Recherche
  •  
  • 30 - Examen médical/bilan de santé global
  • 30.000 - examen médical global
  • 30.001 - bilan global
  • 30.002 - examen du nourrisson bien portant
  • 30.003 - examen de santé scolaire
  • 31 - Examen médical / bilan de santé partiel
  • 31.000 - examen médical partiel
  • 31.001 - bilan de santé partiel
  • 31.002 - examen d'un système corporel
  • 31.003 - dépistage d'un problème de santé
  • 31.004 - auscultation cardiaque
  • 31.005 - mesure de la pression
  • 31.006 - mesure de la température
  • 32 - Test de sensibilité
  • 32.000 - test de sensibilité
  • 32.001 - prick-test
  • 32.002 - patch test
  • 32.003 - RAST
  • 32.004 - test d'exposition aux aliments
  • 32.005 - test de provocation a la metacholine
  • 32.006 - test de Mantoux
  • 33 - Examen microbiologique/ immunologique
  • 33.000 - examen microbiologique
  • 33.001 - examen immunologique
  • 33.002 - hémoculture
  • 33.003 - culture de selles
  • 33.004 - culture des expectorations
  • 33.005 - frottis de gorge
  • 33.006 - frottis vaginal
  • 33.007 - test d'antigène
  • 33.008 - test d'anticorps
  • 33.009 - test HIV
  • 33.010 - test HPV
  • 33.011 - titrage d'anticorps
  • 33.012 - test Hépatite B
  • 34 - Analyse de sang
  • 34.000 - analyse de sang
  • 34.001 - groupe et type sanguin
  • 34.002 - vitesse de sédimentation (VS)
  • 34.003 - globules blancs (GB)
  • 34.004 - taux d'hormone sanguin
  • 34.005 - taux d'enzyme sanguin
  • 34.006 - taux de drogue sanguin
  • 34.007 - taux d'alcool sanguin
  • 34.008 - protéine C réactive (PCR)
  • 34.009 - temps de prothrombine (PTT)
  • 34.010 - D-dimères
  • 34.011 - gaz artériel
  • 34.012 - clearance de la créatinine
  • 34.013 - test de grossesse sanguin
  • 34.14 - examens biologiques de base?
  • 35 - Analyse d'urine
  • 35.000 - analyse d'urine
  • 35.001 - tigette urinaire
  • 35.002 - recherche de drogues urinaires
  • 35.003 - test de grossesse urinaire
  • 35.004 - rapport albumine/créatinine
  • 36 - Analyse de selles
  • 36.000 - analyse de selles
  • 36.001 - recherche de parasites
  • 36.002 - recherche d’œufs
  • 36.003 - recherche de kystes dans les selles
  • 36.004 - recherche de sang occulte dans les selles
  • 37 - Cytologie/histologie
  • 37.000 - cytologie-histologie
  • 37.001 - anapath-cytologie tissu
  • 37.002 - anapath-cytologie fluide
  • 37.003 - anapath-cytologie biopsie
  • 37.004 - anapath-cytologie ponction
  • 37.005 - anapath-cytologie excision
  • 37.006 - anapath-cytologie frottis
  • 37.007 - cytologie urinaire
  • 37.008 - anapath-cytologie expectoration
  • 37.009 - spermogramme
  • 38 - Autre analyse de laboratoire nca
  • 38.000 - autre analyse de laboratoire nca
  • 38.001 - dépistage chromosomique antenatal
  • 38.002 - test chromosomial
  • 38.003 - test génétique
  • 38.004 - test d’ADN
  • 38.005 - test de paternité
  • 38.006 - test respiratoire pour hélicobacter pylori
  • 38.007 - test à la sueur
  • 38.008 - test des larmes
  • 38.099 - tout autre test de laboratoire non inclus dans les rubriques 32 à 37
  • 39 - Epreuve fonctionnelle physique
  • 39.000 - epreuve fonctionnelle physique
  • 39.001 - audiométrie
  • 39.002 - champ visuel
  • 39.003 - mesure du débit urinaire
  • 39.004 - spirométrie
  • 39.005 - test calorimétrique
  • 39.006 - test de la fonction vestibulaire
  • 39.007 - test de vision des couleurs
  • 39.008 - test de vue
  • 39.009 - tonométrie
  • 39.010 - tympanométrie
  • 40 - Endoscopie diagnostique
  • 40.000 - endoscopie diagnostique
  • 40.001 - anuscopie
  • 40.002 - arthroscopie
  • 40.003 - bronchoscopie
  • 40.004 - colonoscopie
  • 40.005 - colposcopie
  • 40.006 - gastroscopie
  • 40.007 - hystéroscopie
  • 40.008 - laparoscopie
  • 40.009 - laryngoscopie
  • 40.010 - médiastinoscopie
  • 40.011 - pharyngoscopie
  • 40.012 - rectoscopie
  • 40.013 - rhinoscopie
  • 40.014 - sigmoidoscopie
  • 40.015 - trachéoscopie
  • 41 - Radiologie diagnostique/imagerie
  • 41.000 - radiologie diagnostique
  • 41.001 - imagerie
  • 41.002 - angiographie
  • 41.003 - imagerie par médecine nucléaire
  • 41.004 - imagerie par rayons X
  • 41.005 - imagerie par ultrasons
  • 41.006 - Résonance magnétique nucléaire (RMN)
  • 41.007 - scintigraphie cardiaque
  • 41.008 - scintigraphie isotopique
  • 41.009 - scintigraphie osseuse,
  • 41.010 - scintigraphie thyroïdienne,
  • 41.011 - thermographie
  • 41.012 - tomographie computérisée (CT)
  • 41.013 - tomographie par émission de positron (PET Scan)
  • 42 - Tracé électrique
  • 42.000 - tracé électrique
  • 42.001 - électrocardiogramme (ECG)
  • 42.002 - électrocardiogramme d'effort
  • 42.003 - électroencéphalogramme (EEG)
  • 42.004 - électromyogramme (EMG)
  • 42.005 - électronystagmogramme (ENG)
  • 42.006 - monitoring Holter
  • 43 - Autre procédure diagnostique
  • 43.000 - autre procédure diagnostique
  • 43.001 - dermoscopie
  • 43.002 - évaluation des activités quotidienne
  • 43.003 - familiogramme
  • 43.004 - laparatomie diagnostique
  • 43.005 - ophtalmoscopie
  • 43.006 - photographie de la peau
  • 43.007 - test d'anxiété
  • 43.008 - test de dépression
  • 43.009 - test de détection de démence
  • 43.010 - test d'intelligence
  • 44 - Vaccination/médication préventive
  • 44.000 - vaccination préventive
  • 44.001 - médication préventive
  • 44.002 - désensibilisation
  • 44.003 - immunisation active ou passive
  • 44.004 - prophylaxie de la malaria
  • 44.005 - traitement prophylactique par médicaments
  • 45 - Recommandation / éducation santé / avis / régime
  • 45.000 - recommandation de santé
  • 45.001 - éducation à la santé
  • 45.002 - avis sur la santé
  • 45.003 - régime
  • 45.004 - avis sur des habitudes favorables à la santé
  • 45.005 - avis sur des problèmes sociaux
  • 45.006 - avis sur la grossesse
  • 45.007 - avis sur la planification familiale
  • 45.008 - avis sur la santé au travail
  • 45.009 - avis sur l'utilisation des services de santé
  • 45.010 - conseil d'attente vigilante
  • 45.011 - conseil de prévention de problèmes de santé
  • 46 - Discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.000 - discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.001 - consultation par télémédecine avec un dispensateur de soins primaires
  • 47 - Consultation avec un spécialiste
  • 47.000 - consultation avec un spécialiste
  • 47.001 - consultation avec un spécialiste par télémédecine
  • 48 - Clarification, discussion de la raison de rencontre, de la demande du patient
  • 48.000 - clarification de la raison de rencontre
  • 48.001 - discussion de la demande du patient
  • 48.002 - discussion sur la nécessité des tests de dépistage
  • 49 - Autre procédure préventive
  • 49.001 - autre procédure préventive
  • 49.002 - évaluation des conditions de risques sanitaires
  • 49.003 - évaluation des conditions de risques environnementaux
  • 49.004 - rééévaluation du traitement
  • 50 - Médication / prescription / renouvellement / injection
  • 50.000 - médication
  • 50.001 - prescription
  • 50.002 - renouvellement
  • 50.003 - injection
  • 50.004 - administration de médicament
  • 50.005 - injection de médicament à effet systémique
  • 50.006 - prescription de médicament
  • 50.007 - renouvellement de médicament
  • 51 - Incision / drainage /lavage/ aspiration de liquide corporel
  • 51.000 - incision
  • 51.001 - drainage
  • 51.002 - lavage
  • 51.003 - aspiration de liquide corporel
  • 51.004 - aspiration d'un hématome
  • 51.005 - incision d'un abcès
  • 51.006 - irrigation de l'oeil
  • 51.007 - irrigation de l'oreille
  • 51.008 - paracentèse
  • 51.009 - ponction de fluide d'ascite
  • 51.010 - ponction lombaire
  • 51.011 - ponction
  • 51.012 - aspiration des sinus
  • 51.013 - aspiration d'un ganglion
  • 51.014 - aspiration d'un kyste
  • 51.015 - aspiration d'une bourse
  • 51.016 - aspiration articulaire
  • 51.017 - aspiration de l'estomac
  • 51.018 - aspiration des poumons
  • 51.019 - aspiration vésicale
  • 51.020 - saignées
  • 51.021 - thoracocentèse
  • 51.022 - tympanostomie
  • 51.023 - amniocentèse
  • 52 - Excision / biopsie / destruction/ débridement / cautérisation
  • 52.000 - excision
  • 52.001 - biopsie
  • 52.002 - destruction (de tissus)
  • 52.003 - débridement
  • 52.004 - cautérisation
  • 52.005 - amputation
  • 52.006 - asticothérapie
  • 52.007 - biopsie de la peau
  • 52.008 - biopsie d'un organe
  • 52.009 - cautérisation chimique
  • 52.010 - cautérisation électrique
  • 52.011 - cautérisation froide
  • 52.012 - cautérisation laser
  • 52.013 - curetage de la peau
  • 52.014 - curetage utérin
  • 52.015 - débridement autolytique
  • 52.016 - débridement chimique
  • 52.017 - débridement chirurgical
  • 52.018 - débridement mécanique
  • 52.019 - destruction nerveuse
  • 52.020 - destruction veine
  • 52.021 - embolectomie
  • 52.022 - éveinage
  • 52.023 - excision, élimination de tissus
  • 52.024 - excision, enlèvement d'ongle
  • 52.025 - extraction de dent
  • 52.026 - stérilisation
  • 53 - Cathétérisation / intubation / dilatation / appareillage
  • 53.000 - cathétérisation
  • 53.001 - intubation
  • 53.002 - dilatation
  • 53.003 - appareillage
  • 53.004 - canulation intraveineuse
  • 53.005 - cathétérisme
  • 53.006 - dilatation de l'urètre
  • 53.007 - dilatation du col de l'utérus
  • 53.008 - dilatation lacrymale
  • 53.009 - insertion ou enlèvement d'un tube de tympanostomie
  • 53.010 - intubation endotrachéale
  • 53.011 - lavement
  • 53.012 - rupture artificielle des membranes amniotiques
  • 53.013 - trachéotomie
  • 54 - Réparation / fixation / suture / plâtre / prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.000 - réparation (appliquer, enlever)
  • 54.001 - fixation (appliquer, enlever)
  • 54.002 - suture (appliquer, enlever)
  • 54.003 - plâtre (appliquer, enlever)
  • 54.004 - prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.005 - aide et dispositif auditif
  • 54.006 - aide et dispositif technique
  • 54.007 - aide et dispositif visuel
  • 54.008 - attelle
  • 54.009 - bandage suspensif
  • 54.010 - bande plâtrée
  • 54.011 - cerclage
  • 54.012 - suture par colle chirurgicale
  • 54.013 - implant hormonal
  • 54.014 - implantation dentaire
  • 54.015 - insertion d'un pessaire vaginal
  • 54.016 - orthèse
  • 54.017 - pose de stent
  • 54.018 - pose de stérilet
  • 54.019 - prothèse orthopédique
  • 54.020 - soutien d'hernie
  • 54.021 - taping d'entorse
  • 54.022 - traitement de fracture
  • 54.023 - réduction de luxation
  • 55 - Injection locale / infiltration
  • 55.000 - injection locale
  • 55.001 - infiltration locale
  • 55.002 - bloc nerveux
  • 55.003 - injection articulaire
  • 55.004 - injection de bourse
  • 55.005 - injection de la gaine du tendon
  • 55.006 - injection de la peau
  • 55.007 - injection de tissu sous-cutané
  • 55.008 - injection épidurale
  • 55.009 - injection sclérosante pour varices
  • 56 - Pansement /pression/ compression / bandage
  • 56.000 - pansement
  • 56.001 - exercer une pression
  • 56.002 - exercer unecompression
  • 56.003 - tamponnement
  • 56.004 - bandage de soutien
  • 56.005 - bandage de plaie
  • 56.006 - application d'un pansement oculaire
  • 57 - Thérapie manuelle / médecine physique
  • 57.000 - réhabilitation
  • 57.001 - chiropraxie
  • 57.002 - entraînement physique
  • 57.003 - entretien de la force musculaire
  • 57.004 - ergothérapie
  • 57.005 - exercice musculaire
  • 57.006 - médecine physique
  • 57.007 - podiatrie
  • 57.008 - kinésithérapie
  • 57.009 - réhabilitation spécifique de handicap;
  • 57.010 - stimulateur de nerf
  • 57.011 - stimulateur musculaire électronique
  • 57.012 - thérapie de la parole
  • 57.013 - utilisation de la chaleur à des fins thérapeutiques
  • 57.014 - utilisation des ultrasons à des fins thérapeutiques
  • 57.015 - utilisation du courant électrique à des fins thérapeutiques;
  • 57.016 - utilisation du froid à des fins thérapeutiques
  • 58 - Conseil thérapeutique / écoute / psychothérapie
  • 58.000 - conseil thérapeutique
  • 58.001 - écoute thérapeutique
  • 58.002 - psychothérapie
  • 58.003 - conseil pour une maladie spécifique
  • 58.004 - entretien motivationnel
  • 58.005 - psychothérapie de soutien
  • 58.006 - réhabilitation psychosociale pour alcoolisme
  • 58.007 - réhabilitation psychosociale pour drogue
  • 59 - Autre procédure thérapeutique/ petite chirurgie nca
  • 59.000 - autre procédure thérapeutique
  • 59.001 - petite chirurgie nca
  • 59.002 - accouchement
  • 59.003 - acupuncture
  • 59.004 - césarienne
  • 59.005 - chirurgie plastique
  • 59.006 - dialyse
  • 59.007 - enlèvement de corps étranger
  • 59.008 - oxygénothérapie
  • 59.009 - réanimation cardio-respiratoire
  • 59.010 - transfusion de sang
  • 60 - Résultat d'analyse
  • 60.000 - résultat d'analyse
  • 60.001 - résultat de procédure
  • 61 - Résultats d'examen, de test, d'enregistrement, lettre d'un autre dispensateur
  • 61.000 - résultat d'examen d'un autre dispensateur
  • 61.002 - résultat de test d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.006 - lettre d'un autre dispensateur
  • 62 - Procédure administrative
  • 62.001 - procédure administrative
  • 62.002 - certificat d'arret de travail
  • 62.003 - certificats décès
  • 62.004 - certificats permis de conduire
  • 62.005 - problèmes de facturation
  • 62.006 - questionnaire de santé
  • 62.007 - question sur le dossier dossier médical
  • 62.008 - remplissage de documents
  • 62.009 - remplissage de formulaires
  • 63 - Rencontre de suivi non spécifié
  • 63.000 - rencontre de suivi
  • 64 - Rencontre ou problème initié par le dispensateur
  • 64.000 - problème initié par le dispensateur
  • 64.001 - rencontre initiée par le dispensateur
  • 65 - Episode nouveau ou en cours initié par un tiers
  • 65.000 - problème initié par une tiers
  • 65.001 - rencontre initiée par une tiers
  • 65.002 - référence par la famille
  • 65.003 - re,
  • 65.004 - référence par l'asssistante sociale
  • 65.005 - référence par le psychologue
  • 66 - Référence à un autre dispensateur: infirmière, thérapeute, travailleur social
  • 66.001 - référence à un dispensateur non médecin
  • 66.002 - référence à infirmière
  • 66.003 - référence à un kinésithérapeute
  • 66.004 - référence à ergothérapeute
  • 66.005 - référence à chiropraticien
  • 66.006 - référence à travailleur social
  • 66.007 - référence à opticien
  • 66.008 - référence à une sage-femme
  • 66.009 - référence à diététicien
  • 66.010 - référence à dentiste
  • 66.011 - référence à une aide familiale
  • 66.012 - référence à orthodontiste
  • 66.013 - référence à psychologue
  • 67 - Référence à médecin, spécialiste, clinique, hôpital
  • 67.000 - référence à un autre MG-MF
  • 67.001 - référence à un spécialiste
  • 67.003 - référence à une clinique
  • 67.004 - référence à un hôpital
  • 68 - Autre référence
  • 68.001 - référence à association de patients
  • 68.002 - référence à service de chômage
  • 68.003 - référence à un home
  • 68.004 - référence à un home de personnes âgées
  • 68.005 - référence à un service non médical
  • 68.006 - référence à une institution de réadaptation
  • 69 - Autre procédure nca
  • 69.000 - autres procédure
  • A01 - Douleur générale ou de sites multiples
  • A02 - Frissons
  • A03 - Fièvre
  • A04 - Fatigue ou faiblesse générale
  • A05 - Sensation d'être malade
  • A06 - Evanouissement ou syncope
  • A07 - Coma
  • A08 - Gonflement
  • A09 - Problème de transpiration
  • A10 - Saignement ou hémorragie NCA
  • A11 - Douleur thoracique NCA
  • A13 - Préoccupé par ou peur d'un traitement médical
  • A16 - Nourrisson irritable
  • A18 - Préoccupé par son aspect extérieur
  • A20 - Demande ou discussion a propos de l'euthanasie
  • A21 - Facteur de risque de cancer
  • A23 - Facteur de risque NCA
  • A25 - Peur de la mort, de mourir
  • A26 - Peur du cancer NCA
  • A27 - Peur d' avoir une autre maladie NCA
  • A28 - Limitation de la fonction ou incapacité NCA
  • A29 - Autre symptôme ou plainte général
  • A70 - Tuberculose
  • A71 - Rougeole
  • A72 - Varicelle
  • A73 - Paludisme
  • A74 - Rubéole
  • A75 - Mononucléose infectieuse
  • A76 - Autre exanthème viral
  • A77 - Maladie virale autre ou NCA
  • A78 - Autre maladie infectieuse NCA
  • A79 - Cancer NCA
  • A80 - Traumatisme ou lésion traumatique NCA
  • A81 - Polytraumatisme ou lésions multiples
  • A82 - Effet tardif d'un traumatisme
  • A84 - Intoxication par substance médicinale
  • A85 - Effet secondaire d'une substance médicinale
  • A86 - Effet toxique d'une substance non médicinale
  • A87 - Complication de traitement médical
  • A88 - Effet secondaire de facteur physique
  • A89 - Effet secondaire de matériel prothétique
  • A90 - Anomalie congénitale NCA ou multiple
  • A91 - Résultat d'investigation anormale NCA
  • A92 - Allergie ou réaction allergique NCA
  • A93 - Nouveau-né prématuré
  • A94 - Autre morbidité périnatale
  • A95 - Mortalité périnatale
  • A96 - Mort
  • A97 - Pas de maladie
  • A98 - Gestion de la santé / médecine préventive
  • A99 - Maladie ou condition de nature ou de site non précisé
  • B02 - Ganglion lymphatique augmenté de volume ou douloureux
  • B04 - Symptôme ou plainte concernant le sang
  • B25 - Peur du SIDA ou du VIH
  • B26 - Peur du cancer du sang ou lymphatique
  • B27 - Peur d' avoir une autre maladie du sang ou des organes lymphatiques
  • B28 - Limitation de la fonction ou incapacité (B)
  • B29 - Autre symptôme ou plainte du système lymphatique ou immunologique
  • B70 - Adénite aiguë
  • B71 - Adénite chronique ou non-spécifique
  • B72 - Maladie de Hodgkin ou lymphome
  • B73 - Leucémie
  • B74 - Autre cancer du sang
  • B75 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du sang ou du système lymphatique
  • B76 - Rupture traumatique de la rate
  • B77 - Autre lésion traumatique du sang ou du système lymphatique ou de la rate
  • B78 - Anémie hémolytique héréditaire
  • B79 - Autre anomalie congénitale du sang ou du système lymphatique
  • B80 - Anémie par déficience en fer
  • B81 - Anémie par carence en vit B12 ou acide folique
  • B82 - Autre anémie ou indéterminée
  • B83 - Purpura ou défaut de coagulation
  • B84 - Globules blancs anormaux
  • B87 - Splénomégalie
  • B90 - Infection par le virus HIV, SIDA
  • B99 - Autre maladie du sang, du système lymphatique ou de la rate
  • D01 - Douleur/crampes abdominales gén.
  • D01 - Douleur ou crampes abdominales généralisées
  • D02 - Douleur abdominale/épigastrique
  • D02 - Douleur abdominale ou épigastrique
  • D03 - Brûlure/brûlant/brûlement estomac
  • D03 - Brûlure, brûlant, brûlement, estomac
  • D04 - Douleur rectale/anale
  • D04 - Douleur rectale ou anale
  • D05 - Démangeaisons périanales
  • D05 - Démangeaisons perianales
  • D06 - Autre douleur abdominale localisée
  • D06 - Autre douleur abdominale loc.
  • D07 - Dyspepsie/indigestion
  • D07 - Dyspepsie ou indigestion
  • D08 - Flatulence/gaz/renvoi
  • D08 - Flatulence ou gaz ou renvoi
  • D09 - Nausée
  • D10 - Vomissement
  • D11 - Diarrhée
  • D12 - Constipation
  • D13 - Jaunisse
  • D14 - Hématémèse/vomissement de sang
  • D14 - Hématémèse ou vomissement de sang
  • D15 - Méléna
  • D16 - Saignement rectal
  • D17 - Incontinence rectale
  • D18 - Modification selles/mouvem. intestin
  • D18 - Modification des selles ou des mouvements intestinaux
  • D19 - S/P dents/gencives
  • D19 - Symptôme et plainte des dents ou des gencives
  • D20 - S/P bouche/langue/lèvres
  • D20 - Symptôme et plainte de la bouche, de la langue ou des lèvres
  • D21 - Problème de déglutition
  • D21 - P. de déglutition
  • D23 - Hépatomégalie
  • D24 - Masse abdominale NCA
  • D25 - Distension abdominale
  • D26 - Peur du cancer du système digestif
  • D26 - Peur du cancer du syst. digestif
  • D27 - Peur d'une autre maladie digestive
  • D27 - Peur d'avoir une autre maladie digestive
  • D28 - Limitation de la fonction ou incapacité (D)
  • D28 - Limitation de la fonction/incap. (D)
  • D29 - Autre S/P du syst. digestif
  • D29 - Autre symptôme ou plainte du système digestif
  • D70 - Infection gastro-intestinale
  • D71 - Oreillons
  • D72 - Hépatite virale
  • D73 - Gastro-entérite présumée infectieuse
  • D74 - Cancer de l'estomac
  • D75 - Cancer du colon ou du rectum
  • D75 - Cancer du colon/du rectum
  • D76 - Cancer du pancréas
  • D77 - Autre cancer digestif/NCA
  • D77 - Autre cancer digestif ou NCA
  • D78 - Tumeur bénigne/indét. du syst. dig.
  • D78 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système digestif
  • D79 - Corps étranger du système digestif
  • D79 - CE du syst. digestif
  • D80 - Autre lésion traumatique du système digestif
  • D80 - Autre traumat. du syst. digestif
  • D81 - Anomalie congénitale du système digestif
  • D81 - Anom. congénitale du syst. digestif
  • D82 - Maladie des dents/des gencives
  • D82 - Maladie des dents et des gencives
  • D83 - Maladie de la bouche, de la langue et des lèvres
  • D83 - Maladie bouche/langue/lèvres
  • D84 - Maladie de l’œsophage
  • D84 - Maladie de l'oesophage
  • D85 - Ulcère duodénal
  • D86 - Autre ulcère peptique
  • D87 - Trouble de la fonction gastrique
  • D88 - Appendicite
  • D89 - Hernie inguinale
  • D90 - Hernie hiatale
  • D91 - Autre hernie abdominale
  • D92 - Maladie diverticulaire
  • D93 - Syndrome du colon irritable
  • D94 - Entérite chronique/colite ulcéreuse
  • D94 - Entérite chronique ou colite ulcéreuse
  • D95 - Fissure anale ou abcès périanal
  • D95 - Fissure anale/abcès périanal
  • D96 - Vers/autre parasite
  • D96 - Vers ou autre parasite
  • D97 - Maladie du foie NCA
  • D98 - Cholécystite/cholélithiase
  • D98 - Cholécystite, cholélithiase
  • D99 - Autre maladie du syst. Digestif
  • D99 - Autre maladie du système digestif
  • F01 - Oeil douloureux
  • F02 - Oeil rouge
  • F03 - Ecoulement de l’œil
  • F03 - Ecoulement de l'oeil
  • F04 - Taches visuelles/flottantes
  • F04 - Taches visuelles ou flottantes
  • F05 - Autre perturbation de la vision
  • F13 - Sensation oculaire anormale
  • F14 - Mouvements oculaires anormaux
  • F15 - Apparence anormale de l'oeil
  • F15 - Apparence anormale de l’œil
  • F16 - Symptôme et plainte de la paupière
  • F16 - S/P de la paupière
  • F17 - S/P lunettes
  • F17 - Symptôme et plainte concernant les lunettes
  • F18 - S/P lentilles de contact
  • F18 - Symptôme et plainte concernant les lentilles de contact
  • F27 - Peur d'avoir une maladie de l’œil
  • F27 - Peur d'une maladie de l'oeil
  • F28 - Limitation de la fonction ou incapacité (F)
  • F28 - Limitation de la fonction/incap. (F)
  • F29 - Autre symptôme et plainte de l’œil
  • F29 - Autre S/P de l'oeil
  • F70 - Conjonctivite infectieuse
  • F71 - Conjonctivite allergique
  • F72 - Blépharite, orgelet, chalazion
  • F73 - Autre infection/inflammation de l'oeil
  • F73 - Autre infection ou inflammation de l’œil
  • F74 - Tumeur de l’œil et des annexes
  • F74 - Tumeur de l'oeil et des annexes
  • F75 - Contusion/hémorragie de l'oeil
  • F75 - Contusion ou hémorragie de l’œil
  • F76 - Corps étranger dans l’œil
  • F76 - CE dans l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumat. de l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumatique de l’œil
  • F80 - Sténose du canal lacrymal de l'enfant
  • F80 - Sténose canal lacrymal de l'enfant
  • F81 - Autre anom. congénitale de l'oeil
  • F81 - Autre anomalie congénitale de l’œil
  • F82 - Décollement de la retire
  • F83 - Rétinopathie
  • F84 - Dégénérescence maculaire
  • F85 - Ulcère de la cornée
  • F86 - Trachome
  • F91 - Défaut de réfraction
  • F92 - Cataracte
  • F93 - Glaucome
  • F94 - Cécité
  • F95 - Strabisme
  • F99 - Autre maladie de l’œil et des annexes
  • F99 - Autre maladie de l'oeil/annexes
  • H01 - Douleur d'oreille ou otalgie
  • H01 - Douleur d'oreille/otalgie
  • H02 - P. d'audition
  • H02 - Problème d'audition
  • H03 - Acouphène, bourdonnement d'oreille
  • H03 - Acouphène/bourdonnement d'oreille
  • H04 - Ecoulement de l'oreille
  • H05 - Saignement de l'oreille
  • H13 - Sensation d'oreille bouchée
  • H15 - Préoccupé par l'aspect des oreilles
  • H15 - Préoc. par l'aspect des oreilles
  • H27 - Peur d'une maladie de l'oreille
  • H27 - Peur d'avoir une maladie de l'oreille
  • H28 - Limitation de la fonction/incap. (H)
  • H28 - Limitation de la fonction ou incapacité (H)
  • H29 - Autre S/P de l'oreille
  • H29 - Autre symptôme et plainte de l' oreille
  • H70 - Otite externe
  • H71 - Otite moyenne aiguë ou myringite
  • H71 - Otite moyenne aiguë/myringite
  • H72 - Otite moyenne séreuse
  • H73 - Salpingite d'eustache
  • H74 - Otite moyenne chronique
  • H75 - Tumeur de l'oreille
  • H76 - CE dans l'oreille
  • H76 - Corps étranger dans l'oreille
  • H77 - Perforation du tympan
  • H78 - Lésion traumat. superf. de l'oreille
  • H78 - Lésion traumatique superficielle de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumatique de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumat. de l'oreille
  • H80 - Anom. congénitale de l'oreille
  • H80 - Anomalie congénitale de l'oreille
  • H81 - Excès de cérumen
  • H82 - Syndrome vertigineux
  • H83 - Otosclérose
  • H84 - Presbyacousie
  • H85 - Traumatisme sonore
  • H86 - Surdité
  • H99 - Autre maladie de l'oreille ou de la mastoïde
  • H99 - Autre maladie de l'oreille/ mastoïde
  • K01 - Douleur cardiaque
  • K02 - Oppression ou constriction cardiaque
  • K03 - Douleur cardiovasculaire NCA
  • K04 - Palpitations ou perception des battements cardiaques
  • K05 - Autre battement cardiaque irrégulier
  • K06 - Veines proéminentes
  • K07 - Oedème, gonflement des chevilles
  • K22 - Facteur de risque de maladie cardio-vasculaire
  • K24 - Peur d'avoir une maladie de cœur
  • K25 - Peur d'avoir de l'hypertension
  • K27 - Peur d'avoir une autre maladie cardio-vasculaire
  • K28 - Limitation de la fonction ou incapacité (K)
  • K29 - Autre symptôme et plainte cardiovasculaire
  • K70 - Infection du système cardio-vasculaire
  • K71 - Rhumatisme articulaire aigu ou maladie cardiaque rhumatismale
  • K72 - Tumeur cardio-vasculaire
  • K73 - Anomalie congénitale cardio-vasculaire
  • K74 - Cardiopathie ischémique avec angor
  • K75 - Infarctus myocardique aigu
  • K76 - Cardiopathie ischémique sans angor
  • K77 - Décompensation cardiaque
  • K78 - Fibrillation auriculaire ou flutter
  • K79 - Tachycardie paroxystique
  • K80 - Arythmie cardiaque NCA
  • K81 - Souffle cardiaque ou artériel NCA
  • K82 - Cœur pulmonaire
  • K83 - Valvulopathie NCA
  • K84 - Autre maladie cardiaque
  • K85 - Pression sanguine élevée
  • K86 - Hypertension non compliquée
  • K87 - Hypertension avec complication
  • K88 - Hypotension orthostatique
  • K89 - Ischémie cérébrale transitoire
  • K90 - Accident vasculaire cérébral
  • K91 - Maladie cérébrovasculaire
  • K92 - Athérosclérose ou maladie vasculaire périphérique
  • K93 - Embolie pulmonaire
  • K94 - Phlébite et thrombophlébite
  • K95 - Varices des jambes
  • K96 - Hémorroïdes
  • K99 - Autre maladie cardio-vasculaire
  • L01 - Symptôme et plainte du cou
  • L02 - Symptôme et plainte du dos
  • L03 - Symptôme et plainte des lombes
  • L04 - Symptôme et plainte du thorax
  • L05 - Symptôme et plainte du flanc et du creux axillaire
  • L07 - Symptôme et plainte de la mâchoire
  • L08 - Symptôme et plainte de l'épaule
  • L09 - Symptôme et plainte du bras
  • L10 - Symptôme et plainte du coude
  • L11 - Symptôme et plainte du poignet
  • L12 - Symptôme et plainte de la main et du doigt
  • L13 - Symptôme et plainte de la hanche
  • L14 - Symptôme et plainte de la jambe et de la cuisse
  • L15 - Symptôme et plainte du genou
  • L16 - Symptôme et plainte de la cheville
  • L17 - Symptôme et plainte du pied et de l'orteil
  • L18 - Douleur musculaire
  • L19 - Symptôme et plainte musculaire NCA
  • L20 - Symptôme et plainte d'une articulation NCA
  • L26 - Peur d'avoir un cancer du système ostéo-articulaire
  • L27 - Peur d'avoir une autre maladie du système ostéo-articulaire
  • L28 - Limitation de la fonction ou incapacité (L)
  • L29 - Autre symptôme et plainte ostéo-articulaire
  • L70 - Infection du système ostéo-articulaire
  • L71 - Cancer du système ostéo-articulaire
  • L72 - Fracture du radius ou du cubitus
  • L73 - Fracture du tibia ou du péroné
  • L74 - Fracture de la main ou du pied
  • L75 - Fracture du fémur
  • L76 - Autre fracture
  • L77 - Entorse de la cheville
  • L78 - Entorse du genou
  • L79 - Entorse articulaire NCA
  • L80 - Luxation et subluxation
  • L81 - Lésion traumatique NCA du système ostéo-articulaire
  • L82 - Anomalie congénitale du système ostéo-articulaire
  • L83 - Syndrome cervical
  • L84 - Syndrome dorso-lombaire sans irradiation
  • L85 - Déformation acquise de la colonne
  • L86 - Syndrome dorso-lombaire avec irradiation
  • L87 - Bursite, tendinite, synovite NCA
  • L88 - Polyarthrite rhumatoïde séropositive
  • L89 - Coxarthrose
  • L90 - Gonarthrose
  • L91 - Autre arthrose
  • L92 - Syndrome de l'épaule
  • L93 - Coude du joueur de tennis
  • L94 - Ostéochondrose
  • L95 - Ostéoporose
  • L96 - Lésion aiguë interne du genou
  • L97 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système ostéo-articulaire
  • L98 - Déformation acquise des membres inférieurs
  • L99 - Autre maladie ostéo-articulaire
  • N01 - Mal de tête
  • N03 - Douleur de la face
  • N04 - Jambes sans repos
  • N05 - Fourmillements des doigts, pieds, orteils
  • N06 - Autre perturbation de la sensibilité
  • N07 - Convulsion ou crise comitiale
  • N08 - Mouvements involontaires anormaux
  • N16 - Perturbation du goût ou de l'odorat
  • N17 - Vertige ou étourdissement
  • N18 - Paralysie ou faiblesse
  • N19 - Trouble de la parole
  • N26 - Peur d'avoir un cancer du système neurologique
  • N27 - Peur d'avoir une autre maladie neurologique
  • N28 - Limitation de la fonction ou incapacité (N)
  • N29 - Autre symptôme ou plainte neurologique
  • N70 - Poliomyélite
  • N71 - Méningite ou encéphalite
  • N72 - Tétanos
  • N73 - Autre infection neurologique
  • N74 - Cancer du système neurologique
  • N75 - Tumeur bénigne du système neurologique
  • N76 - Tumeur de nature indéterminée du système neurologique
  • N79 - Commotion
  • N80 - Autre lésion traumatique de la tête
  • N81 - Autre lésion traumatique du système neurologique
  • N85 - Anomalie congénitale neurologique
  • N86 - Sclérose en plaque
  • N87 - Syndrome parkinsonien
  • N88 - Epilepsie
  • N89 - Migraine
  • N90 - Algie vasculaire de la face
  • N91 - Paralysie faciale ou paralysie de Bell
  • N92 - Névralgie du trijumeau
  • N93 - Syndrome du canal carpien
  • N94 - Névrite ou neuropathie périphérique
  • N95 - Céphalée de tension
  • N99 - Autre maladie neurologique
  • Ore - lle H
  • P01 - Sensation d'anxiété, de nervosité ou de tension
  • P02 - Réaction de stress aiguë
  • P03 - Sensation de dépression
  • P04 - Sentiment ou comportement irritable ou en colère
  • P05 - Sénilité, sensation d'être vieux, comportement sénile
  • P06 - Perturbation du sommeil
  • P07 - Diminution du désir sexuel
  • P08 - Diminution de l'accomplissement sexuel
  • P09 - Préoccupation a propos de l'identité sexuelle
  • P10 - Bégaiement, bredouillement, tic
  • P11 - Trouble de l'alimentation de l'enfant
  • P12 - Enurésie
  • P13 - Encoprésie
  • P15 - Alcoolisme chronique
  • P16 - Alcoolisation aiguë
  • P17 - Usage abusif du tabac
  • P18 - Usage abusif de médicament
  • P19 - Usage abusif de drogue
  • P20 - Perturbation de la mémoire
  • P22 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'enfant
  • P23 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'adolescent
  • P24 - Problème spécifique de l'apprentissage
  • P25 - Problèmes de phase de vie adulte
  • P27 - Peur d'avoir un trouble mental
  • P28 - Limitation de la fonction ou incapacité (P)
  • P29 - Autre symptôme et plainte psychologique
  • P70 - Démence
  • P71 - Autre psychose organique
  • P72 - Schizophrénie
  • P73 - Psychose affective
  • P74 - Trouble anxieux ou état anxieux
  • P75 - Trouble somatoforme
  • P76 - Dépression
  • P77 - Suicide ou tentative de suicide
  • P78 - Neurasthénie, surmenage
  • P79 - Phobie, trouble obsessionnel compulsif
  • P80 - Trouble de la personnalité
  • P81 - Trouble hyperkinétique
  • P82 - Syndrome de stress post-traumatique
  • P85 - Retard mental
  • P86 - Anorexie mentale, boulimie
  • P98 - Autre psychose NCA
  • P99 - Autre trouble psychologique
  • Q04 - Descripteur non défini
  • QC1 - Groupe d’âge
  • QC11 - Nourrisson
  • QC12 - Enfant
  • QC13 - Adolescent
  • QC14 - Adulte
  • QC15 - Personne âgée
  • QC2 - Question de genre 
  • QC21 - Santé de l'homme 
  • QC22 - Santé de la femme
  • QC23 - Différence de sexe
  • QC24 - Transgenre
  • QC3 - Haut risque social
  • QC31 - Sous-groupe ethnique
  • QC32 - Réfugiés et migrants
  • QC33 - Sans-abri
  • QC34 - Prisonnier
  • QC4 - Dépendant
  • QC41 - Dépendant de médicament sous prescription
  • QC42 - Dépendant de drogue de rue
  • QC43 - Dépendant du jeu
  • QC5 - Victime de violence
  • QC51 - Violence basée sur le genre
  • QC52 - Maltraitance d'enfant
  • QC53 - Maltraitance des personnes âgées
  • QC54 - Victime de torture
  • QC55 - Mutilation rituelle
  • QC6 - Survivant
  • QD1 - Communicateur
  • QD11 - Contact
  • QD12 - Relation médecin-patient
  • QD13 - Conseil thérapeutique
  • QD14 - Pensée systémique
  • QD15 - Entrevue motivationnelle
  • QD2 - Médecin en tant que soignant
  • QD21 - Résolution de problèmes
  • QD22 - Globalité
  • QD23 - Education à la santé
  • QD24 - Compétence clinique
  • QD25 - Continuité des soins
  • QD26 - Soins palliatifs
  • QD27 - Planification familiale
  • QD3 - Gestionnaire de soins
  • QD31 - Gestion du risque de santé
  • QD32 - Gestion des problèmes de santé
  • QD321 - Symptôme médicalement inexpliqué
  • QD322 - Multimorbidité
  • QD323 - Prise de décision partagée
  • QD324 - Fortuitome
  • QD325 - Comportement de prescription
  • QD326 - Déadoption et déprescription
  • QD33 - Evaluation de l'état de santé
  • QD34 - Question génétique
  • QD4 - Prévention clinique
  • QD41 - Prévention primaire
  • QD42 - Prévention secondaire
  • QD43 - Prévention tertiaire
  • QD44 - Prévention quaternaire
  • QD441 - Surmédicalisation
  • QD442 - Fabrication de maladie
  • QD443 - Surinformation
  • QD444 - Surdépistage
  • QD445 - Surdiagnostic
  • QD446 - Surtraitement
  • QD5 - Médecine complémentaire et alternative
  • QD51 - Homéopathie
  • QD6 - Question medico-légale
  • QD7 - Image professionnelle
  • QD8 - Equilibre travail - vie
  • QE1 - Ethique personnelle
  • QE2 - Ethique professionnelle
  • QE3 - Bioéthique
  • QE31 - Euthanasie
  • QE4 - Éthique de l'information
  • QE41 - Confidentialité
  • QE42 - Consentement éclairé
  • QH - Santé de la planète
  • QH1 - Santé environnementale
  • QH11 - Pollution intérieure
  • QH12 - Pollution extérieure
  • QH2 - Risque biologique
  • QH3 - Risque nucléaire
  • QO1 - impossible à coder,imprécis
  • QO2 - acronyme
  • QO3 - hors du champ de la médecine de famille
  • QO4 - considérer nouveau code
  • QP1 - Sécurité du patient
  • QP2 - Soins centrés sur le patient
  • QP21 - Accessibilité
  • QP22 - Accessibilité temporelle
  • QP23 - Compétence culturelle
  • QP24 - Accessibilité économique
  • QP25 - Acceptabilité
  • QP3 - Qualité des soins
  • QP4 - Perspective du patient
  • QP41 - Satisfaction du patient
  • QP42 - Connaissances du patient
  • QP43 - Autonomie du patient
  • QP44 - Contexte culturel du patient
  • QP45 - Dépense du patient en soins de santé
  • QP5 - Comportement de santé
  • QP51 - Questions d'alimentation du patient
  • QP52 - Sexualité du patient
  • QP53 - Auto-soin
  • QP54 - Médicaments en vente libre
  • QP6 - Participation du patient
  • QP61 - Réseau social
  • QP7 - Défense du patient
  • QR1 - Philosophie des sciences
  • QR2 - Epidémiologie des soins primaires
  • QR21 - Pharmaco-épidémiologie
  • QR22 - Recherche basée sur la communauté
  • QR3 - Méthodes de recherche
  • QR31 - Etude qualitative
  • QR32 - Etude quantitative
  • QR321 - Etude cas-témoins
  • QR322 - Etude de cohorte
  • QR323 - Étude transversale
  • QR324 - Etude longitudinale
  • QR325 - Etude d'intervention
  • QR33 - Recherche par méthode mixte
  • QR34 - Etudes de validation et de fiabilité
  • QR35 - Recherche-action
  • QR36 - Rapport de cas
  • QR4 - Réseau de recherche
  • QR5 - Outils de recherche et financement
  • QR51 - Classifications, terminologies et ontologies
  • QR52 - Echelles et questionnaires
  • QR53 - Etat fonctionnel
  • QR54 - Matériel d'observation
  • QR6 - Avis d'expert
  • QR7 - Economie, soins de santé primaire
  • QS1 - Etablissement de soins primaires
  • QS11 - Gestion de la pratique
  • QS12 - Economie de la pratique
  • QS13 - Gestion de l'information de santé
  • QS14 - Equipement de la pratique
  • QS2 - Garde médicale
  • QS3 - Relation de la pratique
  • QS31 - Collaboration de la pratique
  • QS32 - Référence et contre-référence
  • QS33 - Coordination des soins
  • QS4 - Dispensateur de soins primaires
  • QS41 - Médecin de famille
  • QS42 - Infirmière praticienne
  • QS43 - Sage-femme
  • QS44 - Professionnels de la santé associés
  • QS441 - Kinesithérapeute
  • QS442 - Travailleur social
  • QS443 - Psychologue
  • QS45 - Aidant familial
  • QS46 - Pharmacien
  • QT1 - Enseignement de la médecine de famille
  • QT11 - Méthodes pédagogiques
  • QT12 - Organisation de l'enseignement
  • QT13 - Evaluation de l'enseignement
  • QT131 - Patient simulé
  • QT14 - Organisation académique
  • QT2 - Formation de terrain en médecine
  • QT21 - Etudiant en médecine
  • QT22 - Formation professionnelle
  • QT23 - Education médicale continue
  • QT24 - Groupe Balint
  • QT25 - Formateur
  • QT3 - Assurance de qualité
  • QT31 - Médecine fondée sur des preuves
  • QT32 - Recommandation de bonne pratique
  • QT33 - Lecture critique de littérature
  • QT34 - Révision par les pairs
  • QT35 - Accréditation
  • QT36 - Indicateur de qualité
  • QT4 - Transfert de connaissance
  • QT41 - Publication
  • QT42 - Echange en ligne de la connaissance
  • QT43 - Bibliothèque numérique
  • QT44 - Communications électroniques
  • QT5 - Notification de données de santé
  • QT51 - Réseau sentinelle
  • QT52 - Evènements indésirables & pharmacovigilance
  • QT53 - Base de données de santé
  • R01 - Douleur du système respiratoire
  • R02 - Souffle court, dyspnée
  • R03 - Sibilance
  • R04 - Autre problème respiratoire
  • R05 - Toux
  • R06 - Saignement de nez, épistaxis
  • R07 - Congestion nasale, éternuement
  • R08 - Autre symptôme et plainte du nez
  • R09 - Symptôme et plainte des sinus
  • R21 - Symptôme et plainte de la gorge
  • R23 - Symptôme et plainte de la voix
  • R24 - Hémoptysie
  • R25 - Expectoration ou glaire anormale
  • R26 - Peur d'avoir un cancer du système respiratoire
  • R27 - Peur d'avoir une autre maladie respiratoire
  • R28 - Limitation de la fonction ou incapacité ( R)
  • R29 - Autre symptôme et plainte respiratoire
  • R71 - Coqueluche
  • R72 - Streptococcie pharyngée
  • R73 - Furoncle ou abcès du nez
  • R74 - Infection aiguë des voies respiratoires supérieures
  • R75 - Sinusite aiguë ou chronique
  • R76 - Angine aiguë
  • R77 - Laryngite, trachéite aiguë
  • R78 - Bronchite aiguë, bronchiolite
  • R79 - Bronchite chronique
  • R80 - Grippe
  • R81 - Pneumonie
  • R82 - Pleurésie, épanchement pleural
  • R83 - Autre infection respiratoire
  • R84 - Cancer des bronches, du poumon
  • R85 - Autre cancer respiratoire
  • R86 - Tumeur respiratoire bénigne
  • R87 - Corps étranger du nez, du larynx, des bronches
  • R88 - Autre lésion traumatique du système respiratoire
  • R89 - Anomalie congénitale du système respiratoire
  • R90 - Hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes
  • R92 - Tumeur de nature indéterminée du système respiratoire
  • R95 - Maladie pulmonaire chronique obstructive
  • R96 - Asthme
  • R97 - Rhinite allergique
  • R98 - Syndrome d'hyperventilation
  • R99 - Autre maladie respiratoire
  • S01 - Douleur ou hypersensibilité de la peau
  • S02 - Prurit
  • S03 - Verrue
  • S04 - Tuméfaction ou gonflement localisé de la peau
  • S05 - Tuméfactions ou gonflements généralisés de la peau
  • S06 - Eruption localisée
  • S07 - Eruption généralisée
  • S08 - Modification de la couleur de la peau
  • S09 - Doigt ou orteil infecté
  • S10 - Furoncle ou anthrax
  • S11 - Infection post-traumatique de la peau
  • S12 - Piqûre d'insecte
  • S13 - Morsure animale ou humaine
  • S14 - Brûlure cutanée
  • S15 - Corps étranger dans la peau
  • S16 - Ecchymose ou contusion
  • S17 - Eraflure, égratignure, ampoule
  • S18 - Coupure ou lacération
  • S19 - Autre lésion traumatique de la peau
  • S20 - Cor ou callosité
  • S21 - Symptôme et plainte au sujet de la texture de la peau
  • S22 - Symptôme et plainte de l'ongle
  • S23 - Calvitie ou perte de cheveux
  • S24 - Autre symptôme et plainte des cheveux, poils ou cuir chevelu
  • S26 - Peur du cancer de la peau
  • S27 - Peur d'avoir une autre maladie de la peau
  • S28 - Limitation de la fonction ou incapacité (S)
  • S29 - Autre symptôme et plainte de la peau
  • S70 - Zona
  • S71 - Herpes simplex
  • S72 - Gale ou autre acariose
  • S73 - Pédiculose ou autre infestation de la peau
  • S74 - Dermatophytose
  • S75 - Moniliase ou candidose de la peau
  • S76 - Autre maladie infectieuse de la peau
  • S77 - Cancer de la peau
  • S78 - Lipome
  • S79 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée de la peau
  • S80 - Kératose actinique ou coup de soleil
  • S81 - Hémangiome ou lymphangiome
  • S82 - Naevus ou naevus pigmentaire
  • S83 - Autre anomalie congénitale de la peau
  • S84 - Impétigo
  • S85 - Kyste ou fistule pilonidal
  • S86 - Dermatite séborrhéique
  • S87 - Dermatite atopique ou eczéma
  • S88 - Dermatite et allergie de contact
  • S89 - Erythème fessier
  • S90 - Pytiriasis rosé
  • S91 - Psoriasis
  • S92 - Maladie des glandes sudoripares
  • S93 - Kyste sébacé
  • S94 - Ongle incarné
  • S95 - Molluscum contagiosum
  • S96 - Acné
  • S97 - Ulcère chronique de la peau
  • S98 - Urticaire
  • S99 - Autre maladie de la peau
  • T01 - Soif excessive
  • T02 - Appétit excessif
  • T03 - Perte d'appétit
  • T04 - Problème d'alimentation du nourrisson et du petit enfant
  • T05 - Problème d'alimentation de l'adulte
  • T07 - Gain de poids
  • T08 - Perte de poids
  • T10 - Retard de croissance
  • T11 - Déshydratation
  • T26 - Peur d'avoir un cancer du système endocrinien
  • T27 - Peur d'avoir une autre maladie du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T28 - Limitation de la fonction ou incapacité (T)
  • T29 - Autre symptôme et plainte du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T70 - Infection du système endocrinien
  • T71 - Cancer de la thyroïde
  • T72 - Tumeur bénigne de la thyroïde
  • T73 - Tumeur de nature autre ou indéterminée du système endocrine
  • T78 - Canal ou kyste thyréoglosse
  • T80 - Anomalie congénitale du système endocrinien ou métabolique
  • T81 - Goitre
  • T82 - Obésité
  • T83 - Excès pondéral
  • T85 - Hyperthyroïdie ou thyréotoxicose
  • T86 - Hypothyroïdie ou myxœdème
  • T87 - Hypoglycémie
  • T89 - Diabète insulino-dépendant
  • T90 - Diabète non insulino-dépendant
  • T91 - Carence vitaminique ou nutritionnelle
  • T92 - Goutte
  • T93 - Trouble du métabolisme des lipides
  • T99 - Autre maladie endocrine, métabolique ou nutritionnelle
  • U01 - Dysurie ou miction douloureuse
  • U02 - Miction fréquente ou impérieuse
  • U04 - Incontinence urinaire
  • U05 - Autre problème de miction
  • U06 - Hématurie
  • U07 - Autre symptôme et plainte au sujet de l'urine
  • U08 - Rétention d'urine
  • U13 - Autre symptôme et plainte de la vessie
  • U14 - Symptôme et plainte du rein
  • U26 - Peur d'avoir un cancer du système urinaire
  • U27 - Peur d'avoir une autre maladie du système urinaire
  • U28 - Limitation de la fonction ou incapacité (U)
  • U29 - Autre symptôme et plainte urinaire
  • U70 - Pyélonéphrite ou pyélite
  • U71 - Cystite ou autre infection urinaire
  • U72 - Urétrite
  • U75 - Cancer du rein
  • U76 - Cancer de la vessie
  • U77 - Autre cancer urinaire
  • U78 - Tumeur bénigne du tractus urinaire
  • U79 - Tumeur de nature indéterminée du tractus urinaire
  • U80 - Lésion traumatique du tractus urinaire
  • U85 - Anomalie congénitale du tractus urinaire
  • U88 - Glomérulonéphrite ou syndrome néphrotique
  • U90 - Protéinurie orthostatique
  • U95 - Lithiase urinaire
  • U98 - Analyse urinaire anormale NCA
  • U99 - Autre maladie urinaire
  • W01 - Question de grossesse
  • W02 - Peur d'être enceinte
  • W03 - Saignement pendant la grossesse
  • W05 - Nausée ou vomissement de grossesse
  • W10 - Contraception post-coïtale
  • W11 - Contraception orale
  • W12 - Contraception intra-utérine
  • W13 - Stérilisation chez la femme
  • W14 - Autre contraception chez la femme
  • W15 - Stérilité - hypofertilité chez la femme
  • W17 - Saignement du post-partum
  • W18 - Autre symptôme et plainte du post-partum
  • W19 - Symptôme et plainte du sein et de la lactation pendant le post-partum
  • W21 - Préoccupée par la modification de l'image corporelle pendant la grossesse
  • W27 - Peur des complications de la grossesse
  • W28 - Limitation de la fonction ou incapacité (W)
  • W29 - Autre symptôme et plainte de la grossesse
  • W70 - Infection puerpérale, sepsis
  • W71 - Infection compliquant la grossesse
  • W72 - Tumeur maligne en relation avec la grossesse
  • W73 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée en relation avec la grossesse
  • W75 - Lésion traumatique compliquant la grossesse
  • W76 - Anomalie congénitale compliquant la grossesse
  • W78 - Grossesse
  • W79 - Grossesse non désirée
  • W80 - Grossesse ectopique
  • W81 - Toxémie gravidique
  • W82 - Avortement spontané
  • W83 - Avortement provoque
  • W84 - Grossesse a haut risque
  • W85 - Diabète gravidique
  • W90 - Accouchement non complique, enfant vivant
  • W91 - Accouchement non complique, enfant mort
  • W92 - Accouchement complique, enfant vivant
  • W93 - Accouchement complique, enfant mort
  • W94 - Mastite puerpérale
  • W95 - Autre maladie du sein pendant la grossesse et l'allaitement
  • W96 - Autre complication puerpérale
  • W99 - Autre maladie de la grossesse ou de l'accouchement
  • X01 - Douleur génitale chez la femme
  • X02 - Douleur menstruelle
  • X03 - Douleur intermenstruelle
  • X04 - Rapport sexuel douloureux chez la femme
  • X05 - Menstruation absente ou rare
  • X06 - Menstruation excessive
  • X07 - Menstruation irrégulière ou fréquente
  • X08 - Saignement intermenstruel
  • X09 - Symptôme et plainte prémenstruel
  • X10 - Ajournement des menstruations
  • X11 - Symptôme et plainte liés a la ménopause
  • X12 - Saignement de la post-ménopause
  • X13 - Saignement post-coïtal chez la femme
  • X14 - Ecoulement vaginal
  • X15 - Symptôme et plainte du vagin
  • X16 - Symptôme et plainte de la vulve
  • X17 - Symptôme et plainte du petit bassin chez la femme
  • X18 - Douleur du sein chez la femme
  • X19 - Tuméfaction ou masse du sein chez la femme
  • X20 - Symptôme et plainte du mamelon chez la femme
  • X21 - Autre symptôme et plainte du sein chez la femme
  • X22 - Préoccupée par l'apparence des seins
  • X23 - Peur d'une maladie sexuellement transmise chez la femme
  • X24 - Peur d'un dysfonctionnement sexuel chez la femme
  • X25 - Peur d'un cancer génital chez la femme
  • X26 - Peur d'avoir un cancer du sein chez la femme
  • X27 - Peur d'avoir une autre maladie génitale ou du sein chez la femme
  • X28 - Limitation de la fonction ou incapacité (X)
  • X29 - Autre symptôme et plainte génital chez la femme
  • X70 - Syphilis chez la femme
  • X71 - Gonococcie chez la femme
  • X72 - Candidose génitale chez la femme
  • X73 - Trichomonase génitale chez la femme
  • X74 - Maladie inflammatoire pelvienne chez la femme
  • X75 - Cancer du col de l'utérus
  • X76 - Cancer du sein chez la femme
  • X77 - Autre cancer génital chez la femme
  • X78 - Fibrome utérin
  • X79 - Tumeur bénigne du sein chez la femme
  • X80 - Tumeur bénigne génitale chez la femme
  • X81 - Tumeur génitale de natureautre ou indéterminée chez la femme
  • X82 - Lésion traumatique génitale chez la femme
  • X83 - Anomalie génitale congénitale chez la femme
  • X84 - Vaginite ou vulvite NCA
  • X85 - Maladie du col de l'utérus NCA
  • X86 - Frottis de col anormal
  • X87 - Prolapsus utero-vaginal
  • X88 - Maladie fibrokystique du sein
  • X89 - Syndrome de tension prémenstruelle
  • X90 - Herpes génital chez la femme
  • X91 - Condylome acuminé chez la femme
  • X92 - Infection génitale a chlamydia chez la femme
  • X99 - Autre maladie génitale chez la femme
  • Y01 - Douleur du pénis
  • Y02 - Douleur des testicules, du scrotum
  • Y03 - Ecoulement urétral
  • Y04 - Autre symptôme et plainte du pénis
  • Y05 - Autre symptôme et plainte des testicules ou du scrotum
  • Y06 - Symptôme et plainte de la prostate
  • Y07 - Impuissance sexuelle NCA
  • Y08 - Autre symptôme et plainte de la fonction sexuelle chez l'homme
  • Y10 - Stérilité, hypofertilité chez l'homme
  • Y13 - Stérilisation chez l'homme
  • Y14 - Autre planification familiale chez l'homme
  • Y16 - Symptôme et plainte du sein chez l'homme
  • Y24 - Peur d'avoir un dysfonctionnement sexuel chez l'homme
  • Y25 - Peur d'avoir une maladie sexuellement transmise chez l'homme
  • Y26 - Peur d'avoir un cancer génital chez l'homme
  • Y27 - Peur d'avoir une autre maladie du système génital chez l'homme
  • Y28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Y)
  • Y29 - Autre symptôme et plainte génitaux chez l'homme
  • Y70 - Syphilis chez l'homme
  • Y71 - Gonococcie chez l'homme
  • Y72 - Herpes génital chez l'homme
  • Y73 - Prostatite ou vésiculite séminale
  • Y74 - Orchite ou épididymite
  • Y75 - Balanite
  • Y76 - Condylome acuminé chez l'homme
  • Y77 - Cancer de la prostate
  • Y78 - Autre cancer génital chez l'homme
  • Y79 - Tumeur génitale de nature bénigne ou indéterminée chez l'homme
  • Y80 - Lésion traumatique génitale chez l'homme
  • Y81 - Phimosis ou hypertrophie du prépuce
  • Y82 - Hypospadias
  • Y83 - Ectopie testiculaire
  • Y84 - Autre anomalie congénitale chez l'homme
  • Y85 - Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Y86 - Hydrocèle
  • Y99 - Autre maladie génitale chez l'homme
  • Z01 - Pauvreté ou problème économique
  • Z02 - Problème d'eau ou de nourriture
  • Z03 - Problème d'habitat ou de voisinage
  • Z04 - Problème socioculturel
  • Z05 - Problème de travail
  • Z06 - Problème de non emploi
  • Z07 - Problème d'éducation
  • Z08 - Problème de protection sociale
  • Z09 - Problème légal
  • Z10 - Problème relatif au système de soins de santé
  • Z11 - Problème du fait d'être malade ou de compliance thérapeutique
  • Z12 - Problème de relation entre partenaires
  • Z13 - Problème de comportement du partenaire
  • Z14 - Problème du à la maladie du partenaire
  • Z15 - Perte ou décès du partenaire
  • Z16 - Problème de relation avec un enfant
  • Z18 - Problème du à la maladie d'un enfant
  • Z19 - Perte ou décès d'un enfant
  • Z20 - Problème de relation avec un autre parent ou membre de la famille
  • Z21 - Problème de comportement d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z22 - Problème du à la maladie d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z23 - Perte ou décès d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z24 - Problème de relation avec un ami
  • Z25 - Agression ou évènement nocif
  • Z27 - Peur d'avoir un problème social
  • Z28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Z)
  • Z29 - Problème social NCA
Titre du TFEAbstract du TFEAuteur du TFEUniversitéDocuments du TFEDescripteur du TFEMise en valeur du TFE
Syndrome de l’intestin irritable et régime pauvre en FODMAP : Étude qualitative de l’expérience des médecins généralistes en région bruxelloise
Syndrome de l’intestin irritable et régime pauvre en FODMAP : Étude qualitative de l’expérience des médecins généralistes en région bruxelloise
I. Introduction Le syndrome de l’intestin irritable est un trouble fonctionnel gastro-intestinal qui affecte 8 à 15% de la population belge. Les aliments à haute teneur en FODMAP sont responsables de l’apparition ou de la péjoration des symptômes. Un régime destiné à limiter ses ingesta a prouvé son efficacité dans le traitement du SII. Le but de cette étude qualitative est d’évaluer les habitudes des médecins généralistes bruxellois dans la prise en charge du SII et leurs connaissances sur le régime pauvre en FODMAP. I. Méthode Après revue de la littérature, une étude qualitative a été réalisée à partir d’entretiens semi-dirigés. Trois médecins généralistes, 2 assistants en médecine générale et 1 diététicien ont été interrogés. Nous avons abordé les habitudes de prise en charge du syndrome de l’intestin irritable en médecine générale, l’importance du conseil diététique en consultation et la place du régime pauvre en FODMAP dans le traitement non médicamenteux des patients atteints de SII. II. Résultats La totalité de l’échantillon a présenté une définition erronée du SII, la moitié d’entre eux connaissaient les implications physiologiques des FODMAP, mais aucun des médecins interrogés ne pratique le régime pauvre en FODMAP en consultation. Tous mettent en évidence un manque de connaissances et de formation dans le domaine étudié. La taille restreinte de l’échantillon analysé ne permet pas d’extrapoler nos conclusions à l’entièreté de la profession. III. Conclusion Malgré la prévalence importante du SII et l’efficacité prouvée du régime pauvre en FODMAP, les médecins généralistes ne sont pas suffisamment formés pour l’appliquer en consultation. Mots clés : Syndrome de l’intestin irritable – régime – FODMAP – médecine générale Indexation : QD32 – QP51 – QS41 – QC14 – D01 – QR31.
I. Introduction Le syndrome de l’intestin irritable est un trouble fonctionnel gastro-intestinal qui affecte 8 à 15% de la population belge. Les aliments à haute teneur en FODMAP sont responsables de l’apparition ou de la péjoration des symptômes. Un régime destiné à limiter ses ingesta a prouvé son efficacité dans le traitement du SII. Le but de cette étude qualitative est d’évaluer les habitudes des médecins généralistes bruxellois dans la prise en charge du SII et leurs connaissances sur le régime pauvre en FODMAP. I. Méthode Après revue de la littérature, une étude qualitative a été réalisée à partir d’entretiens semi-dirigés. Trois médecins généralistes, 2 assistants en médecine générale et 1 diététicien ont été interrogés. Nous avons abordé les habitudes de prise en charge du syndrome de l’intestin irritable en médecine générale, l’importance du conseil diététique en consultation et la place du régime pauvre en FODMAP dans le traitement non médicamenteux des patients atteints de SII. II. Résultats La totalité de l’échantillon a présenté une définition erronée du SII, la moitié d’entre eux connaissaient les implications physiologiques des FODMAP, mais aucun des médecins interrogés ne pratique le régime pauvre en FODMAP en consultation. Tous mettent en évidence un manque de connaissances et de formation dans le domaine étudié. La taille restreinte de l’échantillon analysé ne permet pas d’extrapoler nos conclusions à l’entièreté de la profession. III. Conclusion Malgré la prévalence importante du SII et l’efficacité prouvée du régime pauvre en FODMAP, les médecins généralistes ne sont pas suffisamment formés pour l’appliquer en consultation. Mots clés : Syndrome de l’intestin irritable – régime – FODMAP – médecine générale Indexation : QD32 – QP51 – QS41 – QC14 – D01 – QR31.
Dooms - OrnellaUniversité catholique de Louvain
QD32 - QP51 - QS41 - QC14 - D01 - QR31
Les difficultés d'une réorientation des patients usagers problématiques d’opioïdes stabilisés par un traitement de substitution aux opiacés depuis 1 an ou plus dans les centres d'accueil de type bas-seuil, vers le réseau de première ligne à Bruxelles.
Les difficultés d'une réorientation des patients usagers problématiques d’opioïdes stabilisés par un traitement de substitution aux opiacés depuis 1 an ou plus dans les centres d'accueil de type bas-seuil, vers le réseau de première ligne à Bruxelles.
Les patients stabilisés par traitements de substitutions aux opiacés dans les centre bas seuils Bruxellois semblent stagner dans ces institutions dont une des missions est la réinsertion de ces patients dans le réseau traditionnel de soin. Quels sont les causes d’une telle difficulté à réorienté ces patients vers la médecine générale à Bruxelles ? L’étude a été réalisée par entretiens semi-dirigés afin de travailler dans une démarche inductive et faire émerger les thématiques pouvant expliquer cette problématique. Le travail s’est fait par analyse du corpus et lecture transversale des thématiques ayant émergé. Les principaux enjeux concernent les conditions de travail des intervenant, la prise en charge des patients, la réorientation et l’implication des cadres de travail dans cette problématique A travers une exploration de la thématique de la réorientation des patients stabilisés par un traitement de substitution aux opiacés dans les centres bas seuil vers le réseau de soin traditionnel, c’est une image globale des différents enjeux que soulève la question qui nous est apparue. L’analyse des différents thèmes a permis de comprendre pourquoi il était compliqué de fonctionner différemment et a montré les freins qui s’opposaient à la circulation de ces patients vers la médecine générale classique.
Les patients stabilisés par traitements de substitutions aux opiacés dans les centre bas seuils Bruxellois semblent stagner dans ces institutions dont une des missions est la réinsertion de ces patients dans le réseau traditionnel de soin. Quels sont les causes d’une telle difficulté à réorienté ces patients vers la médecine générale à Bruxelles ? L’étude a été réalisée par entretiens semi-dirigés afin de travailler dans une démarche inductive et faire émerger les thématiques pouvant expliquer cette problématique. Le travail s’est fait par analyse du corpus et lecture transversale des thématiques ayant émergé. Les principaux enjeux concernent les conditions de travail des intervenant, la prise en charge des patients, la réorientation et l’implication des cadres de travail dans cette problématique A travers une exploration de la thématique de la réorientation des patients stabilisés par un traitement de substitution aux opiacés dans les centres bas seuil vers le réseau de soin traditionnel, c’est une image globale des différents enjeux que soulève la question qui nous est apparue. L’analyse des différents thèmes a permis de comprendre pourquoi il était compliqué de fonctionner différemment et a montré les freins qui s’opposaient à la circulation de ces patients vers la médecine générale classique.
Davila - MathiasUniversité catholique de Louvain
QP3 - P19 - QD12
Le protoxyde d’azote en Wallonie : mise au point sur sa consommation récréative et sa prise en charge en médecine générale.
Le protoxyde d’azote en Wallonie : mise au point sur sa consommation récréative et sa prise en charge en médecine générale.

Nitrous oxide in Wallonia: focus on its recreational consumption and its management in general medicine.
Nitrous oxide in Wallonia: focus on its recreational consumption and its management in general medicine.
Que ce soit sous le terme « gaz hilarant » ou « protoxyde d’azote », ce gaz est connu en médecine pour ses propriétés analgésiantes mais aussi dans l’industrie générale et dans l’agronomie. Un usage récréatif existe depuis plusieurs siècles mais les chiffres nous montrent un accroissement de sa popularité ces dernières années dans l'hémisphère nord. Son achat est légal et bon marché. C’est suite à deux consultations consécutives ayant pour seul lien la consommation de protoxyde d’azote que le sujet de cette étude s’est mis en place. Son but est de réaliser une mise au point scientifique sur base d’une revue narrative de la littérature sur la prise en charge des usagers de N2O. Grace à la sélection d’un panel de revue de la littérature scientifique, cette étude met en lumière des red flags utilisable en médecine générale (population cible, symptômes principaux) permettant d’envisager les examens complémentaires appropriés (biologie sanguine, EMG, IRM) et son traitement (supplémentation en vitamine B12). La connaissance des effets secondaires de cette drogue, précoce (risque immédiat lié à la consommation) ou à long terme (surtout lié à la carence en vitamine B12) permet également d’être attentif à la prévention des consommateurs.
Que ce soit sous le terme « gaz hilarant » ou « protoxyde d’azote », ce gaz est connu en médecine pour ses propriétés analgésiantes mais aussi dans l’industrie générale et dans l’agronomie. Un usage récréatif existe depuis plusieurs siècles mais les chiffres nous montrent un accroissement de sa popularité ces dernières années dans l'hémisphère nord. Son achat est légal et bon marché. C’est suite à deux consultations consécutives ayant pour seul lien la consommation de protoxyde d’azote que le sujet de cette étude s’est mis en place. Son but est de réaliser une mise au point scientifique sur base d’une revue narrative de la littérature sur la prise en charge des usagers de N2O. Grace à la sélection d’un panel de revue de la littérature scientifique, cette étude met en lumière des red flags utilisable en médecine générale (population cible, symptômes principaux) permettant d’envisager les examens complémentaires appropriés (biologie sanguine, EMG, IRM) et son traitement (supplémentation en vitamine B12). La connaissance des effets secondaires de cette drogue, précoce (risque immédiat lié à la consommation) ou à long terme (surtout lié à la carence en vitamine B12) permet également d’être attentif à la prévention des consommateurs.

Whether under the term "hilarious gas" or "nitrous oxide", this gas is known in medicine for its analgesic properties but also in the general industry and in agronomy. Recreational use has existed for several centuries but the figures show an increase in its popularity in recent years in the northern hemisphere. His purchase is legal and cheap. The subject of this study was set up following two consecutive consultations involving only the consumption of nitrous oxide. Its aim is to carry out a scientific development based on a narrative review of the literature on the management of N2O users. Thanks to the selection of a review panel of the scientific literature, this study highlights red flags usable in general medicine (target population, main symptoms) to consider the appropriate additional examinations (blood biology, EMG, MRI) and its treatment (vitamin B12 supplementation). The knowledge of the side effects of this drug, early (immediate risk related to consumption) or long-term (especially related to vitamin B12 deficiency) also makes it possible to be attentive to the prevention of consumers.
Whether under the term "hilarious gas" or "nitrous oxide", this gas is known in medicine for its analgesic properties but also in the general industry and in agronomy. Recreational use has existed for several centuries but the figures show an increase in its popularity in recent years in the northern hemisphere. His purchase is legal and cheap. The subject of this study was set up following two consecutive consultations involving only the consumption of nitrous oxide. Its aim is to carry out a scientific development based on a narrative review of the literature on the management of N2O users. Thanks to the selection of a review panel of the scientific literature, this study highlights red flags usable in general medicine (target population, main symptoms) to consider the appropriate additional examinations (blood biology, EMG, MRI) and its treatment (vitamin B12 supplementation). The knowledge of the side effects of this drug, early (immediate risk related to consumption) or long-term (especially related to vitamin B12 deficiency) also makes it possible to be attentive to the prevention of consumers.
Le Calvez - EnoraUniversité de Liège
-
Quelles sont les interventions efficaces dans la stratégie de déprescription des benzodiazépines utilisées de façon chronique contre l'insomnie chez les personnes âgées ?
Quelles sont les interventions efficaces dans la stratégie de déprescription des benzodiazépines utilisées de façon chronique contre l'insomnie chez les personnes âgées ?
Introduction Selon une récente enquête, une majorité de personnes âgées consomment quotidiennement des somnifères alors qu’il s’agit d’un mésusage total du médicament. En effet, les somnifères sont non recommandés après l’âge de 65 ans en raison de leurs nombreux effets secondaires possibles et la sensibilité de cette catégorie de la population. Il est donc vivement conseillé aux médecins de déprescrire les benzodiazépines à leurs patients âgés de plus de 65 ans. L’objectif de ce travail est d’analyser les données récentes de la littérature afin de déterminer quelles sont les interventions prouvées efficaces permettant de sevrer les personnes âgées de plus de 65 ans de leur traitement par benzodiazépines prescrites dans le cadre d’une plainte d’insomnie depuis plus de quatre semaines. Méthodologie La recherche bibliographique s’est déroulée entre les mois d’octobre 2021 et mars 2022 dans plusieurs bases de données selon les différents niveaux de littérature et grâce à des métamoteurs de recherche. Elle s’est limitée aux articles disponibles en français et en anglais datant de moins de 20 ans retrouvés dans des guidelines, des revues systématiques, des méta-analyses et des essais cliniques randomisés. Les articles ont premièrement été sélectionnés lors de la lecture de leur titre ou de leur abstract, permettant de déterminer leur bonne correspondance avec le sujet étudié (déprescription des benzodiazépines utilisées dans le cadre de l’insomnie chez les personnes âgées de plus de 65 ans). Résultats Les interventions principales permettant de déprescrire les benzodiazépines consistent en l’éducation du patient, la réduction progressive de la dose de médicament de départ, la thérapie cognitivo-comportementale de l’insomnie et le suivi du patient. Après application de plusieurs de ces stratégies dans les études analysées, les taux de succès de déprescription des benzodiazépines varient entre 25 et 85%. Conclusion L’arrêt des benzodiazépines est à recommander activement. Plusieurs méthodes existent pour y aider les praticiens, et ces dernières sont encore plus efficaces si appliquées ensemble. Des limites existent cependant et des pistes sont à envisager pour le futur de la prise en charge.
Introduction Selon une récente enquête, une majorité de personnes âgées consomment quotidiennement des somnifères alors qu’il s’agit d’un mésusage total du médicament. En effet, les somnifères sont non recommandés après l’âge de 65 ans en raison de leurs nombreux effets secondaires possibles et la sensibilité de cette catégorie de la population. Il est donc vivement conseillé aux médecins de déprescrire les benzodiazépines à leurs patients âgés de plus de 65 ans. L’objectif de ce travail est d’analyser les données récentes de la littérature afin de déterminer quelles sont les interventions prouvées efficaces permettant de sevrer les personnes âgées de plus de 65 ans de leur traitement par benzodiazépines prescrites dans le cadre d’une plainte d’insomnie depuis plus de quatre semaines. Méthodologie La recherche bibliographique s’est déroulée entre les mois d’octobre 2021 et mars 2022 dans plusieurs bases de données selon les différents niveaux de littérature et grâce à des métamoteurs de recherche. Elle s’est limitée aux articles disponibles en français et en anglais datant de moins de 20 ans retrouvés dans des guidelines, des revues systématiques, des méta-analyses et des essais cliniques randomisés. Les articles ont premièrement été sélectionnés lors de la lecture de leur titre ou de leur abstract, permettant de déterminer leur bonne correspondance avec le sujet étudié (déprescription des benzodiazépines utilisées dans le cadre de l’insomnie chez les personnes âgées de plus de 65 ans). Résultats Les interventions principales permettant de déprescrire les benzodiazépines consistent en l’éducation du patient, la réduction progressive de la dose de médicament de départ, la thérapie cognitivo-comportementale de l’insomnie et le suivi du patient. Après application de plusieurs de ces stratégies dans les études analysées, les taux de succès de déprescription des benzodiazépines varient entre 25 et 85%. Conclusion L’arrêt des benzodiazépines est à recommander activement. Plusieurs méthodes existent pour y aider les praticiens, et ces dernières sont encore plus efficaces si appliquées ensemble. Des limites existent cependant et des pistes sont à envisager pour le futur de la prise en charge.
Vincent - ValérianeUniversité catholique de Louvain
P18 - P06 - QD326 - QD325 - QC15 - QD446 - QT33 - QP3
Facteurs d'influence de la prescription d'antibiotique, étudié auprès des médecins wallons en 2022
Facteurs d'influence de la prescription d'antibiotique, étudié auprès des médecins wallons en 2022
La sur-prescription d’antibiotique est un soucis majeur en Wallonie, plus qu’ailleurs dans le pays et de façon plus large qu’en Europe. Les raisons peuvent être multiples et d’autres études à l’internationale se sont déjà penchées sur le sujet mettant en avant des facteurs d’influences divers et variés. Mais quels sont ceux qui impactent réellement la population de médecin en Wallonie ? Y-a-t-il certains facteurs propres à nos régions ? Existe-t-il un profil de prescripteur moins à risque vis-à-vis de cette problématique ?
La sur-prescription d’antibiotique est un soucis majeur en Wallonie, plus qu’ailleurs dans le pays et de façon plus large qu’en Europe. Les raisons peuvent être multiples et d’autres études à l’internationale se sont déjà penchées sur le sujet mettant en avant des facteurs d’influences divers et variés. Mais quels sont ceux qui impactent réellement la population de médecin en Wallonie ? Y-a-t-il certains facteurs propres à nos régions ? Existe-t-il un profil de prescripteur moins à risque vis-à-vis de cette problématique ?
Alexandre - TristanUniversité catholique de Louvain
-
La dysfonction érectile : Manque d’intérêt pour son dépistage et sa prise en charge par les médecins généralistes en Wallonie
La dysfonction érectile : Manque d’intérêt pour son dépistage et sa prise en charge par les médecins généralistes en Wallonie
Introduction : La dysfonction érectile a une prévalence d’environ 60% en Belgique, elle n’est que pourtant prise en charge en consultation qu’à hauteur de 0.5% en moyenne selon différentes études. Cet élément pousse à la réflexion et au questionnement pour essayer de comprendre ce taux faible de prise en charge. Objectifs : Les objectifs de ce Travail de Fin d’Etude étaient de comprendre ce manque d’intérêt à travers les habitudes de prise en charge des médecins généralistes en la comparant à la prise en charge recommandée et, d’ainsi, en cerner les freins. Méthode : Une revue de la littérature a d’abord été réalisée, ensuite un sondage chez les médecins généralistes de Wallonie a été mené. Résultats : Il a été observé que la prise en charge de la dysfonction érectile est mal connue par les médecins généralistes et limitée par des manques de connaissance et des barrières psychosociales souvent imputables aux médecins, qui entrainent un manque d’intérêt à cette pathologie importante. Pour finir, différentes solutions ont été proposées pour augmenter ce motif de consultation à se présenter.
Introduction : La dysfonction érectile a une prévalence d’environ 60% en Belgique, elle n’est que pourtant prise en charge en consultation qu’à hauteur de 0.5% en moyenne selon différentes études. Cet élément pousse à la réflexion et au questionnement pour essayer de comprendre ce taux faible de prise en charge. Objectifs : Les objectifs de ce Travail de Fin d’Etude étaient de comprendre ce manque d’intérêt à travers les habitudes de prise en charge des médecins généralistes en la comparant à la prise en charge recommandée et, d’ainsi, en cerner les freins. Méthode : Une revue de la littérature a d’abord été réalisée, ensuite un sondage chez les médecins généralistes de Wallonie a été mené. Résultats : Il a été observé que la prise en charge de la dysfonction érectile est mal connue par les médecins généralistes et limitée par des manques de connaissance et des barrières psychosociales souvent imputables aux médecins, qui entrainent un manque d’intérêt à cette pathologie importante. Pour finir, différentes solutions ont été proposées pour augmenter ce motif de consultation à se présenter.
Jaumet - PierreUniversité catholique de Louvain
-
Où sont les femmes : comment expliquer la sous-représentation féminine dans les instances de médecine générale ? Enquête démographique et recherche qualitative auprès des représentant·es des instances professionnelles et académiques de médecine générale en Belgique francophone
Où sont les femmes : comment expliquer la sous-représentation féminine dans les instances de médecine générale ? Enquête démographique et recherche qualitative auprès des représentant·es des instances professionnelles et académiques de médecine générale en Belgique francophone
Depuis plusieurs années, toutes les branches de la médecine se féminisent. Cette féminisation entraîne des changements au niveau de l’organisation du soin et des pratiques individuelles. Cependant, les femmes sont sous-représentées dans les instances professionnelles, scientifiques et académiques. L’objectif de ce TFE est de décrire le paysage actuel de la médecine générale en Belgique francophone et de comprendre les raisons qui expliquent cette sous-représentation. Une enquête démographique a été réalisée, complétée par une recherche qualitative par le biais d’entretiens semi-dirigés auprès de 9 représentant·es d’instances de médecine générale en Belgique francophone. Les femmes représentent 45% des médecins généralistes en Belgique francophone. En comparaison, elles n’occupent que 32% des postes dans les instances représentatives de médecine générale. La moyenne d’âge élevée des représentant·es ne suffit pas à expliquer cette sous-représentation féminine. Certains éléments explicatifs sont les conséquences de facteurs sociétaux (responsabilités familiales) et générationnels (évolution du rapport au travail). Plusieurs freins concernent plus particulièrement les femmes : la disponibilité et l’investissement demandés, les biais de genre et l’entre-soi masculin, une expression différente de l’ambition et un complexe d’imposture, et le désintérêt pour certaines activités « politiques » au profit d’une plus grande priorité donnée aux patient·es. La diversité dans la représentation est pourtant perçue comme une richesse et une nécessité. La profession a besoin de modèles de rôle féminins qui reflètent l’évolution du métier et influenceront son avenir. Des politiques institutionnelles doivent être envisagées pour augmenter l’attractivité des instances et adapter leur mode de fonctionnement, afin d’offrir aux femmes ainsi qu’aux jeunes un environnement de travail où iels peuvent s’épanouir de façon durable.
Depuis plusieurs années, toutes les branches de la médecine se féminisent. Cette féminisation entraîne des changements au niveau de l’organisation du soin et des pratiques individuelles. Cependant, les femmes sont sous-représentées dans les instances professionnelles, scientifiques et académiques. L’objectif de ce TFE est de décrire le paysage actuel de la médecine générale en Belgique francophone et de comprendre les raisons qui expliquent cette sous-représentation. Une enquête démographique a été réalisée, complétée par une recherche qualitative par le biais d’entretiens semi-dirigés auprès de 9 représentant·es d’instances de médecine générale en Belgique francophone. Les femmes représentent 45% des médecins généralistes en Belgique francophone. En comparaison, elles n’occupent que 32% des postes dans les instances représentatives de médecine générale. La moyenne d’âge élevée des représentant·es ne suffit pas à expliquer cette sous-représentation féminine. Certains éléments explicatifs sont les conséquences de facteurs sociétaux (responsabilités familiales) et générationnels (évolution du rapport au travail). Plusieurs freins concernent plus particulièrement les femmes : la disponibilité et l’investissement demandés, les biais de genre et l’entre-soi masculin, une expression différente de l’ambition et un complexe d’imposture, et le désintérêt pour certaines activités « politiques » au profit d’une plus grande priorité donnée aux patient·es. La diversité dans la représentation est pourtant perçue comme une richesse et une nécessité. La profession a besoin de modèles de rôle féminins qui reflètent l’évolution du métier et influenceront son avenir. Des politiques institutionnelles doivent être envisagées pour augmenter l’attractivité des instances et adapter leur mode de fonctionnement, afin d’offrir aux femmes ainsi qu’aux jeunes un environnement de travail où iels peuvent s’épanouir de façon durable.
Cumps - SarahUniversité catholique de Louvain
QC2 - QS41 - QT14
Etat des lieux de la connaissance et du positionnement des hommes concernant la contraception masculine réversible. Etude quantitative sur la population masculine âgée de 18 à 35 ans
Etat des lieux de la connaissance et du positionnement des hommes concernant la contraception masculine réversible. Etude quantitative sur la population masculine âgée de 18 à 35 ans
Contexte : La pilule contraceptive masculine est annoncée par le monde scientifique et médical depuis plus de 40 ans. Et pourtant, seuls le préservatif et le retrait sont aujourd’hui proposés aux patients comme moyens de contraception réversibles. En réponse à cette fausse promesse, des initiatives sont prises par des militants (ie. slip chauffant, « Andro-switch », etc.), lassés de ne pas pouvoir gérer seuls leur contraception. De nombreuses études sont en cours depuis 50 ans mais aucune n’a atteint la phase III de certification par manque de moyens financiers. Par ailleurs, le contraceptif hormonal utilisant l’enanthate de testostérone (ET), méconnu du grand public et pourtant reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est utilisé en France de façon off-label. Objectifs : Le but de ce travail est d’évaluer l’intérêt des hommes envers une contraception masculine réversible et d’apporter aux médecins plus d’informations sur cette même contraception. Ensuite, seront exposés les freins observés pour développer un moyen de contraception masculine réversible. Méthodologie : Enquête quantitative transversale interrogeant 200 hommes âgés entre 18 et 35 ans. Elle est auto-administrée via les réseaux sociaux. Résultats : Trois quarts des hommes interrogés sont intéressés par la contraception masculine et affirment que la contraception n’appartient pas uniquement à la femme. Le type de contraception masculin le plus connu dans notre échantillon est la contraception masculine thermique. Toutefois, de nombreuses craintes sont énumérées par les participants avec, dans la grande majorité des cas (63,5%), la peur liée au manque de recul ou d’études sur le sujet. Par ailleurs, la plupart des répondants (62,5%) se dirigeraient vers leur médecin généraliste s’ils devaient débuter l’utilisation d’un moyen de contraception masculine. Conclusion : Un intérêt des hommes par rapport au moyen de contraception masculine est observé mais il faut, pour développer ce procédé, une source de financement importante des industries pharmaceutiques ainsi qu’une information plus large à destination des professionnels de soin. Si ces contraceptifs ne sont pas encore parfaits, ils permettent de donner un autre choix au couple pour leur contrôle de descendance. Mots clefs : Autre planification familiale chez l’homme (Y14), question de genre (QC21), étude quantitative (QR32), médecin de famille (QS41).
Contexte : La pilule contraceptive masculine est annoncée par le monde scientifique et médical depuis plus de 40 ans. Et pourtant, seuls le préservatif et le retrait sont aujourd’hui proposés aux patients comme moyens de contraception réversibles. En réponse à cette fausse promesse, des initiatives sont prises par des militants (ie. slip chauffant, « Andro-switch », etc.), lassés de ne pas pouvoir gérer seuls leur contraception. De nombreuses études sont en cours depuis 50 ans mais aucune n’a atteint la phase III de certification par manque de moyens financiers. Par ailleurs, le contraceptif hormonal utilisant l’enanthate de testostérone (ET), méconnu du grand public et pourtant reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est utilisé en France de façon off-label. Objectifs : Le but de ce travail est d’évaluer l’intérêt des hommes envers une contraception masculine réversible et d’apporter aux médecins plus d’informations sur cette même contraception. Ensuite, seront exposés les freins observés pour développer un moyen de contraception masculine réversible. Méthodologie : Enquête quantitative transversale interrogeant 200 hommes âgés entre 18 et 35 ans. Elle est auto-administrée via les réseaux sociaux. Résultats : Trois quarts des hommes interrogés sont intéressés par la contraception masculine et affirment que la contraception n’appartient pas uniquement à la femme. Le type de contraception masculin le plus connu dans notre échantillon est la contraception masculine thermique. Toutefois, de nombreuses craintes sont énumérées par les participants avec, dans la grande majorité des cas (63,5%), la peur liée au manque de recul ou d’études sur le sujet. Par ailleurs, la plupart des répondants (62,5%) se dirigeraient vers leur médecin généraliste s’ils devaient débuter l’utilisation d’un moyen de contraception masculine. Conclusion : Un intérêt des hommes par rapport au moyen de contraception masculine est observé mais il faut, pour développer ce procédé, une source de financement importante des industries pharmaceutiques ainsi qu’une information plus large à destination des professionnels de soin. Si ces contraceptifs ne sont pas encore parfaits, ils permettent de donner un autre choix au couple pour leur contrôle de descendance. Mots clefs : Autre planification familiale chez l’homme (Y14), question de genre (QC21), étude quantitative (QR32), médecin de famille (QS41).
de spirlet - julieUniversité catholique de Louvain
Y14 - QC21 - QR32 - QS41
MÉDECINS GÉNÉRALISTES ET PHARMACIENS D’OFFICINE : VERS UN TRANSFERT DE COMPÉTENCES Etude qualitative menée auprès des médecins généralistes belges francophones sur leur ressenti face à ce phénomène
MÉDECINS GÉNÉRALISTES ET PHARMACIENS D’OFFICINE : VERS UN TRANSFERT DE COMPÉTENCES Etude qualitative menée auprès des médecins généralistes belges francophones sur leur ressenti face à ce phénomène
Comment les médecins généralistes belges (MG) francophones perçoivent le phénomène de transfert de compétences entre ceux-ci et les pharmaciens d’officine ? Introduction Depuis environ une quinzaine d'années, nous observons en Europe et dans le monde entier une évolution du métier de pharmacien d’officine. En Belgique, de nouvelles missions pharmaceutiques voient le jour. Méthode Etude qualitative menée auprès des MG via des entretiens individuels semi-dirigés. Echantillonnage de type « intensité » puis « en chaîne » et enfin échantillonnage à la recherche de « cas typique » et « cas déviant ». Recrutement via courriels, messagerie « WhatsApp » et appels téléphoniques. Résultats Il ressort trois thèmes distincts de la perception des MG sur leur coopération avec les pharmaciens d’officine : 1. Il identifie les différentes caractéristiques (vendeur, petit docteur, garde-fou, autre regard, perroquet, accrochage sanitaire, ligne 0.5) de la profession de pharmacien d’officine que les MG lui attribuent. 2. Il montre les motivations au changement (décharger, réduction du coût, revalorisation pharmacien, soins de qualité). 3. Il pointe les craintes (responsabilité, formation insatisfaisante, violation du secret professionnel, technique du pied-dans-la-porte) d’une réorganisation des compétences. Par l’intermédiaire de ces trois thèmes, on met en lumière la réserve des médecins quant à la substitution de certaines de leurs activités actuelles. Conclusion La coopération interprofessionnelle doit se faire en accord avec les deux parties, dans les meilleures conditions qui soient. Cette étude a permis de montrer que les médecins généralistes n’étaient pas totalement opposés à des modifications sur leurs domaines de compétences mais qu’ils restaient circonspects. A l’avenir, il serait utile de repenser la collaboration entre les deux professions afin de l’améliorer. Plusieurs pistes de réflexion comme l’organisation des groupes locaux d’évaluation médicale (GLEM) en commun, la promotion des concertations médico-pharmaceutiques (CMP), la fusion de certains cours universitaires ou l’intégration des MG et pharmaciens d’officine aux prises de décisions politique les concernant peuvent être explorées. Mots-clés Médecins généralistes – Pharmaciens d’officine – Rôles – Coopération – Collaboration – Transfert de compétences – Délégation de tâches – « Skill-mix » – Substitution Indexation QS11 QS31 QS41 QS46 QR31
Comment les médecins généralistes belges (MG) francophones perçoivent le phénomène de transfert de compétences entre ceux-ci et les pharmaciens d’officine ? Introduction Depuis environ une quinzaine d'années, nous observons en Europe et dans le monde entier une évolution du métier de pharmacien d’officine. En Belgique, de nouvelles missions pharmaceutiques voient le jour. Méthode Etude qualitative menée auprès des MG via des entretiens individuels semi-dirigés. Echantillonnage de type « intensité » puis « en chaîne » et enfin échantillonnage à la recherche de « cas typique » et « cas déviant ». Recrutement via courriels, messagerie « WhatsApp » et appels téléphoniques. Résultats Il ressort trois thèmes distincts de la perception des MG sur leur coopération avec les pharmaciens d’officine : 1. Il identifie les différentes caractéristiques (vendeur, petit docteur, garde-fou, autre regard, perroquet, accrochage sanitaire, ligne 0.5) de la profession de pharmacien d’officine que les MG lui attribuent. 2. Il montre les motivations au changement (décharger, réduction du coût, revalorisation pharmacien, soins de qualité). 3. Il pointe les craintes (responsabilité, formation insatisfaisante, violation du secret professionnel, technique du pied-dans-la-porte) d’une réorganisation des compétences. Par l’intermédiaire de ces trois thèmes, on met en lumière la réserve des médecins quant à la substitution de certaines de leurs activités actuelles. Conclusion La coopération interprofessionnelle doit se faire en accord avec les deux parties, dans les meilleures conditions qui soient. Cette étude a permis de montrer que les médecins généralistes n’étaient pas totalement opposés à des modifications sur leurs domaines de compétences mais qu’ils restaient circonspects. A l’avenir, il serait utile de repenser la collaboration entre les deux professions afin de l’améliorer. Plusieurs pistes de réflexion comme l’organisation des groupes locaux d’évaluation médicale (GLEM) en commun, la promotion des concertations médico-pharmaceutiques (CMP), la fusion de certains cours universitaires ou l’intégration des MG et pharmaciens d’officine aux prises de décisions politique les concernant peuvent être explorées. Mots-clés Médecins généralistes – Pharmaciens d’officine – Rôles – Coopération – Collaboration – Transfert de compétences – Délégation de tâches – « Skill-mix » – Substitution Indexation QS11 QS31 QS41 QS46 QR31
vanderperren - AdelineUniversité catholique de Louvain
QS46 - QS31 - QR31 - QS41 - QS11
L’allergie à la pénicilline : état des connaissances des médecins généralistes
L’allergie à la pénicilline : état des connaissances des médecins généralistes
Introduction : L’allergie à la pénicilline est un diagnostic fréquemment posé par les médecins généralistes, mais il se révèle le plus souvent incorrect. Ce surdiagnostic prive dès lors des patients d’un antibiotique sûr et efficace. L’objectif de ce travail vise à étudier l’attitude des médecins généraliste et d’apporter les outils nécessaires à la prise en charge de l’allergie à la pénicilline. Méthodologie : Une revue de la littérature a permis d’établir un guide d’entretien afin de produire une étude qualitative. Celle-ci a été effectuée auprès de médecins généralistes de la province de Liège moyennant un entretien semi-dirigé. Le sujet de l’allergie à la pénicilline a été approfondi en parcourant diverses questions. Résultats : Les médecins perçoivent insuffisamment les conséquences négatives qu’engendre un diagnostic incorrect d’allergie à la pénicilline. Les indications ainsi que les différents outils disponibles à sa confirmation sont méconnus et expliquent dès lors en partie le faible taux de référence chez l’allergologue. Les médecins pointent également une faible compliance de la part des patients. Discussion : Les recommandations demandent aux médecins de référer ces patients afin de confirmer ou infirmer leur diagnostic d’allergie à la pénicilline. Cette évaluation est réalisée au moyen de tests cutanés et de tests de provocation orale. Certaines céphalosporines sont autorisées en cas d’allergie à la pénicilline. Conclusion : L’allergie à la pénicilline doit être confirmée par des tests. Sensibiliser les médecins généralistes ainsi que les patients à ce sujet permettrait de favoriser sa confirmation.
Introduction : L’allergie à la pénicilline est un diagnostic fréquemment posé par les médecins généralistes, mais il se révèle le plus souvent incorrect. Ce surdiagnostic prive dès lors des patients d’un antibiotique sûr et efficace. L’objectif de ce travail vise à étudier l’attitude des médecins généraliste et d’apporter les outils nécessaires à la prise en charge de l’allergie à la pénicilline. Méthodologie : Une revue de la littérature a permis d’établir un guide d’entretien afin de produire une étude qualitative. Celle-ci a été effectuée auprès de médecins généralistes de la province de Liège moyennant un entretien semi-dirigé. Le sujet de l’allergie à la pénicilline a été approfondi en parcourant diverses questions. Résultats : Les médecins perçoivent insuffisamment les conséquences négatives qu’engendre un diagnostic incorrect d’allergie à la pénicilline. Les indications ainsi que les différents outils disponibles à sa confirmation sont méconnus et expliquent dès lors en partie le faible taux de référence chez l’allergologue. Les médecins pointent également une faible compliance de la part des patients. Discussion : Les recommandations demandent aux médecins de référer ces patients afin de confirmer ou infirmer leur diagnostic d’allergie à la pénicilline. Cette évaluation est réalisée au moyen de tests cutanés et de tests de provocation orale. Certaines céphalosporines sont autorisées en cas d’allergie à la pénicilline. Conclusion : L’allergie à la pénicilline doit être confirmée par des tests. Sensibiliser les médecins généralistes ainsi que les patients à ce sujet permettrait de favoriser sa confirmation.
Dugopoljac - IvanUniversité de Liège
31.003 - A92
La prise en charge du sevrage d'alcool
La prise en charge du sevrage d'alcool
Introduction : La dépendance à l’alcool est une maladie chronique caractérisée par des phases de rémissions et de rechutes. Elle expose à de nombreux risques pour la santé. En Belgique, on estime qu’environ 25% de la population en médecine générale est concernée par un « problème d’alcool ». Le rôle des médecins généralistes est donc primordial. Il existe pourtant divers obstacles relatifs à la gestion de l’alcoolodépendance dans leur pratique, notamment dans le sevrage des patients. Objectif : L’objectif de cette étude est de déterminer quels sont ces obstacles afin d’envisager des pistes d’amélioration autour de cette problématique pour la pratique des médecins généralistes. Méthodologie : Une recherche non exhaustive de la littérature a d’abord permis de poser quelques bases théoriques d’alcoologie. Une étude qualitative a ensuite été réalisée par le biais d’entretiens semi-dirigés auprès de sept médecins généralistes exerçant dans la région du Hainaut. Le contenu de ces interviews a été analysé par la méthode de la théorisation ancrée. Résultats : Sur base des entretiens réalisés, le constat est que l’alcool est trop peu abordé en consultation. Bien que l’effet nocif de l’alcool sur la santé soit connu, il n’est pas toujours facile à faire comprendre au patient. Cela est en partie dû à une banalisation importante de l’alcool dans la société. Par ailleurs, l’étude réalisée a mis en évidence certains freins à une prise en charge optimale de l’alcoolodépendance. Conclusion : L’importance d’un meilleur dépistage de l’alcoolodépendance est reconnue par les médecins généralistes. Ceux-ci déplorent cependant certaines difficultés dans leur pratique. Le développement de structures d’aides avec une meilleure collaboration entre professionnels, davantage de formation, une meilleure sensibilisation de la population pourrait avoir un impact positif dans la réduction du treatment gap lié à l’alcoolodépendance. Mots clés : alcool, alcoolodépendance, sevrage d’alcool, médecine générale, repérage, prise en charge, prévention.
Introduction : La dépendance à l’alcool est une maladie chronique caractérisée par des phases de rémissions et de rechutes. Elle expose à de nombreux risques pour la santé. En Belgique, on estime qu’environ 25% de la population en médecine générale est concernée par un « problème d’alcool ». Le rôle des médecins généralistes est donc primordial. Il existe pourtant divers obstacles relatifs à la gestion de l’alcoolodépendance dans leur pratique, notamment dans le sevrage des patients. Objectif : L’objectif de cette étude est de déterminer quels sont ces obstacles afin d’envisager des pistes d’amélioration autour de cette problématique pour la pratique des médecins généralistes. Méthodologie : Une recherche non exhaustive de la littérature a d’abord permis de poser quelques bases théoriques d’alcoologie. Une étude qualitative a ensuite été réalisée par le biais d’entretiens semi-dirigés auprès de sept médecins généralistes exerçant dans la région du Hainaut. Le contenu de ces interviews a été analysé par la méthode de la théorisation ancrée. Résultats : Sur base des entretiens réalisés, le constat est que l’alcool est trop peu abordé en consultation. Bien que l’effet nocif de l’alcool sur la santé soit connu, il n’est pas toujours facile à faire comprendre au patient. Cela est en partie dû à une banalisation importante de l’alcool dans la société. Par ailleurs, l’étude réalisée a mis en évidence certains freins à une prise en charge optimale de l’alcoolodépendance. Conclusion : L’importance d’un meilleur dépistage de l’alcoolodépendance est reconnue par les médecins généralistes. Ceux-ci déplorent cependant certaines difficultés dans leur pratique. Le développement de structures d’aides avec une meilleure collaboration entre professionnels, davantage de formation, une meilleure sensibilisation de la population pourrait avoir un impact positif dans la réduction du treatment gap lié à l’alcoolodépendance. Mots clés : alcool, alcoolodépendance, sevrage d’alcool, médecine générale, repérage, prise en charge, prévention.
Laurent - FannyUniversité catholique de Louvain
P15
« Quelles stratégies les médecins généralistes exerçant dans la région bruxelloise en extrahospitalier mettent-ils en place pour la prévention du burn-out et comment peuvent-ils être aidé à mieux se prémunir ? »
« Quelles stratégies les médecins généralistes exerçant dans la région bruxelloise en extrahospitalier mettent-ils en place pour la prévention du burn-out et comment peuvent-ils être aidé à mieux se prémunir ? »
INTRODUCTION : La prévalence du burn-out est en augmentation dans la population générale en Belgique. La médecine générale fait partie des spécialités en médecine les plus à haut risque de burn-out. Les conséquences qui découlent de l’épuisement professionnel du soignant sont individuelles mais aussi collectives et peuvent s’avérer très grave. Ce sujet me parle particulièrement d’autant plus qu’en début de ma 2e année d’assistanat, j’ai vécu une situation compliquée de l’ordre relationnel avec mon maître de stage. Je me suis sentie démunie, pas assez outillée pour y faire face seule. Ce qui m’a encouragé à m’intéresser à ce sujet afin de comprendre plus en profondeur et de connaître quelles stratégies mettre en place pour prémunir du burn-out dans mon futur métier de médecin généraliste. METHODOLOGIE : c’est une étude qualitative par le biais d’entretiens semi-dirigés qui a été effectuée. Ce choix m’a paru le plus approprié pour atteindre le but de mon étude. 7 MG ont été interviewés ainsi qu’un expert. RESULTATS : Le recrutement des participants a débuté en janvier 2022 jusqu’en Mars 2022. 12 médecins généralistes et 4 experts en prévention et en prise en charge du burn-out ont été contactés. J’ai reçu 4 refus, 3 experts et 1 médecin généraliste, et pas de réponse d’un autre médecin généraliste. 9 médecins généralistes et 1 expert ont répondu positivement. 2 médecins généralistes n’ont pas été retenu, car l’un avait les mêmes caractéristiques qu’un autre déjà sélectionné dans l’étude et pour l’autre un malentendu s’était glissé, un critère d’inclusion manquait. En conclusion, 7 médecins généralistes agrées ont été interviewés et 1 expert. L’unanimité, les médecins généralistes disaient entendre parler du burn-out en consultation avec leurs patients. L’intérêt vers plus d’informations sur ce sujet était mitigé. Certains considéraient que leurs connaissances théoriques sur le sujet étaient suffisantes pour autant qu’ils ne se sentent directement concernés par cette problématique. L’intérêt pour le sujet a pu être freiné par la posture du médecin à se considérer comme ne pouvant avouer être malade. Mais ils exprimaient également l’insuffisance de la promotion sur certains aspects du burn-out du soignant. CONCLUSION : Les stratégies que les MG mettent en place pour se prémunir du burn-out sont nombreuses. Les MG présentaient un besoin de se ressourcer en dehors de leur cabinet à travers des activités médicales extra-cabinet, des activés de loisirs ainsi que dans le soutien dans le soutien de leurs proches. Ils vont également s’investir dans leur pratique pour se prémunir du burn-out. Ils vont améliorer leur communication au patient, entretenir les relations collégiales et se former pour être plus efficace. Ce pendant ils ont besoin d’aide pour mieux se prémunir. Ils souhaitaient que les futurs médecins soient informés dès leur cursus. Ils souhaitaient être mieux informé par rapport au burnout, de manière claire et ciblée. Un besoin de valorisation de leur profession par le moyen de rémunération du temps administratif a été exprimé. Et la promotion de l’association ainsi que des rencontres pluridisciplinaires entre MG pratiquant en solo. Le MG met en place des stratégies efficaces pour se prémunir du burn-out mais il a également besoin d’aide. MOTS CLES : Médecin généraliste, Bruxelles, médecine générale, épuisement psycho-social, maladie professionnelle, collaboration, consumation, prévention, engagement, lutte, engagement, stress, réseau, soignant, prévalence, majoration, émotionnelles, sentiment d’inefficacité, émotion, démotivation, empathie.
INTRODUCTION : La prévalence du burn-out est en augmentation dans la population générale en Belgique. La médecine générale fait partie des spécialités en médecine les plus à haut risque de burn-out. Les conséquences qui découlent de l’épuisement professionnel du soignant sont individuelles mais aussi collectives et peuvent s’avérer très grave. Ce sujet me parle particulièrement d’autant plus qu’en début de ma 2e année d’assistanat, j’ai vécu une situation compliquée de l’ordre relationnel avec mon maître de stage. Je me suis sentie démunie, pas assez outillée pour y faire face seule. Ce qui m’a encouragé à m’intéresser à ce sujet afin de comprendre plus en profondeur et de connaître quelles stratégies mettre en place pour prémunir du burn-out dans mon futur métier de médecin généraliste. METHODOLOGIE : c’est une étude qualitative par le biais d’entretiens semi-dirigés qui a été effectuée. Ce choix m’a paru le plus approprié pour atteindre le but de mon étude. 7 MG ont été interviewés ainsi qu’un expert. RESULTATS : Le recrutement des participants a débuté en janvier 2022 jusqu’en Mars 2022. 12 médecins généralistes et 4 experts en prévention et en prise en charge du burn-out ont été contactés. J’ai reçu 4 refus, 3 experts et 1 médecin généraliste, et pas de réponse d’un autre médecin généraliste. 9 médecins généralistes et 1 expert ont répondu positivement. 2 médecins généralistes n’ont pas été retenu, car l’un avait les mêmes caractéristiques qu’un autre déjà sélectionné dans l’étude et pour l’autre un malentendu s’était glissé, un critère d’inclusion manquait. En conclusion, 7 médecins généralistes agrées ont été interviewés et 1 expert. L’unanimité, les médecins généralistes disaient entendre parler du burn-out en consultation avec leurs patients. L’intérêt vers plus d’informations sur ce sujet était mitigé. Certains considéraient que leurs connaissances théoriques sur le sujet étaient suffisantes pour autant qu’ils ne se sentent directement concernés par cette problématique. L’intérêt pour le sujet a pu être freiné par la posture du médecin à se considérer comme ne pouvant avouer être malade. Mais ils exprimaient également l’insuffisance de la promotion sur certains aspects du burn-out du soignant. CONCLUSION : Les stratégies que les MG mettent en place pour se prémunir du burn-out sont nombreuses. Les MG présentaient un besoin de se ressourcer en dehors de leur cabinet à travers des activités médicales extra-cabinet, des activés de loisirs ainsi que dans le soutien dans le soutien de leurs proches. Ils vont également s’investir dans leur pratique pour se prémunir du burn-out. Ils vont améliorer leur communication au patient, entretenir les relations collégiales et se former pour être plus efficace. Ce pendant ils ont besoin d’aide pour mieux se prémunir. Ils souhaitaient que les futurs médecins soient informés dès leur cursus. Ils souhaitaient être mieux informé par rapport au burnout, de manière claire et ciblée. Un besoin de valorisation de leur profession par le moyen de rémunération du temps administratif a été exprimé. Et la promotion de l’association ainsi que des rencontres pluridisciplinaires entre MG pratiquant en solo. Le MG met en place des stratégies efficaces pour se prémunir du burn-out mais il a également besoin d’aide. MOTS CLES : Médecin généraliste, Bruxelles, médecine générale, épuisement psycho-social, maladie professionnelle, collaboration, consumation, prévention, engagement, lutte, engagement, stress, réseau, soignant, prévalence, majoration, émotionnelles, sentiment d’inefficacité, émotion, démotivation, empathie.
Uwamahoro - AliceUniversité catholique de Louvain
QO4
La consultation préconceptionnelle
La consultation préconceptionnelle

The preconception consultation
The preconception consultation
Dans une optique d’amélioration de la qualité des soins et donc d’amélioration de la prévention notamment préconceptionnelle, ce travail tente de répondre à deux interrogations à l’aide d’une étude qualitative basée sur l’entretien semi-dirigé de 13 médecins généralistes et d’une étude quantitative grâce à la participation de 882 patients à un questionnaire diffusé en ligne sur les réseaux sociaux : Quel peut être le rôle du médecin traitant dans le suivi des grossesses en particulier durant la période préconceptionnelle et conceptionnelle ? Et quels outils pourraient encourager les consultations préconceptionnelles et aider les praticiens ? Lors de cette recherche, l’impact d’une affiche de promotion de la santé préconceptionnelle en salle d’attente ainsi que l’intérêt des médecins généralistes pour une fiche technique d’aide à la consultation préconceptionnelle ont également été investigués. L’affiche n’a finalement suscité aucune réaction de la part des patients durant les 3 mois de présentation. Par contre, l’engouement pour la fiche technique a été unanime. Au niveau des résultats, une disparité majeure entre les hommes et les femmes participant à l’enquête en ligne apparaît et devrait faire l’objet d’investigations supplémentaires. Les médecins généralistes se questionnent encore concernant la plus-value exacte de la prévention préconceptionnelle et la nécessité de cibler ou non une population spécifique mais s’accordent pour dire que le désir de grossesse et la grossesse constituent une opportunité immanquable pour sensibiliser leurs patients à certains sevrages par exemple tabagique et alcoolique. Les patients témoignent en effet d’une grande confiance concernant leurs questions relatives à la grossesse et la préconception envers leur médecin généraliste. En conclusion, les généralistes sont intéressés et conscients de leur rôle dans le domaine préconceptionnel actuellement insuffisant, pour divers motifs théoriques, pratiques, législatifs et déontologiques identifiés. Les patients sont également intéressés par des conseils préconceptionnels mais peu demandeurs en pratique en l’absence de difficultés pour concevoir, comptant sur le rôle proactif des médecins généralistes, notamment concernant la prescription médicamenteuse chez les patients en âge de procréer. Mots clés : preconception care, preconception health, preconceptional consultation, preconception counseling, prevention, general practitioner, gynecologist, conception, pregnancy, nutrition, lifestyle habits, physical activity, behaviour change, father-to-be, mother-to-be, MeSH : preconception care Indexation : QS11, QS41, QD41, 45, A98, QR33, QR31, QR32, QO4-préconception
Dans une optique d’amélioration de la qualité des soins et donc d’amélioration de la prévention notamment préconceptionnelle, ce travail tente de répondre à deux interrogations à l’aide d’une étude qualitative basée sur l’entretien semi-dirigé de 13 médecins généralistes et d’une étude quantitative grâce à la participation de 882 patients à un questionnaire diffusé en ligne sur les réseaux sociaux : Quel peut être le rôle du médecin traitant dans le suivi des grossesses en particulier durant la période préconceptionnelle et conceptionnelle ? Et quels outils pourraient encourager les consultations préconceptionnelles et aider les praticiens ? Lors de cette recherche, l’impact d’une affiche de promotion de la santé préconceptionnelle en salle d’attente ainsi que l’intérêt des médecins généralistes pour une fiche technique d’aide à la consultation préconceptionnelle ont également été investigués. L’affiche n’a finalement suscité aucune réaction de la part des patients durant les 3 mois de présentation. Par contre, l’engouement pour la fiche technique a été unanime. Au niveau des résultats, une disparité majeure entre les hommes et les femmes participant à l’enquête en ligne apparaît et devrait faire l’objet d’investigations supplémentaires. Les médecins généralistes se questionnent encore concernant la plus-value exacte de la prévention préconceptionnelle et la nécessité de cibler ou non une population spécifique mais s’accordent pour dire que le désir de grossesse et la grossesse constituent une opportunité immanquable pour sensibiliser leurs patients à certains sevrages par exemple tabagique et alcoolique. Les patients témoignent en effet d’une grande confiance concernant leurs questions relatives à la grossesse et la préconception envers leur médecin généraliste. En conclusion, les généralistes sont intéressés et conscients de leur rôle dans le domaine préconceptionnel actuellement insuffisant, pour divers motifs théoriques, pratiques, législatifs et déontologiques identifiés. Les patients sont également intéressés par des conseils préconceptionnels mais peu demandeurs en pratique en l’absence de difficultés pour concevoir, comptant sur le rôle proactif des médecins généralistes, notamment concernant la prescription médicamenteuse chez les patients en âge de procréer. Mots clés : preconception care, preconception health, preconceptional consultation, preconception counseling, prevention, general practitioner, gynecologist, conception, pregnancy, nutrition, lifestyle habits, physical activity, behaviour change, father-to-be, mother-to-be, MeSH : preconception care Indexation : QS11, QS41, QD41, 45, A98, QR33, QR31, QR32, QO4-préconception

Intending to improve the quality of care and therefore improve prevention, particularly for the preconception period, this research attempts to answer two questions using a qualitative study based on semi-directed interviews with 13 General Practitioners and a quantitative study based on the participation of 882 patients in a questionnaire distributed online via social networks: What role can the General Practitioner play in monitoring pregnancies, particularly during the preconception and conception periods? And what tools could encourage preconception consultations and help professionals? During this research, the impact of a poster promoting preconception health in the waiting room was investigated. In addition, the interest of General Practitioners in a data sheet aiming to help with preconception consultations was studied. In the end, the poster did not elicit any reaction from patients during the 3 months of presentation. On the other hand, the enthusiasm for the datasheet was unanimous. In terms of results, a major disparity between men and women participating in the online survey appears and should be further investigated. General Practitioners still question the exact added value of prevention efforts for the preconception period and the need to target a specific population or not. They agree, however, that the desire to become pregnant and the pregnancy constitute an unavoidable opportunity to make their patients aware of the need to stop smoking and drinking, for example. Patients show a great deal of confidence in their General Practitioners regarding their questions about pregnancy and preconception. In conclusion, General Practitioners are interested in and aware of their role in the preconception field, which is currently insufficient, for various identified theoretical, practical, legislative, and ethical reasons. Patients are also interested in preconception advice but have little demand for it in practice in the absence of difficulties in conceiving, relying on the proactive role of General Practitioners, particularly concerning drug prescription in patients of childbearing age. Key words : preconception care, preconception health, preconceptional consultation, preconception counseling, prevention, general practitioner, gynecologist, conception, pregnancy, nutrition, lifestyle habits, physical activity, behaviour change, father-to-be, mother-to-be,
Intending to improve the quality of care and therefore improve prevention, particularly for the preconception period, this research attempts to answer two questions using a qualitative study based on semi-directed interviews with 13 General Practitioners and a quantitative study based on the participation of 882 patients in a questionnaire distributed online via social networks: What role can the General Practitioner play in monitoring pregnancies, particularly during the preconception and conception periods? And what tools could encourage preconception consultations and help professionals? During this research, the impact of a poster promoting preconception health in the waiting room was investigated. In addition, the interest of General Practitioners in a data sheet aiming to help with preconception consultations was studied. In the end, the poster did not elicit any reaction from patients during the 3 months of presentation. On the other hand, the enthusiasm for the datasheet was unanimous. In terms of results, a major disparity between men and women participating in the online survey appears and should be further investigated. General Practitioners still question the exact added value of prevention efforts for the preconception period and the need to target a specific population or not. They agree, however, that the desire to become pregnant and the pregnancy constitute an unavoidable opportunity to make their patients aware of the need to stop smoking and drinking, for example. Patients show a great deal of confidence in their General Practitioners regarding their questions about pregnancy and preconception. In conclusion, General Practitioners are interested in and aware of their role in the preconception field, which is currently insufficient, for various identified theoretical, practical, legislative, and ethical reasons. Patients are also interested in preconception advice but have little demand for it in practice in the absence of difficulties in conceiving, relying on the proactive role of General Practitioners, particularly concerning drug prescription in patients of childbearing age. Key words : preconception care, preconception health, preconceptional consultation, preconception counseling, prevention, general practitioner, gynecologist, conception, pregnancy, nutrition, lifestyle habits, physical activity, behaviour change, father-to-be, mother-to-be,
Cedrone - MelissaUniversité catholique de Louvain
QD41 - QS41 - QS11 - QR33 - QR31 - QR32 - 45.000 - A98
L’activité physique dans la prise en charge du burnout, sa place au sein du Centre Médical de Proximité de Givry. Proposition d’outils de communication.
L’activité physique dans la prise en charge du burnout, sa place au sein du Centre Médical de Proximité de Givry. Proposition d’outils de communication.
Le burnout est un syndrome résultant d’un stress professionnel chronique mal géré. La méthode de mesure « Maslach Burnout Inventory » décrit le burnout selon 3 axes : l’épuisement émotionnel, la dépersonnalisation et le manque d’accomplissement personnel. La prévalence du burnout est en constante augmentation. Sa prise en charge est multidimensionnelle. Intégrer l’activité physique comme un élément à part entière de son traitement pourrait favoriser la rémission du burnout et réduire les risques de complications. Des outils de communication visuelle pourraient aider dans ce sens. Au cours de cette étude d’assurance de qualité, j’ai cherché à comprendre via un questionnaire, quelle était la place de l’activité physique dans la prise en charge du burnout par les médecins du cabinet avec qui je travaille actuellement. Les résultats de cette analyse m’ont permis d’élaborer une affiche et une brochure à destination des patients. Les résultats de la recherche de la littérature ont mis en évidence que l’activité physique permettait la réduction significative de certains symptômes du burnout et que ses effets se maintenaient dans le temps. Cependant, il manque à la littérature des études de haute qualité permettant ainsi d’aboutir à des recommandations plus précises et généralisables. La littérature reste partagée quant à l’intérêt de l’activité physique dans la prise en charge du burnout. Cependant, ce manque de prise de position est la conséquence d’une carence évidente en études de grande qualité. L’activité physique permet la réduction de symptômes du burnout et mérite de ce fait sa place comme un élément thérapeutique à part entière.
Le burnout est un syndrome résultant d’un stress professionnel chronique mal géré. La méthode de mesure « Maslach Burnout Inventory » décrit le burnout selon 3 axes : l’épuisement émotionnel, la dépersonnalisation et le manque d’accomplissement personnel. La prévalence du burnout est en constante augmentation. Sa prise en charge est multidimensionnelle. Intégrer l’activité physique comme un élément à part entière de son traitement pourrait favoriser la rémission du burnout et réduire les risques de complications. Des outils de communication visuelle pourraient aider dans ce sens. Au cours de cette étude d’assurance de qualité, j’ai cherché à comprendre via un questionnaire, quelle était la place de l’activité physique dans la prise en charge du burnout par les médecins du cabinet avec qui je travaille actuellement. Les résultats de cette analyse m’ont permis d’élaborer une affiche et une brochure à destination des patients. Les résultats de la recherche de la littérature ont mis en évidence que l’activité physique permettait la réduction significative de certains symptômes du burnout et que ses effets se maintenaient dans le temps. Cependant, il manque à la littérature des études de haute qualité permettant ainsi d’aboutir à des recommandations plus précises et généralisables. La littérature reste partagée quant à l’intérêt de l’activité physique dans la prise en charge du burnout. Cependant, ce manque de prise de position est la conséquence d’une carence évidente en études de grande qualité. L’activité physique permet la réduction de symptômes du burnout et mérite de ce fait sa place comme un élément thérapeutique à part entière.
Frikart - Maria-JoséUniversité catholique de Louvain
QT3 - QD8 - QD23 - 57.005
FACTEURS PRÉDICTIFS DE NON-CONTRÔLE DE L’ASTHME CHEZ L’ADULTE : IDENTIFIER POUR MIEUX TRAITER EN MÉDECINE GÉNÉRALE – UNE ÉTUDE DE LA LITTÉRATURE
FACTEURS PRÉDICTIFS DE NON-CONTRÔLE DE L’ASTHME CHEZ L’ADULTE : IDENTIFIER POUR MIEUX TRAITER EN MÉDECINE GÉNÉRALE – UNE ÉTUDE DE LA LITTÉRATURE
Introduction : L’asthme non contrôlé représente un fardeau, tant par la diminution de la qualité de vie des patients concernés que par les coûts directs et indirects qu’il engendre. Une des manières d’améliorer le contrôle de l’asthme consiste à identifier les facteurs qui impactent ce contrôle pour ensuite essayer de corriger ceux qui sont modifiables. Objectif : Identifier les facteurs prédictifs de non-contrôle asthmatique chez l’adulte afin de pouvoir corriger ceux qui sont modifiables, et ainsi améliorer le contrôle de la maladie asthmatique. Méthode : Réalisation d’une revue systématique et critique de la littérature par interrogation de la base de données Medline via OVID, avec sélection des articles selon des critères prédéfinis parmi ceux publiés ces cinq dernières années. Résultats : 34 articles ont été retenus et analysés. En raison des disparités méthodologiques entre ces études, il résulte un manque d’homogénéité quant aux résultats. En effet, seuls trois facteurs prédictifs de non-contrôle asthmatique semblent faire l’unanimité, ou la quasi-unanimité, dans les études qui les ont étudiés : le manque d’adhérence au traitement, les erreurs quant à l’utilisation des inhalateurs et le tabagisme. Conclusions : Des études supplémentaires sont nécessaires afin de préciser nos connaissances dans ce domaine de santé publique majeur. Idéalement, ces études devraient revêtir la forme d’études randomisées contrôlées, avec des échantillons plus grands, couvrir des périodes plus longues, et uniformiser leur méthodologie.
Introduction : L’asthme non contrôlé représente un fardeau, tant par la diminution de la qualité de vie des patients concernés que par les coûts directs et indirects qu’il engendre. Une des manières d’améliorer le contrôle de l’asthme consiste à identifier les facteurs qui impactent ce contrôle pour ensuite essayer de corriger ceux qui sont modifiables. Objectif : Identifier les facteurs prédictifs de non-contrôle asthmatique chez l’adulte afin de pouvoir corriger ceux qui sont modifiables, et ainsi améliorer le contrôle de la maladie asthmatique. Méthode : Réalisation d’une revue systématique et critique de la littérature par interrogation de la base de données Medline via OVID, avec sélection des articles selon des critères prédéfinis parmi ceux publiés ces cinq dernières années. Résultats : 34 articles ont été retenus et analysés. En raison des disparités méthodologiques entre ces études, il résulte un manque d’homogénéité quant aux résultats. En effet, seuls trois facteurs prédictifs de non-contrôle asthmatique semblent faire l’unanimité, ou la quasi-unanimité, dans les études qui les ont étudiés : le manque d’adhérence au traitement, les erreurs quant à l’utilisation des inhalateurs et le tabagisme. Conclusions : Des études supplémentaires sont nécessaires afin de préciser nos connaissances dans ce domaine de santé publique majeur. Idéalement, ces études devraient revêtir la forme d’études randomisées contrôlées, avec des échantillons plus grands, couvrir des périodes plus longues, et uniformiser leur méthodologie.
Gouzou - LionelUniversité de Liège
QT33 - R96 - QC14
Dépistage et prise en charge de l'ostéoporose masculine : état des connaissances des médecins généralistes de la région verviétoise
Dépistage et prise en charge de l'ostéoporose masculine : état des connaissances des médecins généralistes de la région verviétoise
Introduction : Les hommes ostéoporotiques sont inévitablement à risque de fractures de fragilité. Celles-ci ont un impact considérable au niveau de la qualité de vie et entrainent une majoration du risque de mortalité. Par ailleurs, le coût socio-économique lié aux fractures est non négligeable. L’objectif de ce travail est d’analyser l’attitude des médecins généralistes de la région verviétoise face au dépistage et à la prise en charge de l’ostéoporose masculine et de la confronter aux recommandations actuelles. Méthodologie : Une revue de la littérature a permis d’élaborer un guide d’entretien pour l’étude qualitative. Celle-ci a été menée auprès de médecins généralistes de la région verviétoise moyennant des entretiens semi-dirigés. Les entrevues ont commencé par une question sur leur pratique de dépistage chez les hommes en général. Ensuite, le sujet de l’ostéoporose masculine a été approfondi en parcourant différentes questions. Résultats : Nous avons réalisé douze entretiens abordant les thèmes suivants : le dépistage en général chez les hommes, le dépistage de l’ostéoporose et comment y procéder, le bilan lors du diagnostic, le traitement, le suivi ainsi que la compliance au traitement. Il en ressort que l’ostéoporose masculine ne fait pas partie des dépistages systématiques par manque de sensibilisation et de connaissance. Les complications pouvant en découler sont pourtant connues par certains médecins. Nous mettons en évidence certaines lacunes concernant les outils d’aide au diagnostic, le bilan étiologique, les mesures thérapeutiques et le suivi. Discussion : Les différentes recommandations ne s’accordent pas sur une seule pratique de dépistage. En Belgique, on propose d’utiliser un outil calculant le risque de fracture, mais sans préciser de seuil correspondant à un risque élevé de fracture. Concernant la prise en charge thérapeutique, il serait intéressant de mener davantage d’études auprès des hommes pour évaluer l’efficacité antifracturaire des traitements. Conclusion : L’ostéoporose masculine est certainement sous-diagnostiquée et sous-traitée. Il est donc important de sensibiliser tant les médecins généralistes que les patients. Des recommandations plus claires seraient également favorables à une meilleure prise en charge.
Introduction : Les hommes ostéoporotiques sont inévitablement à risque de fractures de fragilité. Celles-ci ont un impact considérable au niveau de la qualité de vie et entrainent une majoration du risque de mortalité. Par ailleurs, le coût socio-économique lié aux fractures est non négligeable. L’objectif de ce travail est d’analyser l’attitude des médecins généralistes de la région verviétoise face au dépistage et à la prise en charge de l’ostéoporose masculine et de la confronter aux recommandations actuelles. Méthodologie : Une revue de la littérature a permis d’élaborer un guide d’entretien pour l’étude qualitative. Celle-ci a été menée auprès de médecins généralistes de la région verviétoise moyennant des entretiens semi-dirigés. Les entrevues ont commencé par une question sur leur pratique de dépistage chez les hommes en général. Ensuite, le sujet de l’ostéoporose masculine a été approfondi en parcourant différentes questions. Résultats : Nous avons réalisé douze entretiens abordant les thèmes suivants : le dépistage en général chez les hommes, le dépistage de l’ostéoporose et comment y procéder, le bilan lors du diagnostic, le traitement, le suivi ainsi que la compliance au traitement. Il en ressort que l’ostéoporose masculine ne fait pas partie des dépistages systématiques par manque de sensibilisation et de connaissance. Les complications pouvant en découler sont pourtant connues par certains médecins. Nous mettons en évidence certaines lacunes concernant les outils d’aide au diagnostic, le bilan étiologique, les mesures thérapeutiques et le suivi. Discussion : Les différentes recommandations ne s’accordent pas sur une seule pratique de dépistage. En Belgique, on propose d’utiliser un outil calculant le risque de fracture, mais sans préciser de seuil correspondant à un risque élevé de fracture. Concernant la prise en charge thérapeutique, il serait intéressant de mener davantage d’études auprès des hommes pour évaluer l’efficacité antifracturaire des traitements. Conclusion : L’ostéoporose masculine est certainement sous-diagnostiquée et sous-traitée. Il est donc important de sensibiliser tant les médecins généralistes que les patients. Des recommandations plus claires seraient également favorables à une meilleure prise en charge.
Beckers - EmilieUniversité de Liège
L95 - QC21 - 31.003
"Mes patients"? "Nos patients"? Quelle est la vision des médecins généralistes de la province de Liège au sujet de la titularisation des patients ?
"Mes patients"? "Nos patients"? Quelle est la vision des médecins généralistes de la province de Liège au sujet de la titularisation des patients ?
Introduction La pratique de groupe apporte de nombreux avantages à la médecine générale. Cependant, elle peut également réduire la continuité personnelle des soins. La titularisation peut permettre de pallier ce manque de continuité des soins. Or, la littérature sur le sujet se fait rare. Que pensent les médecins généralistes en région liégeoise de la titularisation des patients en pratique de groupe ? Méthode Il s’agit d’une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de médecins travaillant en groupe dans la région de Liège. Résultat Dix entretiens ont été réalisés avant d’obtenir une saturation des réponses. Divers moteurs, freins, bénéfices et inconvénients de la titularisation ont été relevés. Par ailleurs, plusieurs pistes de réflexion sur la pratique de la médecine générale ont également été évoquées. Conclusion A travers ces entretiens, plus que d’apporter des réponses partielles aux questions que l’on pourrait se poser sur les facteurs influençant la titularisation en médecine générale de groupe, ce travail de fin d’étude aura aussi permis de soulever diverses questions et pistes de réflexions sur la pratique de la médecine générale, permettant aux médecins de demain d’enrichir leur pratique et leurs relations avec leurs patients.
Introduction La pratique de groupe apporte de nombreux avantages à la médecine générale. Cependant, elle peut également réduire la continuité personnelle des soins. La titularisation peut permettre de pallier ce manque de continuité des soins. Or, la littérature sur le sujet se fait rare. Que pensent les médecins généralistes en région liégeoise de la titularisation des patients en pratique de groupe ? Méthode Il s’agit d’une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de médecins travaillant en groupe dans la région de Liège. Résultat Dix entretiens ont été réalisés avant d’obtenir une saturation des réponses. Divers moteurs, freins, bénéfices et inconvénients de la titularisation ont été relevés. Par ailleurs, plusieurs pistes de réflexion sur la pratique de la médecine générale ont également été évoquées. Conclusion A travers ces entretiens, plus que d’apporter des réponses partielles aux questions que l’on pourrait se poser sur les facteurs influençant la titularisation en médecine générale de groupe, ce travail de fin d’étude aura aussi permis de soulever diverses questions et pistes de réflexions sur la pratique de la médecine générale, permettant aux médecins de demain d’enrichir leur pratique et leurs relations avec leurs patients.
Galet - ArnaudUniversité de Liège
QD12 - QD25 - QR31 - QS11 - QS41
La médecine esthétique en Belgique francophone : analyse d'une demande d'information de la part des patients en cabinet de médecine générale
La médecine esthétique en Belgique francophone : analyse d'une demande d'information de la part des patients en cabinet de médecine générale
Contexte: L’homme a toujours cherché à s’embellir. De nos jours, la science se joint à cette quête. La médecine esthétique est une médecine contemporaine et neuve. Avant de s’interroger sur la position à adopter en tant que médecin généraliste face à cette nouvelle tendance, il est opportun de dresser un état des lieux. La population belge francophone connaît-elle la médecine esthétique ? Est-elle désireuse d’obtenir des informations la concernant auprès de leur médecin traitant ? Objectif: La médecine esthétique est en plein essor. L’objectif de ce travail consiste à analyser la demande d’informations à ce sujet, venant de la patientèle francophone belge, auprès de leur médecin traitant (MT). Méthode: Il s’agit d’une étude mixte exploratoire. Elle est basée sur deux supports : une recherche et une analyse bibliographie ET un questionnaire auto-administré composé de 15 questions. Elle mélange résultats quantitatifs et qualitatifs. L’enquête s’est déroulée sur une période de 7 jours, et a permis de récolter 370 réponses qui ont été dépouillées, étudiées et analysées sur base statistique et/ou compréhensive. Résultats: Les résultats sont issus du questionnaire de 15 questions. Les questions ouvertes ont été objectivées et/ou traduites en résultats statistiques. Les principaux résultats à retenir sont : - Environ 63 % des répondants ont déjà entendu parler de la médecine esthétique. - 25 % des répondants ne connaissent pas la différence entre médecine esthétique et chirurgie esthétique. - 83% des répondants considèrent que c’est du devoir du médecin généraliste de savoir informer ou de référer à un spécialiste pour des questions esthétiques et 81% des personnes estiment que les actes médicaux esthétiques doivent être réalisés par des médecins. Conclusions: Les résultats de cette enquête confirme qu’il existe une demande d‘information de la patientèle francophone de Belgique, au sujet des applications de la médecine esthétique, auprès des médecins traitants. Mots clés: Médecin esthétique, médecine anti-âge, médecin généraliste, motivation, demande, ME chiffres, éthique, information.
Contexte: L’homme a toujours cherché à s’embellir. De nos jours, la science se joint à cette quête. La médecine esthétique est une médecine contemporaine et neuve. Avant de s’interroger sur la position à adopter en tant que médecin généraliste face à cette nouvelle tendance, il est opportun de dresser un état des lieux. La population belge francophone connaît-elle la médecine esthétique ? Est-elle désireuse d’obtenir des informations la concernant auprès de leur médecin traitant ? Objectif: La médecine esthétique est en plein essor. L’objectif de ce travail consiste à analyser la demande d’informations à ce sujet, venant de la patientèle francophone belge, auprès de leur médecin traitant (MT). Méthode: Il s’agit d’une étude mixte exploratoire. Elle est basée sur deux supports : une recherche et une analyse bibliographie ET un questionnaire auto-administré composé de 15 questions. Elle mélange résultats quantitatifs et qualitatifs. L’enquête s’est déroulée sur une période de 7 jours, et a permis de récolter 370 réponses qui ont été dépouillées, étudiées et analysées sur base statistique et/ou compréhensive. Résultats: Les résultats sont issus du questionnaire de 15 questions. Les questions ouvertes ont été objectivées et/ou traduites en résultats statistiques. Les principaux résultats à retenir sont : - Environ 63 % des répondants ont déjà entendu parler de la médecine esthétique. - 25 % des répondants ne connaissent pas la différence entre médecine esthétique et chirurgie esthétique. - 83% des répondants considèrent que c’est du devoir du médecin généraliste de savoir informer ou de référer à un spécialiste pour des questions esthétiques et 81% des personnes estiment que les actes médicaux esthétiques doivent être réalisés par des médecins. Conclusions: Les résultats de cette enquête confirme qu’il existe une demande d‘information de la patientèle francophone de Belgique, au sujet des applications de la médecine esthétique, auprès des médecins traitants. Mots clés: Médecin esthétique, médecine anti-âge, médecin généraliste, motivation, demande, ME chiffres, éthique, information.
Dedry - FlorenceUniversité catholique de Louvain
QC14 - QD12 - QP42 - QE2 - QR33
Répercussions d'une information sur les perturbateurs endocriniens donnée à des femmes enceintes - Etude prospective interventionnelle avec analyse qualitative des données
Répercussions d'une information sur les perturbateurs endocriniens donnée à des femmes enceintes - Etude prospective interventionnelle avec analyse qualitative des données
Contexte Les recommandations concernant les mesures d’éviction des PEC (perturbateurs endocriniens chimiques) sont de plus en plus nombreuses. On remarque cependant qu’elles ne sont pas mises en pratique. Une explication pourrait être la difficulté d’application qu’elles impliquent. Méthodologie J’ai donc réalisé une étude prospective interventionnelle chez 12 femmes enceintes. Elles ont reçu une courte information sur le sujet. Quelques semaines plus tard, un entretien semi-dirigé était prévu afin d’évaluer avec elles les conséquences de cette information dans leur quotidien. J’ai réalisé une analyse qualitative des données ainsi obtenues. Résultats Les difficultés pratiques sont nombreuses. Ces recommandations ont également provoqué de nombreuses réactions chez les participantes : culpabilité, acceptation de ses limites, questionnement sur ses responsabilités… L'impact de l’entourage joue un rôle primordial dans la réussite de la mise en pratique de ces mesures d’éviction. D’autres facteurs influencent également l’éviction des PEC : le vécu des participantes, leurs motivations, leurs priorités, leurs connaissances, la place du conjoint, la position du monde médical, etc. Conclusion L’éviction des PEC ne peut être réduite à un problème pratique. Les répercussions chez les femmes enceintes sont beaucoup plus larges. Une information ciblée des populations à risque semble intéressante, mais insuffisante vu l’impact important de l’entourage dans la réussite de la mise en pratique de ces recommandations. Les PEC étant ubiquitaires, leur éviction ne peut être réduite à un choix ou une volonté personnelle. C’est toute la société qui est concernée. Les médecins généralistes et les gynécologues ont une place importante à prendre en termes de prévention de la santé, via une information ciblée et pratique pour les patients. Cependant, ils n’y arriveront pas sans le soutien de mesures efficaces prises au niveau national ou, idéalement, européen.
Contexte Les recommandations concernant les mesures d’éviction des PEC (perturbateurs endocriniens chimiques) sont de plus en plus nombreuses. On remarque cependant qu’elles ne sont pas mises en pratique. Une explication pourrait être la difficulté d’application qu’elles impliquent. Méthodologie J’ai donc réalisé une étude prospective interventionnelle chez 12 femmes enceintes. Elles ont reçu une courte information sur le sujet. Quelques semaines plus tard, un entretien semi-dirigé était prévu afin d’évaluer avec elles les conséquences de cette information dans leur quotidien. J’ai réalisé une analyse qualitative des données ainsi obtenues. Résultats Les difficultés pratiques sont nombreuses. Ces recommandations ont également provoqué de nombreuses réactions chez les participantes : culpabilité, acceptation de ses limites, questionnement sur ses responsabilités… L'impact de l’entourage joue un rôle primordial dans la réussite de la mise en pratique de ces mesures d’éviction. D’autres facteurs influencent également l’éviction des PEC : le vécu des participantes, leurs motivations, leurs priorités, leurs connaissances, la place du conjoint, la position du monde médical, etc. Conclusion L’éviction des PEC ne peut être réduite à un problème pratique. Les répercussions chez les femmes enceintes sont beaucoup plus larges. Une information ciblée des populations à risque semble intéressante, mais insuffisante vu l’impact important de l’entourage dans la réussite de la mise en pratique de ces recommandations. Les PEC étant ubiquitaires, leur éviction ne peut être réduite à un choix ou une volonté personnelle. C’est toute la société qui est concernée. Les médecins généralistes et les gynécologues ont une place importante à prendre en termes de prévention de la santé, via une information ciblée et pratique pour les patients. Cependant, ils n’y arriveront pas sans le soutien de mesures efficaces prises au niveau national ou, idéalement, européen.
Braeckman - Anne-LaureUniversité catholique de Louvain
QD41 - QR31 - QR325 - QH1 - W78
Des médecins généralistes face à la solitude de leurs patients adultes: recherche qualitative auprès de médecins généralsites exerçant dans la région de Charleroi
Des médecins généralistes face à la solitude de leurs patients adultes: recherche qualitative auprès de médecins généralsites exerçant dans la région de Charleroi
Introduction : Les confinements liés à la pandémie de Covid 19 ont fait surgir les effets néfastes sur la santé de la solitude et de l’isolement social. La littérature démontre une forte association entre la solitude, l’isolement social et la mortalité ainsi qu’une association avec la santé mentale, la santé cardiovasculaire et toute une série d’autres morbidités. Le but de cette étude est d’analyser l’expérience des médecins généralistes vis-à-vis de la solitude de leurs patients adultes. Méthode : Une étude qualitative basée sur des interviews semi-dirigées a été réalisée auprès de 7 médecins généralistes de la région de Charleroi. Quatre thèmes ont été abordés : les connaissances sur le sujet de la solitude et ses impacts sur la santé, la détection de la solitude, sa prise en charge et le sentiment des répondants face à cette réalité ainsi que la place du médecin généraliste dans cette problématique. Les résultats ont été traités selon une analyse inductive. Résultats : Les 7 participants à l’étude varient en termes de sexe, d’âge, d’années et de type de pratique, ainsi que de type de patientèles. Leurs réponses peuvent être structurées en trois parties : d’abord les patients et le sentiment de solitude, ensuite le médecin et enfin la relation patient-médecin. Discussion : Les médecins de la région de Charleroi, interrogés dans cette étude, identifient la solitude des patients comme un phénomène complexe et évoquent différentes solutions en termes d’intervention. Ils expérimentent la solitude du patient comme un sentiment aux causes variées, auto-entretenu et impactant l’utilisation des soins. Ils perçoivent le médecin généraliste comme acteur central ayant besoin de temps, de soutien et de réflexion sur sa pratique. Ils relèvent dans la relation patient-médecin un déficit de détection et la nécessité d’une prise en charge proactive et singularisée. Conclusions : Les divers enjeux énoncés dans cette étude invitent à revoir les moyens de détection de la solitude, à réfléchir sur comment améliorer l’organisation de travail des généralistes et réduire leur charge de travail par exemple via le développement de plus de structures prenant en charge spécifiquement la solitude. La personnalisation des solutions et la participation du patient à l’élaboration de celles-ci ont semblé essentielles. Les activités de groupe, l’intervention de paramédicaux et bénévoles à domicile, la majoration du suivi médical, l’insertion dans une communauté, le renvoi vers des psychologues cliniciens, l’apport de certaines nouvelles technologies et l’aide logistique de la famille sont tous des voies d’actions proposées par cette étude.
Introduction : Les confinements liés à la pandémie de Covid 19 ont fait surgir les effets néfastes sur la santé de la solitude et de l’isolement social. La littérature démontre une forte association entre la solitude, l’isolement social et la mortalité ainsi qu’une association avec la santé mentale, la santé cardiovasculaire et toute une série d’autres morbidités. Le but de cette étude est d’analyser l’expérience des médecins généralistes vis-à-vis de la solitude de leurs patients adultes. Méthode : Une étude qualitative basée sur des interviews semi-dirigées a été réalisée auprès de 7 médecins généralistes de la région de Charleroi. Quatre thèmes ont été abordés : les connaissances sur le sujet de la solitude et ses impacts sur la santé, la détection de la solitude, sa prise en charge et le sentiment des répondants face à cette réalité ainsi que la place du médecin généraliste dans cette problématique. Les résultats ont été traités selon une analyse inductive. Résultats : Les 7 participants à l’étude varient en termes de sexe, d’âge, d’années et de type de pratique, ainsi que de type de patientèles. Leurs réponses peuvent être structurées en trois parties : d’abord les patients et le sentiment de solitude, ensuite le médecin et enfin la relation patient-médecin. Discussion : Les médecins de la région de Charleroi, interrogés dans cette étude, identifient la solitude des patients comme un phénomène complexe et évoquent différentes solutions en termes d’intervention. Ils expérimentent la solitude du patient comme un sentiment aux causes variées, auto-entretenu et impactant l’utilisation des soins. Ils perçoivent le médecin généraliste comme acteur central ayant besoin de temps, de soutien et de réflexion sur sa pratique. Ils relèvent dans la relation patient-médecin un déficit de détection et la nécessité d’une prise en charge proactive et singularisée. Conclusions : Les divers enjeux énoncés dans cette étude invitent à revoir les moyens de détection de la solitude, à réfléchir sur comment améliorer l’organisation de travail des généralistes et réduire leur charge de travail par exemple via le développement de plus de structures prenant en charge spécifiquement la solitude. La personnalisation des solutions et la participation du patient à l’élaboration de celles-ci ont semblé essentielles. Les activités de groupe, l’intervention de paramédicaux et bénévoles à domicile, la majoration du suivi médical, l’insertion dans une communauté, le renvoi vers des psychologues cliniciens, l’apport de certaines nouvelles technologies et l’aide logistique de la famille sont tous des voies d’actions proposées par cette étude.
Jaminon - fannyUniversité catholique de Louvain
A98 - QC14 - QD12 - QD22 - QP2 - QR31 - QS41
Dépistage des infections sexuellement transmissibles chez les patient·e·s LGBTQI+.
Dépistage des infections sexuellement transmissibles chez les patient·e·s LGBTQI+.
Introduction : Il est démontré que la population LGBTQI+ subit des discriminations en ce qui concerne l’accès aux soins de santé. En outre, ces patient·e·s sont plus à risque de développer certaines certaines pathologies. Objectifs : L’objectif de ce TFE est d’identifier quelles sont les différences dans le dépistage des IST entre une population hétérosexuelle cis-genre et la population ne se retrouvant pas dans cette catégorie. Un des objectifs secondaires est d’évaluer la connaissance des médecins généralistes dans ce domaine. Méthodes : Ici, une étude quantitative par questionnaire a été préférée. Pour ce faire, un questionnaire en ligne évaluant les connaissances des médecins généralistes à ce sujet a été envoyé. Résultats : Dans la plupart des cas, les médecins généralistes interrogé·e·s trouvent qu’iels sont à l’aise face au dépistage des IST de manière générale. Iels le sont par contre moins face à la santé sexuelle des LGBTQI+. Dans la tendance des prescriptions biologiques, il semble que beaucoup de médecin prescrivent des dépistages similaires pour les patient·e·s hétérosexuels et les FSF. Le dépistage des HSH comprend en plus un dépistage de l’hépatite A et des frottis PCR anaux ou de gorge. Conclusion : Il reste encore des avancées à réaliser en termes de connaissance sur les spécifiés de la médecine générale des patient·e·s LGBTQI+. Une mise a jours des outils mis à dispositions des particien·ne·s est indispensable pour améliorer la morbi-mortalité.
Introduction : Il est démontré que la population LGBTQI+ subit des discriminations en ce qui concerne l’accès aux soins de santé. En outre, ces patient·e·s sont plus à risque de développer certaines certaines pathologies. Objectifs : L’objectif de ce TFE est d’identifier quelles sont les différences dans le dépistage des IST entre une population hétérosexuelle cis-genre et la population ne se retrouvant pas dans cette catégorie. Un des objectifs secondaires est d’évaluer la connaissance des médecins généralistes dans ce domaine. Méthodes : Ici, une étude quantitative par questionnaire a été préférée. Pour ce faire, un questionnaire en ligne évaluant les connaissances des médecins généralistes à ce sujet a été envoyé. Résultats : Dans la plupart des cas, les médecins généralistes interrogé·e·s trouvent qu’iels sont à l’aise face au dépistage des IST de manière générale. Iels le sont par contre moins face à la santé sexuelle des LGBTQI+. Dans la tendance des prescriptions biologiques, il semble que beaucoup de médecin prescrivent des dépistages similaires pour les patient·e·s hétérosexuels et les FSF. Le dépistage des HSH comprend en plus un dépistage de l’hépatite A et des frottis PCR anaux ou de gorge. Conclusion : Il reste encore des avancées à réaliser en termes de connaissance sur les spécifiés de la médecine générale des patient·e·s LGBTQI+. Une mise a jours des outils mis à dispositions des particien·ne·s est indispensable pour améliorer la morbi-mortalité.
Lecrenier - CamilleUniversité catholique de Louvain
QR32 - QS41 - QD41 - QC2 - QP52 - X25 - Y25 - 33.000
Le dépistage du cancer pulmonaire en médecine générale par scanner thoracique de faible intensité, connaissances actuelles: revue de la littérature.
Le dépistage du cancer pulmonaire en médecine générale par scanner thoracique de faible intensité, connaissances actuelles: revue de la littérature.
Le cancer pulmonaire est, en Belgique, le deuxième cancer le plus fréquent chez l’homme et le troisième cancer le plus fréquent chez la femme (1) avec un faible taux de survie à 5 ans (18,1% chez les hommes et 26,8% chez les femmes) (2). Le tabac reste son facteur de risque principal. Malgré son incidence importante et de nombreuses études sur le sujet, aucun dépistage n’est disponible en Belgique. Aux USA, un dépistage par scanner thoracique de basse intensité est déjà implanté au niveau national suite à la sortie de la National Lung Screening Trial (NLST) en 2011. Cette revue de la littérature nous permet d’avoir un premier point de vue sur les différentes études originales publiées en occident. Le résultat final de la recherche a donné onze études cliniques dont neuf qui sont randomisées (ECR) et une qui ne l’est pas ainsi qu’une étude observationnelle prospective. Nous avons également obtenu une étude statistique de coût et une méta-analyse de deux ECR. Le premier objectif de ces travaux a été de définir la population à risque à dépister via différents critères (âge, histoire oncologique et tabagique, capacité physique, etc.). Ensuite les auteurs ont dû réaliser un protocole de dépistage par scanner thoracique de faible intensité, en définir la fréquence de dépistage, les critères de positivité et déterminer le suivi à réaliser. Seulement deux études obtiennent une diminution significative de la mortalité au sein de l’ensemble de leur population interventionnelle : l’étude NLST (RR 0,80) et l’étude NELSON (RR 0,76) (4,6). L’étude LUSI a également montré une diminution de la mortalité par cancer pulmonaire mais uniquement chez les femmes (13). Le Number Needed to Treat (NNT) le plus favorable pouvait être calculé dans l’étude NELSON à 131 (6). Malgré tout, des inconnues sont encore présentes, notamment concernant le coût de l’implantation d’un tel programme dans nos régions (20). De larges études européennes sont encore en cours en 2022 afin de répondre aux questions laissées en suspens (21).
Le cancer pulmonaire est, en Belgique, le deuxième cancer le plus fréquent chez l’homme et le troisième cancer le plus fréquent chez la femme (1) avec un faible taux de survie à 5 ans (18,1% chez les hommes et 26,8% chez les femmes) (2). Le tabac reste son facteur de risque principal. Malgré son incidence importante et de nombreuses études sur le sujet, aucun dépistage n’est disponible en Belgique. Aux USA, un dépistage par scanner thoracique de basse intensité est déjà implanté au niveau national suite à la sortie de la National Lung Screening Trial (NLST) en 2011. Cette revue de la littérature nous permet d’avoir un premier point de vue sur les différentes études originales publiées en occident. Le résultat final de la recherche a donné onze études cliniques dont neuf qui sont randomisées (ECR) et une qui ne l’est pas ainsi qu’une étude observationnelle prospective. Nous avons également obtenu une étude statistique de coût et une méta-analyse de deux ECR. Le premier objectif de ces travaux a été de définir la population à risque à dépister via différents critères (âge, histoire oncologique et tabagique, capacité physique, etc.). Ensuite les auteurs ont dû réaliser un protocole de dépistage par scanner thoracique de faible intensité, en définir la fréquence de dépistage, les critères de positivité et déterminer le suivi à réaliser. Seulement deux études obtiennent une diminution significative de la mortalité au sein de l’ensemble de leur population interventionnelle : l’étude NLST (RR 0,80) et l’étude NELSON (RR 0,76) (4,6). L’étude LUSI a également montré une diminution de la mortalité par cancer pulmonaire mais uniquement chez les femmes (13). Le Number Needed to Treat (NNT) le plus favorable pouvait être calculé dans l’étude NELSON à 131 (6). Malgré tout, des inconnues sont encore présentes, notamment concernant le coût de l’implantation d’un tel programme dans nos régions (20). De larges études européennes sont encore en cours en 2022 afin de répondre aux questions laissées en suspens (21).
Wauthier - AlexandreUniversité catholique de Louvain
R84 - 31.003 - 41.012
Prévention secondaire de l’entorse latérale de cheville en médecine générale - Une revue narrative de la littérature
Prévention secondaire de l’entorse latérale de cheville en médecine générale - Une revue narrative de la littérature
Introduction : Le médecin généraliste a un rôle important dans la promotion de la santé par le sport et le maintien en bonne santé de la population sportive. Parmi les blessures sportives les plus fréquentes, l’entorse de cheville occupe une des premières places. Ce travail interroge la littérature actuelle afin de mettre en évidence les possibilités de prévention secondaire de l’entorse de cheville. Méthode : Ce travail se base sur une revue narrative de la littérature entre 2007 et 2022 portant sur la prévention secondaire de l’entorse latérale de cheville. La recherche est effectuée dans la base de donnée Medline via Ovid. Sept articles ont été sélectionnés. Résultats : Les deux méthodes de stabilisation externe ayant prouvé leur efficacité sont le taping de cheville et l’attelle de cheville. La rééducation proprioceptive apporte une efficacité significative mais moins importante que l’attelle. Elle n’a pas été comparée au taping. Aucune autre méthode n’a prouvé d’efficacité à ce stade. Discussion : Plusieurs protocoles de rééducation proprioceptive de durée et d’intensité variable sont proposés dans la littérature mais aucun n’est comparé directement et aucun ne peut donc être défini comme supérieur. La réalisation de ces exercices est en général effectuée par un professionnel mais il existe des protocoles à réaliser par le patient seul et aucune différence significative n’existe en terme d’efficacité entre ces modalités. Bien qu’aucune recommandation claire ne ressorte de ces articles, il semble judicieux de proposer une combinaison de revalidation proprioceptive associée à une méthode de stabilisation externe de la cheville.
Introduction : Le médecin généraliste a un rôle important dans la promotion de la santé par le sport et le maintien en bonne santé de la population sportive. Parmi les blessures sportives les plus fréquentes, l’entorse de cheville occupe une des premières places. Ce travail interroge la littérature actuelle afin de mettre en évidence les possibilités de prévention secondaire de l’entorse de cheville. Méthode : Ce travail se base sur une revue narrative de la littérature entre 2007 et 2022 portant sur la prévention secondaire de l’entorse latérale de cheville. La recherche est effectuée dans la base de donnée Medline via Ovid. Sept articles ont été sélectionnés. Résultats : Les deux méthodes de stabilisation externe ayant prouvé leur efficacité sont le taping de cheville et l’attelle de cheville. La rééducation proprioceptive apporte une efficacité significative mais moins importante que l’attelle. Elle n’a pas été comparée au taping. Aucune autre méthode n’a prouvé d’efficacité à ce stade. Discussion : Plusieurs protocoles de rééducation proprioceptive de durée et d’intensité variable sont proposés dans la littérature mais aucun n’est comparé directement et aucun ne peut donc être défini comme supérieur. La réalisation de ces exercices est en général effectuée par un professionnel mais il existe des protocoles à réaliser par le patient seul et aucune différence significative n’existe en terme d’efficacité entre ces modalités. Bien qu’aucune recommandation claire ne ressorte de ces articles, il semble judicieux de proposer une combinaison de revalidation proprioceptive associée à une méthode de stabilisation externe de la cheville.
Dufoing - GautierUniversité de Liège
L77 - QC14 - QD42 - QS41 - QT33
La Place du Dépistage de la Maladie Coeliaque en Médecine Générale
La Place du Dépistage de la Maladie Coeliaque en Médecine Générale
Introduction : La prévalence de la maladie coeliaque est à la hausse depuis ces dernières années en raison de l’occidentalisation des régimes alimentaires dans le monde. Quelles sont les connaissances des médecins traitants de la maladie coeliaque et de ses conséquences sur la santé ? La coeliaquie représente une part non négligeable des pathologies pouvant être rencontrées en médecine de première ligne. Une analyse des connaissances des médecins de première ligne et leur avis concernant son dépistage paraissent intéressants. Méthode : Nous avons analysé le niveau de connaissance global des médecins généralistes belges concernant la maladie coeliaque et leur avis concernant le dépistage dans la population générale. Ce travail est réalisé sous la forme d’une étude qualitative menée par des entretiens semi-dirigés. Les données ont été codées et analysées de manière thématique. Après avoir exposé au médecin les arguments scientifiques retrouvés dans la littérature à propos d’un éventuel dépistage de masse, celui-ci a émis son avis personnel sur le sujet avec des données actualisées. Résultats et Conclusion : La majorité des soignants ignore réellement la prévalence et les complications graves de la maladie coeliaque. Les médecins sont principalement en défaveur d’un dépistage de masse en raison d’un coût imaginé comme étant trop élevé et du manque de données concernant l’évolution naturelle de la maladie. Le dépistage de sous-groupes de patients bien définis (antécédents familiaux au premier degré et présence de maladies auto-immunes fréquemment associées) semble être une option envisageable pour les généralistes.
Introduction : La prévalence de la maladie coeliaque est à la hausse depuis ces dernières années en raison de l’occidentalisation des régimes alimentaires dans le monde. Quelles sont les connaissances des médecins traitants de la maladie coeliaque et de ses conséquences sur la santé ? La coeliaquie représente une part non négligeable des pathologies pouvant être rencontrées en médecine de première ligne. Une analyse des connaissances des médecins de première ligne et leur avis concernant son dépistage paraissent intéressants. Méthode : Nous avons analysé le niveau de connaissance global des médecins généralistes belges concernant la maladie coeliaque et leur avis concernant le dépistage dans la population générale. Ce travail est réalisé sous la forme d’une étude qualitative menée par des entretiens semi-dirigés. Les données ont été codées et analysées de manière thématique. Après avoir exposé au médecin les arguments scientifiques retrouvés dans la littérature à propos d’un éventuel dépistage de masse, celui-ci a émis son avis personnel sur le sujet avec des données actualisées. Résultats et Conclusion : La majorité des soignants ignore réellement la prévalence et les complications graves de la maladie coeliaque. Les médecins sont principalement en défaveur d’un dépistage de masse en raison d’un coût imaginé comme étant trop élevé et du manque de données concernant l’évolution naturelle de la maladie. Le dépistage de sous-groupes de patients bien définis (antécédents familiaux au premier degré et présence de maladies auto-immunes fréquemment associées) semble être une option envisageable pour les généralistes.
Peetermans - NicolasUniversité catholique de Louvain
31.003 - A98 - QD41 - QS41 - D99 - QR31 - QT33
Les besoins en communication dans le cadre de la médecine générale: proposition de l'approche par la communication non violente
Les besoins en communication dans le cadre de la médecine générale: proposition de l'approche par la communication non violente

Communication needs in the context of general medicine: nonviolent communication approach proposal
Communication needs in the context of general medicine: nonviolent communication approach proposal
Introduction : La communication fait partie des compétences fondamentales du médecin généraliste : manifester de l’empathie a des bénéfices thérapeutiques reconnus. La communication non violente est un outil favorisant une écoute et communication empathique. Objectif : Le but de cette recherche a été d’approfondir les besoins en communication dans le contexte de la médecine générale, notamment via l’analyse des attentes, bénéfices et limites éventuelles de l’usage de la communication non violente. Méthode : Cette étude qualitative s’est basée sur des entretiens semi-dirigés réalisés entre février et mars 2022 auprès de médecins généralistes de la province du Luxembourg. Résultats : Quatorze entretiens ont été analysés. Les critères d’une bonne communication évoqués sont : le choix du praticien, la collaboration, la confiance, la compréhensibilité, l’empathie, la connaissance de soi et l’auto-empathie, l’écoute, la capacité à recentrer le dialogue, la disponibilité et la posture d’écoute. Les difficultés mentionnées sont : les barrières propres du patient et du professionnel, les différences de cultures et de langues, les préjugés, la surcharge de travail, l’environnement et le contexte émotionnel. La communication non violente est vue comme un outil pratique et adaptable aux consultations. Les autres bénéfices énoncés sont une aide pour l’écoute empathique, l’assertivité, la structure des entretiens, le désamorçage de conflit et la prise de conscience de ses propres émotions. Les principales limites évoquées sont le temps et l’énergie à investir. Discussion : La communication est primordiale en médecine générale et influence les résultats thérapeutiques de façon directe ou indirecte. Nombreux médecins ne se sentent pas suffisamment formés à la communication. Les avantages de l’usage de la communication non violente ont été approfondis dans la littérature. Différentes pistes sont intéressantes à évoquer pour approfondir le sujet.
Introduction : La communication fait partie des compétences fondamentales du médecin généraliste : manifester de l’empathie a des bénéfices thérapeutiques reconnus. La communication non violente est un outil favorisant une écoute et communication empathique. Objectif : Le but de cette recherche a été d’approfondir les besoins en communication dans le contexte de la médecine générale, notamment via l’analyse des attentes, bénéfices et limites éventuelles de l’usage de la communication non violente. Méthode : Cette étude qualitative s’est basée sur des entretiens semi-dirigés réalisés entre février et mars 2022 auprès de médecins généralistes de la province du Luxembourg. Résultats : Quatorze entretiens ont été analysés. Les critères d’une bonne communication évoqués sont : le choix du praticien, la collaboration, la confiance, la compréhensibilité, l’empathie, la connaissance de soi et l’auto-empathie, l’écoute, la capacité à recentrer le dialogue, la disponibilité et la posture d’écoute. Les difficultés mentionnées sont : les barrières propres du patient et du professionnel, les différences de cultures et de langues, les préjugés, la surcharge de travail, l’environnement et le contexte émotionnel. La communication non violente est vue comme un outil pratique et adaptable aux consultations. Les autres bénéfices énoncés sont une aide pour l’écoute empathique, l’assertivité, la structure des entretiens, le désamorçage de conflit et la prise de conscience de ses propres émotions. Les principales limites évoquées sont le temps et l’énergie à investir. Discussion : La communication est primordiale en médecine générale et influence les résultats thérapeutiques de façon directe ou indirecte. Nombreux médecins ne se sentent pas suffisamment formés à la communication. Les avantages de l’usage de la communication non violente ont été approfondis dans la littérature. Différentes pistes sont intéressantes à évoquer pour approfondir le sujet.

Introduction: Communication is one of the fundamental skills of the general practitioner: showing empathy has recognized therapeutic benefits. Nonviolent communication is a tool that promotes empathetic listening and communication. Objective: The aim of this research was to deepen the communication needs in the context of general medicine, in particular through the analysis of the expectations, benefits and possible limits of the use of nonviolent communication. Method: This qualitative study was based on semi-structured interviews carried out between February and March of 2022 with general practitioners in the province of Luxembourg. Results: Fourteen interviews were analyzed. The criteria for good communication mentioned are: the choice of practitioner, collaboration, trust, comprehensibility, empathy, self-knowledge and self-empathy, listening, the ability to refocus the dialogue, availability and listening posture. Difficulties cited are: patient's and professional's own barriers, differences in cultures and languages, prejudices, work overload, environment and emotional context. Nonviolent communication is seen as a practical and adaptable tool for consultations. The other recognized benefits are an aid for empathic listening, assertiveness, the structure of interviews, the defusing of conflict and the awareness of one's own emotions. The main limits mentioned are the time and energy to be invested. Discussion: Communication is essential in general medicine and influences therapeutic results directly or indirectly. Many general practitioners do not feel sufficiently trained in communication. The benefits of using nonviolent communication have been extensively researched in the literature. Different ideas are interesting to evoke to deepen the subject.
Introduction: Communication is one of the fundamental skills of the general practitioner: showing empathy has recognized therapeutic benefits. Nonviolent communication is a tool that promotes empathetic listening and communication. Objective: The aim of this research was to deepen the communication needs in the context of general medicine, in particular through the analysis of the expectations, benefits and possible limits of the use of nonviolent communication. Method: This qualitative study was based on semi-structured interviews carried out between February and March of 2022 with general practitioners in the province of Luxembourg. Results: Fourteen interviews were analyzed. The criteria for good communication mentioned are: the choice of practitioner, collaboration, trust, comprehensibility, empathy, self-knowledge and self-empathy, listening, the ability to refocus the dialogue, availability and listening posture. Difficulties cited are: patient's and professional's own barriers, differences in cultures and languages, prejudices, work overload, environment and emotional context. Nonviolent communication is seen as a practical and adaptable tool for consultations. The other recognized benefits are an aid for empathic listening, assertiveness, the structure of interviews, the defusing of conflict and the awareness of one's own emotions. The main limits mentioned are the time and energy to be invested. Discussion: Communication is essential in general medicine and influences therapeutic results directly or indirectly. Many general practitioners do not feel sufficiently trained in communication. The benefits of using nonviolent communication have been extensively researched in the literature. Different ideas are interesting to evoke to deepen the subject.
Clermont - SéverineUniversité de Liège
QO4 - QD12 - QS41 - QR31
Evaluation du modèle TIME dans la prise en charge des plaies en médecine générale dans la région Wallonie-Bruxelles, en 2022.
Evaluation du modèle TIME dans la prise en charge des plaies en médecine générale dans la région Wallonie-Bruxelles, en 2022.

Evaluation of the TIME model in the management of wounds in general practice, in the Wallonia-Brussels region, in 2022.
Evaluation of the TIME model in the management of wounds in general practice, in the Wallonia-Brussels region, in 2022.
Introduction : le modèle TIME est un outil recommandé en Belgique depuis 2015 par le centre belge d’information de pharmaco thérapeutique. Le TIME permet l’évaluation de la plaie et aide à la prise en charge de plaie et le choix du pansement adapté. Il a été prouvé qu’utiliser un outil commun entre les intervenants favorisait la communication, la prise en charge et la guérison des plaies chroniques. Objectif : ce travail a pour but de répondre à la question suivante : « quelle est la proportion d’utilisateurs de l’outil TIME pour la prise en charge des plaies chroniques chez nos médecins généralistes et nos assistants en médecine générale ? » Méthodologie : C’est une étude transversale, descriptive, quantitative, anonymisée. Un questionnaire anonymisé a été envoyé par courriel aux médecins de la région wallonne et bruxelloise ayant suivi leur formation dans l’une des trois universités francophones belges. Résultats : La proportion d’utilisateurs de l’outil TIME dans l’échantillon recueilli est de 24.3% et elle est nettement supérieure à la proportion supposée par les participants de 4.4%. Concernant la formation aux soins de plaies, les répondants sont formés durant leur formation à l’université. Conclusion : L’outil TIME est seulement utilisé dans un quart des cas et la demande de formations supplémentaires est grande. L’importance d’avoir un avis spécialisé rapide est la deuxième priorité alors que l’équipe mobile entre en troisième position dans les améliorations à mettre en place. Mots-clés : Plaies chroniques, wound, médecine générale, practitioners, concept TIME.
Introduction : le modèle TIME est un outil recommandé en Belgique depuis 2015 par le centre belge d’information de pharmaco thérapeutique. Le TIME permet l’évaluation de la plaie et aide à la prise en charge de plaie et le choix du pansement adapté. Il a été prouvé qu’utiliser un outil commun entre les intervenants favorisait la communication, la prise en charge et la guérison des plaies chroniques. Objectif : ce travail a pour but de répondre à la question suivante : « quelle est la proportion d’utilisateurs de l’outil TIME pour la prise en charge des plaies chroniques chez nos médecins généralistes et nos assistants en médecine générale ? » Méthodologie : C’est une étude transversale, descriptive, quantitative, anonymisée. Un questionnaire anonymisé a été envoyé par courriel aux médecins de la région wallonne et bruxelloise ayant suivi leur formation dans l’une des trois universités francophones belges. Résultats : La proportion d’utilisateurs de l’outil TIME dans l’échantillon recueilli est de 24.3% et elle est nettement supérieure à la proportion supposée par les participants de 4.4%. Concernant la formation aux soins de plaies, les répondants sont formés durant leur formation à l’université. Conclusion : L’outil TIME est seulement utilisé dans un quart des cas et la demande de formations supplémentaires est grande. L’importance d’avoir un avis spécialisé rapide est la deuxième priorité alors que l’équipe mobile entre en troisième position dans les améliorations à mettre en place. Mots-clés : Plaies chroniques, wound, médecine générale, practitioners, concept TIME.
Brasseur - Charles-HenryUniversité catholique de Louvain
QS41 - QR32 - S97 - QT23 - QT32
Le temps de consultation des assistants en médecine générale et l'impact sur leur formation.
Le temps de consultation des assistants en médecine générale et l'impact sur leur formation.
Il n'existe pas à ma connaisance de littérature sur le temps de consultation spécifique des assistants en médecine générale. En interrogeant 61 assistants en médecine générale par questionnaire, j'ai voulu dégager une tendance moyenne de temps de consultation, ainsi que de satisfaction et d'impact estimé sur la formation. Le temps de consultation moyen des assistants interrogés est de 20 minutes mais leur temps de consultation idéal est de 30 minutes. Ce temps est lié à un très haut taux de satisfaction, d'une impression de mieux exercer son métier et de plus s'améliorer. Ce temps de consultation idéalisé, plus long que le temps moyen actuel, est tout à fait compatible avec les recommandations actuelles du vademecum. Beaucoup aimeraient d'ailleurs que le temps de consultation des assistants y soit recommandé. Le temps de consultation moyen des assistants interrogés est différent de 5 minutes de celui des médecins généralistes belges. Un tableau de l'assistant et de ses caractéristiques a donc été dressé pour expliquer cette différence. Plus qu'un chiffre, l'idéal est de laisser l'assistant choisir son temps de consultation, ou au moins participer à la décision. Un assistant qui profite d'un temps de consultation adapté et choisi est un assistant satisfait de son temps de consultation, qui a l'impression de bien exercer son métier et de s'améliorer. Le temps de consultation est donc une variable importante de la bonne formation des médecins de demain.
Il n'existe pas à ma connaisance de littérature sur le temps de consultation spécifique des assistants en médecine générale. En interrogeant 61 assistants en médecine générale par questionnaire, j'ai voulu dégager une tendance moyenne de temps de consultation, ainsi que de satisfaction et d'impact estimé sur la formation. Le temps de consultation moyen des assistants interrogés est de 20 minutes mais leur temps de consultation idéal est de 30 minutes. Ce temps est lié à un très haut taux de satisfaction, d'une impression de mieux exercer son métier et de plus s'améliorer. Ce temps de consultation idéalisé, plus long que le temps moyen actuel, est tout à fait compatible avec les recommandations actuelles du vademecum. Beaucoup aimeraient d'ailleurs que le temps de consultation des assistants y soit recommandé. Le temps de consultation moyen des assistants interrogés est différent de 5 minutes de celui des médecins généralistes belges. Un tableau de l'assistant et de ses caractéristiques a donc été dressé pour expliquer cette différence. Plus qu'un chiffre, l'idéal est de laisser l'assistant choisir son temps de consultation, ou au moins participer à la décision. Un assistant qui profite d'un temps de consultation adapté et choisi est un assistant satisfait de son temps de consultation, qui a l'impression de bien exercer son métier et de s'améliorer. Le temps de consultation est donc une variable importante de la bonne formation des médecins de demain.
delvaulx - maximeUniversité catholique de Louvain
QT11 - QS11 - QT13 - QD11 - QP22
Évolution du vécu et de la gestion de la parentalité chez les médecins généralistes : quelles sont les clés pour combiner épanouissements privé et professionnel ?
Évolution du vécu et de la gestion de la parentalité chez les médecins généralistes : quelles sont les clés pour combiner épanouissements privé et professionnel ?
Introduction Il est facile de constater que la médecine générale est en pleine évolution d’une part avec une féminisation du métier et d’autre part avec une tendance vers la pratique de groupe. Les rôles parentaux évoluent également avec une plus grande reconnaissance sociale de la fonction paternelle. L’objectif de ce travail est d’étudier le vécu et l’expérience des médecins généralistes en tant que parents, et par ailleurs, d’en obtenir les clés combiner épanouissements privé et professionnel. Méthodologie Il s’agit d’une étude qualitative. La récolte des données a été réalisée sous forme d’interviews semi-dirigées à l’aide d’un guide d’entretien. Cette étude a été menée auprès de 11 médecins généralistes francophones de la Région wallonne. Cet échantillon regroupe 5 femmes et 6 hommes, âgés entre 29 et 67 ans. Des recherches dans la littérature ont bien sûr été nécessaires afin d’étayer les données déjà connues sur le sujet. Résultats La majorité des médecins interrogés participent à cette évolution de la médecine vers une pratique de groupe et mettent un point d’honneur à maintenir un équilibre entre leur vie privée et leur activité professionnelle. Les principaux concernés sont les jeunes parents qui parviennent à poser un cadre et fixer leurs limites plus facilement qu’à l’époque. Conclusion La pratique de groupe semble être la clé pour combiner épanouissements professionnel et privé puisqu’elle permet une plus grande flexibilité horaire tout en assurant la continuité des soins. Cela permet aux médecins de nos jours d’intégrer leur vie de famille avec plus de facilités. Toutefois, la répartition des tâches familiales avec le coparent ainsi que l’aide de l’entourage proche sont des aides précieuses dans la gestion de la parentalité. Mots-clés: Physician family, parenting, general practioners, fulfilment Indexation: QD8, QS41, QR31
Introduction Il est facile de constater que la médecine générale est en pleine évolution d’une part avec une féminisation du métier et d’autre part avec une tendance vers la pratique de groupe. Les rôles parentaux évoluent également avec une plus grande reconnaissance sociale de la fonction paternelle. L’objectif de ce travail est d’étudier le vécu et l’expérience des médecins généralistes en tant que parents, et par ailleurs, d’en obtenir les clés combiner épanouissements privé et professionnel. Méthodologie Il s’agit d’une étude qualitative. La récolte des données a été réalisée sous forme d’interviews semi-dirigées à l’aide d’un guide d’entretien. Cette étude a été menée auprès de 11 médecins généralistes francophones de la Région wallonne. Cet échantillon regroupe 5 femmes et 6 hommes, âgés entre 29 et 67 ans. Des recherches dans la littérature ont bien sûr été nécessaires afin d’étayer les données déjà connues sur le sujet. Résultats La majorité des médecins interrogés participent à cette évolution de la médecine vers une pratique de groupe et mettent un point d’honneur à maintenir un équilibre entre leur vie privée et leur activité professionnelle. Les principaux concernés sont les jeunes parents qui parviennent à poser un cadre et fixer leurs limites plus facilement qu’à l’époque. Conclusion La pratique de groupe semble être la clé pour combiner épanouissements professionnel et privé puisqu’elle permet une plus grande flexibilité horaire tout en assurant la continuité des soins. Cela permet aux médecins de nos jours d’intégrer leur vie de famille avec plus de facilités. Toutefois, la répartition des tâches familiales avec le coparent ainsi que l’aide de l’entourage proche sont des aides précieuses dans la gestion de la parentalité. Mots-clés: Physician family, parenting, general practioners, fulfilment Indexation: QD8, QS41, QR31
Kalbert - LauraUniversité catholique de Louvain
QD8 - QS41 - QR31
Etude mixte de la perception des médecins généralistes, par rapport à leur pratique et leur patient, à propos de l’arrivée de l’hospitalisation à domicile dans le paysage médical.
Etude mixte de la perception des médecins généralistes, par rapport à leur pratique et leur patient, à propos de l’arrivée de l’hospitalisation à domicile dans le paysage médical.
Contexte. Dans le cadre de la réforme du paysage hospitalier et du financement des hôpitaux, Maggie de Block a donné le coup d'envoi à 12 projets pilotes concernant l'hospitalisation à domicile dans l'ensemble de la Belgique. L'objectif principal étant de tester si nos patients peuvent bénéficier de certains soins à la maison, avec la même qualité et les mêmes garanties de sécurité qu’à l’hôpital. Ce travail a pour objectif d’évaluer la perception de l’HAD par les généralistes francophones belges par rapport à leur pratique et leur patient. Méthodologie. Il s’agit d’une étude mixte quantitative et qualitative via un questionnaire posté en ligne adressé aux généralistes francophones belges. Ce dernier a été constitué de questions ouvertes et fermées. Le questionnaire a été diffusé sur différents plateformes. Résultats. 101 personnes ont répondu au questionnaire. 61,8% [95% IC, 52,4 – 71,2%] de mon échantillon voit le projet comme un plus dans leur pratique générale. D’autant plus que 76,5% [95% IC, 68,3 – 84,7%] d’entre eux, perçoivent un souhait du patient d’être davantage soigné à domicile. 75,8% des votes [95% IC, 67,5 – 84,1%] pense que l’HAD assura une revalorisation de la première ligne et le bien-être du patient avec 88,3% des votes [95% IC, 82,1 – 94,5%]. Par contre, à 81,8% [95% IC, 74,3 – 89,3%] des participants craignent que l'HAD sera chronophage. Conclusion Les résultats démontrés à travers mon étude montrent un réel engouement autour de la problématique de l’hospitalisation à domicile. L’instauration du projet soulève tout de même des préoccupations, notamment dans la gestion du temps dans une première ligne déjà surchargée.
Contexte. Dans le cadre de la réforme du paysage hospitalier et du financement des hôpitaux, Maggie de Block a donné le coup d'envoi à 12 projets pilotes concernant l'hospitalisation à domicile dans l'ensemble de la Belgique. L'objectif principal étant de tester si nos patients peuvent bénéficier de certains soins à la maison, avec la même qualité et les mêmes garanties de sécurité qu’à l’hôpital. Ce travail a pour objectif d’évaluer la perception de l’HAD par les généralistes francophones belges par rapport à leur pratique et leur patient. Méthodologie. Il s’agit d’une étude mixte quantitative et qualitative via un questionnaire posté en ligne adressé aux généralistes francophones belges. Ce dernier a été constitué de questions ouvertes et fermées. Le questionnaire a été diffusé sur différents plateformes. Résultats. 101 personnes ont répondu au questionnaire. 61,8% [95% IC, 52,4 – 71,2%] de mon échantillon voit le projet comme un plus dans leur pratique générale. D’autant plus que 76,5% [95% IC, 68,3 – 84,7%] d’entre eux, perçoivent un souhait du patient d’être davantage soigné à domicile. 75,8% des votes [95% IC, 67,5 – 84,1%] pense que l’HAD assura une revalorisation de la première ligne et le bien-être du patient avec 88,3% des votes [95% IC, 82,1 – 94,5%]. Par contre, à 81,8% [95% IC, 74,3 – 89,3%] des participants craignent que l'HAD sera chronophage. Conclusion Les résultats démontrés à travers mon étude montrent un réel engouement autour de la problématique de l’hospitalisation à domicile. L’instauration du projet soulève tout de même des préoccupations, notamment dans la gestion du temps dans une première ligne déjà surchargée.
Fellner - RichardUniversité catholique de Louvain
QO4 - QO4 - QO4 - QO4
Revue narrative : la musculation, une arme efficace pour lutter contre l’hypertension artérielle ?
Revue narrative : la musculation, une arme efficace pour lutter contre l’hypertension artérielle ?
Contexte : L’hypertension artérielle (HTA) est une des affections chroniques les plus prévalentes dans la population belge. Un des facteurs de risque clairement identifiés d’HTA est la sédentarité. Pour assurer sa mission de médecine préventive, le médecin généraliste conseille donc souvent à son patient de pratiquer plus de sport. La musculation, qui est une pratique sportive de plus en plus populaire, peut-elle être recommandée pour lutter contre l’HTA au vu des connaissances scientifiques actuelles ? Objectif : Cette revue de littérature a pour but d’effectuer une analyse critique de l’efficacité de la musculation sur le contrôle de l’hypertension artérielle, afin de pouvoir notamment adapter et clarifier les recommandations faites par les médecins généralistes. Méthodologie : Revue narrative construite sur base d’articles d’Evidence Based Medecine (EBM) trouvés sur la base de données de littérature Medline via le moteur de recherche PubMed. Les articles ont été recherchés en combinant le terme MeSH qui se rapporte à la musculation (Resistance Training), avec le terme MeSH qui se rapporte à l’hypertension artérielle (Hypertension), puis ont été sélectionnés sur base d’une liste de critères supplémentaires pour assurer leur pertinence. Résultats : Les valeurs de TA après l’intervention « Resistance Training » ont été reportées en fonction de plusieurs facteurs pouvant avoir de l’influence sur les résultats, et ensuite repris sous la forme d’un tableau. Mêmes si les résultats sont parfois contradictoires, il existe une tendance globale démontrant un effet faible à modéré (inférieur à 10 mm Hg), autant sur la SBP que la DBP. Les différents facteurs étudiés ont parfois un impact majeur sur les résultats, en fonction des articles examinés. Conclusion : La musculation semble avoir de manière isolée un effet modérément antihypertenseur, en particulier chez les patients qui présentent une hypertension artérielle. Plus d’études sont nécessaires, notamment chez les patients hypertendus sans médication. Le médecin généraliste peut intégrer cette pratique sportive parmi les traitements non-pharmacologiques à proposer au patient hypertendu. Mots-clés : Médecine Générale – Musculation – Hypertension artérielle – Activité physique
Contexte : L’hypertension artérielle (HTA) est une des affections chroniques les plus prévalentes dans la population belge. Un des facteurs de risque clairement identifiés d’HTA est la sédentarité. Pour assurer sa mission de médecine préventive, le médecin généraliste conseille donc souvent à son patient de pratiquer plus de sport. La musculation, qui est une pratique sportive de plus en plus populaire, peut-elle être recommandée pour lutter contre l’HTA au vu des connaissances scientifiques actuelles ? Objectif : Cette revue de littérature a pour but d’effectuer une analyse critique de l’efficacité de la musculation sur le contrôle de l’hypertension artérielle, afin de pouvoir notamment adapter et clarifier les recommandations faites par les médecins généralistes. Méthodologie : Revue narrative construite sur base d’articles d’Evidence Based Medecine (EBM) trouvés sur la base de données de littérature Medline via le moteur de recherche PubMed. Les articles ont été recherchés en combinant le terme MeSH qui se rapporte à la musculation (Resistance Training), avec le terme MeSH qui se rapporte à l’hypertension artérielle (Hypertension), puis ont été sélectionnés sur base d’une liste de critères supplémentaires pour assurer leur pertinence. Résultats : Les valeurs de TA après l’intervention « Resistance Training » ont été reportées en fonction de plusieurs facteurs pouvant avoir de l’influence sur les résultats, et ensuite repris sous la forme d’un tableau. Mêmes si les résultats sont parfois contradictoires, il existe une tendance globale démontrant un effet faible à modéré (inférieur à 10 mm Hg), autant sur la SBP que la DBP. Les différents facteurs étudiés ont parfois un impact majeur sur les résultats, en fonction des articles examinés. Conclusion : La musculation semble avoir de manière isolée un effet modérément antihypertenseur, en particulier chez les patients qui présentent une hypertension artérielle. Plus d’études sont nécessaires, notamment chez les patients hypertendus sans médication. Le médecin généraliste peut intégrer cette pratique sportive parmi les traitements non-pharmacologiques à proposer au patient hypertendu. Mots-clés : Médecine Générale – Musculation – Hypertension artérielle – Activité physique
Gerardy - BenjaminUniversité de Liège
57.005 - 57.002 - K86 - A98
Identification de médicaments potentiellement inappropriés via l’outil STOPP/START.version2 et notification au médecin généraliste comme aide à la déprescription chez des patients de 75 ans et plus vivant au domicile
Identification de médicaments potentiellement inappropriés via l’outil STOPP/START.version2 et notification au médecin généraliste comme aide à la déprescription chez des patients de 75 ans et plus vivant au domicile
Objectif principal : évaluer l’efficacité d’une intervention implémentée dans la pratique courante de médecins généralistes en terme de diminution du nombre de médicaments potentiellement inappropriés chez leurs patients de 75 ans et plus vivant au domicile. Matériels et méthodes : dans le cadre de cet essai clinique comparé, les dossiers médicaux de patients ont été passés en revue afin d’y identifier les médicaments chroniques potentiellement inappropriés. Les médicaments identifiés ont été notifiés dans le dossier médical informatisé des patients du groupe intervention, préalablement assignés par randomisation simple. L’identification s’est faite à l’aide de l’outil STOPP.version2, dont 12 critères ont été adaptés aux besoins de l’étude. Le logiciel médical Medispring a été utilisé pour cette étude. Résultats : 70 patients de 75 ans et plus vivant à domicile ont été enrôlés dans l’étude. La moyenne d’âge était de 81,9 (±5,1) ans. La population était majoritairement féminine (61,4%). Le nombre moyen de médicaments chroniques et de médicaments chroniques potentiellement inappropriés par patient étaient respectivement de 6,5 (±3,3) et de 2,4 (±1,9). La prévalence de la polymédication, de l’hyperpolymédication et des médicaments potentiellement inappropriés étaient respectivement de 70%, 20% et 85,7%. En moyenne, par patient, 0,35 (±0,70) médicament potentiellement chronique a été déprescrit dans le groupe intervention et 0,40 (±0,62) dans le groupe contrôle, sans différence significative entre les deux groupes (p-value = 0,650). Conclusions : le nombre de médicaments déprescrits n’était pas significativement différent dans les deux groupes. Cette étude ne permet pas à elle seule de justifier l’investissement de temps et de moyens pour faire identifier les médicaments potentiellement inappropriés d’un patient par une autre personne que son médecin généraliste. Ce travail met en évidence des limites, des biais méthodologiques et des suggestions qui permettent d’apprécier la faisabilité d’une expérimentation ultérieure de meilleure qualité méthodologie et de plus grande puissance. Mots-clefs : généraliste, patient âgé, 75 ans et plus, ambulatoire, déprescription, évènement indésirable médicamenteux, polymédication, hyperpolymédication, médicament potentiellement inapproprié, START/STOPP
Objectif principal : évaluer l’efficacité d’une intervention implémentée dans la pratique courante de médecins généralistes en terme de diminution du nombre de médicaments potentiellement inappropriés chez leurs patients de 75 ans et plus vivant au domicile. Matériels et méthodes : dans le cadre de cet essai clinique comparé, les dossiers médicaux de patients ont été passés en revue afin d’y identifier les médicaments chroniques potentiellement inappropriés. Les médicaments identifiés ont été notifiés dans le dossier médical informatisé des patients du groupe intervention, préalablement assignés par randomisation simple. L’identification s’est faite à l’aide de l’outil STOPP.version2, dont 12 critères ont été adaptés aux besoins de l’étude. Le logiciel médical Medispring a été utilisé pour cette étude. Résultats : 70 patients de 75 ans et plus vivant à domicile ont été enrôlés dans l’étude. La moyenne d’âge était de 81,9 (±5,1) ans. La population était majoritairement féminine (61,4%). Le nombre moyen de médicaments chroniques et de médicaments chroniques potentiellement inappropriés par patient étaient respectivement de 6,5 (±3,3) et de 2,4 (±1,9). La prévalence de la polymédication, de l’hyperpolymédication et des médicaments potentiellement inappropriés étaient respectivement de 70%, 20% et 85,7%. En moyenne, par patient, 0,35 (±0,70) médicament potentiellement chronique a été déprescrit dans le groupe intervention et 0,40 (±0,62) dans le groupe contrôle, sans différence significative entre les deux groupes (p-value = 0,650). Conclusions : le nombre de médicaments déprescrits n’était pas significativement différent dans les deux groupes. Cette étude ne permet pas à elle seule de justifier l’investissement de temps et de moyens pour faire identifier les médicaments potentiellement inappropriés d’un patient par une autre personne que son médecin généraliste. Ce travail met en évidence des limites, des biais méthodologiques et des suggestions qui permettent d’apprécier la faisabilité d’une expérimentation ultérieure de meilleure qualité méthodologie et de plus grande puissance. Mots-clefs : généraliste, patient âgé, 75 ans et plus, ambulatoire, déprescription, évènement indésirable médicamenteux, polymédication, hyperpolymédication, médicament potentiellement inapproprié, START/STOPP
Deom - GuillaumeUniversité catholique de Louvain
QD326 - QC15 - QS41 - QP3 - 49.004 - QD446 - QO4 - QO4
La recherche en médecine générale : Sommes-nous prêts à nous lancer ? Une étude transversale par questionnaire étudiant l’intention et la motivation des médecins généralistes Belges francophones à réaliser de la recherche.
La recherche en médecine générale : Sommes-nous prêts à nous lancer ? Une étude transversale par questionnaire étudiant l’intention et la motivation des médecins généralistes Belges francophones à réaliser de la recherche.
Introduction : Les soins fournis aux patients en médecine générale, se basent sur de la littérature qui n’est probablement pas la plus adaptée à ceux-ci car elle n’émane généralement pas de la première ligne. Avoir des médecins généralistes chercheurs pourrait palier à cette problématique. Pourtant, seul une faible proportion de médecins généralistes sont investis dans la recherche. De nombreux freins et facteurs motivationnels sont connus dans la littérature. Notre étude a pour objectif d’analyser la motivation et l’intention des médecins généralistes Belges francophones à faire de la recherche en médecine générale. Méthode : Nous avons réalisé une étude quantitative transversale auprès des médecins généralistes Belges francophones, grâce à un questionnaire en ligne investiguant les données socio-démographiques, la pratique des participants, diverses questions sur leur rapport à la recherche et des questions afin d’évaluer leur motivation et leur intention à effectuer une activité de recherche. Résultats : Nous avons obtenu 193 réponses valides. Nous avons mis en évidence une moyenne générale d’intention à 2.9 (sur une échelle de Likert de 6). Nous avons obtenu des résultats statistiquement significatifs pour la moyenne d’intention à réaliser de la recherche avec le type de pratique (en faveur des associations pluridisciplinaires), le type de financement (en faveur du forfait), la rémunération (en faveur du statut de salarié), la présence d’une activité scientifique, la fonction d’enseignant, la fonction dans une société scientifique médicale, et la présence d’une activité de recherche par le passé. Conclusion : Nous avons pu décrire un certain nombre d’éléments influençant l’intention ainsi que la motivation à entreprendre une activité de recherche. D’autres études sont nécessaires afin de déterminer quelles actions concrètes pourraient être entreprises afin de majorer la motivation, l’intention et finalement l’investissement des médecins généralistes dans la recherche.
Introduction : Les soins fournis aux patients en médecine générale, se basent sur de la littérature qui n’est probablement pas la plus adaptée à ceux-ci car elle n’émane généralement pas de la première ligne. Avoir des médecins généralistes chercheurs pourrait palier à cette problématique. Pourtant, seul une faible proportion de médecins généralistes sont investis dans la recherche. De nombreux freins et facteurs motivationnels sont connus dans la littérature. Notre étude a pour objectif d’analyser la motivation et l’intention des médecins généralistes Belges francophones à faire de la recherche en médecine générale. Méthode : Nous avons réalisé une étude quantitative transversale auprès des médecins généralistes Belges francophones, grâce à un questionnaire en ligne investiguant les données socio-démographiques, la pratique des participants, diverses questions sur leur rapport à la recherche et des questions afin d’évaluer leur motivation et leur intention à effectuer une activité de recherche. Résultats : Nous avons obtenu 193 réponses valides. Nous avons mis en évidence une moyenne générale d’intention à 2.9 (sur une échelle de Likert de 6). Nous avons obtenu des résultats statistiquement significatifs pour la moyenne d’intention à réaliser de la recherche avec le type de pratique (en faveur des associations pluridisciplinaires), le type de financement (en faveur du forfait), la rémunération (en faveur du statut de salarié), la présence d’une activité scientifique, la fonction d’enseignant, la fonction dans une société scientifique médicale, et la présence d’une activité de recherche par le passé. Conclusion : Nous avons pu décrire un certain nombre d’éléments influençant l’intention ainsi que la motivation à entreprendre une activité de recherche. D’autres études sont nécessaires afin de déterminer quelles actions concrètes pourraient être entreprises afin de majorer la motivation, l’intention et finalement l’investissement des médecins généralistes dans la recherche.
Kheirallah - AlexandreUniversité catholique de Louvain
QS41 - QR323 - QO4 - QO4
Les conséquences de l’usage prolongé des écrans chez les enfants Revue systématique de la littérature
Les conséquences de l’usage prolongé des écrans chez les enfants Revue systématique de la littérature
Abstract Introduction Nous vivons à l’ère du numérique. L’usage des écrans est partout; le téléphone, la télévision, l’ordinateur ou encore la tablette sont omniprésents et nous y consacrons de plus en plus de temps. Mais qu’en est-il des enfants ? Quelles sont les conséquences de la surexposition aux écrans chez les enfants de 0 à 12 ans ? Et quel est notre rôle en tant que médecin généraliste ? Méthode Une recherche de littérature dans Pubmed, Embase, Cochrane et Psycinfo a été effectuée entre décembre 2021 et mars 2022. Celle-ci porte sur les conséquences de l’usage des écrans chez les enfants de 0 à 12 ans. Au total, 7 revues systématiques dont 5 avec méta-analyses ont été sélectionnées pour ce travail. Résultats Les différentes études ont montré une association significative entre l’usage des écrans et une diminution des performances linguistiques et académiques, un surpoids ou une obésité, une perturbation du sommeil (avec une durée de sommeil plus courte, une heure de coucher tardive, parfois des réveils nocturnes) et dans une moindre mesure, des problèmes de comportement comme la violence, l’agressivité ou un risque d’être victime d’intimidation. Conclusion Malgré leurs nombreuses limites, les articles sélectionnés s’accordent à dire que les conséquences de la surexposition aux écrans sont bien réelles. Mais ce domaine mérite d’être davantage exploité. La plupart des études se sont intéressées aux médias et plus particulièrement à la télévision, mais aujourd’hui les enfants utilisent de nouveaux appareils numériques tels que les smartphones et les tablettes. Ce qui diminue le co-visionnage qui semble être le seul élément positif. La prévention primaire devrait intégrer de manière plus importante la surexposition des écrans chez les enfants.
Abstract Introduction Nous vivons à l’ère du numérique. L’usage des écrans est partout; le téléphone, la télévision, l’ordinateur ou encore la tablette sont omniprésents et nous y consacrons de plus en plus de temps. Mais qu’en est-il des enfants ? Quelles sont les conséquences de la surexposition aux écrans chez les enfants de 0 à 12 ans ? Et quel est notre rôle en tant que médecin généraliste ? Méthode Une recherche de littérature dans Pubmed, Embase, Cochrane et Psycinfo a été effectuée entre décembre 2021 et mars 2022. Celle-ci porte sur les conséquences de l’usage des écrans chez les enfants de 0 à 12 ans. Au total, 7 revues systématiques dont 5 avec méta-analyses ont été sélectionnées pour ce travail. Résultats Les différentes études ont montré une association significative entre l’usage des écrans et une diminution des performances linguistiques et académiques, un surpoids ou une obésité, une perturbation du sommeil (avec une durée de sommeil plus courte, une heure de coucher tardive, parfois des réveils nocturnes) et dans une moindre mesure, des problèmes de comportement comme la violence, l’agressivité ou un risque d’être victime d’intimidation. Conclusion Malgré leurs nombreuses limites, les articles sélectionnés s’accordent à dire que les conséquences de la surexposition aux écrans sont bien réelles. Mais ce domaine mérite d’être davantage exploité. La plupart des études se sont intéressées aux médias et plus particulièrement à la télévision, mais aujourd’hui les enfants utilisent de nouveaux appareils numériques tels que les smartphones et les tablettes. Ce qui diminue le co-visionnage qui semble être le seul élément positif. La prévention primaire devrait intégrer de manière plus importante la surexposition des écrans chez les enfants.
Lebailly - FlorenceUniversité catholique de Louvain
QC12 - QD41 - QT33 - QC1 - QD23 - QO1
Diagnostic proactive et prise en charge de la dysfonction érectile masculine en médecine générale : Connaissance, attitude et pratique de médecins généralistes en Belgique Francophone
Diagnostic proactive et prise en charge de la dysfonction érectile masculine en médecine générale : Connaissance, attitude et pratique de médecins généralistes en Belgique Francophone
Introduction La dysfonction érectile est une symptomatologie qui se manifeste fréquemment chez les hommes au début de leur quarantaine mais qui apparait sous diagnostiquée au regard de la littérature. Le généraliste qui occupe une place centrale pour une prise en charge globale du patient, peut aborder le sujet de la dysfonction érectile en saisissant l’opportunité lorsqu’un homme arrive en consultation et adopter une démarche proactive. Méthode Le travail consiste en une revue de la littérature ainsi qu’une étude quantitative par questionnaire auto-administré afin d’évaluer les connaissances, attitudes et pratiques de médecins généralistes exerçant en Belgique Francophone au sujet du diagnostic proactif et de la prise en charge de la dysfonction érectile. Résultats La littérature montre que la dysfonction érectile impacte la qualité de vie du patient et est associée à une augmentation du risque d’événement cardiovasculaire qu’elle précède de trois à cinq ans donnant ainsi droit à une fenêtre temporelle durant laquelle nous pouvons modifier les facteurs de risques. La prise en charge pharmacologique de la dysfonction érectile améliore sa fonction et la qualité de vie. Enfin, la littérature montre que les patients souhaiteraient que le médecin aborde le sujet avec eux et qu’ils n’accordent pas d’importance au sex du praticien. L’étude quantitative montre que la dysfonction érectile est une problématique fréquente en médecine générale et que les médecins ont conscience de l’importance qu’elle représente. Les généralistes interrogés n’ont pas une bonne connaissance de l’IIEF et seulement 8,8% d’entre eux sont proactives. Le sex du praticien est statistiquement corrélé au fait de se sentir à l’aise d’aborder le sujet de manière proactif alors que le statut professionnel est statistiquement corrélé au fait de se sentir à l’aise de prendre en charge la dysfonction érectile. Discussion et conclusion Il existe des barrières à la proactivité dans le diagnostic et la prise en charge de la dysfonction érectile telles que la peur d’offenser le patient ou des caractéristiques propres aux médecins comme le genre ou le statut professionnel. L’initiation de la communication autour de la dysfonction érectile peut être facilitée par la mise à disposition de questionnaires en salle d’attente ainsi que par leur utilisation active lors du colloque singulier. L’usage d’affiches ou de vidéos courtes informatives en salle d’attente est aussi envisagé comme solution. Enfin, les médecins pourraient bénéficier davantage de formation afin d’acquérir des compétences qui les soutiennent dans leur démarche proactive.
Introduction La dysfonction érectile est une symptomatologie qui se manifeste fréquemment chez les hommes au début de leur quarantaine mais qui apparait sous diagnostiquée au regard de la littérature. Le généraliste qui occupe une place centrale pour une prise en charge globale du patient, peut aborder le sujet de la dysfonction érectile en saisissant l’opportunité lorsqu’un homme arrive en consultation et adopter une démarche proactive. Méthode Le travail consiste en une revue de la littérature ainsi qu’une étude quantitative par questionnaire auto-administré afin d’évaluer les connaissances, attitudes et pratiques de médecins généralistes exerçant en Belgique Francophone au sujet du diagnostic proactif et de la prise en charge de la dysfonction érectile. Résultats La littérature montre que la dysfonction érectile impacte la qualité de vie du patient et est associée à une augmentation du risque d’événement cardiovasculaire qu’elle précède de trois à cinq ans donnant ainsi droit à une fenêtre temporelle durant laquelle nous pouvons modifier les facteurs de risques. La prise en charge pharmacologique de la dysfonction érectile améliore sa fonction et la qualité de vie. Enfin, la littérature montre que les patients souhaiteraient que le médecin aborde le sujet avec eux et qu’ils n’accordent pas d’importance au sex du praticien. L’étude quantitative montre que la dysfonction érectile est une problématique fréquente en médecine générale et que les médecins ont conscience de l’importance qu’elle représente. Les généralistes interrogés n’ont pas une bonne connaissance de l’IIEF et seulement 8,8% d’entre eux sont proactives. Le sex du praticien est statistiquement corrélé au fait de se sentir à l’aise d’aborder le sujet de manière proactif alors que le statut professionnel est statistiquement corrélé au fait de se sentir à l’aise de prendre en charge la dysfonction érectile. Discussion et conclusion Il existe des barrières à la proactivité dans le diagnostic et la prise en charge de la dysfonction érectile telles que la peur d’offenser le patient ou des caractéristiques propres aux médecins comme le genre ou le statut professionnel. L’initiation de la communication autour de la dysfonction érectile peut être facilitée par la mise à disposition de questionnaires en salle d’attente ainsi que par leur utilisation active lors du colloque singulier. L’usage d’affiches ou de vidéos courtes informatives en salle d’attente est aussi envisagé comme solution. Enfin, les médecins pourraient bénéficier davantage de formation afin d’acquérir des compétences qui les soutiennent dans leur démarche proactive.
El hamdaoui - MohamedUniversité catholique de Louvain
Y07 - QC21 - QD3 - QD24 - QD42 - QP52 - QR32 - QS41
Quels sont les freins à l’élaboration du projet de soins anticipé chez les personnes âgées en médecine générale à Bruxelles, dans la communauté arabo-musulmane ?
Quels sont les freins à l’élaboration du projet de soins anticipé chez les personnes âgées en médecine générale à Bruxelles, dans la communauté arabo-musulmane ?
2.1 Introduction Le projet de soins anticipé est une démarche qui permet au patient de définir ses préférences en matière de soins futurs tant qu’il est encore capable de décider. Ce projet est discuté avec le médecin et peut faire intervenir la famille. Bien que nécessaire, le PSA est une démarche qui reste très peu mise en pratique. Notre étude cherche à mettre en évidence les freins qui pourraient exister dans l’élaboration de ce projet et qui pourraient être liés à la culture ou religion du patient arabo-musulman. En effet, elle cherche à explorer la perception et l’expérience des médecins quant aux potentiels obstacles. 2.2 Méthode Il s’agit d’une étude qualitative réalisée à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés. L'échantillon de la population choisie se compose de médecins généralistes qui exercent à Bruxelles et qui sont confrontés à une patientèle à prédominance arabo-musulmane. Les entretiens sont anonymes et ont été retranscrits, analysés et comparés à la littérature. 2.3 Résultats Sept médecins ont été interrogés. Il a été constaté qu’un seul praticien est à l’aise face à l’élaboration du PSA et l’utilise fréquemment. Cependant, la plupart des médecins sont d’accord pour dire que cette démarche est primordiale. Plusieurs freins ont été cités : peur de créer de la détresse chez le patient, la famille, le manque de connaissance du patient arabo-musulman, du soignant concernant le PSA ainsi que la religion et la culture. Ensuite, plusieurs pistes ont été proposées afin de pallier ce manquement. 2.4 Conclusion Dans un premier temps, cette étude a permis de mettre en évidence les barrières qui se dressent à nous lorsqu’on fait face à des patients de la communauté arabo-musulmane. Elle a dans un second temps permis de dégager des pistes afin de faciliter l’élaboration du projet de soins anticipé.
2.1 Introduction Le projet de soins anticipé est une démarche qui permet au patient de définir ses préférences en matière de soins futurs tant qu’il est encore capable de décider. Ce projet est discuté avec le médecin et peut faire intervenir la famille. Bien que nécessaire, le PSA est une démarche qui reste très peu mise en pratique. Notre étude cherche à mettre en évidence les freins qui pourraient exister dans l’élaboration de ce projet et qui pourraient être liés à la culture ou religion du patient arabo-musulman. En effet, elle cherche à explorer la perception et l’expérience des médecins quant aux potentiels obstacles. 2.2 Méthode Il s’agit d’une étude qualitative réalisée à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés. L'échantillon de la population choisie se compose de médecins généralistes qui exercent à Bruxelles et qui sont confrontés à une patientèle à prédominance arabo-musulmane. Les entretiens sont anonymes et ont été retranscrits, analysés et comparés à la littérature. 2.3 Résultats Sept médecins ont été interrogés. Il a été constaté qu’un seul praticien est à l’aise face à l’élaboration du PSA et l’utilise fréquemment. Cependant, la plupart des médecins sont d’accord pour dire que cette démarche est primordiale. Plusieurs freins ont été cités : peur de créer de la détresse chez le patient, la famille, le manque de connaissance du patient arabo-musulman, du soignant concernant le PSA ainsi que la religion et la culture. Ensuite, plusieurs pistes ont été proposées afin de pallier ce manquement. 2.4 Conclusion Dans un premier temps, cette étude a permis de mettre en évidence les barrières qui se dressent à nous lorsqu’on fait face à des patients de la communauté arabo-musulmane. Elle a dans un second temps permis de dégager des pistes afin de faciliter l’élaboration du projet de soins anticipé.
Hajjaj - YasminaUniversité catholique de Louvain
QD25 - QD26 - QP2 - QR31 - QD12 - QS41 - A25
La contraception : une responsabilité partagée - Etude qualitative auprès de médecins généralistes évaluant la place du médecin généraliste dans la sensibilisation à une contraception partagée
La contraception : une responsabilité partagée - Etude qualitative auprès de médecins généralistes évaluant la place du médecin généraliste dans la sensibilisation à une contraception partagée
INTRODUCTION La charge contraceptive est majoritairement portée par les femmes ; que ça soit techniquement, financièrement ou mentalement. Bien que la planification familiale soit l’affaire de deux partenaires, le sujet de la contraception partagée est peu abordé en consultation de médecine générale. Cette étude questionne le rôle des médecins généralistes dans la sensibilisation à cette thématique. Le but est de comprendre les freins à l’abord de ce sujet en consultation de médecine générale pour pouvoir mettre en évidence des leviers et pistes d’action. MÉTHODOLOGIE Ce travail consiste en une étude qualitative via des entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes. Les sept intervenants ont été recrutés « par effet boule de neige ». L’échantillon est diversifié en âge, genre, type de pratique et activités annexes. Les entretiens ont été réalisés avec un guide d’entretien pour support et ont été intégralement retranscrits. RÉSULTATS Les médecins interrogés s’accordent sur le fait que la contraception a sa place en médecine générale et que son partage est un enjeu en santé. Les freins à son abord sont notamment le fait que la notion de planification familiale n’est pas culturellement évidente pour tous les patients, les connaissances des patients parfois limitées au sujet de la contraception, le peu d’occasion de parler de contraception en consultation de médecine générale, le peu de place à la contraception masculine dans le paysage contraceptif, la perception de la contraception comme une affaire de femmes, le manque de temps, le fait que ce sujet ne soit pas si facile à aborder (tabou, sensible, intime) et enfin la supposition que les patient.e.s ne seraient pas ouvert.e.s à l’abord d’un tel sujet. Les pistes d’action mises en évidence répondent aux 3 questions suivantes : quoi, comment et à quelle occasion ? Quoi ? Les contraceptifs masculins ouvrent la voie et donnent aux hommes une occasion de s’impliquer. Il existe d’autres manière d’inclure les deux partenaires dans la responsabilité contraceptive : se rappeler de prendre le contraceptif, partager la charge financière. Comment ? Mieux s’informer en tant que médecin pour mieux informer au sujet de toutes les possibilités contraceptives existantes. Il s’agit également de poser un cadre médical pour aborder ce sujet intime. Le fait d’inviter le partenaire en consultation présente un levier pour ouvrir la discussion aux deux membres du couple. A quelle occasion ? Rebondir sur une demande du patient concernant sa santé sexuelle : dépistage IST, discussion au sujet de la contraception ou de la planification familiale, etc. CONCLUSION Ce travail met en évidence les freins à l’abord d’une contraception partagée en cabinet de médecine générale. On remarque que les médecins peuvent jouer un rôle dans l’entretien d’une norme contraceptive portée par les femmes. S’en rendre compte permet de proposer des pistes concrètes pour sensibiliser au partage de la charge contraceptive, notamment en abordant le sujet avec tou.tes les patient.es et en présentant toutes les méthodes contraceptives disponibles afin de favoriser une prise de décision libre et éclairée du/de la patient.e en collaboration avec son médecin.
INTRODUCTION La charge contraceptive est majoritairement portée par les femmes ; que ça soit techniquement, financièrement ou mentalement. Bien que la planification familiale soit l’affaire de deux partenaires, le sujet de la contraception partagée est peu abordé en consultation de médecine générale. Cette étude questionne le rôle des médecins généralistes dans la sensibilisation à cette thématique. Le but est de comprendre les freins à l’abord de ce sujet en consultation de médecine générale pour pouvoir mettre en évidence des leviers et pistes d’action. MÉTHODOLOGIE Ce travail consiste en une étude qualitative via des entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes. Les sept intervenants ont été recrutés « par effet boule de neige ». L’échantillon est diversifié en âge, genre, type de pratique et activités annexes. Les entretiens ont été réalisés avec un guide d’entretien pour support et ont été intégralement retranscrits. RÉSULTATS Les médecins interrogés s’accordent sur le fait que la contraception a sa place en médecine générale et que son partage est un enjeu en santé. Les freins à son abord sont notamment le fait que la notion de planification familiale n’est pas culturellement évidente pour tous les patients, les connaissances des patients parfois limitées au sujet de la contraception, le peu d’occasion de parler de contraception en consultation de médecine générale, le peu de place à la contraception masculine dans le paysage contraceptif, la perception de la contraception comme une affaire de femmes, le manque de temps, le fait que ce sujet ne soit pas si facile à aborder (tabou, sensible, intime) et enfin la supposition que les patient.e.s ne seraient pas ouvert.e.s à l’abord d’un tel sujet. Les pistes d’action mises en évidence répondent aux 3 questions suivantes : quoi, comment et à quelle occasion ? Quoi ? Les contraceptifs masculins ouvrent la voie et donnent aux hommes une occasion de s’impliquer. Il existe d’autres manière d’inclure les deux partenaires dans la responsabilité contraceptive : se rappeler de prendre le contraceptif, partager la charge financière. Comment ? Mieux s’informer en tant que médecin pour mieux informer au sujet de toutes les possibilités contraceptives existantes. Il s’agit également de poser un cadre médical pour aborder ce sujet intime. Le fait d’inviter le partenaire en consultation présente un levier pour ouvrir la discussion aux deux membres du couple. A quelle occasion ? Rebondir sur une demande du patient concernant sa santé sexuelle : dépistage IST, discussion au sujet de la contraception ou de la planification familiale, etc. CONCLUSION Ce travail met en évidence les freins à l’abord d’une contraception partagée en cabinet de médecine générale. On remarque que les médecins peuvent jouer un rôle dans l’entretien d’une norme contraceptive portée par les femmes. S’en rendre compte permet de proposer des pistes concrètes pour sensibiliser au partage de la charge contraceptive, notamment en abordant le sujet avec tou.tes les patient.es et en présentant toutes les méthodes contraceptives disponibles afin de favoriser une prise de décision libre et éclairée du/de la patient.e en collaboration avec son médecin.
Ruifflard - MyrtilleUniversité catholique de Louvain
QC2 - QD27 - QD323 - QD325 - QR31 - QS41 - QD13
Quels sont les obstacles à l’utilisation de la dermoscopie pour les médecins généralistes de la province du Luxembourg ? Quelles pourraient être les solutions ?
Quels sont les obstacles à l’utilisation de la dermoscopie pour les médecins généralistes de la province du Luxembourg ? Quelles pourraient être les solutions ?

What are the barriers to the use of dermoscopy for the GPs working in the province of Luxemburg? What could be the solutions ?
What are the barriers to the use of dermoscopy for the GPs working in the province of Luxemburg? What could be the solutions ?
Résumé Contexte L’incidence des cancers de la peau n’a cessé d’augmenter au cours des dernières décennies. Ils représentent les cancers les plus fréquents dans le monde et en Belgique. Depuis quelques années, la dermoscopie prend de plus en plus d’ampleur dans le milieu médical. Cette dernière a prouvé son efficacité pour le diagnostic des cancers cutanés moyennant une formation. Cependant, cette technique reste encore peu utilisée par les médecins généralistes pratiquant dans la province du Luxembourg. Objectifs L’objectif de ce travail est de mettre en évidence les obstacles à l’utilisation de la dermoscopie auprès des médecins généralistes de la province du Luxembourg. Nous essaierons ensuite de présenter des pistes de solutions afin de contrer ces obstacles. Méthodologie Dans le but d’atteindre nos objectifs, nous avons réalisé une recherche non exhaustive de la littérature pour réunir les freins qui ont déjà été mis en avant. Ensuite une étude qualitative a été réalisée auprès de sept médecins généralistes de la province du Luxembourg pour faire ressortir les freins ressentis par ces derniers. Des solutions ont également été proposées par ces médecins. Afin d’élargir le champ d’action des solutions à mettre en place, un entretien a également été tenu avec une dermatologue de la région. Résultats Les obstacles mis en évidence ont été la nécessité d’une formation, le temps de formation, le coût du matériel, le manque d’intérêt et l’incertitude diagnostique/le manque de confiance du médecin en ses compétences. L’obstacle qui a le plus retenu notre attention est le manque d’informations. En effet, ce dernier n’a jamais été répertorié dans la littérature auparavant. Les solutions proposées reposent sur une amélioration de la communication concernant la dermoscopie et une centralisation des formations sur une plateforme électronique.
Résumé Contexte L’incidence des cancers de la peau n’a cessé d’augmenter au cours des dernières décennies. Ils représentent les cancers les plus fréquents dans le monde et en Belgique. Depuis quelques années, la dermoscopie prend de plus en plus d’ampleur dans le milieu médical. Cette dernière a prouvé son efficacité pour le diagnostic des cancers cutanés moyennant une formation. Cependant, cette technique reste encore peu utilisée par les médecins généralistes pratiquant dans la province du Luxembourg. Objectifs L’objectif de ce travail est de mettre en évidence les obstacles à l’utilisation de la dermoscopie auprès des médecins généralistes de la province du Luxembourg. Nous essaierons ensuite de présenter des pistes de solutions afin de contrer ces obstacles. Méthodologie Dans le but d’atteindre nos objectifs, nous avons réalisé une recherche non exhaustive de la littérature pour réunir les freins qui ont déjà été mis en avant. Ensuite une étude qualitative a été réalisée auprès de sept médecins généralistes de la province du Luxembourg pour faire ressortir les freins ressentis par ces derniers. Des solutions ont également été proposées par ces médecins. Afin d’élargir le champ d’action des solutions à mettre en place, un entretien a également été tenu avec une dermatologue de la région. Résultats Les obstacles mis en évidence ont été la nécessité d’une formation, le temps de formation, le coût du matériel, le manque d’intérêt et l’incertitude diagnostique/le manque de confiance du médecin en ses compétences. L’obstacle qui a le plus retenu notre attention est le manque d’informations. En effet, ce dernier n’a jamais été répertorié dans la littérature auparavant. Les solutions proposées reposent sur une amélioration de la communication concernant la dermoscopie et une centralisation des formations sur une plateforme électronique.
Oguz - LeventUniversité catholique de Louvain
QR31 - QS14 - QS41 - QT11
Le médecin généraliste en aide aux pays défavorisés : faut-il envoyer des médicaments ?
Le médecin généraliste en aide aux pays défavorisés : faut-il envoyer des médicaments ?
Contexte : La médecine humanitaire consiste à soigner les populations les plus défavorisées et à chercher à améliorer la condition de l'Homme. Durant sa carrière, tout médecin généraliste peut être amené à s'interroger sur sa place en tant que soignant dans l'aide aux populations des pays en voie de développement. Certains hésiteront à s'engager dans des missions humanitaires, quand d'autres réfléchiront aux possibilités d’aider sans voyager. Parmi celles-ci, on peut s’interroger sur l’envoi de médicaments inutilisés récoltés auprès de la patientèle. Objectifs : Le premier objectif de ce travail était d'établir la place du médecin généraliste dans l'aide aux pays défavorisés et soulever des pistes pour aider sans partir en mission. Le 2ème objectif consistait à répondre à une question secondaire sur l’intérêt et l’efficacité des dons de médicaments dans ces pays. Méthode : Une étude qualitative a été réalisée à partir d'entretiens semi-dirigés auprès de 8 médecins généralistes ayant une expérience dans la médecine humanitaire, ainsi qu’auprès d'une pharmacienne spécialisée et un gestionnaire de l’approvisionnement chez MSF. Résultats : Tous les médecins interrogés se rejoignent pour dire que le médecin généraliste a bien une place dans l’aide aux pays en développement. Il peut participer à des missions et son rôle sera très varié, ou bien alors il a la possibilité d'aider sans partir et des pistes ont été proposées. L’idée principale était de créer un partenariat avec des échanges Nord-Sud. Au sujet des envois de médicaments, les participants étaient peu convaincus de leur utilité et ont souligné de nombreux inconvénients et freins. Conclusion : Aucune littérature ne décrit spécifiquement l’aide que peut apporter le médecin aux pays défavorisés sans voyager et seuls les entretiens font ressortir des pistes. En revanche, concernant l’envoi de médicaments dans ces pays, la littérature concorde avec le contenu des entretiens sur les inconvénients et risques d’en envoyer. Des guidelines rédigées par l’OMS doivent être consultées avant tout don.
Contexte : La médecine humanitaire consiste à soigner les populations les plus défavorisées et à chercher à améliorer la condition de l'Homme. Durant sa carrière, tout médecin généraliste peut être amené à s'interroger sur sa place en tant que soignant dans l'aide aux populations des pays en voie de développement. Certains hésiteront à s'engager dans des missions humanitaires, quand d'autres réfléchiront aux possibilités d’aider sans voyager. Parmi celles-ci, on peut s’interroger sur l’envoi de médicaments inutilisés récoltés auprès de la patientèle. Objectifs : Le premier objectif de ce travail était d'établir la place du médecin généraliste dans l'aide aux pays défavorisés et soulever des pistes pour aider sans partir en mission. Le 2ème objectif consistait à répondre à une question secondaire sur l’intérêt et l’efficacité des dons de médicaments dans ces pays. Méthode : Une étude qualitative a été réalisée à partir d'entretiens semi-dirigés auprès de 8 médecins généralistes ayant une expérience dans la médecine humanitaire, ainsi qu’auprès d'une pharmacienne spécialisée et un gestionnaire de l’approvisionnement chez MSF. Résultats : Tous les médecins interrogés se rejoignent pour dire que le médecin généraliste a bien une place dans l’aide aux pays en développement. Il peut participer à des missions et son rôle sera très varié, ou bien alors il a la possibilité d'aider sans partir et des pistes ont été proposées. L’idée principale était de créer un partenariat avec des échanges Nord-Sud. Au sujet des envois de médicaments, les participants étaient peu convaincus de leur utilité et ont souligné de nombreux inconvénients et freins. Conclusion : Aucune littérature ne décrit spécifiquement l’aide que peut apporter le médecin aux pays défavorisés sans voyager et seuls les entretiens font ressortir des pistes. En revanche, concernant l’envoi de médicaments dans ces pays, la littérature concorde avec le contenu des entretiens sur les inconvénients et risques d’en envoyer. Des guidelines rédigées par l’OMS doivent être consultées avant tout don.
Marichal - LauraUniversité de Liège
QD2 - QH - QR1 - 45.009 - QR7 - Z10 - QR31
Dépistage du cancer du sein : comprendre les raisons influençant le choix de prescription des médecins généralistes pour les patientes âgées de 50 à 69ans.
Dépistage du cancer du sein : comprendre les raisons influençant le choix de prescription des médecins généralistes pour les patientes âgées de 50 à 69ans.
Introduction En Belgique, les recommandations pour le dépistage du cancer du sein, consistent en la réalisation d’une mammographie bisannuelle chez les patientes âgées de 50 à 69ans inclus. Pour ce faire, le Programme de dépistage propose la réalisation du Mammotest. Participer à un dépistage organisé offre des garanties de qualité, efficacité, équité et accessibilité. Pourtant, en Wallonie, le taux d’adhésion au Programme de dépistage du cancer du sein est très faible. La majorité du dépistage se fait actuellement par dépistage individuel via la prescription des médecins généralistes ou des gynécologues. But et méthode Il s’agit d’une étude qualitative réalisée à partir d’entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes exerçant dans le Hainaut. Elle a pour but de comprendre les raisons motivant les médecins généralistes à prescrire un dépistage opportuniste plutôt qu’un Mammotest aux patientes âgées de 50 à 69ans. Comprendre les principes intervenant dans ce choix de prescription permettra de pointer les lacunes existantes dans l’organisation du dépistage et soumettre des pistes de solutions. Pour ce faire, les résultats obtenus seront discutés avec une sénologue. Résultats et discussion Dix éléments intervenant dans le choix de prescription des médecins généralistes pour ce dépistage se sont dégagés. On y retrouve : les habitudes, la façon dont le sujet est abordé en consultation, l’avis des spécialistes, l’anxiété, la confiance, l’expérience, l’opinion et les connaissances des médecins concernant le Mammotest, le coût des examens et la gestion du résultat. Conclusion Chaque élément semble être plus ou moins important selon chacun des médecins interrogés. La plupart des arguments avancés en faveur du dépistage opportuniste relève de l’ordre du subjectif. Le dépistage du cancer du sein en médecine générale est un sujet connu de tous et pourtant son organisation et son fonctionnement restent méconnus de certains médecins. Un travail d’information envers les médecins et les patientes est absolument nécessaire.
Introduction En Belgique, les recommandations pour le dépistage du cancer du sein, consistent en la réalisation d’une mammographie bisannuelle chez les patientes âgées de 50 à 69ans inclus. Pour ce faire, le Programme de dépistage propose la réalisation du Mammotest. Participer à un dépistage organisé offre des garanties de qualité, efficacité, équité et accessibilité. Pourtant, en Wallonie, le taux d’adhésion au Programme de dépistage du cancer du sein est très faible. La majorité du dépistage se fait actuellement par dépistage individuel via la prescription des médecins généralistes ou des gynécologues. But et méthode Il s’agit d’une étude qualitative réalisée à partir d’entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes exerçant dans le Hainaut. Elle a pour but de comprendre les raisons motivant les médecins généralistes à prescrire un dépistage opportuniste plutôt qu’un Mammotest aux patientes âgées de 50 à 69ans. Comprendre les principes intervenant dans ce choix de prescription permettra de pointer les lacunes existantes dans l’organisation du dépistage et soumettre des pistes de solutions. Pour ce faire, les résultats obtenus seront discutés avec une sénologue. Résultats et discussion Dix éléments intervenant dans le choix de prescription des médecins généralistes pour ce dépistage se sont dégagés. On y retrouve : les habitudes, la façon dont le sujet est abordé en consultation, l’avis des spécialistes, l’anxiété, la confiance, l’expérience, l’opinion et les connaissances des médecins concernant le Mammotest, le coût des examens et la gestion du résultat. Conclusion Chaque élément semble être plus ou moins important selon chacun des médecins interrogés. La plupart des arguments avancés en faveur du dépistage opportuniste relève de l’ordre du subjectif. Le dépistage du cancer du sein en médecine générale est un sujet connu de tous et pourtant son organisation et son fonctionnement restent méconnus de certains médecins. Un travail d’information envers les médecins et les patientes est absolument nécessaire.
Lecut - EmelineUniversité catholique de Louvain
X76 - A98 - QD325 - QD42 - QR31
Analyse de la prise en charge de patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable dans un cabinet de médecine générale : Protocole d’assurance qualité.
Analyse de la prise en charge de patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable dans un cabinet de médecine générale : Protocole d’assurance qualité.
Introduction : Les troubles fonctionnels intestinaux, tel le syndrome de l’intestin irritable, sont de plus en plus fréquents dans notre société. Ce syndrome est souvent associé à des comorbidités psychologiques. Les traitements médicamenteux apportent des résultats modérés. L’objectif de ce travail est de comprendre comment améliorer la prise en charge des patients souffrant de cette maladie au sein de notre cabinet de médecine générale. Méthode : La méthode de travail est basée sur un protocole d’assurance qualité. La première phase a consisté en une recherche non exhaustive de la littérature. Ensuite un échantillon de 87 patients a été sélectionné et analysé à partir de la démarche diagnostique jusqu’à la prise en charge. Les objectifs de travail et les pistes d’action intermédiaires ont été élaborés au sein du cabinet. Par la suite les actions ont été mises en application. Enfin la dernière étape a consisté à évaluer les actions mises en place. Résultats : Les connaissances sur la maladie ont été améliorées. En l’absence de signal d’alarme, le syndrome de l’intestin irritable est diagnostiqué sur base des symptômes et des critères de ROME IV. La prévalence de la maladie au sein du cabinet est sous-estimée mais elle s’élève à 5%. 31 dossiers ont été revus et traités selon les critères de ROME IV (soit 36% contre 3,5% initialement). Ils ont également été traités en collaboration avec la diététicienne et les comorbidités psychologiques ont été recherchées. Discussion : De grosses lacunes ont été mises en évidence au sein du cabinet concernant la démarche diagnostic. De même qu’au niveau de la prise en charge qui ne tenait pas compte des comorbidités psychologiques et ne proposait pas d’intervention nutritionnelle adéquate. Ces lacunes ont pu être partiellement comblées par la mise en application des actions définies.
Introduction : Les troubles fonctionnels intestinaux, tel le syndrome de l’intestin irritable, sont de plus en plus fréquents dans notre société. Ce syndrome est souvent associé à des comorbidités psychologiques. Les traitements médicamenteux apportent des résultats modérés. L’objectif de ce travail est de comprendre comment améliorer la prise en charge des patients souffrant de cette maladie au sein de notre cabinet de médecine générale. Méthode : La méthode de travail est basée sur un protocole d’assurance qualité. La première phase a consisté en une recherche non exhaustive de la littérature. Ensuite un échantillon de 87 patients a été sélectionné et analysé à partir de la démarche diagnostique jusqu’à la prise en charge. Les objectifs de travail et les pistes d’action intermédiaires ont été élaborés au sein du cabinet. Par la suite les actions ont été mises en application. Enfin la dernière étape a consisté à évaluer les actions mises en place. Résultats : Les connaissances sur la maladie ont été améliorées. En l’absence de signal d’alarme, le syndrome de l’intestin irritable est diagnostiqué sur base des symptômes et des critères de ROME IV. La prévalence de la maladie au sein du cabinet est sous-estimée mais elle s’élève à 5%. 31 dossiers ont été revus et traités selon les critères de ROME IV (soit 36% contre 3,5% initialement). Ils ont également été traités en collaboration avec la diététicienne et les comorbidités psychologiques ont été recherchées. Discussion : De grosses lacunes ont été mises en évidence au sein du cabinet concernant la démarche diagnostic. De même qu’au niveau de la prise en charge qui ne tenait pas compte des comorbidités psychologiques et ne proposait pas d’intervention nutritionnelle adéquate. Ces lacunes ont pu être partiellement comblées par la mise en application des actions définies.
Crombez - GaëlleUniversité catholique de Louvain
D93 - QD322 - QS443 - QP51
La prescription d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) dans l’entorse de cheville en médecine générale : revue de la littérature et discussion
La prescription d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) dans l’entorse de cheville en médecine générale : revue de la littérature et discussion
Introduction. L’entorse traumatique de la cheville est une pathologie fréquemment rencontrée par le médecin généraliste. Dans les traitements médicamenteux dont il dispose pour soulager les symptômes de son patient, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont une place importante. Néanmoins, selon la littérature, ce choix n’est pas toujours justifié. L’inflammation naturelle et l’hypothèse de laisser ce phénomène se dérouler après une entorse ligamentaire est au cœur des débats depuis plusieurs années. L’objectif de ce travail a été d’effectuer une revue des connaissances actuelles dans la littérature, et de questionner les médecins généralistes sur leur utilisation des AINS dans ce contexte Méthodologie. Ce travail a réalisé une enquête anonyme auprès des médecins généralistes et médecins assistants en formation de médecine générale qui pratiquent en Région Wallonie-Bruxelles, afin de connaître leurs habitudes de prescription d’AINS. Les résultats ont été obtenus au moyen d’un questionnaire en ligne. En parallèle à cela, la littérature médicale a été consultée afin de trouver des articles pertinents pour notre sujet. Résultats. Dans le traitement des symptômes associés à l’entorse de cheville, un AINS topique est conseillé, en association avec le paracétamol si la douleur persiste, et d’un AINS oral de courte durée si les deux premières mesures ne suffisent pas. Plusieurs articles notifient qu’il faudrait être prudent avec leur utilisation, car cela pourrait interférer avec le processus normal de guérison et de cicatrisation. La plupart des études n’ont malheureusement pas un niveau de preuve très élevé. Au total, 102 médecins ont participé à notre étude quantitative. Les résultats des observations au sein des médecins ont permis de mettre en lumière toute cette ambivalence, avec une disparité de pratiques par rapport à l’utilisation des AINS. Discussion et Conclusion. Par ce travail, nous avons tenté de montrer tous les enjeux sociaux, économiques, thérapeutiques du traitement d’une pathologie courante par les AINS. Leur utilisation reste conseillée, pour des courtes durées, afin de réduire les symptômes incommodants du patient. Néanmoins, le paracétamol est tout aussi efficace contre la douleur. Il faut garder à l’esprit que les AINS ont un profil à risque. Les médecins interrogés sont globalement sensibles à ces aspects. Des études supplémentaires sont nécessaires afin de connaître l’implication de ces molécules dans la guérison à longue échéance.
Introduction. L’entorse traumatique de la cheville est une pathologie fréquemment rencontrée par le médecin généraliste. Dans les traitements médicamenteux dont il dispose pour soulager les symptômes de son patient, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont une place importante. Néanmoins, selon la littérature, ce choix n’est pas toujours justifié. L’inflammation naturelle et l’hypothèse de laisser ce phénomène se dérouler après une entorse ligamentaire est au cœur des débats depuis plusieurs années. L’objectif de ce travail a été d’effectuer une revue des connaissances actuelles dans la littérature, et de questionner les médecins généralistes sur leur utilisation des AINS dans ce contexte Méthodologie. Ce travail a réalisé une enquête anonyme auprès des médecins généralistes et médecins assistants en formation de médecine générale qui pratiquent en Région Wallonie-Bruxelles, afin de connaître leurs habitudes de prescription d’AINS. Les résultats ont été obtenus au moyen d’un questionnaire en ligne. En parallèle à cela, la littérature médicale a été consultée afin de trouver des articles pertinents pour notre sujet. Résultats. Dans le traitement des symptômes associés à l’entorse de cheville, un AINS topique est conseillé, en association avec le paracétamol si la douleur persiste, et d’un AINS oral de courte durée si les deux premières mesures ne suffisent pas. Plusieurs articles notifient qu’il faudrait être prudent avec leur utilisation, car cela pourrait interférer avec le processus normal de guérison et de cicatrisation. La plupart des études n’ont malheureusement pas un niveau de preuve très élevé. Au total, 102 médecins ont participé à notre étude quantitative. Les résultats des observations au sein des médecins ont permis de mettre en lumière toute cette ambivalence, avec une disparité de pratiques par rapport à l’utilisation des AINS. Discussion et Conclusion. Par ce travail, nous avons tenté de montrer tous les enjeux sociaux, économiques, thérapeutiques du traitement d’une pathologie courante par les AINS. Leur utilisation reste conseillée, pour des courtes durées, afin de réduire les symptômes incommodants du patient. Néanmoins, le paracétamol est tout aussi efficace contre la douleur. Il faut garder à l’esprit que les AINS ont un profil à risque. Les médecins interrogés sont globalement sensibles à ces aspects. Des études supplémentaires sont nécessaires afin de connaître l’implication de ces molécules dans la guérison à longue échéance.
Bruteyn - JulienUniversité catholique de Louvain
L77 - QC14 - QC13 - 50.006 - QD325 - QR32
La contraception masculine thermique : Quelle est la position des médecins généralistes face à la contraception masculine thermique en 2022 ?
La contraception masculine thermique : Quelle est la position des médecins généralistes face à la contraception masculine thermique en 2022 ?
Introduction: Malgré la place donnée par les médias à la contraception masculine thermique, on a peu étudié l’efficacité de la méthode et son acceptabilité, notamment auprès des médecins généralistes. Objectifs: Le but de ce TFE est d’évaluer les connaissances des médecins généralistes belges et la façon dont ils perçoivent la contraception masculine thermique. Méthodologie: La méthodologie comporte une recherche dans la littérature ainsi qu’une analyse quantitative par questionnaire évaluant les connaissances et l’intérêt des médecins généralistes belges. Résultats: 301 médecins ont été inclus dans l’étude, 151 Néerlandophones et 150 Francophones. Il en est ressorti plusieurs constatations. Premièrement, la méthode intéresse 56,9% des médecins qui apprécient sa réversibilité, son absence d’hormone et qu’elle partage les responsabilités dans le couple. Néanmoins, ils soulignent le manque d’études, de résultats de fiabilité, son exigence d’assiduité et la difficulté d’utilisation de la technique. La méthode est significativement mieux accueillie du côté francophone que du côté néerlandophone et mieux par les femmes que par les hommes. Clairement, la majorité des médecins (74%) n’ont pas les connaissances suffisantes pour entourer cette contraception même si les femmes francophones semblent légèrement mieux informées. Une grande partie (73%) en est consciente et ne se sent pas prête à la prescrire. Néanmoins, l’adhérence à sa prescription augmente à 58% si un formulaire pré-établi de consentement est fourni, et à 81% avec un schéma établi par un spécialiste. Enfin, 77,74% souhaiteraient avoir de plus amples informations sur le sujet par des GLEM, formations, cours, … Mots clés: contraception masculine thermique, médecins généralistes belges, acceptabilité, connaissances
Introduction: Malgré la place donnée par les médias à la contraception masculine thermique, on a peu étudié l’efficacité de la méthode et son acceptabilité, notamment auprès des médecins généralistes. Objectifs: Le but de ce TFE est d’évaluer les connaissances des médecins généralistes belges et la façon dont ils perçoivent la contraception masculine thermique. Méthodologie: La méthodologie comporte une recherche dans la littérature ainsi qu’une analyse quantitative par questionnaire évaluant les connaissances et l’intérêt des médecins généralistes belges. Résultats: 301 médecins ont été inclus dans l’étude, 151 Néerlandophones et 150 Francophones. Il en est ressorti plusieurs constatations. Premièrement, la méthode intéresse 56,9% des médecins qui apprécient sa réversibilité, son absence d’hormone et qu’elle partage les responsabilités dans le couple. Néanmoins, ils soulignent le manque d’études, de résultats de fiabilité, son exigence d’assiduité et la difficulté d’utilisation de la technique. La méthode est significativement mieux accueillie du côté francophone que du côté néerlandophone et mieux par les femmes que par les hommes. Clairement, la majorité des médecins (74%) n’ont pas les connaissances suffisantes pour entourer cette contraception même si les femmes francophones semblent légèrement mieux informées. Une grande partie (73%) en est consciente et ne se sent pas prête à la prescrire. Néanmoins, l’adhérence à sa prescription augmente à 58% si un formulaire pré-établi de consentement est fourni, et à 81% avec un schéma établi par un spécialiste. Enfin, 77,74% souhaiteraient avoir de plus amples informations sur le sujet par des GLEM, formations, cours, … Mots clés: contraception masculine thermique, médecins généralistes belges, acceptabilité, connaissances
Lecart - AmandineUniversité catholique de Louvain
Y14 - QR324 - QC21 - QD325 - QD23 - QO4
REFLEXION SUR LA PLACE DE L’HYPNOSE DANS LA PRISE EN CHARGE DES INSOMNIES CHRONIQUES PSYCHOGENES Revue de littérature et étude qualitative
REFLEXION SUR LA PLACE DE L’HYPNOSE DANS LA PRISE EN CHARGE DES INSOMNIES CHRONIQUES PSYCHOGENES Revue de littérature et étude qualitative
Les insomnies chroniques sont fréquentes et souvent difficiles à traiter. La consommation de somnifères dépasse largement les indications, avec de très nombreux effets secondaires. La thérapie cognitivo-comportementale est validée par la communauté scientifique comme approche non médicamenteuse mais semble difficile à appliquer pour de nombreux patients. Un nombre important d’insomnies sont liées à des troubles psychologiques qu’il est important de prendre en charge afin de soulager nos patients dans la globalité de cette problématique. Quelles alternatives a-t-on en tant que médecin généraliste ? L’hypnose est de plus en plus utilisée et reconnue pour la gestion des difficultés psychologiques. Pourrait-elle de ce fait aider dans la prise en charge des insomnies psychogènes ?
Les insomnies chroniques sont fréquentes et souvent difficiles à traiter. La consommation de somnifères dépasse largement les indications, avec de très nombreux effets secondaires. La thérapie cognitivo-comportementale est validée par la communauté scientifique comme approche non médicamenteuse mais semble difficile à appliquer pour de nombreux patients. Un nombre important d’insomnies sont liées à des troubles psychologiques qu’il est important de prendre en charge afin de soulager nos patients dans la globalité de cette problématique. Quelles alternatives a-t-on en tant que médecin généraliste ? L’hypnose est de plus en plus utilisée et reconnue pour la gestion des difficultés psychologiques. Pourrait-elle de ce fait aider dans la prise en charge des insomnies psychogènes ?
Herinckx - AnaisUniversité catholique de Louvain
P06 - P29 - QR31 - QS41 - QO4 - QO4
Les freins et barrières à la vaccination, au dépistage et au suivi de l’hépatite B par les médecins généralistes en Belgique
Les freins et barrières à la vaccination, au dépistage et au suivi de l’hépatite B par les médecins généralistes en Belgique
L’Organisation mondiale de la santé a lancé depuis 2010 un plan d’éradication des hépatites virales en tant que « problème de santé » d’ici à 2030. La Belgique, signataire de ces objectifs, reste un pays de faible prévalence. Toutefois, concernant spécifiquement l’hépatite B, les outils et stratégies pour atteindre ces objectifs manquent. Dans la prévention, le dépistage et le traitement de l’hépatite B, le médecin généraliste a une place importante. Ce travail a étudié, sur base d’une échelle de Likert, l’importance qu’accordent les médecins généralistes à chaque frein ou barrière déjà identifié dans la littérature, pour la vaccination, le dépistage et le suivi de l’hépatite B. 70 médecins généralistes de toute la Belgique, majoritairement récemment diplômés, ont répondu à l’enquête, qui comprenait également un volet de perception et d’auto-évaluation des connaissances. Les résultats mettent en avant la reconnaissance très majoritaire de l’utilité de ces prises en charge, ainsi que le rôle du médecin généraliste. Les barrières principales identifiées sont le manque de connaissance des recommandations, le statut légal et administratif des patients, le manque de partage de données, et le prix pour le patient. Les facteurs personnels des patients comme la non compliance, les perceptions culturelles ou la crainte d’effets secondaires ne jouent qu’un rôle marginal. D’autres travaux seront utiles pour dégager des pistes de stratégies à mettre en place pour combattre ces barrières, et ainsi mettre la Belgique en route pour atteindre les objectifs de l’OMS.
L’Organisation mondiale de la santé a lancé depuis 2010 un plan d’éradication des hépatites virales en tant que « problème de santé » d’ici à 2030. La Belgique, signataire de ces objectifs, reste un pays de faible prévalence. Toutefois, concernant spécifiquement l’hépatite B, les outils et stratégies pour atteindre ces objectifs manquent. Dans la prévention, le dépistage et le traitement de l’hépatite B, le médecin généraliste a une place importante. Ce travail a étudié, sur base d’une échelle de Likert, l’importance qu’accordent les médecins généralistes à chaque frein ou barrière déjà identifié dans la littérature, pour la vaccination, le dépistage et le suivi de l’hépatite B. 70 médecins généralistes de toute la Belgique, majoritairement récemment diplômés, ont répondu à l’enquête, qui comprenait également un volet de perception et d’auto-évaluation des connaissances. Les résultats mettent en avant la reconnaissance très majoritaire de l’utilité de ces prises en charge, ainsi que le rôle du médecin généraliste. Les barrières principales identifiées sont le manque de connaissance des recommandations, le statut légal et administratif des patients, le manque de partage de données, et le prix pour le patient. Les facteurs personnels des patients comme la non compliance, les perceptions culturelles ou la crainte d’effets secondaires ne jouent qu’un rôle marginal. D’autres travaux seront utiles pour dégager des pistes de stratégies à mettre en place pour combattre ces barrières, et ainsi mettre la Belgique en route pour atteindre les objectifs de l’OMS.
Pierre - NicolasUniversité catholique de Louvain
D72 - 44.000 - 45.000 - QS41 - QD41 - QD42 - QD43
Etat des lieux des connaissances et pratiques des médecins généralistes de Charleroi concernant la surexposition des écrans chez les enfants de 0 à 9 ans
Etat des lieux des connaissances et pratiques des médecins généralistes de Charleroi concernant la surexposition des écrans chez les enfants de 0 à 9 ans
Contexte : En plein essor technologique, les écrans ont envahi notre quotidien et nos foyers. Lumineux et parfois bruyants, les petits y sont très vite captivés. Chez les enfants, le mimétisme commence dès les premiers mois de vie et ensuite, les habitudes subsistent, d’où l’importance de viser la tranche d’âge 0 à 9 ans, période à laquelle ils sont en plein développement. Vu la place grandissante des écrans dans notre quotidien, il est primordial d’étudier leurs réels impacts sur la santé de nos enfants mais surtout d’évaluer les connaissances des professionnels de santé notamment les médecins généralistes ; le but étant qu’ils accomplissent au mieux leur mission, principalement de prévention. La population cible de cette étude concerne les médecins généralistes de la région de Charleroi. Objectif : L’objectif principal de cette étude est d’évaluer les connaissances et les pratiques des médecins généralistes de la région de Charleroi concernant l’effet des écrans sur la santé des enfants âgés de 0 à 9 ans et les confronter à la littérature. Méthode : Il s’agissait d’une étude quantitative observationnelle, descriptive et transversale. Les médecins ont été interrogés par le biais d’un questionnaire en ligne anonyme. Il était composé de 20 questions dont 16 questions à choix multiples et 4 questions ouvertes à réponse courte. Parfois, une rubrique « Autre » leur permettait d’expliquer leur réponse en quelques mots. Résultats : Mon étude a interrogé les médecins généralistes de la région de Charleroi et j’ai récolté 50 réponses. Nous constatons que 88% des médecins généralistes n’ont pas bénéficier d’une formation et estiment avoir une connaissance moyenne sur ce sujet. Dans mon échantillon, la problématique des écrans est abordée au moins une fois par mois par 60% des praticiens, et 46% au moins une fois tous les 6 mois. Les principaux freins en consultation sont : les parents approbateurs des écrans (64%), le manque de temps (60%) et le manque de connaissance (56%). Aussi, sur un choix assez large concernant les outils de prévention utilisés, seulement deux étaient utilisés ; le carnet de santé ONE (44%) et la règle 3-6-9-12 (28%). En fin de questionnaire, 84% des MGs estiment ne pas être suffisamment formés et ont exprimé leur volonté à recevoir des formations spécifiques à ce sujet. Conclusion : Bien que cette étude présente quelques limitations, les résultats sont encourageants. La grande majorité des MGs ayant participés à l’enquête semblent tout de même sensibilisés à cette problématique des écrans. Ils avaient, pour la plupart, des connaissances et pratiques, bien que limitées, allant dans le sens des informations tirées de la littérature. Néanmoins, très peu avaient suivi une formation spécifique sur cette question et le sujet n'était pas suffisamment abordé en consultation. Cette étude révèle un besoin clair de formations spécifiques des MGs (84%) afin d’améliorer leur prise en charge et accomplir au mieux le rôle de prévention et ainsi éviter les effets néfastes générés par la surexposition des écrans.
Contexte : En plein essor technologique, les écrans ont envahi notre quotidien et nos foyers. Lumineux et parfois bruyants, les petits y sont très vite captivés. Chez les enfants, le mimétisme commence dès les premiers mois de vie et ensuite, les habitudes subsistent, d’où l’importance de viser la tranche d’âge 0 à 9 ans, période à laquelle ils sont en plein développement. Vu la place grandissante des écrans dans notre quotidien, il est primordial d’étudier leurs réels impacts sur la santé de nos enfants mais surtout d’évaluer les connaissances des professionnels de santé notamment les médecins généralistes ; le but étant qu’ils accomplissent au mieux leur mission, principalement de prévention. La population cible de cette étude concerne les médecins généralistes de la région de Charleroi. Objectif : L’objectif principal de cette étude est d’évaluer les connaissances et les pratiques des médecins généralistes de la région de Charleroi concernant l’effet des écrans sur la santé des enfants âgés de 0 à 9 ans et les confronter à la littérature. Méthode : Il s’agissait d’une étude quantitative observationnelle, descriptive et transversale. Les médecins ont été interrogés par le biais d’un questionnaire en ligne anonyme. Il était composé de 20 questions dont 16 questions à choix multiples et 4 questions ouvertes à réponse courte. Parfois, une rubrique « Autre » leur permettait d’expliquer leur réponse en quelques mots. Résultats : Mon étude a interrogé les médecins généralistes de la région de Charleroi et j’ai récolté 50 réponses. Nous constatons que 88% des médecins généralistes n’ont pas bénéficier d’une formation et estiment avoir une connaissance moyenne sur ce sujet. Dans mon échantillon, la problématique des écrans est abordée au moins une fois par mois par 60% des praticiens, et 46% au moins une fois tous les 6 mois. Les principaux freins en consultation sont : les parents approbateurs des écrans (64%), le manque de temps (60%) et le manque de connaissance (56%). Aussi, sur un choix assez large concernant les outils de prévention utilisés, seulement deux étaient utilisés ; le carnet de santé ONE (44%) et la règle 3-6-9-12 (28%). En fin de questionnaire, 84% des MGs estiment ne pas être suffisamment formés et ont exprimé leur volonté à recevoir des formations spécifiques à ce sujet. Conclusion : Bien que cette étude présente quelques limitations, les résultats sont encourageants. La grande majorité des MGs ayant participés à l’enquête semblent tout de même sensibilisés à cette problématique des écrans. Ils avaient, pour la plupart, des connaissances et pratiques, bien que limitées, allant dans le sens des informations tirées de la littérature. Néanmoins, très peu avaient suivi une formation spécifique sur cette question et le sujet n'était pas suffisamment abordé en consultation. Cette étude révèle un besoin clair de formations spécifiques des MGs (84%) afin d’améliorer leur prise en charge et accomplir au mieux le rôle de prévention et ainsi éviter les effets néfastes générés par la surexposition des écrans.
Bouyaddou - HamzaUniversité catholique de Louvain
45.001
Pistes pour optimiser la prise en charge de l’intolérance au glucose par des mesures non médicamenteuses. Etude qualitative des connaissances, croyances et attentes d’un échantillon de patients au sein d’une association de trois médecins généralistes, en région liégeoise.
Pistes pour optimiser la prise en charge de l’intolérance au glucose par des mesures non médicamenteuses. Etude qualitative des connaissances, croyances et attentes d’un échantillon de patients au sein d’une association de trois médecins généralistes, en région liégeoise.
Contexte : L’intolérance au glucose (IG) est le trouble glycémique préalable au développement d’un diabète de type 2 (DT2). Ce dernier est un problème majeur de santé, atteignant au fil des années des proportions inquiétantes. En médecine générale, nous avons un rôle important à jouer pour améliorer la prise en charge des patients atteints d’intolérance au glucose et ainsi prévenir l’évolution vers un diabète. Objectif : L’objectif principal de ce travail est de trouver des pistes non médicamenteuses pour améliorer la prise en charge de l’intolérance au glucose en médecine générale, en m’intéressant aux connaissances, croyances, freins et attentes d’un échantillon de patients au sein de mon cabinet. Méthode : Revue de la littérature, suivi d’une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés réalisés auprès de 10 patients intolérants au glucose. Résultats et discussion : Les résultats montrent des connaissances approximatives des patients sur le sujet. A travers l’analyse des entretiens ressort l’importance de mieux et plus régulièrement informer les patients sur leur pathologie et de les sensibiliser à la gravité et aux risques de celle-ci. Si l’agenda des médecins ne le permet pas, ceux-ci ne doivent pas hésiter à travailler en réseau. Le médecin généraliste, personne de confiance, a un rôle central dans la prise en charge et ses connaissances du patient lui permettent d’avoir une approche focalisée sur celui-ci. Cette approche individualisée est importante afin de prendre en compte les freins du patient et de lui proposer des mesures personnalisées et réalisables. Conclusion : Les résultats soulignent l’importance d’une approche centrée sur le patient et d’un suivi régulier des patients atteints d’intolérance au glucose. Ils démontrent l’importance d’investir du temps dans l’éducation des patients aux mesures hygiéno-diététiques.
Contexte : L’intolérance au glucose (IG) est le trouble glycémique préalable au développement d’un diabète de type 2 (DT2). Ce dernier est un problème majeur de santé, atteignant au fil des années des proportions inquiétantes. En médecine générale, nous avons un rôle important à jouer pour améliorer la prise en charge des patients atteints d’intolérance au glucose et ainsi prévenir l’évolution vers un diabète. Objectif : L’objectif principal de ce travail est de trouver des pistes non médicamenteuses pour améliorer la prise en charge de l’intolérance au glucose en médecine générale, en m’intéressant aux connaissances, croyances, freins et attentes d’un échantillon de patients au sein de mon cabinet. Méthode : Revue de la littérature, suivi d’une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés réalisés auprès de 10 patients intolérants au glucose. Résultats et discussion : Les résultats montrent des connaissances approximatives des patients sur le sujet. A travers l’analyse des entretiens ressort l’importance de mieux et plus régulièrement informer les patients sur leur pathologie et de les sensibiliser à la gravité et aux risques de celle-ci. Si l’agenda des médecins ne le permet pas, ceux-ci ne doivent pas hésiter à travailler en réseau. Le médecin généraliste, personne de confiance, a un rôle central dans la prise en charge et ses connaissances du patient lui permettent d’avoir une approche focalisée sur celui-ci. Cette approche individualisée est importante afin de prendre en compte les freins du patient et de lui proposer des mesures personnalisées et réalisables. Conclusion : Les résultats soulignent l’importance d’une approche centrée sur le patient et d’un suivi régulier des patients atteints d’intolérance au glucose. Ils démontrent l’importance d’investir du temps dans l’éducation des patients aux mesures hygiéno-diététiques.
Rappazzo - sophieUniversité de Liège
T90 - QD4 - QR31 - QP4
Le patient gériatrique, de l'hôpital à la maison
Le patient gériatrique, de l'hôpital à la maison
Introduction : La transition de l’hôpital au lieu de vie est un élément clé dans la prise en charge des patients hospitalisés en gériatrie. Afin d’assurer une bonne continuité des soins par la première ligne de soins, dont le généraliste fait partie, la communication et la lettre de sortie jouent un rôle central. Ce travail a pour but de mettre en avant les attentes des généralistes de la région de Charleroi sur les lettres de sortie de leurs patients hospitalisés en gériatrie. Méthode : Une étude qualitative sous forme d’entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de médecins généralistes. Les participants ont reçu le rapport des quatre hôpitaux de Charleroi qui proposent des hospitalisations gériatriques, vierge de toute information concernant les patients et anonymisé afin qu’on ne puisse pas reconnaitre la clinique. Les participants ont été amenés à discuter de leur expérience sur la sortie de leur patients hospitalisés en gériatrie et plus particulièrement sur les lettres qu’ils reçoivent. Résultats : De grandes différences étaient présentes dans les lettres analysées. Les interrogés souhaitent recevoir le rapport dès la sortie, avec une version papier pour le patient et une électronique. Les médecins préfèrent conserver les parties : anamnèse, examen clinique, examens complémentaires et notes d’évolution plutôt que de n’avoir qu’une conclusion étoffée comme le propose un centre. Ils lisent principalement la conclusion avec les diagnostics, le plan de soins, le suivi qu’ils aimeraient plus clair et les traitements dont les modifications seraient commentées. Le projet thérapeutique a également sa place si l’avis du généraliste est sollicité. Un rapport d’admission proposé par un hôpital a particulièrement séduit les participants. Proposer de participer à la réunion multidisciplinaire est intéressant mais peu réalisable en pratique. Les participants déplorent le manque de communication avec le gériatre et souhaitent être au moins contactés pour préparer la sortie. Discussion : Les médecins interrogés ont fait part de leur avis sur le contenu de la bonne lettre de sortie et sur la bonne transition à la sortie de l’hôpital. L’idée de recevoir un rapport d’admission avec les moyens de contact vers le service de gériatrie plait beaucoup aux médecins. La communication est une pièce défaillante à la sortie des personnes âgées.
Introduction : La transition de l’hôpital au lieu de vie est un élément clé dans la prise en charge des patients hospitalisés en gériatrie. Afin d’assurer une bonne continuité des soins par la première ligne de soins, dont le généraliste fait partie, la communication et la lettre de sortie jouent un rôle central. Ce travail a pour but de mettre en avant les attentes des généralistes de la région de Charleroi sur les lettres de sortie de leurs patients hospitalisés en gériatrie. Méthode : Une étude qualitative sous forme d’entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de médecins généralistes. Les participants ont reçu le rapport des quatre hôpitaux de Charleroi qui proposent des hospitalisations gériatriques, vierge de toute information concernant les patients et anonymisé afin qu’on ne puisse pas reconnaitre la clinique. Les participants ont été amenés à discuter de leur expérience sur la sortie de leur patients hospitalisés en gériatrie et plus particulièrement sur les lettres qu’ils reçoivent. Résultats : De grandes différences étaient présentes dans les lettres analysées. Les interrogés souhaitent recevoir le rapport dès la sortie, avec une version papier pour le patient et une électronique. Les médecins préfèrent conserver les parties : anamnèse, examen clinique, examens complémentaires et notes d’évolution plutôt que de n’avoir qu’une conclusion étoffée comme le propose un centre. Ils lisent principalement la conclusion avec les diagnostics, le plan de soins, le suivi qu’ils aimeraient plus clair et les traitements dont les modifications seraient commentées. Le projet thérapeutique a également sa place si l’avis du généraliste est sollicité. Un rapport d’admission proposé par un hôpital a particulièrement séduit les participants. Proposer de participer à la réunion multidisciplinaire est intéressant mais peu réalisable en pratique. Les participants déplorent le manque de communication avec le gériatre et souhaitent être au moins contactés pour préparer la sortie. Discussion : Les médecins interrogés ont fait part de leur avis sur le contenu de la bonne lettre de sortie et sur la bonne transition à la sortie de l’hôpital. L’idée de recevoir un rapport d’admission avec les moyens de contact vers le service de gériatrie plait beaucoup aux médecins. La communication est une pièce défaillante à la sortie des personnes âgées.
Jullien - AdèleUniversité catholique de Louvain
QD25 - QC15 - QO4 - QO4 - QO4
L’anorexie mentale : l’expérience des patientes face à la maladie. Une recherche qualitative au service d’une réflexion sur le rôle du médecin généraliste
L’anorexie mentale : l’expérience des patientes face à la maladie. Une recherche qualitative au service d’une réflexion sur le rôle du médecin généraliste
Introduction L’anorexie mentale est une maladie psychiatrique sévère qui touche principalement les jeunes filles. Sa prévalence augmente au fil des dernières décennies. Depuis avril 2020, cette tendance a été renforcée par la pandémie de Covid-19. D’un point de vue scientifique, beaucoup d’incertitudes sur les plans étiologique et thérapeutique persistent. Cependant, il a été établi qu’un diagnostic précoce majore les chances de guérison. En tant que professionnel de la santé de première ligne, le médecin généraliste est confronté à côtoyer des patientes aux stades les plus précoces de la maladie. C’est donc souvent à lui que revient le rôle de poser le diagnostic et d’orienter la prise en charge. L’objectif de ce mémoire est de comprendre au mieux le parcours de patientes anorexiques depuis la perte pondérale initiale jusqu’à la prise en charge afin d’émettre des propositions relatives au rôle du médecin généraliste durant cette période cruciale. Méthodologie Ce mémoire s’est construit autour d’une recherche qualitative. Sept entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de patientes ayant souffert d’anorexie mentale. Résultats L’analyse des témoignages a permis d’extraire 4 résultats principaux. Tout d’abord un « profil-type » des patientes anorexiques a pu être établi. Dans un second temps, à l’aide d’une ligne du temps schématisée, nous avons mis en parallèle l’évolution de l’état émotionnel des patientes avec les phases d’acceptation de la maladie à travers lesquelles elles évoluent durant la maladie. Ensuite, nous avons analysé les circonstances dans lesquelles le diagnostic a été posé et la façon dont il a été accueilli par les patientes. Enfin, nous avons étudié la perception des patientes à propos de l’intervention des professionnels de la santé et en particulier des médecins généralistes. Conclusion Grâce à une meilleure compréhension de la maladie et de son acceptation par la patiente, quatre recommandations destinées aux professionnels de la santé ont pu être avancées. Mots clés : « anorexie mentale », « prévention secondaire », « relation médecin-patient », « médecine générale », « analyse qualitative ». Indexation : P86; QD 42; QD 12; QS 41 ; QR 31
Introduction L’anorexie mentale est une maladie psychiatrique sévère qui touche principalement les jeunes filles. Sa prévalence augmente au fil des dernières décennies. Depuis avril 2020, cette tendance a été renforcée par la pandémie de Covid-19. D’un point de vue scientifique, beaucoup d’incertitudes sur les plans étiologique et thérapeutique persistent. Cependant, il a été établi qu’un diagnostic précoce majore les chances de guérison. En tant que professionnel de la santé de première ligne, le médecin généraliste est confronté à côtoyer des patientes aux stades les plus précoces de la maladie. C’est donc souvent à lui que revient le rôle de poser le diagnostic et d’orienter la prise en charge. L’objectif de ce mémoire est de comprendre au mieux le parcours de patientes anorexiques depuis la perte pondérale initiale jusqu’à la prise en charge afin d’émettre des propositions relatives au rôle du médecin généraliste durant cette période cruciale. Méthodologie Ce mémoire s’est construit autour d’une recherche qualitative. Sept entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de patientes ayant souffert d’anorexie mentale. Résultats L’analyse des témoignages a permis d’extraire 4 résultats principaux. Tout d’abord un « profil-type » des patientes anorexiques a pu être établi. Dans un second temps, à l’aide d’une ligne du temps schématisée, nous avons mis en parallèle l’évolution de l’état émotionnel des patientes avec les phases d’acceptation de la maladie à travers lesquelles elles évoluent durant la maladie. Ensuite, nous avons analysé les circonstances dans lesquelles le diagnostic a été posé et la façon dont il a été accueilli par les patientes. Enfin, nous avons étudié la perception des patientes à propos de l’intervention des professionnels de la santé et en particulier des médecins généralistes. Conclusion Grâce à une meilleure compréhension de la maladie et de son acceptation par la patiente, quatre recommandations destinées aux professionnels de la santé ont pu être avancées. Mots clés : « anorexie mentale », « prévention secondaire », « relation médecin-patient », « médecine générale », « analyse qualitative ». Indexation : P86; QD 42; QD 12; QS 41 ; QR 31
Dupriez - BarbaraUniversité catholique de Louvain
P86 - QD42 - QD12 - QS41 - QR31
L'impact de la pollution chimique de l'air intérieur sur la grossesse et le développement foetal - Revue de la littérature
L'impact de la pollution chimique de l'air intérieur sur la grossesse et le développement foetal - Revue de la littérature
Contexte : En Europe, la majorité de la population passe plus de 85% de son temps dans des milieux intérieurs. Or, contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’air intérieur est entre 2 et 5 fois plus pollué que l’air extérieur. Les femmes enceintes et les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables à l’exposition à ces substances polluantes invisibles puisqu’il s’agit d’une période du développement avec une prolifération et une différenciation cellulaire active. L’objectif de ce travail était d’analyser quels impacts la pollution chimique de l’air intérieur pouvaient avoir sur la grossesse et le développement fœtal. Méthode : Une revue de la littérature a été effectuée dans les bases de données Pubmed, Embase, CDLH et TripDatabase Résultats : Au total, 16 articles ont été inclus dans la revue. En termes de polluants, deux études ont évalué l’exposition au benzène, deux autres ses sont intéressées à l’exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, une au formaldéhyde, une suivante aux retardateurs de flammes organophosphorés, six études ont examiné l’exposition aux solvants organiques et les deux dernières s’intéressaient à l’exposition aux phtalates. Deux études ont également évalué l’exposition des femmes enceintes aux polluants de l’air intérieur lors de la rénovation du logement. En termes d’effet sur la grossesse et le développement fœtal, six études se sont intéressées à la croissance fœtale et au poids de naissance des nourrissons. Sur ces six études, cinq ont observé une diminution du poids de naissance tandis qu’une a observé des poids de naissance plus élevés. Quatre autres études ont observé un risque accru d’accouchement prématuré lié à certains polluants de l’air intérieur. Enfin les deux dernières études ont évalué et observé une augmentation du risque de malformation cardiaque. Conclusion : Ce travail confirme qu’il existe des preuves de l’effet néfaste de l’exposition aux polluants chimiques de l’air intérieur sur la grossesse et le développement fœtal. Cependant, des recherches futures sont nécessaires afin de quantifier les niveaux d’exposition des polluants et afin de mieux comprendre le rôle des polluants chimiques de l’air intérieur sur la grossesse et le développement fœtal.
Contexte : En Europe, la majorité de la population passe plus de 85% de son temps dans des milieux intérieurs. Or, contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’air intérieur est entre 2 et 5 fois plus pollué que l’air extérieur. Les femmes enceintes et les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables à l’exposition à ces substances polluantes invisibles puisqu’il s’agit d’une période du développement avec une prolifération et une différenciation cellulaire active. L’objectif de ce travail était d’analyser quels impacts la pollution chimique de l’air intérieur pouvaient avoir sur la grossesse et le développement fœtal. Méthode : Une revue de la littérature a été effectuée dans les bases de données Pubmed, Embase, CDLH et TripDatabase Résultats : Au total, 16 articles ont été inclus dans la revue. En termes de polluants, deux études ont évalué l’exposition au benzène, deux autres ses sont intéressées à l’exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, une au formaldéhyde, une suivante aux retardateurs de flammes organophosphorés, six études ont examiné l’exposition aux solvants organiques et les deux dernières s’intéressaient à l’exposition aux phtalates. Deux études ont également évalué l’exposition des femmes enceintes aux polluants de l’air intérieur lors de la rénovation du logement. En termes d’effet sur la grossesse et le développement fœtal, six études se sont intéressées à la croissance fœtale et au poids de naissance des nourrissons. Sur ces six études, cinq ont observé une diminution du poids de naissance tandis qu’une a observé des poids de naissance plus élevés. Quatre autres études ont observé un risque accru d’accouchement prématuré lié à certains polluants de l’air intérieur. Enfin les deux dernières études ont évalué et observé une augmentation du risque de malformation cardiaque. Conclusion : Ce travail confirme qu’il existe des preuves de l’effet néfaste de l’exposition aux polluants chimiques de l’air intérieur sur la grossesse et le développement fœtal. Cependant, des recherches futures sont nécessaires afin de quantifier les niveaux d’exposition des polluants et afin de mieux comprendre le rôle des polluants chimiques de l’air intérieur sur la grossesse et le développement fœtal.
Maissin - MathildeUniversité catholique de Louvain
A86 - W01 - W78 - QH11
Comment le médecin généraliste belge francophone intègre-t-il l’échographie dans sa pratique en 2022 et quelles en sont les limites ?
Comment le médecin généraliste belge francophone intègre-t-il l’échographie dans sa pratique en 2022 et quelles en sont les limites ?
Contexte : L’intérêt pour l’outil échographique est croissant en médecine générale. Déjà utilisé par une majorité de généralistes dans certains pays européens, l’usage reste limité à quelques pionniers en Belgique. Le POCUS, ou l’échoscopie, l’échographie clinique ciblée sur une question, sont un domaine d’intérêt en pleine expansion dans la littérature. Leur application à la médecine générale reste, malgré tout, peu étudié, et très peu de données sur le contexte belge sont disponibles. Méthode : Nous avons réalisé une étude qualitative. Des entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de dix médecins généralistes pratiquant l’échographie en Belgique francophone. Une analyse thématique a ensuite été réalisée. Résultats : Les thèmes véhiculés au travers des entretiens sont présentés selon deux schémas. Le premier schéma détaille l’impact de l’échographie sur les relations du médecin avec les acteurs du réseau de santé. L’effet semble très positif sur la relation au patient. Les relations au spécialistes peuvent également être améliorées. Le médecin lui-même tire de nombreux avantages de l’usage d’un échographe. Des nuances sont cependant apportées, concernant par exemple la gestion d’incidentalomes, le besoin de développer son réseau personnel, et un certain sentiment d’illégitimité. Le deuxième volet détaille les conséquences sur la logistique et l’organisation du médecin, incluant aussi sa formation. Les ressources financières et la gestion du temps sont deux aspects discutés dans cette partie. Le manque d’expertise belge et de formations est identifié comme un obstacle majeur à surmonter actuellement. Conclusion : L’échographie en médecine générale semble prometteuse. Les patients semblent être des grands gagnants de cette avancée bien que certains aspects leur demeurent imperceptibles. Le manque d’expertise et de formations reste le frein majeur au développement de cet outil en Belgique francophone. La barrière financière décourage également certains médecins. La question d’un éventuel remboursement est prématurée. Ce travail ouvre la voie à une analyse coût-bénéfice, indication par indication, et à des futures réflexions importantes, notamment en ce qui concerne la juste place de l’échographie en médecine générale et la gestion des incidentalomes.
Contexte : L’intérêt pour l’outil échographique est croissant en médecine générale. Déjà utilisé par une majorité de généralistes dans certains pays européens, l’usage reste limité à quelques pionniers en Belgique. Le POCUS, ou l’échoscopie, l’échographie clinique ciblée sur une question, sont un domaine d’intérêt en pleine expansion dans la littérature. Leur application à la médecine générale reste, malgré tout, peu étudié, et très peu de données sur le contexte belge sont disponibles. Méthode : Nous avons réalisé une étude qualitative. Des entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de dix médecins généralistes pratiquant l’échographie en Belgique francophone. Une analyse thématique a ensuite été réalisée. Résultats : Les thèmes véhiculés au travers des entretiens sont présentés selon deux schémas. Le premier schéma détaille l’impact de l’échographie sur les relations du médecin avec les acteurs du réseau de santé. L’effet semble très positif sur la relation au patient. Les relations au spécialistes peuvent également être améliorées. Le médecin lui-même tire de nombreux avantages de l’usage d’un échographe. Des nuances sont cependant apportées, concernant par exemple la gestion d’incidentalomes, le besoin de développer son réseau personnel, et un certain sentiment d’illégitimité. Le deuxième volet détaille les conséquences sur la logistique et l’organisation du médecin, incluant aussi sa formation. Les ressources financières et la gestion du temps sont deux aspects discutés dans cette partie. Le manque d’expertise belge et de formations est identifié comme un obstacle majeur à surmonter actuellement. Conclusion : L’échographie en médecine générale semble prometteuse. Les patients semblent être des grands gagnants de cette avancée bien que certains aspects leur demeurent imperceptibles. Le manque d’expertise et de formations reste le frein majeur au développement de cet outil en Belgique francophone. La barrière financière décourage également certains médecins. La question d’un éventuel remboursement est prématurée. Ce travail ouvre la voie à une analyse coût-bénéfice, indication par indication, et à des futures réflexions importantes, notamment en ce qui concerne la juste place de l’échographie en médecine générale et la gestion des incidentalomes.
Dejaegere - PaulUniversité catholique de Louvain
41.005 - QO4 - QT22 - QR31
Diagnostic précoce et prise en charge initiale de la polyarthrite rhumatoïde: étude quantitative auprès des médecins généralistes francophones en Belgique
Diagnostic précoce et prise en charge initiale de la polyarthrite rhumatoïde: étude quantitative auprès des médecins généralistes francophones en Belgique
Contexte : La PR est la pathologie la plus fréquente des rhumatismes inflammatoires. Le diagnostic d’une PR débutante peut être difficile. Cette pathologie peut entrainer des lésions irréversibles en cas de retard diagnostique et peut être en lien avec un risque cardiovasculaire. Les médecins généralistes jouent donc un rôle majeur dans la détection précoce car ils sont confrontés quotidiennement à ce type de plaintes articulaires . L’objectif principal de ce travail est d’interroger les pratiques et connaissances des médecins généralistes et de le comparer aux recommandations de bonne pratique. Cette évaluation finale a pour but d’identifier certains facteurs pouvant influencer le diagnostic précoce et la prise en charge initiale de cette pathologie et de proposer des perspectives pour améliorer le diagnostic précoce et la prise en charge initiale. Méthodologie : Recherche de littérature afin de connaitre les recommandations sur la pathologie et réalisation d’une enquête quantitative destinée aux médecins généralistes. Questionnaire sur les connaissances et pratiques (diagnostic, éléments biologiques, autoévaluation, traitement,) raisons invoquées par le médecin traitant concernant le retard diagnostique et perspectives. Résultats : 119 médecins interrogés, 65% ont déjà diagnostiqué une PR débutante dans leur pratique. 62% éprouvent des difficultés dans la prise en charge des douleurs articulaires en général. 55% des médecins estiment avoir un impact important sur le diagnostic précoce. La plupart des médecins traitants prennent en charge la PR sans référer d’emblée. 78,15% médecins estiment avoir une connaissance moyenne sur le sujet. Les praticiens s’estimant avec le moins de connaissances estiment avoir par ailleurs peu d’impact sur le diagnostic précoce. De plus, les médecins ayant déjà une expérience de diagnostic de PR, estiment avoir de meilleures connaissances. Conclusion : On observe un niveau de connaissance moyen avec la mise en évidence de certaines lacunes. Une majorité de médecins souhaitent une meilleure collaboration médecin généraliste- rhumatologue et plus de formations continues afin de souligner l’importance du diagnostic précoce et étendre leurs connaissances. Ils souhaitent également encourager une meilleure éducation thérapeutique des patients.
Contexte : La PR est la pathologie la plus fréquente des rhumatismes inflammatoires. Le diagnostic d’une PR débutante peut être difficile. Cette pathologie peut entrainer des lésions irréversibles en cas de retard diagnostique et peut être en lien avec un risque cardiovasculaire. Les médecins généralistes jouent donc un rôle majeur dans la détection précoce car ils sont confrontés quotidiennement à ce type de plaintes articulaires . L’objectif principal de ce travail est d’interroger les pratiques et connaissances des médecins généralistes et de le comparer aux recommandations de bonne pratique. Cette évaluation finale a pour but d’identifier certains facteurs pouvant influencer le diagnostic précoce et la prise en charge initiale de cette pathologie et de proposer des perspectives pour améliorer le diagnostic précoce et la prise en charge initiale. Méthodologie : Recherche de littérature afin de connaitre les recommandations sur la pathologie et réalisation d’une enquête quantitative destinée aux médecins généralistes. Questionnaire sur les connaissances et pratiques (diagnostic, éléments biologiques, autoévaluation, traitement,) raisons invoquées par le médecin traitant concernant le retard diagnostique et perspectives. Résultats : 119 médecins interrogés, 65% ont déjà diagnostiqué une PR débutante dans leur pratique. 62% éprouvent des difficultés dans la prise en charge des douleurs articulaires en général. 55% des médecins estiment avoir un impact important sur le diagnostic précoce. La plupart des médecins traitants prennent en charge la PR sans référer d’emblée. 78,15% médecins estiment avoir une connaissance moyenne sur le sujet. Les praticiens s’estimant avec le moins de connaissances estiment avoir par ailleurs peu d’impact sur le diagnostic précoce. De plus, les médecins ayant déjà une expérience de diagnostic de PR, estiment avoir de meilleures connaissances. Conclusion : On observe un niveau de connaissance moyen avec la mise en évidence de certaines lacunes. Une majorité de médecins souhaitent une meilleure collaboration médecin généraliste- rhumatologue et plus de formations continues afin de souligner l’importance du diagnostic précoce et étendre leurs connaissances. Ils souhaitent également encourager une meilleure éducation thérapeutique des patients.
Ramadan - SobhiUniversité catholique de Louvain
L88 - QR32 - QS41 - L29 - QD24 - QT32 - QD4 - QC14
Manifestations physiologiques de fin de vie - Un outil pratique pour améliorer l'accompagnement en fin de vie
Manifestations physiologiques de fin de vie - Un outil pratique pour améliorer l'accompagnement en fin de vie
INTRODUCTION Les soins palliatifs et de confort sont une discipline récente. Pour certains aspects, beaucoup de choses sont encore à explorer. Ce manque de connaissance peut être source d’inconfort pour le soignant, surtout face aux questions des aidants proches. MÉTHODE Cette étude de mise au point cherche à faire une synthèse des manifestations physiologiques de fin de vie. Après une recherche documentaire dans trois bases de données scientifiques, les publications ont été soumises aux critères de sélection afin de répondre à la question de recherche : texte disponible en entièreté, ciblé sur le sujet d’étude, et présentant au moins deux manifestations physiologiques de fin de vie. Ensuite, les données concernant les manifestations physiologiques de fin de vie, mais aussi les données relatives à la population observée entre autres, ont été récoltées par une lecture approfondie des publications. RÉSULTATS De la recherche dans les bases de données scientifiques, un total de 116 publications a été collecté. Après sélection des publications sur base des critères établis, 20 publications ont été incluses. Dix-huit de ces publications sont des études cliniques, en plus d’un rapport de cas clinique et d’un avis d’expert. Un total de 3.697 patients a été observé dans l’ensemble de ces publications, dont 95,9 % étaient en unité de soins palliatifs et 96,9 % étaient atteints d’un cancer. La réalisation de la liste des manifestations physiologiques de fin de vie a mis en évidence 34 manifestations classées en huit catégories. CONCLUSION Les manifestations physiologiques de fin de vie sont nombreuses. Une meilleure connaissance de celles-ci apporte une certaine aisance chez les soignants, et une meilleure information des aidants proches. Malheureusement, la littérature à ce sujet n’est pas des plus fournies. La diversité de lieux de soins, de pathologies en cause dans la situation palliative et de dynamiques interpersonnelles rendent le sujet particulièrement complexe, vaste mais non moins riche.
INTRODUCTION Les soins palliatifs et de confort sont une discipline récente. Pour certains aspects, beaucoup de choses sont encore à explorer. Ce manque de connaissance peut être source d’inconfort pour le soignant, surtout face aux questions des aidants proches. MÉTHODE Cette étude de mise au point cherche à faire une synthèse des manifestations physiologiques de fin de vie. Après une recherche documentaire dans trois bases de données scientifiques, les publications ont été soumises aux critères de sélection afin de répondre à la question de recherche : texte disponible en entièreté, ciblé sur le sujet d’étude, et présentant au moins deux manifestations physiologiques de fin de vie. Ensuite, les données concernant les manifestations physiologiques de fin de vie, mais aussi les données relatives à la population observée entre autres, ont été récoltées par une lecture approfondie des publications. RÉSULTATS De la recherche dans les bases de données scientifiques, un total de 116 publications a été collecté. Après sélection des publications sur base des critères établis, 20 publications ont été incluses. Dix-huit de ces publications sont des études cliniques, en plus d’un rapport de cas clinique et d’un avis d’expert. Un total de 3.697 patients a été observé dans l’ensemble de ces publications, dont 95,9 % étaient en unité de soins palliatifs et 96,9 % étaient atteints d’un cancer. La réalisation de la liste des manifestations physiologiques de fin de vie a mis en évidence 34 manifestations classées en huit catégories. CONCLUSION Les manifestations physiologiques de fin de vie sont nombreuses. Une meilleure connaissance de celles-ci apporte une certaine aisance chez les soignants, et une meilleure information des aidants proches. Malheureusement, la littérature à ce sujet n’est pas des plus fournies. La diversité de lieux de soins, de pathologies en cause dans la situation palliative et de dynamiques interpersonnelles rendent le sujet particulièrement complexe, vaste mais non moins riche.
Pans - MatthiasUniversité catholique de Louvain
QD26
Quels sont les outils de dépistage du syndrome de fragilité applicables en Médecine Générale ?
Quels sont les outils de dépistage du syndrome de fragilité applicables en Médecine Générale ?
La fragilité est un syndrome gériatrique complexe qui consiste en une perte des ressources physiologiques dans plusieurs domaines, menant à une incapacité d’adaptation à un stress. Cela conduit à de nombreuses complications. La mise en évidence de ce syndrome est donc primordiale en médecine générale. De nombreux outils sont disponibles, mais il n’existe pas de recommandation ou de guideline pour réaliser le dépistage de ce syndrome. Par ailleurs, ils ne sont pas non plus toujours applicables en médecine générale, car ils sont souvent créés pour la gériatrie. Le but de ce travail a donc été de réaliser une revue de la littérature concernant les outils de dépistage applicables en médecine générale et de déterminer lequel semblait le plus adapté. Un total de 24 outils a été recensé et ils ont été analysés et comparés. Les outils basés sur le modèle multidimensionnel semblent les plus fournis pour réaliser une bonne évaluation de la fragilité. Le score de SEGA, dont l’applicabilité a déjà été étudiée en médecine générale, parait être un bon candidat. Pour que l’évaluation soit plus complète, l’application de la mesure de la vitesse de marche (gait speed test) en supplément est intéressante. Ce dépistage du syndrome de fragilité permettrait, une fois réalisé, de mettre en place les aides nécessaires et ainsi éviter des évènements indésirables pour le patient et de réduire la charge économique de ceux-ci. De plus, si la détection est suffisamment précoce, cela pourrait permettre une réversibilité de cet état de fragilité et favoriser un maintien à domicile et un maintien d’une certaine autonomie du patient âgé.
La fragilité est un syndrome gériatrique complexe qui consiste en une perte des ressources physiologiques dans plusieurs domaines, menant à une incapacité d’adaptation à un stress. Cela conduit à de nombreuses complications. La mise en évidence de ce syndrome est donc primordiale en médecine générale. De nombreux outils sont disponibles, mais il n’existe pas de recommandation ou de guideline pour réaliser le dépistage de ce syndrome. Par ailleurs, ils ne sont pas non plus toujours applicables en médecine générale, car ils sont souvent créés pour la gériatrie. Le but de ce travail a donc été de réaliser une revue de la littérature concernant les outils de dépistage applicables en médecine générale et de déterminer lequel semblait le plus adapté. Un total de 24 outils a été recensé et ils ont été analysés et comparés. Les outils basés sur le modèle multidimensionnel semblent les plus fournis pour réaliser une bonne évaluation de la fragilité. Le score de SEGA, dont l’applicabilité a déjà été étudiée en médecine générale, parait être un bon candidat. Pour que l’évaluation soit plus complète, l’application de la mesure de la vitesse de marche (gait speed test) en supplément est intéressante. Ce dépistage du syndrome de fragilité permettrait, une fois réalisé, de mettre en place les aides nécessaires et ainsi éviter des évènements indésirables pour le patient et de réduire la charge économique de ceux-ci. De plus, si la détection est suffisamment précoce, cela pourrait permettre une réversibilité de cet état de fragilité et favoriser un maintien à domicile et un maintien d’une certaine autonomie du patient âgé.
Botty - CamilleUniversité de Liège
31.003 - QT33 - QC15 - QS41 - QD33
Impact d'une intervention brève sur les polluants intérieurs en médecine générale: étude mixte sur 21 médecins généralistes en région wallonne
Impact d'une intervention brève sur les polluants intérieurs en médecine générale: étude mixte sur 21 médecins généralistes en région wallonne
Background: En 2020, j’ai participé à un groupe locale d’évaluation médicale où j’ai rencontré le Dr. Pauluis J., médecin généraliste de Villers-La-Ville et responsable de la Cellule Environnement à la Société Scientifique de Médecine Générale. Son travail sur la décharge de Mellery m’a inspiré et je me suis posé la question de la pollution extérieure puis de la pollution intérieure, moins médiatisée. Après des recherches dans la littérature, j’ai constaté que le sujet était peu connu des généralistes et pourtant ses répercussions pouvait être nombreuses. Des travaux précédents montrent des manques dans la formation de base. J’ai donc voulu évaluer les connaissances du médecin généraliste à l'heure actuelle en matière de pollution intérieure et mesurer l’impact d’une intervention brève sur leur comportement. Méthode : Deux groupes de médecins généralistes ont accepté un premier entretien qui consistait en l’intervention, c’est-à-dire une présentation visuelle de dix minutes sur les polluants intérieurs. Ils répondaient au préalable à un pré-test sur leurs connaissances avant intervention. L’outil SQuATte de la cellule régionale d’intervention en pollution intérieure de Bruxelles Environnement leur était ensuite distribué. Trois mois après, je récoltais leurs impressions en utilisant la méthodologie du focus group. Résultats : Prétest : 21 médecins généralistes ont répondu au pré-test et 25 ont participés aux focus group. Une multitude de polluants intérieurs était déjà connue mais certains pas ou très peu. Certains symptômes causés par certains polluants étaient inconnus des médecins alors qu’ils connaissaient la source. Pour les focus group, différents thèmes ont été abordés, notamment la difficulté générale face aux polluants intérieurs. Conclusion : Les médecins généralistes de ces groupes ne se sentent pas assez formés concernant cette problématique. Selon eux, l’outil SQuATte est intéressant mais à la fois trop dense et incomplet. Plusieurs pistes sont énoncées pour l’avenir.
Background: En 2020, j’ai participé à un groupe locale d’évaluation médicale où j’ai rencontré le Dr. Pauluis J., médecin généraliste de Villers-La-Ville et responsable de la Cellule Environnement à la Société Scientifique de Médecine Générale. Son travail sur la décharge de Mellery m’a inspiré et je me suis posé la question de la pollution extérieure puis de la pollution intérieure, moins médiatisée. Après des recherches dans la littérature, j’ai constaté que le sujet était peu connu des généralistes et pourtant ses répercussions pouvait être nombreuses. Des travaux précédents montrent des manques dans la formation de base. J’ai donc voulu évaluer les connaissances du médecin généraliste à l'heure actuelle en matière de pollution intérieure et mesurer l’impact d’une intervention brève sur leur comportement. Méthode : Deux groupes de médecins généralistes ont accepté un premier entretien qui consistait en l’intervention, c’est-à-dire une présentation visuelle de dix minutes sur les polluants intérieurs. Ils répondaient au préalable à un pré-test sur leurs connaissances avant intervention. L’outil SQuATte de la cellule régionale d’intervention en pollution intérieure de Bruxelles Environnement leur était ensuite distribué. Trois mois après, je récoltais leurs impressions en utilisant la méthodologie du focus group. Résultats : Prétest : 21 médecins généralistes ont répondu au pré-test et 25 ont participés aux focus group. Une multitude de polluants intérieurs était déjà connue mais certains pas ou très peu. Certains symptômes causés par certains polluants étaient inconnus des médecins alors qu’ils connaissaient la source. Pour les focus group, différents thèmes ont été abordés, notamment la difficulté générale face aux polluants intérieurs. Conclusion : Les médecins généralistes de ces groupes ne se sentent pas assez formés concernant cette problématique. Selon eux, l’outil SQuATte est intéressant mais à la fois trop dense et incomplet. Plusieurs pistes sont énoncées pour l’avenir.
Liu - WillyUniversité catholique de Louvain
QH11 - QR33 - QS41 - QS11
Mise au point sur la place des opioïdes faibles dans la prise en charge des douleurs aiguës en médecine générale
Mise au point sur la place des opioïdes faibles dans la prise en charge des douleurs aiguës en médecine générale
Les opiacés faibles sont couramment prescrits dans la prise en charge de douleurs aiguës modérées à sévères. Toutefois, leur usage est rarement un premier choix. L’introduction d’opiacés faibles se fait généralement selon la logique des paliers de l’OMS. Il y a une tendance chez les médecins à considérer les opiacés faibles comme plus sûr que les opiacés forts du point de vue des effets secondaires et des risques d’accoutumance. On observe cependant une grande variabilité interindividuelle aux niveaux de la tolérance et de l’efficacité de ces médicaments. L’objectif de cette étude est de faire une mise au point sur la balance bénéfice / risque des antalgiques de palier 2 en médication brève chez le patient adulte souffrant d’une douleur aiguë en discutant notamment des situations cliniques où de telles prescriptions peuvent être délicates comme pour les sujets âgés, les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes présentant des troubles de l’usage des opiacés ou ayant des antécédents de toxicomanie. La méthodologie adoptée est une revue de littérature portant sur l’utilisation d’opioïdes faibles dans des motifs de douleurs aiguës que l’on rencontre en pratique en médecine générale. On ne retrouve pas de réel consensus concernant leur efficience pour les douleurs aiguës, notamment pour les douleurs inflammatoires et ostéoarticulaires. On remarque une récurrence de la notion de variabilité du métabolisme de tramadol et de la codéine rendant leur efficacité et leurs effets secondaires imprévisibles pour chaque individu. Le rapport bénéfique / risque semble défavorable en raison de risques potentiellement plus sévères pour les sujets métaboliseurs forts et d’inefficacité pour les métaboliseurs faibles. Cependant, ils semblent être considérés comme des médicaments nécessaires et sont présentés comme une alternative possible pour la gestion des douleurs en cas de contre-indication aux AINS. Au vu de l’efficacité et des risques imprévisibles du tramadol et de la codéine une alternative intéressante est l’utilisation de la morphine à dose équivalente.
Les opiacés faibles sont couramment prescrits dans la prise en charge de douleurs aiguës modérées à sévères. Toutefois, leur usage est rarement un premier choix. L’introduction d’opiacés faibles se fait généralement selon la logique des paliers de l’OMS. Il y a une tendance chez les médecins à considérer les opiacés faibles comme plus sûr que les opiacés forts du point de vue des effets secondaires et des risques d’accoutumance. On observe cependant une grande variabilité interindividuelle aux niveaux de la tolérance et de l’efficacité de ces médicaments. L’objectif de cette étude est de faire une mise au point sur la balance bénéfice / risque des antalgiques de palier 2 en médication brève chez le patient adulte souffrant d’une douleur aiguë en discutant notamment des situations cliniques où de telles prescriptions peuvent être délicates comme pour les sujets âgés, les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes présentant des troubles de l’usage des opiacés ou ayant des antécédents de toxicomanie. La méthodologie adoptée est une revue de littérature portant sur l’utilisation d’opioïdes faibles dans des motifs de douleurs aiguës que l’on rencontre en pratique en médecine générale. On ne retrouve pas de réel consensus concernant leur efficience pour les douleurs aiguës, notamment pour les douleurs inflammatoires et ostéoarticulaires. On remarque une récurrence de la notion de variabilité du métabolisme de tramadol et de la codéine rendant leur efficacité et leurs effets secondaires imprévisibles pour chaque individu. Le rapport bénéfique / risque semble défavorable en raison de risques potentiellement plus sévères pour les sujets métaboliseurs forts et d’inefficacité pour les métaboliseurs faibles. Cependant, ils semblent être considérés comme des médicaments nécessaires et sont présentés comme une alternative possible pour la gestion des douleurs en cas de contre-indication aux AINS. Au vu de l’efficacité et des risques imprévisibles du tramadol et de la codéine une alternative intéressante est l’utilisation de la morphine à dose équivalente.
Surroca - JulietteUniversité de Liège
A01 - 50.006 - A85 - QD325 - QP1 - QT33
L’éducation nutritionnelle, le récit du combat pour une alimentation saine : Quelle est l’expérience des médecins généralistes mouscronnois et que pensent-ils d’un outil d’aide à la consultation dans ce contexte ? Etude de recherche qualitative basée sur des entretiens semi-dirigés auprès de généralistes de la région de Mouscron.
L’éducation nutritionnelle, le récit du combat pour une alimentation saine : Quelle est l’expérience des médecins généralistes mouscronnois et que pensent-ils d’un outil d’aide à la consultation dans ce contexte ? Etude de recherche qualitative basée sur des entretiens semi-dirigés auprès de généralistes de la région de Mouscron.
INTRODUCTION L’éducation nutritionnelle est une problématique majeure en santé publique. La prévalence des maladies non-transmissibles secondaires à une mauvaise alimentation est en constante augmentation et près de la moitié de la population belge se trouve en surpoids. Un changement drastique semble nécessaire et le médecin traitant a son rôle à jouer. L’objectif de ce travail est de comprendre l’expérience des médecins traitants dans le domaine des consultations d’éducation à la nutrition et d’imaginer une stratégie pour favoriser le déroulement de celles-ci en leur proposant un outil d’aide à la consultation. METHODOLOGIE Après une recherche dans la littérature pour mieux cibler le sujet, une étude qualitative a été menée. Pour cela, des entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de 7 médecins généralistes de la région de Mouscron et un prototype d’outil fut imaginé. RESULTATS A travers le vécu des participants, on découvre le récit du patient « acteur de sa santé » ainsi que du généraliste dans le rôle de guide qui l’accompagne et l’encourage tout au long de son parcours d’éducation à la santé. Les témoignages soulignent différents obstacles compliquant la prise en charge par le médecin dont notamment des limites de temps, un manque de formation du médecin, une résistance de la part du patient, des inégalités sociales ou encore un manque d’outils accessibles. Les médecins décrivent plusieurs techniques déjà adoptées pour favoriser l’éducation à la nutrition mais une stratégie d’aide sous forme d’une fiche-outil semblerait idéale. Tout ceci a permis la création d’une fiche informative et interactive personnalisable à utiliser dans le cadre des consultations d'éducation nutritionnelle. CONCLUSION L’analyse de l’expérience des généralistes a permis de mieux comprendre leurs difficultés rencontrées lors de l’éducation nutritionnelle des patients. Ceci a mené à la proposition d’une intervention en nutrition sous forme d’un outil d’aide à la consultation qui contribue à aider le médecin et à sensibiliser d’avantage le patient.
INTRODUCTION L’éducation nutritionnelle est une problématique majeure en santé publique. La prévalence des maladies non-transmissibles secondaires à une mauvaise alimentation est en constante augmentation et près de la moitié de la population belge se trouve en surpoids. Un changement drastique semble nécessaire et le médecin traitant a son rôle à jouer. L’objectif de ce travail est de comprendre l’expérience des médecins traitants dans le domaine des consultations d’éducation à la nutrition et d’imaginer une stratégie pour favoriser le déroulement de celles-ci en leur proposant un outil d’aide à la consultation. METHODOLOGIE Après une recherche dans la littérature pour mieux cibler le sujet, une étude qualitative a été menée. Pour cela, des entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de 7 médecins généralistes de la région de Mouscron et un prototype d’outil fut imaginé. RESULTATS A travers le vécu des participants, on découvre le récit du patient « acteur de sa santé » ainsi que du généraliste dans le rôle de guide qui l’accompagne et l’encourage tout au long de son parcours d’éducation à la santé. Les témoignages soulignent différents obstacles compliquant la prise en charge par le médecin dont notamment des limites de temps, un manque de formation du médecin, une résistance de la part du patient, des inégalités sociales ou encore un manque d’outils accessibles. Les médecins décrivent plusieurs techniques déjà adoptées pour favoriser l’éducation à la nutrition mais une stratégie d’aide sous forme d’une fiche-outil semblerait idéale. Tout ceci a permis la création d’une fiche informative et interactive personnalisable à utiliser dans le cadre des consultations d'éducation nutritionnelle. CONCLUSION L’analyse de l’expérience des généralistes a permis de mieux comprendre leurs difficultés rencontrées lors de l’éducation nutritionnelle des patients. Ceci a mené à la proposition d’une intervention en nutrition sous forme d’un outil d’aide à la consultation qui contribue à aider le médecin et à sensibiliser d’avantage le patient.
Van Assche - LieselotteUniversité catholique de Louvain
45.001 - QD23 - QP51 - QT11 - QS41 - QR31
Evaluation de l’utilisation de la cigarette électronique en tant que méthode de sevrage tabagique dans le cadre d’un échec d’emploi des méthodes classiques
Evaluation de l’utilisation de la cigarette électronique en tant que méthode de sevrage tabagique dans le cadre d’un échec d’emploi des méthodes classiques
Introduction : La cigarette électronique, avec ou sans nicotine, est employée par une partie des fumeurs pour le sevrage tabagique, sans avis médical préalable. La littérature actuelle faisant état de la sureté et de l’efficacité de celle-ci dans le sevrage tabagique semble limitée, alimentant la controverse entourant la question de la cigarette électronique au sens large. Objectif : Evaluer l’efficacité et la sureté de la cigarette électronique en tant que méthode de sevrage tabagique dans la cadre d’un échec d’emploi des moyens standards de sevrage chez des patients souhaitant arrêter complètement la cigarette conventionnelle. Méthodologie : Une revue de la littérature a été effectué à partir des bases de données suivantes : Medline à travers Pubmed, EMBASE, Cochrane Library, Google Scholar. La recherche a été effectuée de mars 2021 à mars 2022, pour sélectionner tout article pertinent et répondant à ma question de recherche, sur les 5 dernières années. L’évaluation de la qualité des essais cliniques randomisés a également été effectuée via l’outil Risk of Biais de la Cochrane Collaboration. La littérature sectionnée comprend : Essais cliniques randomisées, revues systématiques, méta-analyses, études de cohortes, études transversales. Résultats : Au total, douze études ont été incluses, avec un effectif total de de 45.109 patients et avec un suivi maximal de 72 mois. Dans la plupart des études, les thérapies étudiées étaient comparées à des soins standards (Entrevue motivationnelle et traitements de substitution nicotinique) ou alors à la cigarette électronique sans nicotine. Conclusion : Les résultats des études repris dans ce travail suggèrent que l’utilisation de la cigarette électronique est associée à la réduction du tabagisme, d’autant plus dans le cadre d’un usage quotidien, ainsi qu’à une abstinence complète au court terme. Le profil de sécurité de la cigarette électronique n’est pour l’heure pas tout à fait établi, mais les preuves reprises dans ce travail tendent à confirmer, dans une perspective à court terme, qu’il peut s’agir d’une alternative peu risquée à la cigarette conventionnelle. Les preuves d’effets à plus long terme sur la santé sont pour l’heure néanmoins manquantes et il est raisonnable de dire qu’il faudra encore plusieurs années de données épidémiologiques avant de tirer une véritable conclusion sur le profil de sécurité d’un tel outil.
Introduction : La cigarette électronique, avec ou sans nicotine, est employée par une partie des fumeurs pour le sevrage tabagique, sans avis médical préalable. La littérature actuelle faisant état de la sureté et de l’efficacité de celle-ci dans le sevrage tabagique semble limitée, alimentant la controverse entourant la question de la cigarette électronique au sens large. Objectif : Evaluer l’efficacité et la sureté de la cigarette électronique en tant que méthode de sevrage tabagique dans la cadre d’un échec d’emploi des moyens standards de sevrage chez des patients souhaitant arrêter complètement la cigarette conventionnelle. Méthodologie : Une revue de la littérature a été effectué à partir des bases de données suivantes : Medline à travers Pubmed, EMBASE, Cochrane Library, Google Scholar. La recherche a été effectuée de mars 2021 à mars 2022, pour sélectionner tout article pertinent et répondant à ma question de recherche, sur les 5 dernières années. L’évaluation de la qualité des essais cliniques randomisés a également été effectuée via l’outil Risk of Biais de la Cochrane Collaboration. La littérature sectionnée comprend : Essais cliniques randomisées, revues systématiques, méta-analyses, études de cohortes, études transversales. Résultats : Au total, douze études ont été incluses, avec un effectif total de de 45.109 patients et avec un suivi maximal de 72 mois. Dans la plupart des études, les thérapies étudiées étaient comparées à des soins standards (Entrevue motivationnelle et traitements de substitution nicotinique) ou alors à la cigarette électronique sans nicotine. Conclusion : Les résultats des études repris dans ce travail suggèrent que l’utilisation de la cigarette électronique est associée à la réduction du tabagisme, d’autant plus dans le cadre d’un usage quotidien, ainsi qu’à une abstinence complète au court terme. Le profil de sécurité de la cigarette électronique n’est pour l’heure pas tout à fait établi, mais les preuves reprises dans ce travail tendent à confirmer, dans une perspective à court terme, qu’il peut s’agir d’une alternative peu risquée à la cigarette conventionnelle. Les preuves d’effets à plus long terme sur la santé sont pour l’heure néanmoins manquantes et il est raisonnable de dire qu’il faudra encore plusieurs années de données épidémiologiques avant de tirer une véritable conclusion sur le profil de sécurité d’un tel outil.
Ouajnan - SofianUniversité catholique de Louvain
-
Quels sont les obstacles auxquels font face les médecins généralistes wallons lors de la détection et de la prise en charge de l'anorexie mentale?
Quels sont les obstacles auxquels font face les médecins généralistes wallons lors de la détection et de la prise en charge de l'anorexie mentale?
Introduction : L’anorexie mentale (AM) est une maladie rare à laquelle les médecins généralistes sont confrontés dans leur pratique quotidienne. Leur place dans la prévention, le diagnostic et le suivi des patients est primordiale. L’objectif de ce travail est de mettre en lumière les difficultés rencontrées lors de la prise en charge de cette pathologie et d’apporter des perspectives d’aide afin d’améliorer la gestion de l’AM en médecine générale. Question de recherche : Quels sont les obstacles à la détection et à la prise en charge de l’anorexie mentale pour le médecin généraliste en région Wallonne ? Méthode : La réalisation de ce mémoire a débuté par une recherche dans la littérature suivie d’une étude qualitative. Cette dernière a été effectuée grâce à des entretiens semi-dirigés auprès de 10 médecins généralistes, sélectionnés sur base de leur profils sociodémographiques. Chaque entretien a été retranscrit puis analysé de manière thématique. Résultats : Les médecins généralistes interrogés ont conscience de l’importance de leur rôle dans le repérage et le suivi des patients anorexiques. Ils éprouvent peu de difficulté à poser le diagnostic, mais déplorent un manque de formation au sujet des troubles du comportements alimentaires (TCA). L’étude met en évidence 3 catégories d’obstacles à la détection et à la prise en charge de l’AM rencontrés en médecine générale : liés au médecin généraliste, liés au patient et liés à l’environnement. Les pistes d’action évoquées concernent la sensibilisation de la population générale et des médecins généralistes à l’AM, un renforcement de la formation des médecins, une meilleure organisation du réseau de soins et le développement d’un outil d’aide à la consultation. Discussion et conclusion : La première partie de ce mémoire a permis de réaliser une mise à jour des données de la littérature concernant la prise en charge de l’AM allant du diagnostic au traitement. La seconde partie détaille les obstacles rencontrés par les médecins généralistes et examine les différentes pistes d’action proposées par les intervenants. L’une de ces pistes est approfondie et mène à la création d’une fiche d’aide à la consultation.
Introduction : L’anorexie mentale (AM) est une maladie rare à laquelle les médecins généralistes sont confrontés dans leur pratique quotidienne. Leur place dans la prévention, le diagnostic et le suivi des patients est primordiale. L’objectif de ce travail est de mettre en lumière les difficultés rencontrées lors de la prise en charge de cette pathologie et d’apporter des perspectives d’aide afin d’améliorer la gestion de l’AM en médecine générale. Question de recherche : Quels sont les obstacles à la détection et à la prise en charge de l’anorexie mentale pour le médecin généraliste en région Wallonne ? Méthode : La réalisation de ce mémoire a débuté par une recherche dans la littérature suivie d’une étude qualitative. Cette dernière a été effectuée grâce à des entretiens semi-dirigés auprès de 10 médecins généralistes, sélectionnés sur base de leur profils sociodémographiques. Chaque entretien a été retranscrit puis analysé de manière thématique. Résultats : Les médecins généralistes interrogés ont conscience de l’importance de leur rôle dans le repérage et le suivi des patients anorexiques. Ils éprouvent peu de difficulté à poser le diagnostic, mais déplorent un manque de formation au sujet des troubles du comportements alimentaires (TCA). L’étude met en évidence 3 catégories d’obstacles à la détection et à la prise en charge de l’AM rencontrés en médecine générale : liés au médecin généraliste, liés au patient et liés à l’environnement. Les pistes d’action évoquées concernent la sensibilisation de la population générale et des médecins généralistes à l’AM, un renforcement de la formation des médecins, une meilleure organisation du réseau de soins et le développement d’un outil d’aide à la consultation. Discussion et conclusion : La première partie de ce mémoire a permis de réaliser une mise à jour des données de la littérature concernant la prise en charge de l’AM allant du diagnostic au traitement. La seconde partie détaille les obstacles rencontrés par les médecins généralistes et examine les différentes pistes d’action proposées par les intervenants. L’une de ces pistes est approfondie et mène à la création d’une fiche d’aide à la consultation.
bielders - lorianeUniversité catholique de Louvain
QR31 - QS41 - QD42 - QD24 - QP3 - QD323 - P86
Quelles sont les procédures mises en place pour éviter la prise répétitive de la pilule du lendemain et pour assurer le suivi des patientes ? Entretiens avec des pharmaciens et des centres de planning familial de la région namuroise, dans une optique d'amélioration des soins et d'identification du rôle du médecin généraliste dans le suivi de la contraception d'urgence et dans le réseau des professionnels de la santé.
Quelles sont les procédures mises en place pour éviter la prise répétitive de la pilule du lendemain et pour assurer le suivi des patientes ? Entretiens avec des pharmaciens et des centres de planning familial de la région namuroise, dans une optique d'amélioration des soins et d'identification du rôle du médecin généraliste dans le suivi de la contraception d'urgence et dans le réseau des professionnels de la santé.
RÉSUMÉ Introduction La contraception d’urgence est une prise médicamenteuse peu abordée en médecine générale. Utilisée à bon escient, elle est pourtant d’une aide précieuse pour prévenir une grossesse non désirée. Les acteurs principaux accessibles pour obtenir cette pilule sont les centres de planning familial et les pharmaciens. Comment procèdent-ils lorsqu’ils se trouvent face à cette demande et lors de sa répétition ? Comment le médecin généraliste peut-il être un acteur investi dans le suivi et dans la prévention d’une éventuelle prise d’une dose ultérieure ? Méthodes L’étude est mixte : - Une première étude quantitative transversale et observationnelle a été menée auprès des médecins généralistes de la région namuroise. Le questionnaire interroge leur expérience dans le domaine de la contraception d’urgence et leur avis quant au suivi de ces patientes. - Une deuxième étude qualitative transversale et observationnelle sous forme d’interviews semi-dirigées a été effectuée auprès de pharmaciens et des centres de planning familial namurois pour interroger leur expérience dans le domaine. Résultats Analyse quantitative : les médecins généralistes prescrivent peu la pilule du lendemain. Lorsque les patientes prennent cette médication, elles font en général peu de retour à leur médecin. La majorité des médecins pense que le suivi est un de leur rôle et que leur formation devrait être renforcée en ce sens. Analyse qualitative : la prise en charge d’un acteur à l’autre est différente. Du côté des centres de planning familial elle prend la forme d’une animation EVRAS. Pour les pharmacies, celle-ci est plus directe et le contenu est variable : il est adapté à la demande et dépend de l’appréciation qu’a le pharmacien des connaissances de la patiente. Conclusions La demande de la pilule du lendemain est une étape sensible qui demande une attention particulière afin de poser toutes les questions adéquates et d’encourager les patientes à un suivi médical. C’est un moment opportun pour sensibiliser les patients à la contraception régulière et aux maladies sexuellement transmissibles. Afin d’en diminuer la répétition, le rôle du médecin généraliste dans le suivi de la contraception d’urgence est à renforcer et à encourager via une amélioration de sa formation mais également une collaboration avec les pharmaciens et le centre de planning familial.
RÉSUMÉ Introduction La contraception d’urgence est une prise médicamenteuse peu abordée en médecine générale. Utilisée à bon escient, elle est pourtant d’une aide précieuse pour prévenir une grossesse non désirée. Les acteurs principaux accessibles pour obtenir cette pilule sont les centres de planning familial et les pharmaciens. Comment procèdent-ils lorsqu’ils se trouvent face à cette demande et lors de sa répétition ? Comment le médecin généraliste peut-il être un acteur investi dans le suivi et dans la prévention d’une éventuelle prise d’une dose ultérieure ? Méthodes L’étude est mixte : - Une première étude quantitative transversale et observationnelle a été menée auprès des médecins généralistes de la région namuroise. Le questionnaire interroge leur expérience dans le domaine de la contraception d’urgence et leur avis quant au suivi de ces patientes. - Une deuxième étude qualitative transversale et observationnelle sous forme d’interviews semi-dirigées a été effectuée auprès de pharmaciens et des centres de planning familial namurois pour interroger leur expérience dans le domaine. Résultats Analyse quantitative : les médecins généralistes prescrivent peu la pilule du lendemain. Lorsque les patientes prennent cette médication, elles font en général peu de retour à leur médecin. La majorité des médecins pense que le suivi est un de leur rôle et que leur formation devrait être renforcée en ce sens. Analyse qualitative : la prise en charge d’un acteur à l’autre est différente. Du côté des centres de planning familial elle prend la forme d’une animation EVRAS. Pour les pharmacies, celle-ci est plus directe et le contenu est variable : il est adapté à la demande et dépend de l’appréciation qu’a le pharmacien des connaissances de la patiente. Conclusions La demande de la pilule du lendemain est une étape sensible qui demande une attention particulière afin de poser toutes les questions adéquates et d’encourager les patientes à un suivi médical. C’est un moment opportun pour sensibiliser les patients à la contraception régulière et aux maladies sexuellement transmissibles. Afin d’en diminuer la répétition, le rôle du médecin généraliste dans le suivi de la contraception d’urgence est à renforcer et à encourager via une amélioration de sa formation mais également une collaboration avec les pharmaciens et le centre de planning familial.
Cambron - LouiseUniversité catholique de Louvain
W10 - QS41 - QS4 - QS3 - QC22 - QP52 - QR323 - QR31
Le rôle du médecin généraliste sur l’affluence des patients en salle d’urgence selon les médecins urgentistes du CHA de Libramont : une étude qualitative
Le rôle du médecin généraliste sur l’affluence des patients en salle d’urgence selon les médecins urgentistes du CHA de Libramont : une étude qualitative
Introduction L’affluence en salle d’urgence est une réalité en Belgique comme à l’étranger et celle-ci est en augmentation. Les facteurs qui influencent ce taux de fréquentation sont multiples. Malgré un devoir déontologique de confraternité, il n’est pas rare que les médecins généralistes soient critiqués par leurs confrères urgentistes. Ce travail a pour objectif de déterminer le rôle du médecin généraliste dans cette affluence de patients en salle d’urgence. Méthodologie Après une description de l’organisation des soins urgents en Belgique par le directeur de la centrale 112/1733 et selon le KCE, une étude qualitative a été conduite via une série de cinq interviews semidirigées auprès des médecins urgentistes du Centre Hospitalier de Libramont. Les données recueillies ont été analysées par une méthode inductive inspirée de la méthode de la théorisation ancrée. Résultats Les facteurs causaux à cette affluence en salle d’urgence sont multiples selon les médecins urgentistes interrogés. La mentalité du « tout, tout de suite », un phénomène global de la société actuelle en serait la principale cause. Internet et les médias et leur nature anxiogène contribueraient aussi à motiver les patients à se rendre facilement en salle d’urgence. Bien que seulement 30% des patients inscrits aux urgences consultent un médecin avant, le médecin généraliste semble jouer un rôle dans cette affluence en référant les patients en vue de bénéficier du plateau technique de l’hôpital, renforcé par un accès difficile aux examens complémentaires et motivé par une crainte médico-légale. La disponibilité moindre des médecins généralistes et spécialistes participerait au phénomène. Le système de garde de médecine générale via les postes médicaux de garde semble également poser problème. La centrale 112/1733 n’est pas un élément facilitateur non plus. Des pistes de solutions existent. Pallier à ces freins en est une. Intégrer le médecin généraliste à l’hôpital en serait une autre. Conclusion Malgré ces réserves, les médecins urgentistes du Centre Hospitalier de l’Ardenne de Libramont sont satisfaits de la collaboration avec les médecins généralistes de la région. Une amélioration de la communication reste cependant un point crucial à améliorer. Un devoir ultérieur d’investigation auprès des médecins généralistes reste nécessaire, ainsi que concernant les solutions et leur implémentation. Mots clés : médecin généraliste – médecin urgentiste – salle d’urgence – affluence – relation interprofessionnelle
Introduction L’affluence en salle d’urgence est une réalité en Belgique comme à l’étranger et celle-ci est en augmentation. Les facteurs qui influencent ce taux de fréquentation sont multiples. Malgré un devoir déontologique de confraternité, il n’est pas rare que les médecins généralistes soient critiqués par leurs confrères urgentistes. Ce travail a pour objectif de déterminer le rôle du médecin généraliste dans cette affluence de patients en salle d’urgence. Méthodologie Après une description de l’organisation des soins urgents en Belgique par le directeur de la centrale 112/1733 et selon le KCE, une étude qualitative a été conduite via une série de cinq interviews semidirigées auprès des médecins urgentistes du Centre Hospitalier de Libramont. Les données recueillies ont été analysées par une méthode inductive inspirée de la méthode de la théorisation ancrée. Résultats Les facteurs causaux à cette affluence en salle d’urgence sont multiples selon les médecins urgentistes interrogés. La mentalité du « tout, tout de suite », un phénomène global de la société actuelle en serait la principale cause. Internet et les médias et leur nature anxiogène contribueraient aussi à motiver les patients à se rendre facilement en salle d’urgence. Bien que seulement 30% des patients inscrits aux urgences consultent un médecin avant, le médecin généraliste semble jouer un rôle dans cette affluence en référant les patients en vue de bénéficier du plateau technique de l’hôpital, renforcé par un accès difficile aux examens complémentaires et motivé par une crainte médico-légale. La disponibilité moindre des médecins généralistes et spécialistes participerait au phénomène. Le système de garde de médecine générale via les postes médicaux de garde semble également poser problème. La centrale 112/1733 n’est pas un élément facilitateur non plus. Des pistes de solutions existent. Pallier à ces freins en est une. Intégrer le médecin généraliste à l’hôpital en serait une autre. Conclusion Malgré ces réserves, les médecins urgentistes du Centre Hospitalier de l’Ardenne de Libramont sont satisfaits de la collaboration avec les médecins généralistes de la région. Une amélioration de la communication reste cependant un point crucial à améliorer. Un devoir ultérieur d’investigation auprès des médecins généralistes reste nécessaire, ainsi que concernant les solutions et leur implémentation. Mots clés : médecin généraliste – médecin urgentiste – salle d’urgence – affluence – relation interprofessionnelle
PIERLOT - AdrienUniversité catholique de Louvain
QS41 - QS2 - QR31 - QS3 - 47.000 - 67.004
Perception et approche des médecins généralistes belges par rapport à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans contre le COVID-19
Perception et approche des médecins généralistes belges par rapport à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans contre le COVID-19
Introduction Fin 2019, un virus provoquant des infections respiratoires supérieures fait émergence en Chine. La maladie associée est baptisée comme COVID-19. En 2020, plusieurs vaccins sont développés et mis en circulation chez la population adulte. Fin de l’année 2021, les États-Unis et l’Europe donnent l’accord pour un vaccin pédiatrique. Aujourd’hui, nous remarquons une disparité du taux de vaccinations chez la tranche d’âge entre 5 et 11 ans. En sachant l’importance du rôle des médecins traitants dans la campagne de vaccination, la conseillent-ils ? Méthodologie Nous avons effectué une étude quantitative, transversale, en comparant les prises en charge des médecins généralistes en matière de vaccin pédiatrique contre le COVID-19 en fonction de diverses variables. Nous avons ensuite analysé leurs arguments les menant à faire ces choix. Nous avons recueilli toutes les données grâce à un questionnaire à réponses multiples développés par nos soins. Résultats Nous avons une population de Ntot= 102 personnes composée principalement de femmes, jeunes, travaillant principalement en milieu urbain, en pratique de groupe et n’ayant pas d’enfant. Ils sont en faveur de la vaccination générale pour les adultes et les enfants. La plupart est vaccinée contre le COVID-19 et vaccine aussi ses patients de plus de 18 ans contre ce dernier. 20.6% conseillent la vaccination contre le COVID-19 aux enfants de 5 à 11 ans,15.7% la déconseillent, 16.7% ne se prononcent pas et 47.1% la conseillent uniquement dans certaines situations. Pas de différences significatives ont été trouvées parmi ces 4 groupes en fonction des variables précédentes. Les médecins qui conseillent la vaccination contre le COVID-19 aux enfants de 5 à 11 ans sont le plus souvent influencés par les comorbidités des enfants et de leurs entourages, de même que ceux qui la conseillent uniquement dans certaines situations. Ceux qui la déconseillent sont le plus souvent influencées par le faible risque de formes sévères de l’enfant et ceux qui ne se prononcent pas, par l’incertitude de l’efficacité à long terme. Conclusion L’indication du vaccin pédiatrique contre le COVID-19 est discutée parmi les médecins généralistes belges. Une majorité conseille le vaccin aux enfants de 5 à 11 ans en présence de comorbidités ou de personnes à risque dans leurs entourages. Un tiers ne le conseille pas ou ne se prononce pas. Davantage d’études sur le sujet doivent prendre place pour éclaircir les différents arguments proposés.
Introduction Fin 2019, un virus provoquant des infections respiratoires supérieures fait émergence en Chine. La maladie associée est baptisée comme COVID-19. En 2020, plusieurs vaccins sont développés et mis en circulation chez la population adulte. Fin de l’année 2021, les États-Unis et l’Europe donnent l’accord pour un vaccin pédiatrique. Aujourd’hui, nous remarquons une disparité du taux de vaccinations chez la tranche d’âge entre 5 et 11 ans. En sachant l’importance du rôle des médecins traitants dans la campagne de vaccination, la conseillent-ils ? Méthodologie Nous avons effectué une étude quantitative, transversale, en comparant les prises en charge des médecins généralistes en matière de vaccin pédiatrique contre le COVID-19 en fonction de diverses variables. Nous avons ensuite analysé leurs arguments les menant à faire ces choix. Nous avons recueilli toutes les données grâce à un questionnaire à réponses multiples développés par nos soins. Résultats Nous avons une population de Ntot= 102 personnes composée principalement de femmes, jeunes, travaillant principalement en milieu urbain, en pratique de groupe et n’ayant pas d’enfant. Ils sont en faveur de la vaccination générale pour les adultes et les enfants. La plupart est vaccinée contre le COVID-19 et vaccine aussi ses patients de plus de 18 ans contre ce dernier. 20.6% conseillent la vaccination contre le COVID-19 aux enfants de 5 à 11 ans,15.7% la déconseillent, 16.7% ne se prononcent pas et 47.1% la conseillent uniquement dans certaines situations. Pas de différences significatives ont été trouvées parmi ces 4 groupes en fonction des variables précédentes. Les médecins qui conseillent la vaccination contre le COVID-19 aux enfants de 5 à 11 ans sont le plus souvent influencés par les comorbidités des enfants et de leurs entourages, de même que ceux qui la conseillent uniquement dans certaines situations. Ceux qui la déconseillent sont le plus souvent influencées par le faible risque de formes sévères de l’enfant et ceux qui ne se prononcent pas, par l’incertitude de l’efficacité à long terme. Conclusion L’indication du vaccin pédiatrique contre le COVID-19 est discutée parmi les médecins généralistes belges. Une majorité conseille le vaccin aux enfants de 5 à 11 ans en présence de comorbidités ou de personnes à risque dans leurs entourages. Un tiers ne le conseille pas ou ne se prononce pas. Davantage d’études sur le sujet doivent prendre place pour éclaircir les différents arguments proposés.
Garcia-Iturri - InigoUniversité catholique de Louvain
QD325 - QS41 - QC12 - QR323 - A77
L’IMPACT DU CONFINEMENT ET DES MESURES ANTI-COVID SUR LA FORME PHYSIQUE DES JEUNES DE 18 À 30 ANS ET L’IMPORTANCE DU MÉDECIN GÉNÉRALISTE.
L’IMPACT DU CONFINEMENT ET DES MESURES ANTI-COVID SUR LA FORME PHYSIQUE DES JEUNES DE 18 À 30 ANS ET L’IMPORTANCE DU MÉDECIN GÉNÉRALISTE.
Introduction : La pandémie de Covid-19 est une situation exceptionnelle et sans précédent à laquelle la Belgique a fait face à partir de mars 2020. Je me suis posé la question si les restrictions et les mesures mises en place avaient eu une influence sur la forme physique des jeunes adultes de 18 à 30 ans. Méthodologie : Pour pouvoir répondre à ma question, j’ai créé un questionnaire sur les habitudes des gens avant et pendant l’épidémie de Covid-19 via le logiciel Google Forms. J’ai partagé le lien de mon questionnaire via différents réseaux sociaux tels que Facebook et LinkedIn. J’ai autorisé les personnes à partager le lien de mon questionnaire afin de toucher une plus grande partie de la population. J’ai également envoyé mon questionnaire par email aux patients de mon cabinet qui rentraient dans les critères de mon enquête, une fois que j’avais eu leur consentement libre et éclairé. Résultats : J’ai obtenu 168 réponses à mon questionnaire, les sexes et les catégories d’âge ont été représentés de manière équitable. Pour faire mes analyses statistiques, j’ai utilisé la loi de Student, l’intervalle de confiance est de 95% et les statistiques étaient considérées comme significatives lorsque l’on obtenait une p-valeur inférieure à 0.05. L’hypothèse nulle étant la non-modification de la forme physique des jeunes de 18 à 30 ans suite aux mesures anti-Covid19. Discussion : Il a été observé une augmentation significative du poids, de l’IMC (Indice de Masse Corporelle), du comportement sédentaire ainsi qu’une une diminution significative de l’activité physique chez certaines catégories des participants. Plus de la moitié des participants n’a pas fait part à son médecin traitant de leur changement de poids et ce dernier a également très peu abordé la modification de l’activité physique et du comportement sédentaire lors d’une consultation. Conclusions : Au vu de l’augmentation des comportements sédentaires, de l’IMC des jeunes adultes, de la diminution de l’activité physique et de la faible implication du médecin traitant. Il est nécessaire de conscientiser l’ensemble des médecins généralistes vis-à-vis de cette problématique afin de pouvoir lutter efficacement contre celle-ci. La société doit également se préparer à réagir au cas où elle ferait à nouveau face à ce genre de situations notamment en renforçant l’éducation de la population sur les conséquences néfastes du déficit d’activité physique inhérent aux comportements sédentaires.
Introduction : La pandémie de Covid-19 est une situation exceptionnelle et sans précédent à laquelle la Belgique a fait face à partir de mars 2020. Je me suis posé la question si les restrictions et les mesures mises en place avaient eu une influence sur la forme physique des jeunes adultes de 18 à 30 ans. Méthodologie : Pour pouvoir répondre à ma question, j’ai créé un questionnaire sur les habitudes des gens avant et pendant l’épidémie de Covid-19 via le logiciel Google Forms. J’ai partagé le lien de mon questionnaire via différents réseaux sociaux tels que Facebook et LinkedIn. J’ai autorisé les personnes à partager le lien de mon questionnaire afin de toucher une plus grande partie de la population. J’ai également envoyé mon questionnaire par email aux patients de mon cabinet qui rentraient dans les critères de mon enquête, une fois que j’avais eu leur consentement libre et éclairé. Résultats : J’ai obtenu 168 réponses à mon questionnaire, les sexes et les catégories d’âge ont été représentés de manière équitable. Pour faire mes analyses statistiques, j’ai utilisé la loi de Student, l’intervalle de confiance est de 95% et les statistiques étaient considérées comme significatives lorsque l’on obtenait une p-valeur inférieure à 0.05. L’hypothèse nulle étant la non-modification de la forme physique des jeunes de 18 à 30 ans suite aux mesures anti-Covid19. Discussion : Il a été observé une augmentation significative du poids, de l’IMC (Indice de Masse Corporelle), du comportement sédentaire ainsi qu’une une diminution significative de l’activité physique chez certaines catégories des participants. Plus de la moitié des participants n’a pas fait part à son médecin traitant de leur changement de poids et ce dernier a également très peu abordé la modification de l’activité physique et du comportement sédentaire lors d’une consultation. Conclusions : Au vu de l’augmentation des comportements sédentaires, de l’IMC des jeunes adultes, de la diminution de l’activité physique et de la faible implication du médecin traitant. Il est nécessaire de conscientiser l’ensemble des médecins généralistes vis-à-vis de cette problématique afin de pouvoir lutter efficacement contre celle-ci. La société doit également se préparer à réagir au cas où elle ferait à nouveau face à ce genre de situations notamment en renforçant l’éducation de la population sur les conséquences néfastes du déficit d’activité physique inhérent aux comportements sédentaires.
Michel - AmauryUniversité catholique de Louvain
57.002 - QC14 - QD23 - QR32 - QS41 - 45.004 - 45.001 - QD41
Le rôle du médecin généraliste dans la stratégie de dépistage du cancer du col de l'utérus. Qu'en pensent les médecins généralistes ? Étude quantitative réalisée auprès de praticiens généralistes et de leurs assistants exerçant en Wallonie et à Bruxelles
Le rôle du médecin généraliste dans la stratégie de dépistage du cancer du col de l'utérus. Qu'en pensent les médecins généralistes ? Étude quantitative réalisée auprès de praticiens généralistes et de leurs assistants exerçant en Wallonie et à Bruxelles
RÉSUMÉ Introduction Selon le centre d’expertise fédéral des soins de santé, la mortalité du cancer du col de l’utérus représente 1,7% de la mortalité totale par cancer en Belgique. Le lien avec le papillomavirus humain ne fait plus aucun doute. En combinant la vaccination anti-HPV et le dépistage par frottis cervico-utérin, cela permettrait une nette diminution de l’incidence et de la mortalité de ce cancer. En Belgique, la couverture globale du dépistage n'est que de 60%. De plus, en décembre 2019, un rapport publié par l’agence inter-mutualiste indiquait que le nombre de dépistages avait, au minimum, diminué de 25 % en Wallonie et à Bruxelles entre 2008 et 2017. Objectif L’objectif de ce travail était de promouvoir le travail du médecin généraliste dans la prévention secondaire du cancer du col de l’utérus en analysant la pratique actuelle en médecine générale en termes de dépistage de ce cancer, en identifiant les freins rencontrés par les praticiens généralistes dans cette prise en charge et finalement en explorant les pistes d’amélioration de la pratique. Méthodologie Une revue de la littérature a préalablement permis la sélection d’articles pertinents sur le sujet de recherche. Une étude quantitative par l’intermédiaire d’une enquête anonyme envoyée aux médecins généralistes et assistants en médecine générale de Wallonie et de Bruxelles a ensuite été réalisée et les résultats obtenus ont été mis en corrélation avec les données issues de la littérature. Résultats L’étude a interrogé 51 médecins généralistes et assistants en médecine générale. Seule une faible proportion des praticiens interrogés pratique le frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus. Les principaux obstacles relevés sont le sexe masculin du médecin, le manque de temps - d’expérience - d’intérêt du praticien, le faible intérêt financier, la pudeur et la réticence des patientes, le manque d’information des patientes quant à la thématique étudiée, ou encore le manque d’interaction avec le gynécologue. Les pistes d’amélioration de la pratique proposées sont l’éducation de la patientèle, le dépistage organisé, le test HPV, les tests sur auto-prélèvement vaginal. Conclusion Le médecin généraliste peut jouer un rôle primordial dans l’augmentation du taux de dépistage du cancer du col de l’utérus. En effet, acteur de première ligne, il a un rôle à jouer dans l’information de la patientèle, dans la réalisation du frottis de dépistage et dans la coordination des soins. De nouvelles alternatives concernant ce frottis voient le jour. Il serait intéressant que la Belgique pense à les introduire, généralise à l’échelle nationale le dépistage organisé, encourage l’utilisation du test HPV comme test de dépistage du cancer et finalement l’auto-prélèvement vaginal comme alternative pour les patientes les moins compliantes. Mots clés Médecine générale, Cancer du col de l’utérus, Dépistage, Obstacles, Pistes d’amélioration, Étude quantitative, Santé de la femme.
RÉSUMÉ Introduction Selon le centre d’expertise fédéral des soins de santé, la mortalité du cancer du col de l’utérus représente 1,7% de la mortalité totale par cancer en Belgique. Le lien avec le papillomavirus humain ne fait plus aucun doute. En combinant la vaccination anti-HPV et le dépistage par frottis cervico-utérin, cela permettrait une nette diminution de l’incidence et de la mortalité de ce cancer. En Belgique, la couverture globale du dépistage n'est que de 60%. De plus, en décembre 2019, un rapport publié par l’agence inter-mutualiste indiquait que le nombre de dépistages avait, au minimum, diminué de 25 % en Wallonie et à Bruxelles entre 2008 et 2017. Objectif L’objectif de ce travail était de promouvoir le travail du médecin généraliste dans la prévention secondaire du cancer du col de l’utérus en analysant la pratique actuelle en médecine générale en termes de dépistage de ce cancer, en identifiant les freins rencontrés par les praticiens généralistes dans cette prise en charge et finalement en explorant les pistes d’amélioration de la pratique. Méthodologie Une revue de la littérature a préalablement permis la sélection d’articles pertinents sur le sujet de recherche. Une étude quantitative par l’intermédiaire d’une enquête anonyme envoyée aux médecins généralistes et assistants en médecine générale de Wallonie et de Bruxelles a ensuite été réalisée et les résultats obtenus ont été mis en corrélation avec les données issues de la littérature. Résultats L’étude a interrogé 51 médecins généralistes et assistants en médecine générale. Seule une faible proportion des praticiens interrogés pratique le frottis de dépistage du cancer du col de l’utérus. Les principaux obstacles relevés sont le sexe masculin du médecin, le manque de temps - d’expérience - d’intérêt du praticien, le faible intérêt financier, la pudeur et la réticence des patientes, le manque d’information des patientes quant à la thématique étudiée, ou encore le manque d’interaction avec le gynécologue. Les pistes d’amélioration de la pratique proposées sont l’éducation de la patientèle, le dépistage organisé, le test HPV, les tests sur auto-prélèvement vaginal. Conclusion Le médecin généraliste peut jouer un rôle primordial dans l’augmentation du taux de dépistage du cancer du col de l’utérus. En effet, acteur de première ligne, il a un rôle à jouer dans l’information de la patientèle, dans la réalisation du frottis de dépistage et dans la coordination des soins. De nouvelles alternatives concernant ce frottis voient le jour. Il serait intéressant que la Belgique pense à les introduire, généralise à l’échelle nationale le dépistage organisé, encourage l’utilisation du test HPV comme test de dépistage du cancer et finalement l’auto-prélèvement vaginal comme alternative pour les patientes les moins compliantes. Mots clés Médecine générale, Cancer du col de l’utérus, Dépistage, Obstacles, Pistes d’amélioration, Étude quantitative, Santé de la femme.
Pireau - MaurineUniversité catholique de Louvain
QC22 - X75 - QD23 - QS41 - QD42 - QR32
Quel est l’apport d’une formation universitaire en nutrition dans la pratique des médecins généralistes ?
Quel est l’apport d’une formation universitaire en nutrition dans la pratique des médecins généralistes ?
INTRODUCTION : Les régimes hygiéno‐diététiques font partie des traitements recommandés dans de nombreuses pathologies. Pourtant, il ressort de plusieurs études que le médecin généraliste ne se sent pas suffisamment formé pour délivrer des conseils nutritionnels. Afin d’y remédier, les universités belges francophones (ULB, UCL, ULG) proposent une formation continue de nutrition clinique dédiée aux médecins généralistes et spécialistes. L’objectif principal de ce travail est d’évaluer si le médecin généraliste se sent plus confortable pour délivrer des conseils nutritionnels après avoir suivi cette formation. Il a pour objectif secondaire de clarifier le rôle du médecin traitant dans ses conseils nutritionnels. METHODOLOGIE : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée à l’aide d’entretiens semi-dirigés. Deux cohortes de médecins généralistes de Bruxelles ont été interrogés. La première est composée de médecins non formés à la nutrition. La deuxième est formée de médecins ayant suivi le certificat interuniversitaire en nutrition clinique. RESULTATS : Les raisons pour lesquelles les médecins devraient jouer un rôle dans les conseils nutritionnels ont été identifiés : la relation de confiance, le premier point de contact et la possibilité d’un suivi sur le long terme. Pourtant, ces médecins ont déploré un manque de formation en nutrition dans leur cursus. De plus, les freins à l’orientation vers la diététicienne ont été suggérés : le manque d’accessibilité, le manque de volonté, le manque d’intérêt et le prix. CONCLUSION : Former les médecins généralistes à la nutrition a permis d’améliorer leur sensibilité à l’importance d’aborder la question de l’alimentation en consultation. Elle a favorisé également un esprit critique face aux innombrables informations nutritionnelles provenant de toutes parts. Enfin, elle a amélioré la prise en charge nutritionnelle multidisciplinaire. Mots clés : ‘education, medical, continuing’, ‘nutritional sciences’, ‘education, continuing medical’, ‘general practitioner’, “nutrition education”
INTRODUCTION : Les régimes hygiéno‐diététiques font partie des traitements recommandés dans de nombreuses pathologies. Pourtant, il ressort de plusieurs études que le médecin généraliste ne se sent pas suffisamment formé pour délivrer des conseils nutritionnels. Afin d’y remédier, les universités belges francophones (ULB, UCL, ULG) proposent une formation continue de nutrition clinique dédiée aux médecins généralistes et spécialistes. L’objectif principal de ce travail est d’évaluer si le médecin généraliste se sent plus confortable pour délivrer des conseils nutritionnels après avoir suivi cette formation. Il a pour objectif secondaire de clarifier le rôle du médecin traitant dans ses conseils nutritionnels. METHODOLOGIE : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée à l’aide d’entretiens semi-dirigés. Deux cohortes de médecins généralistes de Bruxelles ont été interrogés. La première est composée de médecins non formés à la nutrition. La deuxième est formée de médecins ayant suivi le certificat interuniversitaire en nutrition clinique. RESULTATS : Les raisons pour lesquelles les médecins devraient jouer un rôle dans les conseils nutritionnels ont été identifiés : la relation de confiance, le premier point de contact et la possibilité d’un suivi sur le long terme. Pourtant, ces médecins ont déploré un manque de formation en nutrition dans leur cursus. De plus, les freins à l’orientation vers la diététicienne ont été suggérés : le manque d’accessibilité, le manque de volonté, le manque d’intérêt et le prix. CONCLUSION : Former les médecins généralistes à la nutrition a permis d’améliorer leur sensibilité à l’importance d’aborder la question de l’alimentation en consultation. Elle a favorisé également un esprit critique face aux innombrables informations nutritionnelles provenant de toutes parts. Enfin, elle a amélioré la prise en charge nutritionnelle multidisciplinaire. Mots clés : ‘education, medical, continuing’, ‘nutritional sciences’, ‘education, continuing medical’, ‘general practitioner’, “nutrition education”
Ben Salem - RimUniversité catholique de Louvain
QT23 - QP51 - T05 - QS41 - QR31
Interruption Volontaire de Grossesse : un sujet sensible en médecine générale? Prise en charge des grossesses non désirées en consultation de médecine générale à Bruxelles : exploration de l’expérience des médecins généralistes et candidats en médecine générale face à la demande d’IVG.
Interruption Volontaire de Grossesse : un sujet sensible en médecine générale? Prise en charge des grossesses non désirées en consultation de médecine générale à Bruxelles : exploration de l’expérience des médecins généralistes et candidats en médecine générale face à la demande d’IVG.
I. Résumé L’interruption volontaire de grossesse fait partie des demandes auxquelles le médecin généraliste peut être amené à répondre, à tout moment de sa carrière. Cette problématique renvoie aux compétences et connaissances médicales mais surtout à un profond questionnement éthique. Objectif : L’objectif de ce travail est d’approcher de plus près cette problématique, d’explorer la prise en charge des médecins mais surtout leur ressenti face à la demande d’IVG de leurs patientes, avoir un aperçu de leurs opinions quant à l’influence qu’ils pourraient avoir et leur rôle en tant que médecin généraliste. Le but étant d’explorer les facteurs influençant la prise en charge par les médecins généralistes de la demande d’IVG des patientes. Méthode : Il s’agit d’une étude qualitative sur base d’entretiens semi-directifs menés auprès de huit médecins généralistes travaillant en région bruxelloise. Discussion : Les médecins mettent en évidences plusieurs difficultés lors de l’abord et de la prise en charge de la demande d’IVG. Théoriquement, il semble y avoir une concordance entre les attentes des patientes demandeuses d’IVG et l’attitude décrite comme importante par les médecins : de la bienveillance, de l’écoute et une orientation rapide. Dans la pratique, on perçoit le dilemme chez les médecins : rester fidèle à leur rôle et à leurs convictions est-il compatible ? L’hétérogénéité entre les formations universitaires sur le sujet de l’orthogénie semble constituer une difficulté supplémentaire pour les médecins n’ayant pas bénéficié d’une telle formation. Conclusion : Ce travail permet de se rendre compte du débat portant sur la place des convictions et de la formation du médecin généraliste dans la prise en charge des patientes en demande d’IVG. Il suscite des questionnements quant à la définition de l’attitude bienveillante et neutre que devrait adopter le médecin devant la prise en charge et les décisions de ses patient
I. Résumé L’interruption volontaire de grossesse fait partie des demandes auxquelles le médecin généraliste peut être amené à répondre, à tout moment de sa carrière. Cette problématique renvoie aux compétences et connaissances médicales mais surtout à un profond questionnement éthique. Objectif : L’objectif de ce travail est d’approcher de plus près cette problématique, d’explorer la prise en charge des médecins mais surtout leur ressenti face à la demande d’IVG de leurs patientes, avoir un aperçu de leurs opinions quant à l’influence qu’ils pourraient avoir et leur rôle en tant que médecin généraliste. Le but étant d’explorer les facteurs influençant la prise en charge par les médecins généralistes de la demande d’IVG des patientes. Méthode : Il s’agit d’une étude qualitative sur base d’entretiens semi-directifs menés auprès de huit médecins généralistes travaillant en région bruxelloise. Discussion : Les médecins mettent en évidences plusieurs difficultés lors de l’abord et de la prise en charge de la demande d’IVG. Théoriquement, il semble y avoir une concordance entre les attentes des patientes demandeuses d’IVG et l’attitude décrite comme importante par les médecins : de la bienveillance, de l’écoute et une orientation rapide. Dans la pratique, on perçoit le dilemme chez les médecins : rester fidèle à leur rôle et à leurs convictions est-il compatible ? L’hétérogénéité entre les formations universitaires sur le sujet de l’orthogénie semble constituer une difficulté supplémentaire pour les médecins n’ayant pas bénéficié d’une telle formation. Conclusion : Ce travail permet de se rendre compte du débat portant sur la place des convictions et de la formation du médecin généraliste dans la prise en charge des patientes en demande d’IVG. Il suscite des questionnements quant à la définition de l’attitude bienveillante et neutre que devrait adopter le médecin devant la prise en charge et les décisions de ses patient
CHDLAOUI - NoraUniversité catholique de Louvain
45.007 - 48.001 - A98 - QC22 - QE1 - QE2 - W83 - W79
L'activité physique comme outil thérapeutique dans la prise en charge de la dépression: prescription et organisation structurelle en médecine générale
L'activité physique comme outil thérapeutique dans la prise en charge de la dépression: prescription et organisation structurelle en médecine générale
La dépression est présente dans notre société de manière non négligeable. L’impact financier est énorme et les conséquences au niveau de la santé sont importantes. La prise en charge de cette maladie peut se révéler difficile et il m’est apparu dans ma pratique que l’activité physique ne faisait pas partie des outils thérapeutiques utilisés en médecine générale. La simple recommandation orale d’exercice ne suffit pas et les ressources pour favoriser une activité physique régulière chez le patient sont majoritairement inconnues. L’objectif de ce travail est principalement de mettre en avant les bénéfices de l’activité physique dans la prise en charge de la dépression et répertorier les ressources disponibles qui permettent d’inclure une prévention, une sensibilisation et un traitement de la dépression à travers l’exercice physique. Une revue de littérature a été réalisée pour rappeler les recommandations thérapeutiques de la dépression, décrire les bénéfices de l’exercice physique dans la dépression, répertorier les outils pour prescrire et organiser une prise en charge à travers l’activité physique en médecine générale. Une enquête auprès de 48 généralistes a été réalisée pour évaluer la popularité de cette alternative thérapeutique en médecine générale et énoncer les freins à la prescription de l’exercice physique. 3 entretiens chez des spécialistes de l’exercise therapy ou du sport ont été arrangés. Sur base de ces entretiens et d’une recherche sur le WEB, une recherche de ressources locales pour organiser la prescription d’une activité physique au niveau de la province de Namur a été réalisée. Une étude australienne de 2016 montre qu’investir dans l’activité physique comme outil thérapeutique dans la dépression permettrait une réduction des coûts de soins de santé dans la dépression et un gain de la qualité de vie. L’enquête auprès des généralistes démontre que l’exercise therapy est majoritairement impopulaire en médecine générale. La sensibilisation et la prescription de l’activité physique sont tout à fait incorporables et nécessaires dans une consultation, par exemple au moyen de la stratégie du “PAVS”. Nos investigations montrent que des dispositifs existent au niveau namurois pour faciliter la prescription de l’activité physique en médecine générale.
La dépression est présente dans notre société de manière non négligeable. L’impact financier est énorme et les conséquences au niveau de la santé sont importantes. La prise en charge de cette maladie peut se révéler difficile et il m’est apparu dans ma pratique que l’activité physique ne faisait pas partie des outils thérapeutiques utilisés en médecine générale. La simple recommandation orale d’exercice ne suffit pas et les ressources pour favoriser une activité physique régulière chez le patient sont majoritairement inconnues. L’objectif de ce travail est principalement de mettre en avant les bénéfices de l’activité physique dans la prise en charge de la dépression et répertorier les ressources disponibles qui permettent d’inclure une prévention, une sensibilisation et un traitement de la dépression à travers l’exercice physique. Une revue de littérature a été réalisée pour rappeler les recommandations thérapeutiques de la dépression, décrire les bénéfices de l’exercice physique dans la dépression, répertorier les outils pour prescrire et organiser une prise en charge à travers l’activité physique en médecine générale. Une enquête auprès de 48 généralistes a été réalisée pour évaluer la popularité de cette alternative thérapeutique en médecine générale et énoncer les freins à la prescription de l’exercice physique. 3 entretiens chez des spécialistes de l’exercise therapy ou du sport ont été arrangés. Sur base de ces entretiens et d’une recherche sur le WEB, une recherche de ressources locales pour organiser la prescription d’une activité physique au niveau de la province de Namur a été réalisée. Une étude australienne de 2016 montre qu’investir dans l’activité physique comme outil thérapeutique dans la dépression permettrait une réduction des coûts de soins de santé dans la dépression et un gain de la qualité de vie. L’enquête auprès des généralistes démontre que l’exercise therapy est majoritairement impopulaire en médecine générale. La sensibilisation et la prescription de l’activité physique sont tout à fait incorporables et nécessaires dans une consultation, par exemple au moyen de la stratégie du “PAVS”. Nos investigations montrent que des dispositifs existent au niveau namurois pour faciliter la prescription de l’activité physique en médecine générale.
Vandenabeele - ThomasUniversité catholique de Louvain
P76 - QD5 - 57.005 - A98
Épidémies de COVID-19 en maisons de repos liégeoises : avis de médecins coordinateurs sur les mesures sanitaires imposées aux structures de soins collectifs dans le cadre de la pandémie de COVID-19.
Épidémies de COVID-19 en maisons de repos liégeoises : avis de médecins coordinateurs sur les mesures sanitaires imposées aux structures de soins collectifs dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

COVID-19 outbreaks in nursing homes in Liège : coordinating doctor's opinion on sanitary restrictions enforced on community care facilities in the context of the COVID-19 pandemic.
COVID-19 outbreaks in nursing homes in Liège : coordinating doctor's opinion on sanitary restrictions enforced on community care facilities in the context of the COVID-19 pandemic.
Introduction : Alors que l’année 2020 ne fait que commencer, la crainte d’une épidémie d’un nouveau variant de coronavirus se fait entendre depuis les informations relayées d’Asie. Rapidement, les spéculations des uns et des autres font place à la réalité d’une épidémie virulente de pneumonies à physiopathologie ponctuée d’interrogations. Les maisons de repos (MR) belges, rassemblant des patients fragiles aux multiples pathologies et facteurs de risques, s’organisent avec une cellule de crise formée de la direction, de l’infirmier(ère) chef et du médecin coordinateur et conseiller (MCC). Cette équipe met en place des mesures sanitaires selon les directives des instances décisionnelles fédérales et régionales. Ce travail s’intéresse à l’expérience de MCC de la région liégeoise sur la mise en pratique et les conséquences des mesures sanitaires imposées dans les MR. Méthodologie : Ce travail se base sur des recherches de littérature et une étude qualitative. Cette dernière est rédigée sur base d’entretiens individuels semi-dirigés suivant un canevas appelé guide d’entretien. Une copie de ce guide est annexée à ce travail. Les rencontres ont pu se faire en présentiel dans le respect des mesures sanitaires en vigueur avec plusieurs MCC liégeois. Résultats : Les MCC interrogés ont pu aborder plusieurs sujets. Le premier intéresse les mesures sanitaires. En particulier les voies de communications utilisées pour les recevoir, la pragmatique de leur mise en place et leurs conséquences collatérales. Le second est la collaboration des MCC au sein des cellules de crise établies, avec une attention particulière sur la gestion des divergences d’opinions et d’intérêts dans ce rassemblement médical, paramédical et extra-médical. Conclusion : La crise du coronavirus a eu des conséquences très lourdes auprès des résidents de MR à cause de la morbi-mortalité du virus mais également des mesures de protections qui ont été imposées. Le MCC a eu un rôle modérateur avec le reste de l’équipe de crise afin de faire intervenir le bien-être du résident parmi les mesures proposées. Des adaptations sont possibles pour le futur afin de mieux prendre en compte les pensionnaires dans leur globalité.
Introduction : Alors que l’année 2020 ne fait que commencer, la crainte d’une épidémie d’un nouveau variant de coronavirus se fait entendre depuis les informations relayées d’Asie. Rapidement, les spéculations des uns et des autres font place à la réalité d’une épidémie virulente de pneumonies à physiopathologie ponctuée d’interrogations. Les maisons de repos (MR) belges, rassemblant des patients fragiles aux multiples pathologies et facteurs de risques, s’organisent avec une cellule de crise formée de la direction, de l’infirmier(ère) chef et du médecin coordinateur et conseiller (MCC). Cette équipe met en place des mesures sanitaires selon les directives des instances décisionnelles fédérales et régionales. Ce travail s’intéresse à l’expérience de MCC de la région liégeoise sur la mise en pratique et les conséquences des mesures sanitaires imposées dans les MR. Méthodologie : Ce travail se base sur des recherches de littérature et une étude qualitative. Cette dernière est rédigée sur base d’entretiens individuels semi-dirigés suivant un canevas appelé guide d’entretien. Une copie de ce guide est annexée à ce travail. Les rencontres ont pu se faire en présentiel dans le respect des mesures sanitaires en vigueur avec plusieurs MCC liégeois. Résultats : Les MCC interrogés ont pu aborder plusieurs sujets. Le premier intéresse les mesures sanitaires. En particulier les voies de communications utilisées pour les recevoir, la pragmatique de leur mise en place et leurs conséquences collatérales. Le second est la collaboration des MCC au sein des cellules de crise établies, avec une attention particulière sur la gestion des divergences d’opinions et d’intérêts dans ce rassemblement médical, paramédical et extra-médical. Conclusion : La crise du coronavirus a eu des conséquences très lourdes auprès des résidents de MR à cause de la morbi-mortalité du virus mais également des mesures de protections qui ont été imposées. Le MCC a eu un rôle modérateur avec le reste de l’équipe de crise afin de faire intervenir le bien-être du résident parmi les mesures proposées. Des adaptations sont possibles pour le futur afin de mieux prendre en compte les pensionnaires dans leur globalité.
Vandergooten - GuillaumeUniversité de Liège
QR31 - QS33 - QP2 - QC15 - QO4 - 49.002 - A98 - QO4
QUELS SONT LES FREINS DES SOIGNANTS FACE AU DÉPISTAGE DE L’HÉPATITE C CHEZ LES TOXICOMANES EN MÉDECINE GÉNÉRALE? Etude qualitative réalisée auprès des médecins généralistes en Hainaut Occidental
QUELS SONT LES FREINS DES SOIGNANTS FACE AU DÉPISTAGE DE L’HÉPATITE C CHEZ LES TOXICOMANES EN MÉDECINE GÉNÉRALE? Etude qualitative réalisée auprès des médecins généralistes en Hainaut Occidental
INTRODUCTION L’hépatite virale C est une maladie encore très présente partout dans le monde, principalement dans les groupes à risque comme les toxicomanes, alors qu’elle est pourtant médicalement résolue. L’Organisation Mondiale de la Santé a ainsi pour objectif logique de l’éradiquer d’ici 2030. Mais où cela coince-t-il ? L’objectif de ce travail est d’essayer de comprendre les raisons qui pourraient expliquer la marge entre ces objectifs pour 2030 et la réalité du terrain en s’intéressant aux freins des soignants face au dépistage de l’hépatite C dans un groupe de personnes à risque que sont les toxicomanes. METHODOLOGIE Il s’agit d’une étude qualitative. Des médecins généralistes de diverses pratiques en Hainaut Occidental et prenant en charge des patients (ex)consommateurs de produits illicites ont été interrogés. RESULTATS Les médecins interrogés prennent en charge les patients toxicomanes, patientèle difficile, et les pathologies infectieuses en lien avec ce mode de vie, dont l’hépatite C. Ils rencontrent de nombreux freins dans la démarche de dépistage de cette maladie, qu’ils leurs soient propres ou qu’ils dépendent d’un système socio-économique entier. Des solutions matérielles, comme le TROD, pourraient cependant les aider à y parvenir. CONCLUSION Les pistes d’action pour lever un maximum de freins sur le chemin du dépistage de l’hépatite C sont nombreuses. L’éradication de l’hépatite virale C d’ici 2030 n’est pas gagnée et les chantiers pour y arriver sont encore grands. MOTS-CLES Médecine générale, toxicomanie, hépatite virale C, dépistage, test rapide d’orientation diagnostique (TROD)
INTRODUCTION L’hépatite virale C est une maladie encore très présente partout dans le monde, principalement dans les groupes à risque comme les toxicomanes, alors qu’elle est pourtant médicalement résolue. L’Organisation Mondiale de la Santé a ainsi pour objectif logique de l’éradiquer d’ici 2030. Mais où cela coince-t-il ? L’objectif de ce travail est d’essayer de comprendre les raisons qui pourraient expliquer la marge entre ces objectifs pour 2030 et la réalité du terrain en s’intéressant aux freins des soignants face au dépistage de l’hépatite C dans un groupe de personnes à risque que sont les toxicomanes. METHODOLOGIE Il s’agit d’une étude qualitative. Des médecins généralistes de diverses pratiques en Hainaut Occidental et prenant en charge des patients (ex)consommateurs de produits illicites ont été interrogés. RESULTATS Les médecins interrogés prennent en charge les patients toxicomanes, patientèle difficile, et les pathologies infectieuses en lien avec ce mode de vie, dont l’hépatite C. Ils rencontrent de nombreux freins dans la démarche de dépistage de cette maladie, qu’ils leurs soient propres ou qu’ils dépendent d’un système socio-économique entier. Des solutions matérielles, comme le TROD, pourraient cependant les aider à y parvenir. CONCLUSION Les pistes d’action pour lever un maximum de freins sur le chemin du dépistage de l’hépatite C sont nombreuses. L’éradication de l’hépatite virale C d’ici 2030 n’est pas gagnée et les chantiers pour y arriver sont encore grands. MOTS-CLES Médecine générale, toxicomanie, hépatite virale C, dépistage, test rapide d’orientation diagnostique (TROD)
Pestiaux - MarieUniversité catholique de Louvain
QD2 - P19 - D72 - 33.000 - QO4
La déprescription des benzodiazépines et Z-drugs chez les personnes âgées à domicile: Comment améliorer la collaboration entre médecin généraliste et pharmacien ?
La déprescription des benzodiazépines et Z-drugs chez les personnes âgées à domicile: Comment améliorer la collaboration entre médecin généraliste et pharmacien ?

Deprescribing benzodiazepines and Z-drugs in the elderly at home: How to improve collaboration between general practitioner and pharmacist?
Deprescribing benzodiazepines and Z-drugs in the elderly at home: How to improve collaboration between general practitioner and pharmacist?
A. Introduction En Belgique, en 2016, on estimait à plus d’un patient sur trois de plus de 75 ans consommant des benzodiazépines ou z-drugs. Malgré une prise de conscience générale sur la non-indication de ces molécules en chronique chez les PA (Personnes âgées), le généraliste éprouve de grandes difficultés à gérer cette problématique. Il ne déprescrit pas suffisamment, car est freiné par toute une série d’éléments. Les pharmaciens, de leur côté, n’osent pas toujours proposer une déprescription au patient âgé, car ne veulent pas court-circuiter le médecin. En Belgique, la collaboration entre ces prestataires semble peu présente alors que la littérature montre tout son intérêt pour diminuer cette consommation. Étudier comment améliorer cette collaboration est donc l’intérêt de cette étude. B. Méthodologie Réalisation d’une revue de littérature dans différents moteurs de recherche. S’en suit, une étude qualitative à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés auprès de pharmaciens d’officine et de médecins généralistes francophones issus de différentes communes wallonnes et bruxelloises. Un guide d’entretien avec questions ouvertes orientées sur les différents objectifs de l’étude conduit chaque interview. Le recrutement des sujets se fait essentiellement par e-mail. Les critères d’inclusion et d’exclusion sont peu nombreux pour garantir une grande diversité de pratiques. L’analyse par questionnement analytique est itérative et les résultats sont obtenus par les consensus de deux chercheuses indépendantes. C. Résultats Les entretiens ont été réalisés auprès de 6 médecins généralistes et 6 pharmaciens. Ceux-ci ont confirmé que la déprescription des BZD et Z-drugs est une tâche difficile et sous-pratiquée par le généraliste et le pharmacien. La collaboration entre ces prestataires est rare actuellement alors qu’ils sont tous deux demandeurs de plus d’entraide. Le médecin veut garder le leadership pour déprescrire, mais souhaite l’appui du pharmacien. Ce dernier attend du médecin des indications plus claires afin d’accompagner davantage les patients dans la démarche. L’usage du téléphone et les prescriptions électroniques sont les deux outils communicationnels disponibles actuellement mais les logiciels informatiques sont cités comme aides potentielles. Ces échanges devraient permettre au médecin de transmettre au pharmacien sa volonté ou son accord pour une déprescription, après que ce dernier lui ait fait une telle proposition. En parallèle, le patient resterait bien entendu un acteur incontestable dans la démarche. D. Conclusion Afin de déprescire plus efficacement, la collaboration entre le généraliste et le pharmacien doit être motivée bilatéralement. Le médecin devrait être plus proactif en proposant des schémas de déprescription et offrir une place plus établie au pharmacien dans sa démarche. Le pharmacien devrait contacter plus aisément le médecin pour lui proposer une diminution chez un patient. À l’avenir, les logiciels devraient faciliter les échanges, mais l’enjeu sera de ne pas exclure le patient du processus. Mots clés : déprescription, Benzodiazépines, Z-drugs, collaboration, pharmacien, médecin généraliste.
A. Introduction En Belgique, en 2016, on estimait à plus d’un patient sur trois de plus de 75 ans consommant des benzodiazépines ou z-drugs. Malgré une prise de conscience générale sur la non-indication de ces molécules en chronique chez les PA (Personnes âgées), le généraliste éprouve de grandes difficultés à gérer cette problématique. Il ne déprescrit pas suffisamment, car est freiné par toute une série d’éléments. Les pharmaciens, de leur côté, n’osent pas toujours proposer une déprescription au patient âgé, car ne veulent pas court-circuiter le médecin. En Belgique, la collaboration entre ces prestataires semble peu présente alors que la littérature montre tout son intérêt pour diminuer cette consommation. Étudier comment améliorer cette collaboration est donc l’intérêt de cette étude. B. Méthodologie Réalisation d’une revue de littérature dans différents moteurs de recherche. S’en suit, une étude qualitative à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés auprès de pharmaciens d’officine et de médecins généralistes francophones issus de différentes communes wallonnes et bruxelloises. Un guide d’entretien avec questions ouvertes orientées sur les différents objectifs de l’étude conduit chaque interview. Le recrutement des sujets se fait essentiellement par e-mail. Les critères d’inclusion et d’exclusion sont peu nombreux pour garantir une grande diversité de pratiques. L’analyse par questionnement analytique est itérative et les résultats sont obtenus par les consensus de deux chercheuses indépendantes. C. Résultats Les entretiens ont été réalisés auprès de 6 médecins généralistes et 6 pharmaciens. Ceux-ci ont confirmé que la déprescription des BZD et Z-drugs est une tâche difficile et sous-pratiquée par le généraliste et le pharmacien. La collaboration entre ces prestataires est rare actuellement alors qu’ils sont tous deux demandeurs de plus d’entraide. Le médecin veut garder le leadership pour déprescrire, mais souhaite l’appui du pharmacien. Ce dernier attend du médecin des indications plus claires afin d’accompagner davantage les patients dans la démarche. L’usage du téléphone et les prescriptions électroniques sont les deux outils communicationnels disponibles actuellement mais les logiciels informatiques sont cités comme aides potentielles. Ces échanges devraient permettre au médecin de transmettre au pharmacien sa volonté ou son accord pour une déprescription, après que ce dernier lui ait fait une telle proposition. En parallèle, le patient resterait bien entendu un acteur incontestable dans la démarche. D. Conclusion Afin de déprescire plus efficacement, la collaboration entre le généraliste et le pharmacien doit être motivée bilatéralement. Le médecin devrait être plus proactif en proposant des schémas de déprescription et offrir une place plus établie au pharmacien dans sa démarche. Le pharmacien devrait contacter plus aisément le médecin pour lui proposer une diminution chez un patient. À l’avenir, les logiciels devraient faciliter les échanges, mais l’enjeu sera de ne pas exclure le patient du processus. Mots clés : déprescription, Benzodiazépines, Z-drugs, collaboration, pharmacien, médecin généraliste.

A. Introduction In Belgium, in 2016, it was estimated that more than one out of three patients over 75 years of age used benzodiazepines or z-drugs. Despite a general awareness of the non-indication of these molecules for chronic use in the elderly, general practitioners have great difficulty in managing this problem. They do not deprescribe enough because they are held back by a whole series of factors. Pharmacists, on the other hand, do not always dare to propose a deprescription to the elderly patient because they do not want to bypass the physician. Collaboration between these providers in Belgium seems to be lacking, even though the literature shows that it would be very useful in reducing this consumption. The interest of this study is therefore to study how to improve this collaboration. B. Methodology A literature review in different search engines was carried out, followed by a qualitative study using individual semi-directed interviews with French-speaking pharmacists and general practitioners from different Walloon and Brussels municipalities. An interview guide with open questions oriented on the different objectives of the study led each interview. Subjects were recruited mainly by e-mail. The inclusion and exclusion criteria are few in order to guarantee a large diversity of practices. The analysis by analytical questioning is iterative and the results are obtained by the consensus of two independent researchers. C. Results Interviews were conducted with 6 general practitioners and 6 pharmacists. They confirmed that the deprescribing of BZDs and Z-drugs is a difficult and under-practiced task for both the physician and the pharmacist. Collaboration between these providers is currently rare, although both are in need of more support. The physician wants to maintain leadership in deprescribing but wants the support of the pharmacist. The pharmacist expects the physician to provide clearer indications in order to better support patients in the process. The use of the telephone and electronic prescriptions are the two communication tools currently available, but computer softwares are mentioned as potential aids. These exchanges should allow the physician to transmit his or her desire or agreement for a deprescription to the pharmacist who has made such a proposal, without forgetting the patient, who remains an unquestionable actor in this process. D. Conclusion To deprescribe more effectively, the collaboration between the general practitioner and the pharmacist must be bilaterally motivated. The physician should be more proactive in proposing deprescribing schemes and offering a more established place for the pharmacist in this process. The pharmacist should more easily contact the physician to propose a decrease in a patient's medication. In the future, software should facilitate exchanges, but the challenge will be not to exclude the patient from the process. Keywords: deprescribing, Benzodiazepines, Z-drugs, older people, collaboration, pharmacists, general practitioners.
A. Introduction In Belgium, in 2016, it was estimated that more than one out of three patients over 75 years of age used benzodiazepines or z-drugs. Despite a general awareness of the non-indication of these molecules for chronic use in the elderly, general practitioners have great difficulty in managing this problem. They do not deprescribe enough because they are held back by a whole series of factors. Pharmacists, on the other hand, do not always dare to propose a deprescription to the elderly patient because they do not want to bypass the physician. Collaboration between these providers in Belgium seems to be lacking, even though the literature shows that it would be very useful in reducing this consumption. The interest of this study is therefore to study how to improve this collaboration. B. Methodology A literature review in different search engines was carried out, followed by a qualitative study using individual semi-directed interviews with French-speaking pharmacists and general practitioners from different Walloon and Brussels municipalities. An interview guide with open questions oriented on the different objectives of the study led each interview. Subjects were recruited mainly by e-mail. The inclusion and exclusion criteria are few in order to guarantee a large diversity of practices. The analysis by analytical questioning is iterative and the results are obtained by the consensus of two independent researchers. C. Results Interviews were conducted with 6 general practitioners and 6 pharmacists. They confirmed that the deprescribing of BZDs and Z-drugs is a difficult and under-practiced task for both the physician and the pharmacist. Collaboration between these providers is currently rare, although both are in need of more support. The physician wants to maintain leadership in deprescribing but wants the support of the pharmacist. The pharmacist expects the physician to provide clearer indications in order to better support patients in the process. The use of the telephone and electronic prescriptions are the two communication tools currently available, but computer softwares are mentioned as potential aids. These exchanges should allow the physician to transmit his or her desire or agreement for a deprescription to the pharmacist who has made such a proposal, without forgetting the patient, who remains an unquestionable actor in this process. D. Conclusion To deprescribe more effectively, the collaboration between the general practitioner and the pharmacist must be bilaterally motivated. The physician should be more proactive in proposing deprescribing schemes and offering a more established place for the pharmacist in this process. The pharmacist should more easily contact the physician to propose a decrease in a patient's medication. In the future, software should facilitate exchanges, but the challenge will be not to exclude the patient from the process. Keywords: deprescribing, Benzodiazepines, Z-drugs, older people, collaboration, pharmacists, general practitioners.
de Montigny - ManonUniversité catholique de Louvain
49.004
Hésitation du personnel des maisons de repos belges par rapport au vaccin contre le Sars-Cov2
Hésitation du personnel des maisons de repos belges par rapport au vaccin contre le Sars-Cov2

Sars-Cov2 vaccine hesitancy amongst belgian nursing homes staff.
Sars-Cov2 vaccine hesitancy amongst belgian nursing homes staff.
Les maisons de repos belges ont été lourdement affectées par la pandémie de covid19. Les membres du personnel et les résidents ont dès lors été prioritaires pour la vaccination. L’hésitation vaccinale, phénomène touchant de manière inquiétante notre civilisation, n’a cependant pas épargné le personnel de maison de repos. Ce travail a exploré le taux d’hésitation vaccinale concernant le covid 19 auprès de 1142 membres du personnel au sein de 69 maisons de repos belges. Les participants ont répondu à un questionnaire en ligne à ce propos. Ces données ont ensuite été comparées à leurs profils afin de déterminer si un lien pouvait être retrouvé entre ces paramètres. Ce travail permet donc de mettre en évidence de façon significative un plus grand taux d’hésitation vaccinale vis-à-vis du covid 19 pour la partie vaccinée de l’échantillon chez les participants présentant les caractéristiques suivantes : Sexe féminin, jeune, provenant de la région wallonne, travaillant comme soignant, non vacciné contre la grippe durant l’année précédente. Les données récoltées n’ont pas permis de déterminer de manière significative de profil associé à une plus grande hésitation vaccinale dans l’échantillon de participants non-vaccinés. Les personnes les plus hésitantes seraient donc le public le plus intéressant à cibler lors de campagnes d’informations, notamment dans les maisons de repos par le médecin coordinateur entre autre. Mots-clés : Covid19, Hésitation vaccinale, Maison de repos, Personnel, Belgique, vaccin
Les maisons de repos belges ont été lourdement affectées par la pandémie de covid19. Les membres du personnel et les résidents ont dès lors été prioritaires pour la vaccination. L’hésitation vaccinale, phénomène touchant de manière inquiétante notre civilisation, n’a cependant pas épargné le personnel de maison de repos. Ce travail a exploré le taux d’hésitation vaccinale concernant le covid 19 auprès de 1142 membres du personnel au sein de 69 maisons de repos belges. Les participants ont répondu à un questionnaire en ligne à ce propos. Ces données ont ensuite été comparées à leurs profils afin de déterminer si un lien pouvait être retrouvé entre ces paramètres. Ce travail permet donc de mettre en évidence de façon significative un plus grand taux d’hésitation vaccinale vis-à-vis du covid 19 pour la partie vaccinée de l’échantillon chez les participants présentant les caractéristiques suivantes : Sexe féminin, jeune, provenant de la région wallonne, travaillant comme soignant, non vacciné contre la grippe durant l’année précédente. Les données récoltées n’ont pas permis de déterminer de manière significative de profil associé à une plus grande hésitation vaccinale dans l’échantillon de participants non-vaccinés. Les personnes les plus hésitantes seraient donc le public le plus intéressant à cibler lors de campagnes d’informations, notamment dans les maisons de repos par le médecin coordinateur entre autre. Mots-clés : Covid19, Hésitation vaccinale, Maison de repos, Personnel, Belgique, vaccin

Belgian nursing homes have been heavily affected by the covid19 pandemic. The nursing home staff and residents were then prioritized for the vaccination. However, vaccine hesitancy, which is widely spread in our civilization, didn’t spare nursing homes. This work explored vaccine hesitancy rate concerning covid19 amongst 1142 nursing home staff members within 69 nursing homes. Participants answered an online questionnary. These datas were then confronted to the participant’s profiles to determine if a link could be found between the two parameters. This work highlights a higher rate of vaccine hesitancy for the vaccinated participants pool in people who presented those characteristics : Female, young, from Wallonia, working as a healtcare giver, not vaccinated against flu during the previous year. The other collected datas couldn’t determine any characteristic significantly linked with vaccine hesitancy in the unvaccinated participants pool. The most hesitant people would therefore be the most interesting people to target during information campaigns, particularly in nursing homes through the medical coordinator among others. Keywords : Covid19, Vaccine hesitancy, Nursing home, staff, Belgium, vaccine
Belgian nursing homes have been heavily affected by the covid19 pandemic. The nursing home staff and residents were then prioritized for the vaccination. However, vaccine hesitancy, which is widely spread in our civilization, didn’t spare nursing homes. This work explored vaccine hesitancy rate concerning covid19 amongst 1142 nursing home staff members within 69 nursing homes. Participants answered an online questionnary. These datas were then confronted to the participant’s profiles to determine if a link could be found between the two parameters. This work highlights a higher rate of vaccine hesitancy for the vaccinated participants pool in people who presented those characteristics : Female, young, from Wallonia, working as a healtcare giver, not vaccinated against flu during the previous year. The other collected datas couldn’t determine any characteristic significantly linked with vaccine hesitancy in the unvaccinated participants pool. The most hesitant people would therefore be the most interesting people to target during information campaigns, particularly in nursing homes through the medical coordinator among others. Keywords : Covid19, Vaccine hesitancy, Nursing home, staff, Belgium, vaccine
Delogne - SimonUniversité de Liège
44.000 - QO4 - QO4 - QO4
Analyse des prescriptions d'antibiotiques en dehors des recommandations par les médecins généralistes de Jodoigne chez l'adulte dans le cadre des infections des voies respiratoires
Analyse des prescriptions d'antibiotiques en dehors des recommandations par les médecins généralistes de Jodoigne chez l'adulte dans le cadre des infections des voies respiratoires
1. Introduction Les médecins généralistes sont responsables de 80% des prescriptions d’antibiotiques en Europe dont 75% dans les infections des voies respiratoires. Il existe peu d’action mise en place au niveau local/communautaire pour améliorer nos prescriptions d’antibiotiques et peu de données sur les habitudes de prescriptions des médecins généralistes au niveau local/communautaire. Le but de ce TFE sera donc de dégager des tendances de prescriptions d’antibiotiques dans le cadre des infections des voies respiratoires chez l’adulte par les médecin généralistes de Jodoigne et de mettre une action en place au niveau communautaire afin de diminuer nos prescriptions d’antibiotiques hors guidelines. 2. Méthodologie Il a été convenu qu’une méthode de type recherche-action serait la plus appropriée. Dans un premier temps une analyse quantitative des prescriptions d’antibiotiques des médecins a été effectuée pour mettre en évidence des tendances de prescriptions et les raisons invoquées pour les prescriptions hors guidelines. Analyse qui a été possible grâce à l’implémentation d’algorithmes dans les logiciels de soins Careconnect© et Medispring©. Dans un deuxième temps, un focus groupe a été organisé pour présenter les résultats, obtenir l’opinion des médecins sur les résultats et leurs ressentis, le but était aussi de dégager une action à mettre en place collectivement. Cette réunion a été retranscrite et analysée selon une analyse thématique. La mise en œuvre de l’action n’a pas été possible par manque de temps. 3. Résultats Globalement les tendances de prescriptions d’antibiotiques et les raisons invoquées de prescriptions hors guidelines des médecins de Jodoigne sont similaires aux médecins européens sauf pour les personnes avec des comorbidités. Il n’a pas été possible de comparer la prescription des médecins femme vs. médecin homme ni la prescription des jeunes médecins vs. la prescription des médecins plus expérimentés par manque de participants. Les médecins de Jodoigne ont par ailleurs fait preuve d’une grande humilité face à leurs prescriptions et se sont mis d’accord pour organiser un GLEM en juillet-août avec un infectiologue. 4. Conclusion L’algorithme utilisé dans les logiciels Medispring© et Careconnect© pourraient être intégrés de manière permanente afin de permettre une réflexion régulière sur nos prescriptions d’antibiotiques. Cet algorithme pourrait également être utilisé à plus large échelle. Une formation régulière des médecins me semble également appropriée.
1. Introduction Les médecins généralistes sont responsables de 80% des prescriptions d’antibiotiques en Europe dont 75% dans les infections des voies respiratoires. Il existe peu d’action mise en place au niveau local/communautaire pour améliorer nos prescriptions d’antibiotiques et peu de données sur les habitudes de prescriptions des médecins généralistes au niveau local/communautaire. Le but de ce TFE sera donc de dégager des tendances de prescriptions d’antibiotiques dans le cadre des infections des voies respiratoires chez l’adulte par les médecin généralistes de Jodoigne et de mettre une action en place au niveau communautaire afin de diminuer nos prescriptions d’antibiotiques hors guidelines. 2. Méthodologie Il a été convenu qu’une méthode de type recherche-action serait la plus appropriée. Dans un premier temps une analyse quantitative des prescriptions d’antibiotiques des médecins a été effectuée pour mettre en évidence des tendances de prescriptions et les raisons invoquées pour les prescriptions hors guidelines. Analyse qui a été possible grâce à l’implémentation d’algorithmes dans les logiciels de soins Careconnect© et Medispring©. Dans un deuxième temps, un focus groupe a été organisé pour présenter les résultats, obtenir l’opinion des médecins sur les résultats et leurs ressentis, le but était aussi de dégager une action à mettre en place collectivement. Cette réunion a été retranscrite et analysée selon une analyse thématique. La mise en œuvre de l’action n’a pas été possible par manque de temps. 3. Résultats Globalement les tendances de prescriptions d’antibiotiques et les raisons invoquées de prescriptions hors guidelines des médecins de Jodoigne sont similaires aux médecins européens sauf pour les personnes avec des comorbidités. Il n’a pas été possible de comparer la prescription des médecins femme vs. médecin homme ni la prescription des jeunes médecins vs. la prescription des médecins plus expérimentés par manque de participants. Les médecins de Jodoigne ont par ailleurs fait preuve d’une grande humilité face à leurs prescriptions et se sont mis d’accord pour organiser un GLEM en juillet-août avec un infectiologue. 4. Conclusion L’algorithme utilisé dans les logiciels Medispring© et Careconnect© pourraient être intégrés de manière permanente afin de permettre une réflexion régulière sur nos prescriptions d’antibiotiques. Cet algorithme pourrait également être utilisé à plus large échelle. Une formation régulière des médecins me semble également appropriée.
Decaffmeyer - AllisonUniversité catholique de Louvain
46.000 - 50.006 - QC14 - QD446 - R74 - QS41 - QR35
L'ÉVOLUTION DES HABITUDES DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES ET LEUR GESTION DU TEMPS LORS DE LA PANDÉMIE À COVID19 - ÉTUDE MIXTE RÉALISÉE EN BELGIQUE FRANCOPHONE
L'ÉVOLUTION DES HABITUDES DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES ET LEUR GESTION DU TEMPS LORS DE LA PANDÉMIE À COVID19 - ÉTUDE MIXTE RÉALISÉE EN BELGIQUE FRANCOPHONE
Introduction : Le temps est, en médecine, une ressource particulièrement complexe à gérer. La pandémie à coronavirus (COVID19) est venue perturber un équilibre de gestion du temps déjà fragile et les médecins généralistes ont dû par conséquent adapter leur pratique. Ce travail visera à identifier les modifications que les médecins généralistes ont mise en place concernant leurs habitudes/préférences et à déterminer si des possibilités d’adaptation peuvent être envisagées pour aider les praticiens à mieux gérer leur temps. Méthodologie : Nous avons réalisé une étude mixte par protocole explicatif en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Une étude semi-quantitative consistant en une enquête par questionnaire a été réalisée entre janvier et février 2022. Une étude qualitative par entretien semi-dirigés a été mené chez 6 médecins généralistes résidant dans le Hainaut. Une analyse thématique des verbatims a enfin été effectuée après réalisation de ces entretiens. Résultats : 115 réponses ont été analysées pour l’enquête par questionnaire. L’âge moyen des répondants était de 51,6 ans (écart type de 13 ans) et la majorité des participants exerçaient dans le Hainaut. Au cours de la pandémie à COVID19, les participants sont passés à des consultations sur rendez-vous et ont eu plus recours au secrétariat médical. Pendant la pandémie, la télémédecine a également été largement utilisée : 80 % des médecins généralistes effectuaient au minimum 6 téléconsultations par jour ; la proportion de médecin utilisant les emails a également augmenté passant de 45 utilisateurs (39,1 %) à 84 (73 %). La partie qualitative a identifié que la délégation des tâches à un assistant et/ou à un secrétariat médical aide le médecin généraliste à mieux gérer leur temps. Les entretiens semi-dirigés ont également pu démontrer une certaine réserve quant à la télémédecine dans son utilisation actuelle. Diverses stratégies ont été adoptées par les médecins afin de mieux gérer leur temps mais la plupart des participants ne connaissaient pas de véritables techniques de gestion du temps. C’est pourquoi ils sont favorables à des formations sur la gestion du temps. Conclusion : Les médecins généralistes ont su s’adapter lors de la pandémie à COVID19, adoptant certaines attitudes ou en délaissant d’autres. Les efforts à fournir pour optimiser la pratique médicale restent toutefois importants. Par ailleurs, la télémédecine a besoin d’indications claires et des formations sur la gestion du temps sont à envisager comme solution pour amorcer un changement dans les habitudes des prestataires de soins.
Introduction : Le temps est, en médecine, une ressource particulièrement complexe à gérer. La pandémie à coronavirus (COVID19) est venue perturber un équilibre de gestion du temps déjà fragile et les médecins généralistes ont dû par conséquent adapter leur pratique. Ce travail visera à identifier les modifications que les médecins généralistes ont mise en place concernant leurs habitudes/préférences et à déterminer si des possibilités d’adaptation peuvent être envisagées pour aider les praticiens à mieux gérer leur temps. Méthodologie : Nous avons réalisé une étude mixte par protocole explicatif en Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Une étude semi-quantitative consistant en une enquête par questionnaire a été réalisée entre janvier et février 2022. Une étude qualitative par entretien semi-dirigés a été mené chez 6 médecins généralistes résidant dans le Hainaut. Une analyse thématique des verbatims a enfin été effectuée après réalisation de ces entretiens. Résultats : 115 réponses ont été analysées pour l’enquête par questionnaire. L’âge moyen des répondants était de 51,6 ans (écart type de 13 ans) et la majorité des participants exerçaient dans le Hainaut. Au cours de la pandémie à COVID19, les participants sont passés à des consultations sur rendez-vous et ont eu plus recours au secrétariat médical. Pendant la pandémie, la télémédecine a également été largement utilisée : 80 % des médecins généralistes effectuaient au minimum 6 téléconsultations par jour ; la proportion de médecin utilisant les emails a également augmenté passant de 45 utilisateurs (39,1 %) à 84 (73 %). La partie qualitative a identifié que la délégation des tâches à un assistant et/ou à un secrétariat médical aide le médecin généraliste à mieux gérer leur temps. Les entretiens semi-dirigés ont également pu démontrer une certaine réserve quant à la télémédecine dans son utilisation actuelle. Diverses stratégies ont été adoptées par les médecins afin de mieux gérer leur temps mais la plupart des participants ne connaissaient pas de véritables techniques de gestion du temps. C’est pourquoi ils sont favorables à des formations sur la gestion du temps. Conclusion : Les médecins généralistes ont su s’adapter lors de la pandémie à COVID19, adoptant certaines attitudes ou en délaissant d’autres. Les efforts à fournir pour optimiser la pratique médicale restent toutefois importants. Par ailleurs, la télémédecine a besoin d’indications claires et des formations sur la gestion du temps sont à envisager comme solution pour amorcer un changement dans les habitudes des prestataires de soins.
Virzi - MaximeUniversité catholique de Louvain
QD8 - QR33 - QS11 - QS41 - QT22 - QT44
Comment les médecins généralistes peuvent-ils aider les patients à augmenter leur adhérence à la CPAP ? : une étude qualitative / élaboration d’une fiche technique à l’attention des médecins généralistes
Comment les médecins généralistes peuvent-ils aider les patients à augmenter leur adhérence à la CPAP ? : une étude qualitative / élaboration d’une fiche technique à l’attention des médecins généralistes
INTRODUCTION - La CPAP est le traitement de première intention du SAHOS modéré à sévère. Son adhérence n’est pas optimale. Seulement la moitié des patients qui en ont besoin continuent à l’utiliser après un an. Or il est démontré que son efficacité notamment sur l’hypertension artérielle et la somnolence diurne est directement liée au nombre d’heures d’utilisation. Il est donc important d’explorer les différentes pistes d'amélioration de cette adhérence. OBJECTIFS - 1. Récolter les principales causes de non-adhérence à la CPAP et les différentes pistes d’amélioration possibles sur base de la littérature et de l'expérience des médecins généralistes interviewés. 2. Réalisation d’une fiche technique reprenant ces différentes causes et solutions. MÉTHODOLOGIE - Une analyse qualitative a été effectuée à l’aide d’entretiens semi-dirigés auprès de sept médecins généralistes. RÉSULTATS - Plusieurs difficultés et solutions ont été mises en évidence par les différents médecins interrogés. Pour commencer une difficulté d’adaptation à la machine: il convient de repérer les soucis rapidement tels que les masques inadaptés, les fuites, les bruits, les symptômes ORL, etc. afin de les régler le plus vite possible pour ne pas perdre la motivation de départ. Le médecin traitant est le plus à même à repérer ces désagréments puisqu’ il voit ses patients régulièrement et est plus disponible que le personnel hospitalier. Ensuite, un autre problème récurrent est la perte d’habitude et de motivation. Un suivi rapproché (via des questions simples ou des discussions éducationnelles) peut faire office de rappel ou de message motivant suffisant pour que le patient reprenne son traitement. DISCUSSION - Les médecins généralistes s’impliquent déjà beaucoup dans cette pathologie. Le télémonitoring peut être une piste d’amélioration dans l’optimisation de l’adhérence à la CPAP mais également dans le suivi du patient SAHOS en général. Cependant, actuellement, l’utilisation de cet outil est peu répandue en Belgique. Il serait intéressant d’impliquer de manière plus importante le médecin généraliste dans le SAHOS, en favorisant le diagnostic et la prise en charge de cette pathologie à domicile. CONCLUSION - Ce travail permet de mettre en évidence la place du médecin généraliste dans le suivi du SAHOS. Notamment le rôle qu’il peut avoir dans l’optimisation de l’adhérence à la CPAP, tant à court, qu’à moyen et long terme. En écoutant, nous pouvons détecter les difficultés suffisamment tôt pour intervenir. En discutant régulièrement avec le patient de son appareillage et des bénéfices de ce dernier, on peut maintenir la motivation à long terme.
INTRODUCTION - La CPAP est le traitement de première intention du SAHOS modéré à sévère. Son adhérence n’est pas optimale. Seulement la moitié des patients qui en ont besoin continuent à l’utiliser après un an. Or il est démontré que son efficacité notamment sur l’hypertension artérielle et la somnolence diurne est directement liée au nombre d’heures d’utilisation. Il est donc important d’explorer les différentes pistes d'amélioration de cette adhérence. OBJECTIFS - 1. Récolter les principales causes de non-adhérence à la CPAP et les différentes pistes d’amélioration possibles sur base de la littérature et de l'expérience des médecins généralistes interviewés. 2. Réalisation d’une fiche technique reprenant ces différentes causes et solutions. MÉTHODOLOGIE - Une analyse qualitative a été effectuée à l’aide d’entretiens semi-dirigés auprès de sept médecins généralistes. RÉSULTATS - Plusieurs difficultés et solutions ont été mises en évidence par les différents médecins interrogés. Pour commencer une difficulté d’adaptation à la machine: il convient de repérer les soucis rapidement tels que les masques inadaptés, les fuites, les bruits, les symptômes ORL, etc. afin de les régler le plus vite possible pour ne pas perdre la motivation de départ. Le médecin traitant est le plus à même à repérer ces désagréments puisqu’ il voit ses patients régulièrement et est plus disponible que le personnel hospitalier. Ensuite, un autre problème récurrent est la perte d’habitude et de motivation. Un suivi rapproché (via des questions simples ou des discussions éducationnelles) peut faire office de rappel ou de message motivant suffisant pour que le patient reprenne son traitement. DISCUSSION - Les médecins généralistes s’impliquent déjà beaucoup dans cette pathologie. Le télémonitoring peut être une piste d’amélioration dans l’optimisation de l’adhérence à la CPAP mais également dans le suivi du patient SAHOS en général. Cependant, actuellement, l’utilisation de cet outil est peu répandue en Belgique. Il serait intéressant d’impliquer de manière plus importante le médecin généraliste dans le SAHOS, en favorisant le diagnostic et la prise en charge de cette pathologie à domicile. CONCLUSION - Ce travail permet de mettre en évidence la place du médecin généraliste dans le suivi du SAHOS. Notamment le rôle qu’il peut avoir dans l’optimisation de l’adhérence à la CPAP, tant à court, qu’à moyen et long terme. En écoutant, nous pouvons détecter les difficultés suffisamment tôt pour intervenir. En discutant régulièrement avec le patient de son appareillage et des bénéfices de ce dernier, on peut maintenir la motivation à long terme.
Wanet - HéloïseUniversité de Liège
QR31 - QS41 - K22 - QO4 - QO4 - QO4
Étude pilote sur l’utilisation en pratique de médecine générale d’un outil de déprescription des IPP destiné aux patients développé par le CBIP.
Étude pilote sur l’utilisation en pratique de médecine générale d’un outil de déprescription des IPP destiné aux patients développé par le CBIP.
Depuis leur mise sur le marché en 1987, les IPP font partie des médicaments les plus prescrits en Belgique, près de 3 millions de Belges en consommaient en 2020. Le coût pour la sécurité social est important et en augmentation : 101 millions d’euro en 20020 rien pour le remboursement du Pantoprazole et de l’Ompérazole. Pourtant, d’après différentes études, une grande partie de ces prescriptions ne seraient plus justifiées. La déprescription des inhibiteurs de la pompe à protons semble parfois difficile pour les médecins. Différents outils pratiques ont été développés pour soutenir le médecin dans cette démarche. Mais quel impact ont-ils en pratique ? Méthodologie Analyse des dossiers de tous les patients venant à la consultation de médecine générale durant la période de recrutement. Si nous faisions le constat d'une prise d’inhibiteur de la pompe à proton depuis plus de 8 semaines sans l’avis d’un gastro-entérologue, nous proposions au patient de recevoir la fiche d’information sur les inhibiteurs de la pompe à proton fournie par le CBIP. Les dossiers des patients recrutés ont ensuite été analysés. Discussion Le temps de traitement et le médecin à l’initiation de la prescription n’ont pas d’impact sur l’intérêt du patient pour cette fiche. L’effet rebond reste un frein important à la diminution de consommation des inhibiteurs de la pompe à protons. Résultats 36% des 28 patients de l’étude ont diminué leur consommation en IPP. Ce qui est dans la lignée de la littérature où un patient bien encadré et bien informé a plus de chance de succès lors d’un sevrage.
Depuis leur mise sur le marché en 1987, les IPP font partie des médicaments les plus prescrits en Belgique, près de 3 millions de Belges en consommaient en 2020. Le coût pour la sécurité social est important et en augmentation : 101 millions d’euro en 20020 rien pour le remboursement du Pantoprazole et de l’Ompérazole. Pourtant, d’après différentes études, une grande partie de ces prescriptions ne seraient plus justifiées. La déprescription des inhibiteurs de la pompe à protons semble parfois difficile pour les médecins. Différents outils pratiques ont été développés pour soutenir le médecin dans cette démarche. Mais quel impact ont-ils en pratique ? Méthodologie Analyse des dossiers de tous les patients venant à la consultation de médecine générale durant la période de recrutement. Si nous faisions le constat d'une prise d’inhibiteur de la pompe à proton depuis plus de 8 semaines sans l’avis d’un gastro-entérologue, nous proposions au patient de recevoir la fiche d’information sur les inhibiteurs de la pompe à proton fournie par le CBIP. Les dossiers des patients recrutés ont ensuite été analysés. Discussion Le temps de traitement et le médecin à l’initiation de la prescription n’ont pas d’impact sur l’intérêt du patient pour cette fiche. L’effet rebond reste un frein important à la diminution de consommation des inhibiteurs de la pompe à protons. Résultats 36% des 28 patients de l’étude ont diminué leur consommation en IPP. Ce qui est dans la lignée de la littérature où un patient bien encadré et bien informé a plus de chance de succès lors d’un sevrage.
Nikulin - AnastasiyaUniversité de Liège
50.006 - QD325 - QS13
Que sait le médecin généraliste de la responsabilité engagée par les certificats médicaux qu’il rédige ?
Que sait le médecin généraliste de la responsabilité engagée par les certificats médicaux qu’il rédige ?
Introduction : Les certificats médicaux sont la pierre angulaire de la pratique du généraliste. Leur grand nombre génère une charge de travail colossale et amène à une banalisation dans la rédaction qui n’est pas sans conséquences. Dans quelles circonstances la responsabilité du médecin est-elle engagée ? Quels sont les risques d’un document mal rédigé ou faux ? Comment contrer les demandes abusives et la délivrance de certificats de complaisance, faux certificats et faux en écriture ? Méthode de travail : Ce travail s’articule en plusieurs points. Pour commencer, un point théorique détaillant les différents items de la question de recherche. Ensuite, une analyse quantitative sur la connaissance et la pratique des médecins traitants. Enfin, plusieurs stratégies sont proposées pour lutter contre le flot de certificats injustifiés. Résultats : La méconnaissance des bases régissant les certificats médicaux fait que le praticien n’identifie pas l’ensemble des situations engageant sa responsabilité. Les demandes abusives auxquelles il fait face ainsi que la pression et le chantage qu’il subit engendrent un flot d’émotions négatives. Une tolérance envers les certificats inappropriés s’installe dans le but de préserver la relation médecin/patient et ce d’autant plus que les sanctions encourues par l’un et l’autre sont mal connues. Conclusion : Les lacunes dans les connaissances théoriques, la formation et l’apprentissage du médecin généraliste ainsi que l’empressement à exécuter la paperasse administrative suite à un excès et au manque de temps sont autant d’écueils engendrant des erreurs dans la rédaction d’attestation et mettent à mal la responsabilité engagée par la certification. Une importance capitale est à accorder aux stratégies visant à lutter contre cet effet papillon (« petite cause, grandes conséquences »).
Introduction : Les certificats médicaux sont la pierre angulaire de la pratique du généraliste. Leur grand nombre génère une charge de travail colossale et amène à une banalisation dans la rédaction qui n’est pas sans conséquences. Dans quelles circonstances la responsabilité du médecin est-elle engagée ? Quels sont les risques d’un document mal rédigé ou faux ? Comment contrer les demandes abusives et la délivrance de certificats de complaisance, faux certificats et faux en écriture ? Méthode de travail : Ce travail s’articule en plusieurs points. Pour commencer, un point théorique détaillant les différents items de la question de recherche. Ensuite, une analyse quantitative sur la connaissance et la pratique des médecins traitants. Enfin, plusieurs stratégies sont proposées pour lutter contre le flot de certificats injustifiés. Résultats : La méconnaissance des bases régissant les certificats médicaux fait que le praticien n’identifie pas l’ensemble des situations engageant sa responsabilité. Les demandes abusives auxquelles il fait face ainsi que la pression et le chantage qu’il subit engendrent un flot d’émotions négatives. Une tolérance envers les certificats inappropriés s’installe dans le but de préserver la relation médecin/patient et ce d’autant plus que les sanctions encourues par l’un et l’autre sont mal connues. Conclusion : Les lacunes dans les connaissances théoriques, la formation et l’apprentissage du médecin généraliste ainsi que l’empressement à exécuter la paperasse administrative suite à un excès et au manque de temps sont autant d’écueils engendrant des erreurs dans la rédaction d’attestation et mettent à mal la responsabilité engagée par la certification. Une importance capitale est à accorder aux stratégies visant à lutter contre cet effet papillon (« petite cause, grandes conséquences »).
Schrayen - MelinaUniversité de Liège
QD6 - QD12 - QD23 - QE2 - QT32 - QR32 - Z09 - 45.001
Intérêt d’une supplémentation systématique en vitamine D en prévention primaire chez l’adulte : revue de la littérature.
Intérêt d’une supplémentation systématique en vitamine D en prévention primaire chez l’adulte : revue de la littérature.
La vitamine D joue un rôle crucial dans le métabolisme osseux. L’insuffisance en vitamine D est largement répandue en Belgique, en particulier en fin d’hiver. Les avis des autorités de santé belges divergent sur la question de l’intérêt d’une supplémentation vitaminique en prévention primaire chez l’adulte. Une revue de la littérature a été réalisée pour tenter de répondre à deux questions. Premièrement, déterminer le potentiel bénéfice sur la santé osseuse d’une supplémentation systématique en vitamine D chez l’adulte et, secondairement, explorer les raisons qui peuvent expliquer le manque de consensus entre les différents comités d’experts sur cette question. Au total, 12 guidelines nationales et internationales ainsi que 4 revues systématiques de la littérature et 6 essais cliniques randomisés ont été sélectionnés et analysés. Les données suggéraient qu’une supplémentation en vitamine D ne semble pas avoir d’effet significatif sur la réduction des événements fracturaires dans la population étudiée. Les données d’un éventuel effet sur la densité osseuse étaient moins concluantes, avec dans certaines études des bénéfices mineurs observés plutôt dans une population adulte plus âgée. Le lien entre ces bénéfices sur la densité osseuse et la santé osseuse, en ce compris la réduction du risque d’ostéoporose et du nombre d’événements fracturaires, n’est pas clairement établi. Les recommandations en termes de supplémentation de vitamine D des différentes guidelines sélectionnées sont fort divergentes. Les potentielles raisons identifiées au travers de ce travail et pouvant expliquer un manque de consensus sont la diversité des outcomes retenus pour évaluer le bénéfice sur la santé osseuse, la prise en compte ou non de l’apport endogène de vitamine D, et encore l’hétérogénéité des sources primaires en termes de design d’étude, de population étudiée, d’intervention et d’outcome.
La vitamine D joue un rôle crucial dans le métabolisme osseux. L’insuffisance en vitamine D est largement répandue en Belgique, en particulier en fin d’hiver. Les avis des autorités de santé belges divergent sur la question de l’intérêt d’une supplémentation vitaminique en prévention primaire chez l’adulte. Une revue de la littérature a été réalisée pour tenter de répondre à deux questions. Premièrement, déterminer le potentiel bénéfice sur la santé osseuse d’une supplémentation systématique en vitamine D chez l’adulte et, secondairement, explorer les raisons qui peuvent expliquer le manque de consensus entre les différents comités d’experts sur cette question. Au total, 12 guidelines nationales et internationales ainsi que 4 revues systématiques de la littérature et 6 essais cliniques randomisés ont été sélectionnés et analysés. Les données suggéraient qu’une supplémentation en vitamine D ne semble pas avoir d’effet significatif sur la réduction des événements fracturaires dans la population étudiée. Les données d’un éventuel effet sur la densité osseuse étaient moins concluantes, avec dans certaines études des bénéfices mineurs observés plutôt dans une population adulte plus âgée. Le lien entre ces bénéfices sur la densité osseuse et la santé osseuse, en ce compris la réduction du risque d’ostéoporose et du nombre d’événements fracturaires, n’est pas clairement établi. Les recommandations en termes de supplémentation de vitamine D des différentes guidelines sélectionnées sont fort divergentes. Les potentielles raisons identifiées au travers de ce travail et pouvant expliquer un manque de consensus sont la diversité des outcomes retenus pour évaluer le bénéfice sur la santé osseuse, la prise en compte ou non de l’apport endogène de vitamine D, et encore l’hétérogénéité des sources primaires en termes de design d’étude, de population étudiée, d’intervention et d’outcome.
Piette - YoshaUniversité catholique de Louvain
T91 - QS41 - QD41 - QC14
Trouble anxieux généralisé : Quelle est la place de la phytothérapie dans la prise en charge du médecin généraliste?
Trouble anxieux généralisé : Quelle est la place de la phytothérapie dans la prise en charge du médecin généraliste?
CONTEXTE Le trouble anxieux généralisé est une réaction d’anxiété irrationnelle avec une atteinte cognitive et somatique, menant à un changement inadéquat du comportement de l’individu sur du long terme (souvent minimum 6mois), sans facteur de stress apparent. Il concerne 7% de la population et dont seulement 20 à 30% des cas sont traités de manière adéquate. Actuellement, les recommandations de prise en charge comprennent notamment de la psychothérapie de type cognitivo-comportementale, des antidépresseurs et des benzodiazépines. Cependant, il n’est pas rare de voir des médecins généralistes prescrire de la phytothérapie dans cette pathologie alors qu’elle n’est pas recommandée. OBJECTIF Déterminer la place de la phytothérapie dans la prise en charge du trouble anxieux généralisé selon les médecins généralistes METHODE Étude qualitative par des entretiens semi-dirigés sur base d’un guide d’entretien RESULTATS La majorité des médecins généralistes interrogés est favorable à l’usage de la phytothérapie pour des cas de trouble anxieux généralisé mineurs et/ou récents chez des patients naïfs de traitement ou chez qui il faut éviter la prise de benzodiazépines comportant des risques importants d’effets secondaires et de sevrage. La minorité des médecins généralistes est contre car elle n’a pas été convaincue par l’efficacité de la phytothérapie et trouve plus d’efficacité dans les traitements conventionnels. Dans tous les cas, l’usage de la phytothérapie reste limité car les médecins généralistes ne sont pas formés. CONCLUSION Même si la majorité des médecins généralistes est favorable à l’usage de la phytothérapie dans le trouble anxieux généralisé, celui-ci se fait de façon limitée par manque de formation sur le sujet et de preuves dans la littérature. Ainsi, la place réelle de la phytothérapie dans le trouble anxieux généralisé selon les médecins généralistes est toujours floue et surtout, praticien-dépendant en l’absence de recommandations officielles. MOTS-CLES Phytothérapie – trouble anxieux généralisé – plantes médicinales – anxiété Phytotherapy – herbal medicinal plants – generalized anxiety disorder – anxiety
CONTEXTE Le trouble anxieux généralisé est une réaction d’anxiété irrationnelle avec une atteinte cognitive et somatique, menant à un changement inadéquat du comportement de l’individu sur du long terme (souvent minimum 6mois), sans facteur de stress apparent. Il concerne 7% de la population et dont seulement 20 à 30% des cas sont traités de manière adéquate. Actuellement, les recommandations de prise en charge comprennent notamment de la psychothérapie de type cognitivo-comportementale, des antidépresseurs et des benzodiazépines. Cependant, il n’est pas rare de voir des médecins généralistes prescrire de la phytothérapie dans cette pathologie alors qu’elle n’est pas recommandée. OBJECTIF Déterminer la place de la phytothérapie dans la prise en charge du trouble anxieux généralisé selon les médecins généralistes METHODE Étude qualitative par des entretiens semi-dirigés sur base d’un guide d’entretien RESULTATS La majorité des médecins généralistes interrogés est favorable à l’usage de la phytothérapie pour des cas de trouble anxieux généralisé mineurs et/ou récents chez des patients naïfs de traitement ou chez qui il faut éviter la prise de benzodiazépines comportant des risques importants d’effets secondaires et de sevrage. La minorité des médecins généralistes est contre car elle n’a pas été convaincue par l’efficacité de la phytothérapie et trouve plus d’efficacité dans les traitements conventionnels. Dans tous les cas, l’usage de la phytothérapie reste limité car les médecins généralistes ne sont pas formés. CONCLUSION Même si la majorité des médecins généralistes est favorable à l’usage de la phytothérapie dans le trouble anxieux généralisé, celui-ci se fait de façon limitée par manque de formation sur le sujet et de preuves dans la littérature. Ainsi, la place réelle de la phytothérapie dans le trouble anxieux généralisé selon les médecins généralistes est toujours floue et surtout, praticien-dépendant en l’absence de recommandations officielles. MOTS-CLES Phytothérapie – trouble anxieux généralisé – plantes médicinales – anxiété Phytotherapy – herbal medicinal plants – generalized anxiety disorder – anxiety
<