Recherche
  •  
  • 30 - Examen médical/bilan de santé global
  • 30.000 - examen médical global
  • 30.001 - bilan global
  • 30.002 - examen du nourrisson bien portant
  • 30.003 - examen de santé scolaire
  • 31 - Examen médical / bilan de santé partiel
  • 31.000 - examen médical partiel
  • 31.001 - bilan de santé partiel
  • 31.002 - examen d'un système corporel
  • 31.003 - dépistage d'un problème de santé
  • 31.004 - auscultation cardiaque
  • 31.005 - mesure de la pression
  • 31.006 - mesure de la température
  • 32 - Test de sensibilité
  • 32.000 - test de sensibilité
  • 32.001 - prick-test
  • 32.002 - patch test
  • 32.003 - RAST
  • 32.004 - test d'exposition aux aliments
  • 32.005 - test de provocation a la metacholine
  • 32.006 - test de Mantoux
  • 33 - Examen microbiologique/ immunologique
  • 33.000 - examen microbiologique
  • 33.001 - examen immunologique
  • 33.002 - hémoculture
  • 33.003 - culture de selles
  • 33.004 - culture des expectorations
  • 33.005 - frottis de gorge
  • 33.006 - frottis vaginal
  • 33.007 - test d'antigène
  • 33.008 - test d'anticorps
  • 33.009 - test HIV
  • 33.010 - test HPV
  • 33.011 - titrage d'anticorps
  • 33.012 - test Hépatite B
  • 34 - Analyse de sang
  • 34.000 - analyse de sang
  • 34.001 - groupe et type sanguin
  • 34.002 - vitesse de sédimentation (VS)
  • 34.003 - globules blancs (GB)
  • 34.004 - taux d'hormone sanguin
  • 34.005 - taux d'enzyme sanguin
  • 34.006 - taux de drogue sanguin
  • 34.007 - taux d'alcool sanguin
  • 34.008 - protéine C réactive (PCR)
  • 34.009 - temps de prothrombine (PTT)
  • 34.010 - D-dimères
  • 34.011 - gaz artériel
  • 34.012 - clearance de la créatinine
  • 34.013 - test de grossesse sanguin
  • 34.14 - examens biologiques de base?
  • 35 - Analyse d'urine
  • 35.000 - analyse d'urine
  • 35.001 - tigette urinaire
  • 35.002 - recherche de drogues urinaires
  • 35.003 - test de grossesse urinaire
  • 35.004 - rapport albumine/créatinine
  • 36 - Analyse de selles
  • 36.000 - analyse de selles
  • 36.001 - recherche de parasites
  • 36.002 - recherche d’œufs
  • 36.003 - recherche de kystes dans les selles
  • 36.004 - recherche de sang occulte dans les selles
  • 37 - Cytologie/histologie
  • 37.000 - cytologie-histologie
  • 37.001 - anapath-cytologie tissu
  • 37.002 - anapath-cytologie fluide
  • 37.003 - anapath-cytologie biopsie
  • 37.004 - anapath-cytologie ponction
  • 37.005 - anapath-cytologie excision
  • 37.006 - anapath-cytologie frottis
  • 37.007 - cytologie urinaire
  • 37.008 - anapath-cytologie expectoration
  • 37.009 - spermogramme
  • 38 - Autre analyse de laboratoire nca
  • 38.000 - autre analyse de laboratoire nca
  • 38.001 - dépistage chromosomique antenatal
  • 38.002 - test chromosomial
  • 38.003 - test génétique
  • 38.004 - test d’ADN
  • 38.005 - test de paternité
  • 38.006 - test respiratoire pour hélicobacter pylori
  • 38.007 - test à la sueur
  • 38.008 - test des larmes
  • 38.099 - tout autre test de laboratoire non inclus dans les rubriques 32 à 37
  • 39 - Epreuve fonctionnelle physique
  • 39.000 - epreuve fonctionnelle physique
  • 39.001 - audiométrie
  • 39.002 - champ visuel
  • 39.003 - mesure du débit urinaire
  • 39.004 - spirométrie
  • 39.005 - test calorimétrique
  • 39.006 - test de la fonction vestibulaire
  • 39.007 - test de vision des couleurs
  • 39.008 - test de vue
  • 39.009 - tonométrie
  • 39.010 - tympanométrie
  • 40 - Endoscopie diagnostique
  • 40.000 - endoscopie diagnostique
  • 40.001 - anuscopie
  • 40.002 - arthroscopie
  • 40.003 - bronchoscopie
  • 40.004 - colonoscopie
  • 40.005 - colposcopie
  • 40.006 - gastroscopie
  • 40.007 - hystéroscopie
  • 40.008 - laparoscopie
  • 40.009 - laryngoscopie
  • 40.010 - médiastinoscopie
  • 40.011 - pharyngoscopie
  • 40.012 - rectoscopie
  • 40.013 - rhinoscopie
  • 40.014 - sigmoidoscopie
  • 40.015 - trachéoscopie
  • 41 - Radiologie diagnostique/imagerie
  • 41.000 - radiologie diagnostique
  • 41.001 - imagerie
  • 41.002 - angiographie
  • 41.003 - imagerie par médecine nucléaire
  • 41.004 - imagerie par rayons X
  • 41.005 - imagerie par ultrasons
  • 41.006 - Résonance magnétique nucléaire (RMN)
  • 41.007 - scintigraphie cardiaque
  • 41.008 - scintigraphie isotopique
  • 41.009 - scintigraphie osseuse,
  • 41.010 - scintigraphie thyroïdienne,
  • 41.011 - thermographie
  • 41.012 - tomographie computérisée (CT)
  • 41.013 - tomographie par émission de positron (PET Scan)
  • 42 - Tracé électrique
  • 42.000 - tracé électrique
  • 42.001 - électrocardiogramme (ECG)
  • 42.002 - électrocardiogramme d'effort
  • 42.003 - électroencéphalogramme (EEG)
  • 42.004 - électromyogramme (EMG)
  • 42.005 - électronystagmogramme (ENG)
  • 42.006 - monitoring Holter
  • 43 - Autre procédure diagnostique
  • 43.000 - autre procédure diagnostique
  • 43.001 - dermoscopie
  • 43.002 - évaluation des activités quotidienne
  • 43.003 - familiogramme
  • 43.004 - laparatomie diagnostique
  • 43.005 - ophtalmoscopie
  • 43.006 - photographie de la peau
  • 43.007 - test d'anxiété
  • 43.008 - test de dépression
  • 43.009 - test de détection de démence
  • 43.010 - test d'intelligence
  • 44 - Vaccination/médication préventive
  • 44.000 - vaccination préventive
  • 44.001 - médication préventive
  • 44.002 - désensibilisation
  • 44.003 - immunisation active ou passive
  • 44.004 - prophylaxie de la malaria
  • 44.005 - traitement prophylactique par médicaments
  • 45 - Recommandation / éducation santé / avis / régime
  • 45.000 - recommandation de santé
  • 45.001 - éducation à la santé
  • 45.002 - avis sur la santé
  • 45.003 - régime
  • 45.004 - avis sur des habitudes favorables à la santé
  • 45.005 - avis sur des problèmes sociaux
  • 45.006 - avis sur la grossesse
  • 45.007 - avis sur la planification familiale
  • 45.008 - avis sur la santé au travail
  • 45.009 - avis sur l'utilisation des services de santé
  • 45.010 - conseil d'attente vigilante
  • 45.011 - conseil de prévention de problèmes de santé
  • 46 - Discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.000 - discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.001 - consultation par télémédecine avec un dispensateur de soins primaires
  • 47 - Consultation avec un spécialiste
  • 47.000 - consultation avec un spécialiste
  • 47.001 - consultation avec un spécialiste par télémédecine
  • 48 - Clarification, discussion de la raison de rencontre, de la demande du patient
  • 48.000 - clarification de la raison de rencontre
  • 48.001 - discussion de la demande du patient
  • 48.002 - discussion sur la nécessité des tests de dépistage
  • 49 - Autre procédure préventive
  • 49.001 - autre procédure préventive
  • 49.002 - évaluation des conditions de risques sanitaires
  • 49.003 - évaluation des conditions de risques environnementaux
  • 49.004 - rééévaluation du traitement
  • 50 - Médication / prescription / renouvellement / injection
  • 50.000 - médication
  • 50.001 - prescription
  • 50.002 - renouvellement
  • 50.003 - injection
  • 50.004 - administration de médicament
  • 50.005 - injection de médicament à effet systémique
  • 50.006 - prescription de médicament
  • 50.007 - renouvellement de médicament
  • 51 - Incision / drainage /lavage/ aspiration de liquide corporel
  • 51.000 - incision
  • 51.001 - drainage
  • 51.002 - lavage
  • 51.003 - aspiration de liquide corporel
  • 51.004 - aspiration d'un hématome
  • 51.005 - incision d'un abcès
  • 51.006 - irrigation de l'oeil
  • 51.007 - irrigation de l'oreille
  • 51.008 - paracentèse
  • 51.009 - ponction de fluide d'ascite
  • 51.010 - ponction lombaire
  • 51.011 - ponction
  • 51.012 - aspiration des sinus
  • 51.013 - aspiration d'un ganglion
  • 51.014 - aspiration d'un kyste
  • 51.015 - aspiration d'une bourse
  • 51.016 - aspiration articulaire
  • 51.017 - aspiration de l'estomac
  • 51.018 - aspiration des poumons
  • 51.019 - aspiration vésicale
  • 51.020 - saignées
  • 51.021 - thoracocentèse
  • 51.022 - tympanostomie
  • 51.023 - amniocentèse
  • 52 - Excision / biopsie / destruction/ débridement / cautérisation
  • 52.000 - excision
  • 52.001 - biopsie
  • 52.002 - destruction (de tissus)
  • 52.003 - débridement
  • 52.004 - cautérisation
  • 52.005 - amputation
  • 52.006 - asticothérapie
  • 52.007 - biopsie de la peau
  • 52.008 - biopsie d'un organe
  • 52.009 - cautérisation chimique
  • 52.010 - cautérisation électrique
  • 52.011 - cautérisation froide
  • 52.012 - cautérisation laser
  • 52.013 - curetage de la peau
  • 52.014 - curetage utérin
  • 52.015 - débridement autolytique
  • 52.016 - débridement chimique
  • 52.017 - débridement chirurgical
  • 52.018 - débridement mécanique
  • 52.019 - destruction nerveuse
  • 52.020 - destruction veine
  • 52.021 - embolectomie
  • 52.022 - éveinage
  • 52.023 - excision, élimination de tissus
  • 52.024 - excision, enlèvement d'ongle
  • 52.025 - extraction de dent
  • 52.026 - stérilisation
  • 53 - Cathétérisation / intubation / dilatation / appareillage
  • 53.000 - cathétérisation
  • 53.001 - intubation
  • 53.002 - dilatation
  • 53.003 - appareillage
  • 53.004 - canulation intraveineuse
  • 53.005 - cathétérisme
  • 53.006 - dilatation de l'urètre
  • 53.007 - dilatation du col de l'utérus
  • 53.008 - dilatation lacrymale
  • 53.009 - insertion ou enlèvement d'un tube de tympanostomie
  • 53.010 - intubation endotrachéale
  • 53.011 - lavement
  • 53.012 - rupture artificielle des membranes amniotiques
  • 53.013 - trachéotomie
  • 54 - Réparation / fixation / suture / plâtre / prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.000 - réparation (appliquer, enlever)
  • 54.001 - fixation (appliquer, enlever)
  • 54.002 - suture (appliquer, enlever)
  • 54.003 - plâtre (appliquer, enlever)
  • 54.004 - prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.005 - aide et dispositif auditif
  • 54.006 - aide et dispositif technique
  • 54.007 - aide et dispositif visuel
  • 54.008 - attelle
  • 54.009 - bandage suspensif
  • 54.010 - bande plâtrée
  • 54.011 - cerclage
  • 54.012 - suture par colle chirurgicale
  • 54.013 - implant hormonal
  • 54.014 - implantation dentaire
  • 54.015 - insertion d'un pessaire vaginal
  • 54.016 - orthèse
  • 54.017 - pose de stent
  • 54.018 - pose de stérilet
  • 54.019 - prothèse orthopédique
  • 54.020 - soutien d'hernie
  • 54.021 - taping d'entorse
  • 54.022 - traitement de fracture
  • 54.023 - réduction de luxation
  • 55 - Injection locale / infiltration
  • 55.000 - injection locale
  • 55.001 - infiltration locale
  • 55.002 - bloc nerveux
  • 55.003 - injection articulaire
  • 55.004 - injection de bourse
  • 55.005 - injection de la gaine du tendon
  • 55.006 - injection de la peau
  • 55.007 - injection de tissu sous-cutané
  • 55.008 - injection épidurale
  • 55.009 - injection sclérosante pour varices
  • 56 - Pansement /pression/ compression / bandage
  • 56.000 - pansement
  • 56.001 - exercer une pression
  • 56.002 - exercer unecompression
  • 56.003 - tamponnement
  • 56.004 - bandage de soutien
  • 56.005 - bandage de plaie
  • 56.006 - application d'un pansement oculaire
  • 57 - Thérapie manuelle / médecine physique
  • 57.000 - réhabilitation
  • 57.001 - chiropraxie
  • 57.002 - entraînement physique
  • 57.003 - entretien de la force musculaire
  • 57.004 - ergothérapie
  • 57.005 - exercice musculaire
  • 57.006 - médecine physique
  • 57.007 - podiatrie
  • 57.008 - kinésithérapie
  • 57.009 - réhabilitation spécifique de handicap;
  • 57.010 - stimulateur de nerf
  • 57.011 - stimulateur musculaire électronique
  • 57.012 - thérapie de la parole
  • 57.013 - utilisation de la chaleur à des fins thérapeutiques
  • 57.014 - utilisation des ultrasons à des fins thérapeutiques
  • 57.015 - utilisation du courant électrique à des fins thérapeutiques;
  • 57.016 - utilisation du froid à des fins thérapeutiques
  • 58 - Conseil thérapeutique / écoute / psychothérapie
  • 58.000 - conseil thérapeutique
  • 58.001 - écoute thérapeutique
  • 58.002 - psychothérapie
  • 58.003 - conseil pour une maladie spécifique
  • 58.004 - entretien motivationnel
  • 58.005 - psychothérapie de soutien
  • 58.006 - réhabilitation psychosociale pour alcoolisme
  • 58.007 - réhabilitation psychosociale pour drogue
  • 59 - Autre procédure thérapeutique/ petite chirurgie nca
  • 59.000 - autre procédure thérapeutique
  • 59.001 - petite chirurgie nca
  • 59.002 - accouchement
  • 59.003 - acupuncture
  • 59.004 - césarienne
  • 59.005 - chirurgie plastique
  • 59.006 - dialyse
  • 59.007 - enlèvement de corps étranger
  • 59.008 - oxygénothérapie
  • 59.009 - réanimation cardio-respiratoire
  • 59.010 - transfusion de sang
  • 60 - Résultat d'analyse
  • 60.000 - résultat d'analyse
  • 60.001 - résultat de procédure
  • 61 - Résultats d'examen, de test, d'enregistrement, lettre d'un autre dispensateur
  • 61.000 - résultat d'examen d'un autre dispensateur
  • 61.002 - résultat de test d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.006 - lettre d'un autre dispensateur
  • 62 - Procédure administrative
  • 62.001 - procédure administrative
  • 62.002 - certificat d'arret de travail
  • 62.003 - certificats décès
  • 62.004 - certificats permis de conduire
  • 62.005 - problèmes de facturation
  • 62.006 - questionnaire de santé
  • 62.007 - question sur le dossier dossier médical
  • 62.008 - remplissage de documents
  • 62.009 - remplissage de formulaires
  • 63 - Rencontre de suivi non spécifié
  • 63.000 - rencontre de suivi
  • 64 - Rencontre ou problème initié par le dispensateur
  • 64.000 - problème initié par le dispensateur
  • 64.001 - rencontre initiée par le dispensateur
  • 65 - Episode nouveau ou en cours initié par un tiers
  • 65.000 - problème initié par une tiers
  • 65.001 - rencontre initiée par une tiers
  • 65.002 - référence par la famille
  • 65.003 - re,
  • 65.004 - référence par l'asssistante sociale
  • 65.005 - référence par le psychologue
  • 66 - Référence à un autre dispensateur: infirmière, thérapeute, travailleur social
  • 66.001 - référence à un dispensateur non médecin
  • 66.002 - référence à infirmière
  • 66.003 - référence à un kinésithérapeute
  • 66.004 - référence à ergothérapeute
  • 66.005 - référence à chiropraticien
  • 66.006 - référence à travailleur social
  • 66.007 - référence à opticien
  • 66.008 - référence à une sage-femme
  • 66.009 - référence à diététicien
  • 66.010 - référence à dentiste
  • 66.011 - référence à une aide familiale
  • 66.012 - référence à orthodontiste
  • 66.013 - référence à psychologue
  • 67 - Référence à médecin, spécialiste, clinique, hôpital
  • 67.000 - référence à un autre MG-MF
  • 67.001 - référence à un spécialiste
  • 67.003 - référence à une clinique
  • 67.004 - référence à un hôpital
  • 68 - Autre référence
  • 68.001 - référence à association de patients
  • 68.002 - référence à service de chômage
  • 68.003 - référence à un home
  • 68.004 - référence à un home de personnes âgées
  • 68.005 - référence à un service non médical
  • 68.006 - référence à une institution de réadaptation
  • 69 - Autre procédure nca
  • 69.000 - autres procédure
  • A01 - Douleur générale ou de sites multiples
  • A02 - Frissons
  • A03 - Fièvre
  • A04 - Fatigue ou faiblesse générale
  • A05 - Sensation d'être malade
  • A06 - Evanouissement ou syncope
  • A07 - Coma
  • A08 - Gonflement
  • A09 - Problème de transpiration
  • A10 - Saignement ou hémorragie NCA
  • A11 - Douleur thoracique NCA
  • A13 - Préoccupé par ou peur d'un traitement médical
  • A16 - Nourrisson irritable
  • A18 - Préoccupé par son aspect extérieur
  • A20 - Demande ou discussion a propos de l'euthanasie
  • A21 - Facteur de risque de cancer
  • A23 - Facteur de risque NCA
  • A25 - Peur de la mort, de mourir
  • A26 - Peur du cancer NCA
  • A27 - Peur d' avoir une autre maladie NCA
  • A28 - Limitation de la fonction ou incapacité NCA
  • A29 - Autre symptôme ou plainte général
  • A70 - Tuberculose
  • A71 - Rougeole
  • A72 - Varicelle
  • A73 - Paludisme
  • A74 - Rubéole
  • A75 - Mononucléose infectieuse
  • A76 - Autre exanthème viral
  • A77 - Maladie virale autre ou NCA
  • A78 - Autre maladie infectieuse NCA
  • A79 - Cancer NCA
  • A80 - Traumatisme ou lésion traumatique NCA
  • A81 - Polytraumatisme ou lésions multiples
  • A82 - Effet tardif d'un traumatisme
  • A84 - Intoxication par substance médicinale
  • A85 - Effet secondaire d'une substance médicinale
  • A86 - Effet toxique d'une substance non médicinale
  • A87 - Complication de traitement médical
  • A88 - Effet secondaire de facteur physique
  • A89 - Effet secondaire de matériel prothétique
  • A90 - Anomalie congénitale NCA ou multiple
  • A91 - Résultat d'investigation anormale NCA
  • A92 - Allergie ou réaction allergique NCA
  • A93 - Nouveau-né prématuré
  • A94 - Autre morbidité périnatale
  • A95 - Mortalité périnatale
  • A96 - Mort
  • A97 - Pas de maladie
  • A98 - Gestion de la santé / médecine préventive
  • A99 - Maladie ou condition de nature ou de site non précisé
  • B02 - Ganglion lymphatique augmenté de volume ou douloureux
  • B04 - Symptôme ou plainte concernant le sang
  • B25 - Peur du SIDA ou du VIH
  • B26 - Peur du cancer du sang ou lymphatique
  • B27 - Peur d' avoir une autre maladie du sang ou des organes lymphatiques
  • B28 - Limitation de la fonction ou incapacité (B)
  • B29 - Autre symptôme ou plainte du système lymphatique ou immunologique
  • B70 - Adénite aiguë
  • B71 - Adénite chronique ou non-spécifique
  • B72 - Maladie de Hodgkin ou lymphome
  • B73 - Leucémie
  • B74 - Autre cancer du sang
  • B75 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du sang ou du système lymphatique
  • B76 - Rupture traumatique de la rate
  • B77 - Autre lésion traumatique du sang ou du système lymphatique ou de la rate
  • B78 - Anémie hémolytique héréditaire
  • B79 - Autre anomalie congénitale du sang ou du système lymphatique
  • B80 - Anémie par déficience en fer
  • B81 - Anémie par carence en vit B12 ou acide folique
  • B82 - Autre anémie ou indéterminée
  • B83 - Purpura ou défaut de coagulation
  • B84 - Globules blancs anormaux
  • B87 - Splénomégalie
  • B90 - Infection par le virus HIV, SIDA
  • B99 - Autre maladie du sang, du système lymphatique ou de la rate
  • D01 - Douleur/crampes abdominales gén.
  • D01 - Douleur ou crampes abdominales généralisées
  • D02 - Douleur abdominale/épigastrique
  • D02 - Douleur abdominale ou épigastrique
  • D03 - Brûlure/brûlant/brûlement estomac
  • D03 - Brûlure, brûlant, brûlement, estomac
  • D04 - Douleur rectale/anale
  • D04 - Douleur rectale ou anale
  • D05 - Démangeaisons périanales
  • D05 - Démangeaisons perianales
  • D06 - Autre douleur abdominale localisée
  • D06 - Autre douleur abdominale loc.
  • D07 - Dyspepsie/indigestion
  • D07 - Dyspepsie ou indigestion
  • D08 - Flatulence/gaz/renvoi
  • D08 - Flatulence ou gaz ou renvoi
  • D09 - Nausée
  • D10 - Vomissement
  • D11 - Diarrhée
  • D12 - Constipation
  • D13 - Jaunisse
  • D14 - Hématémèse/vomissement de sang
  • D14 - Hématémèse ou vomissement de sang
  • D15 - Méléna
  • D16 - Saignement rectal
  • D17 - Incontinence rectale
  • D18 - Modification selles/mouvem. intestin
  • D18 - Modification des selles ou des mouvements intestinaux
  • D19 - S/P dents/gencives
  • D19 - Symptôme et plainte des dents ou des gencives
  • D20 - S/P bouche/langue/lèvres
  • D20 - Symptôme et plainte de la bouche, de la langue ou des lèvres
  • D21 - Problème de déglutition
  • D21 - P. de déglutition
  • D23 - Hépatomégalie
  • D24 - Masse abdominale NCA
  • D25 - Distension abdominale
  • D26 - Peur du cancer du système digestif
  • D26 - Peur du cancer du syst. digestif
  • D27 - Peur d'une autre maladie digestive
  • D27 - Peur d'avoir une autre maladie digestive
  • D28 - Limitation de la fonction ou incapacité (D)
  • D28 - Limitation de la fonction/incap. (D)
  • D29 - Autre S/P du syst. digestif
  • D29 - Autre symptôme ou plainte du système digestif
  • D70 - Infection gastro-intestinale
  • D71 - Oreillons
  • D72 - Hépatite virale
  • D73 - Gastro-entérite présumée infectieuse
  • D74 - Cancer de l'estomac
  • D75 - Cancer du colon ou du rectum
  • D75 - Cancer du colon/du rectum
  • D76 - Cancer du pancréas
  • D77 - Autre cancer digestif/NCA
  • D77 - Autre cancer digestif ou NCA
  • D78 - Tumeur bénigne/indét. du syst. dig.
  • D78 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système digestif
  • D79 - Corps étranger du système digestif
  • D79 - CE du syst. digestif
  • D80 - Autre lésion traumatique du système digestif
  • D80 - Autre traumat. du syst. digestif
  • D81 - Anomalie congénitale du système digestif
  • D81 - Anom. congénitale du syst. digestif
  • D82 - Maladie des dents/des gencives
  • D82 - Maladie des dents et des gencives
  • D83 - Maladie de la bouche, de la langue et des lèvres
  • D83 - Maladie bouche/langue/lèvres
  • D84 - Maladie de l’œsophage
  • D84 - Maladie de l'oesophage
  • D85 - Ulcère duodénal
  • D86 - Autre ulcère peptique
  • D87 - Trouble de la fonction gastrique
  • D88 - Appendicite
  • D89 - Hernie inguinale
  • D90 - Hernie hiatale
  • D91 - Autre hernie abdominale
  • D92 - Maladie diverticulaire
  • D93 - Syndrome du colon irritable
  • D94 - Entérite chronique/colite ulcéreuse
  • D94 - Entérite chronique ou colite ulcéreuse
  • D95 - Fissure anale ou abcès périanal
  • D95 - Fissure anale/abcès périanal
  • D96 - Vers/autre parasite
  • D96 - Vers ou autre parasite
  • D97 - Maladie du foie NCA
  • D98 - Cholécystite/cholélithiase
  • D98 - Cholécystite, cholélithiase
  • D99 - Autre maladie du syst. Digestif
  • D99 - Autre maladie du système digestif
  • F01 - Oeil douloureux
  • F02 - Oeil rouge
  • F03 - Ecoulement de l’œil
  • F03 - Ecoulement de l'oeil
  • F04 - Taches visuelles/flottantes
  • F04 - Taches visuelles ou flottantes
  • F05 - Autre perturbation de la vision
  • F13 - Sensation oculaire anormale
  • F14 - Mouvements oculaires anormaux
  • F15 - Apparence anormale de l'oeil
  • F15 - Apparence anormale de l’œil
  • F16 - Symptôme et plainte de la paupière
  • F16 - S/P de la paupière
  • F17 - S/P lunettes
  • F17 - Symptôme et plainte concernant les lunettes
  • F18 - S/P lentilles de contact
  • F18 - Symptôme et plainte concernant les lentilles de contact
  • F27 - Peur d'avoir une maladie de l’œil
  • F27 - Peur d'une maladie de l'oeil
  • F28 - Limitation de la fonction ou incapacité (F)
  • F28 - Limitation de la fonction/incap. (F)
  • F29 - Autre symptôme et plainte de l’œil
  • F29 - Autre S/P de l'oeil
  • F70 - Conjonctivite infectieuse
  • F71 - Conjonctivite allergique
  • F72 - Blépharite, orgelet, chalazion
  • F73 - Autre infection/inflammation de l'oeil
  • F73 - Autre infection ou inflammation de l’œil
  • F74 - Tumeur de l’œil et des annexes
  • F74 - Tumeur de l'oeil et des annexes
  • F75 - Contusion/hémorragie de l'oeil
  • F75 - Contusion ou hémorragie de l’œil
  • F76 - Corps étranger dans l’œil
  • F76 - CE dans l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumat. de l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumatique de l’œil
  • F80 - Sténose du canal lacrymal de l'enfant
  • F80 - Sténose canal lacrymal de l'enfant
  • F81 - Autre anom. congénitale de l'oeil
  • F81 - Autre anomalie congénitale de l’œil
  • F82 - Décollement de la retire
  • F83 - Rétinopathie
  • F84 - Dégénérescence maculaire
  • F85 - Ulcère de la cornée
  • F86 - Trachome
  • F91 - Défaut de réfraction
  • F92 - Cataracte
  • F93 - Glaucome
  • F94 - Cécité
  • F95 - Strabisme
  • F99 - Autre maladie de l’œil et des annexes
  • F99 - Autre maladie de l'oeil/annexes
  • H01 - Douleur d'oreille ou otalgie
  • H01 - Douleur d'oreille/otalgie
  • H02 - P. d'audition
  • H02 - Problème d'audition
  • H03 - Acouphène, bourdonnement d'oreille
  • H03 - Acouphène/bourdonnement d'oreille
  • H04 - Ecoulement de l'oreille
  • H05 - Saignement de l'oreille
  • H13 - Sensation d'oreille bouchée
  • H15 - Préoccupé par l'aspect des oreilles
  • H15 - Préoc. par l'aspect des oreilles
  • H27 - Peur d'une maladie de l'oreille
  • H27 - Peur d'avoir une maladie de l'oreille
  • H28 - Limitation de la fonction/incap. (H)
  • H28 - Limitation de la fonction ou incapacité (H)
  • H29 - Autre S/P de l'oreille
  • H29 - Autre symptôme et plainte de l' oreille
  • H70 - Otite externe
  • H71 - Otite moyenne aiguë ou myringite
  • H71 - Otite moyenne aiguë/myringite
  • H72 - Otite moyenne séreuse
  • H73 - Salpingite d'eustache
  • H74 - Otite moyenne chronique
  • H75 - Tumeur de l'oreille
  • H76 - CE dans l'oreille
  • H76 - Corps étranger dans l'oreille
  • H77 - Perforation du tympan
  • H78 - Lésion traumat. superf. de l'oreille
  • H78 - Lésion traumatique superficielle de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumatique de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumat. de l'oreille
  • H80 - Anom. congénitale de l'oreille
  • H80 - Anomalie congénitale de l'oreille
  • H81 - Excès de cérumen
  • H82 - Syndrome vertigineux
  • H83 - Otosclérose
  • H84 - Presbyacousie
  • H85 - Traumatisme sonore
  • H86 - Surdité
  • H99 - Autre maladie de l'oreille ou de la mastoïde
  • H99 - Autre maladie de l'oreille/ mastoïde
  • K01 - Douleur cardiaque
  • K02 - Oppression ou constriction cardiaque
  • K03 - Douleur cardiovasculaire NCA
  • K04 - Palpitations ou perception des battements cardiaques
  • K05 - Autre battement cardiaque irrégulier
  • K06 - Veines proéminentes
  • K07 - Oedème, gonflement des chevilles
  • K22 - Facteur de risque de maladie cardio-vasculaire
  • K24 - Peur d'avoir une maladie de cœur
  • K25 - Peur d'avoir de l'hypertension
  • K27 - Peur d'avoir une autre maladie cardio-vasculaire
  • K28 - Limitation de la fonction ou incapacité (K)
  • K29 - Autre symptôme et plainte cardiovasculaire
  • K70 - Infection du système cardio-vasculaire
  • K71 - Rhumatisme articulaire aigu ou maladie cardiaque rhumatismale
  • K72 - Tumeur cardio-vasculaire
  • K73 - Anomalie congénitale cardio-vasculaire
  • K74 - Cardiopathie ischémique avec angor
  • K75 - Infarctus myocardique aigu
  • K76 - Cardiopathie ischémique sans angor
  • K77 - Décompensation cardiaque
  • K78 - Fibrillation auriculaire ou flutter
  • K79 - Tachycardie paroxystique
  • K80 - Arythmie cardiaque NCA
  • K81 - Souffle cardiaque ou artériel NCA
  • K82 - Cœur pulmonaire
  • K83 - Valvulopathie NCA
  • K84 - Autre maladie cardiaque
  • K85 - Pression sanguine élevée
  • K86 - Hypertension non compliquée
  • K87 - Hypertension avec complication
  • K88 - Hypotension orthostatique
  • K89 - Ischémie cérébrale transitoire
  • K90 - Accident vasculaire cérébral
  • K91 - Maladie cérébrovasculaire
  • K92 - Athérosclérose ou maladie vasculaire périphérique
  • K93 - Embolie pulmonaire
  • K94 - Phlébite et thrombophlébite
  • K95 - Varices des jambes
  • K96 - Hémorroïdes
  • K99 - Autre maladie cardio-vasculaire
  • L01 - Symptôme et plainte du cou
  • L02 - Symptôme et plainte du dos
  • L03 - Symptôme et plainte des lombes
  • L04 - Symptôme et plainte du thorax
  • L05 - Symptôme et plainte du flanc et du creux axillaire
  • L07 - Symptôme et plainte de la mâchoire
  • L08 - Symptôme et plainte de l'épaule
  • L09 - Symptôme et plainte du bras
  • L10 - Symptôme et plainte du coude
  • L11 - Symptôme et plainte du poignet
  • L12 - Symptôme et plainte de la main et du doigt
  • L13 - Symptôme et plainte de la hanche
  • L14 - Symptôme et plainte de la jambe et de la cuisse
  • L15 - Symptôme et plainte du genou
  • L16 - Symptôme et plainte de la cheville
  • L17 - Symptôme et plainte du pied et de l'orteil
  • L18 - Douleur musculaire
  • L19 - Symptôme et plainte musculaire NCA
  • L20 - Symptôme et plainte d'une articulation NCA
  • L26 - Peur d'avoir un cancer du système ostéo-articulaire
  • L27 - Peur d'avoir une autre maladie du système ostéo-articulaire
  • L28 - Limitation de la fonction ou incapacité (L)
  • L29 - Autre symptôme et plainte ostéo-articulaire
  • L70 - Infection du système ostéo-articulaire
  • L71 - Cancer du système ostéo-articulaire
  • L72 - Fracture du radius ou du cubitus
  • L73 - Fracture du tibia ou du péroné
  • L74 - Fracture de la main ou du pied
  • L75 - Fracture du fémur
  • L76 - Autre fracture
  • L77 - Entorse de la cheville
  • L78 - Entorse du genou
  • L79 - Entorse articulaire NCA
  • L80 - Luxation et subluxation
  • L81 - Lésion traumatique NCA du système ostéo-articulaire
  • L82 - Anomalie congénitale du système ostéo-articulaire
  • L83 - Syndrome cervical
  • L84 - Syndrome dorso-lombaire sans irradiation
  • L85 - Déformation acquise de la colonne
  • L86 - Syndrome dorso-lombaire avec irradiation
  • L87 - Bursite, tendinite, synovite NCA
  • L88 - Polyarthrite rhumatoïde séropositive
  • L89 - Coxarthrose
  • L90 - Gonarthrose
  • L91 - Autre arthrose
  • L92 - Syndrome de l'épaule
  • L93 - Coude du joueur de tennis
  • L94 - Ostéochondrose
  • L95 - Ostéoporose
  • L96 - Lésion aiguë interne du genou
  • L97 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système ostéo-articulaire
  • L98 - Déformation acquise des membres inférieurs
  • L99 - Autre maladie ostéo-articulaire
  • N01 - Mal de tête
  • N03 - Douleur de la face
  • N04 - Jambes sans repos
  • N05 - Fourmillements des doigts, pieds, orteils
  • N06 - Autre perturbation de la sensibilité
  • N07 - Convulsion ou crise comitiale
  • N08 - Mouvements involontaires anormaux
  • N16 - Perturbation du goût ou de l'odorat
  • N17 - Vertige ou étourdissement
  • N18 - Paralysie ou faiblesse
  • N19 - Trouble de la parole
  • N26 - Peur d'avoir un cancer du système neurologique
  • N27 - Peur d'avoir une autre maladie neurologique
  • N28 - Limitation de la fonction ou incapacité (N)
  • N29 - Autre symptôme ou plainte neurologique
  • N70 - Poliomyélite
  • N71 - Méningite ou encéphalite
  • N72 - Tétanos
  • N73 - Autre infection neurologique
  • N74 - Cancer du système neurologique
  • N75 - Tumeur bénigne du système neurologique
  • N76 - Tumeur de nature indéterminée du système neurologique
  • N79 - Commotion
  • N80 - Autre lésion traumatique de la tête
  • N81 - Autre lésion traumatique du système neurologique
  • N85 - Anomalie congénitale neurologique
  • N86 - Sclérose en plaque
  • N87 - Syndrome parkinsonien
  • N88 - Epilepsie
  • N89 - Migraine
  • N90 - Algie vasculaire de la face
  • N91 - Paralysie faciale ou paralysie de Bell
  • N92 - Névralgie du trijumeau
  • N93 - Syndrome du canal carpien
  • N94 - Névrite ou neuropathie périphérique
  • N95 - Céphalée de tension
  • N99 - Autre maladie neurologique
  • Ore - lle H
  • P01 - Sensation d'anxiété, de nervosité ou de tension
  • P02 - Réaction de stress aiguë
  • P03 - Sensation de dépression
  • P04 - Sentiment ou comportement irritable ou en colère
  • P05 - Sénilité, sensation d'être vieux, comportement sénile
  • P06 - Perturbation du sommeil
  • P07 - Diminution du désir sexuel
  • P08 - Diminution de l'accomplissement sexuel
  • P09 - Préoccupation a propos de l'identité sexuelle
  • P10 - Bégaiement, bredouillement, tic
  • P11 - Trouble de l'alimentation de l'enfant
  • P12 - Enurésie
  • P13 - Encoprésie
  • P15 - Alcoolisme chronique
  • P16 - Alcoolisation aiguë
  • P17 - Usage abusif du tabac
  • P18 - Usage abusif de médicament
  • P19 - Usage abusif de drogue
  • P20 - Perturbation de la mémoire
  • P22 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'enfant
  • P23 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'adolescent
  • P24 - Problème spécifique de l'apprentissage
  • P25 - Problèmes de phase de vie adulte
  • P27 - Peur d'avoir un trouble mental
  • P28 - Limitation de la fonction ou incapacité (P)
  • P29 - Autre symptôme et plainte psychologique
  • P70 - Démence
  • P71 - Autre psychose organique
  • P72 - Schizophrénie
  • P73 - Psychose affective
  • P74 - Trouble anxieux ou état anxieux
  • P75 - Trouble somatoforme
  • P76 - Dépression
  • P77 - Suicide ou tentative de suicide
  • P78 - Neurasthénie, surmenage
  • P79 - Phobie, trouble obsessionnel compulsif
  • P80 - Trouble de la personnalité
  • P81 - Trouble hyperkinétique
  • P82 - Syndrome de stress post-traumatique
  • P85 - Retard mental
  • P86 - Anorexie mentale, boulimie
  • P98 - Autre psychose NCA
  • P99 - Autre trouble psychologique
  • Q04 - Descripteur non défini
  • QC1 - Groupe d’âge
  • QC11 - Nourrisson
  • QC12 - Enfant
  • QC13 - Adolescent
  • QC14 - Adulte
  • QC15 - Personne âgée
  • QC2 - Question de genre 
  • QC21 - Santé de l'homme 
  • QC22 - Santé de la femme
  • QC23 - Différence de sexe
  • QC24 - Transgenre
  • QC3 - Haut risque social
  • QC31 - Sous-groupe ethnique
  • QC32 - Réfugiés et migrants
  • QC33 - Sans-abri
  • QC34 - Prisonnier
  • QC4 - Dépendant
  • QC41 - Dépendant de médicament sous prescription
  • QC42 - Dépendant de drogue de rue
  • QC43 - Dépendant du jeu
  • QC5 - Victime de violence
  • QC51 - Violence basée sur le genre
  • QC52 - Maltraitance d'enfant
  • QC53 - Maltraitance des personnes âgées
  • QC54 - Victime de torture
  • QC55 - Mutilation rituelle
  • QC6 - Survivant
  • QD1 - Communicateur
  • QD11 - Contact
  • QD12 - Relation médecin-patient
  • QD13 - Conseil thérapeutique
  • QD14 - Pensée systémique
  • QD15 - Entrevue motivationnelle
  • QD2 - Médecin en tant que soignant
  • QD21 - Résolution de problèmes
  • QD22 - Globalité
  • QD23 - Education à la santé
  • QD24 - Compétence clinique
  • QD25 - Continuité des soins
  • QD26 - Soins palliatifs
  • QD27 - Planification familiale
  • QD3 - Gestionnaire de soins
  • QD31 - Gestion du risque de santé
  • QD32 - Gestion des problèmes de santé
  • QD321 - Symptôme médicalement inexpliqué
  • QD322 - Multimorbidité
  • QD323 - Prise de décision partagée
  • QD324 - Fortuitome
  • QD325 - Comportement de prescription
  • QD326 - Déadoption et déprescription
  • QD33 - Evaluation de l'état de santé
  • QD34 - Question génétique
  • QD4 - Prévention clinique
  • QD41 - Prévention primaire
  • QD42 - Prévention secondaire
  • QD43 - Prévention tertiaire
  • QD44 - Prévention quaternaire
  • QD441 - Surmédicalisation
  • QD442 - Fabrication de maladie
  • QD443 - Surinformation
  • QD444 - Surdépistage
  • QD445 - Surdiagnostic
  • QD446 - Surtraitement
  • QD5 - Médecine complémentaire et alternative
  • QD51 - Homéopathie
  • QD6 - Question medico-légale
  • QD7 - Image professionnelle
  • QD8 - Equilibre travail - vie
  • QE1 - Ethique personnelle
  • QE2 - Ethique professionnelle
  • QE3 - Bioéthique
  • QE31 - Euthanasie
  • QE4 - Éthique de l'information
  • QE41 - Confidentialité
  • QE42 - Consentement éclairé
  • QH - Santé de la planète
  • QH1 - Santé environnementale
  • QH11 - Pollution intérieure
  • QH12 - Pollution extérieure
  • QH2 - Risque biologique
  • QH3 - Risque nucléaire
  • QO1 - impossible à coder,imprécis
  • QO2 - acronyme
  • QO3 - hors du champ de la médecine de famille
  • QO4 - considérer nouveau code
  • QP1 - Sécurité du patient
  • QP2 - Soins centrés sur le patient
  • QP21 - Accessibilité
  • QP22 - Accessibilité temporelle
  • QP23 - Compétence culturelle
  • QP24 - Accessibilité économique
  • QP25 - Acceptabilité
  • QP3 - Qualité des soins
  • QP4 - Perspective du patient
  • QP41 - Satisfaction du patient
  • QP42 - Connaissances du patient
  • QP43 - Autonomie du patient
  • QP44 - Contexte culturel du patient
  • QP45 - Dépense du patient en soins de santé
  • QP5 - Comportement de santé
  • QP51 - Questions d'alimentation du patient
  • QP52 - Sexualité du patient
  • QP53 - Auto-soin
  • QP54 - Médicaments en vente libre
  • QP6 - Participation du patient
  • QP61 - Réseau social
  • QP7 - Défense du patient
  • QR1 - Philosophie des sciences
  • QR2 - Epidémiologie des soins primaires
  • QR21 - Pharmaco-épidémiologie
  • QR22 - Recherche basée sur la communauté
  • QR3 - Méthodes de recherche
  • QR31 - Etude qualitative
  • QR32 - Etude quantitative
  • QR321 - Etude cas-témoins
  • QR322 - Etude de cohorte
  • QR323 - Étude transversale
  • QR324 - Etude longitudinale
  • QR325 - Etude d'intervention
  • QR33 - Recherche par méthode mixte
  • QR34 - Etudes de validation et de fiabilité
  • QR35 - Recherche-action
  • QR36 - Rapport de cas
  • QR4 - Réseau de recherche
  • QR5 - Outils de recherche et financement
  • QR51 - Classifications, terminologies et ontologies
  • QR52 - Echelles et questionnaires
  • QR53 - Etat fonctionnel
  • QR54 - Matériel d'observation
  • QR6 - Avis d'expert
  • QR7 - Economie, soins de santé primaire
  • QS1 - Etablissement de soins primaires
  • QS11 - Gestion de la pratique
  • QS12 - Economie de la pratique
  • QS13 - Gestion de l'information de santé
  • QS14 - Equipement de la pratique
  • QS2 - Garde médicale
  • QS3 - Relation de la pratique
  • QS31 - Collaboration de la pratique
  • QS32 - Référence et contre-référence
  • QS33 - Coordination des soins
  • QS4 - Dispensateur de soins primaires
  • QS41 - Médecin de famille
  • QS42 - Infirmière praticienne
  • QS43 - Sage-femme
  • QS44 - Professionnels de la santé associés
  • QS441 - Kinesithérapeute
  • QS442 - Travailleur social
  • QS443 - Psychologue
  • QS45 - Aidant familial
  • QS46 - Pharmacien
  • QT1 - Enseignement de la médecine de famille
  • QT11 - Méthodes pédagogiques
  • QT12 - Organisation de l'enseignement
  • QT13 - Evaluation de l'enseignement
  • QT131 - Patient simulé
  • QT14 - Organisation académique
  • QT2 - Formation de terrain en médecine
  • QT21 - Etudiant en médecine
  • QT22 - Formation professionnelle
  • QT23 - Education médicale continue
  • QT24 - Groupe Balint
  • QT25 - Formateur
  • QT3 - Assurance de qualité
  • QT31 - Médecine fondée sur des preuves
  • QT32 - Recommandation de bonne pratique
  • QT33 - Lecture critique de littérature
  • QT34 - Révision par les pairs
  • QT35 - Accréditation
  • QT36 - Indicateur de qualité
  • QT4 - Transfert de connaissance
  • QT41 - Publication
  • QT42 - Echange en ligne de la connaissance
  • QT43 - Bibliothèque numérique
  • QT44 - Communications électroniques
  • QT5 - Notification de données de santé
  • QT51 - Réseau sentinelle
  • QT52 - Evènements indésirables & pharmacovigilance
  • QT53 - Base de données de santé
  • R01 - Douleur du système respiratoire
  • R02 - Souffle court, dyspnée
  • R03 - Sibilance
  • R04 - Autre problème respiratoire
  • R05 - Toux
  • R06 - Saignement de nez, épistaxis
  • R07 - Congestion nasale, éternuement
  • R08 - Autre symptôme et plainte du nez
  • R09 - Symptôme et plainte des sinus
  • R21 - Symptôme et plainte de la gorge
  • R23 - Symptôme et plainte de la voix
  • R24 - Hémoptysie
  • R25 - Expectoration ou glaire anormale
  • R26 - Peur d'avoir un cancer du système respiratoire
  • R27 - Peur d'avoir une autre maladie respiratoire
  • R28 - Limitation de la fonction ou incapacité ( R)
  • R29 - Autre symptôme et plainte respiratoire
  • R71 - Coqueluche
  • R72 - Streptococcie pharyngée
  • R73 - Furoncle ou abcès du nez
  • R74 - Infection aiguë des voies respiratoires supérieures
  • R75 - Sinusite aiguë ou chronique
  • R76 - Angine aiguë
  • R77 - Laryngite, trachéite aiguë
  • R78 - Bronchite aiguë, bronchiolite
  • R79 - Bronchite chronique
  • R80 - Grippe
  • R81 - Pneumonie
  • R82 - Pleurésie, épanchement pleural
  • R83 - Autre infection respiratoire
  • R84 - Cancer des bronches, du poumon
  • R85 - Autre cancer respiratoire
  • R86 - Tumeur respiratoire bénigne
  • R87 - Corps étranger du nez, du larynx, des bronches
  • R88 - Autre lésion traumatique du système respiratoire
  • R89 - Anomalie congénitale du système respiratoire
  • R90 - Hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes
  • R92 - Tumeur de nature indéterminée du système respiratoire
  • R95 - Maladie pulmonaire chronique obstructive
  • R96 - Asthme
  • R97 - Rhinite allergique
  • R98 - Syndrome d'hyperventilation
  • R99 - Autre maladie respiratoire
  • S01 - Douleur ou hypersensibilité de la peau
  • S02 - Prurit
  • S03 - Verrue
  • S04 - Tuméfaction ou gonflement localisé de la peau
  • S05 - Tuméfactions ou gonflements généralisés de la peau
  • S06 - Eruption localisée
  • S07 - Eruption généralisée
  • S08 - Modification de la couleur de la peau
  • S09 - Doigt ou orteil infecté
  • S10 - Furoncle ou anthrax
  • S11 - Infection post-traumatique de la peau
  • S12 - Piqûre d'insecte
  • S13 - Morsure animale ou humaine
  • S14 - Brûlure cutanée
  • S15 - Corps étranger dans la peau
  • S16 - Ecchymose ou contusion
  • S17 - Eraflure, égratignure, ampoule
  • S18 - Coupure ou lacération
  • S19 - Autre lésion traumatique de la peau
  • S20 - Cor ou callosité
  • S21 - Symptôme et plainte au sujet de la texture de la peau
  • S22 - Symptôme et plainte de l'ongle
  • S23 - Calvitie ou perte de cheveux
  • S24 - Autre symptôme et plainte des cheveux, poils ou cuir chevelu
  • S26 - Peur du cancer de la peau
  • S27 - Peur d'avoir une autre maladie de la peau
  • S28 - Limitation de la fonction ou incapacité (S)
  • S29 - Autre symptôme et plainte de la peau
  • S70 - Zona
  • S71 - Herpes simplex
  • S72 - Gale ou autre acariose
  • S73 - Pédiculose ou autre infestation de la peau
  • S74 - Dermatophytose
  • S75 - Moniliase ou candidose de la peau
  • S76 - Autre maladie infectieuse de la peau
  • S77 - Cancer de la peau
  • S78 - Lipome
  • S79 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée de la peau
  • S80 - Kératose actinique ou coup de soleil
  • S81 - Hémangiome ou lymphangiome
  • S82 - Naevus ou naevus pigmentaire
  • S83 - Autre anomalie congénitale de la peau
  • S84 - Impétigo
  • S85 - Kyste ou fistule pilonidal
  • S86 - Dermatite séborrhéique
  • S87 - Dermatite atopique ou eczéma
  • S88 - Dermatite et allergie de contact
  • S89 - Erythème fessier
  • S90 - Pytiriasis rosé
  • S91 - Psoriasis
  • S92 - Maladie des glandes sudoripares
  • S93 - Kyste sébacé
  • S94 - Ongle incarné
  • S95 - Molluscum contagiosum
  • S96 - Acné
  • S97 - Ulcère chronique de la peau
  • S98 - Urticaire
  • S99 - Autre maladie de la peau
  • T01 - Soif excessive
  • T02 - Appétit excessif
  • T03 - Perte d'appétit
  • T04 - Problème d'alimentation du nourrisson et du petit enfant
  • T05 - Problème d'alimentation de l'adulte
  • T07 - Gain de poids
  • T08 - Perte de poids
  • T10 - Retard de croissance
  • T11 - Déshydratation
  • T26 - Peur d'avoir un cancer du système endocrinien
  • T27 - Peur d'avoir une autre maladie du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T28 - Limitation de la fonction ou incapacité (T)
  • T29 - Autre symptôme et plainte du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T70 - Infection du système endocrinien
  • T71 - Cancer de la thyroïde
  • T72 - Tumeur bénigne de la thyroïde
  • T73 - Tumeur de nature autre ou indéterminée du système endocrine
  • T78 - Canal ou kyste thyréoglosse
  • T80 - Anomalie congénitale du système endocrinien ou métabolique
  • T81 - Goitre
  • T82 - Obésité
  • T83 - Excès pondéral
  • T85 - Hyperthyroïdie ou thyréotoxicose
  • T86 - Hypothyroïdie ou myxœdème
  • T87 - Hypoglycémie
  • T89 - Diabète insulino-dépendant
  • T90 - Diabète non insulino-dépendant
  • T91 - Carence vitaminique ou nutritionnelle
  • T92 - Goutte
  • T93 - Trouble du métabolisme des lipides
  • T99 - Autre maladie endocrine, métabolique ou nutritionnelle
  • U01 - Dysurie ou miction douloureuse
  • U02 - Miction fréquente ou impérieuse
  • U04 - Incontinence urinaire
  • U05 - Autre problème de miction
  • U06 - Hématurie
  • U07 - Autre symptôme et plainte au sujet de l'urine
  • U08 - Rétention d'urine
  • U13 - Autre symptôme et plainte de la vessie
  • U14 - Symptôme et plainte du rein
  • U26 - Peur d'avoir un cancer du système urinaire
  • U27 - Peur d'avoir une autre maladie du système urinaire
  • U28 - Limitation de la fonction ou incapacité (U)
  • U29 - Autre symptôme et plainte urinaire
  • U70 - Pyélonéphrite ou pyélite
  • U71 - Cystite ou autre infection urinaire
  • U72 - Urétrite
  • U75 - Cancer du rein
  • U76 - Cancer de la vessie
  • U77 - Autre cancer urinaire
  • U78 - Tumeur bénigne du tractus urinaire
  • U79 - Tumeur de nature indéterminée du tractus urinaire
  • U80 - Lésion traumatique du tractus urinaire
  • U85 - Anomalie congénitale du tractus urinaire
  • U88 - Glomérulonéphrite ou syndrome néphrotique
  • U90 - Protéinurie orthostatique
  • U95 - Lithiase urinaire
  • U98 - Analyse urinaire anormale NCA
  • U99 - Autre maladie urinaire
  • W01 - Question de grossesse
  • W02 - Peur d'être enceinte
  • W03 - Saignement pendant la grossesse
  • W05 - Nausée ou vomissement de grossesse
  • W10 - Contraception post-coïtale
  • W11 - Contraception orale
  • W12 - Contraception intra-utérine
  • W13 - Stérilisation chez la femme
  • W14 - Autre contraception chez la femme
  • W15 - Stérilité - hypofertilité chez la femme
  • W17 - Saignement du post-partum
  • W18 - Autre symptôme et plainte du post-partum
  • W19 - Symptôme et plainte du sein et de la lactation pendant le post-partum
  • W21 - Préoccupée par la modification de l'image corporelle pendant la grossesse
  • W27 - Peur des complications de la grossesse
  • W28 - Limitation de la fonction ou incapacité (W)
  • W29 - Autre symptôme et plainte de la grossesse
  • W70 - Infection puerpérale, sepsis
  • W71 - Infection compliquant la grossesse
  • W72 - Tumeur maligne en relation avec la grossesse
  • W73 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée en relation avec la grossesse
  • W75 - Lésion traumatique compliquant la grossesse
  • W76 - Anomalie congénitale compliquant la grossesse
  • W78 - Grossesse
  • W79 - Grossesse non désirée
  • W80 - Grossesse ectopique
  • W81 - Toxémie gravidique
  • W82 - Avortement spontané
  • W83 - Avortement provoque
  • W84 - Grossesse a haut risque
  • W85 - Diabète gravidique
  • W90 - Accouchement non complique, enfant vivant
  • W91 - Accouchement non complique, enfant mort
  • W92 - Accouchement complique, enfant vivant
  • W93 - Accouchement complique, enfant mort
  • W94 - Mastite puerpérale
  • W95 - Autre maladie du sein pendant la grossesse et l'allaitement
  • W96 - Autre complication puerpérale
  • W99 - Autre maladie de la grossesse ou de l'accouchement
  • X01 - Douleur génitale chez la femme
  • X02 - Douleur menstruelle
  • X03 - Douleur intermenstruelle
  • X04 - Rapport sexuel douloureux chez la femme
  • X05 - Menstruation absente ou rare
  • X06 - Menstruation excessive
  • X07 - Menstruation irrégulière ou fréquente
  • X08 - Saignement intermenstruel
  • X09 - Symptôme et plainte prémenstruel
  • X10 - Ajournement des menstruations
  • X11 - Symptôme et plainte liés a la ménopause
  • X12 - Saignement de la post-ménopause
  • X13 - Saignement post-coïtal chez la femme
  • X14 - Ecoulement vaginal
  • X15 - Symptôme et plainte du vagin
  • X16 - Symptôme et plainte de la vulve
  • X17 - Symptôme et plainte du petit bassin chez la femme
  • X18 - Douleur du sein chez la femme
  • X19 - Tuméfaction ou masse du sein chez la femme
  • X20 - Symptôme et plainte du mamelon chez la femme
  • X21 - Autre symptôme et plainte du sein chez la femme
  • X22 - Préoccupée par l'apparence des seins
  • X23 - Peur d'une maladie sexuellement transmise chez la femme
  • X24 - Peur d'un dysfonctionnement sexuel chez la femme
  • X25 - Peur d'un cancer génital chez la femme
  • X26 - Peur d'avoir un cancer du sein chez la femme
  • X27 - Peur d'avoir une autre maladie génitale ou du sein chez la femme
  • X28 - Limitation de la fonction ou incapacité (X)
  • X29 - Autre symptôme et plainte génital chez la femme
  • X70 - Syphilis chez la femme
  • X71 - Gonococcie chez la femme
  • X72 - Candidose génitale chez la femme
  • X73 - Trichomonase génitale chez la femme
  • X74 - Maladie inflammatoire pelvienne chez la femme
  • X75 - Cancer du col de l'utérus
  • X76 - Cancer du sein chez la femme
  • X77 - Autre cancer génital chez la femme
  • X78 - Fibrome utérin
  • X79 - Tumeur bénigne du sein chez la femme
  • X80 - Tumeur bénigne génitale chez la femme
  • X81 - Tumeur génitale de natureautre ou indéterminée chez la femme
  • X82 - Lésion traumatique génitale chez la femme
  • X83 - Anomalie génitale congénitale chez la femme
  • X84 - Vaginite ou vulvite NCA
  • X85 - Maladie du col de l'utérus NCA
  • X86 - Frottis de col anormal
  • X87 - Prolapsus utero-vaginal
  • X88 - Maladie fibrokystique du sein
  • X89 - Syndrome de tension prémenstruelle
  • X90 - Herpes génital chez la femme
  • X91 - Condylome acuminé chez la femme
  • X92 - Infection génitale a chlamydia chez la femme
  • X99 - Autre maladie génitale chez la femme
  • Y01 - Douleur du pénis
  • Y02 - Douleur des testicules, du scrotum
  • Y03 - Ecoulement urétral
  • Y04 - Autre symptôme et plainte du pénis
  • Y05 - Autre symptôme et plainte des testicules ou du scrotum
  • Y06 - Symptôme et plainte de la prostate
  • Y07 - Impuissance sexuelle NCA
  • Y08 - Autre symptôme et plainte de la fonction sexuelle chez l'homme
  • Y10 - Stérilité, hypofertilité chez l'homme
  • Y13 - Stérilisation chez l'homme
  • Y14 - Autre planification familiale chez l'homme
  • Y16 - Symptôme et plainte du sein chez l'homme
  • Y24 - Peur d'avoir un dysfonctionnement sexuel chez l'homme
  • Y25 - Peur d'avoir une maladie sexuellement transmise chez l'homme
  • Y26 - Peur d'avoir un cancer génital chez l'homme
  • Y27 - Peur d'avoir une autre maladie du système génital chez l'homme
  • Y28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Y)
  • Y29 - Autre symptôme et plainte génitaux chez l'homme
  • Y70 - Syphilis chez l'homme
  • Y71 - Gonococcie chez l'homme
  • Y72 - Herpes génital chez l'homme
  • Y73 - Prostatite ou vésiculite séminale
  • Y74 - Orchite ou épididymite
  • Y75 - Balanite
  • Y76 - Condylome acuminé chez l'homme
  • Y77 - Cancer de la prostate
  • Y78 - Autre cancer génital chez l'homme
  • Y79 - Tumeur génitale de nature bénigne ou indéterminée chez l'homme
  • Y80 - Lésion traumatique génitale chez l'homme
  • Y81 - Phimosis ou hypertrophie du prépuce
  • Y82 - Hypospadias
  • Y83 - Ectopie testiculaire
  • Y84 - Autre anomalie congénitale chez l'homme
  • Y85 - Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Y86 - Hydrocèle
  • Y99 - Autre maladie génitale chez l'homme
  • Z01 - Pauvreté ou problème économique
  • Z02 - Problème d'eau ou de nourriture
  • Z03 - Problème d'habitat ou de voisinage
  • Z04 - Problème socioculturel
  • Z05 - Problème de travail
  • Z06 - Problème de non emploi
  • Z07 - Problème d'éducation
  • Z08 - Problème de protection sociale
  • Z09 - Problème légal
  • Z10 - Problème relatif au système de soins de santé
  • Z11 - Problème du fait d'être malade ou de compliance thérapeutique
  • Z12 - Problème de relation entre partenaires
  • Z13 - Problème de comportement du partenaire
  • Z14 - Problème du à la maladie du partenaire
  • Z15 - Perte ou décès du partenaire
  • Z16 - Problème de relation avec un enfant
  • Z18 - Problème du à la maladie d'un enfant
  • Z19 - Perte ou décès d'un enfant
  • Z20 - Problème de relation avec un autre parent ou membre de la famille
  • Z21 - Problème de comportement d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z22 - Problème du à la maladie d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z23 - Perte ou décès d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z24 - Problème de relation avec un ami
  • Z25 - Agression ou évènement nocif
  • Z27 - Peur d'avoir un problème social
  • Z28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Z)
  • Z29 - Problème social NCA
Titre du TFEAbstract du TFEAuteur du TFEUniversitéDocuments du TFEDescripteur du TFEMise en valeur du TFE
LIPOPROTÉINE A ET RISQUE CARDIOVASCULAIRE
LIPOPROTÉINE A ET RISQUE CARDIOVASCULAIRE
Introduction L’athérosclérose est un problème de santé publique. Il existe différentes variables prédictives pouvant mener à un évènement cardiovasculaire ; les plus connues étant le taux de cholestérol sanguin, la pression artérielle, les glycémies à jeun et les toxiques. À travers ce travail, nous avons essayé de démontrer l’intérêt du dosage de la lipoprotéine(a), notamment dans son association avec les évènements (et leur mortalité) cardiovasculaires afin de voir chez qui le dosage de cette forme particulière de cholestérol est utile en pratique clinique. Méthode Une synthèse méthodique a été réalisée en utilisant des mots-clés sur plusieurs bases de données telles que PubMed. Afin de mener à bien notre recherche, nous avons posé un certain cadre de recherche : nous avons utilisé les articles en français et en anglais datant de 2006 à 2021 et ne concernant que les méta-analyses, les études randomisées contrôlées et les études prospectives. Elles devaient inclure les évènements cardiovasculaires en prévention primaire ou secondaire ainsi que le dosage ou le génotypage de la lipoprotéine(a). Le premier choix s’est effectué sur base de la lecture des titres suivie par une lecture des abstracts. Les articles ont été considérés comme valides à l’aide d’échelles d’évaluation adaptées aux méthodologies. Résultats Au total, 37 articles ont été sélectionnés. Les pays concernés font essentiellement partie de l’Europe, de l’Amérique du nord et de l’Asie (articles rédigés en anglais). Les études révèlent qu’il existe, d’une part, une association significative et indépendante des autres facteurs de risque entre le taux de lipoprotéine(a) et les évènements cardiovasculaires (essentiellement : les maladies coronariennes et les AVC) et entre le taux de lipoprotéine(a) et la mortalité cardiovasculaire, d’autre part. Ce risque semble linéaire à partir d’un seuil qui est différent selon les populations considérées. Discussion et conclusion À travers les différentes études, nous voyons donc l’intérêt du dosage de la lipoprotéine(a). Celle-ci représente un facteur de risque indépendant, majorant de 2 à trois fois le risque d’un évènement cardiovasculaire majeur. Qu’il y ait une prévention primaire, sachant qu’une partie non négligeable de la population en présente des taux élevés ou en prévention secondaire, le risque est toujours présent malgré un traitement hypolipémiant souvent bien conduit. Il n’existe, à l’heure actuelle, qu’un seul traitement direct : les inhibiteurs de PCKS9. Néanmoins, leurs effets semblent modestes et ils ne sont pas remboursés hormis pour l’hypercholestérolémie familiale. La recommandation actuelle en cas de taux élevés de Lp(a) serait une approche indirecte qui consiste en un contrôle très strict de toutes les autres variables de risque cardiovasculaire. Le dosage de ce marqueur nous parait donc utile pour déterminer le risque cardiovasculaire d’un patient afin d’en optimaliser le traitement.
Introduction L’athérosclérose est un problème de santé publique. Il existe différentes variables prédictives pouvant mener à un évènement cardiovasculaire ; les plus connues étant le taux de cholestérol sanguin, la pression artérielle, les glycémies à jeun et les toxiques. À travers ce travail, nous avons essayé de démontrer l’intérêt du dosage de la lipoprotéine(a), notamment dans son association avec les évènements (et leur mortalité) cardiovasculaires afin de voir chez qui le dosage de cette forme particulière de cholestérol est utile en pratique clinique. Méthode Une synthèse méthodique a été réalisée en utilisant des mots-clés sur plusieurs bases de données telles que PubMed. Afin de mener à bien notre recherche, nous avons posé un certain cadre de recherche : nous avons utilisé les articles en français et en anglais datant de 2006 à 2021 et ne concernant que les méta-analyses, les études randomisées contrôlées et les études prospectives. Elles devaient inclure les évènements cardiovasculaires en prévention primaire ou secondaire ainsi que le dosage ou le génotypage de la lipoprotéine(a). Le premier choix s’est effectué sur base de la lecture des titres suivie par une lecture des abstracts. Les articles ont été considérés comme valides à l’aide d’échelles d’évaluation adaptées aux méthodologies. Résultats Au total, 37 articles ont été sélectionnés. Les pays concernés font essentiellement partie de l’Europe, de l’Amérique du nord et de l’Asie (articles rédigés en anglais). Les études révèlent qu’il existe, d’une part, une association significative et indépendante des autres facteurs de risque entre le taux de lipoprotéine(a) et les évènements cardiovasculaires (essentiellement : les maladies coronariennes et les AVC) et entre le taux de lipoprotéine(a) et la mortalité cardiovasculaire, d’autre part. Ce risque semble linéaire à partir d’un seuil qui est différent selon les populations considérées. Discussion et conclusion À travers les différentes études, nous voyons donc l’intérêt du dosage de la lipoprotéine(a). Celle-ci représente un facteur de risque indépendant, majorant de 2 à trois fois le risque d’un évènement cardiovasculaire majeur. Qu’il y ait une prévention primaire, sachant qu’une partie non négligeable de la population en présente des taux élevés ou en prévention secondaire, le risque est toujours présent malgré un traitement hypolipémiant souvent bien conduit. Il n’existe, à l’heure actuelle, qu’un seul traitement direct : les inhibiteurs de PCKS9. Néanmoins, leurs effets semblent modestes et ils ne sont pas remboursés hormis pour l’hypercholestérolémie familiale. La recommandation actuelle en cas de taux élevés de Lp(a) serait une approche indirecte qui consiste en un contrôle très strict de toutes les autres variables de risque cardiovasculaire. Le dosage de ce marqueur nous parait donc utile pour déterminer le risque cardiovasculaire d’un patient afin d’en optimaliser le traitement.
Mukendi - MickaelUniversité de Liège
QD41 - QD42 - K22
La planification des soins en médecine générale : Etapes de la démarche et facteurs pouvant favoriser son intégration au dossier médical informatisé.
La planification des soins en médecine générale : Etapes de la démarche et facteurs pouvant favoriser son intégration au dossier médical informatisé.
La planification des soins est un processus au cours duquel le médecin et le patient discutent, s’accordent et définissent un plan d’action afin d’atteindre des objectifs de santé ou d’opérer un changement de comportement chez le patient. C’est une démarche qui s’inscrit dans la continuité des soins et intéresse les médecins généralistes qui souhaitent adopter une attitude proactive et prospective pour le suivi des patients. La planification des soins est surtout bénéfique pour les patients avec des pathologies chroniques. Ses étapes incluent l’identification, la préparation, la planification et la gestion. La planification des soins personnalisés et la planification anticipée des soins sont des exemples de types de planification. La littératie en santé influencera l’adhérence des patients à la planification des soins proposé par le médecin. Le dossier médical du patient est indispensable à la planification. C’est sa forme électronique appelée Dossier médical informatisé (DMI) qui est la plus utilisée en Belgique. La réussite de la planification des soins passe par l’utilisation adéquate du DMI. Elle peut être facilitée par l’intégration dans le DMI d’une fonction dédiée. En médecine générale, les facteurs qui favorisent l'intégration et l’utilisation de la planification des soins dans le DMI sont liés à la compréhension du processus de planification, à la qualité du DMI, aux médecins généralistes et aux patients.
La planification des soins est un processus au cours duquel le médecin et le patient discutent, s’accordent et définissent un plan d’action afin d’atteindre des objectifs de santé ou d’opérer un changement de comportement chez le patient. C’est une démarche qui s’inscrit dans la continuité des soins et intéresse les médecins généralistes qui souhaitent adopter une attitude proactive et prospective pour le suivi des patients. La planification des soins est surtout bénéfique pour les patients avec des pathologies chroniques. Ses étapes incluent l’identification, la préparation, la planification et la gestion. La planification des soins personnalisés et la planification anticipée des soins sont des exemples de types de planification. La littératie en santé influencera l’adhérence des patients à la planification des soins proposé par le médecin. Le dossier médical du patient est indispensable à la planification. C’est sa forme électronique appelée Dossier médical informatisé (DMI) qui est la plus utilisée en Belgique. La réussite de la planification des soins passe par l’utilisation adéquate du DMI. Elle peut être facilitée par l’intégration dans le DMI d’une fonction dédiée. En médecine générale, les facteurs qui favorisent l'intégration et l’utilisation de la planification des soins dans le DMI sont liés à la compréhension du processus de planification, à la qualité du DMI, aux médecins généralistes et aux patients.
Ngnineda Ndongla - MoïseUniversité catholique de Louvain
QD25 - 62.007 - QD26
Le contact tracing dans la pandémie covid-19 : une affaire de « médecin » de famille ? Analyse critique et évaluation d'un contact tracing réalisé localement, en maison médical, parmi de ses patients positifs au covid-19. Réflexion sur le rôle potentiel et de la place du médecin généraliste dans cet acte de prévention.
Le contact tracing dans la pandémie covid-19 : une affaire de « médecin » de famille ? Analyse critique et évaluation d'un contact tracing réalisé localement, en maison médical, parmi de ses patients positifs au covid-19. Réflexion sur le rôle potentiel et de la place du médecin généraliste dans cet acte de prévention.
La crise du coronavirus est inédite pour tout médecin (plus globalement les soignants) et la médecine générale a du se réinventer pour répondre aux attentes de la population. En pleine pandémie de covid-19, la confinement a permis de stopper la prolifération du virus parmi les populations. Cependant, le confinement des populations ne peut se faire éternellement et de manière trop répétitive. Les conséquences socio-économiques et, paradoxalement, de santé (notamment psychologique) seraient beaucoup trop graves. Dès lors, d’autres alternatives doivent être trouvées. La recherche de contact (« Contact tracing » en anglais) est un outil épidémiologique utilisé dans la gestion d'épidémies de pathogènes très contagieux. Qu’ils viennent d’Asie ou d’Europe, les résultats de nombreuses études suggèrent que la recherche de contact reste la pierre angulaire d’une stratégie sanitaire efficace, surtout dans la pandémie de la covid-19. En parcourant la littérature « mondiale », un élément s’est avéré vecteur de réussite dans le contact tracing : l’aspect « communautaire » ou « local ». En effet, outre les exemples asiatiques, trois pays viennent étayer cet aspect local du contact tracing : L’Allemagne, la Grande-Bretagne et cuba. En Belgique, Un système de call-center centralisé est prévue pour chaque région responsable du CT. Cependant, le contact tracing belge ne semble pas avoir eu les résultats escomptés. La maison médicale de Médecine pour le Peuple (MPLP) – Marcinelle s’est lancée dans la réalisation de la recherche de contact à l’échelle locale. Le médecin généraliste semble y prendre une place centrale. Une revue de la littérature systématique afin de mettre en lumière des liens entre la médecine générale et le contact tracing. Il s’est avéré qu’aucun article ne s’est trouvé assez pertinent. De ce constat, une simple recherche de la littérature non systématique a été faite, visant à définir « Qu’est-ce que le contact tracing ?» et de quelle façon est mis en place le contact tracing dans la pandémie de la covid-19 en Belgique et à travers le monde. Faire une analyse critique cette expérience locale réalisée à Médecine pour le peuple – Marcinelle et Réfléchir au rôle et la place potentielle du médecin généraliste dans le contact tracing grâce à une étude d’assurance qualité. Evaluer l’efficacité de cette expérience « locale» via une étude quantitative observationnelle, sous forme de questionnaire, interrogeant les patient.es (sexe féminin ou Masculin) âgé.es de 18 ans ou plus de la maison médicale « Médecine pour le peuple-Marcinelle » ayant eu un résultat positif à la covid-19 ou ayant eu un résultat négatif interprété comme « faux-négatif » dans la période du 1er octobre 2020 au 30 Avril 2021. Un focus sera fait sur la période de la 2ème vague ( 1 octobre au 31 novembre 2020) Résultats Dans notre population initiale de 164 sujets, un échantillon de 63 répondants a pu être sélectionné, soit 38,4 % de celui-ci. 90% de notre échantillon a été atteints par le CT de la MM que se soit durant la 2ème vague (38sujets, n=42) ou durant toute la période de l’étude (57sujets, n=63). Il s’est avéré avoir eu réactivité non négligeable de ce contact tracing à contacter le plus rapidement possible les cas confirmés, avec une légère perte d’efficacite durant la 2ème vague. Le suivi à long terme, la clarté des informations transmises et le lien de confiance avec le traceur pendant l’isolement ont obtenus des résultats très convaincant sur leur efficacité et peut importe la période. Concernant les contact étroits, les sujets déclarent avoir transmis l’ensemble de leurs contacts étroits à 91% sur toute la période de l’étude (52sujets, n=57) et 89% pour la seconde vague (34sujets, n=38). Le contact tracing mis en place à la maison médicale de MPLP-Marcinelle semble avoir été efficace, que ce soit pour la période du 1 octobre 2020 au 30 Avril 2021 ou durant la 2ème vague (1 Octobre au 31 Novembre 2021). D’un point de vue organisationnel, des
La crise du coronavirus est inédite pour tout médecin (plus globalement les soignants) et la médecine générale a du se réinventer pour répondre aux attentes de la population. En pleine pandémie de covid-19, la confinement a permis de stopper la prolifération du virus parmi les populations. Cependant, le confinement des populations ne peut se faire éternellement et de manière trop répétitive. Les conséquences socio-économiques et, paradoxalement, de santé (notamment psychologique) seraient beaucoup trop graves. Dès lors, d’autres alternatives doivent être trouvées. La recherche de contact (« Contact tracing » en anglais) est un outil épidémiologique utilisé dans la gestion d'épidémies de pathogènes très contagieux. Qu’ils viennent d’Asie ou d’Europe, les résultats de nombreuses études suggèrent que la recherche de contact reste la pierre angulaire d’une stratégie sanitaire efficace, surtout dans la pandémie de la covid-19. En parcourant la littérature « mondiale », un élément s’est avéré vecteur de réussite dans le contact tracing : l’aspect « communautaire » ou « local ». En effet, outre les exemples asiatiques, trois pays viennent étayer cet aspect local du contact tracing : L’Allemagne, la Grande-Bretagne et cuba. En Belgique, Un système de call-center centralisé est prévue pour chaque région responsable du CT. Cependant, le contact tracing belge ne semble pas avoir eu les résultats escomptés. La maison médicale de Médecine pour le Peuple (MPLP) – Marcinelle s’est lancée dans la réalisation de la recherche de contact à l’échelle locale. Le médecin généraliste semble y prendre une place centrale. Une revue de la littérature systématique afin de mettre en lumière des liens entre la médecine générale et le contact tracing. Il s’est avéré qu’aucun article ne s’est trouvé assez pertinent. De ce constat, une simple recherche de la littérature non systématique a été faite, visant à définir « Qu’est-ce que le contact tracing ?» et de quelle façon est mis en place le contact tracing dans la pandémie de la covid-19 en Belgique et à travers le monde. Faire une analyse critique cette expérience locale réalisée à Médecine pour le peuple – Marcinelle et Réfléchir au rôle et la place potentielle du médecin généraliste dans le contact tracing grâce à une étude d’assurance qualité. Evaluer l’efficacité de cette expérience « locale» via une étude quantitative observationnelle, sous forme de questionnaire, interrogeant les patient.es (sexe féminin ou Masculin) âgé.es de 18 ans ou plus de la maison médicale « Médecine pour le peuple-Marcinelle » ayant eu un résultat positif à la covid-19 ou ayant eu un résultat négatif interprété comme « faux-négatif » dans la période du 1er octobre 2020 au 30 Avril 2021. Un focus sera fait sur la période de la 2ème vague ( 1 octobre au 31 novembre 2020) Résultats Dans notre population initiale de 164 sujets, un échantillon de 63 répondants a pu être sélectionné, soit 38,4 % de celui-ci. 90% de notre échantillon a été atteints par le CT de la MM que se soit durant la 2ème vague (38sujets, n=42) ou durant toute la période de l’étude (57sujets, n=63). Il s’est avéré avoir eu réactivité non négligeable de ce contact tracing à contacter le plus rapidement possible les cas confirmés, avec une légère perte d’efficacite durant la 2ème vague. Le suivi à long terme, la clarté des informations transmises et le lien de confiance avec le traceur pendant l’isolement ont obtenus des résultats très convaincant sur leur efficacité et peut importe la période. Concernant les contact étroits, les sujets déclarent avoir transmis l’ensemble de leurs contacts étroits à 91% sur toute la période de l’étude (52sujets, n=57) et 89% pour la seconde vague (34sujets, n=38). Le contact tracing mis en place à la maison médicale de MPLP-Marcinelle semble avoir été efficace, que ce soit pour la période du 1 octobre 2020 au 30 Avril 2021 ou durant la 2ème vague (1 Octobre au 31 Novembre 2021). D’un point de vue organisationnel, des
Lefèvre - LorenzUniversité catholique de Louvain
-
L'implémentation de la vidéo-consultation comme outil complémentaire dans la pratique de la médecine générale : Qu'en pensent les médecins généralistes bruxellois?
L'implémentation de la vidéo-consultation comme outil complémentaire dans la pratique de la médecine générale : Qu'en pensent les médecins généralistes bruxellois?
Quelles sont les représentations des médecins généralistes concernant l'implémentation de la vidéo-consultation en médecine générale
Quelles sont les représentations des médecins généralistes concernant l'implémentation de la vidéo-consultation en médecine générale
kanfaoui - YounessUniversité catholique de Louvain
QR31
Entre contraception biomédicale et contraception intime : la danse décisionnelle pour la contraception dite masculine. Etude qualitative sur les représentations et l’expérience clinique de médecins généralistes concernant la contraception dite masculine
Entre contraception biomédicale et contraception intime : la danse décisionnelle pour la contraception dite masculine. Etude qualitative sur les représentations et l’expérience clinique de médecins généralistes concernant la contraception dite masculine
Introduction : La médicalisation de la contraception dans les années 1960 s’est accompagnée d’une féminisation de la responsabilité contraceptive, auparavant assumée par le couple*. Depuis les années ’90, des instances internationales ont affirmé l’égalité des femmes* et des hommes* en ce qui concerne la santé sexuelle et reproductive (SSR) et le partage de la responsabilité en matière de planification familiale. Or, force est de constater que l’utilisation des méthodes de contraception dite masculine (CdM) est variable selon les pays, ce qui peut notamment être mis en lien avec les pratiques de prescription. Dans ce cadre, ce travail s’efforcera d’explorer les représentations et les pratiques de médecins généralistes belges francophones concernant la CdM, ainsi que les liens qui les unissent. Méthodologie : Recherche qualitative inductive basée sur l’analyse à l’aide de catégories conceptualisantes de onze entretiens semi-dirigés de médecins généralistes francophones travaillant dans une pratique de groupe en Wallonie ou à Bruxelles. Résultats : L’analyse des entretiens a fait émerger le concept central de danse décisionnelle entre médecin et patient·e(s) pour le choix de la contraception (dite masculine), qui allie contraception biomédicale et contraception intime. Selon les caractéristiques de la contraception biomédicale – efficacité, réversibilité, sécurité, aspects pratiques – les méthodes de CdM (coït interrompu, préservatif externe, vasectomie, CdM thermique et hormonale) semblent être à la marge du panel contraceptif. Du point de vue de la contraception intime en revanche, les méthodes de CdM semblent avoir une place équivalente aux autres méthodes, car elles peuvent correspondre aux préférences et aux valeurs des patient·es, à leurs pratiques sexuelles et/ou à leur vision de l’implication des hommes* et des femmes* dans la contraception. Discussion : Les médecins interviewé·es ont une vision holistique de la médecine, valorisent l’autonomie des patient·es, adoptent une approche centrée sur la·le patient·e et un mode de décision médicale partagée en ce qui concerne la contraception. Les médecins qui favorisent un modèle « interprétatif » de la relation médecin - patient·e ont tendance à inclure spontanément les méthodes de CdM, alors que chez les médecins qui favorisent un modèle « délibératif », cette inclusion dépend de leurs représentations en lien avec l’efficacité et la sécurité de ces méthodes. Or, les méthodes de CdM ne sont inclues ni dans les recommandations de bonnes pratiques (RBP), ni dans la formation médicale en Belgique, qui véhiculent une approche biomédicale de la contraception. Dans ce cadre, deux options permettraient de favoriser la CdM : l’intégration des aspects psycho-sociaux, culturels et sexuels de la contraception aux RBP et à la formation médicale ; et/ou une démédicalisation de la contraception. Enfin, l’ensemble des participant·es est favorable au partage de la charge contraceptive au sein du couple* et, en général, à une plus grande participation des hommes* dans la contraception. Les méthodes de CdM peuvent trouver une place, soit en tant que « contraception de deuxième ligne » au sein d’un couple* stable, soit comme une manière d’envisager la mutualisation de la charge contraceptive accompagnant la diversité des pratiques sexuelles. L’intérêt des médecins interviewé·es pour la CdM est lié aux interpellations des patient·es et/ou à une volonté de contribuer à la réduction des inégalités de genre. Conclusion : la pratique clinique en lien avec la CdM semble être influencée par la conception des médecins de la relation soignant·e - soigné·e, ainsi que par leurs représentations concernant l’efficacité contraceptive et les rôles de genre. Les facteurs qui influencent ces représentations sont multiples. Pour offrir un cadre thérapeutique qui respecte les valeurs et l’autonomie des patient·es, il semble indispensable que les médecins prennent conscience de leurs propres représentations e
Introduction : La médicalisation de la contraception dans les années 1960 s’est accompagnée d’une féminisation de la responsabilité contraceptive, auparavant assumée par le couple*. Depuis les années ’90, des instances internationales ont affirmé l’égalité des femmes* et des hommes* en ce qui concerne la santé sexuelle et reproductive (SSR) et le partage de la responsabilité en matière de planification familiale. Or, force est de constater que l’utilisation des méthodes de contraception dite masculine (CdM) est variable selon les pays, ce qui peut notamment être mis en lien avec les pratiques de prescription. Dans ce cadre, ce travail s’efforcera d’explorer les représentations et les pratiques de médecins généralistes belges francophones concernant la CdM, ainsi que les liens qui les unissent. Méthodologie : Recherche qualitative inductive basée sur l’analyse à l’aide de catégories conceptualisantes de onze entretiens semi-dirigés de médecins généralistes francophones travaillant dans une pratique de groupe en Wallonie ou à Bruxelles. Résultats : L’analyse des entretiens a fait émerger le concept central de danse décisionnelle entre médecin et patient·e(s) pour le choix de la contraception (dite masculine), qui allie contraception biomédicale et contraception intime. Selon les caractéristiques de la contraception biomédicale – efficacité, réversibilité, sécurité, aspects pratiques – les méthodes de CdM (coït interrompu, préservatif externe, vasectomie, CdM thermique et hormonale) semblent être à la marge du panel contraceptif. Du point de vue de la contraception intime en revanche, les méthodes de CdM semblent avoir une place équivalente aux autres méthodes, car elles peuvent correspondre aux préférences et aux valeurs des patient·es, à leurs pratiques sexuelles et/ou à leur vision de l’implication des hommes* et des femmes* dans la contraception. Discussion : Les médecins interviewé·es ont une vision holistique de la médecine, valorisent l’autonomie des patient·es, adoptent une approche centrée sur la·le patient·e et un mode de décision médicale partagée en ce qui concerne la contraception. Les médecins qui favorisent un modèle « interprétatif » de la relation médecin - patient·e ont tendance à inclure spontanément les méthodes de CdM, alors que chez les médecins qui favorisent un modèle « délibératif », cette inclusion dépend de leurs représentations en lien avec l’efficacité et la sécurité de ces méthodes. Or, les méthodes de CdM ne sont inclues ni dans les recommandations de bonnes pratiques (RBP), ni dans la formation médicale en Belgique, qui véhiculent une approche biomédicale de la contraception. Dans ce cadre, deux options permettraient de favoriser la CdM : l’intégration des aspects psycho-sociaux, culturels et sexuels de la contraception aux RBP et à la formation médicale ; et/ou une démédicalisation de la contraception. Enfin, l’ensemble des participant·es est favorable au partage de la charge contraceptive au sein du couple* et, en général, à une plus grande participation des hommes* dans la contraception. Les méthodes de CdM peuvent trouver une place, soit en tant que « contraception de deuxième ligne » au sein d’un couple* stable, soit comme une manière d’envisager la mutualisation de la charge contraceptive accompagnant la diversité des pratiques sexuelles. L’intérêt des médecins interviewé·es pour la CdM est lié aux interpellations des patient·es et/ou à une volonté de contribuer à la réduction des inégalités de genre. Conclusion : la pratique clinique en lien avec la CdM semble être influencée par la conception des médecins de la relation soignant·e - soigné·e, ainsi que par leurs représentations concernant l’efficacité contraceptive et les rôles de genre. Les facteurs qui influencent ces représentations sont multiples. Pour offrir un cadre thérapeutique qui respecte les valeurs et l’autonomie des patient·es, il semble indispensable que les médecins prennent conscience de leurs propres représentations e
Mendez Yepez - MariselUniversité catholique de Louvain
QC2 - QC21 - QD27 - QD323 - QD325 - QR31 - QS41
Quelle est la place d’une prévention en médecine générale de l’usage excessif des écrans chez les enfants ?
Quelle est la place d’une prévention en médecine générale de l’usage excessif des écrans chez les enfants ?
En pleine ère numérique, les écrans se multiplient et envahissent de plus en plus notre quotidien. Il est donc essentiel de réfléchir à l’impact sur la santé du temps passé devant les écrans et d’évaluer l’intérêt d’une prévention en médecine générale. La population ciblée dans cette étude concerne les enfants entre 3 et 9 enfants puisque d’une part, ils sont en pleine période développement et d’autre part, les habitudes se fixent plus rapidement dans l’enfance. L’étude est réalisée en milieu semi-urbain.
En pleine ère numérique, les écrans se multiplient et envahissent de plus en plus notre quotidien. Il est donc essentiel de réfléchir à l’impact sur la santé du temps passé devant les écrans et d’évaluer l’intérêt d’une prévention en médecine générale. La population ciblée dans cette étude concerne les enfants entre 3 et 9 enfants puisque d’une part, ils sont en pleine période développement et d’autre part, les habitudes se fixent plus rapidement dans l’enfance. L’étude est réalisée en milieu semi-urbain.
DE VREESE - GéraldineUniversité catholique de Louvain
45.011
La spirométrie connectée peut-elle apporter des éléments de réponse pour améliorer le sous-diagnostic de la BPCO ?
La spirométrie connectée peut-elle apporter des éléments de réponse pour améliorer le sous-diagnostic de la BPCO ?
Introduction : À ce jour, la BPCO constitue la 3e cause de mortalité dans le monde et reste largement sous-diagnostiquée. Un des facteurs majeurs de ce sous-diagnostic est le faible recours à la spirométrie en première ligne de soins. Ces dernières années ont été marquées par d’importantes avancées technologiques, qui ont permis de démocratiser et de simplifier l’utilisation des spiromètres portables, désormais connectés aux smartphones. Le but de ce travail est de tenter d’évaluer dans quelle mesure ces dispositifs sont susceptibles de réconcilier les médecins généralistes avec cet aspect de leur pratique. Méthodologie : Il s’agit d’une étude mixte, avec aspects qualitatifs et quantitatifs. Le travail comprend deux parties. La première est consacrée au sous-diagnostic de la BPCO et la seconde à la spirométrie portable. Une revue de la littérature et une enquête auprès des généralistes de Bruxelles ont été effectuées. La finalité de ce travail est la réalisation d’un outil d’aide à la prise en main des spiromètres portables, qui a été révisé par un spécialiste dans le domaine de la spirométrie. Résultats : La revue de la littérature a permis d’établir les freins majeurs à l’utilisation de la spirométrie et de définir les bases nécessaires pour pouvoir réaliser cet examen. En ce qui concerne l’enquête, 95 médecins ont participé : 64 agréés et 31 assistants. 49 travaillaient en maison médicale, 25 en association de médecins et 21 en pratique solo. Discussion : De manière générale, l’enquête réalisée auprès des médecins généralistes de Bruxelles était en concordance avec les données recueillies dans la littérature. Les principaux freins à l’utilisation de la spirométrie ont été énumérés et des pistes de solutions ont été évoquées pour tenter d’améliorer la situation. Conclusion : Ce travail a permis de confirmer, à son échelle, le faible recours à la spirométrie en première ligne de soins. Les dernières évolutions en matière de spirométrie portable, leur accessibilité et l’engouement qu’elles génèrent ont le potentiel de répandre l’utilisation de spiromètres.
Introduction : À ce jour, la BPCO constitue la 3e cause de mortalité dans le monde et reste largement sous-diagnostiquée. Un des facteurs majeurs de ce sous-diagnostic est le faible recours à la spirométrie en première ligne de soins. Ces dernières années ont été marquées par d’importantes avancées technologiques, qui ont permis de démocratiser et de simplifier l’utilisation des spiromètres portables, désormais connectés aux smartphones. Le but de ce travail est de tenter d’évaluer dans quelle mesure ces dispositifs sont susceptibles de réconcilier les médecins généralistes avec cet aspect de leur pratique. Méthodologie : Il s’agit d’une étude mixte, avec aspects qualitatifs et quantitatifs. Le travail comprend deux parties. La première est consacrée au sous-diagnostic de la BPCO et la seconde à la spirométrie portable. Une revue de la littérature et une enquête auprès des généralistes de Bruxelles ont été effectuées. La finalité de ce travail est la réalisation d’un outil d’aide à la prise en main des spiromètres portables, qui a été révisé par un spécialiste dans le domaine de la spirométrie. Résultats : La revue de la littérature a permis d’établir les freins majeurs à l’utilisation de la spirométrie et de définir les bases nécessaires pour pouvoir réaliser cet examen. En ce qui concerne l’enquête, 95 médecins ont participé : 64 agréés et 31 assistants. 49 travaillaient en maison médicale, 25 en association de médecins et 21 en pratique solo. Discussion : De manière générale, l’enquête réalisée auprès des médecins généralistes de Bruxelles était en concordance avec les données recueillies dans la littérature. Les principaux freins à l’utilisation de la spirométrie ont été énumérés et des pistes de solutions ont été évoquées pour tenter d’améliorer la situation. Conclusion : Ce travail a permis de confirmer, à son échelle, le faible recours à la spirométrie en première ligne de soins. Les dernières évolutions en matière de spirométrie portable, leur accessibilité et l’engouement qu’elles génèrent ont le potentiel de répandre l’utilisation de spiromètres.
Hibbane - ChamssUniversité catholique de Louvain
39.004 - R79
Exploration du vécu et des représentations des patients obèses
Exploration du vécu et des représentations des patients obèses
Introduction : L’obésité est un problème de santé qualifié d’épidémie mondiale par l’OMS, responsable d’une augmentation de la morbidité et de la mortalité. C’est par ailleurs une maladie socialement déterminée sur-représentée dans les couches sociales les plus basses. Face aux déterminants environnementaux de l’obésité, quel peut être l’impact du médecin généraliste ? Dans le cadre d’une approche communautaire de la santé, nous voulons déterminer les besoins et représentations de notre patientèle obèse. Méthode : Nous avons réalisé une étude qualitative à partir de six entretiens semi-dirigés menés auprès d’un échantillon de patients obèses de notre maison médicale. L’entretien a d’abord exploré leurs représentations de la santé et du surpoids. Ensuite, il a questionné les préoccupations, les besoins et les ressources de ces patients. Les données récoltées ont été analysées par la méthode de la théorisation ancrée. Résultats : Les patients s’estiment en mauvaise santé mais ne perçoivent pas l’obésité comme une maladie. De l’analyse de leurs représentations et de leur vécu, nous observons un cercle vicieux de l’obésité, alimenté par la stigmatisation des patients obèses. Conclusion : L’approche communautaire en santé est une alternative valable à l’approche individuelle de la prise en charge de l’obésité. De nombreuses pistes de résolution peuvent être dégagées à partir de notre étude. Mots-clés : obésité, évaluation des besoins, médecine générale, recherche qualitative.
Introduction : L’obésité est un problème de santé qualifié d’épidémie mondiale par l’OMS, responsable d’une augmentation de la morbidité et de la mortalité. C’est par ailleurs une maladie socialement déterminée sur-représentée dans les couches sociales les plus basses. Face aux déterminants environnementaux de l’obésité, quel peut être l’impact du médecin généraliste ? Dans le cadre d’une approche communautaire de la santé, nous voulons déterminer les besoins et représentations de notre patientèle obèse. Méthode : Nous avons réalisé une étude qualitative à partir de six entretiens semi-dirigés menés auprès d’un échantillon de patients obèses de notre maison médicale. L’entretien a d’abord exploré leurs représentations de la santé et du surpoids. Ensuite, il a questionné les préoccupations, les besoins et les ressources de ces patients. Les données récoltées ont été analysées par la méthode de la théorisation ancrée. Résultats : Les patients s’estiment en mauvaise santé mais ne perçoivent pas l’obésité comme une maladie. De l’analyse de leurs représentations et de leur vécu, nous observons un cercle vicieux de l’obésité, alimenté par la stigmatisation des patients obèses. Conclusion : L’approche communautaire en santé est une alternative valable à l’approche individuelle de la prise en charge de l’obésité. De nombreuses pistes de résolution peuvent être dégagées à partir de notre étude. Mots-clés : obésité, évaluation des besoins, médecine générale, recherche qualitative.
Caller i Salas - OliviaUniversité catholique de Louvain
QR31 - T82 - T83 - QP5
Compétences cliniques transculturelle : une étude qualitative sur le vécu du médecin généraliste bruxellois lors d'une rencontre transculturelle
Compétences cliniques transculturelle : une étude qualitative sur le vécu du médecin généraliste bruxellois lors d'une rencontre transculturelle
INTRODUCTION : Le médecin généraliste est en contact croissant avec des patients de diverses origines. Cette différence culturelle peut être source d'incompréhension. Il est donc important d'établir une bonne communication afin d'éviter tout malentendu pouvant altérer la prise en charge de ces derniers. METHODE : Ce travail a pour objectif d'analyser le vécu des médecins généralistes lors d'une consultation transculturelle. L'exploration des données s'est faite par des entretiens semi-dirigés de sept médecins généralistes exerçant sur Bruxelles. Les données récoltées ont été retranscrites et analysées par la méthode de théorisation ancrée. RESULTATS : Les participants ont relevé plusieurs caractéristiques culturelles concernant les patients d'origine étrangère. Ces traits culturels font partie intégrante du patient aussi bien que leur appartenance socio-économique. Ensemble, ils définissent le patient et peuvent être source de barrière et d'incompréhension. Les médecins s'adaptent tant bien que mal avec les moyens mis à leur disposition. Leur avis a été sollicité concernant une formation dans ce cadre. DISCUSSION : Les compétences cliniques transculturelles sont souvent citées comme un moyen d'améliorer la prise en charge de patients porteurs d'altérité culturelle. Elles se déclinent sous plusieurs formes et sont inconsciemment appliquées par les médecins généralistes de l'étude. On retrouve plusieurs données dans la littérature qui conforte l'attitude et les choix des médecins généralistes, et proposent des pistes afin d'améliorer la prise en charge du patient porteur d'altérité culturelle. CONCLUSION : L'acquisition de compétences cliniques transculturelles améliore la qualité de la prise en charge du patient et pourrait être généralisée et appliquée de manière systématique si elle faisait partie d'un plan de santé public. MOTS CLES : altérité culturelle, compétences cliniques transculturelles, médecine générale, soins, vécu.
INTRODUCTION : Le médecin généraliste est en contact croissant avec des patients de diverses origines. Cette différence culturelle peut être source d'incompréhension. Il est donc important d'établir une bonne communication afin d'éviter tout malentendu pouvant altérer la prise en charge de ces derniers. METHODE : Ce travail a pour objectif d'analyser le vécu des médecins généralistes lors d'une consultation transculturelle. L'exploration des données s'est faite par des entretiens semi-dirigés de sept médecins généralistes exerçant sur Bruxelles. Les données récoltées ont été retranscrites et analysées par la méthode de théorisation ancrée. RESULTATS : Les participants ont relevé plusieurs caractéristiques culturelles concernant les patients d'origine étrangère. Ces traits culturels font partie intégrante du patient aussi bien que leur appartenance socio-économique. Ensemble, ils définissent le patient et peuvent être source de barrière et d'incompréhension. Les médecins s'adaptent tant bien que mal avec les moyens mis à leur disposition. Leur avis a été sollicité concernant une formation dans ce cadre. DISCUSSION : Les compétences cliniques transculturelles sont souvent citées comme un moyen d'améliorer la prise en charge de patients porteurs d'altérité culturelle. Elles se déclinent sous plusieurs formes et sont inconsciemment appliquées par les médecins généralistes de l'étude. On retrouve plusieurs données dans la littérature qui conforte l'attitude et les choix des médecins généralistes, et proposent des pistes afin d'améliorer la prise en charge du patient porteur d'altérité culturelle. CONCLUSION : L'acquisition de compétences cliniques transculturelles améliore la qualité de la prise en charge du patient et pourrait être généralisée et appliquée de manière systématique si elle faisait partie d'un plan de santé public. MOTS CLES : altérité culturelle, compétences cliniques transculturelles, médecine générale, soins, vécu.
Wong Ng - Ann-DaphnéUniversité catholique de Louvain
QP23 - QP44 - QS41 - QD12 - QR31 - QC14
Revue systématique de la littérature : des interventions prenant en charge la dénutrition chez la personne âgée en médecine générale
Revue systématique de la littérature : des interventions prenant en charge la dénutrition chez la personne âgée en médecine générale
Contexte : La dénutrition de la personne âgée est une affection aux conséquences multiples en termes de santé individuelle et de santé publique. Sa prévalence est élevée dans la population âgée, pourtant elle reste très fortement sous-diagnostiquée notamment en médecine générale où sa prise en charge adéquate est souvent méconnue. Objectif : Réaliser une revue systématique de la littérature sur les nouvelles interventions prenant en charge la dénutrition chez la personne âgée vivant à domicile ou en maison de repos. Méthodologie : La revue systématique s’est basée sur cinq moteurs de recherche différents : Pubmed, Cochcrane, EBSCOHost, Google scholar et OpenGrey. Seules les études randomisées contrôlées, publiées entre 2010 et 2020 et se déroulant en Europe avec des participants de 65 ans ou plus vivant à domicile ou en maison de repos était sélectionnées. À cause de l’hétérogénéité des études au niveau de la méthodologie, critères d’évaluation et résultats, la présentation des résultats s’est faite par une synthèse narrative. Résultats : Sur les 1240 articles sélectionnés, six articles ont été inclus dans cette revue systématique. Les interventions comprenaient deux interventions nutritionnelles avec administration de suppléments nutritionnels oraux solides, une intervention diététique, une intervention multidisciplinaire, une intervention éducationnelle ciblant les aidants des patients et une intervention multifactorielle visant à corriger les facteurs de risque de dénutrition. Quatre interventions ont montré des effets statistiquement significatifs sur leurs critères d’évaluation principaux et seulement deux sur le statut nutritionnel. Différents résultats montreraient que les effets des interventions auraient plus tendance à freiner l’évolution de la dénutrition plutôt que de la corriger. Conclusion : Cette revue systématique de la littérature ne permet pas de mettre en évidence de nouvelles interventions corrigeant la dénutrition chez la personne âgée avec des résultats statistiquement et cliniquement pertinents. Des études supplémentaires sont nécessaires pour approfondir la question. Mot-clés : Dénutrition, personne âgée, intervention, statut nutritionnel, étude randomisée controlée.
Contexte : La dénutrition de la personne âgée est une affection aux conséquences multiples en termes de santé individuelle et de santé publique. Sa prévalence est élevée dans la population âgée, pourtant elle reste très fortement sous-diagnostiquée notamment en médecine générale où sa prise en charge adéquate est souvent méconnue. Objectif : Réaliser une revue systématique de la littérature sur les nouvelles interventions prenant en charge la dénutrition chez la personne âgée vivant à domicile ou en maison de repos. Méthodologie : La revue systématique s’est basée sur cinq moteurs de recherche différents : Pubmed, Cochcrane, EBSCOHost, Google scholar et OpenGrey. Seules les études randomisées contrôlées, publiées entre 2010 et 2020 et se déroulant en Europe avec des participants de 65 ans ou plus vivant à domicile ou en maison de repos était sélectionnées. À cause de l’hétérogénéité des études au niveau de la méthodologie, critères d’évaluation et résultats, la présentation des résultats s’est faite par une synthèse narrative. Résultats : Sur les 1240 articles sélectionnés, six articles ont été inclus dans cette revue systématique. Les interventions comprenaient deux interventions nutritionnelles avec administration de suppléments nutritionnels oraux solides, une intervention diététique, une intervention multidisciplinaire, une intervention éducationnelle ciblant les aidants des patients et une intervention multifactorielle visant à corriger les facteurs de risque de dénutrition. Quatre interventions ont montré des effets statistiquement significatifs sur leurs critères d’évaluation principaux et seulement deux sur le statut nutritionnel. Différents résultats montreraient que les effets des interventions auraient plus tendance à freiner l’évolution de la dénutrition plutôt que de la corriger. Conclusion : Cette revue systématique de la littérature ne permet pas de mettre en évidence de nouvelles interventions corrigeant la dénutrition chez la personne âgée avec des résultats statistiquement et cliniquement pertinents. Des études supplémentaires sont nécessaires pour approfondir la question. Mot-clés : Dénutrition, personne âgée, intervention, statut nutritionnel, étude randomisée controlée.
Bahwere - ChristianUniversité catholique de Louvain
QC15 - QT33 - T91 - QS41
Biologie en bilan de santé : comment les médecins généralistes liégeois peuvent-ils améliorer leurs prescriptions ?
Biologie en bilan de santé : comment les médecins généralistes liégeois peuvent-ils améliorer leurs prescriptions ?
Introduction Alors que le nombre d’analyses de sang augmente, les impératifs budgétaires nous obligent à rationnaliser nos prescriptions. Le bilan sanguin réalisé en médecine générale n’y fait pas exception. La médecine moderne doit tendre à plus de prévention et il est évident que les analyses sanguines y ont leur rôle. L’Inami s’est essayé à fournir des recommandations de prescriptions raisonnées mais ces critères semblent difficiles à mettre en pratique. Ce travail de fin d’étude analyse les prescriptions réalisées par les médecins généralistes de la province de Liège pour essayer d’en faire la critique et en améliorer la pertinence. Méthodologie Après des recherches de littérature, un questionnaire a été complété par 142 médecins généralistes de la province de Liège. Un entretien a ensuite été réalisé avec deux médecins spécialisés en biologie clinique pour discuter de la pertinence des résultats. Résultats Les analyses réalisées par les généralistes de la province de Liège sont très différentes d’un médecin à l’autre et le nombre d’analyses effectuées est souvent important. Les résultats obtenus sont loin des recommandations établies par l’Inami. Les échanges avec les médecins biologistes ont permis de dégager certaines analyses inutiles ou certaines analyses qui pourraient se révéler intéressantes. D’autres analyses sont plus subjectives et il est difficile d’obtenir un consensus. Conclusion La biologie clinique peut apporter beaucoup de renseignements intéressants sur l’état de santé de nos patients si elle est utilisée de manière efficiente. Il n’est pas possible d’établir un bilan type, cependant l’application de certaines recommandations doit permettre de limiter le coût de nos demandes ainsi que les investigations inutiles tout en permettant un screening efficace de l’état de santé de nos patients. Parmi ces recommandations on peut citer une anamnèse approfondie permettant de mettre en évidence une population cible à dépister, une demande d’analyse en deux temps et une meilleure connaissance des tests de laboratoire et de leur utilité.
Introduction Alors que le nombre d’analyses de sang augmente, les impératifs budgétaires nous obligent à rationnaliser nos prescriptions. Le bilan sanguin réalisé en médecine générale n’y fait pas exception. La médecine moderne doit tendre à plus de prévention et il est évident que les analyses sanguines y ont leur rôle. L’Inami s’est essayé à fournir des recommandations de prescriptions raisonnées mais ces critères semblent difficiles à mettre en pratique. Ce travail de fin d’étude analyse les prescriptions réalisées par les médecins généralistes de la province de Liège pour essayer d’en faire la critique et en améliorer la pertinence. Méthodologie Après des recherches de littérature, un questionnaire a été complété par 142 médecins généralistes de la province de Liège. Un entretien a ensuite été réalisé avec deux médecins spécialisés en biologie clinique pour discuter de la pertinence des résultats. Résultats Les analyses réalisées par les généralistes de la province de Liège sont très différentes d’un médecin à l’autre et le nombre d’analyses effectuées est souvent important. Les résultats obtenus sont loin des recommandations établies par l’Inami. Les échanges avec les médecins biologistes ont permis de dégager certaines analyses inutiles ou certaines analyses qui pourraient se révéler intéressantes. D’autres analyses sont plus subjectives et il est difficile d’obtenir un consensus. Conclusion La biologie clinique peut apporter beaucoup de renseignements intéressants sur l’état de santé de nos patients si elle est utilisée de manière efficiente. Il n’est pas possible d’établir un bilan type, cependant l’application de certaines recommandations doit permettre de limiter le coût de nos demandes ainsi que les investigations inutiles tout en permettant un screening efficace de l’état de santé de nos patients. Parmi ces recommandations on peut citer une anamnèse approfondie permettant de mettre en évidence une population cible à dépister, une demande d’analyse en deux temps et une meilleure connaissance des tests de laboratoire et de leur utilité.
Perot - XavierUniversité de Liège
34.000 - 30.001
Evaluation de la pertinence et de la faisabilité de l’utilisation d’un outil de dépistage de la maladie stéatosique non alcoolique du foie en consultation de médecine générale.
Evaluation de la pertinence et de la faisabilité de l’utilisation d’un outil de dépistage de la maladie stéatosique non alcoolique du foie en consultation de médecine générale.
PDF OFFICIEL DU TFE! Erreur pour la première soumission veuillez m'en excuser ! Introduction La maladie stéatosique non alcoolique du foie (ou NAFLD en anglais) est l’affection hépatique la plus répandue dans de nombreuses régions du globe et notamment en Europe. Elle reprend plusieurs stades d’involution du foie par la graisse associés pour certains à l’inflammation et à la fibrose. La prévalence de cette maladie insidieuse ne cesse encore à ce jour d’augmenter alors qu’il n’existe toujours aucun consensus sur les moyens diagnostiques à utiliser pour la dépister plus largement en première ligne. Méthodologie Après révision de la littérature la plus pertinente et validée sur le sujet, un outil de screening m’a été rapporté par le guide de recommandation de la prise en charge de la NAFLD rédigé par les spécialistes de la Belgian Association for the study of the liver(1) en 2018. Il s’agit d’un algorithme dynamique articulant 3 scores clinico-biologiques à la fois accessibles pour les médecins généralistes et déjà bien connus des hépatologues. Cet algorithme dont il existe une version automatisée via l’application web développée par l’UZ Anvers permet d’identifier nos patients les plus susceptibles d’être atteints d’une NAFLD en plus de dresser leur profil de risque fibrotique. Afin d’étudier la pertinence et la faisabilité de l’utilisation d’un tel outil en pratique de médecine générale, une méthode d’investigation mixte au moyen d’un protocole explicatif a été imaginée. L’étude quantitative a expérimenté la mise en application du screening par 4 médecins sur leur patientèle (maison médicale ASaSo à Saint-Gilles) pendant 6 mois. Les données récoltées ont ensuite été comparées à des données rétrospectives pour évaluer les procédés et la puissance diagnostique avant et après introduction du dépistage. L’étude qualitative a été développée à partir des chiffres quantitatifs et viendra potentialiser les résultats tout en apportant un complément d’information sur la faisabilité d’un tel screening. Résultats Médiane d’1 diagnostic de NAFLD tout stade confondu réalisé tous les 6 mois sans introduction d’un dépistage à comparer à 17 diagnostics de NAFLD tout stade confondu établis en 6 mois de dépistage sur la même patientèle de 1800 patients. L’incidence diagnostique se retrouve dès lors bien plus élevée avec l’utilisation du screening avec des résultats d’autant plus significatifs pour le dépistage de la stéatose simple chez les patients ne présentant aucune altération de leurs enzymes hépatiques. L’évaluation de la faisabilité du screening en consultation de médecine générale révèle elle un caractère très opérateur-dépendant. Conclusion Même si la validité de cette étude est relative au vu des biais qui seront énoncés, certains résultats semblent significatifs et révèlent des tendances dont nous pouvons déjà tirer les premières conclusions. Ainsi le screening NAFLD étudié pourrait améliorer significativement notre couverture diagnostique de la maladie en médecine générale. L’évaluation de la faisabilité de l’outil rapporte des discours divergents mais mis en balance de sa puissance diagnostique, tous les intervenants s’accordent à affirmer qu’il pourrait s’avérer être un allié de choix dans la prise en charge de cette maladie. Les autres alternatives non invasives de diagnostic NAFLD ne sont pas toujours plus performantes, bien moins accessibles et coutent trop cher pour un dépistage à large échelle. Par ce travail nous espérons ouvrir la voie à une plus grande diffusion en médecine générale du dépistage NAFLD via les scores clinico-biologiques et ainsi pouvoir recueillir dans le futur des données plus validées quant au bénéfice à réaliser un tel screening.
PDF OFFICIEL DU TFE! Erreur pour la première soumission veuillez m'en excuser ! Introduction La maladie stéatosique non alcoolique du foie (ou NAFLD en anglais) est l’affection hépatique la plus répandue dans de nombreuses régions du globe et notamment en Europe. Elle reprend plusieurs stades d’involution du foie par la graisse associés pour certains à l’inflammation et à la fibrose. La prévalence de cette maladie insidieuse ne cesse encore à ce jour d’augmenter alors qu’il n’existe toujours aucun consensus sur les moyens diagnostiques à utiliser pour la dépister plus largement en première ligne. Méthodologie Après révision de la littérature la plus pertinente et validée sur le sujet, un outil de screening m’a été rapporté par le guide de recommandation de la prise en charge de la NAFLD rédigé par les spécialistes de la Belgian Association for the study of the liver(1) en 2018. Il s’agit d’un algorithme dynamique articulant 3 scores clinico-biologiques à la fois accessibles pour les médecins généralistes et déjà bien connus des hépatologues. Cet algorithme dont il existe une version automatisée via l’application web développée par l’UZ Anvers permet d’identifier nos patients les plus susceptibles d’être atteints d’une NAFLD en plus de dresser leur profil de risque fibrotique. Afin d’étudier la pertinence et la faisabilité de l’utilisation d’un tel outil en pratique de médecine générale, une méthode d’investigation mixte au moyen d’un protocole explicatif a été imaginée. L’étude quantitative a expérimenté la mise en application du screening par 4 médecins sur leur patientèle (maison médicale ASaSo à Saint-Gilles) pendant 6 mois. Les données récoltées ont ensuite été comparées à des données rétrospectives pour évaluer les procédés et la puissance diagnostique avant et après introduction du dépistage. L’étude qualitative a été développée à partir des chiffres quantitatifs et viendra potentialiser les résultats tout en apportant un complément d’information sur la faisabilité d’un tel screening. Résultats Médiane d’1 diagnostic de NAFLD tout stade confondu réalisé tous les 6 mois sans introduction d’un dépistage à comparer à 17 diagnostics de NAFLD tout stade confondu établis en 6 mois de dépistage sur la même patientèle de 1800 patients. L’incidence diagnostique se retrouve dès lors bien plus élevée avec l’utilisation du screening avec des résultats d’autant plus significatifs pour le dépistage de la stéatose simple chez les patients ne présentant aucune altération de leurs enzymes hépatiques. L’évaluation de la faisabilité du screening en consultation de médecine générale révèle elle un caractère très opérateur-dépendant. Conclusion Même si la validité de cette étude est relative au vu des biais qui seront énoncés, certains résultats semblent significatifs et révèlent des tendances dont nous pouvons déjà tirer les premières conclusions. Ainsi le screening NAFLD étudié pourrait améliorer significativement notre couverture diagnostique de la maladie en médecine générale. L’évaluation de la faisabilité de l’outil rapporte des discours divergents mais mis en balance de sa puissance diagnostique, tous les intervenants s’accordent à affirmer qu’il pourrait s’avérer être un allié de choix dans la prise en charge de cette maladie. Les autres alternatives non invasives de diagnostic NAFLD ne sont pas toujours plus performantes, bien moins accessibles et coutent trop cher pour un dépistage à large échelle. Par ce travail nous espérons ouvrir la voie à une plus grande diffusion en médecine générale du dépistage NAFLD via les scores clinico-biologiques et ainsi pouvoir recueillir dans le futur des données plus validées quant au bénéfice à réaliser un tel screening.
Duponcheel - ThomasUniversité catholique de Louvain
D97 - 34.000 - T82 - QS41 - QS1 - QD4 - QD42 - QR52
La limite entre le droit du patient gériatrique d'être informé de son état de santé et le principe de bienveillance envers lui, vécu par les médecins généralistes en Belgique
La limite entre le droit du patient gériatrique d'être informé de son état de santé et le principe de bienveillance envers lui, vécu par les médecins généralistes en Belgique
La proportion des patients gériatriques ne cesse d’augmenter d’année en année. La vulnérabilité et les spécificités du patient gériatrique font appel à notre bienveillance d’une toute autre manière que le patient ordinaire. Il arrive que les médecins généralistes se retrouvent dans des situations cliniques où ils ne peuvent pas respecter, à la fois, le droit du patient d’être informé de son état de santé, et la nécessité d’être bienveillant envers lui. Le but de cette étude est de déterminer comment les médecins généralistes en Belgique parviennent à gérer ce genre de problématique quand elle concerne un patient gériatrique. Au vu de la problématique étudiée, nous avons fait le choix de réaliser une recherche qualitative avec des entretiens semi-dirigés. Dix médecins généralistes de la région de Bruxelles, dont l’âge varie de 26 à 56 ans, ont été interrogés. De ces interviews, nous avons pu avoir une vision d’ensemble des connaissances des médecins généralistes sur ces questions et leur démarche quant à la gestion de ce genre de situations limites.
La proportion des patients gériatriques ne cesse d’augmenter d’année en année. La vulnérabilité et les spécificités du patient gériatrique font appel à notre bienveillance d’une toute autre manière que le patient ordinaire. Il arrive que les médecins généralistes se retrouvent dans des situations cliniques où ils ne peuvent pas respecter, à la fois, le droit du patient d’être informé de son état de santé, et la nécessité d’être bienveillant envers lui. Le but de cette étude est de déterminer comment les médecins généralistes en Belgique parviennent à gérer ce genre de problématique quand elle concerne un patient gériatrique. Au vu de la problématique étudiée, nous avons fait le choix de réaliser une recherche qualitative avec des entretiens semi-dirigés. Dix médecins généralistes de la région de Bruxelles, dont l’âge varie de 26 à 56 ans, ont été interrogés. De ces interviews, nous avons pu avoir une vision d’ensemble des connaissances des médecins généralistes sur ces questions et leur démarche quant à la gestion de ce genre de situations limites.
Merghni - TeycireUniversité catholique de Louvain
QR31 - QS41 - QE4 - QD12 - QP43 - QD322
Quelle perception ont les médecins généralistes de la surmédicalisation en médecine générale, et quelles actions peuvent-ils identifier pour faciliter la déadoption de pratiques dites « low-value care » ? Enquête auprès des médecins généralistes pratiquant en communauté germanophone.
Quelle perception ont les médecins généralistes de la surmédicalisation en médecine générale, et quelles actions peuvent-ils identifier pour faciliter la déadoption de pratiques dites « low-value care » ? Enquête auprès des médecins généralistes pratiquant en communauté germanophone.
La première ligne de soins, et les médecins généralistes en particulier, jouent un rôle central dans la lutte contre la surmédicalisation, qui représente un problème de santé publique préoccupant. Le but de cette étude est d’évaluer la perception qu’ont les médecins généralistes de ce concept de surmédicalisation, et les pistes d’action qu’ils proposent afin de favoriser la déadoption de pratiques dites « low-value care ». Cette étude qualitative a été réalisée au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés. Douze médecins ont été interrogés. Les médecins interrogés tendent initialement à confondre les concepts de surmédicalisation et de surtraitement, mais se corrigent rapidement. Ils identifient plusieurs facteurs responsables de la surmédicalisation, relevant tant du patient que du prescripteur. Les participants identifient plusieurs ressources pour lutter contre la surmédicalisation : des formations destinées à sensibiliser les médecins généralistes, des guidelines centrées sur la déadoption des pratiques « low-value care », et des outils d’aide à la décision clinique, de préférence intégrés au dossier médical informatisé. Des études telles que celle-ci permettent d’amener une meilleure compréhension du contexte local dans lequel des interventions destinées à lutter contre la surmédicalisation sont envisagées, et ainsi faciliter leur implémentation.
La première ligne de soins, et les médecins généralistes en particulier, jouent un rôle central dans la lutte contre la surmédicalisation, qui représente un problème de santé publique préoccupant. Le but de cette étude est d’évaluer la perception qu’ont les médecins généralistes de ce concept de surmédicalisation, et les pistes d’action qu’ils proposent afin de favoriser la déadoption de pratiques dites « low-value care ». Cette étude qualitative a été réalisée au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés. Douze médecins ont été interrogés. Les médecins interrogés tendent initialement à confondre les concepts de surmédicalisation et de surtraitement, mais se corrigent rapidement. Ils identifient plusieurs facteurs responsables de la surmédicalisation, relevant tant du patient que du prescripteur. Les participants identifient plusieurs ressources pour lutter contre la surmédicalisation : des formations destinées à sensibiliser les médecins généralistes, des guidelines centrées sur la déadoption des pratiques « low-value care », et des outils d’aide à la décision clinique, de préférence intégrés au dossier médical informatisé. Des études telles que celle-ci permettent d’amener une meilleure compréhension du contexte local dans lequel des interventions destinées à lutter contre la surmédicalisation sont envisagées, et ainsi faciliter leur implémentation.
HEINEN - OphélieUniversité de Liège
QD441 - QD326 - QS41 - QR31
Évaluation des connaissances des médecins généralistes concernant la thérapie cognitivo-comportementale chez les patients souffrant d’insomnie chronique, identification des freins à son instauration et rappel des outils pratiques à destination des médecins généralistes : une étude qualitative
Évaluation des connaissances des médecins généralistes concernant la thérapie cognitivo-comportementale chez les patients souffrant d’insomnie chronique, identification des freins à son instauration et rappel des outils pratiques à destination des médecins généralistes : une étude qualitative

Assessment of general practitioners' knowledge of cognitive-behavioural therapy in patients with chronic insomnia, identification of barriers to its introduction and a reminder of practical aids for general practitioners: a qualitative study
Assessment of general practitioners' knowledge of cognitive-behavioural therapy in patients with chronic insomnia, identification of barriers to its introduction and a reminder of practical aids for general practitioners: a qualitative study
3.1 Introduction L'insomnie chronique se définie par des troubles du sommeil qui se produisent au moins trois fois par semaine, qui persistent pendant au moins trois mois et entraînent des conséquences négatives en journée. Le traitement comprends, entre autre, une thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Cette dernière consiste en un traitement à plusieurs composantes qui vise à identifier et à cibler les multiples facteurs cognitifs et comportementaux à l'origine des troubles du sommeil. 3.2 Objectif Ce travail a comme objectif d’élucider les raisons pour lesquelles les médecins généralistes ne se sentent pas à l’aise pour prescrire la TCC. Cette étude vise également à évaluer les praticiens qui ne sont pas au courant de cette prise en charge désormais connue, et qui a été prouvée dans des directives et des études. 3.3 Méthode Dans un premier temps, ce travail consiste en une recherche de la littérature actuelle au sujet de la thérapie cognitive-comportementale dans le de cadre l’insomnie. La deuxième partie s’agit d’une approche qualitative à travers des entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes qui exercent sur la région Bruxelloise. Dernièrement, créer à partir des guidelines américaines et européennes, un plan plus court pour les consultations en médecine générale. 3.4 Résultats Au total, sept médecins généralistes ont été interrogés. Les entretiens ont d'abord porté sur la fréquence des plaintes d'insomnie lors des consultations. Quatre des médecins voient la plainte trois fois par mois. Ensuite, nous avons évalué leur connaissance de la TCC. Ils étaient tous conscients de son existence mais l'appliquaient de manière variable. La réticence à prescrire le TCC peut provenir des demandes du patient, du manque de suivi de la consultation, de la méfiance envers la psychothérapie ou des coûts élevés. 3.5 Conclusion Bien que la TCC ait prouvé par de multiples études son efficacité dans le traitement de l'insomnie chronique, les médecins généralistes ne la prescrivent pas aussi facilement qu'ils le devraient. Cette étude a également permis de faire un rappel des outils existants pour application en consultation de médecine générale.
3.1 Introduction L'insomnie chronique se définie par des troubles du sommeil qui se produisent au moins trois fois par semaine, qui persistent pendant au moins trois mois et entraînent des conséquences négatives en journée. Le traitement comprends, entre autre, une thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Cette dernière consiste en un traitement à plusieurs composantes qui vise à identifier et à cibler les multiples facteurs cognitifs et comportementaux à l'origine des troubles du sommeil. 3.2 Objectif Ce travail a comme objectif d’élucider les raisons pour lesquelles les médecins généralistes ne se sentent pas à l’aise pour prescrire la TCC. Cette étude vise également à évaluer les praticiens qui ne sont pas au courant de cette prise en charge désormais connue, et qui a été prouvée dans des directives et des études. 3.3 Méthode Dans un premier temps, ce travail consiste en une recherche de la littérature actuelle au sujet de la thérapie cognitive-comportementale dans le de cadre l’insomnie. La deuxième partie s’agit d’une approche qualitative à travers des entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes qui exercent sur la région Bruxelloise. Dernièrement, créer à partir des guidelines américaines et européennes, un plan plus court pour les consultations en médecine générale. 3.4 Résultats Au total, sept médecins généralistes ont été interrogés. Les entretiens ont d'abord porté sur la fréquence des plaintes d'insomnie lors des consultations. Quatre des médecins voient la plainte trois fois par mois. Ensuite, nous avons évalué leur connaissance de la TCC. Ils étaient tous conscients de son existence mais l'appliquaient de manière variable. La réticence à prescrire le TCC peut provenir des demandes du patient, du manque de suivi de la consultation, de la méfiance envers la psychothérapie ou des coûts élevés. 3.5 Conclusion Bien que la TCC ait prouvé par de multiples études son efficacité dans le traitement de l'insomnie chronique, les médecins généralistes ne la prescrivent pas aussi facilement qu'ils le devraient. Cette étude a également permis de faire un rappel des outils existants pour application en consultation de médecine générale.

4.1 Introduction Chronic insomnia is defined as sleep disturbances that occur at least three times a week, persist for at least three months, and have negative daytime consequences. The first line of treatment consists of cognitive behavioural therapy in insomnia (CBT-I). CBT-I is a multi-component therapy that aims to identify and target the multiple cognitive and behavioural factors that cause sleep disorders. 4.2 Objectives The purpose of this work is to elucidate the reasons why general practitioners do not feel comfortable prescribing CBT. This study also aims to assess practitioners who are not aware of this now known treatment, which has been proven in guidelines and studies. 4.3 Methods In the first part, this work consists of a research of the current literature on the subject of cognitive-behavioural therapy in the context of insomnia. The second part is a qualitative approach through semi-directed interviews with general practitioners practicing in the Brussels region. Lastly, to create from the American and European guidelines, a shorter plan for consultations in general medicine. 4.4 Results A total of seven general practitioners were interviewed. The interviews first focused on the frequency of insomnia complaints during consultations. Four of the physicians see the complaint three times a month. Next, we assessed their knowledge of CBT. They were all aware of its existence but applied it in varying ways. Reluctance to prescribe CBT may stem from patient demands, lack of follow-up to the consultation, distrust of psychotherapy, or high costs. 4.5 Conclusion Although CBT has been proven by multiple studies to be effective in the treatment of chronic insomnia, general practitioners do not prescribe it as readily as they should. This study also provided a reminder of the existing tools for application in general practice.
4.1 Introduction Chronic insomnia is defined as sleep disturbances that occur at least three times a week, persist for at least three months, and have negative daytime consequences. The first line of treatment consists of cognitive behavioural therapy in insomnia (CBT-I). CBT-I is a multi-component therapy that aims to identify and target the multiple cognitive and behavioural factors that cause sleep disorders. 4.2 Objectives The purpose of this work is to elucidate the reasons why general practitioners do not feel comfortable prescribing CBT. This study also aims to assess practitioners who are not aware of this now known treatment, which has been proven in guidelines and studies. 4.3 Methods In the first part, this work consists of a research of the current literature on the subject of cognitive-behavioural therapy in the context of insomnia. The second part is a qualitative approach through semi-directed interviews with general practitioners practicing in the Brussels region. Lastly, to create from the American and European guidelines, a shorter plan for consultations in general medicine. 4.4 Results A total of seven general practitioners were interviewed. The interviews first focused on the frequency of insomnia complaints during consultations. Four of the physicians see the complaint three times a month. Next, we assessed their knowledge of CBT. They were all aware of its existence but applied it in varying ways. Reluctance to prescribe CBT may stem from patient demands, lack of follow-up to the consultation, distrust of psychotherapy, or high costs. 4.5 Conclusion Although CBT has been proven by multiple studies to be effective in the treatment of chronic insomnia, general practitioners do not prescribe it as readily as they should. This study also provided a reminder of the existing tools for application in general practice.
Choudhry - ArmanUniversité catholique de Louvain
QR31 - QS41 - P06 - 58.002 - QO4
La liste des problèmes de santé des patients âgés, mise à jour par l’outil Geristeps, forme-t-elle le point de départ d’une décision médicale partagée orientée sur les objectifs de soins du patient? Étude qualitative
La liste des problèmes de santé des patients âgés, mise à jour par l’outil Geristeps, forme-t-elle le point de départ d’une décision médicale partagée orientée sur les objectifs de soins du patient? Étude qualitative
2.ABSTRACT 2.1 Background Un défi majeur auquel nous sommes confrontés en occident est celui du vieillissement de la population, ceci a des répercussions directes sur notre système de santé et sur la façon dont nous prenons en charge ces patients, en effet, un patient âgé est plus susceptible de faire face à des maladies chroniques et aux complications de ces dernières. C’est pour cela qu’il est essentiel d’utiliser des outils d’évaluation gériatrique comme l’EGS afin de déceler les différentes problématiques de santé affectant ces patients. Une approche de type «goal-oriented care », centrée sur les objectifs, est indispensable pour fixer des objectifs de soins et établir en partenariat avec son médecin, un plan de soins personnalisé axé sur les priorités du patient gériatrique. Nous faisons référence à la notion de «shared-décision making » ou « décision médicale partagée » qui est notamment axée sur les objectifs de soins prioritaires du patient. 2.2 Objectifs Les deux questions qui sont au cœur de ce travail sont: 1. Est-ce que les données issues d’une EGS, par l’outil Geristeps, permettent d’enrichir la liste de besoins non satisfaits du patient ? 2. Est-ce que cette liste forme-t-elle le point de départ d’une décision médicale partagée orientée sur les objectifs patients ? 2.3 Méthode Une étude qualitative par entretien individuel semi-dirigé a été menée auprès de six patients âgés de plus de 70 ans. La méthode QUAGOL nous a servi de guide pour analyser les donner. 2.4 Résultats L’évaluation gériatrique, par l’outil Geristeps, a été conduite chez neuf patients dont cinq femmes et quatre hommes. La moyenne d’âge étant de 77+-3. La durée moyenne de l’évaluation a été de 43 minutes avec comme minimum et maximum 31 et 57 minutes. Pour chaque patient, l’outil Geristeps a révélé trois problèmes de santé en moyenne. Les plus fréquents sont : • la vaccination antipneumococcique (89%) • le mésusage de médicaments (67%) • les troubles du sommeil (56%). Seuls six patients sur neuf ont participé à la deuxième entrevue. La durée moyenne de cette consultation était de 23 minutes avec comme limites 8 et 32 minutes. Les objectifs de soins prioritaires étaient essentiellement : • le maintien de l’autonomie • la préservation de l’indépendance fonctionnelle et de la mobilité • la limitation du recours aux soins et aux médicaments. Finalement, tous les patients ont trouvé cette expérience intéressante et satisfaisante. L’évaluation gériatrique par l’outil Geristeps a attisé la curiosité de certains patients sans pour autant être perçue comme intrusive.
2.ABSTRACT 2.1 Background Un défi majeur auquel nous sommes confrontés en occident est celui du vieillissement de la population, ceci a des répercussions directes sur notre système de santé et sur la façon dont nous prenons en charge ces patients, en effet, un patient âgé est plus susceptible de faire face à des maladies chroniques et aux complications de ces dernières. C’est pour cela qu’il est essentiel d’utiliser des outils d’évaluation gériatrique comme l’EGS afin de déceler les différentes problématiques de santé affectant ces patients. Une approche de type «goal-oriented care », centrée sur les objectifs, est indispensable pour fixer des objectifs de soins et établir en partenariat avec son médecin, un plan de soins personnalisé axé sur les priorités du patient gériatrique. Nous faisons référence à la notion de «shared-décision making » ou « décision médicale partagée » qui est notamment axée sur les objectifs de soins prioritaires du patient. 2.2 Objectifs Les deux questions qui sont au cœur de ce travail sont: 1. Est-ce que les données issues d’une EGS, par l’outil Geristeps, permettent d’enrichir la liste de besoins non satisfaits du patient ? 2. Est-ce que cette liste forme-t-elle le point de départ d’une décision médicale partagée orientée sur les objectifs patients ? 2.3 Méthode Une étude qualitative par entretien individuel semi-dirigé a été menée auprès de six patients âgés de plus de 70 ans. La méthode QUAGOL nous a servi de guide pour analyser les donner. 2.4 Résultats L’évaluation gériatrique, par l’outil Geristeps, a été conduite chez neuf patients dont cinq femmes et quatre hommes. La moyenne d’âge étant de 77+-3. La durée moyenne de l’évaluation a été de 43 minutes avec comme minimum et maximum 31 et 57 minutes. Pour chaque patient, l’outil Geristeps a révélé trois problèmes de santé en moyenne. Les plus fréquents sont : • la vaccination antipneumococcique (89%) • le mésusage de médicaments (67%) • les troubles du sommeil (56%). Seuls six patients sur neuf ont participé à la deuxième entrevue. La durée moyenne de cette consultation était de 23 minutes avec comme limites 8 et 32 minutes. Les objectifs de soins prioritaires étaient essentiellement : • le maintien de l’autonomie • la préservation de l’indépendance fonctionnelle et de la mobilité • la limitation du recours aux soins et aux médicaments. Finalement, tous les patients ont trouvé cette expérience intéressante et satisfaisante. L’évaluation gériatrique par l’outil Geristeps a attisé la curiosité de certains patients sans pour autant être perçue comme intrusive.

3.ABSTRACT : ENGLISH VERSION 3.1 Background A major challenge we face in the West is the ageing of the population, which has a direct impact on our health care system and the way we care for these patients, as an older patient is more likely to face chronic diseases and complications. Therefore, it is essential to use geriatric assessment tools such as the CGA to identify the different health issues affecting these patients. A goal-oriented care approach is essential to set goals of care and to establish a personalised care plan in partnership with the physician, based on the geriatric patients’ priorities. We refer to the concept of "shared-decision making" which focuses on the patient's priority care goals. 3.2 Objectives The objective of this work is twofold: 1) Can the data from a comprehensive geriatric assessment, using the Geristeps tool, be used to enrich the list of unmet patient needs? 2) Does this list form the starting point for a shared medical decision based on patient objectives? 3.3 Method A qualitative study by individual semi-directed interview was conducted with six patients aged over 70 years. The QUAGOL method was used as a guide to analyse the data. 3.4 Results The geriatric assessment, using the Geristeps tool, was conducted in nine patients, five of whom were women and four men. The average age was 77+-3. The average duration of the assessment was 43 minutes with a minimum and maximum of 31 and 57 minutes. For each patient, the Geristeps tool revealed three health problems on average. The most frequent ones were • pneumococcal vaccination (89%) • medication misuse (67%) • sleep disorders (56%). Only six out of nine patients participated in the second interview. The average duration of this consultation was 23 minutes with limits of 8 and 32 minutes. The priority care objectives were essentially • maintenance of autonomy • preservation of functional independence and mobility • limiting the use of care and medication. In the end, all patients found this experience interesting and satisfying. The geriatric assessment using the Geristeps tool aroused the curiosity of some patients without being perceived as intrusive.
3.ABSTRACT : ENGLISH VERSION 3.1 Background A major challenge we face in the West is the ageing of the population, which has a direct impact on our health care system and the way we care for these patients, as an older patient is more likely to face chronic diseases and complications. Therefore, it is essential to use geriatric assessment tools such as the CGA to identify the different health issues affecting these patients. A goal-oriented care approach is essential to set goals of care and to establish a personalised care plan in partnership with the physician, based on the geriatric patients’ priorities. We refer to the concept of "shared-decision making" which focuses on the patient's priority care goals. 3.2 Objectives The objective of this work is twofold: 1) Can the data from a comprehensive geriatric assessment, using the Geristeps tool, be used to enrich the list of unmet patient needs? 2) Does this list form the starting point for a shared medical decision based on patient objectives? 3.3 Method A qualitative study by individual semi-directed interview was conducted with six patients aged over 70 years. The QUAGOL method was used as a guide to analyse the data. 3.4 Results The geriatric assessment, using the Geristeps tool, was conducted in nine patients, five of whom were women and four men. The average age was 77+-3. The average duration of the assessment was 43 minutes with a minimum and maximum of 31 and 57 minutes. For each patient, the Geristeps tool revealed three health problems on average. The most frequent ones were • pneumococcal vaccination (89%) • medication misuse (67%) • sleep disorders (56%). Only six out of nine patients participated in the second interview. The average duration of this consultation was 23 minutes with limits of 8 and 32 minutes. The priority care objectives were essentially • maintenance of autonomy • preservation of functional independence and mobility • limiting the use of care and medication. In the end, all patients found this experience interesting and satisfying. The geriatric assessment using the Geristeps tool aroused the curiosity of some patients without being perceived as intrusive.
Tadlaoui - AbdelmoumenUniversité catholique de Louvain
QS41 - QD323 - QO4 - QP2 - QP43 - QP6 - QO4 - QC15
La prévention des infections respiratoires en maisons de repos : Difficultés vécues par le personnel soignant dans l'application des recommandations
La prévention des infections respiratoires en maisons de repos : Difficultés vécues par le personnel soignant dans l'application des recommandations
Contexte Les infections respiratoires sont une cause fréquente de morbidité et mortalité au sein des maisons de repos. De nouvelles recommandations en matière de prévention sont apparues à la pandémie à coronavirus. Indépendamment de leur effet le covid-19, des chiffres belges suggèrent un effet positif sur l'incidence d'autres infections respiratoires, comme la grippe. A l'opposé, les mesures semblent s'accompagner de plusieurs difficultés dans leur application. L'objectif de ce travail est d'évaluer, du point de vue du personnel de maison de repos, les difficultés que représentent ces nouvelles recommandations afin de rechercher des pistes d'amélioration. Méthode Il s'agit d'une étude qualitative réalisée auprès du personnel soignant de 4 maisons de repos en Province de Liège. La modalité utilisée est double : entretiens semi-dirigés et questionnaires écrits. Résultats Au total, 11 participants ont été recrutés. Plusieurs difficultés ont pu être mises en évidence : la collaboration des patients ; la collaboration des familles ; L'incompatibilité des mesures avec la réalité du terrain ; la surcharge de travail ; le maintien des mesures dans le temps ; la confusion des recommandations ; le manque de matériel ; l'encadrement du personnel ; le regard des autres ; la collaboration des médecins traitants ; la pression financière. Conclusion Les difficultés évoquées suggèrent que les recommandations actuelles ne sont pas suffisamment représentatives de la réalité des maisons de repos. Une réflexion supplémentaire, idéalement pluridisciplinaire, prenant en compte les possibilités réelles du terrain semble pertinente pour élaborer un plan de prévention plus durable.
Contexte Les infections respiratoires sont une cause fréquente de morbidité et mortalité au sein des maisons de repos. De nouvelles recommandations en matière de prévention sont apparues à la pandémie à coronavirus. Indépendamment de leur effet le covid-19, des chiffres belges suggèrent un effet positif sur l'incidence d'autres infections respiratoires, comme la grippe. A l'opposé, les mesures semblent s'accompagner de plusieurs difficultés dans leur application. L'objectif de ce travail est d'évaluer, du point de vue du personnel de maison de repos, les difficultés que représentent ces nouvelles recommandations afin de rechercher des pistes d'amélioration. Méthode Il s'agit d'une étude qualitative réalisée auprès du personnel soignant de 4 maisons de repos en Province de Liège. La modalité utilisée est double : entretiens semi-dirigés et questionnaires écrits. Résultats Au total, 11 participants ont été recrutés. Plusieurs difficultés ont pu être mises en évidence : la collaboration des patients ; la collaboration des familles ; L'incompatibilité des mesures avec la réalité du terrain ; la surcharge de travail ; le maintien des mesures dans le temps ; la confusion des recommandations ; le manque de matériel ; l'encadrement du personnel ; le regard des autres ; la collaboration des médecins traitants ; la pression financière. Conclusion Les difficultés évoquées suggèrent que les recommandations actuelles ne sont pas suffisamment représentatives de la réalité des maisons de repos. Une réflexion supplémentaire, idéalement pluridisciplinaire, prenant en compte les possibilités réelles du terrain semble pertinente pour élaborer un plan de prévention plus durable.
Nicolas - BorisUniversité de Liège
QR31 - QS41 - QD41 - QC15 - QD32 - QT32
L'activation du SMUR par les médecins généralistes bruxellois : perceptions et perspectives
L'activation du SMUR par les médecins généralistes bruxellois : perceptions et perspectives
CONTEXTE L’activation du SMUR par les médecins généralistes en région bruxelloise comporte quelques spécificités dues à l’environnement urbain et la proximité des hôpitaux. Ce service semble sous-utilisé par les généralistes et il existe peu de guidelines spécifiques pour guider leur décision. OBJECTIFS Le but de cette étude est de chercher à connaitre les expériences élargies des médecins généralistes bruxellois sur leur utilisation du SMUR et leur rapport avec la médecine aiguë, en les confrontant à la littérature. METHODES La méthode utilisée est une étude transversale par enquête anonyme auprès des médecins généralistes exerçant dans la région de Bruxelles-Capitale, à but exploratoire. Le questionnaire a été envoyé à environ 400 médecins généraliste du 28/06/2021 au 03/08/2021. Elle a ensuite fait l’objet d’une analyse mixte (quantitative et qualitative). RESULTATS 81 réponses au questionnaire ont été obtenues. L’échantillon n’est pas représentatif de la population étudiée. Il permet néanmoins de dégager des perceptions générales des médecins généralistes bruxellois sur les questions posées. 38,2% des généralistes interrogés déclarent faire appel au C112 pour demander un SMUR de 1 à 2 fois par trimestre ; 30,8% y font appel 1 à 3 fois par an. 81,5% déclarent ne pas avoir connaissance de guidelines/outils d’aide à la décision sur les indications d’activation du SMUR. CONCLUSION Il serait souhaitable de mettre en place à l’avenir des rencontres organisées au niveau local entre les médecins généralistes et urgentistes pour favoriser le partage de connaissance, ainsi que des formations continues pour les généralistes. Un guideline officiel existe et devrait être largement diffusé dans les groupements de médecins généralistes. Egalement, un guideline plus concis et spécifique à la médecine générale pourrait être développé. Les médecins généralistes sont invités à utiliser le SMUR à leur convenance. Ils sont compétents dans l’évaluation d’une situation qui nécessite cette prise en charge. Il n’y a pas de conflit d’intérêts à déclarer.
CONTEXTE L’activation du SMUR par les médecins généralistes en région bruxelloise comporte quelques spécificités dues à l’environnement urbain et la proximité des hôpitaux. Ce service semble sous-utilisé par les généralistes et il existe peu de guidelines spécifiques pour guider leur décision. OBJECTIFS Le but de cette étude est de chercher à connaitre les expériences élargies des médecins généralistes bruxellois sur leur utilisation du SMUR et leur rapport avec la médecine aiguë, en les confrontant à la littérature. METHODES La méthode utilisée est une étude transversale par enquête anonyme auprès des médecins généralistes exerçant dans la région de Bruxelles-Capitale, à but exploratoire. Le questionnaire a été envoyé à environ 400 médecins généraliste du 28/06/2021 au 03/08/2021. Elle a ensuite fait l’objet d’une analyse mixte (quantitative et qualitative). RESULTATS 81 réponses au questionnaire ont été obtenues. L’échantillon n’est pas représentatif de la population étudiée. Il permet néanmoins de dégager des perceptions générales des médecins généralistes bruxellois sur les questions posées. 38,2% des généralistes interrogés déclarent faire appel au C112 pour demander un SMUR de 1 à 2 fois par trimestre ; 30,8% y font appel 1 à 3 fois par an. 81,5% déclarent ne pas avoir connaissance de guidelines/outils d’aide à la décision sur les indications d’activation du SMUR. CONCLUSION Il serait souhaitable de mettre en place à l’avenir des rencontres organisées au niveau local entre les médecins généralistes et urgentistes pour favoriser le partage de connaissance, ainsi que des formations continues pour les généralistes. Un guideline officiel existe et devrait être largement diffusé dans les groupements de médecins généralistes. Egalement, un guideline plus concis et spécifique à la médecine générale pourrait être développé. Les médecins généralistes sont invités à utiliser le SMUR à leur convenance. Ils sont compétents dans l’évaluation d’une situation qui nécessite cette prise en charge. Il n’y a pas de conflit d’intérêts à déclarer.
Klinkemallie - CatherineUniversité catholique de Louvain
45.009
Quels sont les objectifs glycémiques chez les patients diabétiques de type 2 âgés : Réponse au moyen d'une revue de littéraure
Quels sont les objectifs glycémiques chez les patients diabétiques de type 2 âgés : Réponse au moyen d'une revue de littéraure
Le diabète de type 2 est une pathologie très prévalente chez les personnes âgées. La polymédication, l’altération fonctionnelle et cognitive, l’institutionnalisation et la présence d’autres comorbidités sont des caractéristiques liées au vieillissement et au diabète. Les patients âgés diabétiques sont fréquemment sujets aux hypoglycémies. Les cibles glycémiques ne font pas l’objet de consensus international. Elles doivent être adaptées individuellement et réévaluées régulièrement en tenant compte des préférence du patient. La présence d’une insuffisance rénale et le risque d’hypoglycémie sont des éléments déterminants pour définir la stratégie thérapeutique à adapter. Le surtraitement est très fréquent chez les personnes âgées et la désintensification des schémas thérapeutiques doit être une priorité chez les praticiens.
Le diabète de type 2 est une pathologie très prévalente chez les personnes âgées. La polymédication, l’altération fonctionnelle et cognitive, l’institutionnalisation et la présence d’autres comorbidités sont des caractéristiques liées au vieillissement et au diabète. Les patients âgés diabétiques sont fréquemment sujets aux hypoglycémies. Les cibles glycémiques ne font pas l’objet de consensus international. Elles doivent être adaptées individuellement et réévaluées régulièrement en tenant compte des préférence du patient. La présence d’une insuffisance rénale et le risque d’hypoglycémie sont des éléments déterminants pour définir la stratégie thérapeutique à adapter. Le surtraitement est très fréquent chez les personnes âgées et la désintensification des schémas thérapeutiques doit être une priorité chez les praticiens.
Furlan - PaulineUniversité de Liège
T90 - QC15 - 50.000 - QT33
Les tests sanguins indiqués dans l’investigation de la fatigue subaigüe inexpliquée : Apport de la littérature
Les tests sanguins indiqués dans l’investigation de la fatigue subaigüe inexpliquée : Apport de la littérature
La fatigue d’au moins un mois et inexpliquée par l’anamnèse ou l’examen clinique est un motif fréquent de consultation en médecine générale (6-36%). Les guides de pratique rappellent tout un cortège d’éléments accompagnateurs à rechercher, à exclure, dont des reds flags, pour se donner un orientation. Mais même malgré ça, il persiste une part d’incertitude laissant très souvent la place à une très fréquente prescription de biologie clinique (59-79%) et avec beaucoup de tests inappropriés (44%). Ceci est en franc contraste avec le taux de pathologies détectés (5 à 8%). J’ai décidé de reparcourir la littérature dans un premier temps au travers de 3 différents guidelines (SSMG, Uptodate et EBPMPracticenet) pour voir quels tests nous proposent-ils. L’ensemble des tests n’ont malheureusement que la recommandation de grade C avis d’expert sauf pour le dosage de la ferritine chez une femme jeune carencée en fer ( ) non anémiée (EBM grade B). En deuxième temps la recherche systématique vient remettre en question les observations pour la ferritine car une deuxième étude ne parvient pas à reproduire d’amélioration significative de la fatigue par la supplémentation en fer chez des jeunes femmes carencées en fer. Le dosage de la vitamine D ne semble pas corrélé à la fatigue, son dosage est donc déconseillé dans cette indication. Le dosage de la TSH et la découverte d’une T4 normale peut correspondre à un tableau de fatigue isolée. La littérature disponible met en garde que la supplémentation en hormones thyroïdiennes d’une hypothyroïdie subclinique a peu de bénéfices sauf pour une femme enceinte. La paucité des résultats (3) de la recherche systématique interroge sur l’intérêt, la difficulté de faire des études sur ce sujet et sur les moyens financiers nécessaires. La société, les patients, les jeunes médecins et les cliniciens à l’affut d’une médecine plus effective et moins coûteuse peuvent bénéficier de davantage de recherches sur le sujet. Les résultats de ceux-ci ne remplaceront bien sûr pas le travail du médecin dans son anamnèse, examen clinique, écoute, empathie et intuition.
La fatigue d’au moins un mois et inexpliquée par l’anamnèse ou l’examen clinique est un motif fréquent de consultation en médecine générale (6-36%). Les guides de pratique rappellent tout un cortège d’éléments accompagnateurs à rechercher, à exclure, dont des reds flags, pour se donner un orientation. Mais même malgré ça, il persiste une part d’incertitude laissant très souvent la place à une très fréquente prescription de biologie clinique (59-79%) et avec beaucoup de tests inappropriés (44%). Ceci est en franc contraste avec le taux de pathologies détectés (5 à 8%). J’ai décidé de reparcourir la littérature dans un premier temps au travers de 3 différents guidelines (SSMG, Uptodate et EBPMPracticenet) pour voir quels tests nous proposent-ils. L’ensemble des tests n’ont malheureusement que la recommandation de grade C avis d’expert sauf pour le dosage de la ferritine chez une femme jeune carencée en fer ( ) non anémiée (EBM grade B). En deuxième temps la recherche systématique vient remettre en question les observations pour la ferritine car une deuxième étude ne parvient pas à reproduire d’amélioration significative de la fatigue par la supplémentation en fer chez des jeunes femmes carencées en fer. Le dosage de la vitamine D ne semble pas corrélé à la fatigue, son dosage est donc déconseillé dans cette indication. Le dosage de la TSH et la découverte d’une T4 normale peut correspondre à un tableau de fatigue isolée. La littérature disponible met en garde que la supplémentation en hormones thyroïdiennes d’une hypothyroïdie subclinique a peu de bénéfices sauf pour une femme enceinte. La paucité des résultats (3) de la recherche systématique interroge sur l’intérêt, la difficulté de faire des études sur ce sujet et sur les moyens financiers nécessaires. La société, les patients, les jeunes médecins et les cliniciens à l’affut d’une médecine plus effective et moins coûteuse peuvent bénéficier de davantage de recherches sur le sujet. Les résultats de ceux-ci ne remplaceront bien sûr pas le travail du médecin dans son anamnèse, examen clinique, écoute, empathie et intuition.
Demeure - FlorentUniversité catholique de Louvain
A04 - QD321 - 34.000
Comment les médecins généralistes envisagent-ils la corticothérapie? Abord de la question dans 3 pathologies: la capsulite rétractile, la lombalgie avec radiculopathie et la mono-arthrite microcristalline. Etude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes de la région verviétoise
Comment les médecins généralistes envisagent-ils la corticothérapie? Abord de la question dans 3 pathologies: la capsulite rétractile, la lombalgie avec radiculopathie et la mono-arthrite microcristalline. Etude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes de la région verviétoise
Introduction: La corticothérapie fait partie de l’arsenal thérapeutique du médecin généraliste. Elle peut être bénéfique pour le patient mais également être la cause d’effets secondaires graves quelle que soit la durée du traitement. Les médecins généralistes sont de grands prescripteurs de corticoïdes. L’objectif de ce travail était de déterminer la représentation des corticoïdes chez les médecins généralistes, leurs habitudes de prescription en ciblant 3 pathologies : la capsulite rétractile, la lombalgie avec radiculopathie et la mono-arthrite microcristalline. Méthodologie: Une étude qualitative a été réalisée à l’aide d’entretiens semi-dirigés auprès de onze médecins généralistes appartenant au cercle de garde de Verviers. Un guide d’entretien a été rédigé et divisé en trois thèmes. Le premier reprenait l’aisance face à la prescription des corticoïdes. Le deuxième thème ciblait la prise en charge des trois pathologies et le troisième s’attardait sur la relation patient-médecin. Résultats: Les corticoïdes étaient employés souvent en dernier recours et de manière prudente. Les médecins surveillaient une série d’antécédents. Les prescriptions étaient influencées par l’expérience personnelle, la connaissance du patient, les formations suivies. Dans la capsulite, les infiltrations étaient plus souvent prescrites en cas d’échec des autres mesures thérapeutiques. Les comprimés de méthylprednisolone étaient proposés moins fréquemment. Concernant la lombalgie avec radiculopathie, chaque médecin avait déjà prescrit des corticoïdes. Dans la mono-arthrite, la moitié des médecins pouvait envisager une prescription de corticoïdes. Les patients se montraient parfois réticents face à la prescription. Des conseils étaient donnés afin que les corticoïdes soient pris correctement. L’automédication pouvait être observée. Conclusion: La démarche thérapeutique découle d’un ensemble de questionnements. Ce type de travail est applicable à d’autres traitements et permet de remettre en question notre pratique. Mots clés: Corticoïdes – Capsulite – Lombalgie avec radiculopathie – Mono-arthrite – Médecins généralistes - Etude qualitative
Introduction: La corticothérapie fait partie de l’arsenal thérapeutique du médecin généraliste. Elle peut être bénéfique pour le patient mais également être la cause d’effets secondaires graves quelle que soit la durée du traitement. Les médecins généralistes sont de grands prescripteurs de corticoïdes. L’objectif de ce travail était de déterminer la représentation des corticoïdes chez les médecins généralistes, leurs habitudes de prescription en ciblant 3 pathologies : la capsulite rétractile, la lombalgie avec radiculopathie et la mono-arthrite microcristalline. Méthodologie: Une étude qualitative a été réalisée à l’aide d’entretiens semi-dirigés auprès de onze médecins généralistes appartenant au cercle de garde de Verviers. Un guide d’entretien a été rédigé et divisé en trois thèmes. Le premier reprenait l’aisance face à la prescription des corticoïdes. Le deuxième thème ciblait la prise en charge des trois pathologies et le troisième s’attardait sur la relation patient-médecin. Résultats: Les corticoïdes étaient employés souvent en dernier recours et de manière prudente. Les médecins surveillaient une série d’antécédents. Les prescriptions étaient influencées par l’expérience personnelle, la connaissance du patient, les formations suivies. Dans la capsulite, les infiltrations étaient plus souvent prescrites en cas d’échec des autres mesures thérapeutiques. Les comprimés de méthylprednisolone étaient proposés moins fréquemment. Concernant la lombalgie avec radiculopathie, chaque médecin avait déjà prescrit des corticoïdes. Dans la mono-arthrite, la moitié des médecins pouvait envisager une prescription de corticoïdes. Les patients se montraient parfois réticents face à la prescription. Des conseils étaient donnés afin que les corticoïdes soient pris correctement. L’automédication pouvait être observée. Conclusion: La démarche thérapeutique découle d’un ensemble de questionnements. Ce type de travail est applicable à d’autres traitements et permet de remettre en question notre pratique. Mots clés: Corticoïdes – Capsulite – Lombalgie avec radiculopathie – Mono-arthrite – Médecins généralistes - Etude qualitative
Cerfontaine - FlorineUniversité de Liège
A85 - L92 - L86 - T92 - QS41 - QR31 - QD32 - QD44
Les cystites ou infections urinaires récidivantes chez la femme, revue de la littérature et comparaison avec la prise en charge par les assistants en médecine générale de l'UCL
Les cystites ou infections urinaires récidivantes chez la femme, revue de la littérature et comparaison avec la prise en charge par les assistants en médecine générale de l'UCL
Introduction Les infections urinaires sont un problème de santé touchant fréquemment les femmes et ayant de grandes conséquences pour elles en termes de qualité de vie. Le sujet de ce travail concerne un type d’infection particulier : les cystites récidivantes, définies par la survenue de plus de deux épisodes d’infection urinaire sur une période de 6 mois, ou de plus de trois épisodes par an. Il existe actuellement de plus en plus d’options de traitement pour la prise en charge de ces dernières, mais leur impact n’est souvent pas clair. Méthodologie Par ce travail, nous avons choisi d’étudier cette pathologie via une revue de la littérature, tout en réalisant une étude quantitative auprès des assistants de médecine générale de l’UCL, afin de comparer ainsi les résultats obtenus avec la prise en charge de cette pathologie par les assistants. Nous avons pour cela réalisé un questionnaire, diffusé en ligne via le réseau social Facebook et ayant pour but d’évaluer la prise en charge des cystites récidivantes ainsi que l’attitude et la satisfaction des assistants en médecine générale par rapport à celle-ci. Résultats Il existe actuellement beaucoup de traitements pour les infections urinaires récidivantes, mais les seuls dont l’efficacité est documentée dans la littérature sont l’apport hydrique majoré, les antibiotiques et les œstrogènes vaginaux pour les femmes ménopausées. Les autres traitements, bien qu’ayant parfois démontré une efficacité dans certaines études, doivent être étudiés davantage pour que de réelles recommandations puissent être établies à leur sujet. Les résultats de l’étude quantitative montrent que deux tiers des assistants sont satisfaits de leur prise en charge. Discussion et conclusion D’autres études sont attendues et nécessaires pour établir davantage de recommandations concernant la prise en charge des cystites récidivantes. Jusqu’à présent, l’apport hydrique majoré, les œstrogènes par voie vaginale pour les femmes ménopausées et l’antibioprophylaxie sont les seules options thérapeutiques recommandées. Deux tiers des assistants en médecine générale de l’UCL sont satisfaits de leur prise en charge, malgré quelques mésusages dans cette dernière. Il serait intéressant de réaliser une étude plus approfondie les concernant afin de comprendre davantage leur pratique, et d’étendre l’étude à celle des médecins généralistes en général.
Introduction Les infections urinaires sont un problème de santé touchant fréquemment les femmes et ayant de grandes conséquences pour elles en termes de qualité de vie. Le sujet de ce travail concerne un type d’infection particulier : les cystites récidivantes, définies par la survenue de plus de deux épisodes d’infection urinaire sur une période de 6 mois, ou de plus de trois épisodes par an. Il existe actuellement de plus en plus d’options de traitement pour la prise en charge de ces dernières, mais leur impact n’est souvent pas clair. Méthodologie Par ce travail, nous avons choisi d’étudier cette pathologie via une revue de la littérature, tout en réalisant une étude quantitative auprès des assistants de médecine générale de l’UCL, afin de comparer ainsi les résultats obtenus avec la prise en charge de cette pathologie par les assistants. Nous avons pour cela réalisé un questionnaire, diffusé en ligne via le réseau social Facebook et ayant pour but d’évaluer la prise en charge des cystites récidivantes ainsi que l’attitude et la satisfaction des assistants en médecine générale par rapport à celle-ci. Résultats Il existe actuellement beaucoup de traitements pour les infections urinaires récidivantes, mais les seuls dont l’efficacité est documentée dans la littérature sont l’apport hydrique majoré, les antibiotiques et les œstrogènes vaginaux pour les femmes ménopausées. Les autres traitements, bien qu’ayant parfois démontré une efficacité dans certaines études, doivent être étudiés davantage pour que de réelles recommandations puissent être établies à leur sujet. Les résultats de l’étude quantitative montrent que deux tiers des assistants sont satisfaits de leur prise en charge. Discussion et conclusion D’autres études sont attendues et nécessaires pour établir davantage de recommandations concernant la prise en charge des cystites récidivantes. Jusqu’à présent, l’apport hydrique majoré, les œstrogènes par voie vaginale pour les femmes ménopausées et l’antibioprophylaxie sont les seules options thérapeutiques recommandées. Deux tiers des assistants en médecine générale de l’UCL sont satisfaits de leur prise en charge, malgré quelques mésusages dans cette dernière. Il serait intéressant de réaliser une étude plus approfondie les concernant afin de comprendre davantage leur pratique, et d’étendre l’étude à celle des médecins généralistes en général.
Bierlaire - ChloéUniversité catholique de Louvain
44.005 - 45.000 - QR32 - 45.011 - 50.000 - QC22 - 62.006 - QC14
Chirurgie bariatrique : le ''poids" du médecin généraliste ? La place du médecin généraliste dans la prise en charge préopératoire du patient candidat à la chirurgie bariatrique. Etude quantitative auprès des médecins généralistes en Wallonie Bruxelles
Chirurgie bariatrique : le ''poids" du médecin généraliste ? La place du médecin généraliste dans la prise en charge préopératoire du patient candidat à la chirurgie bariatrique. Etude quantitative auprès des médecins généralistes en Wallonie Bruxelles
INTRODUCTION- Les cas d’obésité et le nombre d’interventions ne cessent d’augmenter en Belgique comme ailleurs, la chirurgie bariatrique étant considérée aujourd’hui comme un traitement efficace. Les médecins généralistes seront donc de plus en plus confrontés à des patients opérés ou candidats à la chirurgie bariatrique. Cette recherche vise à déterminer comment s’impliquent les médecins généralistes dans la prise en charge préopératoire, identifier les obstacles qu’ils rencontrent et proposer des pistes en vue d’améliorer le suivi de leurs patients. METHODE- Réalisation d’une étude quantitative à partir d’un questionnaire anonyme publié en ligne et à destination des médecins généralistes de la région Wallonie-Bruxelles. RESULTATS- 41 réponses ont été obtenues. 78% des MG estimaient qu’il était de leur rôle d’évoquer la chirurgie bariatrique aux patients, tandis qu’un seul MG affirmait être à l’origine de la prise en charge chirurgicale. 45% des MG sont confrontés à l’avis de leurs patients avant d’entamer une CB. Un peu plus de la moitié (54%) se sentaient aptes à informer leurs patients avant l’intervention. La majorité (85%) trouvaient que les patients ne sont pas suffisamment préparés avant l’opération et à la vie après. 68% des MG estimaient leur implication dans la prise en charge préopératoire insuffisante. Quant à la CB, 78% des MG avaient un avis mitigé alors que 66% reconnaissaient qu’il s’agit d’un traitement plus efficace que le traitement conservateur dans le cas d’obésité morbide. CONCLUSION- La phase préopératoire est indispensable pour réduire les complications à moyen et à long terme. Le MG est un acteur primordial dans le parcours de soins préopératoires du candidat à la CB de par sa connaissance sur le contexte socio-économique et psychosocial du patient. Il apparait donc un enjeu majeur de favoriser l’implication des MG dans la prise en charge préopératoire afin d’améliorer le suivi postopératoire. MOTS CLES- Obésité, chirurgie bariatrique, suivi, bilan préopératoire, médecine générale.
INTRODUCTION- Les cas d’obésité et le nombre d’interventions ne cessent d’augmenter en Belgique comme ailleurs, la chirurgie bariatrique étant considérée aujourd’hui comme un traitement efficace. Les médecins généralistes seront donc de plus en plus confrontés à des patients opérés ou candidats à la chirurgie bariatrique. Cette recherche vise à déterminer comment s’impliquent les médecins généralistes dans la prise en charge préopératoire, identifier les obstacles qu’ils rencontrent et proposer des pistes en vue d’améliorer le suivi de leurs patients. METHODE- Réalisation d’une étude quantitative à partir d’un questionnaire anonyme publié en ligne et à destination des médecins généralistes de la région Wallonie-Bruxelles. RESULTATS- 41 réponses ont été obtenues. 78% des MG estimaient qu’il était de leur rôle d’évoquer la chirurgie bariatrique aux patients, tandis qu’un seul MG affirmait être à l’origine de la prise en charge chirurgicale. 45% des MG sont confrontés à l’avis de leurs patients avant d’entamer une CB. Un peu plus de la moitié (54%) se sentaient aptes à informer leurs patients avant l’intervention. La majorité (85%) trouvaient que les patients ne sont pas suffisamment préparés avant l’opération et à la vie après. 68% des MG estimaient leur implication dans la prise en charge préopératoire insuffisante. Quant à la CB, 78% des MG avaient un avis mitigé alors que 66% reconnaissaient qu’il s’agit d’un traitement plus efficace que le traitement conservateur dans le cas d’obésité morbide. CONCLUSION- La phase préopératoire est indispensable pour réduire les complications à moyen et à long terme. Le MG est un acteur primordial dans le parcours de soins préopératoires du candidat à la CB de par sa connaissance sur le contexte socio-économique et psychosocial du patient. Il apparait donc un enjeu majeur de favoriser l’implication des MG dans la prise en charge préopératoire afin d’améliorer le suivi postopératoire. MOTS CLES- Obésité, chirurgie bariatrique, suivi, bilan préopératoire, médecine générale.
Izere - Marie-SalviaUniversité catholique de Louvain
T82
Quelle est la vision des patients de la notion d'urgence en médecine générale ?
Quelle est la vision des patients de la notion d'urgence en médecine générale ?
Objectif : Connaître les facteurs influençant la vision des patients de la notion d’urgence en médecine générale au moyen d’une étude qualitative basée sur des entretiens. Méthode : L’étude s’est déroulée sur base d’entretiens réalisés en face à face et individuellement. Ils étaient semi-dirigés et basés sur un guide d’entretien créé à partir de la littérature. Résultats : Sept patients ont été interviewés. Quatre grands thèmes sont ressortis dans les résultats, à savoir : le temps, la peur, la zone de confort et les connaissances. Cependant, si nous analysons ces thèmes, il ressort que le patient prend en compte trois facteurs principaux pour prendre une décision : le temps, avec la nécessité d’une rapidité de réaction, la tolérance, qui lorsqu’on la dépasse provoque le stress et l’importance des connaissances, celles du médecin et celles du patient. La méconnaissance de l’étendue des rôles assumés par le médecin généraliste était notamment évoquée. Conclusion : La vision des patients de la notion d’urgence est une association de plusieurs facteurs, d’une part le facteur temps qui n’est pas modifiable, d’autre part, la tolérance et la connaissance qui peuvent l’être. C’est le médecin traitant qui serait à même de jouer ce rôle. Mots-clés : Médecine générale, perception des patients, urgence Indexation : QR31, QS41, QC14, QC15, QP4
Objectif : Connaître les facteurs influençant la vision des patients de la notion d’urgence en médecine générale au moyen d’une étude qualitative basée sur des entretiens. Méthode : L’étude s’est déroulée sur base d’entretiens réalisés en face à face et individuellement. Ils étaient semi-dirigés et basés sur un guide d’entretien créé à partir de la littérature. Résultats : Sept patients ont été interviewés. Quatre grands thèmes sont ressortis dans les résultats, à savoir : le temps, la peur, la zone de confort et les connaissances. Cependant, si nous analysons ces thèmes, il ressort que le patient prend en compte trois facteurs principaux pour prendre une décision : le temps, avec la nécessité d’une rapidité de réaction, la tolérance, qui lorsqu’on la dépasse provoque le stress et l’importance des connaissances, celles du médecin et celles du patient. La méconnaissance de l’étendue des rôles assumés par le médecin généraliste était notamment évoquée. Conclusion : La vision des patients de la notion d’urgence est une association de plusieurs facteurs, d’une part le facteur temps qui n’est pas modifiable, d’autre part, la tolérance et la connaissance qui peuvent l’être. C’est le médecin traitant qui serait à même de jouer ce rôle. Mots-clés : Médecine générale, perception des patients, urgence Indexation : QR31, QS41, QC14, QC15, QP4
Pecher - MarieUniversité catholique de Louvain
QC14 - QC15 - QR31 - QS41 - QP4
Expérience d’accompagnement des patients par les médecins généralistes en Belgique francophone à l’épreuve du COVID-19
Expérience d’accompagnement des patients par les médecins généralistes en Belgique francophone à l’épreuve du COVID-19
Introduction La crise sanitaire liée à la pandémie du COVID-19 a créé un contexte particulier de discontinuité des soins. Ce contexte a mis en évidence la nécessité de renforcer les capacités des patients dans la gestion quotidienne de leur maladie chronique. Ce renforcement de compétences peut être amélioré par la pratique de l’éducation thérapeutique du patient (ETP) qui a déjà démontré son efficacité dans différentes pathologies chroniques. Objectif Cette recherche a permis d’explorer l’expérience vécue par les médecins généralistes belges dans l’accompagnement éducatif de leurs patients pendant la période de pandémie au COVID-19, et l’impact de celle-ci sur leur posture éducative. C’est aussi l’occasion de voir comment ces perceptions influencent les besoins de renforcement de l’ETP dans leur pratique. Méthodologie Une étude qualitative via des entretiens semi-dirigés a été menée auprès de douze médecins généralistes belges francophones. Résultats Les médecins se sont rendu compte de l’importance de certains éléments pour l’accompagnement éducatif de leurs patients : la prise en compte des affects émotionnels des patients, une vision globale des patients, une favorisation de la réalisation d’auto-soins et d’une participation plus active du patient ainsi qu’un renforcement du travail interdisciplinaire. Par ailleurs, des besoins de formations dans le domaine de la communication et de l’éducation ont été mis en évidence. Enfin des pistes ont également été évoquées par les généralistes afin de repenser ou de renforcer la pratique de l’ETP en Belgique. Conclusion La crise sanitaire peut être vue comme catalyseur pour une transition vers une démarche éducative dans les soins. Mots-clés : médecine de famille (QS41) ; maladie chronique/chronic disease (MeSH terms) ; éducation à la santé (QD23)
Introduction La crise sanitaire liée à la pandémie du COVID-19 a créé un contexte particulier de discontinuité des soins. Ce contexte a mis en évidence la nécessité de renforcer les capacités des patients dans la gestion quotidienne de leur maladie chronique. Ce renforcement de compétences peut être amélioré par la pratique de l’éducation thérapeutique du patient (ETP) qui a déjà démontré son efficacité dans différentes pathologies chroniques. Objectif Cette recherche a permis d’explorer l’expérience vécue par les médecins généralistes belges dans l’accompagnement éducatif de leurs patients pendant la période de pandémie au COVID-19, et l’impact de celle-ci sur leur posture éducative. C’est aussi l’occasion de voir comment ces perceptions influencent les besoins de renforcement de l’ETP dans leur pratique. Méthodologie Une étude qualitative via des entretiens semi-dirigés a été menée auprès de douze médecins généralistes belges francophones. Résultats Les médecins se sont rendu compte de l’importance de certains éléments pour l’accompagnement éducatif de leurs patients : la prise en compte des affects émotionnels des patients, une vision globale des patients, une favorisation de la réalisation d’auto-soins et d’une participation plus active du patient ainsi qu’un renforcement du travail interdisciplinaire. Par ailleurs, des besoins de formations dans le domaine de la communication et de l’éducation ont été mis en évidence. Enfin des pistes ont également été évoquées par les généralistes afin de repenser ou de renforcer la pratique de l’ETP en Belgique. Conclusion La crise sanitaire peut être vue comme catalyseur pour une transition vers une démarche éducative dans les soins. Mots-clés : médecine de famille (QS41) ; maladie chronique/chronic disease (MeSH terms) ; éducation à la santé (QD23)
brack - guillaumeUniversité catholique de Louvain
45.001 - QS41 - R95 - K99 - T90
Gestion de la contraception en périménopause par le médecin généraliste
Gestion de la contraception en périménopause par le médecin généraliste
Introduction : Ménopause et contraception sont des sujets bien connus en médecine mais qu’arrive-t-il lorsqu’ils sont associés ? Puis-je appliquer ce que je sais de la contraception des patientes jeunes à mes patientes de 40 ans et plus ? Une bonne prise en charge est essentielle car même en périménopause, une grossesse peut survenir avec un risque de complications maternelles et fœtales plus élevé. De plus, certains contraceptifs peuvent aider les patientes à lutter contre les symptômes en lien avec cette période spécifique de la vie. Objectif : Réaliser un état des lieux des connaissances des médecins généralistes sur le sujet et évaluer leur intérêt. Déterminer si ce thème est jugé assez fréquent et important pour proposer des formations spécifiques, des aides à la consultation, etc. Méthode : Une recherche effectuée dans la littérature scientifique a tout d’abord permis de résumer les points les plus importants concernant le thème abordé. Ensuite, un sondage auprès des médecins de la région wallonne et bruxelloise a été effectué à l’aide d’un questionnaire en ligne. Résultats : Les médecins généralistes ont une connaissance suffisante du sujet, la moyenne obtenue au quizz est de 6.1/10. Seuls 42.4% des médecins se déclarent à l’aise avec le sujet, la contraception est d’ailleurs moins fréquemment abordée avec les patientes en périménopause qu’avec les patientes de moins de 40 ans. La raison principale évoquée est le manque de connaissance. Entamer la discussion permet pourtant de mettre en lumière des difficultés que les patientes n’expriment pas spontanément. Les médecins sont 88.5% à juger le thème important dans la prise en charge globale de leurs patientes et ils sont 94.7% à désirer un complément d’information. Ils sont 73.5% à vouloir gérer la contraception en périménopause en collaboration avec les gynécologues.
Introduction : Ménopause et contraception sont des sujets bien connus en médecine mais qu’arrive-t-il lorsqu’ils sont associés ? Puis-je appliquer ce que je sais de la contraception des patientes jeunes à mes patientes de 40 ans et plus ? Une bonne prise en charge est essentielle car même en périménopause, une grossesse peut survenir avec un risque de complications maternelles et fœtales plus élevé. De plus, certains contraceptifs peuvent aider les patientes à lutter contre les symptômes en lien avec cette période spécifique de la vie. Objectif : Réaliser un état des lieux des connaissances des médecins généralistes sur le sujet et évaluer leur intérêt. Déterminer si ce thème est jugé assez fréquent et important pour proposer des formations spécifiques, des aides à la consultation, etc. Méthode : Une recherche effectuée dans la littérature scientifique a tout d’abord permis de résumer les points les plus importants concernant le thème abordé. Ensuite, un sondage auprès des médecins de la région wallonne et bruxelloise a été effectué à l’aide d’un questionnaire en ligne. Résultats : Les médecins généralistes ont une connaissance suffisante du sujet, la moyenne obtenue au quizz est de 6.1/10. Seuls 42.4% des médecins se déclarent à l’aise avec le sujet, la contraception est d’ailleurs moins fréquemment abordée avec les patientes en périménopause qu’avec les patientes de moins de 40 ans. La raison principale évoquée est le manque de connaissance. Entamer la discussion permet pourtant de mettre en lumière des difficultés que les patientes n’expriment pas spontanément. Les médecins sont 88.5% à juger le thème important dans la prise en charge globale de leurs patientes et ils sont 94.7% à désirer un complément d’information. Ils sont 73.5% à vouloir gérer la contraception en périménopause en collaboration avec les gynécologues.
Blanchart - AxelleUniversité catholique de Louvain
QD24 - QS41 - W11 - W12 - X11 - QR32 - QT33
Évaluation de l’indication de prothèse totale de genou : enquête auprès des médecins généralistes du Condroz
Évaluation de l’indication de prothèse totale de genou : enquête auprès des médecins généralistes du Condroz
Introduction Certains patients atteints de gonarthrose sévère redoutent la mise en place d’une prothèse chirurgicale. À de multiples reprises, j’ai été confronté aux interrogations des patients, relatives aux résultats de l’arthroplastie totale de genou, cherchant à savoir pourquoi les résultats sont variables d’un patient à l’autre. Sur ce sujet, certaines discussions auprès de confrères m’interpelaient par l’aspect fataliste de certains d’entre eux concernant leur implication dans la décision opératoire en la résumant à une demande d’avis chez un chirurgien orthopédique. Objectif L’objectif de ce travail était de comparer la pratique des médecins généralistes du Condroz en termes d’évaluation de l’indication d’arthroplastie totale de genou aux données de la littérature scientifique. Méthode Une revue de la littérature a été effectuée, s’articulant autour de trois axes, la physiopathologie et les données épidémiologiques, les outils développés dans l’évaluation globale de la gonarthrose et les recommandations de bonne pratique thérapeutique, et enfin les facteurs influençant les résultats post-opératoires d’une arthroplastie totale de genou. La seconde partie détaillait les résultats d’une étude mixte, quantitative et qualitative menée auprès d’un échantillon de médecins généralistes du Condroz dont le but était de décrire leur pratique en termes d’évaluation de l’indication d’arthroplastie totale de genou. Enfin, dans une dernière partie, j’ai réalisé une comparaison des résultats de l’étude et des données de la revue de la littérature. Résultats La pratique des MG du Condroz concernant l’évaluation articulaire peut être améliorée en évaluant les 3 paramètres de la gonarthrose : la douleur articulaire, l’impotence fonctionnelle et la réduction de la qualité de vie). Par ailleurs, ils prennent en considération les bons éléments modulant les résultats post-opératoires et évaluent correctement les contre-indications à l’arthroplastie totale de genou. Cependant certains éléments cités sont en réalité des facteurs modulants la réussite opératoire. Conclusion L’enquête auprès des MG du Condroz a mis en évidence que leur évaluation de l’indication de l’arthroplastie totale de genou chez les patients atteints de gonarthrose sévère doit être améliorée. Une sensibilisation sur la pratique clinique pourrait permettre une amélioration de l’évaluation opératoire et de la discussion médicale partagée.
Introduction Certains patients atteints de gonarthrose sévère redoutent la mise en place d’une prothèse chirurgicale. À de multiples reprises, j’ai été confronté aux interrogations des patients, relatives aux résultats de l’arthroplastie totale de genou, cherchant à savoir pourquoi les résultats sont variables d’un patient à l’autre. Sur ce sujet, certaines discussions auprès de confrères m’interpelaient par l’aspect fataliste de certains d’entre eux concernant leur implication dans la décision opératoire en la résumant à une demande d’avis chez un chirurgien orthopédique. Objectif L’objectif de ce travail était de comparer la pratique des médecins généralistes du Condroz en termes d’évaluation de l’indication d’arthroplastie totale de genou aux données de la littérature scientifique. Méthode Une revue de la littérature a été effectuée, s’articulant autour de trois axes, la physiopathologie et les données épidémiologiques, les outils développés dans l’évaluation globale de la gonarthrose et les recommandations de bonne pratique thérapeutique, et enfin les facteurs influençant les résultats post-opératoires d’une arthroplastie totale de genou. La seconde partie détaillait les résultats d’une étude mixte, quantitative et qualitative menée auprès d’un échantillon de médecins généralistes du Condroz dont le but était de décrire leur pratique en termes d’évaluation de l’indication d’arthroplastie totale de genou. Enfin, dans une dernière partie, j’ai réalisé une comparaison des résultats de l’étude et des données de la revue de la littérature. Résultats La pratique des MG du Condroz concernant l’évaluation articulaire peut être améliorée en évaluant les 3 paramètres de la gonarthrose : la douleur articulaire, l’impotence fonctionnelle et la réduction de la qualité de vie). Par ailleurs, ils prennent en considération les bons éléments modulant les résultats post-opératoires et évaluent correctement les contre-indications à l’arthroplastie totale de genou. Cependant certains éléments cités sont en réalité des facteurs modulants la réussite opératoire. Conclusion L’enquête auprès des MG du Condroz a mis en évidence que leur évaluation de l’indication de l’arthroplastie totale de genou chez les patients atteints de gonarthrose sévère doit être améliorée. Une sensibilisation sur la pratique clinique pourrait permettre une amélioration de l’évaluation opératoire et de la discussion médicale partagée.
LEBEAU - MaxenceUniversité de Liège
L90 - 54.004 - A89 - A13 - 45.000
Comment aborder la sexualité avec les patients adultes porteurs de pathologies chroniques en médecine générale ? Enquête par entretiens semi-dirigés auprès d’un échantillon de 8 médecins généralistes.
Comment aborder la sexualité avec les patients adultes porteurs de pathologies chroniques en médecine générale ? Enquête par entretiens semi-dirigés auprès d’un échantillon de 8 médecins généralistes.
Introduction : la sexualité fait partie intégrante de la santé et du bien-être de chacun. Cependant, elle reste taboue et peu abordée en consultation. Or, la maladie chronique, en constante augmentation, peut impacter négativement cette composante de la santé. Le but principal de ce travail est donc d’identifier les moyens utilisés par les médecins généralistes pour aborder la sexualité avec les patients porteurs de pathologies chroniques en consultation. Méthodologie : une étude qualitative par analyse thématique a été réalisée, basée sur 8 entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes. Cet échantillon comprenait 3 médecins généralistes sexologues, 3 médecins généralistes travaillant partiellement en planning familial, 1 médecin généraliste ayant eu une formation en gynécologie et 1 médecin généraliste ayant l’habitude d’aborder la sexualité avec les patients. Résultats : Les médecins généralistes interviewés et la recherche de la littérature ont démontré que plusieurs portes d’entrée peuvent être utilisées afin que nous puissions aborder la thématique de la sexualité : la pathologie en elle-même, le traitement, la relation de couple lorsque le patient a un partenaire, une demande indirecte du patient, la salle d’attente, mais aussi les facteurs psychologiques. Un aspect important à évaluer lorsqu’un trouble sexuel est identifié, est la souffrance qu’il peut induire ou non. Il ne faut pas oublier non plus que nous ne sommes pas seuls : si nous ne pouvons pas prendre en charge cet aspect de la santé, le dépister peut aider le patient à amener le sujet, pour ensuite aider à les référer vers les personnes adéquates. Conclusion : plusieurs occasions s’offrent à nous en consultation pour donner l’opportunité aux patients de s’exprimer sur leur potentiel problème concernant leur sexualité. Il est important de saisir ces occasions pour entamer la discussion, surtout avec des patients qui sont plus à risque d’avoir des troubles de ce côté-là. Mots-clés : sexualité, pathologies chroniques, médecine générale, abord
Introduction : la sexualité fait partie intégrante de la santé et du bien-être de chacun. Cependant, elle reste taboue et peu abordée en consultation. Or, la maladie chronique, en constante augmentation, peut impacter négativement cette composante de la santé. Le but principal de ce travail est donc d’identifier les moyens utilisés par les médecins généralistes pour aborder la sexualité avec les patients porteurs de pathologies chroniques en consultation. Méthodologie : une étude qualitative par analyse thématique a été réalisée, basée sur 8 entretiens semi-dirigés avec des médecins généralistes. Cet échantillon comprenait 3 médecins généralistes sexologues, 3 médecins généralistes travaillant partiellement en planning familial, 1 médecin généraliste ayant eu une formation en gynécologie et 1 médecin généraliste ayant l’habitude d’aborder la sexualité avec les patients. Résultats : Les médecins généralistes interviewés et la recherche de la littérature ont démontré que plusieurs portes d’entrée peuvent être utilisées afin que nous puissions aborder la thématique de la sexualité : la pathologie en elle-même, le traitement, la relation de couple lorsque le patient a un partenaire, une demande indirecte du patient, la salle d’attente, mais aussi les facteurs psychologiques. Un aspect important à évaluer lorsqu’un trouble sexuel est identifié, est la souffrance qu’il peut induire ou non. Il ne faut pas oublier non plus que nous ne sommes pas seuls : si nous ne pouvons pas prendre en charge cet aspect de la santé, le dépister peut aider le patient à amener le sujet, pour ensuite aider à les référer vers les personnes adéquates. Conclusion : plusieurs occasions s’offrent à nous en consultation pour donner l’opportunité aux patients de s’exprimer sur leur potentiel problème concernant leur sexualité. Il est important de saisir ces occasions pour entamer la discussion, surtout avec des patients qui sont plus à risque d’avoir des troubles de ce côté-là. Mots-clés : sexualité, pathologies chroniques, médecine générale, abord
Moens - SaraUniversité catholique de Louvain
QC14 - QP52 - QR31 - QS41 - QD12 - A99
La prise en charge des patients fibromyalgiques : Une approche qualitative sur la place et le vécu des médecins généralistes
La prise en charge des patients fibromyalgiques : Une approche qualitative sur la place et le vécu des médecins généralistes
Introduction : La fibromyalgie est une maladie complexe qui appartient aux syndromes douloureux chroniques. Elle se caractérise par un impact significatif sur la qualité de vie des patients. Les guidelines recommandent une prise en charge en première ligne, par le médecin généraliste. Pourtant, la littérature démontre qu’une grande partie des médecins de première ligne ne semblent pas préparés à cela. Objectifs : La fibromyalgie est sujette à plusieurs débats, il est intéressant de recentrer le questionnement sur l’apport primordial de la médecine face à cette maladie et à ses patients. L’objectif de l’étude était de comprendre, d’expliquer et de mettre en évidence les raisons de ce manque de préparation. Méthodologie : Pour ce faire, nous avons réalisé une étude qualitative auprès des médecins généralistes pratiquant dans la région de Bruxelles. Sept généralistes (n=7) à différents niveaux de carrière ont été sélectionnés et interrogés en entretien individuel semi-dirigé. La durée moyenne des entretiens était de 20 minutes. Ces entretiens ont été par la suite retranscrits et analysés selon l’analyse thématique. Résultats : Les médecins généralistes ont dit avoir peu d’informations sur la fibromyalgie. Ils l’ont décrite comme une pathologie véhiculant une image peu gratifiante et qui souffre d’un impact psychologique significatif. L’approche diagnostique et thérapeutique semble compliquée menant les MG à s’appuyer sur la seconde ligne. Ils se révèlent peu confiants à l’idée de gérer la FM. Ce manque de confiance résulte d’une part d’un manque de formation, et d’autre part de la complexité de la maladie. Malgré tout, la position du MG devrait rester centrale, dans un rôle de coordinateur des soins du patient. Conclusion : Vu l’importance du coût économique de la FM et le temps de retard de diagnostic, une prise en charge par les médecins généralistes semblent être une meilleure solution. Il est donc important de participer à l’évolution de nos capacités en tant que soignant de première ligne pour permettre une meilleure approche pour le patient.
Introduction : La fibromyalgie est une maladie complexe qui appartient aux syndromes douloureux chroniques. Elle se caractérise par un impact significatif sur la qualité de vie des patients. Les guidelines recommandent une prise en charge en première ligne, par le médecin généraliste. Pourtant, la littérature démontre qu’une grande partie des médecins de première ligne ne semblent pas préparés à cela. Objectifs : La fibromyalgie est sujette à plusieurs débats, il est intéressant de recentrer le questionnement sur l’apport primordial de la médecine face à cette maladie et à ses patients. L’objectif de l’étude était de comprendre, d’expliquer et de mettre en évidence les raisons de ce manque de préparation. Méthodologie : Pour ce faire, nous avons réalisé une étude qualitative auprès des médecins généralistes pratiquant dans la région de Bruxelles. Sept généralistes (n=7) à différents niveaux de carrière ont été sélectionnés et interrogés en entretien individuel semi-dirigé. La durée moyenne des entretiens était de 20 minutes. Ces entretiens ont été par la suite retranscrits et analysés selon l’analyse thématique. Résultats : Les médecins généralistes ont dit avoir peu d’informations sur la fibromyalgie. Ils l’ont décrite comme une pathologie véhiculant une image peu gratifiante et qui souffre d’un impact psychologique significatif. L’approche diagnostique et thérapeutique semble compliquée menant les MG à s’appuyer sur la seconde ligne. Ils se révèlent peu confiants à l’idée de gérer la FM. Ce manque de confiance résulte d’une part d’un manque de formation, et d’autre part de la complexité de la maladie. Malgré tout, la position du MG devrait rester centrale, dans un rôle de coordinateur des soins du patient. Conclusion : Vu l’importance du coût économique de la FM et le temps de retard de diagnostic, une prise en charge par les médecins généralistes semblent être une meilleure solution. Il est donc important de participer à l’évolution de nos capacités en tant que soignant de première ligne pour permettre une meilleure approche pour le patient.
alji - oussamaUniversité catholique de Louvain
45.002 - QR31 - QT22 - QD12
Quelles sont les attentes que les hommes transgenres ont vis-à-vis de leur médecin généraliste lors de l'initiation ou du suivi d'un traitement hormonal masculinisant?
Quelles sont les attentes que les hommes transgenres ont vis-à-vis de leur médecin généraliste lors de l'initiation ou du suivi d'un traitement hormonal masculinisant?
Introduction Les personnes transgenres représenteraient jusqu’à 4% de la population belge. Il n’existait pas jusqu'à ce jour d’étude concernant les attentes que ces personnes ont vis-à-vis de leur médecin généraliste lors de l’initiation ou du suivi d’un traitement hormonal visant à modifier leur expression de genre. Méthodologie La revue de la littérature scientifique sur l’instauration d’un traitement hormonal par testostérone qui a été réalisée répertoriait les mesures générales et spécifiques à considérer lors de la prescription de testostérone. Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 9 hommes transgenres en Belgique francophone a été menée ensuite. François Jansen a procédé de manière complémentaire à notre travail en interrogeant des personnes majeures sous traitement hormonal féminisant et a obtenu des résultats comparables. Résultats Les résultats principaux montraient que la littératie en santé, qu'elle soit transspécifique ou générale, est fluctuante parmi les médecins et les sujet·te·s interrogé·e·s. Soigner sa communication, assurer des soins sécures, favoriser des soins de santé accessibles, déconstruire les croyances étaient des qualités attendues. Le/la médecin devrait pouvoir tenir un rôle de conseiller.ère, de scientifique et d'allié.e : iel devrait proposer des soins centrés sur la personne et connaître son histoire. Conclusion 15 attentes dans le volet féminisant et 9 attentes dans le volet masculinisant ont été retenues des entretiens menés. Il ressortait que le suivi d’une transition par prise d’hormones, à visée féminisante ou masculinisante, pouvait être réalisé en médecine générale. Enseigner aux médecins généralistes les compétences d’accueil de base ainsi que des notions des soins transspécifiques serait donc à encourager. Des initiatives de soins de première ligne plus respectueuses des personnes existent et sont à promouvoir. Mots-clés : testostérone, hormones, homme transgenre, transidentité, médecine générale, attentes
Introduction Les personnes transgenres représenteraient jusqu’à 4% de la population belge. Il n’existait pas jusqu'à ce jour d’étude concernant les attentes que ces personnes ont vis-à-vis de leur médecin généraliste lors de l’initiation ou du suivi d’un traitement hormonal visant à modifier leur expression de genre. Méthodologie La revue de la littérature scientifique sur l’instauration d’un traitement hormonal par testostérone qui a été réalisée répertoriait les mesures générales et spécifiques à considérer lors de la prescription de testostérone. Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de 9 hommes transgenres en Belgique francophone a été menée ensuite. François Jansen a procédé de manière complémentaire à notre travail en interrogeant des personnes majeures sous traitement hormonal féminisant et a obtenu des résultats comparables. Résultats Les résultats principaux montraient que la littératie en santé, qu'elle soit transspécifique ou générale, est fluctuante parmi les médecins et les sujet·te·s interrogé·e·s. Soigner sa communication, assurer des soins sécures, favoriser des soins de santé accessibles, déconstruire les croyances étaient des qualités attendues. Le/la médecin devrait pouvoir tenir un rôle de conseiller.ère, de scientifique et d'allié.e : iel devrait proposer des soins centrés sur la personne et connaître son histoire. Conclusion 15 attentes dans le volet féminisant et 9 attentes dans le volet masculinisant ont été retenues des entretiens menés. Il ressortait que le suivi d’une transition par prise d’hormones, à visée féminisante ou masculinisante, pouvait être réalisé en médecine générale. Enseigner aux médecins généralistes les compétences d’accueil de base ainsi que des notions des soins transspécifiques serait donc à encourager. Des initiatives de soins de première ligne plus respectueuses des personnes existent et sont à promouvoir. Mots-clés : testostérone, hormones, homme transgenre, transidentité, médecine générale, attentes
Ballout - HannaUniversité catholique de Louvain
QR31 - QO4 - QC14 - QC24 - QS41
Au sujet de la communication médecin-patient : Est-ce que le médecin se rend compte lorsque son discours est incompris par le patient ? Une étude préliminaire.
Au sujet de la communication médecin-patient : Est-ce que le médecin se rend compte lorsque son discours est incompris par le patient ? Une étude préliminaire.
Dans le cadre de la communication médecin-patient en cabinet de médecine générale, nous avons investigué de manière préliminaire si le médecin se rendait compte lorsque le patient ne comprenait pas son discours. Nous avons réalisé une étude qualitative via des entretiens individuels semi-dirigés. Sept médecins généralistes ont été interrogés. Nous avons mis en évidence trois catégories répondant à la question de départ : Soit le médecin s’est rendu compte, soit il ne s’est pas rendu compte, soit il a utilisé des techniques pour éviter le problème de l’incompréhension. Dans le premier cas, il a été alerté grâce à divers indices impliquant le langage non verbal, l’expérience du médecin, le retour du patient, la faiblesse de son propre discours et le désintérêt du patient. Dans le deuxième cas, il est passé à côté de l’incompréhension à cause de “pièges” tels que le détournement d’attention, l’impact émotionnel, le facteur temps, la fausse piste tracée par le patient et l’inexpérience du médecin. Dans le dernier cas, diverses techniques ont été mise en avant tels que le fait de prendre le temps, améliorer le discours, avoir une relation de confiance ainsi que le paternalisme. Ces différents résultats ont été discutés et mis en relation avec la littérature. Cette étude préliminaire a permis de mettre en évidence que malgré l’utilisation de techniques d’amélioration de communication, le médecin généraliste peut passer à côté d’une incompréhension du patient. Le but de ce travail était de sensibiliser au fait que la communication est un sujet complexe ne s’improvisant pas et qui s’améliore avec l’expérience.
Dans le cadre de la communication médecin-patient en cabinet de médecine générale, nous avons investigué de manière préliminaire si le médecin se rendait compte lorsque le patient ne comprenait pas son discours. Nous avons réalisé une étude qualitative via des entretiens individuels semi-dirigés. Sept médecins généralistes ont été interrogés. Nous avons mis en évidence trois catégories répondant à la question de départ : Soit le médecin s’est rendu compte, soit il ne s’est pas rendu compte, soit il a utilisé des techniques pour éviter le problème de l’incompréhension. Dans le premier cas, il a été alerté grâce à divers indices impliquant le langage non verbal, l’expérience du médecin, le retour du patient, la faiblesse de son propre discours et le désintérêt du patient. Dans le deuxième cas, il est passé à côté de l’incompréhension à cause de “pièges” tels que le détournement d’attention, l’impact émotionnel, le facteur temps, la fausse piste tracée par le patient et l’inexpérience du médecin. Dans le dernier cas, diverses techniques ont été mise en avant tels que le fait de prendre le temps, améliorer le discours, avoir une relation de confiance ainsi que le paternalisme. Ces différents résultats ont été discutés et mis en relation avec la littérature. Cette étude préliminaire a permis de mettre en évidence que malgré l’utilisation de techniques d’amélioration de communication, le médecin généraliste peut passer à côté d’une incompréhension du patient. Le but de ce travail était de sensibiliser au fait que la communication est un sujet complexe ne s’improvisant pas et qui s’améliore avec l’expérience.
Vanoverschelde - OlivierUniversité catholique de Louvain
QS41 - 46.000 - 64.000 - QP3 - QR31
La dé-prescription des agonistes des récepteurs aux benzodiazépines chez les personnes âgées en maison de repos et de soins
La dé-prescription des agonistes des récepteurs aux benzodiazépines chez les personnes âgées en maison de repos et de soins
Introduction. L’objectif de ce travail est d’analyser les outils d’identification de la prescription inappropriée d’agonistes des récepteurs des benzodiazépines (BZRA) et les recommandations existantes sur la dé-prescription de ces molécules chez les personnes âgées. En effet, les personnes âgées résidant en maison de repos et de soins (MRS), très souvent sujettes à la polypharmacie, sont une population cible pour la dé-prescription de médicaments potentiellement inappropriés tels les BZRA. Ce travail présente également les résultats de plusieurs études de dé-prescription des BZRA en MRS, ainsi que les barrières et facilitateurs de la dé-prescription du côté du soignant et du côté du patient. Méthodes. Cette revue de la littérature a été réalisée à partir d’articles provenant de différents moteurs de recherche et de bases de données médicales (Ebpracticenet, Dynamed, Cochrane library, Cismef Doc’, Pubmed, JAMA,..). Résultats. Les 5 études identifiées montrent que l’arrêt des BZRA en MRS est possible, sans dégradation de la sensation de bien-être, à l’aide de formation des professionnels de santé sur les critères de prescriptions potentiellement inappropriés (PIP). La pluridisciplinarité est un aspect important pour la réussite de cette formation. Il a également été montré une réduction de la mortalité toutes causes confondues, une diminution du nombre de chutes et une amélioration de la qualité du sommeil perçue grâce à la dé-prescription des BZRA en MRS. Discussion. L’écriture de cette revue a été limitée par le fait que les données d’observation et d’expérimentation sur la consommation des BZRA en MRS sont encore à explorer. Il y a, également, actuellement un manque de preuves sur la méthode de dé-prescription idéale. Conclusions. La dé-prescription des BZRA en MRS semble avoir des bénéfices et peut se faire sans affecter la qualité de vie des patients âgés résidant en MRS, entrainant une amélioration de la pertinence de prescription. Pour le futur, il serait intéressant d’approfondir le sujet à l’aide d’études sur les indications des BZRA en MRS, leur durée d’utilisation, les interactions médicamenteuses et médicaments-maladie.
Introduction. L’objectif de ce travail est d’analyser les outils d’identification de la prescription inappropriée d’agonistes des récepteurs des benzodiazépines (BZRA) et les recommandations existantes sur la dé-prescription de ces molécules chez les personnes âgées. En effet, les personnes âgées résidant en maison de repos et de soins (MRS), très souvent sujettes à la polypharmacie, sont une population cible pour la dé-prescription de médicaments potentiellement inappropriés tels les BZRA. Ce travail présente également les résultats de plusieurs études de dé-prescription des BZRA en MRS, ainsi que les barrières et facilitateurs de la dé-prescription du côté du soignant et du côté du patient. Méthodes. Cette revue de la littérature a été réalisée à partir d’articles provenant de différents moteurs de recherche et de bases de données médicales (Ebpracticenet, Dynamed, Cochrane library, Cismef Doc’, Pubmed, JAMA,..). Résultats. Les 5 études identifiées montrent que l’arrêt des BZRA en MRS est possible, sans dégradation de la sensation de bien-être, à l’aide de formation des professionnels de santé sur les critères de prescriptions potentiellement inappropriés (PIP). La pluridisciplinarité est un aspect important pour la réussite de cette formation. Il a également été montré une réduction de la mortalité toutes causes confondues, une diminution du nombre de chutes et une amélioration de la qualité du sommeil perçue grâce à la dé-prescription des BZRA en MRS. Discussion. L’écriture de cette revue a été limitée par le fait que les données d’observation et d’expérimentation sur la consommation des BZRA en MRS sont encore à explorer. Il y a, également, actuellement un manque de preuves sur la méthode de dé-prescription idéale. Conclusions. La dé-prescription des BZRA en MRS semble avoir des bénéfices et peut se faire sans affecter la qualité de vie des patients âgés résidant en MRS, entrainant une amélioration de la pertinence de prescription. Pour le futur, il serait intéressant d’approfondir le sujet à l’aide d’études sur les indications des BZRA en MRS, leur durée d’utilisation, les interactions médicamenteuses et médicaments-maladie.
Baghat - HafsaUniversité catholique de Louvain
45.000 - 46.000 - 45.001
Prise en charge par le médecin généraliste d'une reprise pondérale après chirurgie bariatrique
Prise en charge par le médecin généraliste d'une reprise pondérale après chirurgie bariatrique
Introduction : La reprise pondérale après chirurgie bariatrique est une complication survenant chez 20-35% des patients opérés. Celle-ci survient souvent deux ans après la chirurgie. Les causes de cette reprise pondérale sont : non-observance du régime alimentaire, troubles du comportement alimentaire, inactivité physique, dysfonctionnements hormonaux et dysfonctionnement de la chirurgie. Selon le KCE (centre d’expertise fédérale), la médecine générale aurait sa place dans le suivi au long terme des patients opérés et donc s’occupé de cette complication. Pourtant, il n’existe pas de littérature belge à destination des médecins généralistes. Objectif : réaliser via une recherche bibliographique un plan de prise en charge de la reprise pondérale après chirurgie bariatrique. Méthodologie : recherche bibliographique sur PubMed et EMBASE via des termes Mesh et Emtree spécifiques. Résultats et discussion : 38 revues ont été sélectionnées. Les prises en charges spécifiques des différentes causes ont été répertoriées dans la partie résultats. Dans la partie discussion, les prises en charges réalisables par le médecin généraliste ont été sélectionné. Conclusions : La prise en charge de cette complication est possible en médecine générale. L’efficacité des différentes thérapies sont encore fort incertaines. Des recherches supplémentaires sont encore nécessaires. Mots clés : chirurgie bariatrique, reprise pondérale, médecine générale, prise en charge.
Introduction : La reprise pondérale après chirurgie bariatrique est une complication survenant chez 20-35% des patients opérés. Celle-ci survient souvent deux ans après la chirurgie. Les causes de cette reprise pondérale sont : non-observance du régime alimentaire, troubles du comportement alimentaire, inactivité physique, dysfonctionnements hormonaux et dysfonctionnement de la chirurgie. Selon le KCE (centre d’expertise fédérale), la médecine générale aurait sa place dans le suivi au long terme des patients opérés et donc s’occupé de cette complication. Pourtant, il n’existe pas de littérature belge à destination des médecins généralistes. Objectif : réaliser via une recherche bibliographique un plan de prise en charge de la reprise pondérale après chirurgie bariatrique. Méthodologie : recherche bibliographique sur PubMed et EMBASE via des termes Mesh et Emtree spécifiques. Résultats et discussion : 38 revues ont été sélectionnées. Les prises en charges spécifiques des différentes causes ont été répertoriées dans la partie résultats. Dans la partie discussion, les prises en charges réalisables par le médecin généraliste ont été sélectionné. Conclusions : La prise en charge de cette complication est possible en médecine générale. L’efficacité des différentes thérapies sont encore fort incertaines. Des recherches supplémentaires sont encore nécessaires. Mots clés : chirurgie bariatrique, reprise pondérale, médecine générale, prise en charge.
Schauwers - VirginieUniversité catholique de Louvain
30.001 - T82 - 45.011
Sensibilisation des médecins généralistes au dépistage des pathologies liées à la grossesse.
Sensibilisation des médecins généralistes au dépistage des pathologies liées à la grossesse.
Les pathologies liées à la grossesse sont relativement fréquentes. Les médecins généralistes sont en première ligne, un dépistage et une bonne connaissance de ces complications est nécessaire pour une prise en charge optimale du suivi des grossesses. Une étude qualitative à visée descriptive a été réalisée par la soumission d’un questionnaire aux médecins généralistes de la zone Namur-Ouest ainsi qu’aux gynécologues des hôpitaux les plus proches fréquentés par les patientes de cette même région au cours de leur suivi obstétrical. L’objectif de cette enquête était de recueillir leurs ressentis et leurs connaissances vis-à-vis des pathologies spécifiques à la grossesse. La communication entre les 2 spécialités a été évaluée. Globalement les 2 spécialités s’accordent à dire qu’un suivi en médecine générale en alternance avec le suivi gynécologique aurait un sens car le médecin généraliste est plus accessible et a une bonne connaissance des conditions bio-psycho-sociales des patientes. Néanmoins, les gynécologues pensent qu’une formation complémentaire serait nécessaire pour les généralistes pour améliorer le suivi. Ils s’accordent à dire qu’une meilleure communication entre ces 2 spécialités améliorerait la prise en charge et le suivi des patientes enceintes. L’interprétation de l’étude est dépendante de mon opinion et le faible taux de réponse aux questionnaires limite l’interprétation de l’étude bien que les réponses obtenues convergent dans le même sens.
Les pathologies liées à la grossesse sont relativement fréquentes. Les médecins généralistes sont en première ligne, un dépistage et une bonne connaissance de ces complications est nécessaire pour une prise en charge optimale du suivi des grossesses. Une étude qualitative à visée descriptive a été réalisée par la soumission d’un questionnaire aux médecins généralistes de la zone Namur-Ouest ainsi qu’aux gynécologues des hôpitaux les plus proches fréquentés par les patientes de cette même région au cours de leur suivi obstétrical. L’objectif de cette enquête était de recueillir leurs ressentis et leurs connaissances vis-à-vis des pathologies spécifiques à la grossesse. La communication entre les 2 spécialités a été évaluée. Globalement les 2 spécialités s’accordent à dire qu’un suivi en médecine générale en alternance avec le suivi gynécologique aurait un sens car le médecin généraliste est plus accessible et a une bonne connaissance des conditions bio-psycho-sociales des patientes. Néanmoins, les gynécologues pensent qu’une formation complémentaire serait nécessaire pour les généralistes pour améliorer le suivi. Ils s’accordent à dire qu’une meilleure communication entre ces 2 spécialités améliorerait la prise en charge et le suivi des patientes enceintes. L’interprétation de l’étude est dépendante de mon opinion et le faible taux de réponse aux questionnaires limite l’interprétation de l’étude bien que les réponses obtenues convergent dans le même sens.
chantrenne - lauraUniversité catholique de Louvain
QD23 - W78 - QS41 - QR31
Prévention des infections des voies respiratoires supérieures récidivantes chez l'enfant de moins de 12 ans en médecine générale au moyen de lysats bactériens (Broncho-Vaxom)
Prévention des infections des voies respiratoires supérieures récidivantes chez l'enfant de moins de 12 ans en médecine générale au moyen de lysats bactériens (Broncho-Vaxom)
INTRODUCTION : Connu et utilisé par certains généralistes en prévention des infections respiratoires supérieures chez l’enfant, le Broncho-Vaxom n’est pas recommandé en Belgique ni décrit dans les cursus de médecine (Université Catholique de Louvain). A quel point est-il prescrit et comment le présenter en tant que clinicien référent ? OBJECTIF : L’objectif de ce travail est d’évaluer la connaissance et l’utilisation du Broncho- Vaxom auprès des généralistes. Un second but est de considérer comment présenter ce produit au patient dans une optique de décision partagée en tant que clinicien référent. METHODE : Il s’agit d’une revue de la littérature ainsi que d’une étude quantitative réalisée à l’aide d’un questionnaire en ligne. La population ciblée rassemble principalement de jeunes médecins diplômés (assistants) ainsi que des médecins installés majoritairement en Province de Luxembourg (diffusion au moyen de mails, via Santé Ardenne, Association des Médecins Généralistes du Centre Ardenne). RESULTATS : Cette étude a montré que, pratiquement connu de tous les généralistes, le Broncho-Vaxom est utilisé par 41.8% des médecins interrogés. Sur base des observations des médecins de famille, son utilisation dans un but préventif serait également répandue parmi certains spécialistes (oto-rhino-laryngologues, pédiatres). Il semble que les médecins avec une plus longue expérience de terrain soient davantage prescripteurs de ce produit. CONCLUSIONS: Les guidelines valident le profil de sécurité du Broncho-Vaxom et recommandent que son utilisation soit uniquement à titre préventif des infections respiratoires supérieures récidivantes chez l’enfant. Vu le faible degré de preuves, davantage d’études sont demandées pour 2026. Une clarification des recommandations nationales semble être souhaitée par la moitié des médecins interrogés.
INTRODUCTION : Connu et utilisé par certains généralistes en prévention des infections respiratoires supérieures chez l’enfant, le Broncho-Vaxom n’est pas recommandé en Belgique ni décrit dans les cursus de médecine (Université Catholique de Louvain). A quel point est-il prescrit et comment le présenter en tant que clinicien référent ? OBJECTIF : L’objectif de ce travail est d’évaluer la connaissance et l’utilisation du Broncho- Vaxom auprès des généralistes. Un second but est de considérer comment présenter ce produit au patient dans une optique de décision partagée en tant que clinicien référent. METHODE : Il s’agit d’une revue de la littérature ainsi que d’une étude quantitative réalisée à l’aide d’un questionnaire en ligne. La population ciblée rassemble principalement de jeunes médecins diplômés (assistants) ainsi que des médecins installés majoritairement en Province de Luxembourg (diffusion au moyen de mails, via Santé Ardenne, Association des Médecins Généralistes du Centre Ardenne). RESULTATS : Cette étude a montré que, pratiquement connu de tous les généralistes, le Broncho-Vaxom est utilisé par 41.8% des médecins interrogés. Sur base des observations des médecins de famille, son utilisation dans un but préventif serait également répandue parmi certains spécialistes (oto-rhino-laryngologues, pédiatres). Il semble que les médecins avec une plus longue expérience de terrain soient davantage prescripteurs de ce produit. CONCLUSIONS: Les guidelines valident le profil de sécurité du Broncho-Vaxom et recommandent que son utilisation soit uniquement à titre préventif des infections respiratoires supérieures récidivantes chez l’enfant. Vu le faible degré de preuves, davantage d’études sont demandées pour 2026. Une clarification des recommandations nationales semble être souhaitée par la moitié des médecins interrogés.
Delaey - FrançoisUniversité catholique de Louvain
QR32 - QS41 - A98 - 44.001 - R74
Les obstacles à la prise en charge des pathologies gynécologiques chez les jeunes médecins généralistes. Etude quantitative et création d’un outil d’aide à la pratique.
Les obstacles à la prise en charge des pathologies gynécologiques chez les jeunes médecins généralistes. Etude quantitative et création d’un outil d’aide à la pratique.
La médecine générale s’est vue se modifier au fur et à mesure des années. La fréquence des prises en charge des pathologies gynécologiques en médecine générale n’est plus aussi présente malgré une demande de la part des praticiens. L’approche de ce domaine par le médecin généraliste est pourtant riche et bénéfique pour les patients mais aussi pour les soins de santé de manière générale. Nous nous sommes interrogés quant à savoir quels étaient les obstacles à la prise en charge de ces pathologies par les jeunes médecins généralistes dans leur cabinet actuellement en Belgique. Pour se faire, nous avons interrogés les médecins généralistes afin de pouvoir faire état de ce qui se réalise actuellement dans ce domaine de leur compétence. Nous avons également étudié et élaboré ce qui pouvait aider et encourager le praticien au quotidien à élargir son domaine de prise en charge. Après cette recherche, nous avons constaté que la jeune génération était justement en demande d’autonomie dans sa pratique, de pouvoir accéder à des procédures techniques mais que les freins actuellement sont leur manque d’expérience, de formation et le manque de demande des patientes. Il est donc fondamental que les médecins généralistes puissent avoir accès à des outils pour rendre l’accès à la première ligne possible pour les prises en charges des pathologies gynécologiques.
La médecine générale s’est vue se modifier au fur et à mesure des années. La fréquence des prises en charge des pathologies gynécologiques en médecine générale n’est plus aussi présente malgré une demande de la part des praticiens. L’approche de ce domaine par le médecin généraliste est pourtant riche et bénéfique pour les patients mais aussi pour les soins de santé de manière générale. Nous nous sommes interrogés quant à savoir quels étaient les obstacles à la prise en charge de ces pathologies par les jeunes médecins généralistes dans leur cabinet actuellement en Belgique. Pour se faire, nous avons interrogés les médecins généralistes afin de pouvoir faire état de ce qui se réalise actuellement dans ce domaine de leur compétence. Nous avons également étudié et élaboré ce qui pouvait aider et encourager le praticien au quotidien à élargir son domaine de prise en charge. Après cette recherche, nous avons constaté que la jeune génération était justement en demande d’autonomie dans sa pratique, de pouvoir accéder à des procédures techniques mais que les freins actuellement sont leur manque d’expérience, de formation et le manque de demande des patientes. Il est donc fondamental que les médecins généralistes puissent avoir accès à des outils pour rendre l’accès à la première ligne possible pour les prises en charges des pathologies gynécologiques.
Sor - SarahUniversité catholique de Louvain
33.006 - X15 - X01 - X23
Le dépistage du cancer du col de l’utérus par auto-prélèvement urinaire est-il pertinent pour les patientes sous-dépistées ? Réalisation du protocole d’une étude interventionnelle évaluant l’impact de l’auto-prélèvement urinaire sur la participation au dépistage et analyse transversale des facteurs de risque d’une population bruxelloise sous-dépistée.
Le dépistage du cancer du col de l’utérus par auto-prélèvement urinaire est-il pertinent pour les patientes sous-dépistées ? Réalisation du protocole d’une étude interventionnelle évaluant l’impact de l’auto-prélèvement urinaire sur la participation au dépistage et analyse transversale des facteurs de risque d’une population bruxelloise sous-dépistée.
Introduction: Les programmes de dépistage par Pap-test implémentés actuellement semblent atteindre leurs limites et ont un effet protecteur insuffisant sur les populations de femmes à haut risque de cancer du col de l’utérus (CCU). En parallèle, du fait de sa meilleure efficacité, le test HPV est présent au cœur des nouvelles recommandations européennes pour le dépistage du CCU. Les possibilités d’auto-prélèvements urinaires et vaginaux qu’il offre ne le rendent que plus intéressant. L’efficacité de l’auto-prélèvement urinaire a fait l’objet de controverses au sein de la littérature scientifique. Récemment cependant, des études ont montré que sa sensibilité peut être augmentée si certains standards sont respectés. Cette nouvelle méthode de dépistage semble être très appréciée des femmes et pourrait être un précieux outil pour atteindre les femmes sous-dépistées. L’auto-prélèvement (vaginal ou urinaire) proposé via les MG pourrait ainsi avoir une place centrale au sein des nouvelles politiques de dépistage centrées sur les risques qui devraient voir le jour dans les prochaines années. Les MG pourraient également jouer un rôle essentiel dans le ciblage des populations de femmes à haut risque de CCU. Objectifs : Cette étude apporte une analyse de la population cible sous-dépistée dans l’espoir d’en tirer des conclusions pour l’implémentation de futurs programmes de dépistage, à travers deux objectifs : 1) vérifier si l’utilisation d’une méthode de dépistage par test HPV sur prélèvement d’urine offert aux patientes sous-dépistées par des médecins généralistes permet d’augmenter la participation au dépistage du CCU ; 2) vérifier si les informations concernant les facteurs de risque des femmes sous-dépistées peuvent être retrouvés par l’intermédiaire des médecins généralistes. Un autre objectif de plus grande envergure est d’enrichir la base de données sur les facteurs de risque du projet européen RISCC. Méthode : Nous procédons au recrutement et à la randomisation aléatoire de 150 femmes sous-dépistées au sein de deux bras d’étude : un bras expérimental dans lequel un kit de prélèvement d’urines premier jet est offert par un médecin, et un bras contrôle dans lequel le médecin rappelle aux participantes de réaliser un Pap-test. Les patientes doivent également répondre à un questionnaire sur leurs facteurs de risque du CCU. Résultats : La préparation de cette étude a été retardée par la pandémie à COVID-19. Elle a débuté en avril 2021. L’étude est encore en cours et les résultats finaux ne sont pas encore disponibles. Conclusion : Ce travail souligne l’intérêt de l’instauration de nouvelles recommandations concernant les politiques de dépistage basées sur les risques, la plus-value de l’auto- prélèvement urinaire pour atteindre les femmes sous-dépistées et l’importance du rôle la première ligne de soins dans l’établissement de nouveaux programmes de dépistage du CCU.
Introduction: Les programmes de dépistage par Pap-test implémentés actuellement semblent atteindre leurs limites et ont un effet protecteur insuffisant sur les populations de femmes à haut risque de cancer du col de l’utérus (CCU). En parallèle, du fait de sa meilleure efficacité, le test HPV est présent au cœur des nouvelles recommandations européennes pour le dépistage du CCU. Les possibilités d’auto-prélèvements urinaires et vaginaux qu’il offre ne le rendent que plus intéressant. L’efficacité de l’auto-prélèvement urinaire a fait l’objet de controverses au sein de la littérature scientifique. Récemment cependant, des études ont montré que sa sensibilité peut être augmentée si certains standards sont respectés. Cette nouvelle méthode de dépistage semble être très appréciée des femmes et pourrait être un précieux outil pour atteindre les femmes sous-dépistées. L’auto-prélèvement (vaginal ou urinaire) proposé via les MG pourrait ainsi avoir une place centrale au sein des nouvelles politiques de dépistage centrées sur les risques qui devraient voir le jour dans les prochaines années. Les MG pourraient également jouer un rôle essentiel dans le ciblage des populations de femmes à haut risque de CCU. Objectifs : Cette étude apporte une analyse de la population cible sous-dépistée dans l’espoir d’en tirer des conclusions pour l’implémentation de futurs programmes de dépistage, à travers deux objectifs : 1) vérifier si l’utilisation d’une méthode de dépistage par test HPV sur prélèvement d’urine offert aux patientes sous-dépistées par des médecins généralistes permet d’augmenter la participation au dépistage du CCU ; 2) vérifier si les informations concernant les facteurs de risque des femmes sous-dépistées peuvent être retrouvés par l’intermédiaire des médecins généralistes. Un autre objectif de plus grande envergure est d’enrichir la base de données sur les facteurs de risque du projet européen RISCC. Méthode : Nous procédons au recrutement et à la randomisation aléatoire de 150 femmes sous-dépistées au sein de deux bras d’étude : un bras expérimental dans lequel un kit de prélèvement d’urines premier jet est offert par un médecin, et un bras contrôle dans lequel le médecin rappelle aux participantes de réaliser un Pap-test. Les patientes doivent également répondre à un questionnaire sur leurs facteurs de risque du CCU. Résultats : La préparation de cette étude a été retardée par la pandémie à COVID-19. Elle a débuté en avril 2021. L’étude est encore en cours et les résultats finaux ne sont pas encore disponibles. Conclusion : Ce travail souligne l’intérêt de l’instauration de nouvelles recommandations concernant les politiques de dépistage basées sur les risques, la plus-value de l’auto- prélèvement urinaire pour atteindre les femmes sous-dépistées et l’importance du rôle la première ligne de soins dans l’établissement de nouveaux programmes de dépistage du CCU.
Prud’homme - LauraUniversité catholique de Louvain
35.000 - 33.010 - QP6 - QS41 - QD42 - QC22 - QR325 - X75
Difficultés à aborder la problématique du surpoids de la population adulte en médecine générale: blocages et réticences. Etude menée auprès de médecins généralistes en francophonie belge
Difficultés à aborder la problématique du surpoids de la population adulte en médecine générale: blocages et réticences. Etude menée auprès de médecins généralistes en francophonie belge
Résumé Objectifs : Explorer les barrières perçues par les médecins généralistes lors de discussion relative à la problématique du surpoids, identifier les possibles stratégies mises en place pour outrepasser ces barrières. Méthode : Étude qualitative composée de 12 entretiens semi dirigés pour explorer les freins, opinions et expériences à l’initiation de la discussion du surpoids. La retranscription des interviews a été soumise à une grille d’analyse thématique. Participants : Douze médecins généralistes âgés entre 26 et 60 ans (âge médian 34,75 ans) ont été interviewés. Tous travaillant en francophonie belge. Résultats et discussion : Les barrières relatives à la discussion du poids sont multiples et variées, les plus prédominantes sont : le temps et les ressources nécessaires pour soulever un sujet complexe, la peur de stigmatisation du patient, la crainte de conséquences négatives. Ces difficultés sont présentes dès qu’on aborde ce sujet en consultation de routine et il convient de noter que les médecins se sentent nettement plus à l’aise pour aborder la question du poids lorsqu’une pathologie y est associée. Une connaissance personnelle du patient et l’identification du «moment adéquat» sont des éléments également déterminants. Conclusion : Le médecin généraliste belge francophone est soumis aux mêmes freins que ses homologues internationaux. Il existe une certaine incertitude quant à la façon dont le patient va réagir face à ce sujet. La prise en charge est également entachée d’échecs importants pouvant ébranler la motivation du praticien à discuter d’une perte de poids. La complexité du surpoids est évidente et multifactorielle. Par conséquent, une prise en charge multidisciplinaire est requise ainsi qu’une volonté politique pour faciliter la mise en place de celle ci.
Résumé Objectifs : Explorer les barrières perçues par les médecins généralistes lors de discussion relative à la problématique du surpoids, identifier les possibles stratégies mises en place pour outrepasser ces barrières. Méthode : Étude qualitative composée de 12 entretiens semi dirigés pour explorer les freins, opinions et expériences à l’initiation de la discussion du surpoids. La retranscription des interviews a été soumise à une grille d’analyse thématique. Participants : Douze médecins généralistes âgés entre 26 et 60 ans (âge médian 34,75 ans) ont été interviewés. Tous travaillant en francophonie belge. Résultats et discussion : Les barrières relatives à la discussion du poids sont multiples et variées, les plus prédominantes sont : le temps et les ressources nécessaires pour soulever un sujet complexe, la peur de stigmatisation du patient, la crainte de conséquences négatives. Ces difficultés sont présentes dès qu’on aborde ce sujet en consultation de routine et il convient de noter que les médecins se sentent nettement plus à l’aise pour aborder la question du poids lorsqu’une pathologie y est associée. Une connaissance personnelle du patient et l’identification du «moment adéquat» sont des éléments également déterminants. Conclusion : Le médecin généraliste belge francophone est soumis aux mêmes freins que ses homologues internationaux. Il existe une certaine incertitude quant à la façon dont le patient va réagir face à ce sujet. La prise en charge est également entachée d’échecs importants pouvant ébranler la motivation du praticien à discuter d’une perte de poids. La complexité du surpoids est évidente et multifactorielle. Par conséquent, une prise en charge multidisciplinaire est requise ainsi qu’une volonté politique pour faciliter la mise en place de celle ci.
Frenck - DamienUniversité de Liège
QR31 - T82 - T08 - 46.000 - 66.009
Etudes qualitative et quantitative concernant la communication non verbale pour une amélioration de la décision médicale partagée : pratique, formation et intérêt du médecin généraliste et du médecin en formation en région Wallonie-Bruxelles
Etudes qualitative et quantitative concernant la communication non verbale pour une amélioration de la décision médicale partagée : pratique, formation et intérêt du médecin généraliste et du médecin en formation en région Wallonie-Bruxelles
Introduction La dimension non verbale représente l’essentiel de la communication. Dans un système de soins où le patient est de plus en plus impliqué dans sa prise en charge, une bonne communication et une bonne relation médecin – patient sont nécessaires. Pour appliquer le modèle de la décision médicale partagée, le médecin et le patient doivent échanger des informations et prendre des décisions d’un commun accord. Dans ce contexte, reconnaître les indices non verbaux pourrait aider à améliorer ce processus de décision médicale partagée. Objectif : Mesurer si le médecin généraliste est conscient de sa communication non verbale et s’il a été formé à ce sujet. Matériel et méthode Il s’agit d’une étude par méthode mixte, constituée d’une partie qualitative et d’une partie quantitative avec réalisation d’une recherche de littérature non-exhaustive afin d’illustrer le contexte théorique de l’étude. Pour le volet qualitatif, 9 entretiens semi-dirigés, enregistrés et intégralement retranscrits, ont été réalisés auprès d’assistants et de jeunes médecins pratiquant en région bruxelloise. Pour le volet quantitatif, un questionnaire en ligne a été envoyé à des médecins généralistes et des médecins en formation en région Wallonie-Bruxelles, provenant des trois universités belges de l’UCLouvain, de l’ULB et de l’ULiège. Résultats Sur les 418 médecins ayant répondu au questionnaire, 94% n’ont pas été formés en communication non verbale. Néanmoins, 82% disent observer le langage corporel de leurs patients et 54% déclarent utiliser consciemment le leur. Les médecins interviewés ont peu de connaissances à propos de la communication non verbale et de la décision médicale partagée mais sont intéressés par ces sujets. Conclusion Les médecins généralistes sont peu formés en communication non verbale bien que sensibles à cette dimension et intéressés d’en savoir plus à ce propos. Pourtant, la littérature montre que c’est un outil précieux pour décoder le message et les émotions du patient en consultation. Afin d’améliorer leur pratique et la mise en place de la décision médicale partagée, une formation en communication non verbale ou un outil d’aide à la consultation pourront être proposés.
Introduction La dimension non verbale représente l’essentiel de la communication. Dans un système de soins où le patient est de plus en plus impliqué dans sa prise en charge, une bonne communication et une bonne relation médecin – patient sont nécessaires. Pour appliquer le modèle de la décision médicale partagée, le médecin et le patient doivent échanger des informations et prendre des décisions d’un commun accord. Dans ce contexte, reconnaître les indices non verbaux pourrait aider à améliorer ce processus de décision médicale partagée. Objectif : Mesurer si le médecin généraliste est conscient de sa communication non verbale et s’il a été formé à ce sujet. Matériel et méthode Il s’agit d’une étude par méthode mixte, constituée d’une partie qualitative et d’une partie quantitative avec réalisation d’une recherche de littérature non-exhaustive afin d’illustrer le contexte théorique de l’étude. Pour le volet qualitatif, 9 entretiens semi-dirigés, enregistrés et intégralement retranscrits, ont été réalisés auprès d’assistants et de jeunes médecins pratiquant en région bruxelloise. Pour le volet quantitatif, un questionnaire en ligne a été envoyé à des médecins généralistes et des médecins en formation en région Wallonie-Bruxelles, provenant des trois universités belges de l’UCLouvain, de l’ULB et de l’ULiège. Résultats Sur les 418 médecins ayant répondu au questionnaire, 94% n’ont pas été formés en communication non verbale. Néanmoins, 82% disent observer le langage corporel de leurs patients et 54% déclarent utiliser consciemment le leur. Les médecins interviewés ont peu de connaissances à propos de la communication non verbale et de la décision médicale partagée mais sont intéressés par ces sujets. Conclusion Les médecins généralistes sont peu formés en communication non verbale bien que sensibles à cette dimension et intéressés d’en savoir plus à ce propos. Pourtant, la littérature montre que c’est un outil précieux pour décoder le message et les émotions du patient en consultation. Afin d’améliorer leur pratique et la mise en place de la décision médicale partagée, une formation en communication non verbale ou un outil d’aide à la consultation pourront être proposés.
Deltenre - CarolineUniversité catholique de Louvain
QD12 - QR31 - QR32 - QR33 - QS41 - QD323 - QT22
Evaluation du comportement des médecins généralistes de la Basse-Meuse face à la consommation chronique de benzodiazépines dans le contexte d’anxiété et des troubles du sommeil
Evaluation du comportement des médecins généralistes de la Basse-Meuse face à la consommation chronique de benzodiazépines dans le contexte d’anxiété et des troubles du sommeil
Les troubles du sommeil et l’anxiété sont des plaintes fréquemment rencontrées en consultation de médecine générale. Les benzodiazépines (BZD) sont des molécules habituellement prescrites dans ces contextes et souvent renouvelées bien au-delà de la durée de traitement recommandée. Malgré plusieurs campagnes du SPF Santé publique, la consommation de somnifères et de calmants en Belgique reste préoccupante. L’utilisation chronique de ces molécules induit des effets indésirables et une majoration des risques pour le patient, encore plus chez les patients âgés de plus de 65ans. Durant mon assistanat, j’ai côtoyé de nombreux patients consommant ces BZD depuis plusieurs mois ou années dans les contextes d’anxiété ou d’insomnie. En théorie cela semblait abordable d’instaurer une diminution de ces molécules. Dans ma pratique, je me suis rendu compte que cela était plus difficile que prévu. Pour finaliser mes recherches, je me suis intéressée au comportement de médecins généralistes de la Basse-Meuse vis-à-vis de ces prescriptions chroniques de BZD, principalement dans le contexte d’anxiolyse et d’insomnie. L’objectif étant de comprendre leur comportement de prescription, les freins rencontrés dans la pratique et d’apporter des solutions.
Les troubles du sommeil et l’anxiété sont des plaintes fréquemment rencontrées en consultation de médecine générale. Les benzodiazépines (BZD) sont des molécules habituellement prescrites dans ces contextes et souvent renouvelées bien au-delà de la durée de traitement recommandée. Malgré plusieurs campagnes du SPF Santé publique, la consommation de somnifères et de calmants en Belgique reste préoccupante. L’utilisation chronique de ces molécules induit des effets indésirables et une majoration des risques pour le patient, encore plus chez les patients âgés de plus de 65ans. Durant mon assistanat, j’ai côtoyé de nombreux patients consommant ces BZD depuis plusieurs mois ou années dans les contextes d’anxiété ou d’insomnie. En théorie cela semblait abordable d’instaurer une diminution de ces molécules. Dans ma pratique, je me suis rendu compte que cela était plus difficile que prévu. Pour finaliser mes recherches, je me suis intéressée au comportement de médecins généralistes de la Basse-Meuse vis-à-vis de ces prescriptions chroniques de BZD, principalement dans le contexte d’anxiolyse et d’insomnie. L’objectif étant de comprendre leur comportement de prescription, les freins rencontrés dans la pratique et d’apporter des solutions.
Pirlet - DelphineUniversité de Liège
QC41 - QD326 - QD325 - P74 - P06
Fiabilité du gut feeling en médecine générale. Quelle est la fiabilité du gut feeling par rapport au raisonnement analytique dans la prise de décisions médicales en médecine générale ?
Fiabilité du gut feeling en médecine générale. Quelle est la fiabilité du gut feeling par rapport au raisonnement analytique dans la prise de décisions médicales en médecine générale ?
Introduction : Le gut feeling est un type d’intuition axé sur le pronostic qui peut, ou non, s’accompagner de sensations physiques. Il peut se manifester comme un sentiment d’alarme ou de réassurance. C’est un sentiment utilisé par les médecins généralistes qui peut leur servir de compas face à l’incertitude diagnostique. Le gut feeling semble être un guide fiable dans certains contextes particuliers comme la détection d’infections sévères chez les enfants, la détection de cancers ou la prise en charge d’une douleur thoracique et/ou dyspnée. Objectif: Mieux définir la fiabilité du gut feeling, et les facteurs qui influencent cette fiabilité, par rapport à la fiabilité du raisonnement analytique en termes de bonne prise en charge du patient. Un objectif secondaire est d’élaborer quelques pistes afin d’intégrer ce concept dans le cursus médical, si ce dernier s’avère fiable et modulable. Méthodologie: Une recherche de littérature non exhaustive a été réalisée suivie d’une étude qualitative par le biais d’entretiens individuels. L’échantillon est composé de 10 médecins généralistes pratiquant à Bruxelles. Résultats: Le sentiment de gut feeling était reconnu par tous les participants. Le gut feeling est un sentiment qui pousserait le médecin généraliste à agir et à mettre en place certains filets de sécurité. Les déterminants de la survenue du gut feeling et de sa fiabilité seraient multiples. L’expérience du médecin semblait néanmoins être un des facteurs déterminants les plus importants. Tous les médecins étaient unanimes sur le fait qu’il faudrait introduire ce concept dans le parcours d’apprentissage des étudiants en médecine. La manière d’y parvenir était néanmoins beaucoup moins claire. L’aiguisement du gut feeling par feed back semblait constituer une piste prometteuse. Conclusion: Une utilisation à bon escient du gut feeling pourrait améliorer les performances pronostiques et diagnostiques du médecin au chevet du patient et ce, dès le début de leur formation. Au vu de l’enjeu de la compréhension de ce concept, des recherches plus approfondies concernant sa fiabilité et les déterminants de sa fiabilité sont nécessaires afin d’éventuellement l’intégrer dans le cursus médical. Mots clés: gut feeling, intuition, fiabilité, médecine générale, étude qualitative.
Introduction : Le gut feeling est un type d’intuition axé sur le pronostic qui peut, ou non, s’accompagner de sensations physiques. Il peut se manifester comme un sentiment d’alarme ou de réassurance. C’est un sentiment utilisé par les médecins généralistes qui peut leur servir de compas face à l’incertitude diagnostique. Le gut feeling semble être un guide fiable dans certains contextes particuliers comme la détection d’infections sévères chez les enfants, la détection de cancers ou la prise en charge d’une douleur thoracique et/ou dyspnée. Objectif: Mieux définir la fiabilité du gut feeling, et les facteurs qui influencent cette fiabilité, par rapport à la fiabilité du raisonnement analytique en termes de bonne prise en charge du patient. Un objectif secondaire est d’élaborer quelques pistes afin d’intégrer ce concept dans le cursus médical, si ce dernier s’avère fiable et modulable. Méthodologie: Une recherche de littérature non exhaustive a été réalisée suivie d’une étude qualitative par le biais d’entretiens individuels. L’échantillon est composé de 10 médecins généralistes pratiquant à Bruxelles. Résultats: Le sentiment de gut feeling était reconnu par tous les participants. Le gut feeling est un sentiment qui pousserait le médecin généraliste à agir et à mettre en place certains filets de sécurité. Les déterminants de la survenue du gut feeling et de sa fiabilité seraient multiples. L’expérience du médecin semblait néanmoins être un des facteurs déterminants les plus importants. Tous les médecins étaient unanimes sur le fait qu’il faudrait introduire ce concept dans le parcours d’apprentissage des étudiants en médecine. La manière d’y parvenir était néanmoins beaucoup moins claire. L’aiguisement du gut feeling par feed back semblait constituer une piste prometteuse. Conclusion: Une utilisation à bon escient du gut feeling pourrait améliorer les performances pronostiques et diagnostiques du médecin au chevet du patient et ce, dès le début de leur formation. Au vu de l’enjeu de la compréhension de ce concept, des recherches plus approfondies concernant sa fiabilité et les déterminants de sa fiabilité sont nécessaires afin d’éventuellement l’intégrer dans le cursus médical. Mots clés: gut feeling, intuition, fiabilité, médecine générale, étude qualitative.
Depré - HannahUniversité catholique de Louvain
QS41 - QD21 - QR31
Projet thérapeutique : recherche quantitative sur les facteurs influençant leur conception auprès de médecins généralistes exerçant en Province de Liège
Projet thérapeutique : recherche quantitative sur les facteurs influençant leur conception auprès de médecins généralistes exerçant en Province de Liège
Introduction Le vieillissement de la population constitue un défi pour notre société mais également une opportunité de réflexion sur le processus que constitue un projet thérapeutique. Considérant que les personnes âgées de plus de 80 ans constituent une tranche de la population ayant la particularité de cumuler la polypathologie et la chronicité, le projet thérapeutique peut constituer un levier dans l’amélioration de la coordination des soins. Pourtant, ce processus semble être encore peu exploité en médecine générale. Méthode La première partie consiste en une définition de quelques concepts utiles à la compréhension du travail. La seconde partie détaille les résultats d’une étude quantitative menée auprès d’un échantillon de médecins généralistes de la Province de Liège dans le but d’évaluer les facteurs influençant la conception d’un projet thérapeutique. La dernière partie propose une analyse des résultats démontrant certains freins et des pistes pour les lever. Résultat La majorité des généralistes interrogés témoigne d’un taux faible d’utilisation du projet thérapeutique. Ils évoquent également un manque de ressources pédagogiques et de temps pour concevoir ceux-ci. Un lien de causalité entre le manque de formation et l’impression de manquer de temps est envisagé. D’autres freins sont mentionnés comme, par exemple, une barrière linguistique et émotionnelle. Néanmoins, le projet thérapeutique peut être un véritable levier dans l’amélioration de qualité des soins et être envisagé comme outil d’empowerment pour le patient. Conclusion Une promotion plus importante de formations ou cours pratiques sur la conception d’un projet thérapeutique s’impose. Des moyens pédagogiques plus nombreux et efficaces pourraient démarrer un cercle vertueux. Un sentiment d’aptitude et de familiarisation avec ce processus permettrait de lever certains freins complètement ou partiellement tels que la perception d’une tâche très chronophage ou encore le sentiment de malaise à aborder certains scénarios avec le patient.
Introduction Le vieillissement de la population constitue un défi pour notre société mais également une opportunité de réflexion sur le processus que constitue un projet thérapeutique. Considérant que les personnes âgées de plus de 80 ans constituent une tranche de la population ayant la particularité de cumuler la polypathologie et la chronicité, le projet thérapeutique peut constituer un levier dans l’amélioration de la coordination des soins. Pourtant, ce processus semble être encore peu exploité en médecine générale. Méthode La première partie consiste en une définition de quelques concepts utiles à la compréhension du travail. La seconde partie détaille les résultats d’une étude quantitative menée auprès d’un échantillon de médecins généralistes de la Province de Liège dans le but d’évaluer les facteurs influençant la conception d’un projet thérapeutique. La dernière partie propose une analyse des résultats démontrant certains freins et des pistes pour les lever. Résultat La majorité des généralistes interrogés témoigne d’un taux faible d’utilisation du projet thérapeutique. Ils évoquent également un manque de ressources pédagogiques et de temps pour concevoir ceux-ci. Un lien de causalité entre le manque de formation et l’impression de manquer de temps est envisagé. D’autres freins sont mentionnés comme, par exemple, une barrière linguistique et émotionnelle. Néanmoins, le projet thérapeutique peut être un véritable levier dans l’amélioration de qualité des soins et être envisagé comme outil d’empowerment pour le patient. Conclusion Une promotion plus importante de formations ou cours pratiques sur la conception d’un projet thérapeutique s’impose. Des moyens pédagogiques plus nombreux et efficaces pourraient démarrer un cercle vertueux. Un sentiment d’aptitude et de familiarisation avec ce processus permettrait de lever certains freins complètement ou partiellement tels que la perception d’une tâche très chronophage ou encore le sentiment de malaise à aborder certains scénarios avec le patient.
Benlafya - NassimUniversité de Liège
QR32 - QS33 - QP2 - QO4 - QC15
Evaluer la qualité de l’information reçue par les médecins généralistes et identifier les difficultés liées aux questionnements des patients face à la vaccination contre la covid-19. Etude mixte sur base d’un questionnaire réalisée auprès des médecins généralistes de la région de Bruxelles.
Evaluer la qualité de l’information reçue par les médecins généralistes et identifier les difficultés liées aux questionnements des patients face à la vaccination contre la covid-19. Etude mixte sur base d’un questionnaire réalisée auprès des médecins généralistes de la région de Bruxelles.
La médecine générale est le pilier de la médecine préventive dans notre société, c’est donc elle qui sera l'acteur principal dans la vaccination puisque celle-ci est la pierre angulaire de la prévention en médecine. L’objectif de cette étude est de mettre en évidence la qualité de l’information des médecins généralistes, d’identifier les difficultés rencontrées par le médecin généraliste face aux questionnements des patients concernant la vaccination contre la covid-19 (maladie infectieuse causée par le SAR COV2) et proposer des pistes d’amélioration. A cet effet, j ‘ai réalisé une étude mixte à l’aide d’un questionnaire de neuf questions englobant des questions ouvertes et d’autres à choix multiples. Ce questionnaire a été envoyé à six cent septante médecins généralistes de la région de Bruxelles. L'hésitation vaccinale est un problème connu ayant une recrudescence importante cette dernière décennie, c'est pour cela que les campagnes vaccinales ont toute leur importance. Les pouvoirs publics jouent aussi un rôle clé pour faire disparaître, ou du moins réduire cette hésitation vaccinale retrouvée chez nos patients. Pour cela, ils doivent financer des campagnes vaccinales efficaces et transparentes avec l'aide des professionnels de la santé pour améliorer la compréhension des risques et des bénéfices des vaccins sur la population générale et facilité l'accessibilité à cette vaccination, notamment en période d'épidémie. Cette étude a permis de mettre en évidence ce que pensent les MG sur leurs rôles dans la vaccination contre la covid19, comment ils ont reçu et traité les informations des hautes autorités sanitaires du pays et s’ils ont participé dans la prise de décision concernant cette vaccination. L'étude a également permis d'élaborer des suggestions pour améliorer la communication entre les différents acteurs de la santé. Mots clés : La vaccination contre le covid19, Coronavirus, Hésitation vaccinale, La vaccination, Le rôle du médecin généraliste, Bénéfices de la vaccination, Les épidémies, pandémie
La médecine générale est le pilier de la médecine préventive dans notre société, c’est donc elle qui sera l'acteur principal dans la vaccination puisque celle-ci est la pierre angulaire de la prévention en médecine. L’objectif de cette étude est de mettre en évidence la qualité de l’information des médecins généralistes, d’identifier les difficultés rencontrées par le médecin généraliste face aux questionnements des patients concernant la vaccination contre la covid-19 (maladie infectieuse causée par le SAR COV2) et proposer des pistes d’amélioration. A cet effet, j ‘ai réalisé une étude mixte à l’aide d’un questionnaire de neuf questions englobant des questions ouvertes et d’autres à choix multiples. Ce questionnaire a été envoyé à six cent septante médecins généralistes de la région de Bruxelles. L'hésitation vaccinale est un problème connu ayant une recrudescence importante cette dernière décennie, c'est pour cela que les campagnes vaccinales ont toute leur importance. Les pouvoirs publics jouent aussi un rôle clé pour faire disparaître, ou du moins réduire cette hésitation vaccinale retrouvée chez nos patients. Pour cela, ils doivent financer des campagnes vaccinales efficaces et transparentes avec l'aide des professionnels de la santé pour améliorer la compréhension des risques et des bénéfices des vaccins sur la population générale et facilité l'accessibilité à cette vaccination, notamment en période d'épidémie. Cette étude a permis de mettre en évidence ce que pensent les MG sur leurs rôles dans la vaccination contre la covid19, comment ils ont reçu et traité les informations des hautes autorités sanitaires du pays et s’ils ont participé dans la prise de décision concernant cette vaccination. L'étude a également permis d'élaborer des suggestions pour améliorer la communication entre les différents acteurs de la santé. Mots clés : La vaccination contre le covid19, Coronavirus, Hésitation vaccinale, La vaccination, Le rôle du médecin généraliste, Bénéfices de la vaccination, Les épidémies, pandémie
Amamou Rherrabi - SamirUniversité catholique de Louvain
QR31 - QS41 - QD41 - 44.000 - A77
MÉDECINS GÉNÉRALISTES VICTIMES DE VIOLENCE DANS LE CADRE DE LEUR PRATIQUE MÉDICALE DANS LA RÉGION DE BRUXELLES : STRATÉGIES UTILISÉES POUR FAIRE FACE AUX AGRESSIONS
MÉDECINS GÉNÉRALISTES VICTIMES DE VIOLENCE DANS LE CADRE DE LEUR PRATIQUE MÉDICALE DANS LA RÉGION DE BRUXELLES : STRATÉGIES UTILISÉES POUR FAIRE FACE AUX AGRESSIONS
Contexte : Les violences dans le milieu médical, et plus particulièrement chez les médecins généralistes sont en augmentation constante, ce qui nous interroge quant aux caractéristiques de ces agressions et leurs répercussions dans la pratique médicale du médecin. Objectif : Notre étude a pour objectif de recenser les différentes stratégies et ressources utilisées par les médecins suite à leur agression. Méthode utilisée : Etude qualitative basée sur la méthode des entretiens semi-directif réalisés auprès des médecins généralistes et assistants de la région de Bruxelles. Les entretiens ont été retranscrits sur fichier Word et les idées classées ensuite par thèmes puis sous-thèmes. Résultats : Notre étude a principalement mis en évidence un défaut de formation des médecins généralistes quant à la gestion du patient agressif, ainsi que des difficultés concernant les recours suite à l’agression. Des répercussions psychologiques ont été soulignées suite aux agressions des médecins généralistes, avec une anxiété pour la plupart voire un sentiment de solitude. Conclusion : Les violences subies par les médecins généralistes sont de plus en plus fréquentes lors de leur exercice professionnel. Le cabinet médical n’est plus un lieu sûr pour le médecin. Il paraît nécessaire d’améliorer les conditions d’exercices des médecins généralistes afin d’y maintenir une permanence de soins pour la population. Mots-clés : Violence, Médecins généralistes, agression, Relation médecin-patient, méthodes, stratégies, Formation, Sécurité.
Contexte : Les violences dans le milieu médical, et plus particulièrement chez les médecins généralistes sont en augmentation constante, ce qui nous interroge quant aux caractéristiques de ces agressions et leurs répercussions dans la pratique médicale du médecin. Objectif : Notre étude a pour objectif de recenser les différentes stratégies et ressources utilisées par les médecins suite à leur agression. Méthode utilisée : Etude qualitative basée sur la méthode des entretiens semi-directif réalisés auprès des médecins généralistes et assistants de la région de Bruxelles. Les entretiens ont été retranscrits sur fichier Word et les idées classées ensuite par thèmes puis sous-thèmes. Résultats : Notre étude a principalement mis en évidence un défaut de formation des médecins généralistes quant à la gestion du patient agressif, ainsi que des difficultés concernant les recours suite à l’agression. Des répercussions psychologiques ont été soulignées suite aux agressions des médecins généralistes, avec une anxiété pour la plupart voire un sentiment de solitude. Conclusion : Les violences subies par les médecins généralistes sont de plus en plus fréquentes lors de leur exercice professionnel. Le cabinet médical n’est plus un lieu sûr pour le médecin. Il paraît nécessaire d’améliorer les conditions d’exercices des médecins généralistes afin d’y maintenir une permanence de soins pour la population. Mots-clés : Violence, Médecins généralistes, agression, Relation médecin-patient, méthodes, stratégies, Formation, Sécurité.
fotso - raissaUniversité catholique de Louvain
QS41 - QC5 - Z25 - QD12 - QT22 - QO4
La place du médecin généraliste dans l’initiation d’un traitement par pilule contraceptive : Avis des jeunes patientes du Centre de Santé de l’Ourthe
La place du médecin généraliste dans l’initiation d’un traitement par pilule contraceptive : Avis des jeunes patientes du Centre de Santé de l’Ourthe
Introduction : Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) reste relativement stable en Belgique depuis plusieurs années. L’information des jeunes filles et l’accessibilité à une méthode de contraception pourraient diminuer le nombre d’IVG. Les gynécologues, les médecins généralistes et les plannings familiaux sont les principaux prescripteurs de contraception en Belgique. Plusieurs études insistent sur la nécessité d’inclure le médecin généraliste dans la contraception afin de diminuer le taux d’IVG. Dans les faits, nous, médecins généralistes du Centre de Santé de l’Ourthe (CSO), n’avons pourtant que très peu de demandes d’initiations de pilule contraceptive. L’objectif de ce travail était de tenter de déterminer les facteurs influençant les jeunes patientes du CSO dans leur choix du prestataire de soins pour leur première prescription de pilule contraceptive et ainsi de trouver des pistes pour améliorer la place du médecin généraliste dans ce domaine. Méthodologie : Une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés a été réalisée auprès de patientes du CSO. Résultats : Les participantes se sont majoritairement tournées vers le gynécologue pour l’initiation de leur contraception. Elles n’évoquent pas de raisons particulières à cela. La plupart ont simplement suivi les conseils de leurs proches (en particulier leur maman) ou n’étaient pas au courant de la possibilité de s’adresser au médecin généraliste. La crainte d’un examen gynécologique de la part de leur médecin généraliste semble également être un frein pour quelques patientes. Les jeunes filles reconnaissent certains avantages au médecin généraliste dans ce domaine, notamment la plus grande facilité d’accès (prix et délai de rendez-vous) et la relation privilégiée entre un généraliste et ses patients. Conclusions et perspectives : Les participantes sont dans l’ensemble ouvertes à l’idée d’inclure le médecin généraliste dans l’initiation de leur contraception. L’information des patientes sur le déroulement de la consultation dédiée à cela (notamment l’absence d’examen gynécologue) ainsi que sur la place que peut tenir le médecin généraliste semble être la principale piste à explorer pour augmenter le recours des adolescentes à celui-ci dans le domaine de la contraception. Mots-clés : Pilule contraceptive, initiation, médecin généraliste, gynécologue, préférences, freins, adolescentes, étude qualitative
Introduction : Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) reste relativement stable en Belgique depuis plusieurs années. L’information des jeunes filles et l’accessibilité à une méthode de contraception pourraient diminuer le nombre d’IVG. Les gynécologues, les médecins généralistes et les plannings familiaux sont les principaux prescripteurs de contraception en Belgique. Plusieurs études insistent sur la nécessité d’inclure le médecin généraliste dans la contraception afin de diminuer le taux d’IVG. Dans les faits, nous, médecins généralistes du Centre de Santé de l’Ourthe (CSO), n’avons pourtant que très peu de demandes d’initiations de pilule contraceptive. L’objectif de ce travail était de tenter de déterminer les facteurs influençant les jeunes patientes du CSO dans leur choix du prestataire de soins pour leur première prescription de pilule contraceptive et ainsi de trouver des pistes pour améliorer la place du médecin généraliste dans ce domaine. Méthodologie : Une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés a été réalisée auprès de patientes du CSO. Résultats : Les participantes se sont majoritairement tournées vers le gynécologue pour l’initiation de leur contraception. Elles n’évoquent pas de raisons particulières à cela. La plupart ont simplement suivi les conseils de leurs proches (en particulier leur maman) ou n’étaient pas au courant de la possibilité de s’adresser au médecin généraliste. La crainte d’un examen gynécologique de la part de leur médecin généraliste semble également être un frein pour quelques patientes. Les jeunes filles reconnaissent certains avantages au médecin généraliste dans ce domaine, notamment la plus grande facilité d’accès (prix et délai de rendez-vous) et la relation privilégiée entre un généraliste et ses patients. Conclusions et perspectives : Les participantes sont dans l’ensemble ouvertes à l’idée d’inclure le médecin généraliste dans l’initiation de leur contraception. L’information des patientes sur le déroulement de la consultation dédiée à cela (notamment l’absence d’examen gynécologue) ainsi que sur la place que peut tenir le médecin généraliste semble être la principale piste à explorer pour augmenter le recours des adolescentes à celui-ci dans le domaine de la contraception. Mots-clés : Pilule contraceptive, initiation, médecin généraliste, gynécologue, préférences, freins, adolescentes, étude qualitative
Lebeau - MarieUniversité de Liège
50.006 - W11 - QC13 - QC22 - QP4 - QR31 - QS41
La Vidéo-consultation dans la pratique de la médecine générale au forfait: Retour d'expériences de la crise du coronavirus et perspectives d'avenir.
La Vidéo-consultation dans la pratique de la médecine générale au forfait: Retour d'expériences de la crise du coronavirus et perspectives d'avenir.
Résumé Introduction: La téléconsultation a connu un boom sans précédent suite à la crise du coronavirus. La majorité des médecins généralistes a assuré le suivi de ses patients via la téléconsultation. La vidéo-consultation a été très peu utilisée durant le confinement contrairement aux suivis téléphoniques. Des études ont été faites sur les moyens de communications utilisés au niveau de la médecine générale durant la crise du coronavirus. Cependant, ces études se sont réalisées majoritairement auprès de médecins travaillant en solo. L'objectif de ce travail est donc de recueillir les vécus de médecins généralistes exerçant au forfait, sur leur utilisation de la vidéo-consultation durant la crise du coronavirus et dans le futur. Méthodologie: Une étude qualitative a été réalisée via des entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes exerçant au forfait en région liégeoise. Résultats: Des médecins de l'échantillon ont pu expérimenter la vidéo-consultation durant le confinement. Ils l'ont fait car celle-ci amenait des informations supplémentaires par rapport à la consultation téléphonique. L'ensemble de l'échantillon a exprimé les points négatifs et positifs à la mise en pratique de ce moyen de consultation à distance. Quand on les interroge sur l'avenir de cette nouvelle technologie, la majorité y voit une utilité, sous réserve de certaines améliorations techniques et à condition de cibler les motifs de consultation. Le fait de travailler au forfait n'a pas été ressenti comme un avantage sur le développement de la vidéo-consultation durant le confinement. Il semblerait par contre que le forfait apporte des facilités sur son exploitation future, notamment en terme de temps dégagé pour la mettre en pratique. Conclusion: La vidéo-consultation amène plus de satisfaction pour le médecin et le patient que le téléphone, elle est moins anxiogène et s'est montrée efficace dans la prise en charge de plusieurs patients. Actuellement, elle souffre d'inconvénients techniques et pratiques et nécessiterait la mise en place d'un cadre solide. La pratique au forfait présente un terrain propice au développement de la vidéo-consultation car cette pratique utilise plus les services d'eSanté et semble permettre une meilleure rentabilité en terme de son temps de travail. Mots clés: Vidéo-consultation, téléconsultation, coronavirus, pratique au forfait, médecine générale.
Résumé Introduction: La téléconsultation a connu un boom sans précédent suite à la crise du coronavirus. La majorité des médecins généralistes a assuré le suivi de ses patients via la téléconsultation. La vidéo-consultation a été très peu utilisée durant le confinement contrairement aux suivis téléphoniques. Des études ont été faites sur les moyens de communications utilisés au niveau de la médecine générale durant la crise du coronavirus. Cependant, ces études se sont réalisées majoritairement auprès de médecins travaillant en solo. L'objectif de ce travail est donc de recueillir les vécus de médecins généralistes exerçant au forfait, sur leur utilisation de la vidéo-consultation durant la crise du coronavirus et dans le futur. Méthodologie: Une étude qualitative a été réalisée via des entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes exerçant au forfait en région liégeoise. Résultats: Des médecins de l'échantillon ont pu expérimenter la vidéo-consultation durant le confinement. Ils l'ont fait car celle-ci amenait des informations supplémentaires par rapport à la consultation téléphonique. L'ensemble de l'échantillon a exprimé les points négatifs et positifs à la mise en pratique de ce moyen de consultation à distance. Quand on les interroge sur l'avenir de cette nouvelle technologie, la majorité y voit une utilité, sous réserve de certaines améliorations techniques et à condition de cibler les motifs de consultation. Le fait de travailler au forfait n'a pas été ressenti comme un avantage sur le développement de la vidéo-consultation durant le confinement. Il semblerait par contre que le forfait apporte des facilités sur son exploitation future, notamment en terme de temps dégagé pour la mettre en pratique. Conclusion: La vidéo-consultation amène plus de satisfaction pour le médecin et le patient que le téléphone, elle est moins anxiogène et s'est montrée efficace dans la prise en charge de plusieurs patients. Actuellement, elle souffre d'inconvénients techniques et pratiques et nécessiterait la mise en place d'un cadre solide. La pratique au forfait présente un terrain propice au développement de la vidéo-consultation car cette pratique utilise plus les services d'eSanté et semble permettre une meilleure rentabilité en terme de son temps de travail. Mots clés: Vidéo-consultation, téléconsultation, coronavirus, pratique au forfait, médecine générale.
GRZESINSKI - QuentinUniversité de Liège
QP3 - QD12 - QR31 - QS12 - QO4 - QO4 - QS41
Quelles sont les spécificités rencontrées par le médecin généraliste lors de l’accompagnement du patient, de confession islamique, en soins palliatifs?
Quelles sont les spécificités rencontrées par le médecin généraliste lors de l’accompagnement du patient, de confession islamique, en soins palliatifs?
Introduction: Les soins palliatifs tendent à respecter les volontés de chacun, volontés pouvant notamment être influencées par des facteurs religieux. Il y a une présence musulmane notable en Belgique. Le médecin généraliste est le référent lorsqu’il s’agit de soins palliatifs. L’objectif de ce travail était de questionner les spécificités liées à cette foi, pouvant impacter sur les soins de fin de vie et de pouvoir apporter des clés pour une meilleure compréhension. Méthodologie: Une étude transversale et qualitative a été menée au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés auprès de six médecins généralistes. Résultats: Des thèmes similaires ont été abordés, souvent de manière spontanée, par les différents médecins interrogés. Parmi lesquels: la question de la limitation des soins thérapeutiques, la confusion quant à la définition des soins palliatifs, la crainte de l’altération de l’état de conscience et de l’accélération de la survenue de la mort, l’impact de la présence familiale nombreuse ainsi que le manque de sources d’informations spécifiques destinées aux médecins. Discussion et conclusions: Par définition, les soins palliatifs tiennent compte de la spiritualité et ne peuvent raccourcir la vie. Ils sont à distinguer de la sédation et de l’euthanasie. Bien que des spécificités liées à la religion islamique aient été évoquées concernant les soins palliatifs. Il existe peu voire pas d’étude à grande échelle concernant le sujet. Ce travail a tenté d’explorer la manière de pratiquer dans le monde musulman et de répondre aux questionnements mis en exergue par les entretiens en parcourant les écrits religieux.
Introduction: Les soins palliatifs tendent à respecter les volontés de chacun, volontés pouvant notamment être influencées par des facteurs religieux. Il y a une présence musulmane notable en Belgique. Le médecin généraliste est le référent lorsqu’il s’agit de soins palliatifs. L’objectif de ce travail était de questionner les spécificités liées à cette foi, pouvant impacter sur les soins de fin de vie et de pouvoir apporter des clés pour une meilleure compréhension. Méthodologie: Une étude transversale et qualitative a été menée au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés auprès de six médecins généralistes. Résultats: Des thèmes similaires ont été abordés, souvent de manière spontanée, par les différents médecins interrogés. Parmi lesquels: la question de la limitation des soins thérapeutiques, la confusion quant à la définition des soins palliatifs, la crainte de l’altération de l’état de conscience et de l’accélération de la survenue de la mort, l’impact de la présence familiale nombreuse ainsi que le manque de sources d’informations spécifiques destinées aux médecins. Discussion et conclusions: Par définition, les soins palliatifs tiennent compte de la spiritualité et ne peuvent raccourcir la vie. Ils sont à distinguer de la sédation et de l’euthanasie. Bien que des spécificités liées à la religion islamique aient été évoquées concernant les soins palliatifs. Il existe peu voire pas d’étude à grande échelle concernant le sujet. Ce travail a tenté d’explorer la manière de pratiquer dans le monde musulman et de répondre aux questionnements mis en exergue par les entretiens en parcourant les écrits religieux.
khalifa - wafaUniversité de Liège
QD26 - QP44 - QP2 - QS41 - QR31
Considérations techniques liées à la pratique des sutures et des ponctions en médecine générale. Question de recherche : Comment et par quelles techniques peut-on promouvoir les actes de petites chirurgies en médecine générale dans le Brabant Wallon ?
Considérations techniques liées à la pratique des sutures et des ponctions en médecine générale. Question de recherche : Comment et par quelles techniques peut-on promouvoir les actes de petites chirurgies en médecine générale dans le Brabant Wallon ?
La petite chirurgie fait partie intégrante de la pratique d'un grand nombre de médecins généralistes. Toutefois certains actes sont moins réalisés par les généralistes au profit d'autres spécialités. Pour quelles raisons ces médecins pratiquent-ils la petite chirurgie et quelles sont les causes d'un éventuel désintérêt ? Ce travail se concentre sur les sutures et les infiltrations, et a été réalisé sur la base d'un questionnaire envoyé à plusieurs généralistes de la région du Brabant Wallon, Belgique. Outre la question des avantages de cette pratique, diverses solutions ont été explorées afin de faire redécouvrir et de reconsidérer ces actes au quotidien.
La petite chirurgie fait partie intégrante de la pratique d'un grand nombre de médecins généralistes. Toutefois certains actes sont moins réalisés par les généralistes au profit d'autres spécialités. Pour quelles raisons ces médecins pratiquent-ils la petite chirurgie et quelles sont les causes d'un éventuel désintérêt ? Ce travail se concentre sur les sutures et les infiltrations, et a été réalisé sur la base d'un questionnaire envoyé à plusieurs généralistes de la région du Brabant Wallon, Belgique. Outre la question des avantages de cette pratique, diverses solutions ont été explorées afin de faire redécouvrir et de reconsidérer ces actes au quotidien.
Dahin - GeoffroyUniversité catholique de Louvain
QO4 - QO4 - 59.001 - QS41 - QR52 - 54.002 - 55.001
Chlamydia trachomatis : Enquête quantitative pour l’amélioration du dépistage chez les femmes de 15 à 29 ans
Chlamydia trachomatis : Enquête quantitative pour l’amélioration du dépistage chez les femmes de 15 à 29 ans
Introduction : L’infection à Chlamydia trachomatis est l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente avec 131 millions de contaminations annuelles de par le monde. Les jeunes sont les plus touchés avec 34% d’infectés qui ont moins de 25 ans. Pour les femmes, le risque de complication peut aller jusqu’à la stérilité. Le dépistage est important car, dans plus de 70% des cas, l’infection est asymptomatique et, au moment du diagnostic un patient sur trois a déjà infecté un nouveau partenaire. Le dépistage est facile d’accès et l’autoprélèvement est une alternative valide. Une fois l’infection dépistée, il existe un traitement efficace et simple. Cette étude veut mettre en évidence la manière dont les femmes souhaiteraient réaliser ce dépistage et quels en sont les freins et les leviers, afin de l’améliorer. Méthode : Une étude quantitative anonyme et sur base volontaire a été réalisée auprès des jeunes femmes de 15 à 29 ans. Résultats : D’après cette étude, l’envoi du test à domicile semblait être une proposition adéquate, mais une implication du réseau des pharmaciens parait indispensable. Le rôle des médecins généralistes et des gynécologues restait important dans l’accessibilité au prélèvement. Les participantes de cette étude se sentaient en grande majorité capables de réaliser un autoprélèvement, soit avec l’aide d’un schéma/mode d’emploi écrit, soit grâce à une vidéo. Pour la réception des résultats, cette étude a montré une préférence pour un contact distanciel avec un professionnel de la santé, plutôt qu’en présentiel. Elle a également mis en évidence un intérêt pour la voie électronique. Le principal frein mis en évidence à la réalisation du dépistage par autoprélèvement était que les participantes ne se sentaient pas concernées. Quant aux leviers, ils s’agissaient d’une meilleure information de l’infection et du dépistage mais aussi la gratuité de l’analyse.
Introduction : L’infection à Chlamydia trachomatis est l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente avec 131 millions de contaminations annuelles de par le monde. Les jeunes sont les plus touchés avec 34% d’infectés qui ont moins de 25 ans. Pour les femmes, le risque de complication peut aller jusqu’à la stérilité. Le dépistage est important car, dans plus de 70% des cas, l’infection est asymptomatique et, au moment du diagnostic un patient sur trois a déjà infecté un nouveau partenaire. Le dépistage est facile d’accès et l’autoprélèvement est une alternative valide. Une fois l’infection dépistée, il existe un traitement efficace et simple. Cette étude veut mettre en évidence la manière dont les femmes souhaiteraient réaliser ce dépistage et quels en sont les freins et les leviers, afin de l’améliorer. Méthode : Une étude quantitative anonyme et sur base volontaire a été réalisée auprès des jeunes femmes de 15 à 29 ans. Résultats : D’après cette étude, l’envoi du test à domicile semblait être une proposition adéquate, mais une implication du réseau des pharmaciens parait indispensable. Le rôle des médecins généralistes et des gynécologues restait important dans l’accessibilité au prélèvement. Les participantes de cette étude se sentaient en grande majorité capables de réaliser un autoprélèvement, soit avec l’aide d’un schéma/mode d’emploi écrit, soit grâce à une vidéo. Pour la réception des résultats, cette étude a montré une préférence pour un contact distanciel avec un professionnel de la santé, plutôt qu’en présentiel. Elle a également mis en évidence un intérêt pour la voie électronique. Le principal frein mis en évidence à la réalisation du dépistage par autoprélèvement était que les participantes ne se sentaient pas concernées. Quant aux leviers, ils s’agissaient d’une meilleure information de l’infection et du dépistage mais aussi la gratuité de l’analyse.
Devos - AnouchkaUniversité de Liège
X92 - 31.003
Quels sont les freins et appuis au respect de la quarantaine chez les patients dans le cadre de la pandémie Covid-19 ? Quel est le rôle de la médecine générale ?
Quels sont les freins et appuis au respect de la quarantaine chez les patients dans le cadre de la pandémie Covid-19 ? Quel est le rôle de la médecine générale ?
Depuis plus d’un an, nous sommes en pandémie dû au virus de la Covid-19. En Belgique et dans d’autres pays, la vaccination, les mesures de distanciation sociales, le « testing, tracing, isolation » sont les principales stratégies de lutte contre le coronavirus. Pour réussir cette dernière stratégie, nous avons besoin que les patients appliquent correctement leur quarantaine préventive suite à un contact étroit. Or, au sein de notre maison médicale, nous avons pu observer que certains de nos patients étaient parfois peu compliants aux mesures y compris la quarantaine. La littérature, encore peu étoffée à ce sujet, rapporte également des difficultés de compliance dans d’autres pays et fait déjà état de plusieurs obstacles et enjeux. Il nous a paru important dans un premier temps d’évaluer les freins et les appuis au respect de la quarantaine afin de mieux comprendre les patients et dans un second temps tenter de définir le rôle du médecin généraliste. Nous avons donc réalisé une étude qualitative avec des entretiens semi-dirigés qui interrogent les patients de notre pratique, à l’aide d’un guide créé au préalable par nos soins. Nous avons analysé ces conversations de manière thématique. Notre étude a révélé différents freins et appuis au respect de la quarantaine et nous a confronté au fait que nous ne sommes pas tous égaux à ce niveau. Elle a également mis en lumière le rôle du médecin généraliste qui est source de confiance et donc un intervenant de choix pour aider le patient à respecter sa quarantaine. Pour améliorer cette compliance, nous pensons que le patient et la première ligne ont besoin d’un soutien à la fois financier, matériel et structurel.
Depuis plus d’un an, nous sommes en pandémie dû au virus de la Covid-19. En Belgique et dans d’autres pays, la vaccination, les mesures de distanciation sociales, le « testing, tracing, isolation » sont les principales stratégies de lutte contre le coronavirus. Pour réussir cette dernière stratégie, nous avons besoin que les patients appliquent correctement leur quarantaine préventive suite à un contact étroit. Or, au sein de notre maison médicale, nous avons pu observer que certains de nos patients étaient parfois peu compliants aux mesures y compris la quarantaine. La littérature, encore peu étoffée à ce sujet, rapporte également des difficultés de compliance dans d’autres pays et fait déjà état de plusieurs obstacles et enjeux. Il nous a paru important dans un premier temps d’évaluer les freins et les appuis au respect de la quarantaine afin de mieux comprendre les patients et dans un second temps tenter de définir le rôle du médecin généraliste. Nous avons donc réalisé une étude qualitative avec des entretiens semi-dirigés qui interrogent les patients de notre pratique, à l’aide d’un guide créé au préalable par nos soins. Nous avons analysé ces conversations de manière thématique. Notre étude a révélé différents freins et appuis au respect de la quarantaine et nous a confronté au fait que nous ne sommes pas tous égaux à ce niveau. Elle a également mis en lumière le rôle du médecin généraliste qui est source de confiance et donc un intervenant de choix pour aider le patient à respecter sa quarantaine. Pour améliorer cette compliance, nous pensons que le patient et la première ligne ont besoin d’un soutien à la fois financier, matériel et structurel.
Havard - AlexandraUniversité de Liège
QO4 - QO4 - QO4 - QP4 - QS41 - QR31
Collaboration interprofessionnelle dans la prise en charge des insuffisances respiratoires chroniques : une revue systématique de littérature
Collaboration interprofessionnelle dans la prise en charge des insuffisances respiratoires chroniques : une revue systématique de littérature
La collaboration interprofessionnelle semble essentielle pour optimaliser les soins primaires. Le nombre grandissant de patients atteints de maladies chroniques pousse à améliorer les méthodes de prises en charge. Ce travail détaille les expériences de pratique collaborative concernant les pathologies respiratoires chroniques, et plus particulièrement la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'asthme. Le but de cette revue systématique était d'établir les avantages et les inconvénients d'une collaboration pour les patients et les soignants.
La collaboration interprofessionnelle semble essentielle pour optimaliser les soins primaires. Le nombre grandissant de patients atteints de maladies chroniques pousse à améliorer les méthodes de prises en charge. Ce travail détaille les expériences de pratique collaborative concernant les pathologies respiratoires chroniques, et plus particulièrement la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'asthme. Le but de cette revue systématique était d'établir les avantages et les inconvénients d'une collaboration pour les patients et les soignants.
barbato - ugoUniversité de Liège
R95 - R79 - QS31 - QT33 - 46.000 - QS4 - 47.000
Réflexion sur l’apport d’un appareil portatif dans l’aide au diagnostic des apnées du sommeil en médecine générale
Réflexion sur l’apport d’un appareil portatif dans l’aide au diagnostic des apnées du sommeil en médecine générale
Introduction : Les apnées du sommeil sont à l’heure actuelle encore largement sous-diagnostiquées, principalement par manque de recommandations claires et d’outils pratiques pour le diagnostic en première ligne1,2,3. Or, elles représentent un facteur de risque majeur au niveau cardiovasculaire, augmentent la morbidité, la mortalité, le risque d’accidents de la route et réduisent la qualité de vie du patient4-8. Objectif : Apporter une réflexion sur l’intérêt de l’utilisation d’un appareil portatif pour le diagnostic des apnées du sommeil au cabinet de médecine générale au départ d’une étude statistique réalisée sur 90 de nos patients adultes testés entre 2017 et 2020. Méthode : Les patients ont été répertoriés selon leur âge, leur sexe, leurs facteurs de risque cardiovasculaire, les symptômes qu’ils présentaient au moment du test ainsi que le nombre d’apnées enregistrées par le Brizzy®. Ils ont ensuite été répartis en 4 groupes suivant le degré de sévérité du syndrome d’apnées du sommeil (SAHOS). Les résultats obtenus ont été comparés aux données de la littérature ainsi qu’aux résultats obtenus chez les patients ayant passé une polysomnographie à la suite d’un test positif au cabinet. Résultats : Plusieurs résultats apparaissent comme statistiquement non significatifs, principalement à cause du manque de méthode dans la réalisation des tests. En revanche, lorsqu’on compare les résultats obtenus par le Brizzy® et ceux enregistrés chez les patients ayant passé une polysomnographie par la suite, on obtient un même degré de sévérité du SAHOS dans 71% des cas. Conclusion : Le médecin généraliste a un rôle important à jouer dans le diagnostic du SAHOS chez les patients à risque. Des études plus approfondies doivent encore être menées, mais les appareils portatifs pourraient être une bonne aide au diagnostic, pour autant qu’ils soient utilisés chez une population soigneusement sélectionnée.
Introduction : Les apnées du sommeil sont à l’heure actuelle encore largement sous-diagnostiquées, principalement par manque de recommandations claires et d’outils pratiques pour le diagnostic en première ligne1,2,3. Or, elles représentent un facteur de risque majeur au niveau cardiovasculaire, augmentent la morbidité, la mortalité, le risque d’accidents de la route et réduisent la qualité de vie du patient4-8. Objectif : Apporter une réflexion sur l’intérêt de l’utilisation d’un appareil portatif pour le diagnostic des apnées du sommeil au cabinet de médecine générale au départ d’une étude statistique réalisée sur 90 de nos patients adultes testés entre 2017 et 2020. Méthode : Les patients ont été répertoriés selon leur âge, leur sexe, leurs facteurs de risque cardiovasculaire, les symptômes qu’ils présentaient au moment du test ainsi que le nombre d’apnées enregistrées par le Brizzy®. Ils ont ensuite été répartis en 4 groupes suivant le degré de sévérité du syndrome d’apnées du sommeil (SAHOS). Les résultats obtenus ont été comparés aux données de la littérature ainsi qu’aux résultats obtenus chez les patients ayant passé une polysomnographie à la suite d’un test positif au cabinet. Résultats : Plusieurs résultats apparaissent comme statistiquement non significatifs, principalement à cause du manque de méthode dans la réalisation des tests. En revanche, lorsqu’on compare les résultats obtenus par le Brizzy® et ceux enregistrés chez les patients ayant passé une polysomnographie par la suite, on obtient un même degré de sévérité du SAHOS dans 71% des cas. Conclusion : Le médecin généraliste a un rôle important à jouer dans le diagnostic du SAHOS chez les patients à risque. Des études plus approfondies doivent encore être menées, mais les appareils portatifs pourraient être une bonne aide au diagnostic, pour autant qu’ils soient utilisés chez une population soigneusement sélectionnée.

Introduction : Sleep apnea is still largely underdiagnosed, mainly due to lack of clear recommendations and practical tools for first line diagnosis1,2,3. However, it represents a major cardiovascular risk factor, increasing morbidity, mortality, risk of road accidents and reducing the quality of life4-8. Objective : To reflect on the value of using a portable device for the diagnosis of sleep apnoea in general practice based on a statistical study of 90 of our adult patients tested between 2017 and 2020. Method : Patients were identified by age, sex, cardiovascular risk factors, symptoms at the time of the test, and number of apnea detected by the Brizzy®. They were then divided into 4 groups according to the severity of SAHOS. The results obtained were compared with the literature and with the results obtained in patients who had undergone polysomnography following a positive test. Results : Several results appear to be not statistically significant, mainly because of the lack of method in the testing. In contrast, when comparing the results obtained by the Brizzy® and those recorded in patients who have subsequently undergone polysomnography, the same degree of severity of SAHOS is obtained in 71% of cases. Conclusion : The general practitioner has an important role to play in the diagnosis of SAHOS in at-risk patients. More in-depth studies are still needed, but portable devices may be a good diagnostic aid, as long as they are used in a carefully selected population.
Introduction : Sleep apnea is still largely underdiagnosed, mainly due to lack of clear recommendations and practical tools for first line diagnosis1,2,3. However, it represents a major cardiovascular risk factor, increasing morbidity, mortality, risk of road accidents and reducing the quality of life4-8. Objective : To reflect on the value of using a portable device for the diagnosis of sleep apnoea in general practice based on a statistical study of 90 of our adult patients tested between 2017 and 2020. Method : Patients were identified by age, sex, cardiovascular risk factors, symptoms at the time of the test, and number of apnea detected by the Brizzy®. They were then divided into 4 groups according to the severity of SAHOS. The results obtained were compared with the literature and with the results obtained in patients who had undergone polysomnography following a positive test. Results : Several results appear to be not statistically significant, mainly because of the lack of method in the testing. In contrast, when comparing the results obtained by the Brizzy® and those recorded in patients who have subsequently undergone polysomnography, the same degree of severity of SAHOS is obtained in 71% of cases. Conclusion : The general practitioner has an important role to play in the diagnosis of SAHOS in at-risk patients. More in-depth studies are still needed, but portable devices may be a good diagnostic aid, as long as they are used in a carefully selected population.
Nicaise - EloïseUniversité de Liège
P06 - 43.000 - K22 - A29
Bien-être général et satisfaction professionnelle des médecins généralistes et médecins assistants belges francophones pendant la pandémie à Covid-19
Bien-être général et satisfaction professionnelle des médecins généralistes et médecins assistants belges francophones pendant la pandémie à Covid-19
Introduction Les conditions de travail des médecins généralistes sont de plus en plus difficiles en raison de la multiplication des tâches administratives et de l’informatisation grandissante. La pandémie actuelle à Covid-19 a davantage impacté le mode et les conditions de travail de ces derniers. La présente étude avait pour objectif d’évaluer le bien-être global et la satisfaction professionnelle des médecins généralistes belges en cette période particulièrement difficile de la pandémie à Covid-19. Méthodologie Il s’est agi d’une enquête quantitative transversale. Le bien-être global, la satisfaction professionnelle et le stress perçu par les médecins généralistes ont été respectivement mesurés à l’aide de l’indice en 5 points de bien-être de l’Organisation Mondiale de la Santé (WHO-5), le Job Satisfaction Survey (JSS) et le Perceived Stress Scale (PSS-10). L’enquête a été administrée entre Juin 2021 et Juillet 2021, la participation était volontaire et anonyme. Résultats 82 répondants ont complété le questionnaire. Ils étaient en moyenne âgés de 38 ± 14 ans et étaient en majorité des femmes. Parmi ces répondants, 48,8% ont estimé avoir un mauvais bienêtre global, 98,8% un niveau faible de satisfaction professionnelle et 61,0%. un niveau élevé de stress. Avant la pandémie, 95,1% des répondants ont rapporté un niveau élevé de satisfaction professionnelle et 48,2% un niveau élevé de stress professionnel. Avec la pandémie ces chiffres sont passés respectivement à 58,0% et 74,1%. Conclusion Plus de la moitié des participants estimaient avoir un stress perçu élevé et niveau faible de satisfaction. Enfin quasi la moitié des participants, avaient un mauvais bien-être global. Mots clés : Bien-être global ; satisfaction professionnelle ; stress perçu ; médecins généralistes ; médecine générale ; Covid-19 ; Belgique
Introduction Les conditions de travail des médecins généralistes sont de plus en plus difficiles en raison de la multiplication des tâches administratives et de l’informatisation grandissante. La pandémie actuelle à Covid-19 a davantage impacté le mode et les conditions de travail de ces derniers. La présente étude avait pour objectif d’évaluer le bien-être global et la satisfaction professionnelle des médecins généralistes belges en cette période particulièrement difficile de la pandémie à Covid-19. Méthodologie Il s’est agi d’une enquête quantitative transversale. Le bien-être global, la satisfaction professionnelle et le stress perçu par les médecins généralistes ont été respectivement mesurés à l’aide de l’indice en 5 points de bien-être de l’Organisation Mondiale de la Santé (WHO-5), le Job Satisfaction Survey (JSS) et le Perceived Stress Scale (PSS-10). L’enquête a été administrée entre Juin 2021 et Juillet 2021, la participation était volontaire et anonyme. Résultats 82 répondants ont complété le questionnaire. Ils étaient en moyenne âgés de 38 ± 14 ans et étaient en majorité des femmes. Parmi ces répondants, 48,8% ont estimé avoir un mauvais bienêtre global, 98,8% un niveau faible de satisfaction professionnelle et 61,0%. un niveau élevé de stress. Avant la pandémie, 95,1% des répondants ont rapporté un niveau élevé de satisfaction professionnelle et 48,2% un niveau élevé de stress professionnel. Avec la pandémie ces chiffres sont passés respectivement à 58,0% et 74,1%. Conclusion Plus de la moitié des participants estimaient avoir un stress perçu élevé et niveau faible de satisfaction. Enfin quasi la moitié des participants, avaient un mauvais bien-être global. Mots clés : Bien-être global ; satisfaction professionnelle ; stress perçu ; médecins généralistes ; médecine générale ; Covid-19 ; Belgique
Kanzié - Reine EmmaUniversité catholique de Louvain
45.008
Analyse de la prise en charge d’un diabète de type 2 en période de Ramadan chez l’adulte en médecine générale
Analyse de la prise en charge d’un diabète de type 2 en période de Ramadan chez l’adulte en médecine générale
Introduction Le Ramadan est le mois sacré des musulmans au cours duquel le jeûne est prescrit pour tous de l’aube au coucher du soleil. Les patients diabétiques courent un plus grand risque de complications durant cette période en raison de la nature métabolique de la maladie et de changements dans l’apport alimentaire et hydrique. Le jeûne s’accompagne pour eux de risque d’hyperglycémie, d’hypoglycémie, de déshydratation, d’acidocétose diabétique et d’événements thrombo-emboliques. Matériel et Méthodes Le mémoire a été rédigé sous forme d’un Récit de Situation Complexe et Authentique permettant à l’auteur d’émettre un raisonnement clinique par une approche auto-critique sur sa prise en charge en comparaison à la littérature afin d’améliorer sa pratique future. Récit Le récit relate le cas d’un patient diabétique de type 2, âgée de 71 ans et aux multiples comorbidités, ayant décidé de jeûner en période de Ramadan. Il met également en évidence la prise en charge de l’auteur, son questionnement et ses ressentis quant à la situation. Résultats La prise en charge a débuté par une éducation thérapeutique axée sur le jeûne du Ramadan par les mesures de la glycémie, les règles hygiéno-diététiques et une adaptation thérapeutique pour réduire le risque d’hypoglycémie. Une évolution défavorable a eu lieu et une première alternative a été de substituer la prise d’antidiabétiques oraux par une insulinothérapie basale. Le schéma insulinique a rapidement été remplacé par une insuline prémixée afin de contrôler la glycémie. Analyses Cette partie reprend l’analyse des points positifs et négatifs de l’auteur sur sa prise en charge et décrit également une réflexion clinique guidant la rédaction du mémoire. Conclusion Bien qu’elles soient exemptées, de nombreuses personnes atteintes d’un diabète participent au jeûne du Ramadan. La prise en charge de ces patients doit intégrer le concept d’éducation thérapeutique axée sur cette période et s’accompagner d’une stratégie médicamenteuse appropriée et individualisée afin de réduire le risque de survenue de complications.
Introduction Le Ramadan est le mois sacré des musulmans au cours duquel le jeûne est prescrit pour tous de l’aube au coucher du soleil. Les patients diabétiques courent un plus grand risque de complications durant cette période en raison de la nature métabolique de la maladie et de changements dans l’apport alimentaire et hydrique. Le jeûne s’accompagne pour eux de risque d’hyperglycémie, d’hypoglycémie, de déshydratation, d’acidocétose diabétique et d’événements thrombo-emboliques. Matériel et Méthodes Le mémoire a été rédigé sous forme d’un Récit de Situation Complexe et Authentique permettant à l’auteur d’émettre un raisonnement clinique par une approche auto-critique sur sa prise en charge en comparaison à la littérature afin d’améliorer sa pratique future. Récit Le récit relate le cas d’un patient diabétique de type 2, âgée de 71 ans et aux multiples comorbidités, ayant décidé de jeûner en période de Ramadan. Il met également en évidence la prise en charge de l’auteur, son questionnement et ses ressentis quant à la situation. Résultats La prise en charge a débuté par une éducation thérapeutique axée sur le jeûne du Ramadan par les mesures de la glycémie, les règles hygiéno-diététiques et une adaptation thérapeutique pour réduire le risque d’hypoglycémie. Une évolution défavorable a eu lieu et une première alternative a été de substituer la prise d’antidiabétiques oraux par une insulinothérapie basale. Le schéma insulinique a rapidement été remplacé par une insuline prémixée afin de contrôler la glycémie. Analyses Cette partie reprend l’analyse des points positifs et négatifs de l’auteur sur sa prise en charge et décrit également une réflexion clinique guidant la rédaction du mémoire. Conclusion Bien qu’elles soient exemptées, de nombreuses personnes atteintes d’un diabète participent au jeûne du Ramadan. La prise en charge de ces patients doit intégrer le concept d’éducation thérapeutique axée sur cette période et s’accompagner d’une stratégie médicamenteuse appropriée et individualisée afin de réduire le risque de survenue de complications.
Yuksek - FatihUniversité de Liège
QO4
La gestion du traitement par acide acétylsalicylique en prévention cardiovasculaire chez les patients âgés
La gestion du traitement par acide acétylsalicylique en prévention cardiovasculaire chez les patients âgés
L'acide acétylsalicylique est recommandée en prévention cardiovasculaire secondaire, c'est-à-dire chez tous patients ayant présenté un événement cardio- ou cérébro-vasculaire. Elle n'est par contre, pas recommandée en prévention cardiovasculaire primaire. La prescription d'acide acétylsalicylique est particulièrement complexe chez les patients âgés. En effet, d'une part, l'âge est le principal facteur de risque cardiovasculaire, d'autre part, l'utilisation d'acide acétylsalicylique augmente les risques d'hémorragies gastro-intestinales avec des conséquences plus sévères chez les patients âgés. La balance bénéfices-risques de l'acide acétylsalicylique chez cette catégorie de patients est donc délicate. Le médecin généraliste par son rôle central dans la gestion de la prévention cardiovasculaire de ses patients, est directement concerné par la problématique. Après une recherche de littérature et des entretiens avec des médecins généralistes du Brabant wallon, l'étude a démontré un manque de connaissance des recommandations actuelles en matière de prévention cardiovasculaire primaire par acide acétylsalicylique. De plus, les médecins interrogés affirment que la gestion du traitement par acide acétylsalicylique chez leurs patients âgés n'est pas compliquée. Pourtant, l'étude a permis d'identifier plusieurs difficultés chez ces généralistes : la gestion de la polymédication et le manque de recommandations de bonne pratique claires pour les indications du traitement en prévention primaire et l'arrêt de celui-ci. Pour y pallier, les médecins de l'étude s'aident d'un suivi régulier et d'une bonne communication avec leurs patients ainsi que de la collaboration avec le spécialiste. L'utilisation de l'AAS en prévention cardiovasculaire chez les patients âgés devra encore être étudiée pour mieux guider les généralistes dans leur gestion du traitement.
L'acide acétylsalicylique est recommandée en prévention cardiovasculaire secondaire, c'est-à-dire chez tous patients ayant présenté un événement cardio- ou cérébro-vasculaire. Elle n'est par contre, pas recommandée en prévention cardiovasculaire primaire. La prescription d'acide acétylsalicylique est particulièrement complexe chez les patients âgés. En effet, d'une part, l'âge est le principal facteur de risque cardiovasculaire, d'autre part, l'utilisation d'acide acétylsalicylique augmente les risques d'hémorragies gastro-intestinales avec des conséquences plus sévères chez les patients âgés. La balance bénéfices-risques de l'acide acétylsalicylique chez cette catégorie de patients est donc délicate. Le médecin généraliste par son rôle central dans la gestion de la prévention cardiovasculaire de ses patients, est directement concerné par la problématique. Après une recherche de littérature et des entretiens avec des médecins généralistes du Brabant wallon, l'étude a démontré un manque de connaissance des recommandations actuelles en matière de prévention cardiovasculaire primaire par acide acétylsalicylique. De plus, les médecins interrogés affirment que la gestion du traitement par acide acétylsalicylique chez leurs patients âgés n'est pas compliquée. Pourtant, l'étude a permis d'identifier plusieurs difficultés chez ces généralistes : la gestion de la polymédication et le manque de recommandations de bonne pratique claires pour les indications du traitement en prévention primaire et l'arrêt de celui-ci. Pour y pallier, les médecins de l'étude s'aident d'un suivi régulier et d'une bonne communication avec leurs patients ainsi que de la collaboration avec le spécialiste. L'utilisation de l'AAS en prévention cardiovasculaire chez les patients âgés devra encore être étudiée pour mieux guider les généralistes dans leur gestion du traitement.
Mammerickx - MorganeUniversité catholique de Louvain
QD325 - QD4 - QC15 - QS41 - QR31
« Connaissances et opinions des médecins généralistes en région liégeoise à propos des recommandations, sur la pratique et la mise en œuvre d'une activité physique auprès de leur patientèle ainsi que leur positionnement sur ce sujet ? » Approche exploratoire du ressenti des généralistes en matière d’activité physique.
« Connaissances et opinions des médecins généralistes en région liégeoise à propos des recommandations, sur la pratique et la mise en œuvre d'une activité physique auprès de leur patientèle ainsi que leur positionnement sur ce sujet ? » Approche exploratoire du ressenti des généralistes en matière d’activité physique.
Malgré les bienfaits démontrés, préventifs et thérapeutiques sur de très nombreuses pathologies (diabète, cancer, maladies cardiovasculaires, dépression, démence,…) de l’activité physique, près de la moitié de la population belge et mondiale ne pratique pas d’activité physique régulière. Cette sédentarité a des impacts importants sur sa qualité de vie et se répercute au niveau sociétal, financier ainsi qu’en terme de productivité du fait des incapacités qu’elle entraîne 77. Le médecin généraliste, en tant qu’interlocuteur de prédilection des patients a un rôle majeur en matière de santé publique et de prévention par la recommandation à ses patients de la pratique d’une activité physique et d’un mode de vie plus actif. Dans ce travail, j’ai réexposé les recommandations globales d’activité physique de l’OMS, ainsi que les effets respectivement bénéfiques ou délétères de l’activité physique et de la sédentarité. J’ai poursuivi avec les méthodes d’évaluation. Ensuite, j’ai revu au travers de la littérature, le niveau, requis pour le médecin généraliste, de connaissance des recommandations en matière d’activité physique tant pour sa patientèle que pour sa propre activité. Puis j’ai redéfini brièvement le rôle de ce dernier au sein du dispositif global de renforcement de ces pratiques, dont la synergie éventuelle avec les interventions communautaires des autorités permettrait de renforcer l’activité des gens et réduire leur sédentarité. Finalement, sur base d’une approche exploratoire par questionnaire, je me suis proposé d’évaluer les connaissances globales en matière d’activité physique de médecins généralistes liégeois, ainsi que leur opinion concernant certaines questions relatives à celle-ci par enquête quantitative en ligne. Il leur était demandé secondairement de remplir un questionnaire d’évaluation de leur propre niveau d’activité physique (IPAQ SF). Malheureusement, la réponse à la partie du questionnaire concernant leur propre activité fut incorrectement complétée par les médecins, rendant les données inutilisables. Cet écueil est évoqué en fin de discussion.
Malgré les bienfaits démontrés, préventifs et thérapeutiques sur de très nombreuses pathologies (diabète, cancer, maladies cardiovasculaires, dépression, démence,…) de l’activité physique, près de la moitié de la population belge et mondiale ne pratique pas d’activité physique régulière. Cette sédentarité a des impacts importants sur sa qualité de vie et se répercute au niveau sociétal, financier ainsi qu’en terme de productivité du fait des incapacités qu’elle entraîne 77. Le médecin généraliste, en tant qu’interlocuteur de prédilection des patients a un rôle majeur en matière de santé publique et de prévention par la recommandation à ses patients de la pratique d’une activité physique et d’un mode de vie plus actif. Dans ce travail, j’ai réexposé les recommandations globales d’activité physique de l’OMS, ainsi que les effets respectivement bénéfiques ou délétères de l’activité physique et de la sédentarité. J’ai poursuivi avec les méthodes d’évaluation. Ensuite, j’ai revu au travers de la littérature, le niveau, requis pour le médecin généraliste, de connaissance des recommandations en matière d’activité physique tant pour sa patientèle que pour sa propre activité. Puis j’ai redéfini brièvement le rôle de ce dernier au sein du dispositif global de renforcement de ces pratiques, dont la synergie éventuelle avec les interventions communautaires des autorités permettrait de renforcer l’activité des gens et réduire leur sédentarité. Finalement, sur base d’une approche exploratoire par questionnaire, je me suis proposé d’évaluer les connaissances globales en matière d’activité physique de médecins généralistes liégeois, ainsi que leur opinion concernant certaines questions relatives à celle-ci par enquête quantitative en ligne. Il leur était demandé secondairement de remplir un questionnaire d’évaluation de leur propre niveau d’activité physique (IPAQ SF). Malheureusement, la réponse à la partie du questionnaire concernant leur propre activité fut incorrectement complétée par les médecins, rendant les données inutilisables. Cet écueil est évoqué en fin de discussion.
Brilmaker - ThomasUniversité de Liège
QD41 - QS41 - QD23 - QO4 - QO4 - QT33 - 45.000
Difficultés de prise en charge des patients demandeurs d’asile : Opinions de maisons médicales bruxelloises
Difficultés de prise en charge des patients demandeurs d’asile : Opinions de maisons médicales bruxelloises

Difficulties in caring for asylum-seeking patients: Opinions of Brussels medical centres
Difficulties in caring for asylum-seeking patients: Opinions of Brussels medical centres
Introduction: Les flux migratoires sont en pleine croissance depuis le début des années 2000 et les difficultés en termes d’accueil par les pays de destination sont de plus en plus importantes. En 2019, en Belgique, 27.742 personnes ont introduit une demande de protection internationale, appelée demande d’asile. Les différentes publications de ces dernières années nous montrent que le système d’accès aux soins n’est pas au point. Objectif : Faire un état des lieux des difficultés et du ressenti des travailleurs des maisons médicales bruxelloises dans la prise en charge des patients demandeurs d’asile. Méthode : Il s’agit donc d’une étude transversale de méthode mixte avec un protocole explicatif. L’étude s’intéresse aux demandeurs d’asile en contact avec les maisons médicales (no-show et en demandes multiples). Après recherche de la littérature, une première partie quantitative a été réalisée par envoi d’un questionnaire à toutes les maisons médicales bruxelloises de la Fédération des Maisons Médicales. Une seconde partie qualitative a été menée par la réalisation de focus groups de deux maisons médicales. L’analyse des résultats qualitatifs s’est faite par théorisation ancrée. Résultats : On met en évidence quatre catégories de difficultés qui ont été abordées : difficultés de communication avec le patient, difficultés liées à la culture du patient, difficultés liées au cadre institutionnel, difficultés liées à la migration et à la précarité. On met également en évidence trois sortes de ressources utilisées par les soignants : administratives, médicales et communicationnelles. Les pistes suggérées sont de trois ordres : soutien au travailleur, amélioration de la communication avec Fedasil et amélioration du fonctionnement administratif. Conclusions : En comparant avec la littérature, on peut observer que beaucoup de ces difficultés et des pistes proposées ont déjà été publiées entre autres en Belgique. La question se pose alors du frein à la mise en place de ces solutions.
Introduction: Les flux migratoires sont en pleine croissance depuis le début des années 2000 et les difficultés en termes d’accueil par les pays de destination sont de plus en plus importantes. En 2019, en Belgique, 27.742 personnes ont introduit une demande de protection internationale, appelée demande d’asile. Les différentes publications de ces dernières années nous montrent que le système d’accès aux soins n’est pas au point. Objectif : Faire un état des lieux des difficultés et du ressenti des travailleurs des maisons médicales bruxelloises dans la prise en charge des patients demandeurs d’asile. Méthode : Il s’agit donc d’une étude transversale de méthode mixte avec un protocole explicatif. L’étude s’intéresse aux demandeurs d’asile en contact avec les maisons médicales (no-show et en demandes multiples). Après recherche de la littérature, une première partie quantitative a été réalisée par envoi d’un questionnaire à toutes les maisons médicales bruxelloises de la Fédération des Maisons Médicales. Une seconde partie qualitative a été menée par la réalisation de focus groups de deux maisons médicales. L’analyse des résultats qualitatifs s’est faite par théorisation ancrée. Résultats : On met en évidence quatre catégories de difficultés qui ont été abordées : difficultés de communication avec le patient, difficultés liées à la culture du patient, difficultés liées au cadre institutionnel, difficultés liées à la migration et à la précarité. On met également en évidence trois sortes de ressources utilisées par les soignants : administratives, médicales et communicationnelles. Les pistes suggérées sont de trois ordres : soutien au travailleur, amélioration de la communication avec Fedasil et amélioration du fonctionnement administratif. Conclusions : En comparant avec la littérature, on peut observer que beaucoup de ces difficultés et des pistes proposées ont déjà été publiées entre autres en Belgique. La question se pose alors du frein à la mise en place de ces solutions.
Baldé - MaritouUniversité catholique de Louvain
QC32 - QS1 - QS41 - QD32 - QP21
Comment assurer une continuité des soins en première ligne en maison médicale forfaitaire en période de pandémie : Exemple de la Covid-19 ?
Comment assurer une continuité des soins en première ligne en maison médicale forfaitaire en période de pandémie : Exemple de la Covid-19 ?
Introduction La pandémie liée au Covid-19 a entrainé une crise sanitaire mondiale sans précédent, avec des systèmes de santé totalement dépassés et dépourvus de moyens pour faire face à la situation, entrainant une mortalité très significative. L’arrivée de la covid-19 en Belgique va changer drastiquement la pratique de la première ligne, définie par des consultations physiques et des actes techniques, en appels téléphoniques exclusivement. Le médecin généraliste était chargé de filtrer les cas cliniques suspects covid, de juger leur sévérité et de les réorienter en quarantaine ou aux urgences, tout en gérant les cas classiques de première ligne en parallèle. Le but de ce travail est d’examiner les moyens utilisés pour assurer une continuité des soins de première ligne, malgré les contraintes et les limitations dues à la crise sanitaire liée à la Covid-19, et de les confronter aux recommandations reçues par les autorités de la santé belge. Méthodologie Il s’agit d’une étude rétrospective qualitative, auprès de maisons médicales forfaitaires à Bruxelles, par l’intermédiaire d’entretiens téléphoniques avec des médecins généralistes. Ces approches diverses sont ensuite comparées avec les recommandations reçues par les autorités de la santé, récoltées sur le site de la Société Scientifique de Médecine Générale (SSMG). Résultats Au cours de la première vague, on a pu observer que les appels téléphoniques ont pu être appliqués avec succès, avec des consultations physiques qui étaient présentes, mais très exceptionnelles, en favorisant l’orientation des patients vers les centres de tri. La phase de ‘contact-tracing’ a été suivie correctement pour le dépistage des suspicions de cas de COVID-19. Les visites à domicile déconseillées ont diminué majoritairement dans la pratique des maisons médicales. Il restait toutefois des visites exceptionnelles avec l’utilisation des précautions maximales. Cependant, en ce qui concerne le suivi du patient, les nouveaux outils informatiques respectant le règlement européen sur la protection des données n’ont presque pas du tout été utilisés. Enfin, concernant la prise en charge thérapeutique des infections dues au COVID-19, une majorité de maisons médicales a suivi les recommandations, en évitant la prescription d’hydroxchloroquine et d’azithromcine et en favorisant par la suite, lors de la 2e vague, l’utilisation de dexaméthasone, d’oxygène et d’anticoagulants à domicile. Conclusion Lors de la première vague, la prise en charge médicale a été assez chaotique, vu que le corps médical était pris au dépourvu. Mais la deuxième vague a montré notre capacité à apprendre, à s’adapter et à rebondir. Ceci montre l’intérêt d’une meilleure préparation, afin de mieux affronter une éventuelle épidémie future. Il serait donc intéressant de se tourner vers l’avenir en préservant et optimisant la coopération des différents acteurs clés de la santé, afin d’être plus réactifs et d’avoir les outils efficaces et utiles pour faire face à des situations médicales inédites, en utilisant l’expérience vécue de la Covid-19.
Introduction La pandémie liée au Covid-19 a entrainé une crise sanitaire mondiale sans précédent, avec des systèmes de santé totalement dépassés et dépourvus de moyens pour faire face à la situation, entrainant une mortalité très significative. L’arrivée de la covid-19 en Belgique va changer drastiquement la pratique de la première ligne, définie par des consultations physiques et des actes techniques, en appels téléphoniques exclusivement. Le médecin généraliste était chargé de filtrer les cas cliniques suspects covid, de juger leur sévérité et de les réorienter en quarantaine ou aux urgences, tout en gérant les cas classiques de première ligne en parallèle. Le but de ce travail est d’examiner les moyens utilisés pour assurer une continuité des soins de première ligne, malgré les contraintes et les limitations dues à la crise sanitaire liée à la Covid-19, et de les confronter aux recommandations reçues par les autorités de la santé belge. Méthodologie Il s’agit d’une étude rétrospective qualitative, auprès de maisons médicales forfaitaires à Bruxelles, par l’intermédiaire d’entretiens téléphoniques avec des médecins généralistes. Ces approches diverses sont ensuite comparées avec les recommandations reçues par les autorités de la santé, récoltées sur le site de la Société Scientifique de Médecine Générale (SSMG). Résultats Au cours de la première vague, on a pu observer que les appels téléphoniques ont pu être appliqués avec succès, avec des consultations physiques qui étaient présentes, mais très exceptionnelles, en favorisant l’orientation des patients vers les centres de tri. La phase de ‘contact-tracing’ a été suivie correctement pour le dépistage des suspicions de cas de COVID-19. Les visites à domicile déconseillées ont diminué majoritairement dans la pratique des maisons médicales. Il restait toutefois des visites exceptionnelles avec l’utilisation des précautions maximales. Cependant, en ce qui concerne le suivi du patient, les nouveaux outils informatiques respectant le règlement européen sur la protection des données n’ont presque pas du tout été utilisés. Enfin, concernant la prise en charge thérapeutique des infections dues au COVID-19, une majorité de maisons médicales a suivi les recommandations, en évitant la prescription d’hydroxchloroquine et d’azithromcine et en favorisant par la suite, lors de la 2e vague, l’utilisation de dexaméthasone, d’oxygène et d’anticoagulants à domicile. Conclusion Lors de la première vague, la prise en charge médicale a été assez chaotique, vu que le corps médical était pris au dépourvu. Mais la deuxième vague a montré notre capacité à apprendre, à s’adapter et à rebondir. Ceci montre l’intérêt d’une meilleure préparation, afin de mieux affronter une éventuelle épidémie future. Il serait donc intéressant de se tourner vers l’avenir en préservant et optimisant la coopération des différents acteurs clés de la santé, afin d’être plus réactifs et d’avoir les outils efficaces et utiles pour faire face à des situations médicales inédites, en utilisant l’expérience vécue de la Covid-19.
Dusoruth - MuzhakkirUniversité catholique de Louvain
46.001 - QT32 - QS41 - QD25 - QR31 - QS4 - QO4 - QO4
Prise en charge du burnout par les assistants généralistes : état des lieux pour une meilleure gestion chez le médecin en formation Étude qualitative basée sur des entretiens semi-dirigés auprès d’assistants en Médecine Générale de l’UCL
Prise en charge du burnout par les assistants généralistes : état des lieux pour une meilleure gestion chez le médecin en formation Étude qualitative basée sur des entretiens semi-dirigés auprès d’assistants en Médecine Générale de l’UCL
Introduction Le burnout ou syndrome d’épuisement professionnel, est parfois décrit comme le mal du siècle. Le médecin généraliste est en première ligne dans la prise en charge de ces patients et de leur accompagnement au cours de leur rémission. Du fait de la forte prévalence des burnouts, les assistants sont aussi confrontés à cette problématique, dès le début de leur assistanat. L’objectif de ce travail a été d’explorer le vécu des assistants au cours de ces consultations, de mettre en évidence les atouts et les difficultés auxquels ils sont confrontés ainsi que le rôle qu’ils estiment être le leur. Méthode Douze entretiens semi-dirigés ont été menés auprès d’assistants en Médecine Générale ayant fait leur cursus à l’Université Catholique de Louvain, via la plateforme Teams. L’analyse des données s’est faite par théorisation ancrée. Une recherche de littérature a été réalisée afin de faire le point sur la problématique du burnout. Résultats Les assistants ont développé les atouts et qualités qu’ils estimaient être les leurs – disponibilité, écoute, empathie…, ainsi que toutes les difficultés auxquelles ils sont confrontés lors de ces consultations – leur propre fragilité, leur manque d’outils et de légitimité, les consultations énergivores et chronophages. Ont aussi été développées la place du médecin traitant dans cette prise en charge et l’importance du réseau à construire autour du patient. Enfin, nous avons vu comment le patient réagi face à son diagnostic et la place que les assistants lui donnent au cours de la prise en charge. Certains résultats ont été comparés à ce que l’on peut trouver dans la littérature et quelques pistes de réflexion ont été avancées. Conclusion Il a été mis en évidence que les assistants vivent beaucoup de difficultés mais ont également des qualités qui, in fine, leur permettent de mener à bien leurs consultations. L’accent mis sur leurs atouts et sur leurs difficultés a permis d’avancer des pistes pour adapter leur formation et leur accompagnement afin de les aider dans leurs premiers pas dans le monde professionnel.
Introduction Le burnout ou syndrome d’épuisement professionnel, est parfois décrit comme le mal du siècle. Le médecin généraliste est en première ligne dans la prise en charge de ces patients et de leur accompagnement au cours de leur rémission. Du fait de la forte prévalence des burnouts, les assistants sont aussi confrontés à cette problématique, dès le début de leur assistanat. L’objectif de ce travail a été d’explorer le vécu des assistants au cours de ces consultations, de mettre en évidence les atouts et les difficultés auxquels ils sont confrontés ainsi que le rôle qu’ils estiment être le leur. Méthode Douze entretiens semi-dirigés ont été menés auprès d’assistants en Médecine Générale ayant fait leur cursus à l’Université Catholique de Louvain, via la plateforme Teams. L’analyse des données s’est faite par théorisation ancrée. Une recherche de littérature a été réalisée afin de faire le point sur la problématique du burnout. Résultats Les assistants ont développé les atouts et qualités qu’ils estimaient être les leurs – disponibilité, écoute, empathie…, ainsi que toutes les difficultés auxquelles ils sont confrontés lors de ces consultations – leur propre fragilité, leur manque d’outils et de légitimité, les consultations énergivores et chronophages. Ont aussi été développées la place du médecin traitant dans cette prise en charge et l’importance du réseau à construire autour du patient. Enfin, nous avons vu comment le patient réagi face à son diagnostic et la place que les assistants lui donnent au cours de la prise en charge. Certains résultats ont été comparés à ce que l’on peut trouver dans la littérature et quelques pistes de réflexion ont été avancées. Conclusion Il a été mis en évidence que les assistants vivent beaucoup de difficultés mais ont également des qualités qui, in fine, leur permettent de mener à bien leurs consultations. L’accent mis sur leurs atouts et sur leurs difficultés a permis d’avancer des pistes pour adapter leur formation et leur accompagnement afin de les aider dans leurs premiers pas dans le monde professionnel.
Secretin - MathildeUniversité catholique de Louvain
P78 - QD8 - Z05 - QT22 - QR31
Le trouble du jeu vidéo: quels sont les outils de diagnostic actuellement disponibles pour la médecine générale ?
Le trouble du jeu vidéo: quels sont les outils de diagnostic actuellement disponibles pour la médecine générale ?
Les jeux vidéo ont pris une place prépondérante parmi les moyens de divertissement. En 2013, le DSM-V inclut la définition du "Internet Gaming Disorder", puis en 2019, l’Organisation Mondiale de la Santé définit le “Gaming Disorder” ou Trouble du jeu vidéo dans la CIM-11. Cette définition renvoie à l’aspect multidimensionnel de ce trouble, similaire à celui d’une addiction classique. Ce trouble présente un impact sur la santé de l’individu ainsi que sur son entourage et il est fréquemment associé à d’autres comorbidités comme un syndrome dépressif ou des addictions à des substances. Sur le plan neurobiologique, on retrouve également beaucoup de similitudes avec les dépendances classiques. La thérapeutique actuelle se concentre essentiellement sur les psychothérapies dont les techniques cognitivo-comportementales, ainsi que dans certains cas sur les médications antidépressives. Cette revue parapluie a pour objectif de discuter des outils de diagnostic de ce trouble et d’essayer d’en identifier un qui pourrait être appliqué à la médecine générale. Seules les revues publiées à partir de 2016 ont été considérées, ainsi que les articles publiés en anglais ou en français. La base de données a été créée le 10 juillet 2021. La recherche a été menée à partir de PsycInfo, PubMed et Embase. Au total, cinq revues ont été éligibles. Celles-ci ont permis d’identifier six outils actuellement validés en langue française : le QMICA (Questionnaire de Mesure de l’Intensité aux Conduites Addictives), le PVP (Problem Video game Playing), le GAS-7 (Gamme Addiction Scale), l’IAT (Internet Addiction Test) et l’IGT-10 (Ten-Item Internet Gaming Disorder Test), ainsi que l’IGD-20 (Internet Gaming disorder –20), qui a très récemment été validé en français. L’outil IGDS9-SF (Internet Gaming Disorder Scale Short Form) dont la validation française n’est pas encore disponible à notre connaissance a également présenté des caractéristiques intéressantes. A l’heure actuelle, on ne peut pas recommander un outil en particulier pour une application systématique en médecine générale. Malgré les critiques, l’utilisation des différents outils semble actuellement valable tant qu’ils sont appliqués dans le groupe de patient ou ils ont été validés.
Les jeux vidéo ont pris une place prépondérante parmi les moyens de divertissement. En 2013, le DSM-V inclut la définition du "Internet Gaming Disorder", puis en 2019, l’Organisation Mondiale de la Santé définit le “Gaming Disorder” ou Trouble du jeu vidéo dans la CIM-11. Cette définition renvoie à l’aspect multidimensionnel de ce trouble, similaire à celui d’une addiction classique. Ce trouble présente un impact sur la santé de l’individu ainsi que sur son entourage et il est fréquemment associé à d’autres comorbidités comme un syndrome dépressif ou des addictions à des substances. Sur le plan neurobiologique, on retrouve également beaucoup de similitudes avec les dépendances classiques. La thérapeutique actuelle se concentre essentiellement sur les psychothérapies dont les techniques cognitivo-comportementales, ainsi que dans certains cas sur les médications antidépressives. Cette revue parapluie a pour objectif de discuter des outils de diagnostic de ce trouble et d’essayer d’en identifier un qui pourrait être appliqué à la médecine générale. Seules les revues publiées à partir de 2016 ont été considérées, ainsi que les articles publiés en anglais ou en français. La base de données a été créée le 10 juillet 2021. La recherche a été menée à partir de PsycInfo, PubMed et Embase. Au total, cinq revues ont été éligibles. Celles-ci ont permis d’identifier six outils actuellement validés en langue française : le QMICA (Questionnaire de Mesure de l’Intensité aux Conduites Addictives), le PVP (Problem Video game Playing), le GAS-7 (Gamme Addiction Scale), l’IAT (Internet Addiction Test) et l’IGT-10 (Ten-Item Internet Gaming Disorder Test), ainsi que l’IGD-20 (Internet Gaming disorder –20), qui a très récemment été validé en français. L’outil IGDS9-SF (Internet Gaming Disorder Scale Short Form) dont la validation française n’est pas encore disponible à notre connaissance a également présenté des caractéristiques intéressantes. A l’heure actuelle, on ne peut pas recommander un outil en particulier pour une application systématique en médecine générale. Malgré les critiques, l’utilisation des différents outils semble actuellement valable tant qu’ils sont appliqués dans le groupe de patient ou ils ont été validés.
Hadji - AminUniversité catholique de Louvain
43.000 - QP5 - QC43 - A98 - Z21 - 62.006
Prise en charge non médicamenteuse de l'agitation aigüe chez les personnes âgées démentes résidant en maison de repos : Revue de la littérature scientifique
Prise en charge non médicamenteuse de l'agitation aigüe chez les personnes âgées démentes résidant en maison de repos : Revue de la littérature scientifique
Introduction : Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, environ 47,7 millions de personnes sont atteintes de démences dans le monde. L’incidence annuelle est de 7,7 millions de nouveaux cas par an avec une prévision de 152 millions de sujets déments en 2050. Les symptômes psycho-comportementaux de la démence sont multiples mais surviennent chez environ 80% des patients déments. Ils entrainent une diminution de la qualité de vie, un épuisement chez les proches et sont une cause fréquente d’institutionnalisation. L’agitation est l’un des symptômes les plus fréquemment rencontrés, son incidence est de 30 à 50% parmi les symptômes psycho-comportementaux. Le traitement de première intention de l’agitation chez les personnes âgées démentes consiste en une thérapie non médicamenteuse. Les médicaments (dont les neuroleptiques), à cause de leurs effets secondaires et de leur efficacité modérée, ne sont indiqués qu’en seconde intention ou lorsque l’agitation entraine un danger réel pour la personne ou pour autrui. Objectif : l’objectif de ce travail est d’évaluer l’intérêt et l’efficacité de trois thérapies non médicamenteuse (musicothérapie, exercices physiques et thérapies personnalisées) en médecine générale face à une agitation chez un patient dément résidant en maison de repos. Méthodologie : Ma méthodologie s’est fortement basée sur les recommandations PRISMA. Une revue de la littérature a été effectuée à partir des bases de données suivantes : Pubmed, Embase, Cochrane et Google Scholar. Ma recherche s’est focalisée sur des essais cliniques randomisés datant de moins de dix ans et publiés en français ou en anglais. La qualité des études a également été effectuée via l’outil Risk of Biais de la Cochrane Collaboration. Résultats : Onze études ont été incluses dans mon travail, avec un effectif total de de 2382 patients et avec un suivi maximal de 18 mois. Dans la plupart des études, les thérapies étudiées étaient comparées à des soins standards (activité classique proposée dans un home). L’objectif primaire était de voir l’impact dans la réduction de l’agitation aigüe. Globalement, les trois thérapies ont montré une efficacité importante dans cette indication avec une efficacité légèrement supplémentaire de la musicothérapie et de la thérapie personnalisée. Conclusion : Ce travail confirme l’intérêt de ces trois thérapies non médicamenteuses en première intention face à une agitation chez un patient dément résidant en maison de repos. Celles-ci permettraient d’éviter toute surmédicalisation et tous effets secondaires potentiellement graves liés aux médicaments.
Introduction : Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, environ 47,7 millions de personnes sont atteintes de démences dans le monde. L’incidence annuelle est de 7,7 millions de nouveaux cas par an avec une prévision de 152 millions de sujets déments en 2050. Les symptômes psycho-comportementaux de la démence sont multiples mais surviennent chez environ 80% des patients déments. Ils entrainent une diminution de la qualité de vie, un épuisement chez les proches et sont une cause fréquente d’institutionnalisation. L’agitation est l’un des symptômes les plus fréquemment rencontrés, son incidence est de 30 à 50% parmi les symptômes psycho-comportementaux. Le traitement de première intention de l’agitation chez les personnes âgées démentes consiste en une thérapie non médicamenteuse. Les médicaments (dont les neuroleptiques), à cause de leurs effets secondaires et de leur efficacité modérée, ne sont indiqués qu’en seconde intention ou lorsque l’agitation entraine un danger réel pour la personne ou pour autrui. Objectif : l’objectif de ce travail est d’évaluer l’intérêt et l’efficacité de trois thérapies non médicamenteuse (musicothérapie, exercices physiques et thérapies personnalisées) en médecine générale face à une agitation chez un patient dément résidant en maison de repos. Méthodologie : Ma méthodologie s’est fortement basée sur les recommandations PRISMA. Une revue de la littérature a été effectuée à partir des bases de données suivantes : Pubmed, Embase, Cochrane et Google Scholar. Ma recherche s’est focalisée sur des essais cliniques randomisés datant de moins de dix ans et publiés en français ou en anglais. La qualité des études a également été effectuée via l’outil Risk of Biais de la Cochrane Collaboration. Résultats : Onze études ont été incluses dans mon travail, avec un effectif total de de 2382 patients et avec un suivi maximal de 18 mois. Dans la plupart des études, les thérapies étudiées étaient comparées à des soins standards (activité classique proposée dans un home). L’objectif primaire était de voir l’impact dans la réduction de l’agitation aigüe. Globalement, les trois thérapies ont montré une efficacité importante dans cette indication avec une efficacité légèrement supplémentaire de la musicothérapie et de la thérapie personnalisée. Conclusion : Ce travail confirme l’intérêt de ces trois thérapies non médicamenteuses en première intention face à une agitation chez un patient dément résidant en maison de repos. Celles-ci permettraient d’éviter toute surmédicalisation et tous effets secondaires potentiellement graves liés aux médicaments.
Van Lancker - NicolasUniversité catholique de Louvain
QD32 - P04 - QC15 - P70 - QS1 - QT33
Identification des facteurs qui influencent la prise en charge du rhume chez les enfants de moins de 12 ans en médecine générale.
Identification des facteurs qui influencent la prise en charge du rhume chez les enfants de moins de 12 ans en médecine générale.
Introduction La rhinopharyngite chez l’enfant de moins de 12 ans est une pathologie extrêmement fréquente en médecine générale. Elle est décrite comme banale et spontanément résolutive. Aucune thérapie n’a prouvé une accélération de la guérison et le traitement conseillé se résume à des soins de nez. Il existe cependant une tendance à la prescription pour cette pathologie. C’est dans ce contexte que ma réflexion a pris place : pourquoi continue-t-on à prescrire autant de médicaments en médecine générale en cas de rhume ? C’est pourquoi j’ai décidé d’essayer d’identifier les facteurs qui influencent la prise en charge chez l’enfant dans la pratique quotidienne. Méthodologie Une analyse qualitative avec une classification par thèmes a permis d'analyser les résultats collectés lors d’entretiens semis-dirigés réalisés avec sept médecins généralistes en activité, en partie par vidéoconférences et en partie en présentiel. Les entretiens ont été anonymisés, les enregistrements retranscrits mot à mot puis les fichiers audios supprimés. Résultats Sept médecins généralistes ont participé à cette étude et ont permis l’identification de six catégories principales de facteurs d’influence pour la prise en charge du rhume. Celles-ci sont les suivantes : les caractéristiques du patient et des parents, celles du médecin généraliste, le pharmacien, le contexte général, les firmes pharmaceutiques et la communication. De nombreuses nuances ont été identifiées dans des sous catégories, majoritairement dans la catégorie du patient et celle du médecin. Conclusion Ce travail a permis l’identification des facteurs qui influencent la prise en charge du rhume chez l’enfant. Un schéma de synthèse a été réalisé pour proposer un modèle simple de lecture. La notion de communication et de patient partenaire reste l’élément central qui a pu être dégagé. De nombreuses théories complexes sous-jacentes aux facteurs identifiés n’ont pas pu être approfondies dans ce travail. Ce mémoire serait donc plutôt à considérer comme une base pour d’autres recherches ultérieures
Introduction La rhinopharyngite chez l’enfant de moins de 12 ans est une pathologie extrêmement fréquente en médecine générale. Elle est décrite comme banale et spontanément résolutive. Aucune thérapie n’a prouvé une accélération de la guérison et le traitement conseillé se résume à des soins de nez. Il existe cependant une tendance à la prescription pour cette pathologie. C’est dans ce contexte que ma réflexion a pris place : pourquoi continue-t-on à prescrire autant de médicaments en médecine générale en cas de rhume ? C’est pourquoi j’ai décidé d’essayer d’identifier les facteurs qui influencent la prise en charge chez l’enfant dans la pratique quotidienne. Méthodologie Une analyse qualitative avec une classification par thèmes a permis d'analyser les résultats collectés lors d’entretiens semis-dirigés réalisés avec sept médecins généralistes en activité, en partie par vidéoconférences et en partie en présentiel. Les entretiens ont été anonymisés, les enregistrements retranscrits mot à mot puis les fichiers audios supprimés. Résultats Sept médecins généralistes ont participé à cette étude et ont permis l’identification de six catégories principales de facteurs d’influence pour la prise en charge du rhume. Celles-ci sont les suivantes : les caractéristiques du patient et des parents, celles du médecin généraliste, le pharmacien, le contexte général, les firmes pharmaceutiques et la communication. De nombreuses nuances ont été identifiées dans des sous catégories, majoritairement dans la catégorie du patient et celle du médecin. Conclusion Ce travail a permis l’identification des facteurs qui influencent la prise en charge du rhume chez l’enfant. Un schéma de synthèse a été réalisé pour proposer un modèle simple de lecture. La notion de communication et de patient partenaire reste l’élément central qui a pu être dégagé. De nombreuses théories complexes sous-jacentes aux facteurs identifiés n’ont pas pu être approfondies dans ce travail. Ce mémoire serait donc plutôt à considérer comme une base pour d’autres recherches ultérieures
Gillard - MathieuUniversité catholique de Louvain
R74 - A98 - QR31 - QD23 - QD323 - QS41 - QD12 - QP42
Promouvoir et autonomiser nos patients pour la pratique d’une activité physique … Un défi à relever ! Évaluation des facteurs qui ont influencé la participation des patients majeurs de la Maison Médicale d’Ougrée à un bilan d’activité physique.
Promouvoir et autonomiser nos patients pour la pratique d’une activité physique … Un défi à relever ! Évaluation des facteurs qui ont influencé la participation des patients majeurs de la Maison Médicale d’Ougrée à un bilan d’activité physique.
Problématique : Les effets positifs de l’activité physique sur la santé et sur le bien-être sont connus du monde médical. Pourtant, la pratique de celle-ci n’est pas assez répandue. La Maison Médicale d’Ougrée a élaboré le projet « Pas à Pas » avec comme objectifs de promouvoir la pratique de l’activité physique et de viser l’autonomie des patients. L’équipe à proposer à ses patients un « bilan de l’activité physique » évaluant différents aspects de la littératie physique. Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude qualitative monocentrique de type inductive. L’étude visait à identifier et discuter les facteurs ayant influencés la participation au « bilan de l’activité physique ». La récolte des données a été effectuée via des entretiens semi-dirigés avec des patients majeurs de la Maison Médicale d’Ougrée souhaitant passer le bilan. L’analyse des verbatims a permis d’en extraire des thèmes. Ces thèmes ont été ensuite classés selon les 4 domaines de la littératie physique (physique, cognitif, psychologique et social). Résultats : 34 thèmes ont été mis en évidence à l’issue des entretiens. Les thèmes issus du domaine social de la littératie physique prédominent (relation et communication entre le patient et le thérapeute). Les facteurs logistiques sont souvent identifiés comme des freins. Conclusion : L’étude a mis en exergue le rôle que pourrait jouer les thérapeutes dans la promotion de l’activité physique à sa patientèle. D’autres analyses et études seraient pertinentes et souhaitables pour continuer la réflexion sur l’adhésion au programme « Pas à Pas » en fonction des profils de patient.
Problématique : Les effets positifs de l’activité physique sur la santé et sur le bien-être sont connus du monde médical. Pourtant, la pratique de celle-ci n’est pas assez répandue. La Maison Médicale d’Ougrée a élaboré le projet « Pas à Pas » avec comme objectifs de promouvoir la pratique de l’activité physique et de viser l’autonomie des patients. L’équipe à proposer à ses patients un « bilan de l’activité physique » évaluant différents aspects de la littératie physique. Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude qualitative monocentrique de type inductive. L’étude visait à identifier et discuter les facteurs ayant influencés la participation au « bilan de l’activité physique ». La récolte des données a été effectuée via des entretiens semi-dirigés avec des patients majeurs de la Maison Médicale d’Ougrée souhaitant passer le bilan. L’analyse des verbatims a permis d’en extraire des thèmes. Ces thèmes ont été ensuite classés selon les 4 domaines de la littératie physique (physique, cognitif, psychologique et social). Résultats : 34 thèmes ont été mis en évidence à l’issue des entretiens. Les thèmes issus du domaine social de la littératie physique prédominent (relation et communication entre le patient et le thérapeute). Les facteurs logistiques sont souvent identifiés comme des freins. Conclusion : L’étude a mis en exergue le rôle que pourrait jouer les thérapeutes dans la promotion de l’activité physique à sa patientèle. D’autres analyses et études seraient pertinentes et souhaitables pour continuer la réflexion sur l’adhésion au programme « Pas à Pas » en fonction des profils de patient.
Louis - RomainUniversité de Liège
QD23 - QR31 - QD41 - QS1 - QC14 - QO4 - QO4 - QS41
Covid-19 et risque de myocardite : recommandations de reprise de l’activité physique chez l’athlète suite à une infection par le SARS-CoV-2
Covid-19 et risque de myocardite : recommandations de reprise de l’activité physique chez l’athlète suite à une infection par le SARS-CoV-2
Introduction: La maladie à coronavirus 2019 est causée par le coronavirus 2 responsable du syndrome respiratoire sévère aigu. Bien qu’il possède un tropisme particulier pour le système respiratoire, il peut également toucher le muscle cardiaque et provoquer une myocardite aigüe. Le retour à l’activité physique chez les athlètes après une infection à la covid-19 suscite de nombreuses questions car la myocardite est l’une des causes de mort subite cardiaque. Il n’existe actuellement aucun guide de bonne pratique clinique à ce sujet. Méthodologie: Une revue de la littérature a été effectuée en insérant plusieurs mots-clés dans la base de données PubMed afin de réaliser une mise au point des connaissances scientifique concernant l’évaluation clinique de la myocardite aigüe liée à la maladie coronavirus 2019. Ensuite, la même démarche a été répliquée afin de rechercher des recommandations concernant la reprise de l’activité physique après une infection à la covid-19 chez l’athlète adulte. Résultats: La présentation clinique de la myocardite aigüe est très hétérogène. Le dosage de la troponine ultrasensible, l’électrocardiogramme, l’échocardiogramme et la résonnance magnétique cardiaque font partie de l’évaluation cardiaque à réaliser en cas de suspicion de myocardite. Les recommandations de reprise de l’activité physique chez l’athlète ayant contracté la covid-19 sont basées sur la présence ou absence de symptômes. Discussion et conclusion Le manque de données de haut niveau de preuve sur la prévalence et les complications à long terme de la myocardite liée à la covid-19 imposent actuellement une approche conservatrice de la reprise de l’activité physique. Un algorithme décisionnel pour les médecins généralistes a été proposé. Mots clés: coronavirus 2019 (A77), myocardite (K70), activité physique (QPXXA), revue de la littérature (QT33)
Introduction: La maladie à coronavirus 2019 est causée par le coronavirus 2 responsable du syndrome respiratoire sévère aigu. Bien qu’il possède un tropisme particulier pour le système respiratoire, il peut également toucher le muscle cardiaque et provoquer une myocardite aigüe. Le retour à l’activité physique chez les athlètes après une infection à la covid-19 suscite de nombreuses questions car la myocardite est l’une des causes de mort subite cardiaque. Il n’existe actuellement aucun guide de bonne pratique clinique à ce sujet. Méthodologie: Une revue de la littérature a été effectuée en insérant plusieurs mots-clés dans la base de données PubMed afin de réaliser une mise au point des connaissances scientifique concernant l’évaluation clinique de la myocardite aigüe liée à la maladie coronavirus 2019. Ensuite, la même démarche a été répliquée afin de rechercher des recommandations concernant la reprise de l’activité physique après une infection à la covid-19 chez l’athlète adulte. Résultats: La présentation clinique de la myocardite aigüe est très hétérogène. Le dosage de la troponine ultrasensible, l’électrocardiogramme, l’échocardiogramme et la résonnance magnétique cardiaque font partie de l’évaluation cardiaque à réaliser en cas de suspicion de myocardite. Les recommandations de reprise de l’activité physique chez l’athlète ayant contracté la covid-19 sont basées sur la présence ou absence de symptômes. Discussion et conclusion Le manque de données de haut niveau de preuve sur la prévalence et les complications à long terme de la myocardite liée à la covid-19 imposent actuellement une approche conservatrice de la reprise de l’activité physique. Un algorithme décisionnel pour les médecins généralistes a été proposé. Mots clés: coronavirus 2019 (A77), myocardite (K70), activité physique (QPXXA), revue de la littérature (QT33)
Lays - VincentUniversité de Liège
A77 - K70 - QO4 - QT33
Le jeûne intermittent est-il plus efficace que les autres régimes en ce qui concerne la perte de poids et le contrôle glycémique chez les adultes diabétiques de type 2 ?
Le jeûne intermittent est-il plus efficace que les autres régimes en ce qui concerne la perte de poids et le contrôle glycémique chez les adultes diabétiques de type 2 ?
Résumé Le diabète de type 2 fait partie de notre quotidien de soignant. Il représente une grande cause de la morbidité et de la mortalité de l’ensemble de la population mondiale et nous sommes souvent face à un échec lorsqu’il s’agit de sa prise en charge hygiéno-diététique. Le jeûne intermittent (JI) ne serait-il que le nouveau régime à la mode ? Beaucoup d’études ont été réalisées chez les personnes en surpoids ou obèses. Les résultats sont souvent positifs démontrant une supériorité d’efficacité en comparaison aux autres régimes mais surtout, le JI serait mieux toléré à long terme que ces derniers. Les études concernant ce type de régime chez les diabétiques de type 2 sont beaucoup moins nombreuses et, surtout, l’échantillon et la durée sont souvent beaucoup trop faibles pour pouvoir conclure avec de grandes certitudes à une réelle efficacité et à une sécurité de pratique pour nos patients. Objectif : Le jeûne intermittent, chez les diabétiques de type 2, est-il efficace et sûr en termes cliniques (mortalité, complications cardiovasculaires, hospitalisation) et paramétriques (diminution de poids, diminution de la glycémie à jeun, diminution de l’HbA1c, du cholestérol TOT et du LDL) versus la restriction calorique ou autre régime ? Méthode : Revue parapluie réalisée à partir des bases de données PubMed, Embase et Cochrane. Mots clés : fasting, intermittent fasting, type 2 diabetes, diabetes Mellitus. Résultats : la recherche de la littérature a inclus 5 revues dont la plus récente date de janvier 2021. Les résultats montrent une équivalence d’efficacité au niveau de la perte de poids et du contrôle glycémique par rapport aux autres régimes. Les effets indésirables sont le risque augmenté des épisodes d’hypoglycémie, l’accentuation de troubles alimentaires préexistants et l’impact sur la vie sociale au vu des horaires imposés. Le jeûne intermittent montrerait cependant potentiellement une durabilité supérieure, les sujets trouvant ce type de régime beaucoup plus tolérable. Conclusion : Dans notre pratique de tous les jours, il ne serait pas encore raisonnable de proposer cette méthode chez nos patients diabétiques de type 2 étant donné le peu d’études existantes et leurs multiples faiblesses méthodologiques.
Résumé Le diabète de type 2 fait partie de notre quotidien de soignant. Il représente une grande cause de la morbidité et de la mortalité de l’ensemble de la population mondiale et nous sommes souvent face à un échec lorsqu’il s’agit de sa prise en charge hygiéno-diététique. Le jeûne intermittent (JI) ne serait-il que le nouveau régime à la mode ? Beaucoup d’études ont été réalisées chez les personnes en surpoids ou obèses. Les résultats sont souvent positifs démontrant une supériorité d’efficacité en comparaison aux autres régimes mais surtout, le JI serait mieux toléré à long terme que ces derniers. Les études concernant ce type de régime chez les diabétiques de type 2 sont beaucoup moins nombreuses et, surtout, l’échantillon et la durée sont souvent beaucoup trop faibles pour pouvoir conclure avec de grandes certitudes à une réelle efficacité et à une sécurité de pratique pour nos patients. Objectif : Le jeûne intermittent, chez les diabétiques de type 2, est-il efficace et sûr en termes cliniques (mortalité, complications cardiovasculaires, hospitalisation) et paramétriques (diminution de poids, diminution de la glycémie à jeun, diminution de l’HbA1c, du cholestérol TOT et du LDL) versus la restriction calorique ou autre régime ? Méthode : Revue parapluie réalisée à partir des bases de données PubMed, Embase et Cochrane. Mots clés : fasting, intermittent fasting, type 2 diabetes, diabetes Mellitus. Résultats : la recherche de la littérature a inclus 5 revues dont la plus récente date de janvier 2021. Les résultats montrent une équivalence d’efficacité au niveau de la perte de poids et du contrôle glycémique par rapport aux autres régimes. Les effets indésirables sont le risque augmenté des épisodes d’hypoglycémie, l’accentuation de troubles alimentaires préexistants et l’impact sur la vie sociale au vu des horaires imposés. Le jeûne intermittent montrerait cependant potentiellement une durabilité supérieure, les sujets trouvant ce type de régime beaucoup plus tolérable. Conclusion : Dans notre pratique de tous les jours, il ne serait pas encore raisonnable de proposer cette méthode chez nos patients diabétiques de type 2 étant donné le peu d’études existantes et leurs multiples faiblesses méthodologiques.
Colin - CassandreUniversité catholique de Louvain
QR33
Impact du coût des anti-hypertenseurs sur l’adhérence thérapeutique à Bruxelles
Impact du coût des anti-hypertenseurs sur l’adhérence thérapeutique à Bruxelles
Abstract: Dans la patientèle d’un médecin généraliste, l’adhérence thérapeutique à un traitement donné ne s’élève qu’en moyenne à 50%. Le coût des AHT reste indéniablement un des nombreux facteurs de non adhérence au traitement. En Belgique, plusieurs systèmes de remboursement sont mis en place afin d’aider à diminuer le prix de ces médicaments mais il persiste tout de même un coût pour les patients. L’objectif de cette étude est donc de déterminer si le prix des AHT reste un facteur qui influence l’adhérence au traitement chez les personnes qui sont traitées pour de l’HTA dans une patientèle de médecine générale? Méthode : Un questionnaire qui vise à évaluer l’adhérence thérapeutique du patient en fonction du prix des AHT a été établi par l’auteur. Le questionnaire se constitue de 25 questions au total. Les 9 premières questions ont pour but d’établir un score sur une échelle de 0 à 8,4. Le seuil de non adhérence a été fixé à la somme de 1 point. Les 16 autres questions sont d’ordre socio-démographique. Les réponses aux questionnaires ont été récoltées en consultation de routine en présence du médecin traitant ou par appel téléphonique dans un cabinet privé de médecine générale à Saint Josse ainsi qu’à Forest. Résultats : Selon l’enquête porté sur 57 patients, une personne sur quatre dans la commune de Saint Josse est évaluée comme non adhérente à son traitement AHT et ce en lien avec le coût de ses médicaments AHT. 90% des patients NA présentent des difficultés financières à se procurer l’ensemble de leur traitement, et 80% ont un revenu net inférieur à 1400€ par mois. La consommation moyenne de médicaments s’est également révélée plus importante dans le groupe des patients NA. Conclusion : Cette étude souligne l’importance du prix des médicaments AHT en Belgique sur l’adhérence des patients à leur traitement. Malgré un remboursement important des médicaments AHT, il persiste une barrière financière qui participe au taux élevé de non adhérence en médecine générale. Nous proposons également à travers cette étude un nouveaux questionnaire qui explore l’adhérence d’un patient à son traitement AHT en fonction du coût des médicaments. Il est capital de la part du praticien de revoir le traitement du patient afin de revaloriser l’adhérence aux AHT, d’optimiser le coût de ceux-ci par la prescriptions de génériques et de limiter la quantité de médicaments consommés par le/la patient(e).
Abstract: Dans la patientèle d’un médecin généraliste, l’adhérence thérapeutique à un traitement donné ne s’élève qu’en moyenne à 50%. Le coût des AHT reste indéniablement un des nombreux facteurs de non adhérence au traitement. En Belgique, plusieurs systèmes de remboursement sont mis en place afin d’aider à diminuer le prix de ces médicaments mais il persiste tout de même un coût pour les patients. L’objectif de cette étude est donc de déterminer si le prix des AHT reste un facteur qui influence l’adhérence au traitement chez les personnes qui sont traitées pour de l’HTA dans une patientèle de médecine générale? Méthode : Un questionnaire qui vise à évaluer l’adhérence thérapeutique du patient en fonction du prix des AHT a été établi par l’auteur. Le questionnaire se constitue de 25 questions au total. Les 9 premières questions ont pour but d’établir un score sur une échelle de 0 à 8,4. Le seuil de non adhérence a été fixé à la somme de 1 point. Les 16 autres questions sont d’ordre socio-démographique. Les réponses aux questionnaires ont été récoltées en consultation de routine en présence du médecin traitant ou par appel téléphonique dans un cabinet privé de médecine générale à Saint Josse ainsi qu’à Forest. Résultats : Selon l’enquête porté sur 57 patients, une personne sur quatre dans la commune de Saint Josse est évaluée comme non adhérente à son traitement AHT et ce en lien avec le coût de ses médicaments AHT. 90% des patients NA présentent des difficultés financières à se procurer l’ensemble de leur traitement, et 80% ont un revenu net inférieur à 1400€ par mois. La consommation moyenne de médicaments s’est également révélée plus importante dans le groupe des patients NA. Conclusion : Cette étude souligne l’importance du prix des médicaments AHT en Belgique sur l’adhérence des patients à leur traitement. Malgré un remboursement important des médicaments AHT, il persiste une barrière financière qui participe au taux élevé de non adhérence en médecine générale. Nous proposons également à travers cette étude un nouveaux questionnaire qui explore l’adhérence d’un patient à son traitement AHT en fonction du coût des médicaments. Il est capital de la part du praticien de revoir le traitement du patient afin de revaloriser l’adhérence aux AHT, d’optimiser le coût de ceux-ci par la prescriptions de génériques et de limiter la quantité de médicaments consommés par le/la patient(e).
Sparavier - GrégoryUniversité catholique de Louvain
K86 - Z01 - Z11 - QS41 - QP24 - QR32 - QR323
Cannabis médical dans le traitement de l’anxiété chez l’adulte : revue de littérature
Cannabis médical dans le traitement de l’anxiété chez l’adulte : revue de littérature
Introduction : Le cannabidiol, cannabinoïde non euphorisant issu du cannabis, est une substance disponible en Belgique en vente libre et en préparation magistrale. La population générale s’y est intéressée et la molécule semble avoir de nombreuses indications mais peu de preuves scientifiques sont disponibles. Le médecin généraliste, comme acteur de première ligne est confronté à l’anxiété dont la prévalence chez l’adulte est élevée ; quelle est la place du cannabis médical dans le traitement de cette anxiété ? Méthodologie : Revue de littérature, avec équation de recherche sur les bases de données PubMed/MEDLINE, ClinicalTrial.gov, Cochrane, PsycInfo, Science Direct et CAIRN jusqu’au 31 janvier 2021. Sont inclus dans ce travail les articles publiés après 2010, concernant une population adulte et les applications du cannabis dans la prise en charge thérapeutique en santé mentale. Résultats : Le système endocannabinoïde est composé de deux types récepteurs endocannabinoïdes (1 et 2) et de cannabinoïdes endogènes. Les récepteurs endocannabinoïdes 1 ont été retrouvés dans le système nerveux central. Les cannabinoïdes exogènes sont le cannabidiol et le delta-9-tétrahydrocannabidol d’origine végétale ou synthétique. Ces molécules ont montré des effets opposés. Les personnes anxieuses ont consommé 3 à 5 fois plus de cannabis que la population générale et même si cela ne fait pas partie des recommandations, beaucoup de patients en ont consommé pour ce motif. Les effets positifs et négatifs du cannabis médical sont comparables aux traitements de référence dans les études observationnelles, cela semble être confirmé par les études expérimentales mais celles-ci n’ont actuellement pas un poids suffisant pour l’affirmer. Les médecins généralistes estiment ne pas avoir assez de connaissance sur le sujet. Discussion : La réputation du cannabis médical, son interdiction légale et le manque d’étude de qualité sur son efficacité dans l’anxiété sont des freins à une utilisation en pratique. Les limitations de ce travail résident dans le peu d’articles de qualité disponibles. Le niveau de preuve préclinique, quant à lui, est prometteur. Conclusion : Le cannabis médical semble avoir un profil d’efficacité et de sécurité intéressant dans le traitement de l’anxiété mais le niveau de preuve faible et divergent ne permet pas d’arriver à un consensus. Le système endocannabinoïde semble avoir un potentiel thérapeutique large et cela devrait motiver la recherche pour continuer son exploration, ainsi que les possibilités thérapeutiques du cannabis médical.
Introduction : Le cannabidiol, cannabinoïde non euphorisant issu du cannabis, est une substance disponible en Belgique en vente libre et en préparation magistrale. La population générale s’y est intéressée et la molécule semble avoir de nombreuses indications mais peu de preuves scientifiques sont disponibles. Le médecin généraliste, comme acteur de première ligne est confronté à l’anxiété dont la prévalence chez l’adulte est élevée ; quelle est la place du cannabis médical dans le traitement de cette anxiété ? Méthodologie : Revue de littérature, avec équation de recherche sur les bases de données PubMed/MEDLINE, ClinicalTrial.gov, Cochrane, PsycInfo, Science Direct et CAIRN jusqu’au 31 janvier 2021. Sont inclus dans ce travail les articles publiés après 2010, concernant une population adulte et les applications du cannabis dans la prise en charge thérapeutique en santé mentale. Résultats : Le système endocannabinoïde est composé de deux types récepteurs endocannabinoïdes (1 et 2) et de cannabinoïdes endogènes. Les récepteurs endocannabinoïdes 1 ont été retrouvés dans le système nerveux central. Les cannabinoïdes exogènes sont le cannabidiol et le delta-9-tétrahydrocannabidol d’origine végétale ou synthétique. Ces molécules ont montré des effets opposés. Les personnes anxieuses ont consommé 3 à 5 fois plus de cannabis que la population générale et même si cela ne fait pas partie des recommandations, beaucoup de patients en ont consommé pour ce motif. Les effets positifs et négatifs du cannabis médical sont comparables aux traitements de référence dans les études observationnelles, cela semble être confirmé par les études expérimentales mais celles-ci n’ont actuellement pas un poids suffisant pour l’affirmer. Les médecins généralistes estiment ne pas avoir assez de connaissance sur le sujet. Discussion : La réputation du cannabis médical, son interdiction légale et le manque d’étude de qualité sur son efficacité dans l’anxiété sont des freins à une utilisation en pratique. Les limitations de ce travail résident dans le peu d’articles de qualité disponibles. Le niveau de preuve préclinique, quant à lui, est prometteur. Conclusion : Le cannabis médical semble avoir un profil d’efficacité et de sécurité intéressant dans le traitement de l’anxiété mais le niveau de preuve faible et divergent ne permet pas d’arriver à un consensus. Le système endocannabinoïde semble avoir un potentiel thérapeutique large et cela devrait motiver la recherche pour continuer son exploration, ainsi que les possibilités thérapeutiques du cannabis médical.
Allard-Demoustiez - Dimitri Université catholique de Louvain
QT33 - P74 - QC14 - QD13 - QD5 - QO4 - QS41
Collaboration interprofessionnelle dans la prise en charge des insuffisances respiratoires chroniques : une revue systématique de littérature.
Collaboration interprofessionnelle dans la prise en charge des insuffisances respiratoires chroniques : une revue systématique de littérature.
Introduction : La collaboration interprofessionnelle semble essentielle pour optimaliser les soins primaires. Le nombre grandissant de patients atteints de maladies chroniques pousse à améliorer les méthodes de prises en charge. Ce travail détaille les expériences de pratique collaborative concernant les pathologies respiratoires chroniques, et plus particulièrement la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'asthme. Le but de cette revue systématique était d'établir les avantages et les inconvénients d'une collaboration pour les patients et les soignants. Méthodologie : La revue de littérature a été construite en suivant les lignes directrices de PRISMA. Deux auteurs ont procédé à l'extraction des données avec consensus. Les données ont ensuite été synthétisées sous forme de tableaux. La recherche documentaire d'articles publiés de 1946 au 29 décembre 2020 a été effectuée sur Medline/Ovid, Scopus et Google Scholar. Les articles devaient traiter de la collaboration entre la première et la deuxième ligne de soins autour des insuffisances respiratoires chroniques. Résultats : Un total de 119 articles ont été examinés. Les textes complets ont été lus pour 19 d'entre eux. 5 articles ont été inclus dans la revue auxquels s'ajoutent 2 articles trouvés via leurs répertoires bibliographiques. Les expériences de collaboration ont montré des bénéfices pour les patients et pour les soignants. Il existe cependant des nuances intéressantes, notamment la nécessité ou non que le patient rencontre le pneumologue et la plus-value de cette collaboration selon les patients. Conclusion : D'autre études sont nécessaires afin d'optimaliser au mieux la prise en charge intégrée des patients souffrant de maladies respiratoires chroniques.
Introduction : La collaboration interprofessionnelle semble essentielle pour optimaliser les soins primaires. Le nombre grandissant de patients atteints de maladies chroniques pousse à améliorer les méthodes de prises en charge. Ce travail détaille les expériences de pratique collaborative concernant les pathologies respiratoires chroniques, et plus particulièrement la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'asthme. Le but de cette revue systématique était d'établir les avantages et les inconvénients d'une collaboration pour les patients et les soignants. Méthodologie : La revue de littérature a été construite en suivant les lignes directrices de PRISMA. Deux auteurs ont procédé à l'extraction des données avec consensus. Les données ont ensuite été synthétisées sous forme de tableaux. La recherche documentaire d'articles publiés de 1946 au 29 décembre 2020 a été effectuée sur Medline/Ovid, Scopus et Google Scholar. Les articles devaient traiter de la collaboration entre la première et la deuxième ligne de soins autour des insuffisances respiratoires chroniques. Résultats : Un total de 119 articles ont été examinés. Les textes complets ont été lus pour 19 d'entre eux. 5 articles ont été inclus dans la revue auxquels s'ajoutent 2 articles trouvés via leurs répertoires bibliographiques. Les expériences de collaboration ont montré des bénéfices pour les patients et pour les soignants. Il existe cependant des nuances intéressantes, notamment la nécessité ou non que le patient rencontre le pneumologue et la plus-value de cette collaboration selon les patients. Conclusion : D'autre études sont nécessaires afin d'optimaliser au mieux la prise en charge intégrée des patients souffrant de maladies respiratoires chroniques.
Stassart - UlysseUniversité de Liège
QO4 - QO4 - QO4 - QO4
Contraception : A l’ère des réseaux sociaux, quelles sont les sources d’information des jeunes femmes entre 18 et 29 ans ?
Contraception : A l’ère des réseaux sociaux, quelles sont les sources d’information des jeunes femmes entre 18 et 29 ans ?
En Belgique, le taux d’avortement est resté stable sur 10 ans. En 2017, en-dessous de 30 ans, la pilule et le préservatif masculin étaient les premiers choix contraceptifs ; les dispositifs intra-utérins et l’implant contraceptif restaient minoritaires. Dans son travail de fin d’études de 2014, le Dr Remy avait étudié les freins à la prescription de stérilets chez les nullipares en médecine générale. Elle avait également interrogé des jeunes femmes à propos des dispositifs intra-utérins. Ces dernières avaient de fausses croyances à ce sujet. Leurs informations venaient surtout de l’école, de la famille et des amies. En 2021, les réseaux sociaux ont pris une grande ampleur dans la vie des adolescents et des jeunes adultes. Mon hypothèse était que les jeunes femmes se renseignaient à propos de la contraception sur les réseaux sociaux plutôt que chez les professionnels de la santé ou sur les online consumer health information. J’ai mené des entretiens semi-guidés individuels auprès des femmes entre 18 et 29 ans de la patientèle de la maison médicale la Mosaïque à Verviers pour répondre à cette question. Les entretiens ont montré que les premières sources d’information restaient les proches et l’école. Selon la plupart des patientes, les cours d’éducation sexuelle reçus à l’école étaient insuffisants et elles auraient souhaité en avoir plus. Toutes les patientes consultaient internet et les réseaux sociaux pour rechercher des informations sur la contraception. Il y avait une grande diversité dans le niveau de confiance accordé à ces informations. Elles appréciaient la rapidité et la facilité d’accès à l’information. Les désavantages étaient le manque de fiabilité de certaines sources, la grande quantité d’information et le risque de harcèlement. Les patientes disaient avoir confiance dans les sources d’information officielles, mais elles consultaient les professionnels de la santé dans un second temps à ce sujet et une seule d’entre elles connaissait les online consumer health information sur la contraception. Les freins à la consultation d’un professionnel de la santé étaient une gêne voire un manque de confiance, un manque de clarté des informations données et un manque de disponibilité pour le gynécologue uniquement. Les patientes avaient plus confiance dans leur médecin généraliste et appréciaient sa disponibilité. Plusieurs pistes pour améliorer l’accès des jeunes femmes à une information de qualité ont été mises en avant. Il était important d’améliorer les cours d’éducation sexuelle donnés à l’école et d’y inclure les réseaux sociaux. Il était également important que les professionnels de la santé se mettent à jour sur le sujet de la contraception et de rendre plus accessible les online consumer health information. Le défi était que les acteurs à la promotion de la santé se tiennent à jour concernant l’évolution des moyens d’information des adolescents et des jeunes adultes. Mon travail ayant étudié un échantillon limité de patientes, il serait pertinent de s’intéresser à un public plus diversifié. Il serait également intéressant de voir l’impact des réseaux sociaux dans les cours d’éducation sexuelle sur la connaissance du sujet de la santé sexuelle et sur la diminution des comportements sexuels à risque des adolescents et des jeunes adultes.
En Belgique, le taux d’avortement est resté stable sur 10 ans. En 2017, en-dessous de 30 ans, la pilule et le préservatif masculin étaient les premiers choix contraceptifs ; les dispositifs intra-utérins et l’implant contraceptif restaient minoritaires. Dans son travail de fin d’études de 2014, le Dr Remy avait étudié les freins à la prescription de stérilets chez les nullipares en médecine générale. Elle avait également interrogé des jeunes femmes à propos des dispositifs intra-utérins. Ces dernières avaient de fausses croyances à ce sujet. Leurs informations venaient surtout de l’école, de la famille et des amies. En 2021, les réseaux sociaux ont pris une grande ampleur dans la vie des adolescents et des jeunes adultes. Mon hypothèse était que les jeunes femmes se renseignaient à propos de la contraception sur les réseaux sociaux plutôt que chez les professionnels de la santé ou sur les online consumer health information. J’ai mené des entretiens semi-guidés individuels auprès des femmes entre 18 et 29 ans de la patientèle de la maison médicale la Mosaïque à Verviers pour répondre à cette question. Les entretiens ont montré que les premières sources d’information restaient les proches et l’école. Selon la plupart des patientes, les cours d’éducation sexuelle reçus à l’école étaient insuffisants et elles auraient souhaité en avoir plus. Toutes les patientes consultaient internet et les réseaux sociaux pour rechercher des informations sur la contraception. Il y avait une grande diversité dans le niveau de confiance accordé à ces informations. Elles appréciaient la rapidité et la facilité d’accès à l’information. Les désavantages étaient le manque de fiabilité de certaines sources, la grande quantité d’information et le risque de harcèlement. Les patientes disaient avoir confiance dans les sources d’information officielles, mais elles consultaient les professionnels de la santé dans un second temps à ce sujet et une seule d’entre elles connaissait les online consumer health information sur la contraception. Les freins à la consultation d’un professionnel de la santé étaient une gêne voire un manque de confiance, un manque de clarté des informations données et un manque de disponibilité pour le gynécologue uniquement. Les patientes avaient plus confiance dans leur médecin généraliste et appréciaient sa disponibilité. Plusieurs pistes pour améliorer l’accès des jeunes femmes à une information de qualité ont été mises en avant. Il était important d’améliorer les cours d’éducation sexuelle donnés à l’école et d’y inclure les réseaux sociaux. Il était également important que les professionnels de la santé se mettent à jour sur le sujet de la contraception et de rendre plus accessible les online consumer health information. Le défi était que les acteurs à la promotion de la santé se tiennent à jour concernant l’évolution des moyens d’information des adolescents et des jeunes adultes. Mon travail ayant étudié un échantillon limité de patientes, il serait pertinent de s’intéresser à un public plus diversifié. Il serait également intéressant de voir l’impact des réseaux sociaux dans les cours d’éducation sexuelle sur la connaissance du sujet de la santé sexuelle et sur la diminution des comportements sexuels à risque des adolescents et des jeunes adultes.
Wiliquet - EdwigeUniversité de Liège
W11 - 45.001
La conception de leurs rôles par les médecins généralistes. Focus sur le rôle de promoteur de la santé.
La conception de leurs rôles par les médecins généralistes. Focus sur le rôle de promoteur de la santé.
Depuis 20 ans, un questionnement sur les rôles professionnels des médecins a été entamé au Canada à travers le référentiel des CanMEDS. L’objectif est d’adopter une base de pratique commune et d’adapter au mieux l’enseignement théorique et pratique des médecins pour mener à bien ces rôles. À partir de dix entretiens semi-dirigés, cette recherche explore d’abord la conception des rôles du médecin généraliste auprès de praticiens francophones belges avec la technique de la théorisation ancrée. Ce travail analyse ensuite plus particulièrement les entretiens pour un des rôles des CanMEDS, celui de promoteur de la santé sur base d’une analyse déductive. Il en ressort deux observations. Premièrement, entre les intervenants, il ne semble pas exister de cadre théorique commun. Deuxièmement, les rôles sont conçus par les participants comme personnels et non pas communs à l’ensemble de la profession. Ce point met en lumière un certain cloisonnement de la profession. Ces constatations pourraient être dues à l’absence de reconnaissance d’un référentiel de rôles commun à tous, à un cursus facultaire peu orienté sur le sujet et à l’absence d’espaces de réflexion et de démarche réflexive personnelle sur l’avenir commun de la profession. Le focus sur le rôle de promoteur de la santé appuie cette vision personnelle des rôles et met l’accent sur le déficit du cursus facultaire quant à l’apprentissage de notions théorique et pratique nécessaires à la réalisation de ce rôle. Ce travail ouvre par ailleurs la réflexion sur les implications pratiques de l’adoption d’un cadre théorique commun des rôles de la profession.
Depuis 20 ans, un questionnement sur les rôles professionnels des médecins a été entamé au Canada à travers le référentiel des CanMEDS. L’objectif est d’adopter une base de pratique commune et d’adapter au mieux l’enseignement théorique et pratique des médecins pour mener à bien ces rôles. À partir de dix entretiens semi-dirigés, cette recherche explore d’abord la conception des rôles du médecin généraliste auprès de praticiens francophones belges avec la technique de la théorisation ancrée. Ce travail analyse ensuite plus particulièrement les entretiens pour un des rôles des CanMEDS, celui de promoteur de la santé sur base d’une analyse déductive. Il en ressort deux observations. Premièrement, entre les intervenants, il ne semble pas exister de cadre théorique commun. Deuxièmement, les rôles sont conçus par les participants comme personnels et non pas communs à l’ensemble de la profession. Ce point met en lumière un certain cloisonnement de la profession. Ces constatations pourraient être dues à l’absence de reconnaissance d’un référentiel de rôles commun à tous, à un cursus facultaire peu orienté sur le sujet et à l’absence d’espaces de réflexion et de démarche réflexive personnelle sur l’avenir commun de la profession. Le focus sur le rôle de promoteur de la santé appuie cette vision personnelle des rôles et met l’accent sur le déficit du cursus facultaire quant à l’apprentissage de notions théorique et pratique nécessaires à la réalisation de ce rôle. Ce travail ouvre par ailleurs la réflexion sur les implications pratiques de l’adoption d’un cadre théorique commun des rôles de la profession.
Sasse - PierreUniversité catholique de Louvain
QR31 - QS41 - QP7 - QO4
Quel est l'effet de la surconsommation d'alcool sur la fonction érectile des hommes entre 25 et 65 ans ?
Quel est l'effet de la surconsommation d'alcool sur la fonction érectile des hommes entre 25 et 65 ans ?
Introduction : La dysfonction érectile et la consommation nocive d’alcool sont fréquents en médecine générale : 20 à 25 % de la population aurait un mésusage d’alcool, et entre 25 et 50 % des hommes présenteraient des troubles érectiles. Le fait que le mésusage d’alcool mène à des soucis d’érection a été exploré et démontré dans la littérature. Seulement, toutes les études menées à ce sujet sont réalisées en milieu spécialisé et ne reflètent donc pas la réalité de terrain de la médecine générale. En effet, les chercheurs excluent à chaque fois toutes les comorbidités possibles (sauf quelques études qui prennent en compte la consommation de tabac). Méthodologie : Nous avons interrogé des patients en consultation de médecine générale à l’aide d’un questionnaire comportant des questions sur la sexualité, les habitudes de consommation d’alcool, les pathologies et les traitement chroniques, et la consommation d’autres substances. Ensuite, nous avons divisé les questionnaires en deux groupes (un groupe avec une consommation de moins de 21 unités par semaine, et un groupe ayant consommé plus de 21 unités par semaine), et nous les avons comparés. Résultats : 46 % des patients ayant consommé plus de 21 unités par semaine ont des troubles érectiles, contre 29,40 % dans l’autre groupe. Les troubles persistent plusieurs mois après l’arrêt de la consommation. Les sujets du groupe ayant eu une consommation nocive pensent plus fréquemment que leur consommation d’alcool nuit à leur sexualité et à la bonne communication avec leur partenaire. Discussion : Nous obtenons des résultats fort semblables aux études déjà publiées. Seulement, il y a des biais car nous prenons en compte les pathologies et les médications chroniques, et nous ne considérons pas certaines caractéristiques de la population étudiée. Les biais à l’inclusion (quasiment toutes les comorbidités incluses) font l’intérêt de ce travail puisqu’il reflète la pratique en première ligne. Conclusion : Les troubles érectiles sont plus fréquents chez les hommes ayant consommé plus de 21 unités par semaine pendant plusieurs années : la surconsommation d’alcool a donc un effet néfaste sur la fonction érectile. La dysfonction érectile donne un sentiment de mal-être qui peut provoquer des rechutes de mésusage d’alcool. Il est dès lors essentiel, en tant que médecin généraliste, de s’intéresser à la consommation d’alcool et à la sexualité de nos patients. Mots-clés : Alcool, mésusage d’alcool, dysfonction érectile, troubles érectiles
Introduction : La dysfonction érectile et la consommation nocive d’alcool sont fréquents en médecine générale : 20 à 25 % de la population aurait un mésusage d’alcool, et entre 25 et 50 % des hommes présenteraient des troubles érectiles. Le fait que le mésusage d’alcool mène à des soucis d’érection a été exploré et démontré dans la littérature. Seulement, toutes les études menées à ce sujet sont réalisées en milieu spécialisé et ne reflètent donc pas la réalité de terrain de la médecine générale. En effet, les chercheurs excluent à chaque fois toutes les comorbidités possibles (sauf quelques études qui prennent en compte la consommation de tabac). Méthodologie : Nous avons interrogé des patients en consultation de médecine générale à l’aide d’un questionnaire comportant des questions sur la sexualité, les habitudes de consommation d’alcool, les pathologies et les traitement chroniques, et la consommation d’autres substances. Ensuite, nous avons divisé les questionnaires en deux groupes (un groupe avec une consommation de moins de 21 unités par semaine, et un groupe ayant consommé plus de 21 unités par semaine), et nous les avons comparés. Résultats : 46 % des patients ayant consommé plus de 21 unités par semaine ont des troubles érectiles, contre 29,40 % dans l’autre groupe. Les troubles persistent plusieurs mois après l’arrêt de la consommation. Les sujets du groupe ayant eu une consommation nocive pensent plus fréquemment que leur consommation d’alcool nuit à leur sexualité et à la bonne communication avec leur partenaire. Discussion : Nous obtenons des résultats fort semblables aux études déjà publiées. Seulement, il y a des biais car nous prenons en compte les pathologies et les médications chroniques, et nous ne considérons pas certaines caractéristiques de la population étudiée. Les biais à l’inclusion (quasiment toutes les comorbidités incluses) font l’intérêt de ce travail puisqu’il reflète la pratique en première ligne. Conclusion : Les troubles érectiles sont plus fréquents chez les hommes ayant consommé plus de 21 unités par semaine pendant plusieurs années : la surconsommation d’alcool a donc un effet néfaste sur la fonction érectile. La dysfonction érectile donne un sentiment de mal-être qui peut provoquer des rechutes de mésusage d’alcool. Il est dès lors essentiel, en tant que médecin généraliste, de s’intéresser à la consommation d’alcool et à la sexualité de nos patients. Mots-clés : Alcool, mésusage d’alcool, dysfonction érectile, troubles érectiles
Degraux - FlorenceUniversité catholique de Louvain
P07 - P08 - P15 - Y07 - Y28 - QP52
Les facteurs motivant la prescription d'imagerie médicale dans la pathologie lombaire aigue en médecine générale
Les facteurs motivant la prescription d'imagerie médicale dans la pathologie lombaire aigue en médecine générale
Introduction: La prescription d’examens complémentaires fait partie du quotidien du médecin généraliste. La Belgique est un pays grand prescripteur d’imagerie par rapport aux pays limitrophes. La lombalgie aigue est un des motifs de consultation les plus fréquents en médecine générale. En théorie, aucun examen complémentaire n’est requis dans la lombalgie aigue de l’adulte en dehors des red flags. La pratique se trouve actuellement loin de la théorie. L’objectif de ce travail est de comprendre les éléments extrinsèques et intrinsèques à la situation clinique qui poussent les médecins généralistes à prescrire une imagerie dans la lombalgie aigue. Question de recherche: Quels sont les facteurs motivant le médecin généraliste à prescrire une imagerie médicale parfois non nécessaire dans la lombalgie aigue de l’adulte ? Méthode: Une recherche dans la littérature a été réalisée suivie d’une étude qualitative auprès de 12 médecins généralistes de la région wallonne, sélectionnés sur base de leurs profils sociodémographiques. Des entretiens semi-dirigés ont été effectués à l’aide d’une grille d’entretien. Les participants ont été interrogés à propos de leur recours à l’imagerie dans la lombalgie aigue de l’adulte et des facteurs contribuant à leur prise de décision. Par la suite, tous les entretiens ont été retranscrits mot à mot et ensuite analysés de manière thématique. Résultats: Cette étude a permis de mettre en évidence 3 catégories de facteurs intervenant dans notre prise de décision : les facteurs liés au prescripteur, les facteurs liés au patient et les facteurs liés à l’environnement. Les participants sont bien conscients du problème et de nombreuses idées ont émergé pour améliorer leur prescription d’imagerie dans la lombalgie aigue. Discussions et conclusions : De nombreuses interventions singulières ont déjà été implémentées pour réduire la prescription d’imagerie dans la pathologie lombaire, mais démontrant peu ou pas de succès. Il semblerait que des interventions à ces 3 niveaux soient nécessaires pour permettre une prescription d’imagerie plus optimale dans la lombalgie aigue. Cependant, il s’agit de mettre le patient comme acteur de sa santé, en tenant compte de tous les impératifs médicaux, culturels et socio-économiques pour arriver à lui faire comprendre que l’examen complémentaire peut parfois être plus délétère que bénéfique pour lui. Mots clés : étude qualitative, médecin généraliste, imagerie médicale, lombalgie aigue
Introduction: La prescription d’examens complémentaires fait partie du quotidien du médecin généraliste. La Belgique est un pays grand prescripteur d’imagerie par rapport aux pays limitrophes. La lombalgie aigue est un des motifs de consultation les plus fréquents en médecine générale. En théorie, aucun examen complémentaire n’est requis dans la lombalgie aigue de l’adulte en dehors des red flags. La pratique se trouve actuellement loin de la théorie. L’objectif de ce travail est de comprendre les éléments extrinsèques et intrinsèques à la situation clinique qui poussent les médecins généralistes à prescrire une imagerie dans la lombalgie aigue. Question de recherche: Quels sont les facteurs motivant le médecin généraliste à prescrire une imagerie médicale parfois non nécessaire dans la lombalgie aigue de l’adulte ? Méthode: Une recherche dans la littérature a été réalisée suivie d’une étude qualitative auprès de 12 médecins généralistes de la région wallonne, sélectionnés sur base de leurs profils sociodémographiques. Des entretiens semi-dirigés ont été effectués à l’aide d’une grille d’entretien. Les participants ont été interrogés à propos de leur recours à l’imagerie dans la lombalgie aigue de l’adulte et des facteurs contribuant à leur prise de décision. Par la suite, tous les entretiens ont été retranscrits mot à mot et ensuite analysés de manière thématique. Résultats: Cette étude a permis de mettre en évidence 3 catégories de facteurs intervenant dans notre prise de décision : les facteurs liés au prescripteur, les facteurs liés au patient et les facteurs liés à l’environnement. Les participants sont bien conscients du problème et de nombreuses idées ont émergé pour améliorer leur prescription d’imagerie dans la lombalgie aigue. Discussions et conclusions : De nombreuses interventions singulières ont déjà été implémentées pour réduire la prescription d’imagerie dans la pathologie lombaire, mais démontrant peu ou pas de succès. Il semblerait que des interventions à ces 3 niveaux soient nécessaires pour permettre une prescription d’imagerie plus optimale dans la lombalgie aigue. Cependant, il s’agit de mettre le patient comme acteur de sa santé, en tenant compte de tous les impératifs médicaux, culturels et socio-économiques pour arriver à lui faire comprendre que l’examen complémentaire peut parfois être plus délétère que bénéfique pour lui. Mots clés : étude qualitative, médecin généraliste, imagerie médicale, lombalgie aigue
Dell'Aiera - AliceUniversité catholique de Louvain
41.001 - L03 - QC14 - QD325 - QP3 - QR31 - QS41 - QD441
Concepts-clés pour aider les assistants en médecine générale à réaliser leur première garde au sein du cercle de garde Medi-Magne
Concepts-clés pour aider les assistants en médecine générale à réaliser leur première garde au sein du cercle de garde Medi-Magne
En tant qu’assistante en médecine générale, j’ai été confrontée assez rapidement aux gardes et au lot de difficultés qu’elles apportent. En discutant avec d’autres assistants, j’ai remarqué que je n’étais pas la seule à avoir été confrontée à des interrogations et inquiétudes. A travers ce travail, j’ai voulu connaitre les habitudes des médecins faisant partie du cercle de garde Médi-Magne ainsi que leurs attentes par rapport aux assistants, tout d’abord, mais aussi à tout médecin devant prendre en charge leurs patients. L’objectif principal est d’essayer d’apporter un soutien à l’assistant ou à tout médecin arrivant dans le cercle de garde et devant effectuer sa première garde en dégageant des concepts et un consensus sur des mesures à adopter. Pour connaitre l’opinion des médecins, j’ai réalisé un questionnaire sur différents sujets concernant leurs pratiques et leurs habitudes en matière de fonctionnement et de prescription. Je l’ai ensuite envoyé à tous les médecins du cercle de garde. Après analyse des résultats, j’ai pu retirer des points communs entre les pratiques des médecins et ainsi réaliser un document avec des concepts-clés à retenir pour faciliter la première garde. Dans un second temps, réalisant qu’il me manquait un élément important, à savoir l’avis des assistants, j’ai décidé de créer un focus group. Avec la participation de 4 assistants faisant partie du cercle de garde, j’ai pu récolter des éléments nouveaux concernant, cette fois, leurs interrogations et leur avis sur les concepts que je leur ai présentés. Finalement, j’ai réalisé deux réunions avec d’un côté des médecins titulaires et de l’autre des assistants. En posant une question unique concernant le contenu du règlement d’ordre intérieur (ROI) du poste médical de garde (1), j’ai cherché à savoir ce qu’il serait intéressant d’y ajouter concrètement pour aider les assistants.
En tant qu’assistante en médecine générale, j’ai été confrontée assez rapidement aux gardes et au lot de difficultés qu’elles apportent. En discutant avec d’autres assistants, j’ai remarqué que je n’étais pas la seule à avoir été confrontée à des interrogations et inquiétudes. A travers ce travail, j’ai voulu connaitre les habitudes des médecins faisant partie du cercle de garde Médi-Magne ainsi que leurs attentes par rapport aux assistants, tout d’abord, mais aussi à tout médecin devant prendre en charge leurs patients. L’objectif principal est d’essayer d’apporter un soutien à l’assistant ou à tout médecin arrivant dans le cercle de garde et devant effectuer sa première garde en dégageant des concepts et un consensus sur des mesures à adopter. Pour connaitre l’opinion des médecins, j’ai réalisé un questionnaire sur différents sujets concernant leurs pratiques et leurs habitudes en matière de fonctionnement et de prescription. Je l’ai ensuite envoyé à tous les médecins du cercle de garde. Après analyse des résultats, j’ai pu retirer des points communs entre les pratiques des médecins et ainsi réaliser un document avec des concepts-clés à retenir pour faciliter la première garde. Dans un second temps, réalisant qu’il me manquait un élément important, à savoir l’avis des assistants, j’ai décidé de créer un focus group. Avec la participation de 4 assistants faisant partie du cercle de garde, j’ai pu récolter des éléments nouveaux concernant, cette fois, leurs interrogations et leur avis sur les concepts que je leur ai présentés. Finalement, j’ai réalisé deux réunions avec d’un côté des médecins titulaires et de l’autre des assistants. En posant une question unique concernant le contenu du règlement d’ordre intérieur (ROI) du poste médical de garde (1), j’ai cherché à savoir ce qu’il serait intéressant d’y ajouter concrètement pour aider les assistants.
Failla - CarmelinaUniversité de Liège
QD25 - QD325 - QP3 - QR31 - QS2
L'expérience et l'état des connaissances d'un échantillon de médecins généralistes en Belgique sur l'usage des gouttes ophtalmiques contenant de la cortisone en médecine générale
L'expérience et l'état des connaissances d'un échantillon de médecins généralistes en Belgique sur l'usage des gouttes ophtalmiques contenant de la cortisone en médecine générale
Introduction : La prescription des gouttes contenant de la cortisone (GCS) sans un examen ophtalmologique préalable est le sujet qui m'a interpellé durant mon assistanat en médecine générale. En effet une telle prescription malgré les bénéfices prouvés dans certaines indications peut avoir des effets indésirables et est déconseillée. Objectif : L’objectif principal de cette étude était de connaître l’expérience et l’état des connaissances des médecins généralistes en Belgique sur l’usage des GCS. En d’autres termes l’objectif principal de cette étude était de savoir si les médecins généralistes prescrivent des GCS, dans quelle indication, pour quel type de patient, pour quelle durée, s’ils ont eu des complications et si leur pratique est compatible avec les guidelines. Pour ce faire, je me suis surtout basé sur la prise en charge d’une des plaintes ophtalmologiques les plus fréquentes en médecine générale à savoir la conjonctivite. Méthode : Recherche de la littérature afin de connaitre les connaissances actuelles sur le sujet et les guidelines suivi de la réalisation d’une étude quantitative transversale sur un échantillon de médecins généralistes en Belgique par le biais d’un questionnaire en ligne. Résultats : La recherche de la littérature n’a identifié aucune donnée disponible sur l'usage des GCS par les médecins généralistes belges. De plus, aucune étude n'a été identifiée pour déterminer l'état des connaissances et la pratique des médecins généraliste à ce sujet. L’étude quantitative réalisée dans le cadre de ce TFE a récolté 183 réponses analysables qui sont exposées dans les différentes parties de ce TFE qui traitent respectivement : les caractéristiques des médecins, le diagnostic, la prise en charge thérapeutique, l’usage des GCS, l’orientation du patient. Conclusion : Les traitements proposés par les médecins généralistes de notre échantillon ne sont parfois pas compatibles avec les guidelines. 86.3% des médecins généralistes ont déjà prescrit des GCS dont 13.7% pour des périodes plus longues que deux semaines. Dans les conjonctivites, les GCS ou l’Association de Gouttes d’Antibiotiques et de Corticostéroïdes (AGACS) sont prescrits dans une proportion non négligeable. 23 médecins (12.5%) ont constaté une complication à la suite de l’utilisation des GCS/AGACS. Malgré les bénéfices des GCS, davantage d’études randomisées sont nécessaires afin de s’assurer de l’efficacité et surtout de la sécurité de leur utilisation à court terme en première ligne.
Introduction : La prescription des gouttes contenant de la cortisone (GCS) sans un examen ophtalmologique préalable est le sujet qui m'a interpellé durant mon assistanat en médecine générale. En effet une telle prescription malgré les bénéfices prouvés dans certaines indications peut avoir des effets indésirables et est déconseillée. Objectif : L’objectif principal de cette étude était de connaître l’expérience et l’état des connaissances des médecins généralistes en Belgique sur l’usage des GCS. En d’autres termes l’objectif principal de cette étude était de savoir si les médecins généralistes prescrivent des GCS, dans quelle indication, pour quel type de patient, pour quelle durée, s’ils ont eu des complications et si leur pratique est compatible avec les guidelines. Pour ce faire, je me suis surtout basé sur la prise en charge d’une des plaintes ophtalmologiques les plus fréquentes en médecine générale à savoir la conjonctivite. Méthode : Recherche de la littérature afin de connaitre les connaissances actuelles sur le sujet et les guidelines suivi de la réalisation d’une étude quantitative transversale sur un échantillon de médecins généralistes en Belgique par le biais d’un questionnaire en ligne. Résultats : La recherche de la littérature n’a identifié aucune donnée disponible sur l'usage des GCS par les médecins généralistes belges. De plus, aucune étude n'a été identifiée pour déterminer l'état des connaissances et la pratique des médecins généraliste à ce sujet. L’étude quantitative réalisée dans le cadre de ce TFE a récolté 183 réponses analysables qui sont exposées dans les différentes parties de ce TFE qui traitent respectivement : les caractéristiques des médecins, le diagnostic, la prise en charge thérapeutique, l’usage des GCS, l’orientation du patient. Conclusion : Les traitements proposés par les médecins généralistes de notre échantillon ne sont parfois pas compatibles avec les guidelines. 86.3% des médecins généralistes ont déjà prescrit des GCS dont 13.7% pour des périodes plus longues que deux semaines. Dans les conjonctivites, les GCS ou l’Association de Gouttes d’Antibiotiques et de Corticostéroïdes (AGACS) sont prescrits dans une proportion non négligeable. 23 médecins (12.5%) ont constaté une complication à la suite de l’utilisation des GCS/AGACS. Malgré les bénéfices des GCS, davantage d’études randomisées sont nécessaires afin de s’assurer de l’efficacité et surtout de la sécurité de leur utilisation à court terme en première ligne.
Panahandeh - Mohammad HosseinUniversité catholique de Louvain
T92 - 50.006
Le microbiote intestinal Que sait-on de cet organe oublié ? Synthèse des connaissances actuelles et clarification de l’implication du microbiote dans dix pathologies courantes.
Le microbiote intestinal Que sait-on de cet organe oublié ? Synthèse des connaissances actuelles et clarification de l’implication du microbiote dans dix pathologies courantes.
Le microbiote intestinal, principalement constitué de bactéries, débuterait son partenariat avec l’hôte in utero. Chacun nait avec un profil bactérien unique. Grâce à sa capacité de résilience vers son état d’origine, le microbiote reste relativement stable dans le temps face à l’influence de divers facteurs qui peuvent moduler sa composition et/ou son métabolisme. Il possède de nombreuses fonctions essentielles à l’homéostasie de son hôte autre que la digestion. Organe longtemps oublié, il est maintenant possible d’analyser le microbiote en détails grâce aux progrès de séquençage d’ADN. Si le microbiote subit un stress important ou à long terme, un déséquilibre de l’écosystème bactérien survient qu’on appelle « dysbiose ». Celle-ci est observée dans de nombreuses pathologies. Une question reste cependant encore en suspens : la dysbiose est-elle responsable de la pathologie ou est-ce la pathologie qui déséquilibre le microbiote et entraine alors une dysbiose ? Car dans le cas où il s’agit de la dysbiose qui entraine une pathologie, le but de la recherche serait de pouvoir moduler le microbiote pour tenter de prévenir le développement de cette pathologies voire de la traiter. Dans le cas contraire, la dysbiose ne serait qu’un indicateur de la pathologie. Dans les dix pathologies analysées dans ce travail, il semblerait que l’altération du microbiote soit impliquée, entrainant une dysbiose à long terme pour certaines d’entre elles et une altération de la qualité de vie des patients. Pour une restauration écologique optimale, la modulation de la composition du microbiote via l’alimentation, la prise de prébiotiques, de probiotiques, d’antibiotiques ou via la transplantation de matière fécale est une piste d’avenir pour une prise en charge préventive et thérapeutique personnalisée au microbiote de chacun. Mots-clefs : Microbiote intestinal, diarrhées, techniques d’exploration, dysbiose, syndrome du côlon irritable, cancer du côlon, allergie, maladie cœliaque, acné, psoriasis, antibiotiques, diabète, obésité, syndrome métabolique, probiotiques, prébiotiques, transplantation de microbiote fécal.
Le microbiote intestinal, principalement constitué de bactéries, débuterait son partenariat avec l’hôte in utero. Chacun nait avec un profil bactérien unique. Grâce à sa capacité de résilience vers son état d’origine, le microbiote reste relativement stable dans le temps face à l’influence de divers facteurs qui peuvent moduler sa composition et/ou son métabolisme. Il possède de nombreuses fonctions essentielles à l’homéostasie de son hôte autre que la digestion. Organe longtemps oublié, il est maintenant possible d’analyser le microbiote en détails grâce aux progrès de séquençage d’ADN. Si le microbiote subit un stress important ou à long terme, un déséquilibre de l’écosystème bactérien survient qu’on appelle « dysbiose ». Celle-ci est observée dans de nombreuses pathologies. Une question reste cependant encore en suspens : la dysbiose est-elle responsable de la pathologie ou est-ce la pathologie qui déséquilibre le microbiote et entraine alors une dysbiose ? Car dans le cas où il s’agit de la dysbiose qui entraine une pathologie, le but de la recherche serait de pouvoir moduler le microbiote pour tenter de prévenir le développement de cette pathologies voire de la traiter. Dans le cas contraire, la dysbiose ne serait qu’un indicateur de la pathologie. Dans les dix pathologies analysées dans ce travail, il semblerait que l’altération du microbiote soit impliquée, entrainant une dysbiose à long terme pour certaines d’entre elles et une altération de la qualité de vie des patients. Pour une restauration écologique optimale, la modulation de la composition du microbiote via l’alimentation, la prise de prébiotiques, de probiotiques, d’antibiotiques ou via la transplantation de matière fécale est une piste d’avenir pour une prise en charge préventive et thérapeutique personnalisée au microbiote de chacun. Mots-clefs : Microbiote intestinal, diarrhées, techniques d’exploration, dysbiose, syndrome du côlon irritable, cancer du côlon, allergie, maladie cœliaque, acné, psoriasis, antibiotiques, diabète, obésité, syndrome métabolique, probiotiques, prébiotiques, transplantation de microbiote fécal.
Bourseau - FlorenceUniversité catholique de Louvain
30.001
Quel est le rôle du médecin généraliste face à la problématique des perturbateurs endocriniens?
Quel est le rôle du médecin généraliste face à la problématique des perturbateurs endocriniens?
Introduction : Les perturbateurs endocriniens sont maintenant reconnus pour leur impact en matière de santé et sont devenus un sujet d’ordre mondial. Ils posent de nombreux défis au vu de leur complexité. Le médecin généraliste reste un prestataire de choix en matière de prévention et le sujet des perturbateurs endocriniens pose des questions en matière de santé publique. L’objectif de ce travail est d’évaluer, à travers le regard de médecins généralistes ayant été préalablement sensibilisés à la problématique des perturbateurs endocriniens, leur avis concernant le rôle du médecin généraliste face à cette problématique. Méthode : L’étude a été réalisée au moyen d’entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes en Fédération Wallonie-Bruxelles ayant été sensibilisés préalablement à la problématique des perturbateurs endocriniens. Résultats : Huit médecins généralistes, préalablement sensibilisés à la problématique des perturbateurs endocriniens, ont participé à mon enquête qualitative sur le rôle du médecin généraliste face à cette problématique. Leur avis a été abordé concernant des thématiques telles que l’état de connaissance, les freins et les solutions à l’implication du médecin traitant, leurs attentes quant à une gestion plus large ainsi qu’un questionnement sur leur vision de la déontologie dans ce cas de figure. Discussion : Le rôle de prévention est un des devoirs du médecin généraliste face à la problématique des perturbateurs endocriniens, il a le devoir d’être conscient du lien établi entre environnement et santé. Le principe de précaution est souvent requis. Le médecin est appelé à être proactif dans l’apparition de nouvelles pathologies liées à l’environnement. Le manque de formation, de temps et d’outils sont les plus souvent pointés du doigt concernant les freins à l’implication du médecin traitant. Des solutions, une stratégie et des attentes pour une prise de conscience généralisée sont exprimées afin d’inscrire le sujet et le médecin de famille dans une campagne de prévention plus large. La question de déontologie reste partagée auprès des soignants dans le cadre actuel. Mots clés : Médecine générale, pratique, prévention, perturbateurs endocriniens, Belgique. Indexation : QD13 ; QS41 ; QD23 ; QD41 ; QH11 ; QH12 ; QR31
Introduction : Les perturbateurs endocriniens sont maintenant reconnus pour leur impact en matière de santé et sont devenus un sujet d’ordre mondial. Ils posent de nombreux défis au vu de leur complexité. Le médecin généraliste reste un prestataire de choix en matière de prévention et le sujet des perturbateurs endocriniens pose des questions en matière de santé publique. L’objectif de ce travail est d’évaluer, à travers le regard de médecins généralistes ayant été préalablement sensibilisés à la problématique des perturbateurs endocriniens, leur avis concernant le rôle du médecin généraliste face à cette problématique. Méthode : L’étude a été réalisée au moyen d’entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes en Fédération Wallonie-Bruxelles ayant été sensibilisés préalablement à la problématique des perturbateurs endocriniens. Résultats : Huit médecins généralistes, préalablement sensibilisés à la problématique des perturbateurs endocriniens, ont participé à mon enquête qualitative sur le rôle du médecin généraliste face à cette problématique. Leur avis a été abordé concernant des thématiques telles que l’état de connaissance, les freins et les solutions à l’implication du médecin traitant, leurs attentes quant à une gestion plus large ainsi qu’un questionnement sur leur vision de la déontologie dans ce cas de figure. Discussion : Le rôle de prévention est un des devoirs du médecin généraliste face à la problématique des perturbateurs endocriniens, il a le devoir d’être conscient du lien établi entre environnement et santé. Le principe de précaution est souvent requis. Le médecin est appelé à être proactif dans l’apparition de nouvelles pathologies liées à l’environnement. Le manque de formation, de temps et d’outils sont les plus souvent pointés du doigt concernant les freins à l’implication du médecin traitant. Des solutions, une stratégie et des attentes pour une prise de conscience généralisée sont exprimées afin d’inscrire le sujet et le médecin de famille dans une campagne de prévention plus large. La question de déontologie reste partagée auprès des soignants dans le cadre actuel. Mots clés : Médecine générale, pratique, prévention, perturbateurs endocriniens, Belgique. Indexation : QD13 ; QS41 ; QD23 ; QD41 ; QH11 ; QH12 ; QR31
De Longueville - SimonUniversité catholique de Louvain
QO4
Lien entre l’implication de la 1re ligne et la mortalité liée au covid-19 dans les pays de l’OCDE : une étude écologique
Lien entre l’implication de la 1re ligne et la mortalité liée au covid-19 dans les pays de l’OCDE : une étude écologique
Résumé : Introduction : En décembre 2019, le premier cas d’infection à SARS-CoV2 est déclaré en Chine. La pandémie covid-19 qui en résulte est responsable à ce jour de millions de morts à travers le monde. La Belgique est l’un des pays les plus touchés au niveau épidémiologique, avec une majorité de décès en maisons de repos. La propagation rapide du virus, la pénurie mondiale d’équipements de protection (EPI) et de réactifs, ainsi que la croissance exponentielle des cas et des décès ont soumis la santé publique à une pression maximale, et obligé les pays à s’adapter. L’objectif de ce travail est d’identifier quels ont été les rôles des soins primaires pendant la pandémie covid-19 et d’évaluer leur impact sur les infections et les décès. Matériel et méthode : Cette étude écologique est basée sur la comparaison des rôles des soins primaires dans les 37 pays de l’OCDE, entre le 1er janvier 2020 et le 31 janvier 2021. Le recueil de données se fait à travers la littérature grise, la recherche bibliographique, et les articles de presse. L’essentiel des ressources provient du moniteur de réponse aux soins de santé au covid-19 (HSRM), et des sites de l’OMS et de l’OCDE. Résultats : Nous avons identifié 11 implications de la première ligne de soins : l’usage de la téléconsultation et des technologies digitales ; le triage des patients avec symptômes d’infection respiratoire ; la possibilité de testing dans les structures de soins primaires ; la création de centres dédiés au triage/testing des patients avec suspicion de covid-19 ; la création de centres intermédiaires de soins/quarantaine ; la prise de mesures supplémentaires pour la prévention des infections en MR ; le suivi des patients chroniques ou non covid-19 ; le développement d’équipes mobiles d’urgence ; l’élargissement d’actes infirmiers/de pharmacie ; le recrutement des étudiants en soins de santé ; la réquisition ou le recrutement des soignants par les hôpitaux. Aucun des rôles identifiés n’a eu d’impact statistiquement significatif sur le nombre de cas ou de décès par million d’habitants. Discussion et conclusion : Les pays de l’OCDE ont globalement adapté leurs soins primaires de façon similaire avec quelques particularités, témoignant de la nécessité de certaines prises de décisions face à la pression de la pandémie covid-19 sur les systèmes de santé. Ils ont cependant divergé sur l’intérêt de créer des centres de quarantaine comme alternative à l’isolement à domicile pour les cas d’infections modérés au SARS-CoV2, ainsi que sur l’élargissement des actes infirmiers/de pharmacie, la création d’équipes mobiles à domicile, ou le recrutement de soignants de première ligne par les hôpitaux. Notre étude ne prouve pas de lien direct d’un des rôles des soins primaires sur les données épidémiologiques (nombre de cas, mortalité) et souffre de nombreuses limites, mais elle offre néanmoins de nombreuses perspectives de recherche.
Résumé : Introduction : En décembre 2019, le premier cas d’infection à SARS-CoV2 est déclaré en Chine. La pandémie covid-19 qui en résulte est responsable à ce jour de millions de morts à travers le monde. La Belgique est l’un des pays les plus touchés au niveau épidémiologique, avec une majorité de décès en maisons de repos. La propagation rapide du virus, la pénurie mondiale d’équipements de protection (EPI) et de réactifs, ainsi que la croissance exponentielle des cas et des décès ont soumis la santé publique à une pression maximale, et obligé les pays à s’adapter. L’objectif de ce travail est d’identifier quels ont été les rôles des soins primaires pendant la pandémie covid-19 et d’évaluer leur impact sur les infections et les décès. Matériel et méthode : Cette étude écologique est basée sur la comparaison des rôles des soins primaires dans les 37 pays de l’OCDE, entre le 1er janvier 2020 et le 31 janvier 2021. Le recueil de données se fait à travers la littérature grise, la recherche bibliographique, et les articles de presse. L’essentiel des ressources provient du moniteur de réponse aux soins de santé au covid-19 (HSRM), et des sites de l’OMS et de l’OCDE. Résultats : Nous avons identifié 11 implications de la première ligne de soins : l’usage de la téléconsultation et des technologies digitales ; le triage des patients avec symptômes d’infection respiratoire ; la possibilité de testing dans les structures de soins primaires ; la création de centres dédiés au triage/testing des patients avec suspicion de covid-19 ; la création de centres intermédiaires de soins/quarantaine ; la prise de mesures supplémentaires pour la prévention des infections en MR ; le suivi des patients chroniques ou non covid-19 ; le développement d’équipes mobiles d’urgence ; l’élargissement d’actes infirmiers/de pharmacie ; le recrutement des étudiants en soins de santé ; la réquisition ou le recrutement des soignants par les hôpitaux. Aucun des rôles identifiés n’a eu d’impact statistiquement significatif sur le nombre de cas ou de décès par million d’habitants. Discussion et conclusion : Les pays de l’OCDE ont globalement adapté leurs soins primaires de façon similaire avec quelques particularités, témoignant de la nécessité de certaines prises de décisions face à la pression de la pandémie covid-19 sur les systèmes de santé. Ils ont cependant divergé sur l’intérêt de créer des centres de quarantaine comme alternative à l’isolement à domicile pour les cas d’infections modérés au SARS-CoV2, ainsi que sur l’élargissement des actes infirmiers/de pharmacie, la création d’équipes mobiles à domicile, ou le recrutement de soignants de première ligne par les hôpitaux. Notre étude ne prouve pas de lien direct d’un des rôles des soins primaires sur les données épidémiologiques (nombre de cas, mortalité) et souffre de nombreuses limites, mais elle offre néanmoins de nombreuses perspectives de recherche.
Salah - MohamedUniversité libre de Bruxelles
QH - R74 - R83 - QR2
"Comment la santé communautaire a-t-elle continué à exercer son rôle pendant la pandémie du Covid-19 dans les maisons médicales ? Une étude qualitative auprès de maisons médicales de le Fédération des maisons médicales."
"Comment la santé communautaire a-t-elle continué à exercer son rôle pendant la pandémie du Covid-19 dans les maisons médicales ? Une étude qualitative auprès de maisons médicales de le Fédération des maisons médicales."
Introduction : Dans un contexte inédit dû à la pandémie de la Covid-19, la priorisation du curatif dans notre système de santé est devenu encore plus flagrante. Face aux nouveaux défis qui ont émergé, la valorisation et le renforcement de la santé communautaire apparaissent comme une solution pertinente car elle tient compte des déterminants de la santé (sociaux, économiques,…). Méthodologie : Etude qualitative par théorie ancrée et avec analyse inductive basée sur des entretiens semi-dirigés de 12 maisons médicales (MM) ayant pour but d’identifier les difficultés rencontrées lors de la pandémie et les actions mises en place par les MM. Résultats : Les MM, en tant qu’acteurs de santé globaux, ont dû adapter leurs activités aux besoins des patients et développer de nouvelles formes d’action et de communication, activer leurs réseaux associatifs pour pouvoir continuer à assumer leur rôle dans la santé communautaire et la promotion de la santé. Les MM ayant un réseau bien ancré au préalable ont eu plus de succès dans leurs actions que les autres MM. Cependant, au vu du manque de soutient et d’aides, l’activité en santé communautaire à diminuer. Conclusion : Malgré le grand potentiel de cette approche de santé communautaire, elle reste limitée par le manque de moyens. Une réforme est nécessaire pour pouvoir élargir et renforcer des projets de santé communautaire afin d’agir efficacement sur l’ensemble des déterminants de la santé.
Introduction : Dans un contexte inédit dû à la pandémie de la Covid-19, la priorisation du curatif dans notre système de santé est devenu encore plus flagrante. Face aux nouveaux défis qui ont émergé, la valorisation et le renforcement de la santé communautaire apparaissent comme une solution pertinente car elle tient compte des déterminants de la santé (sociaux, économiques,…). Méthodologie : Etude qualitative par théorie ancrée et avec analyse inductive basée sur des entretiens semi-dirigés de 12 maisons médicales (MM) ayant pour but d’identifier les difficultés rencontrées lors de la pandémie et les actions mises en place par les MM. Résultats : Les MM, en tant qu’acteurs de santé globaux, ont dû adapter leurs activités aux besoins des patients et développer de nouvelles formes d’action et de communication, activer leurs réseaux associatifs pour pouvoir continuer à assumer leur rôle dans la santé communautaire et la promotion de la santé. Les MM ayant un réseau bien ancré au préalable ont eu plus de succès dans leurs actions que les autres MM. Cependant, au vu du manque de soutient et d’aides, l’activité en santé communautaire à diminuer. Conclusion : Malgré le grand potentiel de cette approche de santé communautaire, elle reste limitée par le manque de moyens. Une réforme est nécessaire pour pouvoir élargir et renforcer des projets de santé communautaire afin d’agir efficacement sur l’ensemble des déterminants de la santé.
Goumas de Oliveira - IoannaUniversité libre de Bruxelles
QO4 - QO4 - QO4 - QO4
Treatment gap dans l'ostéoporose en médecine générale
Treatment gap dans l'ostéoporose en médecine générale
Contexte : L’ostéoporose est une affection chronique largement répandue à travers le monde et son incidence ne cesse de croître face au vieillissement de la population. Son coût clinique, social et économique en fait un problème de santé publique majeur. Malgré que l’on dispose de traitements efficaces sur la densité osseuse, l’ostéoporose reste indéniablement sous-diagnostiquée et sous-traitée. Ce fossé thérapeutique ou “treatment gap” concerne notamment la médecine générale qui occupe une place centrale dans la prise en charge de cette pathologie. Objectif : L’objectif de ce travail consistait à mettre en évidence, selon les médecins généralistes, les raisons du manque de prise en charge de l’ostéoporose en médecine générale, plus spécifiquement en Province de Liège. La finalité de cet écrit est de présenter quelques pistes dans le but d’améliorer la prise en charge de l’ostéoporose et, de ce fait, réduire le treatment gap. Méthodologie : Revue non systématique de la littérature suivie d’une enquête qualitative par entretiens individuels semi-directifs auprès de médecins généralistes en Province de Liège, sélectionnés au préalable. Confrontation ensuite des résultats de l’étude aux données de la littérature. Résultats : L’étude qualitative a permis de répertorier différents freins pouvant effectivement expliquer le treatment gap dans l’ostéoporose en médecine générale, ainsi que quelques pistes pour l’amender. À noter que la grande majorité des généralistes interrogés se sentent concernés par la prise en charge de l’ostéoporose et considèrent leur rôle de soignant de première ligne comme prépondérant dans cette problématique. Conclusion : La majorité des médecins généralistes interrogés considéraient exercer un rôle prépondérant dans la prise en charge de l’ostéoporose et étaient néanmoins conscients de certains freins existants. Des solutions existent et d’autres efforts doivent encore être fournis en parallèle de l’implication des médecins généralistes pour permettre de réduire ce treatment gap.
Contexte : L’ostéoporose est une affection chronique largement répandue à travers le monde et son incidence ne cesse de croître face au vieillissement de la population. Son coût clinique, social et économique en fait un problème de santé publique majeur. Malgré que l’on dispose de traitements efficaces sur la densité osseuse, l’ostéoporose reste indéniablement sous-diagnostiquée et sous-traitée. Ce fossé thérapeutique ou “treatment gap” concerne notamment la médecine générale qui occupe une place centrale dans la prise en charge de cette pathologie. Objectif : L’objectif de ce travail consistait à mettre en évidence, selon les médecins généralistes, les raisons du manque de prise en charge de l’ostéoporose en médecine générale, plus spécifiquement en Province de Liège. La finalité de cet écrit est de présenter quelques pistes dans le but d’améliorer la prise en charge de l’ostéoporose et, de ce fait, réduire le treatment gap. Méthodologie : Revue non systématique de la littérature suivie d’une enquête qualitative par entretiens individuels semi-directifs auprès de médecins généralistes en Province de Liège, sélectionnés au préalable. Confrontation ensuite des résultats de l’étude aux données de la littérature. Résultats : L’étude qualitative a permis de répertorier différents freins pouvant effectivement expliquer le treatment gap dans l’ostéoporose en médecine générale, ainsi que quelques pistes pour l’amender. À noter que la grande majorité des généralistes interrogés se sentent concernés par la prise en charge de l’ostéoporose et considèrent leur rôle de soignant de première ligne comme prépondérant dans cette problématique. Conclusion : La majorité des médecins généralistes interrogés considéraient exercer un rôle prépondérant dans la prise en charge de l’ostéoporose et étaient néanmoins conscients de certains freins existants. Des solutions existent et d’autres efforts doivent encore être fournis en parallèle de l’implication des médecins généralistes pour permettre de réduire ce treatment gap.
STAINIER - DelphineUniversité catholique de Louvain
A98 - L95 - QD41 - QD42 - A98 - QR31
Quel est le ressenti (réflexion éthique et questionnement individuel) des médecins généralistes face à une demande d’euthanasie ?
Quel est le ressenti (réflexion éthique et questionnement individuel) des médecins généralistes face à une demande d’euthanasie ?
Même si une loi, adoptée en 2002, régit à présent les demandes d'euthanasie, les comportements des médecins généralistes diffèrent selon plusieurs critères. J'ai réalisé une analyse qualitative basée sur plusieurs entretiens semi-dirigés que j'ai eu avec des médecins généralistes de Belgique. Ils ont répondu à une série de questions sur l'euthanasie et ont pu faire part de leur ressenti face aux demandes, qu'ils en aient réalisées ou non. La recherche qualitative a eu pour but d'étudier les divergences d'opinion quant à la législation, de comprendre les points de vue, de recueillir les sentiments, les expériences des médecins face à des situations parfois complexes, de patients en fin de vie et en demande d'euthanasie. Il s'agit de connaître les pratiques et les opinions des médecins généralistes vis-à-vis de l'euthanasie et de se rendre compte de l'impact psychologique d'une demande d'euthanasie pour un médecin généraliste, de son ressenti face à cela, de ses doutes, ses interrogations, ses convictions ; de comprendre pourquoi certains refusent catégoriquement, pourquoi d'autres hésitent et réorientent et pourquoi certains se spécialisent éventuellement dans cet accompagnement. Il s’agit également d’avoir une idée de degré d’information des médecins généralistes quant à la loi et aux aides qu’ils peuvent solliciter lors d’une telle demande. J'ai pu recueillir le ressenti de 5 médecins généralistes qui ont accepté l'interview. Parmi eux, 4 avaient déjà pratiqué l'euthanasie et une y était favorable sans l'avoir pratiqué. Aucun médecin contre l'euthanasie ne s'est manifesté malgré mes relances ce qui pourrait montrer que le sujet reste encore tabou, et que beaucoup de médecins généralistes peinent encore à discuter d'euthanasie et donner leur avis . Chaque médecin était bien au courant de la loi, des implications et des possibilités qu'elle offre aux patients belges. Le patient reste au cœur de toutes les discussions, que les médecins aient pratiqué ou non l'euthanasie, la volonté du patient prime et le respect de sa volonté est primordial pour tous les médecins qui ont été interviewés. Pour tous, la place du médecin traitant est majeure, il est au centre du réseau de santé du patient, il connaît le malade et le contexte socio-familial. Il a un rôle d'écoute, de suivi et d'accompagnement. Les résultats montrent également à quel point le chemin psychologique peut être long et difficile avant d'accepter de réaliser l'acte, que la plupart des médecins demandent de l'aide et se font accompagner car c'est aussi l'acte technique qui inquiète beaucoup les médecins généralsites et génère beaucoup d'angoisses. Tous sont également d'accords pour dire que les médecins refusant de pratiquer les euthanasies devraient, comme la loi le prévoit, savoir référer à un autre médecin qui prendra en charge le dossier, afin de respecter le projet du patient. Ils critiquent également les euthanasies déguisées qui ne rentrent pas dans le cadre de la loi ou les sedations palliatives. Pour les médecins interrogés il apparaît également indispensable d'établir des projets de fin de vie pour leur patient, afin d'être préparés au mieux dans le cas de soins palliatifs et de pouvoir, plus serienement , aborder le sujet de l'euthanasie. Enfin, 4 médecins sur 5 expriment de réelles difficultés lorsqu'il s'agit de l'euthanasie sur les mineurs.
Même si une loi, adoptée en 2002, régit à présent les demandes d'euthanasie, les comportements des médecins généralistes diffèrent selon plusieurs critères. J'ai réalisé une analyse qualitative basée sur plusieurs entretiens semi-dirigés que j'ai eu avec des médecins généralistes de Belgique. Ils ont répondu à une série de questions sur l'euthanasie et ont pu faire part de leur ressenti face aux demandes, qu'ils en aient réalisées ou non. La recherche qualitative a eu pour but d'étudier les divergences d'opinion quant à la législation, de comprendre les points de vue, de recueillir les sentiments, les expériences des médecins face à des situations parfois complexes, de patients en fin de vie et en demande d'euthanasie. Il s'agit de connaître les pratiques et les opinions des médecins généralistes vis-à-vis de l'euthanasie et de se rendre compte de l'impact psychologique d'une demande d'euthanasie pour un médecin généraliste, de son ressenti face à cela, de ses doutes, ses interrogations, ses convictions ; de comprendre pourquoi certains refusent catégoriquement, pourquoi d'autres hésitent et réorientent et pourquoi certains se spécialisent éventuellement dans cet accompagnement. Il s’agit également d’avoir une idée de degré d’information des médecins généralistes quant à la loi et aux aides qu’ils peuvent solliciter lors d’une telle demande. J'ai pu recueillir le ressenti de 5 médecins généralistes qui ont accepté l'interview. Parmi eux, 4 avaient déjà pratiqué l'euthanasie et une y était favorable sans l'avoir pratiqué. Aucun médecin contre l'euthanasie ne s'est manifesté malgré mes relances ce qui pourrait montrer que le sujet reste encore tabou, et que beaucoup de médecins généralistes peinent encore à discuter d'euthanasie et donner leur avis . Chaque médecin était bien au courant de la loi, des implications et des possibilités qu'elle offre aux patients belges. Le patient reste au cœur de toutes les discussions, que les médecins aient pratiqué ou non l'euthanasie, la volonté du patient prime et le respect de sa volonté est primordial pour tous les médecins qui ont été interviewés. Pour tous, la place du médecin traitant est majeure, il est au centre du réseau de santé du patient, il connaît le malade et le contexte socio-familial. Il a un rôle d'écoute, de suivi et d'accompagnement. Les résultats montrent également à quel point le chemin psychologique peut être long et difficile avant d'accepter de réaliser l'acte, que la plupart des médecins demandent de l'aide et se font accompagner car c'est aussi l'acte technique qui inquiète beaucoup les médecins généralsites et génère beaucoup d'angoisses. Tous sont également d'accords pour dire que les médecins refusant de pratiquer les euthanasies devraient, comme la loi le prévoit, savoir référer à un autre médecin qui prendra en charge le dossier, afin de respecter le projet du patient. Ils critiquent également les euthanasies déguisées qui ne rentrent pas dans le cadre de la loi ou les sedations palliatives. Pour les médecins interrogés il apparaît également indispensable d'établir des projets de fin de vie pour leur patient, afin d'être préparés au mieux dans le cas de soins palliatifs et de pouvoir, plus serienement , aborder le sujet de l'euthanasie. Enfin, 4 médecins sur 5 expriment de réelles difficultés lorsqu'il s'agit de l'euthanasie sur les mineurs.
Heripret - camilleUniversité catholique de Louvain
QE31 - QD26 - QR31 - QS41
Prise en charge des œdèmes des membres inférieurs chez les personnes âgées
Prise en charge des œdèmes des membres inférieurs chez les personnes âgées
Introduction L’œdème est défini comme « un gonflement causé par une augmentation du volume de liquide interstitiel » . Les principales causes d’œdèmes des membres infér