céphalée par abus médicamenteux. Une amélioration de la prise en charge des céphalées épisodiques est également recommandée, principalement pour l’identification des patients à risque, l’utilisation du calendrier, la limitation et l’optimisation du traitement aigu. Discussion/conclusion : Le médecin généraliste a un rôle important dans la prévention primaire de la CAM. L’éducation du médecin généraliste et des patients est essentielle et probablement la stratégie la plus efficace en terme de prévention. L’amélioration de la prise en charge des céphalées primaires préexistantes est également importante. Mots-clés : Céphalées par abus médicamenteux – céphalées chroniques - prévention primaire – médecine générale.
Résumé Introduction : La céphalée par abus médicamenteux est causée par une prise excessive et régulière du traitement aigu contre les céphalées. Sa prévalence est estimée de 1 à 2% dans la population générale. Cette pathologie entraîne des coûts financiers dans la société et un handicap chez les patients atteints. La prévention est souvent recommandée dans les articles mais peu détaillée. L’objectif de ce travail était de décrire comment réaliser la prévention primaire de la céphalée par abus médicamenteux en médecine générale. Méthodologie : Cette revue narrative de littérature a été effectuée de janvier à avril 2023, après recherche bibliographique sur la base de données Medline via PubMed et sur des sources de résumés de pratique clinique. Des articles de type méta-analyses, revues systématiques, revues, essai randomisés contrôlés et guidelines, en anglais et français ont été recherchés. Résultats : 12 articles ont été retenus, dont 7 guidelines, 4 revues et 1 essai clinique randomisé. La sensibilisation de la population générale, des patients et des professionnels de la santé est globalement recommandée pour la prévention primaire de la céphalée par abus médicamenteux. Une amélioration de la prise en charge des céphalées épisodiques est également recommandée, principalement pour l’identification des patients à risque, l’utilisation du calendrier, la limitation et l’optimisation du traitement aigu. Discussion/conclusion : Le médecin généraliste a un rôle important dans la prévention primaire de la CAM. L’éducation du médecin généraliste et des patients est essentielle et probablement la stratégie la plus efficace en terme de prévention. L’amélioration de la prise en charge des céphalées primaires préexistantes est également importante. Mots-clés : Céphalées par abus médicamenteux – céphalées chroniques - prévention primaire – médecine générale.
Zica - JessicaUniversité de Liège
N01-QC14 -QD41 -QS41 -QT33
La dénutrition chez la personne âgée de plus de 70 ans vivant au domicile, du diagnostic à la prise en charge : quels sont les freins rencontrés par le médecin généraliste ? Etude qualitative auprès d’un échantillon de médecins généralistes de la région de Namur-Ouest.
La dénutrition chez la personne âgée de plus de 70 ans vivant au domicile, du diagnostic à la prise en charge : quels sont les freins rencontrés par le médecin généraliste ? Etude qualitative auprès d’un échantillon de médecins généralistes de la région de Namur-Ouest.
RÉSUMÉ Introduction : Malgré la haute prévalence de la dénutrition en médecine générale et les nombreux risques associés pour les personnes âgées, le dépistage et la prise en charge restent insuffisants. Le but de cette étude était, en premier lieu, de faire une revue de ce qui est connu de la dénutrition chez le sénior dans la littérature. Dans un second temps, l’objectif était d’identifier les freins rencontrés pour le dépistage et la prise en charge par les médecins généralistes. Méthode : D’abord, une recherche de la littérature dans les grandes bases de données, notamment PubMed, Cochrane, Embase et ScienceDirect. Ensuite, une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 7 médecins généralistes exerçant dans la région de Namur-Ouest entre janvier et février 2023. Retranscription des entretiens et analyse par catégorie conceptualisante. Résultats : Différents freins ont été mis en évidence. Pour le dépistage : le manque de connaissances et de consensus, un désintérêt pour la problématique, l’impossibilité de se fier uniquement au visuel du patient, le manque de conscientisation des patients et de leur entourage ainsi que l’absence de demande de la part du patient de gérer sa nutrition et, enfin, la capacité physique limitée du patient. Pour la prise en charge : la croyance qu’il n’est pas utile de gérer la dénutrition, le questionnement éthique, le manque de pluridisciplinarité et le profil du patient difficile à prendre en charge. Discussion : Les freins mis en évidence ont été structurés en 4 catégories selon qu’ils concernaient le dépistage ou la prise en charge d’un côté et le patient ou le médecin traitant de l’autre. L’identification de ces obstacles est un premier pas vers une meilleure gestion de l’état nutritionnel en médecine générale. Cependant, d’autres études sont nécessaires afin d’évaluer les actions à mettre en place pour améliorer l’efficience de la première ligne. Mots clés : Dénutrition – Évaluation nutritionnelle - Personne âgée – Freins – Médecine générale
RÉSUMÉ Introduction : Malgré la haute prévalence de la dénutrition en médecine générale et les nombreux risques associés pour les personnes âgées, le dépistage et la prise en charge restent insuffisants. Le but de cette étude était, en premier lieu, de faire une revue de ce qui est connu de la dénutrition chez le sénior dans la littérature. Dans un second temps, l’objectif était d’identifier les freins rencontrés pour le dépistage et la prise en charge par les médecins généralistes. Méthode : D’abord, une recherche de la littérature dans les grandes bases de données, notamment PubMed, Cochrane, Embase et ScienceDirect. Ensuite, une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 7 médecins généralistes exerçant dans la région de Namur-Ouest entre janvier et février 2023. Retranscription des entretiens et analyse par catégorie conceptualisante. Résultats : Différents freins ont été mis en évidence. Pour le dépistage : le manque de connaissances et de consensus, un désintérêt pour la problématique, l’impossibilité de se fier uniquement au visuel du patient, le manque de conscientisation des patients et de leur entourage ainsi que l’absence de demande de la part du patient de gérer sa nutrition et, enfin, la capacité physique limitée du patient. Pour la prise en charge : la croyance qu’il n’est pas utile de gérer la dénutrition, le questionnement éthique, le manque de pluridisciplinarité et le profil du patient difficile à prendre en charge. Discussion : Les freins mis en évidence ont été structurés en 4 catégories selon qu’ils concernaient le dépistage ou la prise en charge d’un côté et le patient ou le médecin traitant de l’autre. L’identification de ces obstacles est un premier pas vers une meilleure gestion de l’état nutritionnel en médecine générale. Cependant, d’autres études sont nécessaires afin d’évaluer les actions à mettre en place pour améliorer l’efficience de la première ligne. Mots clés : Dénutrition – Évaluation nutritionnelle - Personne âgée – Freins – Médecine générale
Malhaize - violaineUniversité catholique de Louvain
QC15 -T91
Impact de la corticothérapie inhalée dans la toux post-infectieuse sur le taux de reconsultation en médecine générale : étude rétrospective
Impact de la corticothérapie inhalée dans la toux post-infectieuse sur le taux de reconsultation en médecine générale : étude rétrospective
Introduction : La toux est l’un des principaux motifs de consultations en médecine générale. Majoritairement aiguë et causée par une infection des voies respiratoires, elle peut persister plusieurs semaines après ce genre d’infection, on parle de toux post-infectieuse. Elle a un impact non négligeable sur la qualité de vie du patient et sur le système des soins de santé. Cependant, il existe peu d’études et de recommandations fiables sur le sujet. Nous avons voulu étudier si la prescription d’une corticothérapie inhalée, dans la toux post-infectieuse, avait un impact sur le taux de reconsultation pour persistance de cette plainte en médecine générale. Méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective, basée sur la revue de dossiers médicaux entre janvier 2000 et février 2023. Nous avons formé deux groupes à partir de 94 adultes sans pathologies pulmonaires souffrant de toux post-infectieuse, un premier ayant reçu une prescription de corticoïdes inhalés (n=43) et un second avec une prescription pour un traitement symptomatique (n=51). L’objectif primaire était de comparer le taux de reconsultation entre les deux groupes. Les outcomes secondaires étaient, premièrement, de comparer les délais de reconsultation entre les deux groupes chez les patients ayant reconsulté. Et deuxièmement, d’analyser si des consultations pour effets secondaires résultaient de la prescription. Résultats : En ce qui concerne le taux de reconsultation, nos données ne nous ont pas permis de montrer une différence statistiquement significative (P>0,05). Il en est de même pour le délai de reconsultation (P>0,05). Nous n’avons pas constaté de consultation pour effets secondaires. Conclusion : Selon nos données, l’utilisation d’une corticothérapie inhalée dans la toux post-infectieuse ne montre aucun intérêt par rapport à un traitement symptomatique. Elles rejoignent le principal essai contrôlé randomisé contre placebo sur le sujet. Mais, au vu du peu d’études sur le sujet, des investigations supplémentaires seraient nécessaires.
Introduction : La toux est l’un des principaux motifs de consultations en médecine générale. Majoritairement aiguë et causée par une infection des voies respiratoires, elle peut persister plusieurs semaines après ce genre d’infection, on parle de toux post-infectieuse. Elle a un impact non négligeable sur la qualité de vie du patient et sur le système des soins de santé. Cependant, il existe peu d’études et de recommandations fiables sur le sujet. Nous avons voulu étudier si la prescription d’une corticothérapie inhalée, dans la toux post-infectieuse, avait un impact sur le taux de reconsultation pour persistance de cette plainte en médecine générale. Méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective, basée sur la revue de dossiers médicaux entre janvier 2000 et février 2023. Nous avons formé deux groupes à partir de 94 adultes sans pathologies pulmonaires souffrant de toux post-infectieuse, un premier ayant reçu une prescription de corticoïdes inhalés (n=43) et un second avec une prescription pour un traitement symptomatique (n=51). L’objectif primaire était de comparer le taux de reconsultation entre les deux groupes. Les outcomes secondaires étaient, premièrement, de comparer les délais de reconsultation entre les deux groupes chez les patients ayant reconsulté. Et deuxièmement, d’analyser si des consultations pour effets secondaires résultaient de la prescription. Résultats : En ce qui concerne le taux de reconsultation, nos données ne nous ont pas permis de montrer une différence statistiquement significative (P>0,05). Il en est de même pour le délai de reconsultation (P>0,05). Nous n’avons pas constaté de consultation pour effets secondaires. Conclusion : Selon nos données, l’utilisation d’une corticothérapie inhalée dans la toux post-infectieuse ne montre aucun intérêt par rapport à un traitement symptomatique. Elles rejoignent le principal essai contrôlé randomisé contre placebo sur le sujet. Mais, au vu du peu d’études sur le sujet, des investigations supplémentaires seraient nécessaires.
Cheval - MaximeUniversité libre de Bruxelles
QC14 -QR324 -QS11 -QS41 -50.006-R05
Guide pratique es alopécies en médecine générale , une revue de la littérature
Guide pratique es alopécies en médecine générale , une revue de la littérature
EL BOUCHIKHI - MarwanUniversité libre de Bruxelles
Présentation de trois outils d’aide à la décision lors d’une suspicion d’allergie aux pénicillines : quels usages possibles en médecine générale ?
Présentation de trois outils d’aide à la décision lors d’une suspicion d’allergie aux pénicillines : quels usages possibles en médecine générale ?
Introduction : La suspicion d’allergie aux pénicillines est une problématique à laquelle les médecins généralistes sont régulièrement confrontés dans leur pratique. Ce diagnostic souvent erroné conduit à une utilisation inadéquate d’antibiotiques. Ce surdiagnostic a pourtant des conséquences majeures tant individuelles que sociétales. Ce travail vise à explorer les avis des médecins généralistes sur trois outils d’aide à la décision lors d’une suspicion d’allergie aux pénicillines afin d’évaluer leurs usages possibles en médecine générale. Méthodologie : Il s’agit d’une étude qualitative dont les données ont été obtenues grâce à des entretiens individuels semi-dirigés. Ceux-ci ont été menés avec douze médecins généralistes exerçant dans la région semi-rurale de Perwez, en province du Brabant Wallon. Les outils présentés étaient le score PEN-FAST, l’outil proposé par l’Institut National d’Excellence en Santé et en Services Sociaux, et l’algorithme du journal BMC Medicine. Résultats : On observe une forte divergence de pratiques tant au niveau de la démarche diagnostique que thérapeutique. Les outils d’aide à la décision présentés semblaient méconnus. Ayant chacun leurs forces et leurs faiblesses, aucun d’eux n’a fait consensus mais leur intérêt a été relevé. Conclusion : Sous réserve que l’outil soit facile d’accès, rapide d’utilisation, sûr et complet, les médecins se sont montrés enclins à les utiliser pour leur pratique future. Les outils permettraient une systématisation des pratiques actuelles, une sécurité supplémentaire, une meilleure sélection des patients à orienter vers des allergologues, ainsi qu’une meilleure communication entre les protagonistes. La réintroduction sous surveillance d’une pénicilline semble possible en médecine générale, à condition d’avoir sélectionné les patients à faible risque et d’assurer des mesures de sécurité strictes.
Introduction : La suspicion d’allergie aux pénicillines est une problématique à laquelle les médecins généralistes sont régulièrement confrontés dans leur pratique. Ce diagnostic souvent erroné conduit à une utilisation inadéquate d’antibiotiques. Ce surdiagnostic a pourtant des conséquences majeures tant individuelles que sociétales. Ce travail vise à explorer les avis des médecins généralistes sur trois outils d’aide à la décision lors d’une suspicion d’allergie aux pénicillines afin d’évaluer leurs usages possibles en médecine générale. Méthodologie : Il s’agit d’une étude qualitative dont les données ont été obtenues grâce à des entretiens individuels semi-dirigés. Ceux-ci ont été menés avec douze médecins généralistes exerçant dans la région semi-rurale de Perwez, en province du Brabant Wallon. Les outils présentés étaient le score PEN-FAST, l’outil proposé par l’Institut National d’Excellence en Santé et en Services Sociaux, et l’algorithme du journal BMC Medicine. Résultats : On observe une forte divergence de pratiques tant au niveau de la démarche diagnostique que thérapeutique. Les outils d’aide à la décision présentés semblaient méconnus. Ayant chacun leurs forces et leurs faiblesses, aucun d’eux n’a fait consensus mais leur intérêt a été relevé. Conclusion : Sous réserve que l’outil soit facile d’accès, rapide d’utilisation, sûr et complet, les médecins se sont montrés enclins à les utiliser pour leur pratique future. Les outils permettraient une systématisation des pratiques actuelles, une sécurité supplémentaire, une meilleure sélection des patients à orienter vers des allergologues, ainsi qu’une meilleure communication entre les protagonistes. La réintroduction sous surveillance d’une pénicilline semble possible en médecine générale, à condition d’avoir sélectionné les patients à faible risque et d’assurer des mesures de sécurité strictes.
de Ville - GéraldineUniversité catholique de Louvain
QD445 -A92-QO4
CONNAISSANCES DES MEDECINS GENERALISTES SUR LES IVG A REPETITION CHEZ LES FEMMES EN AGE DE PROCREATION ET LEUR PRISE EN CHARGE.
CONNAISSANCES DES MEDECINS GENERALISTES SUR LES IVG A REPETITION CHEZ LES FEMMES EN AGE DE PROCREATION ET LEUR PRISE EN CHARGE.
RESUME. Introduction. L’interruption volontaire de grossesse (IVG) concerne toute femme en âge de procréation qui désire mettre un terme à sa grossesse. En Belgique, la demande d’interruption doit se faire avant la quatorzième semaine d’aménorrhée dans un centre de Planning familial ou en milieu hospitalier. IL est également observé une augmentation de demande d’IVG à répétition. Objectif. Le but de ce travail est d’établir un état des lieux de connaissances des Médecins Généralistes sur les IVG à répétition chez les femmes en âge de procréation, leur suivi et la manière dont ils amélioreraient leur prise en charge. Méthodologie. Ce travail consiste en une étude qualitative avec entretiens semi- dirigés. Une grille d’entretien a été établie après une revue de littérature. Pour y répondre une demande d’interview a été envoyée par mail ou via le secrétariat aux médecins généralistes ou assistants en médecine générale en Belgique francophone. Une interview au cabinet ou par vidéo-conférence a été réalisée avec ceux ayant répondu positivement à la demande. Tous les médecins ont été avertis avant l’interview de l’enregistrement et de la destruction de ce dernier après retranscription. Résultats : Au total douze entretiens ont été réalisés. La réalisation de plus de trois IVG a été retenue pour les douze médecins comme pouvant être définie comme IVG à répétition. Pour sept médecins, des IVG à répétition se rencontrent chez des femmes jeunes en situation précaire. Le manque de prise de contraception serait la cause principale pour neuf médecins et le choix d’un moyen contraceptif adapté améliorerait la prise en charge pour dix médecins. Conclusion : Plus de la moitié des médecins ne sont pas assez informés sur les demandes d’IVG à répétition et encore moins sur leur prise en charge. Selon la littérature, la demande d’IVG itérative touche les femmes de toute classe sociale. Plusieurs facteurs psychologiques- sociaux, familiaux, conjugaux interviennent. La prise en charge doit donc être globale.
RESUME. Introduction. L’interruption volontaire de grossesse (IVG) concerne toute femme en âge de procréation qui désire mettre un terme à sa grossesse. En Belgique, la demande d’interruption doit se faire avant la quatorzième semaine d’aménorrhée dans un centre de Planning familial ou en milieu hospitalier. IL est également observé une augmentation de demande d’IVG à répétition. Objectif. Le but de ce travail est d’établir un état des lieux de connaissances des Médecins Généralistes sur les IVG à répétition chez les femmes en âge de procréation, leur suivi et la manière dont ils amélioreraient leur prise en charge. Méthodologie. Ce travail consiste en une étude qualitative avec entretiens semi- dirigés. Une grille d’entretien a été établie après une revue de littérature. Pour y répondre une demande d’interview a été envoyée par mail ou via le secrétariat aux médecins généralistes ou assistants en médecine générale en Belgique francophone. Une interview au cabinet ou par vidéo-conférence a été réalisée avec ceux ayant répondu positivement à la demande. Tous les médecins ont été avertis avant l’interview de l’enregistrement et de la destruction de ce dernier après retranscription. Résultats : Au total douze entretiens ont été réalisés. La réalisation de plus de trois IVG a été retenue pour les douze médecins comme pouvant être définie comme IVG à répétition. Pour sept médecins, des IVG à répétition se rencontrent chez des femmes jeunes en situation précaire. Le manque de prise de contraception serait la cause principale pour neuf médecins et le choix d’un moyen contraceptif adapté améliorerait la prise en charge pour dix médecins. Conclusion : Plus de la moitié des médecins ne sont pas assez informés sur les demandes d’IVG à répétition et encore moins sur leur prise en charge. Selon la littérature, la demande d’IVG itérative touche les femmes de toute classe sociale. Plusieurs facteurs psychologiques- sociaux, familiaux, conjugaux interviennent. La prise en charge doit donc être globale.
Twite - JulieUniversité libre de Bruxelles
État des lieux et pistes d’amélioration du suivi somatique des patients atteints de schizophrénie à la maison médicale Saint Leonard
État des lieux et pistes d’amélioration du suivi somatique des patients atteints de schizophrénie à la maison médicale Saint Leonard
Introduction: La schizophrénie est liée à une surmortalité due aux effets secondaires des antipsychotiques, au mode de vie, à la stigmatisation et aux difficultés d'accès à des soins de qualité. Les généralistes ont un rôle à jouer dans la prévention et la facilitation des soins. La maison médicale semble avoir une prévalence élevée de schizophrénie en raison de sa situation géographique. Ce TFE vise à mesurer la prévalence de la schizophrénie dans cette maison médicale, à évaluer le suivi somatique des patients et à proposer des pistes d'amélioration. Méthodologie: La méthodologie s'inspire de la « recherche-action » et comprend plusieurs étapes : l'identification des patients atteints de schizophrénie à partir des dossiers des patients sous antipsychotiques dans la base de données, l'analyse du suivi par rapport aux lignes directrices internationales, la présentation de la problématique somatique de ces patients et la priorisation des pistes d'amélioration avec un groupe de professionnels de santé en utilisant la méthode du groupe nominal. Résultats: La prévalence adulte des patients atteints de schizophrénie s'élève à 1,6%. En 2022, 60% d'entre eux ont eu une prise de paramètres, et 50% ont eu une analyse biologique. On retrouve un ECG chez seulement 30% des patients. Les taux de dépistage du cancer du col de l'utérus, du sein et du colon s'élèvent respectivement à 40%, 29% et 33%. Afin d'améliorer le suivi somatique, 22 propositions ont été réalisées par le groupe, dont 5 prioritaires. Celles-ci visent la création d’échéances dans le dossier, une proposition d’activité physique et diététique, une campagne de sensibilisation, une consultation régulière dédiée au somatique, et une amélioration de la titularisation. Discussion: La maison médicale présente une prévalence élevée en schizophrénie. Cependant, il existe une marge d'amélioration en termes de suivi cardiovasculaire et métabolique, de dépistage, et de réalisation d'ECG. Pour y remédier, quatre grandes thématiques d'action ont émergé : l'augmentation de la proactivité, la sensibilisation des professionnels, la création d'activités collectives adaptées, et le renforcement du réseau autour du patient.
Introduction: La schizophrénie est liée à une surmortalité due aux effets secondaires des antipsychotiques, au mode de vie, à la stigmatisation et aux difficultés d'accès à des soins de qualité. Les généralistes ont un rôle à jouer dans la prévention et la facilitation des soins. La maison médicale semble avoir une prévalence élevée de schizophrénie en raison de sa situation géographique. Ce TFE vise à mesurer la prévalence de la schizophrénie dans cette maison médicale, à évaluer le suivi somatique des patients et à proposer des pistes d'amélioration. Méthodologie: La méthodologie s'inspire de la « recherche-action » et comprend plusieurs étapes : l'identification des patients atteints de schizophrénie à partir des dossiers des patients sous antipsychotiques dans la base de données, l'analyse du suivi par rapport aux lignes directrices internationales, la présentation de la problématique somatique de ces patients et la priorisation des pistes d'amélioration avec un groupe de professionnels de santé en utilisant la méthode du groupe nominal. Résultats: La prévalence adulte des patients atteints de schizophrénie s'élève à 1,6%. En 2022, 60% d'entre eux ont eu une prise de paramètres, et 50% ont eu une analyse biologique. On retrouve un ECG chez seulement 30% des patients. Les taux de dépistage du cancer du col de l'utérus, du sein et du colon s'élèvent respectivement à 40%, 29% et 33%. Afin d'améliorer le suivi somatique, 22 propositions ont été réalisées par le groupe, dont 5 prioritaires. Celles-ci visent la création d’échéances dans le dossier, une proposition d’activité physique et diététique, une campagne de sensibilisation, une consultation régulière dédiée au somatique, et une amélioration de la titularisation. Discussion: La maison médicale présente une prévalence élevée en schizophrénie. Cependant, il existe une marge d'amélioration en termes de suivi cardiovasculaire et métabolique, de dépistage, et de réalisation d'ECG. Pour y remédier, quatre grandes thématiques d'action ont émergé : l'augmentation de la proactivité, la sensibilisation des professionnels, la création d'activités collectives adaptées, et le renforcement du réseau autour du patient.
Azzolini - SandroUniversité de Liège
P72-QP3 -QD33 -QR35 -31.003
Place du médecin généraliste dans la prise en charge des troubles du langage chez l'enfant en âge préscolaire : étude qualitative auprès de médecins généralistes et pédiatres.
Place du médecin généraliste dans la prise en charge des troubles du langage chez l'enfant en âge préscolaire : étude qualitative auprès de médecins généralistes et pédiatres.
Introduction Le trouble du langage est une difficulté persistante d’acquisition et d’utilisation du langage. Il se différencie du retard de langage qui peut être spontanément récupéré par l’enfant. Le retard et le trouble du langage touchent entre cinq et douze pour cent de la population entre 2 et 5 ans. Ils prédisposent aux troubles du comportement, aux troubles de l’apprentissage et aux troubles d’adaptation psychosociale. Méthodologie La méthode utilisée est une étude qualitative menée par entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes et de pédiatres. Résultats Seize médecins entre 26 et 64 ans ont répondu à l’étude. Les réponses apportées concernent la connaissance générale sur le sujet, la pratique personnelle des médecins de première ligne, les pathologies associées, le développement typique, les facteurs de risque, la prise en charge, les outils connus pour l’aide au diagnostic, les conséquences d’un trouble non diagnostiqué, les problèmes rencontrés en consultation ainsi que les solutions proposées. Discussion Les recommandations actuelles privilégient une surveillance ciblée et non un dépistage systématique. De nombreuses pathologies sont associées aux troubles du langage. Ces troubles sont alors appelés troubles secondaires du langage. Au cours de la consultation, le médecin doit exclure les causes secondaires afin d’orienter rapidement l’enfant vers le spécialiste ou le logopède pour une prise en charge précoce. Deux outils sont actuellement disponibles pour le diagnostic des troubles du langage. Conclusion Le médecin généraliste a une place importante dans le diagnostic et la prise en charge des troubles du langage. Cette dernière doit être la plus précoce possible afin de minimiser les conséquences sur le développement et le comportement de l’enfant.
Introduction Le trouble du langage est une difficulté persistante d’acquisition et d’utilisation du langage. Il se différencie du retard de langage qui peut être spontanément récupéré par l’enfant. Le retard et le trouble du langage touchent entre cinq et douze pour cent de la population entre 2 et 5 ans. Ils prédisposent aux troubles du comportement, aux troubles de l’apprentissage et aux troubles d’adaptation psychosociale. Méthodologie La méthode utilisée est une étude qualitative menée par entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes et de pédiatres. Résultats Seize médecins entre 26 et 64 ans ont répondu à l’étude. Les réponses apportées concernent la connaissance générale sur le sujet, la pratique personnelle des médecins de première ligne, les pathologies associées, le développement typique, les facteurs de risque, la prise en charge, les outils connus pour l’aide au diagnostic, les conséquences d’un trouble non diagnostiqué, les problèmes rencontrés en consultation ainsi que les solutions proposées. Discussion Les recommandations actuelles privilégient une surveillance ciblée et non un dépistage systématique. De nombreuses pathologies sont associées aux troubles du langage. Ces troubles sont alors appelés troubles secondaires du langage. Au cours de la consultation, le médecin doit exclure les causes secondaires afin d’orienter rapidement l’enfant vers le spécialiste ou le logopède pour une prise en charge précoce. Deux outils sont actuellement disponibles pour le diagnostic des troubles du langage. Conclusion Le médecin généraliste a une place importante dans le diagnostic et la prise en charge des troubles du langage. Cette dernière doit être la plus précoce possible afin de minimiser les conséquences sur le développement et le comportement de l’enfant.
Wellens - EloïseUniversité libre de Bruxelles
N99-QC11 -QC12 -QR31 -QS41
Etude qualitative des freins à l’instauration précoce des soins palliatifs par les médecins généralistes en Région wallonne
Etude qualitative des freins à l’instauration précoce des soins palliatifs par les médecins généralistes en Région wallonne
Introduction L’instauration précoce des soins palliatifs a démontré de nombreux bénéfices pour le patient. Cependant, on constate qu’ils sont encore mis en place trop tardivement, voire parfois pas du tout. Cette étude a pour but de mettre en évidence les freins à la mise en place précoce des soins palliatifs par les médecins généralistes en Wallonie. Elle prévoit également d’y apporter des pistes d’amélioration. Méthodologie La méthode qualitative a été privilégiée pour cette étude. Les médecins du Hainaut ont été invités à participer à des entretiens semi-dirigés. Le guide d’entretien a été construit selon trois axes principaux : sentiment du médecin généraliste, habitudes de pratique et connaissances du médecin. Résultats Les barrières identifiées à la suite de ces entretiens sont : le manque de soutien et plus particulièrement de la seconde ligne en Wallonie, la communication avec le patient et surtout ses proches, la gestion médicamenteuse, la charge émotionnelle, la chronophagie, le manque de formation, le manque de coordination des soins et la difficulté à définir les rôles de chacun dans l’équipe entourant le patient, la faible utilisation de la planification anticipée des soins et la difficulté à identifier un patient pouvant bénéficier de soins palliatifs. Conclusion Cette étude a permis de mettre en lumière certains freins à l’initiation précoce des soins palliatifs par les médecins généralistes, elle a également permis d’y apporter certaines pistes d’amélioration, mais aussi de réflexion pour de futures recherches à ce sujet.
Introduction L’instauration précoce des soins palliatifs a démontré de nombreux bénéfices pour le patient. Cependant, on constate qu’ils sont encore mis en place trop tardivement, voire parfois pas du tout. Cette étude a pour but de mettre en évidence les freins à la mise en place précoce des soins palliatifs par les médecins généralistes en Wallonie. Elle prévoit également d’y apporter des pistes d’amélioration. Méthodologie La méthode qualitative a été privilégiée pour cette étude. Les médecins du Hainaut ont été invités à participer à des entretiens semi-dirigés. Le guide d’entretien a été construit selon trois axes principaux : sentiment du médecin généraliste, habitudes de pratique et connaissances du médecin. Résultats Les barrières identifiées à la suite de ces entretiens sont : le manque de soutien et plus particulièrement de la seconde ligne en Wallonie, la communication avec le patient et surtout ses proches, la gestion médicamenteuse, la charge émotionnelle, la chronophagie, le manque de formation, le manque de coordination des soins et la difficulté à définir les rôles de chacun dans l’équipe entourant le patient, la faible utilisation de la planification anticipée des soins et la difficulté à identifier un patient pouvant bénéficier de soins palliatifs. Conclusion Cette étude a permis de mettre en lumière certains freins à l’initiation précoce des soins palliatifs par les médecins généralistes, elle a également permis d’y apporter certaines pistes d’amélioration, mais aussi de réflexion pour de futures recherches à ce sujet.
Lhoir - AudreyUniversité libre de Bruxelles
QD26
Optimiser la collaboration entre les médecins généralistes et les pharmaciens : Etude qualitative auprès de pharmaciens d'officine dans le Brabant Wallon
Optimiser la collaboration entre les médecins généralistes et les pharmaciens : Etude qualitative auprès de pharmaciens d'officine dans le Brabant Wallon
Abstract Introduction : Dans le contexte de soins de santé actuel, il devient urgent d’améliorer la collaboration entre les médecins généralistes et les pharmaciens. En effet, la polymédication, de plus en plus fréquente, est régulièrement responsable de “drug related problems”. Et ce risque d’erreurs de prescription est de plus en plus présent, et cela est dû au vieillissement croissant de la population qui fait que les traitements chroniques des patients se complexifient. Méthodologie : Cette étude consiste en une analyse qualitative via des entretiens semi-dirigés auprès de 8 pharmaciens d’officine dans le Brabant Wallon. Ceux-ci ont été réalisés grâce à un guide d’entretien préalablement rédigé, et les réponses des pharmaciens ont ensuite été confrontées aux données trouvées dans la littérature. Résultats : Cette analyse qualitative a permis de démontrer qu’il y a encore beaucoup de points à améliorer dans cette collaboration multidisciplinaire dans la région de Tubize, Braine-le-Château, Rebecq et Ittre. Le point principal est d’optimiser la communication, et ce via le choix de bons canaux de communication, un plus grand partage des informations, le fait de ne pas hésiter à entrer en contact si besoin, d’avoir un respect et une prise en considération mutuels, mais également une meilleure connaissance des compétences spécifiques à chaque métier. De plus, en Belgique, des entretiens personnalisés du patient par les pharmaciens sont progressivement mis en place et gagneraient à être bien exploités. Il faut pour cela pallier la méconnaissance (des médecins, des patients, mais également des pharmaciens) et les difficultés administratives. Mais de nouveau, il faut surtout améliorer la communication. Conclusion : Le risque d’erreurs liées aux médicaments étant un gros problème de santé publique, améliorer la collaboration entre les médecins généralistes et les pharmaciens est un objectif indispensable. Pour cela, une amélioration de la communication semble primordiale. Mots clés : Médecin généraliste ; Pharmacien ; Collaboration ; Communication
Abstract Introduction : Dans le contexte de soins de santé actuel, il devient urgent d’améliorer la collaboration entre les médecins généralistes et les pharmaciens. En effet, la polymédication, de plus en plus fréquente, est régulièrement responsable de “drug related problems”. Et ce risque d’erreurs de prescription est de plus en plus présent, et cela est dû au vieillissement croissant de la population qui fait que les traitements chroniques des patients se complexifient. Méthodologie : Cette étude consiste en une analyse qualitative via des entretiens semi-dirigés auprès de 8 pharmaciens d’officine dans le Brabant Wallon. Ceux-ci ont été réalisés grâce à un guide d’entretien préalablement rédigé, et les réponses des pharmaciens ont ensuite été confrontées aux données trouvées dans la littérature. Résultats : Cette analyse qualitative a permis de démontrer qu’il y a encore beaucoup de points à améliorer dans cette collaboration multidisciplinaire dans la région de Tubize, Braine-le-Château, Rebecq et Ittre. Le point principal est d’optimiser la communication, et ce via le choix de bons canaux de communication, un plus grand partage des informations, le fait de ne pas hésiter à entrer en contact si besoin, d’avoir un respect et une prise en considération mutuels, mais également une meilleure connaissance des compétences spécifiques à chaque métier. De plus, en Belgique, des entretiens personnalisés du patient par les pharmaciens sont progressivement mis en place et gagneraient à être bien exploités. Il faut pour cela pallier la méconnaissance (des médecins, des patients, mais également des pharmaciens) et les difficultés administratives. Mais de nouveau, il faut surtout améliorer la communication. Conclusion : Le risque d’erreurs liées aux médicaments étant un gros problème de santé publique, améliorer la collaboration entre les médecins généralistes et les pharmaciens est un objectif indispensable. Pour cela, une amélioration de la communication semble primordiale. Mots clés : Médecin généraliste ; Pharmacien ; Collaboration ; Communication
Fayt - CharlotteUniversité catholique de Louvain
QR31 -QS46 -QS31 -45.009-46.000
Accessibilité et inclusion des soins primaires chez les personnes malentendantes en Belgique Francophone
Accessibilité et inclusion des soins primaires chez les personnes malentendantes en Belgique Francophone
ABSTRACT a) Introduction La surdité est un problème de santé publique touchant environ 8.6% de la population en Belgique (3). De nombreux patients Sourds déclarent rencontrer des difficultés d’accessibilité aux soins de santé, et ce, de façon croissante depuis la pandémie de Covid 19. J’ai choisi ce sujet après avoir été interpellée par plusieurs patients Sourds qui ne parvenaient pas à accéder aux soins de première ligne et/ou qui étaient dans l’incapacité de voir leurs problèmes de santé pris en charge de façon satisfaisante. Ce travail a pour but de créer un guide d’inclusion à destination des médecins généralistes de Belgique Francophone afin de favoriser une meilleure prise en charge des personnes malentendantes. b) Méthode Après une revue systématique de la littérature sur l’accessibilité des soins pour les personnes malentendantes en Belgique Francophone, j’ai effectué une recherche qualitative avec des entretiens semi-dirigés dans le but d’analyser les problématiques ressenties par les patients. Dix patients malentendants sélectionnés selon des critères d’inclusion et d’exclusion stricts ont été interrogés sur leur perception du monde médical et sur leur accessibilité aux soins de première ligne. Vingt questions ouvertes leur ont été posées en cabinet avec ou sans interprète en LSF. Les données recueillies ont été retranscrites, anonymisées puis analysées de façon thématique. c) Résultats Les réponses aux entretiens soulignent diverses problématiques : Problèmes de type structuraux : difficulté d’accès à la prise de rendez-vous, sonnette d’entrée du cabinet jugée trop silencieuse, inconfort auditif dans la salle d’attente lié à la musique d’ambiance. Pénurie d’interprètes en LSF en Belgique ne permettant pas au patient Sourd de bénéficier de la même qualité de soins que la population entendante. Question de la gestion du temps en médecine générale qui nuit à la compréhension globale de la consultation et ne crée pas un climat propice pour aborder certains sujets comme la santé mentale. Santé mentale qui a tout particulièrement été malmenée par la généralisation des masques buccaux pendant la pandémie de Covid 19. Enfin, l’accès aux urgences pour les patients malentendants reste difficile pour des raisons techniques malgré la création d’applications inclusives sur le territoire belge. d) Conclusion Beaucoup d’efforts sont encore nécessaires en Belgique Francophone afin de garantir l’accessibilité et la qualité des soins pour les personnes Sourdes. Certains changements sont structuraux : le passage par des plateformes électroniques pour les prises de rendez-vous, l’accueil au cabinet, la réflexion sur le port du masque buccal, l’amélioration de l’accès à des interprètes en LSF professionnels ainsi qu’à des psychologues spécialisés. D’autres pistes visent la conscientisation des médecins généralistes aux difficultés vécues dans le monde des Sourds. Elles concernent entre autres l’amélioration de la gestion du temps de consultation et la promotion de la compréhension du patient à chaque étape de la visite médicale. Ces conclusions ont permis de formuler des pistes pour la création d’un guide d’inclusion des patients malentendants à destination des médecins généralistes. Finalement, davantage d’efforts de sensibilisation doivent être entrepris dans la société en général. Des pistes de réflexion abordent l’apprentissage de la LSF à l’école et la création de structures d’urgence spécialisées pour les patients malentendants, comme il en existe en France ou en Suisse par exemple.
ABSTRACT a) Introduction La surdité est un problème de santé publique touchant environ 8.6% de la population en Belgique (3). De nombreux patients Sourds déclarent rencontrer des difficultés d’accessibilité aux soins de santé, et ce, de façon croissante depuis la pandémie de Covid 19. J’ai choisi ce sujet après avoir été interpellée par plusieurs patients Sourds qui ne parvenaient pas à accéder aux soins de première ligne et/ou qui étaient dans l’incapacité de voir leurs problèmes de santé pris en charge de façon satisfaisante. Ce travail a pour but de créer un guide d’inclusion à destination des médecins généralistes de Belgique Francophone afin de favoriser une meilleure prise en charge des personnes malentendantes. b) Méthode Après une revue systématique de la littérature sur l’accessibilité des soins pour les personnes malentendantes en Belgique Francophone, j’ai effectué une recherche qualitative avec des entretiens semi-dirigés dans le but d’analyser les problématiques ressenties par les patients. Dix patients malentendants sélectionnés selon des critères d’inclusion et d’exclusion stricts ont été interrogés sur leur perception du monde médical et sur leur accessibilité aux soins de première ligne. Vingt questions ouvertes leur ont été posées en cabinet avec ou sans interprète en LSF. Les données recueillies ont été retranscrites, anonymisées puis analysées de façon thématique. c) Résultats Les réponses aux entretiens soulignent diverses problématiques : Problèmes de type structuraux : difficulté d’accès à la prise de rendez-vous, sonnette d’entrée du cabinet jugée trop silencieuse, inconfort auditif dans la salle d’attente lié à la musique d’ambiance. Pénurie d’interprètes en LSF en Belgique ne permettant pas au patient Sourd de bénéficier de la même qualité de soins que la population entendante. Question de la gestion du temps en médecine générale qui nuit à la compréhension globale de la consultation et ne crée pas un climat propice pour aborder certains sujets comme la santé mentale. Santé mentale qui a tout particulièrement été malmenée par la généralisation des masques buccaux pendant la pandémie de Covid 19. Enfin, l’accès aux urgences pour les patients malentendants reste difficile pour des raisons techniques malgré la création d’applications inclusives sur le territoire belge. d) Conclusion Beaucoup d’efforts sont encore nécessaires en Belgique Francophone afin de garantir l’accessibilité et la qualité des soins pour les personnes Sourdes. Certains changements sont structuraux : le passage par des plateformes électroniques pour les prises de rendez-vous, l’accueil au cabinet, la réflexion sur le port du masque buccal, l’amélioration de l’accès à des interprètes en LSF professionnels ainsi qu’à des psychologues spécialisés. D’autres pistes visent la conscientisation des médecins généralistes aux difficultés vécues dans le monde des Sourds. Elles concernent entre autres l’amélioration de la gestion du temps de consultation et la promotion de la compréhension du patient à chaque étape de la visite médicale. Ces conclusions ont permis de formuler des pistes pour la création d’un guide d’inclusion des patients malentendants à destination des médecins généralistes. Finalement, davantage d’efforts de sensibilisation doivent être entrepris dans la société en général. Des pistes de réflexion abordent l’apprentissage de la LSF à l’école et la création de structures d’urgence spécialisées pour les patients malentendants, comme il en existe en France ou en Suisse par exemple.