Recherche
  •  
  • 30 - Examen médical/bilan de santé global
  • 30.000 - examen médical global
  • 30.001 - bilan global
  • 30.002 - examen du nourrisson bien portant
  • 30.003 - examen de santé scolaire
  • 31 - Examen médical / bilan de santé partiel
  • 31.000 - examen médical partiel
  • 31.001 - bilan de santé partiel
  • 31.002 - examen d'un système corporel
  • 31.003 - dépistage d'un problème de santé
  • 31.004 - auscultation cardiaque
  • 31.005 - mesure de la pression
  • 31.006 - mesure de la température
  • 32 - Test de sensibilité
  • 32.000 - test de sensibilité
  • 32.001 - prick-test
  • 32.002 - patch test
  • 32.003 - RAST
  • 32.004 - test d'exposition aux aliments
  • 32.005 - test de provocation a la metacholine
  • 32.006 - test de Mantoux
  • 33 - Examen microbiologique/ immunologique
  • 33.000 - examen microbiologique
  • 33.001 - examen immunologique
  • 33.002 - hémoculture
  • 33.003 - culture de selles
  • 33.004 - culture des expectorations
  • 33.005 - frottis de gorge
  • 33.006 - frottis vaginal
  • 33.007 - test d'antigène
  • 33.008 - test d'anticorps
  • 33.009 - test HIV
  • 33.010 - test HPV
  • 33.011 - titrage d'anticorps
  • 33.012 - test Hépatite B
  • 34 - Analyse de sang
  • 34.000 - analyse de sang
  • 34.001 - groupe et type sanguin
  • 34.002 - vitesse de sédimentation (VS)
  • 34.003 - globules blancs (GB)
  • 34.004 - taux d'hormone sanguin
  • 34.005 - taux d'enzyme sanguin
  • 34.006 - taux de drogue sanguin
  • 34.007 - taux d'alcool sanguin
  • 34.008 - protéine C réactive (PCR)
  • 34.009 - temps de prothrombine (PTT)
  • 34.010 - D-dimères
  • 34.011 - gaz artériel
  • 34.012 - clearance de la créatinine
  • 34.013 - test de grossesse sanguin
  • 34.14 - examens biologiques de base?
  • 35 - Analyse d'urine
  • 35.000 - analyse d'urine
  • 35.001 - tigette urinaire
  • 35.002 - recherche de drogues urinaires
  • 35.003 - test de grossesse urinaire
  • 35.004 - rapport albumine/créatinine
  • 36 - Analyse de selles
  • 36.000 - analyse de selles
  • 36.001 - recherche de parasites
  • 36.002 - recherche d’œufs
  • 36.003 - recherche de kystes dans les selles
  • 36.004 - recherche de sang occulte dans les selles
  • 37 - Cytologie/histologie
  • 37.000 - cytologie-histologie
  • 37.001 - anapath-cytologie tissu
  • 37.002 - anapath-cytologie fluide
  • 37.003 - anapath-cytologie biopsie
  • 37.004 - anapath-cytologie ponction
  • 37.005 - anapath-cytologie excision
  • 37.006 - anapath-cytologie frottis
  • 37.007 - cytologie urinaire
  • 37.008 - anapath-cytologie expectoration
  • 37.009 - spermogramme
  • 38 - Autre analyse de laboratoire nca
  • 38.000 - autre analyse de laboratoire nca
  • 38.001 - dépistage chromosomique antenatal
  • 38.002 - test chromosomial
  • 38.003 - test génétique
  • 38.004 - test d’ADN
  • 38.005 - test de paternité
  • 38.006 - test respiratoire pour hélicobacter pylori
  • 38.007 - test à la sueur
  • 38.008 - test des larmes
  • 38.099 - tout autre test de laboratoire non inclus dans les rubriques 32 à 37
  • 39 - Epreuve fonctionnelle physique
  • 39.000 - epreuve fonctionnelle physique
  • 39.001 - audiométrie
  • 39.002 - champ visuel
  • 39.003 - mesure du débit urinaire
  • 39.004 - spirométrie
  • 39.005 - test calorimétrique
  • 39.006 - test de la fonction vestibulaire
  • 39.007 - test de vision des couleurs
  • 39.008 - test de vue
  • 39.009 - tonométrie
  • 39.010 - tympanométrie
  • 40 - Endoscopie diagnostique
  • 40.000 - endoscopie diagnostique
  • 40.001 - anuscopie
  • 40.002 - arthroscopie
  • 40.003 - bronchoscopie
  • 40.004 - colonoscopie
  • 40.005 - colposcopie
  • 40.006 - gastroscopie
  • 40.007 - hystéroscopie
  • 40.008 - laparoscopie
  • 40.009 - laryngoscopie
  • 40.010 - médiastinoscopie
  • 40.011 - pharyngoscopie
  • 40.012 - rectoscopie
  • 40.013 - rhinoscopie
  • 40.014 - sigmoidoscopie
  • 40.015 - trachéoscopie
  • 41 - Radiologie diagnostique/imagerie
  • 41.000 - radiologie diagnostique
  • 41.001 - imagerie
  • 41.002 - angiographie
  • 41.003 - imagerie par médecine nucléaire
  • 41.004 - imagerie par rayons X
  • 41.005 - imagerie par ultrasons
  • 41.006 - Résonance magnétique nucléaire (RMN)
  • 41.007 - scintigraphie cardiaque
  • 41.008 - scintigraphie isotopique
  • 41.009 - scintigraphie osseuse,
  • 41.010 - scintigraphie thyroïdienne,
  • 41.011 - thermographie
  • 41.012 - tomographie computérisée (CT)
  • 41.013 - tomographie par émission de positron (PET Scan)
  • 42 - Tracé électrique
  • 42.000 - tracé électrique
  • 42.001 - électrocardiogramme (ECG)
  • 42.002 - électrocardiogramme d'effort
  • 42.003 - électroencéphalogramme (EEG)
  • 42.004 - électromyogramme (EMG)
  • 42.005 - électronystagmogramme (ENG)
  • 42.006 - monitoring Holter
  • 43 - Autre procédure diagnostique
  • 43.000 - autre procédure diagnostique
  • 43.001 - dermoscopie
  • 43.002 - évaluation des activités quotidienne
  • 43.003 - familiogramme
  • 43.004 - laparatomie diagnostique
  • 43.005 - ophtalmoscopie
  • 43.006 - photographie de la peau
  • 43.007 - test d'anxiété
  • 43.008 - test de dépression
  • 43.009 - test de détection de démence
  • 43.010 - test d'intelligence
  • 44 - Vaccination/médication préventive
  • 44.000 - vaccination préventive
  • 44.001 - médication préventive
  • 44.002 - désensibilisation
  • 44.003 - immunisation active ou passive
  • 44.004 - prophylaxie de la malaria
  • 44.005 - traitement prophylactique par médicaments
  • 45 - Recommandation / éducation santé / avis / régime
  • 45.000 - recommandation de santé
  • 45.001 - éducation à la santé
  • 45.002 - avis sur la santé
  • 45.003 - régime
  • 45.004 - avis sur des habitudes favorables à la santé
  • 45.005 - avis sur des problèmes sociaux
  • 45.006 - avis sur la grossesse
  • 45.007 - avis sur la planification familiale
  • 45.008 - avis sur la santé au travail
  • 45.009 - avis sur l'utilisation des services de santé
  • 45.010 - conseil d'attente vigilante
  • 45.011 - conseil de prévention de problèmes de santé
  • 46 - Discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.000 - discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.001 - consultation par télémédecine avec un dispensateur de soins primaires
  • 47 - Consultation avec un spécialiste
  • 47.000 - consultation avec un spécialiste
  • 47.001 - consultation avec un spécialiste par télémédecine
  • 48 - Clarification, discussion de la raison de rencontre, de la demande du patient
  • 48.000 - clarification de la raison de rencontre
  • 48.001 - discussion de la demande du patient
  • 48.002 - discussion sur la nécessité des tests de dépistage
  • 49 - Autre procédure préventive
  • 49.001 - autre procédure préventive
  • 49.002 - évaluation des conditions de risques sanitaires
  • 49.003 - évaluation des conditions de risques environnementaux
  • 49.004 - rééévaluation du traitement
  • 50 - Médication / prescription / renouvellement / injection
  • 50.000 - médication
  • 50.001 - prescription
  • 50.002 - renouvellement
  • 50.003 - injection
  • 50.004 - administration de médicament
  • 50.005 - injection de médicament à effet systémique
  • 50.006 - prescription de médicament
  • 50.007 - renouvellement de médicament
  • 51 - Incision / drainage /lavage/ aspiration de liquide corporel
  • 51.000 - incision
  • 51.001 - drainage
  • 51.002 - lavage
  • 51.003 - aspiration de liquide corporel
  • 51.004 - aspiration d'un hématome
  • 51.005 - incision d'un abcès
  • 51.006 - irrigation de l'oeil
  • 51.007 - irrigation de l'oreille
  • 51.008 - paracentèse
  • 51.009 - ponction de fluide d'ascite
  • 51.010 - ponction lombaire
  • 51.011 - ponction
  • 51.012 - aspiration des sinus
  • 51.013 - aspiration d'un ganglion
  • 51.014 - aspiration d'un kyste
  • 51.015 - aspiration d'une bourse
  • 51.016 - aspiration articulaire
  • 51.017 - aspiration de l'estomac
  • 51.018 - aspiration des poumons
  • 51.019 - aspiration vésicale
  • 51.020 - saignées
  • 51.021 - thoracocentèse
  • 51.022 - tympanostomie
  • 51.023 - amniocentèse
  • 52 - Excision / biopsie / destruction/ débridement / cautérisation
  • 52.000 - excision
  • 52.001 - biopsie
  • 52.002 - destruction (de tissus)
  • 52.003 - débridement
  • 52.004 - cautérisation
  • 52.005 - amputation
  • 52.006 - asticothérapie
  • 52.007 - biopsie de la peau
  • 52.008 - biopsie d'un organe
  • 52.009 - cautérisation chimique
  • 52.010 - cautérisation électrique
  • 52.011 - cautérisation froide
  • 52.012 - cautérisation laser
  • 52.013 - curetage de la peau
  • 52.014 - curetage utérin
  • 52.015 - débridement autolytique
  • 52.016 - débridement chimique
  • 52.017 - débridement chirurgical
  • 52.018 - débridement mécanique
  • 52.019 - destruction nerveuse
  • 52.020 - destruction veine
  • 52.021 - embolectomie
  • 52.022 - éveinage
  • 52.023 - excision, élimination de tissus
  • 52.024 - excision, enlèvement d'ongle
  • 52.025 - extraction de dent
  • 52.026 - stérilisation
  • 53 - Cathétérisation / intubation / dilatation / appareillage
  • 53.000 - cathétérisation
  • 53.001 - intubation
  • 53.002 - dilatation
  • 53.003 - appareillage
  • 53.004 - canulation intraveineuse
  • 53.005 - cathétérisme
  • 53.006 - dilatation de l'urètre
  • 53.007 - dilatation du col de l'utérus
  • 53.008 - dilatation lacrymale
  • 53.009 - insertion ou enlèvement d'un tube de tympanostomie
  • 53.010 - intubation endotrachéale
  • 53.011 - lavement
  • 53.012 - rupture artificielle des membranes amniotiques
  • 53.013 - trachéotomie
  • 54 - Réparation / fixation / suture / plâtre / prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.000 - réparation (appliquer, enlever)
  • 54.001 - fixation (appliquer, enlever)
  • 54.002 - suture (appliquer, enlever)
  • 54.003 - plâtre (appliquer, enlever)
  • 54.004 - prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.005 - aide et dispositif auditif
  • 54.006 - aide et dispositif technique
  • 54.007 - aide et dispositif visuel
  • 54.008 - attelle
  • 54.009 - bandage suspensif
  • 54.010 - bande plâtrée
  • 54.011 - cerclage
  • 54.012 - suture par colle chirurgicale
  • 54.013 - implant hormonal
  • 54.014 - implantation dentaire
  • 54.015 - insertion d'un pessaire vaginal
  • 54.016 - orthèse
  • 54.017 - pose de stent
  • 54.018 - pose de stérilet
  • 54.019 - prothèse orthopédique
  • 54.020 - soutien d'hernie
  • 54.021 - taping d'entorse
  • 54.022 - traitement de fracture
  • 54.023 - réduction de luxation
  • 55 - Injection locale / infiltration
  • 55.000 - injection locale
  • 55.001 - infiltration locale
  • 55.002 - bloc nerveux
  • 55.003 - injection articulaire
  • 55.004 - injection de bourse
  • 55.005 - injection de la gaine du tendon
  • 55.006 - injection de la peau
  • 55.007 - injection de tissu sous-cutané
  • 55.008 - injection épidurale
  • 55.009 - injection sclérosante pour varices
  • 56 - Pansement /pression/ compression / bandage
  • 56.000 - pansement
  • 56.001 - exercer une pression
  • 56.002 - exercer unecompression
  • 56.003 - tamponnement
  • 56.004 - bandage de soutien
  • 56.005 - bandage de plaie
  • 56.006 - application d'un pansement oculaire
  • 57 - Thérapie manuelle / médecine physique
  • 57.000 - réhabilitation
  • 57.001 - chiropraxie
  • 57.002 - entraînement physique
  • 57.003 - entretien de la force musculaire
  • 57.004 - ergothérapie
  • 57.005 - exercice musculaire
  • 57.006 - médecine physique
  • 57.007 - podiatrie
  • 57.008 - kinésithérapie
  • 57.009 - réhabilitation spécifique de handicap;
  • 57.010 - stimulateur de nerf
  • 57.011 - stimulateur musculaire électronique
  • 57.012 - thérapie de la parole
  • 57.013 - utilisation de la chaleur à des fins thérapeutiques
  • 57.014 - utilisation des ultrasons à des fins thérapeutiques
  • 57.015 - utilisation du courant électrique à des fins thérapeutiques;
  • 57.016 - utilisation du froid à des fins thérapeutiques
  • 58 - Conseil thérapeutique / écoute / psychothérapie
  • 58.000 - conseil thérapeutique
  • 58.001 - écoute thérapeutique
  • 58.002 - psychothérapie
  • 58.003 - conseil pour une maladie spécifique
  • 58.004 - entretien motivationnel
  • 58.005 - psychothérapie de soutien
  • 58.006 - réhabilitation psychosociale pour alcoolisme
  • 58.007 - réhabilitation psychosociale pour drogue
  • 59 - Autre procédure thérapeutique/ petite chirurgie nca
  • 59.000 - autre procédure thérapeutique
  • 59.001 - petite chirurgie nca
  • 59.002 - accouchement
  • 59.003 - acupuncture
  • 59.004 - césarienne
  • 59.005 - chirurgie plastique
  • 59.006 - dialyse
  • 59.007 - enlèvement de corps étranger
  • 59.008 - oxygénothérapie
  • 59.009 - réanimation cardio-respiratoire
  • 59.010 - transfusion de sang
  • 60 - Résultat d'analyse
  • 60.000 - résultat d'analyse
  • 60.001 - résultat de procédure
  • 61 - Résultats d'examen, de test, d'enregistrement, lettre d'un autre dispensateur
  • 61.000 - résultat d'examen d'un autre dispensateur
  • 61.002 - résultat de test d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.006 - lettre d'un autre dispensateur
  • 62 - Procédure administrative
  • 62.001 - procédure administrative
  • 62.002 - certificat d'arret de travail
  • 62.003 - certificats décès
  • 62.004 - certificats permis de conduire
  • 62.005 - problèmes de facturation
  • 62.006 - questionnaire de santé
  • 62.007 - question sur le dossier dossier médical
  • 62.008 - remplissage de documents
  • 62.009 - remplissage de formulaires
  • 63 - Rencontre de suivi non spécifié
  • 63.000 - rencontre de suivi
  • 64 - Rencontre ou problème initié par le dispensateur
  • 64.000 - problème initié par le dispensateur
  • 64.001 - rencontre initiée par le dispensateur
  • 65 - Episode nouveau ou en cours initié par un tiers
  • 65.000 - problème initié par une tiers
  • 65.001 - rencontre initiée par une tiers
  • 65.002 - référence par la famille
  • 65.003 - re,
  • 65.004 - référence par l'asssistante sociale
  • 65.005 - référence par le psychologue
  • 66 - Référence à un autre dispensateur: infirmière, thérapeute, travailleur social
  • 66.001 - référence à un dispensateur non médecin
  • 66.002 - référence à infirmière
  • 66.003 - référence à un kinésithérapeute
  • 66.004 - référence à ergothérapeute
  • 66.005 - référence à chiropraticien
  • 66.006 - référence à travailleur social
  • 66.007 - référence à opticien
  • 66.008 - référence à une sage-femme
  • 66.009 - référence à diététicien
  • 66.010 - référence à dentiste
  • 66.011 - référence à une aide familiale
  • 66.012 - référence à orthodontiste
  • 66.013 - référence à psychologue
  • 67 - Référence à médecin, spécialiste, clinique, hôpital
  • 67.000 - référence à un autre MG-MF
  • 67.001 - référence à un spécialiste
  • 67.003 - référence à une clinique
  • 67.004 - référence à un hôpital
  • 68 - Autre référence
  • 68.001 - référence à association de patients
  • 68.002 - référence à service de chômage
  • 68.003 - référence à un home
  • 68.004 - référence à un home de personnes âgées
  • 68.005 - référence à un service non médical
  • 68.006 - référence à une institution de réadaptation
  • 69 - Autre procédure nca
  • 69.000 - autres procédure
  • A01 - Douleur générale ou de sites multiples
  • A02 - Frissons
  • A03 - Fièvre
  • A04 - Fatigue ou faiblesse générale
  • A05 - Sensation d'être malade
  • A06 - Evanouissement ou syncope
  • A07 - Coma
  • A08 - Gonflement
  • A09 - Problème de transpiration
  • A10 - Saignement ou hémorragie NCA
  • A11 - Douleur thoracique NCA
  • A13 - Préoccupé par ou peur d'un traitement médical
  • A16 - Nourrisson irritable
  • A18 - Préoccupé par son aspect extérieur
  • A20 - Demande ou discussion a propos de l'euthanasie
  • A21 - Facteur de risque de cancer
  • A23 - Facteur de risque NCA
  • A25 - Peur de la mort, de mourir
  • A26 - Peur du cancer NCA
  • A27 - Peur d' avoir une autre maladie NCA
  • A28 - Limitation de la fonction ou incapacité NCA
  • A29 - Autre symptôme ou plainte général
  • A70 - Tuberculose
  • A71 - Rougeole
  • A72 - Varicelle
  • A73 - Paludisme
  • A74 - Rubéole
  • A75 - Mononucléose infectieuse
  • A76 - Autre exanthème viral
  • A77 - Maladie virale autre ou NCA
  • A78 - Autre maladie infectieuse NCA
  • A79 - Cancer NCA
  • A80 - Traumatisme ou lésion traumatique NCA
  • A81 - Polytraumatisme ou lésions multiples
  • A82 - Effet tardif d'un traumatisme
  • A84 - Intoxication par substance médicinale
  • A85 - Effet secondaire d'une substance médicinale
  • A86 - Effet toxique d'une substance non médicinale
  • A87 - Complication de traitement médical
  • A88 - Effet secondaire de facteur physique
  • A89 - Effet secondaire de matériel prothétique
  • A90 - Anomalie congénitale NCA ou multiple
  • A91 - Résultat d'investigation anormale NCA
  • A92 - Allergie ou réaction allergique NCA
  • A93 - Nouveau-né prématuré
  • A94 - Autre morbidité périnatale
  • A95 - Mortalité périnatale
  • A96 - Mort
  • A97 - Pas de maladie
  • A98 - Gestion de la santé / médecine préventive
  • A99 - Maladie ou condition de nature ou de site non précisé
  • B02 - Ganglion lymphatique augmenté de volume ou douloureux
  • B04 - Symptôme ou plainte concernant le sang
  • B25 - Peur du SIDA ou du VIH
  • B26 - Peur du cancer du sang ou lymphatique
  • B27 - Peur d' avoir une autre maladie du sang ou des organes lymphatiques
  • B28 - Limitation de la fonction ou incapacité (B)
  • B29 - Autre symptôme ou plainte du système lymphatique ou immunologique
  • B70 - Adénite aiguë
  • B71 - Adénite chronique ou non-spécifique
  • B72 - Maladie de Hodgkin ou lymphome
  • B73 - Leucémie
  • B74 - Autre cancer du sang
  • B75 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du sang ou du système lymphatique
  • B76 - Rupture traumatique de la rate
  • B77 - Autre lésion traumatique du sang ou du système lymphatique ou de la rate
  • B78 - Anémie hémolytique héréditaire
  • B79 - Autre anomalie congénitale du sang ou du système lymphatique
  • B80 - Anémie par déficience en fer
  • B81 - Anémie par carence en vit B12 ou acide folique
  • B82 - Autre anémie ou indéterminée
  • B83 - Purpura ou défaut de coagulation
  • B84 - Globules blancs anormaux
  • B87 - Splénomégalie
  • B90 - Infection par le virus HIV, SIDA
  • B99 - Autre maladie du sang, du système lymphatique ou de la rate
  • D01 - Douleur/crampes abdominales gén.
  • D01 - Douleur ou crampes abdominales généralisées
  • D02 - Douleur abdominale/épigastrique
  • D02 - Douleur abdominale ou épigastrique
  • D03 - Brûlure/brûlant/brûlement estomac
  • D03 - Brûlure, brûlant, brûlement, estomac
  • D04 - Douleur rectale/anale
  • D04 - Douleur rectale ou anale
  • D05 - Démangeaisons périanales
  • D05 - Démangeaisons perianales
  • D06 - Autre douleur abdominale localisée
  • D06 - Autre douleur abdominale loc.
  • D07 - Dyspepsie/indigestion
  • D07 - Dyspepsie ou indigestion
  • D08 - Flatulence/gaz/renvoi
  • D08 - Flatulence ou gaz ou renvoi
  • D09 - Nausée
  • D10 - Vomissement
  • D11 - Diarrhée
  • D12 - Constipation
  • D13 - Jaunisse
  • D14 - Hématémèse/vomissement de sang
  • D14 - Hématémèse ou vomissement de sang
  • D15 - Méléna
  • D16 - Saignement rectal
  • D17 - Incontinence rectale
  • D18 - Modification selles/mouvem. intestin
  • D18 - Modification des selles ou des mouvements intestinaux
  • D19 - S/P dents/gencives
  • D19 - Symptôme et plainte des dents ou des gencives
  • D20 - S/P bouche/langue/lèvres
  • D20 - Symptôme et plainte de la bouche, de la langue ou des lèvres
  • D21 - Problème de déglutition
  • D21 - P. de déglutition
  • D23 - Hépatomégalie
  • D24 - Masse abdominale NCA
  • D25 - Distension abdominale
  • D26 - Peur du cancer du système digestif
  • D26 - Peur du cancer du syst. digestif
  • D27 - Peur d'une autre maladie digestive
  • D27 - Peur d'avoir une autre maladie digestive
  • D28 - Limitation de la fonction ou incapacité (D)
  • D28 - Limitation de la fonction/incap. (D)
  • D29 - Autre S/P du syst. digestif
  • D29 - Autre symptôme ou plainte du système digestif
  • D70 - Infection gastro-intestinale
  • D71 - Oreillons
  • D72 - Hépatite virale
  • D73 - Gastro-entérite présumée infectieuse
  • D74 - Cancer de l'estomac
  • D75 - Cancer du colon ou du rectum
  • D75 - Cancer du colon/du rectum
  • D76 - Cancer du pancréas
  • D77 - Autre cancer digestif/NCA
  • D77 - Autre cancer digestif ou NCA
  • D78 - Tumeur bénigne/indét. du syst. dig.
  • D78 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système digestif
  • D79 - Corps étranger du système digestif
  • D79 - CE du syst. digestif
  • D80 - Autre lésion traumatique du système digestif
  • D80 - Autre traumat. du syst. digestif
  • D81 - Anomalie congénitale du système digestif
  • D81 - Anom. congénitale du syst. digestif
  • D82 - Maladie des dents/des gencives
  • D82 - Maladie des dents et des gencives
  • D83 - Maladie de la bouche, de la langue et des lèvres
  • D83 - Maladie bouche/langue/lèvres
  • D84 - Maladie de l’œsophage
  • D84 - Maladie de l'oesophage
  • D85 - Ulcère duodénal
  • D86 - Autre ulcère peptique
  • D87 - Trouble de la fonction gastrique
  • D88 - Appendicite
  • D89 - Hernie inguinale
  • D90 - Hernie hiatale
  • D91 - Autre hernie abdominale
  • D92 - Maladie diverticulaire
  • D93 - Syndrome du colon irritable
  • D94 - Entérite chronique/colite ulcéreuse
  • D94 - Entérite chronique ou colite ulcéreuse
  • D95 - Fissure anale ou abcès périanal
  • D95 - Fissure anale/abcès périanal
  • D96 - Vers/autre parasite
  • D96 - Vers ou autre parasite
  • D97 - Maladie du foie NCA
  • D98 - Cholécystite/cholélithiase
  • D98 - Cholécystite, cholélithiase
  • D99 - Autre maladie du syst. Digestif
  • D99 - Autre maladie du système digestif
  • F01 - Oeil douloureux
  • F02 - Oeil rouge
  • F03 - Ecoulement de l’œil
  • F03 - Ecoulement de l'oeil
  • F04 - Taches visuelles/flottantes
  • F04 - Taches visuelles ou flottantes
  • F05 - Autre perturbation de la vision
  • F13 - Sensation oculaire anormale
  • F14 - Mouvements oculaires anormaux
  • F15 - Apparence anormale de l'oeil
  • F15 - Apparence anormale de l’œil
  • F16 - Symptôme et plainte de la paupière
  • F16 - S/P de la paupière
  • F17 - S/P lunettes
  • F17 - Symptôme et plainte concernant les lunettes
  • F18 - S/P lentilles de contact
  • F18 - Symptôme et plainte concernant les lentilles de contact
  • F27 - Peur d'avoir une maladie de l’œil
  • F27 - Peur d'une maladie de l'oeil
  • F28 - Limitation de la fonction ou incapacité (F)
  • F28 - Limitation de la fonction/incap. (F)
  • F29 - Autre symptôme et plainte de l’œil
  • F29 - Autre S/P de l'oeil
  • F70 - Conjonctivite infectieuse
  • F71 - Conjonctivite allergique
  • F72 - Blépharite, orgelet, chalazion
  • F73 - Autre infection/inflammation de l'oeil
  • F73 - Autre infection ou inflammation de l’œil
  • F74 - Tumeur de l’œil et des annexes
  • F74 - Tumeur de l'oeil et des annexes
  • F75 - Contusion/hémorragie de l'oeil
  • F75 - Contusion ou hémorragie de l’œil
  • F76 - Corps étranger dans l’œil
  • F76 - CE dans l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumat. de l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumatique de l’œil
  • F80 - Sténose du canal lacrymal de l'enfant
  • F80 - Sténose canal lacrymal de l'enfant
  • F81 - Autre anom. congénitale de l'oeil
  • F81 - Autre anomalie congénitale de l’œil
  • F82 - Décollement de la retire
  • F83 - Rétinopathie
  • F84 - Dégénérescence maculaire
  • F85 - Ulcère de la cornée
  • F86 - Trachome
  • F91 - Défaut de réfraction
  • F92 - Cataracte
  • F93 - Glaucome
  • F94 - Cécité
  • F95 - Strabisme
  • F99 - Autre maladie de l’œil et des annexes
  • F99 - Autre maladie de l'oeil/annexes
  • H01 - Douleur d'oreille ou otalgie
  • H01 - Douleur d'oreille/otalgie
  • H02 - P. d'audition
  • H02 - Problème d'audition
  • H03 - Acouphène, bourdonnement d'oreille
  • H03 - Acouphène/bourdonnement d'oreille
  • H04 - Ecoulement de l'oreille
  • H05 - Saignement de l'oreille
  • H13 - Sensation d'oreille bouchée
  • H15 - Préoccupé par l'aspect des oreilles
  • H15 - Préoc. par l'aspect des oreilles
  • H27 - Peur d'une maladie de l'oreille
  • H27 - Peur d'avoir une maladie de l'oreille
  • H28 - Limitation de la fonction/incap. (H)
  • H28 - Limitation de la fonction ou incapacité (H)
  • H29 - Autre S/P de l'oreille
  • H29 - Autre symptôme et plainte de l' oreille
  • H70 - Otite externe
  • H71 - Otite moyenne aiguë ou myringite
  • H71 - Otite moyenne aiguë/myringite
  • H72 - Otite moyenne séreuse
  • H73 - Salpingite d'eustache
  • H74 - Otite moyenne chronique
  • H75 - Tumeur de l'oreille
  • H76 - CE dans l'oreille
  • H76 - Corps étranger dans l'oreille
  • H77 - Perforation du tympan
  • H78 - Lésion traumat. superf. de l'oreille
  • H78 - Lésion traumatique superficielle de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumatique de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumat. de l'oreille
  • H80 - Anom. congénitale de l'oreille
  • H80 - Anomalie congénitale de l'oreille
  • H81 - Excès de cérumen
  • H82 - Syndrome vertigineux
  • H83 - Otosclérose
  • H84 - Presbyacousie
  • H85 - Traumatisme sonore
  • H86 - Surdité
  • H99 - Autre maladie de l'oreille ou de la mastoïde
  • H99 - Autre maladie de l'oreille/ mastoïde
  • K01 - Douleur cardiaque
  • K02 - Oppression ou constriction cardiaque
  • K03 - Douleur cardiovasculaire NCA
  • K04 - Palpitations ou perception des battements cardiaques
  • K05 - Autre battement cardiaque irrégulier
  • K06 - Veines proéminentes
  • K07 - Oedème, gonflement des chevilles
  • K22 - Facteur de risque de maladie cardio-vasculaire
  • K24 - Peur d'avoir une maladie de cœur
  • K25 - Peur d'avoir de l'hypertension
  • K27 - Peur d'avoir une autre maladie cardio-vasculaire
  • K28 - Limitation de la fonction ou incapacité (K)
  • K29 - Autre symptôme et plainte cardiovasculaire
  • K70 - Infection du système cardio-vasculaire
  • K71 - Rhumatisme articulaire aigu ou maladie cardiaque rhumatismale
  • K72 - Tumeur cardio-vasculaire
  • K73 - Anomalie congénitale cardio-vasculaire
  • K74 - Cardiopathie ischémique avec angor
  • K75 - Infarctus myocardique aigu
  • K76 - Cardiopathie ischémique sans angor
  • K77 - Décompensation cardiaque
  • K78 - Fibrillation auriculaire ou flutter
  • K79 - Tachycardie paroxystique
  • K80 - Arythmie cardiaque NCA
  • K81 - Souffle cardiaque ou artériel NCA
  • K82 - Cœur pulmonaire
  • K83 - Valvulopathie NCA
  • K84 - Autre maladie cardiaque
  • K85 - Pression sanguine élevée
  • K86 - Hypertension non compliquée
  • K87 - Hypertension avec complication
  • K88 - Hypotension orthostatique
  • K89 - Ischémie cérébrale transitoire
  • K90 - Accident vasculaire cérébral
  • K91 - Maladie cérébrovasculaire
  • K92 - Athérosclérose ou maladie vasculaire périphérique
  • K93 - Embolie pulmonaire
  • K94 - Phlébite et thrombophlébite
  • K95 - Varices des jambes
  • K96 - Hémorroïdes
  • K99 - Autre maladie cardio-vasculaire
  • L01 - Symptôme et plainte du cou
  • L02 - Symptôme et plainte du dos
  • L03 - Symptôme et plainte des lombes
  • L04 - Symptôme et plainte du thorax
  • L05 - Symptôme et plainte du flanc et du creux axillaire
  • L07 - Symptôme et plainte de la mâchoire
  • L08 - Symptôme et plainte de l'épaule
  • L09 - Symptôme et plainte du bras
  • L10 - Symptôme et plainte du coude
  • L11 - Symptôme et plainte du poignet
  • L12 - Symptôme et plainte de la main et du doigt
  • L13 - Symptôme et plainte de la hanche
  • L14 - Symptôme et plainte de la jambe et de la cuisse
  • L15 - Symptôme et plainte du genou
  • L16 - Symptôme et plainte de la cheville
  • L17 - Symptôme et plainte du pied et de l'orteil
  • L18 - Douleur musculaire
  • L19 - Symptôme et plainte musculaire NCA
  • L20 - Symptôme et plainte d'une articulation NCA
  • L26 - Peur d'avoir un cancer du système ostéo-articulaire
  • L27 - Peur d'avoir une autre maladie du système ostéo-articulaire
  • L28 - Limitation de la fonction ou incapacité (L)
  • L29 - Autre symptôme et plainte ostéo-articulaire
  • L70 - Infection du système ostéo-articulaire
  • L71 - Cancer du système ostéo-articulaire
  • L72 - Fracture du radius ou du cubitus
  • L73 - Fracture du tibia ou du péroné
  • L74 - Fracture de la main ou du pied
  • L75 - Fracture du fémur
  • L76 - Autre fracture
  • L77 - Entorse de la cheville
  • L78 - Entorse du genou
  • L79 - Entorse articulaire NCA
  • L80 - Luxation et subluxation
  • L81 - Lésion traumatique NCA du système ostéo-articulaire
  • L82 - Anomalie congénitale du système ostéo-articulaire
  • L83 - Syndrome cervical
  • L84 - Syndrome dorso-lombaire sans irradiation
  • L85 - Déformation acquise de la colonne
  • L86 - Syndrome dorso-lombaire avec irradiation
  • L87 - Bursite, tendinite, synovite NCA
  • L88 - Polyarthrite rhumatoïde séropositive
  • L89 - Coxarthrose
  • L90 - Gonarthrose
  • L91 - Autre arthrose
  • L92 - Syndrome de l'épaule
  • L93 - Coude du joueur de tennis
  • L94 - Ostéochondrose
  • L95 - Ostéoporose
  • L96 - Lésion aiguë interne du genou
  • L97 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système ostéo-articulaire
  • L98 - Déformation acquise des membres inférieurs
  • L99 - Autre maladie ostéo-articulaire
  • N01 - Mal de tête
  • N03 - Douleur de la face
  • N04 - Jambes sans repos
  • N05 - Fourmillements des doigts, pieds, orteils
  • N06 - Autre perturbation de la sensibilité
  • N07 - Convulsion ou crise comitiale
  • N08 - Mouvements involontaires anormaux
  • N16 - Perturbation du goût ou de l'odorat
  • N17 - Vertige ou étourdissement
  • N18 - Paralysie ou faiblesse
  • N19 - Trouble de la parole
  • N26 - Peur d'avoir un cancer du système neurologique
  • N27 - Peur d'avoir une autre maladie neurologique
  • N28 - Limitation de la fonction ou incapacité (N)
  • N29 - Autre symptôme ou plainte neurologique
  • N70 - Poliomyélite
  • N71 - Méningite ou encéphalite
  • N72 - Tétanos
  • N73 - Autre infection neurologique
  • N74 - Cancer du système neurologique
  • N75 - Tumeur bénigne du système neurologique
  • N76 - Tumeur de nature indéterminée du système neurologique
  • N79 - Commotion
  • N80 - Autre lésion traumatique de la tête
  • N81 - Autre lésion traumatique du système neurologique
  • N85 - Anomalie congénitale neurologique
  • N86 - Sclérose en plaque
  • N87 - Syndrome parkinsonien
  • N88 - Epilepsie
  • N89 - Migraine
  • N90 - Algie vasculaire de la face
  • N91 - Paralysie faciale ou paralysie de Bell
  • N92 - Névralgie du trijumeau
  • N93 - Syndrome du canal carpien
  • N94 - Névrite ou neuropathie périphérique
  • N95 - Céphalée de tension
  • N99 - Autre maladie neurologique
  • Ore - lle H
  • P01 - Sensation d'anxiété, de nervosité ou de tension
  • P02 - Réaction de stress aiguë
  • P03 - Sensation de dépression
  • P04 - Sentiment ou comportement irritable ou en colère
  • P05 - Sénilité, sensation d'être vieux, comportement sénile
  • P06 - Perturbation du sommeil
  • P07 - Diminution du désir sexuel
  • P08 - Diminution de l'accomplissement sexuel
  • P09 - Préoccupation a propos de l'identité sexuelle
  • P10 - Bégaiement, bredouillement, tic
  • P11 - Trouble de l'alimentation de l'enfant
  • P12 - Enurésie
  • P13 - Encoprésie
  • P15 - Alcoolisme chronique
  • P16 - Alcoolisation aiguë
  • P17 - Usage abusif du tabac
  • P18 - Usage abusif de médicament
  • P19 - Usage abusif de drogue
  • P20 - Perturbation de la mémoire
  • P22 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'enfant
  • P23 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'adolescent
  • P24 - Problème spécifique de l'apprentissage
  • P25 - Problèmes de phase de vie adulte
  • P27 - Peur d'avoir un trouble mental
  • P28 - Limitation de la fonction ou incapacité (P)
  • P29 - Autre symptôme et plainte psychologique
  • P70 - Démence
  • P71 - Autre psychose organique
  • P72 - Schizophrénie
  • P73 - Psychose affective
  • P74 - Trouble anxieux ou état anxieux
  • P75 - Trouble somatoforme
  • P76 - Dépression
  • P77 - Suicide ou tentative de suicide
  • P78 - Neurasthénie, surmenage
  • P79 - Phobie, trouble obsessionnel compulsif
  • P80 - Trouble de la personnalité
  • P81 - Trouble hyperkinétique
  • P82 - Syndrome de stress post-traumatique
  • P85 - Retard mental
  • P86 - Anorexie mentale, boulimie
  • P98 - Autre psychose NCA
  • P99 - Autre trouble psychologique
  • Q04 - Descripteur non défini
  • QC1 - Groupe d’âge
  • QC11 - Nourrisson
  • QC12 - Enfant
  • QC13 - Adolescent
  • QC14 - Adulte
  • QC15 - Personne âgée
  • QC2 - Question de genre 
  • QC21 - Santé de l'homme 
  • QC22 - Santé de la femme
  • QC23 - Différence de sexe
  • QC24 - Transgenre
  • QC3 - Haut risque social
  • QC31 - Sous-groupe ethnique
  • QC32 - Réfugiés et migrants
  • QC33 - Sans-abri
  • QC34 - Prisonnier
  • QC4 - Dépendant
  • QC41 - Dépendant de médicament sous prescription
  • QC42 - Dépendant de drogue de rue
  • QC43 - Dépendant du jeu
  • QC5 - Victime de violence
  • QC51 - Violence basée sur le genre
  • QC52 - Maltraitance d'enfant
  • QC53 - Maltraitance des personnes âgées
  • QC54 - Victime de torture
  • QC55 - Mutilation rituelle
  • QC6 - Survivant
  • QD1 - Communicateur
  • QD11 - Contact
  • QD12 - Relation médecin-patient
  • QD13 - Conseil thérapeutique
  • QD14 - Pensée systémique
  • QD15 - Entrevue motivationnelle
  • QD2 - Médecin en tant que soignant
  • QD21 - Résolution de problèmes
  • QD22 - Globalité
  • QD23 - Education à la santé
  • QD24 - Compétence clinique
  • QD25 - Continuité des soins
  • QD26 - Soins palliatifs
  • QD27 - Planification familiale
  • QD3 - Gestionnaire de soins
  • QD31 - Gestion du risque de santé
  • QD32 - Gestion des problèmes de santé
  • QD321 - Symptôme médicalement inexpliqué
  • QD322 - Multimorbidité
  • QD323 - Prise de décision partagée
  • QD324 - Fortuitome
  • QD325 - Comportement de prescription
  • QD326 - Déadoption et déprescription
  • QD33 - Evaluation de l'état de santé
  • QD34 - Question génétique
  • QD4 - Prévention clinique
  • QD41 - Prévention primaire
  • QD42 - Prévention secondaire
  • QD43 - Prévention tertiaire
  • QD44 - Prévention quaternaire
  • QD441 - Surmédicalisation
  • QD442 - Fabrication de maladie
  • QD443 - Surinformation
  • QD444 - Surdépistage
  • QD445 - Surdiagnostic
  • QD446 - Surtraitement
  • QD5 - Médecine complémentaire et alternative
  • QD51 - Homéopathie
  • QD6 - Question medico-légale
  • QD7 - Image professionnelle
  • QD8 - Equilibre travail - vie
  • QE1 - Ethique personnelle
  • QE2 - Ethique professionnelle
  • QE3 - Bioéthique
  • QE31 - Euthanasie
  • QE4 - Éthique de l'information
  • QE41 - Confidentialité
  • QE42 - Consentement éclairé
  • QH - Santé de la planète
  • QH1 - Santé environnementale
  • QH11 - Pollution intérieure
  • QH12 - Pollution extérieure
  • QH2 - Risque biologique
  • QH3 - Risque nucléaire
  • QO1 - impossible à coder,imprécis
  • QO2 - acronyme
  • QO3 - hors du champ de la médecine de famille
  • QO4 - considérer nouveau code
  • QP1 - Sécurité du patient
  • QP2 - Soins centrés sur le patient
  • QP21 - Accessibilité
  • QP22 - Accessibilité temporelle
  • QP23 - Compétence culturelle
  • QP24 - Accessibilité économique
  • QP25 - Acceptabilité
  • QP3 - Qualité des soins
  • QP4 - Perspective du patient
  • QP41 - Satisfaction du patient
  • QP42 - Connaissances du patient
  • QP43 - Autonomie du patient
  • QP44 - Contexte culturel du patient
  • QP45 - Dépense du patient en soins de santé
  • QP5 - Comportement de santé
  • QP51 - Questions d'alimentation du patient
  • QP52 - Sexualité du patient
  • QP53 - Auto-soin
  • QP54 - Médicaments en vente libre
  • QP6 - Participation du patient
  • QP61 - Réseau social
  • QP7 - Défense du patient
  • QR1 - Philosophie des sciences
  • QR2 - Epidémiologie des soins primaires
  • QR21 - Pharmaco-épidémiologie
  • QR22 - Recherche basée sur la communauté
  • QR3 - Méthodes de recherche
  • QR31 - Etude qualitative
  • QR32 - Etude quantitative
  • QR321 - Etude cas-témoins
  • QR322 - Etude de cohorte
  • QR323 - Étude transversale
  • QR324 - Etude longitudinale
  • QR325 - Etude d'intervention
  • QR33 - Recherche par méthode mixte
  • QR34 - Etudes de validation et de fiabilité
  • QR35 - Recherche-action
  • QR36 - Rapport de cas
  • QR4 - Réseau de recherche
  • QR5 - Outils de recherche et financement
  • QR51 - Classifications, terminologies et ontologies
  • QR52 - Echelles et questionnaires
  • QR53 - Etat fonctionnel
  • QR54 - Matériel d'observation
  • QR6 - Avis d'expert
  • QR7 - Economie, soins de santé primaire
  • QS1 - Etablissement de soins primaires
  • QS11 - Gestion de la pratique
  • QS12 - Economie de la pratique
  • QS13 - Gestion de l'information de santé
  • QS14 - Equipement de la pratique
  • QS2 - Garde médicale
  • QS3 - Relation de la pratique
  • QS31 - Collaboration de la pratique
  • QS32 - Référence et contre-référence
  • QS33 - Coordination des soins
  • QS4 - Dispensateur de soins primaires
  • QS41 - Médecin de famille
  • QS42 - Infirmière praticienne
  • QS43 - Sage-femme
  • QS44 - Professionnels de la santé associés
  • QS441 - Kinesithérapeute
  • QS442 - Travailleur social
  • QS443 - Psychologue
  • QS45 - Aidant familial
  • QS46 - Pharmacien
  • QT1 - Enseignement de la médecine de famille
  • QT11 - Méthodes pédagogiques
  • QT12 - Organisation de l'enseignement
  • QT13 - Evaluation de l'enseignement
  • QT131 - Patient simulé
  • QT14 - Organisation académique
  • QT2 - Formation de terrain en médecine
  • QT21 - Etudiant en médecine
  • QT22 - Formation professionnelle
  • QT23 - Education médicale continue
  • QT24 - Groupe Balint
  • QT25 - Formateur
  • QT3 - Assurance de qualité
  • QT31 - Médecine fondée sur des preuves
  • QT32 - Recommandation de bonne pratique
  • QT33 - Lecture critique de littérature
  • QT34 - Révision par les pairs
  • QT35 - Accréditation
  • QT36 - Indicateur de qualité
  • QT4 - Transfert de connaissance
  • QT41 - Publication
  • QT42 - Echange en ligne de la connaissance
  • QT43 - Bibliothèque numérique
  • QT44 - Communications électroniques
  • QT5 - Notification de données de santé
  • QT51 - Réseau sentinelle
  • QT52 - Evènements indésirables & pharmacovigilance
  • QT53 - Base de données de santé
  • R01 - Douleur du système respiratoire
  • R02 - Souffle court, dyspnée
  • R03 - Sibilance
  • R04 - Autre problème respiratoire
  • R05 - Toux
  • R06 - Saignement de nez, épistaxis
  • R07 - Congestion nasale, éternuement
  • R08 - Autre symptôme et plainte du nez
  • R09 - Symptôme et plainte des sinus
  • R21 - Symptôme et plainte de la gorge
  • R23 - Symptôme et plainte de la voix
  • R24 - Hémoptysie
  • R25 - Expectoration ou glaire anormale
  • R26 - Peur d'avoir un cancer du système respiratoire
  • R27 - Peur d'avoir une autre maladie respiratoire
  • R28 - Limitation de la fonction ou incapacité ( R)
  • R29 - Autre symptôme et plainte respiratoire
  • R71 - Coqueluche
  • R72 - Streptococcie pharyngée
  • R73 - Furoncle ou abcès du nez
  • R74 - Infection aiguë des voies respiratoires supérieures
  • R75 - Sinusite aiguë ou chronique
  • R76 - Angine aiguë
  • R77 - Laryngite, trachéite aiguë
  • R78 - Bronchite aiguë, bronchiolite
  • R79 - Bronchite chronique
  • R80 - Grippe
  • R81 - Pneumonie
  • R82 - Pleurésie, épanchement pleural
  • R83 - Autre infection respiratoire
  • R84 - Cancer des bronches, du poumon
  • R85 - Autre cancer respiratoire
  • R86 - Tumeur respiratoire bénigne
  • R87 - Corps étranger du nez, du larynx, des bronches
  • R88 - Autre lésion traumatique du système respiratoire
  • R89 - Anomalie congénitale du système respiratoire
  • R90 - Hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes
  • R92 - Tumeur de nature indéterminée du système respiratoire
  • R95 - Maladie pulmonaire chronique obstructive
  • R96 - Asthme
  • R97 - Rhinite allergique
  • R98 - Syndrome d'hyperventilation
  • R99 - Autre maladie respiratoire
  • S01 - Douleur ou hypersensibilité de la peau
  • S02 - Prurit
  • S03 - Verrue
  • S04 - Tuméfaction ou gonflement localisé de la peau
  • S05 - Tuméfactions ou gonflements généralisés de la peau
  • S06 - Eruption localisée
  • S07 - Eruption généralisée
  • S08 - Modification de la couleur de la peau
  • S09 - Doigt ou orteil infecté
  • S10 - Furoncle ou anthrax
  • S11 - Infection post-traumatique de la peau
  • S12 - Piqûre d'insecte
  • S13 - Morsure animale ou humaine
  • S14 - Brûlure cutanée
  • S15 - Corps étranger dans la peau
  • S16 - Ecchymose ou contusion
  • S17 - Eraflure, égratignure, ampoule
  • S18 - Coupure ou lacération
  • S19 - Autre lésion traumatique de la peau
  • S20 - Cor ou callosité
  • S21 - Symptôme et plainte au sujet de la texture de la peau
  • S22 - Symptôme et plainte de l'ongle
  • S23 - Calvitie ou perte de cheveux
  • S24 - Autre symptôme et plainte des cheveux, poils ou cuir chevelu
  • S26 - Peur du cancer de la peau
  • S27 - Peur d'avoir une autre maladie de la peau
  • S28 - Limitation de la fonction ou incapacité (S)
  • S29 - Autre symptôme et plainte de la peau
  • S70 - Zona
  • S71 - Herpes simplex
  • S72 - Gale ou autre acariose
  • S73 - Pédiculose ou autre infestation de la peau
  • S74 - Dermatophytose
  • S75 - Moniliase ou candidose de la peau
  • S76 - Autre maladie infectieuse de la peau
  • S77 - Cancer de la peau
  • S78 - Lipome
  • S79 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée de la peau
  • S80 - Kératose actinique ou coup de soleil
  • S81 - Hémangiome ou lymphangiome
  • S82 - Naevus ou naevus pigmentaire
  • S83 - Autre anomalie congénitale de la peau
  • S84 - Impétigo
  • S85 - Kyste ou fistule pilonidal
  • S86 - Dermatite séborrhéique
  • S87 - Dermatite atopique ou eczéma
  • S88 - Dermatite et allergie de contact
  • S89 - Erythème fessier
  • S90 - Pytiriasis rosé
  • S91 - Psoriasis
  • S92 - Maladie des glandes sudoripares
  • S93 - Kyste sébacé
  • S94 - Ongle incarné
  • S95 - Molluscum contagiosum
  • S96 - Acné
  • S97 - Ulcère chronique de la peau
  • S98 - Urticaire
  • S99 - Autre maladie de la peau
  • T01 - Soif excessive
  • T02 - Appétit excessif
  • T03 - Perte d'appétit
  • T04 - Problème d'alimentation du nourrisson et du petit enfant
  • T05 - Problème d'alimentation de l'adulte
  • T07 - Gain de poids
  • T08 - Perte de poids
  • T10 - Retard de croissance
  • T11 - Déshydratation
  • T26 - Peur d'avoir un cancer du système endocrinien
  • T27 - Peur d'avoir une autre maladie du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T28 - Limitation de la fonction ou incapacité (T)
  • T29 - Autre symptôme et plainte du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T70 - Infection du système endocrinien
  • T71 - Cancer de la thyroïde
  • T72 - Tumeur bénigne de la thyroïde
  • T73 - Tumeur de nature autre ou indéterminée du système endocrine
  • T78 - Canal ou kyste thyréoglosse
  • T80 - Anomalie congénitale du système endocrinien ou métabolique
  • T81 - Goitre
  • T82 - Obésité
  • T83 - Excès pondéral
  • T85 - Hyperthyroïdie ou thyréotoxicose
  • T86 - Hypothyroïdie ou myxœdème
  • T87 - Hypoglycémie
  • T89 - Diabète insulino-dépendant
  • T90 - Diabète non insulino-dépendant
  • T91 - Carence vitaminique ou nutritionnelle
  • T92 - Goutte
  • T93 - Trouble du métabolisme des lipides
  • T99 - Autre maladie endocrine, métabolique ou nutritionnelle
  • U01 - Dysurie ou miction douloureuse
  • U02 - Miction fréquente ou impérieuse
  • U04 - Incontinence urinaire
  • U05 - Autre problème de miction
  • U06 - Hématurie
  • U07 - Autre symptôme et plainte au sujet de l'urine
  • U08 - Rétention d'urine
  • U13 - Autre symptôme et plainte de la vessie
  • U14 - Symptôme et plainte du rein
  • U26 - Peur d'avoir un cancer du système urinaire
  • U27 - Peur d'avoir une autre maladie du système urinaire
  • U28 - Limitation de la fonction ou incapacité (U)
  • U29 - Autre symptôme et plainte urinaire
  • U70 - Pyélonéphrite ou pyélite
  • U71 - Cystite ou autre infection urinaire
  • U72 - Urétrite
  • U75 - Cancer du rein
  • U76 - Cancer de la vessie
  • U77 - Autre cancer urinaire
  • U78 - Tumeur bénigne du tractus urinaire
  • U79 - Tumeur de nature indéterminée du tractus urinaire
  • U80 - Lésion traumatique du tractus urinaire
  • U85 - Anomalie congénitale du tractus urinaire
  • U88 - Glomérulonéphrite ou syndrome néphrotique
  • U90 - Protéinurie orthostatique
  • U95 - Lithiase urinaire
  • U98 - Analyse urinaire anormale NCA
  • U99 - Autre maladie urinaire
  • W01 - Question de grossesse
  • W02 - Peur d'être enceinte
  • W03 - Saignement pendant la grossesse
  • W05 - Nausée ou vomissement de grossesse
  • W10 - Contraception post-coïtale
  • W11 - Contraception orale
  • W12 - Contraception intra-utérine
  • W13 - Stérilisation chez la femme
  • W14 - Autre contraception chez la femme
  • W15 - Stérilité - hypofertilité chez la femme
  • W17 - Saignement du post-partum
  • W18 - Autre symptôme et plainte du post-partum
  • W19 - Symptôme et plainte du sein et de la lactation pendant le post-partum
  • W21 - Préoccupée par la modification de l'image corporelle pendant la grossesse
  • W27 - Peur des complications de la grossesse
  • W28 - Limitation de la fonction ou incapacité (W)
  • W29 - Autre symptôme et plainte de la grossesse
  • W70 - Infection puerpérale, sepsis
  • W71 - Infection compliquant la grossesse
  • W72 - Tumeur maligne en relation avec la grossesse
  • W73 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée en relation avec la grossesse
  • W75 - Lésion traumatique compliquant la grossesse
  • W76 - Anomalie congénitale compliquant la grossesse
  • W78 - Grossesse
  • W79 - Grossesse non désirée
  • W80 - Grossesse ectopique
  • W81 - Toxémie gravidique
  • W82 - Avortement spontané
  • W83 - Avortement provoque
  • W84 - Grossesse a haut risque
  • W85 - Diabète gravidique
  • W90 - Accouchement non complique, enfant vivant
  • W91 - Accouchement non complique, enfant mort
  • W92 - Accouchement complique, enfant vivant
  • W93 - Accouchement complique, enfant mort
  • W94 - Mastite puerpérale
  • W95 - Autre maladie du sein pendant la grossesse et l'allaitement
  • W96 - Autre complication puerpérale
  • W99 - Autre maladie de la grossesse ou de l'accouchement
  • X01 - Douleur génitale chez la femme
  • X02 - Douleur menstruelle
  • X03 - Douleur intermenstruelle
  • X04 - Rapport sexuel douloureux chez la femme
  • X05 - Menstruation absente ou rare
  • X06 - Menstruation excessive
  • X07 - Menstruation irrégulière ou fréquente
  • X08 - Saignement intermenstruel
  • X09 - Symptôme et plainte prémenstruel
  • X10 - Ajournement des menstruations
  • X11 - Symptôme et plainte liés a la ménopause
  • X12 - Saignement de la post-ménopause
  • X13 - Saignement post-coïtal chez la femme
  • X14 - Ecoulement vaginal
  • X15 - Symptôme et plainte du vagin
  • X16 - Symptôme et plainte de la vulve
  • X17 - Symptôme et plainte du petit bassin chez la femme
  • X18 - Douleur du sein chez la femme
  • X19 - Tuméfaction ou masse du sein chez la femme
  • X20 - Symptôme et plainte du mamelon chez la femme
  • X21 - Autre symptôme et plainte du sein chez la femme
  • X22 - Préoccupée par l'apparence des seins
  • X23 - Peur d'une maladie sexuellement transmise chez la femme
  • X24 - Peur d'un dysfonctionnement sexuel chez la femme
  • X25 - Peur d'un cancer génital chez la femme
  • X26 - Peur d'avoir un cancer du sein chez la femme
  • X27 - Peur d'avoir une autre maladie génitale ou du sein chez la femme
  • X28 - Limitation de la fonction ou incapacité (X)
  • X29 - Autre symptôme et plainte génital chez la femme
  • X70 - Syphilis chez la femme
  • X71 - Gonococcie chez la femme
  • X72 - Candidose génitale chez la femme
  • X73 - Trichomonase génitale chez la femme
  • X74 - Maladie inflammatoire pelvienne chez la femme
  • X75 - Cancer du col de l'utérus
  • X76 - Cancer du sein chez la femme
  • X77 - Autre cancer génital chez la femme
  • X78 - Fibrome utérin
  • X79 - Tumeur bénigne du sein chez la femme
  • X80 - Tumeur bénigne génitale chez la femme
  • X81 - Tumeur génitale de natureautre ou indéterminée chez la femme
  • X82 - Lésion traumatique génitale chez la femme
  • X83 - Anomalie génitale congénitale chez la femme
  • X84 - Vaginite ou vulvite NCA
  • X85 - Maladie du col de l'utérus NCA
  • X86 - Frottis de col anormal
  • X87 - Prolapsus utero-vaginal
  • X88 - Maladie fibrokystique du sein
  • X89 - Syndrome de tension prémenstruelle
  • X90 - Herpes génital chez la femme
  • X91 - Condylome acuminé chez la femme
  • X92 - Infection génitale a chlamydia chez la femme
  • X99 - Autre maladie génitale chez la femme
  • Y01 - Douleur du pénis
  • Y02 - Douleur des testicules, du scrotum
  • Y03 - Ecoulement urétral
  • Y04 - Autre symptôme et plainte du pénis
  • Y05 - Autre symptôme et plainte des testicules ou du scrotum
  • Y06 - Symptôme et plainte de la prostate
  • Y07 - Impuissance sexuelle NCA
  • Y08 - Autre symptôme et plainte de la fonction sexuelle chez l'homme
  • Y10 - Stérilité, hypofertilité chez l'homme
  • Y13 - Stérilisation chez l'homme
  • Y14 - Autre planification familiale chez l'homme
  • Y16 - Symptôme et plainte du sein chez l'homme
  • Y24 - Peur d'avoir un dysfonctionnement sexuel chez l'homme
  • Y25 - Peur d'avoir une maladie sexuellement transmise chez l'homme
  • Y26 - Peur d'avoir un cancer génital chez l'homme
  • Y27 - Peur d'avoir une autre maladie du système génital chez l'homme
  • Y28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Y)
  • Y29 - Autre symptôme et plainte génitaux chez l'homme
  • Y70 - Syphilis chez l'homme
  • Y71 - Gonococcie chez l'homme
  • Y72 - Herpes génital chez l'homme
  • Y73 - Prostatite ou vésiculite séminale
  • Y74 - Orchite ou épididymite
  • Y75 - Balanite
  • Y76 - Condylome acuminé chez l'homme
  • Y77 - Cancer de la prostate
  • Y78 - Autre cancer génital chez l'homme
  • Y79 - Tumeur génitale de nature bénigne ou indéterminée chez l'homme
  • Y80 - Lésion traumatique génitale chez l'homme
  • Y81 - Phimosis ou hypertrophie du prépuce
  • Y82 - Hypospadias
  • Y83 - Ectopie testiculaire
  • Y84 - Autre anomalie congénitale chez l'homme
  • Y85 - Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Y86 - Hydrocèle
  • Y99 - Autre maladie génitale chez l'homme
  • Z01 - Pauvreté ou problème économique
  • Z02 - Problème d'eau ou de nourriture
  • Z03 - Problème d'habitat ou de voisinage
  • Z04 - Problème socioculturel
  • Z05 - Problème de travail
  • Z06 - Problème de non emploi
  • Z07 - Problème d'éducation
  • Z08 - Problème de protection sociale
  • Z09 - Problème légal
  • Z10 - Problème relatif au système de soins de santé
  • Z11 - Problème du fait d'être malade ou de compliance thérapeutique
  • Z12 - Problème de relation entre partenaires
  • Z13 - Problème de comportement du partenaire
  • Z14 - Problème du à la maladie du partenaire
  • Z15 - Perte ou décès du partenaire
  • Z16 - Problème de relation avec un enfant
  • Z18 - Problème du à la maladie d'un enfant
  • Z19 - Perte ou décès d'un enfant
  • Z20 - Problème de relation avec un autre parent ou membre de la famille
  • Z21 - Problème de comportement d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z22 - Problème du à la maladie d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z23 - Perte ou décès d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z24 - Problème de relation avec un ami
  • Z25 - Agression ou évènement nocif
  • Z27 - Peur d'avoir un problème social
  • Z28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Z)
  • Z29 - Problème social NCA
Titre du TFEAbstract du TFEAuteur du TFEUniversitéDocuments du TFEDescripteur du TFEMise en valeur du TFE
Réflexion autour de la prise en charge d'une suspicion d'infection respiratoire à Mycoplasma ou Chlamydia pneumoniae par un panel d'assistants en médecine générale de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Réflexion autour de la prise en charge d'une suspicion d'infection respiratoire à Mycoplasma ou Chlamydia pneumoniae par un panel d'assistants en médecine générale de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Reflection on the management of a suspicion of Mycoplasma or Chlamydia pneumoniae respiratory tract infection by a panel of assistants in general practice of the Wallonia-Brussels Federation
Reflection on the management of a suspicion of Mycoplasma or Chlamydia pneumoniae respiratory tract infection by a panel of assistants in general practice of the Wallonia-Brussels Federation
Mes observations d’assistant en médecine générale quant à la fréquente évocation des bactéries atypiques dans le contexte de la toux « persistante » m’ont poussé à envisager ce sujet comme cadre de mon travail de fin d’études. En interrogeant mes confrères par l’intermédiaire d’un questionnaire, une étude quantitative a été réalisée et démontrait cette place importante des infections respiratoires à Mycoplasma ou Chlamydia pneumoniae dans ce diagnostic différentiel. L’évocation, via la littérature, d’autres hypothèses diagnostiques dans ce contexte permettait une réflexion qui semble nécessaire pour les assistant(e)s en médecine générale. Du point de vue de la prise en charge, l’utilisation de la sérologie ou d’un traitement empirique par antibiotique constituait deux approches mises en avant par le panel d’assistant(e)s. Une utilisation rationnelle des analyses sérologiques est primordiale. Il existe des limites dans l’interprétation des résultats nécessitant des prélèvements adéquats dans le décours du tableau clinique et dans des contextes précis. Une remise en question de l’utilisation de la sérologie par les assistant(e)s en médecine générale paraît importante. L’utilisation des techniques de biologie moléculaire était peu répandue, le coût en constituant le principal écueil. Les critères de réalisation sont, de plus, tout aussi limités. Du point de vue des antibiotiques, une utilisation des bonnes molécules et de la bonne posologie était à signaler. Néanmoins, cette utilisation se doit d’être cohérente avec les recommandations belges. Hors épisode de pneumonie, celle-ci est grandement limitée en médecine générale. L’existence d’une résistance de Mycoplasma pneumoniae aux macrolides ne doit pas être oubliée.
Mes observations d’assistant en médecine générale quant à la fréquente évocation des bactéries atypiques dans le contexte de la toux « persistante » m’ont poussé à envisager ce sujet comme cadre de mon travail de fin d’études. En interrogeant mes confrères par l’intermédiaire d’un questionnaire, une étude quantitative a été réalisée et démontrait cette place importante des infections respiratoires à Mycoplasma ou Chlamydia pneumoniae dans ce diagnostic différentiel. L’évocation, via la littérature, d’autres hypothèses diagnostiques dans ce contexte permettait une réflexion qui semble nécessaire pour les assistant(e)s en médecine générale. Du point de vue de la prise en charge, l’utilisation de la sérologie ou d’un traitement empirique par antibiotique constituait deux approches mises en avant par le panel d’assistant(e)s. Une utilisation rationnelle des analyses sérologiques est primordiale. Il existe des limites dans l’interprétation des résultats nécessitant des prélèvements adéquats dans le décours du tableau clinique et dans des contextes précis. Une remise en question de l’utilisation de la sérologie par les assistant(e)s en médecine générale paraît importante. L’utilisation des techniques de biologie moléculaire était peu répandue, le coût en constituant le principal écueil. Les critères de réalisation sont, de plus, tout aussi limités. Du point de vue des antibiotiques, une utilisation des bonnes molécules et de la bonne posologie était à signaler. Néanmoins, cette utilisation se doit d’être cohérente avec les recommandations belges. Hors épisode de pneumonie, celle-ci est grandement limitée en médecine générale. L’existence d’une résistance de Mycoplasma pneumoniae aux macrolides ne doit pas être oubliée.

My observations as an assistant in general practice about the frequent mention of atypical pathogens in the context of the «persistent» cough led me to consider this subject as a framework for my graduation work. By interviewing my colleagues through a questionnaire, a quantitative study was conducted and demonstrated this important place of Mycoplasma or Chlamydia pneumoniae respiratory tract infections with in this differential diagnosis. The evocation, via the literature, of other diagnostic hypotheses in this context allowed a reflection that seems necessary for assistants in general practice. From a management perspective, the use of serology or empirical antibiotic treatment were two approaches highlighted by the panel of assistants. Rational use of serological analyses is paramount. There are limitations in the interpretation of results that require adequate sampling in clinical stream and in specific settings. Questioning of the use of serology by assistants in general practice seems important. The use of molecular biology techniques was not widespread, with cost being the main stumbling block. The criteria for implementation are also limited. From the antibiotics standpoint, the use of the right molecules and the right dosage was noteworthy. Nevertheless, this use must be consistent with the Belgian recommendations. Outside episode of pneumonia, this one is greatly limited in general medicine. The existence of resistance of Mycoplasma pneumoniae to macrolides should not be forgotten.
My observations as an assistant in general practice about the frequent mention of atypical pathogens in the context of the «persistent» cough led me to consider this subject as a framework for my graduation work. By interviewing my colleagues through a questionnaire, a quantitative study was conducted and demonstrated this important place of Mycoplasma or Chlamydia pneumoniae respiratory tract infections with in this differential diagnosis. The evocation, via the literature, of other diagnostic hypotheses in this context allowed a reflection that seems necessary for assistants in general practice. From a management perspective, the use of serology or empirical antibiotic treatment were two approaches highlighted by the panel of assistants. Rational use of serological analyses is paramount. There are limitations in the interpretation of results that require adequate sampling in clinical stream and in specific settings. Questioning of the use of serology by assistants in general practice seems important. The use of molecular biology techniques was not widespread, with cost being the main stumbling block. The criteria for implementation are also limited. From the antibiotics standpoint, the use of the right molecules and the right dosage was noteworthy. Nevertheless, this use must be consistent with the Belgian recommendations. Outside episode of pneumonia, this one is greatly limited in general medicine. The existence of resistance of Mycoplasma pneumoniae to macrolides should not be forgotten.
Guérenne - ThomasUniversité de Liège
QR32 - QS41 - QT2 - R05 - R83 - 33.008 - 50.006
Pistes d’amélioration de la collaboration entre médecins généralistes et néphrologues dans la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique : une étude qualitative
Pistes d’amélioration de la collaboration entre médecins généralistes et néphrologues dans la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique : une étude qualitative
Objectif : Ce travail a pour objectif d’effectuer l’état des lieux et d’émettre des pistes d’amélioration concernant la collaboration entre le médecin généraliste et le néphrologue dans le cadre du suivi d’un patient présentant une insuffisance rénale chronique. Méthode : Une étude qualitative a été effectuée à l’aide d’entretiens semi-dirigés réalisés auprès de onze médecins généralistes de la région de Soumagne. Résultats : La plupart des médecins généralistes décrivaient la collaboration avec le néphrologue comme satisfaisante dans le cadre de la gestion de l’insuffisance rénale chronique hors dialyse. Toutefois, des améliorations leur semblaient nécessaires, notamment dans le domaine de la communication, du partage de données, de l’instauration des trajets de soins et de la mise en place des rôles dans le suivi de la maladie. Beaucoup admettaient un manque de connaissances de l’insuffisance rénale chronique et des critères de référencement vers le néphrologue. Dans le cadre de la dialyse, une relative perte de contact avec le patient était déplorée par les médecins généralistes, entachant ainsi la collaboration avec les néphrologues. Plusieurs pistes de solutions ont été émises par les médecins généralistes pour remédier à ces différents problèmes : la mise en place d’une ligne directe d’avis vers le néphrologue, une optimalisation du partage des données, la promotion et l’utilisation plus fréquente des trajets de soins, des rencontres entre néphrologues et médecins généralistes afin de mieux définir et articuler le rôle de chacun dans la prise en charge et de faciliter de futurs contacts. Conclusion : Des pistes ont été proposées par les médecins généralistes afin d’améliorer la collaboration avec les néphrologues dans la prise en charge des patients présentant une insuffisance rénale chronique. Celles-ci mériteraient d’être mises en place et évaluées.
Objectif : Ce travail a pour objectif d’effectuer l’état des lieux et d’émettre des pistes d’amélioration concernant la collaboration entre le médecin généraliste et le néphrologue dans le cadre du suivi d’un patient présentant une insuffisance rénale chronique. Méthode : Une étude qualitative a été effectuée à l’aide d’entretiens semi-dirigés réalisés auprès de onze médecins généralistes de la région de Soumagne. Résultats : La plupart des médecins généralistes décrivaient la collaboration avec le néphrologue comme satisfaisante dans le cadre de la gestion de l’insuffisance rénale chronique hors dialyse. Toutefois, des améliorations leur semblaient nécessaires, notamment dans le domaine de la communication, du partage de données, de l’instauration des trajets de soins et de la mise en place des rôles dans le suivi de la maladie. Beaucoup admettaient un manque de connaissances de l’insuffisance rénale chronique et des critères de référencement vers le néphrologue. Dans le cadre de la dialyse, une relative perte de contact avec le patient était déplorée par les médecins généralistes, entachant ainsi la collaboration avec les néphrologues. Plusieurs pistes de solutions ont été émises par les médecins généralistes pour remédier à ces différents problèmes : la mise en place d’une ligne directe d’avis vers le néphrologue, une optimalisation du partage des données, la promotion et l’utilisation plus fréquente des trajets de soins, des rencontres entre néphrologues et médecins généralistes afin de mieux définir et articuler le rôle de chacun dans la prise en charge et de faciliter de futurs contacts. Conclusion : Des pistes ont été proposées par les médecins généralistes afin d’améliorer la collaboration avec les néphrologues dans la prise en charge des patients présentant une insuffisance rénale chronique. Celles-ci mériteraient d’être mises en place et évaluées.
Lambiet - ChristelleUniversité de Liège
U28 - QS11 - QT32 - 67.001 - QR31 - QD2
Le vécu des médecins généralistes du cercle médical du Condroz face au fardeau et à la prise en charge des aidants informels de patients déments
Le vécu des médecins généralistes du cercle médical du Condroz face au fardeau et à la prise en charge des aidants informels de patients déments

The experience of the family physicians of the Condroz medical circle, dealing with the burden and care of informal caregivers of dementia patients
The experience of the family physicians of the Condroz medical circle, dealing with the burden and care of informal caregivers of dementia patients
Introduction : Avec le vieillissement de la population, le nombre de démence est amené à augmenter. Les personnes démentes nécessitent une attention permanente de la part de personnes que l’on appelle aidants. Et plus particulièrement, aidants informels. Le fait de s’occuper d’une personne démente peut avoir des conséquences importantes sur la santé de l’aidant et celle du patient dément. Dans ce cadre, le médecin généraliste pourrait avoir un rôle central dans le dépistage du fardeau d’aidants à risque. Le but de cette étude était de recueillir l’expérience des médecins généralistes face à la prise en charge d’aidants de patients dément et leur fardeau. Méthodes : La méthode qualitative des entretiens semi-dirigés, avec l’aide d’un guide préalablement rédigé a été choisie pour permettre de mieux appréhender le ressenti réel du médecin généraliste Résultats : Les médecins généralistes identifiaient correctement la plupart des facteurs ayant un impact sur le fardeau et ses conséquences. Ils mettaient correctement en place les aides au domicile pour tenter de soulager le fardeau. Cependant l’évaluation du fardeau ne se réalisait pas à l’aide d’échelle mais plutôt au ressenti de la situation et ils ne mettaient que rarement en place du soutien psychologique et informationnel. Conclusion : Cette étude pourrait permettre de rendre compte de l’évaluation du fardeau par les médecins généralistes et sur le manque d’informations pour les médecins généralistes sur la prise en charge des aidants autre que sur le plan physique. Une meilleure disponibilité de l’information sur le sujet devrait être à envisager. Car la problématique des aidants est amenée à revêtir un caractère important, non seulement au niveau individuel mais également sociétal et économique dans les années à venir.
Introduction : Avec le vieillissement de la population, le nombre de démence est amené à augmenter. Les personnes démentes nécessitent une attention permanente de la part de personnes que l’on appelle aidants. Et plus particulièrement, aidants informels. Le fait de s’occuper d’une personne démente peut avoir des conséquences importantes sur la santé de l’aidant et celle du patient dément. Dans ce cadre, le médecin généraliste pourrait avoir un rôle central dans le dépistage du fardeau d’aidants à risque. Le but de cette étude était de recueillir l’expérience des médecins généralistes face à la prise en charge d’aidants de patients dément et leur fardeau. Méthodes : La méthode qualitative des entretiens semi-dirigés, avec l’aide d’un guide préalablement rédigé a été choisie pour permettre de mieux appréhender le ressenti réel du médecin généraliste Résultats : Les médecins généralistes identifiaient correctement la plupart des facteurs ayant un impact sur le fardeau et ses conséquences. Ils mettaient correctement en place les aides au domicile pour tenter de soulager le fardeau. Cependant l’évaluation du fardeau ne se réalisait pas à l’aide d’échelle mais plutôt au ressenti de la situation et ils ne mettaient que rarement en place du soutien psychologique et informationnel. Conclusion : Cette étude pourrait permettre de rendre compte de l’évaluation du fardeau par les médecins généralistes et sur le manque d’informations pour les médecins généralistes sur la prise en charge des aidants autre que sur le plan physique. Une meilleure disponibilité de l’information sur le sujet devrait être à envisager. Car la problématique des aidants est amenée à revêtir un caractère important, non seulement au niveau individuel mais également sociétal et économique dans les années à venir.
Salvaggio - Jordan Université de Liège
QS41 - QD22 - QO4 - QC3 - Z20 - P01 - P70 - QR31
Élaboration d’une trousse de voyage en médecine générale.
Élaboration d’une trousse de voyage en médecine générale.
Introduction : Avec leur démocratisation au cours de ces dernières décennies, les voyages prennent de plus en plus d'importance dans notre mode de vie, qu'ils soient effectués en Belgique ou à l´étranger. C’est dans ce contexte que le médecin généraliste est amené au cours de sa pratique a rencontrer une demande croissante de pré-consultation de voyage au sein de sa patientèle. L’objectif de ce travail de fin d’étude était double : - explorer les connaissances et attitudes de pratiques des médecins généralistes et des assistants en médecine Générale de la province de Liège concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage. - proposer un outil d’aide à la consultation pour élaborer une trousse médicale adaptée au patient et son voyage à travers une recherche dans la littérature. Méthode : La première partie de ce travail consistait en une étude qualitative, par questionnaire sous forme électronique ,réalisée auprès de 5 médecins généralistes et 51 assistants en médecine générale en province de Liège. La seconde partie était une recherche documentaire au sein de la littérature. Résultats : Dans leur pratique, la majorité des assistants en médecine générale dispensent volontierement des recommandations de voyage et ne prescrivent que très peu systématiquement une trousse de voyage. Les connaissances théoriques des assistants en médecine générales concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage sont globalement satisfaisantes mais à nuancer. Aucune conclusion n’a pu être rédigée chez les médecins généralistes. Une recherche dans la littérature a permis de rédiger des lignes directrices en pré-consultation de voyage et de réaliser un outil d’aide à l’élaboration d’une trousse médicale de voyage. Conclusions : Les connaissances et attitudes de pratiques des assistants en médecine générale concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage sont à nuancer. Aucune conclusion n’a pu être rédigée chez les médecins généralistes. Le présent travail, au travers d’une recherche dans la littérature, a également permis d’aboutir à l’élaboration d’un outil d’aide non exhaustif à l’élaboration d’une trousse de voyage. Il serait intéressant à l’avenir d’évaluer son apport et de l’adapter en une application sur smartphone.
Introduction : Avec leur démocratisation au cours de ces dernières décennies, les voyages prennent de plus en plus d'importance dans notre mode de vie, qu'ils soient effectués en Belgique ou à l´étranger. C’est dans ce contexte que le médecin généraliste est amené au cours de sa pratique a rencontrer une demande croissante de pré-consultation de voyage au sein de sa patientèle. L’objectif de ce travail de fin d’étude était double : - explorer les connaissances et attitudes de pratiques des médecins généralistes et des assistants en médecine Générale de la province de Liège concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage. - proposer un outil d’aide à la consultation pour élaborer une trousse médicale adaptée au patient et son voyage à travers une recherche dans la littérature. Méthode : La première partie de ce travail consistait en une étude qualitative, par questionnaire sous forme électronique ,réalisée auprès de 5 médecins généralistes et 51 assistants en médecine générale en province de Liège. La seconde partie était une recherche documentaire au sein de la littérature. Résultats : Dans leur pratique, la majorité des assistants en médecine générale dispensent volontierement des recommandations de voyage et ne prescrivent que très peu systématiquement une trousse de voyage. Les connaissances théoriques des assistants en médecine générales concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage sont globalement satisfaisantes mais à nuancer. Aucune conclusion n’a pu être rédigée chez les médecins généralistes. Une recherche dans la littérature a permis de rédiger des lignes directrices en pré-consultation de voyage et de réaliser un outil d’aide à l’élaboration d’une trousse médicale de voyage. Conclusions : Les connaissances et attitudes de pratiques des assistants en médecine générale concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage sont à nuancer. Aucune conclusion n’a pu être rédigée chez les médecins généralistes. Le présent travail, au travers d’une recherche dans la littérature, a également permis d’aboutir à l’élaboration d’un outil d’aide non exhaustif à l’élaboration d’une trousse de voyage. Il serait intéressant à l’avenir d’évaluer son apport et de l’adapter en une application sur smartphone.
Mossiat - AngeliqueUniversité de Liège
QS41 - QR31 - QT32 - QT33 - QD7 - QT2 - QR21 - QO4
Exploration du rôle et de la collaboration de chaque intervenant dans la continuité des soins pédiatriques des enfants de 0 à 6 ans
Exploration du rôle et de la collaboration de chaque intervenant dans la continuité des soins pédiatriques des enfants de 0 à 6 ans
RESUME Contexte : A l’heure actuelle, le suivi des enfants de 0 à 6 ans se fait au travers de plusieurs intervenants. En Belgique, le libre choix du médecin prenant en charge le suivi de l’enfant est laissé aux parents. Dans ce contexte, se croisent souvent divers acteurs dont le médecin de l’ONE, le pédiatre généraliste et le médecin généraliste. Objectif : Explorer le rôle de chaque intervenant dans la continuité des soins pédiatriques des enfants de 0 à 6 ans en s’axant essentiellement sur la prévention et la promotion de la santé. Nous tenterons également d’approfondir la collaboration entre ces divers prestataires de soins. Méthode : Etude qualitative réalisée au travers d’entretiens semi-dirigés. 19 participants de la province de Liège ont été recrutés parmi eux 7 médecins généralistes, 6 médecins travaillant à l’ONE et 6 pédiatres généralistes. Une analyse transversale thématique sur base des verbatims a été réalisée ainsi qu’une analyse basée sur le modèle de D’Amour étudiant la collaboration. Résultats : La définition du rôle de chaque intervenant fait face à de nombreux territoires limitrophes où la légitimité de chacun n’est pas clairement établie. Le rôle des médecins de l’ONE semble clair bien qu’il chevauche selon certains celui du pédiatre. Les médecins généralistes et les pédiatres se désignent tout deux comme le médecin référent de l’enfant créant ainsi un débat sur la place du pédiatre en première ligne de soins et celle du généraliste dans l’aspect préventif du suivi. La collaboration entre chaque partie est restreinte et se limite quasi essentiellement à une communication au travers du carnet de santé de l’enfant. Toutefois, il existe un réel souhait d’améliorer cette coopération notamment grâce à la mise en place de formations communes ou par la création d’une plateforme informatique partagée. Conclusion : Il existe de nombreuses zones de superposition des rôles qui doivent être éclaircies, et ce, notamment au travers d’une communication plus importante. Dans notre étude, nous avons exploré la collaboration entre les intervenants car celle-ci est indissociable du rôle joué par chacun. Il en ressort que, dans ce domaine, la coopération est réduite et existe par l’intermédiaire des besoins complexes du patient qui impose une multidisciplinarité. Cependant, nous nous devons de rester optimiste car la majorité des intervenants souhaitent une amélioration de celle-ci. La mise en place de formations communes est, par exemple, une perspective atteignable et qui permettrait une mise à jour des matières pédiatriques ainsi que l’établissement de rencontres entre ces praticiens. Promouvoir la collaboration centrée sur le patient semble un bel objectif à atteindre. Mots-clés : Médecine générale, pédiatrie, médecine préventive, collaboration.
RESUME Contexte : A l’heure actuelle, le suivi des enfants de 0 à 6 ans se fait au travers de plusieurs intervenants. En Belgique, le libre choix du médecin prenant en charge le suivi de l’enfant est laissé aux parents. Dans ce contexte, se croisent souvent divers acteurs dont le médecin de l’ONE, le pédiatre généraliste et le médecin généraliste. Objectif : Explorer le rôle de chaque intervenant dans la continuité des soins pédiatriques des enfants de 0 à 6 ans en s’axant essentiellement sur la prévention et la promotion de la santé. Nous tenterons également d’approfondir la collaboration entre ces divers prestataires de soins. Méthode : Etude qualitative réalisée au travers d’entretiens semi-dirigés. 19 participants de la province de Liège ont été recrutés parmi eux 7 médecins généralistes, 6 médecins travaillant à l’ONE et 6 pédiatres généralistes. Une analyse transversale thématique sur base des verbatims a été réalisée ainsi qu’une analyse basée sur le modèle de D’Amour étudiant la collaboration. Résultats : La définition du rôle de chaque intervenant fait face à de nombreux territoires limitrophes où la légitimité de chacun n’est pas clairement établie. Le rôle des médecins de l’ONE semble clair bien qu’il chevauche selon certains celui du pédiatre. Les médecins généralistes et les pédiatres se désignent tout deux comme le médecin référent de l’enfant créant ainsi un débat sur la place du pédiatre en première ligne de soins et celle du généraliste dans l’aspect préventif du suivi. La collaboration entre chaque partie est restreinte et se limite quasi essentiellement à une communication au travers du carnet de santé de l’enfant. Toutefois, il existe un réel souhait d’améliorer cette coopération notamment grâce à la mise en place de formations communes ou par la création d’une plateforme informatique partagée. Conclusion : Il existe de nombreuses zones de superposition des rôles qui doivent être éclaircies, et ce, notamment au travers d’une communication plus importante. Dans notre étude, nous avons exploré la collaboration entre les intervenants car celle-ci est indissociable du rôle joué par chacun. Il en ressort que, dans ce domaine, la coopération est réduite et existe par l’intermédiaire des besoins complexes du patient qui impose une multidisciplinarité. Cependant, nous nous devons de rester optimiste car la majorité des intervenants souhaitent une amélioration de celle-ci. La mise en place de formations communes est, par exemple, une perspective atteignable et qui permettrait une mise à jour des matières pédiatriques ainsi que l’établissement de rencontres entre ces praticiens. Promouvoir la collaboration centrée sur le patient semble un bel objectif à atteindre. Mots-clés : Médecine générale, pédiatrie, médecine préventive, collaboration.
Beckers - FlorenceUniversité de Liège
QC12 - QC11 - QD25 - QS31 - 47.000 - QD41 - QD11 - 46.000
Evaluation de la qualité des soins : La maison médicale de Tilleur - Sclessin
Evaluation de la qualité des soins : La maison médicale de Tilleur - Sclessin
Introduction : L’approche de la qualité des soins s’est développée au cours des 40 dernières années, intégrant différents modèles et différentes approches. Au départ très techniques et tenant peu compte du facteur humain, les systèmes de santé se sont construits selon différents modèles de fonctionnement, intégrant progressivement la dimension interpersonnelle dans leurs évaluations. Il est de nos jours très répandu de faire appel aux avis des patients pour sonder leur satisfaction concernant les services et soins proposés et d’en tirer des pistes de travail dans le but d’en améliorer leur qualité. Méthode : Nous sommes partis d’un outil international standardisé existant et modifié pour les besoins de ce travail avec l’aide d’une équipe d’experts. Nous avons ensuite diffusé cette enquête de satisfaction auprès d’un échantillon aléatoire de patients adultes ( +- 200 personnes ) de ma structure de soin, sous forme d’entretiens téléphoniques anonymisés. Ces entretiens étaient conduits par une enquêtrice indépendante professionnelle. Les patients interrogés pouvaient adhérer ou non à 25 propositions touchant à divers aspects des soins. Résultats : 197 personnes ont accepté de répondre à notre enquête. 19 ont refusé et 113 n’avaient pas de téléphone valide. 184 contacts n’ont pu être confirmés. Le taux de participation est proche de 50%. Les médecins représentent 91,6% des contacts avec les professionnels et la moyenne d’âge des répondants était de 33 ans. Les patients sont majoritairement satisfaits. On remarque tout de même un taux d’insatisfaction plus important concernant 2 items (la facilité de contact téléphonique avec le professionnel et le temps d’attente en salle d’attente.) et un taux d’abstention importants pour plusieurs propositions. Conclusion : Chaque résultat mitigé représente une base de travail possible pour une amélioration de la qualité des soins de notre structure. Une méthodologie proposée pour y parvenir est le management polyphonique, permettant une avancée plus rapide vers l’innovation et le changement.
Introduction : L’approche de la qualité des soins s’est développée au cours des 40 dernières années, intégrant différents modèles et différentes approches. Au départ très techniques et tenant peu compte du facteur humain, les systèmes de santé se sont construits selon différents modèles de fonctionnement, intégrant progressivement la dimension interpersonnelle dans leurs évaluations. Il est de nos jours très répandu de faire appel aux avis des patients pour sonder leur satisfaction concernant les services et soins proposés et d’en tirer des pistes de travail dans le but d’en améliorer leur qualité. Méthode : Nous sommes partis d’un outil international standardisé existant et modifié pour les besoins de ce travail avec l’aide d’une équipe d’experts. Nous avons ensuite diffusé cette enquête de satisfaction auprès d’un échantillon aléatoire de patients adultes ( +- 200 personnes ) de ma structure de soin, sous forme d’entretiens téléphoniques anonymisés. Ces entretiens étaient conduits par une enquêtrice indépendante professionnelle. Les patients interrogés pouvaient adhérer ou non à 25 propositions touchant à divers aspects des soins. Résultats : 197 personnes ont accepté de répondre à notre enquête. 19 ont refusé et 113 n’avaient pas de téléphone valide. 184 contacts n’ont pu être confirmés. Le taux de participation est proche de 50%. Les médecins représentent 91,6% des contacts avec les professionnels et la moyenne d’âge des répondants était de 33 ans. Les patients sont majoritairement satisfaits. On remarque tout de même un taux d’insatisfaction plus important concernant 2 items (la facilité de contact téléphonique avec le professionnel et le temps d’attente en salle d’attente.) et un taux d’abstention importants pour plusieurs propositions. Conclusion : Chaque résultat mitigé représente une base de travail possible pour une amélioration de la qualité des soins de notre structure. Une méthodologie proposée pour y parvenir est le management polyphonique, permettant une avancée plus rapide vers l’innovation et le changement.
Atienza - SimonUniversité de Liège
QP3 - QP41 - QP2
Flou sur l’efficacité du cannabidiol dans la gestion des douleurs chroniques : que dire à nos patients qui en prennent ?
Flou sur l’efficacité du cannabidiol dans la gestion des douleurs chroniques : que dire à nos patients qui en prennent ?
Le cannabidiol à usage thérapeutique a de plus en plus la cote. On peut voir des « CBD shops » fleurir un peu partout dans les grandes villes. Selon certains consommateurs, toute une série de vertus thérapeutiques lui sont attribuées et notamment dans la gestion des douleurs chroniques. Les patients souffrant de ce genre de douleurs ont souvent essayé un éventail de traitements et cherchent désespérément quelque chose pour les soulager. Ce travail s’intéresse aux preuves scientifiques actuelles de l’usage du cannabidiol dans les douleurs chroniques et à l’utilisation du CBD comme arme thérapeutique par les médecins. La première partie de mon travail est une recherche bibliographique au sein de la littérature primaire, secondaire et tertiaire. Je me suis également intéressée à d’autres sources pour me tenir informée de la situation médiatique ainsi qu’épidémiologique de la consommation de cannabidiol en Belgique. La seconde partie de mon travail est constituée d’interviews avec des spécialistes pouvant être amenés à prescrire du cannabidiol. Il manque de preuves scientifiques de type étude randomisée en double aveugle pour affirmer de l’efficacité du CBD dans la gestion des douleurs chroniques. Une certaine efficacité dans les douleurs neuropathiques avec des preuves de faible à moyenne qualité est démontrée. En ce qui concerne les experts interrogés, les avis divergent. Un médecin travaillant dans un centre de la douleur en prescrit et un autre non. Les deux psychiatres interrogés n’en ont jamais prescrit mais ont des patients qui en prennent. Deux des douze médecins généralistes interrogés en ont déjà prescrit. Deux généralistes estiment n’avoir aucun patient consommant du CBD. Les données scientifiques manquent mais la demande est présente. Le rôle du médecin traitant devient alors indispensable pour accompagner au mieux le patient dans sa démarche. Mots clés : Cannabidiol, cannabis, douleurs chroniques, preuves scientifiques
Le cannabidiol à usage thérapeutique a de plus en plus la cote. On peut voir des « CBD shops » fleurir un peu partout dans les grandes villes. Selon certains consommateurs, toute une série de vertus thérapeutiques lui sont attribuées et notamment dans la gestion des douleurs chroniques. Les patients souffrant de ce genre de douleurs ont souvent essayé un éventail de traitements et cherchent désespérément quelque chose pour les soulager. Ce travail s’intéresse aux preuves scientifiques actuelles de l’usage du cannabidiol dans les douleurs chroniques et à l’utilisation du CBD comme arme thérapeutique par les médecins. La première partie de mon travail est une recherche bibliographique au sein de la littérature primaire, secondaire et tertiaire. Je me suis également intéressée à d’autres sources pour me tenir informée de la situation médiatique ainsi qu’épidémiologique de la consommation de cannabidiol en Belgique. La seconde partie de mon travail est constituée d’interviews avec des spécialistes pouvant être amenés à prescrire du cannabidiol. Il manque de preuves scientifiques de type étude randomisée en double aveugle pour affirmer de l’efficacité du CBD dans la gestion des douleurs chroniques. Une certaine efficacité dans les douleurs neuropathiques avec des preuves de faible à moyenne qualité est démontrée. En ce qui concerne les experts interrogés, les avis divergent. Un médecin travaillant dans un centre de la douleur en prescrit et un autre non. Les deux psychiatres interrogés n’en ont jamais prescrit mais ont des patients qui en prennent. Deux des douze médecins généralistes interrogés en ont déjà prescrit. Deux généralistes estiment n’avoir aucun patient consommant du CBD. Les données scientifiques manquent mais la demande est présente. Le rôle du médecin traitant devient alors indispensable pour accompagner au mieux le patient dans sa démarche. Mots clés : Cannabidiol, cannabis, douleurs chroniques, preuves scientifiques
Laschet - CoralieUniversité de Liège
QD12 - QD13 - QD23 - QS41 - A01 - QT33 - QR6
État des lieux de la pratique de prescription d'incapacité de travail chez les médecins généralistes de la région Basse-Meuse et proposition de pistes d'aide à la prescription : étude qualitative transversale réalisée par entretiens semi-dirigés.
État des lieux de la pratique de prescription d'incapacité de travail chez les médecins généralistes de la région Basse-Meuse et proposition de pistes d'aide à la prescription : étude qualitative transversale réalisée par entretiens semi-dirigés.
Ce travail a pour but de faire le point sur la pratique de prescription d'incapacité de travail des médecins généralistes de ma région (Basse-Meuse), évaluer leur besoin et/ou intérêt pour un éventuel référentiel et finalement extraire et proposer d'éventuelles autres pistes d'aide à la prescription d'incapacité de travail. Méthode : Recherche dans la littérature suivie d'une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés réalisée auprès de 8 médecins généralistes de la région Basse-Meuse entre février et avril 2020. Un échantillonnage diversifié entre les médecins a été réalisé, ainsi qu'une analyse axiale des thèmes sur base de verbatims. Résultats : Les entretiens effectués ont permis de montrer que la durée d'incapacité de travail prescrite par les médecins généralistes dépendait de nombreux facteurs. Dans la pratique, les médecins se basaient en général sur leur propre expérience, tout en tenant compte des attentes des patients, notamment dans les incapacités plus longues. Le ressenti global des médecins face aux incapacité de travail était plutôt négatif, et montrait que cette partie de la pratique pouvait poser problème pour plusieurs raisons, impactant dès lors sur la relation médecin-patient. L'émergence d'un référentiel concernant certaines durées d'incapacité de travail laissait un avis mitigé auprès des praticiens. Une suppression du rôle de prescripteur d'incapacité de travail du médecin généraliste ou bien des formations ou informations supplémentaires pourraient améliorer la pratique des médecins. Conclusion : La décision de prescription d'incapacité de travail et sa durée sont multifactorielles, et peuvent se révéler complexes. Les difficultés ne sont pas rares, et peuvent mener jusqu'au conflit avec le patient. Les MG n'émettent pas d'objection à la mise en place d'un référentiel de durées d'incapacité de travail tant qu'il n'est pas imposé. Il profiterait néanmoins plus aux médecins plus jeunes. Le référentiel en cours de préparation en Belgique pourrait répondre aux attentes des médecins. Des formations ou exposés centrés sur l'Incapacité de travail présentés en petites groupes pourraient être organisés afin de sensibiliser les médecins à la problématique et pourquoi pas améliorer leur pratique.
Ce travail a pour but de faire le point sur la pratique de prescription d'incapacité de travail des médecins généralistes de ma région (Basse-Meuse), évaluer leur besoin et/ou intérêt pour un éventuel référentiel et finalement extraire et proposer d'éventuelles autres pistes d'aide à la prescription d'incapacité de travail. Méthode : Recherche dans la littérature suivie d'une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés réalisée auprès de 8 médecins généralistes de la région Basse-Meuse entre février et avril 2020. Un échantillonnage diversifié entre les médecins a été réalisé, ainsi qu'une analyse axiale des thèmes sur base de verbatims. Résultats : Les entretiens effectués ont permis de montrer que la durée d'incapacité de travail prescrite par les médecins généralistes dépendait de nombreux facteurs. Dans la pratique, les médecins se basaient en général sur leur propre expérience, tout en tenant compte des attentes des patients, notamment dans les incapacités plus longues. Le ressenti global des médecins face aux incapacité de travail était plutôt négatif, et montrait que cette partie de la pratique pouvait poser problème pour plusieurs raisons, impactant dès lors sur la relation médecin-patient. L'émergence d'un référentiel concernant certaines durées d'incapacité de travail laissait un avis mitigé auprès des praticiens. Une suppression du rôle de prescripteur d'incapacité de travail du médecin généraliste ou bien des formations ou informations supplémentaires pourraient améliorer la pratique des médecins. Conclusion : La décision de prescription d'incapacité de travail et sa durée sont multifactorielles, et peuvent se révéler complexes. Les difficultés ne sont pas rares, et peuvent mener jusqu'au conflit avec le patient. Les MG n'émettent pas d'objection à la mise en place d'un référentiel de durées d'incapacité de travail tant qu'il n'est pas imposé. Il profiterait néanmoins plus aux médecins plus jeunes. Le référentiel en cours de préparation en Belgique pourrait répondre aux attentes des médecins. Des formations ou exposés centrés sur l'Incapacité de travail présentés en petites groupes pourraient être organisés afin de sensibiliser les médecins à la problématique et pourquoi pas améliorer leur pratique.
Dierckx - CiliaUniversité de Liège
50.001 - A28 - QD12 - QD325 - QR31 - QS11 - QT32 - Z05
Et si on révisait le traitement de nos patients âgés polymédiqués ?
Et si on révisait le traitement de nos patients âgés polymédiqués ?
Introduction : La polypharmacie touche nos personnes âgées. La révision médicamenteuse est l’une des clés pour faire face à ce phénomène et tous les effets néfastes connus qui en découlent. En Belgique, il est recommandé de faire cette révision 2x/an. Pour aider le médecin généraliste dans sa démarche d’identification de la prescription potentiellement inappropriée (PPI), nous avons à disposition l’outil STOPP/START.v2. Mais le processus de déprescription est plus complexe. Une consultation dédiée exclusivement à la révision médicamenteuse semble être nécessaire. Comment la mettre en place en médecine générale ? Méthode : Il s’agit d’une étude exploratoire visant à identifier les intérêts et les difficultés de l’application concrète d’une consultation de révision médicamenteuse en médecine générale chez les personnes âgées ≥65 ans. L’objectif est de relater ce que le médecin-chercheur a observé lors de la préparation et de la consultation tant au niveau de la démarche que le médecin entreprend qu’au niveau de la réaction des patients participants. Résultats : Les intérêts de la consultation de révision médicamenteuse sont : la mise-à-jour du dossier médical informatisé, la réconciliation de la médication, la favorisation de la collaboration avec le spécialiste, l’amélioration des connaissances du médecin, la volonté du patient de comprendre et d’ajuster le traitement, la réduction des PPI ayant des effets néfastes à plusieurs niveaux et la favorisation du dialogue médecin-patient autour de la médication. Les difficultés sont : le caractère chronophage de la révision médicamenteuse, les conditions supplémentaires pour pouvoir appliquer l’outil STOPP/START.v2 (informations cliniques incomplètes, nécessité de consulter d’autres recommandations et le jugement clinique), les prescripteurs multiples, la peur du retour des symptômes chez le patient et la peur de l’effet inconnu de la déprescription chez le médecin. Conclusion et perspectives : La révision du traitement et la déprescription qui peut en découler sont des processus complets et complexes. L’outil STOPP/START.v2 est une aide précieuse mais ne peut se substituer aux autres étapes de préparation, de dialogue avec le patient et de jugement clinique qu’offre la consultation spécifique. Les patients sont demandeurs et enthousiastes. Cependant il faut tenir compte des difficultés afin de pouvoir les contourner : une solide préparation est nécessaire en amont de la consultation. Enfin, le manque de guides de bonnes pratiques et de preuves quant aux effets de la déprescription freinent actuellement le médecin. Mais quelques pistes prometteuses commencent à s’ouvrir. Il faudra alors sensibiliser les médecins généralistes et spécialistes à agir pro-activement.
Introduction : La polypharmacie touche nos personnes âgées. La révision médicamenteuse est l’une des clés pour faire face à ce phénomène et tous les effets néfastes connus qui en découlent. En Belgique, il est recommandé de faire cette révision 2x/an. Pour aider le médecin généraliste dans sa démarche d’identification de la prescription potentiellement inappropriée (PPI), nous avons à disposition l’outil STOPP/START.v2. Mais le processus de déprescription est plus complexe. Une consultation dédiée exclusivement à la révision médicamenteuse semble être nécessaire. Comment la mettre en place en médecine générale ? Méthode : Il s’agit d’une étude exploratoire visant à identifier les intérêts et les difficultés de l’application concrète d’une consultation de révision médicamenteuse en médecine générale chez les personnes âgées ≥65 ans. L’objectif est de relater ce que le médecin-chercheur a observé lors de la préparation et de la consultation tant au niveau de la démarche que le médecin entreprend qu’au niveau de la réaction des patients participants. Résultats : Les intérêts de la consultation de révision médicamenteuse sont : la mise-à-jour du dossier médical informatisé, la réconciliation de la médication, la favorisation de la collaboration avec le spécialiste, l’amélioration des connaissances du médecin, la volonté du patient de comprendre et d’ajuster le traitement, la réduction des PPI ayant des effets néfastes à plusieurs niveaux et la favorisation du dialogue médecin-patient autour de la médication. Les difficultés sont : le caractère chronophage de la révision médicamenteuse, les conditions supplémentaires pour pouvoir appliquer l’outil STOPP/START.v2 (informations cliniques incomplètes, nécessité de consulter d’autres recommandations et le jugement clinique), les prescripteurs multiples, la peur du retour des symptômes chez le patient et la peur de l’effet inconnu de la déprescription chez le médecin. Conclusion et perspectives : La révision du traitement et la déprescription qui peut en découler sont des processus complets et complexes. L’outil STOPP/START.v2 est une aide précieuse mais ne peut se substituer aux autres étapes de préparation, de dialogue avec le patient et de jugement clinique qu’offre la consultation spécifique. Les patients sont demandeurs et enthousiastes. Cependant il faut tenir compte des difficultés afin de pouvoir les contourner : une solide préparation est nécessaire en amont de la consultation. Enfin, le manque de guides de bonnes pratiques et de preuves quant aux effets de la déprescription freinent actuellement le médecin. Mais quelques pistes prometteuses commencent à s’ouvrir. Il faudra alors sensibiliser les médecins généralistes et spécialistes à agir pro-activement.
Henrard - VictoriaUniversité de Liège
49.004 - QC15 - QD446 - QS41 - A13 - QO4 - QO4
La surcharge pondérale des enfants : analyse de la prise en charge actuelle par les médecins généralistes liégeois à la lumière des recommandations de bonne pratique.
La surcharge pondérale des enfants : analyse de la prise en charge actuelle par les médecins généralistes liégeois à la lumière des recommandations de bonne pratique.
En 2013, 27 % des enfants belges (de 2 à 16 ans) présentaient un excès pondéral dont 7 % étaient obèses. La surcharge pondérale entraîne de multiples répercussions néfastes sur le développement de l’enfant. Cette étude qualitative s’est penchée sur la prise en charge des enfants en surcharge pondérale par les médecins généralistes liégeois au travers d’entretiens semi-dirigés. L’objectif de ce TFE était d’analyser la prise en charge actuelle des enfants en surcharge pondérale par les médecins généralistes liégeois. Pour ce faire, les résultats de l’étude ont été comparés aux recommandations de bonne pratique belges et françaises. Tous les médecins interviewés s’accordaient à dire que la surcharge pondérale des enfants est un problème de santé qui les concernaient. C’était d’ailleurs eux qui abordaient le sujet le plus souvent. Durant l’anamnèse, les médecins généralistes questionnaient l’enfant ou ses parents essentiellement sur leur alimentation. L’examen clinique était souvent succinct. Les répondants recommandaient fortement une alimentation saine et variée et une activité sportive régulière. Ils n’abordaient pas le sommeil ni le temps passé devant les écrans. Presque aucun des médecins généralistes n’organisait un suivi régulier de l’enfant. Peu de médecins généralistes se sentaient formés et à l’aise lors de ces consultations. D’ailleurs, ils n’hésitaient pas à référer à un spécialiste ou paramédical s’ils le jugeaient nécessaire. Ces résultats tendent à montrer que la pratique actuelle n’est pas conforme aux recommandations de bonne pratique. En effet, on constate que la surcharge pondérale des enfants est sous-diagnostiquée, que les médecins manquent de formations et d’informations sur la prise en charge et que le suivi est insuffisant. Un outil pratique pour aider les médecins généralistes lors des consultations pourraient être très intéressant à développer. Mots-clés : enfant, surpoids, obésité, médecine générale.
En 2013, 27 % des enfants belges (de 2 à 16 ans) présentaient un excès pondéral dont 7 % étaient obèses. La surcharge pondérale entraîne de multiples répercussions néfastes sur le développement de l’enfant. Cette étude qualitative s’est penchée sur la prise en charge des enfants en surcharge pondérale par les médecins généralistes liégeois au travers d’entretiens semi-dirigés. L’objectif de ce TFE était d’analyser la prise en charge actuelle des enfants en surcharge pondérale par les médecins généralistes liégeois. Pour ce faire, les résultats de l’étude ont été comparés aux recommandations de bonne pratique belges et françaises. Tous les médecins interviewés s’accordaient à dire que la surcharge pondérale des enfants est un problème de santé qui les concernaient. C’était d’ailleurs eux qui abordaient le sujet le plus souvent. Durant l’anamnèse, les médecins généralistes questionnaient l’enfant ou ses parents essentiellement sur leur alimentation. L’examen clinique était souvent succinct. Les répondants recommandaient fortement une alimentation saine et variée et une activité sportive régulière. Ils n’abordaient pas le sommeil ni le temps passé devant les écrans. Presque aucun des médecins généralistes n’organisait un suivi régulier de l’enfant. Peu de médecins généralistes se sentaient formés et à l’aise lors de ces consultations. D’ailleurs, ils n’hésitaient pas à référer à un spécialiste ou paramédical s’ils le jugeaient nécessaire. Ces résultats tendent à montrer que la pratique actuelle n’est pas conforme aux recommandations de bonne pratique. En effet, on constate que la surcharge pondérale des enfants est sous-diagnostiquée, que les médecins manquent de formations et d’informations sur la prise en charge et que le suivi est insuffisant. Un outil pratique pour aider les médecins généralistes lors des consultations pourraient être très intéressant à développer. Mots-clés : enfant, surpoids, obésité, médecine générale.
Deprez - AliceUniversité de Liège
T83 - T82 - QC12 - QS41 - QT32 - QR31
Faciliter la communication entre le médecin généraliste et le patient atteint de déficience intellectuelle sévère
Faciliter la communication entre le médecin généraliste et le patient atteint de déficience intellectuelle sévère
Résumé Introduction La communication entre le médecin généraliste et le patient souffrant de déficience intellectuelle est difficile, longue et stressante pour le patient. Dans la plupart des cas, des éléments anamnestiques sont absents, ce qui rend le travail de recherche du diagnostic plus difficile. Un diagnostic inexact peut entraîner une prise en charge inadéquate et également, une perte de confiance dans la relation entre le médecin, le patient et ses proches. Méthode Une revue narrative de la littérature ainsi que mon expérience personnelle en tant que mère d'un enfant ayant une déficience intellectuelle sévère seront analysées. Résultats L'approche directe du patient lors de la consultation a un rôle déterminant dans l'obtention d’une anamnèse de qualité ainsi que sa confiance et compliance. Il existe des moyens pour résoudre ces difficultés en adaptant notre communication verbale et non verbale en fonction de la gravité de la déficience intellectuelle de chaque patient. Ces outils sont la communication améliorée et alternative (CAA) telles que les gestes, les signes et les pictogrammes. Ils peu avoir une forme de tableau où une forme électronique, une technologie de suivi des yeux ou même de simples smartphones accessibles à tous. Conclusion Il existe des moyens de communication directe avec un patient souffrant de déficiences intellectuelles sévères. Il est important de former les médecins généralistes à ces formes de communication. De cette façon, nous pourrons améliorer la qualité des soins de santé envers ces patients.
Résumé Introduction La communication entre le médecin généraliste et le patient souffrant de déficience intellectuelle est difficile, longue et stressante pour le patient. Dans la plupart des cas, des éléments anamnestiques sont absents, ce qui rend le travail de recherche du diagnostic plus difficile. Un diagnostic inexact peut entraîner une prise en charge inadéquate et également, une perte de confiance dans la relation entre le médecin, le patient et ses proches. Méthode Une revue narrative de la littérature ainsi que mon expérience personnelle en tant que mère d'un enfant ayant une déficience intellectuelle sévère seront analysées. Résultats L'approche directe du patient lors de la consultation a un rôle déterminant dans l'obtention d’une anamnèse de qualité ainsi que sa confiance et compliance. Il existe des moyens pour résoudre ces difficultés en adaptant notre communication verbale et non verbale en fonction de la gravité de la déficience intellectuelle de chaque patient. Ces outils sont la communication améliorée et alternative (CAA) telles que les gestes, les signes et les pictogrammes. Ils peu avoir une forme de tableau où une forme électronique, une technologie de suivi des yeux ou même de simples smartphones accessibles à tous. Conclusion Il existe des moyens de communication directe avec un patient souffrant de déficiences intellectuelles sévères. Il est important de former les médecins généralistes à ces formes de communication. De cette façon, nous pourrons améliorer la qualité des soins de santé envers ces patients.
klontzaki - katerinaUniversité de Liège
QO4
Le travail, l'invalidité et le médecin généraliste: une relation interdépendante ? Revue de la littérature axée sur deux des motifs d'invalidité les plus fréquents en Belgique
Le travail, l'invalidité et le médecin généraliste: une relation interdépendante ? Revue de la littérature axée sur deux des motifs d'invalidité les plus fréquents en Belgique
Ce travail a pour objet d’explorer différentes facettes de l’invalidité et de questionner la relation entre travail et invalidité ainsi que le rôle du médecin généraliste dans cette problématique. Il se présente comme une revue critique de la littérature, basée sur des articles scientifiques et des ouvrages de référence. Ma réflexion a par ailleurs été alimentée par des discussions avec différents médecins. Une première partie s’intéresse à l’évolution de l’invalidité en Belgique au cours des dernières années, permettant une mise en contexte du sujet. Nous verrons que deux groupes de pathologies représentent à eux seuls les deux tiers des motifs d’invalidité : les pathologies musculo-squelettiques et les troubles psychiques. Ces deux motifs ont permis de guider la suite de ce travail. Dans la seconde partie, au départ de la relation médecin-patient et de situations cliniques, ce travail va permettre d’ouvrir la discussion autour de la mise en incapacité. L’objectif est d’entamer une réflexion à propos d’un acte quotidien du médecin généraliste, au cœur de notre métier. Nous allons explorer ce thème selon différents points de vue : tant celui du patient, premier concerné, que celui du médecin à la base de la signature, ainsi qu’au regard de la société, de manière plus globale. Cet acte a des répercussions, tant au niveau économique que sociétal, et s’inscrit dans une réflexion éthique et philosophique que nous évoquerons dans la troisième partie. Enfin, une dernière partie évoquera quelques pistes de solution en vue d’améliorer la prise en charge de ces patients et quelques propositions de changement au point de vue sociétal.
Ce travail a pour objet d’explorer différentes facettes de l’invalidité et de questionner la relation entre travail et invalidité ainsi que le rôle du médecin généraliste dans cette problématique. Il se présente comme une revue critique de la littérature, basée sur des articles scientifiques et des ouvrages de référence. Ma réflexion a par ailleurs été alimentée par des discussions avec différents médecins. Une première partie s’intéresse à l’évolution de l’invalidité en Belgique au cours des dernières années, permettant une mise en contexte du sujet. Nous verrons que deux groupes de pathologies représentent à eux seuls les deux tiers des motifs d’invalidité : les pathologies musculo-squelettiques et les troubles psychiques. Ces deux motifs ont permis de guider la suite de ce travail. Dans la seconde partie, au départ de la relation médecin-patient et de situations cliniques, ce travail va permettre d’ouvrir la discussion autour de la mise en incapacité. L’objectif est d’entamer une réflexion à propos d’un acte quotidien du médecin généraliste, au cœur de notre métier. Nous allons explorer ce thème selon différents points de vue : tant celui du patient, premier concerné, que celui du médecin à la base de la signature, ainsi qu’au regard de la société, de manière plus globale. Cet acte a des répercussions, tant au niveau économique que sociétal, et s’inscrit dans une réflexion éthique et philosophique que nous évoquerons dans la troisième partie. Enfin, une dernière partie évoquera quelques pistes de solution en vue d’améliorer la prise en charge de ces patients et quelques propositions de changement au point de vue sociétal.
Fox - CamilleUniversité de Liège
Z05 - 62.002 - Z28 - P28 - QD22 - QP4 - QT33
Identification des freins et leviers à avoir un médecin généraliste autre que soi-même. Étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes de la région du Sud-Luxembourg.
Identification des freins et leviers à avoir un médecin généraliste autre que soi-même. Étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes de la région du Sud-Luxembourg.
Introduction : la santé des médecins est essentielle à un système de soins de santé efficace. En effet, avoir des médecins en bonne santé est une condition nécessaire pour favoriser la bonne santé d’une population. Il est connu qu’avoir un médecin traitant améliore la prise en charge de sa santé. Le but de ce travail de fin d’études est donc d’identifier les freins et les leviers à avoir une tierce personne comme médecin généraliste chez les médecins généralistes du Sud-Luxembourg. L’objectif secondaire de ce travail est l’identification des qualités que les généralistes recherchent pour choisir leur propre généraliste. Méthode : les données ont été recueillies par une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de neuf médecins généralistes de la région du Sud-Luxembourg. Résultats : les freins identifiés ont été classés comme suit : absence d’intérêt d’avoir un médecin généraliste attitré, freins liés à la relation entre le médecin et le patient, difficultés d’organisation et freins liés au contexte extérieur (environnement et société). Les leviers identifiés ont été classé comme suit : apparition d’un nouvel élément, besoin d’une tierce personne, refus de soigner sa famille et aspect administratif. Les qualités attendues d’un généraliste qui ont été le plus souvent citées sont : la compétence médicale, le lien de confiance et la compétence relationnelle. Discussion : les freins et moteurs cités par les médecins interrogés concordaient pour la plupart avec la littérature. Les différences relevées étaient souvent dues aux différences entre les systèmes de soins de santé et à la petite taille de mon échantillon. Les qualités attendues d’un généraliste concordaient aussi avec la littérature. Conclusion : le fait d’identifier les freins et les leviers chez les médecins généralistes pour avoir leur propre médecin traitant est une première étape dans la promotion de la santé des généralistes. La mise en place d’actions ou de politique de promotion de la santé des médecins généralistes afin d’inciter les généralistes à avoir leur propre médecin traitant, et l’évaluation des effets de ces mesures sur la santé des généralistes, est un sujet de recherche intéressant pour compléter ce travail. Mots clés : santé, médecins généralistes, propre médecin généraliste, tierce personne, freins, leviers.
Introduction : la santé des médecins est essentielle à un système de soins de santé efficace. En effet, avoir des médecins en bonne santé est une condition nécessaire pour favoriser la bonne santé d’une population. Il est connu qu’avoir un médecin traitant améliore la prise en charge de sa santé. Le but de ce travail de fin d’études est donc d’identifier les freins et les leviers à avoir une tierce personne comme médecin généraliste chez les médecins généralistes du Sud-Luxembourg. L’objectif secondaire de ce travail est l’identification des qualités que les généralistes recherchent pour choisir leur propre généraliste. Méthode : les données ont été recueillies par une étude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de neuf médecins généralistes de la région du Sud-Luxembourg. Résultats : les freins identifiés ont été classés comme suit : absence d’intérêt d’avoir un médecin généraliste attitré, freins liés à la relation entre le médecin et le patient, difficultés d’organisation et freins liés au contexte extérieur (environnement et société). Les leviers identifiés ont été classé comme suit : apparition d’un nouvel élément, besoin d’une tierce personne, refus de soigner sa famille et aspect administratif. Les qualités attendues d’un généraliste qui ont été le plus souvent citées sont : la compétence médicale, le lien de confiance et la compétence relationnelle. Discussion : les freins et moteurs cités par les médecins interrogés concordaient pour la plupart avec la littérature. Les différences relevées étaient souvent dues aux différences entre les systèmes de soins de santé et à la petite taille de mon échantillon. Les qualités attendues d’un généraliste concordaient aussi avec la littérature. Conclusion : le fait d’identifier les freins et les leviers chez les médecins généralistes pour avoir leur propre médecin traitant est une première étape dans la promotion de la santé des généralistes. La mise en place d’actions ou de politique de promotion de la santé des médecins généralistes afin d’inciter les généralistes à avoir leur propre médecin traitant, et l’évaluation des effets de ces mesures sur la santé des généralistes, est un sujet de recherche intéressant pour compléter ce travail. Mots clés : santé, médecins généralistes, propre médecin généraliste, tierce personne, freins, leviers.
Coquiart - CamilleUniversité de Liège
45.009 - QS41 - QR31 - QO4 - QP53
Réflexion sur la pratique médicale des médecins généralistes durant la garde: Enquête qualitative auprès des médecins du poste de garde du GLAMO à Liège
Réflexion sur la pratique médicale des médecins généralistes durant la garde: Enquête qualitative auprès des médecins du poste de garde du GLAMO à Liège
Introduction : La garde en médecine générale est un sujet complexe, en constante évolution. Au travers d’une étude réalisée à Anvers, les médecins généralistes interrogés signalent ne pas avoir l’impression d’avoir le même rôle que durant leur pratique quotidienne. Le but de ce travail est de pouvoir comprendre en profondeur le point de vue des médecins généralistes réalisant leur garde au poste de garde du GLAMO, sur leur rôle dans la garde médicale. Méthodologie : La méthode choisie est une recherche qualitative par entretien semi-dirigé auprès de neuf médecins généralistes. Résultats : La plupart des médecins généralistes interrogés concluent que leur rôle, lorsqu’ils sont de garde, est d’identifier l’urgence et d’y rechercher une prise en charge adéquate. Ils décrivent les différences et les points communs entre leur pratique de garde et leur pratique quotidienne. Les difficultés et les avantages rencontrés par les médecins généralistes de garde sont également rapportés. Le rôle différent assumé par les médecins généralistes lorsqu’ ils sont de garde, crée des éléments moteurs et des éléments de frein qui ont pu être relevés. Leur pratique médicale est de ce fait impactée par ce changement de rôle. Discussion : La majorité des médecins répondant signalent plus de différences que de points communs entre leur rôle lorsqu’ils sont de garde et leur pratique quotidienne. De plus, les médecins généralistes énumèrent plus facilement des éléments causant des difficultés que des avantages pour leur pratique médicale lorsqu’ils sont de garde. La première motivation citée par la plupart des médecins généralistes interrogés est l’aspect financier de la garde. Finalement, la garde est vue par certains confrères comme un moyen d’acquérir de l’expérience et une source d’apprentissage. Conclusion : La structure du poste médical du GLAMO, composée de chauffeurs et de l’équipe infirmier, font partie des éléments qui facilitent le travail des médecins généralistes. Si on envisage l’avenir de la garde, il faut prendre également en considération le coût non négligeable qu’elle engendre. Un patient qui se rend à la garde pour une consultation non-urgente peut non seulement engendrer un coût supplémentaire pour la société, mais aussi être une source de frustration pour le médecin généraliste de garde. Pour finir, l’impression d’un manque de formations mis en avant par les médecins généralistes devrait faire partie des priorités dans les réflexions autour de la garde en médecine générale.
Introduction : La garde en médecine générale est un sujet complexe, en constante évolution. Au travers d’une étude réalisée à Anvers, les médecins généralistes interrogés signalent ne pas avoir l’impression d’avoir le même rôle que durant leur pratique quotidienne. Le but de ce travail est de pouvoir comprendre en profondeur le point de vue des médecins généralistes réalisant leur garde au poste de garde du GLAMO, sur leur rôle dans la garde médicale. Méthodologie : La méthode choisie est une recherche qualitative par entretien semi-dirigé auprès de neuf médecins généralistes. Résultats : La plupart des médecins généralistes interrogés concluent que leur rôle, lorsqu’ils sont de garde, est d’identifier l’urgence et d’y rechercher une prise en charge adéquate. Ils décrivent les différences et les points communs entre leur pratique de garde et leur pratique quotidienne. Les difficultés et les avantages rencontrés par les médecins généralistes de garde sont également rapportés. Le rôle différent assumé par les médecins généralistes lorsqu’ ils sont de garde, crée des éléments moteurs et des éléments de frein qui ont pu être relevés. Leur pratique médicale est de ce fait impactée par ce changement de rôle. Discussion : La majorité des médecins répondant signalent plus de différences que de points communs entre leur rôle lorsqu’ils sont de garde et leur pratique quotidienne. De plus, les médecins généralistes énumèrent plus facilement des éléments causant des difficultés que des avantages pour leur pratique médicale lorsqu’ils sont de garde. La première motivation citée par la plupart des médecins généralistes interrogés est l’aspect financier de la garde. Finalement, la garde est vue par certains confrères comme un moyen d’acquérir de l’expérience et une source d’apprentissage. Conclusion : La structure du poste médical du GLAMO, composée de chauffeurs et de l’équipe infirmier, font partie des éléments qui facilitent le travail des médecins généralistes. Si on envisage l’avenir de la garde, il faut prendre également en considération le coût non négligeable qu’elle engendre. Un patient qui se rend à la garde pour une consultation non-urgente peut non seulement engendrer un coût supplémentaire pour la société, mais aussi être une source de frustration pour le médecin généraliste de garde. Pour finir, l’impression d’un manque de formations mis en avant par les médecins généralistes devrait faire partie des priorités dans les réflexions autour de la garde en médecine générale.
Lallement - SarahUniversité de Liège
QR32 - QS41 - QS2 - QD24
Qu'est-ce que la sarcopénie pour des généralistes de la région liégeoise et quelles sont leurs stratégies préventives?
Qu'est-ce que la sarcopénie pour des généralistes de la région liégeoise et quelles sont leurs stratégies préventives?
Ce travail a pour objectif de collecter un maximum de connaissances des médecins généralistes face à la sarcopénie et d’apprécier leurs stratégies préventives. Il se base sur deux questions de recherche : « Qu’est-ce que la sarcopénie pour des médecins généralistes de la région liégeoise et quelles sont leurs stratégies préventives ? ». Avant tout, je me suis interrogée sur l’état d’avancement de la littérature à ce sujet. La sarcopénie est ainsi définie comme une perte progressive, généralisée, de force et masse musculaire liée à l’âge. La sarcopénie présente une physiopathologie complexe. Le diagnostic est essentiellement clinique, et se base sur l’algorithme numéro 2 établi en 2019 par the European Working Group on Sarcopenia in Older People (EWGSOP). D’après la littérature, la prise en charge a pour objectif de ralentir l’évolution clinique ; elle repose sur l’application régulière d’exercices physiques contre résistance. Ce travail est une étude purement qualitative ; il se base sur une récolte des données via l’interview par focus groupes de médecins généralistes. La sarcopénie est une notion peu utilisée, semble-t-il, peu connue en médecine générale. Cependant, l’analyse des connaissances montre que les notions de vieillissement musculaire, de perte d’autonomie et d’altération de performances physiques sont omniprésentes dans la pratique de mes confrères. C’est un vrai combat journalier ! Cependant, les biais inhérents de ce travail ne permettent pas de conclusion à grande échelle puisqu’il se base sur l’interview d’un échantillon de population de généralistes.
Ce travail a pour objectif de collecter un maximum de connaissances des médecins généralistes face à la sarcopénie et d’apprécier leurs stratégies préventives. Il se base sur deux questions de recherche : « Qu’est-ce que la sarcopénie pour des médecins généralistes de la région liégeoise et quelles sont leurs stratégies préventives ? ». Avant tout, je me suis interrogée sur l’état d’avancement de la littérature à ce sujet. La sarcopénie est ainsi définie comme une perte progressive, généralisée, de force et masse musculaire liée à l’âge. La sarcopénie présente une physiopathologie complexe. Le diagnostic est essentiellement clinique, et se base sur l’algorithme numéro 2 établi en 2019 par the European Working Group on Sarcopenia in Older People (EWGSOP). D’après la littérature, la prise en charge a pour objectif de ralentir l’évolution clinique ; elle repose sur l’application régulière d’exercices physiques contre résistance. Ce travail est une étude purement qualitative ; il se base sur une récolte des données via l’interview par focus groupes de médecins généralistes. La sarcopénie est une notion peu utilisée, semble-t-il, peu connue en médecine générale. Cependant, l’analyse des connaissances montre que les notions de vieillissement musculaire, de perte d’autonomie et d’altération de performances physiques sont omniprésentes dans la pratique de mes confrères. C’est un vrai combat journalier ! Cependant, les biais inhérents de ce travail ne permettent pas de conclusion à grande échelle puisqu’il se base sur l’interview d’un échantillon de population de généralistes.
Delhasse - SophieUniversité de Liège
QO4 - QS41 - QD41 - QR31 - QR6 - L19
CRÉATION ET ÉVALUATION D'UNE FICHE DE SENSIBILISATION À L'USAGE DES ANTIBIOTIQUES À DESTINATION DES PATIENTS
CRÉATION ET ÉVALUATION D'UNE FICHE DE SENSIBILISATION À L'USAGE DES ANTIBIOTIQUES À DESTINATION DES PATIENTS
Dans un monde où les antibiotiques font l'objet de fausses croyances et de comportements inadéquats, il était nécessaire d'instaurer des actions pluridisciplinaires, regroupées en un plan européen « One Health ». En tête de liste on retrouve l'amélioration des connaissances et de l'utilisation des antibiotiques en pratique ambulatoire. C'est ce qui a guidé ce travail vers la création d'un outil éducatif, à savoir, une fiche de sensibilisation à l'usage des antibiotiques à destination des patients. Cette étape fut suivie d'une évaluation de la réceptivité de cette fiche dans la patientèle et de son utilité à modifier les représentations et comportements liés aux antibiotiques.
Dans un monde où les antibiotiques font l'objet de fausses croyances et de comportements inadéquats, il était nécessaire d'instaurer des actions pluridisciplinaires, regroupées en un plan européen « One Health ». En tête de liste on retrouve l'amélioration des connaissances et de l'utilisation des antibiotiques en pratique ambulatoire. C'est ce qui a guidé ce travail vers la création d'un outil éducatif, à savoir, une fiche de sensibilisation à l'usage des antibiotiques à destination des patients. Cette étape fut suivie d'une évaluation de la réceptivité de cette fiche dans la patientèle et de son utilité à modifier les représentations et comportements liés aux antibiotiques.
Deroissart - HélèneUniversité de Liège
45.001 - QD325 - QR31
Synthèse narrative sur la gestion préopératoire des anticoagulants et des antiagrégants dans le cadre d’une chirurgie élective à destination du médecin généraliste.
Synthèse narrative sur la gestion préopératoire des anticoagulants et des antiagrégants dans le cadre d’une chirurgie élective à destination du médecin généraliste.
Depuis quelques années, nous sommes confrontés à un véritable « boum » des traitements antithrombotiques. De nouveaux traitements arrivent sur le marché et deviennent des traitements chroniques. Les patients sont, en cours de traitement, susceptibles de subir une chirurgie, ce qui impose une réflexion quant à leur poursuite ou leur arrêt avant toute procédure. Cependant, au vu des changements récents et rapides dans le catalogue des traitements, de l’expérience pratique progressive et des études menées, il est compliqué de se tenir à jour surtout en tant que médecin généraliste. C’est pourquoi, j’ai décidé de réaliser une petite mise au point bibliographique de tous ces traitements, destinée au médecin généraliste, en explorant d’une part un maximum de bases de données et d’autre part la démarche à utiliser pour chaque thérapie. Pour ce faire, je vais réaliser dans un premier temps un rappel théorique sur les différentes thérapies antithrombotiques disponibles en Belgique. Ensuite, une revue narrative de la littérature sera réalisée en explorant différents moteurs de recherche en se basant sur la pyramide de la littérature. Dans la plupart des situations, l’aspirine peut être poursuivie. Les autres antiagrégants plaquettaires seront quant à eux arrêtés avant toute chirurgie à raison de 5 jours pour le clopidogrel et le ticagrelor et 7 jours pour le prasugrel. Concernant les anticoagulants, la warfarine sera arrêtée 5 jours avant une intervention à risque hémorragique élevé avec discussion à propos de l’intérêt d’un relais par héparine de bas poids moléculaire, recommandé en cas de risque thrombotique élevé. Enfin, les nouveaux anticoagulants seront eux en majorité arrêtés 3 jours avant l’opération sans relais en raison d’une courte demi-vie. Malgré ces recommandations générales, il sera imposé à tout clinicien d’estimer lui-même cette balance bénéfice/risque afin d’orienter sa décision en faveur ou non de la poursuite du traitement.
Depuis quelques années, nous sommes confrontés à un véritable « boum » des traitements antithrombotiques. De nouveaux traitements arrivent sur le marché et deviennent des traitements chroniques. Les patients sont, en cours de traitement, susceptibles de subir une chirurgie, ce qui impose une réflexion quant à leur poursuite ou leur arrêt avant toute procédure. Cependant, au vu des changements récents et rapides dans le catalogue des traitements, de l’expérience pratique progressive et des études menées, il est compliqué de se tenir à jour surtout en tant que médecin généraliste. C’est pourquoi, j’ai décidé de réaliser une petite mise au point bibliographique de tous ces traitements, destinée au médecin généraliste, en explorant d’une part un maximum de bases de données et d’autre part la démarche à utiliser pour chaque thérapie. Pour ce faire, je vais réaliser dans un premier temps un rappel théorique sur les différentes thérapies antithrombotiques disponibles en Belgique. Ensuite, une revue narrative de la littérature sera réalisée en explorant différents moteurs de recherche en se basant sur la pyramide de la littérature. Dans la plupart des situations, l’aspirine peut être poursuivie. Les autres antiagrégants plaquettaires seront quant à eux arrêtés avant toute chirurgie à raison de 5 jours pour le clopidogrel et le ticagrelor et 7 jours pour le prasugrel. Concernant les anticoagulants, la warfarine sera arrêtée 5 jours avant une intervention à risque hémorragique élevé avec discussion à propos de l’intérêt d’un relais par héparine de bas poids moléculaire, recommandé en cas de risque thrombotique élevé. Enfin, les nouveaux anticoagulants seront eux en majorité arrêtés 3 jours avant l’opération sans relais en raison d’une courte demi-vie. Malgré ces recommandations générales, il sera imposé à tout clinicien d’estimer lui-même cette balance bénéfice/risque afin d’orienter sa décision en faveur ou non de la poursuite du traitement.
BAUS - RomainUniversité de Liège
QC14 - QT33 - QO4 - 50.000
En médecine générale, les cannabinoïdes sontils une alternative intéressante aux opioïdes dans la prise en charge des douleurs chroniques ?
En médecine générale, les cannabinoïdes sontils une alternative intéressante aux opioïdes dans la prise en charge des douleurs chroniques ?
Introduction : 10% de la population belge a consommé des opioïdes pour toute une série d’indications, notamment, la gestion des douleurs chroniques. Des effets indésirables importants et un manque de preuves concernant une efficacité des opioïdes à long terme dans la prise en charge des douleurs chroniques, nous a poussé à trouver une alternative thérapeutique à ces produits comme le cannabis. Méthode : J’ai effectué une revue de littérature afin d’évaluer les données disponibles dans la littérature médicale actuelle concernant l’efficacité des cannabinoïdes dans la gestion des douleurs chroniques et leur usage comme éventuelle alternative aux opioïdes. Les bases de données Medline, Minerva et Cochrane ainsi que les sites de recherche plus généralistes ont été consultés afin d’identifier des articles pertinents et récents. Résultats : La littérature suggérait que les cannabinoïdes pouvaient être efficaces pour la gestion des douleurs neuropathiques et la spasticité associée à une sclérose en plaques. Pour les autres types de douleurs, les preuves étaient limitées et de mauvaise qualité méthodologique. Un taux important de patients substituaient leur traitement opiacé existant par des cannabinoïdes, ce qui pouvait suggérer un effet bénéfique du cannabis en coadministration aux opioïdes. Discussion : Au vue du peu de preuves et de leur qualité limitée, le cannabis ne pouvait être considéré comme une alternative au traitement opioïde dans la gestion des douleurs chroniques. D’autres études méthodologiquement mieux menées étaient nécessaires pour comprendre le rôle des cannabinoïdes en tant qu’alternative aux opioïdes et comprendre les risques de ces produits par rapport aux analgésiques opioïdes. Mots-clés : cannabinoïde, cannabis, marijuana médicale, CBD, THC, opioïde, douleur chronique, effet indésirable
Introduction : 10% de la population belge a consommé des opioïdes pour toute une série d’indications, notamment, la gestion des douleurs chroniques. Des effets indésirables importants et un manque de preuves concernant une efficacité des opioïdes à long terme dans la prise en charge des douleurs chroniques, nous a poussé à trouver une alternative thérapeutique à ces produits comme le cannabis. Méthode : J’ai effectué une revue de littérature afin d’évaluer les données disponibles dans la littérature médicale actuelle concernant l’efficacité des cannabinoïdes dans la gestion des douleurs chroniques et leur usage comme éventuelle alternative aux opioïdes. Les bases de données Medline, Minerva et Cochrane ainsi que les sites de recherche plus généralistes ont été consultés afin d’identifier des articles pertinents et récents. Résultats : La littérature suggérait que les cannabinoïdes pouvaient être efficaces pour la gestion des douleurs neuropathiques et la spasticité associée à une sclérose en plaques. Pour les autres types de douleurs, les preuves étaient limitées et de mauvaise qualité méthodologique. Un taux important de patients substituaient leur traitement opiacé existant par des cannabinoïdes, ce qui pouvait suggérer un effet bénéfique du cannabis en coadministration aux opioïdes. Discussion : Au vue du peu de preuves et de leur qualité limitée, le cannabis ne pouvait être considéré comme une alternative au traitement opioïde dans la gestion des douleurs chroniques. D’autres études méthodologiquement mieux menées étaient nécessaires pour comprendre le rôle des cannabinoïdes en tant qu’alternative aux opioïdes et comprendre les risques de ces produits par rapport aux analgésiques opioïdes. Mots-clés : cannabinoïde, cannabis, marijuana médicale, CBD, THC, opioïde, douleur chronique, effet indésirable
REMY - ManonUniversité de Liège
A01 - A85 - QC41
Le médecin généraliste peut-il, par l’utilisation d’un outil simple auprès de sa patientèle, tenter de faire appliquer les guidelines belges en matière d’usage des écrans chez les enfants de 3 à 5 ans ?
Le médecin généraliste peut-il, par l’utilisation d’un outil simple auprès de sa patientèle, tenter de faire appliquer les guidelines belges en matière d’usage des écrans chez les enfants de 3 à 5 ans ?
Contexte : l’utilisation des écrans chez les enfants s’est considérablement développée dans notre société. Les effets possiblement néfastes des écrans chez eux sont connus et de nombreux pays ont instauré des recommandations pour encadrer leur usage. Toutefois, leur respect en Belgique est assez rare. Le médecin généraliste pourrait jouer un rôle d’information et de prévention auprès de sa patientèle pour arriver à une utilisation plus saine des écrans chez les enfants. Méthodes : après un détour par la littérature, j’ai entrepris une recherche-action auprès de ma patientèle : j’ai soumis un questionnaire téléphonique aux parents d’enfants âgés de 3 à 5 ans et ai pu ainsi constituer mon échantillon. Ensuite, je les ai invités à utiliser à la maison la « Charte Familiale autour des Écrans » proposée par le Collectif Surexposition Écrans, après les avoir informés des recommandations et des possibles effets néfastes des écrans chez les enfants. Je les ai revus à deux et six semaines pour évaluer leur adhésion aux recommandations et leur appréciation du programme. Les données ont été analysées via un test des rangs signés de Wilcoxon et les changements subjectifs observés par les parents ont été notés. Résultats : après expérience, j’ai constaté une amélioration statistiquement significative dans la médiane d’adhésion aux guidelines au sein de mon échantillon (Z= -2,549 ; p=0,01). Le temps médian passé chaque jour devant un écran a diminué, de manière faiblement significative (p=0,042). Un seul des critères pris isolément s’est significativement amélioré après expérience (p=0,031). Sur le plan subjectif, la plupart des parents ont remarqué des changements dans le comportement de leur enfant. Tous ont apprécié le programme et envisageaient de poursuivre ces nouvelles habitudes à la maison. Conclusion : même si cette expérience présente des limitations, les résultats observés sont encourageants. Ce type d’intervention pourrait donc être proposée par le médecin généraliste pour les parents soucieux de l’utilisation des écrans chez leurs enfants. D’autres interventions ou enquêtes autour de la question des écrans chez les enfants et adolescents pourraient être menées en médecine générale.
Contexte : l’utilisation des écrans chez les enfants s’est considérablement développée dans notre société. Les effets possiblement néfastes des écrans chez eux sont connus et de nombreux pays ont instauré des recommandations pour encadrer leur usage. Toutefois, leur respect en Belgique est assez rare. Le médecin généraliste pourrait jouer un rôle d’information et de prévention auprès de sa patientèle pour arriver à une utilisation plus saine des écrans chez les enfants. Méthodes : après un détour par la littérature, j’ai entrepris une recherche-action auprès de ma patientèle : j’ai soumis un questionnaire téléphonique aux parents d’enfants âgés de 3 à 5 ans et ai pu ainsi constituer mon échantillon. Ensuite, je les ai invités à utiliser à la maison la « Charte Familiale autour des Écrans » proposée par le Collectif Surexposition Écrans, après les avoir informés des recommandations et des possibles effets néfastes des écrans chez les enfants. Je les ai revus à deux et six semaines pour évaluer leur adhésion aux recommandations et leur appréciation du programme. Les données ont été analysées via un test des rangs signés de Wilcoxon et les changements subjectifs observés par les parents ont été notés. Résultats : après expérience, j’ai constaté une amélioration statistiquement significative dans la médiane d’adhésion aux guidelines au sein de mon échantillon (Z= -2,549 ; p=0,01). Le temps médian passé chaque jour devant un écran a diminué, de manière faiblement significative (p=0,042). Un seul des critères pris isolément s’est significativement amélioré après expérience (p=0,031). Sur le plan subjectif, la plupart des parents ont remarqué des changements dans le comportement de leur enfant. Tous ont apprécié le programme et envisageaient de poursuivre ces nouvelles habitudes à la maison. Conclusion : même si cette expérience présente des limitations, les résultats observés sont encourageants. Ce type d’intervention pourrait donc être proposée par le médecin généraliste pour les parents soucieux de l’utilisation des écrans chez leurs enfants. D’autres interventions ou enquêtes autour de la question des écrans chez les enfants et adolescents pourraient être menées en médecine générale.
Jesupret - LaureUniversité de Liège
QO4 - QS41 - QC12 - QR35 - 45.000
Le médecin généraliste face à un patient alimenté par nutrition entérale : que faire ?
Le médecin généraliste face à un patient alimenté par nutrition entérale : que faire ?
Actuellement, les médecins de famille peuvent être confrontés à des situations trop peu connues de patients nourris par alimentation entérale notamment dans le cadre des soins palliatifs à domicile. En fonction de leur état, ces situations peuvent évoluer et nous amener à prendre des décisions concernant leur traitement et leur alimentation. Afin de mieux comprendre la problématique, un cas clinique a été présenté. De ce cas ont émergé plusieurs sous questions en lien avec la prise en charge d’un patient sous-alimentation entérale : - Qu’est-ce que la nutrition entérale à domicile ? – Quels sont les besoins nutritionnels du patient oncologique ? – Y a-t-il des effets secondaires à la nutrition entérale ? – Y a-t-il des adaptations médicamenteuses à réaliser avant de prescrire ? – Nutrition entérale et fin de vie : quand arrêter de nourrir le patient ? Les réponses ont été alimentées grâce à une revue narrative de la littérature dont quelques articles ont été retenus. Dans un souci de rendre l’accompagnement et la prise en charge plus évidente aux médecins généralistes face à ce problème peu connu, une check-list a été créé grâce aux informations récoltées. Un DIU en nutrition clinique à l’UCLouvain et la rencontre avec des professionnels de terrain ont également permis d’étoffer le sujet.
Actuellement, les médecins de famille peuvent être confrontés à des situations trop peu connues de patients nourris par alimentation entérale notamment dans le cadre des soins palliatifs à domicile. En fonction de leur état, ces situations peuvent évoluer et nous amener à prendre des décisions concernant leur traitement et leur alimentation. Afin de mieux comprendre la problématique, un cas clinique a été présenté. De ce cas ont émergé plusieurs sous questions en lien avec la prise en charge d’un patient sous-alimentation entérale : - Qu’est-ce que la nutrition entérale à domicile ? – Quels sont les besoins nutritionnels du patient oncologique ? – Y a-t-il des effets secondaires à la nutrition entérale ? – Y a-t-il des adaptations médicamenteuses à réaliser avant de prescrire ? – Nutrition entérale et fin de vie : quand arrêter de nourrir le patient ? Les réponses ont été alimentées grâce à une revue narrative de la littérature dont quelques articles ont été retenus. Dans un souci de rendre l’accompagnement et la prise en charge plus évidente aux médecins généralistes face à ce problème peu connu, une check-list a été créé grâce aux informations récoltées. Un DIU en nutrition clinique à l’UCLouvain et la rencontre avec des professionnels de terrain ont également permis d’étoffer le sujet.
Pirotte - KevinUniversité de Liège
QD25 - QP51 - QS41 - T99 - QT33 - QR36
Adaptation d’un outil d'évaluation du risque de burnout à la médecine générale : Quels sont les stresseurs qui provoquent le burnout et les ressources dont les médecins généralistes disposent pour le prévenir ?
Adaptation d’un outil d'évaluation du risque de burnout à la médecine générale : Quels sont les stresseurs qui provoquent le burnout et les ressources dont les médecins généralistes disposent pour le prévenir ?
Le bien-être au travail est essentiel et certaines professions sont plus à risque de burnout que d’autres, c’est le cas des professionnels de la santé et parmi ceux-ci des médecins généralistes. Le taux de burnout chez les médecins généralistes belges n’a pas encore été évalué. En 2005, la Fédération des Maisons Médicales l’estimait à 10%. Or il est prouvé que, le burnout des médecins a des conséquences négatives en terme de santé publique. Afin de prévenir le burnout, il est nécessaire de s’intéresser aux facteurs intervenant dans son développement. Le but de cette étude était d’adapter à la réalité des médecins généralistes, un outil existant, le modèle « Job Demands-Ressources » (JD-R) selon lequel le burnout est le résultat d’un déséquilibre entre les demandes du travail, les stresseurs, et les ressources pour y faire face. L’étude a été réalisée en deux parties : la première par une revue narrative de la littérature et la seconde à travers une étude qualitative via la mise en place de 3 focus groupes, permettant le recueil des témoignages et idées de 33 généralistes. Ils ont été organisés au sein de 3 régions différentes : Liège, Namur et le Brabant Wallon, au cours du mois de février 2020. Une analyse descriptive des données collectées a permis de prendre connaissance des principales demandes et ressources liées au travail et d’adapter un outil spécifiquement à la médecine générale. Les principaux stresseurs reconnus lors des focus groupes étaient les tâches administratives, la gestion du temps et du téléphone tandis que les principales ressources étaient le travail en équipe, la mise en place d’un cadre et de limites ainsi que le sens du travail. L’outil créé pourrait, à terme, permettre à chaque médecin de s’autoévaluer face au risque de burnout. Dans un but d’amélioration continue, il conviendrait également de se pencher sur les nouvelles pistes de solutions qui pourraient être apportées aux médecins généralistes afin de prévenir le burnout.
Le bien-être au travail est essentiel et certaines professions sont plus à risque de burnout que d’autres, c’est le cas des professionnels de la santé et parmi ceux-ci des médecins généralistes. Le taux de burnout chez les médecins généralistes belges n’a pas encore été évalué. En 2005, la Fédération des Maisons Médicales l’estimait à 10%. Or il est prouvé que, le burnout des médecins a des conséquences négatives en terme de santé publique. Afin de prévenir le burnout, il est nécessaire de s’intéresser aux facteurs intervenant dans son développement. Le but de cette étude était d’adapter à la réalité des médecins généralistes, un outil existant, le modèle « Job Demands-Ressources » (JD-R) selon lequel le burnout est le résultat d’un déséquilibre entre les demandes du travail, les stresseurs, et les ressources pour y faire face. L’étude a été réalisée en deux parties : la première par une revue narrative de la littérature et la seconde à travers une étude qualitative via la mise en place de 3 focus groupes, permettant le recueil des témoignages et idées de 33 généralistes. Ils ont été organisés au sein de 3 régions différentes : Liège, Namur et le Brabant Wallon, au cours du mois de février 2020. Une analyse descriptive des données collectées a permis de prendre connaissance des principales demandes et ressources liées au travail et d’adapter un outil spécifiquement à la médecine générale. Les principaux stresseurs reconnus lors des focus groupes étaient les tâches administratives, la gestion du temps et du téléphone tandis que les principales ressources étaient le travail en équipe, la mise en place d’un cadre et de limites ainsi que le sens du travail. L’outil créé pourrait, à terme, permettre à chaque médecin de s’autoévaluer face au risque de burnout. Dans un but d’amélioration continue, il conviendrait également de se pencher sur les nouvelles pistes de solutions qui pourraient être apportées aux médecins généralistes afin de prévenir le burnout.
Léonard - JulieUniversité de Liège
QO4 - QD8 - QS41 - A23 - QS11 - QD41 - QR31 - QR6
Elaboration d’une fiche d’information sur la bronchopneumopathie chronique obstructive afin d’aider les médecins généralistes à améliorer l’observance thérapeutique de leurs patients atteints. Travail d’assurance de qualité réalisé auprès de 11 patients dans la région de Herve.
Elaboration d’une fiche d’information sur la bronchopneumopathie chronique obstructive afin d’aider les médecins généralistes à améliorer l’observance thérapeutique de leurs patients atteints. Travail d’assurance de qualité réalisé auprès de 11 patients dans la région de Herve.
Introduction : La bronchopneumopathie chronique obstructive est une pathologie chronique d’une prévalence élevée, ayant un impact considérable en santé publique. Dans la pratique quotidienne d’un médecin généraliste, stabiliser les pathologies chroniques constitue un défi. Pour ce faire, améliorer l’observance thérapeutique du patient est indispensable. L’objectif principal de ce travail est d’expérimenter et d’optimiser l’information du médecin généraliste envers son patient atteint de bronchopneumopathie chronique obstructive, sur sa pathologie, dans le but d’améliorer son observance thérapeutique. Méthodologie : Il s’agit d’un travail d’assurance de qualité mené auprès de 11 patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive qui mesure les effets de mon intervention d’information, par le biais d’une fiche, sur l’observance envers 5 des recommandations principales de prise en charge de cette pathologie, à savoir le sevrage tabagique, l’activité physique, le traitement médicamenteux, la vaccination et le suivi médical. Résultats : Mon intervention a permis de faire évoluer la boucle de changement envers certains comportements, pour plusieurs participants. Elle a aussi contribué à renforcer la relation médecin-patient. La fiche d’information est appréciée tant pour sa forme que son contenu ; son rôle de synthèse de la maladie est mis en avant et sa diffusion à l’entourage est rapportée. L’information est qualifiée d’importante par les patients, surtout lors du diagnostic, mais un rappel lors du suivi longitudinal peut s’avérer efficace. Conclusion : Malgré l’accessibilité de l’information via internet, le médecin généraliste garde toujours sa place d’éducateur principal concernant la pathologie chronique d’un patient. L’information dispensée par le médecin généraliste concernant la bronchopneumopathie chronique obstructive reprendra avant tout la physiopathologie et ces 5 recommandations de prise en charge. Elle devrait être fournie en totalité lors du diagnostic ; puis réitérée au cours du suivi et bien sûr, personnalisée selon les besoins et attentes du patient. Je propose ainsi un nouveau modèle de fiche informative pour cette pathologie, afin de guider les médecins généralistes pour améliorer l’observance thérapeutique de leurs patients, qui profiteront d’un bénéfice d’autant plus important si elle leur est remise.
Introduction : La bronchopneumopathie chronique obstructive est une pathologie chronique d’une prévalence élevée, ayant un impact considérable en santé publique. Dans la pratique quotidienne d’un médecin généraliste, stabiliser les pathologies chroniques constitue un défi. Pour ce faire, améliorer l’observance thérapeutique du patient est indispensable. L’objectif principal de ce travail est d’expérimenter et d’optimiser l’information du médecin généraliste envers son patient atteint de bronchopneumopathie chronique obstructive, sur sa pathologie, dans le but d’améliorer son observance thérapeutique. Méthodologie : Il s’agit d’un travail d’assurance de qualité mené auprès de 11 patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive qui mesure les effets de mon intervention d’information, par le biais d’une fiche, sur l’observance envers 5 des recommandations principales de prise en charge de cette pathologie, à savoir le sevrage tabagique, l’activité physique, le traitement médicamenteux, la vaccination et le suivi médical. Résultats : Mon intervention a permis de faire évoluer la boucle de changement envers certains comportements, pour plusieurs participants. Elle a aussi contribué à renforcer la relation médecin-patient. La fiche d’information est appréciée tant pour sa forme que son contenu ; son rôle de synthèse de la maladie est mis en avant et sa diffusion à l’entourage est rapportée. L’information est qualifiée d’importante par les patients, surtout lors du diagnostic, mais un rappel lors du suivi longitudinal peut s’avérer efficace. Conclusion : Malgré l’accessibilité de l’information via internet, le médecin généraliste garde toujours sa place d’éducateur principal concernant la pathologie chronique d’un patient. L’information dispensée par le médecin généraliste concernant la bronchopneumopathie chronique obstructive reprendra avant tout la physiopathologie et ces 5 recommandations de prise en charge. Elle devrait être fournie en totalité lors du diagnostic ; puis réitérée au cours du suivi et bien sûr, personnalisée selon les besoins et attentes du patient. Je propose ainsi un nouveau modèle de fiche informative pour cette pathologie, afin de guider les médecins généralistes pour améliorer l’observance thérapeutique de leurs patients, qui profiteront d’un bénéfice d’autant plus important si elle leur est remise.
Smits - AliceUniversité de Liège
R79 - QS13 - QP5 - QD12 - QT3 - QS41
Comment les médecins généralistes de la province du Luxembourg organisent-ils le suivi médico-psycho-social d’une patiente ayant vécu un déni ou une dénégation de grossesse ?
Comment les médecins généralistes de la province du Luxembourg organisent-ils le suivi médico-psycho-social d’une patiente ayant vécu un déni ou une dénégation de grossesse ?
Le déni de grossesse : on en entend parler à la TV, dans les journaux, lors de « scandales » de mères infanticides. Cette situation, même pour un soignant, reste quelque peu mystérieuse quand on n’y a jamais été confronté. A l’université, on nous apprend à être terre à terre, à nous fier à la clinique, aux signes et aux symptômes. Mais que faire lorsqu’il n’y en a aucun ? Quoi de plus effrayant pour un médecin que de passer à côté d’un diagnostic important ou grave ? Le déni de grossesse a cela d’interpellant et de dérangeant pour le corps médical que la femme ne présente pas les symptômes les plus évidents d’une grossesse. Ou en tout cas ne les interprète pas comme tels, allant même jusqu’à ne pas s’arrondir et ne pas voir d’interruption dans les cycles menstruels. La confrontation avec une femme en plein déni change radicalement la vision que l’on peut avoir de l’impact du psychisme sur le corps.
Le déni de grossesse : on en entend parler à la TV, dans les journaux, lors de « scandales » de mères infanticides. Cette situation, même pour un soignant, reste quelque peu mystérieuse quand on n’y a jamais été confronté. A l’université, on nous apprend à être terre à terre, à nous fier à la clinique, aux signes et aux symptômes. Mais que faire lorsqu’il n’y en a aucun ? Quoi de plus effrayant pour un médecin que de passer à côté d’un diagnostic important ou grave ? Le déni de grossesse a cela d’interpellant et de dérangeant pour le corps médical que la femme ne présente pas les symptômes les plus évidents d’une grossesse. Ou en tout cas ne les interprète pas comme tels, allant même jusqu’à ne pas s’arrondir et ne pas voir d’interruption dans les cycles menstruels. La confrontation avec une femme en plein déni change radicalement la vision que l’on peut avoir de l’impact du psychisme sur le corps.
Thiry - LauraUniversité de Liège
W78
La solitude des personnes âgées de plus de 65 ans : état des lieux des connaissances des assistants de médecine générale
La solitude des personnes âgées de plus de 65 ans : état des lieux des connaissances des assistants de médecine générale
CONTEXTE : Selon l’étude de la Fondation Roi Baudouin, 46% des Belges de plus de 65 ans souffrent de solitude. Cela a un impact sur leur santé au niveau physique et psychique. OBJECTIF : L’objectif de ce travail est de mieux connaitre le rôle du médecin généraliste dans le dépistage et la prise en charge de la solitude de la personne âgée et de savoir où en sont les connaissances des assistants en médecine générale dans ce domaine. METHODE : Premièrement, une revue de la littérature a été réalisée à l’aide des moteurs de recherche « EBM search », « PubMed », « cairn.info » et du centre de documentation d’ « Entr’âges ». Deuxièmement, une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés a été menée. Six médecins généralistes assistants pratiquant en Wallonie ont été interrogés. Leurs entretiens ont été enregistrés et retranscrits avant d’être analysés. RESULTATS : La revue de la littérature permet de conclure que la solitude de la personne âgée est une problématique prévalente en Belgique, fréquente en médecine générale, et ayant des conséquences importantes sur la santé et la consommation du système de santé. Des interventions existent et le médecin généraliste a un rôle à jouer. La recherche qualitative révèle que d’une part, les assistants éprouvent majoritairement des difficultés à effectuer un dépistage correct car la thématique leur est pour la majorité inconnue. D’autre part, la prise en charge leur pose également problème en raison d’une méconnaissance du terrain bien qu’ils considèrent tous que le médecin généraliste a un rôle à jouer dans la thématique. En définitive, ils souhaiteraient tous une formation pour y être mieux sensibilisés. CONCLUSION : Il serait intéressant de continuer cette étude afin de proposer aux médecins généralistes en formation une meilleure sensibilisation à la solitude des personnes âgées. Dans ce but et sur base de la revue de la littérature réalisée, une brochure de sensibilisation a été rédigée. MOTS CLEFS: « loneliness », « aged », « 80 and over », « general practitioners », « family practice », “screening”, “interventions”
CONTEXTE : Selon l’étude de la Fondation Roi Baudouin, 46% des Belges de plus de 65 ans souffrent de solitude. Cela a un impact sur leur santé au niveau physique et psychique. OBJECTIF : L’objectif de ce travail est de mieux connaitre le rôle du médecin généraliste dans le dépistage et la prise en charge de la solitude de la personne âgée et de savoir où en sont les connaissances des assistants en médecine générale dans ce domaine. METHODE : Premièrement, une revue de la littérature a été réalisée à l’aide des moteurs de recherche « EBM search », « PubMed », « cairn.info » et du centre de documentation d’ « Entr’âges ». Deuxièmement, une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés a été menée. Six médecins généralistes assistants pratiquant en Wallonie ont été interrogés. Leurs entretiens ont été enregistrés et retranscrits avant d’être analysés. RESULTATS : La revue de la littérature permet de conclure que la solitude de la personne âgée est une problématique prévalente en Belgique, fréquente en médecine générale, et ayant des conséquences importantes sur la santé et la consommation du système de santé. Des interventions existent et le médecin généraliste a un rôle à jouer. La recherche qualitative révèle que d’une part, les assistants éprouvent majoritairement des difficultés à effectuer un dépistage correct car la thématique leur est pour la majorité inconnue. D’autre part, la prise en charge leur pose également problème en raison d’une méconnaissance du terrain bien qu’ils considèrent tous que le médecin généraliste a un rôle à jouer dans la thématique. En définitive, ils souhaiteraient tous une formation pour y être mieux sensibilisés. CONCLUSION : Il serait intéressant de continuer cette étude afin de proposer aux médecins généralistes en formation une meilleure sensibilisation à la solitude des personnes âgées. Dans ce but et sur base de la revue de la littérature réalisée, une brochure de sensibilisation a été rédigée. MOTS CLEFS: « loneliness », « aged », « 80 and over », « general practitioners », « family practice », “screening”, “interventions”
Ackermans - JenniferUniversité de Liège
31.003 - 45.005 - A98 - 68.005 - P29 - QC15 - QP61
Quels sont les dangers du vapotage passif pour la santé des tiers dans le cadre de l’utilisation des cigarettes électroniques ? Revue de la littérature scientifique
Quels sont les dangers du vapotage passif pour la santé des tiers dans le cadre de l’utilisation des cigarettes électroniques ? Revue de la littérature scientifique
Les cigarettes électroniques sont apparues sur le marché public en 2003, proposant une alternative, moins nocive, au tabac et un substitut pour le sevrage tabagique. Ainsi, la problématique du vapotage passif est un sujet de préoccupation très récent et en pleine étude. Cette recherche bibliographique a eu pour but d’analyser la littérature actuelle quant aux dangers pour la santé du vapotage passif afin d’en tirer des pistes d’information pour les médecins généralistes. Dans un premier temps, la composition de la vapeur inhalée par l’utilisateur de cigarettes électroniques a été analysée. Nous avons pu en conclure que des produits chimiques nocifs comme le propylène glycol, la glycérine végétale ou encore la nicotine étaient présents et que leur quantité variait selon divers facteurs : la température du liquide chauffé, le voltage utilisé, le régime de vapotage et le comportement du vapoteur. Dans un second temps, le but était d’objectiver un possible rejet de ces substances toxiques dans la vapeur exhalée. Nous avons pu mettre en évidence que la vapeur exhalée contenait elle aussi des composés toxiques comme cité ci-dessus et que leur taille nanométrique jouait un rôle très important en raison de la grande capacité de pénétration dans les voies respiratoires qui en découle. Enfin, la comparaison systématique des cigarettes conventionnelles et électroniques effectuée tout au long de cette étude a permis de conclure que le tabagisme passif est plus nocif que le vapotage passif. En conclusion, nous avons pu affirmer que le vapotage passif est dangereux pour la santé. Par conséquent, le médecin généraliste doit conseiller à son patient-vapoteur de la prudence vis-à-vis de la santé de son entourage.
Les cigarettes électroniques sont apparues sur le marché public en 2003, proposant une alternative, moins nocive, au tabac et un substitut pour le sevrage tabagique. Ainsi, la problématique du vapotage passif est un sujet de préoccupation très récent et en pleine étude. Cette recherche bibliographique a eu pour but d’analyser la littérature actuelle quant aux dangers pour la santé du vapotage passif afin d’en tirer des pistes d’information pour les médecins généralistes. Dans un premier temps, la composition de la vapeur inhalée par l’utilisateur de cigarettes électroniques a été analysée. Nous avons pu en conclure que des produits chimiques nocifs comme le propylène glycol, la glycérine végétale ou encore la nicotine étaient présents et que leur quantité variait selon divers facteurs : la température du liquide chauffé, le voltage utilisé, le régime de vapotage et le comportement du vapoteur. Dans un second temps, le but était d’objectiver un possible rejet de ces substances toxiques dans la vapeur exhalée. Nous avons pu mettre en évidence que la vapeur exhalée contenait elle aussi des composés toxiques comme cité ci-dessus et que leur taille nanométrique jouait un rôle très important en raison de la grande capacité de pénétration dans les voies respiratoires qui en découle. Enfin, la comparaison systématique des cigarettes conventionnelles et électroniques effectuée tout au long de cette étude a permis de conclure que le tabagisme passif est plus nocif que le vapotage passif. En conclusion, nous avons pu affirmer que le vapotage passif est dangereux pour la santé. Par conséquent, le médecin généraliste doit conseiller à son patient-vapoteur de la prudence vis-à-vis de la santé de son entourage.
Rausin - XavièreUniversité de Liège
QD41 - QD13 - QD23 - QS41 - QT33 - P17
« L’auto-prélèvement avec test HPV comme stratégie de dépistage du cancer du col de l’utérus : Qu’en pensent les patientes sous-dépistées ? » Étude qualitative réalisée auprès de femmes sous-dépistées dans la région de Liège.
« L’auto-prélèvement avec test HPV comme stratégie de dépistage du cancer du col de l’utérus : Qu’en pensent les patientes sous-dépistées ? » Étude qualitative réalisée auprès de femmes sous-dépistées dans la région de Liège.
Introduction : En Belgique, le cancer du col de l’utérus affecte environ 600 personnes par an avec une mortalité d’environ 190 décès par an. Grâce au dépistage régulier, 90% des cancers du col de l’utérus sont évités car le traitement des lésions précancéreuses permet de guérir presque toutes les patientes. Malheureusement, en Belgique, le taux de dépistage est faible (56 % en Flandre contre 48 % en Wallonie). Une piste pour augmenter la couverture du dépistage serait de proposer aux patientes sous-dépistées de réaliser un auto-prélèvement vaginal avec un test de détection du papillomavirus. L’objectif de ce travail était de recueillir l’avis de patientes sous-dépistées sur ce nouveau moyen de dépistage afin d’explorer son acceptabilité au sein de cette population. Méthode : Une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés a été réalisée auprès de patientes sous-dépistées dans la région de Liège. Résultats : Les patientes sous-dépistées interrogées se sont montrées ouvertes à l’auto-prélèvement bien qu’elles aient avancé plusieurs freins à la réalisation de ce test. L’auto-prélèvement permettrait, selon elles, de surpasser les obstacles pratiques et émotionnels du dépistage actuel car il est moins contraignant et plus confortable que le frotti cervico-utérin. Concernant la place du médecin généraliste dans cette stratégie de dépistage, un tiers des patientes interrogées estiment qu’il serait important de le consulter avant de recevoir l’auto-prélèvement. La majorité des patientes estime toutefois qu’il ne serait pas nécessaire d’avoir une démonstration via un matériel éducatif au cabinet du médecin généraliste avant de réaliser ce test. Conclusion : Cette étude qualitative suggère un intérêt des patientes sous-dépistées pour l’auto-prélèvement bien qu’elles rapportent plusieurs obstacles à sa réalisation. Le médecin généraliste pourrait jouer un rôle dans l’acceptabilité de ce nouveau moyen de dépistage, entre autres, en répondant aux préoccupations de patientes. Des travaux de recherche ultérieurs devraient interroger médecins généralistes et autorités belges sur leur perception de l’auto-prélèvement comme stratégie de dépistage du cancer du col de l’utérus. Mots clés : acceptabilité, auto-prélèvement vaginal, cancer du col de l’utérus, dépistage, étude qualitative, femmes sous-dépistées, médecine générale.
Introduction : En Belgique, le cancer du col de l’utérus affecte environ 600 personnes par an avec une mortalité d’environ 190 décès par an. Grâce au dépistage régulier, 90% des cancers du col de l’utérus sont évités car le traitement des lésions précancéreuses permet de guérir presque toutes les patientes. Malheureusement, en Belgique, le taux de dépistage est faible (56 % en Flandre contre 48 % en Wallonie). Une piste pour augmenter la couverture du dépistage serait de proposer aux patientes sous-dépistées de réaliser un auto-prélèvement vaginal avec un test de détection du papillomavirus. L’objectif de ce travail était de recueillir l’avis de patientes sous-dépistées sur ce nouveau moyen de dépistage afin d’explorer son acceptabilité au sein de cette population. Méthode : Une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés a été réalisée auprès de patientes sous-dépistées dans la région de Liège. Résultats : Les patientes sous-dépistées interrogées se sont montrées ouvertes à l’auto-prélèvement bien qu’elles aient avancé plusieurs freins à la réalisation de ce test. L’auto-prélèvement permettrait, selon elles, de surpasser les obstacles pratiques et émotionnels du dépistage actuel car il est moins contraignant et plus confortable que le frotti cervico-utérin. Concernant la place du médecin généraliste dans cette stratégie de dépistage, un tiers des patientes interrogées estiment qu’il serait important de le consulter avant de recevoir l’auto-prélèvement. La majorité des patientes estime toutefois qu’il ne serait pas nécessaire d’avoir une démonstration via un matériel éducatif au cabinet du médecin généraliste avant de réaliser ce test. Conclusion : Cette étude qualitative suggère un intérêt des patientes sous-dépistées pour l’auto-prélèvement bien qu’elles rapportent plusieurs obstacles à sa réalisation. Le médecin généraliste pourrait jouer un rôle dans l’acceptabilité de ce nouveau moyen de dépistage, entre autres, en répondant aux préoccupations de patientes. Des travaux de recherche ultérieurs devraient interroger médecins généralistes et autorités belges sur leur perception de l’auto-prélèvement comme stratégie de dépistage du cancer du col de l’utérus. Mots clés : acceptabilité, auto-prélèvement vaginal, cancer du col de l’utérus, dépistage, étude qualitative, femmes sous-dépistées, médecine générale.
Thiry - FlorenceUniversité de Liège
X75 - 31.003 - QO4 - QP25 - QO4 - QR31
Comment réagissent les médecins généralistes libéraux de la région de Seraing face à la demande d'inhibiteur de la phosphodiestérase de type V en consultation ? Etude qualitative : technique de l'entretien semi-dirigé.
Comment réagissent les médecins généralistes libéraux de la région de Seraing face à la demande d'inhibiteur de la phosphodiestérase de type V en consultation ? Etude qualitative : technique de l'entretien semi-dirigé.

How do general practitioners react in the Seraing region to the demands for type five phosphodiesteras inhibitor at their office ? A qualitative study : semi directed interviews.
How do general practitioners react in the Seraing region to the demands for type five phosphodiesteras inhibitor at their office ? A qualitative study : semi directed interviews.
Cette étude qualitative a essayé d’observer au mieux la réaction d’un groupe de médecins généralistes libéraux et pratiquant dans la région de Seraing face aux demandes d’inhibiteurs de la phosphodiestérase de type cinq, à leur cabinet. Sept médecins ont été interrogés lors d’entretiens semi-dirigés individuels. Ces demandes restent relativement rares, pour des raisons probablement financières et surtout relationnelles. Le temps de consultation est parfois difficilement gérable. L’examen clinique et la gestion des examens complémentaires font débat. De même, les généralistes ne sont pas unanimes: quand et pourquoi référer chez l’urologue ? Le psychologue et le sexologue sont très peu impliqués. De nos confrères généralistes les plus expérimentés à nos plus jeunes promus, notre enseignement facultaire semble garder des lacunes. Mais outre l’aspect universitaire, c’est plus probablement l’intimité masculine de nos patients, et plus largement de notre population masculine, qui passe au second plan.
Cette étude qualitative a essayé d’observer au mieux la réaction d’un groupe de médecins généralistes libéraux et pratiquant dans la région de Seraing face aux demandes d’inhibiteurs de la phosphodiestérase de type cinq, à leur cabinet. Sept médecins ont été interrogés lors d’entretiens semi-dirigés individuels. Ces demandes restent relativement rares, pour des raisons probablement financières et surtout relationnelles. Le temps de consultation est parfois difficilement gérable. L’examen clinique et la gestion des examens complémentaires font débat. De même, les généralistes ne sont pas unanimes: quand et pourquoi référer chez l’urologue ? Le psychologue et le sexologue sont très peu impliqués. De nos confrères généralistes les plus expérimentés à nos plus jeunes promus, notre enseignement facultaire semble garder des lacunes. Mais outre l’aspect universitaire, c’est plus probablement l’intimité masculine de nos patients, et plus largement de notre population masculine, qui passe au second plan.

This qualitative study tried his best to observe some general practitioners reactions in the Seraing region to the demands for type five phosphodiesterase inhibitors at their office. Seven doctors were included in semi directed and individual interviews. These requests remain relatively rare, probably for financial and especially relational reasons. The time of the medical interview is sometimes difficult to manage. The clinical examination and the management of complementary examinations lead to some debate. In the same vein, general practitioners are not unanimous: when and why to refer to the urologist ? Psychologists and sexologists are very little involved. From our most experienced colleagues to our youngest graduates, our academic education seems to have gaps. However, it is more likely that the male intimacy of our patients, and more broadly of our male population, is taking a back seat.
This qualitative study tried his best to observe some general practitioners reactions in the Seraing region to the demands for type five phosphodiesterase inhibitors at their office. Seven doctors were included in semi directed and individual interviews. These requests remain relatively rare, probably for financial and especially relational reasons. The time of the medical interview is sometimes difficult to manage. The clinical examination and the management of complementary examinations lead to some debate. In the same vein, general practitioners are not unanimous: when and why to refer to the urologist ? Psychologists and sexologists are very little involved. From our most experienced colleagues to our youngest graduates, our academic education seems to have gaps. However, it is more likely that the male intimacy of our patients, and more broadly of our male population, is taking a back seat.
Dumas - CharlesUniversité de Liège
Y07 - QD325 - QR31 - QS41
ANALYSE DES RECOMMANDATIONS EN MATIÈRE DE COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE DÉNUTRIE EN VUE D’ÉTABLIR DES CRITÈRES DE CHOIX POUR UNE PRESCRIPTION ADÉQUATE PAR LE MÉDECIN GÉNÉRALISTE
ANALYSE DES RECOMMANDATIONS EN MATIÈRE DE COMPLÉMENTS NUTRITIONNELS ORAUX CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE DÉNUTRIE EN VUE D’ÉTABLIR DES CRITÈRES DE CHOIX POUR UNE PRESCRIPTION ADÉQUATE PAR LE MÉDECIN GÉNÉRALISTE
Introduction : Les compléments nutritionnels oraux (CNO) sont des produits riches en énergie et en nutriments destinés à augmenter les apports alimentaires quand l’alimentation seule n’est pas suffisante pour arriver aux besoins journaliers. Il en existe une vaste gamme, et il n’est pas toujours simple de savoir choisir le produit le plus adapté aux besoins du patient. Ce travail a pour objectif d’établir les critères de choix de CNO pour une prescription adaptée par le médecin généraliste. Méthode : la première partie de ce travail est une recherche bibliographique pour rechercher des recommandations en matière de CNO chez la personne âgée dénutrie en médecine générale en vue d’établir des critères de choix pour une prescription adéquate. La deuxième partie consiste en une analyse des produits de différentes marques de CNO en vue de voir lesquels sont les plus adaptés selon les recommandations. Les produits choisis sont ceux les plus vendus dans trois pharmacies de ma commune. Résultats : La recherche bibliographique a montré qu’il est recommandé d’utiliser des produits hyper protéinés et hypercaloriques (HP/HC), que des quantités adéquates en protéines et en calories doivent être données (au moins 30g et au moins 400kcal/j), qu’il faut privilégier les produits à base de fibres, qu’il faut adapter le gout et la texture selon les gouts du patient et qu’il faut adapter l’heure de prise aux envies du patient. La compliance doit être régulièrement vérifiée. Le prix est également un critère de choix important. Discussion : Il y a dans chaque gamme analysée des produits qui correspondent plus ou moins bien aux recommandations. Chez nutricia il n’y a aucun produit qui contient 400kcal et 30g de protéines. Chez fresenius kabi, il y a le fresubin 2kcal fibre max et le fresubin 2kcal max. Le premier est à privilégier, car contient des fibres. Chez BS nutrition, il y a le delical concentré qui contient 400kcal et 29g de protéines, mais pas de fibres. Il y a d’autres produits HP/HC avec ou sans fibres dans les différentes gammes, mais il faudra en prendre au moins deux par jour, ce qui augmente potentiellement le prix. Une alternative pourrait être de rajouter une poudre de protéines à l’alimentation afin de diminuer le nombre de produits à prendre par jour et donc le prix. Il faut en effet privilégier la quantité la plus faible par jour pour diminuer le prix des produits et par ce fait augmenter la compliance.
Introduction : Les compléments nutritionnels oraux (CNO) sont des produits riches en énergie et en nutriments destinés à augmenter les apports alimentaires quand l’alimentation seule n’est pas suffisante pour arriver aux besoins journaliers. Il en existe une vaste gamme, et il n’est pas toujours simple de savoir choisir le produit le plus adapté aux besoins du patient. Ce travail a pour objectif d’établir les critères de choix de CNO pour une prescription adaptée par le médecin généraliste. Méthode : la première partie de ce travail est une recherche bibliographique pour rechercher des recommandations en matière de CNO chez la personne âgée dénutrie en médecine générale en vue d’établir des critères de choix pour une prescription adéquate. La deuxième partie consiste en une analyse des produits de différentes marques de CNO en vue de voir lesquels sont les plus adaptés selon les recommandations. Les produits choisis sont ceux les plus vendus dans trois pharmacies de ma commune. Résultats : La recherche bibliographique a montré qu’il est recommandé d’utiliser des produits hyper protéinés et hypercaloriques (HP/HC), que des quantités adéquates en protéines et en calories doivent être données (au moins 30g et au moins 400kcal/j), qu’il faut privilégier les produits à base de fibres, qu’il faut adapter le gout et la texture selon les gouts du patient et qu’il faut adapter l’heure de prise aux envies du patient. La compliance doit être régulièrement vérifiée. Le prix est également un critère de choix important. Discussion : Il y a dans chaque gamme analysée des produits qui correspondent plus ou moins bien aux recommandations. Chez nutricia il n’y a aucun produit qui contient 400kcal et 30g de protéines. Chez fresenius kabi, il y a le fresubin 2kcal fibre max et le fresubin 2kcal max. Le premier est à privilégier, car contient des fibres. Chez BS nutrition, il y a le delical concentré qui contient 400kcal et 29g de protéines, mais pas de fibres. Il y a d’autres produits HP/HC avec ou sans fibres dans les différentes gammes, mais il faudra en prendre au moins deux par jour, ce qui augmente potentiellement le prix. Une alternative pourrait être de rajouter une poudre de protéines à l’alimentation afin de diminuer le nombre de produits à prendre par jour et donc le prix. Il faut en effet privilégier la quantité la plus faible par jour pour diminuer le prix des produits et par ce fait augmenter la compliance.
Ferraro-Slongo - RachelUniversité de Liège
31.003 - T91 - T05 - QT32 - T08 - QR33 - QC15
Quelle est la place des analyses de biologie clinique dans le cadre d’un bilan de santé en médecine générale chez un patient adulte asymptomatique de moins de 50 ans ? Avis des médecins généralistes du Sud-Luxembourg par la méthode de focus group et confrontation à l’Evidence-based Medicine.
Quelle est la place des analyses de biologie clinique dans le cadre d’un bilan de santé en médecine générale chez un patient adulte asymptomatique de moins de 50 ans ? Avis des médecins généralistes du Sud-Luxembourg par la méthode de focus group et confrontation à l’Evidence-based Medicine.
Les patients, soucieux de leur santé, sollicitent fréquemment leur médecin traitant pour un bilan de santé. Souvent, lors de la réalisation de celui-ci, une prise de sang est demandée. Deux questions principales ont motivé ce travail : Que faut-il demander comme analyse(s) biologique(s) chez un patient asymptomatique ? Et, y a-t-il un intérêt préventif à réaliser une prise de sang dans ce cadre ? Ce travail de fin d’étude comporte deux grands axes, le premier étant une recherche des guidelines dans la littérature scientifique et le deuxième un recueil des avis de médecins généralistes par la méthode de focus group. Le premier focus group (focus group test) a été réalisé lors du séminaire 1-15 se déroulant à Bastogne. Le deuxième focus group a eu lieu au sein du groupe local d’évaluation médicale de l’arrondissement de Virton. Les recherches dans la littérature ont été réalisées dans la base de données Medline ainsi que dans des guides de recommandations. Il y a de très grandes différences entre l’attitude des médecins interrogés et les guidelines consultées. Ce travail avance certaines hypothèses permettant d’expliquer, en partie, ces différences. La réalité de terrain, les difficultés rencontrées par les médecins lors de leur pratique ainsi que la confusion au sein des guidelines sont trois grands éléments permettant d’expliquer cet hiatus. Enfin, des pistes de solutions seront proposées afin de réduire l’écart qui existe entre l’attitude des médecins généralistes et les recommandations nationales et internationales.
Les patients, soucieux de leur santé, sollicitent fréquemment leur médecin traitant pour un bilan de santé. Souvent, lors de la réalisation de celui-ci, une prise de sang est demandée. Deux questions principales ont motivé ce travail : Que faut-il demander comme analyse(s) biologique(s) chez un patient asymptomatique ? Et, y a-t-il un intérêt préventif à réaliser une prise de sang dans ce cadre ? Ce travail de fin d’étude comporte deux grands axes, le premier étant une recherche des guidelines dans la littérature scientifique et le deuxième un recueil des avis de médecins généralistes par la méthode de focus group. Le premier focus group (focus group test) a été réalisé lors du séminaire 1-15 se déroulant à Bastogne. Le deuxième focus group a eu lieu au sein du groupe local d’évaluation médicale de l’arrondissement de Virton. Les recherches dans la littérature ont été réalisées dans la base de données Medline ainsi que dans des guides de recommandations. Il y a de très grandes différences entre l’attitude des médecins interrogés et les guidelines consultées. Ce travail avance certaines hypothèses permettant d’expliquer, en partie, ces différences. La réalité de terrain, les difficultés rencontrées par les médecins lors de leur pratique ainsi que la confusion au sein des guidelines sont trois grands éléments permettant d’expliquer cet hiatus. Enfin, des pistes de solutions seront proposées afin de réduire l’écart qui existe entre l’attitude des médecins généralistes et les recommandations nationales et internationales.
Mathieu - KevinUniversité de Liège
34.000 - QD33 - QD41 - A98 - QS41 - QC14 - QR31
Prise en charge des patients âgés de plus de 75 ans atteints d’un cancer
Prise en charge des patients âgés de plus de 75 ans atteints d’un cancer
Introduction Ce travail a été réalisé afin d’identifier des pistes pour améliorer la prise en charge des patients âgés de plus de 75 ans atteints d’un cancer et par conséquent, aider leur médecin généraliste à les guider dans les différentes étapes de cette prise en charge. Méthode J’ai réalisé une étude qualitative sur base d’entretiens semi-dirigés. Trois trios comprenant chacun un patient de plus de 75 ans atteint d’un cancer, son médecin traitant ainsi le médecin spécialiste en charge de sa maladie ont été interviewés selon un guide d’entretien incluant cinq grands thèmes. Ces thèmes sont le diagnostic, le traitement, l’environnement social et familial, la qualité de vie et l’avenir. J’ai ensuite utilisé une méthode d’analyse thématique pour analyser mes données. Résultats L’analyse des résultats a permis de dégager des points importants pour améliorer la prise en charge de ces patients. Parmi ceux-ci, on retrouve l’importance de la communication entre les différents intervenants, le rôle de l’entourage, le temps consacré à expliquer les différents aspects de la prise en charge et la place du patient dans le choix des traitements. Conclusion Cette étude a permis de mettre en évidence la difficulté de la prise en charge des patients âgés atteints d’un cancer. J’ai pu démontrer que les difficultés des médecins généralistes et des médecins spécialistes étaient différentes mais complémentaires. La confiance absolue que les patients âgés place dans leur médecin rend plus compliquée leur participation aux traitements. Dans ce contexte, des outils de projection des patients dans leur avenir pourraient les y aider. Enfin, utiliser certaines questions de mon guide d’entretien afin de suivre l’évolution du patient pourrait permettre aux médecins spécialistes d’adapter leurs traitements.
Introduction Ce travail a été réalisé afin d’identifier des pistes pour améliorer la prise en charge des patients âgés de plus de 75 ans atteints d’un cancer et par conséquent, aider leur médecin généraliste à les guider dans les différentes étapes de cette prise en charge. Méthode J’ai réalisé une étude qualitative sur base d’entretiens semi-dirigés. Trois trios comprenant chacun un patient de plus de 75 ans atteint d’un cancer, son médecin traitant ainsi le médecin spécialiste en charge de sa maladie ont été interviewés selon un guide d’entretien incluant cinq grands thèmes. Ces thèmes sont le diagnostic, le traitement, l’environnement social et familial, la qualité de vie et l’avenir. J’ai ensuite utilisé une méthode d’analyse thématique pour analyser mes données. Résultats L’analyse des résultats a permis de dégager des points importants pour améliorer la prise en charge de ces patients. Parmi ceux-ci, on retrouve l’importance de la communication entre les différents intervenants, le rôle de l’entourage, le temps consacré à expliquer les différents aspects de la prise en charge et la place du patient dans le choix des traitements. Conclusion Cette étude a permis de mettre en évidence la difficulté de la prise en charge des patients âgés atteints d’un cancer. J’ai pu démontrer que les difficultés des médecins généralistes et des médecins spécialistes étaient différentes mais complémentaires. La confiance absolue que les patients âgés place dans leur médecin rend plus compliquée leur participation aux traitements. Dans ce contexte, des outils de projection des patients dans leur avenir pourraient les y aider. Enfin, utiliser certaines questions de mon guide d’entretien afin de suivre l’évolution du patient pourrait permettre aux médecins spécialistes d’adapter leurs traitements.
Brans - FrançoisUniversité de Liège
QR31 - A79 - QP43 - QC15 - A13 - QD12 - 47.000
La vaccination anti-méningococcique chez les enfants et les adolescents en médecine générale: point sur les recommandations belges. Comment conseiller les parents ?
La vaccination anti-méningococcique chez les enfants et les adolescents en médecine générale: point sur les recommandations belges. Comment conseiller les parents ?

Meningococcal vaccination for children and adolescents in general medicine practice : a look at the Belgian recommandations. How to advise parents?
Meningococcal vaccination for children and adolescents in general medicine practice : a look at the Belgian recommandations. How to advise parents?
Introduction : Les infections invasives à méningocoques (IIM) font l’objet de nombreuses interrogations et inquiétudes aussi bien auprès des parents que des soignants. Ces dernières années, l’incidence des IIM en Belgique est restée stable mais une évolution des sérogroupes de méningocoques responsables des IIM a été constatée ce qui a poussé le Conseil Supérieur de la Santé (C.S.S.) à adapter ses recommandations en matière de vaccination anti-méningococcique. Méthode : Ce travail consiste en une revue de la littérature afin de faire le point sur les recommandations vaccinales anti-méningococciques actualisées en Belgique. Des pédiatres liégeois ont été consultés dans le but de confirmer les informations théoriques et d’obtenir des témoignages sur les défis rencontrés au quotidien pour appliquer les recommandations en pratique. Résultats : L’émergence d’IIM à méningocoques W (Men W) et à méningocoques Y (Men Y) ainsi que la chute d’anticorps protecteurs après vaccination anti-méningococcique C ont amené le C.S.S. à revoir ses recommandations au sujet de la vaccination anti-méningococcique contre les méningocoques A, C, W et Y (Men ACWY). Il est désormais recommandé de remplacer la vaccination anti-méningocoques C (Men C) par une dose unique de vaccin anti ACWY à 15 mois et de vacciner systématiquement les adolescents contre les Men ACWY entre 15 et 16 ans simultanément à la vaccination de rappel contre la diphtérie-tétanos-coqueluche. Cette vaccination confère une immunité de groupe avec une protection indirecte des tranches d’âge non vaccinées. L’incidence des IIM à méningocoques B (Men B) est en diminution progressive, mais le Men B reste responsable de la moitié des IIM. La vaccination anti-méningococcique B est contraignante (initiation très précoce, nombre élevé d’injections par consultation avec incidence plus élevée d’effets indésirables et coût important) et elle ne confère pas d’immunité de groupe. Le C.S.S. n’a dès lors pas revu ses recommandations vaccinales contre le Men B, celle-ci peut toujours être proposée de façon individuelle aux enfants de 2 mois à 5 ans ainsi qu’aux adolescents entre 15 et 19 ans. Conclusion : Les IIM sont rares en Belgique. Mais leur taux élevé de morbi-mortalités, les groupes d’âge touchés, le portage asymptomatique et le mode de transmission en font une priorité de santé publique. La vaccination reste le meilleur moyen de prévenir les IIM. La vaccination anti-méningococcique fait partie des vaccinations recommandées mais non incluses dans le calendrier vaccinal de base. La responsabilité de vacciner ou non les enfants et les adolescents incombe aux parents. En tant que médecin généraliste, de famille, il est important de conseiller les parents de façon avisée et impartiale afin de leur permettre un choix éclairé et responsable. Mots-clés : Méningocoque – Vaccination – Sérogroupe B – Sérogroupe W – Sérogroupe Y – Menveo – Nimenrix – Bexsero – Trumenba – Adolescents – Enfants – Belgique.
Introduction : Les infections invasives à méningocoques (IIM) font l’objet de nombreuses interrogations et inquiétudes aussi bien auprès des parents que des soignants. Ces dernières années, l’incidence des IIM en Belgique est restée stable mais une évolution des sérogroupes de méningocoques responsables des IIM a été constatée ce qui a poussé le Conseil Supérieur de la Santé (C.S.S.) à adapter ses recommandations en matière de vaccination anti-méningococcique. Méthode : Ce travail consiste en une revue de la littérature afin de faire le point sur les recommandations vaccinales anti-méningococciques actualisées en Belgique. Des pédiatres liégeois ont été consultés dans le but de confirmer les informations théoriques et d’obtenir des témoignages sur les défis rencontrés au quotidien pour appliquer les recommandations en pratique. Résultats : L’émergence d’IIM à méningocoques W (Men W) et à méningocoques Y (Men Y) ainsi que la chute d’anticorps protecteurs après vaccination anti-méningococcique C ont amené le C.S.S. à revoir ses recommandations au sujet de la vaccination anti-méningococcique contre les méningocoques A, C, W et Y (Men ACWY). Il est désormais recommandé de remplacer la vaccination anti-méningocoques C (Men C) par une dose unique de vaccin anti ACWY à 15 mois et de vacciner systématiquement les adolescents contre les Men ACWY entre 15 et 16 ans simultanément à la vaccination de rappel contre la diphtérie-tétanos-coqueluche. Cette vaccination confère une immunité de groupe avec une protection indirecte des tranches d’âge non vaccinées. L’incidence des IIM à méningocoques B (Men B) est en diminution progressive, mais le Men B reste responsable de la moitié des IIM. La vaccination anti-méningococcique B est contraignante (initiation très précoce, nombre élevé d’injections par consultation avec incidence plus élevée d’effets indésirables et coût important) et elle ne confère pas d’immunité de groupe. Le C.S.S. n’a dès lors pas revu ses recommandations vaccinales contre le Men B, celle-ci peut toujours être proposée de façon individuelle aux enfants de 2 mois à 5 ans ainsi qu’aux adolescents entre 15 et 19 ans. Conclusion : Les IIM sont rares en Belgique. Mais leur taux élevé de morbi-mortalités, les groupes d’âge touchés, le portage asymptomatique et le mode de transmission en font une priorité de santé publique. La vaccination reste le meilleur moyen de prévenir les IIM. La vaccination anti-méningococcique fait partie des vaccinations recommandées mais non incluses dans le calendrier vaccinal de base. La responsabilité de vacciner ou non les enfants et les adolescents incombe aux parents. En tant que médecin généraliste, de famille, il est important de conseiller les parents de façon avisée et impartiale afin de leur permettre un choix éclairé et responsable. Mots-clés : Méningocoque – Vaccination – Sérogroupe B – Sérogroupe W – Sérogroupe Y – Menveo – Nimenrix – Bexsero – Trumenba – Adolescents – Enfants – Belgique.
Wertz - AdelineUniversité de Liège
QD13 - 44.000 - N71 - QC11 - QC12 - QC13
Quelle pratique est utilisée par les médecins généralistes pour dépister et prendre en charge l’hypertension artérielle chez les jeunes de 3 à 18 ans ? Création d’une fiche pour cette pathologie et analyse préliminaire de son utilisation.
Quelle pratique est utilisée par les médecins généralistes pour dépister et prendre en charge l’hypertension artérielle chez les jeunes de 3 à 18 ans ? Création d’une fiche pour cette pathologie et analyse préliminaire de son utilisation.
L’hypertension artérielle chez les 3 à 18 ans est une élévation de la tension artérielle par rapport à une population donnée. C’est une pathologie sous-diagnostiquée. Même si la prévalence de l’hypertension est faible, elle ne fait qu’augmenter avec l’épidémie d’obésité. Deux types d’hypertension sont décrits dans ce document. D’abord, l’hypertension primaire est la plus souvent rencontrée mais elle est également un diagnostic d’exclusion. Elle est la conséquence d’une association de facteurs de risque. Ensuite, on retrouve l’hypertension secondaire qui est caractérisée par une étiologie précise. Le rôle du médecin généraliste est de la diagnostiquer et de diminuer les conséquences de celle-ci. Ce travail a pour objectif d’évaluer le dépistage et la prise en charge de l’hypertension chez les jeunes de 3 à 18 ans auprès des médecins généralistes de la région de Blegny et de l’arrondissement de Verviers. L’enquête a montré que le médecin généraliste se sentait concerné par le dépistage mais qu’il manquait d’informations sur celui-ci ainsi que sur sa prise en charge. La prise de tension est une action fondamentale chez les médecins généralistes. Celle-ci est mesurée chez les enfants de plus de 12 ans alors qu’il est recommandé de la faire à partir de 3 ans. Par la suite, une fiche a été créée pour permettre d’améliorer le dépistage et la prise en charge de cette pathologie chez les médecins généralistes. Elle contribue également au renforcement de la collaboration et du suivi entre médecins généralistes et pédiatres. Enfin, cette fiche a été évaluée par les médecins généralistes afin de l’améliorer pour une utilisation quotidienne.
L’hypertension artérielle chez les 3 à 18 ans est une élévation de la tension artérielle par rapport à une population donnée. C’est une pathologie sous-diagnostiquée. Même si la prévalence de l’hypertension est faible, elle ne fait qu’augmenter avec l’épidémie d’obésité. Deux types d’hypertension sont décrits dans ce document. D’abord, l’hypertension primaire est la plus souvent rencontrée mais elle est également un diagnostic d’exclusion. Elle est la conséquence d’une association de facteurs de risque. Ensuite, on retrouve l’hypertension secondaire qui est caractérisée par une étiologie précise. Le rôle du médecin généraliste est de la diagnostiquer et de diminuer les conséquences de celle-ci. Ce travail a pour objectif d’évaluer le dépistage et la prise en charge de l’hypertension chez les jeunes de 3 à 18 ans auprès des médecins généralistes de la région de Blegny et de l’arrondissement de Verviers. L’enquête a montré que le médecin généraliste se sentait concerné par le dépistage mais qu’il manquait d’informations sur celui-ci ainsi que sur sa prise en charge. La prise de tension est une action fondamentale chez les médecins généralistes. Celle-ci est mesurée chez les enfants de plus de 12 ans alors qu’il est recommandé de la faire à partir de 3 ans. Par la suite, une fiche a été créée pour permettre d’améliorer le dépistage et la prise en charge de cette pathologie chez les médecins généralistes. Elle contribue également au renforcement de la collaboration et du suivi entre médecins généralistes et pédiatres. Enfin, cette fiche a été évaluée par les médecins généralistes afin de l’améliorer pour une utilisation quotidienne.
Schaus - PaulineUniversité de Liège
31.003 - 31.005 - QC13 - 46.000 - 58.000 - A98 - K85 - QC12
Quels sont les déterminants socio-économiques expliquant la survenue d'IVG tardive ? Etude de cohorte rétrospective, réalisée au sein des centres liégeois de planning familial et comparaison avec les Pays-Bas.
Quels sont les déterminants socio-économiques expliquant la survenue d'IVG tardive ? Etude de cohorte rétrospective, réalisée au sein des centres liégeois de planning familial et comparaison avec les Pays-Bas.
Résumé : Introduction : La nouvelle proposition de loi sur l’IVG, permettant d’allonger le délai autorisé pour pratiquer l’IVG est au centre des débats médiatiques. Certains pensent que cette loi risque d’ouvrir la porte à certaines dérives. L’objectif de ce travail était de dégager des tendances quant aux déterminants socio-économiques expliquant pourquoi certaines patientes se présentaient tardivement dans un centre de planning familial. Les données de ce travail ont ensuite été comparée aux données des Pays-Bas. Ainsi, nous avons pu tenter de donner des réponses objectives à certains mythes concernant l’IVG. Méthodes : Il s’agit d’une étude de cohorte rétrospective portant sur les demandes d’interruption volontaire de grossesse hors délai légal dans les 3 centres de planning familial de l’arrondissement liégeois pratiquant l’IVG et comparaison avec les chiffres des Pays-Bas. Des accueillantes ont été interviewées afin d’obtenir leurs avis quant aux thématiques abordées dans la discussion. Un gynécologue a également été interviewé quant à l’évolution de la logistique qui devrait, selon lui, suivre l’adoption de la loi. Résultats : Les différents centres de planning familial nous ont permis d’obtenir des données concernant les patientes ayant fait une demande d’IVG tardive. Les données concernaient principalement l’âge moyen des patientes, l’âge moyen des grossesses, les raisons invoquées pour mettre fin à leurs grossesses ainsi que sur le contexte social des patientes. Ces données ont, dans la limite du possible, été comparée aux données statistiques des Pays-Bas. Discussion : Au regard des données obtenues, nous avons pu dégager une tendance concernant les déterminants socio-économiques de la cohorte étudiée. Ces données ont permis de déconstruire certains mythes concernant l’interruption volontaire de grossesse. L’interview des accueillantes impliquées dans la rédaction des rapports constituant la base de notre étude a permis d’enrichir notre discussion. De la même façon, l’interview d’un gynécologue engagé dans les réflexions autour de l’application de cette loi a permis de mettre en évidence de nombreuses questions quant à l’aspect logistique de cette dernière. Conclusion : A l’aide des données récoltées et par le biais d’interviews réalisées auprès d’un gynécologue et d’accueillantes, nous avons tenté de justifier certains mythes qui sont fort présents dans les croyances populaires. Mots clés : interruption volontaire de grossesse, IVG, IVG tardive, grossesse tardive, centre de planning familial, législation, statistiques, mythes.
Résumé : Introduction : La nouvelle proposition de loi sur l’IVG, permettant d’allonger le délai autorisé pour pratiquer l’IVG est au centre des débats médiatiques. Certains pensent que cette loi risque d’ouvrir la porte à certaines dérives. L’objectif de ce travail était de dégager des tendances quant aux déterminants socio-économiques expliquant pourquoi certaines patientes se présentaient tardivement dans un centre de planning familial. Les données de ce travail ont ensuite été comparée aux données des Pays-Bas. Ainsi, nous avons pu tenter de donner des réponses objectives à certains mythes concernant l’IVG. Méthodes : Il s’agit d’une étude de cohorte rétrospective portant sur les demandes d’interruption volontaire de grossesse hors délai légal dans les 3 centres de planning familial de l’arrondissement liégeois pratiquant l’IVG et comparaison avec les chiffres des Pays-Bas. Des accueillantes ont été interviewées afin d’obtenir leurs avis quant aux thématiques abordées dans la discussion. Un gynécologue a également été interviewé quant à l’évolution de la logistique qui devrait, selon lui, suivre l’adoption de la loi. Résultats : Les différents centres de planning familial nous ont permis d’obtenir des données concernant les patientes ayant fait une demande d’IVG tardive. Les données concernaient principalement l’âge moyen des patientes, l’âge moyen des grossesses, les raisons invoquées pour mettre fin à leurs grossesses ainsi que sur le contexte social des patientes. Ces données ont, dans la limite du possible, été comparée aux données statistiques des Pays-Bas. Discussion : Au regard des données obtenues, nous avons pu dégager une tendance concernant les déterminants socio-économiques de la cohorte étudiée. Ces données ont permis de déconstruire certains mythes concernant l’interruption volontaire de grossesse. L’interview des accueillantes impliquées dans la rédaction des rapports constituant la base de notre étude a permis d’enrichir notre discussion. De la même façon, l’interview d’un gynécologue engagé dans les réflexions autour de l’application de cette loi a permis de mettre en évidence de nombreuses questions quant à l’aspect logistique de cette dernière. Conclusion : A l’aide des données récoltées et par le biais d’interviews réalisées auprès d’un gynécologue et d’accueillantes, nous avons tenté de justifier certains mythes qui sont fort présents dans les croyances populaires. Mots clés : interruption volontaire de grossesse, IVG, IVG tardive, grossesse tardive, centre de planning familial, législation, statistiques, mythes.
LOUIS - MattieuUniversité de Liège
QC22 - QD27 - QP45 - QP52 - QR322
Diagnostic d’infection urinaire chez l’enfant : approche des médecins généralistes face aux recommandations
Diagnostic d’infection urinaire chez l’enfant : approche des médecins généralistes face aux recommandations
Introduction L’infection urinaire est l’une des infections bactériennes les plus fréquentes chez l’enfant. La morbidité à court terme fait principalement craindre la pyélonéphrite et le sepsis. Les complications à long terme peuvent être sérieuses, et mener à l’insuffisance rénale dans les cas les plus sévères. Méthode Ce travail a visé à comparer aux recommandations de bonne pratique, au moyen d’une recherche qualitative menée par entretiens individuels auprès d’un échantillon significatif de médecins généralistes, la prise en charge diagnostique de l’infection urinaire chez l’enfant. Ces entretiens ont été réalisés dans la région de Soumagne-Olne-Retinne auprès de quatorze médecins généralistes. Les données récoltées ont ensuite été analysées à la lumière de la littérature médicale. Résultats La fièvre semble jouer un rôle trompeur : en effet, l’inconstance de celle-ci n’est pas connue de tous. L’examen clinique des organes génitaux externes est trop peu souvent réalisé. On observe que la qualité de prélèvement, qui est essentielle dans cette démarche, fait souvent défaut : le sac récolteur est utilisé dans nombre de situations où une méthode de prélèvement propre (par sondage ou ponction) est recommandée. En outre, trop d’échantillons urinaires provenant de sacs collecteurs sont envoyés pour culture. Aucun des médecins interrogés ne demande deux prélèvements d’urine. Par ailleurs, on observe de façon évidente que la tigette urinaire est insuffisamment utilisée. Il existe un risque d’omission d’infections urinaires si le critère « GB + nitrite » est retenu pour diagnostiquer l’infection urinaire. Il semble que les valeurs seuils notamment de numération bactérienne ne soient pas connues de tous. Les raisons poussant à l’hospitalisation sont, quant à elles, vagues et peu unanimes. Conclusion On observe plusieurs discordances entre la pratique clinique en médecine générale et les recommandations concernant la prise en charge diagnostique de l’infection urinaire chez l’enfant. Celles-ci peuvent occulter le diagnostic d’infection urinaire (et de potentielles graves conséquences) ou à l’inverse, mener à des traitements antibiotiques et des examens inutiles. Je propose ici une ébauche d’outil d’aide à la prise en charge diagnostique de l’infection urinaire chez l’enfant, en médecine générale, sous forme d’algorithme. Mots-clés Infection urinaire ; enfant ; diagnostic ; recommandations.
Introduction L’infection urinaire est l’une des infections bactériennes les plus fréquentes chez l’enfant. La morbidité à court terme fait principalement craindre la pyélonéphrite et le sepsis. Les complications à long terme peuvent être sérieuses, et mener à l’insuffisance rénale dans les cas les plus sévères. Méthode Ce travail a visé à comparer aux recommandations de bonne pratique, au moyen d’une recherche qualitative menée par entretiens individuels auprès d’un échantillon significatif de médecins généralistes, la prise en charge diagnostique de l’infection urinaire chez l’enfant. Ces entretiens ont été réalisés dans la région de Soumagne-Olne-Retinne auprès de quatorze médecins généralistes. Les données récoltées ont ensuite été analysées à la lumière de la littérature médicale. Résultats La fièvre semble jouer un rôle trompeur : en effet, l’inconstance de celle-ci n’est pas connue de tous. L’examen clinique des organes génitaux externes est trop peu souvent réalisé. On observe que la qualité de prélèvement, qui est essentielle dans cette démarche, fait souvent défaut : le sac récolteur est utilisé dans nombre de situations où une méthode de prélèvement propre (par sondage ou ponction) est recommandée. En outre, trop d’échantillons urinaires provenant de sacs collecteurs sont envoyés pour culture. Aucun des médecins interrogés ne demande deux prélèvements d’urine. Par ailleurs, on observe de façon évidente que la tigette urinaire est insuffisamment utilisée. Il existe un risque d’omission d’infections urinaires si le critère « GB + nitrite » est retenu pour diagnostiquer l’infection urinaire. Il semble que les valeurs seuils notamment de numération bactérienne ne soient pas connues de tous. Les raisons poussant à l’hospitalisation sont, quant à elles, vagues et peu unanimes. Conclusion On observe plusieurs discordances entre la pratique clinique en médecine générale et les recommandations concernant la prise en charge diagnostique de l’infection urinaire chez l’enfant. Celles-ci peuvent occulter le diagnostic d’infection urinaire (et de potentielles graves conséquences) ou à l’inverse, mener à des traitements antibiotiques et des examens inutiles. Je propose ici une ébauche d’outil d’aide à la prise en charge diagnostique de l’infection urinaire chez l’enfant, en médecine générale, sous forme d’algorithme. Mots-clés Infection urinaire ; enfant ; diagnostic ; recommandations.
Levaux - JoachimUniversité de Liège
U70 - U71 - QC11 - QC12 - QC13 - QD24 - QR31 - QT32
PHYTOTHERAPIE EN MEDECINE GENERALE: « Evaluation du bon et du mauvais usage des plantes les plus couramment prescrites en région liégeoise par rapport aux références scientifiques établies dans le domaine afin d’améliorer leur utilisation dans la pratique quotidienne. »
PHYTOTHERAPIE EN MEDECINE GENERALE: « Evaluation du bon et du mauvais usage des plantes les plus couramment prescrites en région liégeoise par rapport aux références scientifiques établies dans le domaine afin d’améliorer leur utilisation dans la pratique quotidienne. »
Bien que les plantes médicinales fassent partie de l'arsenal thérapeutique des soignants dans de nombreuses disciplines médicales, elles ne sont pratiquement pas enseignées dans le cursus des études de médecine. Or, de nombreuses plantes nécessitent de disposer de connaissances afin de poser les bonnes indications, mais aussi d'éviter les effets secondaires ou complications potentielles, lorsqu'elles sont prescrites ou utilisées en auto-médication. Dans un premier temps, l'objectif de ce TFE a donc été de réaliser une revue de littérature des dix plantes les plus utilisées en médecine générale . Le site de référence principale et légal en Belgique est celui de l'Agence Européenne des Médicaments (EMA) qui établit des monographies européennes pour chaque plante. Sur base de ces recherches, j'ai établi une synthèse sous forme de guide d'utilisation des plantes, afin d'en permettre un meilleur usage. La deuxième étape a été de comparer ces recommandations avec la pratique quotidienne des médecins généralistes, à l'aide de questionnaires présentés à des réunions scientifiques de médecins (GLEM). Il en est principalement ressorti que la majorité des médecins ne disposent que de notions assez vagues sur les plantes qu'ils prescrivent, surtout concernant les effets secondaires et les contre-indications. Il existe également beaucoup de confusions entre les indications bien démontrées scientifiquement ou non. Globalement, les médecins interrogés ont apprécié l'idée de création d'un dépliant récapitulatif, et ont été surpris par les dangers potentiels que les plantes peuvent parfois posséder.
Bien que les plantes médicinales fassent partie de l'arsenal thérapeutique des soignants dans de nombreuses disciplines médicales, elles ne sont pratiquement pas enseignées dans le cursus des études de médecine. Or, de nombreuses plantes nécessitent de disposer de connaissances afin de poser les bonnes indications, mais aussi d'éviter les effets secondaires ou complications potentielles, lorsqu'elles sont prescrites ou utilisées en auto-médication. Dans un premier temps, l'objectif de ce TFE a donc été de réaliser une revue de littérature des dix plantes les plus utilisées en médecine générale . Le site de référence principale et légal en Belgique est celui de l'Agence Européenne des Médicaments (EMA) qui établit des monographies européennes pour chaque plante. Sur base de ces recherches, j'ai établi une synthèse sous forme de guide d'utilisation des plantes, afin d'en permettre un meilleur usage. La deuxième étape a été de comparer ces recommandations avec la pratique quotidienne des médecins généralistes, à l'aide de questionnaires présentés à des réunions scientifiques de médecins (GLEM). Il en est principalement ressorti que la majorité des médecins ne disposent que de notions assez vagues sur les plantes qu'ils prescrivent, surtout concernant les effets secondaires et les contre-indications. Il existe également beaucoup de confusions entre les indications bien démontrées scientifiquement ou non. Globalement, les médecins interrogés ont apprécié l'idée de création d'un dépliant récapitulatif, et ont été surpris par les dangers potentiels que les plantes peuvent parfois posséder.
Es Sahab - NawaleUniversité de Liège
QO4
Mise en place de l’itinéraire de soins du KCE dans la prise en charge des lombalgies - Itinéraire appliqué par l’équipe soignante auprès des patients souffrant de lombalgies à la Maison Médicale d’Ougrée
Mise en place de l’itinéraire de soins du KCE dans la prise en charge des lombalgies - Itinéraire appliqué par l’équipe soignante auprès des patients souffrant de lombalgies à la Maison Médicale d’Ougrée
La lombalgie, qu’elle soit aigüe ou chronique, est un motif de consultation courant en médecine générale. 70% des adultes sont concernés au moins une fois dans leur vie. Néanmoins, sa prise en charge n’est pas toujours bien définie par des algorithmes précis, et peut mener à une errance au niveau du diagnostic et du traitement. La récurrence des consultations pour ce motif peut devenir chronophage et engendrer une surconsommation médicale, médicamenteuse et des soins de kinésithérapie. C’est en faisant ce constat qu’est venue l’idée d’appliquer l’itinéraire de soins du KCE pour la prise en charge des lombalgies à la Maison Médicale d’Ougrée. Ceci a mené l’équipe à rechercher une approche différente pour la prise en charge des douleurs lombaires. L’itinéraire du KCE a pour but d’uniformiser la prise en charge des lombalgies au sein de l’équipe de soins. Il propose, en effet, une conduite à tenir pour tout patient présentant une lombalgie ou une radiculalgie, avec une chronologie bien précise. Afin de rester dans le domaine du généraliste et de recentrer le sujet, nous aborderons dans ce TFE uniquement le versant lombalgique et non le versant radiculalgie de l’itinéraire KCE, celui-ci correspondant à une approche plus spécialisée et qui renvoie assez rapidement les soins à la deuxième ligne.
La lombalgie, qu’elle soit aigüe ou chronique, est un motif de consultation courant en médecine générale. 70% des adultes sont concernés au moins une fois dans leur vie. Néanmoins, sa prise en charge n’est pas toujours bien définie par des algorithmes précis, et peut mener à une errance au niveau du diagnostic et du traitement. La récurrence des consultations pour ce motif peut devenir chronophage et engendrer une surconsommation médicale, médicamenteuse et des soins de kinésithérapie. C’est en faisant ce constat qu’est venue l’idée d’appliquer l’itinéraire de soins du KCE pour la prise en charge des lombalgies à la Maison Médicale d’Ougrée. Ceci a mené l’équipe à rechercher une approche différente pour la prise en charge des douleurs lombaires. L’itinéraire du KCE a pour but d’uniformiser la prise en charge des lombalgies au sein de l’équipe de soins. Il propose, en effet, une conduite à tenir pour tout patient présentant une lombalgie ou une radiculalgie, avec une chronologie bien précise. Afin de rester dans le domaine du généraliste et de recentrer le sujet, nous aborderons dans ce TFE uniquement le versant lombalgique et non le versant radiculalgie de l’itinéraire KCE, celui-ci correspondant à une approche plus spécialisée et qui renvoie assez rapidement les soins à la deuxième ligne.
Jani - DidierUniversité de Liège
L84
Evaluation de l’apport de l’échographie pulmonaire en première ligne de soins : Recherche-action auprès de médecins généralistes.
Evaluation de l’apport de l’échographie pulmonaire en première ligne de soins : Recherche-action auprès de médecins généralistes.
L’échographie pulmonaire a montré sa supériorité par rapport à la radiographie en termes de sensibilité et spécificité. Elle a été petit à petit intégrée dans les services d’urgence, mais elle est peu connue en première ligne de soins. L’échographie en médecine générale est de plus en plus répandue. Beaucoup la pratiquent au niveau abdominal et gynécologique, mais peu au niveau pulmonaire. L’intérêt de ce travail était de promouvoir cette technique auprès des médecins généralistes et d’évaluer l’apport qu’elle pouvait leur apporter dans la prise en charge de leurs patients. Ceci a été réalisé au moyen d’une formation et d’une période d’essai de trois mois pendant la saison hivernale. Leur ressenti a été recueilli sous forme d’une interview. Tous les médecins ont souligné un apport bénéfique à la pratique de médecine générale. Leur avis et la place de l’échographie pulmonaire dans leur quotidien sont nuancés selon le type de pratique : patientèle, domiciles, milieu rural, gestion du temps, investissement, formation, confiance dans l’interprétation et type d’appareil. Tous n’ont pas intégré cette technique, mais y voyaient l’intérêt selon les paramètres ci-dessus. L’échographie pulmonaire est complémentaire du stéthoscope, sans le remplacer. L’examen clinique garde sa place principale. Avec le contexte de pandémie de coronavirus, l’échographie pulmonaire suscite de l’intérêt par ses avantages par rapport au scanner, notamment pour diminuer le risque de contamination et pour assurer un meilleur tri des patients par les médecins généralistes.
L’échographie pulmonaire a montré sa supériorité par rapport à la radiographie en termes de sensibilité et spécificité. Elle a été petit à petit intégrée dans les services d’urgence, mais elle est peu connue en première ligne de soins. L’échographie en médecine générale est de plus en plus répandue. Beaucoup la pratiquent au niveau abdominal et gynécologique, mais peu au niveau pulmonaire. L’intérêt de ce travail était de promouvoir cette technique auprès des médecins généralistes et d’évaluer l’apport qu’elle pouvait leur apporter dans la prise en charge de leurs patients. Ceci a été réalisé au moyen d’une formation et d’une période d’essai de trois mois pendant la saison hivernale. Leur ressenti a été recueilli sous forme d’une interview. Tous les médecins ont souligné un apport bénéfique à la pratique de médecine générale. Leur avis et la place de l’échographie pulmonaire dans leur quotidien sont nuancés selon le type de pratique : patientèle, domiciles, milieu rural, gestion du temps, investissement, formation, confiance dans l’interprétation et type d’appareil. Tous n’ont pas intégré cette technique, mais y voyaient l’intérêt selon les paramètres ci-dessus. L’échographie pulmonaire est complémentaire du stéthoscope, sans le remplacer. L’examen clinique garde sa place principale. Avec le contexte de pandémie de coronavirus, l’échographie pulmonaire suscite de l’intérêt par ses avantages par rapport au scanner, notamment pour diminuer le risque de contamination et pour assurer un meilleur tri des patients par les médecins généralistes.
Devresse - LouiseUniversité de Liège
QR35 - QS14 - QS41 - QT22
Amélioration de la prise en charge de l'hyponatrémie de la personne âgée en médecine générale
Amélioration de la prise en charge de l'hyponatrémie de la personne âgée en médecine générale
Hakem - SamiraUniversité catholique de Louvain
Associations en médecine générale : facilitation à l'association et aide à la création d'une maison médicale
Associations en médecine générale : facilitation à l'association et aide à la création d'une maison médicale
Catala - JulieUniversité catholique de Louvain
La migraine en médecine générale : prise en charge et impact sur la qualité de vie des patients
La migraine en médecine générale : prise en charge et impact sur la qualité de vie des patients
Thomas - StéphanieUniversité catholique de Louvain
Infections urinaires chez la femme de plus de 65 ans : diagnostic, traitement et suivi en médecine générale
Infections urinaires chez la femme de plus de 65 ans : diagnostic, traitement et suivi en médecine générale
Simon - CélineUniversité catholique de Louvain
Rhumatologie générale : traitements conservateurs à la disposition du médecin généraliste
Rhumatologie générale : traitements conservateurs à la disposition du médecin généraliste
Vanstapel - CarolineUniversité catholique de Louvain
Risques et réduction des risques liés à la consommation de cannabis en médecine générale
Risques et réduction des risques liés à la consommation de cannabis en médecine générale
Ugnon-coussioz - AlexandreUniversité catholique de Louvain
L'hypnose dans la prise en charge des douleurs chroniques en médecine générale
L'hypnose dans la prise en charge des douleurs chroniques en médecine générale
Rouam - SophieUniversité catholique de Louvain
Les diffilcultés diagnostiques de la borréliose de Lyme en médecine générale
Les diffilcultés diagnostiques de la borréliose de Lyme en médecine générale
Abouhali - MeriemeUniversité catholique de Louvain
Élaboration d'un outil pour la surveillance de la toxicité médicamenteuse et le suivi thérapeutique par biologie sanguine en médecine générale
Élaboration d'un outil pour la surveillance de la toxicité médicamenteuse et le suivi thérapeutique par biologie sanguine en médecine générale
Fouret - GuillaumeUniversité catholique de Louvain
Place des conseils hygiéno-diététiques et du traitement médicamenteux dans la prise en charge du syndrome de l'intestin irritable en médecine générale
Place des conseils hygiéno-diététiques et du traitement médicamenteux dans la prise en charge du syndrome de l'intestin irritable en médecine générale
Mahieu - DelphineUniversité catholique de Louvain
Dépistage de la fragilité de la personne âgée "pré-gériatrique" et gériatrique" par une procédure créée au sein d'un cabinet et de médecine générale
Dépistage de la fragilité de la personne âgée "pré-gériatrique" et gériatrique" par une procédure créée au sein d'un cabinet et de médecine générale
Bienaimé - MarieUniversité catholique de Louvain
Le projet thérapeutique pour nos patients âgés en médecine générale : choisir et décider... : comment et avec qui ?
Le projet thérapeutique pour nos patients âgés en médecine générale : choisir et décider... : comment et avec qui ?
Kaberghs - PaulineUniversité catholique de Louvain
Les limitations à la prise en charge adéquate de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Les limitations à la prise en charge adéquate de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Barclay - CatrionaUniversité catholique de Louvain
La vaccination infantile remise en question, dans une pratique de médecine générale en Fédération Wallonie-Bruxelles
La vaccination infantile remise en question, dans une pratique de médecine générale en Fédération Wallonie-Bruxelles
Spoden - JulieUniversité catholique de Louvain
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Guifo - StéphaneUniversité catholique de Louvain
La prise en charge de l'insomnie chronique en médecine générale : du diagnostic au traitement non médicamenteux
La prise en charge de l'insomnie chronique en médecine générale : du diagnostic au traitement non médicamenteux
Charpentier - PascalineUniversité catholique de Louvain
Pourquoi intégrer la médecine environnementale dans le quotidien du médecin généraliste ?
Pourquoi intégrer la médecine environnementale dans le quotidien du médecin généraliste ?
Bernard - DorothéeUniversité catholique de Louvain
Amélioration de la qualité des soins face à la toux chez l'enfant : guidelines et facteurs influençant la pratique au Centre de médecine générale d'urgences
Amélioration de la qualité des soins face à la toux chez l'enfant : guidelines et facteurs influençant la pratique au Centre de médecine générale d'urgences
Dromelet - EstelleUniversité catholique de Louvain
L'hépatite C en médecine générale : quelle place a le médecin généraliste dans un contexte de (r)évolution du traitement de l'hépatite C chronique /
L'hépatite C en médecine générale : quelle place a le médecin généraliste dans un contexte de (r)évolution du traitement de l'hépatite C chronique /
Nguyen quynh nhu - DoanUniversité catholique de Louvain
Aborder la dimension du "travail" en médecine générale ? Étude qualitative sur les perceptions de la relation travail-santé, du rôle du médecin généraliste, des patients, des difficultés et des outils existants, regard croisé entre médecins généralistes et patients
Aborder la dimension du "travail" en médecine générale ? Étude qualitative sur les perceptions de la relation travail-santé, du rôle du médecin généraliste, des patients, des difficultés et des outils existants, regard croisé entre médecins généralistes et patients
Vandermotten - IngridUniversité catholique de Louvain
La prescription raisonnée de calcium et de vitamine D en médecine générale chez les patients âgés de plus de 60 ans et plus, en prévention primaire des fractures
La prescription raisonnée de calcium et de vitamine D en médecine générale chez les patients âgés de plus de 60 ans et plus, en prévention primaire des fractures
Carausu - Julieta-jacquelineUniversité catholique de Louvain
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Bindels - Florence bindelsUniversité catholique de Louvain
Faciliter la prise en charge de la consultation à motifs multiples : enquête qualitative auprès de médecins bruxellois
Faciliter la prise en charge de la consultation à motifs multiples : enquête qualitative auprès de médecins bruxellois
Ben moussa - IkramUniversité catholique de Louvain
Mise au point sur la démarche diagnostique face aux dysthyroïdies dans le but d'élaborer un outil d'aide aux médecins généralistes : enquête auprès de dix endocrinologues dans la province du Hainaut et septante médecins généralistes
Mise au point sur la démarche diagnostique face aux dysthyroïdies dans le but d'élaborer un outil d'aide aux médecins généralistes : enquête auprès de dix endocrinologues dans la province du Hainaut et septante médecins généralistes
De smet - MargotUniversité catholique de Louvain
Quel dépistage de la fragilité des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile et suivies en maison médicale
Quel dépistage de la fragilité des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile et suivies en maison médicale
Vos - SophieUniversité catholique de Louvain
Mise au point sur l'infiltration articulaire de corticoïde/anesthésique local dans la lombalgie chronique commune d'origine sacro-iliaque non inflammatoire, non infectieuse
Mise au point sur l'infiltration articulaire de corticoïde/anesthésique local dans la lombalgie chronique commune d'origine sacro-iliaque non inflammatoire, non infectieuse
Zacchello - AngeloUniversité catholique de Louvain
Étude du bien-être du médecin généraliste et de l'intérêt de l'apport de la mindfulness dans la gestion du stress : focus groupe au sein d'un groupe de médecins généralistes de Liège et revue de la littérature
Étude du bien-être du médecin généraliste et de l'intérêt de l'apport de la mindfulness dans la gestion du stress : focus groupe au sein d'un groupe de médecins généralistes de Liège et revue de la littérature
Adam - CéliaUniversité catholique de Louvain
Sédation pallative continue à domicile : une alternative ?
Sédation pallative continue à domicile : une alternative ?
Screve - JulieUniversité catholique de Louvain
Immunosuppresseurs et généralistes : outils pour un duo gagnant
Immunosuppresseurs et généralistes : outils pour un duo gagnant
De meyer - AurélieUniversité catholique de Louvain
Promotion de la prévention quaternaire par la création d'une plateforme internet
Promotion de la prévention quaternaire par la création d'une plateforme internet
Neuwels - LaraUniversité catholique de Louvain
La vaccination, prise en grippe ? Protocole d'assurance de qualité et étude qualitative
La vaccination, prise en grippe ? Protocole d'assurance de qualité et étude qualitative
Soltysik - CédricUniversité catholique de Louvain
Chez un patient en phase terminale, la sédation comme alternative thérapeutique pour soulager une souffrance devenue intolérable
Chez un patient en phase terminale, la sédation comme alternative thérapeutique pour soulager une souffrance devenue intolérable
Goffin - MarieUniversité catholique de Louvain
Analyse de la prescription d'antidépresseurs au sein des maisons de repos bruxelloises
Analyse de la prescription d'antidépresseurs au sein des maisons de repos bruxelloises
Barbier - PaulineUniversité catholique de Louvain
Rôle du médecin généraliste lors de la première consultation d'une femme enceinte : comparaison entre l'Evidence-Based Medicine et la pratique dans la région d'Arlon
Rôle du médecin généraliste lors de la première consultation d'une femme enceinte : comparaison entre l'Evidence-Based Medicine et la pratique dans la région d'Arlon
Slegten - FloreUniversité catholique de Louvain
les exanthèmes chez l'adulte: approche sémiologique et diagnostique
les exanthèmes chez l'adulte: approche sémiologique et diagnostique
Boxus - ValérieUniversité catholique de Louvain
Les rôles du généraliste envers les aidants proches des personnes âgées dépendantes vivant au domicile
Les rôles du généraliste envers les aidants proches des personnes âgées dépendantes vivant au domicile
Misson - OphélieUniversité catholique de Louvain
certificat de non contre-indication au sport: évaluation cardiovasculaire pour une délivrance réfléchie
certificat de non contre-indication au sport: évaluation cardiovasculaire pour une délivrance réfléchie
Carmelo - HernandezUniversité catholique de Louvain
Prise en charge du patient noir hypertendu
Prise en charge du patient noir hypertendu
Muzembe - J-lUniversité catholique de Louvain
Comment améliorer la compliance au traitement des patients diabetiques pendant le ramadan
Comment améliorer la compliance au traitement des patients diabetiques pendant le ramadan
Mallali - NadiaUniversité catholique de Louvain
le suivi du patient alcoolo-dépendant désinséré en médecine générale
le suivi du patient alcoolo-dépendant désinséré en médecine générale
Hanquet - MélanieUniversité catholique de Louvain
diagnostic et approche thérapeutique médicamenteuse de la dépression chez l'adulte en médecine générale
diagnostic et approche thérapeutique médicamenteuse de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Haerten - FlorenceUniversité catholique de Louvain
la prise en charge en médecine générale des pratiques addictives de l'adolescent
la prise en charge en médecine générale des pratiques addictives de l'adolescent
Niemants - JulienUniversité catholique de Louvain
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions /
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions /
Kassel - MaudeUniversité catholique de Louvain
Les compétences culturelles en médecine générale : définition, apports, limites
Les compétences culturelles en médecine générale : définition, apports, limites
Stouffs - ClaireUniversité catholique de Louvain
Pour une médecine générale écologiquement et socialement plus éthique
Pour une médecine générale écologiquement et socialement plus éthique
Guns - SimonUniversité catholique de Louvain
la prise en charge du tremblement en médecine générale
la prise en charge du tremblement en médecine générale
Dufaux - MarjorieUniversité catholique de Louvain
La prévention de l'obésité infantile en médecine générale
La prévention de l'obésité infantile en médecine générale
Boon-falleur - AlyetteUniversité catholique de Louvain
Les soins de plaies en médecine générale
Les soins de plaies en médecine générale
Maury - CoralieUniversité catholique de Louvain
Les urgences psychiatriques en médecine générale
Les urgences psychiatriques en médecine générale
Restu - PerrineUniversité catholique de Louvain
Traumatologie en médecine générale
Traumatologie en médecine générale
Christophe - CecileUniversité catholique de Louvain
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Bindels - FlorenceUniversité catholique de Louvain
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Guifo - StéphaneUniversité catholique de Louvain
Mise au point : l'intérêt des probiotiques dans les diarrhées en médecine générale
Mise au point : l'intérêt des probiotiques dans les diarrhées en médecine générale
Marbaix - CharlineUniversité catholique de Louvain
Dépistage et prévention en médecine générale: un outil partique à l'usage du généraliste
Dépistage et prévention en médecine générale: un outil partique à l'usage du généraliste
Marchal - MarieUniversité catholique de Louvain
La place de la spirométrie en médecine générale : travail de fin d'étude
La place de la spirométrie en médecine générale : travail de fin d'étude
Balster - Anouk-sophiaUniversité catholique de Louvain
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions
Kassel - MaudeUniversité catholique de Louvain
Evaluation de la place du médecin généraliste dans la prise en charge de l'obésité par chirurgie bariatrique
Evaluation de la place du médecin généraliste dans la prise en charge de l'obésité par chirurgie bariatrique
Nyiransabimana - ClaudineUniversité catholique de Louvain
Ostéoporose: les outils de prévention, diagnostic et de décision thérapeutique du risque fracturaire osseux
Ostéoporose: les outils de prévention, diagnostic et de décision thérapeutique du risque fracturaire osseux
Kabangu - CécileUniversité catholique de Louvain
la chirurgie en médecine générale: les actes chirurgicaux et le suivi de plaie post opératoire
la chirurgie en médecine générale: les actes chirurgicaux et le suivi de plaie post opératoire
Mossi wanse - GustaveUniversité catholique de Louvain
quels outils proposer au médecin généraliste pour la prise en charge des troubles de la statique chez l'enfant? Reflexion sur la scoliose idiopathique de l'adolescent et sur le pied plat flexible de l'enfant
quels outils proposer au médecin généraliste pour la prise en charge des troubles de la statique chez l'enfant? Reflexion sur la scoliose idiopathique de l'adolescent et sur le pied plat flexible de l'enfant
Jonckheere - CamilleUniversité catholique de Louvain
et si le pied était coupable, que faire?
et si le pied était coupable, que faire?
Coché - SarahUniversité catholique de Louvain
la vaccination anti-pneumococcique chez l'adulte en 2016: une prescription réflechie
la vaccination anti-pneumococcique chez l'adulte en 2016: une prescription réflechie
Baudour - LaureUniversité catholique de Louvain
la prise en charge de la toux chronique de l'adulte en médecine générale
la prise en charge de la toux chronique de l'adulte en médecine générale
Stumper - Paul egideUniversité catholique de Louvain
"Devenir et rester Médecin généraliste" Jongler avec formation et organisation, colorier la relation, oser la création
"Devenir et rester Médecin généraliste" Jongler avec formation et organisation, colorier la relation, oser la création
Debucquois - LaureUniversité catholique de Louvain
formation en médecine générale et pédagogie: un gage de qualité
formation en médecine générale et pédagogie: un gage de qualité
Houillon - GaëtanUniversité catholique de Louvain
les vertiges en médecine générale: approche diagnostique structurée et prise en charge adaptée
les vertiges en médecine générale: approche diagnostique structurée et prise en charge adaptée
Sents - AurélieUniversité catholique de Louvain
urgences urologiques chez l'adulte en médecine générale
urgences urologiques chez l'adulte en médecine générale
Vandenbroucke - JulieUniversité catholique de Louvain
Evaluation de l'utilisation de la metformine dans le traitement de l'obésité chez les patients non diabétiques et non insulino-résistants
Evaluation de l'utilisation de la metformine dans le traitement de l'obésité chez les patients non diabétiques et non insulino-résistants
Simon - Marie-franceUniversité catholique de Louvain
Tabac et adolescence: prévention et accompagnement. Quel rôle pour le médecin généraliste?
Tabac et adolescence: prévention et accompagnement. Quel rôle pour le médecin généraliste?
Francescangeli - LauraUniversité catholique de Louvain
la pathologie ophtalmologique au cabinet du médecin de famille
la pathologie ophtalmologique au cabinet du médecin de famille
Payen - LaurenceUniversité catholique de Louvain
les enfants d'aujourd'hui, nos patients de demain
les enfants d'aujourd'hui, nos patients de demain
Nguyen - Duy dat françoisUniversité catholique de Louvain
Prescription d'une contraceptin orale chez l'adolescente à visé non contraceptive en médecine générale
Prescription d'une contraceptin orale chez l'adolescente à visé non contraceptive en médecine générale
Pulinckx - CécileUniversité catholique de Louvain
l'imaginaier du VIH/SIDA au sein de la population d'immigrés d'Afrique Subsaharienne en Belgique et en europe
l'imaginaier du VIH/SIDA au sein de la population d'immigrés d'Afrique Subsaharienne en Belgique et en europe
Mubagwa - LindaUniversité catholique de Louvain
Traitement hormonale de la ménopause: risques et bénéfices
Traitement hormonale de la ménopause: risques et bénéfices
Jacmin - CharlotteUniversité catholique de Louvain
le suivi gynécologique en médecine générale
le suivi gynécologique en médecine générale
Van nieuwenhove - RuthUniversité catholique de Louvain
Dépistage par dosage de marqueurs tumoraux. Lorsque le cas clinique invite à la réflexion
Dépistage par dosage de marqueurs tumoraux. Lorsque le cas clinique invite à la réflexion
Delaire - GwenaëlleUniversité catholique de Louvain
Enceinte et bien dans son assiette! Aspects nutritionnels du suivi grossesse par le médecin généraliste
Enceinte et bien dans son assiette! Aspects nutritionnels du suivi grossesse par le médecin généraliste
Gallez - AlexandraUniversité catholique de Louvain
la prévention de l'ostéoporose; évitons que la chute ne soit douloureuse
la prévention de l'ostéoporose; évitons que la chute ne soit douloureuse
Trefois - MegaliUniversité catholique de Louvain
l'hopital de jour gériatrique: un outil pour le médecin généraliste
l'hopital de jour gériatrique: un outil pour le médecin généraliste
Laurent - SebastianUniversité catholique de Louvain
La prise en charge de l'anémie chez la personne âgée
La prise en charge de l'anémie chez la personne âgée
Dehareng - FrançoiseUniversité catholique de Louvain
L'invention des maladies: le nouvel atout marketing des firmes pharmaceutique
L'invention des maladies: le nouvel atout marketing des firmes pharmaceutique
Hanen - LaurentUniversité catholique de Louvain
La carence en vitamine D: Cause, conséquence et supplémentation
La carence en vitamine D: Cause, conséquence et supplémentation
Blaise - MelanieUniversité catholique de Louvain
Prise en charge d'urgences pédiatriques en médecine générale
Prise en charge d'urgences pédiatriques en médecine générale
Debruyne - BenoïtUniversité catholique de Louvain
Détection ambulatoire des souffles systoliques
Détection ambulatoire des souffles systoliques
Francart - PatrickUniversité catholique de Louvain
la place du médecin généraliste dans la prise en charge au long cours du patient infecté par le VIH
la place du médecin généraliste dans la prise en charge au long cours du patient infecté par le VIH
Azanga - NaliniUniversité catholique de Louvain
La procédure de mise en observation: quand la médecine rejoint le droit
La procédure de mise en observation: quand la médecine rejoint le droit
Leonardy - NicolasUniversité catholique de Louvain
les pathologies des voyages les plus fréquemment rencontrées en Belgique en médecine générale: de leur prévention à leur prise en charge
les pathologies des voyages les plus fréquemment rencontrées en Belgique en médecine générale: de leur prévention à leur prise en charge
Gillon - AmandineUniversité catholique de Louvain
insuffisance rénale en cabinet insormatisé de médecine générale: détection et implications en pharmacovigilance
insuffisance rénale en cabinet insormatisé de médecine générale: détection et implications en pharmacovigilance
Fokoua mouafo - Celestin huguesUniversité catholique de Louvain
Mesures d'éviction des allergènes les plus fréquents. Conseils et astuces aux patients allergiques
Mesures d'éviction des allergènes les plus fréquents. Conseils et astuces aux patients allergiques
El yassini - SahidaUniversité catholique de Louvain
Analyse des aspects de l'éducation hygiéno-diététique en prévention primaire en médecine générale
Analyse des aspects de l'éducation hygiéno-diététique en prévention primaire en médecine générale
Bourcier - ElodieUniversité catholique de Louvain
L'amélioration de la prise en charge par les médecins généralistes des crises sanitaires environnementales: les leçons de l'affaire de Mellery
L'amélioration de la prise en charge par les médecins généralistes des crises sanitaires environnementales: les leçons de l'affaire de Mellery
Herck - FredericUniversité catholique de Louvain
les allergies médicamenteuses
les allergies médicamenteuses
Bononge - BethyUniversité catholique de Louvain
l'assurance de qualité dans la prise en charge du diabete sucré de type 2 en médecine générale
l'assurance de qualité dans la prise en charge du diabete sucré de type 2 en médecine générale
Kozbial - PiotrUniversité catholique de Louvain
prise en charge de la colopathie fonctionnelle
prise en charge de la colopathie fonctionnelle
Zeghli - IbrahimUniversité catholique de Louvain
la maltraitance des personnes âgées
la maltraitance des personnes âgées
Letot - ChristianUniversité catholique de Louvain
La prise en charge des enfants en surpoids en médecine générale
La prise en charge des enfants en surpoids en médecine générale
Momjian - GaroUniversité catholique de Louvain
collaboraton généraliste-pharmacien: comment optimaliser la prise de médicaments chez la personne âgée polymédiquée
collaboraton généraliste-pharmacien: comment optimaliser la prise de médicaments chez la personne âgée polymédiquée
Jennes - EvaUniversité catholique de Louvain
prévention et dépistage du cancer colorectal en médecine générale
prévention et dépistage du cancer colorectal en médecine générale
Venet - MickaelUniversité catholique de Louvain
Mesures ambulatoire de la pression artérielle dansle diagnostic et le suivi de l'hypertension artérielle en médecine générale
Mesures ambulatoire de la pression artérielle dansle diagnostic et le suivi de l'hypertension artérielle en médecine générale
Plompteux - NatalieUniversité catholique de Louvain
Prévention des interactions médicamenteuses en médecine générale
Prévention des interactions médicamenteuses en médecine générale
Mulimbi - ChristelleUniversité catholique de Louvain
Carence en vitamine D: une pandémie facilement éradicable en médecine de 1ere ligne
Carence en vitamine D: une pandémie facilement éradicable en médecine de 1ere ligne
Philippart de foy - Jean-michelUniversité catholique de Louvain
Internet, le médecin généraliste et le patient. Nouveau ménage à trois?
Internet, le médecin généraliste et le patient. Nouveau ménage à trois?
Leroy - MarcUniversité catholique de Louvain
l'administration de biens des personnes agées
l'administration de biens des personnes agées
Cecchi - IngridUniversité catholique de Louvain
les opioides dans la douleur chronique non cancereuse en médecine générale
les opioides dans la douleur chronique non cancereuse en médecine générale
Lamrini - KhadijaUniversité catholique de Louvain
prise en charge du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité chez l'enfant
prise en charge du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité chez l'enfant
Aubry - FrançoisUniversité catholique de Louvain
hygiene bucco-dentaire dans la petite enfance: prévention et dépistae de la carie dentaire en médecine générale
hygiene bucco-dentaire dans la petite enfance: prévention et dépistae de la carie dentaire en médecine générale
Poels - AnneleenUniversité catholique de Louvain
Faut-il modifier le traitement antihypertenseur chez le sujet noir?
Faut-il modifier le traitement antihypertenseur chez le sujet noir?
Lamba - TinaUniversité catholique de Louvain
traitement des pathologies de médecine générale pendant la grossesse
traitement des pathologies de médecine générale pendant la grossesse
Hennart - DorothéeUniversité catholique de Louvain
Amélioration de la prise en charge de l'hyponatrémie de la personne âgée en médecine générale
Amélioration de la prise en charge de l'hyponatrémie de la personne âgée en médecine générale
Hakem - SamiraUniversité catholique de Louvain
Associations en médecine générale : facilitation à l'association et aide à la création d'une maison médicale
Associations en médecine générale : facilitation à l'association et aide à la création d'une maison médicale
Catala - JulieUniversité catholique de Louvain
La migraine en médecine générale : prise en charge et impact sur la qualité de vie des patients
La migraine en médecine générale : prise en charge et impact sur la qualité de vie des patients
Thomas - StéphanieUniversité catholique de Louvain
Infections urinaires chez la femme de plus de 65 ans : diagnostic, traitement et suivi en médecine générale
Infections urinaires chez la femme de plus de 65 ans : diagnostic, traitement et suivi en médecine générale
Simon - CélineUniversité catholique de Louvain
Rhumatologie générale : traitements conservateurs à la disposition du médecin généraliste
Rhumatologie générale : traitements conservateurs à la disposition du médecin généraliste
Vanstapel - CarolineUniversité catholique de Louvain
Risques et réduction des risques liés à la consommation de cannabis en médecine générale
Risques et réduction des risques liés à la consommation de cannabis en médecine générale
Ugnon-coussioz - AlexandreUniversité catholique de Louvain
L'hypnose dans la prise en charge des douleurs chroniques en médecine générale
L'hypnose dans la prise en charge des douleurs chroniques en médecine générale
Rouam - SophieUniversité catholique de Louvain
Les diffilcultés diagnostiques de la borréliose de Lyme en médecine générale
Les diffilcultés diagnostiques de la borréliose de Lyme en médecine générale
Abouhali - MeriemeUniversité catholique de Louvain
Élaboration d'un outil pour la surveillance de la toxicité médicamenteuse et le suivi thérapeutique par biologie sanguine en médecine générale
Élaboration d'un outil pour la surveillance de la toxicité médicamenteuse et le suivi thérapeutique par biologie sanguine en médecine générale
Fouret - GuillaumeUniversité catholique de Louvain
Place des conseils hygiéno-diététiques et du traitement médicamenteux dans la prise en charge du syndrome de l'intestin irritable en médecine générale
Place des conseils hygiéno-diététiques et du traitement médicamenteux dans la prise en charge du syndrome de l'intestin irritable en médecine générale
Mahieu - DelphineUniversité catholique de Louvain
Dépistage de la fragilité de la personne âgée "pré-gériatrique" et gériatrique" par une procédure créée au sein d'un cabinet et de médecine générale
Dépistage de la fragilité de la personne âgée "pré-gériatrique" et gériatrique" par une procédure créée au sein d'un cabinet et de médecine générale
Bienaimé - MarieUniversité catholique de Louvain
Le projet thérapeutique pour nos patients âgés en médecine générale : choisir et décider... : comment et avec qui ?
Le projet thérapeutique pour nos patients âgés en médecine générale : choisir et décider... : comment et avec qui ?
Kaberghs - PaulineUniversité catholique de Louvain
Les limitations à la prise en charge adéquate de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Les limitations à la prise en charge adéquate de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Barclay - CatrionaUniversité catholique de Louvain
La vaccination infantile remise en question, dans une pratique de médecine générale en Fédération Wallonie-Bruxelles
La vaccination infantile remise en question, dans une pratique de médecine générale en Fédération Wallonie-Bruxelles
Spoden - JulieUniversité catholique de Louvain
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Guifo - StéphaneUniversité catholique de Louvain
La prise en charge de l'insomnie chronique en médecine générale : du diagnostic au traitement non médicamenteux
La prise en charge de l'insomnie chronique en médecine générale : du diagnostic au traitement non médicamenteux
Charpentier - PascalineUniversité catholique de Louvain
Pourquoi intégrer la médecine environnementale dans le quotidien du médecin généraliste ?
Pourquoi intégrer la médecine environnementale dans le quotidien du médecin généraliste ?
Bernard - DorothéeUniversité catholique de Louvain
Amélioration de la qualité des soins face à la toux chez l'enfant : guidelines et facteurs influençant la pratique au Centre de médecine générale d'urgences
Amélioration de la qualité des soins face à la toux chez l'enfant : guidelines et facteurs influençant la pratique au Centre de médecine générale d'urgences
Dromelet - EstelleUniversité catholique de Louvain
L'hépatite C en médecine générale : quelle place a le médecin généraliste dans un contexte de (r)évolution du traitement de l'hépatite C chronique /
L'hépatite C en médecine générale : quelle place a le médecin généraliste dans un contexte de (r)évolution du traitement de l'hépatite C chronique /
Nguyen quynh nhu - DoanUniversité catholique de Louvain
Aborder la dimension du "travail" en médecine générale ? Étude qualitative sur les perceptions de la relation travail-santé, du rôle du médecin généraliste, des patients, des difficultés et des outils existants, regard croisé entre médecins généralistes et patients
Aborder la dimension du "travail" en médecine générale ? Étude qualitative sur les perceptions de la relation travail-santé, du rôle du médecin généraliste, des patients, des difficultés et des outils existants, regard croisé entre médecins généralistes et patients
Vandermotten - IngridUniversité catholique de Louvain
La prescription raisonnée de calcium et de vitamine D en médecine générale chez les patients âgés de plus de 60 ans et plus, en prévention primaire des fractures
La prescription raisonnée de calcium et de vitamine D en médecine générale chez les patients âgés de plus de 60 ans et plus, en prévention primaire des fractures
Carausu - Julieta-jacquelineUniversité catholique de Louvain
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Bindels - Florence bindelsUniversité catholique de Louvain
Faciliter la prise en charge de la consultation à motifs multiples : enquête qualitative auprès de médecins bruxellois
Faciliter la prise en charge de la consultation à motifs multiples : enquête qualitative auprès de médecins bruxellois
Ben moussa - IkramUniversité catholique de Louvain
Mise au point sur la démarche diagnostique face aux dysthyroïdies dans le but d'élaborer un outil d'aide aux médecins généralistes : enquête auprès de dix endocrinologues dans la province du Hainaut et septante médecins généralistes
Mise au point sur la démarche diagnostique face aux dysthyroïdies dans le but d'élaborer un outil d'aide aux médecins généralistes : enquête auprès de dix endocrinologues dans la province du Hainaut et septante médecins généralistes
De smet - MargotUniversité catholique de Louvain
Quel dépistage de la fragilité des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile et suivies en maison médicale
Quel dépistage de la fragilité des personnes âgées de plus de 75 ans vivant à domicile et suivies en maison médicale
Vos - SophieUniversité catholique de Louvain
Mise au point sur l'infiltration articulaire de corticoïde/anesthésique local dans la lombalgie chronique commune d'origine sacro-iliaque non inflammatoire, non infectieuse
Mise au point sur l'infiltration articulaire de corticoïde/anesthésique local dans la lombalgie chronique commune d'origine sacro-iliaque non inflammatoire, non infectieuse
Zacchello - AngeloUniversité catholique de Louvain
Étude du bien-être du médecin généraliste et de l'intérêt de l'apport de la mindfulness dans la gestion du stress : focus groupe au sein d'un groupe de médecins généralistes de Liège et revue de la littérature
Étude du bien-être du médecin généraliste et de l'intérêt de l'apport de la mindfulness dans la gestion du stress : focus groupe au sein d'un groupe de médecins généralistes de Liège et revue de la littérature
Adam - CéliaUniversité catholique de Louvain
Sédation pallative continue à domicile : une alternative ?
Sédation pallative continue à domicile : une alternative ?
Screve - JulieUniversité catholique de Louvain
Immunosuppresseurs et généralistes : outils pour un duo gagnant
Immunosuppresseurs et généralistes : outils pour un duo gagnant
De meyer - AurélieUniversité catholique de Louvain
Promotion de la prévention quaternaire par la création d'une plateforme internet
Promotion de la prévention quaternaire par la création d'une plateforme internet
Neuwels - LaraUniversité catholique de Louvain
La vaccination, prise en grippe ? Protocole d'assurance de qualité et étude qualitative
La vaccination, prise en grippe ? Protocole d'assurance de qualité et étude qualitative
Soltysik - CédricUniversité catholique de Louvain
Chez un patient en phase terminale, la sédation comme alternative thérapeutique pour soulager une souffrance devenue intolérable
Chez un patient en phase terminale, la sédation comme alternative thérapeutique pour soulager une souffrance devenue intolérable
Goffin - MarieUniversité catholique de Louvain
Analyse de la prescription d'antidépresseurs au sein des maisons de repos bruxelloises
Analyse de la prescription d'antidépresseurs au sein des maisons de repos bruxelloises
Barbier - PaulineUniversité catholique de Louvain
Rôle du médecin généraliste lors de la première consultation d'une femme enceinte : comparaison entre l'Evidence-Based Medicine et la pratique dans la région d'Arlon
Rôle du médecin généraliste lors de la première consultation d'une femme enceinte : comparaison entre l'Evidence-Based Medicine et la pratique dans la région d'Arlon
Slegten - FloreUniversité catholique de Louvain
les exanthèmes chez l'adulte: approche sémiologique et diagnostique
les exanthèmes chez l'adulte: approche sémiologique et diagnostique
Boxus - ValérieUniversité catholique de Louvain
Les rôles du généraliste envers les aidants proches des personnes âgées dépendantes vivant au domicile
Les rôles du généraliste envers les aidants proches des personnes âgées dépendantes vivant au domicile
Misson - OphélieUniversité catholique de Louvain
certificat de non contre-indication au sport: évaluation cardiovasculaire pour une délivrance réfléchie
certificat de non contre-indication au sport: évaluation cardiovasculaire pour une délivrance réfléchie
Carmelo - HernandezUniversité catholique de Louvain
Prise en charge du patient noir hypertendu
Prise en charge du patient noir hypertendu
Muzembe - J-lUniversité catholique de Louvain
Comment améliorer la compliance au traitement des patients diabetiques pendant le ramadan
Comment améliorer la compliance au traitement des patients diabetiques pendant le ramadan
Mallali - NadiaUniversité catholique de Louvain
le suivi du patient alcoolo-dépendant désinséré en médecine générale
le suivi du patient alcoolo-dépendant désinséré en médecine générale
Hanquet - MélanieUniversité catholique de Louvain
diagnostic et approche thérapeutique médicamenteuse de la dépression chez l'adulte en médecine générale
diagnostic et approche thérapeutique médicamenteuse de la dépression chez l'adulte en médecine générale
Haerten - FlorenceUniversité catholique de Louvain
la prise en charge en médecine générale des pratiques addictives de l'adolescent
la prise en charge en médecine générale des pratiques addictives de l'adolescent
Niemants - JulienUniversité catholique de Louvain
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions /
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions /
Kassel - MaudeUniversité catholique de Louvain
Les compétences culturelles en médecine générale : définition, apports, limites
Les compétences culturelles en médecine générale : définition, apports, limites
Stouffs - ClaireUniversité catholique de Louvain
Pour une médecine générale écologiquement et socialement plus éthique
Pour une médecine générale écologiquement et socialement plus éthique
Guns - SimonUniversité catholique de Louvain
la prise en charge du tremblement en médecine générale
la prise en charge du tremblement en médecine générale
Dufaux - MarjorieUniversité catholique de Louvain
La prévention de l'obésité infantile en médecine générale
La prévention de l'obésité infantile en médecine générale
Boon-falleur - AlyetteUniversité catholique de Louvain
Les soins de plaies en médecine générale
Les soins de plaies en médecine générale
Maury - CoralieUniversité catholique de Louvain
Les urgences psychiatriques en médecine générale
Les urgences psychiatriques en médecine générale
Restu - PerrineUniversité catholique de Louvain
Traumatologie en médecine générale
Traumatologie en médecine générale
Christophe - CecileUniversité catholique de Louvain
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Évaluation de la culture de la sécurité des soins au patient chez le jeune médecin de médecine générale belge francophone : approche de l'erreur médicale
Bindels - FlorenceUniversité catholique de Louvain
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Le cancer du col de l'utérus : freins au dépistage en médecine générale et solutions envisagées
Guifo - StéphaneUniversité catholique de Louvain
Mise au point : l'intérêt des probiotiques dans les diarrhées en médecine générale
Mise au point : l'intérêt des probiotiques dans les diarrhées en médecine générale
Marbaix - CharlineUniversité catholique de Louvain
Dépistage et prévention en médecine générale: un outil partique à l'usage du généraliste
Dépistage et prévention en médecine générale: un outil partique à l'usage du généraliste
Marchal - MarieUniversité catholique de Louvain
La place de la spirométrie en médecine générale : travail de fin d'étude
La place de la spirométrie en médecine générale : travail de fin d'étude
Balster - Anouk-sophiaUniversité catholique de Louvain
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions
L'illétrisme en médecine générale : mise en évidence, conséquences et solutions
Kassel - MaudeUniversité catholique de Louvain
Evaluation de la place du médecin généraliste dans la prise en charge de l'obésité par chirurgie bariatrique
Evaluation de la place du médecin généraliste dans la prise en charge de l'obésité par chirurgie bariatrique
Nyiransabimana - ClaudineUniversité catholique de Louvain
Ostéoporose: les outils de prévention, diagnostic et de décision thérapeutique du risque fracturaire osseux
Ostéoporose: les outils de prévention, diagnostic et de décision thérapeutique du risque fracturaire osseux
Kabangu - CécileUniversité catholique de Louvain
la chirurgie en médecine générale: les actes chirurgicaux et le suivi de plaie post opératoire
la chirurgie en médecine générale: les actes chirurgicaux et le suivi de plaie post opératoire
Mossi wanse - GustaveUniversité catholique de Louvain
quels outis proposer au médecin généraliste pour la prise en charge des troubles de la statique chez l'enfant? Reflexion sur la scoliose idiopathique de l'adolescent et sur le pied plat flexible de l'enfant
quels outis proposer au médecin généraliste pour la prise en charge des troubles de la statique chez l'enfant? Reflexion sur la scoliose idiopathique de l'adolescent et sur le pied plat flexible de l'enfant
Jonckheere - CamilleUniversité catholique de Louvain
et si le pied était coupable, que faire?
et si le pied était coupable, que faire?
Coché - SarahUniversité catholique de Louvain
la vaccination anti-pneumococcique chez l'adulte en 2016: une prescription réflechie
la vaccination anti-pneumococcique chez l'adulte en 2016: une prescription réflechie
Baudour - LaureUniversité catholique de Louvain
la prise en charge de la toux chronique de l'adulte en médecine générale
la prise en charge de la toux chronique de l'adulte en médecine générale
Stumper - Paul egideUniversité catholique de Louvain
"Devenir et rester Médecin généraliste" Jongler avec formation et organisation, colorier la relation, oser la création
"Devenir et rester Médecin généraliste" Jongler avec formation et organisation, colorier la relation, oser la création
Debucquois - LaureUniversité catholique de Louvain
formation en médecine générale et pédagogie: un gage de qualité
formation en médecine générale et pédagogie: un gage de qualité
Houillon - GaëtanUniversité catholique de Louvain
les vertiges en médecine générale: approche diagnostique structurée et prise en charge adaptée
les vertiges en médecine générale: approche diagnostique structurée et prise en charge adaptée
Sents - AurélieUniversité catholique de Louvain
urgences urologiques chez l'adulte en médecine générale
urgences urologiques chez l'adulte en médecine générale
Vandenbroucke - JulieUniversité catholique de Louvain
Evaluation de l'utilisation de la metformine dans le traitement de l'obésité chez les patients non diabétiques et non insulino-résistants
Evaluation de l'utilisation de la metformine dans le traitement de l'obésité chez les patients non diabétiques et non insulino-résistants
Simon - Marie-franceUniversité catholique de Louvain
Tabac et adolescence: prévention et accompagnement. Quel rôle pour le médecin généraliste?
Tabac et adolescence: prévention et accompagnement. Quel rôle pour le médecin généraliste?
Francescangeli - LauraUniversité catholique de Louvain
la pathologie ophtalmologique au cabinet du médecin de famille
la pathologie ophtalmologique au cabinet du médecin de famille
Payen - LaurenceUniversité catholique de Louvain
les enfants d'aujourd'hui, nos patients de demain
les enfants d'aujourd'hui, nos patients de demain
Nguyen - Duy dat françoisUniversité catholique de Louvain
Prescription d'une contraceptin orale chez l'adolescente à visé non contraceptive en médecine générale
Prescription d'une contraceptin orale chez l'adolescente à visé non contraceptive en médecine générale
Pulinckx - CécileUniversité catholique de Louvain
l'imaginaier du VIH/SIDA au sein de la population d'immigrés d'Afrique Subsaharienne en Belgique et en europe
l'imaginaier du VIH/SIDA au sein de la population d'immigrés d'Afrique Subsaharienne en Belgique et en europe
Mubagwa - LindaUniversité catholique de Louvain
Traitement hormonale de la ménopause: risques et bénéfices
Traitement hormonale de la ménopause: risques et bénéfices
Jacmin - CharlotteUniversité catholique de Louvain
le suivi gynécologique en médecine générale
le suivi gynécologique en médecine générale
Van nieuwenhove - RuthUniversité catholique de Louvain
Dépistage par dosage de marqueurs tumoraux. Lorsque le cas clinique invite à la réflexion
Dépistage par dosage de marqueurs tumoraux. Lorsque le cas clinique invite à la réflexion
Delaire - GwenaëlleUniversité catholique de Louvain
Enceinte et bien dans son assiette! Aspects nutritionnels du suivi grossesse par le médecin généraliste
Enceinte et bien dans son assiette! Aspects nutritionnels du suivi grossesse par le médecin généraliste
Gallez - AlexandraUniversité catholique de Louvain
la prévention de l'ostéoporose; évitons que la chute ne soit douloureuse
la prévention de l'ostéoporose; évitons que la chute ne soit douloureuse
Trefois - MegaliUniversité catholique de Louvain
l'hopital de jour gériatrique: un outil pour le médecin généraliste
l'hopital de jour gériatrique: un outil pour le médecin généraliste
Laurent - SebastianUniversité catholique de Louvain
La prise en charge de l'anémie chez la personne âgée
La prise en charge de l'anémie chez la personne âgée
Dehareng - FrançoiseUniversité catholique de Louvain
L'invention des maladies: le nouvel atout marketing des firmes pharmaceutique
L'invention des maladies: le nouvel atout marketing des firmes pharmaceutique
Hanen - LaurentUniversité catholique de Louvain
La carence en vitamine D: Cause, conséquence et supplémentation
La carence en vitamine D: Cause, conséquence et supplémentation
Blaise - MelanieUniversité catholique de Louvain
Prise en charge d'urgences pédiatriques en médecine générale
Prise en charge d'urgences pédiatriques en médecine générale
Debruyne - BenoïtUniversité catholique de Louvain
Détection ambulatoire des souffles systoliques
Détection ambulatoire des souffles systoliques
Francart - PatrickUniversité catholique de Louvain
la place du médecin généraliste dans la prise en charge au long cours du patient infecté par le VIH
la place du médecin généraliste dans la prise en charge au long cours du patient infecté par le VIH
Azanga - NaliniUniversité catholique de Louvain
La procédure de mise en observation: quand la médecine rejoint le droit
La procédure de mise en observation: quand la médecine rejoint le droit
Leonardy - NicolasUniversité catholique de Louvain
les pathologies des voyages les plus fréquemment rencontrées en Belgique en médecine générale: de leur prévention à leur prise en charge
les pathologies des voyages les plus fréquemment rencontrées en Belgique en médecine générale: de leur prévention à leur prise en charge
Gillon - AmandineUniversité catholique de Louvain
insuffisance rénale en cabinet insormatisé de médecine générale: détection et implications en pharmacovigilance
insuffisance rénale en cabinet insormatisé de médecine générale: détection et implications en pharmacovigilance
Fokoua mouafo - Celestin huguesUniversité catholique de Louvain
Mesures d'éviction des allergènes les plus fréquents. Conseils et astuces aux patients allergiques
Mesures d'éviction des allergènes les plus fréquents. Conseils et astuces aux patients allergiques
El yassini - SahidaUniversité catholique de Louvain
Analyse des aspects de l'éducation hygiéno-diététique en prévention primaire en médecine générale
Analyse des aspects de l'éducation hygiéno-diététique en prévention primaire en médecine générale
Bourcier - ElodieUniversité catholique de Louvain
L'amélioration de la prise en charge par les médecins généralistes des crises sanitaires environnementales: les leçons de l'affaire de Mellery
L'amélioration de la prise en charge par les médecins généralistes des crises sanitaires environnementales: les leçons de l'affaire de Mellery
Herck - FredericUniversité catholique de Louvain
les allergies médicamenteuses
les allergies médicamenteuses
Bononge - BethyUniversité catholique de Louvain
l'assurance de qualité dans la prise en charge du diabete sucré de type 2 en médecine générale
l'assurance de qualité dans la prise en charge du diabete sucré de type 2 en médecine générale
Kozbial - PiotrUniversité catholique de Louvain
prise en charge de la colopathie fonctionnelle
prise en charge de la colopathie fonctionnelle
Zeghli - IbrahimUniversité catholique de Louvain
la maltraitance des personnes âgées
la maltraitance des personnes âgées
Letot - ChristianUniversité catholique de Louvain
La prise en charge des enfants en surpoids en médecine générale
La prise en charge des enfants en surpoids en médecine générale
Momjian - GaroUniversité catholique de Louvain
collaboraton généraliste-pharmacien: comment optimaliser la prise de médicaments chez la personne âgée polymédiquée
collaboraton généraliste-pharmacien: comment optimaliser la prise de médicaments chez la personne âgée polymédiquée
Jennes - EvaUniversité catholique de Louvain
prévention et dépistage du cancer colorectal en médecine générale
prévention et dépistage du cancer colorectal en médecine générale
Venet - MickaelUniversité catholique de Louvain
Mesures ambulatoire de la pression artérielle dansle diagnostic et le suivi de l'hypertension artérielle en médecine générale
Mesures ambulatoire de la pression artérielle dansle diagnostic et le suivi de l'hypertension artérielle en médecine générale
Plompteux - NatalieUniversité catholique de Louvain
Prévention des interactions médicamenteuses en médecine générale
Prévention des interactions médicamenteuses en médecine générale
Mulimbi - ChristelleUniversité catholique de Louvain
Carence en vitamine D: une pandémie facilement éradicable en médecine de 1ere ligne
Carence en vitamine D: une pandémie facilement éradicable en médecine de 1ere ligne
Philippart de foy - Jean-michelUniversité catholique de Louvain
Internet, le médecin généraliste et le patient. Nouveau ménage à trois?
Internet, le médecin généraliste et le patient. Nouveau ménage à trois?
Leroy - MarcUniversité catholique de Louvain
l'administration de biens des personnes agées
l'administration de biens des personnes agées
Cecchi - IngridUniversité catholique de Louvain
les opioides dans la douleur chronique non cancereuse en médecine générale
les opioides dans la douleur chronique non cancereuse en médecine générale
Lamrini - KhadijaUniversité catholique de Louvain
prise en charge du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité chez l'enfant
prise en charge du déficit attentionnel avec ou sans hyperactivité chez l'enfant
Aubry - FrançoisUniversité catholique de Louvain
hygiene bucco-dentaire dans la petite enfance: prévention et dépistae de la carie dentaire en médecine générale
hygiene bucco-dentaire dans la petite enfance: prévention et dépistae de la carie dentaire en médecine générale
Poels - AnneleenUniversité catholique de Louvain
Faut-il modifier le traitement antihypertenseur chez le sujet noir?
Faut-il modifier le traitement antihypertenseur chez le sujet noir?
Lamba - TinaUniversité catholique de Louvain
traitement des pathologies de médecine générale pendant la grossesse
traitement des pathologies de médecine générale pendant la grossesse
Hennart - DorothéeUniversité catholique de Louvain
Quelles sont les indications d'échographie en médecine générale ? Etude rétrospective qualitative sur base de clichés réalisés de manière empirique dans une pratique multidisciplinaire semi-rurale
Quelles sont les indications d'échographie en médecine générale ? Etude rétrospective qualitative sur base de clichés réalisés de manière empirique dans une pratique multidisciplinaire semi-rurale
Contexte : L'échographie se développe progressivement en médecine générale. C'est un examen non invasif, non irradiant, avec une bonne sensibilité et spécificité diagnostique dans certaines indications fréquemment rencontrés en soins de première ligne. Une liste d'indication potentiellement réalisables par le médecin de famille a été réalisée en 2013, la liste sonosthéto1.0. Mais qu'en est-il sur le terrain ? Objectif : Notre étude a pour objectif d'identifier les indications fréquentes d'échographies en première ligne de soins et de les comparer à la littérature afin de sélectionner les plus pertinentes. Méthode : Etude qualitative rétrospective d'examens échographiques réalisés de manière empirique comparé à une étude de la littérature. Résultats : Au total, 252 examens réalisés sur une période de 17 mois ont été étudiés. Les échographies les plus fréquentes sont les ostéo-articulaires, les abdominales et les gynécologiques. Conclusion : La majorité de nos examens sont en accord avec les indications proposés dans la liste sonosthéto1.0 mais il existe des divergences, notamment en ce qui concerne les échographies ostéo-articulaires. Il serait intéressant d'évaluer la pertinence des échographies ostéo-articulaire en première ligne. Un nombre considérable de motifs inconnus est lié à un encodage mal systématisé. Ce dernier pourrait être améliorer dans les nouveaux programmes informatiques médicaux. Les formations disponibles actuellement sont adaptées aux situations échographiques que nous rencontrons. D'autres études sur le sujet devraient être réalisés afin d'identifier les besoins échographiques de la première ligne et les répercussions sur les prises en charges ultérieures. L'intérêt d'une rétribution financière via une nomenclature INAMI est également à étudier. Mots clés : Echographie - Echoscopie - Médecine générale - Première ligne de soins.
Contexte : L'échographie se développe progressivement en médecine générale. C'est un examen non invasif, non irradiant, avec une bonne sensibilité et spécificité diagnostique dans certaines indications fréquemment rencontrés en soins de première ligne. Une liste d'indication potentiellement réalisables par le médecin de famille a été réalisée en 2013, la liste sonosthéto1.0. Mais qu'en est-il sur le terrain ? Objectif : Notre étude a pour objectif d'identifier les indications fréquentes d'échographies en première ligne de soins et de les comparer à la littérature afin de sélectionner les plus pertinentes. Méthode : Etude qualitative rétrospective d'examens échographiques réalisés de manière empirique comparé à une étude de la littérature. Résultats : Au total, 252 examens réalisés sur une période de 17 mois ont été étudiés. Les échographies les plus fréquentes sont les ostéo-articulaires, les abdomina