Recherche
  •  
  • 30 - Examen médical/bilan de santé global
  • 30.000 - examen médical global
  • 30.001 - bilan global
  • 30.002 - examen du nourrisson bien portant
  • 30.003 - examen de santé scolaire
  • 31 - Examen médical / bilan de santé partiel
  • 31.000 - examen médical partiel
  • 31.001 - bilan de santé partiel
  • 31.002 - examen d'un système corporel
  • 31.003 - dépistage d'un problème de santé
  • 31.004 - auscultation cardiaque
  • 31.005 - mesure de la pression
  • 31.006 - mesure de la température
  • 32 - Test de sensibilité
  • 32.000 - test de sensibilité
  • 32.001 - prick-test
  • 32.002 - patch test
  • 32.003 - RAST
  • 32.004 - test d'exposition aux aliments
  • 32.005 - test de provocation a la metacholine
  • 32.006 - test de Mantoux
  • 33 - Examen microbiologique/ immunologique
  • 33.000 - examen microbiologique
  • 33.001 - examen immunologique
  • 33.002 - hémoculture
  • 33.003 - culture de selles
  • 33.004 - culture des expectorations
  • 33.005 - frottis de gorge
  • 33.006 - frottis vaginal
  • 33.007 - test d'antigène
  • 33.008 - test d'anticorps
  • 33.009 - test HIV
  • 33.010 - test HPV
  • 33.011 - titrage d'anticorps
  • 33.012 - test Hépatite B
  • 34 - Analyse de sang
  • 34.000 - analyse de sang
  • 34.001 - groupe et type sanguin
  • 34.002 - vitesse de sédimentation (VS)
  • 34.003 - globules blancs (GB)
  • 34.004 - taux d'hormone sanguin
  • 34.005 - taux d'enzyme sanguin
  • 34.006 - taux de drogue sanguin
  • 34.007 - taux d'alcool sanguin
  • 34.008 - protéine C réactive (PCR)
  • 34.009 - temps de prothrombine (PTT)
  • 34.010 - D-dimères
  • 34.011 - gaz artériel
  • 34.012 - clearance de la créatinine
  • 34.013 - test de grossesse sanguin
  • 34.14 - examens biologiques de base?
  • 35 - Analyse d'urine
  • 35.000 - analyse d'urine
  • 35.001 - tigette urinaire
  • 35.002 - recherche de drogues urinaires
  • 35.003 - test de grossesse urinaire
  • 35.004 - rapport albumine/créatinine
  • 36 - Analyse de selles
  • 36.000 - analyse de selles
  • 36.001 - recherche de parasites
  • 36.002 - recherche d’œufs
  • 36.003 - recherche de kystes dans les selles
  • 36.004 - recherche de sang occulte dans les selles
  • 37 - Cytologie/histologie
  • 37.000 - cytologie-histologie
  • 37.001 - anapath-cytologie tissu
  • 37.002 - anapath-cytologie fluide
  • 37.003 - anapath-cytologie biopsie
  • 37.004 - anapath-cytologie ponction
  • 37.005 - anapath-cytologie excision
  • 37.006 - anapath-cytologie frottis
  • 37.007 - cytologie urinaire
  • 37.008 - anapath-cytologie expectoration
  • 37.009 - spermogramme
  • 38 - Autre analyse de laboratoire nca
  • 38.000 - autre analyse de laboratoire nca
  • 38.001 - dépistage chromosomique antenatal
  • 38.002 - test chromosomial
  • 38.003 - test génétique
  • 38.004 - test d’ADN
  • 38.005 - test de paternité
  • 38.006 - test respiratoire pour hélicobacter pylori
  • 38.007 - test à la sueur
  • 38.008 - test des larmes
  • 38.099 - tout autre test de laboratoire non inclus dans les rubriques 32 à 37
  • 39 - Epreuve fonctionnelle physique
  • 39.000 - epreuve fonctionnelle physique
  • 39.001 - audiométrie
  • 39.002 - champ visuel
  • 39.003 - mesure du débit urinaire
  • 39.004 - spirométrie
  • 39.005 - test calorimétrique
  • 39.006 - test de la fonction vestibulaire
  • 39.007 - test de vision des couleurs
  • 39.008 - test de vue
  • 39.009 - tonométrie
  • 39.010 - tympanométrie
  • 40 - Endoscopie diagnostique
  • 40.000 - endoscopie diagnostique
  • 40.001 - anuscopie
  • 40.002 - arthroscopie
  • 40.003 - bronchoscopie
  • 40.004 - colonoscopie
  • 40.005 - colposcopie
  • 40.006 - gastroscopie
  • 40.007 - hystéroscopie
  • 40.008 - laparoscopie
  • 40.009 - laryngoscopie
  • 40.010 - médiastinoscopie
  • 40.011 - pharyngoscopie
  • 40.012 - rectoscopie
  • 40.013 - rhinoscopie
  • 40.014 - sigmoidoscopie
  • 40.015 - trachéoscopie
  • 41 - Radiologie diagnostique/imagerie
  • 41.000 - radiologie diagnostique
  • 41.001 - imagerie
  • 41.002 - angiographie
  • 41.003 - imagerie par médecine nucléaire
  • 41.004 - imagerie par rayons X
  • 41.005 - imagerie par ultrasons
  • 41.006 - Résonance magnétique nucléaire (RMN)
  • 41.007 - scintigraphie cardiaque
  • 41.008 - scintigraphie isotopique
  • 41.009 - scintigraphie osseuse,
  • 41.010 - scintigraphie thyroïdienne,
  • 41.011 - thermographie
  • 41.012 - tomographie computérisée (CT)
  • 41.013 - tomographie par émission de positron (PET Scan)
  • 42 - Tracé électrique
  • 42.000 - tracé électrique
  • 42.001 - électrocardiogramme (ECG)
  • 42.002 - électrocardiogramme d'effort
  • 42.003 - électroencéphalogramme (EEG)
  • 42.004 - électromyogramme (EMG)
  • 42.005 - électronystagmogramme (ENG)
  • 42.006 - monitoring Holter
  • 43 - Autre procédure diagnostique
  • 43.000 - autre procédure diagnostique
  • 43.001 - dermoscopie
  • 43.002 - évaluation des activités quotidienne
  • 43.003 - familiogramme
  • 43.004 - laparatomie diagnostique
  • 43.005 - ophtalmoscopie
  • 43.006 - photographie de la peau
  • 43.007 - test d'anxiété
  • 43.008 - test de dépression
  • 43.009 - test de détection de démence
  • 43.010 - test d'intelligence
  • 44 - Vaccination/médication préventive
  • 44.000 - vaccination préventive
  • 44.001 - médication préventive
  • 44.002 - désensibilisation
  • 44.003 - immunisation active ou passive
  • 44.004 - prophylaxie de la malaria
  • 44.005 - traitement prophylactique par médicaments
  • 45 - Recommandation / éducation santé / avis / régime
  • 45.000 - recommandation de santé
  • 45.001 - éducation à la santé
  • 45.002 - avis sur la santé
  • 45.003 - régime
  • 45.004 - avis sur des habitudes favorables à la santé
  • 45.005 - avis sur des problèmes sociaux
  • 45.006 - avis sur la grossesse
  • 45.007 - avis sur la planification familiale
  • 45.008 - avis sur la santé au travail
  • 45.009 - avis sur l'utilisation des services de santé
  • 45.010 - conseil d'attente vigilante
  • 45.011 - conseil de prévention de problèmes de santé
  • 46 - Discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.000 - discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.001 - consultation par télémédecine avec un dispensateur de soins primaires
  • 47 - Consultation avec un spécialiste
  • 47.000 - consultation avec un spécialiste
  • 47.001 - consultation avec un spécialiste par télémédecine
  • 48 - Clarification, discussion de la raison de rencontre, de la demande du patient
  • 48.000 - clarification de la raison de rencontre
  • 48.001 - discussion de la demande du patient
  • 48.002 - discussion sur la nécessité des tests de dépistage
  • 49 - Autre procédure préventive
  • 49.001 - autre procédure préventive
  • 49.002 - évaluation des conditions de risques sanitaires
  • 49.003 - évaluation des conditions de risques environnementaux
  • 49.004 - rééévaluation du traitement
  • 50 - Médication / prescription / renouvellement / injection
  • 50.000 - médication
  • 50.001 - prescription
  • 50.002 - renouvellement
  • 50.003 - injection
  • 50.004 - administration de médicament
  • 50.005 - injection de médicament à effet systémique
  • 50.006 - prescription de médicament
  • 50.007 - renouvellement de médicament
  • 51 - Incision / drainage /lavage/ aspiration de liquide corporel
  • 51.000 - incision
  • 51.001 - drainage
  • 51.002 - lavage
  • 51.003 - aspiration de liquide corporel
  • 51.004 - aspiration d'un hématome
  • 51.005 - incision d'un abcès
  • 51.006 - irrigation de l'oeil
  • 51.007 - irrigation de l'oreille
  • 51.008 - paracentèse
  • 51.009 - ponction de fluide d'ascite
  • 51.010 - ponction lombaire
  • 51.011 - ponction
  • 51.012 - aspiration des sinus
  • 51.013 - aspiration d'un ganglion
  • 51.014 - aspiration d'un kyste
  • 51.015 - aspiration d'une bourse
  • 51.016 - aspiration articulaire
  • 51.017 - aspiration de l'estomac
  • 51.018 - aspiration des poumons
  • 51.019 - aspiration vésicale
  • 51.020 - saignées
  • 51.021 - thoracocentèse
  • 51.022 - tympanostomie
  • 51.023 - amniocentèse
  • 52 - Excision / biopsie / destruction/ débridement / cautérisation
  • 52.000 - excision
  • 52.001 - biopsie
  • 52.002 - destruction (de tissus)
  • 52.003 - débridement
  • 52.004 - cautérisation
  • 52.005 - amputation
  • 52.006 - asticothérapie
  • 52.007 - biopsie de la peau
  • 52.008 - biopsie d'un organe
  • 52.009 - cautérisation chimique
  • 52.010 - cautérisation électrique
  • 52.011 - cautérisation froide
  • 52.012 - cautérisation laser
  • 52.013 - curetage de la peau
  • 52.014 - curetage utérin
  • 52.015 - débridement autolytique
  • 52.016 - débridement chimique
  • 52.017 - débridement chirurgical
  • 52.018 - débridement mécanique
  • 52.019 - destruction nerveuse
  • 52.020 - destruction veine
  • 52.021 - embolectomie
  • 52.022 - éveinage
  • 52.023 - excision, élimination de tissus
  • 52.024 - excision, enlèvement d'ongle
  • 52.025 - extraction de dent
  • 52.026 - stérilisation
  • 53 - Cathétérisation / intubation / dilatation / appareillage
  • 53.000 - cathétérisation
  • 53.001 - intubation
  • 53.002 - dilatation
  • 53.003 - appareillage
  • 53.004 - canulation intraveineuse
  • 53.005 - cathétérisme
  • 53.006 - dilatation de l'urètre
  • 53.007 - dilatation du col de l'utérus
  • 53.008 - dilatation lacrymale
  • 53.009 - insertion ou enlèvement d'un tube de tympanostomie
  • 53.010 - intubation endotrachéale
  • 53.011 - lavement
  • 53.012 - rupture artificielle des membranes amniotiques
  • 53.013 - trachéotomie
  • 54 - Réparation / fixation / suture / plâtre / prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.000 - réparation (appliquer, enlever)
  • 54.001 - fixation (appliquer, enlever)
  • 54.002 - suture (appliquer, enlever)
  • 54.003 - plâtre (appliquer, enlever)
  • 54.004 - prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.005 - aide et dispositif auditif
  • 54.006 - aide et dispositif technique
  • 54.007 - aide et dispositif visuel
  • 54.008 - attelle
  • 54.009 - bandage suspensif
  • 54.010 - bande plâtrée
  • 54.011 - cerclage
  • 54.012 - suture par colle chirurgicale
  • 54.013 - implant hormonal
  • 54.014 - implantation dentaire
  • 54.015 - insertion d'un pessaire vaginal
  • 54.016 - orthèse
  • 54.017 - pose de stent
  • 54.018 - pose de stérilet
  • 54.019 - prothèse orthopédique
  • 54.020 - soutien d'hernie
  • 54.021 - taping d'entorse
  • 54.022 - traitement de fracture
  • 54.023 - réduction de luxation
  • 55 - Injection locale / infiltration
  • 55.000 - injection locale
  • 55.001 - infiltration locale
  • 55.002 - bloc nerveux
  • 55.003 - injection articulaire
  • 55.004 - injection de bourse
  • 55.005 - injection de la gaine du tendon
  • 55.006 - injection de la peau
  • 55.007 - injection de tissu sous-cutané
  • 55.008 - injection épidurale
  • 55.009 - injection sclérosante pour varices
  • 56 - Pansement /pression/ compression / bandage
  • 56.000 - pansement
  • 56.001 - exercer une pression
  • 56.002 - exercer unecompression
  • 56.003 - tamponnement
  • 56.004 - bandage de soutien
  • 56.005 - bandage de plaie
  • 56.006 - application d'un pansement oculaire
  • 57 - Thérapie manuelle / médecine physique
  • 57.000 - réhabilitation
  • 57.001 - chiropraxie
  • 57.002 - entraînement physique
  • 57.003 - entretien de la force musculaire
  • 57.004 - ergothérapie
  • 57.005 - exercice musculaire
  • 57.006 - médecine physique
  • 57.007 - podiatrie
  • 57.008 - kinésithérapie
  • 57.009 - réhabilitation spécifique de handicap;
  • 57.010 - stimulateur de nerf
  • 57.011 - stimulateur musculaire électronique
  • 57.012 - thérapie de la parole
  • 57.013 - utilisation de la chaleur à des fins thérapeutiques
  • 57.014 - utilisation des ultrasons à des fins thérapeutiques
  • 57.015 - utilisation du courant électrique à des fins thérapeutiques;
  • 57.016 - utilisation du froid à des fins thérapeutiques
  • 58 - Conseil thérapeutique / écoute / psychothérapie
  • 58.000 - conseil thérapeutique
  • 58.001 - écoute thérapeutique
  • 58.002 - psychothérapie
  • 58.003 - conseil pour une maladie spécifique
  • 58.004 - entretien motivationnel
  • 58.005 - psychothérapie de soutien
  • 58.006 - réhabilitation psychosociale pour alcoolisme
  • 58.007 - réhabilitation psychosociale pour drogue
  • 59 - Autre procédure thérapeutique/ petite chirurgie nca
  • 59.000 - autre procédure thérapeutique
  • 59.001 - petite chirurgie nca
  • 59.002 - accouchement
  • 59.003 - acupuncture
  • 59.004 - césarienne
  • 59.005 - chirurgie plastique
  • 59.006 - dialyse
  • 59.007 - enlèvement de corps étranger
  • 59.008 - oxygénothérapie
  • 59.009 - réanimation cardio-respiratoire
  • 59.010 - transfusion de sang
  • 60 - Résultat d'analyse
  • 60.000 - résultat d'analyse
  • 60.001 - résultat de procédure
  • 61 - Résultats d'examen, de test, d'enregistrement, lettre d'un autre dispensateur
  • 61.000 - résultat d'examen d'un autre dispensateur
  • 61.002 - résultat de test d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.006 - lettre d'un autre dispensateur
  • 62 - Procédure administrative
  • 62.001 - procédure administrative
  • 62.002 - certificat d'arret de travail
  • 62.003 - certificats décès
  • 62.004 - certificats permis de conduire
  • 62.005 - problèmes de facturation
  • 62.006 - questionnaire de santé
  • 62.007 - question sur le dossier dossier médical
  • 62.008 - remplissage de documents
  • 62.009 - remplissage de formulaires
  • 63 - Rencontre de suivi non spécifié
  • 63.000 - rencontre de suivi
  • 64 - Rencontre ou problème initié par le dispensateur
  • 64.000 - problème initié par le dispensateur
  • 64.001 - rencontre initiée par le dispensateur
  • 65 - Episode nouveau ou en cours initié par un tiers
  • 65.000 - problème initié par une tiers
  • 65.001 - rencontre initiée par une tiers
  • 65.002 - référence par la famille
  • 65.003 - re,
  • 65.004 - référence par l'asssistante sociale
  • 65.005 - référence par le psychologue
  • 66 - Référence à un autre dispensateur: infirmière, thérapeute, travailleur social
  • 66.001 - référence à un dispensateur non médecin
  • 66.002 - référence à infirmière
  • 66.003 - référence à un kinésithérapeute
  • 66.004 - référence à ergothérapeute
  • 66.005 - référence à chiropraticien
  • 66.006 - référence à travailleur social
  • 66.007 - référence à opticien
  • 66.008 - référence à une sage-femme
  • 66.009 - référence à diététicien
  • 66.010 - référence à dentiste
  • 66.011 - référence à une aide familiale
  • 66.012 - référence à orthodontiste
  • 66.013 - référence à psychologue
  • 67 - Référence à médecin, spécialiste, clinique, hôpital
  • 67.000 - référence à un autre MG-MF
  • 67.001 - référence à un spécialiste
  • 67.003 - référence à une clinique
  • 67.004 - référence à un hôpital
  • 68 - Autre référence
  • 68.001 - référence à association de patients
  • 68.002 - référence à service de chômage
  • 68.003 - référence à un home
  • 68.004 - référence à un home de personnes âgées
  • 68.005 - référence à un service non médical
  • 68.006 - référence à une institution de réadaptation
  • 69 - Autre procédure nca
  • 69.000 - autres procédure
  • A01 - Douleur générale ou de sites multiples
  • A02 - Frissons
  • A03 - Fièvre
  • A04 - Fatigue ou faiblesse générale
  • A05 - Sensation d'être malade
  • A06 - Evanouissement ou syncope
  • A07 - Coma
  • A08 - Gonflement
  • A09 - Problème de transpiration
  • A10 - Saignement ou hémorragie NCA
  • A11 - Douleur thoracique NCA
  • A13 - Préoccupé par ou peur d'un traitement médical
  • A16 - Nourrisson irritable
  • A18 - Préoccupé par son aspect extérieur
  • A20 - Demande ou discussion a propos de l'euthanasie
  • A21 - Facteur de risque de cancer
  • A23 - Facteur de risque NCA
  • A25 - Peur de la mort, de mourir
  • A26 - Peur du cancer NCA
  • A27 - Peur d' avoir une autre maladie NCA
  • A28 - Limitation de la fonction ou incapacité NCA
  • A29 - Autre symptôme ou plainte général
  • A70 - Tuberculose
  • A71 - Rougeole
  • A72 - Varicelle
  • A73 - Paludisme
  • A74 - Rubéole
  • A75 - Mononucléose infectieuse
  • A76 - Autre exanthème viral
  • A77 - Maladie virale autre ou NCA
  • A78 - Autre maladie infectieuse NCA
  • A79 - Cancer NCA
  • A80 - Traumatisme ou lésion traumatique NCA
  • A81 - Polytraumatisme ou lésions multiples
  • A82 - Effet tardif d'un traumatisme
  • A84 - Intoxication par substance médicinale
  • A85 - Effet secondaire d'une substance médicinale
  • A86 - Effet toxique d'une substance non médicinale
  • A87 - Complication de traitement médical
  • A88 - Effet secondaire de facteur physique
  • A89 - Effet secondaire de matériel prothétique
  • A90 - Anomalie congénitale NCA ou multiple
  • A91 - Résultat d'investigation anormale NCA
  • A92 - Allergie ou réaction allergique NCA
  • A93 - Nouveau-né prématuré
  • A94 - Autre morbidité périnatale
  • A95 - Mortalité périnatale
  • A96 - Mort
  • A97 - Pas de maladie
  • A98 - Gestion de la santé / médecine préventive
  • A99 - Maladie ou condition de nature ou de site non précisé
  • B02 - Ganglion lymphatique augmenté de volume ou douloureux
  • B04 - Symptôme ou plainte concernant le sang
  • B25 - Peur du SIDA ou du VIH
  • B26 - Peur du cancer du sang ou lymphatique
  • B27 - Peur d' avoir une autre maladie du sang ou des organes lymphatiques
  • B28 - Limitation de la fonction ou incapacité (B)
  • B29 - Autre symptôme ou plainte du système lymphatique ou immunologique
  • B70 - Adénite aiguë
  • B71 - Adénite chronique ou non-spécifique
  • B72 - Maladie de Hodgkin ou lymphome
  • B73 - Leucémie
  • B74 - Autre cancer du sang
  • B75 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du sang ou du système lymphatique
  • B76 - Rupture traumatique de la rate
  • B77 - Autre lésion traumatique du sang ou du système lymphatique ou de la rate
  • B78 - Anémie hémolytique héréditaire
  • B79 - Autre anomalie congénitale du sang ou du système lymphatique
  • B80 - Anémie par déficience en fer
  • B81 - Anémie par carence en vit B12 ou acide folique
  • B82 - Autre anémie ou indéterminée
  • B83 - Purpura ou défaut de coagulation
  • B84 - Globules blancs anormaux
  • B87 - Splénomégalie
  • B90 - Infection par le virus HIV, SIDA
  • B99 - Autre maladie du sang, du système lymphatique ou de la rate
  • D01 - Douleur/crampes abdominales gén.
  • D01 - Douleur ou crampes abdominales généralisées
  • D02 - Douleur abdominale/épigastrique
  • D02 - Douleur abdominale ou épigastrique
  • D03 - Brûlure/brûlant/brûlement estomac
  • D03 - Brûlure, brûlant, brûlement, estomac
  • D04 - Douleur rectale/anale
  • D04 - Douleur rectale ou anale
  • D05 - Démangeaisons périanales
  • D05 - Démangeaisons perianales
  • D06 - Autre douleur abdominale localisée
  • D06 - Autre douleur abdominale loc.
  • D07 - Dyspepsie/indigestion
  • D07 - Dyspepsie ou indigestion
  • D08 - Flatulence/gaz/renvoi
  • D08 - Flatulence ou gaz ou renvoi
  • D09 - Nausée
  • D10 - Vomissement
  • D11 - Diarrhée
  • D12 - Constipation
  • D13 - Jaunisse
  • D14 - Hématémèse/vomissement de sang
  • D14 - Hématémèse ou vomissement de sang
  • D15 - Méléna
  • D16 - Saignement rectal
  • D17 - Incontinence rectale
  • D18 - Modification selles/mouvem. intestin
  • D18 - Modification des selles ou des mouvements intestinaux
  • D19 - S/P dents/gencives
  • D19 - Symptôme et plainte des dents ou des gencives
  • D20 - S/P bouche/langue/lèvres
  • D20 - Symptôme et plainte de la bouche, de la langue ou des lèvres
  • D21 - Problème de déglutition
  • D21 - P. de déglutition
  • D23 - Hépatomégalie
  • D24 - Masse abdominale NCA
  • D25 - Distension abdominale
  • D26 - Peur du cancer du système digestif
  • D26 - Peur du cancer du syst. digestif
  • D27 - Peur d'une autre maladie digestive
  • D27 - Peur d'avoir une autre maladie digestive
  • D28 - Limitation de la fonction ou incapacité (D)
  • D28 - Limitation de la fonction/incap. (D)
  • D29 - Autre S/P du syst. digestif
  • D29 - Autre symptôme ou plainte du système digestif
  • D70 - Infection gastro-intestinale
  • D71 - Oreillons
  • D72 - Hépatite virale
  • D73 - Gastro-entérite présumée infectieuse
  • D74 - Cancer de l'estomac
  • D75 - Cancer du colon ou du rectum
  • D75 - Cancer du colon/du rectum
  • D76 - Cancer du pancréas
  • D77 - Autre cancer digestif/NCA
  • D77 - Autre cancer digestif ou NCA
  • D78 - Tumeur bénigne/indét. du syst. dig.
  • D78 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système digestif
  • D79 - Corps étranger du système digestif
  • D79 - CE du syst. digestif
  • D80 - Autre lésion traumatique du système digestif
  • D80 - Autre traumat. du syst. digestif
  • D81 - Anomalie congénitale du système digestif
  • D81 - Anom. congénitale du syst. digestif
  • D82 - Maladie des dents/des gencives
  • D82 - Maladie des dents et des gencives
  • D83 - Maladie de la bouche, de la langue et des lèvres
  • D83 - Maladie bouche/langue/lèvres
  • D84 - Maladie de l’œsophage
  • D84 - Maladie de l'oesophage
  • D85 - Ulcère duodénal
  • D86 - Autre ulcère peptique
  • D87 - Trouble de la fonction gastrique
  • D88 - Appendicite
  • D89 - Hernie inguinale
  • D90 - Hernie hiatale
  • D91 - Autre hernie abdominale
  • D92 - Maladie diverticulaire
  • D93 - Syndrome du colon irritable
  • D94 - Entérite chronique/colite ulcéreuse
  • D94 - Entérite chronique ou colite ulcéreuse
  • D95 - Fissure anale ou abcès périanal
  • D95 - Fissure anale/abcès périanal
  • D96 - Vers/autre parasite
  • D96 - Vers ou autre parasite
  • D97 - Maladie du foie NCA
  • D98 - Cholécystite/cholélithiase
  • D98 - Cholécystite, cholélithiase
  • D99 - Autre maladie du syst. Digestif
  • D99 - Autre maladie du système digestif
  • F01 - Oeil douloureux
  • F02 - Oeil rouge
  • F03 - Ecoulement de l’œil
  • F03 - Ecoulement de l'oeil
  • F04 - Taches visuelles/flottantes
  • F04 - Taches visuelles ou flottantes
  • F05 - Autre perturbation de la vision
  • F13 - Sensation oculaire anormale
  • F14 - Mouvements oculaires anormaux
  • F15 - Apparence anormale de l'oeil
  • F15 - Apparence anormale de l’œil
  • F16 - Symptôme et plainte de la paupière
  • F16 - S/P de la paupière
  • F17 - S/P lunettes
  • F17 - Symptôme et plainte concernant les lunettes
  • F18 - S/P lentilles de contact
  • F18 - Symptôme et plainte concernant les lentilles de contact
  • F27 - Peur d'avoir une maladie de l’œil
  • F27 - Peur d'une maladie de l'oeil
  • F28 - Limitation de la fonction ou incapacité (F)
  • F28 - Limitation de la fonction/incap. (F)
  • F29 - Autre symptôme et plainte de l’œil
  • F29 - Autre S/P de l'oeil
  • F70 - Conjonctivite infectieuse
  • F71 - Conjonctivite allergique
  • F72 - Blépharite, orgelet, chalazion
  • F73 - Autre infection/inflammation de l'oeil
  • F73 - Autre infection ou inflammation de l’œil
  • F74 - Tumeur de l’œil et des annexes
  • F74 - Tumeur de l'oeil et des annexes
  • F75 - Contusion/hémorragie de l'oeil
  • F75 - Contusion ou hémorragie de l’œil
  • F76 - Corps étranger dans l’œil
  • F76 - CE dans l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumat. de l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumatique de l’œil
  • F80 - Sténose du canal lacrymal de l'enfant
  • F80 - Sténose canal lacrymal de l'enfant
  • F81 - Autre anom. congénitale de l'oeil
  • F81 - Autre anomalie congénitale de l’œil
  • F82 - Décollement de la retire
  • F83 - Rétinopathie
  • F84 - Dégénérescence maculaire
  • F85 - Ulcère de la cornée
  • F86 - Trachome
  • F91 - Défaut de réfraction
  • F92 - Cataracte
  • F93 - Glaucome
  • F94 - Cécité
  • F95 - Strabisme
  • F99 - Autre maladie de l’œil et des annexes
  • F99 - Autre maladie de l'oeil/annexes
  • H01 - Douleur d'oreille ou otalgie
  • H01 - Douleur d'oreille/otalgie
  • H02 - P. d'audition
  • H02 - Problème d'audition
  • H03 - Acouphène, bourdonnement d'oreille
  • H03 - Acouphène/bourdonnement d'oreille
  • H04 - Ecoulement de l'oreille
  • H05 - Saignement de l'oreille
  • H13 - Sensation d'oreille bouchée
  • H15 - Préoccupé par l'aspect des oreilles
  • H15 - Préoc. par l'aspect des oreilles
  • H27 - Peur d'une maladie de l'oreille
  • H27 - Peur d'avoir une maladie de l'oreille
  • H28 - Limitation de la fonction/incap. (H)
  • H28 - Limitation de la fonction ou incapacité (H)
  • H29 - Autre S/P de l'oreille
  • H29 - Autre symptôme et plainte de l' oreille
  • H70 - Otite externe
  • H71 - Otite moyenne aiguë ou myringite
  • H71 - Otite moyenne aiguë/myringite
  • H72 - Otite moyenne séreuse
  • H73 - Salpingite d'eustache
  • H74 - Otite moyenne chronique
  • H75 - Tumeur de l'oreille
  • H76 - CE dans l'oreille
  • H76 - Corps étranger dans l'oreille
  • H77 - Perforation du tympan
  • H78 - Lésion traumat. superf. de l'oreille
  • H78 - Lésion traumatique superficielle de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumatique de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumat. de l'oreille
  • H80 - Anom. congénitale de l'oreille
  • H80 - Anomalie congénitale de l'oreille
  • H81 - Excès de cérumen
  • H82 - Syndrome vertigineux
  • H83 - Otosclérose
  • H84 - Presbyacousie
  • H85 - Traumatisme sonore
  • H86 - Surdité
  • H99 - Autre maladie de l'oreille ou de la mastoïde
  • H99 - Autre maladie de l'oreille/ mastoïde
  • K01 - Douleur cardiaque
  • K02 - Oppression ou constriction cardiaque
  • K03 - Douleur cardiovasculaire NCA
  • K04 - Palpitations ou perception des battements cardiaques
  • K05 - Autre battement cardiaque irrégulier
  • K06 - Veines proéminentes
  • K07 - Oedème, gonflement des chevilles
  • K22 - Facteur de risque de maladie cardio-vasculaire
  • K24 - Peur d'avoir une maladie de cœur
  • K25 - Peur d'avoir de l'hypertension
  • K27 - Peur d'avoir une autre maladie cardio-vasculaire
  • K28 - Limitation de la fonction ou incapacité (K)
  • K29 - Autre symptôme et plainte cardiovasculaire
  • K70 - Infection du système cardio-vasculaire
  • K71 - Rhumatisme articulaire aigu ou maladie cardiaque rhumatismale
  • K72 - Tumeur cardio-vasculaire
  • K73 - Anomalie congénitale cardio-vasculaire
  • K74 - Cardiopathie ischémique avec angor
  • K75 - Infarctus myocardique aigu
  • K76 - Cardiopathie ischémique sans angor
  • K77 - Décompensation cardiaque
  • K78 - Fibrillation auriculaire ou flutter
  • K79 - Tachycardie paroxystique
  • K80 - Arythmie cardiaque NCA
  • K81 - Souffle cardiaque ou artériel NCA
  • K82 - Cœur pulmonaire
  • K83 - Valvulopathie NCA
  • K84 - Autre maladie cardiaque
  • K85 - Pression sanguine élevée
  • K86 - Hypertension non compliquée
  • K87 - Hypertension avec complication
  • K88 - Hypotension orthostatique
  • K89 - Ischémie cérébrale transitoire
  • K90 - Accident vasculaire cérébral
  • K91 - Maladie cérébrovasculaire
  • K92 - Athérosclérose ou maladie vasculaire périphérique
  • K93 - Embolie pulmonaire
  • K94 - Phlébite et thrombophlébite
  • K95 - Varices des jambes
  • K96 - Hémorroïdes
  • K99 - Autre maladie cardio-vasculaire
  • L01 - Symptôme et plainte du cou
  • L02 - Symptôme et plainte du dos
  • L03 - Symptôme et plainte des lombes
  • L04 - Symptôme et plainte du thorax
  • L05 - Symptôme et plainte du flanc et du creux axillaire
  • L07 - Symptôme et plainte de la mâchoire
  • L08 - Symptôme et plainte de l'épaule
  • L09 - Symptôme et plainte du bras
  • L10 - Symptôme et plainte du coude
  • L11 - Symptôme et plainte du poignet
  • L12 - Symptôme et plainte de la main et du doigt
  • L13 - Symptôme et plainte de la hanche
  • L14 - Symptôme et plainte de la jambe et de la cuisse
  • L15 - Symptôme et plainte du genou
  • L16 - Symptôme et plainte de la cheville
  • L17 - Symptôme et plainte du pied et de l'orteil
  • L18 - Douleur musculaire
  • L19 - Symptôme et plainte musculaire NCA
  • L20 - Symptôme et plainte d'une articulation NCA
  • L26 - Peur d'avoir un cancer du système ostéo-articulaire
  • L27 - Peur d'avoir une autre maladie du système ostéo-articulaire
  • L28 - Limitation de la fonction ou incapacité (L)
  • L29 - Autre symptôme et plainte ostéo-articulaire
  • L70 - Infection du système ostéo-articulaire
  • L71 - Cancer du système ostéo-articulaire
  • L72 - Fracture du radius ou du cubitus
  • L73 - Fracture du tibia ou du péroné
  • L74 - Fracture de la main ou du pied
  • L75 - Fracture du fémur
  • L76 - Autre fracture
  • L77 - Entorse de la cheville
  • L78 - Entorse du genou
  • L79 - Entorse articulaire NCA
  • L80 - Luxation et subluxation
  • L81 - Lésion traumatique NCA du système ostéo-articulaire
  • L82 - Anomalie congénitale du système ostéo-articulaire
  • L83 - Syndrome cervical
  • L84 - Syndrome dorso-lombaire sans irradiation
  • L85 - Déformation acquise de la colonne
  • L86 - Syndrome dorso-lombaire avec irradiation
  • L87 - Bursite, tendinite, synovite NCA
  • L88 - Polyarthrite rhumatoïde séropositive
  • L89 - Coxarthrose
  • L90 - Gonarthrose
  • L91 - Autre arthrose
  • L92 - Syndrome de l'épaule
  • L93 - Coude du joueur de tennis
  • L94 - Ostéochondrose
  • L95 - Ostéoporose
  • L96 - Lésion aiguë interne du genou
  • L97 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système ostéo-articulaire
  • L98 - Déformation acquise des membres inférieurs
  • L99 - Autre maladie ostéo-articulaire
  • N01 - Mal de tête
  • N03 - Douleur de la face
  • N04 - Jambes sans repos
  • N05 - Fourmillements des doigts, pieds, orteils
  • N06 - Autre perturbation de la sensibilité
  • N07 - Convulsion ou crise comitiale
  • N08 - Mouvements involontaires anormaux
  • N16 - Perturbation du goût ou de l'odorat
  • N17 - Vertige ou étourdissement
  • N18 - Paralysie ou faiblesse
  • N19 - Trouble de la parole
  • N26 - Peur d'avoir un cancer du système neurologique
  • N27 - Peur d'avoir une autre maladie neurologique
  • N28 - Limitation de la fonction ou incapacité (N)
  • N29 - Autre symptôme ou plainte neurologique
  • N70 - Poliomyélite
  • N71 - Méningite ou encéphalite
  • N72 - Tétanos
  • N73 - Autre infection neurologique
  • N74 - Cancer du système neurologique
  • N75 - Tumeur bénigne du système neurologique
  • N76 - Tumeur de nature indéterminée du système neurologique
  • N79 - Commotion
  • N80 - Autre lésion traumatique de la tête
  • N81 - Autre lésion traumatique du système neurologique
  • N85 - Anomalie congénitale neurologique
  • N86 - Sclérose en plaque
  • N87 - Syndrome parkinsonien
  • N88 - Epilepsie
  • N89 - Migraine
  • N90 - Algie vasculaire de la face
  • N91 - Paralysie faciale ou paralysie de Bell
  • N92 - Névralgie du trijumeau
  • N93 - Syndrome du canal carpien
  • N94 - Névrite ou neuropathie périphérique
  • N95 - Céphalée de tension
  • N99 - Autre maladie neurologique
  • Ore - lle H
  • P01 - Sensation d'anxiété, de nervosité ou de tension
  • P02 - Réaction de stress aiguë
  • P03 - Sensation de dépression
  • P04 - Sentiment ou comportement irritable ou en colère
  • P05 - Sénilité, sensation d'être vieux, comportement sénile
  • P06 - Perturbation du sommeil
  • P07 - Diminution du désir sexuel
  • P08 - Diminution de l'accomplissement sexuel
  • P09 - Préoccupation a propos de l'identité sexuelle
  • P10 - Bégaiement, bredouillement, tic
  • P11 - Trouble de l'alimentation de l'enfant
  • P12 - Enurésie
  • P13 - Encoprésie
  • P15 - Alcoolisme chronique
  • P16 - Alcoolisation aiguë
  • P17 - Usage abusif du tabac
  • P18 - Usage abusif de médicament
  • P19 - Usage abusif de drogue
  • P20 - Perturbation de la mémoire
  • P22 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'enfant
  • P23 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'adolescent
  • P24 - Problème spécifique de l'apprentissage
  • P25 - Problèmes de phase de vie adulte
  • P27 - Peur d'avoir un trouble mental
  • P28 - Limitation de la fonction ou incapacité (P)
  • P29 - Autre symptôme et plainte psychologique
  • P70 - Démence
  • P71 - Autre psychose organique
  • P72 - Schizophrénie
  • P73 - Psychose affective
  • P74 - Trouble anxieux ou état anxieux
  • P75 - Trouble somatoforme
  • P76 - Dépression
  • P77 - Suicide ou tentative de suicide
  • P78 - Neurasthénie, surmenage
  • P79 - Phobie, trouble obsessionnel compulsif
  • P80 - Trouble de la personnalité
  • P81 - Trouble hyperkinétique
  • P82 - Syndrome de stress post-traumatique
  • P85 - Retard mental
  • P86 - Anorexie mentale, boulimie
  • P98 - Autre psychose NCA
  • P99 - Autre trouble psychologique
  • Q04 - Descripteur non défini
  • QC1 - Groupe d’âge
  • QC11 - Nourrisson
  • QC12 - Enfant
  • QC13 - Adolescent
  • QC14 - Adulte
  • QC15 - Personne âgée
  • QC2 - Question de genre 
  • QC21 - Santé de l'homme 
  • QC22 - Santé de la femme
  • QC23 - Différence de sexe
  • QC24 - Transgenre
  • QC3 - Haut risque social
  • QC31 - Sous-groupe ethnique
  • QC32 - Réfugiés et migrants
  • QC33 - Sans-abri
  • QC34 - Prisonnier
  • QC4 - Dépendant
  • QC41 - Dépendant de médicament sous prescription
  • QC42 - Dépendant de drogue de rue
  • QC43 - Dépendant du jeu
  • QC5 - Victime de violence
  • QC51 - Violence basée sur le genre
  • QC52 - Maltraitance d'enfant
  • QC53 - Maltraitance des personnes âgées
  • QC54 - Victime de torture
  • QC55 - Mutilation rituelle
  • QC6 - Survivant
  • QD1 - Communicateur
  • QD11 - Contact
  • QD12 - Relation médecin-patient
  • QD13 - Conseil thérapeutique
  • QD14 - Pensée systémique
  • QD15 - Entrevue motivationnelle
  • QD2 - Médecin en tant que soignant
  • QD21 - Résolution de problèmes
  • QD22 - Globalité
  • QD23 - Education à la santé
  • QD24 - Compétence clinique
  • QD25 - Continuité des soins
  • QD26 - Soins palliatifs
  • QD27 - Planification familiale
  • QD3 - Gestionnaire de soins
  • QD31 - Gestion du risque de santé
  • QD32 - Gestion des problèmes de santé
  • QD321 - Symptôme médicalement inexpliqué
  • QD322 - Multimorbidité
  • QD323 - Prise de décision partagée
  • QD324 - Fortuitome
  • QD325 - Comportement de prescription
  • QD326 - Déadoption et déprescription
  • QD33 - Evaluation de l'état de santé
  • QD34 - Question génétique
  • QD4 - Prévention clinique
  • QD41 - Prévention primaire
  • QD42 - Prévention secondaire
  • QD43 - Prévention tertiaire
  • QD44 - Prévention quaternaire
  • QD441 - Surmédicalisation
  • QD442 - Fabrication de maladie
  • QD443 - Surinformation
  • QD444 - Surdépistage
  • QD445 - Surdiagnostic
  • QD446 - Surtraitement
  • QD5 - Médecine complémentaire et alternative
  • QD51 - Homéopathie
  • QD6 - Question medico-légale
  • QD7 - Image professionnelle
  • QD8 - Equilibre travail - vie
  • QE1 - Ethique personnelle
  • QE2 - Ethique professionnelle
  • QE3 - Bioéthique
  • QE31 - Euthanasie
  • QE4 - Éthique de l'information
  • QE41 - Confidentialité
  • QE42 - Consentement éclairé
  • QH - Santé de la planète
  • QH1 - Santé environnementale
  • QH11 - Pollution intérieure
  • QH12 - Pollution extérieure
  • QH2 - Risque biologique
  • QH3 - Risque nucléaire
  • QO1 - impossible à coder,imprécis
  • QO2 - acronyme
  • QO3 - hors du champ de la médecine de famille
  • QO4 - considérer nouveau code
  • QP1 - Sécurité du patient
  • QP2 - Soins centrés sur le patient
  • QP21 - Accessibilité
  • QP22 - Accessibilité temporelle
  • QP23 - Compétence culturelle
  • QP24 - Accessibilité économique
  • QP25 - Acceptabilité
  • QP3 - Qualité des soins
  • QP4 - Perspective du patient
  • QP41 - Satisfaction du patient
  • QP42 - Connaissances du patient
  • QP43 - Autonomie du patient
  • QP44 - Contexte culturel du patient
  • QP45 - Dépense du patient en soins de santé
  • QP5 - Comportement de santé
  • QP51 - Questions d'alimentation du patient
  • QP52 - Sexualité du patient
  • QP53 - Auto-soin
  • QP54 - Médicaments en vente libre
  • QP6 - Participation du patient
  • QP61 - Réseau social
  • QP7 - Défense du patient
  • QR1 - Philosophie des sciences
  • QR2 - Epidémiologie des soins primaires
  • QR21 - Pharmaco-épidémiologie
  • QR22 - Recherche basée sur la communauté
  • QR3 - Méthodes de recherche
  • QR31 - Etude qualitative
  • QR32 - Etude quantitative
  • QR321 - Etude cas-témoins
  • QR322 - Etude de cohorte
  • QR323 - Étude transversale
  • QR324 - Etude longitudinale
  • QR325 - Etude d'intervention
  • QR33 - Recherche par méthode mixte
  • QR34 - Etudes de validation et de fiabilité
  • QR35 - Recherche-action
  • QR36 - Rapport de cas
  • QR4 - Réseau de recherche
  • QR5 - Outils de recherche et financement
  • QR51 - Classifications, terminologies et ontologies
  • QR52 - Echelles et questionnaires
  • QR53 - Etat fonctionnel
  • QR54 - Matériel d'observation
  • QR6 - Avis d'expert
  • QR7 - Economie, soins de santé primaire
  • QS1 - Etablissement de soins primaires
  • QS11 - Gestion de la pratique
  • QS12 - Economie de la pratique
  • QS13 - Gestion de l'information de santé
  • QS14 - Equipement de la pratique
  • QS2 - Garde médicale
  • QS3 - Relation de la pratique
  • QS31 - Collaboration de la pratique
  • QS32 - Référence et contre-référence
  • QS33 - Coordination des soins
  • QS4 - Dispensateur de soins primaires
  • QS41 - Médecin de famille
  • QS42 - Infirmière praticienne
  • QS43 - Sage-femme
  • QS44 - Professionnels de la santé associés
  • QS441 - Kinesithérapeute
  • QS442 - Travailleur social
  • QS443 - Psychologue
  • QS45 - Aidant familial
  • QS46 - Pharmacien
  • QT1 - Enseignement de la médecine de famille
  • QT11 - Méthodes pédagogiques
  • QT12 - Organisation de l'enseignement
  • QT13 - Evaluation de l'enseignement
  • QT131 - Patient simulé
  • QT14 - Organisation académique
  • QT2 - Formation de terrain en médecine
  • QT21 - Etudiant en médecine
  • QT22 - Formation professionnelle
  • QT23 - Education médicale continue
  • QT24 - Groupe Balint
  • QT25 - Formateur
  • QT3 - Assurance de qualité
  • QT31 - Médecine fondée sur des preuves
  • QT32 - Recommandation de bonne pratique
  • QT33 - Lecture critique de littérature
  • QT34 - Révision par les pairs
  • QT35 - Accréditation
  • QT36 - Indicateur de qualité
  • QT4 - Transfert de connaissance
  • QT41 - Publication
  • QT42 - Echange en ligne de la connaissance
  • QT43 - Bibliothèque numérique
  • QT44 - Communications électroniques
  • QT5 - Notification de données de santé
  • QT51 - Réseau sentinelle
  • QT52 - Evènements indésirables & pharmacovigilance
  • QT53 - Base de données de santé
  • R01 - Douleur du système respiratoire
  • R02 - Souffle court, dyspnée
  • R03 - Sibilance
  • R04 - Autre problème respiratoire
  • R05 - Toux
  • R06 - Saignement de nez, épistaxis
  • R07 - Congestion nasale, éternuement
  • R08 - Autre symptôme et plainte du nez
  • R09 - Symptôme et plainte des sinus
  • R21 - Symptôme et plainte de la gorge
  • R23 - Symptôme et plainte de la voix
  • R24 - Hémoptysie
  • R25 - Expectoration ou glaire anormale
  • R26 - Peur d'avoir un cancer du système respiratoire
  • R27 - Peur d'avoir une autre maladie respiratoire
  • R28 - Limitation de la fonction ou incapacité ( R)
  • R29 - Autre symptôme et plainte respiratoire
  • R71 - Coqueluche
  • R72 - Streptococcie pharyngée
  • R73 - Furoncle ou abcès du nez
  • R74 - Infection aiguë des voies respiratoires supérieures
  • R75 - Sinusite aiguë ou chronique
  • R76 - Angine aiguë
  • R77 - Laryngite, trachéite aiguë
  • R78 - Bronchite aiguë, bronchiolite
  • R79 - Bronchite chronique
  • R80 - Grippe
  • R81 - Pneumonie
  • R82 - Pleurésie, épanchement pleural
  • R83 - Autre infection respiratoire
  • R84 - Cancer des bronches, du poumon
  • R85 - Autre cancer respiratoire
  • R86 - Tumeur respiratoire bénigne
  • R87 - Corps étranger du nez, du larynx, des bronches
  • R88 - Autre lésion traumatique du système respiratoire
  • R89 - Anomalie congénitale du système respiratoire
  • R90 - Hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes
  • R92 - Tumeur de nature indéterminée du système respiratoire
  • R95 - Maladie pulmonaire chronique obstructive
  • R96 - Asthme
  • R97 - Rhinite allergique
  • R98 - Syndrome d'hyperventilation
  • R99 - Autre maladie respiratoire
  • S01 - Douleur ou hypersensibilité de la peau
  • S02 - Prurit
  • S03 - Verrue
  • S04 - Tuméfaction ou gonflement localisé de la peau
  • S05 - Tuméfactions ou gonflements généralisés de la peau
  • S06 - Eruption localisée
  • S07 - Eruption généralisée
  • S08 - Modification de la couleur de la peau
  • S09 - Doigt ou orteil infecté
  • S10 - Furoncle ou anthrax
  • S11 - Infection post-traumatique de la peau
  • S12 - Piqûre d'insecte
  • S13 - Morsure animale ou humaine
  • S14 - Brûlure cutanée
  • S15 - Corps étranger dans la peau
  • S16 - Ecchymose ou contusion
  • S17 - Eraflure, égratignure, ampoule
  • S18 - Coupure ou lacération
  • S19 - Autre lésion traumatique de la peau
  • S20 - Cor ou callosité
  • S21 - Symptôme et plainte au sujet de la texture de la peau
  • S22 - Symptôme et plainte de l'ongle
  • S23 - Calvitie ou perte de cheveux
  • S24 - Autre symptôme et plainte des cheveux, poils ou cuir chevelu
  • S26 - Peur du cancer de la peau
  • S27 - Peur d'avoir une autre maladie de la peau
  • S28 - Limitation de la fonction ou incapacité (S)
  • S29 - Autre symptôme et plainte de la peau
  • S70 - Zona
  • S71 - Herpes simplex
  • S72 - Gale ou autre acariose
  • S73 - Pédiculose ou autre infestation de la peau
  • S74 - Dermatophytose
  • S75 - Moniliase ou candidose de la peau
  • S76 - Autre maladie infectieuse de la peau
  • S77 - Cancer de la peau
  • S78 - Lipome
  • S79 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée de la peau
  • S80 - Kératose actinique ou coup de soleil
  • S81 - Hémangiome ou lymphangiome
  • S82 - Naevus ou naevus pigmentaire
  • S83 - Autre anomalie congénitale de la peau
  • S84 - Impétigo
  • S85 - Kyste ou fistule pilonidal
  • S86 - Dermatite séborrhéique
  • S87 - Dermatite atopique ou eczéma
  • S88 - Dermatite et allergie de contact
  • S89 - Erythème fessier
  • S90 - Pytiriasis rosé
  • S91 - Psoriasis
  • S92 - Maladie des glandes sudoripares
  • S93 - Kyste sébacé
  • S94 - Ongle incarné
  • S95 - Molluscum contagiosum
  • S96 - Acné
  • S97 - Ulcère chronique de la peau
  • S98 - Urticaire
  • S99 - Autre maladie de la peau
  • T01 - Soif excessive
  • T02 - Appétit excessif
  • T03 - Perte d'appétit
  • T04 - Problème d'alimentation du nourrisson et du petit enfant
  • T05 - Problème d'alimentation de l'adulte
  • T07 - Gain de poids
  • T08 - Perte de poids
  • T10 - Retard de croissance
  • T11 - Déshydratation
  • T26 - Peur d'avoir un cancer du système endocrinien
  • T27 - Peur d'avoir une autre maladie du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T28 - Limitation de la fonction ou incapacité (T)
  • T29 - Autre symptôme et plainte du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T70 - Infection du système endocrinien
  • T71 - Cancer de la thyroïde
  • T72 - Tumeur bénigne de la thyroïde
  • T73 - Tumeur de nature autre ou indéterminée du système endocrine
  • T78 - Canal ou kyste thyréoglosse
  • T80 - Anomalie congénitale du système endocrinien ou métabolique
  • T81 - Goitre
  • T82 - Obésité
  • T83 - Excès pondéral
  • T85 - Hyperthyroïdie ou thyréotoxicose
  • T86 - Hypothyroïdie ou myxœdème
  • T87 - Hypoglycémie
  • T89 - Diabète insulino-dépendant
  • T90 - Diabète non insulino-dépendant
  • T91 - Carence vitaminique ou nutritionnelle
  • T92 - Goutte
  • T93 - Trouble du métabolisme des lipides
  • T99 - Autre maladie endocrine, métabolique ou nutritionnelle
  • U01 - Dysurie ou miction douloureuse
  • U02 - Miction fréquente ou impérieuse
  • U04 - Incontinence urinaire
  • U05 - Autre problème de miction
  • U06 - Hématurie
  • U07 - Autre symptôme et plainte au sujet de l'urine
  • U08 - Rétention d'urine
  • U13 - Autre symptôme et plainte de la vessie
  • U14 - Symptôme et plainte du rein
  • U26 - Peur d'avoir un cancer du système urinaire
  • U27 - Peur d'avoir une autre maladie du système urinaire
  • U28 - Limitation de la fonction ou incapacité (U)
  • U29 - Autre symptôme et plainte urinaire
  • U70 - Pyélonéphrite ou pyélite
  • U71 - Cystite ou autre infection urinaire
  • U72 - Urétrite
  • U75 - Cancer du rein
  • U76 - Cancer de la vessie
  • U77 - Autre cancer urinaire
  • U78 - Tumeur bénigne du tractus urinaire
  • U79 - Tumeur de nature indéterminée du tractus urinaire
  • U80 - Lésion traumatique du tractus urinaire
  • U85 - Anomalie congénitale du tractus urinaire
  • U88 - Glomérulonéphrite ou syndrome néphrotique
  • U90 - Protéinurie orthostatique
  • U95 - Lithiase urinaire
  • U98 - Analyse urinaire anormale NCA
  • U99 - Autre maladie urinaire
  • W01 - Question de grossesse
  • W02 - Peur d'être enceinte
  • W03 - Saignement pendant la grossesse
  • W05 - Nausée ou vomissement de grossesse
  • W10 - Contraception post-coïtale
  • W11 - Contraception orale
  • W12 - Contraception intra-utérine
  • W13 - Stérilisation chez la femme
  • W14 - Autre contraception chez la femme
  • W15 - Stérilité - hypofertilité chez la femme
  • W17 - Saignement du post-partum
  • W18 - Autre symptôme et plainte du post-partum
  • W19 - Symptôme et plainte du sein et de la lactation pendant le post-partum
  • W21 - Préoccupée par la modification de l'image corporelle pendant la grossesse
  • W27 - Peur des complications de la grossesse
  • W28 - Limitation de la fonction ou incapacité (W)
  • W29 - Autre symptôme et plainte de la grossesse
  • W70 - Infection puerpérale, sepsis
  • W71 - Infection compliquant la grossesse
  • W72 - Tumeur maligne en relation avec la grossesse
  • W73 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée en relation avec la grossesse
  • W75 - Lésion traumatique compliquant la grossesse
  • W76 - Anomalie congénitale compliquant la grossesse
  • W78 - Grossesse
  • W79 - Grossesse non désirée
  • W80 - Grossesse ectopique
  • W81 - Toxémie gravidique
  • W82 - Avortement spontané
  • W83 - Avortement provoque
  • W84 - Grossesse a haut risque
  • W85 - Diabète gravidique
  • W90 - Accouchement non complique, enfant vivant
  • W91 - Accouchement non complique, enfant mort
  • W92 - Accouchement complique, enfant vivant
  • W93 - Accouchement complique, enfant mort
  • W94 - Mastite puerpérale
  • W95 - Autre maladie du sein pendant la grossesse et l'allaitement
  • W96 - Autre complication puerpérale
  • W99 - Autre maladie de la grossesse ou de l'accouchement
  • X01 - Douleur génitale chez la femme
  • X02 - Douleur menstruelle
  • X03 - Douleur intermenstruelle
  • X04 - Rapport sexuel douloureux chez la femme
  • X05 - Menstruation absente ou rare
  • X06 - Menstruation excessive
  • X07 - Menstruation irrégulière ou fréquente
  • X08 - Saignement intermenstruel
  • X09 - Symptôme et plainte prémenstruel
  • X10 - Ajournement des menstruations
  • X11 - Symptôme et plainte liés a la ménopause
  • X12 - Saignement de la post-ménopause
  • X13 - Saignement post-coïtal chez la femme
  • X14 - Ecoulement vaginal
  • X15 - Symptôme et plainte du vagin
  • X16 - Symptôme et plainte de la vulve
  • X17 - Symptôme et plainte du petit bassin chez la femme
  • X18 - Douleur du sein chez la femme
  • X19 - Tuméfaction ou masse du sein chez la femme
  • X20 - Symptôme et plainte du mamelon chez la femme
  • X21 - Autre symptôme et plainte du sein chez la femme
  • X22 - Préoccupée par l'apparence des seins
  • X23 - Peur d'une maladie sexuellement transmise chez la femme
  • X24 - Peur d'un dysfonctionnement sexuel chez la femme
  • X25 - Peur d'un cancer génital chez la femme
  • X26 - Peur d'avoir un cancer du sein chez la femme
  • X27 - Peur d'avoir une autre maladie génitale ou du sein chez la femme
  • X28 - Limitation de la fonction ou incapacité (X)
  • X29 - Autre symptôme et plainte génital chez la femme
  • X70 - Syphilis chez la femme
  • X71 - Gonococcie chez la femme
  • X72 - Candidose génitale chez la femme
  • X73 - Trichomonase génitale chez la femme
  • X74 - Maladie inflammatoire pelvienne chez la femme
  • X75 - Cancer du col de l'utérus
  • X76 - Cancer du sein chez la femme
  • X77 - Autre cancer génital chez la femme
  • X78 - Fibrome utérin
  • X79 - Tumeur bénigne du sein chez la femme
  • X80 - Tumeur bénigne génitale chez la femme
  • X81 - Tumeur génitale de natureautre ou indéterminée chez la femme
  • X82 - Lésion traumatique génitale chez la femme
  • X83 - Anomalie génitale congénitale chez la femme
  • X84 - Vaginite ou vulvite NCA
  • X85 - Maladie du col de l'utérus NCA
  • X86 - Frottis de col anormal
  • X87 - Prolapsus utero-vaginal
  • X88 - Maladie fibrokystique du sein
  • X89 - Syndrome de tension prémenstruelle
  • X90 - Herpes génital chez la femme
  • X91 - Condylome acuminé chez la femme
  • X92 - Infection génitale a chlamydia chez la femme
  • X99 - Autre maladie génitale chez la femme
  • Y01 - Douleur du pénis
  • Y02 - Douleur des testicules, du scrotum
  • Y03 - Ecoulement urétral
  • Y04 - Autre symptôme et plainte du pénis
  • Y05 - Autre symptôme et plainte des testicules ou du scrotum
  • Y06 - Symptôme et plainte de la prostate
  • Y07 - Impuissance sexuelle NCA
  • Y08 - Autre symptôme et plainte de la fonction sexuelle chez l'homme
  • Y10 - Stérilité, hypofertilité chez l'homme
  • Y13 - Stérilisation chez l'homme
  • Y14 - Autre planification familiale chez l'homme
  • Y16 - Symptôme et plainte du sein chez l'homme
  • Y24 - Peur d'avoir un dysfonctionnement sexuel chez l'homme
  • Y25 - Peur d'avoir une maladie sexuellement transmise chez l'homme
  • Y26 - Peur d'avoir un cancer génital chez l'homme
  • Y27 - Peur d'avoir une autre maladie du système génital chez l'homme
  • Y28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Y)
  • Y29 - Autre symptôme et plainte génitaux chez l'homme
  • Y70 - Syphilis chez l'homme
  • Y71 - Gonococcie chez l'homme
  • Y72 - Herpes génital chez l'homme
  • Y73 - Prostatite ou vésiculite séminale
  • Y74 - Orchite ou épididymite
  • Y75 - Balanite
  • Y76 - Condylome acuminé chez l'homme
  • Y77 - Cancer de la prostate
  • Y78 - Autre cancer génital chez l'homme
  • Y79 - Tumeur génitale de nature bénigne ou indéterminée chez l'homme
  • Y80 - Lésion traumatique génitale chez l'homme
  • Y81 - Phimosis ou hypertrophie du prépuce
  • Y82 - Hypospadias
  • Y83 - Ectopie testiculaire
  • Y84 - Autre anomalie congénitale chez l'homme
  • Y85 - Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Y86 - Hydrocèle
  • Y99 - Autre maladie génitale chez l'homme
  • Z01 - Pauvreté ou problème économique
  • Z02 - Problème d'eau ou de nourriture
  • Z03 - Problème d'habitat ou de voisinage
  • Z04 - Problème socioculturel
  • Z05 - Problème de travail
  • Z06 - Problème de non emploi
  • Z07 - Problème d'éducation
  • Z08 - Problème de protection sociale
  • Z09 - Problème légal
  • Z10 - Problème relatif au système de soins de santé
  • Z11 - Problème du fait d'être malade ou de compliance thérapeutique
  • Z12 - Problème de relation entre partenaires
  • Z13 - Problème de comportement du partenaire
  • Z14 - Problème du à la maladie du partenaire
  • Z15 - Perte ou décès du partenaire
  • Z16 - Problème de relation avec un enfant
  • Z18 - Problème du à la maladie d'un enfant
  • Z19 - Perte ou décès d'un enfant
  • Z20 - Problème de relation avec un autre parent ou membre de la famille
  • Z21 - Problème de comportement d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z22 - Problème du à la maladie d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z23 - Perte ou décès d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z24 - Problème de relation avec un ami
  • Z25 - Agression ou évènement nocif
  • Z27 - Peur d'avoir un problème social
  • Z28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Z)
  • Z29 - Problème social NCA
Titre du TFEAbstract du TFEAuteur du TFEUniversitéDocuments du TFEDescripteur du TFEMise en valeur du TFE
Amélioration de la prise en charge de l'hyponatrémie de la personne âgée en médecine générale
Amélioration de la prise en charge de l'hyponatrémie de la personne âgée en médecine générale
Hakem - SamiraUniversité catholique de Louvain
Associations en médecine générale : facilitation à l'association et aide à la création d'une maison médicale
Associations en médecine générale : facilitation à l'association et aide à la création d'une maison médicale
Catala - JulieUniversité catholique de Louvain
La migraine en médecine générale : prise en charge et impact sur la qualité de vie des patients
La migraine en médecine générale : prise en charge et impact sur la qualité de vie des patients
Thomas - StéphanieUniversité catholique de Louvain
Infections urinaires chez la femme de plus de 65 ans : diagnostic, traitement et suivi en médecine générale
Infections urinaires chez la femme de plus de 65 ans : diagnostic, traitement et suivi en médecine générale
Simon - CélineUniversité catholique de Louvain
Rhumatologie générale : traitements conservateurs à la disposition du médecin généraliste
Rhumatologie générale : traitements conservateurs à la disposition du médecin généraliste
Vanstapel - CarolineUniversité catholique de Louvain
Risques et réduction des risques liés à la consommation de cannabis en médecine générale
Risques et réduction des risques liés à la consommation de cannabis en médecine générale
Ugnon-coussioz - AlexandreUniversité catholique de Louvain
L'hypnose dans la prise en charge des douleurs chroniques en médecine générale
L'hypnose dans la prise en charge des douleurs chroniques en médecine générale
Rouam - SophieUniversité catholique de Louvain
Les diffilcultés diagnostiques de la borréliose de Lyme en médecine générale
Les diffilcultés diagnostiques de la borréliose de Lyme en médecine générale
Abouhali - MeriemeUniversité catholique de Louvain
Élaboration d'un outil pour la surveillance de la toxicité médicamenteuse et le suivi thérapeutique par biologie sanguine en médecine générale
Élaboration d'un outil pour la surveillance de la toxicité médicamenteuse et le suivi thérapeutique par biologie sanguine en médecine générale
Fouret - GuillaumeUniversité catholique de Louvain
Place des conseils hygiéno-diététiques et du traitement médicamenteux dans la prise en charge du syndrome de l'intestin irritable en médecine générale
Place des conseils hygiéno-diététiques et du traitement médicamenteux dans la prise en charge du syndrome de l'intestin irritable en médecine générale
Mahieu - DelphineUniversité catholique de Louvain
Dépistage de la fragilité de la personne âgée "pré-gériatrique" et gériatrique" par une procédure créée au sein d'un cabinet et de médecine générale
Dépistage de la fragilité de la personne âgée "pré-gériatrique" et gériatrique" par une procédure créée au sein d'un cabinet et de médecine générale
Bienaimé - MarieUniversité catholique de Louvain
Le projet thérapeutique pour nos patients âgés en médecine générale : choisir et décider... : comment et avec qui ?
Le projet thérapeutique pour nos patients âgés en médecine générale : choisir et décider... : comment et avec qui ?
Kaberghs - PaulineUniversité catholique de Louvain
Les limitations à la prise en charge adéquate de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Les limitations à la prise en charge adéquate de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Barclay - CatrionaUniversité catholique de Louvain
La vaccination infantile remise en question, dans une pratique de médecine générale en Fédération Wallonie-Bruxelles
La vaccination infantile remise en question, dans une pratique de médecine générale en Fédération Wallonie-Bruxelles
Spoden - JulieUniversité catholique de Louvain
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Guifo - StéphaneUniversité catholique de Louvain
La prise en charge de l'insomnie chronique en médecine générale : du diagnostic au traitement non médicamenteux
La prise en charge de l'insomnie chronique en médecine générale : du diagnostic au traitement non médicamenteux
Charpentier - PascalineUniversité catholique de Louvain
Pourquoi intégrer la médecine environnementale dans le quotidien du médecin généraliste ?
Pourquoi intégrer la médecine environnementale dans le quotidien du médecin généraliste ?
Bernard - DorothéeUniversité catholique de Louvain
Amélioration de la qualité des soins face à la toux chez l'enfant : guidelines et facteurs influençant la pratique au Centre de médecine générale d'urgences
Amélioration de la qualité des soins face à la toux chez l'enfant : guidelines et facteurs influençant la pratique au Centre de médecine générale d'urgences
Dromelet - EstelleUniversité catholique de Louvain
L'hépatite C en médecine générale : quelle place a le médecin généraliste dans un contexte de (r)évolution du traitement de l'hépatite C chronique /
L'hépatite C en médecine générale : quelle place a le médecin généraliste dans un contexte de (r)évolution du traitement de l'hépatite C chronique /
Nguyen quynh nhu - DoanUniversité catholique de Louvain
Aborder la dimension du "travail" en médecine générale ? Étude qualitative sur les perceptions de la relation travail-santé, du rôle du médecin généraliste, des patients, des difficultés et des outils existants, regard croisé entre médecins généralistes et patients
Aborder la dimension du "travail" en médecine générale ? Étude qualitative sur les perceptions de la relation travail-santé, du rôle du médecin généraliste, des patients, des difficultés et des outils existants, regard croisé entre médecins généralistes et patients
Vandermotten - IngridUniversité catholique de Louvain
La prescription raisonnée de calcium et de vitamine D en médecine générale chez les patients âgés de plus de 60 ans et plus, en prévention primaire des fractures
La prescription raisonnée de calcium et de vitamine D en médecine générale chez les patients âgés de plus de 60 ans et plus, en prévention primaire des fractures
Carausu - Julieta-jacquelineUniversité catholique de Louvain
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Bindels - Florence bindelsUniversité catholique de Louvain
Faciliter la prise en charge de la consultation à motifs multiples : enquête qualitative auprès de médecins bruxellois
Faciliter la prise en charge de la consultation à motifs multiples : enquête qualitative auprès de médecins bruxellois
Ben moussa - IkramUniversité catholique de Louvain
Mise au point sur la démarche diagnostique face aux dysthyroïdies dans le but d'élaborer un outil d'aide aux médecins généralistes : enquête auprès de dix endocrinologues dans la province du Hainaut et septante médecins généralistes
Mise au point sur la démarche diagnostique face aux dysthyroïdies dans le but d'élaborer un outil d'aide aux médecins généralistes : enquête auprès de dix endocrinologues dans la province du Hainaut et septante médecins généralistes
De smet - MargotUniversité catholique de Louvain
Quel dépistage de la fragilité des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile et suivies en maison médicale
Quel dépistage de la fragilité des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile et suivies en maison médicale
Vos - SophieUniversité catholique de Louvain
Mise au point sur l'infiltration articulaire de corticoïde/anesthésique local dans la lombalgie chronique commune d'origine sacro-iliaque non inflammatoire, non infectieuse
Mise au point sur l'infiltration articulaire de corticoïde/anesthésique local dans la lombalgie chronique commune d'origine sacro-iliaque non inflammatoire, non infectieuse
Zacchello - AngeloUniversité catholique de Louvain
Étude du bien-être du médecin généraliste et de l'intérêt de l'apport de la mindfulness dans la gestion du stress : focus groupe au sein d'un groupe de médecins généralistes de Liège et revue de la littérature
Étude du bien-être du médecin généraliste et de l'intérêt de l'apport de la mindfulness dans la gestion du stress : focus groupe au sein d'un groupe de médecins généralistes de Liège et revue de la littérature
Adam - CéliaUniversité catholique de Louvain
Sédation pallative continue à domicile : une alternative ?
Sédation pallative continue à domicile : une alternative ?
Screve - JulieUniversité catholique de Louvain
Immunosuppresseurs et généralistes : outils pour un duo gagnant
Immunosuppresseurs et généralistes : outils pour un duo gagnant
De meyer - AurélieUniversité catholique de Louvain
Promotion de la prévention quaternaire par la création d'une plateforme internet
Promotion de la prévention quaternaire par la création d'une plateforme internet
Neuwels - LaraUniversité catholique de Louvain
La vaccination, prise en grippe ? Protocole d'assurance de qualité et étude qualitative
La vaccination, prise en grippe ? Protocole d'assurance de qualité et étude qualitative
Soltysik - CédricUniversité catholique de Louvain
Chez un patient en phase terminale, la sédation comme alternative thérapeutique pour soulager une souffrance devenue intolérable
Chez un patient en phase terminale, la sédation comme alternative thérapeutique pour soulager une souffrance devenue intolérable
Goffin - MarieUniversité catholique de Louvain
Analyse de la prescription d'antidépresseurs au sein des maisons de repos bruxelloises
Analyse de la prescription d'antidépresseurs au sein des maisons de repos bruxelloises
Barbier - PaulineUniversité catholique de Louvain
Rôle du médecin généraliste lors de la première consultation d'une femme enceinte : comparaison entre l'Evidence-Based Medicine et la pratique dans la région d'Arlon
Rôle du médecin généraliste lors de la première consultation d'une femme enceinte : comparaison entre l'Evidence-Based Medicine et la pratique dans la région d'Arlon
Slegten - FloreUniversité catholique de Louvain
les exanthèmes chez l'adulte: approche sémiologique et diagnostique
les exanthèmes chez l'adulte: approche sémiologique et diagnostique
Boxus - ValérieUniversité catholique de Louvain
Les rôles du généraliste envers les aidants proches des personnes âgées dépendantes vivant au domicile
Les rôles du généraliste envers les aidants proches des personnes âgées dépendantes vivant au domicile
Misson - OphélieUniversité catholique de Louvain
certificat de non contre-indication au sport: évaluation cardiovasculaire pour une délivrance réfléchie
certificat de non contre-indication au sport: évaluation cardiovasculaire pour une délivrance réfléchie
Carmelo - HernandezUniversité catholique de Louvain
Prise en charge du patient noir hypertendu
Prise en charge du patient noir hypertendu
Muzembe - J-lUniversité catholique de Louvain
Comment améliorer la compliance au traitement des patients diabetiques pendant le ramadan
Comment améliorer la compliance au traitement des patients diabetiques pendant le ramadan
Mallali - NadiaUniversité catholique de Louvain
le suivi du patient alcoolo-dépendant désinséré en médecine générale
le suivi du patient alcoolo-dépendant désinséré en médecine générale
Hanquet - MélanieUniversité catholique de Louvain
diagnostic et approche thérapeutique médicamenteuse de la dépression chez l'adulte en médecine générale
diagnostic et approche thérapeutique médicamenteuse de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Haerten - FlorenceUniversité catholique de Louvain
la prise en charge en médecine générale des pratiques addictives de l'adolescent
la prise en charge en médecine générale des pratiques addictives de l'adolescent
Niemants - JulienUniversité catholique de Louvain
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions /
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions /
Kassel - MaudeUniversité catholique de Louvain
Les compétences culturelles en médecine générale : définition, apports, limites
Les compétences culturelles en médecine générale : définition, apports, limites
Stouffs - ClaireUniversité catholique de Louvain
Pour une médecine générale écologiquement et socialement plus éthique
Pour une médecine générale écologiquement et socialement plus éthique
Guns - SimonUniversité catholique de Louvain
la prise en charge du tremblement en médecine générale
la prise en charge du tremblement en médecine générale
Dufaux - MarjorieUniversité catholique de Louvain
La prévention de l'obésité infantile en médecine générale
La prévention de l'obésité infantile en médecine générale
Boon-falleur - AlyetteUniversité catholique de Louvain
Les soins de plaies en médecine générale
Les soins de plaies en médecine générale
Maury - CoralieUniversité catholique de Louvain
Les urgences psychiatriques en médecine générale
Les urgences psychiatriques en médecine générale
Restu - PerrineUniversité catholique de Louvain
Traumatologie en médecine générale
Traumatologie en médecine générale
Christophe - CecileUniversité catholique de Louvain
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Bindels - FlorenceUniversité catholique de Louvain
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Guifo - StéphaneUniversité catholique de Louvain
Mise au point : l'intérêt des probiotiques dans les diarrhées en médecine générale
Mise au point : l'intérêt des probiotiques dans les diarrhées en médecine générale
Marbaix - CharlineUniversité catholique de Louvain
Dépistage et prévention en médecine générale: un outil partique à l'usage du généraliste
Dépistage et prévention en médecine générale: un outil partique à l'usage du généraliste
Marchal - MarieUniversité catholique de Louvain
La place de la spirométrie en médecine générale : travail de fin d'étude
La place de la spirométrie en médecine générale : travail de fin d'étude
Balster - Anouk-sophiaUniversité catholique de Louvain
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions
Kassel - MaudeUniversité catholique de Louvain
Evaluation de la place du médecin généraliste dans la prise en charge de l'obésité par chirurgie bariatrique
Evaluation de la place du médecin généraliste dans la prise en charge de l'obésité par chirurgie bariatrique
Nyiransabimana - ClaudineUniversité catholique de Louvain
Ostéoporose: les outils de prévention, diagnostic et de décision thérapeutique du risque fracturaire osseux
Ostéoporose: les outils de prévention, diagnostic et de décision thérapeutique du risque fracturaire osseux
Kabangu - CécileUniversité catholique de Louvain
la chirurgie en médecine générale: les actes chirurgicaux et le suivi de plaie post opératoire
la chirurgie en médecine générale: les actes chirurgicaux et le suivi de plaie post opératoire
Mossi wanse - GustaveUniversité catholique de Louvain
quels outils proposer au médecin généraliste pour la prise en charge des troubles de la statique chez l'enfant? Reflexion sur la scoliose idiopathique de l'adolescent et sur le pied plat flexible de l'enfant
quels outils proposer au médecin généraliste pour la prise en charge des troubles de la statique chez l'enfant? Reflexion sur la scoliose idiopathique de l'adolescent et sur le pied plat flexible de l'enfant
Jonckheere - CamilleUniversité catholique de Louvain
et si le pied était coupable, que faire?
et si le pied était coupable, que faire?
Coché - SarahUniversité catholique de Louvain
la vaccination anti-pneumococcique chez l'adulte en 2016: une prescription réflechie
la vaccination anti-pneumococcique chez l'adulte en 2016: une prescription réflechie
Baudour - LaureUniversité catholique de Louvain
la prise en charge de la toux chronique de l'adulte en médecine générale
la prise en charge de la toux chronique de l'adulte en médecine générale
Stumper - Paul egideUniversité catholique de Louvain
"Devenir et rester Médecin généraliste" Jongler avec formation et organisation, colorier la relation, oser la création
"Devenir et rester Médecin généraliste" Jongler avec formation et organisation, colorier la relation, oser la création
Debucquois - LaureUniversité catholique de Louvain
formation en médecine générale et pédagogie: un gage de qualité
formation en médecine générale et pédagogie: un gage de qualité
Houillon - GaëtanUniversité catholique de Louvain
les vertiges en médecine générale: approche diagnostique structurée et prise en charge adaptée
les vertiges en médecine générale: approche diagnostique structurée et prise en charge adaptée
Sents - AurélieUniversité catholique de Louvain
urgences urologiques chez l'adulte en médecine générale
urgences urologiques chez l'adulte en médecine générale
Vandenbroucke - JulieUniversité catholique de Louvain
Evaluation de l'utilisation de la metformine dans le traitement de l'obésité chez les patients non diabétiques et non insulino-résistants
Evaluation de l'utilisation de la metformine dans le traitement de l'obésité chez les patients non diabétiques et non insulino-résistants
Simon - Marie-franceUniversité catholique de Louvain
Tabac et adolescence: prévention et accompagnement. Quel rôle pour le médecin généraliste?
Tabac et adolescence: prévention et accompagnement. Quel rôle pour le médecin généraliste?
Francescangeli - LauraUniversité catholique de Louvain
la pathologie ophtalmologique au cabinet du médecin de famille
la pathologie ophtalmologique au cabinet du médecin de famille
Payen - LaurenceUniversité catholique de Louvain
les enfants d'aujourd'hui, nos patients de demain
les enfants d'aujourd'hui, nos patients de demain
Nguyen - Duy dat françoisUniversité catholique de Louvain
Prescription d'une contraceptin orale chez l'adolescente à visé non contraceptive en médecine générale
Prescription d'une contraceptin orale chez l'adolescente à visé non contraceptive en médecine générale
Pulinckx - CécileUniversité catholique de Louvain
l'imaginaier du VIH/SIDA au sein de la population d'immigrés d'Afrique Subsaharienne en Belgique et en europe
l'imaginaier du VIH/SIDA au sein de la population d'immigrés d'Afrique Subsaharienne en Belgique et en europe
Mubagwa - LindaUniversité catholique de Louvain
Traitement hormonale de la ménopause: risques et bénéfices
Traitement hormonale de la ménopause: risques et bénéfices
Jacmin - CharlotteUniversité catholique de Louvain
le suivi gynécologique en médecine générale
le suivi gynécologique en médecine générale
Van nieuwenhove - RuthUniversité catholique de Louvain
Dépistage par dosage de marqueurs tumoraux. Lorsque le cas clinique invite à la réflexion
Dépistage par dosage de marqueurs tumoraux. Lorsque le cas clinique invite à la réflexion
Delaire - GwenaëlleUniversité catholique de Louvain
Enceinte et bien dans son assiette! Aspects nutritionnels du suivi grossesse par le médecin généraliste
Enceinte et bien dans son assiette! Aspects nutritionnels du suivi grossesse par le médecin généraliste
Gallez - AlexandraUniversité catholique de Louvain
la prévention de l'ostéoporose; évitons que la chute ne soit douloureuse
la prévention de l'ostéoporose; évitons que la chute ne soit douloureuse
Trefois - MegaliUniversité catholique de Louvain
l'hopital de jour gériatrique: un outil pour le médecin généraliste
l'hopital de jour gériatrique: un outil pour le médecin généraliste
Laurent - SebastianUniversité catholique de Louvain
La prise en charge de l'anémie chez la personne âgée
La prise en charge de l'anémie chez la personne âgée
Dehareng - FrançoiseUniversité catholique de Louvain
L'invention des maladies: le nouvel atout marketing des firmes pharmaceutique
L'invention des maladies: le nouvel atout marketing des firmes pharmaceutique
Hanen - LaurentUniversité catholique de Louvain
La carence en vitamine D: Cause, conséquence et supplémentation
La carence en vitamine D: Cause, conséquence et supplémentation
Blaise - MelanieUniversité catholique de Louvain
Prise en charge d'urgences pédiatriques en médecine générale
Prise en charge d'urgences pédiatriques en médecine générale
Debruyne - BenoïtUniversité catholique de Louvain
Détection ambulatoire des souffles systoliques
Détection ambulatoire des souffles systoliques
Francart - PatrickUniversité catholique de Louvain
la place du médecin généraliste dans la prise en charge au long cours du patient infecté par le VIH
la place du médecin généraliste dans la prise en charge au long cours du patient infecté par le VIH
Azanga - NaliniUniversité catholique de Louvain
La procédure de mise en observation: quand la médecine rejoint le droit
La procédure de mise en observation: quand la médecine rejoint le droit
Leonardy - NicolasUniversité catholique de Louvain
les pathologies des voyages les plus fréquemment rencontrées en Belgique en médecine générale: de leur prévention à leur prise en charge
les pathologies des voyages les plus fréquemment rencontrées en Belgique en médecine générale: de leur prévention à leur prise en charge
Gillon - AmandineUniversité catholique de Louvain
insuffisance rénale en cabinet insormatisé de médecine générale: détection et implications en pharmacovigilance
insuffisance rénale en cabinet insormatisé de médecine générale: détection et implications en pharmacovigilance
Fokoua mouafo - Celestin huguesUniversité catholique de Louvain
Mesures d'éviction des allergènes les plus fréquents. Conseils et astuces aux patients allergiques
Mesures d'éviction des allergènes les plus fréquents. Conseils et astuces aux patients allergiques
El yassini - SahidaUniversité catholique de Louvain
Analyse des aspects de l'éducation hygiéno-diététique en prévention primaire en médecine générale
Analyse des aspects de l'éducation hygiéno-diététique en prévention primaire en médecine générale
Bourcier - ElodieUniversité catholique de Louvain
L'amélioration de la prise en charge par les médecins généralistes des crises sanitaires environnementales: les leçons de l'affaire de Mellery
L'amélioration de la prise en charge par les médecins généralistes des crises sanitaires environnementales: les leçons de l'affaire de Mellery
Herck - FredericUniversité catholique de Louvain
les allergies médicamenteuses
les allergies médicamenteuses
Bononge - BethyUniversité catholique de Louvain
l'assurance de qualité dans la prise en charge du diabete sucré de type 2 en médecine générale
l'assurance de qualité dans la prise en charge du diabete sucré de type 2 en médecine générale
Kozbial - PiotrUniversité catholique de Louvain
prise en charge de la colopathie fonctionnelle
prise en charge de la colopathie fonctionnelle
Zeghli - IbrahimUniversité catholique de Louvain
la maltraitance des personnes âgées
la maltraitance des personnes âgées
Letot - ChristianUniversité catholique de Louvain
La prise en charge des enfants en surpoids en médecine générale
La prise en charge des enfants en surpoids en médecine générale
Momjian - GaroUniversité catholique de Louvain
collaboraton généraliste-pharmacien: comment optimaliser la prise de médicaments chez la personne âgée polymédiquée
collaboraton généraliste-pharmacien: comment optimaliser la prise de médicaments chez la personne âgée polymédiquée
Jennes - EvaUniversité catholique de Louvain
prévention et dépistage du cancer colorectal en médecine générale
prévention et dépistage du cancer colorectal en médecine générale
Venet - MickaelUniversité catholique de Louvain
Mesures ambulatoire de la pression artérielle dansle diagnostic et le suivi de l'hypertension artérielle en médecine générale
Mesures ambulatoire de la pression artérielle dansle diagnostic et le suivi de l'hypertension artérielle en médecine générale
Plompteux - NatalieUniversité catholique de Louvain
Prévention des interactions médicamenteuses en médecine générale
Prévention des interactions médicamenteuses en médecine générale
Mulimbi - ChristelleUniversité catholique de Louvain
Carence en vitamine D: une pandémie facilement éradicable en médecine de 1ere ligne
Carence en vitamine D: une pandémie facilement éradicable en médecine de 1ere ligne
Philippart de foy - Jean-michelUniversité catholique de Louvain
Internet, le médecin généraliste et le patient. Nouveau ménage à trois?
Internet, le médecin généraliste et le patient. Nouveau ménage à trois?
Leroy - MarcUniversité catholique de Louvain
l'administration de biens des personnes agées
l'administration de biens des personnes agées
Cecchi - IngridUniversité catholique de Louvain
les opioides dans la douleur chronique non cancereuse en médecine générale
les opioides dans la douleur chronique non cancereuse en médecine générale
Lamrini - KhadijaUniversité catholique de Louvain
prise en charge du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité chez l'enfant
prise en charge du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité chez l'enfant
Aubry - FrançoisUniversité catholique de Louvain
hygiene bucco-dentaire dans la petite enfance: prévention et dépistae de la carie dentaire en médecine générale
hygiene bucco-dentaire dans la petite enfance: prévention et dépistae de la carie dentaire en médecine générale
Poels - AnneleenUniversité catholique de Louvain
Faut-il modifier le traitement antihypertenseur chez le sujet noir?
Faut-il modifier le traitement antihypertenseur chez le sujet noir?
Lamba - TinaUniversité catholique de Louvain
traitement des pathologies de médecine générale pendant la grossesse
traitement des pathologies de médecine générale pendant la grossesse
Hennart - DorothéeUniversité catholique de Louvain
Amélioration de la prise en charge de l'hyponatrémie de la personne âgée en médecine générale
Amélioration de la prise en charge de l'hyponatrémie de la personne âgée en médecine générale
Hakem - SamiraUniversité catholique de Louvain
Associations en médecine générale : facilitation à l'association et aide à la création d'une maison médicale
Associations en médecine générale : facilitation à l'association et aide à la création d'une maison médicale
Catala - JulieUniversité catholique de Louvain
La migraine en médecine générale : prise en charge et impact sur la qualité de vie des patients
La migraine en médecine générale : prise en charge et impact sur la qualité de vie des patients
Thomas - StéphanieUniversité catholique de Louvain
Infections urinaires chez la femme de plus de 65 ans : diagnostic, traitement et suivi en médecine générale
Infections urinaires chez la femme de plus de 65 ans : diagnostic, traitement et suivi en médecine générale
Simon - CélineUniversité catholique de Louvain
Rhumatologie générale : traitements conservateurs à la disposition du médecin généraliste
Rhumatologie générale : traitements conservateurs à la disposition du médecin généraliste
Vanstapel - CarolineUniversité catholique de Louvain
Risques et réduction des risques liés à la consommation de cannabis en médecine générale
Risques et réduction des risques liés à la consommation de cannabis en médecine générale
Ugnon-coussioz - AlexandreUniversité catholique de Louvain
L'hypnose dans la prise en charge des douleurs chroniques en médecine générale
L'hypnose dans la prise en charge des douleurs chroniques en médecine générale
Rouam - SophieUniversité catholique de Louvain
Les diffilcultés diagnostiques de la borréliose de Lyme en médecine générale
Les diffilcultés diagnostiques de la borréliose de Lyme en médecine générale
Abouhali - MeriemeUniversité catholique de Louvain
Élaboration d'un outil pour la surveillance de la toxicité médicamenteuse et le suivi thérapeutique par biologie sanguine en médecine générale
Élaboration d'un outil pour la surveillance de la toxicité médicamenteuse et le suivi thérapeutique par biologie sanguine en médecine générale
Fouret - GuillaumeUniversité catholique de Louvain
Place des conseils hygiéno-diététiques et du traitement médicamenteux dans la prise en charge du syndrome de l'intestin irritable en médecine générale
Place des conseils hygiéno-diététiques et du traitement médicamenteux dans la prise en charge du syndrome de l'intestin irritable en médecine générale
Mahieu - DelphineUniversité catholique de Louvain
Dépistage de la fragilité de la personne âgée "pré-gériatrique" et gériatrique" par une procédure créée au sein d'un cabinet et de médecine générale
Dépistage de la fragilité de la personne âgée "pré-gériatrique" et gériatrique" par une procédure créée au sein d'un cabinet et de médecine générale
Bienaimé - MarieUniversité catholique de Louvain
Le projet thérapeutique pour nos patients âgés en médecine générale : choisir et décider... : comment et avec qui ?
Le projet thérapeutique pour nos patients âgés en médecine générale : choisir et décider... : comment et avec qui ?
Kaberghs - PaulineUniversité catholique de Louvain
Les limitations à la prise en charge adéquate de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Les limitations à la prise en charge adéquate de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Barclay - CatrionaUniversité catholique de Louvain
La vaccination infantile remise en question, dans une pratique de médecine générale en Fédération Wallonie-Bruxelles
La vaccination infantile remise en question, dans une pratique de médecine générale en Fédération Wallonie-Bruxelles
Spoden - JulieUniversité catholique de Louvain
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Guifo - StéphaneUniversité catholique de Louvain
La prise en charge de l'insomnie chronique en médecine générale : du diagnostic au traitement non médicamenteux
La prise en charge de l'insomnie chronique en médecine générale : du diagnostic au traitement non médicamenteux
Charpentier - PascalineUniversité catholique de Louvain
Pourquoi intégrer la médecine environnementale dans le quotidien du médecin généraliste ?
Pourquoi intégrer la médecine environnementale dans le quotidien du médecin généraliste ?
Bernard - DorothéeUniversité catholique de Louvain
Amélioration de la qualité des soins face à la toux chez l'enfant : guidelines et facteurs influençant la pratique au Centre de médecine générale d'urgences
Amélioration de la qualité des soins face à la toux chez l'enfant : guidelines et facteurs influençant la pratique au Centre de médecine générale d'urgences
Dromelet - EstelleUniversité catholique de Louvain
L'hépatite C en médecine générale : quelle place a le médecin généraliste dans un contexte de (r)évolution du traitement de l'hépatite C chronique /
L'hépatite C en médecine générale : quelle place a le médecin généraliste dans un contexte de (r)évolution du traitement de l'hépatite C chronique /
Nguyen quynh nhu - DoanUniversité catholique de Louvain
Aborder la dimension du "travail" en médecine générale ? Étude qualitative sur les perceptions de la relation travail-santé, du rôle du médecin généraliste, des patients, des difficultés et des outils existants, regard croisé entre médecins généralistes et patients
Aborder la dimension du "travail" en médecine générale ? Étude qualitative sur les perceptions de la relation travail-santé, du rôle du médecin généraliste, des patients, des difficultés et des outils existants, regard croisé entre médecins généralistes et patients
Vandermotten - IngridUniversité catholique de Louvain
La prescription raisonnée de calcium et de vitamine D en médecine générale chez les patients âgés de plus de 60 ans et plus, en prévention primaire des fractures
La prescription raisonnée de calcium et de vitamine D en médecine générale chez les patients âgés de plus de 60 ans et plus, en prévention primaire des fractures
Carausu - Julieta-jacquelineUniversité catholique de Louvain
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Bindels - Florence bindelsUniversité catholique de Louvain
Faciliter la prise en charge de la consultation à motifs multiples : enquête qualitative auprès de médecins bruxellois
Faciliter la prise en charge de la consultation à motifs multiples : enquête qualitative auprès de médecins bruxellois
Ben moussa - IkramUniversité catholique de Louvain
Mise au point sur la démarche diagnostique face aux dysthyroïdies dans le but d'élaborer un outil d'aide aux médecins généralistes : enquête auprès de dix endocrinologues dans la province du Hainaut et septante médecins généralistes
Mise au point sur la démarche diagnostique face aux dysthyroïdies dans le but d'élaborer un outil d'aide aux médecins généralistes : enquête auprès de dix endocrinologues dans la province du Hainaut et septante médecins généralistes
De smet - MargotUniversité catholique de Louvain
Quel dépistage de la fragilité des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile et suivies en maison médicale
Quel dépistage de la fragilité des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile et suivies en maison médicale
Vos - SophieUniversité catholique de Louvain
Mise au point sur l'infiltration articulaire de corticoïde/anesthésique local dans la lombalgie chronique commune d'origine sacro-iliaque non inflammatoire, non infectieuse
Mise au point sur l'infiltration articulaire de corticoïde/anesthésique local dans la lombalgie chronique commune d'origine sacro-iliaque non inflammatoire, non infectieuse
Zacchello - AngeloUniversité catholique de Louvain
Étude du bien-être du médecin généraliste et de l'intérêt de l'apport de la mindfulness dans la gestion du stress : focus groupe au sein d'un groupe de médecins généralistes de Liège et revue de la littérature
Étude du bien-être du médecin généraliste et de l'intérêt de l'apport de la mindfulness dans la gestion du stress : focus groupe au sein d'un groupe de médecins généralistes de Liège et revue de la littérature
Adam - CéliaUniversité catholique de Louvain
Sédation pallative continue à domicile : une alternative ?
Sédation pallative continue à domicile : une alternative ?
Screve - JulieUniversité catholique de Louvain
Immunosuppresseurs et généralistes : outils pour un duo gagnant
Immunosuppresseurs et généralistes : outils pour un duo gagnant
De meyer - AurélieUniversité catholique de Louvain
Promotion de la prévention quaternaire par la création d'une plateforme internet
Promotion de la prévention quaternaire par la création d'une plateforme internet
Neuwels - LaraUniversité catholique de Louvain
La vaccination, prise en grippe ? Protocole d'assurance de qualité et étude qualitative
La vaccination, prise en grippe ? Protocole d'assurance de qualité et étude qualitative
Soltysik - CédricUniversité catholique de Louvain
Chez un patient en phase terminale, la sédation comme alternative thérapeutique pour soulager une souffrance devenue intolérable
Chez un patient en phase terminale, la sédation comme alternative thérapeutique pour soulager une souffrance devenue intolérable
Goffin - MarieUniversité catholique de Louvain
Analyse de la prescription d'antidépresseurs au sein des maisons de repos bruxelloises
Analyse de la prescription d'antidépresseurs au sein des maisons de repos bruxelloises
Barbier - PaulineUniversité catholique de Louvain
Rôle du médecin généraliste lors de la première consultation d'une femme enceinte : comparaison entre l'Evidence-Based Medicine et la pratique dans la région d'Arlon
Rôle du médecin généraliste lors de la première consultation d'une femme enceinte : comparaison entre l'Evidence-Based Medicine et la pratique dans la région d'Arlon
Slegten - FloreUniversité catholique de Louvain
les exanthèmes chez l'adulte: approche sémiologique et diagnostique
les exanthèmes chez l'adulte: approche sémiologique et diagnostique
Boxus - ValérieUniversité catholique de Louvain
Les rôles du généraliste envers les aidants proches des personnes âgées dépendantes vivant au domicile
Les rôles du généraliste envers les aidants proches des personnes âgées dépendantes vivant au domicile
Misson - OphélieUniversité catholique de Louvain
certificat de non contre-indication au sport: évaluation cardiovasculaire pour une délivrance réfléchie
certificat de non contre-indication au sport: évaluation cardiovasculaire pour une délivrance réfléchie
Carmelo - HernandezUniversité catholique de Louvain
Prise en charge du patient noir hypertendu
Prise en charge du patient noir hypertendu
Muzembe - J-lUniversité catholique de Louvain
Comment améliorer la compliance au traitement des patients diabetiques pendant le ramadan
Comment améliorer la compliance au traitement des patients diabetiques pendant le ramadan
Mallali - NadiaUniversité catholique de Louvain
le suivi du patient alcoolo-dépendant désinséré en médecine générale
le suivi du patient alcoolo-dépendant désinséré en médecine générale
Hanquet - MélanieUniversité catholique de Louvain
diagnostic et approche thérapeutique médicamenteuse de la dépression chez l'adulte en médecine générale
diagnostic et approche thérapeutique médicamenteuse de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Haerten - FlorenceUniversité catholique de Louvain
la prise en charge en médecine générale des pratiques addictives de l'adolescent
la prise en charge en médecine générale des pratiques addictives de l'adolescent
Niemants - JulienUniversité catholique de Louvain
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions /
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions /
Kassel - MaudeUniversité catholique de Louvain
Les compétences culturelles en médecine générale : définition, apports, limites
Les compétences culturelles en médecine générale : définition, apports, limites
Stouffs - ClaireUniversité catholique de Louvain
Pour une médecine générale écologiquement et socialement plus éthique
Pour une médecine générale écologiquement et socialement plus éthique
Guns - SimonUniversité catholique de Louvain
la prise en charge du tremblement en médecine générale
la prise en charge du tremblement en médecine générale
Dufaux - MarjorieUniversité catholique de Louvain
La prévention de l'obésité infantile en médecine générale
La prévention de l'obésité infantile en médecine générale
Boon-falleur - AlyetteUniversité catholique de Louvain
Les soins de plaies en médecine générale
Les soins de plaies en médecine générale
Maury - CoralieUniversité catholique de Louvain
Les urgences psychiatriques en médecine générale
Les urgences psychiatriques en médecine générale
Restu - PerrineUniversité catholique de Louvain
Traumatologie en médecine générale
Traumatologie en médecine générale
Christophe - CecileUniversité catholique de Louvain
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Bindels - FlorenceUniversité catholique de Louvain
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Guifo - StéphaneUniversité catholique de Louvain
Mise au point : l'intérêt des probiotiques dans les diarrhées en médecine générale
Mise au point : l'intérêt des probiotiques dans les diarrhées en médecine générale
Marbaix - CharlineUniversité catholique de Louvain
Dépistage et prévention en médecine générale: un outil partique à l'usage du généraliste
Dépistage et prévention en médecine générale: un outil partique à l'usage du généraliste
Marchal - MarieUniversité catholique de Louvain
La place de la spirométrie en médecine générale : travail de fin d'étude
La place de la spirométrie en médecine générale : travail de fin d'étude
Balster - Anouk-sophiaUniversité catholique de Louvain
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions
Kassel - MaudeUniversité catholique de Louvain
Evaluation de la place du médecin généraliste dans la prise en charge de l'obésité par chirurgie bariatrique
Evaluation de la place du médecin généraliste dans la prise en charge de l'obésité par chirurgie bariatrique
Nyiransabimana - ClaudineUniversité catholique de Louvain
Ostéoporose: les outils de prévention, diagnostic et de décision thérapeutique du risque fracturaire osseux
Ostéoporose: les outils de prévention, diagnostic et de décision thérapeutique du risque fracturaire osseux
Kabangu - CécileUniversité catholique de Louvain
la chirurgie en médecine générale: les actes chirurgicaux et le suivi de plaie post opératoire
la chirurgie en médecine générale: les actes chirurgicaux et le suivi de plaie post opératoire
Mossi wanse - GustaveUniversité catholique de Louvain
quels outis proposer au médecin généraliste pour la prise en charge des troubles de la statique chez l'enfant? Reflexion sur la scoliose idiopathique de l'adolescent et sur le pied plat flexible de l'enfant
quels outis proposer au médecin généraliste pour la prise en charge des troubles de la statique chez l'enfant? Reflexion sur la scoliose idiopathique de l'adolescent et sur le pied plat flexible de l'enfant
Jonckheere - CamilleUniversité catholique de Louvain
et si le pied était coupable, que faire?
et si le pied était coupable, que faire?
Coché - SarahUniversité catholique de Louvain
la vaccination anti-pneumococcique chez l'adulte en 2016: une prescription réflechie
la vaccination anti-pneumococcique chez l'adulte en 2016: une prescription réflechie
Baudour - LaureUniversité catholique de Louvain
la prise en charge de la toux chronique de l'adulte en médecine générale
la prise en charge de la toux chronique de l'adulte en médecine générale
Stumper - Paul egideUniversité catholique de Louvain
"Devenir et rester Médecin généraliste" Jongler avec formation et organisation, colorier la relation, oser la création
"Devenir et rester Médecin généraliste" Jongler avec formation et organisation, colorier la relation, oser la création
Debucquois - LaureUniversité catholique de Louvain
formation en médecine générale et pédagogie: un gage de qualité
formation en médecine générale et pédagogie: un gage de qualité
Houillon - GaëtanUniversité catholique de Louvain
les vertiges en médecine générale: approche diagnostique structurée et prise en charge adaptée
les vertiges en médecine générale: approche diagnostique structurée et prise en charge adaptée
Sents - AurélieUniversité catholique de Louvain
urgences urologiques chez l'adulte en médecine générale
urgences urologiques chez l'adulte en médecine générale
Vandenbroucke - JulieUniversité catholique de Louvain
Evaluation de l'utilisation de la metformine dans le traitement de l'obésité chez les patients non diabétiques et non insulino-résistants
Evaluation de l'utilisation de la metformine dans le traitement de l'obésité chez les patients non diabétiques et non insulino-résistants
Simon - Marie-franceUniversité catholique de Louvain
Tabac et adolescence: prévention et accompagnement. Quel rôle pour le médecin généraliste?
Tabac et adolescence: prévention et accompagnement. Quel rôle pour le médecin généraliste?
Francescangeli - LauraUniversité catholique de Louvain
la pathologie ophtalmologique au cabinet du médecin de famille
la pathologie ophtalmologique au cabinet du médecin de famille
Payen - LaurenceUniversité catholique de Louvain
les enfants d'aujourd'hui, nos patients de demain
les enfants d'aujourd'hui, nos patients de demain
Nguyen - Duy dat françoisUniversité catholique de Louvain
Prescription d'une contraceptin orale chez l'adolescente à visé non contraceptive en médecine générale
Prescription d'une contraceptin orale chez l'adolescente à visé non contraceptive en médecine générale
Pulinckx - CécileUniversité catholique de Louvain
l'imaginaier du VIH/SIDA au sein de la population d'immigrés d'Afrique Subsaharienne en Belgique et en europe
l'imaginaier du VIH/SIDA au sein de la population d'immigrés d'Afrique Subsaharienne en Belgique et en europe
Mubagwa - LindaUniversité catholique de Louvain
Traitement hormonale de la ménopause: risques et bénéfices
Traitement hormonale de la ménopause: risques et bénéfices
Jacmin - CharlotteUniversité catholique de Louvain
le suivi gynécologique en médecine générale
le suivi gynécologique en médecine générale
Van nieuwenhove - RuthUniversité catholique de Louvain
Dépistage par dosage de marqueurs tumoraux. Lorsque le cas clinique invite à la réflexion
Dépistage par dosage de marqueurs tumoraux. Lorsque le cas clinique invite à la réflexion
Delaire - GwenaëlleUniversité catholique de Louvain
Enceinte et bien dans son assiette! Aspects nutritionnels du suivi grossesse par le médecin généraliste
Enceinte et bien dans son assiette! Aspects nutritionnels du suivi grossesse par le médecin généraliste
Gallez - AlexandraUniversité catholique de Louvain
la prévention de l'ostéoporose; évitons que la chute ne soit douloureuse
la prévention de l'ostéoporose; évitons que la chute ne soit douloureuse
Trefois - MegaliUniversité catholique de Louvain
l'hopital de jour gériatrique: un outil pour le médecin généraliste
l'hopital de jour gériatrique: un outil pour le médecin généraliste
Laurent - SebastianUniversité catholique de Louvain
La prise en charge de l'anémie chez la personne âgée
La prise en charge de l'anémie chez la personne âgée
Dehareng - FrançoiseUniversité catholique de Louvain
L'invention des maladies: le nouvel atout marketing des firmes pharmaceutique
L'invention des maladies: le nouvel atout marketing des firmes pharmaceutique
Hanen - LaurentUniversité catholique de Louvain
La carence en vitamine D: Cause, conséquence et supplémentation
La carence en vitamine D: Cause, conséquence et supplémentation
Blaise - MelanieUniversité catholique de Louvain
Prise en charge d'urgences pédiatriques en médecine générale
Prise en charge d'urgences pédiatriques en médecine générale
Debruyne - BenoïtUniversité catholique de Louvain
Détection ambulatoire des souffles systoliques
Détection ambulatoire des souffles systoliques
Francart - PatrickUniversité catholique de Louvain
la place du médecin généraliste dans la prise en charge au long cours du patient infecté par le VIH
la place du médecin généraliste dans la prise en charge au long cours du patient infecté par le VIH
Azanga - NaliniUniversité catholique de Louvain
La procédure de mise en observation: quand la médecine rejoint le droit
La procédure de mise en observation: quand la médecine rejoint le droit
Leonardy - NicolasUniversité catholique de Louvain
les pathologies des voyages les plus fréquemment rencontrées en Belgique en médecine générale: de leur prévention à leur prise en charge
les pathologies des voyages les plus fréquemment rencontrées en Belgique en médecine générale: de leur prévention à leur prise en charge
Gillon - AmandineUniversité catholique de Louvain
insuffisance rénale en cabinet insormatisé de médecine générale: détection et implications en pharmacovigilance
insuffisance rénale en cabinet insormatisé de médecine générale: détection et implications en pharmacovigilance
Fokoua mouafo - Celestin huguesUniversité catholique de Louvain
Mesures d'éviction des allergènes les plus fréquents. Conseils et astuces aux patients allergiques
Mesures d'éviction des allergènes les plus fréquents. Conseils et astuces aux patients allergiques
El yassini - SahidaUniversité catholique de Louvain
Analyse des aspects de l'éducation hygiéno-diététique en prévention primaire en médecine générale
Analyse des aspects de l'éducation hygiéno-diététique en prévention primaire en médecine générale
Bourcier - ElodieUniversité catholique de Louvain
L'amélioration de la prise en charge par les médecins généralistes des crises sanitaires environnementales: les leçons de l'affaire de Mellery
L'amélioration de la prise en charge par les médecins généralistes des crises sanitaires environnementales: les leçons de l'affaire de Mellery
Herck - FredericUniversité catholique de Louvain
les allergies médicamenteuses
les allergies médicamenteuses
Bononge - BethyUniversité catholique de Louvain
l'assurance de qualité dans la prise en charge du diabete sucré de type 2 en médecine générale
l'assurance de qualité dans la prise en charge du diabete sucré de type 2 en médecine générale
Kozbial - PiotrUniversité catholique de Louvain
prise en charge de la colopathie fonctionnelle
prise en charge de la colopathie fonctionnelle
Zeghli - IbrahimUniversité catholique de Louvain
la maltraitance des personnes âgées
la maltraitance des personnes âgées
Letot - ChristianUniversité catholique de Louvain
La prise en charge des enfants en surpoids en médecine générale
La prise en charge des enfants en surpoids en médecine générale
Momjian - GaroUniversité catholique de Louvain
collaboraton généraliste-pharmacien: comment optimaliser la prise de médicaments chez la personne âgée polymédiquée
collaboraton généraliste-pharmacien: comment optimaliser la prise de médicaments chez la personne âgée polymédiquée
Jennes - EvaUniversité catholique de Louvain
prévention et dépistage du cancer colorectal en médecine générale
prévention et dépistage du cancer colorectal en médecine générale
Venet - MickaelUniversité catholique de Louvain
Mesures ambulatoire de la pression artérielle dansle diagnostic et le suivi de l'hypertension artérielle en médecine générale
Mesures ambulatoire de la pression artérielle dansle diagnostic et le suivi de l'hypertension artérielle en médecine générale
Plompteux - NatalieUniversité catholique de Louvain
Prévention des interactions médicamenteuses en médecine générale
Prévention des interactions médicamenteuses en médecine générale
Mulimbi - ChristelleUniversité catholique de Louvain
Carence en vitamine D: une pandémie facilement éradicable en médecine de 1ere ligne
Carence en vitamine D: une pandémie facilement éradicable en médecine de 1ere ligne
Philippart de foy - Jean-michelUniversité catholique de Louvain
Internet, le médecin généraliste et le patient. Nouveau ménage à trois?
Internet, le médecin généraliste et le patient. Nouveau ménage à trois?
Leroy - MarcUniversité catholique de Louvain
l'administration de biens des personnes agées
l'administration de biens des personnes agées
Cecchi - IngridUniversité catholique de Louvain
les opioides dans la douleur chronique non cancereuse en médecine générale
les opioides dans la douleur chronique non cancereuse en médecine générale
Lamrini - KhadijaUniversité catholique de Louvain
prise en charge du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité chez l'enfant
prise en charge du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité chez l'enfant
Aubry - FrançoisUniversité catholique de Louvain
hygiene bucco-dentaire dans la petite enfance: prévention et dépistae de la carie dentaire en médecine générale
hygiene bucco-dentaire dans la petite enfance: prévention et dépistae de la carie dentaire en médecine générale
Poels - AnneleenUniversité catholique de Louvain
Faut-il modifier le traitement antihypertenseur chez le sujet noir?
Faut-il modifier le traitement antihypertenseur chez le sujet noir?
Lamba - TinaUniversité catholique de Louvain
traitement des pathologies de médecine générale pendant la grossesse
traitement des pathologies de médecine générale pendant la grossesse
Hennart - DorothéeUniversité catholique de Louvain
Quelles sont les indications d'échographie en médecine générale ? Etude rétrospective qualitative sur base de clichés réalisés de manière empirique dans une pratique multidisciplinaire semi-rurale
Quelles sont les indications d'échographie en médecine générale ? Etude rétrospective qualitative sur base de clichés réalisés de manière empirique dans une pratique multidisciplinaire semi-rurale
Contexte : L'échographie se développe progressivement en médecine générale. C'est un examen non invasif, non irradiant, avec une bonne sensibilité et spécificité diagnostique dans certaines indications fréquemment rencontrés en soins de première ligne. Une liste d'indication potentiellement réalisables par le médecin de famille a été réalisée en 2013, la liste sonosthéto1.0. Mais qu'en est-il sur le terrain ? Objectif : Notre étude a pour objectif d'identifier les indications fréquentes d'échographies en première ligne de soins et de les comparer à la littérature afin de sélectionner les plus pertinentes. Méthode : Etude qualitative rétrospective d'examens échographiques réalisés de manière empirique comparé à une étude de la littérature. Résultats : Au total, 252 examens réalisés sur une période de 17 mois ont été étudiés. Les échographies les plus fréquentes sont les ostéo-articulaires, les abdominales et les gynécologiques. Conclusion : La majorité de nos examens sont en accord avec les indications proposés dans la liste sonosthéto1.0 mais il existe des divergences, notamment en ce qui concerne les échographies ostéo-articulaires. Il serait intéressant d'évaluer la pertinence des échographies ostéo-articulaire en première ligne. Un nombre considérable de motifs inconnus est lié à un encodage mal systématisé. Ce dernier pourrait être améliorer dans les nouveaux programmes informatiques médicaux. Les formations disponibles actuellement sont adaptées aux situations échographiques que nous rencontrons. D'autres études sur le sujet devraient être réalisés afin d'identifier les besoins échographiques de la première ligne et les répercussions sur les prises en charges ultérieures. L'intérêt d'une rétribution financière via une nomenclature INAMI est également à étudier. Mots clés : Echographie - Echoscopie - Médecine générale - Première ligne de soins.
Contexte : L'échographie se développe progressivement en médecine générale. C'est un examen non invasif, non irradiant, avec une bonne sensibilité et spécificité diagnostique dans certaines indications fréquemment rencontrés en soins de première ligne. Une liste d'indication potentiellement réalisables par le médecin de famille a été réalisée en 2013, la liste sonosthéto1.0. Mais qu'en est-il sur le terrain ? Objectif : Notre étude a pour objectif d'identifier les indications fréquentes d'échographies en première ligne de soins et de les comparer à la littérature afin de sélectionner les plus pertinentes. Méthode : Etude qualitative rétrospective d'examens échographiques réalisés de manière empirique comparé à une étude de la littérature. Résultats : Au total, 252 examens réalisés sur une période de 17 mois ont été étudiés. Les échographies les plus fréquentes sont les ostéo-articulaires, les abdominales et les gynécologiques. Conclusion : La majorité de nos examens sont en accord avec les indications proposés dans la liste sonosthéto1.0 mais il existe des divergences, notamment en ce qui concerne les échographies ostéo-articulaires. Il serait intéressant d'évaluer la pertinence des échographies ostéo-articulaire en première ligne. Un nombre considérable de motifs inconnus est lié à un encodage mal systématisé. Ce dernier pourrait être améliorer dans les nouveaux programmes informatiques médicaux. Les formations disponibles actuellement sont adaptées aux situations échographiques que nous rencontrons. D'autres études sur le sujet devraient être réalisés afin d'identifier les besoins échographiques de la première ligne et les répercussions sur les prises en charges ultérieures. L'intérêt d'une rétribution financière via une nomenclature INAMI est également à étudier. Mots clés : Echographie - Echoscopie - Médecine générale - Première ligne de soins.
Tixhon - Baptiste Université de Liège
41.005 - QP3 - QR31 - QS14 - QO4 - QT23 - QT33 - QS41
Détecter l'urgence au chevet du patient paraplégique: un nouveau défi pour le Médecin Généraliste.
Détecter l'urgence au chevet du patient paraplégique: un nouveau défi pour le Médecin Généraliste.

Detect the urgency at the bedside of the paraplegic patient: a new challenge for the General Practitioner.
Detect the urgency at the bedside of the paraplegic patient: a new challenge for the General Practitioner.
La prise en charge ambulatoire de la personne adulte présentant une paraplégie chronique sur lésion médullaire thoracique est un défi de taille, tant par son caractère multi-systémique que par sa singularité interpersonnelle. Le médecin de famille a pris, au cours des dernières décennies, une part de plus en plus active dans ce rôle. Sa relation privilégiée de proximité avec son patient lui offre en effet l’opportunité de promouvoir la prévention et le dépistage précoce de tout processus pathologique. Cependant, l’accompagnement médical d’un patient paraplégique n’est pas chose fréquente en médecine générale. Il doit être considéré par un abord tout à fait singulier, tant par l’absence de certains signes cliniques d’alerte que par la présence de problématiques inconnues au sein de la population générale. Ces éléments clinico-symptomatologiques et les tests basiques accessibles au chevet du patient sont exposés dans ce travail et la limite de leur pertinence est discutée. Les signes cliniques les plus fréquents dans la problématique de l’urgence ainsi que les situations à exclure sont ensuite exposés sous forme d’un outil mnémotechnique succinct.
La prise en charge ambulatoire de la personne adulte présentant une paraplégie chronique sur lésion médullaire thoracique est un défi de taille, tant par son caractère multi-systémique que par sa singularité interpersonnelle. Le médecin de famille a pris, au cours des dernières décennies, une part de plus en plus active dans ce rôle. Sa relation privilégiée de proximité avec son patient lui offre en effet l’opportunité de promouvoir la prévention et le dépistage précoce de tout processus pathologique. Cependant, l’accompagnement médical d’un patient paraplégique n’est pas chose fréquente en médecine générale. Il doit être considéré par un abord tout à fait singulier, tant par l’absence de certains signes cliniques d’alerte que par la présence de problématiques inconnues au sein de la population générale. Ces éléments clinico-symptomatologiques et les tests basiques accessibles au chevet du patient sont exposés dans ce travail et la limite de leur pertinence est discutée. Les signes cliniques les plus fréquents dans la problématique de l’urgence ainsi que les situations à exclure sont ensuite exposés sous forme d’un outil mnémotechnique succinct.

The outpatient management of adults with chronic paraplegia and thoracic spinal cord injury is a major challenge, both in terms of its multi-systemic character and interpersonal singularity. In recent decades, family physician has become more and more active in this role. His close relationship with his patient offers him the opportunity to promote the prevention and early detection of any pathological process. However, medical support for a paraplegic patient is not common in general practice. It must be considered by a very singular approach, both by the absence of certain clinical warning signs and by the presence of unknown problems in the general population. These clinico-symptomatological elements and the basic tests accessible at the bedside of the patient are exposed in this work and the limit of their relevance is discussed. The most frequent clinical signs in the emergency problem as well as the situations to exclude are then exposed in the form of a brief mnemonic tool.
The outpatient management of adults with chronic paraplegia and thoracic spinal cord injury is a major challenge, both in terms of its multi-systemic character and interpersonal singularity. In recent decades, family physician has become more and more active in this role. His close relationship with his patient offers him the opportunity to promote the prevention and early detection of any pathological process. However, medical support for a paraplegic patient is not common in general practice. It must be considered by a very singular approach, both by the absence of certain clinical warning signs and by the presence of unknown problems in the general population. These clinico-symptomatological elements and the basic tests accessible at the bedside of the patient are exposed in this work and the limit of their relevance is discussed. The most frequent clinical signs in the emergency problem as well as the situations to exclude are then exposed in the form of a brief mnemonic tool.
Collard - CarolineUniversité de Liège
31.003 - QT33 - N18 - QS41 - QC14
Quelles sont, en 2019, les preuves d'efficacité et de sécurité du Gardasil 9 (vaccin nonavalent contre le papillomavirus humain)?
Quelles sont, en 2019, les preuves d'efficacité et de sécurité du Gardasil 9 (vaccin nonavalent contre le papillomavirus humain)?
Depuis la découverte d’un lien entre certaines maladies et les HPV dans les années 90, trois vaccins ont été mis sur le marché: un quadrivalent (6, 11, 16 et 18), un bivalent (16 et 18) et un nonavalent (6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58). Cependant, peu de pays les ont intégrés à leur schéma vaccinal malgré les recommandations de l’OMS. Par contre, en Belgique, pour septembre 2019, il devrait y avoir une généralisation de la vaccination aux deux sexes par le nonavalent (Gardasil 9). Il faut donc s’assurer de l’efficacité et de la sécurité de celui-ci. Pour se faire, une revue de la littérature a été réalisée en consultant la base de données Medline via le moteur de recherche Pubmed. Septante articles ont été générés et analysés suivant le titre, le résumé et le contenu. Un total de huit articles a été conservé. Il en ressort que la primo-vaccination, par un schéma trois doses de Gardasil 9, des filles et des garçons âgés de 9 à 26 ans est efficace immunologiquement (cliniquement uniquement pour les filles âgées de 16 à 26 ans) et sûre malgré des petites variations de fréquence des effets secondaires suivant le sexe et l’âge. Un schéma deux doses est également efficace et sûr chez les filles et les garçons âgés de 9 à 15 ans. Les questions de l’administration d’une dose supplémentaire, de la vaccination après schéma complet de Gardasil, de la co-administration avec d’autres vaccins, de la population particulière des femmes enceintes et allaitantes et du coût-efficacité ont également été abordées.
Depuis la découverte d’un lien entre certaines maladies et les HPV dans les années 90, trois vaccins ont été mis sur le marché: un quadrivalent (6, 11, 16 et 18), un bivalent (16 et 18) et un nonavalent (6, 11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58). Cependant, peu de pays les ont intégrés à leur schéma vaccinal malgré les recommandations de l’OMS. Par contre, en Belgique, pour septembre 2019, il devrait y avoir une généralisation de la vaccination aux deux sexes par le nonavalent (Gardasil 9). Il faut donc s’assurer de l’efficacité et de la sécurité de celui-ci. Pour se faire, une revue de la littérature a été réalisée en consultant la base de données Medline via le moteur de recherche Pubmed. Septante articles ont été générés et analysés suivant le titre, le résumé et le contenu. Un total de huit articles a été conservé. Il en ressort que la primo-vaccination, par un schéma trois doses de Gardasil 9, des filles et des garçons âgés de 9 à 26 ans est efficace immunologiquement (cliniquement uniquement pour les filles âgées de 16 à 26 ans) et sûre malgré des petites variations de fréquence des effets secondaires suivant le sexe et l’âge. Un schéma deux doses est également efficace et sûr chez les filles et les garçons âgés de 9 à 15 ans. Les questions de l’administration d’une dose supplémentaire, de la vaccination après schéma complet de Gardasil, de la co-administration avec d’autres vaccins, de la population particulière des femmes enceintes et allaitantes et du coût-efficacité ont également été abordées.
Marquet - PaulineUniversité de Liège
44.000 - A85 - X75 - X77 - X85 - X91 - Y76 - Y78
Facteurs limitant l’accès aux soins chez les consommateurs de méthadone/héroïne: une étude qualitative (Site Icar Wallonie Asbl)
Facteurs limitant l’accès aux soins chez les consommateurs de méthadone/héroïne: une étude qualitative (Site Icar Wallonie Asbl)
Les consommateurs d’héroïne représentent une part croissante de la patientèle en médecine générale. Compte tenu de la dépendance psychologique et physique lié à la substance, il s’agit d’une population qui requiert une gestion complexe, notamment par le personnel soignant. Le but de cette étude consistait à rechercher les éventuels obstacles que peuvent rencontrer cette population dans l’acquisition de soins santé. Pour ce faire, on a choisi d’interroger les personnes directement concernées, à savoir les consommateurs. Des entretiens individuels semi-dirigés entre les consommateurs et l’investigateur principal furent conduits. Le recrutement de la population s’est fait au sein de l’Asbl Icar-Wallonie à Liège. Les résultats ont montré une importante impression de stigmatisation des consommateurs par le personnel de soins, notamment lors du passage aux urgences. Certaines difficultés sur le plan psycho-social notamment la possession d’un logement et la précarité financière ont été avancés comme prioritaires à l’accès aux soins chez cette population. Ce sujet a déjà été traité, du moins dans ses grandes lignes, dans d’autres pays dont les Etats-Unis, le Kenya, le Vietnam et le Tajikistan. Cette étude vient positionner la Belgique et son système de santé, par rapport à cette problématique. Mots clés: Facteurs limitants, consommateurs de méthadone/héroïne, accès aux soins.
Les consommateurs d’héroïne représentent une part croissante de la patientèle en médecine générale. Compte tenu de la dépendance psychologique et physique lié à la substance, il s’agit d’une population qui requiert une gestion complexe, notamment par le personnel soignant. Le but de cette étude consistait à rechercher les éventuels obstacles que peuvent rencontrer cette population dans l’acquisition de soins santé. Pour ce faire, on a choisi d’interroger les personnes directement concernées, à savoir les consommateurs. Des entretiens individuels semi-dirigés entre les consommateurs et l’investigateur principal furent conduits. Le recrutement de la population s’est fait au sein de l’Asbl Icar-Wallonie à Liège. Les résultats ont montré une importante impression de stigmatisation des consommateurs par le personnel de soins, notamment lors du passage aux urgences. Certaines difficultés sur le plan psycho-social notamment la possession d’un logement et la précarité financière ont été avancés comme prioritaires à l’accès aux soins chez cette population. Ce sujet a déjà été traité, du moins dans ses grandes lignes, dans d’autres pays dont les Etats-Unis, le Kenya, le Vietnam et le Tajikistan. Cette étude vient positionner la Belgique et son système de santé, par rapport à cette problématique. Mots clés: Facteurs limitants, consommateurs de méthadone/héroïne, accès aux soins.
TSEMO - Emmanuel MikaelUniversité de Liège
QP3 - QR31 - QD25 - Z10 - QC42
Elaboration et évaluation d'un outil de prévention sous forme de calendrier : une étude qualitative auprès de médecins généralistes dans un quartier liégeois.
Elaboration et évaluation d'un outil de prévention sous forme de calendrier : une étude qualitative auprès de médecins généralistes dans un quartier liégeois.
La prévention occupe une place importante en médecine générale. Des études montrent que les médecins généralistes se sentent amplement concernés. Les autorités lui accordent une place toute aussi importante, comme en témoigne la mise en place de plusieurs projets afin d’améliorer la prévention. Il existe actuellement différents outils et programmes de prévention en vigueur en Belgique. La question de recherche est la suivante : est-ce qu’un nouvel outil de prévention de type calendrier constitue une piste prometteuse pour améliorer la proactivité en matière de prévention des médecins généralistes de la région de Fléron Beyne-Heusay? Premièrement, un outil de type calendrier a été développé sur base des dernières recommandations belges en matière de prévention. Quatre thèmes importants y sont inclus, un par trimestre : le dépistage du risque cardiovasculaire global, le dépistage des cancers (colorectal, du sein et du col de l’utérus), le dépistage des IST et la vaccination. Deuxièmement, l’avis des médecins généralistes concernant ce nouvel outil a été récolté par une méthode qualitative, à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés. Les médecins généralistes, très impliqués dans la pratique préventive, ont donné un avis favorable quant à la pertinence et à l’utilité d’un tel outil. Rares sont ceux qui doutent de son applicabilité. Ils sont demandeurs d’aide et de soutien afin d’améliorer leur pratique préventive. Parmi les pistes, la mise en place d’une source d’information centralisée est évoquée, ainsi qu’une valorisation du médecin généraliste pratiquant la prévention. Une aide externe, sous forme d’auxiliaire informatique, ou venant des mutualités afin de motiver les patients à consulter, constitue une autre piste. Un appui communal, synchronisé au calendrier est jugé prometteur.
La prévention occupe une place importante en médecine générale. Des études montrent que les médecins généralistes se sentent amplement concernés. Les autorités lui accordent une place toute aussi importante, comme en témoigne la mise en place de plusieurs projets afin d’améliorer la prévention. Il existe actuellement différents outils et programmes de prévention en vigueur en Belgique. La question de recherche est la suivante : est-ce qu’un nouvel outil de prévention de type calendrier constitue une piste prometteuse pour améliorer la proactivité en matière de prévention des médecins généralistes de la région de Fléron Beyne-Heusay? Premièrement, un outil de type calendrier a été développé sur base des dernières recommandations belges en matière de prévention. Quatre thèmes importants y sont inclus, un par trimestre : le dépistage du risque cardiovasculaire global, le dépistage des cancers (colorectal, du sein et du col de l’utérus), le dépistage des IST et la vaccination. Deuxièmement, l’avis des médecins généralistes concernant ce nouvel outil a été récolté par une méthode qualitative, à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés. Les médecins généralistes, très impliqués dans la pratique préventive, ont donné un avis favorable quant à la pertinence et à l’utilité d’un tel outil. Rares sont ceux qui doutent de son applicabilité. Ils sont demandeurs d’aide et de soutien afin d’améliorer leur pratique préventive. Parmi les pistes, la mise en place d’une source d’information centralisée est évoquée, ainsi qu’une valorisation du médecin généraliste pratiquant la prévention. Une aide externe, sous forme d’auxiliaire informatique, ou venant des mutualités afin de motiver les patients à consulter, constitue une autre piste. Un appui communal, synchronisé au calendrier est jugé prometteur.
Can - HülyaUniversité de Liège
QS41 - QD4 - QT32 - QD23 - A98 - QR31 - QO4
L’Infection au Papillomavirus chez l’homme - Point sur les recommandations actuelles en termes de prévention et les freins potentiels à l’acceptabilité vaccinale
L’Infection au Papillomavirus chez l’homme - Point sur les recommandations actuelles en termes de prévention et les freins potentiels à l’acceptabilité vaccinale

Papillomavirus infection in mens - Update on current prevention recommendations and potential barriers to vaccine acceptability
Papillomavirus infection in mens - Update on current prevention recommendations and potential barriers to vaccine acceptability
Introduction : En Belgique, tous les ans, on compte 18000 nouveaux cas de condylomes ano-génitaux avec un équilibre homme/femme respecté. En 2015, 1122 cas de cancers étaient attribuables au Papillomavirus (HPV) dont 22% chez les hommes. Ceux-ci ne disposent d’aucune méthode préventive secondaire de dépistage de lésions HPV-induites. Leur seule arme pour lutter contre l’infection est le préservatif. L’objectif de mon travail était de faire le point sur les recommandations actuelles puis d’étudier les freins potentiels à l’acceptabilité vaccinale, vu les faibles taux de couvertures vaccinale en Fédération Wallonnie-Bruxelles. Méthode : La première partie du travail est une recherche documentaire au sein de la littérature tertiaire et secondaire, belge et étrangère. La seconde partie est une recherche au sein des réseaux sociaux et médias. Résultats : Depuis 2017, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) recommande une vaccination universelle pour améliorer la prévention des maladies liées au HPV, réduire le taux de virus circulant et respecter le principe d’équité des sexes. En 2019, le Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé ou Federaal Kenniscentrum voor de Gezondheidszorg (KCE) étudie le rapport cout-efficacité de cette vaccination et publie un avis positif. Les jeunes garçons en bénéficieront dès Septembre 2019. Des freins à l’acceptabilité vaccinale existent chez les professionnels de la santé, dans la société et au sein de la population. Conclusion : Il serait intéressant de mettre en place des campagnes de prévention basées sur les obstacles psychologiques des parents afin d’améliorer la couverture vaccinale de leurs enfants. Mots-clés : Papillomavirus humain, vaccin, homme, acceptabilité, effets secondaires, innocuité.
Introduction : En Belgique, tous les ans, on compte 18000 nouveaux cas de condylomes ano-génitaux avec un équilibre homme/femme respecté. En 2015, 1122 cas de cancers étaient attribuables au Papillomavirus (HPV) dont 22% chez les hommes. Ceux-ci ne disposent d’aucune méthode préventive secondaire de dépistage de lésions HPV-induites. Leur seule arme pour lutter contre l’infection est le préservatif. L’objectif de mon travail était de faire le point sur les recommandations actuelles puis d’étudier les freins potentiels à l’acceptabilité vaccinale, vu les faibles taux de couvertures vaccinale en Fédération Wallonnie-Bruxelles. Méthode : La première partie du travail est une recherche documentaire au sein de la littérature tertiaire et secondaire, belge et étrangère. La seconde partie est une recherche au sein des réseaux sociaux et médias. Résultats : Depuis 2017, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) recommande une vaccination universelle pour améliorer la prévention des maladies liées au HPV, réduire le taux de virus circulant et respecter le principe d’équité des sexes. En 2019, le Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé ou Federaal Kenniscentrum voor de Gezondheidszorg (KCE) étudie le rapport cout-efficacité de cette vaccination et publie un avis positif. Les jeunes garçons en bénéficieront dès Septembre 2019. Des freins à l’acceptabilité vaccinale existent chez les professionnels de la santé, dans la société et au sein de la population. Conclusion : Il serait intéressant de mettre en place des campagnes de prévention basées sur les obstacles psychologiques des parents afin d’améliorer la couverture vaccinale de leurs enfants. Mots-clés : Papillomavirus humain, vaccin, homme, acceptabilité, effets secondaires, innocuité.

Introduction : In Belgium, every year, there are 18,000 new cases of anogenital condyloma with a respected male / female balance. In 2015, 1122 cases of cancer were attributable to Papillomavirus (HPV), including 22% of men. These do not have any secondary preventive method for screening for HPV-induced lesions. Their only weapon to fight the infection is the condom. The aim of my work was to review the current recommendations and study the potential obstacles to vaccine acceptability, given the low vaccination coverage rates in the Wallonia-Brussels Federation. Method: The first part of the work is a documentary research in tertiary and secondary literature, Belgian and foreign. The second part is a search within social networks and media. Results: Since 2017, the Conseil Supérieur de la Santé (CSS) has recommended universal vaccination to improve the prevention of HPV-related diseases, reduce the rate of circulating viruses and respect the principle of gender equity. In 2019, the Federal Center for Expertise in Health Care or Federaal Kenniscentrum voor de Gezondheidszorg (KCE) studies the cost-effectiveness of this vaccination and publishes a positive opinion. Young boys will benefit as early as September 2019. There are barriers to vaccine acceptability among health professionals, in society and in the population. Conclusion: It would be interesting to set up prevention campaigns based on the psychological obstacles of parents in order to improve the immunization coverage of their children. Keywords : Human papillomavirus, vaccine, human, acceptability, side effects, safety.
Introduction : In Belgium, every year, there are 18,000 new cases of anogenital condyloma with a respected male / female balance. In 2015, 1122 cases of cancer were attributable to Papillomavirus (HPV), including 22% of men. These do not have any secondary preventive method for screening for HPV-induced lesions. Their only weapon to fight the infection is the condom. The aim of my work was to review the current recommendations and study the potential obstacles to vaccine acceptability, given the low vaccination coverage rates in the Wallonia-Brussels Federation. Method: The first part of the work is a documentary research in tertiary and secondary literature, Belgian and foreign. The second part is a search within social networks and media. Results: Since 2017, the Conseil Supérieur de la Santé (CSS) has recommended universal vaccination to improve the prevention of HPV-related diseases, reduce the rate of circulating viruses and respect the principle of gender equity. In 2019, the Federal Center for Expertise in Health Care or Federaal Kenniscentrum voor de Gezondheidszorg (KCE) studies the cost-effectiveness of this vaccination and publishes a positive opinion. Young boys will benefit as early as September 2019. There are barriers to vaccine acceptability among health professionals, in society and in the population. Conclusion: It would be interesting to set up prevention campaigns based on the psychological obstacles of parents in order to improve the immunization coverage of their children. Keywords : Human papillomavirus, vaccine, human, acceptability, side effects, safety.
Globen - ElisaUniversité de Liège
Y76 - Y78 - QD41 - 33.010 - 44.000
Ressenti des premières consultations chez les assistants de 1ère année en médecine générale à l’ULiège, suite à la réforme des études de médecine : étude qualitative comparative des différentes cohortes 2018-2019
Ressenti des premières consultations chez les assistants de 1ère année en médecine générale à l’ULiège, suite à la réforme des études de médecine : étude qualitative comparative des différentes cohortes 2018-2019
Suite à la réforme des études de médecine votée en 2012, les études de médecine sont passées à 6 ans entraînant des modifications de cursus, notamment en médecine générale depuis cette année, qui a vu sortir deux promotions, ʺla double cohorteʺ, comportant trois types de cursus. L’objectif de la présente vise à recueillir le ressenti des assistants des différentes cohortes, et plus particulièrement le sentiment de gestion des premières consultations en solo, afin de mettre en évidence leurs difficultés et évaluer s’il existe réellement un impact sur le début de pratique suite à cette réforme. L’étude, qualitative, est basée sur des entretiens individuels semi-directifs d’assistants en première année de médecine générale, réalisés via un guide d’entretien.
Suite à la réforme des études de médecine votée en 2012, les études de médecine sont passées à 6 ans entraînant des modifications de cursus, notamment en médecine générale depuis cette année, qui a vu sortir deux promotions, ʺla double cohorteʺ, comportant trois types de cursus. L’objectif de la présente vise à recueillir le ressenti des assistants des différentes cohortes, et plus particulièrement le sentiment de gestion des premières consultations en solo, afin de mettre en évidence leurs difficultés et évaluer s’il existe réellement un impact sur le début de pratique suite à cette réforme. L’étude, qualitative, est basée sur des entretiens individuels semi-directifs d’assistants en première année de médecine générale, réalisés via un guide d’entretien.
Payen - DéborahUniversité de Liège
QD7 - QO4 - QT2 - QR31
Etat des lieux des déterminants à la réalisation de visites à domicile non programmées chez les médecins généralistes de la Basse-Meuse : étude qualitative transversale fondée sur des entretiens individuels semi-dirigés.
Etat des lieux des déterminants à la réalisation de visites à domicile non programmées chez les médecins généralistes de la Basse-Meuse : étude qualitative transversale fondée sur des entretiens individuels semi-dirigés.
Contexte : Malgré le vieillissement de la population, ainsi que le souhait émis par la population et les instances de santé, de maximaliser les soins à domicile, le nombre de visite à domicile diminue progressivement en Belgique. Le médecin de famille se déplaçant en raison d’une pathologie passagère aigue, ou urgente, pour une visite réalisée de manière non programmée, se voit peut-être progressivement cantonné dans le confort de son cabinet, assuré de pouvoir plus facilement répondre au plus grand nombre dans le contexte de pénurie. Objectif : Mettre en avant les éléments qui influencent la décision des médecins généralistes de ma région (la Basse-Meuse) à réaliser ou non une visite à domicile non programmée, et évaluer leurs retours d’expérience sur l’évolutivité de cette pratique ainsi que leurs perspectives concernant son avenir. Méthode : Etude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés réalisés entre Janvier 2019 et Avril 2019 auprès de 10 médecins généralistes installés dans la Basse-Meuse. Un échantillonnage raisonné en recherche de variation maximale a été effectué. Une analyse axiale thématique sur base de verbatim a été réalisée. Résultats : Il fut démontré au travers de ces résultats que la décision des médecins de réaliser une visite à domicile non programmée s'articulait sur des déterminants essentiels tels la dépendance fonctionnelle du patient, ainsi que le motif de la demande, tout en se complexifiant finalement par l’interaction d'éléments propres au contexte historique et social de leur pratique, d'éléments temporels, spatiaux, financiers, environnementaux, et enfin d’éléments directs en lien avec le médecin, le patient ou encore la relation qu’ils entretiennent. Conclusion : La prise de décision des médecins généralistes à réaliser une visite à domicile non programmée apparait comme multifactorielle. Un seul critère peut se révéler décisif, alors que parfois, c’est un faisceau de facteurs qui interagissent et participent à la prise de décision. Même si la visite à domicile non programmée est socialement très appréciée par le patient et/ou sa famille, il n’est pas rentable pour le médecin, sur un plan personnel et financier, ni pour la société, que les médecins se déplacent à domicile sans raison valable. Si les visites à domicile devenaient trop fréquentes en cette période de pénurie de médecins, nos ressources seraient en péril. Il est du ressort de chaque praticien d’être conscient de son rôle et d’évaluer les déterminants prioritaires en matière d’allocations en soins de santé. Promouvoir une pratique efficiente, harmonisant les attentes du patient et celles de son médecin de famille, inhérentes au contexte actuelle d’une pénurie de généraliste, constitue un beau défi à relever !
Contexte : Malgré le vieillissement de la population, ainsi que le souhait émis par la population et les instances de santé, de maximaliser les soins à domicile, le nombre de visite à domicile diminue progressivement en Belgique. Le médecin de famille se déplaçant en raison d’une pathologie passagère aigue, ou urgente, pour une visite réalisée de manière non programmée, se voit peut-être progressivement cantonné dans le confort de son cabinet, assuré de pouvoir plus facilement répondre au plus grand nombre dans le contexte de pénurie. Objectif : Mettre en avant les éléments qui influencent la décision des médecins généralistes de ma région (la Basse-Meuse) à réaliser ou non une visite à domicile non programmée, et évaluer leurs retours d’expérience sur l’évolutivité de cette pratique ainsi que leurs perspectives concernant son avenir. Méthode : Etude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés réalisés entre Janvier 2019 et Avril 2019 auprès de 10 médecins généralistes installés dans la Basse-Meuse. Un échantillonnage raisonné en recherche de variation maximale a été effectué. Une analyse axiale thématique sur base de verbatim a été réalisée. Résultats : Il fut démontré au travers de ces résultats que la décision des médecins de réaliser une visite à domicile non programmée s'articulait sur des déterminants essentiels tels la dépendance fonctionnelle du patient, ainsi que le motif de la demande, tout en se complexifiant finalement par l’interaction d'éléments propres au contexte historique et social de leur pratique, d'éléments temporels, spatiaux, financiers, environnementaux, et enfin d’éléments directs en lien avec le médecin, le patient ou encore la relation qu’ils entretiennent. Conclusion : La prise de décision des médecins généralistes à réaliser une visite à domicile non programmée apparait comme multifactorielle. Un seul critère peut se révéler décisif, alors que parfois, c’est un faisceau de facteurs qui interagissent et participent à la prise de décision. Même si la visite à domicile non programmée est socialement très appréciée par le patient et/ou sa famille, il n’est pas rentable pour le médecin, sur un plan personnel et financier, ni pour la société, que les médecins se déplacent à domicile sans raison valable. Si les visites à domicile devenaient trop fréquentes en cette période de pénurie de médecins, nos ressources seraient en péril. Il est du ressort de chaque praticien d’être conscient de son rôle et d’évaluer les déterminants prioritaires en matière d’allocations en soins de santé. Promouvoir une pratique efficiente, harmonisant les attentes du patient et celles de son médecin de famille, inhérentes au contexte actuelle d’une pénurie de généraliste, constitue un beau défi à relever !
Delhaxhe - TimothéeUniversité de Liège
QS11 - QP21 - QR31 - QS41
Exploration des difficultés ressenties par les aidants informels de patients atteints de démence ainsi que les conséquences sur leur vie et implication du médecin généraliste.
Exploration des difficultés ressenties par les aidants informels de patients atteints de démence ainsi que les conséquences sur leur vie et implication du médecin généraliste.
Introduction : En Belgique, le nombre de personnes âgées augmente avec également un accroissement des cas de démence. Cette maladie évolue vers un état de dépendance croissant, nécessitant un accompagnement, souvent assuré par les aidants informels. Ceci entraîne des difficultés et un fardeau ressenti par les aidants. L’objectif de ce travail est d’identifier les difficultés des aidants afin d’accompagner au mieux ceux-ci et d’assurer un maintien au domicile et une mise en institution dans des conditions optimales. Méthodologie : Tout d’abord, j’ai réalisé une recherche littéraire via googlescholar et PUBMED. Par la suite, j’ai réalisé 10 entretiens semi-dirigés d’aidants informels. Pour finir, je suis allé à la rencontre de la présidente de l’ASBL « La Ligue Alzheimer », madame Henry, afin d’avoir son point de vue sur la situation à travers un entretien semi-dirigé également. Résultats : La majorité des difficultés recensées dans les entretiens concerne celles liées aux troubles du comportement ainsi qu’à la disponibilité nécessaire. Par conséquent, la qualité de vie et la vie sociale des aidants sont altérées. La mise en place d’aides formelles permet d’apaiser les aidants. Si celles-ci ne suffisent plus alors le placement peut s’avérer nécessaire. L’entretien de madame Henry met en avant la place centrale de l’écoute active et de l’accompagnement dans la prise en charge des aidants. Discussion : Plusieurs pistes d’amélioration sont possibles pour le médecin : favoriser une écoute active, informer sur la maladie et son évolution, faire intervenir des aides formelles, faire appel aux ASBL, informer sur les structures de répits ainsi que sur le placement, proposer une prise en charge psycho-sociale. La prise en charge du malade doit englober celle de l’aidant et pour cela il faut une communication étroite avec eux.
Introduction : En Belgique, le nombre de personnes âgées augmente avec également un accroissement des cas de démence. Cette maladie évolue vers un état de dépendance croissant, nécessitant un accompagnement, souvent assuré par les aidants informels. Ceci entraîne des difficultés et un fardeau ressenti par les aidants. L’objectif de ce travail est d’identifier les difficultés des aidants afin d’accompagner au mieux ceux-ci et d’assurer un maintien au domicile et une mise en institution dans des conditions optimales. Méthodologie : Tout d’abord, j’ai réalisé une recherche littéraire via googlescholar et PUBMED. Par la suite, j’ai réalisé 10 entretiens semi-dirigés d’aidants informels. Pour finir, je suis allé à la rencontre de la présidente de l’ASBL « La Ligue Alzheimer », madame Henry, afin d’avoir son point de vue sur la situation à travers un entretien semi-dirigé également. Résultats : La majorité des difficultés recensées dans les entretiens concerne celles liées aux troubles du comportement ainsi qu’à la disponibilité nécessaire. Par conséquent, la qualité de vie et la vie sociale des aidants sont altérées. La mise en place d’aides formelles permet d’apaiser les aidants. Si celles-ci ne suffisent plus alors le placement peut s’avérer nécessaire. L’entretien de madame Henry met en avant la place centrale de l’écoute active et de l’accompagnement dans la prise en charge des aidants. Discussion : Plusieurs pistes d’amélioration sont possibles pour le médecin : favoriser une écoute active, informer sur la maladie et son évolution, faire intervenir des aides formelles, faire appel aux ASBL, informer sur les structures de répits ainsi que sur le placement, proposer une prise en charge psycho-sociale. La prise en charge du malade doit englober celle de l’aidant et pour cela il faut une communication étroite avec eux.
Daix - MorganeUniversité de Liège
Z22 - QS41 - QS33 - P70 - 68.004
Réflexions sur l'usage de l'Aspirine en prévention cardiovasculaire en médecine générale
Réflexions sur l'usage de l'Aspirine en prévention cardiovasculaire en médecine générale
Introduction L’Aspirine est prescrite depuis de nombreuses années en prévention des pathologies cardiovasculaires liées à l’athérosclérose. En prévention primaire, son utilisation semble remise en question par la publication récente de trois études. Quelles sont les implications en médecine générale ? Méthodologie Ce travail décrit, dans un premier temps, les recommandations antérieures et actuelles d’utilisation de l’Aspirine en prévention d’événements cardiovasculaires liés à l’athérosclérose. Dans un second temps, une étude rétrospective vise à décrire l’utilisation actuelle de l’Aspirine à faible dose dans un centre de médecine générale, en se focalisant plus spécifiquement sur son usage en prévention primaire d’évènements cardiovasculaires liés à l’athérosclérose. Résultats  L’analyse de diverses références, publiées sur plusieurs décades, permet de remarquer que l’Aspirine n’a jamais réellement montré d’efficacité en prévention primaire d’évènements cardiovasculaires liés à l’athérosclérose. Néanmoins cet usage s’est grandement développé, appuyé par des recommandations américaines et européennes. Ces dernières années, en particulier en 2018, des publications semblent lever les derniers doutes et confirment son inefficacité en prévention primaire. L’étude rétrospective montre qu’un nombre significatif de patients reçoivent de l’Aspirine en prévention primaire. Une proportion importante d’entre eux présente plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire. Conclusions Ces réflexions posent la question de la mise en application de nouvelles recommandations en s’appuyant sur un choix éclairé du patient. Le rôle du médecin généraliste et ses relations avec la seconde ligne de soins dans ce domaine sont également interrogés.
Introduction L’Aspirine est prescrite depuis de nombreuses années en prévention des pathologies cardiovasculaires liées à l’athérosclérose. En prévention primaire, son utilisation semble remise en question par la publication récente de trois études. Quelles sont les implications en médecine générale ? Méthodologie Ce travail décrit, dans un premier temps, les recommandations antérieures et actuelles d’utilisation de l’Aspirine en prévention d’événements cardiovasculaires liés à l’athérosclérose. Dans un second temps, une étude rétrospective vise à décrire l’utilisation actuelle de l’Aspirine à faible dose dans un centre de médecine générale, en se focalisant plus spécifiquement sur son usage en prévention primaire d’évènements cardiovasculaires liés à l’athérosclérose. Résultats  L’analyse de diverses références, publiées sur plusieurs décades, permet de remarquer que l’Aspirine n’a jamais réellement montré d’efficacité en prévention primaire d’évènements cardiovasculaires liés à l’athérosclérose. Néanmoins cet usage s’est grandement développé, appuyé par des recommandations américaines et européennes. Ces dernières années, en particulier en 2018, des publications semblent lever les derniers doutes et confirment son inefficacité en prévention primaire. L’étude rétrospective montre qu’un nombre significatif de patients reçoivent de l’Aspirine en prévention primaire. Une proportion importante d’entre eux présente plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire. Conclusions Ces réflexions posent la question de la mise en application de nouvelles recommandations en s’appuyant sur un choix éclairé du patient. Le rôle du médecin généraliste et ses relations avec la seconde ligne de soins dans ce domaine sont également interrogés.
Giet - XavierUniversité de Liège
QD41 - QD42 - K29 - QO4 - QO4 - QO4
Mise au point concernant l'utilisation du scanner pulmonaire Low-Dose comme méthode de dépistage du cancer pulmonaire en médecine générale.
Mise au point concernant l'utilisation du scanner pulmonaire Low-Dose comme méthode de dépistage du cancer pulmonaire en médecine générale.
Il est actuellement admis qu’une action préventive en matière de consommation tabagique est le meilleur moyen de diminuer la prévalence et donc la mortalité du cancer du poumon. Force est de constater que malgré la conscientisation, les actions de prévention et l’évolution des traitements, le cancer du poumon reste la première cause de mortalité par cancer dans le monde. Le diagnostic précoce semble être une alternative pour en améliorer la survie. A ce titre, le dépistage par scanner pulmonaire Low-Dose (LDCT), dans une population ciblée de patients à risques, a déjà fait ses preuves !
Il est actuellement admis qu’une action préventive en matière de consommation tabagique est le meilleur moyen de diminuer la prévalence et donc la mortalité du cancer du poumon. Force est de constater que malgré la conscientisation, les actions de prévention et l’évolution des traitements, le cancer du poumon reste la première cause de mortalité par cancer dans le monde. Le diagnostic précoce semble être une alternative pour en améliorer la survie. A ce titre, le dépistage par scanner pulmonaire Low-Dose (LDCT), dans une population ciblée de patients à risques, a déjà fait ses preuves !
PIRON - SarahUniversité de Liège
31.003 - R84 - QO4 - 48.002 - QO4
Y a-t-il une place pour le dépistage des apnées du sommeil en ambulatoire ? Comment l'intégrer à la pratique de la maison médicale d’Ougrée ?
Y a-t-il une place pour le dépistage des apnées du sommeil en ambulatoire ? Comment l'intégrer à la pratique de la maison médicale d’Ougrée ?
La pratique de la médecine générale en maison médicale offre une bonne place à la promotion de la santé par le travail pluridisciplinaire et sa pratique au forfait. Par ailleurs, le dépistage des apnées du sommeil rentre dans les critères de l’Organisme Mondial de la Santé du dépistage organisé puisqu’il s’agit d’un problème de santé publique et qu’il prédispose à un vaste champ de comorbidités tant organiques que psychosociales. Les objectifs de ce travail étaient dès lors de vérifier l’intérêt du dépistage des apnées du sommeil en pratique de 1ère ligne et d’incorporer celui-ci à la pratique de la Maison Médicale d’Ougrée. Pour ce faire, j’ai repris la littérature afin de m’assurer que le dépistage des apnées est réalisable et a une utilité pour la santé du patient. J’ai ensuite procédé à une étude qualitative à l’aide d’un focus groupe auprès des médecins de la maison médicale pour avoir leur opinion sur le dépistage et son incorporation à notre pratique. Finalement, j’ai aussi rencontré les différentes professions au sein de la maison afin de co-construire ce projet avec eux et que toute l’équipe se l’approprie. Sur base de ce travail, il semble clair que la place du dépistage en ambulatoire dans la prise en charge des apnées du sommeil est à potentialiser. Celle-ci permettrait une approche plus systématique et une augmentation du nombre de patients correctement pris en charge tout en minimisant un coût conséquent pour la société. Le dépistage apnées du sommeil en ambulatoire n’a pas de place clairement définie actuellement au sein de l’Institut National d’Assurance Maladie et Invalidité. Ce travail de fin d’études tend à montrer que le sujet mériterait une réflexion construite afin de le codifier au mieux.
La pratique de la médecine générale en maison médicale offre une bonne place à la promotion de la santé par le travail pluridisciplinaire et sa pratique au forfait. Par ailleurs, le dépistage des apnées du sommeil rentre dans les critères de l’Organisme Mondial de la Santé du dépistage organisé puisqu’il s’agit d’un problème de santé publique et qu’il prédispose à un vaste champ de comorbidités tant organiques que psychosociales. Les objectifs de ce travail étaient dès lors de vérifier l’intérêt du dépistage des apnées du sommeil en pratique de 1ère ligne et d’incorporer celui-ci à la pratique de la Maison Médicale d’Ougrée. Pour ce faire, j’ai repris la littérature afin de m’assurer que le dépistage des apnées est réalisable et a une utilité pour la santé du patient. J’ai ensuite procédé à une étude qualitative à l’aide d’un focus groupe auprès des médecins de la maison médicale pour avoir leur opinion sur le dépistage et son incorporation à notre pratique. Finalement, j’ai aussi rencontré les différentes professions au sein de la maison afin de co-construire ce projet avec eux et que toute l’équipe se l’approprie. Sur base de ce travail, il semble clair que la place du dépistage en ambulatoire dans la prise en charge des apnées du sommeil est à potentialiser. Celle-ci permettrait une approche plus systématique et une augmentation du nombre de patients correctement pris en charge tout en minimisant un coût conséquent pour la société. Le dépistage apnées du sommeil en ambulatoire n’a pas de place clairement définie actuellement au sein de l’Institut National d’Assurance Maladie et Invalidité. Ce travail de fin d’études tend à montrer que le sujet mériterait une réflexion construite afin de le codifier au mieux.
Collard - QuentinUniversité de Liège
P06 - 48.002 - QS33 - QS41 - QS11 - QR31 - QD42
Mise en place d’un Réseau Solidaire entre patients dans la Maison Médicale « les Houlpays
Mise en place d’un Réseau Solidaire entre patients dans la Maison Médicale « les Houlpays
Introduction : Le Réseau Solidaire est une association de patients qui promeut les valeurs de solidarité. Le travail avait comme objectif de décrire le processus de mise en place d’un Réseau Solidaire entre patients d’une Maison Médicale « Les Houlpays » en région liégeoise, d’en décrire le fonctionnent et d’en faire une analyse qualitative afin de proposer des améliorations et des réajustements. Méthodologie : Nous avons utilisé un modèle de recherche-action participative qui visait à mettre en place un Réseau Solidaire entre les patients de la Maison Médicale puis de l’évaluer. Dès le début du projet, les données ont été recueillies tout au long de l’intervention au moyen de PV systématiques lors des réunions, d’un recueil de citations représentatives et d’entrevues individuelles. L’évaluation s’est faite au moyen d’une grille AFOM (SWOT). Résultats : Une évaluation, à ce stade du projet, a permis de faire ressortir les attentes et les effets positifs en termes de santé, les modes organisationnels importants aux yeux des acteurs et les valeurs défendues par le projet. Des pistes d’amélioration du projet ont pu être exprimées par les usagers et l’équipe de la Maison Médicale concernant la charge administrative, le faible nombre de demandes d’interventions et le manque de communication. Discussion : Le Réseau Solidaire semble être une action efficace et positive de promotion de la santé. Il permet d’agir sur des déterminants sociaux de la santé tels que l’estime de soi, les liens sociaux, le sentiment d’appartenance, .... Il agit aussi bien sur les bénéficiaires que sur les bénévoles. L’équipe dispose à présent d’un outil fonctionnel. Mots clés : Promotion de la Santé, groupe de patients, soutien social, groupe d’entraide, soutien par les pairs, Charte d’Ottawa, soins primaires.
Introduction : Le Réseau Solidaire est une association de patients qui promeut les valeurs de solidarité. Le travail avait comme objectif de décrire le processus de mise en place d’un Réseau Solidaire entre patients d’une Maison Médicale « Les Houlpays » en région liégeoise, d’en décrire le fonctionnent et d’en faire une analyse qualitative afin de proposer des améliorations et des réajustements. Méthodologie : Nous avons utilisé un modèle de recherche-action participative qui visait à mettre en place un Réseau Solidaire entre les patients de la Maison Médicale puis de l’évaluer. Dès le début du projet, les données ont été recueillies tout au long de l’intervention au moyen de PV systématiques lors des réunions, d’un recueil de citations représentatives et d’entrevues individuelles. L’évaluation s’est faite au moyen d’une grille AFOM (SWOT). Résultats : Une évaluation, à ce stade du projet, a permis de faire ressortir les attentes et les effets positifs en termes de santé, les modes organisationnels importants aux yeux des acteurs et les valeurs défendues par le projet. Des pistes d’amélioration du projet ont pu être exprimées par les usagers et l’équipe de la Maison Médicale concernant la charge administrative, le faible nombre de demandes d’interventions et le manque de communication. Discussion : Le Réseau Solidaire semble être une action efficace et positive de promotion de la santé. Il permet d’agir sur des déterminants sociaux de la santé tels que l’estime de soi, les liens sociaux, le sentiment d’appartenance, .... Il agit aussi bien sur les bénéficiaires que sur les bénévoles. L’équipe dispose à présent d’un outil fonctionnel. Mots clés : Promotion de la Santé, groupe de patients, soutien social, groupe d’entraide, soutien par les pairs, Charte d’Ottawa, soins primaires.
DEPREZ - NicolasUniversité de Liège
QD23 - QP6 - QP61 - QS1 - QR22
Intérêt du calcul du score FIB-4 dans le cadre du dépistage des stéatopathies non alcooliques en médecine générale
Intérêt du calcul du score FIB-4 dans le cadre du dépistage des stéatopathies non alcooliques en médecine générale
Analyse documentaire et étude qualitative réalisée auprès de médecins généralistes et spécialistes pratiquant en région liégeoise
Analyse documentaire et étude qualitative réalisée auprès de médecins généralistes et spécialistes pratiquant en région liégeoise
Lamarche - MathildeUniversité de Liège
QD41 - QS11 - T99 - QO4 - QR31 - QR6 - QT33 - QS41
Pratique des assistants en médecine générale de l'Université de Liège: gestion de la prescription d'antalgiques de palier 2 et 3 ainsi que du mésusage des patients douloureux chroniques
Pratique des assistants en médecine générale de l'Université de Liège: gestion de la prescription d'antalgiques de palier 2 et 3 ainsi que du mésusage des patients douloureux chroniques
Ce travail a pour objectif d'évaluer la pratique des assistants en médecine générale de l'Université de Liège dans la gestion du mésusage et de la prescription d'antalgiques chez les patients souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses. Pour ce faire, un questionnaire papier est utilisé et soumis aux assistants recrutés lors de leur séminaire 1/15 (n=70). L'analyse montre que les assistants recrutés respectent en partie les guidelines lors de l'instauration d'un traitement antalgique, mais qu'ils sont moins attentifs à ceux recommandés pour le suivi de la consommation de leurs patients. Ces assistants éprouvent des difficultés dans la gestion du mésusage, même s'ils arrivent à mettre en place certaines stratégies pour aider leurs patients à diminuer ou contrôler leur consommation d'antalgiques. Enfin, les assistants expriment le besoin de recevoir une formation médicale complémentaire sur la prévention, la détection et le traitement du mésusage aux antalgiques car celle-ci est jugée incomplète. Toutefois, les biais inhérents à ce type d'étude ne nous permettent qu'une interprétation modeste des résultats obtenus. Cependant, cet étude amène à proposer une amélioration de la formation initiale des assistants en médecine générale afin d'améliorer la gestion du mésusage et la prescription d'antalgiques.
Ce travail a pour objectif d'évaluer la pratique des assistants en médecine générale de l'Université de Liège dans la gestion du mésusage et de la prescription d'antalgiques chez les patients souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses. Pour ce faire, un questionnaire papier est utilisé et soumis aux assistants recrutés lors de leur séminaire 1/15 (n=70). L'analyse montre que les assistants recrutés respectent en partie les guidelines lors de l'instauration d'un traitement antalgique, mais qu'ils sont moins attentifs à ceux recommandés pour le suivi de la consommation de leurs patients. Ces assistants éprouvent des difficultés dans la gestion du mésusage, même s'ils arrivent à mettre en place certaines stratégies pour aider leurs patients à diminuer ou contrôler leur consommation d'antalgiques. Enfin, les assistants expriment le besoin de recevoir une formation médicale complémentaire sur la prévention, la détection et le traitement du mésusage aux antalgiques car celle-ci est jugée incomplète. Toutefois, les biais inhérents à ce type d'étude ne nous permettent qu'une interprétation modeste des résultats obtenus. Cependant, cet étude amène à proposer une amélioration de la formation initiale des assistants en médecine générale afin d'améliorer la gestion du mésusage et la prescription d'antalgiques.
Rikir - Anne-FranceUniversité de Liège
QS11 - QT22 - QS41 - QC41 - 50.001 - P18 - A01
Quel impact l'hygiène bucco-dentaire peut-elle avoir sur la nutrition de la personne âgée et comment y faire face en médecine générale?
Quel impact l'hygiène bucco-dentaire peut-elle avoir sur la nutrition de la personne âgée et comment y faire face en médecine générale?
L’objectif de ce travail est d’évaluer l’interaction entre santé bucco-dentaire et dénutrition chez les personnes âgées. Pour ce faire, une revue de la littérature a été réalisée en juin 2019 sur la plateforme Pubmed dans le but d’identifier les troubles possibles dans la sphère bucco-dentaire. Quatre articles ont été retenus. De la revue de la littérature, il a pu être conclu qu’une mauvaise santé bucco-dentaire chez les personnes âgées a un impact important sur leur santé et engendre un risque de dénutrition plus important ; le nombre de facteurs influençant la santé bucco-dentaire est conséquent et sa prévention est donc essentielle. Le médecin généraliste étant en première ligne, son rôle est essentiel dans la promotion de l’hygiène bucco-dentaire et la prévention de ses pathologies. Une liste de dix points-clés a donc été établie afin d’aider le médecin généraliste dans la prise en charge de la problématique de la santé bucco-dentaire et de la dénutrition chez les personnes âgées. Le but de ce travail est donc d’éclaircir les liens complexes entre l’hygiène bucco-dentaire et la dénutrition des personnes âgées mais également d’apporter une piste pour la réalisation d’un outil pouvant être utilisé par les prestataires de soins afin de faire face à cette problématique. Et si le médecin généraliste s’assurait que ses patients continuent à aller chez le dentiste annuellement malgré les années qui passent ? S’il réalisait un examen bucco-dentaire rapide régulier afin de s’assurer de l’absence de douleur, d’une bonne hydratation et de salivation ? Il ressort de ce travail que prévenir la dénutrition des personnes âgées passe par la promotion d’une bonne hygiène bucco-dentaire.
L’objectif de ce travail est d’évaluer l’interaction entre santé bucco-dentaire et dénutrition chez les personnes âgées. Pour ce faire, une revue de la littérature a été réalisée en juin 2019 sur la plateforme Pubmed dans le but d’identifier les troubles possibles dans la sphère bucco-dentaire. Quatre articles ont été retenus. De la revue de la littérature, il a pu être conclu qu’une mauvaise santé bucco-dentaire chez les personnes âgées a un impact important sur leur santé et engendre un risque de dénutrition plus important ; le nombre de facteurs influençant la santé bucco-dentaire est conséquent et sa prévention est donc essentielle. Le médecin généraliste étant en première ligne, son rôle est essentiel dans la promotion de l’hygiène bucco-dentaire et la prévention de ses pathologies. Une liste de dix points-clés a donc été établie afin d’aider le médecin généraliste dans la prise en charge de la problématique de la santé bucco-dentaire et de la dénutrition chez les personnes âgées. Le but de ce travail est donc d’éclaircir les liens complexes entre l’hygiène bucco-dentaire et la dénutrition des personnes âgées mais également d’apporter une piste pour la réalisation d’un outil pouvant être utilisé par les prestataires de soins afin de faire face à cette problématique. Et si le médecin généraliste s’assurait que ses patients continuent à aller chez le dentiste annuellement malgré les années qui passent ? S’il réalisait un examen bucco-dentaire rapide régulier afin de s’assurer de l’absence de douleur, d’une bonne hydratation et de salivation ? Il ressort de ce travail que prévenir la dénutrition des personnes âgées passe par la promotion d’une bonne hygiène bucco-dentaire.
Dekkers - PaulineUniversité de Liège
QC15 - 45.011 - 66.010 - D19 - T05 - QT33
Accouchement inopiné au domicile: comment s'y préparer en tant que médecin généraliste ?
Accouchement inopiné au domicile: comment s'y préparer en tant que médecin généraliste ?

Unexpected delivery at home: how to be well prepared as a general practitioner ?
Unexpected delivery at home: how to be well prepared as a general practitioner ?
But : fournir aux médecins généralistes une série de recommandations leur permettant de faire face à un accouchement inopiné extrahospitalier au domicile. Méthode : il s’agit ici d’une revue de la littérature belge et internationale disponible et du recueil d’avis d’experts permettant d’adapter les recommandations actuelles d’obstétrique et de néonatologie à la médecine générale. Résultats : l’incidence des accouchements inopinés extrahospitaliers est de 1,5/1000 naissances. L’immense majorité de ces accouchements sont eutociques et l’adaptation des nouveau-nés à la vie extra-utérine est bonne. On peut établir un profil de parturiente à risque d’accouchement inopiné. Des tables de score, une anamnèse et un examen clinique bien conduits permettent de juger de la possibilité ou non d’un transfert vers la maternité. Une bonne connaissance de la mécanique de base de l’accouchement, ainsi que de quelques manœuvres simples, permettent de se sortir de la plupart des complications obstétricales. La prise en charge de base du nouveau-né est simple et minimale avant le transfert vers la maternité. Les complications néonatales sont rares, la connaissance des premiers secours du petit enfant permet l’attente de l’équipe médicale urgente. De l’aide est disponible et doit être requise auprès des maternités, des sages-femmes libérales, des services d’urgences et des services de néonatologie. Conclusion : les accouchements inopinés au domicile sont peu fréquents et dans l’immense majorité eutociques. Une connaissance de quelques manœuvres, de soins basiques du nouveau-né et la disponibilité d’un matériel simple permet au généraliste de faire face à l’éventualité de réaliser un accouchement à domicile de manière sereine.
But : fournir aux médecins généralistes une série de recommandations leur permettant de faire face à un accouchement inopiné extrahospitalier au domicile. Méthode : il s’agit ici d’une revue de la littérature belge et internationale disponible et du recueil d’avis d’experts permettant d’adapter les recommandations actuelles d’obstétrique et de néonatologie à la médecine générale. Résultats : l’incidence des accouchements inopinés extrahospitaliers est de 1,5/1000 naissances. L’immense majorité de ces accouchements sont eutociques et l’adaptation des nouveau-nés à la vie extra-utérine est bonne. On peut établir un profil de parturiente à risque d’accouchement inopiné. Des tables de score, une anamnèse et un examen clinique bien conduits permettent de juger de la possibilité ou non d’un transfert vers la maternité. Une bonne connaissance de la mécanique de base de l’accouchement, ainsi que de quelques manœuvres simples, permettent de se sortir de la plupart des complications obstétricales. La prise en charge de base du nouveau-né est simple et minimale avant le transfert vers la maternité. Les complications néonatales sont rares, la connaissance des premiers secours du petit enfant permet l’attente de l’équipe médicale urgente. De l’aide est disponible et doit être requise auprès des maternités, des sages-femmes libérales, des services d’urgences et des services de néonatologie. Conclusion : les accouchements inopinés au domicile sont peu fréquents et dans l’immense majorité eutociques. Une connaissance de quelques manœuvres, de soins basiques du nouveau-né et la disponibilité d’un matériel simple permet au généraliste de faire face à l’éventualité de réaliser un accouchement à domicile de manière sereine.
Rambaud - VincentUniversité de Liège
59.002 - QC11 - QC22 - QD24
Quels sont les facteurs favorisant ou au contraire freinant le médecin généraliste dans l'élaboration, pour un patient, d'un projet de soins personnalisé et anticipé
Quels sont les facteurs favorisant ou au contraire freinant le médecin généraliste dans l'élaboration, pour un patient, d'un projet de soins personnalisé et anticipé
Plusieurs outils sont recensés en Belgique et dans d’autres pays afin de promouvoir les projets de soins personnalisés et anticipés (PSPA) auprès des soignants et du grand public. En somme, il apparaît cependant que ce n’est pas l’outil « matériel » qui importe le plus, mais la démarche dont il est le support. En effet, force est de constater que malgré l’existence de support, la prévalence des projets de soins personnalisés et anticipés en Belgique est faible. Le but de ce travail est de promouvoir l’élaboration de PSPA par le médecin avec le patient en analysant les freins rencontrés par les généralistes ainsi que les solutions proposées. J’ai pour ce faire réalisé dix entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes travaillant en région verviétoise. Les résultats des entretiens ont permis de mettre en évidence les principales difficultés rencontrées par les médecins interrogés  ainsi que leurs besoins spécifiques tant en termes de formation que du recours à une équipe de soutien, nécessaires notamment pour combler leur manque d’expérience, de connaissance et de pratique. Il y a une quasi-unanimité de réactions favorables vis-à-vis du concept de projet de fin de vie anticipé, mais presque aucun médecin généraliste interrogé ne le développe. De ce travail, il ressort qu'il serait judicieux de mieux former et de sensibiliser les médecins généralistes lors de leurs études et durant leur pratique de la médecine. Cela leur permettrait d’acquérir les connaissances et les compétences en communication nécessaires pour informer, écouter et proposer des outils adaptés au patient afin qu’il puisse prendre les décisions respectant ses valeurs et choix de vie.
Plusieurs outils sont recensés en Belgique et dans d’autres pays afin de promouvoir les projets de soins personnalisés et anticipés (PSPA) auprès des soignants et du grand public. En somme, il apparaît cependant que ce n’est pas l’outil « matériel » qui importe le plus, mais la démarche dont il est le support. En effet, force est de constater que malgré l’existence de support, la prévalence des projets de soins personnalisés et anticipés en Belgique est faible. Le but de ce travail est de promouvoir l’élaboration de PSPA par le médecin avec le patient en analysant les freins rencontrés par les généralistes ainsi que les solutions proposées. J’ai pour ce faire réalisé dix entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes travaillant en région verviétoise. Les résultats des entretiens ont permis de mettre en évidence les principales difficultés rencontrées par les médecins interrogés  ainsi que leurs besoins spécifiques tant en termes de formation que du recours à une équipe de soutien, nécessaires notamment pour combler leur manque d’expérience, de connaissance et de pratique. Il y a une quasi-unanimité de réactions favorables vis-à-vis du concept de projet de fin de vie anticipé, mais presque aucun médecin généraliste interrogé ne le développe. De ce travail, il ressort qu'il serait judicieux de mieux former et de sensibiliser les médecins généralistes lors de leurs études et durant leur pratique de la médecine. Cela leur permettrait d’acquérir les connaissances et les compétences en communication nécessaires pour informer, écouter et proposer des outils adaptés au patient afin qu’il puisse prendre les décisions respectant ses valeurs et choix de vie.
Hardy - MéganeUniversité de Liège
QD25 - QD26 - QP2 - QR31 - QD12 - QS41 - A25
Evaluation du questionnaire nordique dans le dépistage des troubles musculo-squelettiques du membre supérieur liés au travail dans une maison médicale de la région liégeoise
Evaluation du questionnaire nordique dans le dépistage des troubles musculo-squelettiques du membre supérieur liés au travail dans une maison médicale de la région liégeoise
L'abstract de ce TFE n'est pas disponible dans mgtfe
L'abstract de ce TFE n'est pas disponible dans mgtfe
Krammisch - MurielUniversité de Liège
QD42 - L19 - L20 - QS41 - QT33 - QR32 - Z05 - QD33
La concertation médico-pharmaceutique : un outil pour le médecin généraliste dans la prise en charge de la polymédication
La concertation médico-pharmaceutique : un outil pour le médecin généraliste dans la prise en charge de la polymédication
u vu du vieillissement de la population et de l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques et comorbidités avec l’âge, le médecin généraliste est de plus en plus confronté à une pharmacothérapie complexe chez ses patients gériatriques. La polymédication est donc extrêmement fréquente dans cette partie de la population, notamment au sein des maisons de repos et maisons de repos et de soins. Les patients âgés étant plus vulnérables, cette polymédication les expose à des effets néfastes. Lorsqu’on parle de polymédication, il est judicieux de parler de prescription inappropriée. Pour lutter contre cette dernière, plusieurs outils sont à disposition du médecin généraliste. La concertation médico-pharmaceutique permettrait-elle une utilisation plus rationnelle et efficace des médicaments ? Des concertations de ce type ont été réalisées dans 4 institutions de la commune de Sprimont. Le traitement de 36 patients a été passé en revue. Au terme de celles-ci, le nombre moyen de médicaments chroniques est passé de 9,53 à 7,58. Plusieurs prescriptions inappropriées ont été mises en évidence. Certaines ont pu être arrêtées : on observe une baisse de 70% des statines, 85% des inhibiteurs de la pompe à protons, 11% des antidépresseurs et 3% des benzodiazépines et neuroleptiques. Ce type de réunions multidisciplinaires permet d’avoir une vision globale du patient et celui-ci en retire une meilleure qualité de vie et un bénéfice économique. De plus, cet avantage pécunier se répercute sur la sécurité sociale via notamment la réduction du nombre d’hospitalisations d’origine iatrogénique. Il semble donc nécessaire d’établir une organisation régulière, périodique et systémique des concertations médico-pharmaceutiques.
u vu du vieillissement de la population et de l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques et comorbidités avec l’âge, le médecin généraliste est de plus en plus confronté à une pharmacothérapie complexe chez ses patients gériatriques. La polymédication est donc extrêmement fréquente dans cette partie de la population, notamment au sein des maisons de repos et maisons de repos et de soins. Les patients âgés étant plus vulnérables, cette polymédication les expose à des effets néfastes. Lorsqu’on parle de polymédication, il est judicieux de parler de prescription inappropriée. Pour lutter contre cette dernière, plusieurs outils sont à disposition du médecin généraliste. La concertation médico-pharmaceutique permettrait-elle une utilisation plus rationnelle et efficace des médicaments ? Des concertations de ce type ont été réalisées dans 4 institutions de la commune de Sprimont. Le traitement de 36 patients a été passé en revue. Au terme de celles-ci, le nombre moyen de médicaments chroniques est passé de 9,53 à 7,58. Plusieurs prescriptions inappropriées ont été mises en évidence. Certaines ont pu être arrêtées : on observe une baisse de 70% des statines, 85% des inhibiteurs de la pompe à protons, 11% des antidépresseurs et 3% des benzodiazépines et neuroleptiques. Ce type de réunions multidisciplinaires permet d’avoir une vision globale du patient et celui-ci en retire une meilleure qualité de vie et un bénéfice économique. De plus, cet avantage pécunier se répercute sur la sécurité sociale via notamment la réduction du nombre d’hospitalisations d’origine iatrogénique. Il semble donc nécessaire d’établir une organisation régulière, périodique et systémique des concertations médico-pharmaceutiques.
Verbeurgt - LievineUniversité de Liège
QS41 - QC15 - QD325 - QR325
L’obésité chez l’adulte : enquête sur les difficultés de prise en charge auprès des médecins généralistes des maisons médicales liégeoises
L’obésité chez l’adulte : enquête sur les difficultés de prise en charge auprès des médecins généralistes des maisons médicales liégeoises
Introduction La société occidentale est confrontée à la problématique de la surcharge pondérale de manière de plus en plus impressionnante : selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) on est face à une vraie épidémie mondiale d’obésité. On peut considérer l’obésité une pathologie chronique, dont la prise en charge est confiée au médecin généraliste. L’objectif principal de ce TFE était d’explorer les difficultés de prise en charge de l’obésité chez l’adulte, via des focus groups menés auprès des médecins généralistes travaillants en association pluridisciplinaire et en région urbaine. Comme objectifs secondaires ce travail se proposait d’évaluer la satisfaction relative à cette prise en charge et de recueillir des propositions d’amélioration. Résultats et Discussion L’échantillon était composé par 19 médecins généralistes travaillant en maison médicale dans les communes de Liège et Ans. Les difficultés identifiées par les participants à ces focus groups reflètent les difficultés présentées dans d’autres études concernant le même sujet. Une des difficultés plus fréquemment citées a été le facteur temps, puis on retiendra la résistance au changement et le manque de motivation de la parte du patient. Un aspect très intéressant est représentée par la dimension sociétale du problème de l’obésité, qui exige une prise en charge au niveau de la santé publique. En ce qui concerne la satisfaction, on a pu constater un sentiment prévalent de frustration et d’insatisfaction. Conclusion Globalement, on peut considérer que les objectifs fixés pour ce travail ont été atteints. La prise en charge de l’obésité, comme pour toutes pathologies chronique, demande un travail de collaboration avec des thérapeutes autres que les médecins. Est nécessaire un encadrement autour du patient qui ne s’arrête pas à la maison médicale mais qui doit impliquer la société à partie entière. Pour dépasser l’insatisfaction des médecins, provenante du sentiment d’inefficacité de leurs interventions, un aide pourrait venir de la pratique de l’éducation thérapeutique du patient.
Introduction La société occidentale est confrontée à la problématique de la surcharge pondérale de manière de plus en plus impressionnante : selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) on est face à une vraie épidémie mondiale d’obésité. On peut considérer l’obésité une pathologie chronique, dont la prise en charge est confiée au médecin généraliste. L’objectif principal de ce TFE était d’explorer les difficultés de prise en charge de l’obésité chez l’adulte, via des focus groups menés auprès des médecins généralistes travaillants en association pluridisciplinaire et en région urbaine. Comme objectifs secondaires ce travail se proposait d’évaluer la satisfaction relative à cette prise en charge et de recueillir des propositions d’amélioration. Résultats et Discussion L’échantillon était composé par 19 médecins généralistes travaillant en maison médicale dans les communes de Liège et Ans. Les difficultés identifiées par les participants à ces focus groups reflètent les difficultés présentées dans d’autres études concernant le même sujet. Une des difficultés plus fréquemment citées a été le facteur temps, puis on retiendra la résistance au changement et le manque de motivation de la parte du patient. Un aspect très intéressant est représentée par la dimension sociétale du problème de l’obésité, qui exige une prise en charge au niveau de la santé publique. En ce qui concerne la satisfaction, on a pu constater un sentiment prévalent de frustration et d’insatisfaction. Conclusion Globalement, on peut considérer que les objectifs fixés pour ce travail ont été atteints. La prise en charge de l’obésité, comme pour toutes pathologies chronique, demande un travail de collaboration avec des thérapeutes autres que les médecins. Est nécessaire un encadrement autour du patient qui ne s’arrête pas à la maison médicale mais qui doit impliquer la société à partie entière. Pour dépasser l’insatisfaction des médecins, provenante du sentiment d’inefficacité de leurs interventions, un aide pourrait venir de la pratique de l’éducation thérapeutique du patient.
Petrucci - TeclaUniversité de Liège
T82
Intérêt de la prise en charge du syndrome des apnées du sommeil par la médecine de première ligne : enquête de satisfaction auprès des patients du Centre de Santé intégrée des Carrières de Sprimont.
Intérêt de la prise en charge du syndrome des apnées du sommeil par la médecine de première ligne : enquête de satisfaction auprès des patients du Centre de Santé intégrée des Carrières de Sprimont.
Le syndrome des apnées et hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est la plus fréquente des pathologies du sommeil. De plus, sa prévalence dans la population des plus de 40 ans peut atteindre les 50%. Le syndrome d’apnées du sommeil est le résultat d’un collapsus des voies aériennes supérieures qui provoque un micro-réveil et une hypoperfusion des organes nobles. S’en suivent des répercussions cardiovasculaires, cérébro-vasculaires, glycémiques. La somnolence diurne, les ronflements et les pauses respiratoires sont les trois grands symptômes retrouvés à l’anamnèse ou hétéro-anamnèse. De nos jours, les laboratoires du sommeil sont surchargés, les délais pour une polysomnographie explosent et les somnologues ne savent plus prendre en charge les autres pathologies du sommeil qui sont hors de portée des médecins généralistes. Une procédure de prise en charge du dépistage au traitement des apnées du sommeil a été mise en place dans notre Centre de Santé intégrée des Carrières de Sprimont depuis octobre 2017. Les patients ont été invité à répondre à un questionnaire de satisfaction. Globalement, la majorité de nos patients sont satisfaits de la prise en charge. En revanche, le prix de l’appareillage par CPAP (qui est entièrement à leur charge à contrario de la convention intra-hospitalière) les dérange souvent mais le bénéfice apporté par le traitement est plus important selon leur dires
Le syndrome des apnées et hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS) est la plus fréquente des pathologies du sommeil. De plus, sa prévalence dans la population des plus de 40 ans peut atteindre les 50%. Le syndrome d’apnées du sommeil est le résultat d’un collapsus des voies aériennes supérieures qui provoque un micro-réveil et une hypoperfusion des organes nobles. S’en suivent des répercussions cardiovasculaires, cérébro-vasculaires, glycémiques. La somnolence diurne, les ronflements et les pauses respiratoires sont les trois grands symptômes retrouvés à l’anamnèse ou hétéro-anamnèse. De nos jours, les laboratoires du sommeil sont surchargés, les délais pour une polysomnographie explosent et les somnologues ne savent plus prendre en charge les autres pathologies du sommeil qui sont hors de portée des médecins généralistes. Une procédure de prise en charge du dépistage au traitement des apnées du sommeil a été mise en place dans notre Centre de Santé intégrée des Carrières de Sprimont depuis octobre 2017. Les patients ont été invité à répondre à un questionnaire de satisfaction. Globalement, la majorité de nos patients sont satisfaits de la prise en charge. En revanche, le prix de l’appareillage par CPAP (qui est entièrement à leur charge à contrario de la convention intra-hospitalière) les dérange souvent mais le bénéfice apporté par le traitement est plus important selon leur dires
Delroualle - JustineUniversité de Liège
QO4 - QO4 - QO4 - QO4 - QO4 - QO4
Apport de la formation en hypnose comme option thérapeutique complémentaire pour le médecin généraliste dans la prise en charge de la douleur chronique.
Apport de la formation en hypnose comme option thérapeutique complémentaire pour le médecin généraliste dans la prise en charge de la douleur chronique.
Il apparaît, selon les données nationales et étrangères, que la douleur chronique constitue un problème de santé important, non seulement par l’intensité et de la durée des douleurs, mais également en raison de l’impact négatif sur la qualité de vie des patients concernés. La douleur chronique constitue un motif de consultation très fréquent en médecine générale pour lequel nous disposons d'outils médicamenteux et thérapeutiques. L'hypnose est une technique de plus en plus étudiée depuis les années 90, elle apporterait un regard nouveau sur la problématique de douleur chronique et constituerait un apport complémentaire pour la pratique du médecin généraliste. Mots-clés : hypnose, médecine générale, douleur chronique, communication.
Il apparaît, selon les données nationales et étrangères, que la douleur chronique constitue un problème de santé important, non seulement par l’intensité et de la durée des douleurs, mais également en raison de l’impact négatif sur la qualité de vie des patients concernés. La douleur chronique constitue un motif de consultation très fréquent en médecine générale pour lequel nous disposons d'outils médicamenteux et thérapeutiques. L'hypnose est une technique de plus en plus étudiée depuis les années 90, elle apporterait un regard nouveau sur la problématique de douleur chronique et constituerait un apport complémentaire pour la pratique du médecin généraliste. Mots-clés : hypnose, médecine générale, douleur chronique, communication.
Rings - ElodieUniversité de Liège
QD5 - QD12 - QP2 - QP3 - QP53 - QR31 - QS41 - QO4
Le désir d'antibiotiques dans la rhinopharyngite aigüe de l'adulte : étude qualitative portant sur les espérances des patients, leur impact sur le lien thérapeutique et les connaissances de la population générale en matière de santé communautaire.
Le désir d'antibiotiques dans la rhinopharyngite aigüe de l'adulte : étude qualitative portant sur les espérances des patients, leur impact sur le lien thérapeutique et les connaissances de la population générale en matière de santé communautaire.
L'augmentation de la résistance aux antibiotiques est aujourd'hui l'un des principaux problèmes de santé publique et touche toutes les régions du monde, sans exception. En Belgique, comme dans beaucoup d'autres pays, des vagues de campagnes de sensibilisation ont été lancées et de nombreuses mesures économiques ont été mises en place, comme le déremboursement des spécialités antibiotiques en 2017. Cependant, toutes ces tentatives d'enrayer le phénomène restent vaines. Comme la médecine de première ligne est particulièrement pointée du doigt, de nombreuses études se sont penchées sur les raisons qui poussaient les médecins généralistes à prescrire des antibiotiques à leurs patients en dehors de toutes les règles de bonne pratique. Puisque l'une des principales motivations des praticiens semble être la préservation du lien thérapeutique, il semblait important de se pencher sur le point de vue du patient. Ce TFE avait donc comme objectif, grâce à une approche purement qualitative, de clarifier les raisons qui amènent le patient à désirer voire à demander un traitement antibiotique. Pour des raisons pratiques, l'étude s'est concentrée sur le désir d'antibiotiques en cas de rhinopharyngite aigüe de l'adulte. Ce travail s'est également penché sur l'impact d'un tel désir sur le lien thérapeutique, l'implication du patient dans la problématique communautaire et sur ses connaissances en la matière. À l'inverse des résultats attendus, l'étude a démontré que les connaissances des patients à propos des antibiotiques étaient plutôt satisfaisantes. Cependant, le patient semble avoir du mal à utiliser ces connaissances en pratique et prête malgré tout de grandes vertus antipyrétiques et antalgiques aux antibiotiques. Notre étude a par contre montré que le patient n'avait que peu de connaissances en matière de santé publique et sur la problématique de l'augmentation des résistances. La plupart d'entre eux n'avaient pas la moindre idée de quoi il s'agissait. Et ceux qui en avaient une vague idée pensaient qu'il s'agissait plutôt d'un problème à échelle individuelle et que c'était leur organisme qui s'immunisait contre les antibiotiques et non les pathogènes. Concernant le lien thérapeutique, l'étude semble montrer que les médecins généralistes ont tendance à croire, à tort, que les patients espèrent obtenir un antibiotique en fin de consultation alors que la plupart cherchent surtout une antalgie rapide et efficace, le soulagement de leur fièvre ainsi que des informations sur la maladie. Les enteriens individuels avec les patients ont également mis en exergue que les patients ne savaient pas exactement ce que recouvrait le vocable "antibiotique" et les confondaient ponctuellement avec les traitements symptomatiques prescrits dans le cadre de la rhinopharyngite. Il semble donc exister une inadéquation nette entre le vocable utilisé par le patient et celui de son médecin traitant. On retiendra donc deux choses de cette étude. Tout d'abord que les connaissances des patients en termes d'antibiothérapie sont bien là, même s'ils ont du mal à les mobiliser, et qu'on peut facilement y faire appel. On retiendra finalement que les attentes des patients ne sont pas toujours celles que l'on croit et qu'il est essentiel de les explorer en profondeur et d'essayer de supprimer les filtres du langage afin de leur proposer le traitement le mieux adapté à leurs besoins. Peut-être que les patients revendicateurs, énormes consommateurs d'antibiotiques, ne sont-ils pas aussi fréquents que nous le pensions.
L'augmentation de la résistance aux antibiotiques est aujourd'hui l'un des principaux problèmes de santé publique et touche toutes les régions du monde, sans exception. En Belgique, comme dans beaucoup d'autres pays, des vagues de campagnes de sensibilisation ont été lancées et de nombreuses mesures économiques ont été mises en place, comme le déremboursement des spécialités antibiotiques en 2017. Cependant, toutes ces tentatives d'enrayer le phénomène restent vaines. Comme la médecine de première ligne est particulièrement pointée du doigt, de nombreuses études se sont penchées sur les raisons qui poussaient les médecins généralistes à prescrire des antibiotiques à leurs patients en dehors de toutes les règles de bonne pratique. Puisque l'une des principales motivations des praticiens semble être la préservation du lien thérapeutique, il semblait important de se pencher sur le point de vue du patient. Ce TFE avait donc comme objectif, grâce à une approche purement qualitative, de clarifier les raisons qui amènent le patient à désirer voire à demander un traitement antibiotique. Pour des raisons pratiques, l'étude s'est concentrée sur le désir d'antibiotiques en cas de rhinopharyngite aigüe de l'adulte. Ce travail s'est également penché sur l'impact d'un tel désir sur le lien thérapeutique, l'implication du patient dans la problématique communautaire et sur ses connaissances en la matière. À l'inverse des résultats attendus, l'étude a démontré que les connaissances des patients à propos des antibiotiques étaient plutôt satisfaisantes. Cependant, le patient semble avoir du mal à utiliser ces connaissances en pratique et prête malgré tout de grandes vertus antipyrétiques et antalgiques aux antibiotiques. Notre étude a par contre montré que le patient n'avait que peu de connaissances en matière de santé publique et sur la problématique de l'augmentation des résistances. La plupart d'entre eux n'avaient pas la moindre idée de quoi il s'agissait. Et ceux qui en avaient une vague idée pensaient qu'il s'agissait plutôt d'un problème à échelle individuelle et que c'était leur organisme qui s'immunisait contre les antibiotiques et non les pathogènes. Concernant le lien thérapeutique, l'étude semble montrer que les médecins généralistes ont tendance à croire, à tort, que les patients espèrent obtenir un antibiotique en fin de consultation alors que la plupart cherchent surtout une antalgie rapide et efficace, le soulagement de leur fièvre ainsi que des informations sur la maladie. Les enteriens individuels avec les patients ont également mis en exergue que les patients ne savaient pas exactement ce que recouvrait le vocable "antibiotique" et les confondaient ponctuellement avec les traitements symptomatiques prescrits dans le cadre de la rhinopharyngite. Il semble donc exister une inadéquation nette entre le vocable utilisé par le patient et celui de son médecin traitant. On retiendra donc deux choses de cette étude. Tout d'abord que les connaissances des patients en termes d'antibiothérapie sont bien là, même s'ils ont du mal à les mobiliser, et qu'on peut facilement y faire appel. On retiendra finalement que les attentes des patients ne sont pas toujours celles que l'on croit et qu'il est essentiel de les explorer en profondeur et d'essayer de supprimer les filtres du langage afin de leur proposer le traitement le mieux adapté à leurs besoins. Peut-être que les patients revendicateurs, énormes consommateurs d'antibiotiques, ne sont-ils pas aussi fréquents que nous le pensions.
Kesteman - Marie-SophieUniversité de Liège
50.006 - QR31 - QC14 - R74 - QP42 - QP5 - QD12 - QD446
Evaluation de l'intérêt des médecins généralistes à recevoir un rapport après une interruption volontaire de grossesse au planning familial
Evaluation de l'intérêt des médecins généralistes à recevoir un rapport après une interruption volontaire de grossesse au planning familial
Introduction L’interruption volontaire de grossesse est un élément primordial de santé publique et régulièrement controversé dans l’actualité. Je me suis intéressée aux interruptions volontaires de grossesse pratiquées en centre de planning familial où j’y ai remarqué un manque de communication avec les médecins traitants des patientes. J’ai donc décidé d’interroger des médecins généralistes afin d’évaluer leur intérêt à recevoir un rapport après une interruption volontaire de grossesse au planning familial. Le but de cette étude qualitative étant de comprendre quels sont les enjeux de la communication interdisciplinaire. Méthodologie J’ai d’abord effectué une recherche de la littérature afin de retracer l’historique du planning familial et de rassembler les recommandations quant à la pratique de l’interruption volontaire de grossesse en centres extrahospitaliers. J’ai ensuite réalisé 2 focus group auprès de médecins généralistes exerçant en région liégeoise permettant de recueillir leurs avis concernant leur intérêt de recevoir un rapport du planning familial après une interruption volontaire de grossesse chez leurs patientes. Résultats Les résultats des Focus group ont permis d’approfondir la vision des médecins généralités vis à vis du planning familial et de mettre en évidence les principales informations qu’ils estiment nécessaire de connaître sur leurs patientes après une interruption volontaire de grossesse. Discussion Il ressort de cette étude que les médecins généralistes, en tant que coordinateur de soins, ont besoins du rapport du planning familial pour compléter leur vision holistique de leurs patientes afin d’assurer un suivi cohérent. En définitive, cette communication interdisciplinaire permet de favoriser une collaboration entre les médecins généralistes et les centres de planning familial pour une prise en charge exhaustive des patientes.
Introduction L’interruption volontaire de grossesse est un élément primordial de santé publique et régulièrement controversé dans l’actualité. Je me suis intéressée aux interruptions volontaires de grossesse pratiquées en centre de planning familial où j’y ai remarqué un manque de communication avec les médecins traitants des patientes. J’ai donc décidé d’interroger des médecins généralistes afin d’évaluer leur intérêt à recevoir un rapport après une interruption volontaire de grossesse au planning familial. Le but de cette étude qualitative étant de comprendre quels sont les enjeux de la communication interdisciplinaire. Méthodologie J’ai d’abord effectué une recherche de la littérature afin de retracer l’historique du planning familial et de rassembler les recommandations quant à la pratique de l’interruption volontaire de grossesse en centres extrahospitaliers. J’ai ensuite réalisé 2 focus group auprès de médecins généralistes exerçant en région liégeoise permettant de recueillir leurs avis concernant leur intérêt de recevoir un rapport du planning familial après une interruption volontaire de grossesse chez leurs patientes. Résultats Les résultats des Focus group ont permis d’approfondir la vision des médecins généralités vis à vis du planning familial et de mettre en évidence les principales informations qu’ils estiment nécessaire de connaître sur leurs patientes après une interruption volontaire de grossesse. Discussion Il ressort de cette étude que les médecins généralistes, en tant que coordinateur de soins, ont besoins du rapport du planning familial pour compléter leur vision holistique de leurs patientes afin d’assurer un suivi cohérent. En définitive, cette communication interdisciplinaire permet de favoriser une collaboration entre les médecins généralistes et les centres de planning familial pour une prise en charge exhaustive des patientes.
Bloch - LaurenceUniversité de Liège
QS32 - QD25 - QS13 - QS41 - QD27 - W83 - QR31 - QR6
Étude de l’improvisation théâtrale comme outil thérapeutique chez des patients souffrant d’anxiété dans une maison médicale liégeoise
Étude de l’improvisation théâtrale comme outil thérapeutique chez des patients souffrant d’anxiété dans une maison médicale liégeoise
Les troubles anxieux occupent une place de plus en plus importante en médecine générale. Ils sont un facteur important de consommation d’anxiolytiques, jugée excessive en Belgique, et représentent une problématique pour laquelle il serait souhaitable d’identifier plus d’alternatives non médicamenteuses. L’improvisation théâtrale, une forme de performance théâtrale spontanée, a démontré des effets bénéfiques sur la qualité de vie de patients dans différents contextes thérapeutiques en dehors de la problématique de l’anxiété. Cette étude pilote s’est penchée sur la possibilité d’utiliser l’improvisation théâtrale comme outil thérapeutique afin d’améliorer la qualité de vie des patients anxieux dans une maison médicale. Les objectifs de cette étude étaient de (1) mettre en place des séances d’improvisation à visée thérapeutique au sein d’une maison médiale et (2) tester l’hypothèse que l’improvisation théâtrale peut participer à diminuer l’anxiété chez les patients souffrant de troubles anxieux et améliorer leur qualité de vie. Pour répondre à la problématique soulevée, nous avons d’une part mis en place des séances d’improvisation théâtrale pour des patients anxieux de la maison médicale du Laveu, c’est-à-dire : établi un protocole expérimental scientifiquement et éthiquement valide, contacté des organisateurs, sélectionné des patients sur base du critère P01 de la classification internationale des soins primaires, et organisé/encadré les séances d’improvisation au sein de la maison médicale du Laveu. D’autre part, nous avons testé l’effet des séances d’improvisation sur l’anxiété et la qualité de vie des patients en comparant les réponses des participants à un entretien pré-test et post-test utilisant des questionnaires quantitatifs (STAI, mesurant l’anxiété, et SF-36, mesurant la qualité de vie) et qualitatifs, par rapport à un groupe contrôle. Les résultats des analyses quantitatives et qualitatives ont tous deux révélé une tendance globale à l’amélioration de l’état d’anxiété et de la qualité de vie des participants aux séances d’improvisation, selon les dimensions psychiques. Les résultats du SF- 36 ont montré une tendance à l’amélioration, particulièrement dans les dimensions « Limitations liées à la santé mentale (RE) » et « Santé mentale (MH) », tandis que l’analyse qualitative a surtout révélé une amélioration correspondant aux dimensions « Vitalité : énergie et fatigue », « Fonctionnement et bien-être social » et « Santé mentale (MH) », démontrant une grande complémentarité entre ces deux approches. Ces résultats tendent à montrer que la participation à des activités d’improvisation théâtrale puisse aider à réduire l’anxiété et améliorer la qualité de vie des patients anxieux. D’autres travaux sur un échantillon de participants plus grand seraient nécessaires pour valider statistiquement ces résultats.
Les troubles anxieux occupent une place de plus en plus importante en médecine générale. Ils sont un facteur important de consommation d’anxiolytiques, jugée excessive en Belgique, et représentent une problématique pour laquelle il serait souhaitable d’identifier plus d’alternatives non médicamenteuses. L’improvisation théâtrale, une forme de performance théâtrale spontanée, a démontré des effets bénéfiques sur la qualité de vie de patients dans différents contextes thérapeutiques en dehors de la problématique de l’anxiété. Cette étude pilote s’est penchée sur la possibilité d’utiliser l’improvisation théâtrale comme outil thérapeutique afin d’améliorer la qualité de vie des patients anxieux dans une maison médicale. Les objectifs de cette étude étaient de (1) mettre en place des séances d’improvisation à visée thérapeutique au sein d’une maison médiale et (2) tester l’hypothèse que l’improvisation théâtrale peut participer à diminuer l’anxiété chez les patients souffrant de troubles anxieux et améliorer leur qualité de vie. Pour répondre à la problématique soulevée, nous avons d’une part mis en place des séances d’improvisation théâtrale pour des patients anxieux de la maison médicale du Laveu, c’est-à-dire : établi un protocole expérimental scientifiquement et éthiquement valide, contacté des organisateurs, sélectionné des patients sur base du critère P01 de la classification internationale des soins primaires, et organisé/encadré les séances d’improvisation au sein de la maison médicale du Laveu. D’autre part, nous avons testé l’effet des séances d’improvisation sur l’anxiété et la qualité de vie des patients en comparant les réponses des participants à un entretien pré-test et post-test utilisant des questionnaires quantitatifs (STAI, mesurant l’anxiété, et SF-36, mesurant la qualité de vie) et qualitatifs, par rapport à un groupe contrôle. Les résultats des analyses quantitatives et qualitatives ont tous deux révélé une tendance globale à l’amélioration de l’état d’anxiété et de la qualité de vie des participants aux séances d’improvisation, selon les dimensions psychiques. Les résultats du SF- 36 ont montré une tendance à l’amélioration, particulièrement dans les dimensions « Limitations liées à la santé mentale (RE) » et « Santé mentale (MH) », tandis que l’analyse qualitative a surtout révélé une amélioration correspondant aux dimensions « Vitalité : énergie et fatigue », « Fonctionnement et bien-être social » et « Santé mentale (MH) », démontrant une grande complémentarité entre ces deux approches. Ces résultats tendent à montrer que la participation à des activités d’improvisation théâtrale puisse aider à réduire l’anxiété et améliorer la qualité de vie des patients anxieux. D’autres travaux sur un échantillon de participants plus grand seraient nécessaires pour valider statistiquement ces résultats.
Cagnati - VictoriaUniversité de Liège
P01 - P74 - QO4 - QO4
Le trajet de soins de l’insuffisance rénale chronique. Dix ans après ses débuts, quels sont les freins et les leviers à son utilisation en médecine générale ?
Le trajet de soins de l’insuffisance rénale chronique. Dix ans après ses débuts, quels sont les freins et les leviers à son utilisation en médecine générale ?
L’insuffisance rénale chronique est une pathologie des plus préoccupantes en terme de santé publique, de par le risque cardio-vasculaire élevé qui l’accompagne mais aussi par les coûts considérables liés aux techniques de suppléances une fois le patient en phase terminale de cette maladie. C’est dans ce contexte qu’il y a dix ans les trajets de soins pour l’insuffisance rénale chronique ont vu le jour. Mon expérience personnelle m’a conduit à penser que cet outil est peu connu des médecins généralistes. Partant de cette hypothèse, j’ai cherché à comprendre pourquoi les médecins généralistes ne l’utilisent pas dans leur pratique. L’étude qualitative menée tente ainsi à comprendre les attentes du médecin généraliste sur ce trajet de soins et quels en sont les freins à son utilisation. Cette recherche a pour objectif d’émettre des pistes de réflexions sur d’éventuelles améliorations à apporter à ce projet pour en optimiser l’utilisation. L’étude a été menée auprès de 12 médecins généralistes exerçant en provinces de Liège et Nord-Luxembourg par le moyen d’entretiens semi-dirigés. Cette étude montre que les attentes des médecins généralistes reflètent assez bien les objectifs du « Chronic care model ». Cependant, la réalité du terrain révèle qu’elles ne sont pas systématiquement perçues. D’autres freins plus théoriques ont pu être établis et plusieurs recommandations ont ainsi étés émises.
L’insuffisance rénale chronique est une pathologie des plus préoccupantes en terme de santé publique, de par le risque cardio-vasculaire élevé qui l’accompagne mais aussi par les coûts considérables liés aux techniques de suppléances une fois le patient en phase terminale de cette maladie. C’est dans ce contexte qu’il y a dix ans les trajets de soins pour l’insuffisance rénale chronique ont vu le jour. Mon expérience personnelle m’a conduit à penser que cet outil est peu connu des médecins généralistes. Partant de cette hypothèse, j’ai cherché à comprendre pourquoi les médecins généralistes ne l’utilisent pas dans leur pratique. L’étude qualitative menée tente ainsi à comprendre les attentes du médecin généraliste sur ce trajet de soins et quels en sont les freins à son utilisation. Cette recherche a pour objectif d’émettre des pistes de réflexions sur d’éventuelles améliorations à apporter à ce projet pour en optimiser l’utilisation. L’étude a été menée auprès de 12 médecins généralistes exerçant en provinces de Liège et Nord-Luxembourg par le moyen d’entretiens semi-dirigés. Cette étude montre que les attentes des médecins généralistes reflètent assez bien les objectifs du « Chronic care model ». Cependant, la réalité du terrain révèle qu’elles ne sont pas systématiquement perçues. D’autres freins plus théoriques ont pu être établis et plusieurs recommandations ont ainsi étés émises.
Louis - PierreUniversité de Liège
QD23 - QS31 - QS33 - QR31
L’utilisation des anti-inflammatoires chez les enfants de 3 mois à 6 ans : étude qualitative en région liégeoise.
L’utilisation des anti-inflammatoires chez les enfants de 3 mois à 6 ans : étude qualitative en région liégeoise.
Résumé Introduction L’utilisation d’anti-inflammatoires en vente libre est fréquente chez les enfants présentant de la fièvre ou se plaignant d’une douleur. L’objectif de ce travail était de savoir si les parents ayant des enfants âgés entre 3mois et 6 ans sont suffisamment informés sur l’utilisation du Nurofen®. L’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens chez les enfants correspondait-elle aux recommandations ? Comment faire pour éduquer au mieux les parents et impliquer l’enfant dans la consultation ? Méthode Une étude qualitative à l’aide d’interviews a été réalisée pour explorer les représentations des parents, des médecins et des pharmaciens sur l’utilisation du Nurofen®. Un outil d’information destiné aux parents a été créé. Celui-ci a été testé auprès de parents ayant des enfants entre 3 mois et 6 ans. Résultats Les parents traitent la fièvre et non l’inconfort de l’enfant. Ils ont conscience d’un effet plus important de l’ibuprofène comparé au paracétamol mais en connaissent peu les effets secondaires ou les contre-indications. Une bithérapie est souvent amorcée en fonction du seuil de température. L’utilisation du médicament ne poserait pas de problème selon les médecins et pharmaciens interrogés. Conclusions L’outil est intéressant mais serait plus utile si le médecin le donnait suite à l’éducation du parent aux symptômes de fièvre et de douleur. Le patient, c’est l’enfant et il doit avoir une place importante dans la consultation. En fonction de son âge et de sa maturité, il doit être questionné et il est important de lui expliquer le diagnostic et le traitement avec un vocabulaire adapté. Ceci amène une meilleure compliance et utilisation des services de soins de santé.
Résumé Introduction L’utilisation d’anti-inflammatoires en vente libre est fréquente chez les enfants présentant de la fièvre ou se plaignant d’une douleur. L’objectif de ce travail était de savoir si les parents ayant des enfants âgés entre 3mois et 6 ans sont suffisamment informés sur l’utilisation du Nurofen®. L’utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens chez les enfants correspondait-elle aux recommandations ? Comment faire pour éduquer au mieux les parents et impliquer l’enfant dans la consultation ? Méthode Une étude qualitative à l’aide d’interviews a été réalisée pour explorer les représentations des parents, des médecins et des pharmaciens sur l’utilisation du Nurofen®. Un outil d’information destiné aux parents a été créé. Celui-ci a été testé auprès de parents ayant des enfants entre 3 mois et 6 ans. Résultats Les parents traitent la fièvre et non l’inconfort de l’enfant. Ils ont conscience d’un effet plus important de l’ibuprofène comparé au paracétamol mais en connaissent peu les effets secondaires ou les contre-indications. Une bithérapie est souvent amorcée en fonction du seuil de température. L’utilisation du médicament ne poserait pas de problème selon les médecins et pharmaciens interrogés. Conclusions L’outil est intéressant mais serait plus utile si le médecin le donnait suite à l’éducation du parent aux symptômes de fièvre et de douleur. Le patient, c’est l’enfant et il doit avoir une place importante dans la consultation. En fonction de son âge et de sa maturité, il doit être questionné et il est important de lui expliquer le diagnostic et le traitement avec un vocabulaire adapté. Ceci amène une meilleure compliance et utilisation des services de soins de santé.
Partoune - AmélieUniversité de Liège
QC12 - QD446 - QP54 - QR31
Analyse de données probantes relatives à la toxicité de l’usage des cigarettes électroniques
Analyse de données probantes relatives à la toxicité de l’usage des cigarettes électroniques
L'utilisation des cigarettes électroniques (CE) rencontre un succès grandissant au sein de la population ces dernières années. Les raisons du succès de la CE parmi les anciens fumeurs incluent l'espoir d’un sevrage progressif du tabagisme, la réduction des problèmes de santé (2). Cette popularité découle d’une publicité d’instances scientifiques, généralement avantageuse selon laquelle les CE seraient moins nocives (3) que le tabac. En raison de ces doutes qui persistent concernant leur sécurité d’utilisation, les fumeurs interrogent régulièrement les professionnelles de la santé à ce sujet. La principale préoccupation concerne la toxicité des composés et des éléments chimiques contenus dans la vapeur de ces CE. Contrairement aux cigarettes conventionnelles qui sont bien étudiées pour leur toxicité et leurs effets délétères sur la santé, les données cliniques à long terme sur les CE ne sont pas encore disponibles. C’est pourquoi, malgré l’augmentation exponentielle des études réalisées sur la question, il nous est difficile de donner une réponse univoque. Nous devons rester humbles et vigilants lorsqu’un patient nous questionne en consultation à propos de cette utilisation. Le TFE s’est attaché à effectuer une revue narrative de la littérature récente, primaire et surtout secondaire portant sur la toxicité de la CE. La question qui se pose est la suivante: L’utilisation de la cigarette électronique est-elle délétère pour la santé ? Conclusion : Avec les preuves disponibles à ce jour, les cliniciens doivent faire preuve de retenue lorsqu'ils recommandent l'utilisation de CE aux fumeurs désireux de cesser de fumer. Dans ce contexte, il est préférable de le maintenir dans son rôle d’aide au sevrage tabagique, plutôt que comme un substitut du tabagisme au long cours. Davantage de données cliniques sur la sécurité, la fiabilité, ainsi qu’une réglementation accrue du produit sont nécessaires avant que les CE ne puissent justifier pleinement leur place dans l’approche clinique standard du traitement de la dépendance au tabac.
L'utilisation des cigarettes électroniques (CE) rencontre un succès grandissant au sein de la population ces dernières années. Les raisons du succès de la CE parmi les anciens fumeurs incluent l'espoir d’un sevrage progressif du tabagisme, la réduction des problèmes de santé (2). Cette popularité découle d’une publicité d’instances scientifiques, généralement avantageuse selon laquelle les CE seraient moins nocives (3) que le tabac. En raison de ces doutes qui persistent concernant leur sécurité d’utilisation, les fumeurs interrogent régulièrement les professionnelles de la santé à ce sujet. La principale préoccupation concerne la toxicité des composés et des éléments chimiques contenus dans la vapeur de ces CE. Contrairement aux cigarettes conventionnelles qui sont bien étudiées pour leur toxicité et leurs effets délétères sur la santé, les données cliniques à long terme sur les CE ne sont pas encore disponibles. C’est pourquoi, malgré l’augmentation exponentielle des études réalisées sur la question, il nous est difficile de donner une réponse univoque. Nous devons rester humbles et vigilants lorsqu’un patient nous questionne en consultation à propos de cette utilisation. Le TFE s’est attaché à effectuer une revue narrative de la littérature récente, primaire et surtout secondaire portant sur la toxicité de la CE. La question qui se pose est la suivante: L’utilisation de la cigarette électronique est-elle délétère pour la santé ? Conclusion : Avec les preuves disponibles à ce jour, les cliniciens doivent faire preuve de retenue lorsqu'ils recommandent l'utilisation de CE aux fumeurs désireux de cesser de fumer. Dans ce contexte, il est préférable de le maintenir dans son rôle d’aide au sevrage tabagique, plutôt que comme un substitut du tabagisme au long cours. Davantage de données cliniques sur la sécurité, la fiabilité, ainsi qu’une réglementation accrue du produit sont nécessaires avant que les CE ne puissent justifier pleinement leur place dans l’approche clinique standard du traitement de la dépendance au tabac.
Nanni - JustinUniversité de Liège
P17 - 45.011 - QR3
Exploration de la place de la contraception d'urgence dans la pratique du médecin généraliste
Exploration de la place de la contraception d'urgence dans la pratique du médecin généraliste
Objectif : L’objectif de ce travail a été d’explorer l’implication des médecins généralistes dans le domaine de la contraception d’urgence tout en soulevant leurs freins et motivations et extraire des pistes de réflexion visant à promouvoir son rôle dans la promotion de celle-ci. Méthode : Une revue narrative de la littérature a été effectuée en premier lieu afin de rappeler les concepts importants au sujet de la contraception d’urgence suivie d’une étude qualitative à l’aide d’entretiens semi-dirigés, réalisés auprès de quatorze médecins généralistes de la région d’Aywaille. Résultats : Les médecins généralistes interrogés ne pratiquent que peu la gynécologie. Ils s’attribuent tout de même trois grands rôles dans le domaine de la contraception d’urgence : un rôle d’information, de prévention et de prescription. La contraception d’urgence est très peu fréquemment abordée et le profil des patientes, celui du médecin et le motif de consultation sont autant de critères influençant la motivation du médecin à en parler. Des lacunes en termes de connaissances sont ressenties par les participants mais tous savent où se référer pour trouver des réponses à leurs questions. Le stérilet est méconnu. La prescription anticipée est encore fort peu utilisée mais l’idée semble séduire plusieurs médecins. L’utilisation de la contraception d’urgence comme unique moyen de contraception a, quant à elle, plutôt été rejetée. Conclusion : En Belgique, actuellement, les patientes peuvent se procurer une contraception d’urgence indépendamment du médecin généraliste. Ce dernier garde néanmoins, en tant que première ligne, une place non-négligeable dans la prévention des grossesses non désirées. Il conviendrait surtout d’élargir l’information concernant la contraception d’urgence à toute femme en âge de procréer. Les connaissances du médecin généraliste pourraient être renforcées afin qu’il s’approprie au mieux son rôle préventif et qu’il puisse être identifié par les patientes comme personne ressource. L’élaboration de moyens de diffusion d’information peu chronophages pour le médecin est une piste à explorer. La prescription automatique et anticipée de la contraception d’urgence semble être une attitude à promouvoir afin d’améliorer son accès, surtout auprès des patientes de moins de 21 ans. Ce travail est aussi une première exploration du sujet. Il ouvre le champ à d’autres perspectives d’études pour améliorer, dans un but ultime, un des aspects de la santé des femmes.
Objectif : L’objectif de ce travail a été d’explorer l’implication des médecins généralistes dans le domaine de la contraception d’urgence tout en soulevant leurs freins et motivations et extraire des pistes de réflexion visant à promouvoir son rôle dans la promotion de celle-ci. Méthode : Une revue narrative de la littérature a été effectuée en premier lieu afin de rappeler les concepts importants au sujet de la contraception d’urgence suivie d’une étude qualitative à l’aide d’entretiens semi-dirigés, réalisés auprès de quatorze médecins généralistes de la région d’Aywaille. Résultats : Les médecins généralistes interrogés ne pratiquent que peu la gynécologie. Ils s’attribuent tout de même trois grands rôles dans le domaine de la contraception d’urgence : un rôle d’information, de prévention et de prescription. La contraception d’urgence est très peu fréquemment abordée et le profil des patientes, celui du médecin et le motif de consultation sont autant de critères influençant la motivation du médecin à en parler. Des lacunes en termes de connaissances sont ressenties par les participants mais tous savent où se référer pour trouver des réponses à leurs questions. Le stérilet est méconnu. La prescription anticipée est encore fort peu utilisée mais l’idée semble séduire plusieurs médecins. L’utilisation de la contraception d’urgence comme unique moyen de contraception a, quant à elle, plutôt été rejetée. Conclusion : En Belgique, actuellement, les patientes peuvent se procurer une contraception d’urgence indépendamment du médecin généraliste. Ce dernier garde néanmoins, en tant que première ligne, une place non-négligeable dans la prévention des grossesses non désirées. Il conviendrait surtout d’élargir l’information concernant la contraception d’urgence à toute femme en âge de procréer. Les connaissances du médecin généraliste pourraient être renforcées afin qu’il s’approprie au mieux son rôle préventif et qu’il puisse être identifié par les patientes comme personne ressource. L’élaboration de moyens de diffusion d’information peu chronophages pour le médecin est une piste à explorer. La prescription automatique et anticipée de la contraception d’urgence semble être une attitude à promouvoir afin d’améliorer son accès, surtout auprès des patientes de moins de 21 ans. Ce travail est aussi une première exploration du sujet. Il ouvre le champ à d’autres perspectives d’études pour améliorer, dans un but ultime, un des aspects de la santé des femmes.
Schmetz - LucieUniversité de Liège
W10 - W79 - QS41 - QS3 - QO4 - QC22 - QR31
Les attentes des mères allaitantes vis-à-vis de leur médecin généraliste en région liégeoise : aperçu de la situation actuelle et pistes d'amélioration
Les attentes des mères allaitantes vis-à-vis de leur médecin généraliste en région liégeoise : aperçu de la situation actuelle et pistes d'amélioration
ntroduction : À l’heure actuelle, la Belgique fait partie des trois pays à hauts revenus les moins favorables à l’allaitement. De plus, depuis l’arrivée des projets pilotes concernant un « accouchement avec séjour hospitalier écourté », sans réorganisation des soins ambulatoires, les mères sont plus à risque de subir le « vide de soins » décrit par le KCE. A ce jour, 60 % des mères subissent leur sevrage précoce à contrecœur. L’objectif de ce travail est d’évaluer les attentes des mères allaitantes vis-à-vis de leur médecin généraliste ainsi que de déterminer le rôle à prendre dans cette restructuration des soins de santé. Méthode : J’ai premièrement effectué une recherche littéraire dans MEDLINE via PUBMED. Après l’élaboration d’un guide, j’ai ensuite réalisé 9 entretiens semi-dirigés auprès de mères allaitantes. Enfin, j’ai effectué deux entretiens supplémentaires avec des sages-femmes de pratiques différentes, toutes deux spécialisées en lactation. Résultats : La majorité des mères interrogées expriment n’avoir aucunes attentes vis-à-vis de leur médecin généraliste dans le suivi et la prise en charge de leur allaitement. Diverses raisons sont évoquées. Des entretiens des sages-femmes ressort l’idée principale que les consultations prénatales sont primordiales pour la promotion et la prévention des complications les plus courantes. De plus, elles dénoncent le manque actuel de collaboration avec les médecins, pourtant primordiale. Discussion: Il semble que plusieurs pistes d’amélioration de la situation actuelle se dégagent : l’une est de former de façon plus adéquate les médecins généralistes lors de leur cursus afin de les sensibiliser davantage au sujet. L’autre piste serait de redonner une place au médecin traitant dans le suivi des grossesses de ses patientes. Enfin,une étroite collaboration avec les sages-femmes et infirmières permettrait certainement d’améliorer la qualité des soins. Mots-clés : Allaitement, mère, médecin généraliste, attentes, sage-femme.
ntroduction : À l’heure actuelle, la Belgique fait partie des trois pays à hauts revenus les moins favorables à l’allaitement. De plus, depuis l’arrivée des projets pilotes concernant un « accouchement avec séjour hospitalier écourté », sans réorganisation des soins ambulatoires, les mères sont plus à risque de subir le « vide de soins » décrit par le KCE. A ce jour, 60 % des mères subissent leur sevrage précoce à contrecœur. L’objectif de ce travail est d’évaluer les attentes des mères allaitantes vis-à-vis de leur médecin généraliste ainsi que de déterminer le rôle à prendre dans cette restructuration des soins de santé. Méthode : J’ai premièrement effectué une recherche littéraire dans MEDLINE via PUBMED. Après l’élaboration d’un guide, j’ai ensuite réalisé 9 entretiens semi-dirigés auprès de mères allaitantes. Enfin, j’ai effectué deux entretiens supplémentaires avec des sages-femmes de pratiques différentes, toutes deux spécialisées en lactation. Résultats : La majorité des mères interrogées expriment n’avoir aucunes attentes vis-à-vis de leur médecin généraliste dans le suivi et la prise en charge de leur allaitement. Diverses raisons sont évoquées. Des entretiens des sages-femmes ressort l’idée principale que les consultations prénatales sont primordiales pour la promotion et la prévention des complications les plus courantes. De plus, elles dénoncent le manque actuel de collaboration avec les médecins, pourtant primordiale. Discussion: Il semble que plusieurs pistes d’amélioration de la situation actuelle se dégagent : l’une est de former de façon plus adéquate les médecins généralistes lors de leur cursus afin de les sensibiliser davantage au sujet. L’autre piste serait de redonner une place au médecin traitant dans le suivi des grossesses de ses patientes. Enfin,une étroite collaboration avec les sages-femmes et infirmières permettrait certainement d’améliorer la qualité des soins. Mots-clés : Allaitement, mère, médecin généraliste, attentes, sage-femme.
Pasqualin - AmeliaUniversité de Liège
QT33 - QR31 - QS41 - W19 - QO4 - QP4
Le médecin généraliste comme acteur dans la stratégie de dépistage du cancer du col utérin: qu'en pensent les patientes?
Le médecin généraliste comme acteur dans la stratégie de dépistage du cancer du col utérin: qu'en pensent les patientes?
Introduction Le cancer du col de l’utérus est responsable de plus de 150 décès par an en Belgique. Le lien avec le papillomavirus humain ne fait plus aucun doute. La combinaison de la vaccination anti-HPV et du dépistage par frottis cervico-utérin pourrait permettre une nette diminution de l’incidence et de la mortalité de ce cancer. En Belgique, seulement 60% des femmes sont dépistées. L’objectif de ce travail est de définir la place attribuée au médecin généraliste par les patientes dans cette stratégie de dépistage du cancer du col de l’utérus. Méthodologie Une revue de littérature a préalablement permis la sélection d’articles pertinents sur le sujet de recherche. Une étude qualitative via des entretiens semi-dirigés auprès de femmes en âge de dépistage (25 à 64 ans) dans le Hainaut et la Province de Liège a abordé trois thèmes : connaissances sur le dépistage du cancer du col utérin, expérience personnelle et place attribuée au médecin traitant dans cette stratégie de dépistage. Résultats Le manque de connaissances des patientes sur le sujet est évident. Ces lacunes sont décrites dans la littérature comme un frein au dépistage. Les participantes sont désireuses de recevoir davantage d’informations et voient en leur médecin généraliste un interlocuteur adéquat à cet égard. La moitié des participantes s’oppose à la réalisation du frottis de col par leur médecin traitant, alors que l’autre partie n’y voit aucun inconvénient. Parmi celles-ci, une proposition active du médecin généraliste pour la réalisation du frottis cervical en cas de retard de dépistage pourrait constituer une piste d’amélioration afin d’augmenter la couverture. Conclusion Acteur de première ligne, le médecin généraliste a sa place dans la stratégie de prévention du cancer du col utérin, tant au niveau de l’information, de l’éducation des patients, de la coordination des soins avec le gynécologue qu’en ce qui concerne la réalisation du frottis de dépistage. Toutefois, ces rôles doivent être adaptés selon la relation médecin-patient, selon les particularités individuelles et selon le souhait des patientes qui le consultent. Mots-clés : cancer du col de l’utérus, santé de la femme, dépistage d’un problème de santé, connaissance du patient, médecin de famille, étude qualitative.
Introduction Le cancer du col de l’utérus est responsable de plus de 150 décès par an en Belgique. Le lien avec le papillomavirus humain ne fait plus aucun doute. La combinaison de la vaccination anti-HPV et du dépistage par frottis cervico-utérin pourrait permettre une nette diminution de l’incidence et de la mortalité de ce cancer. En Belgique, seulement 60% des femmes sont dépistées. L’objectif de ce travail est de définir la place attribuée au médecin généraliste par les patientes dans cette stratégie de dépistage du cancer du col de l’utérus. Méthodologie Une revue de littérature a préalablement permis la sélection d’articles pertinents sur le sujet de recherche. Une étude qualitative via des entretiens semi-dirigés auprès de femmes en âge de dépistage (25 à 64 ans) dans le Hainaut et la Province de Liège a abordé trois thèmes : connaissances sur le dépistage du cancer du col utérin, expérience personnelle et place attribuée au médecin traitant dans cette stratégie de dépistage. Résultats Le manque de connaissances des patientes sur le sujet est évident. Ces lacunes sont décrites dans la littérature comme un frein au dépistage. Les participantes sont désireuses de recevoir davantage d’informations et voient en leur médecin généraliste un interlocuteur adéquat à cet égard. La moitié des participantes s’oppose à la réalisation du frottis de col par leur médecin traitant, alors que l’autre partie n’y voit aucun inconvénient. Parmi celles-ci, une proposition active du médecin généraliste pour la réalisation du frottis cervical en cas de retard de dépistage pourrait constituer une piste d’amélioration afin d’augmenter la couverture. Conclusion Acteur de première ligne, le médecin généraliste a sa place dans la stratégie de prévention du cancer du col utérin, tant au niveau de l’information, de l’éducation des patients, de la coordination des soins avec le gynécologue qu’en ce qui concerne la réalisation du frottis de dépistage. Toutefois, ces rôles doivent être adaptés selon la relation médecin-patient, selon les particularités individuelles et selon le souhait des patientes qui le consultent. Mots-clés : cancer du col de l’utérus, santé de la femme, dépistage d’un problème de santé, connaissance du patient, médecin de famille, étude qualitative.
Loiseau - CharlotteUniversité de Liège
X75 - QC22 - 31.003 - QP42 - QS41 - QR31
L’écologie en médecine générale : Etat des lieux et intérêt des médecins de la région verviétoise
L’écologie en médecine générale : Etat des lieux et intérêt des médecins de la région verviétoise
Ce travail a été inspiré par l’inadéquation de pratiquer la médecine générale toute la journée sans se soucier de l’impact environnemental de celle-ci. Le contrôle du changement climatique est un débat de plus en plus sociétal mais qu’en était-il du ressenti, de l’avis et des actions des médecins généralistes. Ce coup de sonde a été effectué via un questionnaire anonyme sur une cohorte de 54 médecins généralistes d’âge et de sexe variés pratiquant dans la région verviétoise. Le questionnaire a eu pour but d’évaluer différents sujets : la mobilité du généraliste et les critères de choix de son moyen de locomotion, la production et la gestion des déchets professionnels, l’utilisation des ressources mais également l’intérêt porté au sujet ainsi que les freins et bénéfices d’une pratique plus écologique. On peut extraire des résultats obtenus que certaines actions ont déjà été mises en place mais sont malheureusement encore insuffisantes à l’heure actuelle. Cependant l’envie, l’intérêt et la motivation des généralistes interrogés étaient bien présents et donc pourraient conduire rapidement à des améliorations notables. En effet, 94% des généralistes se sont dit prêts à modifier leur pratique. Ce travail a donc eu pour objectif d’évaluer la situation actuelle face à l’un des plus grands défis des années à venir.
Ce travail a été inspiré par l’inadéquation de pratiquer la médecine générale toute la journée sans se soucier de l’impact environnemental de celle-ci. Le contrôle du changement climatique est un débat de plus en plus sociétal mais qu’en était-il du ressenti, de l’avis et des actions des médecins généralistes. Ce coup de sonde a été effectué via un questionnaire anonyme sur une cohorte de 54 médecins généralistes d’âge et de sexe variés pratiquant dans la région verviétoise. Le questionnaire a eu pour but d’évaluer différents sujets : la mobilité du généraliste et les critères de choix de son moyen de locomotion, la production et la gestion des déchets professionnels, l’utilisation des ressources mais également l’intérêt porté au sujet ainsi que les freins et bénéfices d’une pratique plus écologique. On peut extraire des résultats obtenus que certaines actions ont déjà été mises en place mais sont malheureusement encore insuffisantes à l’heure actuelle. Cependant l’envie, l’intérêt et la motivation des généralistes interrogés étaient bien présents et donc pourraient conduire rapidement à des améliorations notables. En effet, 94% des généralistes se sont dit prêts à modifier leur pratique. Ce travail a donc eu pour objectif d’évaluer la situation actuelle face à l’un des plus grands défis des années à venir.
Piroton - DavidUniversité de Liège
QH12 - 45.004 - QS41 - QR33 - QT33 - QO4
L'AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES CHEZ LES MEDECINS GENERALISTES: PERCEPTION DE L'INTERET PAR LES ASSISTANTS EN MEDECINE DE LA FEDERATION WALLONIE-BRUXELLES.
L'AUTO-EVALUATION DES COMPETENCES PROFESSIONNELLES CHEZ LES MEDECINS GENERALISTES: PERCEPTION DE L'INTERET PAR LES ASSISTANTS EN MEDECINE DE LA FEDERATION WALLONIE-BRUXELLES.
Introduction : Depuis plusieurs années on assiste à une transformation de l’approche pédagogique utilisée lors de la formation des étudiants en médecine de base et également durant les années de spécialisation que ceux-ci suivent. En Belgique, on est ainsi passé progressivement d’une approche par objectifs à une approche par compétences. Ce processus nécessite une réelle implication de l’étudiant ou de l’assistant et, dans cette métamorphose pédagogique, un paradigme particulier, celui de l'auto-évaluation des compétences, occupe une place de plus en plus importante. De nombreuses études et articles consacrés à la pédagogie médicale ont exploré ce paradigme. Force est toutefois de constater que très peu l’on abordé du point de vue de l’apprenant, alors que celui-ci doit être au cœur de cette formation. Objectif : Explorer la perception qu’ont les assistants en médecine générale de la Fédération Wallonie-Bruxelles de l’auto-évaluation des compétences La méthode : Notre étude est de type transversale, qualitative et exploratoire, via la mise en place et la réunion de groupes de discussion focalisée (GDF). Elle a été menée auprès de 62 assistants en médecine générale de l’Université de Liège (ULiège), de l’Université Catholique de Louvain (UCL) et de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Cinq GDF, chacun réuni pendant une durée de 45 à 60 minutes, ont été installés, tous étant conduits par le même investigateur. Les résultats de ceux-ci ont été transcrits dans leur intégralité et transposés dans un tableau d’analyse. Les analyses ont été effectuées selon la méthode « d’immersion-cristallisation » par deux analystes, d'abord séparément et ensuite ensemble par le croisement de leurs grilles de codages. Les résultats : La perception qu’ont les participants de l’auto-évaluation est plurielle. Pour ces derniers, l’auto-évaluation des compétences est en effet pratiquée dans des circonstances variées et pour des raisons diverses. Ils ont ainsi mentionné un apport personnel en termes d’identification des besoins et d'augmentation de la confiance en soi afin d’améliorer leur pratique médicale, ce qui pourrait impacter positivement le patient. Dans leur majorité, les participants ont déploré le fait que l’apprentissage de l’auto-évaluation soit pratiquement absent dans leur cursus académique. Pour eux il existe une complémentarité entre les évaluations externes et l’auto-évaluation. Ils souhaitent alors disposer d'outils d’auto-évaluation flexibles et personnalisables, basés sur un référentiel de compétences clair. Et pour eux les départements universitaires de médecine générale ont un rôle important à jouer dans le processus de l'auto-évaluation. Conclusion : Notre étude montre que les assistants en médecine générale portent un intérêt positif à l’auto-évaluation des compétences. Mais sans l'appui des autorités académiques les attentes de ces assistants à l’égard de l’auto-évaluation et des besoins pour leur formation ne paraissent pas pouvoir être satisfaites. Mots Clés : auto-évaluation, compétences, médicine générale, assistant, groupe de discussion focalisé.
Introduction : Depuis plusieurs années on assiste à une transformation de l’approche pédagogique utilisée lors de la formation des étudiants en médecine de base et également durant les années de spécialisation que ceux-ci suivent. En Belgique, on est ainsi passé progressivement d’une approche par objectifs à une approche par compétences. Ce processus nécessite une réelle implication de l’étudiant ou de l’assistant et, dans cette métamorphose pédagogique, un paradigme particulier, celui de l'auto-évaluation des compétences, occupe une place de plus en plus importante. De nombreuses études et articles consacrés à la pédagogie médicale ont exploré ce paradigme. Force est toutefois de constater que très peu l’on abordé du point de vue de l’apprenant, alors que celui-ci doit être au cœur de cette formation. Objectif : Explorer la perception qu’ont les assistants en médecine générale de la Fédération Wallonie-Bruxelles de l’auto-évaluation des compétences La méthode : Notre étude est de type transversale, qualitative et exploratoire, via la mise en place et la réunion de groupes de discussion focalisée (GDF). Elle a été menée auprès de 62 assistants en médecine générale de l’Université de Liège (ULiège), de l’Université Catholique de Louvain (UCL) et de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Cinq GDF, chacun réuni pendant une durée de 45 à 60 minutes, ont été installés, tous étant conduits par le même investigateur. Les résultats de ceux-ci ont été transcrits dans leur intégralité et transposés dans un tableau d’analyse. Les analyses ont été effectuées selon la méthode « d’immersion-cristallisation » par deux analystes, d'abord séparément et ensuite ensemble par le croisement de leurs grilles de codages. Les résultats : La perception qu’ont les participants de l’auto-évaluation est plurielle. Pour ces derniers, l’auto-évaluation des compétences est en effet pratiquée dans des circonstances variées et pour des raisons diverses. Ils ont ainsi mentionné un apport personnel en termes d’identification des besoins et d'augmentation de la confiance en soi afin d’améliorer leur pratique médicale, ce qui pourrait impacter positivement le patient. Dans leur majorité, les participants ont déploré le fait que l’apprentissage de l’auto-évaluation soit pratiquement absent dans leur cursus académique. Pour eux il existe une complémentarité entre les évaluations externes et l’auto-évaluation. Ils souhaitent alors disposer d'outils d’auto-évaluation flexibles et personnalisables, basés sur un référentiel de compétences clair. Et pour eux les départements universitaires de médecine générale ont un rôle important à jouer dans le processus de l'auto-évaluation. Conclusion : Notre étude montre que les assistants en médecine générale portent un intérêt positif à l’auto-évaluation des compétences. Mais sans l'appui des autorités académiques les attentes de ces assistants à l’égard de l’auto-évaluation et des besoins pour leur formation ne paraissent pas pouvoir être satisfaites. Mots Clés : auto-évaluation, compétences, médicine générale, assistant, groupe de discussion focalisé.

Introduction: For several years, there has been a transformation in the pedagogical approach used in the training of students in medicine and also in the specialization course for family doctors. This change has pushed Belgium to move gradually from an objective-based approach to a competence - based approach. In this educational metamorphosis, a particular paradigm is taking an important place: that of the self-assessment of skills. Although several articles on medical pedagogy have explored this paradigm of self-assessment, very few of them have approached it from the point of view of the learner, who is the central element of the training. Objective: To explore the perception of interns in family medicine of the self-assessment of competences in the Wallonia-Brussels Federation. Methods: A cross-sectional, qualitative and exploratory study was carried out through focus groups (FG). The study involved 62 interns in family medicine from the University of Liège (ULiège), the Catholic University of Louvain (UCL) and the Free University of Brussels (ULB). Five FG were set up. Each of them lasted between forty five to sixty minutes. They were all moderated by the same investigator. The results were transcribed in their entirety and reported in an analytical table. The analysis was carried out following the immersion-crystallization method by two analysts, first separately and then together by crossing their coding grids. Results: Participants' perceptions of self-assessment are quite varied. According to them, the self-assessment of competences is practiced in various circumstances and for various reasons. They mentioned a personal contribution in terms of identifying needs and increasing self-confidence in order to improve their practice. This could positively impact the patient. A majority of respondents regretted the fact that self-assessment is not explicitly taught as part of the academic curriculum. For They, there is a complementarity between external evaluations and self-assessment. They expressed their desire to have flexible and customizable self-assessment tools, based on predefined set of key referential competences. According to these interns, the university departments of general medicine have an important role to play in the process. Conclusion: Our study shows that family medicine residents have a positive interest in self-assessment competences. The expectations of the interns with regard to self-assessment and the needs for training cannot be satisfied without the support of the academic authorities. Key word: Self-assessment, competences, general practice, family medicine residents, focus group.
Introduction: For several years, there has been a transformation in the pedagogical approach used in the training of students in medicine and also in the specialization course for family doctors. This change has pushed Belgium to move gradually from an objective-based approach to a competence - based approach. In this educational metamorphosis, a particular paradigm is taking an important place: that of the self-assessment of skills. Although several articles on medical pedagogy have explored this paradigm of self-assessment, very few of them have approached it from the point of view of the learner, who is the central element of the training. Objective: To explore the perception of interns in family medicine of the self-assessment of competences in the Wallonia-Brussels Federation. Methods: A cross-sectional, qualitative and exploratory study was carried out through focus groups (FG). The study involved 62 interns in family medicine from the University of Liège (ULiège), the Catholic University of Louvain (UCL) and the Free University of Brussels (ULB). Five FG were set up. Each of them lasted between forty five to sixty minutes. They were all moderated by the same investigator. The results were transcribed in their entirety and reported in an analytical table. The analysis was carried out following the immersion-crystallization method by two analysts, first separately and then together by crossing their coding grids. Results: Participants' perceptions of self-assessment are quite varied. According to them, the self-assessment of competences is practiced in various circumstances and for various reasons. They mentioned a personal contribution in terms of identifying needs and increasing self-confidence in order to improve their practice. This could positively impact the patient. A majority of respondents regretted the fact that self-assessment is not explicitly taught as part of the academic curriculum. For They, there is a complementarity between external evaluations and self-assessment. They expressed their desire to have flexible and customizable self-assessment tools, based on predefined set of key referential competences. According to these interns, the university departments of general medicine have an important role to play in the process. Conclusion: Our study shows that family medicine residents have a positive interest in self-assessment competences. The expectations of the interns with regard to self-assessment and the needs for training cannot be satisfied without the support of the academic authorities. Key word: Self-assessment, competences, general practice, family medicine residents, focus group.
FOSSI TAMGNO - MartinUniversité de Liège
QR31 - QT21 - QT11 - QD24 - QS41 - QD2 - QO4
Représentations et intérêt des médecins généralistes de la région liégeoise pour l'hypnose médicale.
Représentations et intérêt des médecins généralistes de la région liégeoise pour l'hypnose médicale.
Introduction : l'hypnose fait parler d'elle depuis des années. Technique parfois adulée, parfois critiquée, elle ressort de l'ombre ces derniers temps et de nombreuses études sur le sujet ont vu le jour. Forcée d'observer le peu d'utilisation de cette méthode par les médecins généralistes de ma région, j'ai décidé de creuser la question et d'étudier l'intérêt et les représentations des généralistes pour l'hypnose. Méthodologie : des recherches sur l'hypnose ont été premièrement réalisées afin de s'informer et d'en connaitre plus sur le sujet. Par la suite, un entretien avec le professeur Faymonville, experte en la matière a eu lieu. L'étude a été effectuée via des entretiens semi-dirigés auprès de 9 médecins de la région liégeoise en variant la population. Résultats : les résultats, obtenus via les entretiens semi-dirigés, ont permis de mettre en évidence l'intérêt majeur et les connaissances des médecins généralistes pour la technique de l'hypnose en médecine. Cependant, de nombreux freins à son utilisation et à sa pratique ont été évoqués, tels que le manque d'assurance et de connaissances en la matière pour répondre aux questions des patients, le manque de connaissances du réseau et de références fiables, et les représentations et fausses croyances tant des médecins que des patients envers cette méthode. Discussion : ce travail a permis de mettre en évidence les freins à référer et à pratiquer l'hypnose. Il propose des pistes pour augmenter son utilisation par les médecins généralistes, parmi lesquelles la réalisation d'une liste d'hypnothérapeutes agréés, l'apprentissage de la technique dans le cursus universitaire, l'augmentation des connaissances des médecins en favorisant les informations via les GLEM, des formations, des réunions et via la réalisation d'un folder reprenant les notions de base de l'hypnose.
Introduction : l'hypnose fait parler d'elle depuis des années. Technique parfois adulée, parfois critiquée, elle ressort de l'ombre ces derniers temps et de nombreuses études sur le sujet ont vu le jour. Forcée d'observer le peu d'utilisation de cette méthode par les médecins généralistes de ma région, j'ai décidé de creuser la question et d'étudier l'intérêt et les représentations des généralistes pour l'hypnose. Méthodologie : des recherches sur l'hypnose ont été premièrement réalisées afin de s'informer et d'en connaitre plus sur le sujet. Par la suite, un entretien avec le professeur Faymonville, experte en la matière a eu lieu. L'étude a été effectuée via des entretiens semi-dirigés auprès de 9 médecins de la région liégeoise en variant la population. Résultats : les résultats, obtenus via les entretiens semi-dirigés, ont permis de mettre en évidence l'intérêt majeur et les connaissances des médecins généralistes pour la technique de l'hypnose en médecine. Cependant, de nombreux freins à son utilisation et à sa pratique ont été évoqués, tels que le manque d'assurance et de connaissances en la matière pour répondre aux questions des patients, le manque de connaissances du réseau et de références fiables, et les représentations et fausses croyances tant des médecins que des patients envers cette méthode. Discussion : ce travail a permis de mettre en évidence les freins à référer et à pratiquer l'hypnose. Il propose des pistes pour augmenter son utilisation par les médecins généralistes, parmi lesquelles la réalisation d'une liste d'hypnothérapeutes agréés, l'apprentissage de la technique dans le cursus universitaire, l'augmentation des connaissances des médecins en favorisant les informations via les GLEM, des formations, des réunions et via la réalisation d'un folder reprenant les notions de base de l'hypnose.
Kreusch - SarahUniversité de Liège
QR31 - QS41 - QS3 - QD5 - QO4
« La téléconsultation en médecine générale : représentations des patients et intérêt potentiel. » Étude qualitative menée auprès d’une patientèle de médecine générale en région liégeoise.
« La téléconsultation en médecine générale : représentations des patients et intérêt potentiel. » Étude qualitative menée auprès d’une patientèle de médecine générale en région liégeoise.
Introduction : L’e-santé préconise l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour offrir aux patients les meilleurs soins possibles. Parmi ces technologies, la téléconsultation est une consultation médicale à distance entre un professionnel médical et un patient, réalisée par vidéoconférence. En plein essor dans nos pays voisins, elle fait pourtant débat en Belgique depuis plusieurs mois et tarde à se mettre en place. L’objectif de cette étude était d’explorer les représentations des patients sur son utilité potentielle en médecine générale et leur intention à l’utiliser. Méthode : Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de 16 patients dans une commune semi-rurale en région liégeoise. Résultats : De manière générale, les patients semblaient trouver diverses utilités à la téléconsultation. Cependant, elle ne sera pas adaptée à tous les cas ni à tout le monde. A leurs yeux, il faudra cibler à la fois les indications et les populations qui pourront en bénéficier le plus. Dans ces conditions, elle pourrait alors être utile, à la fois pour le patient et pour le médecin et ce, malgré l’absence d’examen clinique. En ce qui concerne la relation médecin-patient, les patients étaient peu à penser qu’elle serait dégradée. La confiance qu’ils ont en leur médecin généraliste ne dépend pas de la méthode de communication employée. De plus, ils avaient l’intention de l’utiliser comme un complément à la consultation classique, dans la mesure où elle ne pourrait jamais remplacer le lien physique. Conclusion : Globalement, les patients se sont montrés assez ouverts au développement de la téléconsultation, ce qui contraste positivement avec l’appréhension que l’on pouvait ressentir au premier abord. Dans la mesure où ils n’en seront pas les seuls utilisateurs, il semblerait intéressant dans un futur proche de sonder les médecins généralistes à leur tour.
Introduction : L’e-santé préconise l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour offrir aux patients les meilleurs soins possibles. Parmi ces technologies, la téléconsultation est une consultation médicale à distance entre un professionnel médical et un patient, réalisée par vidéoconférence. En plein essor dans nos pays voisins, elle fait pourtant débat en Belgique depuis plusieurs mois et tarde à se mettre en place. L’objectif de cette étude était d’explorer les représentations des patients sur son utilité potentielle en médecine générale et leur intention à l’utiliser. Méthode : Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de 16 patients dans une commune semi-rurale en région liégeoise. Résultats : De manière générale, les patients semblaient trouver diverses utilités à la téléconsultation. Cependant, elle ne sera pas adaptée à tous les cas ni à tout le monde. A leurs yeux, il faudra cibler à la fois les indications et les populations qui pourront en bénéficier le plus. Dans ces conditions, elle pourrait alors être utile, à la fois pour le patient et pour le médecin et ce, malgré l’absence d’examen clinique. En ce qui concerne la relation médecin-patient, les patients étaient peu à penser qu’elle serait dégradée. La confiance qu’ils ont en leur médecin généraliste ne dépend pas de la méthode de communication employée. De plus, ils avaient l’intention de l’utiliser comme un complément à la consultation classique, dans la mesure où elle ne pourrait jamais remplacer le lien physique. Conclusion : Globalement, les patients se sont montrés assez ouverts au développement de la téléconsultation, ce qui contraste positivement avec l’appréhension que l’on pouvait ressentir au premier abord. Dans la mesure où ils n’en seront pas les seuls utilisateurs, il semblerait intéressant dans un futur proche de sonder les médecins généralistes à leur tour.
Rondeaux - BabetteUniversité de Liège
QD11 - QP25 - QP4 - QT42 - QS41 - QR31 - QO4 - QO4
Étude qualitative sur les connaissances des médecins généralistes de la région Flémalloise à propos de l’hospitalisation à domicile et mise au point du projet d’hospitalisation à domicile concernant l’antibiothérapie par voie intraveineuse.
Étude qualitative sur les connaissances des médecins généralistes de la région Flémalloise à propos de l’hospitalisation à domicile et mise au point du projet d’hospitalisation à domicile concernant l’antibiothérapie par voie intraveineuse.
Ce travail a pour objectif de mettre en exergue les connaissances des médecins généralistes de la région de Flémalle quant à l’hospitalisation à domicile, de connaître leur intérêt, leurs craintes par rapport à cette pratique et de donner les informations nécessaires à la bonne compréhension du projet. Comment les médecins généralistes de la région de Flémalle voient-ils l’hospitalisation à domicile ? Par entretiens semi-directifs, une étude qualitative sur les connaissances des médecins généralistes à propos de l’hospitalisation à domicile a été menée. L’ambition de ce travail était de jauger les connaissances théoriques et l’avis des médecins généralistes de la région de Flémalle à propos de l’hospitalisation à domicile. Vues les connaissances limitées des médecins interrogés à propos du projet, il semble que leur avis soit plutôt donné sur base de leurs croyances plutôt que sur base de leurs connaissances réelles de l’hospitalisation à domicile. Néanmoins, la limitation de la région et l’échantillon de population interrogé étant faible, les résultats pourraient ne pas être représentatifs de l’entièreté de la population médicale. En outre, l’échantillon sélectionné n’a pas permis d’atteindre une saturation des données. Le concept d’hospitalisation à domicile est, dans l’ensemble, plutôt méconnu par les médecins généralistes de la région Flémalloise. Le manque de connaissances de la part des généralistes génère de nombreux aprioris. Les appréhensions concernent plusieurs domaines mais ne semblent pas toujours fondées une fois le projet analysé.
Ce travail a pour objectif de mettre en exergue les connaissances des médecins généralistes de la région de Flémalle quant à l’hospitalisation à domicile, de connaître leur intérêt, leurs craintes par rapport à cette pratique et de donner les informations nécessaires à la bonne compréhension du projet. Comment les médecins généralistes de la région de Flémalle voient-ils l’hospitalisation à domicile ? Par entretiens semi-directifs, une étude qualitative sur les connaissances des médecins généralistes à propos de l’hospitalisation à domicile a été menée. L’ambition de ce travail était de jauger les connaissances théoriques et l’avis des médecins généralistes de la région de Flémalle à propos de l’hospitalisation à domicile. Vues les connaissances limitées des médecins interrogés à propos du projet, il semble que leur avis soit plutôt donné sur base de leurs croyances plutôt que sur base de leurs connaissances réelles de l’hospitalisation à domicile. Néanmoins, la limitation de la région et l’échantillon de population interrogé étant faible, les résultats pourraient ne pas être représentatifs de l’entièreté de la population médicale. En outre, l’échantillon sélectionné n’a pas permis d’atteindre une saturation des données. Le concept d’hospitalisation à domicile est, dans l’ensemble, plutôt méconnu par les médecins généralistes de la région Flémalloise. Le manque de connaissances de la part des généralistes génère de nombreux aprioris. Les appréhensions concernent plusieurs domaines mais ne semblent pas toujours fondées une fois le projet analysé.
Denis - CharlotteUniversité de Liège
QO1 - QO4 - QS33 - QD25 - QS41 - QR31 - QT33
Pratique de l’euthanasie : Analyse du vécu d’assistants en Médecine Générale
Pratique de l’euthanasie : Analyse du vécu d’assistants en Médecine Générale
Chaque année le nombre de demandes d'euthanasie enregistrées est un peu plus important. La population vieillissante, la tendance a peu de chance de s'inverser. Première personne de confiance pour le patient, le médecin généraliste est souvent celui chez qui le patient dépose sa demande. Les jeunes diplômés d'aujourd'hui seront probablement plus confrontés à la problématique des soins palliatifs et de l'euthanasie que leurs aînés en fin de carrière. Face à cette évolution, quel est le ressenti des jeunes assistants ayant été confrontés à une euthanasie et quelles difficultés ont-ils rencontrées
Chaque année le nombre de demandes d'euthanasie enregistrées est un peu plus important. La population vieillissante, la tendance a peu de chance de s'inverser. Première personne de confiance pour le patient, le médecin généraliste est souvent celui chez qui le patient dépose sa demande. Les jeunes diplômés d'aujourd'hui seront probablement plus confrontés à la problématique des soins palliatifs et de l'euthanasie que leurs aînés en fin de carrière. Face à cette évolution, quel est le ressenti des jeunes assistants ayant été confrontés à une euthanasie et quelles difficultés ont-ils rencontrées
Sotteau - JuliaUniversité de Liège
A96 - QE31 - QT21 - QR31
Principaux axes d’actions et de prévention au centre Croix-Rouge pour demandeurs d’asile du Bocq à Yvoir.
Principaux axes d’actions et de prévention au centre Croix-Rouge pour demandeurs d’asile du Bocq à Yvoir.
Ce TFE a pour but d’expliquer le rôle du médecin généraliste dans le centre Croix-Rouge du Bocq, à Yvoir, qui présente, par l’origine des personnes présentes dans cet endroit et leurs diverses cultures, une certaine complexité ainsi que des particularités. Je contextualiserai d'abord le parcours de ces résidents que je rencontre pour que vous compreniez mieux leurs difficultés mais également les miennes. Il montrera également à travers différentes situations et pathologies, ce à quoi nous devons être attentifs et comment agir dans ce lieu singulier. Je m’attarderai sur la tuberculose, maladie encore actuelle parmi les demandeurs d’asile et qui demande une prise en charge stricte et un dispositif particulier que j'expliquerai. Ensuite, je développerai le stress psychologique. Le vécu migratoire est parfois difficile à comprendre pour nous, Occidentaux. Cependant, en écoutant ces personnes, nous comprenons vite que leur vie n’est pas la nôtre et qu’un soutien est indispensable. Un système d’aide psychologique existe et, bien souvent, l’écoute et l’empathie les aident énormément. Par après, j’aborderai le sujet des mutilations génitales. C’est un sujet tabou. Il est donc laborieux d’en parler avec les patientes, d’autant plus que je suis un homme. Pour cet aspect, je me suis entretenu avec le Dr Derycker, qui a souvent fait face à ces femmes mutilées. Les cultures et traditions sont difficiles à changer mais, par contre, il est de notre devoir de protéger les futures femmes et d’aider celles qui ont des séquelles, aussi bien physiques que mentales. Enfin, je passerai en revue rapidement les IST les plus souvent rencontrées dans le centre et les complications pour traiter ces IST car le traitement est coûteux et les moeurs sont à changer. Les mots-clés envisagés dans ce travail sont : réfugiés et migrants, syndrome de stress post-traumatique, tuberculose, mutilations rituelles, infection par le virus HIV (SIDA).
Ce TFE a pour but d’expliquer le rôle du médecin généraliste dans le centre Croix-Rouge du Bocq, à Yvoir, qui présente, par l’origine des personnes présentes dans cet endroit et leurs diverses cultures, une certaine complexité ainsi que des particularités. Je contextualiserai d'abord le parcours de ces résidents que je rencontre pour que vous compreniez mieux leurs difficultés mais également les miennes. Il montrera également à travers différentes situations et pathologies, ce à quoi nous devons être attentifs et comment agir dans ce lieu singulier. Je m’attarderai sur la tuberculose, maladie encore actuelle parmi les demandeurs d’asile et qui demande une prise en charge stricte et un dispositif particulier que j'expliquerai. Ensuite, je développerai le stress psychologique. Le vécu migratoire est parfois difficile à comprendre pour nous, Occidentaux. Cependant, en écoutant ces personnes, nous comprenons vite que leur vie n’est pas la nôtre et qu’un soutien est indispensable. Un système d’aide psychologique existe et, bien souvent, l’écoute et l’empathie les aident énormément. Par après, j’aborderai le sujet des mutilations génitales. C’est un sujet tabou. Il est donc laborieux d’en parler avec les patientes, d’autant plus que je suis un homme. Pour cet aspect, je me suis entretenu avec le Dr Derycker, qui a souvent fait face à ces femmes mutilées. Les cultures et traditions sont difficiles à changer mais, par contre, il est de notre devoir de protéger les futures femmes et d’aider celles qui ont des séquelles, aussi bien physiques que mentales. Enfin, je passerai en revue rapidement les IST les plus souvent rencontrées dans le centre et les complications pour traiter ces IST car le traitement est coûteux et les moeurs sont à changer. Les mots-clés envisagés dans ce travail sont : réfugiés et migrants, syndrome de stress post-traumatique, tuberculose, mutilations rituelles, infection par le virus HIV (SIDA).
BONNET - NicolasUniversité de Liège
QC32 - P82 - A70 - QC55 - B90
suivi de la vaccination chez l'adulte en médecine générale
suivi de la vaccination chez l'adulte en médecine générale
gillet - quentinUniversité catholique de Louvain
dépistage et prise en charge des troubles logopédiques de l'enfant en médecine générale
dépistage et prise en charge des troubles logopédiques de l'enfant en médecine générale
kawalkousky - valérieUniversité catholique de Louvain
prise en charge de l'obésité en médecine générale
prise en charge de l'obésité en médecine générale
farooqi - assnanUniversité catholique de Louvain
la maladie coeliaque chez l'adulte
la maladie coeliaque chez l'adulte
delobel - charlotteUniversité catholique de Louvain