Recherche
  •  
  • 30 - Examen médical/bilan de santé global
  • 30.000 - examen médical global
  • 30.001 - bilan global
  • 30.002 - examen du nourrisson bien portant
  • 30.003 - examen de santé scolaire
  • 31 - Examen médical / bilan de santé partiel
  • 31.000 - examen médical partiel
  • 31.001 - bilan de santé partiel
  • 31.002 - examen d'un système corporel
  • 31.003 - dépistage d'un problème de santé
  • 31.004 - auscultation cardiaque
  • 31.005 - mesure de la pression
  • 31.006 - mesure de la température
  • 32 - Test de sensibilité
  • 32.000 - test de sensibilité
  • 32.001 - prick-test
  • 32.002 - patch test
  • 32.003 - RAST
  • 32.004 - test d'exposition aux aliments
  • 32.005 - test de provocation a la metacholine
  • 32.006 - test de Mantoux
  • 33 - Examen microbiologique/ immunologique
  • 33.000 - examen microbiologique
  • 33.001 - examen immunologique
  • 33.002 - hémoculture
  • 33.003 - culture de selles
  • 33.004 - culture des expectorations
  • 33.005 - frottis de gorge
  • 33.006 - frottis vaginal
  • 33.007 - test d'antigène
  • 33.008 - test d'anticorps
  • 33.009 - test HIV
  • 33.010 - test HPV
  • 33.011 - titrage d'anticorps
  • 33.012 - test Hépatite B
  • 34 - Analyse de sang
  • 34.000 - analyse de sang
  • 34.001 - groupe et type sanguin
  • 34.002 - vitesse de sédimentation (VS)
  • 34.003 - globules blancs (GB)
  • 34.004 - taux d'hormone sanguin
  • 34.005 - taux d'enzyme sanguin
  • 34.006 - taux de drogue sanguin
  • 34.007 - taux d'alcool sanguin
  • 34.008 - protéine C réactive (PCR)
  • 34.009 - temps de prothrombine (PTT)
  • 34.010 - D-dimères
  • 34.011 - gaz artériel
  • 34.012 - clearance de la créatinine
  • 34.013 - test de grossesse sanguin
  • 34.14 - examens biologiques de base?
  • 35 - Analyse d'urine
  • 35.000 - analyse d'urine
  • 35.001 - tigette urinaire
  • 35.002 - recherche de drogues urinaires
  • 35.003 - test de grossesse urinaire
  • 35.004 - rapport albumine/créatinine
  • 36 - Analyse de selles
  • 36.000 - analyse de selles
  • 36.001 - recherche de parasites
  • 36.002 - recherche d’œufs
  • 36.003 - recherche de kystes dans les selles
  • 36.004 - recherche de sang occulte dans les selles
  • 37 - Cytologie/histologie
  • 37.000 - cytologie-histologie
  • 37.001 - anapath-cytologie tissu
  • 37.002 - anapath-cytologie fluide
  • 37.003 - anapath-cytologie biopsie
  • 37.004 - anapath-cytologie ponction
  • 37.005 - anapath-cytologie excision
  • 37.006 - anapath-cytologie frottis
  • 37.007 - cytologie urinaire
  • 37.008 - anapath-cytologie expectoration
  • 37.009 - spermogramme
  • 38 - Autre analyse de laboratoire nca
  • 38.000 - autre analyse de laboratoire nca
  • 38.001 - dépistage chromosomique antenatal
  • 38.002 - test chromosomial
  • 38.003 - test génétique
  • 38.004 - test d’ADN
  • 38.005 - test de paternité
  • 38.006 - test respiratoire pour hélicobacter pylori
  • 38.007 - test à la sueur
  • 38.008 - test des larmes
  • 38.099 - tout autre test de laboratoire non inclus dans les rubriques 32 à 37
  • 39 - Epreuve fonctionnelle physique
  • 39.000 - epreuve fonctionnelle physique
  • 39.001 - audiométrie
  • 39.002 - champ visuel
  • 39.003 - mesure du débit urinaire
  • 39.004 - spirométrie
  • 39.005 - test calorimétrique
  • 39.006 - test de la fonction vestibulaire
  • 39.007 - test de vision des couleurs
  • 39.008 - test de vue
  • 39.009 - tonométrie
  • 39.010 - tympanométrie
  • 40 - Endoscopie diagnostique
  • 40.000 - endoscopie diagnostique
  • 40.001 - anuscopie
  • 40.002 - arthroscopie
  • 40.003 - bronchoscopie
  • 40.004 - colonoscopie
  • 40.005 - colposcopie
  • 40.006 - gastroscopie
  • 40.007 - hystéroscopie
  • 40.008 - laparoscopie
  • 40.009 - laryngoscopie
  • 40.010 - médiastinoscopie
  • 40.011 - pharyngoscopie
  • 40.012 - rectoscopie
  • 40.013 - rhinoscopie
  • 40.014 - sigmoidoscopie
  • 40.015 - trachéoscopie
  • 41 - Radiologie diagnostique/imagerie
  • 41.000 - radiologie diagnostique
  • 41.001 - imagerie
  • 41.002 - angiographie
  • 41.003 - imagerie par médecine nucléaire
  • 41.004 - imagerie par rayons X
  • 41.005 - imagerie par ultrasons
  • 41.006 - Résonance magnétique nucléaire (RMN)
  • 41.007 - scintigraphie cardiaque
  • 41.008 - scintigraphie isotopique
  • 41.009 - scintigraphie osseuse,
  • 41.010 - scintigraphie thyroïdienne,
  • 41.011 - thermographie
  • 41.012 - tomographie computérisée (CT)
  • 41.013 - tomographie par émission de positron (PET Scan)
  • 42 - Tracé électrique
  • 42.000 - tracé électrique
  • 42.001 - électrocardiogramme (ECG)
  • 42.002 - électrocardiogramme d'effort
  • 42.003 - électroencéphalogramme (EEG)
  • 42.004 - électromyogramme (EMG)
  • 42.005 - électronystagmogramme (ENG)
  • 42.006 - monitoring Holter
  • 43 - Autre procédure diagnostique
  • 43.000 - autre procédure diagnostique
  • 43.001 - dermoscopie
  • 43.002 - évaluation des activités quotidienne
  • 43.003 - familiogramme
  • 43.004 - laparatomie diagnostique
  • 43.005 - ophtalmoscopie
  • 43.006 - photographie de la peau
  • 43.007 - test d'anxiété
  • 43.008 - test de dépression
  • 43.009 - test de détection de démence
  • 43.010 - test d'intelligence
  • 44 - Vaccination/médication préventive
  • 44.000 - vaccination préventive
  • 44.001 - médication préventive
  • 44.002 - désensibilisation
  • 44.003 - immunisation active ou passive
  • 44.004 - prophylaxie de la malaria
  • 44.005 - traitement prophylactique par médicaments
  • 45 - Recommandation / éducation santé / avis / régime
  • 45.000 - recommandation de santé
  • 45.001 - éducation à la santé
  • 45.002 - avis sur la santé
  • 45.003 - régime
  • 45.004 - avis sur des habitudes favorables à la santé
  • 45.005 - avis sur des problèmes sociaux
  • 45.006 - avis sur la grossesse
  • 45.007 - avis sur la planification familiale
  • 45.008 - avis sur la santé au travail
  • 45.009 - avis sur l'utilisation des services de santé
  • 45.010 - conseil d'attente vigilante
  • 45.011 - conseil de prévention de problèmes de santé
  • 46 - Discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.000 - discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.001 - consultation par télémédecine avec un dispensateur de soins primaires
  • 47 - Consultation avec un spécialiste
  • 47.000 - consultation avec un spécialiste
  • 47.001 - consultation avec un spécialiste par télémédecine
  • 48 - Clarification, discussion de la raison de rencontre, de la demande du patient
  • 48.000 - clarification de la raison de rencontre
  • 48.001 - discussion de la demande du patient
  • 48.002 - discussion sur la nécessité des tests de dépistage
  • 49 - Autre procédure préventive
  • 49.001 - autre procédure préventive
  • 49.002 - évaluation des conditions de risques sanitaires
  • 49.003 - évaluation des conditions de risques environnementaux
  • 49.004 - rééévaluation du traitement
  • 50 - Médication / prescription / renouvellement / injection
  • 50.000 - médication
  • 50.001 - prescription
  • 50.002 - renouvellement
  • 50.003 - injection
  • 50.004 - administration de médicament
  • 50.005 - injection de médicament à effet systémique
  • 50.006 - prescription de médicament
  • 50.007 - renouvellement de médicament
  • 51 - Incision / drainage /lavage/ aspiration de liquide corporel
  • 51.000 - incision
  • 51.001 - drainage
  • 51.002 - lavage
  • 51.003 - aspiration de liquide corporel
  • 51.004 - aspiration d'un hématome
  • 51.005 - incision d'un abcès
  • 51.006 - irrigation de l'oeil
  • 51.007 - irrigation de l'oreille
  • 51.008 - paracentèse
  • 51.009 - ponction de fluide d'ascite
  • 51.010 - ponction lombaire
  • 51.011 - ponction
  • 51.012 - aspiration des sinus
  • 51.013 - aspiration d'un ganglion
  • 51.014 - aspiration d'un kyste
  • 51.015 - aspiration d'une bourse
  • 51.016 - aspiration articulaire
  • 51.017 - aspiration de l'estomac
  • 51.018 - aspiration des poumons
  • 51.019 - aspiration vésicale
  • 51.020 - saignées
  • 51.021 - thoracocentèse
  • 51.022 - tympanostomie
  • 51.023 - amniocentèse
  • 52 - Excision / biopsie / destruction/ débridement / cautérisation
  • 52.000 - excision
  • 52.001 - biopsie
  • 52.002 - destruction (de tissus)
  • 52.003 - débridement
  • 52.004 - cautérisation
  • 52.005 - amputation
  • 52.006 - asticothérapie
  • 52.007 - biopsie de la peau
  • 52.008 - biopsie d'un organe
  • 52.009 - cautérisation chimique
  • 52.010 - cautérisation électrique
  • 52.011 - cautérisation froide
  • 52.012 - cautérisation laser
  • 52.013 - curetage de la peau
  • 52.014 - curetage utérin
  • 52.015 - débridement autolytique
  • 52.016 - débridement chimique
  • 52.017 - débridement chirurgical
  • 52.018 - débridement mécanique
  • 52.019 - destruction nerveuse
  • 52.020 - destruction veine
  • 52.021 - embolectomie
  • 52.022 - éveinage
  • 52.023 - excision, élimination de tissus
  • 52.024 - excision, enlèvement d'ongle
  • 52.025 - extraction de dent
  • 52.026 - stérilisation
  • 53 - Cathétérisation / intubation / dilatation / appareillage
  • 53.000 - cathétérisation
  • 53.001 - intubation
  • 53.002 - dilatation
  • 53.003 - appareillage
  • 53.004 - canulation intraveineuse
  • 53.005 - cathétérisme
  • 53.006 - dilatation de l'urètre
  • 53.007 - dilatation du col de l'utérus
  • 53.008 - dilatation lacrymale
  • 53.009 - insertion ou enlèvement d'un tube de tympanostomie
  • 53.010 - intubation endotrachéale
  • 53.011 - lavement
  • 53.012 - rupture artificielle des membranes amniotiques
  • 53.013 - trachéotomie
  • 54 - Réparation / fixation / suture / plâtre / prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.000 - réparation (appliquer, enlever)
  • 54.001 - fixation (appliquer, enlever)
  • 54.002 - suture (appliquer, enlever)
  • 54.003 - plâtre (appliquer, enlever)
  • 54.004 - prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.005 - aide et dispositif auditif
  • 54.006 - aide et dispositif technique
  • 54.007 - aide et dispositif visuel
  • 54.008 - attelle
  • 54.009 - bandage suspensif
  • 54.010 - bande plâtrée
  • 54.011 - cerclage
  • 54.012 - suture par colle chirurgicale
  • 54.013 - implant hormonal
  • 54.014 - implantation dentaire
  • 54.015 - insertion d'un pessaire vaginal
  • 54.016 - orthèse
  • 54.017 - pose de stent
  • 54.018 - pose de stérilet
  • 54.019 - prothèse orthopédique
  • 54.020 - soutien d'hernie
  • 54.021 - taping d'entorse
  • 54.022 - traitement de fracture
  • 54.023 - réduction de luxation
  • 55 - Injection locale / infiltration
  • 55.000 - injection locale
  • 55.001 - infiltration locale
  • 55.002 - bloc nerveux
  • 55.003 - injection articulaire
  • 55.004 - injection de bourse
  • 55.005 - injection de la gaine du tendon
  • 55.006 - injection de la peau
  • 55.007 - injection de tissu sous-cutané
  • 55.008 - injection épidurale
  • 55.009 - injection sclérosante pour varices
  • 56 - Pansement /pression/ compression / bandage
  • 56.000 - pansement
  • 56.001 - exercer une pression
  • 56.002 - exercer unecompression
  • 56.003 - tamponnement
  • 56.004 - bandage de soutien
  • 56.005 - bandage de plaie
  • 56.006 - application d'un pansement oculaire
  • 57 - Thérapie manuelle / médecine physique
  • 57.000 - réhabilitation
  • 57.001 - chiropraxie
  • 57.002 - entraînement physique
  • 57.003 - entretien de la force musculaire
  • 57.004 - ergothérapie
  • 57.005 - exercice musculaire
  • 57.006 - médecine physique
  • 57.007 - podiatrie
  • 57.008 - kinésithérapie
  • 57.009 - réhabilitation spécifique de handicap;
  • 57.010 - stimulateur de nerf
  • 57.011 - stimulateur musculaire électronique
  • 57.012 - thérapie de la parole
  • 57.013 - utilisation de la chaleur à des fins thérapeutiques
  • 57.014 - utilisation des ultrasons à des fins thérapeutiques
  • 57.015 - utilisation du courant électrique à des fins thérapeutiques;
  • 57.016 - utilisation du froid à des fins thérapeutiques
  • 58 - Conseil thérapeutique / écoute / psychothérapie
  • 58.000 - conseil thérapeutique
  • 58.001 - écoute thérapeutique
  • 58.002 - psychothérapie
  • 58.003 - conseil pour une maladie spécifique
  • 58.004 - entretien motivationnel
  • 58.005 - psychothérapie de soutien
  • 58.006 - réhabilitation psychosociale pour alcoolisme
  • 58.007 - réhabilitation psychosociale pour drogue
  • 59 - Autre procédure thérapeutique/ petite chirurgie nca
  • 59.000 - autre procédure thérapeutique
  • 59.001 - petite chirurgie nca
  • 59.002 - accouchement
  • 59.003 - acupuncture
  • 59.004 - césarienne
  • 59.005 - chirurgie plastique
  • 59.006 - dialyse
  • 59.007 - enlèvement de corps étranger
  • 59.008 - oxygénothérapie
  • 59.009 - réanimation cardio-respiratoire
  • 59.010 - transfusion de sang
  • 60 - Résultat d'analyse
  • 60.000 - résultat d'analyse
  • 60.001 - résultat de procédure
  • 61 - Résultats d'examen, de test, d'enregistrement, lettre d'un autre dispensateur
  • 61.000 - résultat d'examen d'un autre dispensateur
  • 61.002 - résultat de test d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.006 - lettre d'un autre dispensateur
  • 62 - Procédure administrative
  • 62.001 - procédure administrative
  • 62.002 - certificat d'arret de travail
  • 62.003 - certificats décès
  • 62.004 - certificats permis de conduire
  • 62.005 - problèmes de facturation
  • 62.006 - questionnaire de santé
  • 62.007 - question sur le dossier dossier médical
  • 62.008 - remplissage de documents
  • 62.009 - remplissage de formulaires
  • 63 - Rencontre de suivi non spécifié
  • 63.000 - rencontre de suivi
  • 64 - Rencontre ou problème initié par le dispensateur
  • 64.000 - problème initié par le dispensateur
  • 64.001 - rencontre initiée par le dispensateur
  • 65 - Episode nouveau ou en cours initié par un tiers
  • 65.000 - problème initié par une tiers
  • 65.001 - rencontre initiée par une tiers
  • 65.002 - référence par la famille
  • 65.003 - re,
  • 65.004 - référence par l'asssistante sociale
  • 65.005 - référence par le psychologue
  • 66 - Référence à un autre dispensateur: infirmière, thérapeute, travailleur social
  • 66.001 - référence à un dispensateur non médecin
  • 66.002 - référence à infirmière
  • 66.003 - référence à un kinésithérapeute
  • 66.004 - référence à ergothérapeute
  • 66.005 - référence à chiropraticien
  • 66.006 - référence à travailleur social
  • 66.007 - référence à opticien
  • 66.008 - référence à une sage-femme
  • 66.009 - référence à diététicien
  • 66.010 - référence à dentiste
  • 66.011 - référence à une aide familiale
  • 66.012 - référence à orthodontiste
  • 66.013 - référence à psychologue
  • 67 - Référence à médecin, spécialiste, clinique, hôpital
  • 67.000 - référence à un autre MG-MF
  • 67.001 - référence à un spécialiste
  • 67.003 - référence à une clinique
  • 67.004 - référence à un hôpital
  • 68 - Autre référence
  • 68.001 - référence à association de patients
  • 68.002 - référence à service de chômage
  • 68.003 - référence à un home
  • 68.004 - référence à un home de personnes âgées
  • 68.005 - référence à un service non médical
  • 68.006 - référence à une institution de réadaptation
  • 69 - Autre procédure nca
  • 69.000 - autres procédure
  • A01 - Douleur générale ou de sites multiples
  • A02 - Frissons
  • A03 - Fièvre
  • A04 - Fatigue ou faiblesse générale
  • A05 - Sensation d'être malade
  • A06 - Evanouissement ou syncope
  • A07 - Coma
  • A08 - Gonflement
  • A09 - Problème de transpiration
  • A10 - Saignement ou hémorragie NCA
  • A11 - Douleur thoracique NCA
  • A13 - Préoccupé par ou peur d'un traitement médical
  • A16 - Nourrisson irritable
  • A18 - Préoccupé par son aspect extérieur
  • A20 - Demande ou discussion a propos de l'euthanasie
  • A21 - Facteur de risque de cancer
  • A23 - Facteur de risque NCA
  • A25 - Peur de la mort, de mourir
  • A26 - Peur du cancer NCA
  • A27 - Peur d' avoir une autre maladie NCA
  • A28 - Limitation de la fonction ou incapacité NCA
  • A29 - Autre symptôme ou plainte général
  • A70 - Tuberculose
  • A71 - Rougeole
  • A72 - Varicelle
  • A73 - Paludisme
  • A74 - Rubéole
  • A75 - Mononucléose infectieuse
  • A76 - Autre exanthème viral
  • A77 - Maladie virale autre ou NCA
  • A78 - Autre maladie infectieuse NCA
  • A79 - Cancer NCA
  • A80 - Traumatisme ou lésion traumatique NCA
  • A81 - Polytraumatisme ou lésions multiples
  • A82 - Effet tardif d'un traumatisme
  • A84 - Intoxication par substance médicinale
  • A85 - Effet secondaire d'une substance médicinale
  • A86 - Effet toxique d'une substance non médicinale
  • A87 - Complication de traitement médical
  • A88 - Effet secondaire de facteur physique
  • A89 - Effet secondaire de matériel prothétique
  • A90 - Anomalie congénitale NCA ou multiple
  • A91 - Résultat d'investigation anormale NCA
  • A92 - Allergie ou réaction allergique NCA
  • A93 - Nouveau-né prématuré
  • A94 - Autre morbidité périnatale
  • A95 - Mortalité périnatale
  • A96 - Mort
  • A97 - Pas de maladie
  • A98 - Gestion de la santé / médecine préventive
  • A99 - Maladie ou condition de nature ou de site non précisé
  • B02 - Ganglion lymphatique augmenté de volume ou douloureux
  • B04 - Symptôme ou plainte concernant le sang
  • B25 - Peur du SIDA ou du VIH
  • B26 - Peur du cancer du sang ou lymphatique
  • B27 - Peur d' avoir une autre maladie du sang ou des organes lymphatiques
  • B28 - Limitation de la fonction ou incapacité (B)
  • B29 - Autre symptôme ou plainte du système lymphatique ou immunologique
  • B70 - Adénite aiguë
  • B71 - Adénite chronique ou non-spécifique
  • B72 - Maladie de Hodgkin ou lymphome
  • B73 - Leucémie
  • B74 - Autre cancer du sang
  • B75 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du sang ou du système lymphatique
  • B76 - Rupture traumatique de la rate
  • B77 - Autre lésion traumatique du sang ou du système lymphatique ou de la rate
  • B78 - Anémie hémolytique héréditaire
  • B79 - Autre anomalie congénitale du sang ou du système lymphatique
  • B80 - Anémie par déficience en fer
  • B81 - Anémie par carence en vit B12 ou acide folique
  • B82 - Autre anémie ou indéterminée
  • B83 - Purpura ou défaut de coagulation
  • B84 - Globules blancs anormaux
  • B87 - Splénomégalie
  • B90 - Infection par le virus HIV, SIDA
  • B99 - Autre maladie du sang, du système lymphatique ou de la rate
  • D01 - Douleur/crampes abdominales gén.
  • D01 - Douleur ou crampes abdominales généralisées
  • D02 - Douleur abdominale/épigastrique
  • D02 - Douleur abdominale ou épigastrique
  • D03 - Brûlure/brûlant/brûlement estomac
  • D03 - Brûlure, brûlant, brûlement, estomac
  • D04 - Douleur rectale/anale
  • D04 - Douleur rectale ou anale
  • D05 - Démangeaisons périanales
  • D05 - Démangeaisons perianales
  • D06 - Autre douleur abdominale localisée
  • D06 - Autre douleur abdominale loc.
  • D07 - Dyspepsie/indigestion
  • D07 - Dyspepsie ou indigestion
  • D08 - Flatulence/gaz/renvoi
  • D08 - Flatulence ou gaz ou renvoi
  • D09 - Nausée
  • D10 - Vomissement
  • D11 - Diarrhée
  • D12 - Constipation
  • D13 - Jaunisse
  • D14 - Hématémèse/vomissement de sang
  • D14 - Hématémèse ou vomissement de sang
  • D15 - Méléna
  • D16 - Saignement rectal
  • D17 - Incontinence rectale
  • D18 - Modification selles/mouvem. intestin
  • D18 - Modification des selles ou des mouvements intestinaux
  • D19 - S/P dents/gencives
  • D19 - Symptôme et plainte des dents ou des gencives
  • D20 - S/P bouche/langue/lèvres
  • D20 - Symptôme et plainte de la bouche, de la langue ou des lèvres
  • D21 - Problème de déglutition
  • D21 - P. de déglutition
  • D23 - Hépatomégalie
  • D24 - Masse abdominale NCA
  • D25 - Distension abdominale
  • D26 - Peur du cancer du système digestif
  • D26 - Peur du cancer du syst. digestif
  • D27 - Peur d'une autre maladie digestive
  • D27 - Peur d'avoir une autre maladie digestive
  • D28 - Limitation de la fonction ou incapacité (D)
  • D28 - Limitation de la fonction/incap. (D)
  • D29 - Autre S/P du syst. digestif
  • D29 - Autre symptôme ou plainte du système digestif
  • D70 - Infection gastro-intestinale
  • D71 - Oreillons
  • D72 - Hépatite virale
  • D73 - Gastro-entérite présumée infectieuse
  • D74 - Cancer de l'estomac
  • D75 - Cancer du colon ou du rectum
  • D75 - Cancer du colon/du rectum
  • D76 - Cancer du pancréas
  • D77 - Autre cancer digestif/NCA
  • D77 - Autre cancer digestif ou NCA
  • D78 - Tumeur bénigne/indét. du syst. dig.
  • D78 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système digestif
  • D79 - Corps étranger du système digestif
  • D79 - CE du syst. digestif
  • D80 - Autre lésion traumatique du système digestif
  • D80 - Autre traumat. du syst. digestif
  • D81 - Anomalie congénitale du système digestif
  • D81 - Anom. congénitale du syst. digestif
  • D82 - Maladie des dents/des gencives
  • D82 - Maladie des dents et des gencives
  • D83 - Maladie de la bouche, de la langue et des lèvres
  • D83 - Maladie bouche/langue/lèvres
  • D84 - Maladie de l’œsophage
  • D84 - Maladie de l'oesophage
  • D85 - Ulcère duodénal
  • D86 - Autre ulcère peptique
  • D87 - Trouble de la fonction gastrique
  • D88 - Appendicite
  • D89 - Hernie inguinale
  • D90 - Hernie hiatale
  • D91 - Autre hernie abdominale
  • D92 - Maladie diverticulaire
  • D93 - Syndrome du colon irritable
  • D94 - Entérite chronique/colite ulcéreuse
  • D94 - Entérite chronique ou colite ulcéreuse
  • D95 - Fissure anale ou abcès périanal
  • D95 - Fissure anale/abcès périanal
  • D96 - Vers/autre parasite
  • D96 - Vers ou autre parasite
  • D97 - Maladie du foie NCA
  • D98 - Cholécystite/cholélithiase
  • D98 - Cholécystite, cholélithiase
  • D99 - Autre maladie du syst. Digestif
  • D99 - Autre maladie du système digestif
  • F01 - Oeil douloureux
  • F02 - Oeil rouge
  • F03 - Ecoulement de l’œil
  • F03 - Ecoulement de l'oeil
  • F04 - Taches visuelles/flottantes
  • F04 - Taches visuelles ou flottantes
  • F05 - Autre perturbation de la vision
  • F13 - Sensation oculaire anormale
  • F14 - Mouvements oculaires anormaux
  • F15 - Apparence anormale de l'oeil
  • F15 - Apparence anormale de l’œil
  • F16 - Symptôme et plainte de la paupière
  • F16 - S/P de la paupière
  • F17 - S/P lunettes
  • F17 - Symptôme et plainte concernant les lunettes
  • F18 - S/P lentilles de contact
  • F18 - Symptôme et plainte concernant les lentilles de contact
  • F27 - Peur d'avoir une maladie de l’œil
  • F27 - Peur d'une maladie de l'oeil
  • F28 - Limitation de la fonction ou incapacité (F)
  • F28 - Limitation de la fonction/incap. (F)
  • F29 - Autre symptôme et plainte de l’œil
  • F29 - Autre S/P de l'oeil
  • F70 - Conjonctivite infectieuse
  • F71 - Conjonctivite allergique
  • F72 - Blépharite, orgelet, chalazion
  • F73 - Autre infection/inflammation de l'oeil
  • F73 - Autre infection ou inflammation de l’œil
  • F74 - Tumeur de l’œil et des annexes
  • F74 - Tumeur de l'oeil et des annexes
  • F75 - Contusion/hémorragie de l'oeil
  • F75 - Contusion ou hémorragie de l’œil
  • F76 - Corps étranger dans l’œil
  • F76 - CE dans l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumat. de l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumatique de l’œil
  • F80 - Sténose du canal lacrymal de l'enfant
  • F80 - Sténose canal lacrymal de l'enfant
  • F81 - Autre anom. congénitale de l'oeil
  • F81 - Autre anomalie congénitale de l’œil
  • F82 - Décollement de la retire
  • F83 - Rétinopathie
  • F84 - Dégénérescence maculaire
  • F85 - Ulcère de la cornée
  • F86 - Trachome
  • F91 - Défaut de réfraction
  • F92 - Cataracte
  • F93 - Glaucome
  • F94 - Cécité
  • F95 - Strabisme
  • F99 - Autre maladie de l’œil et des annexes
  • F99 - Autre maladie de l'oeil/annexes
  • H01 - Douleur d'oreille ou otalgie
  • H01 - Douleur d'oreille/otalgie
  • H02 - P. d'audition
  • H02 - Problème d'audition
  • H03 - Acouphène, bourdonnement d'oreille
  • H03 - Acouphène/bourdonnement d'oreille
  • H04 - Ecoulement de l'oreille
  • H05 - Saignement de l'oreille
  • H13 - Sensation d'oreille bouchée
  • H15 - Préoccupé par l'aspect des oreilles
  • H15 - Préoc. par l'aspect des oreilles
  • H27 - Peur d'une maladie de l'oreille
  • H27 - Peur d'avoir une maladie de l'oreille
  • H28 - Limitation de la fonction/incap. (H)
  • H28 - Limitation de la fonction ou incapacité (H)
  • H29 - Autre S/P de l'oreille
  • H29 - Autre symptôme et plainte de l' oreille
  • H70 - Otite externe
  • H71 - Otite moyenne aiguë ou myringite
  • H71 - Otite moyenne aiguë/myringite
  • H72 - Otite moyenne séreuse
  • H73 - Salpingite d'eustache
  • H74 - Otite moyenne chronique
  • H75 - Tumeur de l'oreille
  • H76 - CE dans l'oreille
  • H76 - Corps étranger dans l'oreille
  • H77 - Perforation du tympan
  • H78 - Lésion traumat. superf. de l'oreille
  • H78 - Lésion traumatique superficielle de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumatique de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumat. de l'oreille
  • H80 - Anom. congénitale de l'oreille
  • H80 - Anomalie congénitale de l'oreille
  • H81 - Excès de cérumen
  • H82 - Syndrome vertigineux
  • H83 - Otosclérose
  • H84 - Presbyacousie
  • H85 - Traumatisme sonore
  • H86 - Surdité
  • H99 - Autre maladie de l'oreille ou de la mastoïde
  • H99 - Autre maladie de l'oreille/ mastoïde
  • K01 - Douleur cardiaque
  • K02 - Oppression ou constriction cardiaque
  • K03 - Douleur cardiovasculaire NCA
  • K04 - Palpitations ou perception des battements cardiaques
  • K05 - Autre battement cardiaque irrégulier
  • K06 - Veines proéminentes
  • K07 - Oedème, gonflement des chevilles
  • K22 - Facteur de risque de maladie cardio-vasculaire
  • K24 - Peur d'avoir une maladie de cœur
  • K25 - Peur d'avoir de l'hypertension
  • K27 - Peur d'avoir une autre maladie cardio-vasculaire
  • K28 - Limitation de la fonction ou incapacité (K)
  • K29 - Autre symptôme et plainte cardiovasculaire
  • K70 - Infection du système cardio-vasculaire
  • K71 - Rhumatisme articulaire aigu ou maladie cardiaque rhumatismale
  • K72 - Tumeur cardio-vasculaire
  • K73 - Anomalie congénitale cardio-vasculaire
  • K74 - Cardiopathie ischémique avec angor
  • K75 - Infarctus myocardique aigu
  • K76 - Cardiopathie ischémique sans angor
  • K77 - Décompensation cardiaque
  • K78 - Fibrillation auriculaire ou flutter
  • K79 - Tachycardie paroxystique
  • K80 - Arythmie cardiaque NCA
  • K81 - Souffle cardiaque ou artériel NCA
  • K82 - Cœur pulmonaire
  • K83 - Valvulopathie NCA
  • K84 - Autre maladie cardiaque
  • K85 - Pression sanguine élevée
  • K86 - Hypertension non compliquée
  • K87 - Hypertension avec complication
  • K88 - Hypotension orthostatique
  • K89 - Ischémie cérébrale transitoire
  • K90 - Accident vasculaire cérébral
  • K91 - Maladie cérébrovasculaire
  • K92 - Athérosclérose ou maladie vasculaire périphérique
  • K93 - Embolie pulmonaire
  • K94 - Phlébite et thrombophlébite
  • K95 - Varices des jambes
  • K96 - Hémorroïdes
  • K99 - Autre maladie cardio-vasculaire
  • L01 - Symptôme et plainte du cou
  • L02 - Symptôme et plainte du dos
  • L03 - Symptôme et plainte des lombes
  • L04 - Symptôme et plainte du thorax
  • L05 - Symptôme et plainte du flanc et du creux axillaire
  • L07 - Symptôme et plainte de la mâchoire
  • L08 - Symptôme et plainte de l'épaule
  • L09 - Symptôme et plainte du bras
  • L10 - Symptôme et plainte du coude
  • L11 - Symptôme et plainte du poignet
  • L12 - Symptôme et plainte de la main et du doigt
  • L13 - Symptôme et plainte de la hanche
  • L14 - Symptôme et plainte de la jambe et de la cuisse
  • L15 - Symptôme et plainte du genou
  • L16 - Symptôme et plainte de la cheville
  • L17 - Symptôme et plainte du pied et de l'orteil
  • L18 - Douleur musculaire
  • L19 - Symptôme et plainte musculaire NCA
  • L20 - Symptôme et plainte d'une articulation NCA
  • L26 - Peur d'avoir un cancer du système ostéo-articulaire
  • L27 - Peur d'avoir une autre maladie du système ostéo-articulaire
  • L28 - Limitation de la fonction ou incapacité (L)
  • L29 - Autre symptôme et plainte ostéo-articulaire
  • L70 - Infection du système ostéo-articulaire
  • L71 - Cancer du système ostéo-articulaire
  • L72 - Fracture du radius ou du cubitus
  • L73 - Fracture du tibia ou du péroné
  • L74 - Fracture de la main ou du pied
  • L75 - Fracture du fémur
  • L76 - Autre fracture
  • L77 - Entorse de la cheville
  • L78 - Entorse du genou
  • L79 - Entorse articulaire NCA
  • L80 - Luxation et subluxation
  • L81 - Lésion traumatique NCA du système ostéo-articulaire
  • L82 - Anomalie congénitale du système ostéo-articulaire
  • L83 - Syndrome cervical
  • L84 - Syndrome dorso-lombaire sans irradiation
  • L85 - Déformation acquise de la colonne
  • L86 - Syndrome dorso-lombaire avec irradiation
  • L87 - Bursite, tendinite, synovite NCA
  • L88 - Polyarthrite rhumatoïde séropositive
  • L89 - Coxarthrose
  • L90 - Gonarthrose
  • L91 - Autre arthrose
  • L92 - Syndrome de l'épaule
  • L93 - Coude du joueur de tennis
  • L94 - Ostéochondrose
  • L95 - Ostéoporose
  • L96 - Lésion aiguë interne du genou
  • L97 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système ostéo-articulaire
  • L98 - Déformation acquise des membres inférieurs
  • L99 - Autre maladie ostéo-articulaire
  • N01 - Mal de tête
  • N03 - Douleur de la face
  • N04 - Jambes sans repos
  • N05 - Fourmillements des doigts, pieds, orteils
  • N06 - Autre perturbation de la sensibilité
  • N07 - Convulsion ou crise comitiale
  • N08 - Mouvements involontaires anormaux
  • N16 - Perturbation du goût ou de l'odorat
  • N17 - Vertige ou étourdissement
  • N18 - Paralysie ou faiblesse
  • N19 - Trouble de la parole
  • N26 - Peur d'avoir un cancer du système neurologique
  • N27 - Peur d'avoir une autre maladie neurologique
  • N28 - Limitation de la fonction ou incapacité (N)
  • N29 - Autre symptôme ou plainte neurologique
  • N70 - Poliomyélite
  • N71 - Méningite ou encéphalite
  • N72 - Tétanos
  • N73 - Autre infection neurologique
  • N74 - Cancer du système neurologique
  • N75 - Tumeur bénigne du système neurologique
  • N76 - Tumeur de nature indéterminée du système neurologique
  • N79 - Commotion
  • N80 - Autre lésion traumatique de la tête
  • N81 - Autre lésion traumatique du système neurologique
  • N85 - Anomalie congénitale neurologique
  • N86 - Sclérose en plaque
  • N87 - Syndrome parkinsonien
  • N88 - Epilepsie
  • N89 - Migraine
  • N90 - Algie vasculaire de la face
  • N91 - Paralysie faciale ou paralysie de Bell
  • N92 - Névralgie du trijumeau
  • N93 - Syndrome du canal carpien
  • N94 - Névrite ou neuropathie périphérique
  • N95 - Céphalée de tension
  • N99 - Autre maladie neurologique
  • Ore - lle H
  • P01 - Sensation d'anxiété, de nervosité ou de tension
  • P02 - Réaction de stress aiguë
  • P03 - Sensation de dépression
  • P04 - Sentiment ou comportement irritable ou en colère
  • P05 - Sénilité, sensation d'être vieux, comportement sénile
  • P06 - Perturbation du sommeil
  • P07 - Diminution du désir sexuel
  • P08 - Diminution de l'accomplissement sexuel
  • P09 - Préoccupation a propos de l'identité sexuelle
  • P10 - Bégaiement, bredouillement, tic
  • P11 - Trouble de l'alimentation de l'enfant
  • P12 - Enurésie
  • P13 - Encoprésie
  • P15 - Alcoolisme chronique
  • P16 - Alcoolisation aiguë
  • P17 - Usage abusif du tabac
  • P18 - Usage abusif de médicament
  • P19 - Usage abusif de drogue
  • P20 - Perturbation de la mémoire
  • P22 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'enfant
  • P23 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'adolescent
  • P24 - Problème spécifique de l'apprentissage
  • P25 - Problèmes de phase de vie adulte
  • P27 - Peur d'avoir un trouble mental
  • P28 - Limitation de la fonction ou incapacité (P)
  • P29 - Autre symptôme et plainte psychologique
  • P70 - Démence
  • P71 - Autre psychose organique
  • P72 - Schizophrénie
  • P73 - Psychose affective
  • P74 - Trouble anxieux ou état anxieux
  • P75 - Trouble somatoforme
  • P76 - Dépression
  • P77 - Suicide ou tentative de suicide
  • P78 - Neurasthénie, surmenage
  • P79 - Phobie, trouble obsessionnel compulsif
  • P80 - Trouble de la personnalité
  • P81 - Trouble hyperkinétique
  • P82 - Syndrome de stress post-traumatique
  • P85 - Retard mental
  • P86 - Anorexie mentale, boulimie
  • P98 - Autre psychose NCA
  • P99 - Autre trouble psychologique
  • Q04 - Descripteur non défini
  • QC1 - Groupe d’âge
  • QC11 - Nourrisson
  • QC12 - Enfant
  • QC13 - Adolescent
  • QC14 - Adulte
  • QC15 - Personne âgée
  • QC2 - Question de genre 
  • QC21 - Santé de l'homme 
  • QC22 - Santé de la femme
  • QC23 - Différence de sexe
  • QC24 - Transgenre
  • QC3 - Haut risque social
  • QC31 - Sous-groupe ethnique
  • QC32 - Réfugiés et migrants
  • QC33 - Sans-abri
  • QC34 - Prisonnier
  • QC4 - Dépendant
  • QC41 - Dépendant de médicament sous prescription
  • QC42 - Dépendant de drogue de rue
  • QC43 - Dépendant du jeu
  • QC5 - Victime de violence
  • QC51 - Violence basée sur le genre
  • QC52 - Maltraitance d'enfant
  • QC53 - Maltraitance des personnes âgées
  • QC54 - Victime de torture
  • QC55 - Mutilation rituelle
  • QC6 - Survivant
  • QD1 - Communicateur
  • QD11 - Contact
  • QD12 - Relation médecin-patient
  • QD13 - Conseil thérapeutique
  • QD14 - Pensée systémique
  • QD15 - Entrevue motivationnelle
  • QD2 - Médecin en tant que soignant
  • QD21 - Résolution de problèmes
  • QD22 - Globalité
  • QD23 - Education à la santé
  • QD24 - Compétence clinique
  • QD25 - Continuité des soins
  • QD26 - Soins palliatifs
  • QD27 - Planification familiale
  • QD3 - Gestionnaire de soins
  • QD31 - Gestion du risque de santé
  • QD32 - Gestion des problèmes de santé
  • QD321 - Symptôme médicalement inexpliqué
  • QD322 - Multimorbidité
  • QD323 - Prise de décision partagée
  • QD324 - Fortuitome
  • QD325 - Comportement de prescription
  • QD326 - Déadoption et déprescription
  • QD33 - Evaluation de l'état de santé
  • QD34 - Question génétique
  • QD4 - Prévention clinique
  • QD41 - Prévention primaire
  • QD42 - Prévention secondaire
  • QD43 - Prévention tertiaire
  • QD44 - Prévention quaternaire
  • QD441 - Surmédicalisation
  • QD442 - Fabrication de maladie
  • QD443 - Surinformation
  • QD444 - Surdépistage
  • QD445 - Surdiagnostic
  • QD446 - Surtraitement
  • QD5 - Médecine complémentaire et alternative
  • QD51 - Homéopathie
  • QD6 - Question medico-légale
  • QD7 - Image professionnelle
  • QD8 - Equilibre travail - vie
  • QE1 - Ethique personnelle
  • QE2 - Ethique professionnelle
  • QE3 - Bioéthique
  • QE31 - Euthanasie
  • QE4 - Éthique de l'information
  • QE41 - Confidentialité
  • QE42 - Consentement éclairé
  • QH - Santé de la planète
  • QH1 - Santé environnementale
  • QH11 - Pollution intérieure
  • QH12 - Pollution extérieure
  • QH2 - Risque biologique
  • QH3 - Risque nucléaire
  • QO1 - impossible à coder,imprécis
  • QO2 - acronyme
  • QO3 - hors du champ de la médecine de famille
  • QO4 - considérer nouveau code
  • QP1 - Sécurité du patient
  • QP2 - Soins centrés sur le patient
  • QP21 - Accessibilité
  • QP22 - Accessibilité temporelle
  • QP23 - Compétence culturelle
  • QP24 - Accessibilité économique
  • QP25 - Acceptabilité
  • QP3 - Qualité des soins
  • QP4 - Perspective du patient
  • QP41 - Satisfaction du patient
  • QP42 - Connaissances du patient
  • QP43 - Autonomie du patient
  • QP44 - Contexte culturel du patient
  • QP45 - Dépense du patient en soins de santé
  • QP5 - Comportement de santé
  • QP51 - Questions d'alimentation du patient
  • QP52 - Sexualité du patient
  • QP53 - Auto-soin
  • QP54 - Médicaments en vente libre
  • QP6 - Participation du patient
  • QP61 - Réseau social
  • QP7 - Défense du patient
  • QR1 - Philosophie des sciences
  • QR2 - Epidémiologie des soins primaires
  • QR21 - Pharmaco-épidémiologie
  • QR22 - Recherche basée sur la communauté
  • QR3 - Méthodes de recherche
  • QR31 - Etude qualitative
  • QR32 - Etude quantitative
  • QR321 - Etude cas-témoins
  • QR322 - Etude de cohorte
  • QR323 - Étude transversale
  • QR324 - Etude longitudinale
  • QR325 - Etude d'intervention
  • QR33 - Recherche par méthode mixte
  • QR34 - Etudes de validation et de fiabilité
  • QR35 - Recherche-action
  • QR36 - Rapport de cas
  • QR4 - Réseau de recherche
  • QR5 - Outils de recherche et financement
  • QR51 - Classifications, terminologies et ontologies
  • QR52 - Echelles et questionnaires
  • QR53 - Etat fonctionnel
  • QR54 - Matériel d'observation
  • QR6 - Avis d'expert
  • QR7 - Economie, soins de santé primaire
  • QS1 - Etablissement de soins primaires
  • QS11 - Gestion de la pratique
  • QS12 - Economie de la pratique
  • QS13 - Gestion de l'information de santé
  • QS14 - Equipement de la pratique
  • QS2 - Garde médicale
  • QS3 - Relation de la pratique
  • QS31 - Collaboration de la pratique
  • QS32 - Référence et contre-référence
  • QS33 - Coordination des soins
  • QS4 - Dispensateur de soins primaires
  • QS41 - Médecin de famille
  • QS42 - Infirmière praticienne
  • QS43 - Sage-femme
  • QS44 - Professionnels de la santé associés
  • QS441 - Kinesithérapeute
  • QS442 - Travailleur social
  • QS443 - Psychologue
  • QS45 - Aidant familial
  • QS46 - Pharmacien
  • QT1 - Enseignement de la médecine de famille
  • QT11 - Méthodes pédagogiques
  • QT12 - Organisation de l'enseignement
  • QT13 - Evaluation de l'enseignement
  • QT131 - Patient simulé
  • QT14 - Organisation académique
  • QT2 - Formation de terrain en médecine
  • QT21 - Etudiant en médecine
  • QT22 - Formation professionnelle
  • QT23 - Education médicale continue
  • QT24 - Groupe Balint
  • QT25 - Formateur
  • QT3 - Assurance de qualité
  • QT31 - Médecine fondée sur des preuves
  • QT32 - Recommandation de bonne pratique
  • QT33 - Lecture critique de littérature
  • QT34 - Révision par les pairs
  • QT35 - Accréditation
  • QT36 - Indicateur de qualité
  • QT4 - Transfert de connaissance
  • QT41 - Publication
  • QT42 - Echange en ligne de la connaissance
  • QT43 - Bibliothèque numérique
  • QT44 - Communications électroniques
  • QT5 - Notification de données de santé
  • QT51 - Réseau sentinelle
  • QT52 - Evènements indésirables & pharmacovigilance
  • QT53 - Base de données de santé
  • R01 - Douleur du système respiratoire
  • R02 - Souffle court, dyspnée
  • R03 - Sibilance
  • R04 - Autre problème respiratoire
  • R05 - Toux
  • R06 - Saignement de nez, épistaxis
  • R07 - Congestion nasale, éternuement
  • R08 - Autre symptôme et plainte du nez
  • R09 - Symptôme et plainte des sinus
  • R21 - Symptôme et plainte de la gorge
  • R23 - Symptôme et plainte de la voix
  • R24 - Hémoptysie
  • R25 - Expectoration ou glaire anormale
  • R26 - Peur d'avoir un cancer du système respiratoire
  • R27 - Peur d'avoir une autre maladie respiratoire
  • R28 - Limitation de la fonction ou incapacité ( R)
  • R29 - Autre symptôme et plainte respiratoire
  • R71 - Coqueluche
  • R72 - Streptococcie pharyngée
  • R73 - Furoncle ou abcès du nez
  • R74 - Infection aiguë des voies respiratoires supérieures
  • R75 - Sinusite aiguë ou chronique
  • R76 - Angine aiguë
  • R77 - Laryngite, trachéite aiguë
  • R78 - Bronchite aiguë, bronchiolite
  • R79 - Bronchite chronique
  • R80 - Grippe
  • R81 - Pneumonie
  • R82 - Pleurésie, épanchement pleural
  • R83 - Autre infection respiratoire
  • R84 - Cancer des bronches, du poumon
  • R85 - Autre cancer respiratoire
  • R86 - Tumeur respiratoire bénigne
  • R87 - Corps étranger du nez, du larynx, des bronches
  • R88 - Autre lésion traumatique du système respiratoire
  • R89 - Anomalie congénitale du système respiratoire
  • R90 - Hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes
  • R92 - Tumeur de nature indéterminée du système respiratoire
  • R95 - Maladie pulmonaire chronique obstructive
  • R96 - Asthme
  • R97 - Rhinite allergique
  • R98 - Syndrome d'hyperventilation
  • R99 - Autre maladie respiratoire
  • S01 - Douleur ou hypersensibilité de la peau
  • S02 - Prurit
  • S03 - Verrue
  • S04 - Tuméfaction ou gonflement localisé de la peau
  • S05 - Tuméfactions ou gonflements généralisés de la peau
  • S06 - Eruption localisée
  • S07 - Eruption généralisée
  • S08 - Modification de la couleur de la peau
  • S09 - Doigt ou orteil infecté
  • S10 - Furoncle ou anthrax
  • S11 - Infection post-traumatique de la peau
  • S12 - Piqûre d'insecte
  • S13 - Morsure animale ou humaine
  • S14 - Brûlure cutanée
  • S15 - Corps étranger dans la peau
  • S16 - Ecchymose ou contusion
  • S17 - Eraflure, égratignure, ampoule
  • S18 - Coupure ou lacération
  • S19 - Autre lésion traumatique de la peau
  • S20 - Cor ou callosité
  • S21 - Symptôme et plainte au sujet de la texture de la peau
  • S22 - Symptôme et plainte de l'ongle
  • S23 - Calvitie ou perte de cheveux
  • S24 - Autre symptôme et plainte des cheveux, poils ou cuir chevelu
  • S26 - Peur du cancer de la peau
  • S27 - Peur d'avoir une autre maladie de la peau
  • S28 - Limitation de la fonction ou incapacité (S)
  • S29 - Autre symptôme et plainte de la peau
  • S70 - Zona
  • S71 - Herpes simplex
  • S72 - Gale ou autre acariose
  • S73 - Pédiculose ou autre infestation de la peau
  • S74 - Dermatophytose
  • S75 - Moniliase ou candidose de la peau
  • S76 - Autre maladie infectieuse de la peau
  • S77 - Cancer de la peau
  • S78 - Lipome
  • S79 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée de la peau
  • S80 - Kératose actinique ou coup de soleil
  • S81 - Hémangiome ou lymphangiome
  • S82 - Naevus ou naevus pigmentaire
  • S83 - Autre anomalie congénitale de la peau
  • S84 - Impétigo
  • S85 - Kyste ou fistule pilonidal
  • S86 - Dermatite séborrhéique
  • S87 - Dermatite atopique ou eczéma
  • S88 - Dermatite et allergie de contact
  • S89 - Erythème fessier
  • S90 - Pytiriasis rosé
  • S91 - Psoriasis
  • S92 - Maladie des glandes sudoripares
  • S93 - Kyste sébacé
  • S94 - Ongle incarné
  • S95 - Molluscum contagiosum
  • S96 - Acné
  • S97 - Ulcère chronique de la peau
  • S98 - Urticaire
  • S99 - Autre maladie de la peau
  • T01 - Soif excessive
  • T02 - Appétit excessif
  • T03 - Perte d'appétit
  • T04 - Problème d'alimentation du nourrisson et du petit enfant
  • T05 - Problème d'alimentation de l'adulte
  • T07 - Gain de poids
  • T08 - Perte de poids
  • T10 - Retard de croissance
  • T11 - Déshydratation
  • T26 - Peur d'avoir un cancer du système endocrinien
  • T27 - Peur d'avoir une autre maladie du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T28 - Limitation de la fonction ou incapacité (T)
  • T29 - Autre symptôme et plainte du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T70 - Infection du système endocrinien
  • T71 - Cancer de la thyroïde
  • T72 - Tumeur bénigne de la thyroïde
  • T73 - Tumeur de nature autre ou indéterminée du système endocrine
  • T78 - Canal ou kyste thyréoglosse
  • T80 - Anomalie congénitale du système endocrinien ou métabolique
  • T81 - Goitre
  • T82 - Obésité
  • T83 - Excès pondéral
  • T85 - Hyperthyroïdie ou thyréotoxicose
  • T86 - Hypothyroïdie ou myxœdème
  • T87 - Hypoglycémie
  • T89 - Diabète insulino-dépendant
  • T90 - Diabète non insulino-dépendant
  • T91 - Carence vitaminique ou nutritionnelle
  • T92 - Goutte
  • T93 - Trouble du métabolisme des lipides
  • T99 - Autre maladie endocrine, métabolique ou nutritionnelle
  • U01 - Dysurie ou miction douloureuse
  • U02 - Miction fréquente ou impérieuse
  • U04 - Incontinence urinaire
  • U05 - Autre problème de miction
  • U06 - Hématurie
  • U07 - Autre symptôme et plainte au sujet de l'urine
  • U08 - Rétention d'urine
  • U13 - Autre symptôme et plainte de la vessie
  • U14 - Symptôme et plainte du rein
  • U26 - Peur d'avoir un cancer du système urinaire
  • U27 - Peur d'avoir une autre maladie du système urinaire
  • U28 - Limitation de la fonction ou incapacité (U)
  • U29 - Autre symptôme et plainte urinaire
  • U70 - Pyélonéphrite ou pyélite
  • U71 - Cystite ou autre infection urinaire
  • U72 - Urétrite
  • U75 - Cancer du rein
  • U76 - Cancer de la vessie
  • U77 - Autre cancer urinaire
  • U78 - Tumeur bénigne du tractus urinaire
  • U79 - Tumeur de nature indéterminée du tractus urinaire
  • U80 - Lésion traumatique du tractus urinaire
  • U85 - Anomalie congénitale du tractus urinaire
  • U88 - Glomérulonéphrite ou syndrome néphrotique
  • U90 - Protéinurie orthostatique
  • U95 - Lithiase urinaire
  • U98 - Analyse urinaire anormale NCA
  • U99 - Autre maladie urinaire
  • W01 - Question de grossesse
  • W02 - Peur d'être enceinte
  • W03 - Saignement pendant la grossesse
  • W05 - Nausée ou vomissement de grossesse
  • W10 - Contraception post-coïtale
  • W11 - Contraception orale
  • W12 - Contraception intra-utérine
  • W13 - Stérilisation chez la femme
  • W14 - Autre contraception chez la femme
  • W15 - Stérilité - hypofertilité chez la femme
  • W17 - Saignement du post-partum
  • W18 - Autre symptôme et plainte du post-partum
  • W19 - Symptôme et plainte du sein et de la lactation pendant le post-partum
  • W21 - Préoccupée par la modification de l'image corporelle pendant la grossesse
  • W27 - Peur des complications de la grossesse
  • W28 - Limitation de la fonction ou incapacité (W)
  • W29 - Autre symptôme et plainte de la grossesse
  • W70 - Infection puerpérale, sepsis
  • W71 - Infection compliquant la grossesse
  • W72 - Tumeur maligne en relation avec la grossesse
  • W73 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée en relation avec la grossesse
  • W75 - Lésion traumatique compliquant la grossesse
  • W76 - Anomalie congénitale compliquant la grossesse
  • W78 - Grossesse
  • W79 - Grossesse non désirée
  • W80 - Grossesse ectopique
  • W81 - Toxémie gravidique
  • W82 - Avortement spontané
  • W83 - Avortement provoque
  • W84 - Grossesse a haut risque
  • W85 - Diabète gravidique
  • W90 - Accouchement non complique, enfant vivant
  • W91 - Accouchement non complique, enfant mort
  • W92 - Accouchement complique, enfant vivant
  • W93 - Accouchement complique, enfant mort
  • W94 - Mastite puerpérale
  • W95 - Autre maladie du sein pendant la grossesse et l'allaitement
  • W96 - Autre complication puerpérale
  • W99 - Autre maladie de la grossesse ou de l'accouchement
  • X01 - Douleur génitale chez la femme
  • X02 - Douleur menstruelle
  • X03 - Douleur intermenstruelle
  • X04 - Rapport sexuel douloureux chez la femme
  • X05 - Menstruation absente ou rare
  • X06 - Menstruation excessive
  • X07 - Menstruation irrégulière ou fréquente
  • X08 - Saignement intermenstruel
  • X09 - Symptôme et plainte prémenstruel
  • X10 - Ajournement des menstruations
  • X11 - Symptôme et plainte liés a la ménopause
  • X12 - Saignement de la post-ménopause
  • X13 - Saignement post-coïtal chez la femme
  • X14 - Ecoulement vaginal
  • X15 - Symptôme et plainte du vagin
  • X16 - Symptôme et plainte de la vulve
  • X17 - Symptôme et plainte du petit bassin chez la femme
  • X18 - Douleur du sein chez la femme
  • X19 - Tuméfaction ou masse du sein chez la femme
  • X20 - Symptôme et plainte du mamelon chez la femme
  • X21 - Autre symptôme et plainte du sein chez la femme
  • X22 - Préoccupée par l'apparence des seins
  • X23 - Peur d'une maladie sexuellement transmise chez la femme
  • X24 - Peur d'un dysfonctionnement sexuel chez la femme
  • X25 - Peur d'un cancer génital chez la femme
  • X26 - Peur d'avoir un cancer du sein chez la femme
  • X27 - Peur d'avoir une autre maladie génitale ou du sein chez la femme
  • X28 - Limitation de la fonction ou incapacité (X)
  • X29 - Autre symptôme et plainte génital chez la femme
  • X70 - Syphilis chez la femme
  • X71 - Gonococcie chez la femme
  • X72 - Candidose génitale chez la femme
  • X73 - Trichomonase génitale chez la femme
  • X74 - Maladie inflammatoire pelvienne chez la femme
  • X75 - Cancer du col de l'utérus
  • X76 - Cancer du sein chez la femme
  • X77 - Autre cancer génital chez la femme
  • X78 - Fibrome utérin
  • X79 - Tumeur bénigne du sein chez la femme
  • X80 - Tumeur bénigne génitale chez la femme
  • X81 - Tumeur génitale de natureautre ou indéterminée chez la femme
  • X82 - Lésion traumatique génitale chez la femme
  • X83 - Anomalie génitale congénitale chez la femme
  • X84 - Vaginite ou vulvite NCA
  • X85 - Maladie du col de l'utérus NCA
  • X86 - Frottis de col anormal
  • X87 - Prolapsus utero-vaginal
  • X88 - Maladie fibrokystique du sein
  • X89 - Syndrome de tension prémenstruelle
  • X90 - Herpes génital chez la femme
  • X91 - Condylome acuminé chez la femme
  • X92 - Infection génitale a chlamydia chez la femme
  • X99 - Autre maladie génitale chez la femme
  • Y01 - Douleur du pénis
  • Y02 - Douleur des testicules, du scrotum
  • Y03 - Ecoulement urétral
  • Y04 - Autre symptôme et plainte du pénis
  • Y05 - Autre symptôme et plainte des testicules ou du scrotum
  • Y06 - Symptôme et plainte de la prostate
  • Y07 - Impuissance sexuelle NCA
  • Y08 - Autre symptôme et plainte de la fonction sexuelle chez l'homme
  • Y10 - Stérilité, hypofertilité chez l'homme
  • Y13 - Stérilisation chez l'homme
  • Y14 - Autre planification familiale chez l'homme
  • Y16 - Symptôme et plainte du sein chez l'homme
  • Y24 - Peur d'avoir un dysfonctionnement sexuel chez l'homme
  • Y25 - Peur d'avoir une maladie sexuellement transmise chez l'homme
  • Y26 - Peur d'avoir un cancer génital chez l'homme
  • Y27 - Peur d'avoir une autre maladie du système génital chez l'homme
  • Y28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Y)
  • Y29 - Autre symptôme et plainte génitaux chez l'homme
  • Y70 - Syphilis chez l'homme
  • Y71 - Gonococcie chez l'homme
  • Y72 - Herpes génital chez l'homme
  • Y73 - Prostatite ou vésiculite séminale
  • Y74 - Orchite ou épididymite
  • Y75 - Balanite
  • Y76 - Condylome acuminé chez l'homme
  • Y77 - Cancer de la prostate
  • Y78 - Autre cancer génital chez l'homme
  • Y79 - Tumeur génitale de nature bénigne ou indéterminée chez l'homme
  • Y80 - Lésion traumatique génitale chez l'homme
  • Y81 - Phimosis ou hypertrophie du prépuce
  • Y82 - Hypospadias
  • Y83 - Ectopie testiculaire
  • Y84 - Autre anomalie congénitale chez l'homme
  • Y85 - Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Y86 - Hydrocèle
  • Y99 - Autre maladie génitale chez l'homme
  • Z01 - Pauvreté ou problème économique
  • Z02 - Problème d'eau ou de nourriture
  • Z03 - Problème d'habitat ou de voisinage
  • Z04 - Problème socioculturel
  • Z05 - Problème de travail
  • Z06 - Problème de non emploi
  • Z07 - Problème d'éducation
  • Z08 - Problème de protection sociale
  • Z09 - Problème légal
  • Z10 - Problème relatif au système de soins de santé
  • Z11 - Problème du fait d'être malade ou de compliance thérapeutique
  • Z12 - Problème de relation entre partenaires
  • Z13 - Problème de comportement du partenaire
  • Z14 - Problème du à la maladie du partenaire
  • Z15 - Perte ou décès du partenaire
  • Z16 - Problème de relation avec un enfant
  • Z18 - Problème du à la maladie d'un enfant
  • Z19 - Perte ou décès d'un enfant
  • Z20 - Problème de relation avec un autre parent ou membre de la famille
  • Z21 - Problème de comportement d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z22 - Problème du à la maladie d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z23 - Perte ou décès d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z24 - Problème de relation avec un ami
  • Z25 - Agression ou évènement nocif
  • Z27 - Peur d'avoir un problème social
  • Z28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Z)
  • Z29 - Problème social NCA
Titre du TFEAbstract du TFEAuteur du TFEUniversitéDocuments du TFEDescripteur du TFEMise en valeur du TFE
MORT NATURELLE OU MORT VIOLENTE ? Etude mixte sur les constats de décès et la prise en charge des morts violentes par les médecins généralistes de garde.
MORT NATURELLE OU MORT VIOLENTE ? Etude mixte sur les constats de décès et la prise en charge des morts violentes par les médecins généralistes de garde.
L’examen actuel des décès en Belgique et leur prise en charge par les intervenants de première ligne, dont les médecins généralistes, permettraient à des morts violentes d’échapper à la justice (1,2,3,4). Ce travail a mis en lumière, par une recherche dans la littérature et des entretiens, les faiblesses suivantes du système belge de constatation des décès : la législation incomplète, le manque de clarté du certificat de décès modèle III C, le trop faible taux d’autopsies et les connaissances insuffisantes en médecine légale des policiers de première ligne, des médecins certificateurs, des médecins requis par l’officier de l’état civil et des procureurs du Roi (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9). Ensuite, un questionnaire a permis d’évaluer les connaissances et les habitudes des médecins généralistes lors de la constatation d’un décès et de confirmer l’hypothèse selon laquelle ils avaient une connaissance insuffisante tant de la procédure à suivre lors d’un constat de décès que de l’attitude à avoir lors de la découverte d’une mort violente certaine ou probable. Les médecins généralistes sondés semblaient éprouver des difficultés ou n’adoptaient pas l’attitude adéquate au niveau de la détermination du type de décès, de l’examen clinique (35,6% n’examinaient pas toujours le corps), de l’obstacle médico-légal à l’inhumation ou à la crémation (63,8% ne cochaient pas l’obstacle médico-légal en cas de mort subite et inattendue et 43,1% déclaraient ne pas du tout connaitre la procédure mise en place) et de la préservation de la scène de crime. Les pistes éventuelles pour diminuer ces erreurs étaient une amélioration du certificat de décès modèle III C, une meilleure formation en médecine légale des MG et une modification de la législation et du système de constatation des décès en Belgique (2, 3, 5, 7, 9). Pour finir, ce travail a proposé un protocole aux médecins généralistes de garde reprenant les étapes importantes lors d’un constat de décès et des recommandations sur la prise en charge des morts non naturelles.
L’examen actuel des décès en Belgique et leur prise en charge par les intervenants de première ligne, dont les médecins généralistes, permettraient à des morts violentes d’échapper à la justice (1,2,3,4). Ce travail a mis en lumière, par une recherche dans la littérature et des entretiens, les faiblesses suivantes du système belge de constatation des décès : la législation incomplète, le manque de clarté du certificat de décès modèle III C, le trop faible taux d’autopsies et les connaissances insuffisantes en médecine légale des policiers de première ligne, des médecins certificateurs, des médecins requis par l’officier de l’état civil et des procureurs du Roi (1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9). Ensuite, un questionnaire a permis d’évaluer les connaissances et les habitudes des médecins généralistes lors de la constatation d’un décès et de confirmer l’hypothèse selon laquelle ils avaient une connaissance insuffisante tant de la procédure à suivre lors d’un constat de décès que de l’attitude à avoir lors de la découverte d’une mort violente certaine ou probable. Les médecins généralistes sondés semblaient éprouver des difficultés ou n’adoptaient pas l’attitude adéquate au niveau de la détermination du type de décès, de l’examen clinique (35,6% n’examinaient pas toujours le corps), de l’obstacle médico-légal à l’inhumation ou à la crémation (63,8% ne cochaient pas l’obstacle médico-légal en cas de mort subite et inattendue et 43,1% déclaraient ne pas du tout connaitre la procédure mise en place) et de la préservation de la scène de crime. Les pistes éventuelles pour diminuer ces erreurs étaient une amélioration du certificat de décès modèle III C, une meilleure formation en médecine légale des MG et une modification de la législation et du système de constatation des décès en Belgique (2, 3, 5, 7, 9). Pour finir, ce travail a proposé un protocole aux médecins généralistes de garde reprenant les étapes importantes lors d’un constat de décès et des recommandations sur la prise en charge des morts non naturelles.
de Montpellier d'Annevoie - ConstanceUniversité catholique de Louvain
QD6 - Z09 - 62.003 - A96 - QS41 - QS2 - QR33
Dépistage des infections sexuellement transmises dans la population générale chez un patient asymptomatique en Belgique: quand les recommandations et l'épidémiologie recontrent la pratique médicale.
Dépistage des infections sexuellement transmises dans la population générale chez un patient asymptomatique en Belgique: quand les recommandations et l'épidémiologie recontrent la pratique médicale.
-Introduction : Le choix du thème de ce travail découle d’un questionnement issu de discussions entre collègues sur le dépistage des infections sexuellement transmises (IST) en population générale. La détermination de groupes et comportements à risque et/ou la présence de symptômes permet d’orienter le médecin sur les dépistages à réaliser. Qu’en est-il du dépistage dans la population générale (en dehors des groupes à risque) asymptomatique ? L’objectif de ce TFE est donc de confronter les grandes recommandations du dépistage des IST chez les patients asymptomatiques en population générale, aux données épidémiologiques et appliquer les conclusions de cette confrontation à la pratique en médecine générale en Belgique, afin d’optimaliser la prévention par le dépistage. -Méthode : Recherche des recommandations américaines (USPSTF et CDC) et françaises (SFD) sur les indications du dépistage des IST. Recherche sur les techniques de dépistage, interview du Dr Derlet (IBC) et récolte des données épidémiologiques récentes des différentes IST en Belgique. -Résultats : Mise en évidence de différences entre les recommandations américaines et françaises sur le dépistage et interview du Dr Derlet sur les méthodes de dépistage. Exposition des données épidémiologiques qui ont mis en évidence les 3 IST les plus importantes en Belgique, en recrudescence depuis plusieurs années : le chlamydia trachomatis (CT), le gonocoque (NG) et la syphilis. -Discussion : Confrontation entre les recommandations internationales et les données épidémiologiques et proposition d’un algorithme de dépistage devant un patient asymptomatique, en population générale. -Conclusion : Ce TFE m’a permis de développer un esprit critique par rapport aux recommandations et d’améliorer ma pratique du dépistage des IST en population générale. Mots Clefs : dépistage, infection sexuellement transmise, recommandations, épidémiologie, techniques.
-Introduction : Le choix du thème de ce travail découle d’un questionnement issu de discussions entre collègues sur le dépistage des infections sexuellement transmises (IST) en population générale. La détermination de groupes et comportements à risque et/ou la présence de symptômes permet d’orienter le médecin sur les dépistages à réaliser. Qu’en est-il du dépistage dans la population générale (en dehors des groupes à risque) asymptomatique ? L’objectif de ce TFE est donc de confronter les grandes recommandations du dépistage des IST chez les patients asymptomatiques en population générale, aux données épidémiologiques et appliquer les conclusions de cette confrontation à la pratique en médecine générale en Belgique, afin d’optimaliser la prévention par le dépistage. -Méthode : Recherche des recommandations américaines (USPSTF et CDC) et françaises (SFD) sur les indications du dépistage des IST. Recherche sur les techniques de dépistage, interview du Dr Derlet (IBC) et récolte des données épidémiologiques récentes des différentes IST en Belgique. -Résultats : Mise en évidence de différences entre les recommandations américaines et françaises sur le dépistage et interview du Dr Derlet sur les méthodes de dépistage. Exposition des données épidémiologiques qui ont mis en évidence les 3 IST les plus importantes en Belgique, en recrudescence depuis plusieurs années : le chlamydia trachomatis (CT), le gonocoque (NG) et la syphilis. -Discussion : Confrontation entre les recommandations internationales et les données épidémiologiques et proposition d’un algorithme de dépistage devant un patient asymptomatique, en population générale. -Conclusion : Ce TFE m’a permis de développer un esprit critique par rapport aux recommandations et d’améliorer ma pratique du dépistage des IST en population générale. Mots Clefs : dépistage, infection sexuellement transmise, recommandations, épidémiologie, techniques.
Jungers - GéraldineUniversité catholique de Louvain
48.002 - QS41 - X23 - Y25 - QP52 - 33.000 - QT32 - QR22
Le médecin généraliste face au partage dinformations couvertes par le secret médical pour les patients placés sous administration de la personne
Le médecin généraliste face au partage dinformations couvertes par le secret médical pour les patients placés sous administration de la personne
Lorsqu'un patient devient incapable de gérer seul sa santé, le médecin généraliste est parfois amené à le placer sous administration de la personne. Le médecin généraliste doit partager des informations couvertes par le secret professionnel avec le juge de paix et l'administrateur. Ceci pourrait mettre à mal les règles du secret médical. Comment les médecins traitant concilient-ils le respect du secret médical et le partage de ces informations liées au secret? Analyse qualitative en milieu rural et semi-rural
Lorsqu'un patient devient incapable de gérer seul sa santé, le médecin généraliste est parfois amené à le placer sous administration de la personne. Le médecin généraliste doit partager des informations couvertes par le secret professionnel avec le juge de paix et l'administrateur. Ceci pourrait mettre à mal les règles du secret médical. Comment les médecins traitant concilient-ils le respect du secret médical et le partage de ces informations liées au secret? Analyse qualitative en milieu rural et semi-rural
Van Damme - Anne-SophieUniversité catholique de Louvain
QD21 - QD25 - QE2 - QP3 - QR31
La prévention secondaire des lombalgies en médecine générale : quels outils pour les médecins ?
La prévention secondaire des lombalgies en médecine générale : quels outils pour les médecins ?
Introduction Les lombalgies représentent un problème de santé majeur. De nombreuses publications dans la littérature portent sur leur prise en charge ainsi que leur traitement. Le volet prévention n’est que peu développé. Or en médecine générale, nous sommes aussi confrontés aux récidives de lombalgie. La prévention secondaire est donc un sujet intéressant, c’est pourquoi le sujet de mon travail porte sur celle-ci. L’objectif sera de mettre en évidence des outils pour prévenir les récidives de lombalgie en médecine générale. Méthodes J’ai mené une recherche dans la littérature avec les mots-clés « low back pain », « low back pain prevention », « secondary prevention of low back pain ». J’ai ensuite sélectionné les articles sur base de la date, de la validité et de la pertinence avec le sujet traité et son angle d’approche. J’ai également réalisé une étude qualitative en menant des interviews auprès de médecins généralistes et médecins du travail, ainsi qu’un kinésithérapeute. J’ai utilisé la théorisation ancrée pour analyser les entretiens. Résultats Il y a peu de données dans la littérature concernant la prévention secondaire des lombalgies. Il semblerait que l’entrainement, les exercices seuls, ou en combinaison avec une éducation thérapeutique seraient efficaces. L’éducation seule, les lombostats, les semelles orthopédiques ne semblent pas prévenir les lombalgies. La dépression augmenterait également le risque de récidive. Les analyses issues des entretiens des médecins interviewés ainsi que du kinésithérapeute ont fourni des outils que l’on pourrait utiliser pour la prévention secondaire en médecine générale. Les grands thèmes que j’ai pu mettre à jour sont : dialogue, motivation, prise en charge globale du patient et professionnalisme. Discussion La recherche dans la littérature montre peu de résultats sur les facteurs de risques à l’origine des récidives des lombalgies. Seule la dépression semble réellement avoir une incidence sur l’augmentation du risque. La littérature sur la prévention secondaire des lombalgies n’est pas assez développée que pour pouvoir répondre à elle seule à la question de recherche. L’analyse quantitative est subjective, les conclusions ne peuvent être généralisées. Conclusion La prévention secondaire des lombalgies est un sujet peu développé au sein de la littérature, quelques facteurs de risque sont évoqués pour les récidives des lombalgies ainsi que sur les moyens pratiques de les éviter. L’analyse qualitative au travers d’entretiens individuels de médecins ont permis de mettre en évidence d’autres pistes permettant éventuellement au médecin traitant d’effectuer une prévention secondaire basée sur des éléments concrets. Il ressort également que le rôle du médecin du travail reste peu clair pour le médecin généraliste, une meilleure communication représenterait un avantage pour la prise en charge des patients. Ce travail a permis de répondre à la question de recherche et pourrait aider les médecins généralistes à faire de la prévention secondaire durant leurs consultations. Mots-clés Récidive de lombalgie - prévention secondaire des lombalgies- médecine générale- analyse qualitative.
Introduction Les lombalgies représentent un problème de santé majeur. De nombreuses publications dans la littérature portent sur leur prise en charge ainsi que leur traitement. Le volet prévention n’est que peu développé. Or en médecine générale, nous sommes aussi confrontés aux récidives de lombalgie. La prévention secondaire est donc un sujet intéressant, c’est pourquoi le sujet de mon travail porte sur celle-ci. L’objectif sera de mettre en évidence des outils pour prévenir les récidives de lombalgie en médecine générale. Méthodes J’ai mené une recherche dans la littérature avec les mots-clés « low back pain », « low back pain prevention », « secondary prevention of low back pain ». J’ai ensuite sélectionné les articles sur base de la date, de la validité et de la pertinence avec le sujet traité et son angle d’approche. J’ai également réalisé une étude qualitative en menant des interviews auprès de médecins généralistes et médecins du travail, ainsi qu’un kinésithérapeute. J’ai utilisé la théorisation ancrée pour analyser les entretiens. Résultats Il y a peu de données dans la littérature concernant la prévention secondaire des lombalgies. Il semblerait que l’entrainement, les exercices seuls, ou en combinaison avec une éducation thérapeutique seraient efficaces. L’éducation seule, les lombostats, les semelles orthopédiques ne semblent pas prévenir les lombalgies. La dépression augmenterait également le risque de récidive. Les analyses issues des entretiens des médecins interviewés ainsi que du kinésithérapeute ont fourni des outils que l’on pourrait utiliser pour la prévention secondaire en médecine générale. Les grands thèmes que j’ai pu mettre à jour sont : dialogue, motivation, prise en charge globale du patient et professionnalisme. Discussion La recherche dans la littérature montre peu de résultats sur les facteurs de risques à l’origine des récidives des lombalgies. Seule la dépression semble réellement avoir une incidence sur l’augmentation du risque. La littérature sur la prévention secondaire des lombalgies n’est pas assez développée que pour pouvoir répondre à elle seule à la question de recherche. L’analyse quantitative est subjective, les conclusions ne peuvent être généralisées. Conclusion La prévention secondaire des lombalgies est un sujet peu développé au sein de la littérature, quelques facteurs de risque sont évoqués pour les récidives des lombalgies ainsi que sur les moyens pratiques de les éviter. L’analyse qualitative au travers d’entretiens individuels de médecins ont permis de mettre en évidence d’autres pistes permettant éventuellement au médecin traitant d’effectuer une prévention secondaire basée sur des éléments concrets. Il ressort également que le rôle du médecin du travail reste peu clair pour le médecin généraliste, une meilleure communication représenterait un avantage pour la prise en charge des patients. Ce travail a permis de répondre à la question de recherche et pourrait aider les médecins généralistes à faire de la prévention secondaire durant leurs consultations. Mots-clés Récidive de lombalgie - prévention secondaire des lombalgies- médecine générale- analyse qualitative.
Rabarison - GiuliaUniversité catholique de Louvain
49.001 - QC14 - QD42 - QR31 - QS41 - QT33 - L03 - QO4
La place des opioïdes dans la prise en charge de la douleur chronique non cancéreuse (DCNC) en Médecine générale.
La place des opioïdes dans la prise en charge de la douleur chronique non cancéreuse (DCNC) en Médecine générale.
De plus en plus de patients reçoivent des prescriptions d’opioïdes pour des douleurs chroniques non cancéreuses (DCNC), alors qu’il n’existe pas de preuve d’une efficacité d’un tel traitement dans cette indication. Ces médicaments ne sont pas sans risque, ils peuvent engendrer des effets indésirables, un mésusage, une dépendance ainsi qu’une overdose. Les médecins se sentent souvent démunis face à un patient avec une douleur chronique et disposent de peu d’outils en pratique pour améliorer la prise en charge du patient douloureux chronique. Une prise en charge globale du patient, avec une évaluation correcte de la douleur, peut éviter beaucoup de complications liées à la prescription d’opioïdes. Ces médicaments ne sont pas un premier choix dans le traitement de la douleur chronique mais ils peuvent venir renforcer les traitements non pharmacologiques et non opioïdes. Il est important de toujours mesurer la balance bénéfice/risque et de rechercher des facteurs de risques de mésusage et de dépendance. Un suivi rigoureux est indispensable pour réévaluer la douleur et l’effet du traitement sur la fonction et la qualité de vie. Il est important d’intégrer le patient dans la décision, et de discuter de la prise en charge adéquate. Le médecin généraliste a un rôle important de prévention à jouer en première ligne pour prévenir les effets néfastes d’un traitement par opioïdes à long terme. Ce travail propose une revue de trois guides de pratique clinique étrangers traitant du sujet, pour proposer un algorithme de prise en charge de la DCNC et de bon usage des opioïdes.
De plus en plus de patients reçoivent des prescriptions d’opioïdes pour des douleurs chroniques non cancéreuses (DCNC), alors qu’il n’existe pas de preuve d’une efficacité d’un tel traitement dans cette indication. Ces médicaments ne sont pas sans risque, ils peuvent engendrer des effets indésirables, un mésusage, une dépendance ainsi qu’une overdose. Les médecins se sentent souvent démunis face à un patient avec une douleur chronique et disposent de peu d’outils en pratique pour améliorer la prise en charge du patient douloureux chronique. Une prise en charge globale du patient, avec une évaluation correcte de la douleur, peut éviter beaucoup de complications liées à la prescription d’opioïdes. Ces médicaments ne sont pas un premier choix dans le traitement de la douleur chronique mais ils peuvent venir renforcer les traitements non pharmacologiques et non opioïdes. Il est important de toujours mesurer la balance bénéfice/risque et de rechercher des facteurs de risques de mésusage et de dépendance. Un suivi rigoureux est indispensable pour réévaluer la douleur et l’effet du traitement sur la fonction et la qualité de vie. Il est important d’intégrer le patient dans la décision, et de discuter de la prise en charge adéquate. Le médecin généraliste a un rôle important de prévention à jouer en première ligne pour prévenir les effets néfastes d’un traitement par opioïdes à long terme. Ce travail propose une revue de trois guides de pratique clinique étrangers traitant du sujet, pour proposer un algorithme de prise en charge de la DCNC et de bon usage des opioïdes.
Ouadi - ZaynabUniversité catholique de Louvain
A01 - QC41 - 31.003 - QD44 - QT32 - QO4
Recommandations actuelles concernant la prise en charge du surpoids et de l'obésité chez les enfants de 2 à 12 ans & Mise en évidence des obstacles ressentis par le médecin généraliste via une recherche quantitative réalisée auprès des médecins généralistes de la communauté francophone belge
Recommandations actuelles concernant la prise en charge du surpoids et de l'obésité chez les enfants de 2 à 12 ans & Mise en évidence des obstacles ressentis par le médecin généraliste via une recherche quantitative réalisée auprès des médecins généralistes de la communauté francophone belge
La surcharge pondérale chez les enfants de 2 à 12 ans est un problème de santé majeur en raison de ses nombreuses conséquences psychologiques, sociales et médicales. Le surpoids durant l’enfance est également un facteur de risque de surpoids et d’obésité à l’âge adulte. En Fédération Wallonie-Bruxelles, le surpoids et l’obésité touchent, suivant les provinces, entre 13,9% et 24,8% des enfants en deuxième primaire. La surcharge pondérale résulte d’un déséquilibre de la balance énergétique dont l’étiologie est complexe et multifactorielle (facteurs génétiques, environnementaux, comportementaux et biologiques), probablement modulée par une influence épigénétique. Actuellement, la prise en charge recommandée par les guidelines comprend plusieurs domaines d’intervention (alimentation, activité physique, lutte contre la sédentarité, aspects psychologiques et socioéconomiques) avec comme objectif final la modification à long terme des comportements de l’enfant et de son entourage. Un recours à des consultations spécialisées voire à une hospitalisation peuvent éventuellement être nécessaires. Une enquête quantitative réalisée auprès des médecins généralistes francophones révèle qu’une partie des praticiens ne pèse pas et ne mesure pas les enfants en consultation et que la majorité d’entre eux est insatisfaite de leur fréquence de prise en charge du surpoids chez les enfants. Les trois principaux obstacles ressentis par les généralistes lors de l’initiation de la prise en charge du surpoids chez les enfants de 2 à 12 ans sont, par ordre d’importance, les obstacles liés au milieu familial, les obstacles liés au manque de formation des généralistes et les obstacles liés au manque de temps en consultation. Etre conscient des obstacles rencontrés permet d’élaborer des stratégies permettant de les contourner et/ou de les diminuer.
La surcharge pondérale chez les enfants de 2 à 12 ans est un problème de santé majeur en raison de ses nombreuses conséquences psychologiques, sociales et médicales. Le surpoids durant l’enfance est également un facteur de risque de surpoids et d’obésité à l’âge adulte. En Fédération Wallonie-Bruxelles, le surpoids et l’obésité touchent, suivant les provinces, entre 13,9% et 24,8% des enfants en deuxième primaire. La surcharge pondérale résulte d’un déséquilibre de la balance énergétique dont l’étiologie est complexe et multifactorielle (facteurs génétiques, environnementaux, comportementaux et biologiques), probablement modulée par une influence épigénétique. Actuellement, la prise en charge recommandée par les guidelines comprend plusieurs domaines d’intervention (alimentation, activité physique, lutte contre la sédentarité, aspects psychologiques et socioéconomiques) avec comme objectif final la modification à long terme des comportements de l’enfant et de son entourage. Un recours à des consultations spécialisées voire à une hospitalisation peuvent éventuellement être nécessaires. Une enquête quantitative réalisée auprès des médecins généralistes francophones révèle qu’une partie des praticiens ne pèse pas et ne mesure pas les enfants en consultation et que la majorité d’entre eux est insatisfaite de leur fréquence de prise en charge du surpoids chez les enfants. Les trois principaux obstacles ressentis par les généralistes lors de l’initiation de la prise en charge du surpoids chez les enfants de 2 à 12 ans sont, par ordre d’importance, les obstacles liés au milieu familial, les obstacles liés au manque de formation des généralistes et les obstacles liés au manque de temps en consultation. Etre conscient des obstacles rencontrés permet d’élaborer des stratégies permettant de les contourner et/ou de les diminuer.
Descamps - MarieUniversité catholique de Louvain
T82 - 45.000 - 45.001 - 45.003 - T83
L'entretien motivationnel. Utilisation par les médecins généralistes. Avantages et freins de ce style de consultation. Etude mixte auprès de médecins généralistes de Wallonie-Bruxelles.
L'entretien motivationnel. Utilisation par les médecins généralistes. Avantages et freins de ce style de consultation. Etude mixte auprès de médecins généralistes de Wallonie-Bruxelles.
Résumé Introduction L’entretien motivationnel est un style de consultation séduisant qui a fait ses preuves pour accompagner les patients dans leur changement de comportement. Cette étude avait pour but d’analyser l’utilisation de ce style de consultation par les médecins généralistes de Wallonie-Bruxelles ainsi que de découvrir les avantages et les freins à son utilisation. Méthode Le travail se compose de deux études. L’une est à visée quantitative où 120 médecins ont été sondés grâce à un questionnaire à choix multiples. L’autres, à visée qualitative, repose sur 10 interviews semidirigées réalisées auprès de 10 médecins de tous âges. Résultats L’étude a permis de comprendre que de nombreux médecins sont convaincus par ce style de consultation. L’entretien motivationnel représente un idéal pour mener une consultation quand un changement de comportement peut améliorer la santé du patient. Tous (ou presque) essaient de l’utiliser mais semblent limités soit par leur capacité à le maîtriser soit par d’autres freins liés au patient, à l’organisation de leur consultation ou des soins de santé. Les médecins limités par leur capacité à maîtriser l’entretien motivationnel semblent insatisfaits de l’offre et de la qualité de la formation reçue. Conclusion Tout est réuni en médecine générale pour appliquer ce style de consultation. La majorité des médecins interviewés sont en accord avec cela. Pourtant, peu sont aptes à l’utiliser de manière efficace et ce pour plusieurs raisons. Par manque de formation d’abord puis à cause des freins liés au patient ou à l’organisation de la médecine générale. Une formation plus adaptée tant à l’université que lors des formations continues pourrait aider les médecins. Mots clés : QD15 entrevue motivationnelle, QS41 médecin de famille, QS11 Gestion de la pratique QR33 Etude mixte
Résumé Introduction L’entretien motivationnel est un style de consultation séduisant qui a fait ses preuves pour accompagner les patients dans leur changement de comportement. Cette étude avait pour but d’analyser l’utilisation de ce style de consultation par les médecins généralistes de Wallonie-Bruxelles ainsi que de découvrir les avantages et les freins à son utilisation. Méthode Le travail se compose de deux études. L’une est à visée quantitative où 120 médecins ont été sondés grâce à un questionnaire à choix multiples. L’autres, à visée qualitative, repose sur 10 interviews semidirigées réalisées auprès de 10 médecins de tous âges. Résultats L’étude a permis de comprendre que de nombreux médecins sont convaincus par ce style de consultation. L’entretien motivationnel représente un idéal pour mener une consultation quand un changement de comportement peut améliorer la santé du patient. Tous (ou presque) essaient de l’utiliser mais semblent limités soit par leur capacité à le maîtriser soit par d’autres freins liés au patient, à l’organisation de leur consultation ou des soins de santé. Les médecins limités par leur capacité à maîtriser l’entretien motivationnel semblent insatisfaits de l’offre et de la qualité de la formation reçue. Conclusion Tout est réuni en médecine générale pour appliquer ce style de consultation. La majorité des médecins interviewés sont en accord avec cela. Pourtant, peu sont aptes à l’utiliser de manière efficace et ce pour plusieurs raisons. Par manque de formation d’abord puis à cause des freins liés au patient ou à l’organisation de la médecine générale. Une formation plus adaptée tant à l’université que lors des formations continues pourrait aider les médecins. Mots clés : QD15 entrevue motivationnelle, QS41 médecin de famille, QS11 Gestion de la pratique QR33 Etude mixte
Lénelle - JoachimUniversité catholique de Louvain
QS11 - QD15 - QS41 - QR33
Facteurs d’hésitation vaccinale par rapport au vaccin contre le papillomavirus humain : Etude qualitative sur base d’entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Facteurs d’hésitation vaccinale par rapport au vaccin contre le papillomavirus humain : Etude qualitative sur base d’entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Introduction : Chaque année, en Belgique, on compte plus de 600 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus, maladie liée au papillomavirus humain (HPV). Pourtant, en 2013, en Wallonie, le taux de couverture vaccinale n’était que de 29% chez les adolescentes. L’objectif de cette étude est de relever les facteurs influençant la décision de vacciner les jeunes filles contre le HPV. Méthode : Il s’agit d’une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés. Treize médecins généralistes pratiquant en Fédération Wallonie-Bruxelles ont été interrogés. Les entretiens ont été enregistrés, retranscrits et analysés selon le principe de théorisation ancrée dans le but de mettre en évidence les déterminants de la décision vaccinale, et de faire émerger des pistes d’interventions pour améliorer le taux de vaccination. Résultats : Le manque de connaissances des patients ainsi que la peur des effets secondaires, encouragée par certains médias, sont les deux freins principaux. La relation de confiance médecin-patient est primordiale pour obtenir une adhésion à la vaccination. L’amélioration de la couverture vaccinale passe par une information claire au travers du médecin traitant, de l’école et de campagnes de communication. Conclusion : Il serait intéressant de valider ces résultats par une enquête auprès des parents/patientes. Mots-clés : papillomavirus, HPV, vaccination, hésitation vaccinale, réticence vaccinale, prévention primaire, recherche qualitative
Introduction : Chaque année, en Belgique, on compte plus de 600 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus, maladie liée au papillomavirus humain (HPV). Pourtant, en 2013, en Wallonie, le taux de couverture vaccinale n’était que de 29% chez les adolescentes. L’objectif de cette étude est de relever les facteurs influençant la décision de vacciner les jeunes filles contre le HPV. Méthode : Il s’agit d’une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés. Treize médecins généralistes pratiquant en Fédération Wallonie-Bruxelles ont été interrogés. Les entretiens ont été enregistrés, retranscrits et analysés selon le principe de théorisation ancrée dans le but de mettre en évidence les déterminants de la décision vaccinale, et de faire émerger des pistes d’interventions pour améliorer le taux de vaccination. Résultats : Le manque de connaissances des patients ainsi que la peur des effets secondaires, encouragée par certains médias, sont les deux freins principaux. La relation de confiance médecin-patient est primordiale pour obtenir une adhésion à la vaccination. L’amélioration de la couverture vaccinale passe par une information claire au travers du médecin traitant, de l’école et de campagnes de communication. Conclusion : Il serait intéressant de valider ces résultats par une enquête auprès des parents/patientes. Mots-clés : papillomavirus, HPV, vaccination, hésitation vaccinale, réticence vaccinale, prévention primaire, recherche qualitative
Lecomte - FlorineUniversité catholique de Louvain
QD41 - A98 - 44.000 - QP25 - A77 - QC13 - QS41 - QR31
Le trouble de la personnalité Borderline en médecine générale: enquête qualitative au sein d'une maison médicale au forfait à Seraing
Le trouble de la personnalité Borderline en médecine générale: enquête qualitative au sein d'une maison médicale au forfait à Seraing
Le trouble de la personnalité borderline est le trouble de la personnalité le plus fréquent et des plus étudié. Or, le diagnostic de ce trouble et sa prise en charge ont semblé poser de nombreuses questions en pratique de médecine générale. Le diagnostic ne semblait pas évident à poser et le suivi des patients pouvait mettre en difficulté soignant comme soigné. Une étude qualitative a ainsi été réalisée auprès de neuf médecins généralistes, une assistante sociale, un psychologue et un infirmier spécialisé en psychiatrie travaillant au sein d’une même structure de soins. Cette étude avait pour but d’identifier les difficultés à poser le diagnostic de borderline et les difficultés posées dans le suivi de ces patients afin d’en dégager des pistes d’amélioration. L’analyse de l’étude réalisée a ainsi montré qu’une des difficultés à poser le diagnostic de borderline venait d’un manque de clarté conceptuelle de la définition de ce trouble basée sur un ensemble de symptômes. De plus, l’absence d’outils d’évaluation des répercutions fonctionnelles du trouble, utilisables en consultation de médecine générale est apparu comme un manque. En terme de suivi, différents thèmes posant question se sont dégagés de l’analyse telle que la difficulté de pouvoir dépasser l’événementiel et la déstructuration propre au patient borderline ; et par conséquent de bien se coordonner dans un travail d’équipe pluridisciplinaire. Cette déstructuration et la tendance à questionner les limites posées dans la prise en charge de ces patients ont également suscité un questionnement éthique et sociétal. Différentes pistes pour une amélioration future de la prise en charge de ce trouble ont été proposées.
Le trouble de la personnalité borderline est le trouble de la personnalité le plus fréquent et des plus étudié. Or, le diagnostic de ce trouble et sa prise en charge ont semblé poser de nombreuses questions en pratique de médecine générale. Le diagnostic ne semblait pas évident à poser et le suivi des patients pouvait mettre en difficulté soignant comme soigné. Une étude qualitative a ainsi été réalisée auprès de neuf médecins généralistes, une assistante sociale, un psychologue et un infirmier spécialisé en psychiatrie travaillant au sein d’une même structure de soins. Cette étude avait pour but d’identifier les difficultés à poser le diagnostic de borderline et les difficultés posées dans le suivi de ces patients afin d’en dégager des pistes d’amélioration. L’analyse de l’étude réalisée a ainsi montré qu’une des difficultés à poser le diagnostic de borderline venait d’un manque de clarté conceptuelle de la définition de ce trouble basée sur un ensemble de symptômes. De plus, l’absence d’outils d’évaluation des répercutions fonctionnelles du trouble, utilisables en consultation de médecine générale est apparu comme un manque. En terme de suivi, différents thèmes posant question se sont dégagés de l’analyse telle que la difficulté de pouvoir dépasser l’événementiel et la déstructuration propre au patient borderline ; et par conséquent de bien se coordonner dans un travail d’équipe pluridisciplinaire. Cette déstructuration et la tendance à questionner les limites posées dans la prise en charge de ces patients ont également suscité un questionnement éthique et sociétal. Différentes pistes pour une amélioration future de la prise en charge de ce trouble ont été proposées.
Moyersoen - ThibaultUniversité catholique de Louvain
QD3 - QS1 - QS41 - P80 - QR31
Aperçu des outils de communication permettant de diminuer la barrière linguistique dans une consultation de médecine générale avec un patient étranger
Aperçu des outils de communication permettant de diminuer la barrière linguistique dans une consultation de médecine générale avec un patient étranger
Dans notre pratique de médecine générale, les origines ethniques et culturelles des patients se multiplient. Les médecins de première ligne sont de plus en plus confrontés à des consultations dans lesquelles une barrière linguistique constitue un frein à la bonne pratique. Il y a fort à parier que ce phénomène s'accentue. L'Europe occidentale est en effet confrontée à un réel défit migratoire qui tend à bouleverser sa société et les acteurs de la santé seront les premiers témoins de ces changement sociétaux. Or la construction d’une relation soignant-soigné de qualité repose sur une bonne communication entre les deux parties. Le but de ce travail est de proposer un inventaire d’outils à la disposition du soignant qui aident à pallier à ces barrières linguistiques dans une consultation avec un patient étranger. Mon travail se veut utile et pratique afin d’aider à l’activité professionnelle de tous les jours. Les outils trouvés ont été classés des plus recommandés par les bonnes pratiques aux outils trouvés moins efficaces mais qui s’avèrent intéressant si les premiers font défaut. La qualité du dialogue entre le soignant et le soigné construit la base du diagnostic et la mise sous traitement approprié. C’est pourquoi il est important d’impliquer tant le médecin que le patient dans l’amélioration de la relation par des formations continues, des cours d’intégration et de langue.
Dans notre pratique de médecine générale, les origines ethniques et culturelles des patients se multiplient. Les médecins de première ligne sont de plus en plus confrontés à des consultations dans lesquelles une barrière linguistique constitue un frein à la bonne pratique. Il y a fort à parier que ce phénomène s'accentue. L'Europe occidentale est en effet confrontée à un réel défit migratoire qui tend à bouleverser sa société et les acteurs de la santé seront les premiers témoins de ces changement sociétaux. Or la construction d’une relation soignant-soigné de qualité repose sur une bonne communication entre les deux parties. Le but de ce travail est de proposer un inventaire d’outils à la disposition du soignant qui aident à pallier à ces barrières linguistiques dans une consultation avec un patient étranger. Mon travail se veut utile et pratique afin d’aider à l’activité professionnelle de tous les jours. Les outils trouvés ont été classés des plus recommandés par les bonnes pratiques aux outils trouvés moins efficaces mais qui s’avèrent intéressant si les premiers font défaut. La qualité du dialogue entre le soignant et le soigné construit la base du diagnostic et la mise sous traitement approprié. C’est pourquoi il est important d’impliquer tant le médecin que le patient dans l’amélioration de la relation par des formations continues, des cours d’intégration et de langue.
Ton - MariyaUniversité catholique de Louvain
Z04
La place du médecin généraliste dans le SUMEHR v2
La place du médecin généraliste dans le SUMEHR v2
Notre monde évolue, ainsi que notre manière de penser. Les connaissances médicales progressent, la mondialisation bat son plein, et l’informatique est en plein essor. Notre époque nous pousse à nous adapter et à suivre le rythme de cette informatisation. La santé n’y échappe pas. Depuis plus d’une décennie, les autorités du pays prennent le sujet à bras le corps afin d’assurer une transition optimale. Le dossier médical informatisé (DMI) est une référence pour le partage des données médicales. L’un des rôles que joue le médecin généraliste est celui d’être responsable de la publication d’un résumé médical du patient, appelé SUMEHR, accessible à différents prestataires moyennant le consentement du patient ainsi que l’existence d’un lien thérapeutique. L’intérêt primaire est de pouvoir visualiser aux urgences et aux postes de gardes médicaux ce SUMEHR en quelques clics. La manière dont ce dernier est géré est en cours de modification. La place du médecin traitant dans la gestion future du SUMEHR est l’objet de mon questionnement.
Notre monde évolue, ainsi que notre manière de penser. Les connaissances médicales progressent, la mondialisation bat son plein, et l’informatique est en plein essor. Notre époque nous pousse à nous adapter et à suivre le rythme de cette informatisation. La santé n’y échappe pas. Depuis plus d’une décennie, les autorités du pays prennent le sujet à bras le corps afin d’assurer une transition optimale. Le dossier médical informatisé (DMI) est une référence pour le partage des données médicales. L’un des rôles que joue le médecin généraliste est celui d’être responsable de la publication d’un résumé médical du patient, appelé SUMEHR, accessible à différents prestataires moyennant le consentement du patient ainsi que l’existence d’un lien thérapeutique. L’intérêt primaire est de pouvoir visualiser aux urgences et aux postes de gardes médicaux ce SUMEHR en quelques clics. La manière dont ce dernier est géré est en cours de modification. La place du médecin traitant dans la gestion future du SUMEHR est l’objet de mon questionnement.
Smith - AntoineUniversité catholique de Louvain
Z09
Que nous apprend le vécu de médecins généralistes sur les composantes de leur intervention dans une situation de suspicion de maltraitance infantile non-urgente ?
Que nous apprend le vécu de médecins généralistes sur les composantes de leur intervention dans une situation de suspicion de maltraitance infantile non-urgente ?
La maltraitance infantile est une problématique grave, complexe et fréquente. Cependant sa détection par les médecins généralistes semble insuffisante. Afin d'en déterminer les raisons, nous avons interrogé des médecins généralistes concernant leur vécu face aux situations de suspicion de maltraitance infantile. Sur base de la méthode par théorisation ancrée, les résultats de cette enquête ont mis en évidence les composantes de l’intervention des médecins généralistes face à de telles situations sous forme de catégories. Présentées à la manière d'un « dé-zoom progressif », partant du médecin généraliste vers le réseau de soin dans lequel il s'inscrit, ces composantes ont permis de réaliser un modèle illustrant le processus de décision des médecins généralistes face à la problématique de maltraitance infantile. Ce modèle met en évidence ce que nous avons appelé la traversée « intégrative ». Cette traversée explique comment la relation des différentes composantes de l'intervention des médecins généralistes module la prise de décision face à une situations de suspicion de maltraitance. Ces composantes se combinent au savoir théorique pour mener à la décision d'une intervention. Ces nouvelles composantes déterminent un champ de savoir distinct du Savoir-Faire classique, ce nouveau champ de savoir s’apparentant davantage à un Savoir-être. Ce Savoir-être amène à envisager la maltraitance infantile comme un phénomène impliquant particulièrement le médecin généraliste et qui bouscule les repères classiques des consultations médicales. La transmission de ce Savoir-être, à travers des programmes de formation, pourrait améliorer la prise de décision face à des situations de suspicion de maltraitance, par les médecins généralistes.
La maltraitance infantile est une problématique grave, complexe et fréquente. Cependant sa détection par les médecins généralistes semble insuffisante. Afin d'en déterminer les raisons, nous avons interrogé des médecins généralistes concernant leur vécu face aux situations de suspicion de maltraitance infantile. Sur base de la méthode par théorisation ancrée, les résultats de cette enquête ont mis en évidence les composantes de l’intervention des médecins généralistes face à de telles situations sous forme de catégories. Présentées à la manière d'un « dé-zoom progressif », partant du médecin généraliste vers le réseau de soin dans lequel il s'inscrit, ces composantes ont permis de réaliser un modèle illustrant le processus de décision des médecins généralistes face à la problématique de maltraitance infantile. Ce modèle met en évidence ce que nous avons appelé la traversée « intégrative ». Cette traversée explique comment la relation des différentes composantes de l'intervention des médecins généralistes module la prise de décision face à une situations de suspicion de maltraitance. Ces composantes se combinent au savoir théorique pour mener à la décision d'une intervention. Ces nouvelles composantes déterminent un champ de savoir distinct du Savoir-Faire classique, ce nouveau champ de savoir s’apparentant davantage à un Savoir-être. Ce Savoir-être amène à envisager la maltraitance infantile comme un phénomène impliquant particulièrement le médecin généraliste et qui bouscule les repères classiques des consultations médicales. La transmission de ce Savoir-être, à travers des programmes de formation, pourrait améliorer la prise de décision face à des situations de suspicion de maltraitance, par les médecins généralistes.
Cornelis - GillesUniversité catholique de Louvain
QS41 - QD3 - QD12 - QC52 - QR31 - QR6
Le groupe local d'évaluation médicale (GLEM) en médecine générale : Pour quoi faire ? Comment faire ?
Le groupe local d'évaluation médicale (GLEM) en médecine générale : Pour quoi faire ? Comment faire ?

The local medical review group in general practice : what for and how to do it ?
The local medical review group in general practice : what for and how to do it ?
Introduction : Ce travail étudie les groupes locaux d’évaluation médicale (GLEM) de médecine générale, groupes de peer review auxquels la participation est obligatoire en Belgique dans le cadre de d’accréditation, afin d’en savoir plus sur leur fonctionnement, ce que les médecins généralistes apprécient dans ces réunions et si la manière dont ils sont organisés rencontre les objectifs du gouvernement. Méthodes : Ce travail est principalement composé d’une étude qualitative composée d’entretiens semi-directifs avec six médecins généralistes accrédités appartenant à différents GLEM, complétée de l’interview du professeur Dirk Devroey, conseiller de la ministre de la santé, madame Maggie De Block. Résultats : Bien qu’il existe peu de règles régissant leur organisation, il existe une certaine uniformité dans l’organisation réelle des GLEM, souvent composés d’un exposé suivi d’une discussion plus interactive. Ce format est globalement apprécié par les médecins généralistes interrogés qui apprécient la mise à jour des connaissances apportée par ces réunions. Un autre aspect très apprécié par les médecins interrogés est la rencontre des autres confrères de la région et l’apport relationnel de ces réunions. La rencontre avec le professeur Devroey nous apprend que les objectifs visés par la mise en place des GLEM sont justement de poursuivre une formation continue ainsi que de permettre aux médecins généralistes de se rencontrer, mais aussi de comparer leurs pratiques (peer review) afin d’encourager l’amélioration de la qualité des soins en Belgique. Conclusion : Les généralistes apprécient les GLEM principalement pour leur convivialité et pour la mise à jour des connaissances scientifiques. La manière dont ils sont organisés semble globalement rencontrer les objectifs du gouvernement. Des études de plus grande envergure sont cependant nécessaires si l’on souhaite généraliser ces résultats ou connaitre l’effet réel à long terme des GLEM sur la pratique des médecins généralistes.
Introduction : Ce travail étudie les groupes locaux d’évaluation médicale (GLEM) de médecine générale, groupes de peer review auxquels la participation est obligatoire en Belgique dans le cadre de d’accréditation, afin d’en savoir plus sur leur fonctionnement, ce que les médecins généralistes apprécient dans ces réunions et si la manière dont ils sont organisés rencontre les objectifs du gouvernement. Méthodes : Ce travail est principalement composé d’une étude qualitative composée d’entretiens semi-directifs avec six médecins généralistes accrédités appartenant à différents GLEM, complétée de l’interview du professeur Dirk Devroey, conseiller de la ministre de la santé, madame Maggie De Block. Résultats : Bien qu’il existe peu de règles régissant leur organisation, il existe une certaine uniformité dans l’organisation réelle des GLEM, souvent composés d’un exposé suivi d’une discussion plus interactive. Ce format est globalement apprécié par les médecins généralistes interrogés qui apprécient la mise à jour des connaissances apportée par ces réunions. Un autre aspect très apprécié par les médecins interrogés est la rencontre des autres confrères de la région et l’apport relationnel de ces réunions. La rencontre avec le professeur Devroey nous apprend que les objectifs visés par la mise en place des GLEM sont justement de poursuivre une formation continue ainsi que de permettre aux médecins généralistes de se rencontrer, mais aussi de comparer leurs pratiques (peer review) afin d’encourager l’amélioration de la qualité des soins en Belgique. Conclusion : Les généralistes apprécient les GLEM principalement pour leur convivialité et pour la mise à jour des connaissances scientifiques. La manière dont ils sont organisés semble globalement rencontrer les objectifs du gouvernement. Des études de plus grande envergure sont cependant nécessaires si l’on souhaite généraliser ces résultats ou connaitre l’effet réel à long terme des GLEM sur la pratique des médecins généralistes.

Introduction : This paper examines local medical review groups of general practice (GLEM), which are peer review groups of which participation is mandatory in Belgium as part of the accreditation. I hope to find out more about how they work, what general practitioners value in these meetings, and whether the way they are organized meets the government's goals. Methods : This work is mainly composed of a qualitative study consisting of semi-structured interviews with six accredited general practitioners from different peer review groups, supplemented by the interview of Professor Dirk Devroey, advisor of the Minister of Health, Mrs. Maggie De Block. Results: Although there are few rules stating their organization, there is some consistency in the actual organization of the peer review groups, often consisting of a presentation followed by a more interactive discussion. This system is generally appreciated by GPs interviewed who appreciate the updated knowledge provided by these meetings. Another aspect very appreciated by the doctors interviewed is the meeting of the other confreres of the region and the relational contribution of these meetings. The meeting with Professor Devroey tells us that the objectives of setting up the peer review groups are precisely to continue continuing education as well as to allow general practitioners to meet, but also to compare their practices (peer review) in order to encourage the improvement of the quality of care in Belgium. Conclusion: GPs appreciate peer review groups mainly for their friendliness and for updating scientific knowledge. The way they are organized seems to meet the government's goals. Larger studies are however necessary if we wish to generalize these results or to know the real long-term effect of peer review groups on the practice of general practitioners.
Introduction : This paper examines local medical review groups of general practice (GLEM), which are peer review groups of which participation is mandatory in Belgium as part of the accreditation. I hope to find out more about how they work, what general practitioners value in these meetings, and whether the way they are organized meets the government's goals. Methods : This work is mainly composed of a qualitative study consisting of semi-structured interviews with six accredited general practitioners from different peer review groups, supplemented by the interview of Professor Dirk Devroey, advisor of the Minister of Health, Mrs. Maggie De Block. Results: Although there are few rules stating their organization, there is some consistency in the actual organization of the peer review groups, often consisting of a presentation followed by a more interactive discussion. This system is generally appreciated by GPs interviewed who appreciate the updated knowledge provided by these meetings. Another aspect very appreciated by the doctors interviewed is the meeting of the other confreres of the region and the relational contribution of these meetings. The meeting with Professor Devroey tells us that the objectives of setting up the peer review groups are precisely to continue continuing education as well as to allow general practitioners to meet, but also to compare their practices (peer review) in order to encourage the improvement of the quality of care in Belgium. Conclusion: GPs appreciate peer review groups mainly for their friendliness and for updating scientific knowledge. The way they are organized seems to meet the government's goals. Larger studies are however necessary if we wish to generalize these results or to know the real long-term effect of peer review groups on the practice of general practitioners.
Deronne - CharlotteUniversité catholique de Louvain
QT34 - QT23 - QT35 - QS41 - QR31 - QO4
Analyse des barrières du médecin généraliste dans le diagnostic de la violence conjugale envers les femmes dans la région de Verviers, et recherche de solutions
Analyse des barrières du médecin généraliste dans le diagnostic de la violence conjugale envers les femmes dans la région de Verviers, et recherche de solutions
Introduction : La violence conjugale est un problème de santé publique ayant de nombres répercussions sur les femmes qui en sont victimes. Bien que ces dernières consultent plus souvent que la moyenne, il semble qu’en médecine générale, la violence conjugale soit peu diagnostiquée. Le but principal de ce travail était donc de comprendre pourquoi nous la diagnostiquions si peu, en analysant les barrières des médecins généralistes face aux femmes qui en sont victimes, et de rechercher des solutions afin d’améliorer notre pratique. Méthodologie : Une étude qualitative a été réalisée, durant laquelle les avis de 19 médecins généralistes de la région de Verviers ont été demandés. Dans un premier temps, trois focus groupes ont été fait : le premier avec des assistants, le second avec des médecins travaillant à l’acte, et le dernier avec des médecins travaillant en maison médicale. Ces focus se sont poursuivis par des groupes nominaux lors desquels des solutions destinées à mieux diagnostiquer la violence étaient envisagées et classées par ordre de priorité. Résultats : Le nombre moyen de femmes victimes de violence rencontrées en consultation, au cours des 12 derniers mois, était de 2.16 pour les assistants, 4.5 pour les médecins travaillant à l’acte, et 11 pour ceux en maison médicale. Les médecins avaient une connaissance modérée des signes, des questions à poser, et ne faisaient pas de dépistage systématique de la violence conjugale. Souvent, le diagnostic était fait au stade de coups. Les barrières principales mentionnées étaient le manque de formation, la méconnaissance et la défaillance du réseau de prise en charge des patientes, et les différents ressentis négatifs du médecin. Directement liées à ces barrières, les solutions prioritaires proposées étaient la formation, l’amélioration de la prise en charge, et une meilleure sensibilisation des médecins et des patients. Certains médecins se disaient aussi favorables à faire une anamnèse plus proactive. Conclusion : Il serait judicieux de mieux former et de sensibiliser les médecins généralistes lors de leurs études et durant leur pratique de la médecine. Cela leur permettrait d’acquérir les connaissances nécessaires au diagnostic et à la prise en charge globale de la violence conjugale, et d’envisager un dépistage systématique.
Introduction : La violence conjugale est un problème de santé publique ayant de nombres répercussions sur les femmes qui en sont victimes. Bien que ces dernières consultent plus souvent que la moyenne, il semble qu’en médecine générale, la violence conjugale soit peu diagnostiquée. Le but principal de ce travail était donc de comprendre pourquoi nous la diagnostiquions si peu, en analysant les barrières des médecins généralistes face aux femmes qui en sont victimes, et de rechercher des solutions afin d’améliorer notre pratique. Méthodologie : Une étude qualitative a été réalisée, durant laquelle les avis de 19 médecins généralistes de la région de Verviers ont été demandés. Dans un premier temps, trois focus groupes ont été fait : le premier avec des assistants, le second avec des médecins travaillant à l’acte, et le dernier avec des médecins travaillant en maison médicale. Ces focus se sont poursuivis par des groupes nominaux lors desquels des solutions destinées à mieux diagnostiquer la violence étaient envisagées et classées par ordre de priorité. Résultats : Le nombre moyen de femmes victimes de violence rencontrées en consultation, au cours des 12 derniers mois, était de 2.16 pour les assistants, 4.5 pour les médecins travaillant à l’acte, et 11 pour ceux en maison médicale. Les médecins avaient une connaissance modérée des signes, des questions à poser, et ne faisaient pas de dépistage systématique de la violence conjugale. Souvent, le diagnostic était fait au stade de coups. Les barrières principales mentionnées étaient le manque de formation, la méconnaissance et la défaillance du réseau de prise en charge des patientes, et les différents ressentis négatifs du médecin. Directement liées à ces barrières, les solutions prioritaires proposées étaient la formation, l’amélioration de la prise en charge, et une meilleure sensibilisation des médecins et des patients. Certains médecins se disaient aussi favorables à faire une anamnèse plus proactive. Conclusion : Il serait judicieux de mieux former et de sensibiliser les médecins généralistes lors de leurs études et durant leur pratique de la médecine. Cela leur permettrait d’acquérir les connaissances nécessaires au diagnostic et à la prise en charge globale de la violence conjugale, et d’envisager un dépistage systématique.
tanidis - chrissoulaUniversité catholique de Louvain
QC5 - 31.003
Evaluation de l’écoute par le patient d’un enregistrement de pleine conscience avant une consultation de médecine générale
Evaluation de l’écoute par le patient d’un enregistrement de pleine conscience avant une consultation de médecine générale
Objectif. Évaluer la pertinence et l’acceptabilité de l’écoute par le patient d’un enregistrement de pleine conscience de 10 minutes avant une consultation de médecine générale. Méthode. La première partie du travail, visant à positionner l’idée de l’intervention dans le paysage de la littérature actuelle, consiste en une recherche bibliographique. Dans la deuxième partie, l’intervention a été proposée à des patients adultes de la maison médicale de Barvaux. Son acceptabilité et sa pertinence ont été évaluées de manière qualitative selon la méthode des entretiens semi-directifs. L’anxiété avant et après l’intervention a aussi été évaluée. Résultats. La recherche bibliographique met en évidence l’absence d’évaluation d’une telle intervention en médecine générale dans la littérature. Pourtant des interventions similaires en contexte expérimental ou hospitalier suggèrent des bénéfices potentiels en termes de qualité de présence du patient et d’effet sur la douleur ou l’anxiété éventuellement présentes au cours d’une consultation. Dix patients ont participé à l’évaluation de l’intervention. L’acceptabilité fut globalement bonne. Le principal effet perçu fut de la relaxation corrélée à une diminution de l’anxiété. Cet effet constituait en soi le principal bénéfice en termes d’amélioration de la qualité de la consultation. Un effet bénéfique sur la perception des sensations corporelles (douleur) a été rapporté par quelques patients. Discussion. L’intervention semble une utilisation acceptable et abordable de la pleine conscience en première ligne de soin, particulièrement pertinente pour les patients anxieux et/ou n’ayant jamais eu de contact avec cette technique. Des études quantitatives contrôlées pourraient confirmer les effets sur l’anxiété et le vécu douloureux.
Objectif. Évaluer la pertinence et l’acceptabilité de l’écoute par le patient d’un enregistrement de pleine conscience de 10 minutes avant une consultation de médecine générale. Méthode. La première partie du travail, visant à positionner l’idée de l’intervention dans le paysage de la littérature actuelle, consiste en une recherche bibliographique. Dans la deuxième partie, l’intervention a été proposée à des patients adultes de la maison médicale de Barvaux. Son acceptabilité et sa pertinence ont été évaluées de manière qualitative selon la méthode des entretiens semi-directifs. L’anxiété avant et après l’intervention a aussi été évaluée. Résultats. La recherche bibliographique met en évidence l’absence d’évaluation d’une telle intervention en médecine générale dans la littérature. Pourtant des interventions similaires en contexte expérimental ou hospitalier suggèrent des bénéfices potentiels en termes de qualité de présence du patient et d’effet sur la douleur ou l’anxiété éventuellement présentes au cours d’une consultation. Dix patients ont participé à l’évaluation de l’intervention. L’acceptabilité fut globalement bonne. Le principal effet perçu fut de la relaxation corrélée à une diminution de l’anxiété. Cet effet constituait en soi le principal bénéfice en termes d’amélioration de la qualité de la consultation. Un effet bénéfique sur la perception des sensations corporelles (douleur) a été rapporté par quelques patients. Discussion. L’intervention semble une utilisation acceptable et abordable de la pleine conscience en première ligne de soin, particulièrement pertinente pour les patients anxieux et/ou n’ayant jamais eu de contact avec cette technique. Des études quantitatives contrôlées pourraient confirmer les effets sur l’anxiété et le vécu douloureux.
Wautier - ThibaultUniversité catholique de Louvain
QO4 - QS41 - QC14 - QR31 - QP25 - QP4
le médecin généraliste face au patage d'informations couvertes par le secret médical pour les patients placés sous administration de la personne
le médecin généraliste face au patage d'informations couvertes par le secret médical pour les patients placés sous administration de la personne
analyse de comment les médecins généralistes transmettent-il des informations soumises au secret médical lorsque leur patient est placé sous administration de la personne. analyse qualitative en milieu rural et semi-rural
analyse de comment les médecins généralistes transmettent-il des informations soumises au secret médical lorsque leur patient est placé sous administration de la personne. analyse qualitative en milieu rural et semi-rural
Van Damme - Anne-SophieUniversité catholique de Louvain
-
Risques encourus par la consommation de compléments alimentaires et de stéroïdes anabolisants chez le sportif amateur
Risques encourus par la consommation de compléments alimentaires et de stéroïdes anabolisants chez le sportif amateur
Abstract Introduction Un patient de 35 ans s’est présenté à ma consultation pour un dépistage de maladies sexuellement transmissibles. Un bilan sanguin est dès lors demandé. Lors de son interprétation, je constate également la présence d'éléments non demandés sur la biologie. Le patient m'a avoué avoir dosé les hormones de l'axe gonadotrope dans le but de contrôler sa consommation de stéroïdes anabolisants. Lors de la discussion, le patient me déclare utiliser plusieurs autres produits. Quels sont les produits de nutrition sportives consommés ? Onti-ils un impact sur la santé de ces patients ? La place du médecin généraliste dans la prise en charge de ces patients peut légitimement être posé : Quels facteurs de risque et quels éléments anamnestiques doivent nous faire suspecter une prise de ces substances ? Quelle est la clinique de ces substances ? Y a-t-il des examens complémentaires à réaliser ? Méthodologie Je me suis focalisé sur la réalisation d'une revue de la littérature de type mise au point. Mes recherches ont été réalisées en anglais sur le moteur de recherche Medline. Il m'est apparu pertinent d’apporter à ce travail la plus-value d'experts et de médecins qui s'intéressent à cette problématique. Résultats et discussion Les compléments alimentaires peuvent être consommés en vue d'améliorer la performance sportive. Parmi les denrées alimentaires qui ont mis en évidence des preuves de leur efficacité, il y a la créatine, les protéines et acides aminés, la caféine. Les sportifs peuvent consommer des médicaments ou autres substances dans le but de stimuler l’effort. Ces produits dopants ont des effets secondaires graves et constituent un problème de santé publique. Aux États-Unis, les usagers de stéroïdes anabolisants sont estimés à 3 millions. Plusieurs facteurs de risques sont associés à leurs usages. Les stéroïdes anabolisants exposent à des maladies hépatiques, cardio-vasculaires, hématologiques, neuropsychiatrique etc. Son usage est illicite chez les sportifs et peut mener à des sanctions. Des examens complémentaires sont indiqués en cas d’anomalie biologique ou de suspicion clinique. Conclusion L’activité physique est à l’origine une activité de promotion de la santé. Néanmoins, elle peut devenir un facteur de risque pour une série de complications graves. Les sportifs peuvent avoir recours à différentes substances stimulant l’effort, d’une part les compléments alimentaires, et d’autres par, certains médicaments pour leurs propriétés anaboliques. Le médecin généraliste a un rôle primordial dans le suivi de ces patients.
Abstract Introduction Un patient de 35 ans s’est présenté à ma consultation pour un dépistage de maladies sexuellement transmissibles. Un bilan sanguin est dès lors demandé. Lors de son interprétation, je constate également la présence d'éléments non demandés sur la biologie. Le patient m'a avoué avoir dosé les hormones de l'axe gonadotrope dans le but de contrôler sa consommation de stéroïdes anabolisants. Lors de la discussion, le patient me déclare utiliser plusieurs autres produits. Quels sont les produits de nutrition sportives consommés ? Onti-ils un impact sur la santé de ces patients ? La place du médecin généraliste dans la prise en charge de ces patients peut légitimement être posé : Quels facteurs de risque et quels éléments anamnestiques doivent nous faire suspecter une prise de ces substances ? Quelle est la clinique de ces substances ? Y a-t-il des examens complémentaires à réaliser ? Méthodologie Je me suis focalisé sur la réalisation d'une revue de la littérature de type mise au point. Mes recherches ont été réalisées en anglais sur le moteur de recherche Medline. Il m'est apparu pertinent d’apporter à ce travail la plus-value d'experts et de médecins qui s'intéressent à cette problématique. Résultats et discussion Les compléments alimentaires peuvent être consommés en vue d'améliorer la performance sportive. Parmi les denrées alimentaires qui ont mis en évidence des preuves de leur efficacité, il y a la créatine, les protéines et acides aminés, la caféine. Les sportifs peuvent consommer des médicaments ou autres substances dans le but de stimuler l’effort. Ces produits dopants ont des effets secondaires graves et constituent un problème de santé publique. Aux États-Unis, les usagers de stéroïdes anabolisants sont estimés à 3 millions. Plusieurs facteurs de risques sont associés à leurs usages. Les stéroïdes anabolisants exposent à des maladies hépatiques, cardio-vasculaires, hématologiques, neuropsychiatrique etc. Son usage est illicite chez les sportifs et peut mener à des sanctions. Des examens complémentaires sont indiqués en cas d’anomalie biologique ou de suspicion clinique. Conclusion L’activité physique est à l’origine une activité de promotion de la santé. Néanmoins, elle peut devenir un facteur de risque pour une série de complications graves. Les sportifs peuvent avoir recours à différentes substances stimulant l’effort, d’une part les compléments alimentaires, et d’autres par, certains médicaments pour leurs propriétés anaboliques. Le médecin généraliste a un rôle primordial dans le suivi de ces patients.
El Hassouni - YounesUniversité catholique de Louvain
A85 - A86 - QS41 - QO4 - QT33
Comment optimiser les demandes d'exploration radiologique par l'omnipraticien?
Comment optimiser les demandes d'exploration radiologique par l'omnipraticien?
Introduction : La prescription d’examens d’imagerie médicale est inhérente à la profession de médecin généraliste. Celui-ci est donc perpétuellement confronté à la rédaction de demande d’exploration radiologique, or une prescription adéquate et pertinente s’avère parfois compliquée. Toute négligence à ce niveau occasionne un coût pour la société et une augmentation des doses d’irradiation. L’objectif de ce travail est de sensibiliser les prescripteurs à réfléchir davantage à l’indication et à la pertinence de leurs demandes ainsi qu’aux conséquences de celles-ci pour le patient et la société en soulevant les problèmes fréquemment rencontrés et d’apporter des éléments de réponse pour améliorer nos prescriptions. Méthodologie : Dans un premier temps, introduction du sujet sur base d’éléments de la littérature. Dans un second temps, relever les constatations objectives de nos collègues radiologues sur nos erreurs récurrentes de prescription via un questionnaire afin d’essayer d’élaborer des solutions pour remédier à nos manquements. Résultats : Premièrement, apport d’éléments de réponse pour l’amélioration de nos prescriptions via certaines directives et recommandations de la littérature. Deuxièmement, analyse des réponses fournies par les radiologues, constat des erreurs couramment rencontrées et élaboration de conseils visant à optimiser nos demandes. Conclusion : Promouvoir le bon usage de l’imagerie médicale et renforcer l’éducation et la formation des praticiens ainsi que l’information aux patients pour favoriser un usage rationnel et adéquat des examens radiologiques est capital. Les messages clés à retirer de ce travail sont l’importance de la communication bidirectionnelle, l’économie de l’irradiation, la rédaction adéquate des demandes et l’utilisation d’outils appropriés pour une aide à la prescription d’examens performants et pertinents. Appliquer ces quelques conseils dans sa pratique aurait un impact important sur l’utilisation efficiente des examens d’imagerie et par conséquent sur le coût et les doses de rayonnements délivrés représentant ainsi un bénéfice pour la société. Mots clés : imagerie médicale, prescriptions, erreurs, sensibilisation, médecine générale
Introduction : La prescription d’examens d’imagerie médicale est inhérente à la profession de médecin généraliste. Celui-ci est donc perpétuellement confronté à la rédaction de demande d’exploration radiologique, or une prescription adéquate et pertinente s’avère parfois compliquée. Toute négligence à ce niveau occasionne un coût pour la société et une augmentation des doses d’irradiation. L’objectif de ce travail est de sensibiliser les prescripteurs à réfléchir davantage à l’indication et à la pertinence de leurs demandes ainsi qu’aux conséquences de celles-ci pour le patient et la société en soulevant les problèmes fréquemment rencontrés et d’apporter des éléments de réponse pour améliorer nos prescriptions. Méthodologie : Dans un premier temps, introduction du sujet sur base d’éléments de la littérature. Dans un second temps, relever les constatations objectives de nos collègues radiologues sur nos erreurs récurrentes de prescription via un questionnaire afin d’essayer d’élaborer des solutions pour remédier à nos manquements. Résultats : Premièrement, apport d’éléments de réponse pour l’amélioration de nos prescriptions via certaines directives et recommandations de la littérature. Deuxièmement, analyse des réponses fournies par les radiologues, constat des erreurs couramment rencontrées et élaboration de conseils visant à optimiser nos demandes. Conclusion : Promouvoir le bon usage de l’imagerie médicale et renforcer l’éducation et la formation des praticiens ainsi que l’information aux patients pour favoriser un usage rationnel et adéquat des examens radiologiques est capital. Les messages clés à retirer de ce travail sont l’importance de la communication bidirectionnelle, l’économie de l’irradiation, la rédaction adéquate des demandes et l’utilisation d’outils appropriés pour une aide à la prescription d’examens performants et pertinents. Appliquer ces quelques conseils dans sa pratique aurait un impact important sur l’utilisation efficiente des examens d’imagerie et par conséquent sur le coût et les doses de rayonnements délivrés représentant ainsi un bénéfice pour la société. Mots clés : imagerie médicale, prescriptions, erreurs, sensibilisation, médecine générale
Lesur - CharlotteUniversité catholique de Louvain
62.008 - 41.001 - QD32 - QD325 - QS41 - 50.001 - QS11
Analyse et interprétation de différents facteurs influençant la publication de sumehr par les médecins généralistes wallons sur le Réseau Santé Wallon de 2011 à 2017
Analyse et interprétation de différents facteurs influençant la publication de sumehr par les médecins généralistes wallons sur le Réseau Santé Wallon de 2011 à 2017
L’informatisation de la médecine générale est une évolution qui s’impose à nous. Elle décloisonne le monde hospitalier et extra-hospitalier et permet au généraliste de jouer un rôle plus central dans le partage d’informations. Le sumehr (résumé du dossier d’un patient) est un concept en pleine évolution et sera à l’avenir incontournable. Il permet de gagner du temps dans la prise en charge rapide aux urgences ou au poste de garde. Il demande un travail de synthèse de la part du généraliste et permet de prendre du recul par rapport au dossier d’un patient. Mais il existe toute une série de paramètres qui limitent la publication de sumehr. Le but de ce Travail de Fin d’Etude (TFE) est de déterminer une partie des facteurs limitant la publication de sumehr pour y apporter des solutions concrètes.
L’informatisation de la médecine générale est une évolution qui s’impose à nous. Elle décloisonne le monde hospitalier et extra-hospitalier et permet au généraliste de jouer un rôle plus central dans le partage d’informations. Le sumehr (résumé du dossier d’un patient) est un concept en pleine évolution et sera à l’avenir incontournable. Il permet de gagner du temps dans la prise en charge rapide aux urgences ou au poste de garde. Il demande un travail de synthèse de la part du généraliste et permet de prendre du recul par rapport au dossier d’un patient. Mais il existe toute une série de paramètres qui limitent la publication de sumehr. Le but de ce Travail de Fin d’Etude (TFE) est de déterminer une partie des facteurs limitant la publication de sumehr pour y apporter des solutions concrètes.
Willame - SébastienUniversité catholique de Louvain
QS13 - QS31 - QT42 - QT44 - QD33 - QD32 - QT53
épuisement professionnel des candidats médecins généralistes : étude de prévalence et recherche de facteurs favorisants
épuisement professionnel des candidats médecins généralistes : étude de prévalence et recherche de facteurs favorisants

exhaustion of GP candidates: prevalence study and search for contributing factors
exhaustion of GP candidates: prevalence study and search for contributing factors
Cette étude sur l’épuisement professionnel des candidats médecins généraliste dans les universités francophones de Belgique, a mis en évidence une prévalence de 3,4% de BO en début de carrière et la présence d’au moins une dimension chez plus ou moins 50 % d’entre eux. Les scores des sous-dimensions de l’épuisement professionnel étaient globalement comparables aux scores des études similaires publiées. Le volume horaire, les relations ainsi que la supervision du maître de stage, les relations avec les collègues, le respect des valeurs professionnelles ainsi que l’équilibre vie privée/ vie professionnelle sont les principaux facteurs de risques que nous avons pu identifier grâce à l’analyse statistique. Il est important d’agir et de mettre en place des mesures préventives maintenant que nous connaissons son existence chez les médecins en formation en médecine générale. Retenons que la médecine générale est une médecine de première ligne et que si le taux de burn-out venait à accroitre, c’est tout le système de soins qui risque d’en pâtir.
Cette étude sur l’épuisement professionnel des candidats médecins généraliste dans les universités francophones de Belgique, a mis en évidence une prévalence de 3,4% de BO en début de carrière et la présence d’au moins une dimension chez plus ou moins 50 % d’entre eux. Les scores des sous-dimensions de l’épuisement professionnel étaient globalement comparables aux scores des études similaires publiées. Le volume horaire, les relations ainsi que la supervision du maître de stage, les relations avec les collègues, le respect des valeurs professionnelles ainsi que l’équilibre vie privée/ vie professionnelle sont les principaux facteurs de risques que nous avons pu identifier grâce à l’analyse statistique. Il est important d’agir et de mettre en place des mesures préventives maintenant que nous connaissons son existence chez les médecins en formation en médecine générale. Retenons que la médecine générale est une médecine de première ligne et que si le taux de burn-out venait à accroitre, c’est tout le système de soins qui risque d’en pâtir.
Ghoul - DouniaUniversité catholique de Louvain
QR31 - QR32 - 45.008
Variables influençant la décision de prescription de biologie clinique en médecine générale en Wallonie
Variables influençant la décision de prescription de biologie clinique en médecine générale en Wallonie
Introduction La biologie clinique est, sans conteste, le principal examen complémentaire prescrit par les médecins généralistes, celui-ci étant probablement le plus abordable. Mais, à l’heure de l’Evidence Based Medicine et de la prévention quaternaire, quels sont les facteurs qui font qu’un médecin choisit de prescrire ou, au contraire, s’abstient de prescrire une biologie ? Quels sont les éléments, raisonnables ou moins raisonnables, qui impactent nos prescriptions ? Méthode L’étude réalisée est qualitative, sous forme d’entretiens individuels semi-directifs. Le but recherché est de déterminer les facteurs menant les médecins généralistes à prescrire ou, au contraire, à ne pas prescrire de biologies cliniques. Elle s’oriente ensuite plus précisément vers les variables dites « non-EBM » influençant les prescriptions de biologie et aborde enfin les suggestions et solutions envisagées par les médecins pour les aider dans leurs décisions de prescription de biologie clinique. Résultats Sept médecins généralistes ont été interviewés. Quatre grandes catégories ont été établies sur base de l’analyse inductive, elles-mêmes subdivisées en plusieurs sous catégories. Nous parlerons d’abord des variables dépendantes des patients, ensuite de celles dépendantes des médecins. Les variables dépendantes de la relation médecin-patient viennent ensuite et pour finir, les variables financières. Discussion Cette étude a raisonnablement rempli ses objectifs, malgré le fait que la saturation des données n’ait pas été atteinte. Un grand nombre de variables a été mis en évidence et cette étude aura également permis d’ouvrir des portes, notamment via le cadre de référence classant les différents motifs de prescription de biologie clinique. Des pistes de réflexions adaptées aux médecins généralistes ont pu être avancées.
Introduction La biologie clinique est, sans conteste, le principal examen complémentaire prescrit par les médecins généralistes, celui-ci étant probablement le plus abordable. Mais, à l’heure de l’Evidence Based Medicine et de la prévention quaternaire, quels sont les facteurs qui font qu’un médecin choisit de prescrire ou, au contraire, s’abstient de prescrire une biologie ? Quels sont les éléments, raisonnables ou moins raisonnables, qui impactent nos prescriptions ? Méthode L’étude réalisée est qualitative, sous forme d’entretiens individuels semi-directifs. Le but recherché est de déterminer les facteurs menant les médecins généralistes à prescrire ou, au contraire, à ne pas prescrire de biologies cliniques. Elle s’oriente ensuite plus précisément vers les variables dites « non-EBM » influençant les prescriptions de biologie et aborde enfin les suggestions et solutions envisagées par les médecins pour les aider dans leurs décisions de prescription de biologie clinique. Résultats Sept médecins généralistes ont été interviewés. Quatre grandes catégories ont été établies sur base de l’analyse inductive, elles-mêmes subdivisées en plusieurs sous catégories. Nous parlerons d’abord des variables dépendantes des patients, ensuite de celles dépendantes des médecins. Les variables dépendantes de la relation médecin-patient viennent ensuite et pour finir, les variables financières. Discussion Cette étude a raisonnablement rempli ses objectifs, malgré le fait que la saturation des données n’ait pas été atteinte. Un grand nombre de variables a été mis en évidence et cette étude aura également permis d’ouvrir des portes, notamment via le cadre de référence classant les différents motifs de prescription de biologie clinique. Des pistes de réflexions adaptées aux médecins généralistes ont pu être avancées.
Evrats - MarineUniversité catholique de Louvain
34.000 - QD325 - QC14 - QS41 - QR31
Les moisissures en milieu intérieur, quels effets sur la santé et comment y remédier?
Les moisissures en milieu intérieur, quels effets sur la santé et comment y remédier?

The impact of indoor molds on human health and how to react?
The impact of indoor molds on human health and how to react?
Ce TFE a eu les trois objectifs suivants. Premièrement, de revoir la littérature existante au sujet des effets des moisissures sur la santé. Ensuite, de présenter les aides destinées aux médecins lors d’une suspicion de problèmes de santé du patient liés aux moissisures. Enfin, de proposer un canevas de conseils à donner au patient en consultation. Il a été constaté que les effets de la pollution intérieure sur notre santé étaient encore peu connus en médecine générale. Une de ces pollutions provenait de moisissures pouvant se développer dans certaines conditions d’habitation. Celles-ci étaient le taux d’humidité, la température et les substrats nutritifs disponibles. Une association a été établie entre les moisissures et le développement ou l’exacerbation de symptômes respiratoires, de dermatites atopiques et peut-être même de symptômes neuro-psychologiques. De plus, certaines populations à risque d’être exposées à l’humidité et aux moisissures au sein de leur logement ont été mises en évidence, dont : les familles monoparentales ou des ménages à faible revenu, les enfants, les personnes âgées, les patients asthmatiques, atopiques ou présentant une hypersensibilité ainsi que des patients souffrants de pathologies respiratoires chroniques et les patients immunodéprimés. Les facteurs de risque à l’exposition aux moisissures comprenaient la suroccupation d’un bâtiment, la fréquence d’évacuation des déchets ménagers, la présence d’animaux domestiques et le tabagisme en intérieur. Des aides et conseils ont été recueillis pour le médecin soupçonnant un lien entre les symptômes de son patient et la présence de moisissures dans l’habitation de celui-ci. Afin de faciliter la transmission de ces informations, une brochure à l’attention des patients à été créée. Mots clés : pollution intérieure, habitat, moisissures, humidité, santé, population à risque, aides et conseils
Ce TFE a eu les trois objectifs suivants. Premièrement, de revoir la littérature existante au sujet des effets des moisissures sur la santé. Ensuite, de présenter les aides destinées aux médecins lors d’une suspicion de problèmes de santé du patient liés aux moissisures. Enfin, de proposer un canevas de conseils à donner au patient en consultation. Il a été constaté que les effets de la pollution intérieure sur notre santé étaient encore peu connus en médecine générale. Une de ces pollutions provenait de moisissures pouvant se développer dans certaines conditions d’habitation. Celles-ci étaient le taux d’humidité, la température et les substrats nutritifs disponibles. Une association a été établie entre les moisissures et le développement ou l’exacerbation de symptômes respiratoires, de dermatites atopiques et peut-être même de symptômes neuro-psychologiques. De plus, certaines populations à risque d’être exposées à l’humidité et aux moisissures au sein de leur logement ont été mises en évidence, dont : les familles monoparentales ou des ménages à faible revenu, les enfants, les personnes âgées, les patients asthmatiques, atopiques ou présentant une hypersensibilité ainsi que des patients souffrants de pathologies respiratoires chroniques et les patients immunodéprimés. Les facteurs de risque à l’exposition aux moisissures comprenaient la suroccupation d’un bâtiment, la fréquence d’évacuation des déchets ménagers, la présence d’animaux domestiques et le tabagisme en intérieur. Des aides et conseils ont été recueillis pour le médecin soupçonnant un lien entre les symptômes de son patient et la présence de moisissures dans l’habitation de celui-ci. Afin de faciliter la transmission de ces informations, une brochure à l’attention des patients à été créée. Mots clés : pollution intérieure, habitat, moisissures, humidité, santé, population à risque, aides et conseils
Delfosse - AnneUniversité catholique de Louvain
QH11 - 49.003 - QO4 - QS41 - QO4 - QT33 - QR6
Dépistages validés des cancers : Rôle du médecin traitant Cancer - De la prévention au diagnostic précoce - Aide à la pratique en médecine générale
Dépistages validés des cancers : Rôle du médecin traitant Cancer - De la prévention au diagnostic précoce - Aide à la pratique en médecine générale
Malgré tout le tapage médiatique autour de la prévention et des dépistages des cancers, il est triste de constater que seul un nombre restreint de patients y participe et que seule une partie de nos confrères les propose, en ne suivant pas toujours selon les recommandations. Il est vrai que de nombreux examens sont remis en question actuellement. Il est donc intéressant de faire la part des choses entre mythes et réalités scientifiques. Ce TFE a pour objectif une mise au point des recommandations actuelles en termes de dépistage, ainsi qu’une évaluation de leur efficacité, une confrontation entre leurs bénéfices et leurs inconvénients afin de proposer aux patients des examens cohérents et en adéquations avec nos valeurs. Ce premier point est basé exclusivement sur une recherche scientifique. La seconde partie, quant à elle est le fruit d’une enquête auprès des patients et des médecins généralistes afin de déterminer leur place au sein de cette prévention. Quel est le rôle du médecin traitant ? Malgré un biais de sélection inévitable dans les deux groupes, nous pouvons en retirer plusieurs conclusions intéressantes : Seuls les jeunes médecins de moins de 30 ans ont répondu, il est donc impossible d’évaluer la pratique et les attentes des médecins plus âgés. La plupart de ceux-ci connaissent les recommandations actuelles mais ce qui s’oppose à leur démarche active est principalement un manque de temps et un oubli lors d’une consultation dite sémiologique. Du côté patientèle, les réponses proviennent majoritairement de femmes universitaires. On pourrait supposer que les personnes avec une meilleure éducation et déjà atteintes par les campagnes continuent de participer aux dépistages, alors que les patients les plus défavorisés, et donc plus à risque, se sentent moins concernés. Une approche holistique de ces patients est donc essentielle pour comprendre leurs priorités et les intégrer dans une prise en charge globale et individualisée. Le médecin généraliste a une place de choix dans cette prévention vu sa relation privilégiée avec le patient. Cependant les freins sont multiples : manque d’organisation, de financement et de valorisation de cette pratique par l’état ; Abondance des sources d’informations et contradictions relatives, ce qui engendre une mauvaise pratique quotidienne, renforcée par une peur de l’échec. Afin de proposer une solution aux questions relevées, j’ai réalisé un dépliant à destination des généralistes reprenant les 4 niveaux de prévention ainsi que les signes à ne pas manquer pour effectuer le dépistage précoce d’un cancer.
Malgré tout le tapage médiatique autour de la prévention et des dépistages des cancers, il est triste de constater que seul un nombre restreint de patients y participe et que seule une partie de nos confrères les propose, en ne suivant pas toujours selon les recommandations. Il est vrai que de nombreux examens sont remis en question actuellement. Il est donc intéressant de faire la part des choses entre mythes et réalités scientifiques. Ce TFE a pour objectif une mise au point des recommandations actuelles en termes de dépistage, ainsi qu’une évaluation de leur efficacité, une confrontation entre leurs bénéfices et leurs inconvénients afin de proposer aux patients des examens cohérents et en adéquations avec nos valeurs. Ce premier point est basé exclusivement sur une recherche scientifique. La seconde partie, quant à elle est le fruit d’une enquête auprès des patients et des médecins généralistes afin de déterminer leur place au sein de cette prévention. Quel est le rôle du médecin traitant ? Malgré un biais de sélection inévitable dans les deux groupes, nous pouvons en retirer plusieurs conclusions intéressantes : Seuls les jeunes médecins de moins de 30 ans ont répondu, il est donc impossible d’évaluer la pratique et les attentes des médecins plus âgés. La plupart de ceux-ci connaissent les recommandations actuelles mais ce qui s’oppose à leur démarche active est principalement un manque de temps et un oubli lors d’une consultation dite sémiologique. Du côté patientèle, les réponses proviennent majoritairement de femmes universitaires. On pourrait supposer que les personnes avec une meilleure éducation et déjà atteintes par les campagnes continuent de participer aux dépistages, alors que les patients les plus défavorisés, et donc plus à risque, se sentent moins concernés. Une approche holistique de ces patients est donc essentielle pour comprendre leurs priorités et les intégrer dans une prise en charge globale et individualisée. Le médecin généraliste a une place de choix dans cette prévention vu sa relation privilégiée avec le patient. Cependant les freins sont multiples : manque d’organisation, de financement et de valorisation de cette pratique par l’état ; Abondance des sources d’informations et contradictions relatives, ce qui engendre une mauvaise pratique quotidienne, renforcée par une peur de l’échec. Afin de proposer une solution aux questions relevées, j’ai réalisé un dépliant à destination des généralistes reprenant les 4 niveaux de prévention ainsi que les signes à ne pas manquer pour effectuer le dépistage précoce d’un cancer.
Leroy - TimothéeUniversité catholique de Louvain
QD4 - QD12 - D75 - S77 - R84 - X75 - X76 - Y77
Les médicaments psychotropes et la conduite automobile
Les médicaments psychotropes et la conduite automobile
La plupart des patients rencontrés au cours d’une consultation sont des conducteurs potentiels. Certains d’entre eux sont aussi des consommateurs de médicaments psychotropes. L’influence de ces substances sur la conduite automobile est mal connue du grand public. En effet, l’enquête réalisée en 2017 par l’AWSR montrait que 25% des personnes interrogées ignoraient que les médicaments psychotropes avaient un impact sur la conduite automobile. Pourtant, à l’instar de l’alcool ou d’autres substances illicites, les médicaments psychotropes sont responsables d’accidents de la route, le risque d’accident grave étant 20 à 100 fois plus important en cas de combinaisons avec l’alcool. Sensibiliser le grand public sur cette problématique est donc important. En tant que prescripteur, le médecin généraliste a une responsabilité envers ses patients et envers la collectivité. Prévenir les patients des risques et des effets des médicaments psychotropes sur la conduite automobile fait parti de ses obligations légales ainsi que d’intervenir en cas d’inaptitude à la conduite automobile. Une petite enquête menée auprès des médecins généralistes de Wallonie réalisée dans le cadre de ce travail avait pour objectifs d’évaluer les connaissances des médecins sur l’influence des médicaments psychotropes sur la conduite automobile, d’apprécier le rôle du médecin généraliste ainsi que de déterminer la manière dont l’information était transmise aux patients. Les résultats montraient que les médecins généralistes manquaient d’informations et de formations sur cette problématique. Ce problème proviendrait d’un manque d’outils d’informations mis à leurs dispositions. Ceci est renforcé par le caractère imprécis des études réalisées jusqu’à ce jour sur l’influence des médicaments psychotropes sur la conduite automobile. Le neuropsychologue, Mr. Olivier Lucas, spécialiste dans l’évaluation des aptitudes à la conduite et sur l’influence des substances sur celle-ci, explique, lors d’un entretien, la difficulté de mettre en évidence la responsabilité d’un médicament dans un accident de la circulation et d’évaluer une inaptitude à la conduite automobile. Malgré cela, le médecin généraliste a l’obligation légale d’informer son patient s’il s’avère inapte à la conduite. Une obligation peu connue des médecins interrogés et estimée comme une fonction non attribuable au médecin généraliste par la plupart d’entre eux. Les patients posent quant à eux peu de questions sur les effets des médicaments psychotropes sur la conduite automobile. Cela peut être dû à un manque d’intérêt, un manque d’information ou à la peur d’être interdit de conduire. Continuer d’informer le grand public sur cette problématique est donc important. L’information doit parvenir de différents niveaux : le médecin, le pharmacien et le gouvernement. Une classification par pictogrammes semblables à celle que l’on trouve en France pourrait être un outil intéressant pour améliorer la prévention si elle est associée à une explication orale venant des différents intervenants.
La plupart des patients rencontrés au cours d’une consultation sont des conducteurs potentiels. Certains d’entre eux sont aussi des consommateurs de médicaments psychotropes. L’influence de ces substances sur la conduite automobile est mal connue du grand public. En effet, l’enquête réalisée en 2017 par l’AWSR montrait que 25% des personnes interrogées ignoraient que les médicaments psychotropes avaient un impact sur la conduite automobile. Pourtant, à l’instar de l’alcool ou d’autres substances illicites, les médicaments psychotropes sont responsables d’accidents de la route, le risque d’accident grave étant 20 à 100 fois plus important en cas de combinaisons avec l’alcool. Sensibiliser le grand public sur cette problématique est donc important. En tant que prescripteur, le médecin généraliste a une responsabilité envers ses patients et envers la collectivité. Prévenir les patients des risques et des effets des médicaments psychotropes sur la conduite automobile fait parti de ses obligations légales ainsi que d’intervenir en cas d’inaptitude à la conduite automobile. Une petite enquête menée auprès des médecins généralistes de Wallonie réalisée dans le cadre de ce travail avait pour objectifs d’évaluer les connaissances des médecins sur l’influence des médicaments psychotropes sur la conduite automobile, d’apprécier le rôle du médecin généraliste ainsi que de déterminer la manière dont l’information était transmise aux patients. Les résultats montraient que les médecins généralistes manquaient d’informations et de formations sur cette problématique. Ce problème proviendrait d’un manque d’outils d’informations mis à leurs dispositions. Ceci est renforcé par le caractère imprécis des études réalisées jusqu’à ce jour sur l’influence des médicaments psychotropes sur la conduite automobile. Le neuropsychologue, Mr. Olivier Lucas, spécialiste dans l’évaluation des aptitudes à la conduite et sur l’influence des substances sur celle-ci, explique, lors d’un entretien, la difficulté de mettre en évidence la responsabilité d’un médicament dans un accident de la circulation et d’évaluer une inaptitude à la conduite automobile. Malgré cela, le médecin généraliste a l’obligation légale d’informer son patient s’il s’avère inapte à la conduite. Une obligation peu connue des médecins interrogés et estimée comme une fonction non attribuable au médecin généraliste par la plupart d’entre eux. Les patients posent quant à eux peu de questions sur les effets des médicaments psychotropes sur la conduite automobile. Cela peut être dû à un manque d’intérêt, un manque d’information ou à la peur d’être interdit de conduire. Continuer d’informer le grand public sur cette problématique est donc important. L’information doit parvenir de différents niveaux : le médecin, le pharmacien et le gouvernement. Une classification par pictogrammes semblables à celle que l’on trouve en France pourrait être un outil intéressant pour améliorer la prévention si elle est associée à une explication orale venant des différents intervenants.
Gaillet - JustineUniversité catholique de Louvain
49.001 - 62.004 - 50.006 - A85 - QC14 - QD325
L'influence de la compréhension de la maladie sur la compliance au traitement
L'influence de la compréhension de la maladie sur la compliance au traitement
Le manque de compliance est le plus gros frein à une bonne réponse thérapeutique, je m’en suis rapidement rendue compte dans ma pratique de médecine générale. Ce travail a donc pour but de relever les différents facteurs influençant la compliance mais surtout d’évaluer si le fait que le patient connaisse bien sa maladie peut avoir un impact positif sur la compliance. Pour ce faire, j’ai procédé à des recherches et effectué des lectures dans la littérature. J’ai également réalisé une enquête par questionnaire à choix multiples destinés aux patients, ciblé sur la compréhension de la maladie et de son traitement ainsi que sur la relation médecin-patient. Les résultats obtenus sont pour certains critères un peu « idéaux » mais ils m’ont permis de réfléchir et me mettre à la place du patient. De la littérature, j’ai retiré certains outils qui étaient utiles à mettre en place afin d’améliorer la compliance. J’ai donc appris qu’il était important de développer diverses compétences telles qu’une bonne communication médecin-patient, une approche centrée sur le patient, un travail en réseau, une éducation thérapeutique du patient. J’en ai aussi retenu qu’une bonne compliance ne se gagnait pas en une consultation mais était un travail de longue haleine et qu’elle devait se travailler et se réévaluer à chaque entrevue. Pour conclure, il est donc fondamental que le patient soit bien informé sur sa maladie et sa prise en charge.
Le manque de compliance est le plus gros frein à une bonne réponse thérapeutique, je m’en suis rapidement rendue compte dans ma pratique de médecine générale. Ce travail a donc pour but de relever les différents facteurs influençant la compliance mais surtout d’évaluer si le fait que le patient connaisse bien sa maladie peut avoir un impact positif sur la compliance. Pour ce faire, j’ai procédé à des recherches et effectué des lectures dans la littérature. J’ai également réalisé une enquête par questionnaire à choix multiples destinés aux patients, ciblé sur la compréhension de la maladie et de son traitement ainsi que sur la relation médecin-patient. Les résultats obtenus sont pour certains critères un peu « idéaux » mais ils m’ont permis de réfléchir et me mettre à la place du patient. De la littérature, j’ai retiré certains outils qui étaient utiles à mettre en place afin d’améliorer la compliance. J’ai donc appris qu’il était important de développer diverses compétences telles qu’une bonne communication médecin-patient, une approche centrée sur le patient, un travail en réseau, une éducation thérapeutique du patient. J’en ai aussi retenu qu’une bonne compliance ne se gagnait pas en une consultation mais était un travail de longue haleine et qu’elle devait se travailler et se réévaluer à chaque entrevue. Pour conclure, il est donc fondamental que le patient soit bien informé sur sa maladie et sa prise en charge.
Delhalle - EmilieUniversité catholique de Louvain
45.001 - 50.000 - A98 - QD13 - QP53 - QP42 - QD323
Amiodarone : quel suivi thyroïdien en médecine générale ? Analyse de la pratique dans la maison médicale Alpha Santé à Bruxelles et discussion.
Amiodarone : quel suivi thyroïdien en médecine générale ? Analyse de la pratique dans la maison médicale Alpha Santé à Bruxelles et discussion.
Objectif : L’amiodarone est un antiarythmique utilisé dans le traitement et la prévention des arythmies ventriculaires et de la fibrillation auriculaire. Ce médicament est très utile car, au vu de ses propriétés, il a la particularité de pouvoir être prescrit à des patients insuffisants cardiaques et/ou ayant une maladie coronarienne. Néanmoins, il n’a pas que des avantages et peut être à l’origine d’effets indésirables potentiellement létaux. Suite à un cas aigu de dysthyroïdie induite par amiodarone ayant nécessité une hospitalisation en unité de soins intensifs rencontré dans notre pratique, nous avons décidé de nous pencher sur les caractéristiques du suivi thyroïdien préconisé chez ces patients en médecine générale. Le but principal de cette étude était d’améliorer la prise en charge sur le plan thyroïdien des patients traités par amiodarone dans une association de santé intégrée à Bruxelles. Méthode : Après une recherche bibliographique, nous avons mené une étude observationnelle descriptive rétrospective au sein de la maison médicale Alpha Santé à Bruxelles. Pour cela, nous avons répertorié les patients inscrits à la maison médicale et ayant bénéficié d’un traitement par amiodarone du 01/01/2006 au 01/12/2017. L’analyse des dossiers a permis de récolter les bilans sanguins du suivi thyroïdien (à l’initiation et pendant la première année de traitement, ainsi qu’au cours des 18 mois après l’arrêt du traitement), les effets indésirables observés, et des facteurs associés au début et à l’arrêt du traitement pouvant interférer dans le suivi de ces patients. Enfin, nous avons comparé nos résultats à la littérature, tout en discutant des atouts et des inconvénients des recommandations actuelles. Résultats : Parmi les 43 patients sélectionnés ayant été traités par amiodarone, nous avons relevé seulement 15 bilans thyroïdiens avant l’initiation du traitement (35%) avec une fréquence variable selon le contexte d’instauration du traitement (hospitalisation, cardiologue, médecin généraliste), ce qui s’écarte des recommandations existantes. Par ailleurs, il existe le plus souvent un suivi thyroïdien chez ces patients au cours de la première année de traitement et des 18 mois suivant l’arrêt du traitement, mais celui-ci n’est pas aussi régulier et structuré que ce qui est recommandé. Enfin, sur les 43 patients, 16 patients ont développé des effets indésirables (37%) dont 2 hyperthyroïdies (5%) et 4 hypothyroïdies (9%). Ces dysthyroïdies induites par l’amiodarone ont été diagnostiquées pendant le traitement, mais aussi plusieurs mois après l’arrêt du traitement. Ce résultat souligne l’importance d’un suivi thyroïdien chez ces patients pendant, mais également après le traitement. Discussion : Le suivi thyroïdien chez les patients traités par amiodarone a été suboptimal par rapport à ce qui est recommandé. Ce fait est essentiellement lié à la difficulté de trouver des recommandations unanimes sur le sujet, à la présence d’anomalies dans la coordination des soins, mais également au manque de temps. Il est donc nécessaire d’introduire des moyens afin d’améliorer la qualité du suivi thyroïdien chez ces patients. Pour cela, nous avons proposé un protocole de suivi thyroïdien destiné aux médecins généralistes et un document de suivi à transmettre au patient, ainsi qu’un système d’encodage informatique associé à des rappels automatiques. Mots-clés : amiodarone, suivi thyroïdien, médecine générale, dysthyroïdies induites par amiodarone.
Objectif : L’amiodarone est un antiarythmique utilisé dans le traitement et la prévention des arythmies ventriculaires et de la fibrillation auriculaire. Ce médicament est très utile car, au vu de ses propriétés, il a la particularité de pouvoir être prescrit à des patients insuffisants cardiaques et/ou ayant une maladie coronarienne. Néanmoins, il n’a pas que des avantages et peut être à l’origine d’effets indésirables potentiellement létaux. Suite à un cas aigu de dysthyroïdie induite par amiodarone ayant nécessité une hospitalisation en unité de soins intensifs rencontré dans notre pratique, nous avons décidé de nous pencher sur les caractéristiques du suivi thyroïdien préconisé chez ces patients en médecine générale. Le but principal de cette étude était d’améliorer la prise en charge sur le plan thyroïdien des patients traités par amiodarone dans une association de santé intégrée à Bruxelles. Méthode : Après une recherche bibliographique, nous avons mené une étude observationnelle descriptive rétrospective au sein de la maison médicale Alpha Santé à Bruxelles. Pour cela, nous avons répertorié les patients inscrits à la maison médicale et ayant bénéficié d’un traitement par amiodarone du 01/01/2006 au 01/12/2017. L’analyse des dossiers a permis de récolter les bilans sanguins du suivi thyroïdien (à l’initiation et pendant la première année de traitement, ainsi qu’au cours des 18 mois après l’arrêt du traitement), les effets indésirables observés, et des facteurs associés au début et à l’arrêt du traitement pouvant interférer dans le suivi de ces patients. Enfin, nous avons comparé nos résultats à la littérature, tout en discutant des atouts et des inconvénients des recommandations actuelles. Résultats : Parmi les 43 patients sélectionnés ayant été traités par amiodarone, nous avons relevé seulement 15 bilans thyroïdiens avant l’initiation du traitement (35%) avec une fréquence variable selon le contexte d’instauration du traitement (hospitalisation, cardiologue, médecin généraliste), ce qui s’écarte des recommandations existantes. Par ailleurs, il existe le plus souvent un suivi thyroïdien chez ces patients au cours de la première année de traitement et des 18 mois suivant l’arrêt du traitement, mais celui-ci n’est pas aussi régulier et structuré que ce qui est recommandé. Enfin, sur les 43 patients, 16 patients ont développé des effets indésirables (37%) dont 2 hyperthyroïdies (5%) et 4 hypothyroïdies (9%). Ces dysthyroïdies induites par l’amiodarone ont été diagnostiquées pendant le traitement, mais aussi plusieurs mois après l’arrêt du traitement. Ce résultat souligne l’importance d’un suivi thyroïdien chez ces patients pendant, mais également après le traitement. Discussion : Le suivi thyroïdien chez les patients traités par amiodarone a été suboptimal par rapport à ce qui est recommandé. Ce fait est essentiellement lié à la difficulté de trouver des recommandations unanimes sur le sujet, à la présence d’anomalies dans la coordination des soins, mais également au manque de temps. Il est donc nécessaire d’introduire des moyens afin d’améliorer la qualité du suivi thyroïdien chez ces patients. Pour cela, nous avons proposé un protocole de suivi thyroïdien destiné aux médecins généralistes et un document de suivi à transmettre au patient, ainsi qu’un système d’encodage informatique associé à des rappels automatiques. Mots-clés : amiodarone, suivi thyroïdien, médecine générale, dysthyroïdies induites par amiodarone.
Guilmain - ApollineUniversité catholique de Louvain
QD25 - QS41 - QO4 - QT33 - QS33 - K80 - QR35
Les infiltrations de corticoïdes et leurs indications en médecine générale
Les infiltrations de corticoïdes et leurs indications en médecine générale
Les indications des corticoïdes sont nombreuses en médecine générale, pourtant peu de médecins généralistes les pratiquent de manière régulière. Bien utilisées elles permettent un soulagement rapide du patient et une diminution du recours au médecin spécialiste. Cette recherche de littérature a donc pour objectif de centraliser les données de la littérature actuelles sur le sujet afin d'encourager les médecins généralistes à les pratiquer.
Les indications des corticoïdes sont nombreuses en médecine générale, pourtant peu de médecins généralistes les pratiquent de manière régulière. Bien utilisées elles permettent un soulagement rapide du patient et une diminution du recours au médecin spécialiste. Cette recherche de littérature a donc pour objectif de centraliser les données de la littérature actuelles sur le sujet afin d'encourager les médecins généralistes à les pratiquer.
La Grange - KévinUniversité catholique de Louvain
55.001 - 55.003 - 55.004 - 55.005 - QS41 - L29
La Pharmacovigilance en première ligne de soins : Etat de lieux et freins à la notification des effets indésirables médicamenteux
La Pharmacovigilance en première ligne de soins : Etat de lieux et freins à la notification des effets indésirables médicamenteux
La pharmacovigilance est une des missions inhérentes à la fonction de tout médecin généraliste qui est malheureusement bien souvent négligée par ces derniers. Dans la majorité des pays, le système de pharmacovigilance est basé sur la notification spontanée des effets indésirables médicamenteux par les professionnels de la santé, ce qui est également sa principale limite. Plusieurs études menées au niveau mondial montrent de très faibles taux de notification par les professionnels de la santé. Diverses raisons sont évoquées dans ces études pour expliquer cette sous-notification, dont les principales sont l’ignorance, la léthargie, la méfiance et l’indifférence. Malgré des efforts et des tentatives pour améliorer cette notification, les effets mesurés restent mitigés sur le moyen et long terme, après une amélioration remarquée à court terme. Ces observations sont également valables pour la Belgique et posent question sur l’efficacité du système de pharmacovigilance actuel.
La pharmacovigilance est une des missions inhérentes à la fonction de tout médecin généraliste qui est malheureusement bien souvent négligée par ces derniers. Dans la majorité des pays, le système de pharmacovigilance est basé sur la notification spontanée des effets indésirables médicamenteux par les professionnels de la santé, ce qui est également sa principale limite. Plusieurs études menées au niveau mondial montrent de très faibles taux de notification par les professionnels de la santé. Diverses raisons sont évoquées dans ces études pour expliquer cette sous-notification, dont les principales sont l’ignorance, la léthargie, la méfiance et l’indifférence. Malgré des efforts et des tentatives pour améliorer cette notification, les effets mesurés restent mitigés sur le moyen et long terme, après une amélioration remarquée à court terme. Ces observations sont également valables pour la Belgique et posent question sur l’efficacité du système de pharmacovigilance actuel.
SAIKALY - EliasUniversité catholique de Louvain
QD31 - QP1 - QR21 - QS4 - QS41 - QT33 - QT51 - QT52
Dépistage et prise en charge de la stéatopathie métabolique en médecine générale
Dépistage et prise en charge de la stéatopathie métabolique en médecine générale
Avec l'augmentation du diabète et de l'obésité, la stéatopathie métabolique est devenue la maladie hépatique la plus fréquente dans le monde Occidental. Elle est rencontrée régulièrement dans la pratique d’un médecin généraliste or, celui-ci a un rôle capital pour diagnostiquer, bilanter et dépister sa progression vers la stéatohépatite non alcoolique. À noter que cette dernière peut évoluer en cirrhose ou en carcinome hépatocellulaire. Ce travail a donc pour objectif de proposer une méthode de dépistage et de prise en charge pratique de la stéatopathie métabolique réalisable en médecine générale. Une recherche d’articles traitant de l’évaluation de la stéatopathie métabolique en médecine générale a été réalisée en premier lieu. Une recherche des plus récentes méta-analyses, revues systématiques et guides de conduite a été effectuée par la suite pour en faire la synthèse. Des études ont démontré un réel manque de conscience et de connaissance concernant la stéatopathie métabolique de la part des médecins généralistes. Or, un dépistage et une prise en charge optimale des groupes à risque pourraient améliorer la morbi-mortalité hépatique et extra-hépatique associées. Les guides de conduite émanant d’associations d’experts européens, américains et belges s’accordent sur la prise en charge optimale des patients présentant une stéatopathie métabolique mais divergent quant à la méthode de dépistage des patients à risque. L’utilisation de scores, à l’aide de marqueurs biologiques routiniers, permettant d’identifier les patients à risque de fibrose hépatique avancée est une option considérée. C’est pourquoi la méthode de dépistage récemment proposée par The Belgian Association for Study of the Liver, à l’aide de ces biomarqueurs, est actuellement une alternative acceptable en médecine générale.
Avec l'augmentation du diabète et de l'obésité, la stéatopathie métabolique est devenue la maladie hépatique la plus fréquente dans le monde Occidental. Elle est rencontrée régulièrement dans la pratique d’un médecin généraliste or, celui-ci a un rôle capital pour diagnostiquer, bilanter et dépister sa progression vers la stéatohépatite non alcoolique. À noter que cette dernière peut évoluer en cirrhose ou en carcinome hépatocellulaire. Ce travail a donc pour objectif de proposer une méthode de dépistage et de prise en charge pratique de la stéatopathie métabolique réalisable en médecine générale. Une recherche d’articles traitant de l’évaluation de la stéatopathie métabolique en médecine générale a été réalisée en premier lieu. Une recherche des plus récentes méta-analyses, revues systématiques et guides de conduite a été effectuée par la suite pour en faire la synthèse. Des études ont démontré un réel manque de conscience et de connaissance concernant la stéatopathie métabolique de la part des médecins généralistes. Or, un dépistage et une prise en charge optimale des groupes à risque pourraient améliorer la morbi-mortalité hépatique et extra-hépatique associées. Les guides de conduite émanant d’associations d’experts européens, américains et belges s’accordent sur la prise en charge optimale des patients présentant une stéatopathie métabolique mais divergent quant à la méthode de dépistage des patients à risque. L’utilisation de scores, à l’aide de marqueurs biologiques routiniers, permettant d’identifier les patients à risque de fibrose hépatique avancée est une option considérée. C’est pourquoi la méthode de dépistage récemment proposée par The Belgian Association for Study of the Liver, à l’aide de ces biomarqueurs, est actuellement une alternative acceptable en médecine générale.
Delbergue - AurelienUniversité catholique de Louvain
D97 - QD42 - QS41 - QT33
La propolis a-t-elle un intérêt en médecine générale pour les soins de plaies cutanées ?
La propolis a-t-elle un intérêt en médecine générale pour les soins de plaies cutanées ?
La propolis est un produit de la ruche qui gagne en popularité tant parmi la population générale que dans le milieu scientifique où les études se multiplient à son sujet. Son origine naturelle et ses nombreuses activités biologiques sont mises en avant par les firmes de compléments alimentaires mais son utilité en médecine générale reste encore fort obscure. Ce travail de fin d’études s’est donc donné pour objectif d’étudier cette substance. C’est ainsi que son origine, sa composition chimique complexe et les divers facteurs l’influençant ont été abordés. Afin de savoir si un usage thérapeutique pour les soins de plaies pouvait être envisagé par le médecin généraliste, les différentes activités pharmacologiques qui lui sont attribuées, en lien avec cet usage, ont été analysées ainsi que les données relatives à la toxicité/innocuité. La conclusion que l’on peut tirer est, d’une part, la nécessité d’une standardisation des produits sur le marché et, d’autre part, le besoin d’études complémentaires pour valider certaines utilisations potentielles de cette substance. Finalement, une attitude pratique face à la demande d’un patient quant à l’usage de propolis sur des lésions cutanées est proposée.
La propolis est un produit de la ruche qui gagne en popularité tant parmi la population générale que dans le milieu scientifique où les études se multiplient à son sujet. Son origine naturelle et ses nombreuses activités biologiques sont mises en avant par les firmes de compléments alimentaires mais son utilité en médecine générale reste encore fort obscure. Ce travail de fin d’études s’est donc donné pour objectif d’étudier cette substance. C’est ainsi que son origine, sa composition chimique complexe et les divers facteurs l’influençant ont été abordés. Afin de savoir si un usage thérapeutique pour les soins de plaies pouvait être envisagé par le médecin généraliste, les différentes activités pharmacologiques qui lui sont attribuées, en lien avec cet usage, ont été analysées ainsi que les données relatives à la toxicité/innocuité. La conclusion que l’on peut tirer est, d’une part, la nécessité d’une standardisation des produits sur le marché et, d’autre part, le besoin d’études complémentaires pour valider certaines utilisations potentielles de cette substance. Finalement, une attitude pratique face à la demande d’un patient quant à l’usage de propolis sur des lésions cutanées est proposée.
Schramme - GuillaumeUniversité catholique de Louvain
QD5 - S19
Améliorer la collaboration interprofessionnelle en maison médicale : Une recherche-action sur la mise en place d’un échéancier
Améliorer la collaboration interprofessionnelle en maison médicale : Une recherche-action sur la mise en place d’un échéancier
Le paysage médical belge et européen montre un intérêt croissant pour la collaboration entre médecins et infirmiers en première ligne. Cette étude a suivi une équipe interdisciplinaire composée de quatre médecins et une infirmière dans une maison médicale fonctionnant au forfait. Il était question d’améliorer la collaboration interdisciplinaire. Une recherche action a été menée autour de l’échéancier, programme informatique servant de support à la prévention et au suivi des patients. Les critères de qualité retenus pour l’évaluation étaient une amélioration de la qualité des soins, une perception positive par l’équipe du travail interdisciplinaire, une division adéquate du travail et une collaboration efficace. La situation de départ a été décrite sur base d’une revue de la littérature, d’un questionnaire spécialisé et d’entretiens. A partir de ces éléments, des changements organisationnels ont été implémentés. Leur efficacité a été évaluée en continu par des indicateurs quantitatifs et qualitatifs. Nous concluons que l’échéancier semble être un objet pertinent pour évaluer la progression de la collaboration dans le contexte étudié et que l’expérience doit être poursuivie. Pour cela, il est nécessaire de définir un rôle de responsable de la collaboration et de procéder à des évaluations régulières. Le soutien structurel qu’offre une maison médicale est un atout important dans la démarche Nous recommandons la mise par écrit d’une guideline de collaboration et son amélioration continue. Basé sur un cycle d’amélioration qualité proposé par la littérature, elle reprendrait une charte du travail interdisciplinaire, les rôles de chacun, les domaines de collaboration ainsi que des protocoles explicitant son déroulement concret. Ce projet local pourrait être extrapolé au niveau méso et macro afin de dégager des éléments de comparaison avec d’autres types de pratique (méso) et réorienter la politique de santé (macro).
Le paysage médical belge et européen montre un intérêt croissant pour la collaboration entre médecins et infirmiers en première ligne. Cette étude a suivi une équipe interdisciplinaire composée de quatre médecins et une infirmière dans une maison médicale fonctionnant au forfait. Il était question d’améliorer la collaboration interdisciplinaire. Une recherche action a été menée autour de l’échéancier, programme informatique servant de support à la prévention et au suivi des patients. Les critères de qualité retenus pour l’évaluation étaient une amélioration de la qualité des soins, une perception positive par l’équipe du travail interdisciplinaire, une division adéquate du travail et une collaboration efficace. La situation de départ a été décrite sur base d’une revue de la littérature, d’un questionnaire spécialisé et d’entretiens. A partir de ces éléments, des changements organisationnels ont été implémentés. Leur efficacité a été évaluée en continu par des indicateurs quantitatifs et qualitatifs. Nous concluons que l’échéancier semble être un objet pertinent pour évaluer la progression de la collaboration dans le contexte étudié et que l’expérience doit être poursuivie. Pour cela, il est nécessaire de définir un rôle de responsable de la collaboration et de procéder à des évaluations régulières. Le soutien structurel qu’offre une maison médicale est un atout important dans la démarche Nous recommandons la mise par écrit d’une guideline de collaboration et son amélioration continue. Basé sur un cycle d’amélioration qualité proposé par la littérature, elle reprendrait une charte du travail interdisciplinaire, les rôles de chacun, les domaines de collaboration ainsi que des protocoles explicitant son déroulement concret. Ce projet local pourrait être extrapolé au niveau méso et macro afin de dégager des éléments de comparaison avec d’autres types de pratique (méso) et réorienter la politique de santé (macro).
Vaessen - ThomasUniversité catholique de Louvain
QS1 - QS31 - QS11 - QT3 - QR35 - QS42 - QT33 - QR52
La prise en charge du patient psychiatrique en médecine de famille
La prise en charge du patient psychiatrique en médecine de famille
Introduction : Les médecins généralistes sont des acteurs incontournables de la gestion des problèmes de santé mentale par leur statut de « spécialistes » ayant une vision intégrée de leurs patients. Beaucoup d’entre eux rencontrent cependant de nombreux obstacles dans la prise en charge de ceux atteints de maladies psychiatriques, et ce malgré une prévalence importante de ces troubles dans leurs salles d’attente. Méthodologie : Un questionnaire a été envoyé par mail à une série de médecins généralistes de la Fédération Wallonie Bruxelles. Celui-ci les questionne sur différents thèmes relatifs à la prise en charge du patient psychiatrique atteint de schizophrénie, troubles bipolaires, ou dépression sévère. Cette étude transversale permettra de juger leur ressenti sur la prise en charge de ce type de patient, ainsi que de comparer leur réponse selon leur expérience et leur type de pratique (pluridisciplinaire ou pas). L’examen de plusieurs rapports du Centre Fédéral d’Expertise Des Soins de Santé [KCE], du Service Public Fédéral [SPF] Santé Publique et de divers textes de lois a permis, en outre, d’établir un état des lieux des ressources mobilisables par le médecin généraliste pour ce type de patient. Résultats de l’enquête : 79 médecins généralistes ont répondu à l’enquête qui a permis de faire plusieurs constats : les médecins de familles interrogés se sentent peu compétents face au patient psychiatrique « sévère ». Ils estiment ne pas bien connaitre le rôle et l’existence des différentes structures faisant partie du réseau de soins. L’enquête démontre en outre des problèmes d’accessibilité aux soins, de communication avec la seconde ligne et de formation des médecins de famille. Est également mis en évidence le fait que les médecins ayant une pratique en maison médicale pluridisciplinaire s’estiment plus compétents pour prendre en charge ces patients et estiment avoir une meilleure connaissance du réseau de soins. L’expérience semble, elle, avoir un impact sur le sentiment d’être compétent et la gestion des traitement médicamenteux, mais pas sur la connaissance du réseau et l’habileté à en mobiliser ses acteurs. Etat des lieux : L’état des lieux établit une liste des structures mobilisables en Fédération Wallonie Bruxelles par le médecin généraliste pour l’aider dans la prise en charge de ce type de patient selon son profil et certaines de ces comorbidités. Elle met en évidence sa complexité (expliquée par des raisons historiques, institutionnelles et par le désir de vouloir segmenter l’offre de soins en « groupes cibles »). Discussions et conclusions : Malgré la récente réforme de soins en santé mentale lancée en 2010 par le SPF santé publique, il existe encore de nombreux obstacles relatifs à la gestion des problèmes de santé mentale rencontrés par le médecin généraliste dans sa pratique. A la lueur des résultats de l’enquête et de l’état des lieux réalisé, la discussion propose un regard critique sur le système, formule des hypothèses sur la raison de ces obstacles ainsi que des pistes de réflexion au sujet de ceux-ci.
Introduction : Les médecins généralistes sont des acteurs incontournables de la gestion des problèmes de santé mentale par leur statut de « spécialistes » ayant une vision intégrée de leurs patients. Beaucoup d’entre eux rencontrent cependant de nombreux obstacles dans la prise en charge de ceux atteints de maladies psychiatriques, et ce malgré une prévalence importante de ces troubles dans leurs salles d’attente. Méthodologie : Un questionnaire a été envoyé par mail à une série de médecins généralistes de la Fédération Wallonie Bruxelles. Celui-ci les questionne sur différents thèmes relatifs à la prise en charge du patient psychiatrique atteint de schizophrénie, troubles bipolaires, ou dépression sévère. Cette étude transversale permettra de juger leur ressenti sur la prise en charge de ce type de patient, ainsi que de comparer leur réponse selon leur expérience et leur type de pratique (pluridisciplinaire ou pas). L’examen de plusieurs rapports du Centre Fédéral d’Expertise Des Soins de Santé [KCE], du Service Public Fédéral [SPF] Santé Publique et de divers textes de lois a permis, en outre, d’établir un état des lieux des ressources mobilisables par le médecin généraliste pour ce type de patient. Résultats de l’enquête : 79 médecins généralistes ont répondu à l’enquête qui a permis de faire plusieurs constats : les médecins de familles interrogés se sentent peu compétents face au patient psychiatrique « sévère ». Ils estiment ne pas bien connaitre le rôle et l’existence des différentes structures faisant partie du réseau de soins. L’enquête démontre en outre des problèmes d’accessibilité aux soins, de communication avec la seconde ligne et de formation des médecins de famille. Est également mis en évidence le fait que les médecins ayant une pratique en maison médicale pluridisciplinaire s’estiment plus compétents pour prendre en charge ces patients et estiment avoir une meilleure connaissance du réseau de soins. L’expérience semble, elle, avoir un impact sur le sentiment d’être compétent et la gestion des traitement médicamenteux, mais pas sur la connaissance du réseau et l’habileté à en mobiliser ses acteurs. Etat des lieux : L’état des lieux établit une liste des structures mobilisables en Fédération Wallonie Bruxelles par le médecin généraliste pour l’aider dans la prise en charge de ce type de patient selon son profil et certaines de ces comorbidités. Elle met en évidence sa complexité (expliquée par des raisons historiques, institutionnelles et par le désir de vouloir segmenter l’offre de soins en « groupes cibles »). Discussions et conclusions : Malgré la récente réforme de soins en santé mentale lancée en 2010 par le SPF santé publique, il existe encore de nombreux obstacles relatifs à la gestion des problèmes de santé mentale rencontrés par le médecin généraliste dans sa pratique. A la lueur des résultats de l’enquête et de l’état des lieux réalisé, la discussion propose un regard critique sur le système, formule des hypothèses sur la raison de ces obstacles ainsi que des pistes de réflexion au sujet de ceux-ci.
Drimmer - LouisUniversité catholique de Louvain
P72 - P73 - P76 - QS41 - QS31 - QS33 - QR323 - QR52
Les limites du secret médical face aux demandes d'informations des proches de nos patients atteints de cancer. Analyse qualitative en milieu rural et semi-rural.
Les limites du secret médical face aux demandes d'informations des proches de nos patients atteints de cancer. Analyse qualitative en milieu rural et semi-rural.
Introduction, Contexte & Objectif. Lors de notre pratique de médecine générale, nous sommes parfois confrontés à des demandes d'informations venant des proches de nos patients. Dès lors, le respect du secret médical peut être mis en péril. Afin de circonscrire mon sujet , j'ai choisi de me focaliser sur les demandes d'informations des proches de nos patients atteints de cancer. L'objectif de ce travail est d'analyser et de comprendre l'attitude des médecins généralistes face à ces demandes. Méthodologie. J'ai effectué dans un premier temps une recherche bibliographique afin de redéfinir le cadre déontologique, juridique et éthique du secret médical. Dans un second temps, j'ai réalisé une analyse par méthode qualitative. Dix médecins travaillant en zone rurale et semi-rurale ont été interviewés par le biais d'entretiens individuels. Résultats. J'ai pu en déduire que les médecins généralistes sont ambivalents par rapport aux demandes d'informations des proches de patients atteints de cancer. Néanmoins, leur façon d'agir est toujours guidée par la bienveillance envers leur patient. Le cadre légal du secret médical est globalement méconnu des médecins généralistes. Être médecin généraliste en zone rurale est une particularité qui influence l'application du cadre légal. Le pronostic et l'évolution de la maladie influencent la façon dont le médecin traitant va répondre au proche. De même, la façon dont le médecin traitant se représente la relation entre le proche et le patient va être déterminante dans son attitude. Conclusion. Il n'y a pas de réaction stéréotypée de la part des médecins traitants face à ces demandes. Leur réponse est adaptée au contexte global incluant les choix du patient, l'implication de l'entourage et des facteurs propres à la maladie cancéreuse.
Introduction, Contexte & Objectif. Lors de notre pratique de médecine générale, nous sommes parfois confrontés à des demandes d'informations venant des proches de nos patients. Dès lors, le respect du secret médical peut être mis en péril. Afin de circonscrire mon sujet , j'ai choisi de me focaliser sur les demandes d'informations des proches de nos patients atteints de cancer. L'objectif de ce travail est d'analyser et de comprendre l'attitude des médecins généralistes face à ces demandes. Méthodologie. J'ai effectué dans un premier temps une recherche bibliographique afin de redéfinir le cadre déontologique, juridique et éthique du secret médical. Dans un second temps, j'ai réalisé une analyse par méthode qualitative. Dix médecins travaillant en zone rurale et semi-rurale ont été interviewés par le biais d'entretiens individuels. Résultats. J'ai pu en déduire que les médecins généralistes sont ambivalents par rapport aux demandes d'informations des proches de patients atteints de cancer. Néanmoins, leur façon d'agir est toujours guidée par la bienveillance envers leur patient. Le cadre légal du secret médical est globalement méconnu des médecins généralistes. Être médecin généraliste en zone rurale est une particularité qui influence l'application du cadre légal. Le pronostic et l'évolution de la maladie influencent la façon dont le médecin traitant va répondre au proche. De même, la façon dont le médecin traitant se représente la relation entre le proche et le patient va être déterminante dans son attitude. Conclusion. Il n'y a pas de réaction stéréotypée de la part des médecins traitants face à ces demandes. Leur réponse est adaptée au contexte global incluant les choix du patient, l'implication de l'entourage et des facteurs propres à la maladie cancéreuse.
Latour - JulieUniversité catholique de Louvain
QE41 - QS13 - QS41 - QR31 - A79
Les IPP au long cours en médecine générale. Sondage de la tendance à leur surutilisation. Quelles sont les raisons de celle-ci ?
Les IPP au long cours en médecine générale. Sondage de la tendance à leur surutilisation. Quelles sont les raisons de celle-ci ?
Les inhibiteurs de la pompe à protons sont devenus un problème de santé publique préoccupant, en pleine expansion, qui entraîne de gigantesques dépenses pour la société. Ce travail de fin d’études a pour objectifs de sonder la tendance à leur surutilisation et de répondre à une question particulière, à savoir : « les raisons pour lesquelles ces derniers sont si prescrits ou represcrits sans même parfois d’indication à long terme reconnue ? ». Afin d’atteindre ces objectifs, une revue de la littérature approfondie a été réalisée. Son but a aussi été de mieux comprendre la problématique actuelle ainsi que les enjeux pour le patient et le praticien. En vue d’évaluer les pratiques liées aux inhibiteurs de la pompe à protons, deux questionnaires ont été élaborés à titre illustratif. Le premier a été soumis à des médecins généralistes travaillant en région Wallonie-Bruxelles. Et le second à des adultes de ma patientèle qui prennent ce type de thérapie. Sur 3 mois, 151 médecins généralistes et 105 patients ont répondu. Mes résultats s’accordent avec la littérature. Ces médications sont souvent prescrites hors indications, et pour des durées prolongées (plus d’un an). La tolérance est excellente. Il existe parfois une méconnaissance des effets indésirables, rares mais potentiellement graves. Puisque largement basés sur des données de faible qualité, un screening du Mg+2 et de la B12 chez tous les patients sous IPP serait probablement inutile. Mais il est néanmoins raisonnable de tester les patients à risque. Un rebond d’hyperacidité à leur arrêt est fréquemment rapporté, ce qui ne facilite pas le sevrage et entraîne une pression de represcription de la part des patients. Un sevrage progressif est généralement conseillé, bien que son efficacité ne soit toujours pas prouvée cliniquement. Si l’arrêt complet n’est pas possible, une utilisation à la demande ou à la plus petite dose efficace doit être proposée. En conclusion, bien que le coût soit acceptable pour le patient, il est important de garder en mémoire le coût astronomique pour la société. C’est pourquoi, une révision des pratiques actuelles est nécessaire tant en médecine générale qu’en médecine spécialisée. Tenir ses connaissances à jour est important car la médecine est une science qui évolue. Et enfin, c’est à nous, médecins généralistes, qu’il incombe la charge de réévaluer la nécessité de poursuivre ces thérapies, même si nous n’avons pas été les primo-prescripteurs.
Les inhibiteurs de la pompe à protons sont devenus un problème de santé publique préoccupant, en pleine expansion, qui entraîne de gigantesques dépenses pour la société. Ce travail de fin d’études a pour objectifs de sonder la tendance à leur surutilisation et de répondre à une question particulière, à savoir : « les raisons pour lesquelles ces derniers sont si prescrits ou represcrits sans même parfois d’indication à long terme reconnue ? ». Afin d’atteindre ces objectifs, une revue de la littérature approfondie a été réalisée. Son but a aussi été de mieux comprendre la problématique actuelle ainsi que les enjeux pour le patient et le praticien. En vue d’évaluer les pratiques liées aux inhibiteurs de la pompe à protons, deux questionnaires ont été élaborés à titre illustratif. Le premier a été soumis à des médecins généralistes travaillant en région Wallonie-Bruxelles. Et le second à des adultes de ma patientèle qui prennent ce type de thérapie. Sur 3 mois, 151 médecins généralistes et 105 patients ont répondu. Mes résultats s’accordent avec la littérature. Ces médications sont souvent prescrites hors indications, et pour des durées prolongées (plus d’un an). La tolérance est excellente. Il existe parfois une méconnaissance des effets indésirables, rares mais potentiellement graves. Puisque largement basés sur des données de faible qualité, un screening du Mg+2 et de la B12 chez tous les patients sous IPP serait probablement inutile. Mais il est néanmoins raisonnable de tester les patients à risque. Un rebond d’hyperacidité à leur arrêt est fréquemment rapporté, ce qui ne facilite pas le sevrage et entraîne une pression de represcription de la part des patients. Un sevrage progressif est généralement conseillé, bien que son efficacité ne soit toujours pas prouvée cliniquement. Si l’arrêt complet n’est pas possible, une utilisation à la demande ou à la plus petite dose efficace doit être proposée. En conclusion, bien que le coût soit acceptable pour le patient, il est important de garder en mémoire le coût astronomique pour la société. C’est pourquoi, une révision des pratiques actuelles est nécessaire tant en médecine générale qu’en médecine spécialisée. Tenir ses connaissances à jour est important car la médecine est une science qui évolue. Et enfin, c’est à nous, médecins généralistes, qu’il incombe la charge de réévaluer la nécessité de poursuivre ces thérapies, même si nous n’avons pas été les primo-prescripteurs.
Henry - VanessaUniversité catholique de Louvain
D02 - D03 - QR33 - QP3 - QC14 - QD446 - QD325 - QT33
Alcool et jeunes : prévention en médecine générale
Alcool et jeunes : prévention en médecine générale
L’alcool est la drogue psychotrope licite la plus régulièrement consommée en Europe. Souvent considéré par le public comme élément indispensable de la fête et intégrant notre culture et notre patrimoine, l’alcool peut rapidement causer des dommages sur la santé globale, à court ou à long terme. C’est le troisième facteur de risque modifiable en termes de mortalité derrière le tabagisme et l’hypertension ; en outre, en 2012, 6 % des décès globaux dans le monde étaient attribuables à la consommation d’alcool et ce produit est impliqué dans de nombreuses maladies ou traumatismes. L’adolescence est une période propice pour expérimenter ce produit psycho-actif, et cela s’effectue de plus en plus précocement et selon des modes de consommations bien particuliers. En Belgique en 2013, 80 % des jeunes de 15 à 24 ans signalaient avoir consommé de l’alcool au cours des 12 derniers mois. En 2014, un étudiant de l’enseignement secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur quatre déclarait avoir déjà été ivre plus d’une fois dans sa vie. Le « binge-drinking », terme anglo-saxon, ou alcoolisation ponctuelle intense est un mode de consommation fréquemment rencontré chez les étudiants et consistant en l’absorption rapide de boissons alcoolisées en un temps court pour atteindre l’ivresse. Cette consommation d’alcool excessive au cours de la jeunesse peut déjà avoir des effets néfastes sur la santé et notamment sur le développement de régions du cerveau encore en maturation jusqu’à 25 ans provoquant ainsi des altérations cognitives irréversibles chez certaines jeunes. Selon la Société Française d’Alcoologie, les médecins généralistes ont un rôle majeur à tenir afin d’améliorer le dépistage précoce de certaines pratiques de consommations détectées comme étant à risque chez les jeunes et de permettre, via une intervention brève, de pouvoir correctement les orienter par la suite. Mon travail de fin d’études a consisté essentiellement en une description non-stigmatisante de la consommation d’alcool de nos adolescents et jeunes adultes afin de pouvoir apporter à mes collègues un regard neuf sur cette problématique pour qu’ils puissent efficacement, à l’aide d’outils simples et validés, prévenir, dépister et prendre en charge un mésusage des boissons alcoolisées chez ce public cible particulièrement sensible. Mots-clés : binge-drinking, adolescence, jeune adulte, dépistage, promotion de la santé, rôle du médecin généraliste.
L’alcool est la drogue psychotrope licite la plus régulièrement consommée en Europe. Souvent considéré par le public comme élément indispensable de la fête et intégrant notre culture et notre patrimoine, l’alcool peut rapidement causer des dommages sur la santé globale, à court ou à long terme. C’est le troisième facteur de risque modifiable en termes de mortalité derrière le tabagisme et l’hypertension ; en outre, en 2012, 6 % des décès globaux dans le monde étaient attribuables à la consommation d’alcool et ce produit est impliqué dans de nombreuses maladies ou traumatismes. L’adolescence est une période propice pour expérimenter ce produit psycho-actif, et cela s’effectue de plus en plus précocement et selon des modes de consommations bien particuliers. En Belgique en 2013, 80 % des jeunes de 15 à 24 ans signalaient avoir consommé de l’alcool au cours des 12 derniers mois. En 2014, un étudiant de l’enseignement secondaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur quatre déclarait avoir déjà été ivre plus d’une fois dans sa vie. Le « binge-drinking », terme anglo-saxon, ou alcoolisation ponctuelle intense est un mode de consommation fréquemment rencontré chez les étudiants et consistant en l’absorption rapide de boissons alcoolisées en un temps court pour atteindre l’ivresse. Cette consommation d’alcool excessive au cours de la jeunesse peut déjà avoir des effets néfastes sur la santé et notamment sur le développement de régions du cerveau encore en maturation jusqu’à 25 ans provoquant ainsi des altérations cognitives irréversibles chez certaines jeunes. Selon la Société Française d’Alcoologie, les médecins généralistes ont un rôle majeur à tenir afin d’améliorer le dépistage précoce de certaines pratiques de consommations détectées comme étant à risque chez les jeunes et de permettre, via une intervention brève, de pouvoir correctement les orienter par la suite. Mon travail de fin d’études a consisté essentiellement en une description non-stigmatisante de la consommation d’alcool de nos adolescents et jeunes adultes afin de pouvoir apporter à mes collègues un regard neuf sur cette problématique pour qu’ils puissent efficacement, à l’aide d’outils simples et validés, prévenir, dépister et prendre en charge un mésusage des boissons alcoolisées chez ce public cible particulièrement sensible. Mots-clés : binge-drinking, adolescence, jeune adulte, dépistage, promotion de la santé, rôle du médecin généraliste.
Faymonville - MélanieUniversité catholique de Louvain
QD23 - QS41 - QC13 - P16 - P23 - QO1 - QD41 - QO1
Continuité des soins au cours de la grossesse au sein du couple "mère-bébé" précarisé : quel rôle pour la première ligne généraliste?
Continuité des soins au cours de la grossesse au sein du couple "mère-bébé" précarisé : quel rôle pour la première ligne généraliste?
Justification: Actuellement, le contexte dans lequel évoluent les familles a un impact sur les soins périnataux. Dans ma pratique en médecine générale à Gilly avec des familles précarisées, beaucoup de situations problématiques en lien avec la périnatalité sont rencontrées. Repenser la place de la première ligne médecin généraliste-infirmier au sein du réseau périnatal semble un élément important. Objectifs : Identifier les moments propices à la perte de contact dans le suivi périnatal, explorer les réseaux existants (réseau formel et réseau informel) et les différentes ressources disponibles autour des parents-bébé, et voir quels sont les liens possibles entre les intervenants pour une meilleure interaction et donc une meilleure continuité des soins. Méthodologie : J’ai tout d’abord effectué une recherche bibliographique. J’ai ensuite interrogé des groupes d’acteurs (médecins généralistes, infirmière, TMS de l’ONE et sage-femme) impliqués dans le suivi périnatal dans la région de Charleroi. Je me suis aussi basée sur deux histoires de patients issues de ma pratique. De cette manière, j’ai pu faire le point sur la problématique en regroupant différents points de vue. Résultats : J’ai pu identifier les moments de discontinuité dans le suivi périnatal, le réseau formel et informel existant autour des parents-bébé ainsi que les problèmes d’interactions entre les différents acteurs. Des propositions d’améliorations de ces différents points ont été avancées. Discussion et conclusion: La place de la première ligne médecin généraliste –infirmier dans le suivi périnatal est à revoir. Peu d’intervenants travaillent avec les médecins généralistes. Pour résoudre cela différentes approches sont proposées. Finalement, il serait intéressant d’entreprendre des collaborations étroites avec des structures ou ASBL de la région. Mots-clefs: Grossesse, haut risque social, relation médecin-patient, continuité des soins, soins centrés sur le patient, qualité des soins, réseau social, étude qualitative, collaboration de la pratique, coordination des soins, médecin de famille, infirmier, sage-femme, travailleur social
Justification: Actuellement, le contexte dans lequel évoluent les familles a un impact sur les soins périnataux. Dans ma pratique en médecine générale à Gilly avec des familles précarisées, beaucoup de situations problématiques en lien avec la périnatalité sont rencontrées. Repenser la place de la première ligne médecin généraliste-infirmier au sein du réseau périnatal semble un élément important. Objectifs : Identifier les moments propices à la perte de contact dans le suivi périnatal, explorer les réseaux existants (réseau formel et réseau informel) et les différentes ressources disponibles autour des parents-bébé, et voir quels sont les liens possibles entre les intervenants pour une meilleure interaction et donc une meilleure continuité des soins. Méthodologie : J’ai tout d’abord effectué une recherche bibliographique. J’ai ensuite interrogé des groupes d’acteurs (médecins généralistes, infirmière, TMS de l’ONE et sage-femme) impliqués dans le suivi périnatal dans la région de Charleroi. Je me suis aussi basée sur deux histoires de patients issues de ma pratique. De cette manière, j’ai pu faire le point sur la problématique en regroupant différents points de vue. Résultats : J’ai pu identifier les moments de discontinuité dans le suivi périnatal, le réseau formel et informel existant autour des parents-bébé ainsi que les problèmes d’interactions entre les différents acteurs. Des propositions d’améliorations de ces différents points ont été avancées. Discussion et conclusion: La place de la première ligne médecin généraliste –infirmier dans le suivi périnatal est à revoir. Peu d’intervenants travaillent avec les médecins généralistes. Pour résoudre cela différentes approches sont proposées. Finalement, il serait intéressant d’entreprendre des collaborations étroites avec des structures ou ASBL de la région. Mots-clefs: Grossesse, haut risque social, relation médecin-patient, continuité des soins, soins centrés sur le patient, qualité des soins, réseau social, étude qualitative, collaboration de la pratique, coordination des soins, médecin de famille, infirmier, sage-femme, travailleur social
Macq - GéraldineUniversité catholique de Louvain
W78 - QC3 - QD25 - QS31 - QS33 - QP2 - QP3 - QD12
Ophtalmoscopie en médecine générale: le D-EYE dans le dépistage de la rétinopathie diabétique
Ophtalmoscopie en médecine générale: le D-EYE dans le dépistage de la rétinopathie diabétique
INTRODUCTION : La pratique de la médecine générale s’enrichit chaque jour de techniques novatrices. La question du fond d’oeil et de l’opthalmoscopie en médecine générale nous a interpellés, plus particulièrement chez les diabétiques. En effet, plus de 600 000 diabétiques belges doivent bénéficier d’un fond d’oeil annuel. Or, il semble que l’accessibilité des consultations ophtalmologiques en Wallonie est problématique. Dans le cas particulier du diabète de type 2, peut-on réaliser un dépistage de la rétinopathie diabétique en médecine générale ? Découvert dans l’American Journal of Ophthalmology, le D-EYE, un ophtalmoscope numérique, semble prometteur et facilement accessible. OBJECTIFS : L’objectif principal du travail a été d’étudier la praticabilité du D-EYE par un médecin généraliste, dans le cadre particulier du dépistage de la rétinopathie chez les diabétiques de type 2. L’objectif secondaire a été de cerner la problématique de la rétinopathie diabétique et proposer une meilleure politique de dépistage. METHODE : Une étude théorique de la rétinopathie diabétique a d’abord été nécesssaire. Différents niveaux de littérature ont été explorés. La réalité du dépistage sur le terrain a été appréhendée par une enquête téléphonique. Une étude clinique a été menée lors de consultations ophtalmologiques à la Clinique Saint-Pierre Ottignies au cours desquelles une ophtalmoscopie avec le D-EYE a été réalisée chez 50 patients diabétiques. RESULTATS : Seulement 50% des patients diabétiques intérrogés en médecine génrérale ont effectué un fond d’oeil dans l’année précédente. L’étude a révélé que le D-EYE présente une sensibilité de 71% et une spécificité de 94%. L’appareil a permis d’identifier 4 rétinopathies diabétiques sur 8. Les cas de rétinopathie diabétique non diagnostiqués sont sans conséquence. Le D-EYE concorde avec la photographie du fond d’oeil, méthode de dépistage de référence. CONCLUSION : Le dépistage de la RD peut être assuré en médecine générale par l’ophtalmoscope D-EYE. Par contre, il ne permet pas la stadification du degré de sévérité de la pathologie ni le suivi des patients atteints. Ceux-ci doivent être référés en médecine spécialisée. Pour le généraliste, nous préconisons d’implémenter l’ophtalmoscopie par le D EYE dans 3 indications. MOTS CLÉS : ophtalmoscopie, D-EYE, rétinopathie diabétique, dépistage, médecine générale.
INTRODUCTION : La pratique de la médecine générale s’enrichit chaque jour de techniques novatrices. La question du fond d’oeil et de l’opthalmoscopie en médecine générale nous a interpellés, plus particulièrement chez les diabétiques. En effet, plus de 600 000 diabétiques belges doivent bénéficier d’un fond d’oeil annuel. Or, il semble que l’accessibilité des consultations ophtalmologiques en Wallonie est problématique. Dans le cas particulier du diabète de type 2, peut-on réaliser un dépistage de la rétinopathie diabétique en médecine générale ? Découvert dans l’American Journal of Ophthalmology, le D-EYE, un ophtalmoscope numérique, semble prometteur et facilement accessible. OBJECTIFS : L’objectif principal du travail a été d’étudier la praticabilité du D-EYE par un médecin généraliste, dans le cadre particulier du dépistage de la rétinopathie chez les diabétiques de type 2. L’objectif secondaire a été de cerner la problématique de la rétinopathie diabétique et proposer une meilleure politique de dépistage. METHODE : Une étude théorique de la rétinopathie diabétique a d’abord été nécesssaire. Différents niveaux de littérature ont été explorés. La réalité du dépistage sur le terrain a été appréhendée par une enquête téléphonique. Une étude clinique a été menée lors de consultations ophtalmologiques à la Clinique Saint-Pierre Ottignies au cours desquelles une ophtalmoscopie avec le D-EYE a été réalisée chez 50 patients diabétiques. RESULTATS : Seulement 50% des patients diabétiques intérrogés en médecine génrérale ont effectué un fond d’oeil dans l’année précédente. L’étude a révélé que le D-EYE présente une sensibilité de 71% et une spécificité de 94%. L’appareil a permis d’identifier 4 rétinopathies diabétiques sur 8. Les cas de rétinopathie diabétique non diagnostiqués sont sans conséquence. Le D-EYE concorde avec la photographie du fond d’oeil, méthode de dépistage de référence. CONCLUSION : Le dépistage de la RD peut être assuré en médecine générale par l’ophtalmoscope D-EYE. Par contre, il ne permet pas la stadification du degré de sévérité de la pathologie ni le suivi des patients atteints. Ceux-ci doivent être référés en médecine spécialisée. Pour le généraliste, nous préconisons d’implémenter l’ophtalmoscopie par le D EYE dans 3 indications. MOTS CLÉS : ophtalmoscopie, D-EYE, rétinopathie diabétique, dépistage, médecine générale.
David - MathildeUniversité catholique de Louvain
43.005 - F83 - T90 - QS41 - QT33 - QR32
La prescription électronique : étude qualitative de sa perception et de ses perspectives d'avenir selon les médecins généralistes bruxellois francophones et néerlandophones
La prescription électronique : étude qualitative de sa perception et de ses perspectives d'avenir selon les médecins généralistes bruxellois francophones et néerlandophones
Introduction : Dès le 1er juin 2018, l’usage de la prescription électronique via le système Recip-e sera obligatoire pour tous les prescripteurs belges. L’objectif de ce travail est de poser le cadre de la prescription électronique belge, et d’étudier sa perception et ses perspectives d’avenir d’après les médecins généralistes bruxellois. Méthode : Le contexte et cadre de l’ePrescription seront explorés via une recherche de littérature. Une étude qualitative menée à l’aide de focus groups se penchera sur le point de vue des médecins généralistes. Résultats : La prescription électronique en Belgique aujourd’hui s’inscrit dans un contexte légal, technique, politique et mondial complexe, et difficile à maitriser pour le corps médical. Bien qu’ils soient majoritairement conscients de ses bénéfices, son obligation non évolutive ne satisfait pas les généralistes. Elle représente un défi à la fois technologique et éthique pour les médecins qui l’utilisent. Les problématiques liées à l’ePrescription sont néanmoins indissociables liées à celles entourant l’informatisation de la médecine et l’e-santé dans sa globalité. Pour l’avenir, les généralistes sont demandeurs d’un système plus complet leur permettant d’améliorer la qualité de leur pratique tout en préservant la relation médecin-patient. Conclusion : L’obligation de la prescription électronique permet à la Belgique de devenir l’un des pionniers dans ce domaine, mais s’installe sur des bases encore imparfaites. Les médecins sont optimistes quant à son avenir. Néanmoins, l’ePrescription n’est qu’une brique dans la construction du concept plus large de l’e-santé, auquel ses défis sont liés. Il sera nécessaire que des réponses rapides et satisfaisantes aux niveaux légal et déontologique soient apportées aux questionnements encore en suspens. Mots-clés : prescription électronique, ePrescription, prescription électronique obligatoire, contexte, législation belge, perception, perspectives d’avenir, médecin généraliste, Bruxelles
Introduction : Dès le 1er juin 2018, l’usage de la prescription électronique via le système Recip-e sera obligatoire pour tous les prescripteurs belges. L’objectif de ce travail est de poser le cadre de la prescription électronique belge, et d’étudier sa perception et ses perspectives d’avenir d’après les médecins généralistes bruxellois. Méthode : Le contexte et cadre de l’ePrescription seront explorés via une recherche de littérature. Une étude qualitative menée à l’aide de focus groups se penchera sur le point de vue des médecins généralistes. Résultats : La prescription électronique en Belgique aujourd’hui s’inscrit dans un contexte légal, technique, politique et mondial complexe, et difficile à maitriser pour le corps médical. Bien qu’ils soient majoritairement conscients de ses bénéfices, son obligation non évolutive ne satisfait pas les généralistes. Elle représente un défi à la fois technologique et éthique pour les médecins qui l’utilisent. Les problématiques liées à l’ePrescription sont néanmoins indissociables liées à celles entourant l’informatisation de la médecine et l’e-santé dans sa globalité. Pour l’avenir, les généralistes sont demandeurs d’un système plus complet leur permettant d’améliorer la qualité de leur pratique tout en préservant la relation médecin-patient. Conclusion : L’obligation de la prescription électronique permet à la Belgique de devenir l’un des pionniers dans ce domaine, mais s’installe sur des bases encore imparfaites. Les médecins sont optimistes quant à son avenir. Néanmoins, l’ePrescription n’est qu’une brique dans la construction du concept plus large de l’e-santé, auquel ses défis sont liés. Il sera nécessaire que des réponses rapides et satisfaisantes aux niveaux légal et déontologique soient apportées aux questionnements encore en suspens. Mots-clés : prescription électronique, ePrescription, prescription électronique obligatoire, contexte, législation belge, perception, perspectives d’avenir, médecin généraliste, Bruxelles
Hechtermans - MarieUniversité catholique de Louvain
50.006 - 54.006 - QT44 - QE4 - QR31 - QD6 - QS41
Burn-out: proposition d'une démarche de prise en charge pour le médecin généraliste
Burn-out: proposition d'une démarche de prise en charge pour le médecin généraliste
De plus en plus de patients se présentent en consultation dans un état d’épuisement professionnel important. Certains sont en burn-out. Le burn-out a été décrit pour la première fois dans les années 70 et à l’heure actuelle, il n’en n’existe pas de définition universelle malgré de nombreuses tentatives de consensus. Le processus de développement du burn-out est encore à l’état d’hypothèses et son diagnostic ainsi que le diagnostic différentiel restent difficiles à ce jour. Au sein des différentes entreprises, il existe de nombreux services aidant à la prévention mais aussi à l’accompagnement de personnes victimes de risques psychosociaux, dont fait partie le syndrome de fatigue professionnelle. Or, le médecin généraliste est peu formé à ce fonctionnement dans lequel il existe certaines personnes-clés que le patient pourrait contacter afin d’obtenir de l’aide dans sa recherche de bien-être professionnel. Le but de ce travail est de proposer une démarche d’accompagnement du patient en burn-out par le médecin généraliste. Ce dernier pose le premier geste du traitement : l’arrêt de travail par le biais d’une incapacité de travail. Par la suite, le patient suit le plus souvent une thérapie. Seules les thérapies cognitivo-comportementales sont validées dans la littérature. D’autres techniques peuvent toutefois aider. Le retour au travail est également une étape à prendre en considération. Il nécessite certaines connaissances administratives truffées de subtilités qui ne sont pas toujours évidentes et claires aux yeux de tous. Une bonne communication avec le médecin-conseil de la mutualité et le médecin du travail s’avère nécessaire. Le partenariat qui se crée entre le patient et son médecin généraliste dans un cas de burn-out est précieux pour le cheminement du patient. Il y a encore de nombreux progrès à faire dans l’accompagnement de ces patients, et le travail en réseau est primordial. Mots-clés : burn-out ; syndrome d’épuisement professionnel ; bien-être au travail ; médecin généraliste ; thérapies cognitivo-comportementales ; retour au travail.
De plus en plus de patients se présentent en consultation dans un état d’épuisement professionnel important. Certains sont en burn-out. Le burn-out a été décrit pour la première fois dans les années 70 et à l’heure actuelle, il n’en n’existe pas de définition universelle malgré de nombreuses tentatives de consensus. Le processus de développement du burn-out est encore à l’état d’hypothèses et son diagnostic ainsi que le diagnostic différentiel restent difficiles à ce jour. Au sein des différentes entreprises, il existe de nombreux services aidant à la prévention mais aussi à l’accompagnement de personnes victimes de risques psychosociaux, dont fait partie le syndrome de fatigue professionnelle. Or, le médecin généraliste est peu formé à ce fonctionnement dans lequel il existe certaines personnes-clés que le patient pourrait contacter afin d’obtenir de l’aide dans sa recherche de bien-être professionnel. Le but de ce travail est de proposer une démarche d’accompagnement du patient en burn-out par le médecin généraliste. Ce dernier pose le premier geste du traitement : l’arrêt de travail par le biais d’une incapacité de travail. Par la suite, le patient suit le plus souvent une thérapie. Seules les thérapies cognitivo-comportementales sont validées dans la littérature. D’autres techniques peuvent toutefois aider. Le retour au travail est également une étape à prendre en considération. Il nécessite certaines connaissances administratives truffées de subtilités qui ne sont pas toujours évidentes et claires aux yeux de tous. Une bonne communication avec le médecin-conseil de la mutualité et le médecin du travail s’avère nécessaire. Le partenariat qui se crée entre le patient et son médecin généraliste dans un cas de burn-out est précieux pour le cheminement du patient. Il y a encore de nombreux progrès à faire dans l’accompagnement de ces patients, et le travail en réseau est primordial. Mots-clés : burn-out ; syndrome d’épuisement professionnel ; bien-être au travail ; médecin généraliste ; thérapies cognitivo-comportementales ; retour au travail.
Bassil - HélèneUniversité catholique de Louvain
A98 - 58.000 - P25 - QC14 - QD8
Risques et bénéfices du soleil : Quelle implication pour le médecin généraliste ?
Risques et bénéfices du soleil : Quelle implication pour le médecin généraliste ?

Sunlight exposure: risks and benefits. What are the implications for the general practitioner
Sunlight exposure: risks and benefits. What are the implications for the general practitioner
Source de vie, le soleil est indispensable à la synthèse de la vitamine D. Pourtant, son rayonnement ultraviolet endommage le corps humain, entrainant coups de soleils, cataractes, vieillissement de la peau et cancers cutanés. Ces derniers sont parmi les plus fréquents cancers en termes d’incidence. Ce travail de mise au point a pour but d’apporter les connaissances de base au médecin généraliste concernant les enjeux du soleil pour la santé afin de communiquer efficacement les risques et bénéfices du soleil et afin d’améliorer la prévention contre ses rayons ultraviolets. Les résultats de recherche bibliographique ont permis d’aborder dans un premier temps les notions théoriques sur les rayonnements ultraviolets. Les risques et les bénéfices de l’exposition au soleil sur la santé ont ensuite été exposés. Un rappel sur la prévention primaire et secondaire clôture ces résultats. Combattre les idées reçues, informer des mesures de protections solaires, cibler les groupes à risque, permet au médecin généraliste de faire de l’éducation à la santé auprès de sa patientèle tout en dépistant les patients à risque de déficit en vitamine D ou de cancer cutanés. En dix points, nous avons discuté de messages essentiels à faire passer au médecin de famille pour le guider dans la prise en charge de la question du soleil en médecine générale.
Source de vie, le soleil est indispensable à la synthèse de la vitamine D. Pourtant, son rayonnement ultraviolet endommage le corps humain, entrainant coups de soleils, cataractes, vieillissement de la peau et cancers cutanés. Ces derniers sont parmi les plus fréquents cancers en termes d’incidence. Ce travail de mise au point a pour but d’apporter les connaissances de base au médecin généraliste concernant les enjeux du soleil pour la santé afin de communiquer efficacement les risques et bénéfices du soleil et afin d’améliorer la prévention contre ses rayons ultraviolets. Les résultats de recherche bibliographique ont permis d’aborder dans un premier temps les notions théoriques sur les rayonnements ultraviolets. Les risques et les bénéfices de l’exposition au soleil sur la santé ont ensuite été exposés. Un rappel sur la prévention primaire et secondaire clôture ces résultats. Combattre les idées reçues, informer des mesures de protections solaires, cibler les groupes à risque, permet au médecin généraliste de faire de l’éducation à la santé auprès de sa patientèle tout en dépistant les patients à risque de déficit en vitamine D ou de cancer cutanés. En dix points, nous avons discuté de messages essentiels à faire passer au médecin de famille pour le guider dans la prise en charge de la question du soleil en médecine générale.
Gavroy - AntoineUniversité catholique de Louvain
QS41 - S77 - T91 - QD23 - QD41 - QD42 - QO4 - QO4
Amélioration du suivi de l’IMC des enfants : sensibilisation des parents et information des médecins généralistes.
Amélioration du suivi de l’IMC des enfants : sensibilisation des parents et information des médecins généralistes.
Face à l’épidémie d’obésité et son installation de plus en plus précoce, la population pédiatrique devrait être pesée et mesurée plus régulièrement afin de dépister précocement le surpoids. Cela afin que la prise en charge soit plus efficace pour éviter l’installation d’une obésité. Une démarche de Recherche-Action a pris place à la Maison Médicale du Pont du Wéry. Celle-ci a pour objectif d’améliorer le suivi des courbes de croissance, le but étant de parvenir à doubler le nombre d’enfants dont le poids et l’Indice de Masse Corporelle ont bien été encodés dans les 6 derniers mois. Dans cette optique, une sensibilisation des parents sur l’importance du suivi régulier du poids a été mise en place. De plus, les médecins ont été informés de l’importance du suivi de l’Indice de Masse Corporelle et de la manière de dépister les enfants à risque de surpoids à l’aide des courbes de croissance. Les facteurs de risque de l’obésité, ses complications et sa prise en charge ont aussi été abordés. La place centrale du médecin généraliste dans la prévention du surpoids et le suivi de la croissance des enfants est rappelée. Certaines raisons qui conduisent les médecins de la Maison Médicale à peu mesurer et peser les enfants ont aussi été discutées. Malgré l’augmentation du nombre de valeurs encodées, l’objectif n’a pas été atteint. Les faiblesses ayant pu mener à ce résultat ont été discutées. Il semblerait entre autres que les parents aient été peu impliqués. Différentes pistes ont été évoquées pour améliorer le prochain cycle de la Recherche-Action.
Face à l’épidémie d’obésité et son installation de plus en plus précoce, la population pédiatrique devrait être pesée et mesurée plus régulièrement afin de dépister précocement le surpoids. Cela afin que la prise en charge soit plus efficace pour éviter l’installation d’une obésité. Une démarche de Recherche-Action a pris place à la Maison Médicale du Pont du Wéry. Celle-ci a pour objectif d’améliorer le suivi des courbes de croissance, le but étant de parvenir à doubler le nombre d’enfants dont le poids et l’Indice de Masse Corporelle ont bien été encodés dans les 6 derniers mois. Dans cette optique, une sensibilisation des parents sur l’importance du suivi régulier du poids a été mise en place. De plus, les médecins ont été informés de l’importance du suivi de l’Indice de Masse Corporelle et de la manière de dépister les enfants à risque de surpoids à l’aide des courbes de croissance. Les facteurs de risque de l’obésité, ses complications et sa prise en charge ont aussi été abordés. La place centrale du médecin généraliste dans la prévention du surpoids et le suivi de la croissance des enfants est rappelée. Certaines raisons qui conduisent les médecins de la Maison Médicale à peu mesurer et peser les enfants ont aussi été discutées. Malgré l’augmentation du nombre de valeurs encodées, l’objectif n’a pas été atteint. Les faiblesses ayant pu mener à ce résultat ont été discutées. Il semblerait entre autres que les parents aient été peu impliqués. Différentes pistes ont été évoquées pour améliorer le prochain cycle de la Recherche-Action.
Dujardin - BlandineUniversité catholique de Louvain
QR35 - QC12 - T82 - QD42 - QS41 - 31.000
Le régime sans FODMAP permet-il de traiter le syndrome de l’intestin irritable?
Le régime sans FODMAP permet-il de traiter le syndrome de l’intestin irritable?
Un régime pauvre en aliments fermentescibles a fait son apparition il y a une petite dizaine d’années. Il s’intitule le régime sans FODMAP, qui est l'acronyme de Fermentable Oligo-, Di-, Mono-saccharides And Polyols. Ces composants sont faiblement absorbées dans l’intestin et donc rapidement fermentées par les bactéries du côlon. Ce régime est peu connu du monde de la médecine générale et me semble une bonne solution chez les personnes atteintes du syndrome de l'intestin irritable.
Un régime pauvre en aliments fermentescibles a fait son apparition il y a une petite dizaine d’années. Il s’intitule le régime sans FODMAP, qui est l'acronyme de Fermentable Oligo-, Di-, Mono-saccharides And Polyols. Ces composants sont faiblement absorbées dans l’intestin et donc rapidement fermentées par les bactéries du côlon. Ce régime est peu connu du monde de la médecine générale et me semble une bonne solution chez les personnes atteintes du syndrome de l'intestin irritable.
Pirotte - DianeUniversité catholique de Louvain
43.000 - 45.003 - 58.000 - D01 - D18 - D93 - QC14 - QO4
Etude qualitative auprès de patients atteints du syndrome d'apnées obstructives du sommeil et vivant dans la région de Ciney : " Vécu et ressenti des patients atteints du syndrome d'apnées obstructives du sommeil et traités par ventilation en pression positive continue".
Etude qualitative auprès de patients atteints du syndrome d'apnées obstructives du sommeil et vivant dans la région de Ciney : " Vécu et ressenti des patients atteints du syndrome d'apnées obstructives du sommeil et traités par ventilation en pression positive continue".
Introduction : Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil est une pathologie fréquente touchant 2 à 7 % de la population adulte européenne. La fréquence de cette pathologie chronique et les complications qu'elle engendre représente un véritable enjeu de santé publique. Récemment, diverses publications ont remis en question les effets de la CPAP sur la morbi-mortalité cardiovasculaire. Les études réalisées n'ont pas réussi à démontrer que la CPAP réduisait le nombre d'incidents cardiovasculaires. Ces publications ont fait naitre une multitude de d'interrogations dont un questionnement en particulier : "Quels sont les effets de la CPAP sur la qualité de vie de nos patients ?". Dans la littérature, peu d'études s'intéressent au ressenti des patients souffrant d'AOS et traités par CPAP. Les études existantes sont des études quantitatives réalisées à partir de questionnaires fermés dont les résultats sont discordants. Il n'existe pas d'étude qualitative portant sur le sujet. Les objectifs de ce travail sont, d'une part, d'analyser le vécu et le ressenti des patients souffrant d'apnées obstructives du sommeil et traités par CPAP, et d'autre part, de remettre à jour les connaissances dont nous disposons sur cette pathologie. Méthode : Le vécu et le ressenti des patients concernant les effets de la CPAP sur leur qualité de vie ont été étudiés au moyen d'une étude qualitative. Des entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de patients souffrant du SAOS et traités par CPAP. Un échantillonnage dit "en recherche de variation maximale" a permis d'inclure onze patients de janvier à mars 2018. Résultats : L'analyse des entretiens concernant les effets de la CPAP sur la qualité de vie des patients atteints d’AOS et traités par CPAP ont donné des résultats hétérogènes. Néanmoins, 5 profils types de patients ont été mis en évidence ainsi que divers facteurs pouvant influencer négativement l’emploi de la CPAP. Ces onze entretiens montrent que la prise en charge des patients atteints d’AOS et traités par CPAP devrait être optimalisée. Conclusion : Cette étude qualitative révèle l’intérêt de s’intéresser au vécu et au ressenti des patients en médecine générale. Elle apporte des pistes de réflexion aux médecins praticiens pour améliorer leur prise en charge des patients souffrant du SAOS et traités par PPC. Mots clés : syndrome d'apnées obstructives du sommeil, apnées obstructives, médecine générale, qualité de vie, étude qualitative.
Introduction : Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil est une pathologie fréquente touchant 2 à 7 % de la population adulte européenne. La fréquence de cette pathologie chronique et les complications qu'elle engendre représente un véritable enjeu de santé publique. Récemment, diverses publications ont remis en question les effets de la CPAP sur la morbi-mortalité cardiovasculaire. Les études réalisées n'ont pas réussi à démontrer que la CPAP réduisait le nombre d'incidents cardiovasculaires. Ces publications ont fait naitre une multitude de d'interrogations dont un questionnement en particulier : "Quels sont les effets de la CPAP sur la qualité de vie de nos patients ?". Dans la littérature, peu d'études s'intéressent au ressenti des patients souffrant d'AOS et traités par CPAP. Les études existantes sont des études quantitatives réalisées à partir de questionnaires fermés dont les résultats sont discordants. Il n'existe pas d'étude qualitative portant sur le sujet. Les objectifs de ce travail sont, d'une part, d'analyser le vécu et le ressenti des patients souffrant d'apnées obstructives du sommeil et traités par CPAP, et d'autre part, de remettre à jour les connaissances dont nous disposons sur cette pathologie. Méthode : Le vécu et le ressenti des patients concernant les effets de la CPAP sur leur qualité de vie ont été étudiés au moyen d'une étude qualitative. Des entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de patients souffrant du SAOS et traités par CPAP. Un échantillonnage dit "en recherche de variation maximale" a permis d'inclure onze patients de janvier à mars 2018. Résultats : L'analyse des entretiens concernant les effets de la CPAP sur la qualité de vie des patients atteints d’AOS et traités par CPAP ont donné des résultats hétérogènes. Néanmoins, 5 profils types de patients ont été mis en évidence ainsi que divers facteurs pouvant influencer négativement l’emploi de la CPAP. Ces onze entretiens montrent que la prise en charge des patients atteints d’AOS et traités par CPAP devrait être optimalisée. Conclusion : Cette étude qualitative révèle l’intérêt de s’intéresser au vécu et au ressenti des patients en médecine générale. Elle apporte des pistes de réflexion aux médecins praticiens pour améliorer leur prise en charge des patients souffrant du SAOS et traités par PPC. Mots clés : syndrome d'apnées obstructives du sommeil, apnées obstructives, médecine générale, qualité de vie, étude qualitative.
Haeck - ShirleyUniversité catholique de Louvain
QR31 - R99 - QC14 - QP41 - QD24 - QD25
Le « monitoring » ou suivi thérapeutique des médicaments antiépileptiques : un suivi systématique controversé
Le « monitoring » ou suivi thérapeutique des médicaments antiépileptiques : un suivi systématique controversé
Le suivi des concentrations sériques (« STM ») des médicaments antiépileptiques est une pratique courante en médecine générale. Cependant, son intérêt réel ne semble pas encore clairement établi, à tel point que son utilisation ‘systématique’ (dite ‘de routine’), voire même ‘occasionnelle’, est controversée. Par une revue détaillée de la littérature disponible, ce travail a dès lors tenté de mettre en lumière les différentes controverses existantes, tout en relayant certaines ébauches de solution trop peu connues. L’attention a été portée sur (le STM de) cinq antiépileptiques (la carbamazépine, le valproate, la phénytoïne, la lamotrigine et le lévétiracétam). Le bilan principal suivant a ainsi été dressé : (i) les antiépileptiques (qu’ils soient ‘anciens’ ou ‘nouveaux’) sont à priori de bons candidats à un programme STM ; (ii) la maîtrise des spécificités pharmacologiques propres des antiépileptiques est particulièrement complexe mais primordiale ; (iii) les approches de « concentration-cible » et de « concentration thérapeutique individuelle », tout comme le concept de « fenêtre thérapeutique », sont intéressantes mais inabouties, principalement à cause d’un manque cruel d’étude(s) des relations pharmacologiques. Le manque d’information, qui en résulte, affaiblit (provisoirement) l’intérêt d’un STM, dont l’utilisation ‘systématique’ n’est donc, dans l’état actuel des choses, pas justifiable : l’observation clinique doit primer ! Cependant, une meilleure connaissance des relations pharmacologiques et une meilleure formation des médecins généralistes dans ce domaine permettraient peut-être au STM, en combinant les deux approches mentionnées ci-dessus, de jouer également un rôle important dans l’obtention plus rapide d’une stabilité mieux maîtrisée des patients épileptiques. Mots-clés : antiépileptiques – suivi thérapeutique des médicaments [STM] – intervalle thérapeutique – concentration-cible – concentration thérapeutique individuelle – pharmacocinétique – pharmacodynamique
Le suivi des concentrations sériques (« STM ») des médicaments antiépileptiques est une pratique courante en médecine générale. Cependant, son intérêt réel ne semble pas encore clairement établi, à tel point que son utilisation ‘systématique’ (dite ‘de routine’), voire même ‘occasionnelle’, est controversée. Par une revue détaillée de la littérature disponible, ce travail a dès lors tenté de mettre en lumière les différentes controverses existantes, tout en relayant certaines ébauches de solution trop peu connues. L’attention a été portée sur (le STM de) cinq antiépileptiques (la carbamazépine, le valproate, la phénytoïne, la lamotrigine et le lévétiracétam). Le bilan principal suivant a ainsi été dressé : (i) les antiépileptiques (qu’ils soient ‘anciens’ ou ‘nouveaux’) sont à priori de bons candidats à un programme STM ; (ii) la maîtrise des spécificités pharmacologiques propres des antiépileptiques est particulièrement complexe mais primordiale ; (iii) les approches de « concentration-cible » et de « concentration thérapeutique individuelle », tout comme le concept de « fenêtre thérapeutique », sont intéressantes mais inabouties, principalement à cause d’un manque cruel d’étude(s) des relations pharmacologiques. Le manque d’information, qui en résulte, affaiblit (provisoirement) l’intérêt d’un STM, dont l’utilisation ‘systématique’ n’est donc, dans l’état actuel des choses, pas justifiable : l’observation clinique doit primer ! Cependant, une meilleure connaissance des relations pharmacologiques et une meilleure formation des médecins généralistes dans ce domaine permettraient peut-être au STM, en combinant les deux approches mentionnées ci-dessus, de jouer également un rôle important dans l’obtention plus rapide d’une stabilité mieux maîtrisée des patients épileptiques. Mots-clés : antiépileptiques – suivi thérapeutique des médicaments [STM] – intervalle thérapeutique – concentration-cible – concentration thérapeutique individuelle – pharmacocinétique – pharmacodynamique
de Maere d'Aertrycke - LaetitiaUniversité catholique de Louvain
N88 - 34.000 - QS11 - QT33
Que peut-on raisonnablement proposer pour soulager des symptômes vasomoteurs de ménopause en cas de contre-indication formelle à un traitement hormonal substitutif ?
Que peut-on raisonnablement proposer pour soulager des symptômes vasomoteurs de ménopause en cas de contre-indication formelle à un traitement hormonal substitutif ?
La ménopause est une transition physiologique normale qui, généralement, ne requiert pas d’intervention médicale. Néanmoins, en médecine générale, les bouffées de chaleur constituent une plainte extrêmement fréquente. Pour les femmes qui présentent des symptômes impactant négativement leur qualité de vie, plusieurs options sont disponibles. L’objectif de ce travail de mise au point est de mettre en évidence des alternatives acceptables au traitement hormonal substitutif pour toutes les femmes qui ne peuvent pas recevoir d’hormones. Les études d’efficacité qui ramènent le plus de données objectives concernent les traitements pharmacologiques médicamenteux ou la phytothérapie. Au niveau des médicaments, ce sont les SSRI/SNRI, la gabapentine et la clonidine qui ont montré l’efficacité la plus significative. En ce qui concerne la phytothérapie, il existe de nombreux compléments alimentaires utilisés dans le traitement des bouffées de chaleur, avec ou sans propriétés oestrogéniques, mais ils ont des effets plus modestes. Avec toutes ces substances, il faut être vigilant par rapport au risque d’effets secondaires et au potentiel d’interaction avec d’autres traitements comme le tamoxifène. L’efficacité d’interventions non pharmacologiques est plus difficile à prouver de manière rigoureusement scientifique. Des adaptations simples du mode de vie peuvent être bénéfiques. L’hypnose et l’acupuncture, si elles sont pratiquées dans de bonnes conditions, peuvent soulager les patientes avec l’avantage de ne présenter aucun effet secondaire. Le principe de base à respecter, lorsqu’on prend en charge une patiente souffrant de symptômes vasomoteurs ménopausiques, est que le choix de traitement doit se faire en accord avec la patiente en prêtant particulièrement attention à ses besoins et préférences individuels.
La ménopause est une transition physiologique normale qui, généralement, ne requiert pas d’intervention médicale. Néanmoins, en médecine générale, les bouffées de chaleur constituent une plainte extrêmement fréquente. Pour les femmes qui présentent des symptômes impactant négativement leur qualité de vie, plusieurs options sont disponibles. L’objectif de ce travail de mise au point est de mettre en évidence des alternatives acceptables au traitement hormonal substitutif pour toutes les femmes qui ne peuvent pas recevoir d’hormones. Les études d’efficacité qui ramènent le plus de données objectives concernent les traitements pharmacologiques médicamenteux ou la phytothérapie. Au niveau des médicaments, ce sont les SSRI/SNRI, la gabapentine et la clonidine qui ont montré l’efficacité la plus significative. En ce qui concerne la phytothérapie, il existe de nombreux compléments alimentaires utilisés dans le traitement des bouffées de chaleur, avec ou sans propriétés oestrogéniques, mais ils ont des effets plus modestes. Avec toutes ces substances, il faut être vigilant par rapport au risque d’effets secondaires et au potentiel d’interaction avec d’autres traitements comme le tamoxifène. L’efficacité d’interventions non pharmacologiques est plus difficile à prouver de manière rigoureusement scientifique. Des adaptations simples du mode de vie peuvent être bénéfiques. L’hypnose et l’acupuncture, si elles sont pratiquées dans de bonnes conditions, peuvent soulager les patientes avec l’avantage de ne présenter aucun effet secondaire. Le principe de base à respecter, lorsqu’on prend en charge une patiente souffrant de symptômes vasomoteurs ménopausiques, est que le choix de traitement doit se faire en accord avec la patiente en prêtant particulièrement attention à ses besoins et préférences individuels.
Moreau - AdèleUniversité catholique de Louvain
X11 - QT33 - QR6 - QC22 - QS41
Identification par les médecins généralistes des facteurs influençant la mise en place de contention physique passives en maison de repos
Identification par les médecins généralistes des facteurs influençant la mise en place de contention physique passives en maison de repos
Introduction : Les mesures de contention physique passive concernent une part importante des patients résidant en maison de repos. Les médecins généralistes sont régulièrement sollicités pour donner leur accord à ces mesures qui n’ont pas prouvé d’efficacité quant aux motifs qui poussent à les prescrire. Cette recherche vise à identifier les facteurs influençant leur mise en place dans le cadre de la maison de repos. Méthode : Nous avons utilisé une méthode de recherche qualitative. Six entretiens semi-directionnels avec des médecins généralistes ayant une pratique régulière en maison de repos ont été menés. Résultats : La contention serait utilisée de manière raisonnée par les différents intervenants du processus, le motif premier restant la sécurité du résident. Les généralistes soulèvent que tous les acteurs (patients, familles, médecins, personnel, direction) influencent la mise en place de mesures de contention. Le consentement du patient dépend surtout de sa capacité cognitive ; en cas de démence, il est rare de chercher un consentement. La conviction de l’efficacité de la contention ainsi que le manque de formation ou de connaissance d’alternatives sont aussi dominants. Une certaine crainte de poursuites est aussi mentionnée. La contention serait parfois une solution à des problèmes liés à la vie en communauté (déambulation perturbante). Les alternatives existantes sont efficaces mais difficiles à appliquer par manque de moyens selon les médecins interrogés. Conclusion : Les acteurs sont multiples, mais les médecins généralistes reconnaissent qu’ils ont un rôle important à jouer. En cas de démence, le patient perd rapidement son rôle central dans le processus décisionnel. Il est nécessaire de sensibiliser et former aux alternatives à la contention et ceci passe par une éducation de tous les intervenants réguliers auprès du patient.
Introduction : Les mesures de contention physique passive concernent une part importante des patients résidant en maison de repos. Les médecins généralistes sont régulièrement sollicités pour donner leur accord à ces mesures qui n’ont pas prouvé d’efficacité quant aux motifs qui poussent à les prescrire. Cette recherche vise à identifier les facteurs influençant leur mise en place dans le cadre de la maison de repos. Méthode : Nous avons utilisé une méthode de recherche qualitative. Six entretiens semi-directionnels avec des médecins généralistes ayant une pratique régulière en maison de repos ont été menés. Résultats : La contention serait utilisée de manière raisonnée par les différents intervenants du processus, le motif premier restant la sécurité du résident. Les généralistes soulèvent que tous les acteurs (patients, familles, médecins, personnel, direction) influencent la mise en place de mesures de contention. Le consentement du patient dépend surtout de sa capacité cognitive ; en cas de démence, il est rare de chercher un consentement. La conviction de l’efficacité de la contention ainsi que le manque de formation ou de connaissance d’alternatives sont aussi dominants. Une certaine crainte de poursuites est aussi mentionnée. La contention serait parfois une solution à des problèmes liés à la vie en communauté (déambulation perturbante). Les alternatives existantes sont efficaces mais difficiles à appliquer par manque de moyens selon les médecins interrogés. Conclusion : Les acteurs sont multiples, mais les médecins généralistes reconnaissent qu’ils ont un rôle important à jouer. En cas de démence, le patient perd rapidement son rôle central dans le processus décisionnel. Il est nécessaire de sensibiliser et former aux alternatives à la contention et ceci passe par une éducation de tous les intervenants réguliers auprès du patient.
Chrispeels - ThomasUniversité catholique de Louvain
QC15 - QD325 - 59.000 - QR31 - QE2
Place d'une formation à l'humour en consultation de médecine générale : étude qualitative menée auprès de 13 médecins généralistes du Brabant Wallon et élaboration d'un prototype de formation
Place d'une formation à l'humour en consultation de médecine générale : étude qualitative menée auprès de 13 médecins généralistes du Brabant Wallon et élaboration d'un prototype de formation
Le rire et les émotions positives ont prouvé leurs bienfaits sur la santé. Cependant, l’utilisation de l’humour en médecine s’est révélée être une arme à double tranchant. Le premier objectif de ce travail était de vérifier si les croyances des médecins généralistes du Brabant Wallon concernant l’humour en consultation étaient superposables à celles décrites par la littérature internationale, et s’ils étaient également intéressés par une formation à l’humour en médecine générale. Le second objectif était de proposer un programme pour une telle formation, sur base des besoins exprimés par les médecins généralistes du Brabant Wallon, de tester cette formation et d’en faire une évaluation. Nous avons choisi la méthode des focus groupes pour récolter l’avis et les besoins des médecins généralistes du Brabant Wallon. 3 focus groupes ont été menés, rassemblant au total 13 médecins. Un programme de formation a été proposé et testé lors d’une séance de formation continue rassemblant 12 médecins de Namur. La formation a été évaluée sur base de questionnaires de satisfaction et du ressenti des animatrices. Notre étude a permis de montrer que les croyances des médecins généralistes du Brabant-Wallon étaient semblables à celles de leurs confrères d’autres pays. Cependant ils étaient sceptiques quant à la faisabilité et à l’impact d’une formation à l’humour en consultation. A la suite de la formation, il apparaissait que les médecins participants avaient apprécié la formation mais ils émettaient des réserves quant à l’impact que celle-ci pourrait avoir sur leur pratique. Cependant ce travail a permis d’ouvrir la voie vers une formation plus longue et de meilleure qualité, qu’il conviendrait de tester dans une étude ultérieure.
Le rire et les émotions positives ont prouvé leurs bienfaits sur la santé. Cependant, l’utilisation de l’humour en médecine s’est révélée être une arme à double tranchant. Le premier objectif de ce travail était de vérifier si les croyances des médecins généralistes du Brabant Wallon concernant l’humour en consultation étaient superposables à celles décrites par la littérature internationale, et s’ils étaient également intéressés par une formation à l’humour en médecine générale. Le second objectif était de proposer un programme pour une telle formation, sur base des besoins exprimés par les médecins généralistes du Brabant Wallon, de tester cette formation et d’en faire une évaluation. Nous avons choisi la méthode des focus groupes pour récolter l’avis et les besoins des médecins généralistes du Brabant Wallon. 3 focus groupes ont été menés, rassemblant au total 13 médecins. Un programme de formation a été proposé et testé lors d’une séance de formation continue rassemblant 12 médecins de Namur. La formation a été évaluée sur base de questionnaires de satisfaction et du ressenti des animatrices. Notre étude a permis de montrer que les croyances des médecins généralistes du Brabant-Wallon étaient semblables à celles de leurs confrères d’autres pays. Cependant ils étaient sceptiques quant à la faisabilité et à l’impact d’une formation à l’humour en consultation. A la suite de la formation, il apparaissait que les médecins participants avaient apprécié la formation mais ils émettaient des réserves quant à l’impact que celle-ci pourrait avoir sur leur pratique. Cependant ce travail a permis d’ouvrir la voie vers une formation plus longue et de meilleure qualité, qu’il conviendrait de tester dans une étude ultérieure.
Lecomte - ValentineUniversité catholique de Louvain
QT2 - QS41 - QD12 - QR6 - QO4
Adhérence et pathologies chroniques: l'exemple de l'hypertension artérielle
Adhérence et pathologies chroniques: l'exemple de l'hypertension artérielle
L’adhérence thérapeutique est définie comme la prise correcte du médicament selon le schéma prescrit (fréquence, posologie et durée du traitement). Elle pose souvent problème lors de pathologies chroniques. Certains facteurs psychologiques tels que l’alexithymie ou l’état de stress post-traumatique influenceraient la survenue de l’HTA. L’objectif de ce travail était de déterminer le niveau d’adhérence de patients hypertendus recrutés au sein de mon lieu d’assistanat et d’évaluer leur profil psychologique. L’objectif à long terme est de mieux comprendre les différents aspects qui régissent l’adhérence afin de pouvoir l’améliorer. Méthode : la chromatographie liquide couplée à une spectrométrie de masse en tandem (LC-MS/MS) a permis d’évaluer l’adhérence médicamenteuse. Quatre questionnaires psychologiques validés ont été remis à nos patients: le premier, le BSI, pour le profil psychologique général, le second, le TAS-20, pour l’alexithymie. Le troisième, le CERQ apprécie le niveau de régulation des émotions et le dernier, le PDS, quantifie l’état de stress post-traumatique. Le statut socio-économique de nos patients a été évalué par le score EPICES. Résultats : 99 patients ont été inclus dans l’étude entre septembre 2017 et février 2018. 72% des patients étaient totalement adhérents, 22% l’étaient partiellement et 6% ne l’étaient pas du tout. Un manque de suivi au cabinet de médecine générale (p= 0,039) et l’existence d’une précarité (p=0,019) constituaient les facteurs prédictifs d’une mauvaise adhérence. La majorité des patients ayant obtenu un diplôme d’études supérieures était soit partiellement adhérents soit non adhérents (p=0,005). Le score EPICES le plus élevé était retrouvé chez les patients partiellement adhérents (p=0,019). Une mauvaise adhérence avait tendance à être associée à certains traits de personnalité tels que : l’hostilité (p= 0,13), le blâme de soi (p=0,17), l’incapacité de mise en perspective (p=0,14) et l’existence d’un état de stress post-traumatique (p=0,27). Conclusion : l’amélioration de l’adhérence est un projet à long terme qui nécessite pour être efficace d’agir sur différents domaines. Les prélèvements urinaires seront à réserver aux patients difficiles à contrôler malgré différentes adaptations thérapeutiques. Il sera nécessaire que les caractéristiques psychologiques de nos patients non adhérents ou partiellement adhérents soient mieux connues avant d’en inclure le dépistage dans notre pratique de médecin généraliste.
L’adhérence thérapeutique est définie comme la prise correcte du médicament selon le schéma prescrit (fréquence, posologie et durée du traitement). Elle pose souvent problème lors de pathologies chroniques. Certains facteurs psychologiques tels que l’alexithymie ou l’état de stress post-traumatique influenceraient la survenue de l’HTA. L’objectif de ce travail était de déterminer le niveau d’adhérence de patients hypertendus recrutés au sein de mon lieu d’assistanat et d’évaluer leur profil psychologique. L’objectif à long terme est de mieux comprendre les différents aspects qui régissent l’adhérence afin de pouvoir l’améliorer. Méthode : la chromatographie liquide couplée à une spectrométrie de masse en tandem (LC-MS/MS) a permis d’évaluer l’adhérence médicamenteuse. Quatre questionnaires psychologiques validés ont été remis à nos patients: le premier, le BSI, pour le profil psychologique général, le second, le TAS-20, pour l’alexithymie. Le troisième, le CERQ apprécie le niveau de régulation des émotions et le dernier, le PDS, quantifie l’état de stress post-traumatique. Le statut socio-économique de nos patients a été évalué par le score EPICES. Résultats : 99 patients ont été inclus dans l’étude entre septembre 2017 et février 2018. 72% des patients étaient totalement adhérents, 22% l’étaient partiellement et 6% ne l’étaient pas du tout. Un manque de suivi au cabinet de médecine générale (p= 0,039) et l’existence d’une précarité (p=0,019) constituaient les facteurs prédictifs d’une mauvaise adhérence. La majorité des patients ayant obtenu un diplôme d’études supérieures était soit partiellement adhérents soit non adhérents (p=0,005). Le score EPICES le plus élevé était retrouvé chez les patients partiellement adhérents (p=0,019). Une mauvaise adhérence avait tendance à être associée à certains traits de personnalité tels que : l’hostilité (p= 0,13), le blâme de soi (p=0,17), l’incapacité de mise en perspective (p=0,14) et l’existence d’un état de stress post-traumatique (p=0,27). Conclusion : l’amélioration de l’adhérence est un projet à long terme qui nécessite pour être efficace d’agir sur différents domaines. Les prélèvements urinaires seront à réserver aux patients difficiles à contrôler malgré différentes adaptations thérapeutiques. Il sera nécessaire que les caractéristiques psychologiques de nos patients non adhérents ou partiellement adhérents soient mieux connues avant d’en inclure le dépistage dans notre pratique de médecin généraliste.
Baelen - MarieUniversité catholique de Louvain
K86 - Z11 - QS41 - QR322
Mythes et réalités autour de la contraception
Mythes et réalités autour de la contraception

Myths and realities around contraception
Myths and realities around contraception
La contraception est un thème récurrent en médecine générale. De nombreuses femmes ont des croyances erronées en la matière qui font qu’elles vont refuser ou arrêter l’une ou l’autre méthode. Elles imaginent que les hormones contenues dans la pilule peuvent rendre stérile ou provoquer un cancer. Elles croient encore faussement qu’elles ne peuvent pas recevoir un certain contraceptif à cause de leur âge par exemple. Les raisons à ces croyances sont multiples : idée reçue au sein d’une communauté, peur, rumeurs, internet… mais aussi parfois mauvais conseil de la part de fournisseurs de soins de santé insuffisamment formés. Ce travail a pour but de décrire et comprendre les idées reçues les plus fréquentes du côté des patientes et du côté des médecins et donne quelques outils pratiques à utiliser en consultation et à fournir aux patientes. Il décrit également les effets secondaires les plus fréquemment rapportés par les patientes (prise de poids, dépression, acné, céphalées…). Certains médecins ont tendance à penser qu’ils ne peuvent pas être liés aux moyens contraceptifs mais certaines études ont prouvé le contraire. Ces effets indésirables provoquent des arrêts de contraception alors qu’il est facile d’agir pour éliminer ces désagréments. Ces erreurs de jugement des deux côtés laissent la porte ouverte à des grossesses non désirées qui pourraient être évitées si quelques règles de base étaient respectées. La première étant que n’importe quelle contraception vaut mieux que pas de contraception du tout, la grossesse étant souvent plus dangereuse pour la santé que la contraception. La seconde est que la meilleure contraception n’est pas celle que le médecin préfère mais celle que l’utilisatrice choisit en connaissance de cause. Mots clés Contraception, mythes, idées reçues, effets secondaires, contre indications, efficacité, oubli de pilule, contraception d’urgence
La contraception est un thème récurrent en médecine générale. De nombreuses femmes ont des croyances erronées en la matière qui font qu’elles vont refuser ou arrêter l’une ou l’autre méthode. Elles imaginent que les hormones contenues dans la pilule peuvent rendre stérile ou provoquer un cancer. Elles croient encore faussement qu’elles ne peuvent pas recevoir un certain contraceptif à cause de leur âge par exemple. Les raisons à ces croyances sont multiples : idée reçue au sein d’une communauté, peur, rumeurs, internet… mais aussi parfois mauvais conseil de la part de fournisseurs de soins de santé insuffisamment formés. Ce travail a pour but de décrire et comprendre les idées reçues les plus fréquentes du côté des patientes et du côté des médecins et donne quelques outils pratiques à utiliser en consultation et à fournir aux patientes. Il décrit également les effets secondaires les plus fréquemment rapportés par les patientes (prise de poids, dépression, acné, céphalées…). Certains médecins ont tendance à penser qu’ils ne peuvent pas être liés aux moyens contraceptifs mais certaines études ont prouvé le contraire. Ces effets indésirables provoquent des arrêts de contraception alors qu’il est facile d’agir pour éliminer ces désagréments. Ces erreurs de jugement des deux côtés laissent la porte ouverte à des grossesses non désirées qui pourraient être évitées si quelques règles de base étaient respectées. La première étant que n’importe quelle contraception vaut mieux que pas de contraception du tout, la grossesse étant souvent plus dangereuse pour la santé que la contraception. La seconde est que la meilleure contraception n’est pas celle que le médecin préfère mais celle que l’utilisatrice choisit en connaissance de cause. Mots clés Contraception, mythes, idées reçues, effets secondaires, contre indications, efficacité, oubli de pilule, contraception d’urgence
Josset - AmélieUniversité catholique de Louvain
W14 - W11 - W12 - W15 - W79 - QC22
Révision du traitement médicamenteux de la personne âgée de plus de 75 ans en utilisant la liste des critères STOPP/START
Révision du traitement médicamenteux de la personne âgée de plus de 75 ans en utilisant la liste des critères STOPP/START
Objectif : Le but de ce travail est d’évaluer la faisabilité de réviser le traitement médicamenteux de la personne âgée de plus de septante-cinq ans en utilisant la liste STOPP/START version deux adaptée en français, afin de dépister la prescription inappropriée, tant en terme de sur prescription que de sous prescription. Méthode : Un rappel théorique a été effectué pour clarifier la notion de prescription inappropriée et pour citer les critères d’aide à la prescription. L’informatisation des critères STOPP/START fut abordée également. Les médecins généralistes de la région de Charleroi et de Namur-Ouest ont répondu à un questionnaire sur la révision du traitement et sur la liste STOPP/START. Un médecin généraliste a été interviewé pour obtenir son avis sur cet outil d’aide à la prescription. Une étude observationnelle rétrospective a été réalisée sur soixante-huit patients âgés de plus de septante-cinq ans issus de ma pratique : Application de la liste des critères STOPP/START version 2 adaptée en français. Résultats : L’étude a mis en évidence, sur les soixante-six patients inclus, que les critères STOPP qui ont le plus fréquemment été identifiés sont les benzodiazépines (36.3 %) et les inhibiteurs de la pompe à protons (30.3 %). Les critères START manquants étaient la plupart du temps le calcium (36.3 %) et la vitamine D (30.3 %). L’utilisation de la liste des critères STOPP/START s’est révélée facile d’utilisation par son classement par système physiologique, son utilisation rapide (6.37 minutes de moyenne par traitement révisé). Conclusion : La liste des critères STOPP/START s’est révélée être tout à fait adaptée à son utilisation en médecine générale. Au même titre que des études menées en milieu hospitalier dans des services de gériatrie, l’utilisation de la liste des critères STOPP/START en médecine générale dans une étude observationnelle rétrospective pointait les mêmes critères STOPP et START. Mots clés : Prescription inappropriée – Révision traitement – Personne âgée – médecine générale
Objectif : Le but de ce travail est d’évaluer la faisabilité de réviser le traitement médicamenteux de la personne âgée de plus de septante-cinq ans en utilisant la liste STOPP/START version deux adaptée en français, afin de dépister la prescription inappropriée, tant en terme de sur prescription que de sous prescription. Méthode : Un rappel théorique a été effectué pour clarifier la notion de prescription inappropriée et pour citer les critères d’aide à la prescription. L’informatisation des critères STOPP/START fut abordée également. Les médecins généralistes de la région de Charleroi et de Namur-Ouest ont répondu à un questionnaire sur la révision du traitement et sur la liste STOPP/START. Un médecin généraliste a été interviewé pour obtenir son avis sur cet outil d’aide à la prescription. Une étude observationnelle rétrospective a été réalisée sur soixante-huit patients âgés de plus de septante-cinq ans issus de ma pratique : Application de la liste des critères STOPP/START version 2 adaptée en français. Résultats : L’étude a mis en évidence, sur les soixante-six patients inclus, que les critères STOPP qui ont le plus fréquemment été identifiés sont les benzodiazépines (36.3 %) et les inhibiteurs de la pompe à protons (30.3 %). Les critères START manquants étaient la plupart du temps le calcium (36.3 %) et la vitamine D (30.3 %). L’utilisation de la liste des critères STOPP/START s’est révélée facile d’utilisation par son classement par système physiologique, son utilisation rapide (6.37 minutes de moyenne par traitement révisé). Conclusion : La liste des critères STOPP/START s’est révélée être tout à fait adaptée à son utilisation en médecine générale. Au même titre que des études menées en milieu hospitalier dans des services de gériatrie, l’utilisation de la liste des critères STOPP/START en médecine générale dans une étude observationnelle rétrospective pointait les mêmes critères STOPP et START. Mots clés : Prescription inappropriée – Révision traitement – Personne âgée – médecine générale
pinna - alissonUniversité catholique de Louvain
50.006 - QO4
Pourquoi (ne pas) se former à l’échoscopie en tant que médecin généraliste belge en 2018 ?
Pourquoi (ne pas) se former à l’échoscopie en tant que médecin généraliste belge en 2018 ?
Introduction : Suite aux développements technologiques, l’échographie tente aujourd’hui son entrée dans les soins primaires. La Société Scientifique de Médecine Générale propose actuellement des formations pour les généralistes belges. Mais pourquoi (ne pas) se former à l’échographie en tant que médecin généraliste belge en 2018 ? Méthodologie : Ce travail de fin d’études de mise au point a eu pour objectif de réaliser une synthèse narrative sur la place de l’échographie en médecine générale. Les recherches ont été principalement réalisées dans les ressources de la « CEBAM Digital Library for Health ». Résultats : Peu d’articles de haute qualité scientifique traitent de l’échographie en médecine générale. La synthèse réalisée comporte trois chapitres principaux. Le premier résume les principes de base et l’historique de l’échographie. Le deuxième chapitre concerne l’échographie en médecine générale. Il reprend la pratique de l’échographie à travers le monde et la décentralisation de l’échographie en soins primaires. Ensuite, il introduit le concept d’échoscopie, synthétise ses caractéristiques, ses indications, ses forces et ses faiblesses. Le dernier chapitre s’intéresse à la formation à l’échoscopie pour les généralistes. Discussion : Cette synthèse narrative ne possède pas une méthodologie stricte. Elle se veut avant tout génératrice d’idées pour une réflexion sur l’échoscopie en médecine générale. Ma conclusion personnelle est qu’en raison des opportunités que l’échoscopie nous apporte, s’y former est nécessaire pour assurer une médecine générale de demain de qualité. Cependant, tant qu’il existe des obstacles à l’échoscopie, j’envisage de retarder son utilisation pratique pour m’assurer d’abord de la sécurité de mes patients. Conclusion : La réalisation de cette synthèse narrative m’a aidée à répondre à la question de mon travail de fin d’études. Je suis à même aujourd’hui de conclure sur la nécessité de se former à l’échoscopie. J’espère qu’elle aidera les généralistes belges qui sont également dans cette réflexion. Mots clés : échographie, échoscopie, soins primaires, médecine générale, formation.
Introduction : Suite aux développements technologiques, l’échographie tente aujourd’hui son entrée dans les soins primaires. La Société Scientifique de Médecine Générale propose actuellement des formations pour les généralistes belges. Mais pourquoi (ne pas) se former à l’échographie en tant que médecin généraliste belge en 2018 ? Méthodologie : Ce travail de fin d’études de mise au point a eu pour objectif de réaliser une synthèse narrative sur la place de l’échographie en médecine générale. Les recherches ont été principalement réalisées dans les ressources de la « CEBAM Digital Library for Health ». Résultats : Peu d’articles de haute qualité scientifique traitent de l’échographie en médecine générale. La synthèse réalisée comporte trois chapitres principaux. Le premier résume les principes de base et l’historique de l’échographie. Le deuxième chapitre concerne l’échographie en médecine générale. Il reprend la pratique de l’échographie à travers le monde et la décentralisation de l’échographie en soins primaires. Ensuite, il introduit le concept d’échoscopie, synthétise ses caractéristiques, ses indications, ses forces et ses faiblesses. Le dernier chapitre s’intéresse à la formation à l’échoscopie pour les généralistes. Discussion : Cette synthèse narrative ne possède pas une méthodologie stricte. Elle se veut avant tout génératrice d’idées pour une réflexion sur l’échoscopie en médecine générale. Ma conclusion personnelle est qu’en raison des opportunités que l’échoscopie nous apporte, s’y former est nécessaire pour assurer une médecine générale de demain de qualité. Cependant, tant qu’il existe des obstacles à l’échoscopie, j’envisage de retarder son utilisation pratique pour m’assurer d’abord de la sécurité de mes patients. Conclusion : La réalisation de cette synthèse narrative m’a aidée à répondre à la question de mon travail de fin d’études. Je suis à même aujourd’hui de conclure sur la nécessité de se former à l’échoscopie. J’espère qu’elle aidera les généralistes belges qui sont également dans cette réflexion. Mots clés : échographie, échoscopie, soins primaires, médecine générale, formation.
Rousseau - SophieUniversité catholique de Louvain
41.005 - QT2 - QS41 - QT33 - 67.001 - QS1
Une expérience de collaboration médecin généraliste – psychologue au sein d’ateliers de groupe pour la promotion du sevrage alcoolique dans la région de Namur en 2016-2017
Une expérience de collaboration médecin généraliste – psychologue au sein d’ateliers de groupe pour la promotion du sevrage alcoolique dans la région de Namur en 2016-2017
Abstract : La Belgique est le 29ème consommateur mondial d’alcool, avec une consommation quotidienne moyenne par habitant de 27,7 g. d’alcool pur par jour1-2. Ce phénomène est stable sur les dix dernières années1. Or, la consommation problématique d’alcool (CPA – cfr. Annexe 1) entraine plus de 200 types différents de maladies et blessures2. L’alcool représente un vrai problème de santé publique et un vrai challenge pour les soins de santé. Or, le problème a beau être fréquent, il est peu pris en charge. C’est le phénomène de « treatment gap ». Cette expérience comprend 4 ateliers de groupe de 5 à 8 personnes souffrant de trouble lié à l’usage d’alcool (TUA – cfr. Annexe 2), animés par un psychologue et un médecin généraliste. Le premier atelier comprend une présentation de chaque membre, quelques définitions, un positionnement de chacun des participants par rapport à sa consommation et ses objectifs. Ensuite, est faite l’explication du calendrier des consommations, outil indispensable à l’entrainement à l’autocontrôle comportemental. Le deuxième atelier aborde les résultats du test « the ways of coping » qui permet à chacun d’évaluer ses compétences au sein des différentes stratégies de coping utilisées face aux situations problématiques. Au cours du deuxième atelier, un tableau est dressé avec les situations à risque de consommation et le groupe est mis à contribution pour essayer de trouver des stratégies alternatives à la consommation d’alcool. Le troisième atelier s’intéresse aux difficultés sociales et familiales rencontrées par le patient et aux rituels de consommation. Le dernier atelier, enfin, reprend un feedback de l’expérience et les perspectives d’avenir de chacun des participants. Au cours de ces ateliers, nous avons relevé de nombreux points positifs et négatifs. Mais finalement, l’expérience s’est révélée plutôt positive puisque tous les membres du groupe ont trouvé que ces ateliers ont eu un impact positif sur leur consommation. Nous avons également pu nous féliciter de la collaboration entre le médecin généraliste et le psychologue puisque celle-ci apporte de nombreux avantages. A la lumière de cette expérience, d’autres ateliers sont prévus pour l’avenir.
Abstract : La Belgique est le 29ème consommateur mondial d’alcool, avec une consommation quotidienne moyenne par habitant de 27,7 g. d’alcool pur par jour1-2. Ce phénomène est stable sur les dix dernières années1. Or, la consommation problématique d’alcool (CPA – cfr. Annexe 1) entraine plus de 200 types différents de maladies et blessures2. L’alcool représente un vrai problème de santé publique et un vrai challenge pour les soins de santé. Or, le problème a beau être fréquent, il est peu pris en charge. C’est le phénomène de « treatment gap ». Cette expérience comprend 4 ateliers de groupe de 5 à 8 personnes souffrant de trouble lié à l’usage d’alcool (TUA – cfr. Annexe 2), animés par un psychologue et un médecin généraliste. Le premier atelier comprend une présentation de chaque membre, quelques définitions, un positionnement de chacun des participants par rapport à sa consommation et ses objectifs. Ensuite, est faite l’explication du calendrier des consommations, outil indispensable à l’entrainement à l’autocontrôle comportemental. Le deuxième atelier aborde les résultats du test « the ways of coping » qui permet à chacun d’évaluer ses compétences au sein des différentes stratégies de coping utilisées face aux situations problématiques. Au cours du deuxième atelier, un tableau est dressé avec les situations à risque de consommation et le groupe est mis à contribution pour essayer de trouver des stratégies alternatives à la consommation d’alcool. Le troisième atelier s’intéresse aux difficultés sociales et familiales rencontrées par le patient et aux rituels de consommation. Le dernier atelier, enfin, reprend un feedback de l’expérience et les perspectives d’avenir de chacun des participants. Au cours de ces ateliers, nous avons relevé de nombreux points positifs et négatifs. Mais finalement, l’expérience s’est révélée plutôt positive puisque tous les membres du groupe ont trouvé que ces ateliers ont eu un impact positif sur leur consommation. Nous avons également pu nous féliciter de la collaboration entre le médecin généraliste et le psychologue puisque celle-ci apporte de nombreux avantages. A la lumière de cette expérience, d’autres ateliers sont prévus pour l’avenir.
Boulanger - ElisabethUniversité catholique de Louvain
58.006 - P15
Existe-t-il des barrières dans la communication entre le médecin généraliste et le patient autour du sujet tabou de l’incontinence urinaire ? Si oui lesquels et comment les surmonter ?
Existe-t-il des barrières dans la communication entre le médecin généraliste et le patient autour du sujet tabou de l’incontinence urinaire ? Si oui lesquels et comment les surmonter ?
Abstract Introduction - Malgré la forte prévalence de l’incontinence urinaire et ses répercussions sur la qualité de vie, seule une minorité de patients recherche de l’aide. L’objectif de ce travail est d’identifier et d’évaluer l’importance des obstacles auprès d’un échantillon de médecins généralistes et de patients. La comparaison entre ces deux groupes permettra d’identifier des concordances ou des discordances afin de trouver des pistes d’amélioration de la communication. Méthode - Il s’agit d’une étude mixte qualitative et quantitative. La première partie, qualitative, consistant en une recherche dans la littérature quaternaire ainsi qu’un focus groupe des médecins généralistes, avaient pour but d’identifier les obstacles déjà connus. La partie quantitative, ensuite, visait à évaluer la représentativité de ces obstacles et à comparer le vécu des médecins généralistes et des patients. Elle était menée par une distribution de questionnaires anonymes à plus grande échelle. Résultats - Au total 93 médecins généralistes ont participé ainsi que 110 patients. Parmi les 49 patients qui souffrent des fuites urinaires involontaires seulement 18 ont dévoilé leurs symptômes à leurs médecins. Pour les patients les barrières les plus importantes sont la banalisation du phénomène, un sentiment de honte et la possibilité de gérer ses symptômes soi-même. Par contre l’aggravation des symptômes, la gêne dans ses activités quotidiennes et le fait d’avoir recherché de l’information sont les facteurs les plus susceptibles de pousser à chercher de l’aide. Pour les médecins généralistes les barrières sont le manque de temps, l’absence de priorité dans la consultation et le manque de formation autour du sujet. Les vécus des patients et des médecins généralistes sont assez similaires. Conclusion - Malgré la forte prévalence de l’incontinence urinaire et le retentissement sur la qualité de vie des patients, seulement un tiers de notre cohorte des patients qui en souffre ont recherché de l’aide. Des barrières sont multiples. Ceci souligne l’importance de sensibiliser tout le monde, par des campagnes d’information pour les patients et des formations continues pour les médecins généralistes, à la problématique pour améliorer les taux de prise en charge.
Abstract Introduction - Malgré la forte prévalence de l’incontinence urinaire et ses répercussions sur la qualité de vie, seule une minorité de patients recherche de l’aide. L’objectif de ce travail est d’identifier et d’évaluer l’importance des obstacles auprès d’un échantillon de médecins généralistes et de patients. La comparaison entre ces deux groupes permettra d’identifier des concordances ou des discordances afin de trouver des pistes d’amélioration de la communication. Méthode - Il s’agit d’une étude mixte qualitative et quantitative. La première partie, qualitative, consistant en une recherche dans la littérature quaternaire ainsi qu’un focus groupe des médecins généralistes, avaient pour but d’identifier les obstacles déjà connus. La partie quantitative, ensuite, visait à évaluer la représentativité de ces obstacles et à comparer le vécu des médecins généralistes et des patients. Elle était menée par une distribution de questionnaires anonymes à plus grande échelle. Résultats - Au total 93 médecins généralistes ont participé ainsi que 110 patients. Parmi les 49 patients qui souffrent des fuites urinaires involontaires seulement 18 ont dévoilé leurs symptômes à leurs médecins. Pour les patients les barrières les plus importantes sont la banalisation du phénomène, un sentiment de honte et la possibilité de gérer ses symptômes soi-même. Par contre l’aggravation des symptômes, la gêne dans ses activités quotidiennes et le fait d’avoir recherché de l’information sont les facteurs les plus susceptibles de pousser à chercher de l’aide. Pour les médecins généralistes les barrières sont le manque de temps, l’absence de priorité dans la consultation et le manque de formation autour du sujet. Les vécus des patients et des médecins généralistes sont assez similaires. Conclusion - Malgré la forte prévalence de l’incontinence urinaire et le retentissement sur la qualité de vie des patients, seulement un tiers de notre cohorte des patients qui en souffre ont recherché de l’aide. Des barrières sont multiples. Ceci souligne l’importance de sensibiliser tout le monde, par des campagnes d’information pour les patients et des formations continues pour les médecins généralistes, à la problématique pour améliorer les taux de prise en charge.
Willems - MarjonUniversité catholique de Louvain
QD12 - QS41 - QC14 - QC15 - U04 - QR33
L’expérience des médecins généralistes dans la prise en charge de l’excès pondéral chez les enfants.
L’expérience des médecins généralistes dans la prise en charge de l’excès pondéral chez les enfants.
Introduction L’obésité infantile touche une large partie de la population pédiatrique. Le but de ce travail est de récolter les expériences des médecins traitants dans la gestion de cette problématique préoccupante. Méthode Une étude qualitative a été réalisée par les biais d’entretiens de 5 médecins généralistes travaillant dans la région de Charleroi. Résultat Les médecins généralistes sont fréquemment confrontés à la problématique du surpoids chez les enfants. La place des médecins généralistes est centrale au niveau de la conscientisation et de la prise en charge. Ils ont des difficultés à aborder le sujet du surpoids avec les jeunes patients et manquent de formation à ce sujet. Les difficultés sur le terrain sont multiples (manque de temps, précarité, culture, manque d’éducation, mode de vie). L’atout des médecins généralistes est la relation de confiance qui unit le médecin au patient. Conclusion Les médecins généralistes rencontrent de nombreuses difficultés dans la prise en charge des enfants en surcharge pondérale, cependant leur rôle est précieux et nécessite plus de moyens.
Introduction L’obésité infantile touche une large partie de la population pédiatrique. Le but de ce travail est de récolter les expériences des médecins traitants dans la gestion de cette problématique préoccupante. Méthode Une étude qualitative a été réalisée par les biais d’entretiens de 5 médecins généralistes travaillant dans la région de Charleroi. Résultat Les médecins généralistes sont fréquemment confrontés à la problématique du surpoids chez les enfants. La place des médecins généralistes est centrale au niveau de la conscientisation et de la prise en charge. Ils ont des difficultés à aborder le sujet du surpoids avec les jeunes patients et manquent de formation à ce sujet. Les difficultés sur le terrain sont multiples (manque de temps, précarité, culture, manque d’éducation, mode de vie). L’atout des médecins généralistes est la relation de confiance qui unit le médecin au patient. Conclusion Les médecins généralistes rencontrent de nombreuses difficultés dans la prise en charge des enfants en surcharge pondérale, cependant leur rôle est précieux et nécessite plus de moyens.
Vanelslander - EmmanuelleUniversité catholique de Louvain
QC12 - QS41 - QR31 - T04 - T83 - 31.003
La courbe de croissance dans le suivi des enfants dans une maison médicale bruxelloise : est-elle utile ? Si oui, comment favoriser son utilisation ?
La courbe de croissance dans le suivi des enfants dans une maison médicale bruxelloise : est-elle utile ? Si oui, comment favoriser son utilisation ?
Introduction : Les courbes de croissances sont un moyen indispensable pour le suivi de la croissance des enfants. Pourtant durant mes années d’assistanat dans une maison médicale bruxelloise, j’ai vu très rarement des courbes de croissances tracées dans le dossier des patients. L’objectif principal de ce travail est de voir si la surveillance de la croissance est utile en médecine générale, et, si oui, de mettre en évidence certaine des pathologies que l’on pourrait rencontrer en médecine générale et leur impact sur les courbes de croissance. De plus, comprendre pourquoi elles ne sont pas utilisées comme outil de prévention dans une maison médicale Bruxelloise. Enfin, si possible, de trouver des pistes afin d’améliorer l’utilisation des courbes de croissance dans une maison médicale bruxelloise. Méthode : Afin de mettre en évidence l’utilité des courbes de croissance et la façon de les utiliser, une recherche de la littérature à été faite. Ensuite afin de recueillir des informations sur la pratique des médecins généralistes, un focus group a été réalisé avec les médecins de la maison médicale. Résultat : Aucune étude n’a été trouvée sur l’utilité de la surveillance de la croissance de l’enfant en médecine générale. Il existe dans la littérature une controverse sur son utilité actuellement. Il existe beaucoup de pathologies qui affectent la croissance, parmi elles principalement : la déficience en hormone de croissance, l’hypothyroïdie, le syndrome de Turner, la maladie cœliaque et l’obésité dans nos pays industrialisés. Le focus group a permis de confirmer que très peu de médecins généralistes utilisent les courbes de croissances, et ce principalement pour des problèmes de temps et de logistique (utilisation DMI). Discussion : Malgré le manque de preuve fiable sur l’utilisation des courbes de croissance, elles restent un outil important dans les soins de santé des enfants. Plusieurs pistes ont été proposées afin d’améliorer leur utilisation dans la maison médicale : formation pour l’utilisation du DMI, affiche dans la salle d’attente pour les patients (carnet ONE), améliorer la communication entre ONE et médecin généraliste en centralisant les données.
Introduction : Les courbes de croissances sont un moyen indispensable pour le suivi de la croissance des enfants. Pourtant durant mes années d’assistanat dans une maison médicale bruxelloise, j’ai vu très rarement des courbes de croissances tracées dans le dossier des patients. L’objectif principal de ce travail est de voir si la surveillance de la croissance est utile en médecine générale, et, si oui, de mettre en évidence certaine des pathologies que l’on pourrait rencontrer en médecine générale et leur impact sur les courbes de croissance. De plus, comprendre pourquoi elles ne sont pas utilisées comme outil de prévention dans une maison médicale Bruxelloise. Enfin, si possible, de trouver des pistes afin d’améliorer l’utilisation des courbes de croissance dans une maison médicale bruxelloise. Méthode : Afin de mettre en évidence l’utilité des courbes de croissance et la façon de les utiliser, une recherche de la littérature à été faite. Ensuite afin de recueillir des informations sur la pratique des médecins généralistes, un focus group a été réalisé avec les médecins de la maison médicale. Résultat : Aucune étude n’a été trouvée sur l’utilité de la surveillance de la croissance de l’enfant en médecine générale. Il existe dans la littérature une controverse sur son utilité actuellement. Il existe beaucoup de pathologies qui affectent la croissance, parmi elles principalement : la déficience en hormone de croissance, l’hypothyroïdie, le syndrome de Turner, la maladie cœliaque et l’obésité dans nos pays industrialisés. Le focus group a permis de confirmer que très peu de médecins généralistes utilisent les courbes de croissances, et ce principalement pour des problèmes de temps et de logistique (utilisation DMI). Discussion : Malgré le manque de preuve fiable sur l’utilisation des courbes de croissance, elles restent un outil important dans les soins de santé des enfants. Plusieurs pistes ont été proposées afin d’améliorer leur utilisation dans la maison médicale : formation pour l’utilisation du DMI, affiche dans la salle d’attente pour les patients (carnet ONE), améliorer la communication entre ONE et médecin généraliste en centralisant les données.
Hossein - SadeghUniversité catholique de Louvain
T10 - QC12 - 45.011 - QS41 - QR6
La dépression post-partum en soins primaires. L’attitude pratique et le vécu du médecin généraliste face à la prise en charge de la dépression post-partum.
La dépression post-partum en soins primaires. L’attitude pratique et le vécu du médecin généraliste face à la prise en charge de la dépression post-partum.
Introduction : L’objectif de ce travail est premièrement, de définir le rôle du médecin traitant dans la prise en charge de la dépression post-partum et deuxièmement, de comprendre pourquoi certains médecins généralistes se sentent davantage concernés par cette problématique que d’autres. Ce travail m’a également amené à proposer des améliorations dans la prise en charge des patientes souffrant de dépression post-partum. Méthode : Afin de mettre en évidence le rôle des médecins généralistes dans la prise en charge de la dépression post-partum et de mieux comprendre leurs freins et leurs pulsions face à cette pathologie, j’ai choisi comme méthode d’investigation la réalisation d’une étude qualitative. Des entretiens individuels semi-directifs ont été réalisés chez 8 médecins généralistes. Ceux-ci ont ensuite été analysés par la méthode de théorisation ancrée. Résultats : Plusieurs éléments influençant le médecin généraliste dans la prise en charge de la dépression post-partum ont pu être mis en évidence. Premièrement, l’attention que les médecins généralistes apportent à la dépression post-partum est variable et dépend de plusieurs facteurs. Ces facteurs ont pu être mis en évidence. Deuxièmement, les connaissances des médecins généralistes de la pathologie semblent également influencer la prise en charge. Les difficultés ressenties par les médecins généralistes en ce qui concerne le dépistage et la prise en charge de la dépression post-partum ont été identifiées. Plusieurs stratégies adoptées par les médecins généralistes pour contrecarrer ces difficultés, ont également été décrites. Finalement, la prise en charge de la dépression post-partum a pu être identifiée. Conclusion : Il y a une grande disparité dans l’approche des médecins généralistes en ce qui concerne la prise en charge d’une dépression post-partum. La prise de conscience du rôle du médecin généraliste dans la prise en charge de la dépression post-partum devrait être améliorée. En outre, la collaboration entre soignants devrait être renforcée et ce, par l’utilisation d’outils informatiques, tels qu’un dossier de maternité partagé.
Introduction : L’objectif de ce travail est premièrement, de définir le rôle du médecin traitant dans la prise en charge de la dépression post-partum et deuxièmement, de comprendre pourquoi certains médecins généralistes se sentent davantage concernés par cette problématique que d’autres. Ce travail m’a également amené à proposer des améliorations dans la prise en charge des patientes souffrant de dépression post-partum. Méthode : Afin de mettre en évidence le rôle des médecins généralistes dans la prise en charge de la dépression post-partum et de mieux comprendre leurs freins et leurs pulsions face à cette pathologie, j’ai choisi comme méthode d’investigation la réalisation d’une étude qualitative. Des entretiens individuels semi-directifs ont été réalisés chez 8 médecins généralistes. Ceux-ci ont ensuite été analysés par la méthode de théorisation ancrée. Résultats : Plusieurs éléments influençant le médecin généraliste dans la prise en charge de la dépression post-partum ont pu être mis en évidence. Premièrement, l’attention que les médecins généralistes apportent à la dépression post-partum est variable et dépend de plusieurs facteurs. Ces facteurs ont pu être mis en évidence. Deuxièmement, les connaissances des médecins généralistes de la pathologie semblent également influencer la prise en charge. Les difficultés ressenties par les médecins généralistes en ce qui concerne le dépistage et la prise en charge de la dépression post-partum ont été identifiées. Plusieurs stratégies adoptées par les médecins généralistes pour contrecarrer ces difficultés, ont également été décrites. Finalement, la prise en charge de la dépression post-partum a pu être identifiée. Conclusion : Il y a une grande disparité dans l’approche des médecins généralistes en ce qui concerne la prise en charge d’une dépression post-partum. La prise de conscience du rôle du médecin généraliste dans la prise en charge de la dépression post-partum devrait être améliorée. En outre, la collaboration entre soignants devrait être renforcée et ce, par l’utilisation d’outils informatiques, tels qu’un dossier de maternité partagé.
de Jesus Azevedo - JessicaUniversité catholique de Louvain
QD33 - QC22 - QS41 - P76 - W18 - QR31
Elaboration d'un outil d'aide à la prévention cardiovasculaire en médecine générale et mise en application
Elaboration d'un outil d'aide à la prévention cardiovasculaire en médecine générale et mise en application
Introduction Les maladies cardiovasculaires représentent la 1ère cause de décès dans notre pays. La prévention de ces maladies constitue une tâche importante du médecin généraliste situé en 1ère ligne pour développer cette prévention. Des modèles de prédiction du risque cardiovasculaire global ont été largement diffusés auprès des étudiants en médecine et des médecins généralistes afin de les inciter à cette action préventive. Toutefois, les recommandations en la matière évoluent constamment.Dans le cadre de ce travail de fin d’études, j’ai donc développé un outil d’aide en prévention cardiovasculaire facile d’utilisation et respectant les dernières guidelines tout en vivant par moi-même l’expérience d’intégrer cette prévention à mon activité curative quotidienne. Objectif Ce travail de fin d’études a pour objectif d’élaborer un outil d’aide en prévention cardiovasculairedestiné aux médecins généralistes puis d’en évaluer sa mise en application. Méthodologie La méthode d’assurance qualité a été choisie afin de répondre à cet objectif. Une revue de la littérature a été effectué afin d’obtenir les informations nécessaires pour la création de mon outil de travail. Celui-ci a ensuite été testé sur un échantillon de patients et 2 indicateurs de qualité ont été définis à savoir la notification des résultats dans le dossier médical et le ratio de patients de mon échantillon traités en corrélation avec les recommandations. Par ailleurs, une enquête a été réalisée afin d’évaluer les habitudes des médecins de ces patients dans ce domaine et de mettre ainsi en lumière d’éventuels biais dans l’interprétation des résultats. Résultats Au terme de ce travail, l’outil a pu être créé et testé sur un échantillon de patients dont environ 1 sur 2 présentait un risque cardiovasculaire nécessitant une prise en charge. L’utilisation de l’outil a permis de couvrir 91% de mon échantillon en terme de notification des résultats et de majorer de 18% le ratio de patients correctement pris en charge. A côté de cette évaluation chiffrée, cette expérience a pour moi été l’occasion de me sentir utile auprès des patients et d’en apprendre davantage sur leur santé et leur projet de vie. Mots-clés : risque cardiovasculaire, recommandations, prévention, européennes.
Introduction Les maladies cardiovasculaires représentent la 1ère cause de décès dans notre pays. La prévention de ces maladies constitue une tâche importante du médecin généraliste situé en 1ère ligne pour développer cette prévention. Des modèles de prédiction du risque cardiovasculaire global ont été largement diffusés auprès des étudiants en médecine et des médecins généralistes afin de les inciter à cette action préventive. Toutefois, les recommandations en la matière évoluent constamment.Dans le cadre de ce travail de fin d’études, j’ai donc développé un outil d’aide en prévention cardiovasculaire facile d’utilisation et respectant les dernières guidelines tout en vivant par moi-même l’expérience d’intégrer cette prévention à mon activité curative quotidienne. Objectif Ce travail de fin d’études a pour objectif d’élaborer un outil d’aide en prévention cardiovasculairedestiné aux médecins généralistes puis d’en évaluer sa mise en application. Méthodologie La méthode d’assurance qualité a été choisie afin de répondre à cet objectif. Une revue de la littérature a été effectué afin d’obtenir les informations nécessaires pour la création de mon outil de travail. Celui-ci a ensuite été testé sur un échantillon de patients et 2 indicateurs de qualité ont été définis à savoir la notification des résultats dans le dossier médical et le ratio de patients de mon échantillon traités en corrélation avec les recommandations. Par ailleurs, une enquête a été réalisée afin d’évaluer les habitudes des médecins de ces patients dans ce domaine et de mettre ainsi en lumière d’éventuels biais dans l’interprétation des résultats. Résultats Au terme de ce travail, l’outil a pu être créé et testé sur un échantillon de patients dont environ 1 sur 2 présentait un risque cardiovasculaire nécessitant une prise en charge. L’utilisation de l’outil a permis de couvrir 91% de mon échantillon en terme de notification des résultats et de majorer de 18% le ratio de patients correctement pris en charge. A côté de cette évaluation chiffrée, cette expérience a pour moi été l’occasion de me sentir utile auprès des patients et d’en apprendre davantage sur leur santé et leur projet de vie. Mots-clés : risque cardiovasculaire, recommandations, prévention, européennes.
Crowet - BéatriceUniversité catholique de Louvain
45.011 - A98 - K22 - QD41 - QT3
Quelle place pour le coagulomètre portable dans la pratique du médecin généraliste ?
Quelle place pour le coagulomètre portable dans la pratique du médecin généraliste ?
Introduction Le coagulomètre portable est un appareil de test de diagnostic rapide permettant de mesurer en quelques minutes l’INR à partir de sang capillaire. Cependant, l’utilisation de cet appareil par les médecins généralistes a été très peu étudiée. En outre, la Commission de Biologie Clinique a introduit une demande pour instaurer un cadre légal en Belgique concernant l’usage de ces dispositifs hors cadre hospitalier. L’objectif de ce travail est d’étudier le ressenti des médecins généralistes utilisant l’appareil et de les confronter à ce projet de loi. Méthodologie Il s’agit d’une étude qualitative. Des médecins généralistes francophones de diverses pratiques en Fédération Wallonie-Bruxelles et utilisant un coagulomètre portable dans leur pratique quotidienne ont été interrogés. Résultats Les participants ont testé puis intégré le coagulomètre comme un outil dans leur pratique quotidienne. Ce dispositif affecte plus largement l’organisation des soins de santé, assurant la continuité des soins et pouvant favoriser l’interdisciplinarité et l’empowerment. Cependant, sa place dans nos soins de santé n’est pas totalement assurée, notamment pour des raisons économiques. Le cadre légal qui devrait être instauré pourrait répondre à certaines difficultés, pour autant que les contraintes qu’il génère ne prennent pas le dessus sur les avantages de l’appareil. Conclusion Le coagulomètre portable est un véritable outil pour les médecins généralistes. Il est intégré à leur pratique quotidienne mais trouve également sa place dans l’organisation des soins de première ligne. L’instauration d’un cadre légal concernant ce type d’appareil en Belgique sera un élément clé pour étendre, ou non, son utilisation au cœur de la médecine générale. Mots-clés Test de dépistage rapide (TDR), médecine générale, point-of-care Testing (POCT), general practice, INR, coagulation, interdisciplinarité, empowerment.
Introduction Le coagulomètre portable est un appareil de test de diagnostic rapide permettant de mesurer en quelques minutes l’INR à partir de sang capillaire. Cependant, l’utilisation de cet appareil par les médecins généralistes a été très peu étudiée. En outre, la Commission de Biologie Clinique a introduit une demande pour instaurer un cadre légal en Belgique concernant l’usage de ces dispositifs hors cadre hospitalier. L’objectif de ce travail est d’étudier le ressenti des médecins généralistes utilisant l’appareil et de les confronter à ce projet de loi. Méthodologie Il s’agit d’une étude qualitative. Des médecins généralistes francophones de diverses pratiques en Fédération Wallonie-Bruxelles et utilisant un coagulomètre portable dans leur pratique quotidienne ont été interrogés. Résultats Les participants ont testé puis intégré le coagulomètre comme un outil dans leur pratique quotidienne. Ce dispositif affecte plus largement l’organisation des soins de santé, assurant la continuité des soins et pouvant favoriser l’interdisciplinarité et l’empowerment. Cependant, sa place dans nos soins de santé n’est pas totalement assurée, notamment pour des raisons économiques. Le cadre légal qui devrait être instauré pourrait répondre à certaines difficultés, pour autant que les contraintes qu’il génère ne prennent pas le dessus sur les avantages de l’appareil. Conclusion Le coagulomètre portable est un véritable outil pour les médecins généralistes. Il est intégré à leur pratique quotidienne mais trouve également sa place dans l’organisation des soins de première ligne. L’instauration d’un cadre légal concernant ce type d’appareil en Belgique sera un élément clé pour étendre, ou non, son utilisation au cœur de la médecine générale. Mots-clés Test de dépistage rapide (TDR), médecine générale, point-of-care Testing (POCT), general practice, INR, coagulation, interdisciplinarité, empowerment.
Feys - EstelleUniversité catholique de Louvain
QS14 - 34.009 - QS41 - QR31
La communication entre médecins généralistes et spécialistes : où en est-on ? Réflexion via la ligne Fastrack de Saint-Luc à Bouge en cardiologie.
La communication entre médecins généralistes et spécialistes : où en est-on ? Réflexion via la ligne Fastrack de Saint-Luc à Bouge en cardiologie.
La communication entre médecins spécialistes hospitaliers et médecins généralistes en cabinet est une difficulté de santé publique connue depuis longtemps. En Belgique, il n'existe actuellement pas de manière précise identique à tous les professionnels de la santé pour collaborer. Or, en tant que médecin généraliste, nous sommes régulièrement amenés à devoir contacter un spécialiste afin d'avoir un avis sur un cas bien précis. Ce TFE a pour objectif de mener une réflexion sur l’utilité et l’importance d'une bonne communication entre médecins généralistes et spécialistes. Une recherche dans la littérature a montré qu’il n’existe que très peu de données sur cette collaboration. La ligne Fastrack, qui une ligne de téléphone réservée aux médecins généralistes qui permet de parler directement à un cardiologue sans passer par un secrétariat, est utilisée comme méthode d’observation. Un sondage chronométrant la durée d’attente au téléphone pour parler aux spécialistes a mesuré une durée moyenne de 2 minutes et 3 secondes contre 11 secondes quand la ligne Fastrack est utilisée. Ce travail montre que la ligne Fastrack est une manière d’améliorer la communication entre les médecins généralistes et spécialistes (cardiologues), car elle permet de faire gagner du temps à la fois aux médecins spécialistes et à la fois aux médecins généralistes. Du point de vue des patients, il y a gain de qualité. Un autre sondage est réalisé et recense les avis concernant les solutions apportées par la ligne Fastrack. Il montre que 20% des appels passés par les médecins généralistes ont pu être résolu par la ligne Fastrack, directement au téléphone. Une bonne communication est importante dans notre pratique quotidienne car elle augmente à la fois la qualité de travail des médecins, qu’il soit généraliste ou spécialiste et surtout la qualité de soins des patients, pour de nombreuses raisons. Ce travail montre aussi qu’il y a encore des améliorations possible à faire dans ce domaine.
La communication entre médecins spécialistes hospitaliers et médecins généralistes en cabinet est une difficulté de santé publique connue depuis longtemps. En Belgique, il n'existe actuellement pas de manière précise identique à tous les professionnels de la santé pour collaborer. Or, en tant que médecin généraliste, nous sommes régulièrement amenés à devoir contacter un spécialiste afin d'avoir un avis sur un cas bien précis. Ce TFE a pour objectif de mener une réflexion sur l’utilité et l’importance d'une bonne communication entre médecins généralistes et spécialistes. Une recherche dans la littérature a montré qu’il n’existe que très peu de données sur cette collaboration. La ligne Fastrack, qui une ligne de téléphone réservée aux médecins généralistes qui permet de parler directement à un cardiologue sans passer par un secrétariat, est utilisée comme méthode d’observation. Un sondage chronométrant la durée d’attente au téléphone pour parler aux spécialistes a mesuré une durée moyenne de 2 minutes et 3 secondes contre 11 secondes quand la ligne Fastrack est utilisée. Ce travail montre que la ligne Fastrack est une manière d’améliorer la communication entre les médecins généralistes et spécialistes (cardiologues), car elle permet de faire gagner du temps à la fois aux médecins spécialistes et à la fois aux médecins généralistes. Du point de vue des patients, il y a gain de qualité. Un autre sondage est réalisé et recense les avis concernant les solutions apportées par la ligne Fastrack. Il montre que 20% des appels passés par les médecins généralistes ont pu être résolu par la ligne Fastrack, directement au téléphone. Une bonne communication est importante dans notre pratique quotidienne car elle augmente à la fois la qualité de travail des médecins, qu’il soit généraliste ou spécialiste et surtout la qualité de soins des patients, pour de nombreuses raisons. Ce travail montre aussi qu’il y a encore des améliorations possible à faire dans ce domaine.
Mommaerts - ValentineUniversité catholique de Louvain
QS31 - QS33 - QS41 - 67.001 - QO4 - QR22
Comment parler pour être mieux compris ? Communication du risque dans un processus de décision médicale partagée en médecine générale
Comment parler pour être mieux compris ? Communication du risque dans un processus de décision médicale partagée en médecine générale
La communication au sujet du risque en médecine générale constitue un élément essentiel dans le processus de décision médicale partagée. Cette tâche représente un réel défi. Une étude qualitative à partir de deux focus groupes réalisés en février et mars 2018 a rassemblé 15 médecins généralistes et médecins généralistes en formation. Ils ont été questionnés sur leurs habitudes et leurs attentes en matière de communication du risque dans un processus de décision médicale partagée. Il en est ressorti que les médecins généralistes communiquaient le risque mais sans utiliser des données chiffrées. Ils donnaient une évaluation du risque qu’ils reconnaissaient subjective. Les raisons évoquées par les médecins étaient le manque d’information et d’accès aux données chiffrées, la contrainte temporelle, le faible niveau de littératie de leurs patients ainsi que le manque de motivation compte tenu du doute sur le bénéfice attendu en matière de compliance. Le manque de familiarité des médecins généralistes pour la manipulation des chiffres était également souligné. Connaître le risque chiffré semblait surtout utile pour le médecin généraliste qui adapterait sa pratique en conséquence : ce qui constituerait un outil de prévention quaternaire. Le principe de décision médicale partagée était apprécié par les médecins généralistes, qui espéraient de ce fait améliorer la compliance de leur patient. Malgré l’intérêt pour ce principe, certains médecins étaient encore fort influencés par le modèle paternaliste. Les médecins généralistes souhaitaient avoir un accès facile vers des sources fiables et des outils d’aide à la décision pratiques et visuels. L’étude a permis de dresser l’état des lieux des habitudes des médecins généralistes concernant la communication du risque dans un processus de décision médicale partagée.
La communication au sujet du risque en médecine générale constitue un élément essentiel dans le processus de décision médicale partagée. Cette tâche représente un réel défi. Une étude qualitative à partir de deux focus groupes réalisés en février et mars 2018 a rassemblé 15 médecins généralistes et médecins généralistes en formation. Ils ont été questionnés sur leurs habitudes et leurs attentes en matière de communication du risque dans un processus de décision médicale partagée. Il en est ressorti que les médecins généralistes communiquaient le risque mais sans utiliser des données chiffrées. Ils donnaient une évaluation du risque qu’ils reconnaissaient subjective. Les raisons évoquées par les médecins étaient le manque d’information et d’accès aux données chiffrées, la contrainte temporelle, le faible niveau de littératie de leurs patients ainsi que le manque de motivation compte tenu du doute sur le bénéfice attendu en matière de compliance. Le manque de familiarité des médecins généralistes pour la manipulation des chiffres était également souligné. Connaître le risque chiffré semblait surtout utile pour le médecin généraliste qui adapterait sa pratique en conséquence : ce qui constituerait un outil de prévention quaternaire. Le principe de décision médicale partagée était apprécié par les médecins généralistes, qui espéraient de ce fait améliorer la compliance de leur patient. Malgré l’intérêt pour ce principe, certains médecins étaient encore fort influencés par le modèle paternaliste. Les médecins généralistes souhaitaient avoir un accès facile vers des sources fiables et des outils d’aide à la décision pratiques et visuels. L’étude a permis de dresser l’état des lieux des habitudes des médecins généralistes concernant la communication du risque dans un processus de décision médicale partagée.
Coenen - PaulineUniversité catholique de Louvain
QD12 - QT31 - QS41 - QD323 - QR31
Sommes-nous prêts à utiliser notre adrénaline en médecine générale?
Sommes-nous prêts à utiliser notre adrénaline en médecine générale?
Sommes-nous aptes en médecine générale à répondre à un choc anaphylactique ? L’objectif du travail est d’analyser la gestion de l’adrénaline en médecine rurale auprès d’un échantillon de médecins généralistes. Cette enquête est menée par une recherche-action sous forme d’une boucle d’assurance qualité en utilisant des questionnaires et par une présentation au sein d’un groupe local d’évaluation médicale. Nous serons tous confrontés à cette pathologie dans notre carrière. La moitié des participants ont déjà eu à recourir à leur adrénaline. Ils ont quasi tous de l’adrénaline avec eux au cabinet et en visite. La forme que cette adrénaline doit avoir n’est pas claire dans la littérature. Outre le fait d’avoir de l’adrénaline, elle doit être conservée de façon optimale et sa date de péremption doit être vérifiée au minimum tous les 6 mois. Ce n’est pas toujours le cas au sein de notre échantillon. De surcroit, seulement 1/5 connait la bonne dose à administrer et seulement 1/10 le bon mode d’administration. Cependant, la phase d’action a permis d’améliorer ces chiffres pour atteindre respectivement 1/3 et 7/10. Des aide-mémoires peuvent être une piste pour améliorer les choses. Les firmes pharmaceutiques pourraient orienter leurs recherches sur une meilleure stabilité de l’adrénaline à températures variables. Ce travail pourrait suggérer d’autres sujets en travaillant sur d’autres composants de notre trousse d’urgence, ou en approfondissant le sujet de l’adrénaline en soumettant la méthode à plusieurs groupes médicaux pour en déduire des résultats exploitables à une échelle plus que locale.
Sommes-nous aptes en médecine générale à répondre à un choc anaphylactique ? L’objectif du travail est d’analyser la gestion de l’adrénaline en médecine rurale auprès d’un échantillon de médecins généralistes. Cette enquête est menée par une recherche-action sous forme d’une boucle d’assurance qualité en utilisant des questionnaires et par une présentation au sein d’un groupe local d’évaluation médicale. Nous serons tous confrontés à cette pathologie dans notre carrière. La moitié des participants ont déjà eu à recourir à leur adrénaline. Ils ont quasi tous de l’adrénaline avec eux au cabinet et en visite. La forme que cette adrénaline doit avoir n’est pas claire dans la littérature. Outre le fait d’avoir de l’adrénaline, elle doit être conservée de façon optimale et sa date de péremption doit être vérifiée au minimum tous les 6 mois. Ce n’est pas toujours le cas au sein de notre échantillon. De surcroit, seulement 1/5 connait la bonne dose à administrer et seulement 1/10 le bon mode d’administration. Cependant, la phase d’action a permis d’améliorer ces chiffres pour atteindre respectivement 1/3 et 7/10. Des aide-mémoires peuvent être une piste pour améliorer les choses. Les firmes pharmaceutiques pourraient orienter leurs recherches sur une meilleure stabilité de l’adrénaline à températures variables. Ce travail pourrait suggérer d’autres sujets en travaillant sur d’autres composants de notre trousse d’urgence, ou en approfondissant le sujet de l’adrénaline en soumettant la méthode à plusieurs groupes médicaux pour en déduire des résultats exploitables à une échelle plus que locale.
Vanderheyden - HarmonieUniversité catholique de Louvain
A92 - 58.000 - A87 - 50.005
Le repérage des signes d'appel des Troubles du Spectre Autistique chez l'enfant en médecine générale.
Le repérage des signes d'appel des Troubles du Spectre Autistique chez l'enfant en médecine générale.
•Introduction. La prévalence des Troubles du Spectre Autistique (TSA) est en augmentation chez les enfants. Le médecin généraliste, médecin de première ligne, a clairement un rôle à jouer dans le repérage de ses signes d’appel afin d’améliorer leur devenir développemental et la qualité de vie de leurs proches. Les objectifs de ce travail seront d’évaluer le rôle et le ressenti du médecin généraliste au sujet du repérage des TSA chez l’enfant ainsi que d’esquisser un état des lieux sur les besoins et les outils nécessaires pour améliorer les connaissances sur cette problématique. •Méthodologie. Un sondage a été réalisé et a recueilli les réponses de 122 médecins généralistes belges. Il s’agit d’un questionnaire mixte composé de 16 questions fermées à réponses uniques ou multiples avec pour certaines d’entre elles, la possibilité de donner une réponse ouverte. Une recherche bibliographique sur le sujet du travail a également été effectuée. •Résultats. Plusieurs points intéressants ont pu être tirés de ce questionnaire. Le médecin généraliste est un des professionnels de la santé à être le plus en contact avec les enfants. Une large majorité a déjà entendu parler des TSA, mais peu sont ceux qui ont connaissance des outils de dépistage validés ou des recommandations actuelles sur le repérage adaptés à leur pratique. Plusieurs raisons en sont ressorties, notamment le manque de formation sur le sujet et le manque de sensibilisation de la part des autorités de santé. •Conclusion. Des améliorations doivent donc être faites au niveau national et au niveau des autorités de santé. Celles-ci devraient mettre en avant l’existence de ces troubles et impliquer le médecin généraliste dans sa détection. Des recommandations récentes et des outils de dépistage peu onéreux existent et sont les clés pour l’amélioration du repérage des TSA. D’autres pistes de solution pourraient être discutées comme la création d’un code INAMI spécifique aux consultations en santé mentale chez l’enfant pour effectuer ce repérage dans les meilleures conditions. •Mots-clefs. Troubles du spectre autistique, médecine générale, enfant, dépistage, repérage, signes d’appel. •Indexation. P22 ; P99 ; QD42 ; QS41 ; QC12 ; QR323 ; QR52 ; QT13 ; QT32 ; QT33
•Introduction. La prévalence des Troubles du Spectre Autistique (TSA) est en augmentation chez les enfants. Le médecin généraliste, médecin de première ligne, a clairement un rôle à jouer dans le repérage de ses signes d’appel afin d’améliorer leur devenir développemental et la qualité de vie de leurs proches. Les objectifs de ce travail seront d’évaluer le rôle et le ressenti du médecin généraliste au sujet du repérage des TSA chez l’enfant ainsi que d’esquisser un état des lieux sur les besoins et les outils nécessaires pour améliorer les connaissances sur cette problématique. •Méthodologie. Un sondage a été réalisé et a recueilli les réponses de 122 médecins généralistes belges. Il s’agit d’un questionnaire mixte composé de 16 questions fermées à réponses uniques ou multiples avec pour certaines d’entre elles, la possibilité de donner une réponse ouverte. Une recherche bibliographique sur le sujet du travail a également été effectuée. •Résultats. Plusieurs points intéressants ont pu être tirés de ce questionnaire. Le médecin généraliste est un des professionnels de la santé à être le plus en contact avec les enfants. Une large majorité a déjà entendu parler des TSA, mais peu sont ceux qui ont connaissance des outils de dépistage validés ou des recommandations actuelles sur le repérage adaptés à leur pratique. Plusieurs raisons en sont ressorties, notamment le manque de formation sur le sujet et le manque de sensibilisation de la part des autorités de santé. •Conclusion. Des améliorations doivent donc être faites au niveau national et au niveau des autorités de santé. Celles-ci devraient mettre en avant l’existence de ces troubles et impliquer le médecin généraliste dans sa détection. Des recommandations récentes et des outils de dépistage peu onéreux existent et sont les clés pour l’amélioration du repérage des TSA. D’autres pistes de solution pourraient être discutées comme la création d’un code INAMI spécifique aux consultations en santé mentale chez l’enfant pour effectuer ce repérage dans les meilleures conditions. •Mots-clefs. Troubles du spectre autistique, médecine générale, enfant, dépistage, repérage, signes d’appel. •Indexation. P22 ; P99 ; QD42 ; QS41 ; QC12 ; QR323 ; QR52 ; QT13 ; QT32 ; QT33
IHIRROU - KhadijaUniversité catholique de Louvain
P99 - QS41 - QC12 - QR323 - QR52 - QT13 - QD42 - QT33
Régime végétarien et santé: amis ou ennemis? Quelle attitude adopter en médecine générale?
Régime végétarien et santé: amis ou ennemis? Quelle attitude adopter en médecine générale?
Abstract Dans un contexte de société où le végétarisme se développe de plus en plus, les médecins généralistes sont également régulièrement confrontés à des patients végétariens voire végétaliens et à leurs questions en matière de santé. Les raisons régulièrement pointées de ce choix alimentaire sont d'ordre éthique, environnementale ou de bien-être et santé. De tels régimes ont montré un effet positif sur les facteurs de risque cardio-vasculaire (surpoids, hypertension, hypercholestérolémie, diabète); sur l'incidence et la mortalité des cardiopathies ischémiques; sur la mortalité cardio-vasculaire et sur l'incidence des cancers. En revanche, aucun effet significatif n'a été démontré sur la mortalité globale et l'incidence des démences. Le risque de carences liées au régime végétarien n'est pas à négliger : le plus gros risque concerne la vitamine B12 mais une carence en fer et en vitamine D sont également fréquentes, comme dans la population générale. Les risques liés au régime végétalien sont eux beaucoup plus importants. Les conséquences à long terme sur la santé peuvent être dangereuses et irréversibles. Mais ce risque, pour le régime végétarien, peut être contrôlé et devenir nul grâce à une alimentation réfléchie et diversifiée ainsi qu'à la consommation d'aliments enrichis ou de compléments. Le régime végétalien nécessite, lui, la prise inéluctable de compléments alimentaires. Au vu de ces informations, le régime végétarien peut décemment être considéré comme sain à long terme et encouragé en médecine générale moyennant quelques points d'attention particulière et quelques conseils nutritionnels afin d'éviter les carences et les effets délétères liés à ce régime. Le régime végétalien serait, en revanche, plutôt à déconseiller. Mots clés végétarisme- végétalisme- bénéfices - risques - suivi clinique - conseils nutritionnels
Abstract Dans un contexte de société où le végétarisme se développe de plus en plus, les médecins généralistes sont également régulièrement confrontés à des patients végétariens voire végétaliens et à leurs questions en matière de santé. Les raisons régulièrement pointées de ce choix alimentaire sont d'ordre éthique, environnementale ou de bien-être et santé. De tels régimes ont montré un effet positif sur les facteurs de risque cardio-vasculaire (surpoids, hypertension, hypercholestérolémie, diabète); sur l'incidence et la mortalité des cardiopathies ischémiques; sur la mortalité cardio-vasculaire et sur l'incidence des cancers. En revanche, aucun effet significatif n'a été démontré sur la mortalité globale et l'incidence des démences. Le risque de carences liées au régime végétarien n'est pas à négliger : le plus gros risque concerne la vitamine B12 mais une carence en fer et en vitamine D sont également fréquentes, comme dans la population générale. Les risques liés au régime végétalien sont eux beaucoup plus importants. Les conséquences à long terme sur la santé peuvent être dangereuses et irréversibles. Mais ce risque, pour le régime végétarien, peut être contrôlé et devenir nul grâce à une alimentation réfléchie et diversifiée ainsi qu'à la consommation d'aliments enrichis ou de compléments. Le régime végétalien nécessite, lui, la prise inéluctable de compléments alimentaires. Au vu de ces informations, le régime végétarien peut décemment être considéré comme sain à long terme et encouragé en médecine générale moyennant quelques points d'attention particulière et quelques conseils nutritionnels afin d'éviter les carences et les effets délétères liés à ce régime. Le régime végétalien serait, en revanche, plutôt à déconseiller. Mots clés végétarisme- végétalisme- bénéfices - risques - suivi clinique - conseils nutritionnels
Delande - CamilleUniversité catholique de Louvain
QD23 - QP51 - QS41 - QT33 - 45.004 - 45.003 - QD41 - QD42
L’évaluation du développement psychomoteur de l’enfant de 0 à 6 ans en médecine générale
L’évaluation du développement psychomoteur de l’enfant de 0 à 6 ans en médecine générale
En tant que médecin généraliste, nous sommes tous amenés à suivre l’évolution et la croissance de nourrissons et d’enfants en bas âge. Le développement psychomoteur est un aspect de l’examen clinique de l’enfant. Nous avons décidé de réaliser un sondage pour connaitre le point de vue de médecins généralistes sur ce sujet. Les résultats sont que les médecins n’ont que peu de ressources pour confronter leurs impressions cliniques et ne se sentent pas toujours à l’aise face à ce genre de consultations. Un outil d’évaluation du développement psychomoteur de l’enfant de 0 à 6 ans a été élaboré sur base de l’échelle de développement de Denver remise à jour et modulée par d’autres études et articles de littérature plus récents. L’outil a été soumis à vingt médecins généralistes dans le but de le tester. Les médecins ayant travaillé avec cette échelle s’en disent très satisfaits et trouvent cela utile pour leur pratique courante. Une étude qualitative mériterait d’être réalisée pour compléter ce travail et connaitre le ressenti d’un plus grand échantillon de médecins généralistes. L’outil pourrait être accompagné d’explications écrites concernant son utilisation et les différents items s’il devait être utilisé par un plus grand nombre de médecins. Malgré que le manque de temps soit un facteur limitant à l’évaluation du développement psychomoteur de l’enfant en médecine générale, cet outil permet aux médecins de pouvoir rapidement évaluer le développement d’un enfant.
En tant que médecin généraliste, nous sommes tous amenés à suivre l’évolution et la croissance de nourrissons et d’enfants en bas âge. Le développement psychomoteur est un aspect de l’examen clinique de l’enfant. Nous avons décidé de réaliser un sondage pour connaitre le point de vue de médecins généralistes sur ce sujet. Les résultats sont que les médecins n’ont que peu de ressources pour confronter leurs impressions cliniques et ne se sentent pas toujours à l’aise face à ce genre de consultations. Un outil d’évaluation du développement psychomoteur de l’enfant de 0 à 6 ans a été élaboré sur base de l’échelle de développement de Denver remise à jour et modulée par d’autres études et articles de littérature plus récents. L’outil a été soumis à vingt médecins généralistes dans le but de le tester. Les médecins ayant travaillé avec cette échelle s’en disent très satisfaits et trouvent cela utile pour leur pratique courante. Une étude qualitative mériterait d’être réalisée pour compléter ce travail et connaitre le ressenti d’un plus grand échantillon de médecins généralistes. L’outil pourrait être accompagné d’explications écrites concernant son utilisation et les différents items s’il devait être utilisé par un plus grand nombre de médecins. Malgré que le manque de temps soit un facteur limitant à l’évaluation du développement psychomoteur de l’enfant en médecine générale, cet outil permet aux médecins de pouvoir rapidement évaluer le développement d’un enfant.
Piedboeuf - PaulineUniversité catholique de Louvain
QD33 - 30.002 - 30.003 - QS41 - QC11 - QC12 - QR31 - QO4
Les médecins généralistes utilisent-ils l'outil START and STOPP en médecine générale?
Les médecins généralistes utilisent-ils l'outil START and STOPP en médecine générale?
Les effets indésirables liés à certaines médications peuvent avoir des conséquences délétères chez le patient âgé polymorbide et polymédiqué. Une révision fréquente de cette médication dans le but de repérer les médicaments inappropriés mais également les médicaments appropriés manquant à la prescription semble trouver un sens dans ce contexte. De nombreux outils de dépistage des prescriptions inappropriées chez le sujet âgé ont été développés durant ces dernières années. L’outil START and STOPP est un outil parmi d’autres. Selon l’enquête réalisée et la littérature, la plupart des médecins généralistes semble connaître cet outil mais certains émettent des réserves quant à son utilisation en pratique. La longueur de la liste, le manque de temps en consultation ou encore le questionnement sur la réelle utilité de ces critères sont des raisons évoquées par certains médecins. D’autres trouvent qu’il s’agit d’un outil intéressant pour le dépistage des prescriptions potentiellement inappropriées chez le patient âgé à condition qu’il soit réadapté dans sa structure ou qu’il soit accessible en version informatique. Tous les médecins semblent être conscients du rôle central qu’ils occupent dans cette revue du traitement du patient âgé. Il est cependant important de garder à l’esprit que le dépistage des prescriptions inappropriées n’est qu’une des étapes dans l’optimisation de la prescription du patient âgé. L’action sur différents facteurs est également nécessaire pour assurer une amélioration de la prescription. Enfin, l’outil START and STOPP reste un outil d’aide au dépistage de la prescription inappropriée et il ne peut se substituer au jugement clinique du médecin qui connaît bien son patient dans sa globalité et qui discute, autant que possible, les modifications de tout traitement avec lui et/ou sa famille. Mots-clés : prescription(s)potentiellement inappropriée(s) ; médicament inapproprié ; omission de traitement ; polymédication ; médecine générale ; critères START ; critères STOPP ; personne âgée.
Les effets indésirables liés à certaines médications peuvent avoir des conséquences délétères chez le patient âgé polymorbide et polymédiqué. Une révision fréquente de cette médication dans le but de repérer les médicaments inappropriés mais également les médicaments appropriés manquant à la prescription semble trouver un sens dans ce contexte. De nombreux outils de dépistage des prescriptions inappropriées chez le sujet âgé ont été développés durant ces dernières années. L’outil START and STOPP est un outil parmi d’autres. Selon l’enquête réalisée et la littérature, la plupart des médecins généralistes semble connaître cet outil mais certains émettent des réserves quant à son utilisation en pratique. La longueur de la liste, le manque de temps en consultation ou encore le questionnement sur la réelle utilité de ces critères sont des raisons évoquées par certains médecins. D’autres trouvent qu’il s’agit d’un outil intéressant pour le dépistage des prescriptions potentiellement inappropriées chez le patient âgé à condition qu’il soit réadapté dans sa structure ou qu’il soit accessible en version informatique. Tous les médecins semblent être conscients du rôle central qu’ils occupent dans cette revue du traitement du patient âgé. Il est cependant important de garder à l’esprit que le dépistage des prescriptions inappropriées n’est qu’une des étapes dans l’optimisation de la prescription du patient âgé. L’action sur différents facteurs est également nécessaire pour assurer une amélioration de la prescription. Enfin, l’outil START and STOPP reste un outil d’aide au dépistage de la prescription inappropriée et il ne peut se substituer au jugement clinique du médecin qui connaît bien son patient dans sa globalité et qui discute, autant que possible, les modifications de tout traitement avec lui et/ou sa famille. Mots-clés : prescription(s)potentiellement inappropriée(s) ; médicament inapproprié ; omission de traitement ; polymédication ; médecine générale ; critères START ; critères STOPP ; personne âgée.
MOHAMED SAMEER - RukayaUniversité catholique de Louvain
50.006 - A98 - QD325 - QS41 - QC15 - QR33 - QT33
Quelle est l’importance de la communication non verbale lors d’une consultation de médecine générale ?
Quelle est l’importance de la communication non verbale lors d’une consultation de médecine générale ?
Nous nous sommes demandé quelle était l’importance de la communication non verbale au sein d’une consultation de médecine générale. Pour répondre à cette question nous avons abordé la communication non verbale à l’aide de différentes notions. Tout d’abord la morpho-silhouette. L’analyse de celle-ci nous a permis de traiter de l’effet halo et de l’effet pygmalion. Nous avons ainsi pu constater leur effet sur l’attitude thérapeutique du soignant. Nous avons aussi abordé le comportement spatial qui nous permet de prendre conscience de la « bulle » de chacun et d’y appliquer l’outil HUMAN LEVEL. Le sens du toucher permet quant à lui de transmettre et de décoder des sentiments. Il nous permet également de faire accéder le patient aux demandes du soignant. Le type sexuel y joue un rôle non négligeable. Enfin le langage du corps permet au soignant d’identifier différentes émotions que nous avons traitées au travers de diverses illustrations. Une application pratique de l’utilisation de ces outils est proposée dans ce travail au travers de deux vignettes cliniques. Cela nous fait prendre conscience que la communication non verbale est aussi importante que la communication verbale dans la relation médecin/patient.
Nous nous sommes demandé quelle était l’importance de la communication non verbale au sein d’une consultation de médecine générale. Pour répondre à cette question nous avons abordé la communication non verbale à l’aide de différentes notions. Tout d’abord la morpho-silhouette. L’analyse de celle-ci nous a permis de traiter de l’effet halo et de l’effet pygmalion. Nous avons ainsi pu constater leur effet sur l’attitude thérapeutique du soignant. Nous avons aussi abordé le comportement spatial qui nous permet de prendre conscience de la « bulle » de chacun et d’y appliquer l’outil HUMAN LEVEL. Le sens du toucher permet quant à lui de transmettre et de décoder des sentiments. Il nous permet également de faire accéder le patient aux demandes du soignant. Le type sexuel y joue un rôle non négligeable. Enfin le langage du corps permet au soignant d’identifier différentes émotions que nous avons traitées au travers de diverses illustrations. Une application pratique de l’utilisation de ces outils est proposée dans ce travail au travers de deux vignettes cliniques. Cela nous fait prendre conscience que la communication non verbale est aussi importante que la communication verbale dans la relation médecin/patient.
Batal - RichardUniversité catholique de Louvain
QO4 - QS41 - QD12 - QO4
Prise en charge de la maltraitance des personnes âgées vivant à domicile dans la région de Mouscron
Prise en charge de la maltraitance des personnes âgées vivant à domicile dans la région de Mouscron
La problématique de la maltraitance des personnes âgées constitue un enjeu majeur de santé publique. Le médecin généraliste occupe une place essentielle dans la prise en charge des seniors vivant à domicile. Il joue un rôle de dépistage, d’évaluation et d’accompagnement pour ces situations. Ceci a été évalué à l’aide de deux méthodes. Il a d’abord été demandé aux médecins généralistes mouscronnois de répondre à un bref questionnaire anonyme. Le respect de l’autonomie de la personne âgée, ainsi que le manque de connaissance d’un outil de dépistage comme le test EASI (Elder Abuse Suspicion Index) ont pu être mis en évidence. L’antenne locale de « Respect Senior », agence Wallonne de lutte contre la maltraitance, a ensuite été interviewée. Outre le faible recours à cette association sans but lucratif par les médecins généralistes ainsi que son manque de visibilité dans la région, c’est surtout la volonté de collaboration qui est à signaler. Ces résultats ont été analysés à la lumière de la littérature et des recommandations disponibles afin de fournir une synthèse pratique des outils disponibles dans la région de Mouscron. Ce faisant, j’espère pouvoir enrichir ma pratique ainsi que celle de mes confrères mouscronnois et améliorer ainsi la prise en charge de nos ainés dans la région.
La problématique de la maltraitance des personnes âgées constitue un enjeu majeur de santé publique. Le médecin généraliste occupe une place essentielle dans la prise en charge des seniors vivant à domicile. Il joue un rôle de dépistage, d’évaluation et d’accompagnement pour ces situations. Ceci a été évalué à l’aide de deux méthodes. Il a d’abord été demandé aux médecins généralistes mouscronnois de répondre à un bref questionnaire anonyme. Le respect de l’autonomie de la personne âgée, ainsi que le manque de connaissance d’un outil de dépistage comme le test EASI (Elder Abuse Suspicion Index) ont pu être mis en évidence. L’antenne locale de « Respect Senior », agence Wallonne de lutte contre la maltraitance, a ensuite été interviewée. Outre le faible recours à cette association sans but lucratif par les médecins généralistes ainsi que son manque de visibilité dans la région, c’est surtout la volonté de collaboration qui est à signaler. Ces résultats ont été analysés à la lumière de la littérature et des recommandations disponibles afin de fournir une synthèse pratique des outils disponibles dans la région de Mouscron. Ce faisant, j’espère pouvoir enrichir ma pratique ainsi que celle de mes confrères mouscronnois et améliorer ainsi la prise en charge de nos ainés dans la région.
Vinckier - MathieuUniversité catholique de Louvain
QC53
Intérêt du point of care C-reactive protein sur la prescription d’antibiotiques dans les infections des voies respiratoires inférieures chez l’adulte
Intérêt du point of care C-reactive protein sur la prescription d’antibiotiques dans les infections des voies respiratoires inférieures chez l’adulte
1.1 IVRI - définition /guidelines : - En médecine générale, les infections des voies aériennes inférieures regroupent les viroses, les bronchites, les exacerbations de bronchopneumopathies chroniques obstructives et les pneumonies communautaires. Le traitement est majoritairement du repos et une bonne hydratation, un traitement symptomatique est souvent proposé en cas de toux ou d’hyperthermie. La prescription d’antibiotiques est indiquée dans un cas bien précis: la pneumonie. Elle est également discutée en présence d’une maladie chronique évolutive: particulièrement chez le patient BPCO subissant une exacerbation. 1.2 IVRI - constat : - Depuis plus de 20 ans, la Belgique se trouve dans le top 10 européen des mauvais prescripteurs. En effet, pratiquement un patient sur deux souffrant d’une infection des voies aériennes inférieures sort de la consultation avec un antibiotique (1). 1.3 IVRI - problématique : - Plusieurs propositions d’amélioration de cette prescription ont déjà été mises en place depuis les années 2000: sensibilisation des prescripteurs à la problématique, proposition des outils d’aide à la décision diagnostique, suggestion d’une prescription différée, diffusion des documents d’information destinés aux patients, application de stratégies vaccinales et d’un plan national préservant l’efficacité des antibiotiques (2001). - Un constat persiste: le médecin, s’écarte souvent de la bonne prise en charge. 1.4 IVRI - objectif : - L’objectif de mon travail consiste à évaluer l’influence et l’efficacité de la lecture instantanée d’un biomarqueur (la CRP) à l’aide d’un outil « point of care » (POC) pour réduire notre prescription d’antibiotiques. - Ce travail sera basé sur les connaissances de la littérature mais également, sur l’étude d’une pratique de groupe au sein d’une maison médicale située en milieu semi-rural. 1.5 IVRI - conclusion : - L’utilisation du POC CRP dans les infections des voies aériennes inférieures semble diminuer le recours à la prescription d’antibiotiques. J’arrive au même constat suite à mon expérience menée au sein de la maison médicale.
1.1 IVRI - définition /guidelines : - En médecine générale, les infections des voies aériennes inférieures regroupent les viroses, les bronchites, les exacerbations de bronchopneumopathies chroniques obstructives et les pneumonies communautaires. Le traitement est majoritairement du repos et une bonne hydratation, un traitement symptomatique est souvent proposé en cas de toux ou d’hyperthermie. La prescription d’antibiotiques est indiquée dans un cas bien précis: la pneumonie. Elle est également discutée en présence d’une maladie chronique évolutive: particulièrement chez le patient BPCO subissant une exacerbation. 1.2 IVRI - constat : - Depuis plus de 20 ans, la Belgique se trouve dans le top 10 européen des mauvais prescripteurs. En effet, pratiquement un patient sur deux souffrant d’une infection des voies aériennes inférieures sort de la consultation avec un antibiotique (1). 1.3 IVRI - problématique : - Plusieurs propositions d’amélioration de cette prescription ont déjà été mises en place depuis les années 2000: sensibilisation des prescripteurs à la problématique, proposition des outils d’aide à la décision diagnostique, suggestion d’une prescription différée, diffusion des documents d’information destinés aux patients, application de stratégies vaccinales et d’un plan national préservant l’efficacité des antibiotiques (2001). - Un constat persiste: le médecin, s’écarte souvent de la bonne prise en charge. 1.4 IVRI - objectif : - L’objectif de mon travail consiste à évaluer l’influence et l’efficacité de la lecture instantanée d’un biomarqueur (la CRP) à l’aide d’un outil « point of care » (POC) pour réduire notre prescription d’antibiotiques. - Ce travail sera basé sur les connaissances de la littérature mais également, sur l’étude d’une pratique de groupe au sein d’une maison médicale située en milieu semi-rural. 1.5 IVRI - conclusion : - L’utilisation du POC CRP dans les infections des voies aériennes inférieures semble diminuer le recours à la prescription d’antibiotiques. J’arrive au même constat suite à mon expérience menée au sein de la maison médicale.
Riquet - JulieUniversité catholique de Louvain
50.001 - 34.000 - R81 - R78 - QT3 - QT33
Prise en charge de leur propre santé par les médecins généralistes namurois : comparaison à la population générale et comparaison générationnelle
Prise en charge de leur propre santé par les médecins généralistes namurois : comparaison à la population générale et comparaison générationnelle
Résumé : La santé des médecins généralistes est importante, pour eux-mêmes comme pour leurs patients. En effet, il est prouvé que des médecins en bonne santé dispensent de meilleurs soins de santé. Afin d’étudier la prise en charge de leur propre santé par les médecins généralistes, nous avons réalisé une étude quantitative via un questionnaire auprès de médecins namurois. Une analyse statistique a permis de comparer nos données récoltées à la population générale belge ainsi que de réaliser une comparaison générationnelle. Résultats : Sur les 156 médecins ciblés, nous avons obtenus 113 réponses, l’échantillon est donc représentatif et les données obtenues statistiquement pertinentes. Nous avons mis en évidence que les médecins namurois, par rapport à la population générale, suivaient mieux les recommandations concernant les actions de dépistage, de vaccinations, et de consommation de tabac et d’alcool. Néanmoins, ils suivaient moins bien les recommandations alimentaires et sportives. Notons également qu’ils consultaient peu quand ils étaient malades et étaient peu nombreux à avoir un médecin généraliste. Nous observons que le fait d’avoir un médecin généraliste limitait l’auto-prescription, et de la même manière, avoir un médecin généraliste avec une distance thérapeutique favorisait le fait de se soigner lorsque l’on est malade. Chez les médecins namurois, comme dans la population générale, il existait un abandon progressif avec l’âge des dépistages des cancers et de la vaccination. Nous avons également constaté que les médecins des générations X et Y étaient plus nombreux à avoir un médecin traitant, qui plus est avec une distance thérapeutique, que les médecins baby-boomers. Conclusion : les médecins généralistes prenaient soins de certains aspects de leur santé, mais en négligeaient d’autres nécessitant de prendre du temps pour eux comme l’activité sportive ou l’alimentation. Dès lors, il semble intéressant de conscientiser les médecins généralistes à prendre soins de leur santé, et également à l’importance d’avoir leur propre médecin généraliste.
Résumé : La santé des médecins généralistes est importante, pour eux-mêmes comme pour leurs patients. En effet, il est prouvé que des médecins en bonne santé dispensent de meilleurs soins de santé. Afin d’étudier la prise en charge de leur propre santé par les médecins généralistes, nous avons réalisé une étude quantitative via un questionnaire auprès de médecins namurois. Une analyse statistique a permis de comparer nos données récoltées à la population générale belge ainsi que de réaliser une comparaison générationnelle. Résultats : Sur les 156 médecins ciblés, nous avons obtenus 113 réponses, l’échantillon est donc représentatif et les données obtenues statistiquement pertinentes. Nous avons mis en évidence que les médecins namurois, par rapport à la population générale, suivaient mieux les recommandations concernant les actions de dépistage, de vaccinations, et de consommation de tabac et d’alcool. Néanmoins, ils suivaient moins bien les recommandations alimentaires et sportives. Notons également qu’ils consultaient peu quand ils étaient malades et étaient peu nombreux à avoir un médecin généraliste. Nous observons que le fait d’avoir un médecin généraliste limitait l’auto-prescription, et de la même manière, avoir un médecin généraliste avec une distance thérapeutique favorisait le fait de se soigner lorsque l’on est malade. Chez les médecins namurois, comme dans la population générale, il existait un abandon progressif avec l’âge des dépistages des cancers et de la vaccination. Nous avons également constaté que les médecins des générations X et Y étaient plus nombreux à avoir un médecin traitant, qui plus est avec une distance thérapeutique, que les médecins baby-boomers. Conclusion : les médecins généralistes prenaient soins de certains aspects de leur santé, mais en négligeaient d’autres nécessitant de prendre du temps pour eux comme l’activité sportive ou l’alimentation. Dès lors, il semble intéressant de conscientiser les médecins généralistes à prendre soins de leur santé, et également à l’importance d’avoir leur propre médecin généraliste.
Legrand - CharlotteUniversité catholique de Louvain
QD33 - QD41 - QP5 - QR323 - QS41 - QO4
Incertitudes et ambiguïtés en médecine générale: une approche qualitative du vécu des assistants confrontés aux incertitudes et de leurs besoins en matière de formation
Incertitudes et ambiguïtés en médecine générale: une approche qualitative du vécu des assistants confrontés aux incertitudes et de leurs besoins en matière de formation
De récentes études suggèrent que la gestion de l’incertitude est un thème central chez les médecins débutants. Ce travail vise donc à comprendre de manière approfondie comment les assistants en médecine générale de l’Université Catholique de Louvain gèrent l’incertitude dans leur pratique de la médecine. Cette étude pose également la question de leurs besoins en terme de formation à ce sujet. Une étude qualitative a été réalisée entre décembre 2017 et mars 2018. Une série de 11 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès d’assistants en médecine générale de l’Université Catholique de Louvain. L’analyse des données s’est ensuite faite selon une approche inductive par théorisation ancrée. Les résultats obtenus montrent que l’incertitude en médecine est un enjeu majeur pour les médecins qui débutent leur carrière dans notre université. Bien que la manière de gérer l’incertitude soit très différente d’un assistant à l’autre, l’incapacité à la tolérer est associée à des niveaux importants de stress lié au travail. De multiples méthodes existent pour mieux tolérer cette incertitude et sont utilisées à des degrés variables par les assistants. Enfin, ces derniers expriment le besoin de commencer leur assistanat en étant moins incertain et ce, principalement au moyen d’une formation résolument axée sur la pratique.
De récentes études suggèrent que la gestion de l’incertitude est un thème central chez les médecins débutants. Ce travail vise donc à comprendre de manière approfondie comment les assistants en médecine générale de l’Université Catholique de Louvain gèrent l’incertitude dans leur pratique de la médecine. Cette étude pose également la question de leurs besoins en terme de formation à ce sujet. Une étude qualitative a été réalisée entre décembre 2017 et mars 2018. Une série de 11 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès d’assistants en médecine générale de l’Université Catholique de Louvain. L’analyse des données s’est ensuite faite selon une approche inductive par théorisation ancrée. Les résultats obtenus montrent que l’incertitude en médecine est un enjeu majeur pour les médecins qui débutent leur carrière dans notre université. Bien que la manière de gérer l’incertitude soit très différente d’un assistant à l’autre, l’incapacité à la tolérer est associée à des niveaux importants de stress lié au travail. De multiples méthodes existent pour mieux tolérer cette incertitude et sont utilisées à des degrés variables par les assistants. Enfin, ces derniers expriment le besoin de commencer leur assistanat en étant moins incertain et ce, principalement au moyen d’une formation résolument axée sur la pratique.
Rousselle - MichaëlUniversité catholique de Louvain
QO4 - QS41 - QT21 - QR31
La promotion d'activité physique en médecine générale à l'aide des prescriptions vertes : habitudes, opinions et recherche des freins à son utilisation auprès d'un échantillon de médecins généralistes en Communauté française de Belgique au moyen d'un questionnaire et des données de la littérature
La promotion d'activité physique en médecine générale à l'aide des prescriptions vertes : habitudes, opinions et recherche des freins à son utilisation auprès d'un échantillon de médecins généralistes en Communauté française de Belgique au moyen d'un questionnaire et des données de la littérature
L’insuffisance d’activité physique est reconnue comme un des principaux facteurs de risque des maladies chroniques, elles-mêmes responsables de l’essentiel de la mortalité au niveau mondial. La promotion d’activité physique fait partie de la prise en charge des patients présentant ces pathologies (prévention secondaire) et des patients sains (prévention primaire). Le médecin généraliste est en contact avec une grande partie de cette population sédentaire. La prise en charge de ce facteur de risque fait partie de ses missions de prévention. La littérature a par ailleurs prouvé l’efficacité des mesures de sensibilisation et de promotion de l’activité physique dans les soins de première ligne. Une recherche de littérature a été effectuée sur le sujet. De nombreux outils et méthodes ont été développés et ont montré leur efficacité. Parmi ceux-ci, la prescription écrite d’activité physique ou prescription verte permet d’intégrer plusieurs outils et de référer le patient vers des professionnels de l’activité physique. Elle bénéficie de la dimension symbolique de la prescription écrite classique et est recommandée dans plusieurs pays. Dans un premier temps, elle évalue le niveau actuel d’activité physique, les aptitudes et motivations du patient. On définit ensuite un objectif avec le patient et rédige une prescription écrite détaillant l’activité choisie. Enfin, on assure un suivi afin de prévenir les rechutes dans les comportements sédentaires. Une enquête par questionnaire auto-administré, réalisée auprès des médecins généralistes en Belgique francophone, révèle un intérêt majeur pour cette technique. Elle est cependant largement méconnue et peu utilisée. Les principaux freins à son utilisation sont le manque d’information sur son utilisation, le manque de temps en consultation, le manque de relais pour assurer un suivi et le coût pour le patient. Le développement d’outils pratiques, d’un guide de prescription ou de formations pourraient favoriser sa diffusion. Ces données confortent les données de la littérature disponible.
L’insuffisance d’activité physique est reconnue comme un des principaux facteurs de risque des maladies chroniques, elles-mêmes responsables de l’essentiel de la mortalité au niveau mondial. La promotion d’activité physique fait partie de la prise en charge des patients présentant ces pathologies (prévention secondaire) et des patients sains (prévention primaire). Le médecin généraliste est en contact avec une grande partie de cette population sédentaire. La prise en charge de ce facteur de risque fait partie de ses missions de prévention. La littérature a par ailleurs prouvé l’efficacité des mesures de sensibilisation et de promotion de l’activité physique dans les soins de première ligne. Une recherche de littérature a été effectuée sur le sujet. De nombreux outils et méthodes ont été développés et ont montré leur efficacité. Parmi ceux-ci, la prescription écrite d’activité physique ou prescription verte permet d’intégrer plusieurs outils et de référer le patient vers des professionnels de l’activité physique. Elle bénéficie de la dimension symbolique de la prescription écrite classique et est recommandée dans plusieurs pays. Dans un premier temps, elle évalue le niveau actuel d’activité physique, les aptitudes et motivations du patient. On définit ensuite un objectif avec le patient et rédige une prescription écrite détaillant l’activité choisie. Enfin, on assure un suivi afin de prévenir les rechutes dans les comportements sédentaires. Une enquête par questionnaire auto-administré, réalisée auprès des médecins généralistes en Belgique francophone, révèle un intérêt majeur pour cette technique. Elle est cependant largement méconnue et peu utilisée. Les principaux freins à son utilisation sont le manque d’information sur son utilisation, le manque de temps en consultation, le manque de relais pour assurer un suivi et le coût pour le patient. Le développement d’outils pratiques, d’un guide de prescription ou de formations pourraient favoriser sa diffusion. Ces données confortent les données de la littérature disponible.
Aupaix - AntoineUniversité catholique de Louvain
45 - A98 - QC14 - QR32 - QS41
Promotion de la santé bucco-dentaire de l'enfant en médecine générale.
Promotion de la santé bucco-dentaire de l'enfant en médecine générale.
Au vu de l’état bucco-dentaire moyen d’un grand nombre de nos jeunes patients, la santé bucco-dentaire devrait davantage être promue. En effet, les caries dentaires et les pertes de dents, aussi bien celles de lait que les définitives, mènent à des risques de complications non négligeables en termes de santé loco-régionale et générale, avec un important coût pour la société et un risque d’impact esthétique et, donc, psychosocial. La promotion de la santé bucco-dentaire trouve également tout son intérêt durant l’enfance car c’est un âge clé pour adopter plus facilement de bons réflexes mais aussi parce que l’émergence des premières molaires, définitives et très sensibles aux caries, a lieu vers l’âge de six ans. Tenant compte de l’absence de programme systématique de promotion à la santé bucco-dentaire au sein des écoles, de la raréfaction des visites médicales scolaires et de l’absence d’application des recommandations en termes d’hygiène bucco-dentaire dans certaines familles et, ce, principalement dans les milieux les plus défavorisés socio-économiquement, la promotion de la santé bucco-dentaire devrait davantage être réalisée par les médecins généralistes, seuls praticiens consultés par certaines familles. Une enquête, créée par mes soins, a été diffusée auprès des médecins généralistes du Hainaut afin d’avoir leur perception sur le sujet. D’après les résultats obtenus, l’hygiène bucco-dentaire des enfants était perçue comme moyenne par 43.2% des médecins répondants et comme médiocre par 14.4% d’entre eux. Concernant la fréquence de brossage, seuls 53% d’entre eux ont répondu avoir l’impression que la majorité de leur patients âgés de moins de 6 ans bénéficiaient d’un brossage dentaire quotidien (une ou deux fois par jour) et, parmi les enfants âgés de 6 à 12 ans, seuls 63% avaient l’impression que leur fréquence moyenne de brossage était quotidienne. Au vu du manque de formation à la santé bucco-dentaire et à l’examen buccal dans notre cursus de médecine générale et au vu de la proposition d’un support informatif sur la santé bucco-dentaire bien accueillie par les médecins hainuyers ayant répondu à mon enquête, j’ai créé un dépliant informatif à l’attention des médecins généralistes et leur patientèle afin de promouvoir la santé bucco-dentaire chez l’enfant en médecine générale ; ce dépliant se veut le plus illustré possible afin d’atteindre un maximum de personnes avec le moins de barrières possibles. Il comprend trois volets avec des conseils, une technique de brossage dentaire idéale et les risques d’un mauvais état bucco-dentaire. Mots-clés : Santé bucco-dentaire – enfance – promotion en médecine générale – dépliant.
Au vu de l’état bucco-dentaire moyen d’un grand nombre de nos jeunes patients, la santé bucco-dentaire devrait davantage être promue. En effet, les caries dentaires et les pertes de dents, aussi bien celles de lait que les définitives, mènent à des risques de complications non négligeables en termes de santé loco-régionale et générale, avec un important coût pour la société et un risque d’impact esthétique et, donc, psychosocial. La promotion de la santé bucco-dentaire trouve également tout son intérêt durant l’enfance car c’est un âge clé pour adopter plus facilement de bons réflexes mais aussi parce que l’émergence des premières molaires, définitives et très sensibles aux caries, a lieu vers l’âge de six ans. Tenant compte de l’absence de programme systématique de promotion à la santé bucco-dentaire au sein des écoles, de la raréfaction des visites médicales scolaires et de l’absence d’application des recommandations en termes d’hygiène bucco-dentaire dans certaines familles et, ce, principalement dans les milieux les plus défavorisés socio-économiquement, la promotion de la santé bucco-dentaire devrait davantage être réalisée par les médecins généralistes, seuls praticiens consultés par certaines familles. Une enquête, créée par mes soins, a été diffusée auprès des médecins généralistes du Hainaut afin d’avoir leur perception sur le sujet. D’après les résultats obtenus, l’hygiène bucco-dentaire des enfants était perçue comme moyenne par 43.2% des médecins répondants et comme médiocre par 14.4% d’entre eux. Concernant la fréquence de brossage, seuls 53% d’entre eux ont répondu avoir l’impression que la majorité de leur patients âgés de moins de 6 ans bénéficiaient d’un brossage dentaire quotidien (une ou deux fois par jour) et, parmi les enfants âgés de 6 à 12 ans, seuls 63% avaient l’impression que leur fréquence moyenne de brossage était quotidienne. Au vu du manque de formation à la santé bucco-dentaire et à l’examen buccal dans notre cursus de médecine générale et au vu de la proposition d’un support informatif sur la santé bucco-dentaire bien accueillie par les médecins hainuyers ayant répondu à mon enquête, j’ai créé un dépliant informatif à l’attention des médecins généralistes et leur patientèle afin de promouvoir la santé bucco-dentaire chez l’enfant en médecine générale ; ce dépliant se veut le plus illustré possible afin d’atteindre un maximum de personnes avec le moins de barrières possibles. Il comprend trois volets avec des conseils, une technique de brossage dentaire idéale et les risques d’un mauvais état bucco-dentaire. Mots-clés : Santé bucco-dentaire – enfance – promotion en médecine générale – dépliant.
Fraille Lopez - EsmeraldaUniversité catholique de Louvain
QD41 - D82 - QD23 - QC12 - Z01 - Z04 - QR32 - A98
Dosage du PSA : Revue de la littérature et « Focus group » sur sa place dans le dépistage du cancer prostatique chez les hommes de plus de 50 ans asymptomatiques et sans facteurs de risque
Dosage du PSA : Revue de la littérature et « Focus group » sur sa place dans le dépistage du cancer prostatique chez les hommes de plus de 50 ans asymptomatiques et sans facteurs de risque
Le cancer de la prostate est le plus diagnostiqué en Belgique mais il n’occupe que la troisième place en termes de mortalité par cancer. Dans la pratique, son dépistage se fait via le dosage du PSA, parfois accompagné d’un toucher rectal. Pourtant, actuellement, les sociétés scientifiques compétentes s’accordent globalement contre un dépistage systématique du cancer via le PSA chez les hommes asymptomatiques et sans facteurs de risque. En effet, cet examen a une faible sensibilité et n’est pas 100% spécifique au cancer de la prostate. En découlent de trop nombreux faux positifs, avances au diagnostic et surdiagnostics. A fortiori, des inconvénients et du stress causés par des bilans et des traitements inutiles. La balance bénéfice/risque de ce dosage est donc défavorable. Dans ce travail, la place du dosage du PSA chez les hommes de plus de 50 ans asymptomatiques et sans facteurs de risque est révisée. Elle est ensuite confrontée, via un « Focus group », à la réalité du terrain au sein de la maison médicale Univers Santé d’où est partie ma réflexion. En effet, j’ai remarqué que ma pratique de prévention, acquise au cours de mes études, ne correspondait pas exactement à celle de mes collègues expérimentés. Les objectifs de ce travail étaient donc de revoir les dernières recommandations de bonne pratique sur le sujet et de confirmer ou infirmer leur bonne application dans la maison médicale, pour, par la suite, essayer d’arriver à une amélioration commune de notre pratique de prévention. En fin de compte, une certaine adéquation entre les recommandations et la pratique des médecins généralistes de la maison médicale a été notée, et quelques idées pour améliorer cette dernière ont été proposées.
Le cancer de la prostate est le plus diagnostiqué en Belgique mais il n’occupe que la troisième place en termes de mortalité par cancer. Dans la pratique, son dépistage se fait via le dosage du PSA, parfois accompagné d’un toucher rectal. Pourtant, actuellement, les sociétés scientifiques compétentes s’accordent globalement contre un dépistage systématique du cancer via le PSA chez les hommes asymptomatiques et sans facteurs de risque. En effet, cet examen a une faible sensibilité et n’est pas 100% spécifique au cancer de la prostate. En découlent de trop nombreux faux positifs, avances au diagnostic et surdiagnostics. A fortiori, des inconvénients et du stress causés par des bilans et des traitements inutiles. La balance bénéfice/risque de ce dosage est donc défavorable. Dans ce travail, la place du dosage du PSA chez les hommes de plus de 50 ans asymptomatiques et sans facteurs de risque est révisée. Elle est ensuite confrontée, via un « Focus group », à la réalité du terrain au sein de la maison médicale Univers Santé d’où est partie ma réflexion. En effet, j’ai remarqué que ma pratique de prévention, acquise au cours de mes études, ne correspondait pas exactement à celle de mes collègues expérimentés. Les objectifs de ce travail étaient donc de revoir les dernières recommandations de bonne pratique sur le sujet et de confirmer ou infirmer leur bonne application dans la maison médicale, pour, par la suite, essayer d’arriver à une amélioration commune de notre pratique de prévention. En fin de compte, une certaine adéquation entre les recommandations et la pratique des médecins généralistes de la maison médicale a été notée, et quelques idées pour améliorer cette dernière ont été proposées.
Vandenhaute - MartinUniversité catholique de Louvain
Y77 - QC21 - QD23 - QD41 - QR31 - QT32 - QT31 - QS41
Estimation de l’intérêt de l’usage d’un autotest de dépistage du PSA en médecine générale
Estimation de l’intérêt de l’usage d’un autotest de dépistage du PSA en médecine générale

Estimation of the benefit of using a self-test for PSA in general practice
Estimation of the benefit of using a self-test for PSA in general practice
Le dépistage du cancer de la prostate est un sujet fréquemment abordé en médecine générale. Dans ce travail, nous avons tout d’abord revu la littérature à ce propos. Nous nous sommes ensuite intéressés à l’arrivée des autotests, et particulièrement à celui du dosage du PSA sanguin. Pour déterminer leurs risques et avantages, nous avons premièrement évalué la validité de ce test diagnostique par rapport au PSA sanguin classique chez 61 patients. Ensuite, nous avons réalisé une enquête auprès de 30 patients sur leurs connaissances et leurs attentes par rapport aux autotests et au dépistage de la prostate. Résultats : la sensibilité de l’autotest est de 90% et sa spécificité est de 92% par rapport au dosage PSA sanguin classique, ce qui en fait un bon test diagnostic. L’enquête auprès des patients met en évidence que leur connaissance sur le dépistage du cancer de la prostate est très limité. La majorité d’entre eux voient un intérêt à l’utilisation des autotests. En cas d’autotest positif, les patients se tournent prioritairement vers leur médecin traitant. Conclusions : L’autotest de dépistage PSA est un bon test diagnostic. Cependant, en permettant au patient de faire son test seul chez lui, le médecin traitant n’a pas l’occasion de lui donner toute l’information concernant le dépistage du cancer de la prostate et se retrouve face à des questions pour un geste qu’il n’a pas lui-même demandé. Mots-clefs : dépistage, PSA, autotest, médecine générale, cancer de la prostate, néoplasie prostatique, tumeur de la prostate
Le dépistage du cancer de la prostate est un sujet fréquemment abordé en médecine générale. Dans ce travail, nous avons tout d’abord revu la littérature à ce propos. Nous nous sommes ensuite intéressés à l’arrivée des autotests, et particulièrement à celui du dosage du PSA sanguin. Pour déterminer leurs risques et avantages, nous avons premièrement évalué la validité de ce test diagnostique par rapport au PSA sanguin classique chez 61 patients. Ensuite, nous avons réalisé une enquête auprès de 30 patients sur leurs connaissances et leurs attentes par rapport aux autotests et au dépistage de la prostate. Résultats : la sensibilité de l’autotest est de 90% et sa spécificité est de 92% par rapport au dosage PSA sanguin classique, ce qui en fait un bon test diagnostic. L’enquête auprès des patients met en évidence que leur connaissance sur le dépistage du cancer de la prostate est très limité. La majorité d’entre eux voient un intérêt à l’utilisation des autotests. En cas d’autotest positif, les patients se tournent prioritairement vers leur médecin traitant. Conclusions : L’autotest de dépistage PSA est un bon test diagnostic. Cependant, en permettant au patient de faire son test seul chez lui, le médecin traitant n’a pas l’occasion de lui donner toute l’information concernant le dépistage du cancer de la prostate et se retrouve face à des questions pour un geste qu’il n’a pas lui-même demandé. Mots-clefs : dépistage, PSA, autotest, médecine générale, cancer de la prostate, néoplasie prostatique, tumeur de la prostate

Screening for prostate cancer is a common topic in general practice. In this work, we first reviewed the literature in this regard. We were then interested in the arrival of the autotests, and particularly that of the assay of the blood PSA. To determine their risks and benefits, we first assessed the validity of this diagnostic test against classical blood PSA in 61 patients. Next, we conducted a survey of 30 patients about their knowledge and expectations of prostate autotests and screening. Results: The sensitivity of the autotest is 90% and its specificity is 92% compared to the classical blood PSA test, which makes it a good diagnostic test. The patient survey shows that their knowledge of prostate cancer screening is very limited. The majority of them see an interest in the use of autotests. In the case of a positive autotest, patients first turn to their doctor. Conclusions: The PSA autotest is a good diagnostic test. However, by allowing the patient to do his test alone at home, the attending physician does not have the opportunity to give him all the information concerning prostate cancer screening and is faced with questions for a gesture that he did not ask himself. Keywords : screening, PSA, autotest, general medicine, prostate cancer, prostatic neoplasia, prostate tumor
Screening for prostate cancer is a common topic in general practice. In this work, we first reviewed the literature in this regard. We were then interested in the arrival of the autotests, and particularly that of the assay of the blood PSA. To determine their risks and benefits, we first assessed the validity of this diagnostic test against classical blood PSA in 61 patients. Next, we conducted a survey of 30 patients about their knowledge and expectations of prostate autotests and screening. Results: The sensitivity of the autotest is 90% and its specificity is 92% compared to the classical blood PSA test, which makes it a good diagnostic test. The patient survey shows that their knowledge of prostate cancer screening is very limited. The majority of them see an interest in the use of autotests. In the case of a positive autotest, patients first turn to their doctor. Conclusions: The PSA autotest is a good diagnostic test. However, by allowing the patient to do his test alone at home, the attending physician does not have the opportunity to give him all the information concerning prostate cancer screening and is faced with questions for a gesture that he did not ask himself. Keywords : screening, PSA, autotest, general medicine, prostate cancer, prostatic neoplasia, prostate tumor
Nadin - JulieUniversité catholique de Louvain
QP53 - Y77 - QS41 - A97 - QR34 - QR31 - A11 - QO4
Biologie délocalisée : intérêt et utilité du dosage de la CRP en médecine générale
Biologie délocalisée : intérêt et utilité du dosage de la CRP en médecine générale
Introduction: Depuis les années 1990, le dosage de la C-réactive protéine peut être réalisé dans le cabinet du médecin généraliste avec l’obtention de résultats rapides. Elle fait partie des « point-of-care testings », c'est-à-dire des analyses de laboratoire réalisées au chevet du patient. Le dosage rapide de la protéine C réactive n’est pas très répandu en Belgique mais les médecins généralistes interrogés dans une enquête internationale ont montré leur intérêt pour cette méthode en pratique courante. Ce travail de recherche s’est concentré sur la plus-value potentielle et la mise en pratique de cet outil dans le cabinet du médecin traitant par une confrontation des données de littérature à l’utilisation clinique de ce test. Un des points clés de l’analyse concerne l’impact de cet outil sur la prescription d’antibiotiques et d’examens complémentaires. Méthode : La première partie du travail est consacrée aux recherches de littérature. Les publications récentes et européennes ont été privilégiées. La deuxième partie est une analyse observationnelle réalisée à notre cabinet, sur une période de 6 semaines, à partir de données recueillies via notre programme informatique suite à l’utilisation d’un dispositif de dosage rapide de la protéine C réactive (« Cube-S »). Résultats : 25 tests ont été réalisés pour trois médecins temps plein sur une période de 6 semaines, ce qui revient à une utilisation approximative d’un test par jour à notre cabinet. Les résultats obtenus rejoignent ceux trouvés dans la littérature sur les différents points analysés; les motifs de consultations pour lesquels un test de CRP rapide était jugé utile, la fiabilité par rapport à la méthode standard et l’impact sur la prescription d’antibiotiques et d’examens complémentaires. Le dosage de la protéine C réactive est surtout utilisé pour différencier une origine virale d’une origine bactérienne. Il induit une modification de la pratique individuelle concernant la prescription d’antibiotiques et réduit la prescription de biologie complete. Conclusion : Ce travail confirme l’intérêt international pour cet outil de biologie délocalisée mais son utilisation courante nécessite un cadre légal précis, une formation de ses utilisateurs, des protocoles de validation de la méthode et une bonne interaction entre tous les interlocuteurs.
Introduction: Depuis les années 1990, le dosage de la C-réactive protéine peut être réalisé dans le cabinet du médecin généraliste avec l’obtention de résultats rapides. Elle fait partie des « point-of-care testings », c'est-à-dire des analyses de laboratoire réalisées au chevet du patient. Le dosage rapide de la protéine C réactive n’est pas très répandu en Belgique mais les médecins généralistes interrogés dans une enquête internationale ont montré leur intérêt pour cette méthode en pratique courante. Ce travail de recherche s’est concentré sur la plus-value potentielle et la mise en pratique de cet outil dans le cabinet du médecin traitant par une confrontation des données de littérature à l’utilisation clinique de ce test. Un des points clés de l’analyse concerne l’impact de cet outil sur la prescription d’antibiotiques et d’examens complémentaires. Méthode : La première partie du travail est consacrée aux recherches de littérature. Les publications récentes et européennes ont été privilégiées. La deuxième partie est une analyse observationnelle réalisée à notre cabinet, sur une période de 6 semaines, à partir de données recueillies via notre programme informatique suite à l’utilisation d’un dispositif de dosage rapide de la protéine C réactive (« Cube-S »). Résultats : 25 tests ont été réalisés pour trois médecins temps plein sur une période de 6 semaines, ce qui revient à une utilisation approximative d’un test par jour à notre cabinet. Les résultats obtenus rejoignent ceux trouvés dans la littérature sur les différents points analysés; les motifs de consultations pour lesquels un test de CRP rapide était jugé utile, la fiabilité par rapport à la méthode standard et l’impact sur la prescription d’antibiotiques et d’examens complémentaires. Le dosage de la protéine C réactive est surtout utilisé pour différencier une origine virale d’une origine bactérienne. Il induit une modification de la pratique individuelle concernant la prescription d’antibiotiques et réduit la prescription de biologie complete. Conclusion : Ce travail confirme l’intérêt international pour cet outil de biologie délocalisée mais son utilisation courante nécessite un cadre légal précis, une formation de ses utilisateurs, des protocoles de validation de la méthode et une bonne interaction entre tous les interlocuteurs.
Hautier - MarineUniversité catholique de Louvain
D01 - D70 - D92 - D98
Place de la mesure ambulatoire de la pression artérielle en médecine générale: Intérêt et faisabilité de la méthode au sein d’une maison médicale au forfait à Bruxelles
Place de la mesure ambulatoire de la pression artérielle en médecine générale: Intérêt et faisabilité de la méthode au sein d’une maison médicale au forfait à Bruxelles
L’hypertension artérielle est une des premières pathologies chroniques dans le monde. Non traitée, elle augmente significativement le risque de maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, …) qui représentent la première cause de mortalité à travers le monde. Le médecin généraliste joue un rôle central dans la prise en charge de cette maladie. Le diagnostic d’hypertension artérielle est classiquement basé sur la mesure de la pression artérielle au cabinet mais cette méthode est, par de nombreux aspects, perfectible. Depuis de nombreuses années, la mesure ambulatoire de la pression artérielle s’est imposée comme la référence dans le diagnostic de l’hypertension artérielle. Elle supprime l’effet « blouse blanche » et permet la prise de mesures répétées tout au long du cycle nycthéméral du patient, y compris nocturne. En outre, elle jouit d’un bon rapport coût-efficacité, bien qu’elle ne soit, à ce jour, pas remboursée par l’INAMI en Belgique. Ce travail de fin d’études avait pour objectif d’évaluer l’intérêt et la faisabilité de la mesure ambulatoire de la pression artérielle en médecine générale, au sein d’une pratique de groupe en maison médicale. L’équipe soignante disposait déjà d’un appareil mais son utilisation était non standardisée et plutôt rare. Différents outils, documents et échanges ont été mis en place afin d’améliorer et stimuler le recours à la mesure ambulatoire de la pression artérielle. Dix-huit mesures ont été réalisées de janvier 2018 à mi-mars 2018. Les soignants intervenants (médecins et infirmier) ont été interrogés sur leur ressenti. Il s’est avéré que cette technique peut être employée en médecine générale et donne des résultats ayant un impact sur la prise en charge de nos patients. Les intervenants sont convaincus de son utilité en première ligne de soins et ont été éveillés à son application régulière.
L’hypertension artérielle est une des premières pathologies chroniques dans le monde. Non traitée, elle augmente significativement le risque de maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, …) qui représentent la première cause de mortalité à travers le monde. Le médecin généraliste joue un rôle central dans la prise en charge de cette maladie. Le diagnostic d’hypertension artérielle est classiquement basé sur la mesure de la pression artérielle au cabinet mais cette méthode est, par de nombreux aspects, perfectible. Depuis de nombreuses années, la mesure ambulatoire de la pression artérielle s’est imposée comme la référence dans le diagnostic de l’hypertension artérielle. Elle supprime l’effet « blouse blanche » et permet la prise de mesures répétées tout au long du cycle nycthéméral du patient, y compris nocturne. En outre, elle jouit d’un bon rapport coût-efficacité, bien qu’elle ne soit, à ce jour, pas remboursée par l’INAMI en Belgique. Ce travail de fin d’études avait pour objectif d’évaluer l’intérêt et la faisabilité de la mesure ambulatoire de la pression artérielle en médecine générale, au sein d’une pratique de groupe en maison médicale. L’équipe soignante disposait déjà d’un appareil mais son utilisation était non standardisée et plutôt rare. Différents outils, documents et échanges ont été mis en place afin d’améliorer et stimuler le recours à la mesure ambulatoire de la pression artérielle. Dix-huit mesures ont été réalisées de janvier 2018 à mi-mars 2018. Les soignants intervenants (médecins et infirmier) ont été interrogés sur leur ressenti. Il s’est avéré que cette technique peut être employée en médecine générale et donne des résultats ayant un impact sur la prise en charge de nos patients. Les intervenants sont convaincus de son utilité en première ligne de soins et ont été éveillés à son application régulière.
Etesse - PierreUniversité catholique de Louvain
K85 - K86 - QO4 - QR35
Les symptômes respiratoires et ORL chez l’enfant en médecine générale : Les déterminants médicaux et non médicaux qui influencent la prescription d’antibiotiques
Les symptômes respiratoires et ORL chez l’enfant en médecine générale : Les déterminants médicaux et non médicaux qui influencent la prescription d’antibiotiques
Les enfants constituent une certaine proportion de consultations en médecine générale. Les infections sont une des causes qui incitent les parents à se présenter au cabinet du médecin traitant. L’enjeu de chaque consultation réside dans la prescription ou non d’un antibiotique. Le choix du traitement, bien que déterminé par le praticien, peut également être influencé par des facteurs non médicaux, source d’une prescription inappropriée, elle-même responsable du phénomène des résistances bactériennes. A l’aide de rappels théoriques, d’un questionnaire auto-administré ayant obtenu la participation de 106 répondants et d’une recherche de littérature, ce travail a pour objectif de mettre en évidence des déterminants médicaux et non médicaux qui peuvent être à l’origine d’une prescription erronée d’antibiotiques et de la sorte, nous faire réfléchir et nous inciter à modifier notre manière d’agir afin d’améliorer notre prise en charge. L’ensemble des supports ayant aidé à la rédaction de ce travail a pour but de définir une tendance globale. Outre les connaissances générales médicales nécessitant un renouvellement permanent, s’ajoutent des facteurs externes au cas médical qui peuvent perturber la bonne interprétation d’une consultation. Parmi ces éléments, nous retrouvons, entre autres, par exemple, le retour en consultation de l’enfant malgré un premier traitement, pouvant semer le doute sur le diagnostic, la fatigue du praticien, certains moments de la semaine ou encore la pression parentale, laquelle peut être tempérée par la discussion et la distribution d’informations. Ces divers facteurs nous rappellent qu’à la théorie médicale, s’entremêlent une multitude de perturbateurs pouvant parasiter la consultation et devenir responsable d’une prescription parfois erronée. En médecine générale, la prescription d’antibiotiques chez l’enfant reste une question majeure à laquelle le praticien doit répondre à la fin de chaque consultation. Les connaissances théoriques et l’examen clinique l’aident à orienter sa prise en charge thérapeutique mais le médecin doit également apprendre à se connaitre, déterminer ses limites et mettre des barrières aux facteurs externes qui pourraient le détourner du choix du traitement qu’il juge initialement le plus adéquat.
Les enfants constituent une certaine proportion de consultations en médecine générale. Les infections sont une des causes qui incitent les parents à se présenter au cabinet du médecin traitant. L’enjeu de chaque consultation réside dans la prescription ou non d’un antibiotique. Le choix du traitement, bien que déterminé par le praticien, peut également être influencé par des facteurs non médicaux, source d’une prescription inappropriée, elle-même responsable du phénomène des résistances bactériennes. A l’aide de rappels théoriques, d’un questionnaire auto-administré ayant obtenu la participation de 106 répondants et d’une recherche de littérature, ce travail a pour objectif de mettre en évidence des déterminants médicaux et non médicaux qui peuvent être à l’origine d’une prescription erronée d’antibiotiques et de la sorte, nous faire réfléchir et nous inciter à modifier notre manière d’agir afin d’améliorer notre prise en charge. L’ensemble des supports ayant aidé à la rédaction de ce travail a pour but de définir une tendance globale. Outre les connaissances générales médicales nécessitant un renouvellement permanent, s’ajoutent des facteurs externes au cas médical qui peuvent perturber la bonne interprétation d’une consultation. Parmi ces éléments, nous retrouvons, entre autres, par exemple, le retour en consultation de l’enfant malgré un premier traitement, pouvant semer le doute sur le diagnostic, la fatigue du praticien, certains moments de la semaine ou encore la pression parentale, laquelle peut être tempérée par la discussion et la distribution d’informations. Ces divers facteurs nous rappellent qu’à la théorie médicale, s’entremêlent une multitude de perturbateurs pouvant parasiter la consultation et devenir responsable d’une prescription parfois erronée. En médecine générale, la prescription d’antibiotiques chez l’enfant reste une question majeure à laquelle le praticien doit répondre à la fin de chaque consultation. Les connaissances théoriques et l’examen clinique l’aident à orienter sa prise en charge thérapeutique mais le médecin doit également apprendre à se connaitre, déterminer ses limites et mettre des barrières aux facteurs externes qui pourraient le détourner du choix du traitement qu’il juge initialement le plus adéquat.
Zaru - MassimoUniversité catholique de Louvain
QD325
Comment valoriser les consultations pour certificat chez les jeunes entre 12 et 18 ans qui demandent des certificats de façon répétée. Recherche-action pour répondre à cette problématique par un aide-mémoire.
Comment valoriser les consultations pour certificat chez les jeunes entre 12 et 18 ans qui demandent des certificats de façon répétée. Recherche-action pour répondre à cette problématique par un aide-mémoire.
Ce travail décrit la recherche-action entreprise avec la maison médicale du Vieux Molenbeek dans le but de valoriser les consultations pour les jeunes entre 12 et 18 ans qui viennent pour un certificat, de façon répétée. Par valorisation nous entendons l’insertion d’éléments de prévention et la construction de la relation afin de rendre les consultations plus intéressantes pour le jeune patient et pour le médecin. 20% des jeunes inscrits au forfait à la maison médicale ont eu au moins 3 certificats au cours de l’année scolaire 2016-2017. Pour valoriser les consultations, nous avons mis en place un outil: un aide-mémoire. Afin de construire cet outil, nous avons utilisé trois types de sources : la révision des dossiers informatiques des jeunes ayant eu 3 certificats ou plus en 2016-2017, la littérature (médicale) et le règlement des absences en Fédération Wallonie-Bruxelles. L’aide-mémoire regroupe plusieurs outils et stratégies à mettre en place en consultation. Ces stratégies ont pour but d’aider la prise en charge bio-psycho-sociale de l’adolescent et de le guider dans le développement de compétences qui participent à sa bonne santé. De cette façon, l’outil reflète les dernières recommandations prônant une éducation à la santé positive et globale. L’indice choisi pour évaluer l’action était initialement la santé perçue par les jeunes patients. Faute d’avoir pu utiliser un questionnaire, cet indice a été remplacé. C’est la satisfaction des soignants par rapport à la consultation qui sert d’indicateur. Sur une échelle évaluant la satisfaction des soignants pour une consultation pour un certificat chez un jeune de 0 à 10, l’indice de satisfaction a augmenté 1,5 point en moyenne après l’implémentation de l’aide-mémoire.
Ce travail décrit la recherche-action entreprise avec la maison médicale du Vieux Molenbeek dans le but de valoriser les consultations pour les jeunes entre 12 et 18 ans qui viennent pour un certificat, de façon répétée. Par valorisation nous entendons l’insertion d’éléments de prévention et la construction de la relation afin de rendre les consultations plus intéressantes pour le jeune patient et pour le médecin. 20% des jeunes inscrits au forfait à la maison médicale ont eu au moins 3 certificats au cours de l’année scolaire 2016-2017. Pour valoriser les consultations, nous avons mis en place un outil: un aide-mémoire. Afin de construire cet outil, nous avons utilisé trois types de sources : la révision des dossiers informatiques des jeunes ayant eu 3 certificats ou plus en 2016-2017, la littérature (médicale) et le règlement des absences en Fédération Wallonie-Bruxelles. L’aide-mémoire regroupe plusieurs outils et stratégies à mettre en place en consultation. Ces stratégies ont pour but d’aider la prise en charge bio-psycho-sociale de l’adolescent et de le guider dans le développement de compétences qui participent à sa bonne santé. De cette façon, l’outil reflète les dernières recommandations prônant une éducation à la santé positive et globale. L’indice choisi pour évaluer l’action était initialement la santé perçue par les jeunes patients. Faute d’avoir pu utiliser un questionnaire, cet indice a été remplacé. C’est la satisfaction des soignants par rapport à la consultation qui sert d’indicateur. Sur une échelle évaluant la satisfaction des soignants pour une consultation pour un certificat chez un jeune de 0 à 10, l’indice de satisfaction a augmenté 1,5 point en moyenne après l’implémentation de l’aide-mémoire.
de Hemptinne - AurélieUniversité catholique de Louvain
Q04 - Q04 - Q04 - Q04 - Q04 - Q04
L’intérêt des probiotiques dans la prévention et le traitement de la diarrhée associée aux antibiotiques ou de la diarrhée associée au Clostridium difficile en médecine générale
L’intérêt des probiotiques dans la prévention et le traitement de la diarrhée associée aux antibiotiques ou de la diarrhée associée au Clostridium difficile en médecine générale
Les probiotiques sont au cœur de la pratique médicale d’aujourd’hui. Ils sont définis par l’Organisation Mondiale de la Santé comme étant des « micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantités adéquates, confèrent un bénéfice pour la santé de l’hôte ». Leur action supposée favorable sur le microbiote intestinal suscite l’intérêt dans la prise en charge préventive et thérapeutique d’une diarrhée associée aux antibiotiques ou d’une diarrhée à Clostridium difficile. Une revue de la littérature médicale a été réalisée afin de répondre à la question suivante : « Est-il intéressant de prescrire des probiotiques dans la prévention et le traitement de la diarrhée associée aux antibiotiques ou de la diarrhée associée au Clostridium difficile en médecine générale ? ». Cette recherche bibliographique a été menée dans la littérature secondaire. Les résultats obtenus permettent d’affirmer un intérêt potentiel des probiotiques dans la prévention de la diarrhée associée aux antibiotiques ou de la diarrhée associée au Clostridium difficile, pour les enfants et les adultes. Par contre, aucune différence statistiquement significative n’a été prouvée chez les personnes âgées. De plus, les données sont manquantes en ce qui concerne l’utilisation des probiotiques comme traitement de ces deux types de diarrhées. De nouvelles études bien menées statistiquement et étudiant des souches de probiotiques spécifiques ainsi que leurs posologies sont attendues. En effet, la littérature médicale actuelle ne permet pas d’établir de recommandations claires pour le moment concernant l’usage des probiotiques dans la prévention et le traitement de la diarrhée associée aux antibiotiques ou de la diarrhée à Clostridium difficile. Au vu du peu d’effets indésirables, les probiotiques sont considérés comme des produits non dangereux mais ils sont tout de même contre-indiqués pour les immunodéprimés, les malades dans un état critique ou les personnes porteuses d’un cathéter veineux central. Le rapport coût-efficacité d’une prophylaxie par probiotiques est donc discutable. Pour conclure, n’oublions pas que la meilleure prévention d’une diarrhée associée aux antibiotiques ou d’une diarrhée associée au Clostridium difficile est une prescription réfléchie et justifiée des antibiotiques.
Les probiotiques sont au cœur de la pratique médicale d’aujourd’hui. Ils sont définis par l’Organisation Mondiale de la Santé comme étant des « micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantités adéquates, confèrent un bénéfice pour la santé de l’hôte ». Leur action supposée favorable sur le microbiote intestinal suscite l’intérêt dans la prise en charge préventive et thérapeutique d’une diarrhée associée aux antibiotiques ou d’une diarrhée à Clostridium difficile. Une revue de la littérature médicale a été réalisée afin de répondre à la question suivante : « Est-il intéressant de prescrire des probiotiques dans la prévention et le traitement de la diarrhée associée aux antibiotiques ou de la diarrhée associée au Clostridium difficile en médecine générale ? ». Cette recherche bibliographique a été menée dans la littérature secondaire. Les résultats obtenus permettent d’affirmer un intérêt potentiel des probiotiques dans la prévention de la diarrhée associée aux antibiotiques ou de la diarrhée associée au Clostridium difficile, pour les enfants et les adultes. Par contre, aucune différence statistiquement significative n’a été prouvée chez les personnes âgées. De plus, les données sont manquantes en ce qui concerne l’utilisation des probiotiques comme traitement de ces deux types de diarrhées. De nouvelles études bien menées statistiquement et étudiant des souches de probiotiques spécifiques ainsi que leurs posologies sont attendues. En effet, la littérature médicale actuelle ne permet pas d’établir de recommandations claires pour le moment concernant l’usage des probiotiques dans la prévention et le traitement de la diarrhée associée aux antibiotiques ou de la diarrhée à Clostridium difficile. Au vu du peu d’effets indésirables, les probiotiques sont considérés comme des produits non dangereux mais ils sont tout de même contre-indiqués pour les immunodéprimés, les malades dans un état critique ou les personnes porteuses d’un cathéter veineux central. Le rapport coût-efficacité d’une prophylaxie par probiotiques est donc discutable. Pour conclure, n’oublions pas que la meilleure prévention d’une diarrhée associée aux antibiotiques ou d’une diarrhée associée au Clostridium difficile est une prescription réfléchie et justifiée des antibiotiques.
Lens - MarieUniversité catholique de Louvain
D11 - Q04
Prise en charge de l’entorse externe de la cheville en province du Luxembourg : Entre théorie, médecine générale et médecine aiguë.
Prise en charge de l’entorse externe de la cheville en province du Luxembourg : Entre théorie, médecine générale et médecine aiguë.
Ce travail a comparé, au moyen d’une recherche qualitative menée par entretiens individuels auprès d’un échantillon de médecins généralistes et urgentistes, la prise en charge, en province du Luxembourg, des entorses externes de la cheville en médecine générale et dans les services d’urgences. 12 médecins ont été interrogés individuellement, parmi lesquels 9 médecins généralistes, et les chefs de service de tous les services d’urgence de la province du Luxembourg. Un kinésithérapeute et un orthopédiste ont également été rencontrés. Des divergences majeures de pratique ont été mises en évidence, et ont été analysées à la lumière des données de la littérature médicale. La recommandation d’appliquer les critères d’Ottawa pour décider d’un recours éventuel à la radiographie, a été confirmée. Une gradation binaire de la sévérité des entorses a été proposée, ainsi qu’un arbre décisionnel simplifié pour le choix des différentes options thérapeutiques. L’immobilisation semi-rigide a été préférée à l’immobilisation rigide dans la majorité des cas, priorité étant donnée au traitement fonctionnel. Nous avons mis en évidence les coûts substantiels engendrés par une pathologie aussi fréquente que l’entorse de cheville (et leur importante variabilité selon la filière de prise en charge), en dénonçant les pressions subies par certains médecins urgentistes et en évoquant les dérives d’une médecine rémunérée à l’acte. Dans le but de réduire ces coûts, mais aussi d’améliorer la prise en charge des patients, nous avons proposé une collaboration renforcée entre spécialistes en médecine aiguë et spécialistes en médecine générale.
Ce travail a comparé, au moyen d’une recherche qualitative menée par entretiens individuels auprès d’un échantillon de médecins généralistes et urgentistes, la prise en charge, en province du Luxembourg, des entorses externes de la cheville en médecine générale et dans les services d’urgences. 12 médecins ont été interrogés individuellement, parmi lesquels 9 médecins généralistes, et les chefs de service de tous les services d’urgence de la province du Luxembourg. Un kinésithérapeute et un orthopédiste ont également été rencontrés. Des divergences majeures de pratique ont été mises en évidence, et ont été analysées à la lumière des données de la littérature médicale. La recommandation d’appliquer les critères d’Ottawa pour décider d’un recours éventuel à la radiographie, a été confirmée. Une gradation binaire de la sévérité des entorses a été proposée, ainsi qu’un arbre décisionnel simplifié pour le choix des différentes options thérapeutiques. L’immobilisation semi-rigide a été préférée à l’immobilisation rigide dans la majorité des cas, priorité étant donnée au traitement fonctionnel. Nous avons mis en évidence les coûts substantiels engendrés par une pathologie aussi fréquente que l’entorse de cheville (et leur importante variabilité selon la filière de prise en charge), en dénonçant les pressions subies par certains médecins urgentistes et en évoquant les dérives d’une médecine rémunérée à l’acte. Dans le but de réduire ces coûts, mais aussi d’améliorer la prise en charge des patients, nous avons proposé une collaboration renforcée entre spécialistes en médecine aiguë et spécialistes en médecine générale.
Moulart - AdrienUniversité catholique de Louvain
L16 - L77 - QR31 - QS31
Comment faciliter l'accès à des soins de qualité en médecine de première ligne aux personnes les plus pauvres? Réflexion à partir des obstacles qu'elles rencontrent et proposition de pistes pour les surmonter. Recherche qualitative au moyen d'interviews avec douze patients bruxellois.
Comment faciliter l'accès à des soins de qualité en médecine de première ligne aux personnes les plus pauvres? Réflexion à partir des obstacles qu'elles rencontrent et proposition de pistes pour les surmonter. Recherche qualitative au moyen d'interviews avec douze patients bruxellois.
Il existe des différences importantes d’états de santé au sein d’une population et ces différences sont, en grande partie, dues aux conditions de vie et donc aux inégalités socio-économiques. Il s’agit de combattre ces inégalités par des mesures socio-économiques mais aussi par une attention particulière des praticiens consultés par les personnes les plus pauvres. Au moyen d’entretiens, l’objectif est de dégager une réflexion à partir du vécu de personnes vivant la pauvreté. Cet apport est indispensable pour des médecins généralistes qui désirent travailler plus adéquatement dans un but d’amélioration de la santé des personnes les plus défavorisées. Les deux méthodes utilisées pour étayer ce travail qualitatif sont la recherche dans la littérature et des entretiens individuels avec douze patients bruxellois soignés dans deux structures de soins de première ligne différentes. La recherche dans la littérature permet d’expliquer les inégalités sociales de santé et leurs différentes causes et composantes. Elle précise également les concepts de précarité, pauvreté, et leurs expressions à l‘échelle bruxelloise. Les entretiens individuels sont résumés pour faire ressortir la réalité des plus pauvres par rapport à leur santé et l’accès aux soins, et leur point de vue quant aux changements à y apporter. La discussion consiste en une position personnelle par rapport au constat de départ dégagé et en propositions concrètes de pistes de solution pour surmonter les difficultés d’accès aux soins mises en évidence. Ces propositions concernent des niveaux tant individuels que sociétaux, abordent à la fois la relation soignant-soigné et l’organisation des soins de santé.
Il existe des différences importantes d’états de santé au sein d’une population et ces différences sont, en grande partie, dues aux conditions de vie et donc aux inégalités socio-économiques. Il s’agit de combattre ces inégalités par des mesures socio-économiques mais aussi par une attention particulière des praticiens consultés par les personnes les plus pauvres. Au moyen d’entretiens, l’objectif est de dégager une réflexion à partir du vécu de personnes vivant la pauvreté. Cet apport est indispensable pour des médecins généralistes qui désirent travailler plus adéquatement dans un but d’amélioration de la santé des personnes les plus défavorisées. Les deux méthodes utilisées pour étayer ce travail qualitatif sont la recherche dans la littérature et des entretiens individuels avec douze patients bruxellois soignés dans deux structures de soins de première ligne différentes. La recherche dans la littérature permet d’expliquer les inégalités sociales de santé et leurs différentes causes et composantes. Elle précise également les concepts de précarité, pauvreté, et leurs expressions à l‘échelle bruxelloise. Les entretiens individuels sont résumés pour faire ressortir la réalité des plus pauvres par rapport à leur santé et l’accès aux soins, et leur point de vue quant aux changements à y apporter. La discussion consiste en une position personnelle par rapport au constat de départ dégagé et en propositions concrètes de pistes de solution pour surmonter les difficultés d’accès aux soins mises en évidence. Ces propositions concernent des niveaux tant individuels que sociétaux, abordent à la fois la relation soignant-soigné et l’organisation des soins de santé.
De Muylder - BrunoUniversité catholique de Louvain
Q04 - Q04 - Q04 - Q04