Recherche
  •  
  • 30 - Examen médical/bilan de santé global
  • 30.000 - examen médical global
  • 30.001 - bilan global
  • 30.002 - examen du nourrisson bien portant
  • 30.003 - examen de santé scolaire
  • 31 - Examen médical / bilan de santé partiel
  • 31.000 - examen médical partiel
  • 31.001 - bilan de santé partiel
  • 31.002 - examen d'un système corporel
  • 31.003 - dépistage d'un problème de santé
  • 31.004 - auscultation cardiaque
  • 31.005 - mesure de la pression
  • 31.006 - mesure de la température
  • 32 - Test de sensibilité
  • 32.000 - test de sensibilité
  • 32.001 - prick-test
  • 32.002 - patch test
  • 32.003 - RAST
  • 32.004 - test d'exposition aux aliments
  • 32.005 - test de provocation a la metacholine
  • 32.006 - test de Mantoux
  • 33 - Examen microbiologique/ immunologique
  • 33.000 - examen microbiologique
  • 33.001 - examen immunologique
  • 33.002 - hémoculture
  • 33.003 - culture de selles
  • 33.004 - culture des expectorations
  • 33.005 - frottis de gorge
  • 33.006 - frottis vaginal
  • 33.007 - test d'antigène
  • 33.008 - test d'anticorps
  • 33.009 - test HIV
  • 33.010 - test HPV
  • 33.011 - titrage d'anticorps
  • 33.012 - test Hépatite B
  • 34 - Analyse de sang
  • 34.000 - analyse de sang
  • 34.001 - groupe et type sanguin
  • 34.002 - vitesse de sédimentation (VS)
  • 34.003 - globules blancs (GB)
  • 34.004 - taux d'hormone sanguin
  • 34.005 - taux d'enzyme sanguin
  • 34.006 - taux de drogue sanguin
  • 34.007 - taux d'alcool sanguin
  • 34.008 - protéine C réactive (PCR)
  • 34.009 - temps de prothrombine (PTT)
  • 34.010 - D-dimères
  • 34.011 - gaz artériel
  • 34.012 - clearance de la créatinine
  • 34.013 - test de grossesse sanguin
  • 34.14 - examens biologiques de base?
  • 35 - Analyse d'urine
  • 35.000 - analyse d'urine
  • 35.001 - tigette urinaire
  • 35.002 - recherche de drogues urinaires
  • 35.003 - test de grossesse urinaire
  • 35.004 - rapport albumine/créatinine
  • 36 - Analyse de selles
  • 36.000 - analyse de selles
  • 36.001 - recherche de parasites
  • 36.002 - recherche d’œufs
  • 36.003 - recherche de kystes dans les selles
  • 36.004 - recherche de sang occulte dans les selles
  • 37 - Cytologie/histologie
  • 37.000 - cytologie-histologie
  • 37.001 - anapath-cytologie tissu
  • 37.002 - anapath-cytologie fluide
  • 37.003 - anapath-cytologie biopsie
  • 37.004 - anapath-cytologie ponction
  • 37.005 - anapath-cytologie excision
  • 37.006 - anapath-cytologie frottis
  • 37.007 - cytologie urinaire
  • 37.008 - anapath-cytologie expectoration
  • 37.009 - spermogramme
  • 38 - Autre analyse de laboratoire nca
  • 38.000 - autre analyse de laboratoire nca
  • 38.001 - dépistage chromosomique antenatal
  • 38.002 - test chromosomial
  • 38.003 - test génétique
  • 38.004 - test d’ADN
  • 38.005 - test de paternité
  • 38.006 - test respiratoire pour hélicobacter pylori
  • 38.007 - test à la sueur
  • 38.008 - test des larmes
  • 38.099 - tout autre test de laboratoire non inclus dans les rubriques 32 à 37
  • 39 - Epreuve fonctionnelle physique
  • 39.000 - epreuve fonctionnelle physique
  • 39.001 - audiométrie
  • 39.002 - champ visuel
  • 39.003 - mesure du débit urinaire
  • 39.004 - spirométrie
  • 39.005 - test calorimétrique
  • 39.006 - test de la fonction vestibulaire
  • 39.007 - test de vision des couleurs
  • 39.008 - test de vue
  • 39.009 - tonométrie
  • 39.010 - tympanométrie
  • 40 - Endoscopie diagnostique
  • 40.000 - endoscopie diagnostique
  • 40.001 - anuscopie
  • 40.002 - arthroscopie
  • 40.003 - bronchoscopie
  • 40.004 - colonoscopie
  • 40.005 - colposcopie
  • 40.006 - gastroscopie
  • 40.007 - hystéroscopie
  • 40.008 - laparoscopie
  • 40.009 - laryngoscopie
  • 40.010 - médiastinoscopie
  • 40.011 - pharyngoscopie
  • 40.012 - rectoscopie
  • 40.013 - rhinoscopie
  • 40.014 - sigmoidoscopie
  • 40.015 - trachéoscopie
  • 41 - Radiologie diagnostique/imagerie
  • 41.000 - radiologie diagnostique
  • 41.001 - imagerie
  • 41.002 - angiographie
  • 41.003 - imagerie par médecine nucléaire
  • 41.004 - imagerie par rayons X
  • 41.005 - imagerie par ultrasons
  • 41.006 - Résonance magnétique nucléaire (RMN)
  • 41.007 - scintigraphie cardiaque
  • 41.008 - scintigraphie isotopique
  • 41.009 - scintigraphie osseuse,
  • 41.010 - scintigraphie thyroïdienne,
  • 41.011 - thermographie
  • 41.012 - tomographie computérisée (CT)
  • 41.013 - tomographie par émission de positron (PET Scan)
  • 42 - Tracé électrique
  • 42.000 - tracé électrique
  • 42.001 - électrocardiogramme (ECG)
  • 42.002 - électrocardiogramme d'effort
  • 42.003 - électroencéphalogramme (EEG)
  • 42.004 - électromyogramme (EMG)
  • 42.005 - électronystagmogramme (ENG)
  • 42.006 - monitoring Holter
  • 43 - Autre procédure diagnostique
  • 43.000 - autre procédure diagnostique
  • 43.001 - dermoscopie
  • 43.002 - évaluation des activités quotidienne
  • 43.003 - familiogramme
  • 43.004 - laparatomie diagnostique
  • 43.005 - ophtalmoscopie
  • 43.006 - photographie de la peau
  • 43.007 - test d'anxiété
  • 43.008 - test de dépression
  • 43.009 - test de détection de démence
  • 43.010 - test d'intelligence
  • 44 - Vaccination/médication préventive
  • 44.000 - vaccination préventive
  • 44.001 - médication préventive
  • 44.002 - désensibilisation
  • 44.003 - immunisation active ou passive
  • 44.004 - prophylaxie de la malaria
  • 44.005 - traitement prophylactique par médicaments
  • 45 - Recommandation / éducation santé / avis / régime
  • 45.000 - recommandation de santé
  • 45.001 - éducation à la santé
  • 45.002 - avis sur la santé
  • 45.003 - régime
  • 45.004 - avis sur des habitudes favorables à la santé
  • 45.005 - avis sur des problèmes sociaux
  • 45.006 - avis sur la grossesse
  • 45.007 - avis sur la planification familiale
  • 45.008 - avis sur la santé au travail
  • 45.009 - avis sur l'utilisation des services de santé
  • 45.010 - conseil d'attente vigilante
  • 45.011 - conseil de prévention de problèmes de santé
  • 46 - Discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.000 - discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.001 - consultation par télémédecine avec un dispensateur de soins primaires
  • 47 - Consultation avec un spécialiste
  • 47.000 - consultation avec un spécialiste
  • 47.001 - consultation avec un spécialiste par télémédecine
  • 48 - Clarification, discussion de la raison de rencontre, de la demande du patient
  • 48.000 - clarification de la raison de rencontre
  • 48.001 - discussion de la demande du patient
  • 48.002 - discussion sur la nécessité des tests de dépistage
  • 49 - Autre procédure préventive
  • 49.001 - autre procédure préventive
  • 49.002 - évaluation des conditions de risques sanitaires
  • 49.003 - évaluation des conditions de risques environnementaux
  • 49.004 - rééévaluation du traitement
  • 50 - Médication / prescription / renouvellement / injection
  • 50.000 - médication
  • 50.001 - prescription
  • 50.002 - renouvellement
  • 50.003 - injection
  • 50.004 - administration de médicament
  • 50.005 - injection de médicament à effet systémique
  • 50.006 - prescription de médicament
  • 50.007 - renouvellement de médicament
  • 51 - Incision / drainage /lavage/ aspiration de liquide corporel
  • 51.000 - incision
  • 51.001 - drainage
  • 51.002 - lavage
  • 51.003 - aspiration de liquide corporel
  • 51.004 - aspiration d'un hématome
  • 51.005 - incision d'un abcès
  • 51.006 - irrigation de l'oeil
  • 51.007 - irrigation de l'oreille
  • 51.008 - paracentèse
  • 51.009 - ponction de fluide d'ascite
  • 51.010 - ponction lombaire
  • 51.011 - ponction
  • 51.012 - aspiration des sinus
  • 51.013 - aspiration d'un ganglion
  • 51.014 - aspiration d'un kyste
  • 51.015 - aspiration d'une bourse
  • 51.016 - aspiration articulaire
  • 51.017 - aspiration de l'estomac
  • 51.018 - aspiration des poumons
  • 51.019 - aspiration vésicale
  • 51.020 - saignées
  • 51.021 - thoracocentèse
  • 51.022 - tympanostomie
  • 51.023 - amniocentèse
  • 52 - Excision / biopsie / destruction/ débridement / cautérisation
  • 52.000 - excision
  • 52.001 - biopsie
  • 52.002 - destruction (de tissus)
  • 52.003 - débridement
  • 52.004 - cautérisation
  • 52.005 - amputation
  • 52.006 - asticothérapie
  • 52.007 - biopsie de la peau
  • 52.008 - biopsie d'un organe
  • 52.009 - cautérisation chimique
  • 52.010 - cautérisation électrique
  • 52.011 - cautérisation froide
  • 52.012 - cautérisation laser
  • 52.013 - curetage de la peau
  • 52.014 - curetage utérin
  • 52.015 - débridement autolytique
  • 52.016 - débridement chimique
  • 52.017 - débridement chirurgical
  • 52.018 - débridement mécanique
  • 52.019 - destruction nerveuse
  • 52.020 - destruction veine
  • 52.021 - embolectomie
  • 52.022 - éveinage
  • 52.023 - excision, élimination de tissus
  • 52.024 - excision, enlèvement d'ongle
  • 52.025 - extraction de dent
  • 52.026 - stérilisation
  • 53 - Cathétérisation / intubation / dilatation / appareillage
  • 53.000 - cathétérisation
  • 53.001 - intubation
  • 53.002 - dilatation
  • 53.003 - appareillage
  • 53.004 - canulation intraveineuse
  • 53.005 - cathétérisme
  • 53.006 - dilatation de l'urètre
  • 53.007 - dilatation du col de l'utérus
  • 53.008 - dilatation lacrymale
  • 53.009 - insertion ou enlèvement d'un tube de tympanostomie
  • 53.010 - intubation endotrachéale
  • 53.011 - lavement
  • 53.012 - rupture artificielle des membranes amniotiques
  • 53.013 - trachéotomie
  • 54 - Réparation / fixation / suture / plâtre / prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.000 - réparation (appliquer, enlever)
  • 54.001 - fixation (appliquer, enlever)
  • 54.002 - suture (appliquer, enlever)
  • 54.003 - plâtre (appliquer, enlever)
  • 54.004 - prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.005 - aide et dispositif auditif
  • 54.006 - aide et dispositif technique
  • 54.007 - aide et dispositif visuel
  • 54.008 - attelle
  • 54.009 - bandage suspensif
  • 54.010 - bande plâtrée
  • 54.011 - cerclage
  • 54.012 - suture par colle chirurgicale
  • 54.013 - implant hormonal
  • 54.014 - implantation dentaire
  • 54.015 - insertion d'un pessaire vaginal
  • 54.016 - orthèse
  • 54.017 - pose de stent
  • 54.018 - pose de stérilet
  • 54.019 - prothèse orthopédique
  • 54.020 - soutien d'hernie
  • 54.021 - taping d'entorse
  • 54.022 - traitement de fracture
  • 54.023 - réduction de luxation
  • 55 - Injection locale / infiltration
  • 55.000 - injection locale
  • 55.001 - infiltration locale
  • 55.002 - bloc nerveux
  • 55.003 - injection articulaire
  • 55.004 - injection de bourse
  • 55.005 - injection de la gaine du tendon
  • 55.006 - injection de la peau
  • 55.007 - injection de tissu sous-cutané
  • 55.008 - injection épidurale
  • 55.009 - injection sclérosante pour varices
  • 56 - Pansement /pression/ compression / bandage
  • 56.000 - pansement
  • 56.001 - exercer une pression
  • 56.002 - exercer unecompression
  • 56.003 - tamponnement
  • 56.004 - bandage de soutien
  • 56.005 - bandage de plaie
  • 56.006 - application d'un pansement oculaire
  • 57 - Thérapie manuelle / médecine physique
  • 57.000 - réhabilitation
  • 57.001 - chiropraxie
  • 57.002 - entraînement physique
  • 57.003 - entretien de la force musculaire
  • 57.004 - ergothérapie
  • 57.005 - exercice musculaire
  • 57.006 - médecine physique
  • 57.007 - podiatrie
  • 57.008 - kinésithérapie
  • 57.009 - réhabilitation spécifique de handicap;
  • 57.010 - stimulateur de nerf
  • 57.011 - stimulateur musculaire électronique
  • 57.012 - thérapie de la parole
  • 57.013 - utilisation de la chaleur à des fins thérapeutiques
  • 57.014 - utilisation des ultrasons à des fins thérapeutiques
  • 57.015 - utilisation du courant électrique à des fins thérapeutiques;
  • 57.016 - utilisation du froid à des fins thérapeutiques
  • 58 - Conseil thérapeutique / écoute / psychothérapie
  • 58.000 - conseil thérapeutique
  • 58.001 - écoute thérapeutique
  • 58.002 - psychothérapie
  • 58.003 - conseil pour une maladie spécifique
  • 58.004 - entretien motivationnel
  • 58.005 - psychothérapie de soutien
  • 58.006 - réhabilitation psychosociale pour alcoolisme
  • 58.007 - réhabilitation psychosociale pour drogue
  • 59 - Autre procédure thérapeutique/ petite chirurgie nca
  • 59.000 - autre procédure thérapeutique
  • 59.001 - petite chirurgie nca
  • 59.002 - accouchement
  • 59.003 - acupuncture
  • 59.004 - césarienne
  • 59.005 - chirurgie plastique
  • 59.006 - dialyse
  • 59.007 - enlèvement de corps étranger
  • 59.008 - oxygénothérapie
  • 59.009 - réanimation cardio-respiratoire
  • 59.010 - transfusion de sang
  • 60 - Résultat d'analyse
  • 60.000 - résultat d'analyse
  • 60.001 - résultat de procédure
  • 61 - Résultats d'examen, de test, d'enregistrement, lettre d'un autre dispensateur
  • 61.000 - résultat d'examen d'un autre dispensateur
  • 61.002 - résultat de test d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.006 - lettre d'un autre dispensateur
  • 62 - Procédure administrative
  • 62.001 - procédure administrative
  • 62.002 - certificat d'arret de travail
  • 62.003 - certificats décès
  • 62.004 - certificats permis de conduire
  • 62.005 - problèmes de facturation
  • 62.006 - questionnaire de santé
  • 62.007 - question sur le dossier dossier médical
  • 62.008 - remplissage de documents
  • 62.009 - remplissage de formulaires
  • 63 - Rencontre de suivi non spécifié
  • 63.000 - rencontre de suivi
  • 64 - Rencontre ou problème initié par le dispensateur
  • 64.000 - problème initié par le dispensateur
  • 64.001 - rencontre initiée par le dispensateur
  • 65 - Episode nouveau ou en cours initié par un tiers
  • 65.000 - problème initié par une tiers
  • 65.001 - rencontre initiée par une tiers
  • 65.002 - référence par la famille
  • 65.003 - re,
  • 65.004 - référence par l'asssistante sociale
  • 65.005 - référence par le psychologue
  • 66 - Référence à un autre dispensateur: infirmière, thérapeute, travailleur social
  • 66.001 - référence à un dispensateur non médecin
  • 66.002 - référence à infirmière
  • 66.003 - référence à un kinésithérapeute
  • 66.004 - référence à ergothérapeute
  • 66.005 - référence à chiropraticien
  • 66.006 - référence à travailleur social
  • 66.007 - référence à opticien
  • 66.008 - référence à une sage-femme
  • 66.009 - référence à diététicien
  • 66.010 - référence à dentiste
  • 66.011 - référence à une aide familiale
  • 66.012 - référence à orthodontiste
  • 66.013 - référence à psychologue
  • 67 - Référence à médecin, spécialiste, clinique, hôpital
  • 67.000 - référence à un autre MG-MF
  • 67.001 - référence à un spécialiste
  • 67.003 - référence à une clinique
  • 67.004 - référence à un hôpital
  • 68 - Autre référence
  • 68.001 - référence à association de patients
  • 68.002 - référence à service de chômage
  • 68.003 - référence à un home
  • 68.004 - référence à un home de personnes âgées
  • 68.005 - référence à un service non médical
  • 68.006 - référence à une institution de réadaptation
  • 69 - Autre procédure nca
  • 69.000 - autres procédure
  • A01 - Douleur générale ou de sites multiples
  • A02 - Frissons
  • A03 - Fièvre
  • A04 - Fatigue ou faiblesse générale
  • A05 - Sensation d'être malade
  • A06 - Evanouissement ou syncope
  • A07 - Coma
  • A08 - Gonflement
  • A09 - Problème de transpiration
  • A10 - Saignement ou hémorragie NCA
  • A11 - Douleur thoracique NCA
  • A13 - Préoccupé par ou peur d'un traitement médical
  • A16 - Nourrisson irritable
  • A18 - Préoccupé par son aspect extérieur
  • A20 - Demande ou discussion a propos de l'euthanasie
  • A21 - Facteur de risque de cancer
  • A23 - Facteur de risque NCA
  • A25 - Peur de la mort, de mourir
  • A26 - Peur du cancer NCA
  • A27 - Peur d' avoir une autre maladie NCA
  • A28 - Limitation de la fonction ou incapacité NCA
  • A29 - Autre symptôme ou plainte général
  • A70 - Tuberculose
  • A71 - Rougeole
  • A72 - Varicelle
  • A73 - Paludisme
  • A74 - Rubéole
  • A75 - Mononucléose infectieuse
  • A76 - Autre exanthème viral
  • A77 - Maladie virale autre ou NCA
  • A78 - Autre maladie infectieuse NCA
  • A79 - Cancer NCA
  • A80 - Traumatisme ou lésion traumatique NCA
  • A81 - Polytraumatisme ou lésions multiples
  • A82 - Effet tardif d'un traumatisme
  • A84 - Intoxication par substance médicinale
  • A85 - Effet secondaire d'une substance médicinale
  • A86 - Effet toxique d'une substance non médicinale
  • A87 - Complication de traitement médical
  • A88 - Effet secondaire de facteur physique
  • A89 - Effet secondaire de matériel prothétique
  • A90 - Anomalie congénitale NCA ou multiple
  • A91 - Résultat d'investigation anormale NCA
  • A92 - Allergie ou réaction allergique NCA
  • A93 - Nouveau-né prématuré
  • A94 - Autre morbidité périnatale
  • A95 - Mortalité périnatale
  • A96 - Mort
  • A97 - Pas de maladie
  • A98 - Gestion de la santé / médecine préventive
  • A99 - Maladie ou condition de nature ou de site non précisé
  • B02 - Ganglion lymphatique augmenté de volume ou douloureux
  • B04 - Symptôme ou plainte concernant le sang
  • B25 - Peur du SIDA ou du VIH
  • B26 - Peur du cancer du sang ou lymphatique
  • B27 - Peur d' avoir une autre maladie du sang ou des organes lymphatiques
  • B28 - Limitation de la fonction ou incapacité (B)
  • B29 - Autre symptôme ou plainte du système lymphatique ou immunologique
  • B70 - Adénite aiguë
  • B71 - Adénite chronique ou non-spécifique
  • B72 - Maladie de Hodgkin ou lymphome
  • B73 - Leucémie
  • B74 - Autre cancer du sang
  • B75 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du sang ou du système lymphatique
  • B76 - Rupture traumatique de la rate
  • B77 - Autre lésion traumatique du sang ou du système lymphatique ou de la rate
  • B78 - Anémie hémolytique héréditaire
  • B79 - Autre anomalie congénitale du sang ou du système lymphatique
  • B80 - Anémie par déficience en fer
  • B81 - Anémie par carence en vit B12 ou acide folique
  • B82 - Autre anémie ou indéterminée
  • B83 - Purpura ou défaut de coagulation
  • B84 - Globules blancs anormaux
  • B87 - Splénomégalie
  • B90 - Infection par le virus HIV, SIDA
  • B99 - Autre maladie du sang, du système lymphatique ou de la rate
  • D01 - Douleur/crampes abdominales gén.
  • D01 - Douleur ou crampes abdominales généralisées
  • D02 - Douleur abdominale/épigastrique
  • D02 - Douleur abdominale ou épigastrique
  • D03 - Brûlure/brûlant/brûlement estomac
  • D03 - Brûlure, brûlant, brûlement, estomac
  • D04 - Douleur rectale/anale
  • D04 - Douleur rectale ou anale
  • D05 - Démangeaisons périanales
  • D05 - Démangeaisons perianales
  • D06 - Autre douleur abdominale localisée
  • D06 - Autre douleur abdominale loc.
  • D07 - Dyspepsie/indigestion
  • D07 - Dyspepsie ou indigestion
  • D08 - Flatulence/gaz/renvoi
  • D08 - Flatulence ou gaz ou renvoi
  • D09 - Nausée
  • D10 - Vomissement
  • D11 - Diarrhée
  • D12 - Constipation
  • D13 - Jaunisse
  • D14 - Hématémèse/vomissement de sang
  • D14 - Hématémèse ou vomissement de sang
  • D15 - Méléna
  • D16 - Saignement rectal
  • D17 - Incontinence rectale
  • D18 - Modification selles/mouvem. intestin
  • D18 - Modification des selles ou des mouvements intestinaux
  • D19 - S/P dents/gencives
  • D19 - Symptôme et plainte des dents ou des gencives
  • D20 - S/P bouche/langue/lèvres
  • D20 - Symptôme et plainte de la bouche, de la langue ou des lèvres
  • D21 - Problème de déglutition
  • D21 - P. de déglutition
  • D23 - Hépatomégalie
  • D24 - Masse abdominale NCA
  • D25 - Distension abdominale
  • D26 - Peur du cancer du système digestif
  • D26 - Peur du cancer du syst. digestif
  • D27 - Peur d'une autre maladie digestive
  • D27 - Peur d'avoir une autre maladie digestive
  • D28 - Limitation de la fonction ou incapacité (D)
  • D28 - Limitation de la fonction/incap. (D)
  • D29 - Autre S/P du syst. digestif
  • D29 - Autre symptôme ou plainte du système digestif
  • D70 - Infection gastro-intestinale
  • D71 - Oreillons
  • D72 - Hépatite virale
  • D73 - Gastro-entérite présumée infectieuse
  • D74 - Cancer de l'estomac
  • D75 - Cancer du colon ou du rectum
  • D75 - Cancer du colon/du rectum
  • D76 - Cancer du pancréas
  • D77 - Autre cancer digestif/NCA
  • D77 - Autre cancer digestif ou NCA
  • D78 - Tumeur bénigne/indét. du syst. dig.
  • D78 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système digestif
  • D79 - Corps étranger du système digestif
  • D79 - CE du syst. digestif
  • D80 - Autre lésion traumatique du système digestif
  • D80 - Autre traumat. du syst. digestif
  • D81 - Anomalie congénitale du système digestif
  • D81 - Anom. congénitale du syst. digestif
  • D82 - Maladie des dents/des gencives
  • D82 - Maladie des dents et des gencives
  • D83 - Maladie de la bouche, de la langue et des lèvres
  • D83 - Maladie bouche/langue/lèvres
  • D84 - Maladie de l’œsophage
  • D84 - Maladie de l'oesophage
  • D85 - Ulcère duodénal
  • D86 - Autre ulcère peptique
  • D87 - Trouble de la fonction gastrique
  • D88 - Appendicite
  • D89 - Hernie inguinale
  • D90 - Hernie hiatale
  • D91 - Autre hernie abdominale
  • D92 - Maladie diverticulaire
  • D93 - Syndrome du colon irritable
  • D94 - Entérite chronique/colite ulcéreuse
  • D94 - Entérite chronique ou colite ulcéreuse
  • D95 - Fissure anale ou abcès périanal
  • D95 - Fissure anale/abcès périanal
  • D96 - Vers/autre parasite
  • D96 - Vers ou autre parasite
  • D97 - Maladie du foie NCA
  • D98 - Cholécystite/cholélithiase
  • D98 - Cholécystite, cholélithiase
  • D99 - Autre maladie du syst. Digestif
  • D99 - Autre maladie du système digestif
  • F01 - Oeil douloureux
  • F02 - Oeil rouge
  • F03 - Ecoulement de l’œil
  • F03 - Ecoulement de l'oeil
  • F04 - Taches visuelles/flottantes
  • F04 - Taches visuelles ou flottantes
  • F05 - Autre perturbation de la vision
  • F13 - Sensation oculaire anormale
  • F14 - Mouvements oculaires anormaux
  • F15 - Apparence anormale de l'oeil
  • F15 - Apparence anormale de l’œil
  • F16 - Symptôme et plainte de la paupière
  • F16 - S/P de la paupière
  • F17 - S/P lunettes
  • F17 - Symptôme et plainte concernant les lunettes
  • F18 - S/P lentilles de contact
  • F18 - Symptôme et plainte concernant les lentilles de contact
  • F27 - Peur d'avoir une maladie de l’œil
  • F27 - Peur d'une maladie de l'oeil
  • F28 - Limitation de la fonction ou incapacité (F)
  • F28 - Limitation de la fonction/incap. (F)
  • F29 - Autre symptôme et plainte de l’œil
  • F29 - Autre S/P de l'oeil
  • F70 - Conjonctivite infectieuse
  • F71 - Conjonctivite allergique
  • F72 - Blépharite, orgelet, chalazion
  • F73 - Autre infection/inflammation de l'oeil
  • F73 - Autre infection ou inflammation de l’œil
  • F74 - Tumeur de l’œil et des annexes
  • F74 - Tumeur de l'oeil et des annexes
  • F75 - Contusion/hémorragie de l'oeil
  • F75 - Contusion ou hémorragie de l’œil
  • F76 - Corps étranger dans l’œil
  • F76 - CE dans l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumat. de l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumatique de l’œil
  • F80 - Sténose du canal lacrymal de l'enfant
  • F80 - Sténose canal lacrymal de l'enfant
  • F81 - Autre anom. congénitale de l'oeil
  • F81 - Autre anomalie congénitale de l’œil
  • F82 - Décollement de la retire
  • F83 - Rétinopathie
  • F84 - Dégénérescence maculaire
  • F85 - Ulcère de la cornée
  • F86 - Trachome
  • F91 - Défaut de réfraction
  • F92 - Cataracte
  • F93 - Glaucome
  • F94 - Cécité
  • F95 - Strabisme
  • F99 - Autre maladie de l’œil et des annexes
  • F99 - Autre maladie de l'oeil/annexes
  • H01 - Douleur d'oreille ou otalgie
  • H01 - Douleur d'oreille/otalgie
  • H02 - P. d'audition
  • H02 - Problème d'audition
  • H03 - Acouphène, bourdonnement d'oreille
  • H03 - Acouphène/bourdonnement d'oreille
  • H04 - Ecoulement de l'oreille
  • H05 - Saignement de l'oreille
  • H13 - Sensation d'oreille bouchée
  • H15 - Préoccupé par l'aspect des oreilles
  • H15 - Préoc. par l'aspect des oreilles
  • H27 - Peur d'une maladie de l'oreille
  • H27 - Peur d'avoir une maladie de l'oreille
  • H28 - Limitation de la fonction/incap. (H)
  • H28 - Limitation de la fonction ou incapacité (H)
  • H29 - Autre S/P de l'oreille
  • H29 - Autre symptôme et plainte de l' oreille
  • H70 - Otite externe
  • H71 - Otite moyenne aiguë ou myringite
  • H71 - Otite moyenne aiguë/myringite
  • H72 - Otite moyenne séreuse
  • H73 - Salpingite d'eustache
  • H74 - Otite moyenne chronique
  • H75 - Tumeur de l'oreille
  • H76 - CE dans l'oreille
  • H76 - Corps étranger dans l'oreille
  • H77 - Perforation du tympan
  • H78 - Lésion traumat. superf. de l'oreille
  • H78 - Lésion traumatique superficielle de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumatique de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumat. de l'oreille
  • H80 - Anom. congénitale de l'oreille
  • H80 - Anomalie congénitale de l'oreille
  • H81 - Excès de cérumen
  • H82 - Syndrome vertigineux
  • H83 - Otosclérose
  • H84 - Presbyacousie
  • H85 - Traumatisme sonore
  • H86 - Surdité
  • H99 - Autre maladie de l'oreille ou de la mastoïde
  • H99 - Autre maladie de l'oreille/ mastoïde
  • K01 - Douleur cardiaque
  • K02 - Oppression ou constriction cardiaque
  • K03 - Douleur cardiovasculaire NCA
  • K04 - Palpitations ou perception des battements cardiaques
  • K05 - Autre battement cardiaque irrégulier
  • K06 - Veines proéminentes
  • K07 - Oedème, gonflement des chevilles
  • K22 - Facteur de risque de maladie cardio-vasculaire
  • K24 - Peur d'avoir une maladie de cœur
  • K25 - Peur d'avoir de l'hypertension
  • K27 - Peur d'avoir une autre maladie cardio-vasculaire
  • K28 - Limitation de la fonction ou incapacité (K)
  • K29 - Autre symptôme et plainte cardiovasculaire
  • K70 - Infection du système cardio-vasculaire
  • K71 - Rhumatisme articulaire aigu ou maladie cardiaque rhumatismale
  • K72 - Tumeur cardio-vasculaire
  • K73 - Anomalie congénitale cardio-vasculaire
  • K74 - Cardiopathie ischémique avec angor
  • K75 - Infarctus myocardique aigu
  • K76 - Cardiopathie ischémique sans angor
  • K77 - Décompensation cardiaque
  • K78 - Fibrillation auriculaire ou flutter
  • K79 - Tachycardie paroxystique
  • K80 - Arythmie cardiaque NCA
  • K81 - Souffle cardiaque ou artériel NCA
  • K82 - Cœur pulmonaire
  • K83 - Valvulopathie NCA
  • K84 - Autre maladie cardiaque
  • K85 - Pression sanguine élevée
  • K86 - Hypertension non compliquée
  • K87 - Hypertension avec complication
  • K88 - Hypotension orthostatique
  • K89 - Ischémie cérébrale transitoire
  • K90 - Accident vasculaire cérébral
  • K91 - Maladie cérébrovasculaire
  • K92 - Athérosclérose ou maladie vasculaire périphérique
  • K93 - Embolie pulmonaire
  • K94 - Phlébite et thrombophlébite
  • K95 - Varices des jambes
  • K96 - Hémorroïdes
  • K99 - Autre maladie cardio-vasculaire
  • L01 - Symptôme et plainte du cou
  • L02 - Symptôme et plainte du dos
  • L03 - Symptôme et plainte des lombes
  • L04 - Symptôme et plainte du thorax
  • L05 - Symptôme et plainte du flanc et du creux axillaire
  • L07 - Symptôme et plainte de la mâchoire
  • L08 - Symptôme et plainte de l'épaule
  • L09 - Symptôme et plainte du bras
  • L10 - Symptôme et plainte du coude
  • L11 - Symptôme et plainte du poignet
  • L12 - Symptôme et plainte de la main et du doigt
  • L13 - Symptôme et plainte de la hanche
  • L14 - Symptôme et plainte de la jambe et de la cuisse
  • L15 - Symptôme et plainte du genou
  • L16 - Symptôme et plainte de la cheville
  • L17 - Symptôme et plainte du pied et de l'orteil
  • L18 - Douleur musculaire
  • L19 - Symptôme et plainte musculaire NCA
  • L20 - Symptôme et plainte d'une articulation NCA
  • L26 - Peur d'avoir un cancer du système ostéo-articulaire
  • L27 - Peur d'avoir une autre maladie du système ostéo-articulaire
  • L28 - Limitation de la fonction ou incapacité (L)
  • L29 - Autre symptôme et plainte ostéo-articulaire
  • L70 - Infection du système ostéo-articulaire
  • L71 - Cancer du système ostéo-articulaire
  • L72 - Fracture du radius ou du cubitus
  • L73 - Fracture du tibia ou du péroné
  • L74 - Fracture de la main ou du pied
  • L75 - Fracture du fémur
  • L76 - Autre fracture
  • L77 - Entorse de la cheville
  • L78 - Entorse du genou
  • L79 - Entorse articulaire NCA
  • L80 - Luxation et subluxation
  • L81 - Lésion traumatique NCA du système ostéo-articulaire
  • L82 - Anomalie congénitale du système ostéo-articulaire
  • L83 - Syndrome cervical
  • L84 - Syndrome dorso-lombaire sans irradiation
  • L85 - Déformation acquise de la colonne
  • L86 - Syndrome dorso-lombaire avec irradiation
  • L87 - Bursite, tendinite, synovite NCA
  • L88 - Polyarthrite rhumatoïde séropositive
  • L89 - Coxarthrose
  • L90 - Gonarthrose
  • L91 - Autre arthrose
  • L92 - Syndrome de l'épaule
  • L93 - Coude du joueur de tennis
  • L94 - Ostéochondrose
  • L95 - Ostéoporose
  • L96 - Lésion aiguë interne du genou
  • L97 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système ostéo-articulaire
  • L98 - Déformation acquise des membres inférieurs
  • L99 - Autre maladie ostéo-articulaire
  • N01 - Mal de tête
  • N03 - Douleur de la face
  • N04 - Jambes sans repos
  • N05 - Fourmillements des doigts, pieds, orteils
  • N06 - Autre perturbation de la sensibilité
  • N07 - Convulsion ou crise comitiale
  • N08 - Mouvements involontaires anormaux
  • N16 - Perturbation du goût ou de l'odorat
  • N17 - Vertige ou étourdissement
  • N18 - Paralysie ou faiblesse
  • N19 - Trouble de la parole
  • N26 - Peur d'avoir un cancer du système neurologique
  • N27 - Peur d'avoir une autre maladie neurologique
  • N28 - Limitation de la fonction ou incapacité (N)
  • N29 - Autre symptôme ou plainte neurologique
  • N70 - Poliomyélite
  • N71 - Méningite ou encéphalite
  • N72 - Tétanos
  • N73 - Autre infection neurologique
  • N74 - Cancer du système neurologique
  • N75 - Tumeur bénigne du système neurologique
  • N76 - Tumeur de nature indéterminée du système neurologique
  • N79 - Commotion
  • N80 - Autre lésion traumatique de la tête
  • N81 - Autre lésion traumatique du système neurologique
  • N85 - Anomalie congénitale neurologique
  • N86 - Sclérose en plaque
  • N87 - Syndrome parkinsonien
  • N88 - Epilepsie
  • N89 - Migraine
  • N90 - Algie vasculaire de la face
  • N91 - Paralysie faciale ou paralysie de Bell
  • N92 - Névralgie du trijumeau
  • N93 - Syndrome du canal carpien
  • N94 - Névrite ou neuropathie périphérique
  • N95 - Céphalée de tension
  • N99 - Autre maladie neurologique
  • Ore - lle H
  • P01 - Sensation d'anxiété, de nervosité ou de tension
  • P02 - Réaction de stress aiguë
  • P03 - Sensation de dépression
  • P04 - Sentiment ou comportement irritable ou en colère
  • P05 - Sénilité, sensation d'être vieux, comportement sénile
  • P06 - Perturbation du sommeil
  • P07 - Diminution du désir sexuel
  • P08 - Diminution de l'accomplissement sexuel
  • P09 - Préoccupation a propos de l'identité sexuelle
  • P10 - Bégaiement, bredouillement, tic
  • P11 - Trouble de l'alimentation de l'enfant
  • P12 - Enurésie
  • P13 - Encoprésie
  • P15 - Alcoolisme chronique
  • P16 - Alcoolisation aiguë
  • P17 - Usage abusif du tabac
  • P18 - Usage abusif de médicament
  • P19 - Usage abusif de drogue
  • P20 - Perturbation de la mémoire
  • P22 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'enfant
  • P23 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'adolescent
  • P24 - Problème spécifique de l'apprentissage
  • P25 - Problèmes de phase de vie adulte
  • P27 - Peur d'avoir un trouble mental
  • P28 - Limitation de la fonction ou incapacité (P)
  • P29 - Autre symptôme et plainte psychologique
  • P70 - Démence
  • P71 - Autre psychose organique
  • P72 - Schizophrénie
  • P73 - Psychose affective
  • P74 - Trouble anxieux ou état anxieux
  • P75 - Trouble somatoforme
  • P76 - Dépression
  • P77 - Suicide ou tentative de suicide
  • P78 - Neurasthénie, surmenage
  • P79 - Phobie, trouble obsessionnel compulsif
  • P80 - Trouble de la personnalité
  • P81 - Trouble hyperkinétique
  • P82 - Syndrome de stress post-traumatique
  • P85 - Retard mental
  • P86 - Anorexie mentale, boulimie
  • P98 - Autre psychose NCA
  • P99 - Autre trouble psychologique
  • Q04 - Descripteur non défini
  • QC1 - Groupe d’âge
  • QC11 - Nourrisson
  • QC12 - Enfant
  • QC13 - Adolescent
  • QC14 - Adulte
  • QC15 - Personne âgée
  • QC2 - Question de genre 
  • QC21 - Santé de l'homme 
  • QC22 - Santé de la femme
  • QC23 - Différence de sexe
  • QC24 - Transgenre
  • QC3 - Haut risque social
  • QC31 - Sous-groupe ethnique
  • QC32 - Réfugiés et migrants
  • QC33 - Sans-abri
  • QC34 - Prisonnier
  • QC4 - Dépendant
  • QC41 - Dépendant de médicament sous prescription
  • QC42 - Dépendant de drogue de rue
  • QC43 - Dépendant du jeu
  • QC5 - Victime de violence
  • QC51 - Violence basée sur le genre
  • QC52 - Maltraitance d'enfant
  • QC53 - Maltraitance des personnes âgées
  • QC54 - Victime de torture
  • QC55 - Mutilation rituelle
  • QC6 - Survivant
  • QD1 - Communicateur
  • QD11 - Contact
  • QD12 - Relation médecin-patient
  • QD13 - Conseil thérapeutique
  • QD14 - Pensée systémique
  • QD15 - Entrevue motivationnelle
  • QD2 - Médecin en tant que soignant
  • QD21 - Résolution de problèmes
  • QD22 - Globalité
  • QD23 - Education à la santé
  • QD24 - Compétence clinique
  • QD25 - Continuité des soins
  • QD26 - Soins palliatifs
  • QD27 - Planification familiale
  • QD3 - Gestionnaire de soins
  • QD31 - Gestion du risque de santé
  • QD32 - Gestion des problèmes de santé
  • QD321 - Symptôme médicalement inexpliqué
  • QD322 - Multimorbidité
  • QD323 - Prise de décision partagée
  • QD324 - Fortuitome
  • QD325 - Comportement de prescription
  • QD326 - Déadoption et déprescription
  • QD33 - Evaluation de l'état de santé
  • QD34 - Question génétique
  • QD4 - Prévention clinique
  • QD41 - Prévention primaire
  • QD42 - Prévention secondaire
  • QD43 - Prévention tertiaire
  • QD44 - Prévention quaternaire
  • QD441 - Surmédicalisation
  • QD442 - Fabrication de maladie
  • QD443 - Surinformation
  • QD444 - Surdépistage
  • QD445 - Surdiagnostic
  • QD446 - Surtraitement
  • QD5 - Médecine complémentaire et alternative
  • QD51 - Homéopathie
  • QD6 - Question medico-légale
  • QD7 - Image professionnelle
  • QD8 - Equilibre travail - vie
  • QE1 - Ethique personnelle
  • QE2 - Ethique professionnelle
  • QE3 - Bioéthique
  • QE31 - Euthanasie
  • QE4 - Éthique de l'information
  • QE41 - Confidentialité
  • QE42 - Consentement éclairé
  • QH - Santé de la planète
  • QH1 - Santé environnementale
  • QH11 - Pollution intérieure
  • QH12 - Pollution extérieure
  • QH2 - Risque biologique
  • QH3 - Risque nucléaire
  • QO1 - impossible à coder,imprécis
  • QO2 - acronyme
  • QO3 - hors du champ de la médecine de famille
  • QO4 - considérer nouveau code
  • QP1 - Sécurité du patient
  • QP2 - Soins centrés sur le patient
  • QP21 - Accessibilité
  • QP22 - Accessibilité temporelle
  • QP23 - Compétence culturelle
  • QP24 - Accessibilité économique
  • QP25 - Acceptabilité
  • QP3 - Qualité des soins
  • QP4 - Perspective du patient
  • QP41 - Satisfaction du patient
  • QP42 - Connaissances du patient
  • QP43 - Autonomie du patient
  • QP44 - Contexte culturel du patient
  • QP45 - Dépense du patient en soins de santé
  • QP5 - Comportement de santé
  • QP51 - Questions d'alimentation du patient
  • QP52 - Sexualité du patient
  • QP53 - Auto-soin
  • QP54 - Médicaments en vente libre
  • QP6 - Participation du patient
  • QP61 - Réseau social
  • QP7 - Défense du patient
  • QR1 - Philosophie des sciences
  • QR2 - Epidémiologie des soins primaires
  • QR21 - Pharmaco-épidémiologie
  • QR22 - Recherche basée sur la communauté
  • QR3 - Méthodes de recherche
  • QR31 - Etude qualitative
  • QR32 - Etude quantitative
  • QR321 - Etude cas-témoins
  • QR322 - Etude de cohorte
  • QR323 - Étude transversale
  • QR324 - Etude longitudinale
  • QR325 - Etude d'intervention
  • QR33 - Recherche par méthode mixte
  • QR34 - Etudes de validation et de fiabilité
  • QR35 - Recherche-action
  • QR36 - Rapport de cas
  • QR4 - Réseau de recherche
  • QR5 - Outils de recherche et financement
  • QR51 - Classifications, terminologies et ontologies
  • QR52 - Echelles et questionnaires
  • QR53 - Etat fonctionnel
  • QR54 - Matériel d'observation
  • QR6 - Avis d'expert
  • QR7 - Economie, soins de santé primaire
  • QS1 - Etablissement de soins primaires
  • QS11 - Gestion de la pratique
  • QS12 - Economie de la pratique
  • QS13 - Gestion de l'information de santé
  • QS14 - Equipement de la pratique
  • QS2 - Garde médicale
  • QS3 - Relation de la pratique
  • QS31 - Collaboration de la pratique
  • QS32 - Référence et contre-référence
  • QS33 - Coordination des soins
  • QS4 - Dispensateur de soins primaires
  • QS41 - Médecin de famille
  • QS42 - Infirmière praticienne
  • QS43 - Sage-femme
  • QS44 - Professionnels de la santé associés
  • QS441 - Kinesithérapeute
  • QS442 - Travailleur social
  • QS443 - Psychologue
  • QS45 - Aidant familial
  • QS46 - Pharmacien
  • QT1 - Enseignement de la médecine de famille
  • QT11 - Méthodes pédagogiques
  • QT12 - Organisation de l'enseignement
  • QT13 - Evaluation de l'enseignement
  • QT131 - Patient simulé
  • QT14 - Organisation académique
  • QT2 - Formation de terrain en médecine
  • QT21 - Etudiant en médecine
  • QT22 - Formation professionnelle
  • QT23 - Education médicale continue
  • QT24 - Groupe Balint
  • QT25 - Formateur
  • QT3 - Assurance de qualité
  • QT31 - Médecine fondée sur des preuves
  • QT32 - Recommandation de bonne pratique
  • QT33 - Lecture critique de littérature
  • QT34 - Révision par les pairs
  • QT35 - Accréditation
  • QT36 - Indicateur de qualité
  • QT4 - Transfert de connaissance
  • QT41 - Publication
  • QT42 - Echange en ligne de la connaissance
  • QT43 - Bibliothèque numérique
  • QT44 - Communications électroniques
  • QT5 - Notification de données de santé
  • QT51 - Réseau sentinelle
  • QT52 - Evènements indésirables & pharmacovigilance
  • QT53 - Base de données de santé
  • R01 - Douleur du système respiratoire
  • R02 - Souffle court, dyspnée
  • R03 - Sibilance
  • R04 - Autre problème respiratoire
  • R05 - Toux
  • R06 - Saignement de nez, épistaxis
  • R07 - Congestion nasale, éternuement
  • R08 - Autre symptôme et plainte du nez
  • R09 - Symptôme et plainte des sinus
  • R21 - Symptôme et plainte de la gorge
  • R23 - Symptôme et plainte de la voix
  • R24 - Hémoptysie
  • R25 - Expectoration ou glaire anormale
  • R26 - Peur d'avoir un cancer du système respiratoire
  • R27 - Peur d'avoir une autre maladie respiratoire
  • R28 - Limitation de la fonction ou incapacité ( R)
  • R29 - Autre symptôme et plainte respiratoire
  • R71 - Coqueluche
  • R72 - Streptococcie pharyngée
  • R73 - Furoncle ou abcès du nez
  • R74 - Infection aiguë des voies respiratoires supérieures
  • R75 - Sinusite aiguë ou chronique
  • R76 - Angine aiguë
  • R77 - Laryngite, trachéite aiguë
  • R78 - Bronchite aiguë, bronchiolite
  • R79 - Bronchite chronique
  • R80 - Grippe
  • R81 - Pneumonie
  • R82 - Pleurésie, épanchement pleural
  • R83 - Autre infection respiratoire
  • R84 - Cancer des bronches, du poumon
  • R85 - Autre cancer respiratoire
  • R86 - Tumeur respiratoire bénigne
  • R87 - Corps étranger du nez, du larynx, des bronches
  • R88 - Autre lésion traumatique du système respiratoire
  • R89 - Anomalie congénitale du système respiratoire
  • R90 - Hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes
  • R92 - Tumeur de nature indéterminée du système respiratoire
  • R95 - Maladie pulmonaire chronique obstructive
  • R96 - Asthme
  • R97 - Rhinite allergique
  • R98 - Syndrome d'hyperventilation
  • R99 - Autre maladie respiratoire
  • S01 - Douleur ou hypersensibilité de la peau
  • S02 - Prurit
  • S03 - Verrue
  • S04 - Tuméfaction ou gonflement localisé de la peau
  • S05 - Tuméfactions ou gonflements généralisés de la peau
  • S06 - Eruption localisée
  • S07 - Eruption généralisée
  • S08 - Modification de la couleur de la peau
  • S09 - Doigt ou orteil infecté
  • S10 - Furoncle ou anthrax
  • S11 - Infection post-traumatique de la peau
  • S12 - Piqûre d'insecte
  • S13 - Morsure animale ou humaine
  • S14 - Brûlure cutanée
  • S15 - Corps étranger dans la peau
  • S16 - Ecchymose ou contusion
  • S17 - Eraflure, égratignure, ampoule
  • S18 - Coupure ou lacération
  • S19 - Autre lésion traumatique de la peau
  • S20 - Cor ou callosité
  • S21 - Symptôme et plainte au sujet de la texture de la peau
  • S22 - Symptôme et plainte de l'ongle
  • S23 - Calvitie ou perte de cheveux
  • S24 - Autre symptôme et plainte des cheveux, poils ou cuir chevelu
  • S26 - Peur du cancer de la peau
  • S27 - Peur d'avoir une autre maladie de la peau
  • S28 - Limitation de la fonction ou incapacité (S)
  • S29 - Autre symptôme et plainte de la peau
  • S70 - Zona
  • S71 - Herpes simplex
  • S72 - Gale ou autre acariose
  • S73 - Pédiculose ou autre infestation de la peau
  • S74 - Dermatophytose
  • S75 - Moniliase ou candidose de la peau
  • S76 - Autre maladie infectieuse de la peau
  • S77 - Cancer de la peau
  • S78 - Lipome
  • S79 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée de la peau
  • S80 - Kératose actinique ou coup de soleil
  • S81 - Hémangiome ou lymphangiome
  • S82 - Naevus ou naevus pigmentaire
  • S83 - Autre anomalie congénitale de la peau
  • S84 - Impétigo
  • S85 - Kyste ou fistule pilonidal
  • S86 - Dermatite séborrhéique
  • S87 - Dermatite atopique ou eczéma
  • S88 - Dermatite et allergie de contact
  • S89 - Erythème fessier
  • S90 - Pytiriasis rosé
  • S91 - Psoriasis
  • S92 - Maladie des glandes sudoripares
  • S93 - Kyste sébacé
  • S94 - Ongle incarné
  • S95 - Molluscum contagiosum
  • S96 - Acné
  • S97 - Ulcère chronique de la peau
  • S98 - Urticaire
  • S99 - Autre maladie de la peau
  • T01 - Soif excessive
  • T02 - Appétit excessif
  • T03 - Perte d'appétit
  • T04 - Problème d'alimentation du nourrisson et du petit enfant
  • T05 - Problème d'alimentation de l'adulte
  • T07 - Gain de poids
  • T08 - Perte de poids
  • T10 - Retard de croissance
  • T11 - Déshydratation
  • T26 - Peur d'avoir un cancer du système endocrinien
  • T27 - Peur d'avoir une autre maladie du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T28 - Limitation de la fonction ou incapacité (T)
  • T29 - Autre symptôme et plainte du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T70 - Infection du système endocrinien
  • T71 - Cancer de la thyroïde
  • T72 - Tumeur bénigne de la thyroïde
  • T73 - Tumeur de nature autre ou indéterminée du système endocrine
  • T78 - Canal ou kyste thyréoglosse
  • T80 - Anomalie congénitale du système endocrinien ou métabolique
  • T81 - Goitre
  • T82 - Obésité
  • T83 - Excès pondéral
  • T85 - Hyperthyroïdie ou thyréotoxicose
  • T86 - Hypothyroïdie ou myxœdème
  • T87 - Hypoglycémie
  • T89 - Diabète insulino-dépendant
  • T90 - Diabète non insulino-dépendant
  • T91 - Carence vitaminique ou nutritionnelle
  • T92 - Goutte
  • T93 - Trouble du métabolisme des lipides
  • T99 - Autre maladie endocrine, métabolique ou nutritionnelle
  • U01 - Dysurie ou miction douloureuse
  • U02 - Miction fréquente ou impérieuse
  • U04 - Incontinence urinaire
  • U05 - Autre problème de miction
  • U06 - Hématurie
  • U07 - Autre symptôme et plainte au sujet de l'urine
  • U08 - Rétention d'urine
  • U13 - Autre symptôme et plainte de la vessie
  • U14 - Symptôme et plainte du rein
  • U26 - Peur d'avoir un cancer du système urinaire
  • U27 - Peur d'avoir une autre maladie du système urinaire
  • U28 - Limitation de la fonction ou incapacité (U)
  • U29 - Autre symptôme et plainte urinaire
  • U70 - Pyélonéphrite ou pyélite
  • U71 - Cystite ou autre infection urinaire
  • U72 - Urétrite
  • U75 - Cancer du rein
  • U76 - Cancer de la vessie
  • U77 - Autre cancer urinaire
  • U78 - Tumeur bénigne du tractus urinaire
  • U79 - Tumeur de nature indéterminée du tractus urinaire
  • U80 - Lésion traumatique du tractus urinaire
  • U85 - Anomalie congénitale du tractus urinaire
  • U88 - Glomérulonéphrite ou syndrome néphrotique
  • U90 - Protéinurie orthostatique
  • U95 - Lithiase urinaire
  • U98 - Analyse urinaire anormale NCA
  • U99 - Autre maladie urinaire
  • W01 - Question de grossesse
  • W02 - Peur d'être enceinte
  • W03 - Saignement pendant la grossesse
  • W05 - Nausée ou vomissement de grossesse
  • W10 - Contraception post-coïtale
  • W11 - Contraception orale
  • W12 - Contraception intra-utérine
  • W13 - Stérilisation chez la femme
  • W14 - Autre contraception chez la femme
  • W15 - Stérilité - hypofertilité chez la femme
  • W17 - Saignement du post-partum
  • W18 - Autre symptôme et plainte du post-partum
  • W19 - Symptôme et plainte du sein et de la lactation pendant le post-partum
  • W21 - Préoccupée par la modification de l'image corporelle pendant la grossesse
  • W27 - Peur des complications de la grossesse
  • W28 - Limitation de la fonction ou incapacité (W)
  • W29 - Autre symptôme et plainte de la grossesse
  • W70 - Infection puerpérale, sepsis
  • W71 - Infection compliquant la grossesse
  • W72 - Tumeur maligne en relation avec la grossesse
  • W73 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée en relation avec la grossesse
  • W75 - Lésion traumatique compliquant la grossesse
  • W76 - Anomalie congénitale compliquant la grossesse
  • W78 - Grossesse
  • W79 - Grossesse non désirée
  • W80 - Grossesse ectopique
  • W81 - Toxémie gravidique
  • W82 - Avortement spontané
  • W83 - Avortement provoque
  • W84 - Grossesse a haut risque
  • W85 - Diabète gravidique
  • W90 - Accouchement non complique, enfant vivant
  • W91 - Accouchement non complique, enfant mort
  • W92 - Accouchement complique, enfant vivant
  • W93 - Accouchement complique, enfant mort
  • W94 - Mastite puerpérale
  • W95 - Autre maladie du sein pendant la grossesse et l'allaitement
  • W96 - Autre complication puerpérale
  • W99 - Autre maladie de la grossesse ou de l'accouchement
  • X01 - Douleur génitale chez la femme
  • X02 - Douleur menstruelle
  • X03 - Douleur intermenstruelle
  • X04 - Rapport sexuel douloureux chez la femme
  • X05 - Menstruation absente ou rare
  • X06 - Menstruation excessive
  • X07 - Menstruation irrégulière ou fréquente
  • X08 - Saignement intermenstruel
  • X09 - Symptôme et plainte prémenstruel
  • X10 - Ajournement des menstruations
  • X11 - Symptôme et plainte liés a la ménopause
  • X12 - Saignement de la post-ménopause
  • X13 - Saignement post-coïtal chez la femme
  • X14 - Ecoulement vaginal
  • X15 - Symptôme et plainte du vagin
  • X16 - Symptôme et plainte de la vulve
  • X17 - Symptôme et plainte du petit bassin chez la femme
  • X18 - Douleur du sein chez la femme
  • X19 - Tuméfaction ou masse du sein chez la femme
  • X20 - Symptôme et plainte du mamelon chez la femme
  • X21 - Autre symptôme et plainte du sein chez la femme
  • X22 - Préoccupée par l'apparence des seins
  • X23 - Peur d'une maladie sexuellement transmise chez la femme
  • X24 - Peur d'un dysfonctionnement sexuel chez la femme
  • X25 - Peur d'un cancer génital chez la femme
  • X26 - Peur d'avoir un cancer du sein chez la femme
  • X27 - Peur d'avoir une autre maladie génitale ou du sein chez la femme
  • X28 - Limitation de la fonction ou incapacité (X)
  • X29 - Autre symptôme et plainte génital chez la femme
  • X70 - Syphilis chez la femme
  • X71 - Gonococcie chez la femme
  • X72 - Candidose génitale chez la femme
  • X73 - Trichomonase génitale chez la femme
  • X74 - Maladie inflammatoire pelvienne chez la femme
  • X75 - Cancer du col de l'utérus
  • X76 - Cancer du sein chez la femme
  • X77 - Autre cancer génital chez la femme
  • X78 - Fibrome utérin
  • X79 - Tumeur bénigne du sein chez la femme
  • X80 - Tumeur bénigne génitale chez la femme
  • X81 - Tumeur génitale de natureautre ou indéterminée chez la femme
  • X82 - Lésion traumatique génitale chez la femme
  • X83 - Anomalie génitale congénitale chez la femme
  • X84 - Vaginite ou vulvite NCA
  • X85 - Maladie du col de l'utérus NCA
  • X86 - Frottis de col anormal
  • X87 - Prolapsus utero-vaginal
  • X88 - Maladie fibrokystique du sein
  • X89 - Syndrome de tension prémenstruelle
  • X90 - Herpes génital chez la femme
  • X91 - Condylome acuminé chez la femme
  • X92 - Infection génitale a chlamydia chez la femme
  • X99 - Autre maladie génitale chez la femme
  • Y01 - Douleur du pénis
  • Y02 - Douleur des testicules, du scrotum
  • Y03 - Ecoulement urétral
  • Y04 - Autre symptôme et plainte du pénis
  • Y05 - Autre symptôme et plainte des testicules ou du scrotum
  • Y06 - Symptôme et plainte de la prostate
  • Y07 - Impuissance sexuelle NCA
  • Y08 - Autre symptôme et plainte de la fonction sexuelle chez l'homme
  • Y10 - Stérilité, hypofertilité chez l'homme
  • Y13 - Stérilisation chez l'homme
  • Y14 - Autre planification familiale chez l'homme
  • Y16 - Symptôme et plainte du sein chez l'homme
  • Y24 - Peur d'avoir un dysfonctionnement sexuel chez l'homme
  • Y25 - Peur d'avoir une maladie sexuellement transmise chez l'homme
  • Y26 - Peur d'avoir un cancer génital chez l'homme
  • Y27 - Peur d'avoir une autre maladie du système génital chez l'homme
  • Y28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Y)
  • Y29 - Autre symptôme et plainte génitaux chez l'homme
  • Y70 - Syphilis chez l'homme
  • Y71 - Gonococcie chez l'homme
  • Y72 - Herpes génital chez l'homme
  • Y73 - Prostatite ou vésiculite séminale
  • Y74 - Orchite ou épididymite
  • Y75 - Balanite
  • Y76 - Condylome acuminé chez l'homme
  • Y77 - Cancer de la prostate
  • Y78 - Autre cancer génital chez l'homme
  • Y79 - Tumeur génitale de nature bénigne ou indéterminée chez l'homme
  • Y80 - Lésion traumatique génitale chez l'homme
  • Y81 - Phimosis ou hypertrophie du prépuce
  • Y82 - Hypospadias
  • Y83 - Ectopie testiculaire
  • Y84 - Autre anomalie congénitale chez l'homme
  • Y85 - Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Y86 - Hydrocèle
  • Y99 - Autre maladie génitale chez l'homme
  • Z01 - Pauvreté ou problème économique
  • Z02 - Problème d'eau ou de nourriture
  • Z03 - Problème d'habitat ou de voisinage
  • Z04 - Problème socioculturel
  • Z05 - Problème de travail
  • Z06 - Problème de non emploi
  • Z07 - Problème d'éducation
  • Z08 - Problème de protection sociale
  • Z09 - Problème légal
  • Z10 - Problème relatif au système de soins de santé
  • Z11 - Problème du fait d'être malade ou de compliance thérapeutique
  • Z12 - Problème de relation entre partenaires
  • Z13 - Problème de comportement du partenaire
  • Z14 - Problème du à la maladie du partenaire
  • Z15 - Perte ou décès du partenaire
  • Z16 - Problème de relation avec un enfant
  • Z18 - Problème du à la maladie d'un enfant
  • Z19 - Perte ou décès d'un enfant
  • Z20 - Problème de relation avec un autre parent ou membre de la famille
  • Z21 - Problème de comportement d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z22 - Problème du à la maladie d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z23 - Perte ou décès d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z24 - Problème de relation avec un ami
  • Z25 - Agression ou évènement nocif
  • Z27 - Peur d'avoir un problème social
  • Z28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Z)
  • Z29 - Problème social NCA
Titre du TFEAbstract du TFEAuteur du TFEUniversitéDocuments du TFEDescripteur du TFEMise en valeur du TFE
LIPOPROTÉINE A ET RISQUE CARDIOVASCULAIRE
LIPOPROTÉINE A ET RISQUE CARDIOVASCULAIRE
Introduction L’athérosclérose est un problème de santé publique. Il existe différentes variables prédictives pouvant mener à un évènement cardiovasculaire ; les plus connues étant le taux de cholestérol sanguin, la pression artérielle, les glycémies à jeun et les toxiques. À travers ce travail, nous avons essayé de démontrer l’intérêt du dosage de la lipoprotéine(a), notamment dans son association avec les évènements (et leur mortalité) cardiovasculaires afin de voir chez qui le dosage de cette forme particulière de cholestérol est utile en pratique clinique. Méthode Une synthèse méthodique a été réalisée en utilisant des mots-clés sur plusieurs bases de données telles que PubMed. Afin de mener à bien notre recherche, nous avons posé un certain cadre de recherche : nous avons utilisé les articles en français et en anglais datant de 2006 à 2021 et ne concernant que les méta-analyses, les études randomisées contrôlées et les études prospectives. Elles devaient inclure les évènements cardiovasculaires en prévention primaire ou secondaire ainsi que le dosage ou le génotypage de la lipoprotéine(a). Le premier choix s’est effectué sur base de la lecture des titres suivie par une lecture des abstracts. Les articles ont été considérés comme valides à l’aide d’échelles d’évaluation adaptées aux méthodologies. Résultats Au total, 37 articles ont été sélectionnés. Les pays concernés font essentiellement partie de l’Europe, de l’Amérique du nord et de l’Asie (articles rédigés en anglais). Les études révèlent qu’il existe, d’une part, une association significative et indépendante des autres facteurs de risque entre le taux de lipoprotéine(a) et les évènements cardiovasculaires (essentiellement : les maladies coronariennes et les AVC) et entre le taux de lipoprotéine(a) et la mortalité cardiovasculaire, d’autre part. Ce risque semble linéaire à partir d’un seuil qui est différent selon les populations considérées. Discussion et conclusion À travers les différentes études, nous voyons donc l’intérêt du dosage de la lipoprotéine(a). Celle-ci représente un facteur de risque indépendant, majorant de 2 à trois fois le risque d’un évènement cardiovasculaire majeur. Qu’il y ait une prévention primaire, sachant qu’une partie non négligeable de la population en présente des taux élevés ou en prévention secondaire, le risque est toujours présent malgré un traitement hypolipémiant souvent bien conduit. Il n’existe, à l’heure actuelle, qu’un seul traitement direct : les inhibiteurs de PCKS9. Néanmoins, leurs effets semblent modestes et ils ne sont pas remboursés hormis pour l’hypercholestérolémie familiale. La recommandation actuelle en cas de taux élevés de Lp(a) serait une approche indirecte qui consiste en un contrôle très strict de toutes les autres variables de risque cardiovasculaire. Le dosage de ce marqueur nous parait donc utile pour déterminer le risque cardiovasculaire d’un patient afin d’en optimaliser le traitement.
Introduction L’athérosclérose est un problème de santé publique. Il existe différentes variables prédictives pouvant mener à un évènement cardiovasculaire ; les plus connues étant le taux de cholestérol sanguin, la pression artérielle, les glycémies à jeun et les toxiques. À travers ce travail, nous avons essayé de démontrer l’intérêt du dosage de la lipoprotéine(a), notamment dans son association avec les évènements (et leur mortalité) cardiovasculaires afin de voir chez qui le dosage de cette forme particulière de cholestérol est utile en pratique clinique. Méthode Une synthèse méthodique a été réalisée en utilisant des mots-clés sur plusieurs bases de données telles que PubMed. Afin de mener à bien notre recherche, nous avons posé un certain cadre de recherche : nous avons utilisé les articles en français et en anglais datant de 2006 à 2021 et ne concernant que les méta-analyses, les études randomisées contrôlées et les études prospectives. Elles devaient inclure les évènements cardiovasculaires en prévention primaire ou secondaire ainsi que le dosage ou le génotypage de la lipoprotéine(a). Le premier choix s’est effectué sur base de la lecture des titres suivie par une lecture des abstracts. Les articles ont été considérés comme valides à l’aide d’échelles d’évaluation adaptées aux méthodologies. Résultats Au total, 37 articles ont été sélectionnés. Les pays concernés font essentiellement partie de l’Europe, de l’Amérique du nord et de l’Asie (articles rédigés en anglais). Les études révèlent qu’il existe, d’une part, une association significative et indépendante des autres facteurs de risque entre le taux de lipoprotéine(a) et les évènements cardiovasculaires (essentiellement : les maladies coronariennes et les AVC) et entre le taux de lipoprotéine(a) et la mortalité cardiovasculaire, d’autre part. Ce risque semble linéaire à partir d’un seuil qui est différent selon les populations considérées. Discussion et conclusion À travers les différentes études, nous voyons donc l’intérêt du dosage de la lipoprotéine(a). Celle-ci représente un facteur de risque indépendant, majorant de 2 à trois fois le risque d’un évènement cardiovasculaire majeur. Qu’il y ait une prévention primaire, sachant qu’une partie non négligeable de la population en présente des taux élevés ou en prévention secondaire, le risque est toujours présent malgré un traitement hypolipémiant souvent bien conduit. Il n’existe, à l’heure actuelle, qu’un seul traitement direct : les inhibiteurs de PCKS9. Néanmoins, leurs effets semblent modestes et ils ne sont pas remboursés hormis pour l’hypercholestérolémie familiale. La recommandation actuelle en cas de taux élevés de Lp(a) serait une approche indirecte qui consiste en un contrôle très strict de toutes les autres variables de risque cardiovasculaire. Le dosage de ce marqueur nous parait donc utile pour déterminer le risque cardiovasculaire d’un patient afin d’en optimaliser le traitement.
Mukendi - MickaelUniversité de Liège
QD41 - QD42 - K22
Biologie en bilan de santé : comment les médecins généralistes liégeois peuvent-ils améliorer leurs prescriptions ?
Biologie en bilan de santé : comment les médecins généralistes liégeois peuvent-ils améliorer leurs prescriptions ?
Introduction Alors que le nombre d’analyses de sang augmente, les impératifs budgétaires nous obligent à rationnaliser nos prescriptions. Le bilan sanguin réalisé en médecine générale n’y fait pas exception. La médecine moderne doit tendre à plus de prévention et il est évident que les analyses sanguines y ont leur rôle. L’Inami s’est essayé à fournir des recommandations de prescriptions raisonnées mais ces critères semblent difficiles à mettre en pratique. Ce travail de fin d’étude analyse les prescriptions réalisées par les médecins généralistes de la province de Liège pour essayer d’en faire la critique et en améliorer la pertinence. Méthodologie Après des recherches de littérature, un questionnaire a été complété par 142 médecins généralistes de la province de Liège. Un entretien a ensuite été réalisé avec deux médecins spécialisés en biologie clinique pour discuter de la pertinence des résultats. Résultats Les analyses réalisées par les généralistes de la province de Liège sont très différentes d’un médecin à l’autre et le nombre d’analyses effectuées est souvent important. Les résultats obtenus sont loin des recommandations établies par l’Inami. Les échanges avec les médecins biologistes ont permis de dégager certaines analyses inutiles ou certaines analyses qui pourraient se révéler intéressantes. D’autres analyses sont plus subjectives et il est difficile d’obtenir un consensus. Conclusion La biologie clinique peut apporter beaucoup de renseignements intéressants sur l’état de santé de nos patients si elle est utilisée de manière efficiente. Il n’est pas possible d’établir un bilan type, cependant l’application de certaines recommandations doit permettre de limiter le coût de nos demandes ainsi que les investigations inutiles tout en permettant un screening efficace de l’état de santé de nos patients. Parmi ces recommandations on peut citer une anamnèse approfondie permettant de mettre en évidence une population cible à dépister, une demande d’analyse en deux temps et une meilleure connaissance des tests de laboratoire et de leur utilité.
Introduction Alors que le nombre d’analyses de sang augmente, les impératifs budgétaires nous obligent à rationnaliser nos prescriptions. Le bilan sanguin réalisé en médecine générale n’y fait pas exception. La médecine moderne doit tendre à plus de prévention et il est évident que les analyses sanguines y ont leur rôle. L’Inami s’est essayé à fournir des recommandations de prescriptions raisonnées mais ces critères semblent difficiles à mettre en pratique. Ce travail de fin d’étude analyse les prescriptions réalisées par les médecins généralistes de la province de Liège pour essayer d’en faire la critique et en améliorer la pertinence. Méthodologie Après des recherches de littérature, un questionnaire a été complété par 142 médecins généralistes de la province de Liège. Un entretien a ensuite été réalisé avec deux médecins spécialisés en biologie clinique pour discuter de la pertinence des résultats. Résultats Les analyses réalisées par les généralistes de la province de Liège sont très différentes d’un médecin à l’autre et le nombre d’analyses effectuées est souvent important. Les résultats obtenus sont loin des recommandations établies par l’Inami. Les échanges avec les médecins biologistes ont permis de dégager certaines analyses inutiles ou certaines analyses qui pourraient se révéler intéressantes. D’autres analyses sont plus subjectives et il est difficile d’obtenir un consensus. Conclusion La biologie clinique peut apporter beaucoup de renseignements intéressants sur l’état de santé de nos patients si elle est utilisée de manière efficiente. Il n’est pas possible d’établir un bilan type, cependant l’application de certaines recommandations doit permettre de limiter le coût de nos demandes ainsi que les investigations inutiles tout en permettant un screening efficace de l’état de santé de nos patients. Parmi ces recommandations on peut citer une anamnèse approfondie permettant de mettre en évidence une population cible à dépister, une demande d’analyse en deux temps et une meilleure connaissance des tests de laboratoire et de leur utilité.
Perot - XavierUniversité de Liège
34.000 - 30.001
Quelle perception ont les médecins généralistes de la surmédicalisation en médecine générale, et quelles actions peuvent-ils identifier pour faciliter la déadoption de pratiques dites « low-value care » ? Enquête auprès des médecins généralistes pratiquant en communauté germanophone.
Quelle perception ont les médecins généralistes de la surmédicalisation en médecine générale, et quelles actions peuvent-ils identifier pour faciliter la déadoption de pratiques dites « low-value care » ? Enquête auprès des médecins généralistes pratiquant en communauté germanophone.
La première ligne de soins, et les médecins généralistes en particulier, jouent un rôle central dans la lutte contre la surmédicalisation, qui représente un problème de santé publique préoccupant. Le but de cette étude est d’évaluer la perception qu’ont les médecins généralistes de ce concept de surmédicalisation, et les pistes d’action qu’ils proposent afin de favoriser la déadoption de pratiques dites « low-value care ». Cette étude qualitative a été réalisée au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés. Douze médecins ont été interrogés. Les médecins interrogés tendent initialement à confondre les concepts de surmédicalisation et de surtraitement, mais se corrigent rapidement. Ils identifient plusieurs facteurs responsables de la surmédicalisation, relevant tant du patient que du prescripteur. Les participants identifient plusieurs ressources pour lutter contre la surmédicalisation : des formations destinées à sensibiliser les médecins généralistes, des guidelines centrées sur la déadoption des pratiques « low-value care », et des outils d’aide à la décision clinique, de préférence intégrés au dossier médical informatisé. Des études telles que celle-ci permettent d’amener une meilleure compréhension du contexte local dans lequel des interventions destinées à lutter contre la surmédicalisation sont envisagées, et ainsi faciliter leur implémentation.
La première ligne de soins, et les médecins généralistes en particulier, jouent un rôle central dans la lutte contre la surmédicalisation, qui représente un problème de santé publique préoccupant. Le but de cette étude est d’évaluer la perception qu’ont les médecins généralistes de ce concept de surmédicalisation, et les pistes d’action qu’ils proposent afin de favoriser la déadoption de pratiques dites « low-value care ». Cette étude qualitative a été réalisée au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés. Douze médecins ont été interrogés. Les médecins interrogés tendent initialement à confondre les concepts de surmédicalisation et de surtraitement, mais se corrigent rapidement. Ils identifient plusieurs facteurs responsables de la surmédicalisation, relevant tant du patient que du prescripteur. Les participants identifient plusieurs ressources pour lutter contre la surmédicalisation : des formations destinées à sensibiliser les médecins généralistes, des guidelines centrées sur la déadoption des pratiques « low-value care », et des outils d’aide à la décision clinique, de préférence intégrés au dossier médical informatisé. Des études telles que celle-ci permettent d’amener une meilleure compréhension du contexte local dans lequel des interventions destinées à lutter contre la surmédicalisation sont envisagées, et ainsi faciliter leur implémentation.
HEINEN - OphélieUniversité de Liège
QD441 - QD326 - QS41 - QR31
La prévention des infections respiratoires en maisons de repos : Difficultés vécues par le personnel soignant dans l'application des recommandations
La prévention des infections respiratoires en maisons de repos : Difficultés vécues par le personnel soignant dans l'application des recommandations
Contexte Les infections respiratoires sont une cause fréquente de morbidité et mortalité au sein des maisons de repos. De nouvelles recommandations en matière de prévention sont apparues à la pandémie à coronavirus. Indépendamment de leur effet le covid-19, des chiffres belges suggèrent un effet positif sur l'incidence d'autres infections respiratoires, comme la grippe. A l'opposé, les mesures semblent s'accompagner de plusieurs difficultés dans leur application. L'objectif de ce travail est d'évaluer, du point de vue du personnel de maison de repos, les difficultés que représentent ces nouvelles recommandations afin de rechercher des pistes d'amélioration. Méthode Il s'agit d'une étude qualitative réalisée auprès du personnel soignant de 4 maisons de repos en Province de Liège. La modalité utilisée est double : entretiens semi-dirigés et questionnaires écrits. Résultats Au total, 11 participants ont été recrutés. Plusieurs difficultés ont pu être mises en évidence : la collaboration des patients ; la collaboration des familles ; L'incompatibilité des mesures avec la réalité du terrain ; la surcharge de travail ; le maintien des mesures dans le temps ; la confusion des recommandations ; le manque de matériel ; l'encadrement du personnel ; le regard des autres ; la collaboration des médecins traitants ; la pression financière. Conclusion Les difficultés évoquées suggèrent que les recommandations actuelles ne sont pas suffisamment représentatives de la réalité des maisons de repos. Une réflexion supplémentaire, idéalement pluridisciplinaire, prenant en compte les possibilités réelles du terrain semble pertinente pour élaborer un plan de prévention plus durable.
Contexte Les infections respiratoires sont une cause fréquente de morbidité et mortalité au sein des maisons de repos. De nouvelles recommandations en matière de prévention sont apparues à la pandémie à coronavirus. Indépendamment de leur effet le covid-19, des chiffres belges suggèrent un effet positif sur l'incidence d'autres infections respiratoires, comme la grippe. A l'opposé, les mesures semblent s'accompagner de plusieurs difficultés dans leur application. L'objectif de ce travail est d'évaluer, du point de vue du personnel de maison de repos, les difficultés que représentent ces nouvelles recommandations afin de rechercher des pistes d'amélioration. Méthode Il s'agit d'une étude qualitative réalisée auprès du personnel soignant de 4 maisons de repos en Province de Liège. La modalité utilisée est double : entretiens semi-dirigés et questionnaires écrits. Résultats Au total, 11 participants ont été recrutés. Plusieurs difficultés ont pu être mises en évidence : la collaboration des patients ; la collaboration des familles ; L'incompatibilité des mesures avec la réalité du terrain ; la surcharge de travail ; le maintien des mesures dans le temps ; la confusion des recommandations ; le manque de matériel ; l'encadrement du personnel ; le regard des autres ; la collaboration des médecins traitants ; la pression financière. Conclusion Les difficultés évoquées suggèrent que les recommandations actuelles ne sont pas suffisamment représentatives de la réalité des maisons de repos. Une réflexion supplémentaire, idéalement pluridisciplinaire, prenant en compte les possibilités réelles du terrain semble pertinente pour élaborer un plan de prévention plus durable.
Nicolas - BorisUniversité de Liège
QR31 - QS41 - QD41 - QC15 - QD32 - QT32
Quels sont les objectifs glycémiques chez les patients diabétiques de type 2 âgés : Réponse au moyen d'une revue de littéraure
Quels sont les objectifs glycémiques chez les patients diabétiques de type 2 âgés : Réponse au moyen d'une revue de littéraure
Le diabète de type 2 est une pathologie très prévalente chez les personnes âgées. La polymédication, l’altération fonctionnelle et cognitive, l’institutionnalisation et la présence d’autres comorbidités sont des caractéristiques liées au vieillissement et au diabète. Les patients âgés diabétiques sont fréquemment sujets aux hypoglycémies. Les cibles glycémiques ne font pas l’objet de consensus international. Elles doivent être adaptées individuellement et réévaluées régulièrement en tenant compte des préférence du patient. La présence d’une insuffisance rénale et le risque d’hypoglycémie sont des éléments déterminants pour définir la stratégie thérapeutique à adapter. Le surtraitement est très fréquent chez les personnes âgées et la désintensification des schémas thérapeutiques doit être une priorité chez les praticiens.
Le diabète de type 2 est une pathologie très prévalente chez les personnes âgées. La polymédication, l’altération fonctionnelle et cognitive, l’institutionnalisation et la présence d’autres comorbidités sont des caractéristiques liées au vieillissement et au diabète. Les patients âgés diabétiques sont fréquemment sujets aux hypoglycémies. Les cibles glycémiques ne font pas l’objet de consensus international. Elles doivent être adaptées individuellement et réévaluées régulièrement en tenant compte des préférence du patient. La présence d’une insuffisance rénale et le risque d’hypoglycémie sont des éléments déterminants pour définir la stratégie thérapeutique à adapter. Le surtraitement est très fréquent chez les personnes âgées et la désintensification des schémas thérapeutiques doit être une priorité chez les praticiens.
Furlan - PaulineUniversité de Liège
T90 - QC15 - 50.000 - QT33
Comment les médecins généralistes envisagent-ils la corticothérapie? Abord de la question dans 3 pathologies: la capsulite rétractile, la lombalgie avec radiculopathie et la mono-arthrite microcristalline. Etude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes de la région verviétoise
Comment les médecins généralistes envisagent-ils la corticothérapie? Abord de la question dans 3 pathologies: la capsulite rétractile, la lombalgie avec radiculopathie et la mono-arthrite microcristalline. Etude qualitative par entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes de la région verviétoise
Introduction: La corticothérapie fait partie de l’arsenal thérapeutique du médecin généraliste. Elle peut être bénéfique pour le patient mais également être la cause d’effets secondaires graves quelle que soit la durée du traitement. Les médecins généralistes sont de grands prescripteurs de corticoïdes. L’objectif de ce travail était de déterminer la représentation des corticoïdes chez les médecins généralistes, leurs habitudes de prescription en ciblant 3 pathologies : la capsulite rétractile, la lombalgie avec radiculopathie et la mono-arthrite microcristalline. Méthodologie: Une étude qualitative a été réalisée à l’aide d’entretiens semi-dirigés auprès de onze médecins généralistes appartenant au cercle de garde de Verviers. Un guide d’entretien a été rédigé et divisé en trois thèmes. Le premier reprenait l’aisance face à la prescription des corticoïdes. Le deuxième thème ciblait la prise en charge des trois pathologies et le troisième s’attardait sur la relation patient-médecin. Résultats: Les corticoïdes étaient employés souvent en dernier recours et de manière prudente. Les médecins surveillaient une série d’antécédents. Les prescriptions étaient influencées par l’expérience personnelle, la connaissance du patient, les formations suivies. Dans la capsulite, les infiltrations étaient plus souvent prescrites en cas d’échec des autres mesures thérapeutiques. Les comprimés de méthylprednisolone étaient proposés moins fréquemment. Concernant la lombalgie avec radiculopathie, chaque médecin avait déjà prescrit des corticoïdes. Dans la mono-arthrite, la moitié des médecins pouvait envisager une prescription de corticoïdes. Les patients se montraient parfois réticents face à la prescription. Des conseils étaient donnés afin que les corticoïdes soient pris correctement. L’automédication pouvait être observée. Conclusion: La démarche thérapeutique découle d’un ensemble de questionnements. Ce type de travail est applicable à d’autres traitements et permet de remettre en question notre pratique. Mots clés: Corticoïdes – Capsulite – Lombalgie avec radiculopathie – Mono-arthrite – Médecins généralistes - Etude qualitative
Introduction: La corticothérapie fait partie de l’arsenal thérapeutique du médecin généraliste. Elle peut être bénéfique pour le patient mais également être la cause d’effets secondaires graves quelle que soit la durée du traitement. Les médecins généralistes sont de grands prescripteurs de corticoïdes. L’objectif de ce travail était de déterminer la représentation des corticoïdes chez les médecins généralistes, leurs habitudes de prescription en ciblant 3 pathologies : la capsulite rétractile, la lombalgie avec radiculopathie et la mono-arthrite microcristalline. Méthodologie: Une étude qualitative a été réalisée à l’aide d’entretiens semi-dirigés auprès de onze médecins généralistes appartenant au cercle de garde de Verviers. Un guide d’entretien a été rédigé et divisé en trois thèmes. Le premier reprenait l’aisance face à la prescription des corticoïdes. Le deuxième thème ciblait la prise en charge des trois pathologies et le troisième s’attardait sur la relation patient-médecin. Résultats: Les corticoïdes étaient employés souvent en dernier recours et de manière prudente. Les médecins surveillaient une série d’antécédents. Les prescriptions étaient influencées par l’expérience personnelle, la connaissance du patient, les formations suivies. Dans la capsulite, les infiltrations étaient plus souvent prescrites en cas d’échec des autres mesures thérapeutiques. Les comprimés de méthylprednisolone étaient proposés moins fréquemment. Concernant la lombalgie avec radiculopathie, chaque médecin avait déjà prescrit des corticoïdes. Dans la mono-arthrite, la moitié des médecins pouvait envisager une prescription de corticoïdes. Les patients se montraient parfois réticents face à la prescription. Des conseils étaient donnés afin que les corticoïdes soient pris correctement. L’automédication pouvait être observée. Conclusion: La démarche thérapeutique découle d’un ensemble de questionnements. Ce type de travail est applicable à d’autres traitements et permet de remettre en question notre pratique. Mots clés: Corticoïdes – Capsulite – Lombalgie avec radiculopathie – Mono-arthrite – Médecins généralistes - Etude qualitative
Cerfontaine - FlorineUniversité de Liège
A85 - L92 - L86 - T92 - QS41 - QR31 - QD32 - QD44
Évaluation de l’indication de prothèse totale de genou : enquête auprès des médecins généralistes du Condroz
Évaluation de l’indication de prothèse totale de genou : enquête auprès des médecins généralistes du Condroz
Introduction Certains patients atteints de gonarthrose sévère redoutent la mise en place d’une prothèse chirurgicale. À de multiples reprises, j’ai été confronté aux interrogations des patients, relatives aux résultats de l’arthroplastie totale de genou, cherchant à savoir pourquoi les résultats sont variables d’un patient à l’autre. Sur ce sujet, certaines discussions auprès de confrères m’interpelaient par l’aspect fataliste de certains d’entre eux concernant leur implication dans la décision opératoire en la résumant à une demande d’avis chez un chirurgien orthopédique. Objectif L’objectif de ce travail était de comparer la pratique des médecins généralistes du Condroz en termes d’évaluation de l’indication d’arthroplastie totale de genou aux données de la littérature scientifique. Méthode Une revue de la littérature a été effectuée, s’articulant autour de trois axes, la physiopathologie et les données épidémiologiques, les outils développés dans l’évaluation globale de la gonarthrose et les recommandations de bonne pratique thérapeutique, et enfin les facteurs influençant les résultats post-opératoires d’une arthroplastie totale de genou. La seconde partie détaillait les résultats d’une étude mixte, quantitative et qualitative menée auprès d’un échantillon de médecins généralistes du Condroz dont le but était de décrire leur pratique en termes d’évaluation de l’indication d’arthroplastie totale de genou. Enfin, dans une dernière partie, j’ai réalisé une comparaison des résultats de l’étude et des données de la revue de la littérature. Résultats La pratique des MG du Condroz concernant l’évaluation articulaire peut être améliorée en évaluant les 3 paramètres de la gonarthrose : la douleur articulaire, l’impotence fonctionnelle et la réduction de la qualité de vie). Par ailleurs, ils prennent en considération les bons éléments modulant les résultats post-opératoires et évaluent correctement les contre-indications à l’arthroplastie totale de genou. Cependant certains éléments cités sont en réalité des facteurs modulants la réussite opératoire. Conclusion L’enquête auprès des MG du Condroz a mis en évidence que leur évaluation de l’indication de l’arthroplastie totale de genou chez les patients atteints de gonarthrose sévère doit être améliorée. Une sensibilisation sur la pratique clinique pourrait permettre une amélioration de l’évaluation opératoire et de la discussion médicale partagée.
Introduction Certains patients atteints de gonarthrose sévère redoutent la mise en place d’une prothèse chirurgicale. À de multiples reprises, j’ai été confronté aux interrogations des patients, relatives aux résultats de l’arthroplastie totale de genou, cherchant à savoir pourquoi les résultats sont variables d’un patient à l’autre. Sur ce sujet, certaines discussions auprès de confrères m’interpelaient par l’aspect fataliste de certains d’entre eux concernant leur implication dans la décision opératoire en la résumant à une demande d’avis chez un chirurgien orthopédique. Objectif L’objectif de ce travail était de comparer la pratique des médecins généralistes du Condroz en termes d’évaluation de l’indication d’arthroplastie totale de genou aux données de la littérature scientifique. Méthode Une revue de la littérature a été effectuée, s’articulant autour de trois axes, la physiopathologie et les données épidémiologiques, les outils développés dans l’évaluation globale de la gonarthrose et les recommandations de bonne pratique thérapeutique, et enfin les facteurs influençant les résultats post-opératoires d’une arthroplastie totale de genou. La seconde partie détaillait les résultats d’une étude mixte, quantitative et qualitative menée auprès d’un échantillon de médecins généralistes du Condroz dont le but était de décrire leur pratique en termes d’évaluation de l’indication d’arthroplastie totale de genou. Enfin, dans une dernière partie, j’ai réalisé une comparaison des résultats de l’étude et des données de la revue de la littérature. Résultats La pratique des MG du Condroz concernant l’évaluation articulaire peut être améliorée en évaluant les 3 paramètres de la gonarthrose : la douleur articulaire, l’impotence fonctionnelle et la réduction de la qualité de vie). Par ailleurs, ils prennent en considération les bons éléments modulant les résultats post-opératoires et évaluent correctement les contre-indications à l’arthroplastie totale de genou. Cependant certains éléments cités sont en réalité des facteurs modulants la réussite opératoire. Conclusion L’enquête auprès des MG du Condroz a mis en évidence que leur évaluation de l’indication de l’arthroplastie totale de genou chez les patients atteints de gonarthrose sévère doit être améliorée. Une sensibilisation sur la pratique clinique pourrait permettre une amélioration de l’évaluation opératoire et de la discussion médicale partagée.
LEBEAU - MaxenceUniversité de Liège
L90 - 54.004 - A89 - A13 - 45.000
Difficultés à aborder la problématique du surpoids de la population adulte en médecine générale: blocages et réticences. Etude menée auprès de médecins généralistes en francophonie belge
Difficultés à aborder la problématique du surpoids de la population adulte en médecine générale: blocages et réticences. Etude menée auprès de médecins généralistes en francophonie belge
Résumé Objectifs : Explorer les barrières perçues par les médecins généralistes lors de discussion relative à la problématique du surpoids, identifier les possibles stratégies mises en place pour outrepasser ces barrières. Méthode : Étude qualitative composée de 12 entretiens semi dirigés pour explorer les freins, opinions et expériences à l’initiation de la discussion du surpoids. La retranscription des interviews a été soumise à une grille d’analyse thématique. Participants : Douze médecins généralistes âgés entre 26 et 60 ans (âge médian 34,75 ans) ont été interviewés. Tous travaillant en francophonie belge. Résultats et discussion : Les barrières relatives à la discussion du poids sont multiples et variées, les plus prédominantes sont : le temps et les ressources nécessaires pour soulever un sujet complexe, la peur de stigmatisation du patient, la crainte de conséquences négatives. Ces difficultés sont présentes dès qu’on aborde ce sujet en consultation de routine et il convient de noter que les médecins se sentent nettement plus à l’aise pour aborder la question du poids lorsqu’une pathologie y est associée. Une connaissance personnelle du patient et l’identification du «moment adéquat» sont des éléments également déterminants. Conclusion : Le médecin généraliste belge francophone est soumis aux mêmes freins que ses homologues internationaux. Il existe une certaine incertitude quant à la façon dont le patient va réagir face à ce sujet. La prise en charge est également entachée d’échecs importants pouvant ébranler la motivation du praticien à discuter d’une perte de poids. La complexité du surpoids est évidente et multifactorielle. Par conséquent, une prise en charge multidisciplinaire est requise ainsi qu’une volonté politique pour faciliter la mise en place de celle ci.
Résumé Objectifs : Explorer les barrières perçues par les médecins généralistes lors de discussion relative à la problématique du surpoids, identifier les possibles stratégies mises en place pour outrepasser ces barrières. Méthode : Étude qualitative composée de 12 entretiens semi dirigés pour explorer les freins, opinions et expériences à l’initiation de la discussion du surpoids. La retranscription des interviews a été soumise à une grille d’analyse thématique. Participants : Douze médecins généralistes âgés entre 26 et 60 ans (âge médian 34,75 ans) ont été interviewés. Tous travaillant en francophonie belge. Résultats et discussion : Les barrières relatives à la discussion du poids sont multiples et variées, les plus prédominantes sont : le temps et les ressources nécessaires pour soulever un sujet complexe, la peur de stigmatisation du patient, la crainte de conséquences négatives. Ces difficultés sont présentes dès qu’on aborde ce sujet en consultation de routine et il convient de noter que les médecins se sentent nettement plus à l’aise pour aborder la question du poids lorsqu’une pathologie y est associée. Une connaissance personnelle du patient et l’identification du «moment adéquat» sont des éléments également déterminants. Conclusion : Le médecin généraliste belge francophone est soumis aux mêmes freins que ses homologues internationaux. Il existe une certaine incertitude quant à la façon dont le patient va réagir face à ce sujet. La prise en charge est également entachée d’échecs importants pouvant ébranler la motivation du praticien à discuter d’une perte de poids. La complexité du surpoids est évidente et multifactorielle. Par conséquent, une prise en charge multidisciplinaire est requise ainsi qu’une volonté politique pour faciliter la mise en place de celle ci.
Frenck - DamienUniversité de Liège
QR31 - T82 - T08 - 46.000 - 66.009
Evaluation du comportement des médecins généralistes de la Basse-Meuse face à la consommation chronique de benzodiazépines dans le contexte d’anxiété et des troubles du sommeil
Evaluation du comportement des médecins généralistes de la Basse-Meuse face à la consommation chronique de benzodiazépines dans le contexte d’anxiété et des troubles du sommeil
Les troubles du sommeil et l’anxiété sont des plaintes fréquemment rencontrées en consultation de médecine générale. Les benzodiazépines (BZD) sont des molécules habituellement prescrites dans ces contextes et souvent renouvelées bien au-delà de la durée de traitement recommandée. Malgré plusieurs campagnes du SPF Santé publique, la consommation de somnifères et de calmants en Belgique reste préoccupante. L’utilisation chronique de ces molécules induit des effets indésirables et une majoration des risques pour le patient, encore plus chez les patients âgés de plus de 65ans. Durant mon assistanat, j’ai côtoyé de nombreux patients consommant ces BZD depuis plusieurs mois ou années dans les contextes d’anxiété ou d’insomnie. En théorie cela semblait abordable d’instaurer une diminution de ces molécules. Dans ma pratique, je me suis rendu compte que cela était plus difficile que prévu. Pour finaliser mes recherches, je me suis intéressée au comportement de médecins généralistes de la Basse-Meuse vis-à-vis de ces prescriptions chroniques de BZD, principalement dans le contexte d’anxiolyse et d’insomnie. L’objectif étant de comprendre leur comportement de prescription, les freins rencontrés dans la pratique et d’apporter des solutions.
Les troubles du sommeil et l’anxiété sont des plaintes fréquemment rencontrées en consultation de médecine générale. Les benzodiazépines (BZD) sont des molécules habituellement prescrites dans ces contextes et souvent renouvelées bien au-delà de la durée de traitement recommandée. Malgré plusieurs campagnes du SPF Santé publique, la consommation de somnifères et de calmants en Belgique reste préoccupante. L’utilisation chronique de ces molécules induit des effets indésirables et une majoration des risques pour le patient, encore plus chez les patients âgés de plus de 65ans. Durant mon assistanat, j’ai côtoyé de nombreux patients consommant ces BZD depuis plusieurs mois ou années dans les contextes d’anxiété ou d’insomnie. En théorie cela semblait abordable d’instaurer une diminution de ces molécules. Dans ma pratique, je me suis rendu compte que cela était plus difficile que prévu. Pour finaliser mes recherches, je me suis intéressée au comportement de médecins généralistes de la Basse-Meuse vis-à-vis de ces prescriptions chroniques de BZD, principalement dans le contexte d’anxiolyse et d’insomnie. L’objectif étant de comprendre leur comportement de prescription, les freins rencontrés dans la pratique et d’apporter des solutions.
Pirlet - DelphineUniversité de Liège
QC41 - QD326 - QD325 - P74 - P06
Projet thérapeutique : recherche quantitative sur les facteurs influençant leur conception auprès de médecins généralistes exerçant en Province de Liège
Projet thérapeutique : recherche quantitative sur les facteurs influençant leur conception auprès de médecins généralistes exerçant en Province de Liège
Introduction Le vieillissement de la population constitue un défi pour notre société mais également une opportunité de réflexion sur le processus que constitue un projet thérapeutique. Considérant que les personnes âgées de plus de 80 ans constituent une tranche de la population ayant la particularité de cumuler la polypathologie et la chronicité, le projet thérapeutique peut constituer un levier dans l’amélioration de la coordination des soins. Pourtant, ce processus semble être encore peu exploité en médecine générale. Méthode La première partie consiste en une définition de quelques concepts utiles à la compréhension du travail. La seconde partie détaille les résultats d’une étude quantitative menée auprès d’un échantillon de médecins généralistes de la Province de Liège dans le but d’évaluer les facteurs influençant la conception d’un projet thérapeutique. La dernière partie propose une analyse des résultats démontrant certains freins et des pistes pour les lever. Résultat La majorité des généralistes interrogés témoigne d’un taux faible d’utilisation du projet thérapeutique. Ils évoquent également un manque de ressources pédagogiques et de temps pour concevoir ceux-ci. Un lien de causalité entre le manque de formation et l’impression de manquer de temps est envisagé. D’autres freins sont mentionnés comme, par exemple, une barrière linguistique et émotionnelle. Néanmoins, le projet thérapeutique peut être un véritable levier dans l’amélioration de qualité des soins et être envisagé comme outil d’empowerment pour le patient. Conclusion Une promotion plus importante de formations ou cours pratiques sur la conception d’un projet thérapeutique s’impose. Des moyens pédagogiques plus nombreux et efficaces pourraient démarrer un cercle vertueux. Un sentiment d’aptitude et de familiarisation avec ce processus permettrait de lever certains freins complètement ou partiellement tels que la perception d’une tâche très chronophage ou encore le sentiment de malaise à aborder certains scénarios avec le patient.
Introduction Le vieillissement de la population constitue un défi pour notre société mais également une opportunité de réflexion sur le processus que constitue un projet thérapeutique. Considérant que les personnes âgées de plus de 80 ans constituent une tranche de la population ayant la particularité de cumuler la polypathologie et la chronicité, le projet thérapeutique peut constituer un levier dans l’amélioration de la coordination des soins. Pourtant, ce processus semble être encore peu exploité en médecine générale. Méthode La première partie consiste en une définition de quelques concepts utiles à la compréhension du travail. La seconde partie détaille les résultats d’une étude quantitative menée auprès d’un échantillon de médecins généralistes de la Province de Liège dans le but d’évaluer les facteurs influençant la conception d’un projet thérapeutique. La dernière partie propose une analyse des résultats démontrant certains freins et des pistes pour les lever. Résultat La majorité des généralistes interrogés témoigne d’un taux faible d’utilisation du projet thérapeutique. Ils évoquent également un manque de ressources pédagogiques et de temps pour concevoir ceux-ci. Un lien de causalité entre le manque de formation et l’impression de manquer de temps est envisagé. D’autres freins sont mentionnés comme, par exemple, une barrière linguistique et émotionnelle. Néanmoins, le projet thérapeutique peut être un véritable levier dans l’amélioration de qualité des soins et être envisagé comme outil d’empowerment pour le patient. Conclusion Une promotion plus importante de formations ou cours pratiques sur la conception d’un projet thérapeutique s’impose. Des moyens pédagogiques plus nombreux et efficaces pourraient démarrer un cercle vertueux. Un sentiment d’aptitude et de familiarisation avec ce processus permettrait de lever certains freins complètement ou partiellement tels que la perception d’une tâche très chronophage ou encore le sentiment de malaise à aborder certains scénarios avec le patient.
Benlafya - NassimUniversité de Liège
QR32 - QS33 - QP2 - QO4 - QC15
La place du médecin généraliste dans l’initiation d’un traitement par pilule contraceptive : Avis des jeunes patientes du Centre de Santé de l’Ourthe
La place du médecin généraliste dans l’initiation d’un traitement par pilule contraceptive : Avis des jeunes patientes du Centre de Santé de l’Ourthe
Introduction : Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) reste relativement stable en Belgique depuis plusieurs années. L’information des jeunes filles et l’accessibilité à une méthode de contraception pourraient diminuer le nombre d’IVG. Les gynécologues, les médecins généralistes et les plannings familiaux sont les principaux prescripteurs de contraception en Belgique. Plusieurs études insistent sur la nécessité d’inclure le médecin généraliste dans la contraception afin de diminuer le taux d’IVG. Dans les faits, nous, médecins généralistes du Centre de Santé de l’Ourthe (CSO), n’avons pourtant que très peu de demandes d’initiations de pilule contraceptive. L’objectif de ce travail était de tenter de déterminer les facteurs influençant les jeunes patientes du CSO dans leur choix du prestataire de soins pour leur première prescription de pilule contraceptive et ainsi de trouver des pistes pour améliorer la place du médecin généraliste dans ce domaine. Méthodologie : Une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés a été réalisée auprès de patientes du CSO. Résultats : Les participantes se sont majoritairement tournées vers le gynécologue pour l’initiation de leur contraception. Elles n’évoquent pas de raisons particulières à cela. La plupart ont simplement suivi les conseils de leurs proches (en particulier leur maman) ou n’étaient pas au courant de la possibilité de s’adresser au médecin généraliste. La crainte d’un examen gynécologique de la part de leur médecin généraliste semble également être un frein pour quelques patientes. Les jeunes filles reconnaissent certains avantages au médecin généraliste dans ce domaine, notamment la plus grande facilité d’accès (prix et délai de rendez-vous) et la relation privilégiée entre un généraliste et ses patients. Conclusions et perspectives : Les participantes sont dans l’ensemble ouvertes à l’idée d’inclure le médecin généraliste dans l’initiation de leur contraception. L’information des patientes sur le déroulement de la consultation dédiée à cela (notamment l’absence d’examen gynécologue) ainsi que sur la place que peut tenir le médecin généraliste semble être la principale piste à explorer pour augmenter le recours des adolescentes à celui-ci dans le domaine de la contraception. Mots-clés : Pilule contraceptive, initiation, médecin généraliste, gynécologue, préférences, freins, adolescentes, étude qualitative
Introduction : Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) reste relativement stable en Belgique depuis plusieurs années. L’information des jeunes filles et l’accessibilité à une méthode de contraception pourraient diminuer le nombre d’IVG. Les gynécologues, les médecins généralistes et les plannings familiaux sont les principaux prescripteurs de contraception en Belgique. Plusieurs études insistent sur la nécessité d’inclure le médecin généraliste dans la contraception afin de diminuer le taux d’IVG. Dans les faits, nous, médecins généralistes du Centre de Santé de l’Ourthe (CSO), n’avons pourtant que très peu de demandes d’initiations de pilule contraceptive. L’objectif de ce travail était de tenter de déterminer les facteurs influençant les jeunes patientes du CSO dans leur choix du prestataire de soins pour leur première prescription de pilule contraceptive et ainsi de trouver des pistes pour améliorer la place du médecin généraliste dans ce domaine. Méthodologie : Une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés a été réalisée auprès de patientes du CSO. Résultats : Les participantes se sont majoritairement tournées vers le gynécologue pour l’initiation de leur contraception. Elles n’évoquent pas de raisons particulières à cela. La plupart ont simplement suivi les conseils de leurs proches (en particulier leur maman) ou n’étaient pas au courant de la possibilité de s’adresser au médecin généraliste. La crainte d’un examen gynécologique de la part de leur médecin généraliste semble également être un frein pour quelques patientes. Les jeunes filles reconnaissent certains avantages au médecin généraliste dans ce domaine, notamment la plus grande facilité d’accès (prix et délai de rendez-vous) et la relation privilégiée entre un généraliste et ses patients. Conclusions et perspectives : Les participantes sont dans l’ensemble ouvertes à l’idée d’inclure le médecin généraliste dans l’initiation de leur contraception. L’information des patientes sur le déroulement de la consultation dédiée à cela (notamment l’absence d’examen gynécologue) ainsi que sur la place que peut tenir le médecin généraliste semble être la principale piste à explorer pour augmenter le recours des adolescentes à celui-ci dans le domaine de la contraception. Mots-clés : Pilule contraceptive, initiation, médecin généraliste, gynécologue, préférences, freins, adolescentes, étude qualitative
Lebeau - MarieUniversité de Liège
50.006 - W11 - QC13 - QC22 - QP4 - QR31 - QS41
La Vidéo-consultation dans la pratique de la médecine générale au forfait: Retour d'expériences de la crise du coronavirus et perspectives d'avenir.
La Vidéo-consultation dans la pratique de la médecine générale au forfait: Retour d'expériences de la crise du coronavirus et perspectives d'avenir.
Résumé Introduction: La téléconsultation a connu un boom sans précédent suite à la crise du coronavirus. La majorité des médecins généralistes a assuré le suivi de ses patients via la téléconsultation. La vidéo-consultation a été très peu utilisée durant le confinement contrairement aux suivis téléphoniques. Des études ont été faites sur les moyens de communications utilisés au niveau de la médecine générale durant la crise du coronavirus. Cependant, ces études se sont réalisées majoritairement auprès de médecins travaillant en solo. L'objectif de ce travail est donc de recueillir les vécus de médecins généralistes exerçant au forfait, sur leur utilisation de la vidéo-consultation durant la crise du coronavirus et dans le futur. Méthodologie: Une étude qualitative a été réalisée via des entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes exerçant au forfait en région liégeoise. Résultats: Des médecins de l'échantillon ont pu expérimenter la vidéo-consultation durant le confinement. Ils l'ont fait car celle-ci amenait des informations supplémentaires par rapport à la consultation téléphonique. L'ensemble de l'échantillon a exprimé les points négatifs et positifs à la mise en pratique de ce moyen de consultation à distance. Quand on les interroge sur l'avenir de cette nouvelle technologie, la majorité y voit une utilité, sous réserve de certaines améliorations techniques et à condition de cibler les motifs de consultation. Le fait de travailler au forfait n'a pas été ressenti comme un avantage sur le développement de la vidéo-consultation durant le confinement. Il semblerait par contre que le forfait apporte des facilités sur son exploitation future, notamment en terme de temps dégagé pour la mettre en pratique. Conclusion: La vidéo-consultation amène plus de satisfaction pour le médecin et le patient que le téléphone, elle est moins anxiogène et s'est montrée efficace dans la prise en charge de plusieurs patients. Actuellement, elle souffre d'inconvénients techniques et pratiques et nécessiterait la mise en place d'un cadre solide. La pratique au forfait présente un terrain propice au développement de la vidéo-consultation car cette pratique utilise plus les services d'eSanté et semble permettre une meilleure rentabilité en terme de son temps de travail. Mots clés: Vidéo-consultation, téléconsultation, coronavirus, pratique au forfait, médecine générale.
Résumé Introduction: La téléconsultation a connu un boom sans précédent suite à la crise du coronavirus. La majorité des médecins généralistes a assuré le suivi de ses patients via la téléconsultation. La vidéo-consultation a été très peu utilisée durant le confinement contrairement aux suivis téléphoniques. Des études ont été faites sur les moyens de communications utilisés au niveau de la médecine générale durant la crise du coronavirus. Cependant, ces études se sont réalisées majoritairement auprès de médecins travaillant en solo. L'objectif de ce travail est donc de recueillir les vécus de médecins généralistes exerçant au forfait, sur leur utilisation de la vidéo-consultation durant la crise du coronavirus et dans le futur. Méthodologie: Une étude qualitative a été réalisée via des entretiens semi-dirigés auprès de médecins généralistes exerçant au forfait en région liégeoise. Résultats: Des médecins de l'échantillon ont pu expérimenter la vidéo-consultation durant le confinement. Ils l'ont fait car celle-ci amenait des informations supplémentaires par rapport à la consultation téléphonique. L'ensemble de l'échantillon a exprimé les points négatifs et positifs à la mise en pratique de ce moyen de consultation à distance. Quand on les interroge sur l'avenir de cette nouvelle technologie, la majorité y voit une utilité, sous réserve de certaines améliorations techniques et à condition de cibler les motifs de consultation. Le fait de travailler au forfait n'a pas été ressenti comme un avantage sur le développement de la vidéo-consultation durant le confinement. Il semblerait par contre que le forfait apporte des facilités sur son exploitation future, notamment en terme de temps dégagé pour la mettre en pratique. Conclusion: La vidéo-consultation amène plus de satisfaction pour le médecin et le patient que le téléphone, elle est moins anxiogène et s'est montrée efficace dans la prise en charge de plusieurs patients. Actuellement, elle souffre d'inconvénients techniques et pratiques et nécessiterait la mise en place d'un cadre solide. La pratique au forfait présente un terrain propice au développement de la vidéo-consultation car cette pratique utilise plus les services d'eSanté et semble permettre une meilleure rentabilité en terme de son temps de travail. Mots clés: Vidéo-consultation, téléconsultation, coronavirus, pratique au forfait, médecine générale.
GRZESINSKI - QuentinUniversité de Liège
QP3 - QD12 - QR31 - QS12 - QO4 - QO4 - QS41
Quelles sont les spécificités rencontrées par le médecin généraliste lors de l’accompagnement du patient, de confession islamique, en soins palliatifs?
Quelles sont les spécificités rencontrées par le médecin généraliste lors de l’accompagnement du patient, de confession islamique, en soins palliatifs?
Introduction: Les soins palliatifs tendent à respecter les volontés de chacun, volontés pouvant notamment être influencées par des facteurs religieux. Il y a une présence musulmane notable en Belgique. Le médecin généraliste est le référent lorsqu’il s’agit de soins palliatifs. L’objectif de ce travail était de questionner les spécificités liées à cette foi, pouvant impacter sur les soins de fin de vie et de pouvoir apporter des clés pour une meilleure compréhension. Méthodologie: Une étude transversale et qualitative a été menée au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés auprès de six médecins généralistes. Résultats: Des thèmes similaires ont été abordés, souvent de manière spontanée, par les différents médecins interrogés. Parmi lesquels: la question de la limitation des soins thérapeutiques, la confusion quant à la définition des soins palliatifs, la crainte de l’altération de l’état de conscience et de l’accélération de la survenue de la mort, l’impact de la présence familiale nombreuse ainsi que le manque de sources d’informations spécifiques destinées aux médecins. Discussion et conclusions: Par définition, les soins palliatifs tiennent compte de la spiritualité et ne peuvent raccourcir la vie. Ils sont à distinguer de la sédation et de l’euthanasie. Bien que des spécificités liées à la religion islamique aient été évoquées concernant les soins palliatifs. Il existe peu voire pas d’étude à grande échelle concernant le sujet. Ce travail a tenté d’explorer la manière de pratiquer dans le monde musulman et de répondre aux questionnements mis en exergue par les entretiens en parcourant les écrits religieux.
Introduction: Les soins palliatifs tendent à respecter les volontés de chacun, volontés pouvant notamment être influencées par des facteurs religieux. Il y a une présence musulmane notable en Belgique. Le médecin généraliste est le référent lorsqu’il s’agit de soins palliatifs. L’objectif de ce travail était de questionner les spécificités liées à cette foi, pouvant impacter sur les soins de fin de vie et de pouvoir apporter des clés pour une meilleure compréhension. Méthodologie: Une étude transversale et qualitative a été menée au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés auprès de six médecins généralistes. Résultats: Des thèmes similaires ont été abordés, souvent de manière spontanée, par les différents médecins interrogés. Parmi lesquels: la question de la limitation des soins thérapeutiques, la confusion quant à la définition des soins palliatifs, la crainte de l’altération de l’état de conscience et de l’accélération de la survenue de la mort, l’impact de la présence familiale nombreuse ainsi que le manque de sources d’informations spécifiques destinées aux médecins. Discussion et conclusions: Par définition, les soins palliatifs tiennent compte de la spiritualité et ne peuvent raccourcir la vie. Ils sont à distinguer de la sédation et de l’euthanasie. Bien que des spécificités liées à la religion islamique aient été évoquées concernant les soins palliatifs. Il existe peu voire pas d’étude à grande échelle concernant le sujet. Ce travail a tenté d’explorer la manière de pratiquer dans le monde musulman et de répondre aux questionnements mis en exergue par les entretiens en parcourant les écrits religieux.
khalifa - wafaUniversité de Liège
QD26 - QP44 - QP2 - QS41 - QR31
Chlamydia trachomatis : Enquête quantitative pour l’amélioration du dépistage chez les femmes de 15 à 29 ans
Chlamydia trachomatis : Enquête quantitative pour l’amélioration du dépistage chez les femmes de 15 à 29 ans
Introduction : L’infection à Chlamydia trachomatis est l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente avec 131 millions de contaminations annuelles de par le monde. Les jeunes sont les plus touchés avec 34% d’infectés qui ont moins de 25 ans. Pour les femmes, le risque de complication peut aller jusqu’à la stérilité. Le dépistage est important car, dans plus de 70% des cas, l’infection est asymptomatique et, au moment du diagnostic un patient sur trois a déjà infecté un nouveau partenaire. Le dépistage est facile d’accès et l’autoprélèvement est une alternative valide. Une fois l’infection dépistée, il existe un traitement efficace et simple. Cette étude veut mettre en évidence la manière dont les femmes souhaiteraient réaliser ce dépistage et quels en sont les freins et les leviers, afin de l’améliorer. Méthode : Une étude quantitative anonyme et sur base volontaire a été réalisée auprès des jeunes femmes de 15 à 29 ans. Résultats : D’après cette étude, l’envoi du test à domicile semblait être une proposition adéquate, mais une implication du réseau des pharmaciens parait indispensable. Le rôle des médecins généralistes et des gynécologues restait important dans l’accessibilité au prélèvement. Les participantes de cette étude se sentaient en grande majorité capables de réaliser un autoprélèvement, soit avec l’aide d’un schéma/mode d’emploi écrit, soit grâce à une vidéo. Pour la réception des résultats, cette étude a montré une préférence pour un contact distanciel avec un professionnel de la santé, plutôt qu’en présentiel. Elle a également mis en évidence un intérêt pour la voie électronique. Le principal frein mis en évidence à la réalisation du dépistage par autoprélèvement était que les participantes ne se sentaient pas concernées. Quant aux leviers, ils s’agissaient d’une meilleure information de l’infection et du dépistage mais aussi la gratuité de l’analyse.
Introduction : L’infection à Chlamydia trachomatis est l’infection sexuellement transmissible la plus fréquente avec 131 millions de contaminations annuelles de par le monde. Les jeunes sont les plus touchés avec 34% d’infectés qui ont moins de 25 ans. Pour les femmes, le risque de complication peut aller jusqu’à la stérilité. Le dépistage est important car, dans plus de 70% des cas, l’infection est asymptomatique et, au moment du diagnostic un patient sur trois a déjà infecté un nouveau partenaire. Le dépistage est facile d’accès et l’autoprélèvement est une alternative valide. Une fois l’infection dépistée, il existe un traitement efficace et simple. Cette étude veut mettre en évidence la manière dont les femmes souhaiteraient réaliser ce dépistage et quels en sont les freins et les leviers, afin de l’améliorer. Méthode : Une étude quantitative anonyme et sur base volontaire a été réalisée auprès des jeunes femmes de 15 à 29 ans. Résultats : D’après cette étude, l’envoi du test à domicile semblait être une proposition adéquate, mais une implication du réseau des pharmaciens parait indispensable. Le rôle des médecins généralistes et des gynécologues restait important dans l’accessibilité au prélèvement. Les participantes de cette étude se sentaient en grande majorité capables de réaliser un autoprélèvement, soit avec l’aide d’un schéma/mode d’emploi écrit, soit grâce à une vidéo. Pour la réception des résultats, cette étude a montré une préférence pour un contact distanciel avec un professionnel de la santé, plutôt qu’en présentiel. Elle a également mis en évidence un intérêt pour la voie électronique. Le principal frein mis en évidence à la réalisation du dépistage par autoprélèvement était que les participantes ne se sentaient pas concernées. Quant aux leviers, ils s’agissaient d’une meilleure information de l’infection et du dépistage mais aussi la gratuité de l’analyse.
Devos - AnouchkaUniversité de Liège
X92 - 31.003
Quels sont les freins et appuis au respect de la quarantaine chez les patients dans le cadre de la pandémie Covid-19 ? Quel est le rôle de la médecine générale ?
Quels sont les freins et appuis au respect de la quarantaine chez les patients dans le cadre de la pandémie Covid-19 ? Quel est le rôle de la médecine générale ?
Depuis plus d’un an, nous sommes en pandémie dû au virus de la Covid-19. En Belgique et dans d’autres pays, la vaccination, les mesures de distanciation sociales, le « testing, tracing, isolation » sont les principales stratégies de lutte contre le coronavirus. Pour réussir cette dernière stratégie, nous avons besoin que les patients appliquent correctement leur quarantaine préventive suite à un contact étroit. Or, au sein de notre maison médicale, nous avons pu observer que certains de nos patients étaient parfois peu compliants aux mesures y compris la quarantaine. La littérature, encore peu étoffée à ce sujet, rapporte également des difficultés de compliance dans d’autres pays et fait déjà état de plusieurs obstacles et enjeux. Il nous a paru important dans un premier temps d’évaluer les freins et les appuis au respect de la quarantaine afin de mieux comprendre les patients et dans un second temps tenter de définir le rôle du médecin généraliste. Nous avons donc réalisé une étude qualitative avec des entretiens semi-dirigés qui interrogent les patients de notre pratique, à l’aide d’un guide créé au préalable par nos soins. Nous avons analysé ces conversations de manière thématique. Notre étude a révélé différents freins et appuis au respect de la quarantaine et nous a confronté au fait que nous ne sommes pas tous égaux à ce niveau. Elle a également mis en lumière le rôle du médecin généraliste qui est source de confiance et donc un intervenant de choix pour aider le patient à respecter sa quarantaine. Pour améliorer cette compliance, nous pensons que le patient et la première ligne ont besoin d’un soutien à la fois financier, matériel et structurel.
Depuis plus d’un an, nous sommes en pandémie dû au virus de la Covid-19. En Belgique et dans d’autres pays, la vaccination, les mesures de distanciation sociales, le « testing, tracing, isolation » sont les principales stratégies de lutte contre le coronavirus. Pour réussir cette dernière stratégie, nous avons besoin que les patients appliquent correctement leur quarantaine préventive suite à un contact étroit. Or, au sein de notre maison médicale, nous avons pu observer que certains de nos patients étaient parfois peu compliants aux mesures y compris la quarantaine. La littérature, encore peu étoffée à ce sujet, rapporte également des difficultés de compliance dans d’autres pays et fait déjà état de plusieurs obstacles et enjeux. Il nous a paru important dans un premier temps d’évaluer les freins et les appuis au respect de la quarantaine afin de mieux comprendre les patients et dans un second temps tenter de définir le rôle du médecin généraliste. Nous avons donc réalisé une étude qualitative avec des entretiens semi-dirigés qui interrogent les patients de notre pratique, à l’aide d’un guide créé au préalable par nos soins. Nous avons analysé ces conversations de manière thématique. Notre étude a révélé différents freins et appuis au respect de la quarantaine et nous a confronté au fait que nous ne sommes pas tous égaux à ce niveau. Elle a également mis en lumière le rôle du médecin généraliste qui est source de confiance et donc un intervenant de choix pour aider le patient à respecter sa quarantaine. Pour améliorer cette compliance, nous pensons que le patient et la première ligne ont besoin d’un soutien à la fois financier, matériel et structurel.
Havard - AlexandraUniversité de Liège
QO4 - QO4 - QO4 - QP4 - QS41 - QR31
Collaboration interprofessionnelle dans la prise en charge des insuffisances respiratoires chroniques : une revue systématique de littérature
Collaboration interprofessionnelle dans la prise en charge des insuffisances respiratoires chroniques : une revue systématique de littérature
La collaboration interprofessionnelle semble essentielle pour optimaliser les soins primaires. Le nombre grandissant de patients atteints de maladies chroniques pousse à améliorer les méthodes de prises en charge. Ce travail détaille les expériences de pratique collaborative concernant les pathologies respiratoires chroniques, et plus particulièrement la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'asthme. Le but de cette revue systématique était d'établir les avantages et les inconvénients d'une collaboration pour les patients et les soignants.
La collaboration interprofessionnelle semble essentielle pour optimaliser les soins primaires. Le nombre grandissant de patients atteints de maladies chroniques pousse à améliorer les méthodes de prises en charge. Ce travail détaille les expériences de pratique collaborative concernant les pathologies respiratoires chroniques, et plus particulièrement la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'asthme. Le but de cette revue systématique était d'établir les avantages et les inconvénients d'une collaboration pour les patients et les soignants.
barbato - ugoUniversité de Liège
R95 - R79 - QS31 - QT33 - 46.000 - QS4 - 47.000
Réflexion sur l’apport d’un appareil portatif dans l’aide au diagnostic des apnées du sommeil en médecine générale
Réflexion sur l’apport d’un appareil portatif dans l’aide au diagnostic des apnées du sommeil en médecine générale
Introduction : Les apnées du sommeil sont à l’heure actuelle encore largement sous-diagnostiquées, principalement par manque de recommandations claires et d’outils pratiques pour le diagnostic en première ligne1,2,3. Or, elles représentent un facteur de risque majeur au niveau cardiovasculaire, augmentent la morbidité, la mortalité, le risque d’accidents de la route et réduisent la qualité de vie du patient4-8. Objectif : Apporter une réflexion sur l’intérêt de l’utilisation d’un appareil portatif pour le diagnostic des apnées du sommeil au cabinet de médecine générale au départ d’une étude statistique réalisée sur 90 de nos patients adultes testés entre 2017 et 2020. Méthode : Les patients ont été répertoriés selon leur âge, leur sexe, leurs facteurs de risque cardiovasculaire, les symptômes qu’ils présentaient au moment du test ainsi que le nombre d’apnées enregistrées par le Brizzy®. Ils ont ensuite été répartis en 4 groupes suivant le degré de sévérité du syndrome d’apnées du sommeil (SAHOS). Les résultats obtenus ont été comparés aux données de la littérature ainsi qu’aux résultats obtenus chez les patients ayant passé une polysomnographie à la suite d’un test positif au cabinet. Résultats : Plusieurs résultats apparaissent comme statistiquement non significatifs, principalement à cause du manque de méthode dans la réalisation des tests. En revanche, lorsqu’on compare les résultats obtenus par le Brizzy® et ceux enregistrés chez les patients ayant passé une polysomnographie par la suite, on obtient un même degré de sévérité du SAHOS dans 71% des cas. Conclusion : Le médecin généraliste a un rôle important à jouer dans le diagnostic du SAHOS chez les patients à risque. Des études plus approfondies doivent encore être menées, mais les appareils portatifs pourraient être une bonne aide au diagnostic, pour autant qu’ils soient utilisés chez une population soigneusement sélectionnée.
Introduction : Les apnées du sommeil sont à l’heure actuelle encore largement sous-diagnostiquées, principalement par manque de recommandations claires et d’outils pratiques pour le diagnostic en première ligne1,2,3. Or, elles représentent un facteur de risque majeur au niveau cardiovasculaire, augmentent la morbidité, la mortalité, le risque d’accidents de la route et réduisent la qualité de vie du patient4-8. Objectif : Apporter une réflexion sur l’intérêt de l’utilisation d’un appareil portatif pour le diagnostic des apnées du sommeil au cabinet de médecine générale au départ d’une étude statistique réalisée sur 90 de nos patients adultes testés entre 2017 et 2020. Méthode : Les patients ont été répertoriés selon leur âge, leur sexe, leurs facteurs de risque cardiovasculaire, les symptômes qu’ils présentaient au moment du test ainsi que le nombre d’apnées enregistrées par le Brizzy®. Ils ont ensuite été répartis en 4 groupes suivant le degré de sévérité du syndrome d’apnées du sommeil (SAHOS). Les résultats obtenus ont été comparés aux données de la littérature ainsi qu’aux résultats obtenus chez les patients ayant passé une polysomnographie à la suite d’un test positif au cabinet. Résultats : Plusieurs résultats apparaissent comme statistiquement non significatifs, principalement à cause du manque de méthode dans la réalisation des tests. En revanche, lorsqu’on compare les résultats obtenus par le Brizzy® et ceux enregistrés chez les patients ayant passé une polysomnographie par la suite, on obtient un même degré de sévérité du SAHOS dans 71% des cas. Conclusion : Le médecin généraliste a un rôle important à jouer dans le diagnostic du SAHOS chez les patients à risque. Des études plus approfondies doivent encore être menées, mais les appareils portatifs pourraient être une bonne aide au diagnostic, pour autant qu’ils soient utilisés chez une population soigneusement sélectionnée.

Introduction : Sleep apnea is still largely underdiagnosed, mainly due to lack of clear recommendations and practical tools for first line diagnosis1,2,3. However, it represents a major cardiovascular risk factor, increasing morbidity, mortality, risk of road accidents and reducing the quality of life4-8. Objective : To reflect on the value of using a portable device for the diagnosis of sleep apnoea in general practice based on a statistical study of 90 of our adult patients tested between 2017 and 2020. Method : Patients were identified by age, sex, cardiovascular risk factors, symptoms at the time of the test, and number of apnea detected by the Brizzy®. They were then divided into 4 groups according to the severity of SAHOS. The results obtained were compared with the literature and with the results obtained in patients who had undergone polysomnography following a positive test. Results : Several results appear to be not statistically significant, mainly because of the lack of method in the testing. In contrast, when comparing the results obtained by the Brizzy® and those recorded in patients who have subsequently undergone polysomnography, the same degree of severity of SAHOS is obtained in 71% of cases. Conclusion : The general practitioner has an important role to play in the diagnosis of SAHOS in at-risk patients. More in-depth studies are still needed, but portable devices may be a good diagnostic aid, as long as they are used in a carefully selected population.
Introduction : Sleep apnea is still largely underdiagnosed, mainly due to lack of clear recommendations and practical tools for first line diagnosis1,2,3. However, it represents a major cardiovascular risk factor, increasing morbidity, mortality, risk of road accidents and reducing the quality of life4-8. Objective : To reflect on the value of using a portable device for the diagnosis of sleep apnoea in general practice based on a statistical study of 90 of our adult patients tested between 2017 and 2020. Method : Patients were identified by age, sex, cardiovascular risk factors, symptoms at the time of the test, and number of apnea detected by the Brizzy®. They were then divided into 4 groups according to the severity of SAHOS. The results obtained were compared with the literature and with the results obtained in patients who had undergone polysomnography following a positive test. Results : Several results appear to be not statistically significant, mainly because of the lack of method in the testing. In contrast, when comparing the results obtained by the Brizzy® and those recorded in patients who have subsequently undergone polysomnography, the same degree of severity of SAHOS is obtained in 71% of cases. Conclusion : The general practitioner has an important role to play in the diagnosis of SAHOS in at-risk patients. More in-depth studies are still needed, but portable devices may be a good diagnostic aid, as long as they are used in a carefully selected population.
Nicaise - EloïseUniversité de Liège
P06 - 43.000 - K22 - A29
Analyse de la prise en charge d’un diabète de type 2 en période de Ramadan chez l’adulte en médecine générale
Analyse de la prise en charge d’un diabète de type 2 en période de Ramadan chez l’adulte en médecine générale
Introduction Le Ramadan est le mois sacré des musulmans au cours duquel le jeûne est prescrit pour tous de l’aube au coucher du soleil. Les patients diabétiques courent un plus grand risque de complications durant cette période en raison de la nature métabolique de la maladie et de changements dans l’apport alimentaire et hydrique. Le jeûne s’accompagne pour eux de risque d’hyperglycémie, d’hypoglycémie, de déshydratation, d’acidocétose diabétique et d’événements thrombo-emboliques. Matériel et Méthodes Le mémoire a été rédigé sous forme d’un Récit de Situation Complexe et Authentique permettant à l’auteur d’émettre un raisonnement clinique par une approche auto-critique sur sa prise en charge en comparaison à la littérature afin d’améliorer sa pratique future. Récit Le récit relate le cas d’un patient diabétique de type 2, âgée de 71 ans et aux multiples comorbidités, ayant décidé de jeûner en période de Ramadan. Il met également en évidence la prise en charge de l’auteur, son questionnement et ses ressentis quant à la situation. Résultats La prise en charge a débuté par une éducation thérapeutique axée sur le jeûne du Ramadan par les mesures de la glycémie, les règles hygiéno-diététiques et une adaptation thérapeutique pour réduire le risque d’hypoglycémie. Une évolution défavorable a eu lieu et une première alternative a été de substituer la prise d’antidiabétiques oraux par une insulinothérapie basale. Le schéma insulinique a rapidement été remplacé par une insuline prémixée afin de contrôler la glycémie. Analyses Cette partie reprend l’analyse des points positifs et négatifs de l’auteur sur sa prise en charge et décrit également une réflexion clinique guidant la rédaction du mémoire. Conclusion Bien qu’elles soient exemptées, de nombreuses personnes atteintes d’un diabète participent au jeûne du Ramadan. La prise en charge de ces patients doit intégrer le concept d’éducation thérapeutique axée sur cette période et s’accompagner d’une stratégie médicamenteuse appropriée et individualisée afin de réduire le risque de survenue de complications.
Introduction Le Ramadan est le mois sacré des musulmans au cours duquel le jeûne est prescrit pour tous de l’aube au coucher du soleil. Les patients diabétiques courent un plus grand risque de complications durant cette période en raison de la nature métabolique de la maladie et de changements dans l’apport alimentaire et hydrique. Le jeûne s’accompagne pour eux de risque d’hyperglycémie, d’hypoglycémie, de déshydratation, d’acidocétose diabétique et d’événements thrombo-emboliques. Matériel et Méthodes Le mémoire a été rédigé sous forme d’un Récit de Situation Complexe et Authentique permettant à l’auteur d’émettre un raisonnement clinique par une approche auto-critique sur sa prise en charge en comparaison à la littérature afin d’améliorer sa pratique future. Récit Le récit relate le cas d’un patient diabétique de type 2, âgée de 71 ans et aux multiples comorbidités, ayant décidé de jeûner en période de Ramadan. Il met également en évidence la prise en charge de l’auteur, son questionnement et ses ressentis quant à la situation. Résultats La prise en charge a débuté par une éducation thérapeutique axée sur le jeûne du Ramadan par les mesures de la glycémie, les règles hygiéno-diététiques et une adaptation thérapeutique pour réduire le risque d’hypoglycémie. Une évolution défavorable a eu lieu et une première alternative a été de substituer la prise d’antidiabétiques oraux par une insulinothérapie basale. Le schéma insulinique a rapidement été remplacé par une insuline prémixée afin de contrôler la glycémie. Analyses Cette partie reprend l’analyse des points positifs et négatifs de l’auteur sur sa prise en charge et décrit également une réflexion clinique guidant la rédaction du mémoire. Conclusion Bien qu’elles soient exemptées, de nombreuses personnes atteintes d’un diabète participent au jeûne du Ramadan. La prise en charge de ces patients doit intégrer le concept d’éducation thérapeutique axée sur cette période et s’accompagner d’une stratégie médicamenteuse appropriée et individualisée afin de réduire le risque de survenue de complications.
Yuksek - FatihUniversité de Liège
QO4
« Connaissances et opinions des médecins généralistes en région liégeoise à propos des recommandations, sur la pratique et la mise en œuvre d'une activité physique auprès de leur patientèle ainsi que leur positionnement sur ce sujet ? » Approche exploratoire du ressenti des généralistes en matière d’activité physique.
« Connaissances et opinions des médecins généralistes en région liégeoise à propos des recommandations, sur la pratique et la mise en œuvre d'une activité physique auprès de leur patientèle ainsi que leur positionnement sur ce sujet ? » Approche exploratoire du ressenti des généralistes en matière d’activité physique.
Malgré les bienfaits démontrés, préventifs et thérapeutiques sur de très nombreuses pathologies (diabète, cancer, maladies cardiovasculaires, dépression, démence,…) de l’activité physique, près de la moitié de la population belge et mondiale ne pratique pas d’activité physique régulière. Cette sédentarité a des impacts importants sur sa qualité de vie et se répercute au niveau sociétal, financier ainsi qu’en terme de productivité du fait des incapacités qu’elle entraîne 77. Le médecin généraliste, en tant qu’interlocuteur de prédilection des patients a un rôle majeur en matière de santé publique et de prévention par la recommandation à ses patients de la pratique d’une activité physique et d’un mode de vie plus actif. Dans ce travail, j’ai réexposé les recommandations globales d’activité physique de l’OMS, ainsi que les effets respectivement bénéfiques ou délétères de l’activité physique et de la sédentarité. J’ai poursuivi avec les méthodes d’évaluation. Ensuite, j’ai revu au travers de la littérature, le niveau, requis pour le médecin généraliste, de connaissance des recommandations en matière d’activité physique tant pour sa patientèle que pour sa propre activité. Puis j’ai redéfini brièvement le rôle de ce dernier au sein du dispositif global de renforcement de ces pratiques, dont la synergie éventuelle avec les interventions communautaires des autorités permettrait de renforcer l’activité des gens et réduire leur sédentarité. Finalement, sur base d’une approche exploratoire par questionnaire, je me suis proposé d’évaluer les connaissances globales en matière d’activité physique de médecins généralistes liégeois, ainsi que leur opinion concernant certaines questions relatives à celle-ci par enquête quantitative en ligne. Il leur était demandé secondairement de remplir un questionnaire d’évaluation de leur propre niveau d’activité physique (IPAQ SF). Malheureusement, la réponse à la partie du questionnaire concernant leur propre activité fut incorrectement complétée par les médecins, rendant les données inutilisables. Cet écueil est évoqué en fin de discussion.
Malgré les bienfaits démontrés, préventifs et thérapeutiques sur de très nombreuses pathologies (diabète, cancer, maladies cardiovasculaires, dépression, démence,…) de l’activité physique, près de la moitié de la population belge et mondiale ne pratique pas d’activité physique régulière. Cette sédentarité a des impacts importants sur sa qualité de vie et se répercute au niveau sociétal, financier ainsi qu’en terme de productivité du fait des incapacités qu’elle entraîne 77. Le médecin généraliste, en tant qu’interlocuteur de prédilection des patients a un rôle majeur en matière de santé publique et de prévention par la recommandation à ses patients de la pratique d’une activité physique et d’un mode de vie plus actif. Dans ce travail, j’ai réexposé les recommandations globales d’activité physique de l’OMS, ainsi que les effets respectivement bénéfiques ou délétères de l’activité physique et de la sédentarité. J’ai poursuivi avec les méthodes d’évaluation. Ensuite, j’ai revu au travers de la littérature, le niveau, requis pour le médecin généraliste, de connaissance des recommandations en matière d’activité physique tant pour sa patientèle que pour sa propre activité. Puis j’ai redéfini brièvement le rôle de ce dernier au sein du dispositif global de renforcement de ces pratiques, dont la synergie éventuelle avec les interventions communautaires des autorités permettrait de renforcer l’activité des gens et réduire leur sédentarité. Finalement, sur base d’une approche exploratoire par questionnaire, je me suis proposé d’évaluer les connaissances globales en matière d’activité physique de médecins généralistes liégeois, ainsi que leur opinion concernant certaines questions relatives à celle-ci par enquête quantitative en ligne. Il leur était demandé secondairement de remplir un questionnaire d’évaluation de leur propre niveau d’activité physique (IPAQ SF). Malheureusement, la réponse à la partie du questionnaire concernant leur propre activité fut incorrectement complétée par les médecins, rendant les données inutilisables. Cet écueil est évoqué en fin de discussion.
Brilmaker - ThomasUniversité de Liège
QD41 - QS41 - QD23 - QO4 - QO4 - QT33 - 45.000
Promouvoir et autonomiser nos patients pour la pratique d’une activité physique … Un défi à relever ! Évaluation des facteurs qui ont influencé la participation des patients majeurs de la Maison Médicale d’Ougrée à un bilan d’activité physique.
Promouvoir et autonomiser nos patients pour la pratique d’une activité physique … Un défi à relever ! Évaluation des facteurs qui ont influencé la participation des patients majeurs de la Maison Médicale d’Ougrée à un bilan d’activité physique.
Problématique : Les effets positifs de l’activité physique sur la santé et sur le bien-être sont connus du monde médical. Pourtant, la pratique de celle-ci n’est pas assez répandue. La Maison Médicale d’Ougrée a élaboré le projet « Pas à Pas » avec comme objectifs de promouvoir la pratique de l’activité physique et de viser l’autonomie des patients. L’équipe à proposer à ses patients un « bilan de l’activité physique » évaluant différents aspects de la littératie physique. Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude qualitative monocentrique de type inductive. L’étude visait à identifier et discuter les facteurs ayant influencés la participation au « bilan de l’activité physique ». La récolte des données a été effectuée via des entretiens semi-dirigés avec des patients majeurs de la Maison Médicale d’Ougrée souhaitant passer le bilan. L’analyse des verbatims a permis d’en extraire des thèmes. Ces thèmes ont été ensuite classés selon les 4 domaines de la littératie physique (physique, cognitif, psychologique et social). Résultats : 34 thèmes ont été mis en évidence à l’issue des entretiens. Les thèmes issus du domaine social de la littératie physique prédominent (relation et communication entre le patient et le thérapeute). Les facteurs logistiques sont souvent identifiés comme des freins. Conclusion : L’étude a mis en exergue le rôle que pourrait jouer les thérapeutes dans la promotion de l’activité physique à sa patientèle. D’autres analyses et études seraient pertinentes et souhaitables pour continuer la réflexion sur l’adhésion au programme « Pas à Pas » en fonction des profils de patient.
Problématique : Les effets positifs de l’activité physique sur la santé et sur le bien-être sont connus du monde médical. Pourtant, la pratique de celle-ci n’est pas assez répandue. La Maison Médicale d’Ougrée a élaboré le projet « Pas à Pas » avec comme objectifs de promouvoir la pratique de l’activité physique et de viser l’autonomie des patients. L’équipe à proposer à ses patients un « bilan de l’activité physique » évaluant différents aspects de la littératie physique. Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude qualitative monocentrique de type inductive. L’étude visait à identifier et discuter les facteurs ayant influencés la participation au « bilan de l’activité physique ». La récolte des données a été effectuée via des entretiens semi-dirigés avec des patients majeurs de la Maison Médicale d’Ougrée souhaitant passer le bilan. L’analyse des verbatims a permis d’en extraire des thèmes. Ces thèmes ont été ensuite classés selon les 4 domaines de la littératie physique (physique, cognitif, psychologique et social). Résultats : 34 thèmes ont été mis en évidence à l’issue des entretiens. Les thèmes issus du domaine social de la littératie physique prédominent (relation et communication entre le patient et le thérapeute). Les facteurs logistiques sont souvent identifiés comme des freins. Conclusion : L’étude a mis en exergue le rôle que pourrait jouer les thérapeutes dans la promotion de l’activité physique à sa patientèle. D’autres analyses et études seraient pertinentes et souhaitables pour continuer la réflexion sur l’adhésion au programme « Pas à Pas » en fonction des profils de patient.
Louis - RomainUniversité de Liège
QD23 - QR31 - QD41 - QS1 - QC14 - QO4 - QO4 - QS41
Covid-19 et risque de myocardite : recommandations de reprise de l’activité physique chez l’athlète suite à une infection par le SARS-CoV-2
Covid-19 et risque de myocardite : recommandations de reprise de l’activité physique chez l’athlète suite à une infection par le SARS-CoV-2
Introduction: La maladie à coronavirus 2019 est causée par le coronavirus 2 responsable du syndrome respiratoire sévère aigu. Bien qu’il possède un tropisme particulier pour le système respiratoire, il peut également toucher le muscle cardiaque et provoquer une myocardite aigüe. Le retour à l’activité physique chez les athlètes après une infection à la covid-19 suscite de nombreuses questions car la myocardite est l’une des causes de mort subite cardiaque. Il n’existe actuellement aucun guide de bonne pratique clinique à ce sujet. Méthodologie: Une revue de la littérature a été effectuée en insérant plusieurs mots-clés dans la base de données PubMed afin de réaliser une mise au point des connaissances scientifique concernant l’évaluation clinique de la myocardite aigüe liée à la maladie coronavirus 2019. Ensuite, la même démarche a été répliquée afin de rechercher des recommandations concernant la reprise de l’activité physique après une infection à la covid-19 chez l’athlète adulte. Résultats: La présentation clinique de la myocardite aigüe est très hétérogène. Le dosage de la troponine ultrasensible, l’électrocardiogramme, l’échocardiogramme et la résonnance magnétique cardiaque font partie de l’évaluation cardiaque à réaliser en cas de suspicion de myocardite. Les recommandations de reprise de l’activité physique chez l’athlète ayant contracté la covid-19 sont basées sur la présence ou absence de symptômes. Discussion et conclusion Le manque de données de haut niveau de preuve sur la prévalence et les complications à long terme de la myocardite liée à la covid-19 imposent actuellement une approche conservatrice de la reprise de l’activité physique. Un algorithme décisionnel pour les médecins généralistes a été proposé. Mots clés: coronavirus 2019 (A77), myocardite (K70), activité physique (QPXXA), revue de la littérature (QT33)
Introduction: La maladie à coronavirus 2019 est causée par le coronavirus 2 responsable du syndrome respiratoire sévère aigu. Bien qu’il possède un tropisme particulier pour le système respiratoire, il peut également toucher le muscle cardiaque et provoquer une myocardite aigüe. Le retour à l’activité physique chez les athlètes après une infection à la covid-19 suscite de nombreuses questions car la myocardite est l’une des causes de mort subite cardiaque. Il n’existe actuellement aucun guide de bonne pratique clinique à ce sujet. Méthodologie: Une revue de la littérature a été effectuée en insérant plusieurs mots-clés dans la base de données PubMed afin de réaliser une mise au point des connaissances scientifique concernant l’évaluation clinique de la myocardite aigüe liée à la maladie coronavirus 2019. Ensuite, la même démarche a été répliquée afin de rechercher des recommandations concernant la reprise de l’activité physique après une infection à la covid-19 chez l’athlète adulte. Résultats: La présentation clinique de la myocardite aigüe est très hétérogène. Le dosage de la troponine ultrasensible, l’électrocardiogramme, l’échocardiogramme et la résonnance magnétique cardiaque font partie de l’évaluation cardiaque à réaliser en cas de suspicion de myocardite. Les recommandations de reprise de l’activité physique chez l’athlète ayant contracté la covid-19 sont basées sur la présence ou absence de symptômes. Discussion et conclusion Le manque de données de haut niveau de preuve sur la prévalence et les complications à long terme de la myocardite liée à la covid-19 imposent actuellement une approche conservatrice de la reprise de l’activité physique. Un algorithme décisionnel pour les médecins généralistes a été proposé. Mots clés: coronavirus 2019 (A77), myocardite (K70), activité physique (QPXXA), revue de la littérature (QT33)
Lays - VincentUniversité de Liège
A77 - K70 - QO4 - QT33
Collaboration interprofessionnelle dans la prise en charge des insuffisances respiratoires chroniques : une revue systématique de littérature.
Collaboration interprofessionnelle dans la prise en charge des insuffisances respiratoires chroniques : une revue systématique de littérature.
Introduction : La collaboration interprofessionnelle semble essentielle pour optimaliser les soins primaires. Le nombre grandissant de patients atteints de maladies chroniques pousse à améliorer les méthodes de prises en charge. Ce travail détaille les expériences de pratique collaborative concernant les pathologies respiratoires chroniques, et plus particulièrement la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'asthme. Le but de cette revue systématique était d'établir les avantages et les inconvénients d'une collaboration pour les patients et les soignants. Méthodologie : La revue de littérature a été construite en suivant les lignes directrices de PRISMA. Deux auteurs ont procédé à l'extraction des données avec consensus. Les données ont ensuite été synthétisées sous forme de tableaux. La recherche documentaire d'articles publiés de 1946 au 29 décembre 2020 a été effectuée sur Medline/Ovid, Scopus et Google Scholar. Les articles devaient traiter de la collaboration entre la première et la deuxième ligne de soins autour des insuffisances respiratoires chroniques. Résultats : Un total de 119 articles ont été examinés. Les textes complets ont été lus pour 19 d'entre eux. 5 articles ont été inclus dans la revue auxquels s'ajoutent 2 articles trouvés via leurs répertoires bibliographiques. Les expériences de collaboration ont montré des bénéfices pour les patients et pour les soignants. Il existe cependant des nuances intéressantes, notamment la nécessité ou non que le patient rencontre le pneumologue et la plus-value de cette collaboration selon les patients. Conclusion : D'autre études sont nécessaires afin d'optimaliser au mieux la prise en charge intégrée des patients souffrant de maladies respiratoires chroniques.
Introduction : La collaboration interprofessionnelle semble essentielle pour optimaliser les soins primaires. Le nombre grandissant de patients atteints de maladies chroniques pousse à améliorer les méthodes de prises en charge. Ce travail détaille les expériences de pratique collaborative concernant les pathologies respiratoires chroniques, et plus particulièrement la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'asthme. Le but de cette revue systématique était d'établir les avantages et les inconvénients d'une collaboration pour les patients et les soignants. Méthodologie : La revue de littérature a été construite en suivant les lignes directrices de PRISMA. Deux auteurs ont procédé à l'extraction des données avec consensus. Les données ont ensuite été synthétisées sous forme de tableaux. La recherche documentaire d'articles publiés de 1946 au 29 décembre 2020 a été effectuée sur Medline/Ovid, Scopus et Google Scholar. Les articles devaient traiter de la collaboration entre la première et la deuxième ligne de soins autour des insuffisances respiratoires chroniques. Résultats : Un total de 119 articles ont été examinés. Les textes complets ont été lus pour 19 d'entre eux. 5 articles ont été inclus dans la revue auxquels s'ajoutent 2 articles trouvés via leurs répertoires bibliographiques. Les expériences de collaboration ont montré des bénéfices pour les patients et pour les soignants. Il existe cependant des nuances intéressantes, notamment la nécessité ou non que le patient rencontre le pneumologue et la plus-value de cette collaboration selon les patients. Conclusion : D'autre études sont nécessaires afin d'optimaliser au mieux la prise en charge intégrée des patients souffrant de maladies respiratoires chroniques.
Stassart - UlysseUniversité de Liège
QO4 - QO4 - QO4 - QO4
Contraception : A l’ère des réseaux sociaux, quelles sont les sources d’information des jeunes femmes entre 18 et 29 ans ?
Contraception : A l’ère des réseaux sociaux, quelles sont les sources d’information des jeunes femmes entre 18 et 29 ans ?
En Belgique, le taux d’avortement est resté stable sur 10 ans. En 2017, en-dessous de 30 ans, la pilule et le préservatif masculin étaient les premiers choix contraceptifs ; les dispositifs intra-utérins et l’implant contraceptif restaient minoritaires. Dans son travail de fin d’études de 2014, le Dr Remy avait étudié les freins à la prescription de stérilets chez les nullipares en médecine générale. Elle avait également interrogé des jeunes femmes à propos des dispositifs intra-utérins. Ces dernières avaient de fausses croyances à ce sujet. Leurs informations venaient surtout de l’école, de la famille et des amies. En 2021, les réseaux sociaux ont pris une grande ampleur dans la vie des adolescents et des jeunes adultes. Mon hypothèse était que les jeunes femmes se renseignaient à propos de la contraception sur les réseaux sociaux plutôt que chez les professionnels de la santé ou sur les online consumer health information. J’ai mené des entretiens semi-guidés individuels auprès des femmes entre 18 et 29 ans de la patientèle de la maison médicale la Mosaïque à Verviers pour répondre à cette question. Les entretiens ont montré que les premières sources d’information restaient les proches et l’école. Selon la plupart des patientes, les cours d’éducation sexuelle reçus à l’école étaient insuffisants et elles auraient souhaité en avoir plus. Toutes les patientes consultaient internet et les réseaux sociaux pour rechercher des informations sur la contraception. Il y avait une grande diversité dans le niveau de confiance accordé à ces informations. Elles appréciaient la rapidité et la facilité d’accès à l’information. Les désavantages étaient le manque de fiabilité de certaines sources, la grande quantité d’information et le risque de harcèlement. Les patientes disaient avoir confiance dans les sources d’information officielles, mais elles consultaient les professionnels de la santé dans un second temps à ce sujet et une seule d’entre elles connaissait les online consumer health information sur la contraception. Les freins à la consultation d’un professionnel de la santé étaient une gêne voire un manque de confiance, un manque de clarté des informations données et un manque de disponibilité pour le gynécologue uniquement. Les patientes avaient plus confiance dans leur médecin généraliste et appréciaient sa disponibilité. Plusieurs pistes pour améliorer l’accès des jeunes femmes à une information de qualité ont été mises en avant. Il était important d’améliorer les cours d’éducation sexuelle donnés à l’école et d’y inclure les réseaux sociaux. Il était également important que les professionnels de la santé se mettent à jour sur le sujet de la contraception et de rendre plus accessible les online consumer health information. Le défi était que les acteurs à la promotion de la santé se tiennent à jour concernant l’évolution des moyens d’information des adolescents et des jeunes adultes. Mon travail ayant étudié un échantillon limité de patientes, il serait pertinent de s’intéresser à un public plus diversifié. Il serait également intéressant de voir l’impact des réseaux sociaux dans les cours d’éducation sexuelle sur la connaissance du sujet de la santé sexuelle et sur la diminution des comportements sexuels à risque des adolescents et des jeunes adultes.
En Belgique, le taux d’avortement est resté stable sur 10 ans. En 2017, en-dessous de 30 ans, la pilule et le préservatif masculin étaient les premiers choix contraceptifs ; les dispositifs intra-utérins et l’implant contraceptif restaient minoritaires. Dans son travail de fin d’études de 2014, le Dr Remy avait étudié les freins à la prescription de stérilets chez les nullipares en médecine générale. Elle avait également interrogé des jeunes femmes à propos des dispositifs intra-utérins. Ces dernières avaient de fausses croyances à ce sujet. Leurs informations venaient surtout de l’école, de la famille et des amies. En 2021, les réseaux sociaux ont pris une grande ampleur dans la vie des adolescents et des jeunes adultes. Mon hypothèse était que les jeunes femmes se renseignaient à propos de la contraception sur les réseaux sociaux plutôt que chez les professionnels de la santé ou sur les online consumer health information. J’ai mené des entretiens semi-guidés individuels auprès des femmes entre 18 et 29 ans de la patientèle de la maison médicale la Mosaïque à Verviers pour répondre à cette question. Les entretiens ont montré que les premières sources d’information restaient les proches et l’école. Selon la plupart des patientes, les cours d’éducation sexuelle reçus à l’école étaient insuffisants et elles auraient souhaité en avoir plus. Toutes les patientes consultaient internet et les réseaux sociaux pour rechercher des informations sur la contraception. Il y avait une grande diversité dans le niveau de confiance accordé à ces informations. Elles appréciaient la rapidité et la facilité d’accès à l’information. Les désavantages étaient le manque de fiabilité de certaines sources, la grande quantité d’information et le risque de harcèlement. Les patientes disaient avoir confiance dans les sources d’information officielles, mais elles consultaient les professionnels de la santé dans un second temps à ce sujet et une seule d’entre elles connaissait les online consumer health information sur la contraception. Les freins à la consultation d’un professionnel de la santé étaient une gêne voire un manque de confiance, un manque de clarté des informations données et un manque de disponibilité pour le gynécologue uniquement. Les patientes avaient plus confiance dans leur médecin généraliste et appréciaient sa disponibilité. Plusieurs pistes pour améliorer l’accès des jeunes femmes à une information de qualité ont été mises en avant. Il était important d’améliorer les cours d’éducation sexuelle donnés à l’école et d’y inclure les réseaux sociaux. Il était également important que les professionnels de la santé se mettent à jour sur le sujet de la contraception et de rendre plus accessible les online consumer health information. Le défi était que les acteurs à la promotion de la santé se tiennent à jour concernant l’évolution des moyens d’information des adolescents et des jeunes adultes. Mon travail ayant étudié un échantillon limité de patientes, il serait pertinent de s’intéresser à un public plus diversifié. Il serait également intéressant de voir l’impact des réseaux sociaux dans les cours d’éducation sexuelle sur la connaissance du sujet de la santé sexuelle et sur la diminution des comportements sexuels à risque des adolescents et des jeunes adultes.
Wiliquet - EdwigeUniversité de Liège
W11 - 45.001
Concepts-clés pour aider les assistants en médecine générale à réaliser leur première garde au sein du cercle de garde Medi-Magne
Concepts-clés pour aider les assistants en médecine générale à réaliser leur première garde au sein du cercle de garde Medi-Magne
En tant qu’assistante en médecine générale, j’ai été confrontée assez rapidement aux gardes et au lot de difficultés qu’elles apportent. En discutant avec d’autres assistants, j’ai remarqué que je n’étais pas la seule à avoir été confrontée à des interrogations et inquiétudes. A travers ce travail, j’ai voulu connaitre les habitudes des médecins faisant partie du cercle de garde Médi-Magne ainsi que leurs attentes par rapport aux assistants, tout d’abord, mais aussi à tout médecin devant prendre en charge leurs patients. L’objectif principal est d’essayer d’apporter un soutien à l’assistant ou à tout médecin arrivant dans le cercle de garde et devant effectuer sa première garde en dégageant des concepts et un consensus sur des mesures à adopter. Pour connaitre l’opinion des médecins, j’ai réalisé un questionnaire sur différents sujets concernant leurs pratiques et leurs habitudes en matière de fonctionnement et de prescription. Je l’ai ensuite envoyé à tous les médecins du cercle de garde. Après analyse des résultats, j’ai pu retirer des points communs entre les pratiques des médecins et ainsi réaliser un document avec des concepts-clés à retenir pour faciliter la première garde. Dans un second temps, réalisant qu’il me manquait un élément important, à savoir l’avis des assistants, j’ai décidé de créer un focus group. Avec la participation de 4 assistants faisant partie du cercle de garde, j’ai pu récolter des éléments nouveaux concernant, cette fois, leurs interrogations et leur avis sur les concepts que je leur ai présentés. Finalement, j’ai réalisé deux réunions avec d’un côté des médecins titulaires et de l’autre des assistants. En posant une question unique concernant le contenu du règlement d’ordre intérieur (ROI) du poste médical de garde (1), j’ai cherché à savoir ce qu’il serait intéressant d’y ajouter concrètement pour aider les assistants.
En tant qu’assistante en médecine générale, j’ai été confrontée assez rapidement aux gardes et au lot de difficultés qu’elles apportent. En discutant avec d’autres assistants, j’ai remarqué que je n’étais pas la seule à avoir été confrontée à des interrogations et inquiétudes. A travers ce travail, j’ai voulu connaitre les habitudes des médecins faisant partie du cercle de garde Médi-Magne ainsi que leurs attentes par rapport aux assistants, tout d’abord, mais aussi à tout médecin devant prendre en charge leurs patients. L’objectif principal est d’essayer d’apporter un soutien à l’assistant ou à tout médecin arrivant dans le cercle de garde et devant effectuer sa première garde en dégageant des concepts et un consensus sur des mesures à adopter. Pour connaitre l’opinion des médecins, j’ai réalisé un questionnaire sur différents sujets concernant leurs pratiques et leurs habitudes en matière de fonctionnement et de prescription. Je l’ai ensuite envoyé à tous les médecins du cercle de garde. Après analyse des résultats, j’ai pu retirer des points communs entre les pratiques des médecins et ainsi réaliser un document avec des concepts-clés à retenir pour faciliter la première garde. Dans un second temps, réalisant qu’il me manquait un élément important, à savoir l’avis des assistants, j’ai décidé de créer un focus group. Avec la participation de 4 assistants faisant partie du cercle de garde, j’ai pu récolter des éléments nouveaux concernant, cette fois, leurs interrogations et leur avis sur les concepts que je leur ai présentés. Finalement, j’ai réalisé deux réunions avec d’un côté des médecins titulaires et de l’autre des assistants. En posant une question unique concernant le contenu du règlement d’ordre intérieur (ROI) du poste médical de garde (1), j’ai cherché à savoir ce qu’il serait intéressant d’y ajouter concrètement pour aider les assistants.
Failla - CarmelinaUniversité de Liège
QD25 - QD325 - QP3 - QR31 - QS2
Lien entre l’implication de la 1re ligne et la mortalité liée au covid-19 dans les pays de l’OCDE : une étude écologique
Lien entre l’implication de la 1re ligne et la mortalité liée au covid-19 dans les pays de l’OCDE : une étude écologique
Résumé : Introduction : En décembre 2019, le premier cas d’infection à SARS-CoV2 est déclaré en Chine. La pandémie covid-19 qui en résulte est responsable à ce jour de millions de morts à travers le monde. La Belgique est l’un des pays les plus touchés au niveau épidémiologique, avec une majorité de décès en maisons de repos. La propagation rapide du virus, la pénurie mondiale d’équipements de protection (EPI) et de réactifs, ainsi que la croissance exponentielle des cas et des décès ont soumis la santé publique à une pression maximale, et obligé les pays à s’adapter. L’objectif de ce travail est d’identifier quels ont été les rôles des soins primaires pendant la pandémie covid-19 et d’évaluer leur impact sur les infections et les décès. Matériel et méthode : Cette étude écologique est basée sur la comparaison des rôles des soins primaires dans les 37 pays de l’OCDE, entre le 1er janvier 2020 et le 31 janvier 2021. Le recueil de données se fait à travers la littérature grise, la recherche bibliographique, et les articles de presse. L’essentiel des ressources provient du moniteur de réponse aux soins de santé au covid-19 (HSRM), et des sites de l’OMS et de l’OCDE. Résultats : Nous avons identifié 11 implications de la première ligne de soins : l’usage de la téléconsultation et des technologies digitales ; le triage des patients avec symptômes d’infection respiratoire ; la possibilité de testing dans les structures de soins primaires ; la création de centres dédiés au triage/testing des patients avec suspicion de covid-19 ; la création de centres intermédiaires de soins/quarantaine ; la prise de mesures supplémentaires pour la prévention des infections en MR ; le suivi des patients chroniques ou non covid-19 ; le développement d’équipes mobiles d’urgence ; l’élargissement d’actes infirmiers/de pharmacie ; le recrutement des étudiants en soins de santé ; la réquisition ou le recrutement des soignants par les hôpitaux. Aucun des rôles identifiés n’a eu d’impact statistiquement significatif sur le nombre de cas ou de décès par million d’habitants. Discussion et conclusion : Les pays de l’OCDE ont globalement adapté leurs soins primaires de façon similaire avec quelques particularités, témoignant de la nécessité de certaines prises de décisions face à la pression de la pandémie covid-19 sur les systèmes de santé. Ils ont cependant divergé sur l’intérêt de créer des centres de quarantaine comme alternative à l’isolement à domicile pour les cas d’infections modérés au SARS-CoV2, ainsi que sur l’élargissement des actes infirmiers/de pharmacie, la création d’équipes mobiles à domicile, ou le recrutement de soignants de première ligne par les hôpitaux. Notre étude ne prouve pas de lien direct d’un des rôles des soins primaires sur les données épidémiologiques (nombre de cas, mortalité) et souffre de nombreuses limites, mais elle offre néanmoins de nombreuses perspectives de recherche.
Résumé : Introduction : En décembre 2019, le premier cas d’infection à SARS-CoV2 est déclaré en Chine. La pandémie covid-19 qui en résulte est responsable à ce jour de millions de morts à travers le monde. La Belgique est l’un des pays les plus touchés au niveau épidémiologique, avec une majorité de décès en maisons de repos. La propagation rapide du virus, la pénurie mondiale d’équipements de protection (EPI) et de réactifs, ainsi que la croissance exponentielle des cas et des décès ont soumis la santé publique à une pression maximale, et obligé les pays à s’adapter. L’objectif de ce travail est d’identifier quels ont été les rôles des soins primaires pendant la pandémie covid-19 et d’évaluer leur impact sur les infections et les décès. Matériel et méthode : Cette étude écologique est basée sur la comparaison des rôles des soins primaires dans les 37 pays de l’OCDE, entre le 1er janvier 2020 et le 31 janvier 2021. Le recueil de données se fait à travers la littérature grise, la recherche bibliographique, et les articles de presse. L’essentiel des ressources provient du moniteur de réponse aux soins de santé au covid-19 (HSRM), et des sites de l’OMS et de l’OCDE. Résultats : Nous avons identifié 11 implications de la première ligne de soins : l’usage de la téléconsultation et des technologies digitales ; le triage des patients avec symptômes d’infection respiratoire ; la possibilité de testing dans les structures de soins primaires ; la création de centres dédiés au triage/testing des patients avec suspicion de covid-19 ; la création de centres intermédiaires de soins/quarantaine ; la prise de mesures supplémentaires pour la prévention des infections en MR ; le suivi des patients chroniques ou non covid-19 ; le développement d’équipes mobiles d’urgence ; l’élargissement d’actes infirmiers/de pharmacie ; le recrutement des étudiants en soins de santé ; la réquisition ou le recrutement des soignants par les hôpitaux. Aucun des rôles identifiés n’a eu d’impact statistiquement significatif sur le nombre de cas ou de décès par million d’habitants. Discussion et conclusion : Les pays de l’OCDE ont globalement adapté leurs soins primaires de façon similaire avec quelques particularités, témoignant de la nécessité de certaines prises de décisions face à la pression de la pandémie covid-19 sur les systèmes de santé. Ils ont cependant divergé sur l’intérêt de créer des centres de quarantaine comme alternative à l’isolement à domicile pour les cas d’infections modérés au SARS-CoV2, ainsi que sur l’élargissement des actes infirmiers/de pharmacie, la création d’équipes mobiles à domicile, ou le recrutement de soignants de première ligne par les hôpitaux. Notre étude ne prouve pas de lien direct d’un des rôles des soins primaires sur les données épidémiologiques (nombre de cas, mortalité) et souffre de nombreuses limites, mais elle offre néanmoins de nombreuses perspectives de recherche.
Salah - MohamedUniversité libre de Bruxelles
QH - R74 - R83 - QR2
"Comment la santé communautaire a-t-elle continué à exercer son rôle pendant la pandémie du Covid-19 dans les maisons médicales ? Une étude qualitative auprès de maisons médicales de le Fédération des maisons médicales."
"Comment la santé communautaire a-t-elle continué à exercer son rôle pendant la pandémie du Covid-19 dans les maisons médicales ? Une étude qualitative auprès de maisons médicales de le Fédération des maisons médicales."
Introduction : Dans un contexte inédit dû à la pandémie de la Covid-19, la priorisation du curatif dans notre système de santé est devenu encore plus flagrante. Face aux nouveaux défis qui ont émergé, la valorisation et le renforcement de la santé communautaire apparaissent comme une solution pertinente car elle tient compte des déterminants de la santé (sociaux, économiques,…). Méthodologie : Etude qualitative par théorie ancrée et avec analyse inductive basée sur des entretiens semi-dirigés de 12 maisons médicales (MM) ayant pour but d’identifier les difficultés rencontrées lors de la pandémie et les actions mises en place par les MM. Résultats : Les MM, en tant qu’acteurs de santé globaux, ont dû adapter leurs activités aux besoins des patients et développer de nouvelles formes d’action et de communication, activer leurs réseaux associatifs pour pouvoir continuer à assumer leur rôle dans la santé communautaire et la promotion de la santé. Les MM ayant un réseau bien ancré au préalable ont eu plus de succès dans leurs actions que les autres MM. Cependant, au vu du manque de soutient et d’aides, l’activité en santé communautaire à diminuer. Conclusion : Malgré le grand potentiel de cette approche de santé communautaire, elle reste limitée par le manque de moyens. Une réforme est nécessaire pour pouvoir élargir et renforcer des projets de santé communautaire afin d’agir efficacement sur l’ensemble des déterminants de la santé.
Introduction : Dans un contexte inédit dû à la pandémie de la Covid-19, la priorisation du curatif dans notre système de santé est devenu encore plus flagrante. Face aux nouveaux défis qui ont émergé, la valorisation et le renforcement de la santé communautaire apparaissent comme une solution pertinente car elle tient compte des déterminants de la santé (sociaux, économiques,…). Méthodologie : Etude qualitative par théorie ancrée et avec analyse inductive basée sur des entretiens semi-dirigés de 12 maisons médicales (MM) ayant pour but d’identifier les difficultés rencontrées lors de la pandémie et les actions mises en place par les MM. Résultats : Les MM, en tant qu’acteurs de santé globaux, ont dû adapter leurs activités aux besoins des patients et développer de nouvelles formes d’action et de communication, activer leurs réseaux associatifs pour pouvoir continuer à assumer leur rôle dans la santé communautaire et la promotion de la santé. Les MM ayant un réseau bien ancré au préalable ont eu plus de succès dans leurs actions que les autres MM. Cependant, au vu du manque de soutient et d’aides, l’activité en santé communautaire à diminuer. Conclusion : Malgré le grand potentiel de cette approche de santé communautaire, elle reste limitée par le manque de moyens. Une réforme est nécessaire pour pouvoir élargir et renforcer des projets de santé communautaire afin d’agir efficacement sur l’ensemble des déterminants de la santé.
Goumas de Oliveira - IoannaUniversité libre de Bruxelles
QO4 - QO4 - QO4 - QO4
Prise en charge des œdèmes des membres inférieurs chez les personnes âgées
Prise en charge des œdèmes des membres inférieurs chez les personnes âgées
Introduction L’œdème est défini comme « un gonflement causé par une augmentation du volume de liquide interstitiel » . Les principales causes d’œdèmes des membres inférieures sont de deux types : unilatérales ou bilatérales, et se distinguent selon deux temporalités : aiguës ou chroniques. La population gériatrique est particulièrement touchée par ce phénomène en raison de multiples comorbidités liées à l’âge. Quatre diagnostics différentiels principaux émergent : la thrombose veineuse profonde (TVP), l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance veineuse et l’insuffisance lymphatique. L’objectif de cette recherche est, in fine, d'aider les praticiens à prendre plus efficacement des décisions concernant la prise en charge les œdèmes du membre inférieur chez la personne âgée, en fonction du diagnostic posé. Méthode Une revue méthodique de la littérature a été réalisée entre juin 2020 et mai 2021 en utilisant des mots-clés précis sur plusieurs bases de données telles que Medline via PubMed, Science Direct, JAMA, The Lancet. Des critères de limitations ont été fixés : articles datant de 2015 à 2021, en français et en anglais, et concernant les adultes de plus de 65 ans. La première sélection d’articles s’est effectuée sur base des titres et des abstracts. Par après, les articles ont été analysés grâce à des échelles d’évaluation adaptées aux méthodologies. Résultats Sur les 10 articles inclus, on retrouve 5 guidelines, 1 étude observationnelle transversale, 1 étude cas-témoin, et 3 revues narratives. Les résultats ont été analysés suivant différentes catégories : l’anamnèse, l’examen clinique, les examens complémentaires éventuels et les traitements pour chaque étiologies principales. Discussion et conclusion La littérature avec de hauts niveaux de preuve étaient pauvres concernant le symptôme « œdème ». Malgré la vision inclusive qu'offraient les revues narratives sur la problématique, elles sont non systématiques, ne relevant pas de la médecine factuelle. Les guidelines ont permis une approche détaillé de la pathologie, toutefois, les personnes âgées sont sous-représentées. Il faudrait à l’avenir rédiger des revues systématiques multidisciplinaires afin d’avoir une meilleure prise en charge de ce symptôme, basée sur des preuves de qualité.
Introduction L’œdème est défini comme « un gonflement causé par une augmentation du volume de liquide interstitiel » . Les principales causes d’œdèmes des membres inférieures sont de deux types : unilatérales ou bilatérales, et se distinguent selon deux temporalités : aiguës ou chroniques. La population gériatrique est particulièrement touchée par ce phénomène en raison de multiples comorbidités liées à l’âge. Quatre diagnostics différentiels principaux émergent : la thrombose veineuse profonde (TVP), l’insuffisance cardiaque, l’insuffisance veineuse et l’insuffisance lymphatique. L’objectif de cette recherche est, in fine, d'aider les praticiens à prendre plus efficacement des décisions concernant la prise en charge les œdèmes du membre inférieur chez la personne âgée, en fonction du diagnostic posé. Méthode Une revue méthodique de la littérature a été réalisée entre juin 2020 et mai 2021 en utilisant des mots-clés précis sur plusieurs bases de données telles que Medline via PubMed, Science Direct, JAMA, The Lancet. Des critères de limitations ont été fixés : articles datant de 2015 à 2021, en français et en anglais, et concernant les adultes de plus de 65 ans. La première sélection d’articles s’est effectuée sur base des titres et des abstracts. Par après, les articles ont été analysés grâce à des échelles d’évaluation adaptées aux méthodologies. Résultats Sur les 10 articles inclus, on retrouve 5 guidelines, 1 étude observationnelle transversale, 1 étude cas-témoin, et 3 revues narratives. Les résultats ont été analysés suivant différentes catégories : l’anamnèse, l’examen clinique, les examens complémentaires éventuels et les traitements pour chaque étiologies principales. Discussion et conclusion La littérature avec de hauts niveaux de preuve étaient pauvres concernant le symptôme « œdème ». Malgré la vision inclusive qu'offraient les revues narratives sur la problématique, elles sont non systématiques, ne relevant pas de la médecine factuelle. Les guidelines ont permis une approche détaillé de la pathologie, toutefois, les personnes âgées sont sous-représentées. Il faudrait à l’avenir rédiger des revues systématiques multidisciplinaires afin d’avoir une meilleure prise en charge de ce symptôme, basée sur des preuves de qualité.
Vanneste - ThibaultUniversité libre de Bruxelles
K07 - QC15
Dépistage et prise en charge de l’ostéoporose chez la femme ménopausée
Dépistage et prise en charge de l’ostéoporose chez la femme ménopausée
Introduction : En Belgique on estime que chaque année plus de 90 000 personnes vont subir une fracture ostéoporotique et que le coût direct s’élève à plus de 600 millions d’euros. Le dépistage et une prise en charge adéquate sont donc d’une importance évidente. Le médecin généraliste est une référence en termes de santé pour ses patientes et son rôle dans la prévention est primordial. Cette étude a donc été réalisée dans le but d’analyser les pratiques des médecins généralistes de la région Mons-Borinage vis-à-vis du dépistage de l’ostéoporose pour déterminer si cela correspond aux recommandations actuelles. Méthodes : Ce travail est une étude qualitative au moyen d’entretiens semi-dirigés. Les médecins interrogés proviennent tous de la région Mons-Borinage. Les thèmes abordés ont été le dépistage global en médecine générale, le dépistage de l’ostéoporose plus précisément, les investigations complémentaires pour le diagnostic, la prise en charge et le monitoring. Une recherche de la littérature a également été effectuée. Résultats : Nous avons réalisé 9 entretiens. La saturation des données semble avoir été atteinte. Selon les médecins, le principal facteur limitant pour une prévention adéquate est le manque de sensibilisation des femmes concernant l’ostéoporose, ainsi que l’aspect chronophage que cela représente. D’autres raisons semblent également se distinguer comme notamment certaines lacunes impliquant les indications et les outils de dépistage. Cela concerne aussi certaines mesures thérapeutiques et les éléments disponibles pour le monitoring. Conclusion : L’importance du dépistage de l’ostéoporose est reconnue par les médecins généralistes mais ceux-ci déplorent certains difficultés pratiques mais surtout un manque de sensibilisation sur l’importance de cette pathologie. Par conséquence, cela ne permet pas une prévention adéquate et une action en ce sens semble donc être la meilleure solution.
Introduction : En Belgique on estime que chaque année plus de 90 000 personnes vont subir une fracture ostéoporotique et que le coût direct s’élève à plus de 600 millions d’euros. Le dépistage et une prise en charge adéquate sont donc d’une importance évidente. Le médecin généraliste est une référence en termes de santé pour ses patientes et son rôle dans la prévention est primordial. Cette étude a donc été réalisée dans le but d’analyser les pratiques des médecins généralistes de la région Mons-Borinage vis-à-vis du dépistage de l’ostéoporose pour déterminer si cela correspond aux recommandations actuelles. Méthodes : Ce travail est une étude qualitative au moyen d’entretiens semi-dirigés. Les médecins interrogés proviennent tous de la région Mons-Borinage. Les thèmes abordés ont été le dépistage global en médecine générale, le dépistage de l’ostéoporose plus précisément, les investigations complémentaires pour le diagnostic, la prise en charge et le monitoring. Une recherche de la littérature a également été effectuée. Résultats : Nous avons réalisé 9 entretiens. La saturation des données semble avoir été atteinte. Selon les médecins, le principal facteur limitant pour une prévention adéquate est le manque de sensibilisation des femmes concernant l’ostéoporose, ainsi que l’aspect chronophage que cela représente. D’autres raisons semblent également se distinguer comme notamment certaines lacunes impliquant les indications et les outils de dépistage. Cela concerne aussi certaines mesures thérapeutiques et les éléments disponibles pour le monitoring. Conclusion : L’importance du dépistage de l’ostéoporose est reconnue par les médecins généralistes mais ceux-ci déplorent certains difficultés pratiques mais surtout un manque de sensibilisation sur l’importance de cette pathologie. Par conséquence, cela ne permet pas une prévention adéquate et une action en ce sens semble donc être la meilleure solution.
Gauchet - LauraneUniversité libre de Bruxelles
L95 - QC14 - QR31 - QD24 - QD4 - QC22
Facteurs influençant le médecin généraliste dans la promotion vaccinale contre les méningocoques du sérogroupe B
Facteurs influençant le médecin généraliste dans la promotion vaccinale contre les méningocoques du sérogroupe B
RESUME Introduction : En Belgique, parmi les méningites à méningocoques, celle du sérogroupe B est la plus fréquente. Elle nécessite une prise en charge rapide car ses conséquences peuvent être mortelles. Pour la prévention, 2 vaccins existent mais hors calendrier vaccinal de base et non remboursés. Le Conseil Supérieur de la Santé recommande la vaccination pour les personnes à risque élevé d’infection invasive à méningocoques mais l’autorise au reste de la population sur base d’une appréciation personnelle. L’objectif de ce travail est d’identifier les facteurs qui influencent le généraliste dans la vaccination contre les méningocoques du sérogroupe B. Méthode : Etude qualitative réalisée sur base d’entretiens semi-directifs, auprès de 10 médecins généralistes d’une association de la province de Liège. Résultats : Le rôle du généraliste dans la promotion vaccinale est reconnu de tous mais à des degrés divers. De nombreux facteurs influencent la décision vaccinale du médecin comme son profil, ses activités complémentaires, sa patientèle, ses outils d’information et de vérification de la vaccination. Le principal moteur de la vaccination contre les méningocoques du sérogroupe B est la peur de la méningite et de ses conséquences. Les freins évoqués sont le coût du vaccin, le manque de connaissance des vaccins disponibles et leur absence dans le calendrier vaccinal. Discussion et conclusion : Toutes ces influences ne favorisent pas forcément une médecine d’équité. Selon que le médecin est actif, favorable à la vaccination, correctement informé, la promotion vaccinale est différente. L'accès à l’information de qualité pour le généraliste est primordial de façon à permettre au mieux une décision partagée avec le patient. Une information centralisée, plus systématique et des formations continues sur les nouvelles recommandations seraient envisageables en collaboration avec les différents acteurs de la prévention. Un sondage auprès des patients permettrait de connaître leur opinion sur leur volonté d’être informés sur ces vaccins. La décision de promotion vaccinale sur base individuelle en serait peut-être facilitée. Descripteurs : vaccination, Neisseria meningitidis, Serogroup B, general practice Indexation : QR 31 (étude qualitative), QS 41 (médecin de famille), QD 41 (prévention primaire) 
RESUME Introduction : En Belgique, parmi les méningites à méningocoques, celle du sérogroupe B est la plus fréquente. Elle nécessite une prise en charge rapide car ses conséquences peuvent être mortelles. Pour la prévention, 2 vaccins existent mais hors calendrier vaccinal de base et non remboursés. Le Conseil Supérieur de la Santé recommande la vaccination pour les personnes à risque élevé d’infection invasive à méningocoques mais l’autorise au reste de la population sur base d’une appréciation personnelle. L’objectif de ce travail est d’identifier les facteurs qui influencent le généraliste dans la vaccination contre les méningocoques du sérogroupe B. Méthode : Etude qualitative réalisée sur base d’entretiens semi-directifs, auprès de 10 médecins généralistes d’une association de la province de Liège. Résultats : Le rôle du généraliste dans la promotion vaccinale est reconnu de tous mais à des degrés divers. De nombreux facteurs influencent la décision vaccinale du médecin comme son profil, ses activités complémentaires, sa patientèle, ses outils d’information et de vérification de la vaccination. Le principal moteur de la vaccination contre les méningocoques du sérogroupe B est la peur de la méningite et de ses conséquences. Les freins évoqués sont le coût du vaccin, le manque de connaissance des vaccins disponibles et leur absence dans le calendrier vaccinal. Discussion et conclusion : Toutes ces influences ne favorisent pas forcément une médecine d’équité. Selon que le médecin est actif, favorable à la vaccination, correctement informé, la promotion vaccinale est différente. L'accès à l’information de qualité pour le généraliste est primordial de façon à permettre au mieux une décision partagée avec le patient. Une information centralisée, plus systématique et des formations continues sur les nouvelles recommandations seraient envisageables en collaboration avec les différents acteurs de la prévention. Un sondage auprès des patients permettrait de connaître leur opinion sur leur volonté d’être informés sur ces vaccins. La décision de promotion vaccinale sur base individuelle en serait peut-être facilitée. Descripteurs : vaccination, Neisseria meningitidis, Serogroup B, general practice Indexation : QR 31 (étude qualitative), QS 41 (médecin de famille), QD 41 (prévention primaire) 
Hajjaji - SophieUniversité de Liège
44.000 - QR31 - QS41 - QD41
Qu’attendent les mères allaitantes de leur médecin généraliste concernant le conseil en allaitement maternel ?
Qu’attendent les mères allaitantes de leur médecin généraliste concernant le conseil en allaitement maternel ?

What do nursing mothers expect from their family doctors concerning breastfeeding?
What do nursing mothers expect from their family doctors concerning breastfeeding?
RESUME Introduction : Les statistiques belges concernant l’allaitement maternel placent notre pays dans les mauvais élèves en la matière malgré les recommandations formelles de l’OMS sur la nécessite d’un allaitement maternel exclusif d’au moins 6 mois et les nombreux avantages liés à celui-ci. L’objectif principal de ce travail de fin d’étude est de mieux comprendre quelles sont les attentes des jeunes mamans confrontées à l’allaitement maternel de leur enfant envers leur médecin généraliste pour essayer in fine de promouvoir au mieux celui-ci. Méthode : Après recrutement sur base de critères socio-démographiques connus pour influencer l’allaitement, 16 mères ont été sélectionnées pour un entretien semi-dirigé, conduit par visio-conférence et basé sur un guide d’entretien composé de 5 questions ouvertes. Résultats : Au terme des interviews, il apparait que les attentes envers le médecin traitant de la part des mères allaitantes sont très hétérogènes avec 3 profils clairement identifiés : celles qui n’ont pas d’attente du tout, celles qui sont hésitantes et celles qui d’emblée se tournent vers leur médecin. Discussion : Nous essayerons d’aborder diverses pistes pour amener l’implication du médecin traitant dans l’allaitement : une démarche pro-active, un renforcement des collaborations, parfaire la communication, des possibilités de formation et des sources d’informations. Mots-clés : allaitement, médecin généraliste, mère, attentes
RESUME Introduction : Les statistiques belges concernant l’allaitement maternel placent notre pays dans les mauvais élèves en la matière malgré les recommandations formelles de l’OMS sur la nécessite d’un allaitement maternel exclusif d’au moins 6 mois et les nombreux avantages liés à celui-ci. L’objectif principal de ce travail de fin d’étude est de mieux comprendre quelles sont les attentes des jeunes mamans confrontées à l’allaitement maternel de leur enfant envers leur médecin généraliste pour essayer in fine de promouvoir au mieux celui-ci. Méthode : Après recrutement sur base de critères socio-démographiques connus pour influencer l’allaitement, 16 mères ont été sélectionnées pour un entretien semi-dirigé, conduit par visio-conférence et basé sur un guide d’entretien composé de 5 questions ouvertes. Résultats : Au terme des interviews, il apparait que les attentes envers le médecin traitant de la part des mères allaitantes sont très hétérogènes avec 3 profils clairement identifiés : celles qui n’ont pas d’attente du tout, celles qui sont hésitantes et celles qui d’emblée se tournent vers leur médecin. Discussion : Nous essayerons d’aborder diverses pistes pour amener l’implication du médecin traitant dans l’allaitement : une démarche pro-active, un renforcement des collaborations, parfaire la communication, des possibilités de formation et des sources d’informations. Mots-clés : allaitement, médecin généraliste, mère, attentes

ABSTRACTS Introduction Belgian statistics show that breastfeeding puts our country among the bad pupils in that subject despite the formal recommandations made by the WHO on the necessity of exclusive breastfeeding for the first six months and on the numerous advantages linked to it. The main purpose of this graduate thesis is to understand best what young mothers expect from their family doctors concerning breastfeeding in order to try out how to promote it. Method : After recruitment on the basis of social demographic criteria, known to influence breastfeeding, sixteen mothers have been chosen for a semi-supervised interview, led by video conference based on a guidebook composed of five open questions. Results: At the end of the interviews, it occured that nursing mothers' expectations from their family doctor were different. Three profiles became clearly evident; those who expect nothing at all from their family doctor, those who hesitate to contact him/her and those who directly turn to their doctor. Discussion: We'll try to tackle different ways to bring up the involvement of the family doctor in the breastfeeding : a proactive approach, a reinforcement of collaborations, a better communication, possibilities of training and sources of information. KEY WORDS : breastfeeding, family doctor, mother, expectations.
ABSTRACTS Introduction Belgian statistics show that breastfeeding puts our country among the bad pupils in that subject despite the formal recommandations made by the WHO on the necessity of exclusive breastfeeding for the first six months and on the numerous advantages linked to it. The main purpose of this graduate thesis is to understand best what young mothers expect from their family doctors concerning breastfeeding in order to try out how to promote it. Method : After recruitment on the basis of social demographic criteria, known to influence breastfeeding, sixteen mothers have been chosen for a semi-supervised interview, led by video conference based on a guidebook composed of five open questions. Results: At the end of the interviews, it occured that nursing mothers' expectations from their family doctor were different. Three profiles became clearly evident; those who expect nothing at all from their family doctor, those who hesitate to contact him/her and those who directly turn to their doctor. Discussion: We'll try to tackle different ways to bring up the involvement of the family doctor in the breastfeeding : a proactive approach, a reinforcement of collaborations, a better communication, possibilities of training and sources of information. KEY WORDS : breastfeeding, family doctor, mother, expectations.
Bucci - MarieUniversité de Liège
QP4 - QS41 - W19 - QR31
Evaluation des freins à la prise en charge des enfants de 0 à 6 ans en médecine générale: étude qualitative auprès des parents du cabinet de mes deux superviseurs dans la région de Liège
Evaluation des freins à la prise en charge des enfants de 0 à 6 ans en médecine générale: étude qualitative auprès des parents du cabinet de mes deux superviseurs dans la région de Liège
Introduction : Les différents intervenants dans la prise en charge des enfants de 0 à 6 ans sont le médecin généraliste, le pédiatre et le médecin urgentiste. Chacun possède des qualités, des compétences pour le suivi et le diagnostic des maladies infantiles. Il a été constaté, en Belgique, une baisse de la natalité. Il a également été observé une augmentation du recours au pédiatre ainsi que du service des urgences en première ligne au détriment du médecin généraliste. Au sein de ma pratique médicale de jeune médecin généraliste, j’observe également cette tendance à la diminution du nombre de consultations d’enfants au cabinet de mes deux superviseurs. Objectif : Ce travail a pour objectif d’évaluer s’il existe des freins au suivi des enfants de 0 à 6 ans en médecine générale et si oui, de les déterminer. Ce travail a pour finalité d’évaluer cet objectif selon le ressenti des parents issus de la patientèle de mes 2 superviseurs. Méthode : La méthodologie consiste à la réalisation d’une étude qualitative par un entretien semi-dirigé individuel et anonyme auprès des parents d’enfants de 0 à 6 ans faisant partie de la patientèle de mes deux superviseurs dans la région de Liège. Résultats : 16 entretiens semi-dirigés ont été entrepris auprès de 17 parents. Il en a résulté des freins propres aux caractéristiques des parents, à l’environnement du cabinet et à l’intervenant lui-même. Ainsi, certains parents privilégieront le recours au pédiatre pour ses compétences professionnelles, l’aménagement de la salle d’attente et l’organisation au sein du cabinet au détriment du médecin généraliste. D’autres se présenteront directement au service des urgences en raison de l’indisponibilité du pédiatre ou du médecin généraliste. Conclusion : Il existe bel et bien des réticences des parents quant au suivi des enfants de 0 à 6 ans par le médecin généraliste au sein de la patientèle de mes 2 superviseurs. Il conviendrait de proposer des améliorations afin de valoriser les compétences du médecin généraliste et d’augmenter le nombre de consultations en pédiatrie au sein du cabinet en raison d’une diminution du nombre de pédiatres en activité. Mots clés : médecin généraliste ; pédiatre ; service des urgences ; enfants 0 à 6 ans ; parents
Introduction : Les différents intervenants dans la prise en charge des enfants de 0 à 6 ans sont le médecin généraliste, le pédiatre et le médecin urgentiste. Chacun possède des qualités, des compétences pour le suivi et le diagnostic des maladies infantiles. Il a été constaté, en Belgique, une baisse de la natalité. Il a également été observé une augmentation du recours au pédiatre ainsi que du service des urgences en première ligne au détriment du médecin généraliste. Au sein de ma pratique médicale de jeune médecin généraliste, j’observe également cette tendance à la diminution du nombre de consultations d’enfants au cabinet de mes deux superviseurs. Objectif : Ce travail a pour objectif d’évaluer s’il existe des freins au suivi des enfants de 0 à 6 ans en médecine générale et si oui, de les déterminer. Ce travail a pour finalité d’évaluer cet objectif selon le ressenti des parents issus de la patientèle de mes 2 superviseurs. Méthode : La méthodologie consiste à la réalisation d’une étude qualitative par un entretien semi-dirigé individuel et anonyme auprès des parents d’enfants de 0 à 6 ans faisant partie de la patientèle de mes deux superviseurs dans la région de Liège. Résultats : 16 entretiens semi-dirigés ont été entrepris auprès de 17 parents. Il en a résulté des freins propres aux caractéristiques des parents, à l’environnement du cabinet et à l’intervenant lui-même. Ainsi, certains parents privilégieront le recours au pédiatre pour ses compétences professionnelles, l’aménagement de la salle d’attente et l’organisation au sein du cabinet au détriment du médecin généraliste. D’autres se présenteront directement au service des urgences en raison de l’indisponibilité du pédiatre ou du médecin généraliste. Conclusion : Il existe bel et bien des réticences des parents quant au suivi des enfants de 0 à 6 ans par le médecin généraliste au sein de la patientèle de mes 2 superviseurs. Il conviendrait de proposer des améliorations afin de valoriser les compétences du médecin généraliste et d’augmenter le nombre de consultations en pédiatrie au sein du cabinet en raison d’une diminution du nombre de pédiatres en activité. Mots clés : médecin généraliste ; pédiatre ; service des urgences ; enfants 0 à 6 ans ; parents
Poncin - MarineUniversité de Liège
30.002 - QC12
Détection des violences sexuelles intrafamiliales en médecine générale de Belgique francophone : étude semi-quantitative
Détection des violences sexuelles intrafamiliales en médecine générale de Belgique francophone : étude semi-quantitative
Introduction : La violence sexuelle intrafamiliale sur mineur est un problème de santé publique. Le médecin généraliste a un rôle crucial dans le dépistage par sa place de médecin de première ligne. L’objectif de cette étude était d’évaluer le vécu des médecins généralistes sur le sujet afin d’améliorer la prise en charge. Méthodologie : Un questionnaire en ligne a été envoyé aux médecins généralistes de Belgique francophone. Une étude semi-quantitative a été réalisée avec une analyse descriptive des résultats et une analyse statistique par des tests de khi². Résultats : 94 médecins ont répondu à cette enquête. 73 participants (soit 77,7%) sous estimaient la prévalence de ce type de violence. Une minorité des répondants (45 personnes sur 94) avaient rencontré des cas ou suspicions de violences sexuelles intrafamiliales sur mineur. La plupart de ceux-ci avait rencontré entre 1 et 5 cas ou suspicions. Le nombre de cas rencontrés était proportionnel à l’âge des médecins. La plupart des signes suspects proposés par les participants étaient retrouvés dans la littérature comme l’hypersexualisation ou un changement de comportement inexpliqué de l’enfant. Conclusion : Cette étude a permis de mettre en évidence la sous-estimation de la violence sexuelle intrafamiliale sur mineur par les médecins généralistes. Bien qu’un certain nombre avoue ignorer les signes ou symptômes inquiétants, une part non négligeable des répondants citent ou choisissent des réponses semblables à la littérature. La sous-estimation semble être une des causes du sous-diagnostic d’inceste en médecine générale. Par la suite, il serait intéressant de réaliser des focus groupes et des entretiens semi dirigés pour compléter cette étude.
Introduction : La violence sexuelle intrafamiliale sur mineur est un problème de santé publique. Le médecin généraliste a un rôle crucial dans le dépistage par sa place de médecin de première ligne. L’objectif de cette étude était d’évaluer le vécu des médecins généralistes sur le sujet afin d’améliorer la prise en charge. Méthodologie : Un questionnaire en ligne a été envoyé aux médecins généralistes de Belgique francophone. Une étude semi-quantitative a été réalisée avec une analyse descriptive des résultats et une analyse statistique par des tests de khi². Résultats : 94 médecins ont répondu à cette enquête. 73 participants (soit 77,7%) sous estimaient la prévalence de ce type de violence. Une minorité des répondants (45 personnes sur 94) avaient rencontré des cas ou suspicions de violences sexuelles intrafamiliales sur mineur. La plupart de ceux-ci avait rencontré entre 1 et 5 cas ou suspicions. Le nombre de cas rencontrés était proportionnel à l’âge des médecins. La plupart des signes suspects proposés par les participants étaient retrouvés dans la littérature comme l’hypersexualisation ou un changement de comportement inexpliqué de l’enfant. Conclusion : Cette étude a permis de mettre en évidence la sous-estimation de la violence sexuelle intrafamiliale sur mineur par les médecins généralistes. Bien qu’un certain nombre avoue ignorer les signes ou symptômes inquiétants, une part non négligeable des répondants citent ou choisissent des réponses semblables à la littérature. La sous-estimation semble être une des causes du sous-diagnostic d’inceste en médecine générale. Par la suite, il serait intéressant de réaliser des focus groupes et des entretiens semi dirigés pour compléter cette étude.
Visentin - CamilleUniversité libre de Bruxelles
QR33 - QS41 - QD42 - QC52
Étude qualitative sur les perceptions et répercussions de la crise sanitaire sur le bien-être et la santé globale des patients ayant contracté le coronavirus
Étude qualitative sur les perceptions et répercussions de la crise sanitaire sur le bien-être et la santé globale des patients ayant contracté le coronavirus
La pandémie liée à la maladie de coronavirus (COVID-19) a provoqué une crise sanitaire majeure et mis en quarantaine la moitié de la population planétaire. Au travers de cette étude, nous cherchons à connaitre le ressenti des patients ayant contracté le coronavirus pendant la crise sanitaire. De ce fait, nous souhaitons évaluer de manière systématique le ressenti des patients et comment répondre aux besoins et contribuer de manière efficace à une meilleur prise en charge par le médecin généraliste et une gestion efficace d’une crise sanitaire à l’avenir. À la suite de cette étude nous auront une vue d’ensemble sur les répercussions de cette crise sanitaire sur le plan physique et psychologique, médical mais aussi économique, permettant ainsi de récolter ainsi des pistes de solutions du point de vue des patients afin de construire une proposition de recommandations de bonnes pratiques pour les médecins généralistes et d’autres professionnels si nécessaires. 2. Méthodes : Nous avons réalisé une étude qualitative de type « entretiens individuels semi-dirigés » à l’aide d’une grille élaborée sur base d’une revue de la littérature. Ces entretiens ont été menés auprès d’un échantillonnage raisonné de patients ayant contracté le coronavirus pendant la période de crise sanitaire. 3. Résultats : Onze personnes ont été interrogées. La saturation externe des données a été atteinte au bout de neuvième entretiens car le septième entretien n’a apporté aucun élément nouveau par rapport au huitième entretien. Les critères d’inclusion pour notre étude se limitent à : - Des patients adultes ayant été atteints par la Covid-19 lors de la (1e, 2e, 3e ou potentiel 4e vague ?) - Et/ou les patients ambulatoire ayant contacté leur médecin généraliste, - Et/ou les patients dont la prise en charge s’est faite à leur domicile. Après l’analyse des données, nous notons que différents concepts principaux sont émis par les patients ayant contracté la Covid lors des entretiens à savoir la mise en évidence des conséquences du confinement sur la santé psychologique et mentale des sujets, les difficultés rencontrées lors de la prise en charge médical et le ressenti profond et épuisant du vécu de la Covid 19. Pour finir, nous avons repris les revendications récoltées auprès des patients pour contribuer à une meilleure gestion d’une crise sanitaire à l’avenir. Premièrement un sentiment de colère et d’épuisement lié à la crise sanitaire et plus particulièrement lié au confinement a été relevé, ensuite il est avéré que le médecin généraliste a joué un rôle clef et capital dans cette crise sanitaire et ce malgré parfois une prise en charge médicale limitée d’une part, à cause de la nature inconnue de la maladie et d’autre part par le manque de moyens matériels. Ensuite, la majorité des patients remettent en question l’efficacité des mesures sanitaires liés à la crise sanitaire jugées trop restrictives, mais aussi la rapidité de la mise en production du vaccin avec une peur d’effets secondaires a été particulièrement relevé. Enfin, plusieurs alternatives ont été évoquées par les patients, notamment la mise en place de structures d’aide psychologique, un meilleur échange entre le monde politique et les citoyens, une volonté d’organiser des centres de tri uniquement dédiés aux patients atteints du Covid et alloués un budget conséquent à la santé publique. 4. Conclusion : La crise sanitaire covid-19 que témoigne le monde aujourd’hui a bouleversé tout le système médical et économique mondial et a dévoilé ses grandes vulnérabilités tout en entrainant un ralentissement sans précédent de l’activité économique.En effet, plusieurs secteurs se sont vus contraints de mettre à l’arrêt leur activités, et un dérèglement des activités du corps médical a été observé. Par conséquent, cette crise a eu des répercussions psychologiques à la fois sur l’état de santé de la population mais aussi du corps médical.
La pandémie liée à la maladie de coronavirus (COVID-19) a provoqué une crise sanitaire majeure et mis en quarantaine la moitié de la population planétaire. Au travers de cette étude, nous cherchons à connaitre le ressenti des patients ayant contracté le coronavirus pendant la crise sanitaire. De ce fait, nous souhaitons évaluer de manière systématique le ressenti des patients et comment répondre aux besoins et contribuer de manière efficace à une meilleur prise en charge par le médecin généraliste et une gestion efficace d’une crise sanitaire à l’avenir. À la suite de cette étude nous auront une vue d’ensemble sur les répercussions de cette crise sanitaire sur le plan physique et psychologique, médical mais aussi économique, permettant ainsi de récolter ainsi des pistes de solutions du point de vue des patients afin de construire une proposition de recommandations de bonnes pratiques pour les médecins généralistes et d’autres professionnels si nécessaires. 2. Méthodes : Nous avons réalisé une étude qualitative de type « entretiens individuels semi-dirigés » à l’aide d’une grille élaborée sur base d’une revue de la littérature. Ces entretiens ont été menés auprès d’un échantillonnage raisonné de patients ayant contracté le coronavirus pendant la période de crise sanitaire. 3. Résultats : Onze personnes ont été interrogées. La saturation externe des données a été atteinte au bout de neuvième entretiens car le septième entretien n’a apporté aucun élément nouveau par rapport au huitième entretien. Les critères d’inclusion pour notre étude se limitent à : - Des patients adultes ayant été atteints par la Covid-19 lors de la (1e, 2e, 3e ou potentiel 4e vague ?) - Et/ou les patients ambulatoire ayant contacté leur médecin généraliste, - Et/ou les patients dont la prise en charge s’est faite à leur domicile. Après l’analyse des données, nous notons que différents concepts principaux sont émis par les patients ayant contracté la Covid lors des entretiens à savoir la mise en évidence des conséquences du confinement sur la santé psychologique et mentale des sujets, les difficultés rencontrées lors de la prise en charge médical et le ressenti profond et épuisant du vécu de la Covid 19. Pour finir, nous avons repris les revendications récoltées auprès des patients pour contribuer à une meilleure gestion d’une crise sanitaire à l’avenir. Premièrement un sentiment de colère et d’épuisement lié à la crise sanitaire et plus particulièrement lié au confinement a été relevé, ensuite il est avéré que le médecin généraliste a joué un rôle clef et capital dans cette crise sanitaire et ce malgré parfois une prise en charge médicale limitée d’une part, à cause de la nature inconnue de la maladie et d’autre part par le manque de moyens matériels. Ensuite, la majorité des patients remettent en question l’efficacité des mesures sanitaires liés à la crise sanitaire jugées trop restrictives, mais aussi la rapidité de la mise en production du vaccin avec une peur d’effets secondaires a été particulièrement relevé. Enfin, plusieurs alternatives ont été évoquées par les patients, notamment la mise en place de structures d’aide psychologique, un meilleur échange entre le monde politique et les citoyens, une volonté d’organiser des centres de tri uniquement dédiés aux patients atteints du Covid et alloués un budget conséquent à la santé publique. 4. Conclusion : La crise sanitaire covid-19 que témoigne le monde aujourd’hui a bouleversé tout le système médical et économique mondial et a dévoilé ses grandes vulnérabilités tout en entrainant un ralentissement sans précédent de l’activité économique.En effet, plusieurs secteurs se sont vus contraints de mettre à l’arrêt leur activités, et un dérèglement des activités du corps médical a été observé. Par conséquent, cette crise a eu des répercussions psychologiques à la fois sur l’état de santé de la population mais aussi du corps médical.
Bakhouche - YannisUniversité libre de Bruxelles
45.005 - QR31 - Z10 - A98 - P29 - 58.003
Diagnostic et prise en charge de l'hyperuricémie : étude quantitative auprès des médecins généralistes de la province de Liège.
Diagnostic et prise en charge de l'hyperuricémie : étude quantitative auprès des médecins généralistes de la province de Liège.
Introduction : Environ 20-25% des hommes ont une hyperuricémie. La prise en charge de ce problème de santé, dont l’incidence et la prévalence ne font qu’augmenter, est complexe. L’objectif de ce travail de fin d’études est d’évaluer les pratiques actuelles des médecins généralistes exerçant dans la province de Liège, concernant la prise en charge d’une hyperuricémie (a)symptomatique grâce à un questionnaire et d’essayer de comprendre les raisons de la mauvaise prise en charge. L’objectif secondaire est de proposer des outils d’aide au diagnostic et au traitement. Méthode : La méthode d‘investigation choisie est une étude quantitative via diffusion d’un questionnaire anonyme par voie électronique à des médecins généralistes et assistants en médecine générale pratiquant dans la province de Liège. Résultats : 62 réponses ont été obtenues et analysées. 37,1% des participants éprouvent des difficultés pour la prise en charge de l’hyperuricémie et 95,2% doivent utiliser un support pour les connaissances. Discussion : L’éviction de certains aliments pour diminuer la fréquence des crises de goutte n’a pas de preuve claire ; en revanche perdre du poids diminue le taux d’acide urique. Il y a débat sur le médicament utilisé en prophylaxie ainsi que sa durée d’administration et sa posologie. La prescription du traitement hypo-uricémiant est suboptimale. Conclusion : Les patients sont insuffisamment éduqués sur leur pathologie, ce qui est source de mauvaise adhérence au traitement. Le médecin doit également améliorer ses connaissances concernant le sujet. Descripteurs : Hyperuricémie - facteurs de risque - prise en charge du patient - médecine générale – goutte Indexation : T99 (autres maladies : hyperuricémie) ; A23 (facteur de risque NCA) ; QP2 (soins centrés sur le patient) ; QS41 (médecine générale) ; T92 (goutte) ; QR32 (étude quantitative).
Introduction : Environ 20-25% des hommes ont une hyperuricémie. La prise en charge de ce problème de santé, dont l’incidence et la prévalence ne font qu’augmenter, est complexe. L’objectif de ce travail de fin d’études est d’évaluer les pratiques actuelles des médecins généralistes exerçant dans la province de Liège, concernant la prise en charge d’une hyperuricémie (a)symptomatique grâce à un questionnaire et d’essayer de comprendre les raisons de la mauvaise prise en charge. L’objectif secondaire est de proposer des outils d’aide au diagnostic et au traitement. Méthode : La méthode d‘investigation choisie est une étude quantitative via diffusion d’un questionnaire anonyme par voie électronique à des médecins généralistes et assistants en médecine générale pratiquant dans la province de Liège. Résultats : 62 réponses ont été obtenues et analysées. 37,1% des participants éprouvent des difficultés pour la prise en charge de l’hyperuricémie et 95,2% doivent utiliser un support pour les connaissances. Discussion : L’éviction de certains aliments pour diminuer la fréquence des crises de goutte n’a pas de preuve claire ; en revanche perdre du poids diminue le taux d’acide urique. Il y a débat sur le médicament utilisé en prophylaxie ainsi que sa durée d’administration et sa posologie. La prescription du traitement hypo-uricémiant est suboptimale. Conclusion : Les patients sont insuffisamment éduqués sur leur pathologie, ce qui est source de mauvaise adhérence au traitement. Le médecin doit également améliorer ses connaissances concernant le sujet. Descripteurs : Hyperuricémie - facteurs de risque - prise en charge du patient - médecine générale – goutte Indexation : T99 (autres maladies : hyperuricémie) ; A23 (facteur de risque NCA) ; QP2 (soins centrés sur le patient) ; QS41 (médecine générale) ; T92 (goutte) ; QR32 (étude quantitative).
Lambert - DelphineUniversité de Liège
T99 - A23 - QP2 - QS41 - T92 - QR32
Contraception masculine : comment faire avaler la pilule aux hommes ?
Contraception masculine : comment faire avaler la pilule aux hommes ?

Male contraception : how to make men take the pill ?
Male contraception : how to make men take the pill ?
Introduction : Dans une société qui avance de plus en plus vers l’égalité des sexes, la femme reste pourtant la principale actrice en ce qui concerne la contraception. Il existe très peu de méthodes contraceptives destinées aux hommes. Cependant, la moitié des femmes et presque 40% des hommes se disent prêts à adopter une contraception masculine s’il en existait une. Sachant que la plupart des méthodes contraceptives nécessitent une consultation médicale, le médecin généraliste aurait-il un rôle à jouer dans la promotion de la contraception masculine ? L’objectif de ce travail est premièrement de connaitre les freins et les facilitateurs des médecins généralistes à promouvoir la contraception masculine et deuxièmement d’informer ses lecteurs sur les différents contraceptifs masculins à disposition. Méthode : J’ai d’abord effectué des recherches dans la littérature primaire, secondaire et grise. J’ai ensuite interrogé une dizaine de médecins généralistes de la région liégeoise via des entretiens semi-dirigés. Il s’agit donc d’une étude qualitative. Résultats : Les freins à la promotion de la contraception masculine cités par nos participants sont : les manques d’information du médecin, de référent, d’information et de demande du patient, de fiabilité de l’homme et de moyens contraceptifs masculins, les représentations négatives, le caractère chronophage et le contexte du patient (jeune, nullipare, avec partenaires irréguliers). Les facilitateurs mis en avant sont : une meilleure information du médecin et du patient, plus de demande du patient, l’existence d’un contraceptif masculin fiable, rapidement efficace et réversible, une consultation autour de la vie sexuelle, la difficulté de la femme à trouver une contraception et le contexte du patient (âge moyen, multipare, couple stable). Discussion : La promotion de la contraception masculine est un sujet complexe qui dépend non seulement de la pratique des médecins, de la recherche scientifique mais qui s’inscrit également dans un contexte psycho-social, politique et culturel se dirigeant vers une évolution des mœurs influençant les patients.
Introduction : Dans une société qui avance de plus en plus vers l’égalité des sexes, la femme reste pourtant la principale actrice en ce qui concerne la contraception. Il existe très peu de méthodes contraceptives destinées aux hommes. Cependant, la moitié des femmes et presque 40% des hommes se disent prêts à adopter une contraception masculine s’il en existait une. Sachant que la plupart des méthodes contraceptives nécessitent une consultation médicale, le médecin généraliste aurait-il un rôle à jouer dans la promotion de la contraception masculine ? L’objectif de ce travail est premièrement de connaitre les freins et les facilitateurs des médecins généralistes à promouvoir la contraception masculine et deuxièmement d’informer ses lecteurs sur les différents contraceptifs masculins à disposition. Méthode : J’ai d’abord effectué des recherches dans la littérature primaire, secondaire et grise. J’ai ensuite interrogé une dizaine de médecins généralistes de la région liégeoise via des entretiens semi-dirigés. Il s’agit donc d’une étude qualitative. Résultats : Les freins à la promotion de la contraception masculine cités par nos participants sont : les manques d’information du médecin, de référent, d’information et de demande du patient, de fiabilité de l’homme et de moyens contraceptifs masculins, les représentations négatives, le caractère chronophage et le contexte du patient (jeune, nullipare, avec partenaires irréguliers). Les facilitateurs mis en avant sont : une meilleure information du médecin et du patient, plus de demande du patient, l’existence d’un contraceptif masculin fiable, rapidement efficace et réversible, une consultation autour de la vie sexuelle, la difficulté de la femme à trouver une contraception et le contexte du patient (âge moyen, multipare, couple stable). Discussion : La promotion de la contraception masculine est un sujet complexe qui dépend non seulement de la pratique des médecins, de la recherche scientifique mais qui s’inscrit également dans un contexte psycho-social, politique et culturel se dirigeant vers une évolution des mœurs influençant les patients.

Introduction: In a society that is moving more and more towards gender equality, women remain the main actor when it comes to contraception. There are very few contraceptive methods for men. However, half of women and almost 40% of men say they are ready to adopt male contraception if it is available. Knowing that most contraceptive methods require a medical consultation, would the general practitioner have a role to play in promoting male contraception? The objective of this work is firstly to know the barriers and facilitators of general practitioners to promote male contraception and secondly to inform its readers about the different male contraceptives available. Method: I first searched the primary, secondary and gray literature. I then interviewed around ten general practitioners in the Liège region via semi-structured interviews. This is therefore a qualitative study. Results: The obstacles to the promotion of male contraception cited by our participants are: the lack of information from the doctor, of a referent, of patient information and demand, of male reliability and of male contraceptive means, negative representations, the time-consuming nature and the context of the patient (young, nulliparous, with irregular partners). The facilitators put forward are: better information for the doctor and the patient, more patient demand, the existence of a reliable male contraceptive, quickly effective and reversible, a consultation around sexual life, the woman's difficulty to find contraception and the patient's context (middle age, multiparous, stable couple). Discussion: The promotion of male contraception is a complex subject which depends not only on the practice of doctors and scientific research but which is also part of a psycho-social, political and cultural context leading to a change in mores influencing the patients.
Introduction: In a society that is moving more and more towards gender equality, women remain the main actor when it comes to contraception. There are very few contraceptive methods for men. However, half of women and almost 40% of men say they are ready to adopt male contraception if it is available. Knowing that most contraceptive methods require a medical consultation, would the general practitioner have a role to play in promoting male contraception? The objective of this work is firstly to know the barriers and facilitators of general practitioners to promote male contraception and secondly to inform its readers about the different male contraceptives available. Method: I first searched the primary, secondary and gray literature. I then interviewed around ten general practitioners in the Liège region via semi-structured interviews. This is therefore a qualitative study. Results: The obstacles to the promotion of male contraception cited by our participants are: the lack of information from the doctor, of a referent, of patient information and demand, of male reliability and of male contraceptive means, negative representations, the time-consuming nature and the context of the patient (young, nulliparous, with irregular partners). The facilitators put forward are: better information for the doctor and the patient, more patient demand, the existence of a reliable male contraceptive, quickly effective and reversible, a consultation around sexual life, the woman's difficulty to find contraception and the patient's context (middle age, multiparous, stable couple). Discussion: The promotion of male contraception is a complex subject which depends not only on the practice of doctors and scientific research but which is also part of a psycho-social, political and cultural context leading to a change in mores influencing the patients.
Matsukuma - FannyUniversité de Liège
W10 - W11 - QO4
Les femmes et leur moyen de contraception, la pilule : Évaluation de leurs connaissances et leurs ressentis - Étude qualitative en entretiens semi-dirigés
Les femmes et leur moyen de contraception, la pilule : Évaluation de leurs connaissances et leurs ressentis - Étude qualitative en entretiens semi-dirigés
Introduction La pilule est encore aujourd’hui le moyen de contraception le plus utilisé en Belgique. Il existe cependant un paradoxe entre son utilisation et le nombre important de grossesses indésirées. Le médecin généraliste joue un rôle essentiel dans la transmission de l’information concernant la prévention et le bon usage de ce moyen de contraception. Objectif L’objectif de cette étude est de faire un état des lieux de la connaissance des femmes sur leur moyen de contraception, la pilule, afin d’aider les professionnels de la santé, dont les médecins généralistes plus particulièrement, à améliorer la qualité de l’information. Méthodologie Une étude qualitative a été réalisée sous forme d’entretiens semi-dirigés. Différentes structures ont été contactées et des jeunes femmes âgées entre 16 et 34 ans habitant à Bruxelles prenant la pilule ont été interrogées. Résultats Au total, 13 entretiens ont été réalisés de mars à avril 2021. Même si le mode d’emploi de la pilule est bien connu par les jeunes femmes, la composition, le mécanisme d’action exact et la gestion des oublis de celle-ci sont mal connus. Leurs sources d’informations sont surtout Internet, le médecin généraliste et leurs proches même si pour certaines, cela reste encore un sujet tabou. Conclusion Le niveau des connaissances des jeunes femmes sur leur moyen de contraception, la pilule, reste satisfaisant ; il persiste cependant certaines lacunes. Même si la plupart des participantes a eu recours à des séances d’éducation sexuelle et est suivie par un médecin généraliste, elles sont demandeuses de plus d’informations sur le sujet. Afin de diminuer le nombre de grossesses indésirées et par conséquent celui des IVG, la transmission de l’information est à améliorer lors des séances d’éducation sexuelle mais aussi par les professionnels de la santé - en particulier les médecins généralistes - lors de la prescription ou du renouvellement de la pilule
Introduction La pilule est encore aujourd’hui le moyen de contraception le plus utilisé en Belgique. Il existe cependant un paradoxe entre son utilisation et le nombre important de grossesses indésirées. Le médecin généraliste joue un rôle essentiel dans la transmission de l’information concernant la prévention et le bon usage de ce moyen de contraception. Objectif L’objectif de cette étude est de faire un état des lieux de la connaissance des femmes sur leur moyen de contraception, la pilule, afin d’aider les professionnels de la santé, dont les médecins généralistes plus particulièrement, à améliorer la qualité de l’information. Méthodologie Une étude qualitative a été réalisée sous forme d’entretiens semi-dirigés. Différentes structures ont été contactées et des jeunes femmes âgées entre 16 et 34 ans habitant à Bruxelles prenant la pilule ont été interrogées. Résultats Au total, 13 entretiens ont été réalisés de mars à avril 2021. Même si le mode d’emploi de la pilule est bien connu par les jeunes femmes, la composition, le mécanisme d’action exact et la gestion des oublis de celle-ci sont mal connus. Leurs sources d’informations sont surtout Internet, le médecin généraliste et leurs proches même si pour certaines, cela reste encore un sujet tabou. Conclusion Le niveau des connaissances des jeunes femmes sur leur moyen de contraception, la pilule, reste satisfaisant ; il persiste cependant certaines lacunes. Même si la plupart des participantes a eu recours à des séances d’éducation sexuelle et est suivie par un médecin généraliste, elles sont demandeuses de plus d’informations sur le sujet. Afin de diminuer le nombre de grossesses indésirées et par conséquent celui des IVG, la transmission de l’information est à améliorer lors des séances d’éducation sexuelle mais aussi par les professionnels de la santé - en particulier les médecins généralistes - lors de la prescription ou du renouvellement de la pilule
Radoux - FannyUniversité libre de Bruxelles
W11 - QC22 - QP42
Analyse et réflexion à partir d'un état des lieux sur les modes de prise de rendez-vous en médecine générale: Etude qualitative par entretien
Analyse et réflexion à partir d'un état des lieux sur les modes de prise de rendez-vous en médecine générale: Etude qualitative par entretien
L’accessibilité aux soins est un des enjeux majeurs de notre système de santé. Elle se définit par un ensemble de facteurs dont la disponibilité du médecin généraliste. Nous nous y sommes intéressés en nous basant sur les modes de prise de rendez-vous utilisés par les praticiens. Pour ce faire, nous avons interrogé des médecins généralistes ainsi que des assistants pour mieux comprendre ce qui les a poussés à choisir une méthode plutôt qu’un autre et les avantages qui les y ont encouragés. Les médecins généralistes interrogés utilisent quatre méthodes différentes : le contact téléphonique direct, le secrétariat sur place, le télésecrétariat et le site internet. La notion de changement de mode dans le temps a également été abordée. Il en est ressorti que les nouvelles technologies ont joué un grand rôle dans l’évolution de la prise de rendez-vous. Chaque praticien combine les différentes méthodes pour obtenir une pratique qui lui est propre et améliorer la qualité des soins et de son temps de travail. Ils ne semblent pas s’être réellement interrogés sur les difficultés rencontrées par les patients au travers de la prise de rendez-vous. Le cumul des méthodes semble gommer les inconvénients que l’une pourrait présenter par rapport à l’autre. Cependant, il est important de mettre en avant cet aspect qui pourrait nuire à l’accessibilité des soins afin que le médecin généraliste puisse en tenir compte dans sa pratique de tous les jours.
L’accessibilité aux soins est un des enjeux majeurs de notre système de santé. Elle se définit par un ensemble de facteurs dont la disponibilité du médecin généraliste. Nous nous y sommes intéressés en nous basant sur les modes de prise de rendez-vous utilisés par les praticiens. Pour ce faire, nous avons interrogé des médecins généralistes ainsi que des assistants pour mieux comprendre ce qui les a poussés à choisir une méthode plutôt qu’un autre et les avantages qui les y ont encouragés. Les médecins généralistes interrogés utilisent quatre méthodes différentes : le contact téléphonique direct, le secrétariat sur place, le télésecrétariat et le site internet. La notion de changement de mode dans le temps a également été abordée. Il en est ressorti que les nouvelles technologies ont joué un grand rôle dans l’évolution de la prise de rendez-vous. Chaque praticien combine les différentes méthodes pour obtenir une pratique qui lui est propre et améliorer la qualité des soins et de son temps de travail. Ils ne semblent pas s’être réellement interrogés sur les difficultés rencontrées par les patients au travers de la prise de rendez-vous. Le cumul des méthodes semble gommer les inconvénients que l’une pourrait présenter par rapport à l’autre. Cependant, il est important de mettre en avant cet aspect qui pourrait nuire à l’accessibilité des soins afin que le médecin généraliste puisse en tenir compte dans sa pratique de tous les jours.
Pagnoule - MarineUniversité libre de Bruxelles
QP21
L’introduction d’animaux en maison de repos et de soins en vue d'améliorer le bien-être des résidents : quels sont les points positifs et les points négatifs du point de vue du personnel encadrant ?
L’introduction d’animaux en maison de repos et de soins en vue d'améliorer le bien-être des résidents : quels sont les points positifs et les points négatifs du point de vue du personnel encadrant ?
Résumé Introduction : Ces dernières années, nous avons constaté un allongement de la durée de vie et un vieillissement de la population belge. Une partie de ces personnes âgées devront résider en maison de repos. Ce déménagement constitue souvent une source d’anxiété pour le patient âgé, auquel s’ajoute parfois la tristesse de devoir se séparer de son animal de compagnie. Objectifs : L’objectif de ce travail est d’évaluer les points positifs et les points négatifs de l’introduction d’animaux au sein des maisons de repos, en vue d’améliorer le bien-être des résidents. Méthodologie : La méthodologie comporte une recherche de la littérature ainsi que la réalisation d’entretiens semi-dirigés de professionnels de la santé encadrant les activités liées aux animaux, afin de déterminer les points positifs et négatifs de l’introduction d’animaux dans les maisons de repos. Résultats : Les entretiens semi-dirigés ont permis de mettre en évidence différents points positifs concernant l’introduction de l’animal dans les maisons de repos, à savoir une majoration des contacts sociaux, un apaisement, une valorisation des compétences, une autonomie préservée ; une motricité augmentée, une stimulation des fonctions cognitives, une communication facilitée, une diminution de la solitude, une augmentation de la mobilité, un sentiment d’utilité, une verbalisation améliorée. Pour la plupart des personnes interrogées, ces bienfaits liés à la présence animale contrebalancent les effets négatifs qu’ils peuvent rencontrer, à savoir une mauvaise entente entre les animaux, des personnes allergiques, des personnes qui ont une aversion pour les animaux, l’inquiétude qui naît si l’animal est malade, la surcharge de travail, la difficulté de prise en charge des animaux le week-end, les odeurs désagréables, le personnel qui ne respectent pas les consignes. Discussion : Les résultats obtenus au terme des entretiens semi-dirigés ont ensuite été comparés et discutés avec les données retrouvées dans la littérature. Conclusion : Nous avons ainsi pu mettre en évidence la présence d’une concordance de la plupart de ces points, tant positifs que négatifs. Mots-clés : maison de repos, thérapie, animaux, bien-être, Point positif, Point négatif.
Résumé Introduction : Ces dernières années, nous avons constaté un allongement de la durée de vie et un vieillissement de la population belge. Une partie de ces personnes âgées devront résider en maison de repos. Ce déménagement constitue souvent une source d’anxiété pour le patient âgé, auquel s’ajoute parfois la tristesse de devoir se séparer de son animal de compagnie. Objectifs : L’objectif de ce travail est d’évaluer les points positifs et les points négatifs de l’introduction d’animaux au sein des maisons de repos, en vue d’améliorer le bien-être des résidents. Méthodologie : La méthodologie comporte une recherche de la littérature ainsi que la réalisation d’entretiens semi-dirigés de professionnels de la santé encadrant les activités liées aux animaux, afin de déterminer les points positifs et négatifs de l’introduction d’animaux dans les maisons de repos. Résultats : Les entretiens semi-dirigés ont permis de mettre en évidence différents points positifs concernant l’introduction de l’animal dans les maisons de repos, à savoir une majoration des contacts sociaux, un apaisement, une valorisation des compétences, une autonomie préservée ; une motricité augmentée, une stimulation des fonctions cognitives, une communication facilitée, une diminution de la solitude, une augmentation de la mobilité, un sentiment d’utilité, une verbalisation améliorée. Pour la plupart des personnes interrogées, ces bienfaits liés à la présence animale contrebalancent les effets négatifs qu’ils peuvent rencontrer, à savoir une mauvaise entente entre les animaux, des personnes allergiques, des personnes qui ont une aversion pour les animaux, l’inquiétude qui naît si l’animal est malade, la surcharge de travail, la difficulté de prise en charge des animaux le week-end, les odeurs désagréables, le personnel qui ne respectent pas les consignes. Discussion : Les résultats obtenus au terme des entretiens semi-dirigés ont ensuite été comparés et discutés avec les données retrouvées dans la littérature. Conclusion : Nous avons ainsi pu mettre en évidence la présence d’une concordance de la plupart de ces points, tant positifs que négatifs. Mots-clés : maison de repos, thérapie, animaux, bien-être, Point positif, Point négatif.
Monville - BerengereUniversité de Liège
QC15 - QP43 - QR31 - QS44 - QO4 - QO4 - QP3 - QO4
Le sur-dépistage du cancer du sein : analyse de notre pratique en médecine semi-rurale
Le sur-dépistage du cancer du sein : analyse de notre pratique en médecine semi-rurale
Introduction L’objectif principal de ce travail est d’analyser le dépistage du cancer du sein dans notre pratique en solo en médecine semi-rurale (dans la région de Visé). La question principale était de savoir s’il y a oui ou non un sur-dépistage au sein de notre patientèle. Le sur-dépistage du cancer du sein est un sujet de prévention quaternaire. En effet un dépistage en dehors des critères de recommandation comporte des risques pour nos patientes et représente également un coût important pour la société. Méthodologie Il s’agit d’une étude quantitative rétrospective sur l’analyse de dossiers médicaux présents dans notre base de données informatisée. Les patientes ont été divisées en 3 catégories : la première reprend les patientes de 40 à 49 ans, la 2ème les patientes de 50 à 69 ans qui sont les patientes éligibles au dépistage du cancer du sein et la 3ème reprend les patientes âgées de 70 à 80 ans. Le nombre de mammographies réalisées par chaque patiente au cours des 4 dernières années a été listé puis analysé. Les résultats ont ensuite été confrontés aux chiffres belges. Résultats Il apparaît que les groupes non éligibles au dépistage du cancer du sein étaient plutôt sujets à un sur-dépistage dans notre patientèle comme c’est le cas de manière générale en Belgique. Pour la catégorie éligible au dépistage (50-69 ans), la situation était de manière paradoxale en sous-dépistage. Le dépistage était plus souvent réalisé de manière opportuniste que via le dépistage organisé, comme c’est également le cas en Belgique et surtout en Wallonie. Conclusion En tant que médecin généraliste, dans notre cabinet, nous devrions informer plus et mieux les patientes concernant l’importance d’un dépistage selon les bonnes recommandations et également au sujet des risques que comporte un dépistage abusif et inapproprié.
Introduction L’objectif principal de ce travail est d’analyser le dépistage du cancer du sein dans notre pratique en solo en médecine semi-rurale (dans la région de Visé). La question principale était de savoir s’il y a oui ou non un sur-dépistage au sein de notre patientèle. Le sur-dépistage du cancer du sein est un sujet de prévention quaternaire. En effet un dépistage en dehors des critères de recommandation comporte des risques pour nos patientes et représente également un coût important pour la société. Méthodologie Il s’agit d’une étude quantitative rétrospective sur l’analyse de dossiers médicaux présents dans notre base de données informatisée. Les patientes ont été divisées en 3 catégories : la première reprend les patientes de 40 à 49 ans, la 2ème les patientes de 50 à 69 ans qui sont les patientes éligibles au dépistage du cancer du sein et la 3ème reprend les patientes âgées de 70 à 80 ans. Le nombre de mammographies réalisées par chaque patiente au cours des 4 dernières années a été listé puis analysé. Les résultats ont ensuite été confrontés aux chiffres belges. Résultats Il apparaît que les groupes non éligibles au dépistage du cancer du sein étaient plutôt sujets à un sur-dépistage dans notre patientèle comme c’est le cas de manière générale en Belgique. Pour la catégorie éligible au dépistage (50-69 ans), la situation était de manière paradoxale en sous-dépistage. Le dépistage était plus souvent réalisé de manière opportuniste que via le dépistage organisé, comme c’est également le cas en Belgique et surtout en Wallonie. Conclusion En tant que médecin généraliste, dans notre cabinet, nous devrions informer plus et mieux les patientes concernant l’importance d’un dépistage selon les bonnes recommandations et également au sujet des risques que comporte un dépistage abusif et inapproprié.
Mathy - MarineUniversité de Liège
X76 - QD444 - QD44 - 31.003
Les incidentalomes rénaux:revue narrative de la littérature et proposition d'un outil d'aide à la prise en charge à destination du médecin généraliste
Les incidentalomes rénaux:revue narrative de la littérature et proposition d'un outil d'aide à la prise en charge à destination du médecin généraliste
L’avènement de l’imagerie médicale au cours des dernières décennies a fait naître une nouvelle problématique, celle des incidentalomes (lésions découvertes fortuitement à l’issue d’un examen iconographique, réalisé pour un tout autre motif). Les incidentalomes rénaux en représentent une part significative. 50 % des carcinomes rénaux sont découverts de cette manière. Il n’existe aucun programme de dépistage pour ces cancers qui sont rarement symptomatiques précocement. Il s’agit donc d’un défi pour les médecins généralistes qui sont souvent aux premières loges, devant gérer leur doute face à des lésions auparavant indétectables et dont on ne connaît pas toujours l’évolution naturelle. Une revue de la littérature a été réalisée via des moteurs de recherche à large spectre dans le but d’obtenir une vue d’ensemble sur la gestion des incidentalomes rénaux chez l’adulte. Il n’existe actuellement aucun guideline à ce sujet. Seules des recommandations sont émises à destination des radiologues. Néanmoins, il semble nécessaire d’avoir une vision holistique du patient, de réaliser une prescription rationnelle des examens complémentaires et de prendre une décision partagée avec le patient après une discussion éclairée lui exposant les risques et bénéfices d’une potentielle poursuite d’exploration pour obtenir un diagnostic de certitude. Le CT-scan rénal injecté en 3 phases représente le gold standard de mise au point, en l’absence de contre-indication. Une fois déterminée, la lésion peut être prise en charge selon des guidelines bien établis. Cette thématique soulève aussi d’autres questions, comme le risque de surdiagnostic, le surtraitement, l’impact individuel, sur les soins de santé et sur la société en général. Au terme de ces lectures, un diagramme d’aide à la décision a été réalisé dans l’objectif d’aider les médecins généralistes à une prise en charge adéquate des incidentalomes rénaux. Cependant, il persiste un véritable manque d’informations scientifiques créant un vide médical qu’il sera utile de combler dans le futur aux moyens d’études scientifiques diverses.
L’avènement de l’imagerie médicale au cours des dernières décennies a fait naître une nouvelle problématique, celle des incidentalomes (lésions découvertes fortuitement à l’issue d’un examen iconographique, réalisé pour un tout autre motif). Les incidentalomes rénaux en représentent une part significative. 50 % des carcinomes rénaux sont découverts de cette manière. Il n’existe aucun programme de dépistage pour ces cancers qui sont rarement symptomatiques précocement. Il s’agit donc d’un défi pour les médecins généralistes qui sont souvent aux premières loges, devant gérer leur doute face à des lésions auparavant indétectables et dont on ne connaît pas toujours l’évolution naturelle. Une revue de la littérature a été réalisée via des moteurs de recherche à large spectre dans le but d’obtenir une vue d’ensemble sur la gestion des incidentalomes rénaux chez l’adulte. Il n’existe actuellement aucun guideline à ce sujet. Seules des recommandations sont émises à destination des radiologues. Néanmoins, il semble nécessaire d’avoir une vision holistique du patient, de réaliser une prescription rationnelle des examens complémentaires et de prendre une décision partagée avec le patient après une discussion éclairée lui exposant les risques et bénéfices d’une potentielle poursuite d’exploration pour obtenir un diagnostic de certitude. Le CT-scan rénal injecté en 3 phases représente le gold standard de mise au point, en l’absence de contre-indication. Une fois déterminée, la lésion peut être prise en charge selon des guidelines bien établis. Cette thématique soulève aussi d’autres questions, comme le risque de surdiagnostic, le surtraitement, l’impact individuel, sur les soins de santé et sur la société en général. Au terme de ces lectures, un diagramme d’aide à la décision a été réalisé dans l’objectif d’aider les médecins généralistes à une prise en charge adéquate des incidentalomes rénaux. Cependant, il persiste un véritable manque d’informations scientifiques créant un vide médical qu’il sera utile de combler dans le futur aux moyens d’études scientifiques diverses.
Lambotte - ElodieUniversité de Liège
QD324 - U14 - QC14 - QS41 - QP2 - QT33
Comment actualiser ses connaissances au quotidien dans la pratique de médecine générale ? Exemple de la pédiatrie ; étude qualitative en entretiens semi-structurés auprès de médecins généralistes
Comment actualiser ses connaissances au quotidien dans la pratique de médecine générale ? Exemple de la pédiatrie ; étude qualitative en entretiens semi-structurés auprès de médecins généralistes
Introduction Le médecin généraliste joue un rôle prédominant dans le suivi des familles, notamment par son rôle chez le petit enfant. Cependant, la médecine moderne évolue de manière constante. Il n’est pas simple de s’adapter aux changements continuels des connaissances scientifiques, malgré les outils qui sont mis en place pour nous aider à valoriser nos connaissances. Ce travail veut donc évaluer le rapport des médecins généralistes à la pédiatrie, ainsi que les moyens mis en œuvre pour conserver des connaissances médicales récentes et de qualité. Méthode En parallèle à une revue de la littérature exploitant plusieurs moteurs de recherche, une étude qualitative en entretiens semi-structurés a été réalisée. Des médecins généralistes et assistants en médecine générale ont été recrutés et interrogés à propos de leurs attitudes et connaissances en pédiatrie ainsi que sur les outils employés pour la formation continue. Résultats Sur les 13 médecins interrogés, huit médecins semblent avoir un bon rapport à la pédiatrie. Une grande majorité considère que le médecin généraliste occupe une place essentielle dans les soins pédiatriques, surtout dans les situations aiguës. De nombreux facteurs activent les visites chez les médecins de famille. Leur formation, durant le master de spécialisation, est tributaire de l’attrait du maître de stage pour la pédiatrie. Dans la volonté de se maintenir à jour au niveau médical, plusieurs biais sont évoqués par les médecins généralistes. Conclusion L’étude démontre, outre le caractère aléatoire de la formation pédiatrique des médecins généralistes, l’absence d’uniformité sur les outils employés dans la volonté de formation continue. Le manque d’efficience des supports en ligne est également mis en évidence.
Introduction Le médecin généraliste joue un rôle prédominant dans le suivi des familles, notamment par son rôle chez le petit enfant. Cependant, la médecine moderne évolue de manière constante. Il n’est pas simple de s’adapter aux changements continuels des connaissances scientifiques, malgré les outils qui sont mis en place pour nous aider à valoriser nos connaissances. Ce travail veut donc évaluer le rapport des médecins généralistes à la pédiatrie, ainsi que les moyens mis en œuvre pour conserver des connaissances médicales récentes et de qualité. Méthode En parallèle à une revue de la littérature exploitant plusieurs moteurs de recherche, une étude qualitative en entretiens semi-structurés a été réalisée. Des médecins généralistes et assistants en médecine générale ont été recrutés et interrogés à propos de leurs attitudes et connaissances en pédiatrie ainsi que sur les outils employés pour la formation continue. Résultats Sur les 13 médecins interrogés, huit médecins semblent avoir un bon rapport à la pédiatrie. Une grande majorité considère que le médecin généraliste occupe une place essentielle dans les soins pédiatriques, surtout dans les situations aiguës. De nombreux facteurs activent les visites chez les médecins de famille. Leur formation, durant le master de spécialisation, est tributaire de l’attrait du maître de stage pour la pédiatrie. Dans la volonté de se maintenir à jour au niveau médical, plusieurs biais sont évoqués par les médecins généralistes. Conclusion L’étude démontre, outre le caractère aléatoire de la formation pédiatrique des médecins généralistes, l’absence d’uniformité sur les outils employés dans la volonté de formation continue. Le manque d’efficience des supports en ligne est également mis en évidence.
Danhaive - MathildeUniversité libre de Bruxelles
QT22 - QC12 - QC11 - QS41 - QS33
Végétarisme et végétalisme pendant la grossesse : conséquences maternelles et fœtales - Revue systématique de la littérature
Végétarisme et végétalisme pendant la grossesse : conséquences maternelles et fœtales - Revue systématique de la littérature
Introduction : Contrairement au régime omnivore « classique », les végétariens excluent plus ou moins de produits alimentaires d’origine animale jusqu’aux végétaliens qui excluent tous les produits animaux. Afin de maintenir mère et enfant en bonne santé, la grossesse est une période de haute demande énergétique : les régimes végétarien et végétalien sont-ils adaptés? Étant donné les restrictions alimentaires, des carences nutritionnelles sont attendues ainsi que de potentielles complications maternelles et fœtales. Méthode : La recherche bibliographique a été effectuée entre janvier et avril 2021 dans de nombreuses bases de données grâce à une question de recherche mise en place selon la méthode PICO et ayant permis de dégager des équations de recherche. Résultats et discussion : 14 études observationnelles et 4 revues systématiques de la littérature dont 2 méta-analyses ont été sélectionnées. Il n’a pas été possible de mettre en évidence de carence nutritionnelle significative liée à un régime végétarien ou végétalien pendant la grossesse. Au niveau maternel, la prise de poids et le risque de prise de poids excessive pendant la grossesse semblent diminués grâce à un régime végétarien ou végétalien. Une tendance à la petite taille pour l’âge gestationnel a été mise en évidence chez les nouveau-nés de mères végétaliennes. Conclusion : Aucune complication majeure n’a été mise en évidence. Un régime végétarien ou végétalien ne parait pas contre-indiqué pendant la grossesse à condition de suivre un régime planifié et permettant de fournir les apports alimentaires journaliers recommandés, grâce à une supplémentation si nécessaire.
Introduction : Contrairement au régime omnivore « classique », les végétariens excluent plus ou moins de produits alimentaires d’origine animale jusqu’aux végétaliens qui excluent tous les produits animaux. Afin de maintenir mère et enfant en bonne santé, la grossesse est une période de haute demande énergétique : les régimes végétarien et végétalien sont-ils adaptés? Étant donné les restrictions alimentaires, des carences nutritionnelles sont attendues ainsi que de potentielles complications maternelles et fœtales. Méthode : La recherche bibliographique a été effectuée entre janvier et avril 2021 dans de nombreuses bases de données grâce à une question de recherche mise en place selon la méthode PICO et ayant permis de dégager des équations de recherche. Résultats et discussion : 14 études observationnelles et 4 revues systématiques de la littérature dont 2 méta-analyses ont été sélectionnées. Il n’a pas été possible de mettre en évidence de carence nutritionnelle significative liée à un régime végétarien ou végétalien pendant la grossesse. Au niveau maternel, la prise de poids et le risque de prise de poids excessive pendant la grossesse semblent diminués grâce à un régime végétarien ou végétalien. Une tendance à la petite taille pour l’âge gestationnel a été mise en évidence chez les nouveau-nés de mères végétaliennes. Conclusion : Aucune complication majeure n’a été mise en évidence. Un régime végétarien ou végétalien ne parait pas contre-indiqué pendant la grossesse à condition de suivre un régime planifié et permettant de fournir les apports alimentaires journaliers recommandés, grâce à une supplémentation si nécessaire.
Sens - MaëlleUniversité libre de Bruxelles
A94 - QC22 - QT33 - W78 - W99 - QP51
Prise en charge des troubles sexuels chez la femme ménopausée en planning familial.
Prise en charge des troubles sexuels chez la femme ménopausée en planning familial.
Introduction : La ménopause est une étape physiologique importante de la vie d’une femme et correspond à l’arrêt définitif de la fonction ovarienne. La carence oestrogénique engendrée par l’arrêt de la fonction ovarienne peut provoquer des troubles sexuels comme la sécheresse vaginale, une diminution de la libido et à l’apparition d’une dyspareunie. Or, plusieurs études démontrent que les femmes souhaiteraient que le médecin aborde le sujet en consultation. Cette étude rétrospective a donc pour objectif de vérifier si les médecins de première ligne dépistent systématiquement les troubles sexuels et nous avons voulu évaluer la prise en charge proposée. Méthodes : Cette étude rétrospective est basée sur l’analyse de 95 dossiers médicaux de patientes ayant consulté le planning familial de Rochefort entre janvier 2018 et janvier 2021. Les données collectées sont l’âge lors de la dernière consultation, la présence d’un partenaire, la profession, la pratique d’une activité physique, le BMI, les pathologies chroniques, les traitement chronique, la gestité et parité (GP), l’âge lors de la ménopause, l’utilisation d’un THS, la durée d’utilisation du THS, l’abord de la sexualité en consultation, la pratique d’une activité sexuelle, la présence de trouble(s) sexuel(s) avant et après la ménopause, lequel/lesquels (diminution libido – sécheresse vaginale – dyspareunie), le traitement du trouble sexuel et si oui lequel. Nous avons également recensé si le suivi au planning s’est fait avec un seul médecin ou plusieurs, l’année et le motif de la première consultation et enfin combien de consultations ont eu lieu depuis le diagnostic de ménopause. Résultats : L’âge moyen des patientes lors de leur ménopause était similaire à celui retrouvé dans la littérature. La sexualité a été abordée en consultation dans 62,11% des cas. 20 patientes ont rapporté des plaintes sexuelles depuis leur ménopause et 65% d’entre elles ont été traitées. C’est le traitement hormonal qui était le plus fréquemment proposé. Conclusion : Nous avons démontré que les médecins du planning abordaient la santé sexuelle plus fréquemment en comparaison avec les données de la littérature. Néanmoins, ce sont les traitements à base d’œstrogène qui étaient essentiellement proposés aux patientes alors que de nombreuses alternatives efficaces existent.
Introduction : La ménopause est une étape physiologique importante de la vie d’une femme et correspond à l’arrêt définitif de la fonction ovarienne. La carence oestrogénique engendrée par l’arrêt de la fonction ovarienne peut provoquer des troubles sexuels comme la sécheresse vaginale, une diminution de la libido et à l’apparition d’une dyspareunie. Or, plusieurs études démontrent que les femmes souhaiteraient que le médecin aborde le sujet en consultation. Cette étude rétrospective a donc pour objectif de vérifier si les médecins de première ligne dépistent systématiquement les troubles sexuels et nous avons voulu évaluer la prise en charge proposée. Méthodes : Cette étude rétrospective est basée sur l’analyse de 95 dossiers médicaux de patientes ayant consulté le planning familial de Rochefort entre janvier 2018 et janvier 2021. Les données collectées sont l’âge lors de la dernière consultation, la présence d’un partenaire, la profession, la pratique d’une activité physique, le BMI, les pathologies chroniques, les traitement chronique, la gestité et parité (GP), l’âge lors de la ménopause, l’utilisation d’un THS, la durée d’utilisation du THS, l’abord de la sexualité en consultation, la pratique d’une activité sexuelle, la présence de trouble(s) sexuel(s) avant et après la ménopause, lequel/lesquels (diminution libido – sécheresse vaginale – dyspareunie), le traitement du trouble sexuel et si oui lequel. Nous avons également recensé si le suivi au planning s’est fait avec un seul médecin ou plusieurs, l’année et le motif de la première consultation et enfin combien de consultations ont eu lieu depuis le diagnostic de ménopause. Résultats : L’âge moyen des patientes lors de leur ménopause était similaire à celui retrouvé dans la littérature. La sexualité a été abordée en consultation dans 62,11% des cas. 20 patientes ont rapporté des plaintes sexuelles depuis leur ménopause et 65% d’entre elles ont été traitées. C’est le traitement hormonal qui était le plus fréquemment proposé. Conclusion : Nous avons démontré que les médecins du planning abordaient la santé sexuelle plus fréquemment en comparaison avec les données de la littérature. Néanmoins, ce sont les traitements à base d’œstrogène qui étaient essentiellement proposés aux patientes alors que de nombreuses alternatives efficaces existent.
Dufrasne - MavrickUniversité libre de Bruxelles
QC14 - QC22 - QD27 - QP3 - QP52 - QR32 - QD24 - QP21
Le modèle de rôle au début de l’assistanat de médecine générale : vision et vécu de l’assistant. Recherche qualitative menée auprès d’assistants de l’Université de Liège.
Le modèle de rôle au début de l’assistanat de médecine générale : vision et vécu de l’assistant. Recherche qualitative menée auprès d’assistants de l’Université de Liège.
Introduction : Il existe plusieurs façons de débuter son assistanat en médecine générale. Ce travail de fin d’études se penche sur l’une d’entre elles : le modèle de rôle. En assistanat de médecine générale, le modèle de rôle est défini comme étant le maître de stage qui, dans le contexte de son exercice professionnel, influence l’apprentissage de l’assistant avec lequel il est en contact. L’objectif de ce travail est d’évaluer, selon le point de vue de l’assistant, les avantages et les inconvénients du modèle de rôle et le vécu de cette méthode par l’assistant. Méthode : Une recherche qualitative réalisée au moyen d’entretiens semi-dirigés auprès de 10 assistants de médecine générale à Liège. Résultats : En démarrant avec le modèle de rôle, les 10 assistants avaient 6 catégories d’attentes différentes. Toutes ont été rencontrées. La méthode leur a même apporté plus que ce qu’ils s’imaginaient puisque 3 catégories supplémentaires ont été mentionnées dans les avantages du modèle de rôle. Cependant, plusieurs inconvénients sont également relevés dont les plus importants sont la passivité et le manque d’autonomie. La durée idéale du modèle de rôle, pour la majorité relative, est de deux semaines. Enfin, tous s’accordent sur l’importance d’une discussion entre maître de stage et assistant afin de mettre au point les termes d’application du modèle de rôle. Conclusion : Le modèle de rôle est un bon moyen de débuter son assistanat de médecine générale. Il permet de se familiariser avec le mode de fonctionnement du maître de stage ainsi qu’avec les patients et permet de diminuer le stress du début d’assistanat. Selon les assistants interrogés, cette méthode d’apprentissage comporte également des avantages pour le maître de stage et pour le patient. Il est nécessaire de discuter de la mise en place de cette méthode ainsi que de sa durée qui peut, quand elle est trop longue, entrainer une frustration chez l’assistant.
Introduction : Il existe plusieurs façons de débuter son assistanat en médecine générale. Ce travail de fin d’études se penche sur l’une d’entre elles : le modèle de rôle. En assistanat de médecine générale, le modèle de rôle est défini comme étant le maître de stage qui, dans le contexte de son exercice professionnel, influence l’apprentissage de l’assistant avec lequel il est en contact. L’objectif de ce travail est d’évaluer, selon le point de vue de l’assistant, les avantages et les inconvénients du modèle de rôle et le vécu de cette méthode par l’assistant. Méthode : Une recherche qualitative réalisée au moyen d’entretiens semi-dirigés auprès de 10 assistants de médecine générale à Liège. Résultats : En démarrant avec le modèle de rôle, les 10 assistants avaient 6 catégories d’attentes différentes. Toutes ont été rencontrées. La méthode leur a même apporté plus que ce qu’ils s’imaginaient puisque 3 catégories supplémentaires ont été mentionnées dans les avantages du modèle de rôle. Cependant, plusieurs inconvénients sont également relevés dont les plus importants sont la passivité et le manque d’autonomie. La durée idéale du modèle de rôle, pour la majorité relative, est de deux semaines. Enfin, tous s’accordent sur l’importance d’une discussion entre maître de stage et assistant afin de mettre au point les termes d’application du modèle de rôle. Conclusion : Le modèle de rôle est un bon moyen de débuter son assistanat de médecine générale. Il permet de se familiariser avec le mode de fonctionnement du maître de stage ainsi qu’avec les patients et permet de diminuer le stress du début d’assistanat. Selon les assistants interrogés, cette méthode d’apprentissage comporte également des avantages pour le maître de stage et pour le patient. Il est nécessaire de discuter de la mise en place de cette méthode ainsi que de sa durée qui peut, quand elle est trop longue, entrainer une frustration chez l’assistant.
Lambert - CharlineUniversité de Liège
QT11 - QS41 - QT22 - QR31
Améliorer la communication médecin – patient : analyse qualitative d’un outil d’aide à la communication : le teach-back
Améliorer la communication médecin – patient : analyse qualitative d’un outil d’aide à la communication : le teach-back
Introduction La littératie en santé est un déterminant majeur de la santé. Un faible niveau de littératie en santé présente des effets négatifs importants sur la santé. En Belgique, un tiers de la population est concerné. Il est dès lors primordial de l’améliorer. Elle est notamment influencée par la communication médecin-patient. Objectif L’objectif de l'étude était d’étudier les capacités communicationnelles de médecins généralistes belges francophones en évaluant l’utilisation d’un outil : le « teach back ». Méthodologie Il s’agissait d’une étude mixte combinant une évaluation quantitative et une étude qualitative. Les médecins généralistes participants ont utilisé le teach back pendant trois semaines durant lesquelles ils ont rempli des questionnaires d’auto-évaluation. Ensuite, ils ont été interrogés sur leur expérience via un entretien semi-dirigé. Résultats Huit médecins de profils variés ont participé à l’étude. La saturation des données a été atteinte pour certaines thématiques : le teach back permet de vérifier la compréhension du patient, il n’a pas d’effet négatif sur la relation thérapeutique et il nécessite une formation des étudiants en médecine. Les freins principaux à son utilisation étaient la difficulté de changer ses habitudes, la peur que le patient se sente stigmatisé et de l’augmentation de la durée de consultation. Conclusions Le teach back est une méthode simple, efficace et validée dans la littérature qui permet d’augmenter la connaissance et la gestion des maladies par les patients en vérifiant leur compréhension. Il ressort de notre étude que le teach back est une méthode pouvant servir à vérifier la compréhension du patient à condition qu’une formation des médecins soit organisée. Une étude à plus grande échelle avec une formation plus intensive permettrait de vérifier nos résultats.
Introduction La littératie en santé est un déterminant majeur de la santé. Un faible niveau de littératie en santé présente des effets négatifs importants sur la santé. En Belgique, un tiers de la population est concerné. Il est dès lors primordial de l’améliorer. Elle est notamment influencée par la communication médecin-patient. Objectif L’objectif de l'étude était d’étudier les capacités communicationnelles de médecins généralistes belges francophones en évaluant l’utilisation d’un outil : le « teach back ». Méthodologie Il s’agissait d’une étude mixte combinant une évaluation quantitative et une étude qualitative. Les médecins généralistes participants ont utilisé le teach back pendant trois semaines durant lesquelles ils ont rempli des questionnaires d’auto-évaluation. Ensuite, ils ont été interrogés sur leur expérience via un entretien semi-dirigé. Résultats Huit médecins de profils variés ont participé à l’étude. La saturation des données a été atteinte pour certaines thématiques : le teach back permet de vérifier la compréhension du patient, il n’a pas d’effet négatif sur la relation thérapeutique et il nécessite une formation des étudiants en médecine. Les freins principaux à son utilisation étaient la difficulté de changer ses habitudes, la peur que le patient se sente stigmatisé et de l’augmentation de la durée de consultation. Conclusions Le teach back est une méthode simple, efficace et validée dans la littérature qui permet d’augmenter la connaissance et la gestion des maladies par les patients en vérifiant leur compréhension. Il ressort de notre étude que le teach back est une méthode pouvant servir à vérifier la compréhension du patient à condition qu’une formation des médecins soit organisée. Une étude à plus grande échelle avec une formation plus intensive permettrait de vérifier nos résultats.
Coulon - MarieUniversité libre de Bruxelles
QR33 - QD12 - QP42 - QP2 - QD23 - QT2
Dosage de la vitamine D en dépistage: aspects scientifiques et économiques
Dosage de la vitamine D en dépistage: aspects scientifiques et économiques
En Belgique, depuis ces cinq dernières années, l’INAMI chiffre plus ou moins à trois millions le nombre de dosage de la vitamine D par an, 75% de ces prescripteurs sont des médecins généralistes. Le dosage de la vitamine D dans une prise de sang chez un patient en bonne santé et asymptomatique n’est pas recommandé. Ce travail permet d’étudier la pertinence de l’usage du dépistage biologique de la vitamine D par les médecins généralistes, tant sur l’aspect scientifique que sur l’aspect économique.
En Belgique, depuis ces cinq dernières années, l’INAMI chiffre plus ou moins à trois millions le nombre de dosage de la vitamine D par an, 75% de ces prescripteurs sont des médecins généralistes. Le dosage de la vitamine D dans une prise de sang chez un patient en bonne santé et asymptomatique n’est pas recommandé. Ce travail permet d’étudier la pertinence de l’usage du dépistage biologique de la vitamine D par les médecins généralistes, tant sur l’aspect scientifique que sur l’aspect économique.
Bruyère - MorganeUniversité libre de Bruxelles
34.000 - QC14 - QR31 - QR7 - QS41 - QT33
Contraception masculine : une enquête sur les attentes et l'acceptabilité de nouvelles méthodes
Contraception masculine : une enquête sur les attentes et l'acceptabilité de nouvelles méthodes
INTRODUCTION : l’offre contraceptive est essentiellement tournée vers les femmes, et les méthodes destinées aux hommes sont moins nombreuses. Les objectifs de cette étude sont d’évaluer la satisfaction des hommes par rapport à leur contraception, l’intérêt qu’ils porteraient à des alternatives dans ce domaine, et enfin d’identifier les facteurs pour qu’une méthode soit acceptable ou non. MATERIEL ET METHODES : il s’agit une étude qualitative, transversale, non interventionnelle consistant en entretiens semi-dirigés. Elle s’est étalée sur quatre semaines, du 09/03/2021 au 09/04/2021. Elle s’est déroulée via des entretiens téléphoniques ou en visioconférence. RESULTATS : douze entretiens semi-dirigés ont été réalisés. Six des participants à l’enquête se disent satisfaits de leur contraception, quatre se disent insatisfaits et deux expriment une ambivalence sur le fait de ne pas gérer eux-mêmes leur contraception. Dix des participants se disent intéressés par de nouvelles méthodes, deux ne se disent pas intéressés. DISCUSSION : dans cette étude, un homme sur deux n’est pas satisfait de sa contraception. Les avantages perçus sont la facilité d’utilisation et l’absence d’effets secondaires. Ceux qui expriment une insatisfaction veulent prendre eux-mêmes le contrôle de leur fertilité et partager la charge contraceptive avec leur compagne. Si l’intérêt des hommes pour la contraception est réel, peu d’entre eux seraient prêts à adopter une nouvelle méthode. Celle-ci devrait présenter de nombreux avantages, et notamment une facilité d’utilisation importante, avant d’être adoptée. CONCLUSION : Il existe une insatisfaction des hommes en matière de contraception. Ceux-ci sont intéressés par des alternatives, mais beaucoup émettent des réserves quant à un changement concret. Les facteurs jugés les plus importants sont la facilité d’utilisation et les effets secondaires. Les hommes en couple stable semblent plus demandeurs d’alternatives.
INTRODUCTION : l’offre contraceptive est essentiellement tournée vers les femmes, et les méthodes destinées aux hommes sont moins nombreuses. Les objectifs de cette étude sont d’évaluer la satisfaction des hommes par rapport à leur contraception, l’intérêt qu’ils porteraient à des alternatives dans ce domaine, et enfin d’identifier les facteurs pour qu’une méthode soit acceptable ou non. MATERIEL ET METHODES : il s’agit une étude qualitative, transversale, non interventionnelle consistant en entretiens semi-dirigés. Elle s’est étalée sur quatre semaines, du 09/03/2021 au 09/04/2021. Elle s’est déroulée via des entretiens téléphoniques ou en visioconférence. RESULTATS : douze entretiens semi-dirigés ont été réalisés. Six des participants à l’enquête se disent satisfaits de leur contraception, quatre se disent insatisfaits et deux expriment une ambivalence sur le fait de ne pas gérer eux-mêmes leur contraception. Dix des participants se disent intéressés par de nouvelles méthodes, deux ne se disent pas intéressés. DISCUSSION : dans cette étude, un homme sur deux n’est pas satisfait de sa contraception. Les avantages perçus sont la facilité d’utilisation et l’absence d’effets secondaires. Ceux qui expriment une insatisfaction veulent prendre eux-mêmes le contrôle de leur fertilité et partager la charge contraceptive avec leur compagne. Si l’intérêt des hommes pour la contraception est réel, peu d’entre eux seraient prêts à adopter une nouvelle méthode. Celle-ci devrait présenter de nombreux avantages, et notamment une facilité d’utilisation importante, avant d’être adoptée. CONCLUSION : Il existe une insatisfaction des hommes en matière de contraception. Ceux-ci sont intéressés par des alternatives, mais beaucoup émettent des réserves quant à un changement concret. Les facteurs jugés les plus importants sont la facilité d’utilisation et les effets secondaires. Les hommes en couple stable semblent plus demandeurs d’alternatives.
Vannerem - ThomasUniversité libre de Bruxelles
31.004
Exploration des motivations des patients asymptomatiques, sans antécédent demandant un bilan sanguin à leur médecin généraliste : étude qualitative menée auprès de 16 patients
Exploration des motivations des patients asymptomatiques, sans antécédent demandant un bilan sanguin à leur médecin généraliste : étude qualitative menée auprès de 16 patients
Contexte : La biologie clinique est, sans conteste, le principal examen complémentaire prescrit par les médecins généralistes. A l’heure actuelle, nous avons une bonne compréhension des facteurs qui influencent les médecins généralistes à prescrire, par moment de façon abusive, cet examen. Cependant, quelles sont les motivations d’un patient asymptomatique sans antécédent médical demandant un bilan sanguin périodique à son médecin généraliste ? Objectif : Explorer les facteurs menant un patient sain à demander une analyse sanguine de routine à son médecin généraliste. Nous avons tenté également d’approfondir les implications qu’une telle information pourrait avoir sur la pratique du médecin généraliste. Méthode : Etude qualitative réalisée au travers d’entretiens semi-dirigés. Seize participants ont été recrutés au sein d’un cabinet médical de la région de Blegny. Une analyse transversale thématique sur base de verbatims a été réalisée. Résultats : Sept grandes catégories ont été établies sur base de l’analyse inductive, elles-mêmes subdivisées en plusieurs sous-catégories. Nous avons démontré au travers de ces résultats que la décision à réaliser un bilan sanguin de routine s’articulait finalement autour d’éléments propres au ressenti et au vécu du patient, d’éléments financiers et temporels, et d’éléments en lien avec la situation sanitaire actuelle. Nous avons mis en évidence que ces demandes d’examen dissimulaient, par moment, un motif inattendu. Enfin, nous avons abordé l’influence que pouvaient avoir les médias. Conclusion : Les facteurs influençant la réalisation du bilan sanguin de routine sont multiples. Il semble exister une divergence d’opinions entre médecin et patient concernant la pratique de ce bilan. Ce travail permet d’apporter aux médecins un regard nouveau sur les motivations des patients afin d’améliorer la prise en charge et de restreindre les commandes de ces tests parfois inutiles.
Contexte : La biologie clinique est, sans conteste, le principal examen complémentaire prescrit par les médecins généralistes. A l’heure actuelle, nous avons une bonne compréhension des facteurs qui influencent les médecins généralistes à prescrire, par moment de façon abusive, cet examen. Cependant, quelles sont les motivations d’un patient asymptomatique sans antécédent médical demandant un bilan sanguin périodique à son médecin généraliste ? Objectif : Explorer les facteurs menant un patient sain à demander une analyse sanguine de routine à son médecin généraliste. Nous avons tenté également d’approfondir les implications qu’une telle information pourrait avoir sur la pratique du médecin généraliste. Méthode : Etude qualitative réalisée au travers d’entretiens semi-dirigés. Seize participants ont été recrutés au sein d’un cabinet médical de la région de Blegny. Une analyse transversale thématique sur base de verbatims a été réalisée. Résultats : Sept grandes catégories ont été établies sur base de l’analyse inductive, elles-mêmes subdivisées en plusieurs sous-catégories. Nous avons démontré au travers de ces résultats que la décision à réaliser un bilan sanguin de routine s’articulait finalement autour d’éléments propres au ressenti et au vécu du patient, d’éléments financiers et temporels, et d’éléments en lien avec la situation sanitaire actuelle. Nous avons mis en évidence que ces demandes d’examen dissimulaient, par moment, un motif inattendu. Enfin, nous avons abordé l’influence que pouvaient avoir les médias. Conclusion : Les facteurs influençant la réalisation du bilan sanguin de routine sont multiples. Il semble exister une divergence d’opinions entre médecin et patient concernant la pratique de ce bilan. Ce travail permet d’apporter aux médecins un regard nouveau sur les motivations des patients afin d’améliorer la prise en charge et de restreindre les commandes de ces tests parfois inutiles.
Collin - PaulineUniversité de Liège
QR32 - QS41 - 48.001 - 34.000
La larvothérapie comme traitement des plaies chroniques en médecine générale
La larvothérapie comme traitement des plaies chroniques en médecine générale
Introduction : les plaies chroniques chez les patients en médecine générale sont fréquentes, leur prise en charge fait appel à différentes techniques telles que les pansements actifs à base d’hydrogels et hydrocolloïdes, mais aussi la larvothérapie. L’objectif de ce Travail de Fin d’Étude est d’évaluer de manière objective la pertinence de l’utilisation de la larvothérapie en médecine générale ambulatoire pour le traitement des plaies chroniques. Méthodologie : il s’agit d’une étude qualitative dans laquelle j’ai effectué une analyse de la littérature scientifique que j’ai confronté à une étude de cas cliniques, de six patients dans la région Liégeoise ayant bénéficié de larvothérapie. J’ai effectué des entretiens semi dirigés pour recueillir l’avis rétrospectif de leur médecin traitant sur le sujet, ainsi qu’une enquête en ligne, auprès de médecins généralistes de la même région. Résultats : la larvothérapie présente des avantages en terme d’efficacité et de rentabilité, même si elle reste coûteuse. Sur les six patients suivis aucun effet indésirable majeur n’a été observé, seulement une plaie n’a pas guéri. La MT n’a pas provoqué de douleurs, ni d’odeurs. Les médecins interrogés sont en faveur de l’utilisation (56,52%) et se déclarent prêts à se former (65,2%). Plusieurs freins ont été cités tels que le facteur « dégoût » ou encore le manque d’expérience et de connaissances des médecins. Conclusion : on retient de l’analyse des cas cliniques et des enquêtes que la MT doit être utilisée à condition que les techniques classiques aient échoué. La MT est une technique sans danger, ayant sa place en médecine générale ambulatoire. Une attention particulière doit être cependant portée au choix de traitement qui suit l’application des larves afin d’optimiser le résultat. Il serait également intéressant de ne pas se limiter à une séquence de traitement, et de pratiquer de nouvelles études cliniques en proposant des protocoles adaptés à la médecine générale ambulatoire.
Introduction : les plaies chroniques chez les patients en médecine générale sont fréquentes, leur prise en charge fait appel à différentes techniques telles que les pansements actifs à base d’hydrogels et hydrocolloïdes, mais aussi la larvothérapie. L’objectif de ce Travail de Fin d’Étude est d’évaluer de manière objective la pertinence de l’utilisation de la larvothérapie en médecine générale ambulatoire pour le traitement des plaies chroniques. Méthodologie : il s’agit d’une étude qualitative dans laquelle j’ai effectué une analyse de la littérature scientifique que j’ai confronté à une étude de cas cliniques, de six patients dans la région Liégeoise ayant bénéficié de larvothérapie. J’ai effectué des entretiens semi dirigés pour recueillir l’avis rétrospectif de leur médecin traitant sur le sujet, ainsi qu’une enquête en ligne, auprès de médecins généralistes de la même région. Résultats : la larvothérapie présente des avantages en terme d’efficacité et de rentabilité, même si elle reste coûteuse. Sur les six patients suivis aucun effet indésirable majeur n’a été observé, seulement une plaie n’a pas guéri. La MT n’a pas provoqué de douleurs, ni d’odeurs. Les médecins interrogés sont en faveur de l’utilisation (56,52%) et se déclarent prêts à se former (65,2%). Plusieurs freins ont été cités tels que le facteur « dégoût » ou encore le manque d’expérience et de connaissances des médecins. Conclusion : on retient de l’analyse des cas cliniques et des enquêtes que la MT doit être utilisée à condition que les techniques classiques aient échoué. La MT est une technique sans danger, ayant sa place en médecine générale ambulatoire. Une attention particulière doit être cependant portée au choix de traitement qui suit l’application des larves afin d’optimiser le résultat. Il serait également intéressant de ne pas se limiter à une séquence de traitement, et de pratiquer de nouvelles études cliniques en proposant des protocoles adaptés à la médecine générale ambulatoire.
Coureau - AnaïsUniversité de Liège
QR31 - QS41 - S97 - S19 - 52.003 - QS31 - QD25 - 52.006
Comment le jeune médecin généraliste de 2020 est-il impliqué dans une pratique médicale écologique? Étude qualitative auprès de dix jeunes médecins généralistes pratiquant en région liégeoise.
Comment le jeune médecin généraliste de 2020 est-il impliqué dans une pratique médicale écologique? Étude qualitative auprès de dix jeunes médecins généralistes pratiquant en région liégeoise.
« Greener medical homes », le titre original d’un article médical et un voyage au Canada, ont été l’inspiration de ce travail de fin d’études. Face au réchauffement climatique, alors que plusieurs domaines en Belgique font des efforts afin de réduire leur empreinte environnementale, le secteur de la médecine et plus particulièrement celui de la médecine générale, reste inerte face à ce changement climatique. Ceci est paradoxal pour un secteur qui place la santé de la population au centre de son intérêt. Pour cela, cette étude qualitative a eu comme but de savoir si les habitudes de la pratique médicale de dix jeunes médecins généralistes pratiquant en région liégeoise, étaient accompagnées d’une réflexion écologique et dans le cas contraire, apprécier leur volonté d’écologiser leur cabinet médical. Il s’est révélé que la nouvelle génération de médecins traitants a pris conscience de l’impact négatif que sa pratique peut avoir sur l’écosystème et s’est montrée motivée à adopter de nouveaux gestes qui rejoignent le développement durable. Les principaux freins à cette transition écologique ont été l’absence d’information à ce sujet et le manque d’alternatives écologiques. Ce travail permet de lever ces freins et espère sensibiliser davantage des soignants à ce sujet.
« Greener medical homes », le titre original d’un article médical et un voyage au Canada, ont été l’inspiration de ce travail de fin d’études. Face au réchauffement climatique, alors que plusieurs domaines en Belgique font des efforts afin de réduire leur empreinte environnementale, le secteur de la médecine et plus particulièrement celui de la médecine générale, reste inerte face à ce changement climatique. Ceci est paradoxal pour un secteur qui place la santé de la population au centre de son intérêt. Pour cela, cette étude qualitative a eu comme but de savoir si les habitudes de la pratique médicale de dix jeunes médecins généralistes pratiquant en région liégeoise, étaient accompagnées d’une réflexion écologique et dans le cas contraire, apprécier leur volonté d’écologiser leur cabinet médical. Il s’est révélé que la nouvelle génération de médecins traitants a pris conscience de l’impact négatif que sa pratique peut avoir sur l’écosystème et s’est montrée motivée à adopter de nouveaux gestes qui rejoignent le développement durable. Les principaux freins à cette transition écologique ont été l’absence d’information à ce sujet et le manque d’alternatives écologiques. Ce travail permet de lever ces freins et espère sensibiliser davantage des soignants à ce sujet.
Toumazou - ElianaUniversité de Liège
QS1 - QS11 - QS41 - QD41 - QH - QH1 - QR31
L'irrigation nasale : Etude quantitative et évaluation des pratiques professionnelles auprès des médecins généralistes
L'irrigation nasale : Etude quantitative et évaluation des pratiques professionnelles auprès des médecins généralistes
La recommandation de l’irrigation nasale est de grade A dans de nombreuses pathologies rhino-sinusiennes. Les pratiques des médecins généralistes sont-elles en accord avec les recommandations ? Nous avons réalisé une étude de type quantitatif par questionnaire à destination des médecins généralistes. Ce questionnaire a été hébergé par la plateforme Google Form et mis en ligne grâce aux réseaux sociaux. Nous avons exploré en quatre parties et 27 questions les modalités de prescription de l’irrigation nasale et les connaissances pratiques des médecins généralistes interrogés. Les résultats obtenus suggèrent une connaissance de l’irrigation nasale et de ses bienfaits en médecine générale, cependant les médecins généralistes ne maîtrisent ni la pratique du geste ni l’intérêt des solutions utilisées ni les indications. Les médecins généralistes ne réfèrent pas leurs patients vers un autre professionnel de santé afin d’assurer l’éducation thérapeutique. Les kinésithérapeutes respiratoires sont les mieux formés à l’irrigation nasale et les plus accessibles. Une formation des médecins généralistes à l’irrigation nasale permettrait l’éducation thérapeutique des patients et une démocratisation de ce geste dont les intérêts prophylactiques sont non négligeables. L’absence de consensus quant à la technique à utiliser suggère la mise en place de recommandations de bonne pratique.
La recommandation de l’irrigation nasale est de grade A dans de nombreuses pathologies rhino-sinusiennes. Les pratiques des médecins généralistes sont-elles en accord avec les recommandations ? Nous avons réalisé une étude de type quantitatif par questionnaire à destination des médecins généralistes. Ce questionnaire a été hébergé par la plateforme Google Form et mis en ligne grâce aux réseaux sociaux. Nous avons exploré en quatre parties et 27 questions les modalités de prescription de l’irrigation nasale et les connaissances pratiques des médecins généralistes interrogés. Les résultats obtenus suggèrent une connaissance de l’irrigation nasale et de ses bienfaits en médecine générale, cependant les médecins généralistes ne maîtrisent ni la pratique du geste ni l’intérêt des solutions utilisées ni les indications. Les médecins généralistes ne réfèrent pas leurs patients vers un autre professionnel de santé afin d’assurer l’éducation thérapeutique. Les kinésithérapeutes respiratoires sont les mieux formés à l’irrigation nasale et les plus accessibles. Une formation des médecins généralistes à l’irrigation nasale permettrait l’éducation thérapeutique des patients et une démocratisation de ce geste dont les intérêts prophylactiques sont non négligeables. L’absence de consensus quant à la technique à utiliser suggère la mise en place de recommandations de bonne pratique.
Gauchez - Victorien Université libre de Bruxelles
43.002 - 45.000 - 50.001 - 45.001 - R97 - QR32 - 66.003 - 62.006
La vaccination anti-HPV, un défi chez le jeune garçon ! Quel est le rôle du médecin généraliste dans cette vaccination en Fédération Wallonie-Bruxelles? Est-il plus important vu l’impact de la pandémie sur la stratégie de vaccination ?
La vaccination anti-HPV, un défi chez le jeune garçon ! Quel est le rôle du médecin généraliste dans cette vaccination en Fédération Wallonie-Bruxelles? Est-il plus important vu l’impact de la pandémie sur la stratégie de vaccination ?
Introduction : L’HPV est une IST particulièrement fréquente dans la population sexuellement active. Cette infection peut engendrer des lésions précancéreuses pouvant évoluer en cancers. Une vaccination existe et elle est recommandée par le CSS depuis 2007 pour les filles et depuis 2017 pour les garçons. Des programmes de vaccination ont été mis au point par les Communautés belges. En septembre 2019, le vaccin anti-HPV a été intégré au schéma vaccinal de la FWB pour le garçon en raison des connaissances approfondies sur le sujet. Méthodes : Il s’agit d’une étude quantitative basée sur l’analyse de réponses à un questionnaire de 29 questions fermées, élaboré grâce au logiciel Google Forms. Le lien a été diffusé par voie électronique aux médecins généralistes et aux assistants de plusieurs cercles de Wallonie. Un résumé accompagnait ce lien pour contextualiser et expliquer l’objectif de notre mémoire. Il est resté en ligne durant 3 semaines, du 17/03/2021 au 7/04/2021. Les réponses étaient anonymes et sur base volontaire, aucun comité d’éthique n’a donc été consulté. Une analyse des réponses, question par question, a été effectuée et une question « pivot » a été analysée de manière plus approfondie. Résultats : 165 médecins ont répondu à notre étude dans une proportion intéressante : 1/3 d’assistants, 1/3 de maîtres de stage et 1/3 de praticiens. La vaccination des jeunes est courante dans la pratique de notre échantillon avec une vaccination anti-HPV plus fréquemment proposée aux filles qu’aux garçons. Les médecins prescripteurs du vaccin chez le garçon abordent facilement le sujet des MST et RS ainsi que le sujet de cette vaccination en consultation. La sollicitation du MG à ce sujet est peu fréquente. Les nouvelles recommandations ne sont pas assez connues par le personnel médical. La pandémie n’a pas influencé positivement la vaccination et les praticiens ne considèrent pas la période plus propice à cette discussion. Conclusion : La vaccination anti-HPV chez le jeune garçon est un véritable défi en 2021. De nombreux efforts sont à fournir pour diminuer les inégalités filles/garçons et promouvoir cette vaccination universelle. Les MG ont un rôle déterminant dans la transmission du savoir.
Introduction : L’HPV est une IST particulièrement fréquente dans la population sexuellement active. Cette infection peut engendrer des lésions précancéreuses pouvant évoluer en cancers. Une vaccination existe et elle est recommandée par le CSS depuis 2007 pour les filles et depuis 2017 pour les garçons. Des programmes de vaccination ont été mis au point par les Communautés belges. En septembre 2019, le vaccin anti-HPV a été intégré au schéma vaccinal de la FWB pour le garçon en raison des connaissances approfondies sur le sujet. Méthodes : Il s’agit d’une étude quantitative basée sur l’analyse de réponses à un questionnaire de 29 questions fermées, élaboré grâce au logiciel Google Forms. Le lien a été diffusé par voie électronique aux médecins généralistes et aux assistants de plusieurs cercles de Wallonie. Un résumé accompagnait ce lien pour contextualiser et expliquer l’objectif de notre mémoire. Il est resté en ligne durant 3 semaines, du 17/03/2021 au 7/04/2021. Les réponses étaient anonymes et sur base volontaire, aucun comité d’éthique n’a donc été consulté. Une analyse des réponses, question par question, a été effectuée et une question « pivot » a été analysée de manière plus approfondie. Résultats : 165 médecins ont répondu à notre étude dans une proportion intéressante : 1/3 d’assistants, 1/3 de maîtres de stage et 1/3 de praticiens. La vaccination des jeunes est courante dans la pratique de notre échantillon avec une vaccination anti-HPV plus fréquemment proposée aux filles qu’aux garçons. Les médecins prescripteurs du vaccin chez le garçon abordent facilement le sujet des MST et RS ainsi que le sujet de cette vaccination en consultation. La sollicitation du MG à ce sujet est peu fréquente. Les nouvelles recommandations ne sont pas assez connues par le personnel médical. La pandémie n’a pas influencé positivement la vaccination et les praticiens ne considèrent pas la période plus propice à cette discussion. Conclusion : La vaccination anti-HPV chez le jeune garçon est un véritable défi en 2021. De nombreux efforts sont à fournir pour diminuer les inégalités filles/garçons et promouvoir cette vaccination universelle. Les MG ont un rôle déterminant dans la transmission du savoir.
Bronckart - AxelleUniversité libre de Bruxelles
QC13 - 44.000 - QC21 - QR323 - QS41 - QD41
Analyse des représentations individuelles de l’âge de discernement auprès des professionnels de maison médicale : Etude qualitative menée au sein du personnel de la maison médicale Le Cadran à Liège.
Analyse des représentations individuelles de l’âge de discernement auprès des professionnels de maison médicale : Etude qualitative menée au sein du personnel de la maison médicale Le Cadran à Liège.
Introduction : En Belgique, les personnes mineures capables de discernement ont droit au secret médical, mais cet âge, dit de discernement, n’est pas fixé légalement. En pratique, le médecin généraliste et les professionnels de santé de première ligne ont la lourde tâche d’essayer de déterminer si le patient mineur a atteint cet âge. Il est donc dépendant de la représentation que le professionnel de santé s’en fait. Objectif : Analyser les représentations individuelles de l’âge de discernement auprès du personnel de la maison médicale afin de faire émerger un canevas commun de critères de décision si nécessaire. Méthode : Nous avons effectué une étude qualitative via une vingtaine d’entretiens individuels suivi deux focus groups auprès du professionnel de la santé de la maison médicale le Cadran à Liège. Les données recueillies lors des interviews ont été analysées par immersion/cristallisation puis présentée lors des focus groups afin d’obtenir une triangulation des données. Résultats et discussion : La plupart des soignants ont rapporté une méconnaissance des bases légales relatives au droit des patients mineurs et à l’âge de discernement, pour eux c’est une notion abstraite et complexe. Les principales situations ayant interpellé ou mis les intervenants mal à l’aise, traitaient de sujets sensibles en lien avec la sexualité mais également des problématiques de santé mentale et d’addictions, de leurs patients mineurs. Le premier consensus ayant émergé lors des focus groups, est que l’âge réel n’est pas un critère de base, mais serait plutôt un critère secondaire. De plus, sur la base de l’analyse des représentations individuelles, nous avons pu faire émerger une liste de critères d’aide à l’appréciation de l’âge de discernement du mineur. Ceux-ci prennent en compte la compréhension, la réflexion et l’autonomie du mineur mais également le motif de consultation, sa situation de vie et ses ressources. Une connaissance du patient et de son histoire dans un contexte de suivi longitudinal est également importante. Pour les participants, ces critères ne sont pas exhaustifs et doivent être vu comme une aide à la réflexion à côté des autres outils d’évaluation ou d’aide à l’appréciation. Conclusion : Aborder cette problématique dans l’équipe a été une expérience très positive et enrichissante. Nous pensons que les résultats de notre recherche peuvent être utiles, en particulier à d’autres pratiques de groupe qui, en abordant cette problématique, pourraient faire émerger leur propre vision globale, dans le but de maximiser la continuité des soins des mineurs. Nous espérons que nos critères d’aide à l’appréciation de la capacité de discernement des mineurs leur sera un apport précieux.
Introduction : En Belgique, les personnes mineures capables de discernement ont droit au secret médical, mais cet âge, dit de discernement, n’est pas fixé légalement. En pratique, le médecin généraliste et les professionnels de santé de première ligne ont la lourde tâche d’essayer de déterminer si le patient mineur a atteint cet âge. Il est donc dépendant de la représentation que le professionnel de santé s’en fait. Objectif : Analyser les représentations individuelles de l’âge de discernement auprès du personnel de la maison médicale afin de faire émerger un canevas commun de critères de décision si nécessaire. Méthode : Nous avons effectué une étude qualitative via une vingtaine d’entretiens individuels suivi deux focus groups auprès du professionnel de la santé de la maison médicale le Cadran à Liège. Les données recueillies lors des interviews ont été analysées par immersion/cristallisation puis présentée lors des focus groups afin d’obtenir une triangulation des données. Résultats et discussion : La plupart des soignants ont rapporté une méconnaissance des bases légales relatives au droit des patients mineurs et à l’âge de discernement, pour eux c’est une notion abstraite et complexe. Les principales situations ayant interpellé ou mis les intervenants mal à l’aise, traitaient de sujets sensibles en lien avec la sexualité mais également des problématiques de santé mentale et d’addictions, de leurs patients mineurs. Le premier consensus ayant émergé lors des focus groups, est que l’âge réel n’est pas un critère de base, mais serait plutôt un critère secondaire. De plus, sur la base de l’analyse des représentations individuelles, nous avons pu faire émerger une liste de critères d’aide à l’appréciation de l’âge de discernement du mineur. Ceux-ci prennent en compte la compréhension, la réflexion et l’autonomie du mineur mais également le motif de consultation, sa situation de vie et ses ressources. Une connaissance du patient et de son histoire dans un contexte de suivi longitudinal est également importante. Pour les participants, ces critères ne sont pas exhaustifs et doivent être vu comme une aide à la réflexion à côté des autres outils d’évaluation ou d’aide à l’appréciation. Conclusion : Aborder cette problématique dans l’équipe a été une expérience très positive et enrichissante. Nous pensons que les résultats de notre recherche peuvent être utiles, en particulier à d’autres pratiques de groupe qui, en abordant cette problématique, pourraient faire émerger leur propre vision globale, dans le but de maximiser la continuité des soins des mineurs. Nous espérons que nos critères d’aide à l’appréciation de la capacité de discernement des mineurs leur sera un apport précieux.
Horta - AlexiaUniversité de Liège
QE41 - QC12 - QD25 - QO4
Médecin de famille ou médecin de sa famille ? Quelles sont les problématiques auxquelles sont confrontés les médecins généralistes en Belgique francophone lors de la prise en charge de patients-proches ?
Médecin de famille ou médecin de sa famille ? Quelles sont les problématiques auxquelles sont confrontés les médecins généralistes en Belgique francophone lors de la prise en charge de patients-proches ?
La quasi-intégralité des médecins généralistes ont déjà fait face à la prise en charge chronique de proches. Leurs attitudes et opinions à ce sujet sont variables. Plusieurs traités d’éthique abordent ce thème et leurs recommandations encouragent les praticiens à baliser strictement cette prise en charge, voire à l’éviter. Une grande majorité des médecins continuent pourtant à apporter des soins à leurs proches. L’objectif de cette étude était d’analyser les facteurs déterminant et influençant la prise en charge chronique de patients-proches en médecine générale. Cette étude transversale par enquête anonyme questionnait 202 médecins généralistes belges francophones au sujet de leurs attitudes, opinions et vécus lorsqu’il s’agit de la prise en charge chronique de patients-proches en médecine générale. Trois questions épidémiologiques leur étaient également posées concernant leur année de diplôme et leur lieu et type de pratique de la médecine générale. Les résultats ont ensuite été analysés. Les deux questions principales donnaient les résultats suivants : 70,3% des médecins interrogés ont déjà assuré le suivi chronique de patients-proches et 86,63% des médecins interrogés estimaient que prendre en charge le suivi chronique de ses proches n’est pas une bonne idée. Les principaux dangers de cette relation, d’après les participants, concernent une perte d’objectivité du praticien, une implication émotionnelle trop importante dans la relation et une sensation de contrainte ou de devoir familial. La prise en charge de patients-proches est un sujet éthique capital dans la pratique quotidienne de la médecine générale. Les facteurs influençant et déterminant celle-ci sont nombreux et corrélés entre eux. Les principales problématiques médicales sont la perte d’objectivité du praticien, la non-compliance thérapeutique ainsi que le non-respect du cadre de consultation. Sur le plan privé, la disponibilité accrue auprès des proches concernés, une sensation de devoir familial pour le praticien et une confusion des rôles sont les principaux facteurs influençant la prise en charge. Le nombre d’années d’expérience et le lieu de pratique du médecin seraient également deux points déterminant le choix du praticien. L’application de règles simples, proposées par certains participants et déjà soumises dans la littérature par le passé pourrait aider à prévenir ces conséquences.
La quasi-intégralité des médecins généralistes ont déjà fait face à la prise en charge chronique de proches. Leurs attitudes et opinions à ce sujet sont variables. Plusieurs traités d’éthique abordent ce thème et leurs recommandations encouragent les praticiens à baliser strictement cette prise en charge, voire à l’éviter. Une grande majorité des médecins continuent pourtant à apporter des soins à leurs proches. L’objectif de cette étude était d’analyser les facteurs déterminant et influençant la prise en charge chronique de patients-proches en médecine générale. Cette étude transversale par enquête anonyme questionnait 202 médecins généralistes belges francophones au sujet de leurs attitudes, opinions et vécus lorsqu’il s’agit de la prise en charge chronique de patients-proches en médecine générale. Trois questions épidémiologiques leur étaient également posées concernant leur année de diplôme et leur lieu et type de pratique de la médecine générale. Les résultats ont ensuite été analysés. Les deux questions principales donnaient les résultats suivants : 70,3% des médecins interrogés ont déjà assuré le suivi chronique de patients-proches et 86,63% des médecins interrogés estimaient que prendre en charge le suivi chronique de ses proches n’est pas une bonne idée. Les principaux dangers de cette relation, d’après les participants, concernent une perte d’objectivité du praticien, une implication émotionnelle trop importante dans la relation et une sensation de contrainte ou de devoir familial. La prise en charge de patients-proches est un sujet éthique capital dans la pratique quotidienne de la médecine générale. Les facteurs influençant et déterminant celle-ci sont nombreux et corrélés entre eux. Les principales problématiques médicales sont la perte d’objectivité du praticien, la non-compliance thérapeutique ainsi que le non-respect du cadre de consultation. Sur le plan privé, la disponibilité accrue auprès des proches concernés, une sensation de devoir familial pour le praticien et une confusion des rôles sont les principaux facteurs influençant la prise en charge. Le nombre d’années d’expérience et le lieu de pratique du médecin seraient également deux points déterminant le choix du praticien. L’application de règles simples, proposées par certains participants et déjà soumises dans la littérature par le passé pourrait aider à prévenir ces conséquences.
Duterme - SimonUniversité libre de Bruxelles
QE2 - QS41 - QD12 - QP3 - QR323 - QT32
LE RECOURS AUX ÉQUIPES DE SOUTIEN EN SOINS PALLIATIFS AU DOMICILE. QUELLES SONT LES HABITUDES DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES EN WALLONIE ?
LE RECOURS AUX ÉQUIPES DE SOUTIEN EN SOINS PALLIATIFS AU DOMICILE. QUELLES SONT LES HABITUDES DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES EN WALLONIE ?
Avec le vieillissement de la population et la volonté de nos patients de pouvoir vivre au domicile le plus longtemps possible, nous sommes et serons de plus en plus, nous médecins généralistes, confrontés à dispenser des soins palliatifs au domicile. Cet accompagnement peut être facilité par l’instauration d’un réseau autour du patient et de son entourage dont les équipes de soutien en soins palliatifs aussi appelées équipes de seconde ligne. Une collaboration étroite et complémentaire entre les différents intervenants du domicile est un facteur important de la « réussite » d’un suivi palliatif au domicile. L’objectif de ce travail est d’appréhender les habitudes et connaissances des médecins généralistes par rapport au recours à ces équipes de soutien et de déterminer s’il y a des différences en fonction du milieu de travail, du type de pratiques, des années de pratique et de la formation complémentaire des médecins généralistes. Méthode: Questionnaire en ligne à choix multiples et réponses courtes à destination des médecins généralistes et assistants en médecine générale de Wallonie. Diffusion du questionnaire via les Cercles de médecine générale wallons et divers réseaux sociaux. Conclusion: La seconde ligne ainsi que ses spécificités ne sont pas suffisamment connues des médecins généralistes wallons, surtout chez les médecins assistants. Les outils d’aide à la décision palliative sont largement méconnus des généralistes wallons, hormis chez les médecins coordinateurs en maison de repos et les assistants. Il est nécessaire de mettre au point des stratégies pour informer et former les médecins généralistes aux soins palliatifs à domicile et se faire rencontrer les deux lignes de soins afin d’améliorer leur collaboration. Il existe une perception différente de la temporalité entre les deux lignes de soins, ce qui engendre une mise en place insuffisamment précoce de la 2ème ligne dans les suivis palliatifs. Il est également précieux, pour l’avenir, de préciser cette différence de temporalité et de trouver des pistes d’action pour la combler et donc, permettre une mise en place anticipée des équipes de soutien.
Avec le vieillissement de la population et la volonté de nos patients de pouvoir vivre au domicile le plus longtemps possible, nous sommes et serons de plus en plus, nous médecins généralistes, confrontés à dispenser des soins palliatifs au domicile. Cet accompagnement peut être facilité par l’instauration d’un réseau autour du patient et de son entourage dont les équipes de soutien en soins palliatifs aussi appelées équipes de seconde ligne. Une collaboration étroite et complémentaire entre les différents intervenants du domicile est un facteur important de la « réussite » d’un suivi palliatif au domicile. L’objectif de ce travail est d’appréhender les habitudes et connaissances des médecins généralistes par rapport au recours à ces équipes de soutien et de déterminer s’il y a des différences en fonction du milieu de travail, du type de pratiques, des années de pratique et de la formation complémentaire des médecins généralistes. Méthode: Questionnaire en ligne à choix multiples et réponses courtes à destination des médecins généralistes et assistants en médecine générale de Wallonie. Diffusion du questionnaire via les Cercles de médecine générale wallons et divers réseaux sociaux. Conclusion: La seconde ligne ainsi que ses spécificités ne sont pas suffisamment connues des médecins généralistes wallons, surtout chez les médecins assistants. Les outils d’aide à la décision palliative sont largement méconnus des généralistes wallons, hormis chez les médecins coordinateurs en maison de repos et les assistants. Il est nécessaire de mettre au point des stratégies pour informer et former les médecins généralistes aux soins palliatifs à domicile et se faire rencontrer les deux lignes de soins afin d’améliorer leur collaboration. Il existe une perception différente de la temporalité entre les deux lignes de soins, ce qui engendre une mise en place insuffisamment précoce de la 2ème ligne dans les suivis palliatifs. Il est également précieux, pour l’avenir, de préciser cette différence de temporalité et de trouver des pistes d’action pour la combler et donc, permettre une mise en place anticipée des équipes de soutien.

With the ageing of people and our patients’ willingness to be able to live in their house as long as possible, we, general practitioners, have to and will increasingly have to provide medical care at home. This home care can be facilitated by the establishment of a network around the patient and their family, including the support staff in palliative care, also called the second line teams. A close and complementary collaboration between the several « home actors » is an important factor of the « success » of palliative care « at home ». The aim of this work is to understand general practitioners’ habits and knowledge about the use of those support teams and to identify whether there are differences or not, depending on the workplace, type of practice, years of practice and additional training of general practitioners. Methodology:Online multiple-choice questionnaire and short answers aimed at general practitioners and assistants in general medical practice in Wallonia. Diffusion of the questionnaire via the Walloon General Medicine Group and different social networking sites. Conclusion:The second line as well as the specificities are not enough known by the Walloon general practitioners, especially amongst the assistant doctors. The practice environment also influences this knowledge. The palliative indicators care tools are widely unknown by Walloon general practitioners, except by coordinating doctors in retirement homes or assistants. It is necessary to develop strategies to inform and train general practitioners to palliative care at home and to make the two care lines meet in order to improve their collaboration. A different perception of temporality exists between those two care lines, which causes an insufficiently early establishment of the second line in palliative care. It is also important, in the future, to clarify this difference of timeline and to find out action plans to bridge it and therefore, to allow an early establishment of the support staff.
With the ageing of people and our patients’ willingness to be able to live in their house as long as possible, we, general practitioners, have to and will increasingly have to provide medical care at home. This home care can be facilitated by the establishment of a network around the patient and their family, including the support staff in palliative care, also called the second line teams. A close and complementary collaboration between the several « home actors » is an important factor of the « success » of palliative care « at home ». The aim of this work is to understand general practitioners’ habits and knowledge about the use of those support teams and to identify whether there are differences or not, depending on the workplace, type of practice, years of practice and additional training of general practitioners. Methodology:Online multiple-choice questionnaire and short answers aimed at general practitioners and assistants in general medical practice in Wallonia. Diffusion of the questionnaire via the Walloon General Medicine Group and different social networking sites. Conclusion:The second line as well as the specificities are not enough known by the Walloon general practitioners, especially amongst the assistant doctors. The practice environment also influences this knowledge. The palliative indicators care tools are widely unknown by Walloon general practitioners, except by coordinating doctors in retirement homes or assistants. It is necessary to develop strategies to inform and train general practitioners to palliative care at home and to make the two care lines meet in order to improve their collaboration. A different perception of temporality exists between those two care lines, which causes an insufficiently early establishment of the second line in palliative care. It is also important, in the future, to clarify this difference of timeline and to find out action plans to bridge it and therefore, to allow an early establishment of the support staff.
Louis - EloïseUniversité de Liège
QD26 - QR31 - QS31 - QS41 - QP2 - QD25 - QP3 - QS4
L’isolement social et la solitude des personnes âgées : les solutions pour lutter contre ce fléau en médecine générale
L’isolement social et la solitude des personnes âgées : les solutions pour lutter contre ce fléau en médecine générale
Introduction : En Belgique, et globalement dans les pays occidentaux, la prévalence des personnes âgées ( >75 ans) est en forte augmentation avec le « papy boom ». Ces derniers sont particulièrement sujets à souffrir de la solitude et de l’isolement social, de part de nombreux facteurs de risque tels que les décès des proches et le déclin cognitif et fonctionnel, limitant leur mobilité. Or, il a été prouvé que la solitude et l’isolement social étaient corrélés avec des conséquences néfastes psychologiques, physiques mais aussi avec une augmentation de la morbi-mortalité notamment cardio-vasculaire. Les médecins généralistes ne sont pas toujours bien au fait de ces problématiques, et semblent avoir des difficultés dans la prise en charge globale de ces patients, par manque de solution et connaissance : l’objectif de l’étude est justement de trouver des solutions pour aider à la prise en charge de la solitude des patients âgés. Méthodologie : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée au moyen d’entretiens semi-dirigés. Un recueil des réponses concernant les solutions contre la solitude que souhaiteraient les médecins interviewés a ensuite été réalisée, avec une hiérarchisation par points de ces solutions. Résultats : Les définitions de l’isolement social et de la solitude sont souvent confuses. Les facteurs de risque sont plutôt bien identifiés par les médecins, mais les conséquences sont souvent peu connues, notamment sur la morbi-mortalité cardio-vasculaire. Les méthodes d’identification standardisées de détection de la solitude ne sont connues par aucun des médecins interviewés, qui se basent davantage sur un ressenti. Enfin, les solutions mises en place sont souvent correctes bien que débattues par la littérature. Et six solutions originales ont été donc proposées et classées selon leur importance par les médecins. Conclusion : Ce TFE a permis de mettre en lumière le manque de connaissance théorique, bien que partiel, concernant la solitude et l’isolement social des personnes âgées. De même, certaines solutions citées par certains n’étaient pas évidentes pour d’autres. Des solutions ont été proposées et pourraient, dans l’avenir, être tout à fait applicables. Cependant, de nombreuses autres recherches, et notamment plus axées sur le rôle des médecins généralistes, sont à réaliser sur ce sujet.
Introduction : En Belgique, et globalement dans les pays occidentaux, la prévalence des personnes âgées ( >75 ans) est en forte augmentation avec le « papy boom ». Ces derniers sont particulièrement sujets à souffrir de la solitude et de l’isolement social, de part de nombreux facteurs de risque tels que les décès des proches et le déclin cognitif et fonctionnel, limitant leur mobilité. Or, il a été prouvé que la solitude et l’isolement social étaient corrélés avec des conséquences néfastes psychologiques, physiques mais aussi avec une augmentation de la morbi-mortalité notamment cardio-vasculaire. Les médecins généralistes ne sont pas toujours bien au fait de ces problématiques, et semblent avoir des difficultés dans la prise en charge globale de ces patients, par manque de solution et connaissance : l’objectif de l’étude est justement de trouver des solutions pour aider à la prise en charge de la solitude des patients âgés. Méthodologie : Il s’agit d’une étude qualitative réalisée au moyen d’entretiens semi-dirigés. Un recueil des réponses concernant les solutions contre la solitude que souhaiteraient les médecins interviewés a ensuite été réalisée, avec une hiérarchisation par points de ces solutions. Résultats : Les définitions de l’isolement social et de la solitude sont souvent confuses. Les facteurs de risque sont plutôt bien identifiés par les médecins, mais les conséquences sont souvent peu connues, notamment sur la morbi-mortalité cardio-vasculaire. Les méthodes d’identification standardisées de détection de la solitude ne sont connues par aucun des médecins interviewés, qui se basent davantage sur un ressenti. Enfin, les solutions mises en place sont souvent correctes bien que débattues par la littérature. Et six solutions originales ont été donc proposées et classées selon leur importance par les médecins. Conclusion : Ce TFE a permis de mettre en lumière le manque de connaissance théorique, bien que partiel, concernant la solitude et l’isolement social des personnes âgées. De même, certaines solutions citées par certains n’étaient pas évidentes pour d’autres. Des solutions ont été proposées et pourraient, dans l’avenir, être tout à fait applicables. Cependant, de nombreuses autres recherches, et notamment plus axées sur le rôle des médecins généralistes, sont à réaliser sur ce sujet.
Schmitt - AlexandreUniversité de Liège
Z29 - P29 - QS41 - QR31
Démarche diagnostique et prise en charge des lésions de la cheville les plus fréquemment rencontrées en médecine générale
Démarche diagnostique et prise en charge des lésions de la cheville les plus fréquemment rencontrées en médecine générale
Même si l’entorse externe reste le traumatisme le plus fréquemment rencontré en consultation de médecine générale, il existe d’autres atteintes de la cheville qu’il est important de ne pas ignorer. Un examen clinique rigoureux mènera dans 90% des cas au diagnostic sans avoir recours à l’imagerie. La prise en charge de ces lésions a déjà été codifiée par divers organismes (Ottawa, HAS, KCE, SFMU,…) et la généralisation du traitement fonctionnel en est un des piliers. Cependant, la tendance au cabinet reste à l’appréciation du praticien d’une part à cause d’une méconnaissance de certains médecins généralistes des critères définis notamment pour la réalisation d’une imagerie mais également par leurs expériences antérieures et le contexte de survenue du traumatisme (accident de travail, accident de sport,…). Une prise en charge bien conduite passera tout d’abord par une anamnèse détaillée comprenant le mécanisme lésionnel qui permettra d’orienter l’examen clinique pour arriver à un diagnostic précis afin d’éviter une évolution péjorative vers une instabilité chronique qui pourrait mener in fine à une arthrose précoce.
Même si l’entorse externe reste le traumatisme le plus fréquemment rencontré en consultation de médecine générale, il existe d’autres atteintes de la cheville qu’il est important de ne pas ignorer. Un examen clinique rigoureux mènera dans 90% des cas au diagnostic sans avoir recours à l’imagerie. La prise en charge de ces lésions a déjà été codifiée par divers organismes (Ottawa, HAS, KCE, SFMU,…) et la généralisation du traitement fonctionnel en est un des piliers. Cependant, la tendance au cabinet reste à l’appréciation du praticien d’une part à cause d’une méconnaissance de certains médecins généralistes des critères définis notamment pour la réalisation d’une imagerie mais également par leurs expériences antérieures et le contexte de survenue du traumatisme (accident de travail, accident de sport,…). Une prise en charge bien conduite passera tout d’abord par une anamnèse détaillée comprenant le mécanisme lésionnel qui permettra d’orienter l’examen clinique pour arriver à un diagnostic précis afin d’éviter une évolution péjorative vers une instabilité chronique qui pourrait mener in fine à une arthrose précoce.
Nootens - CyrielleUniversité de Liège
L29 - 31.002 - L16 - L77 - L76 - 41.004
Quelle démarche diagnostique entreprennent les médecins généralistes face à une suspicion de tuberculose, et quels sont leur vécu et leurs connaissances à ce sujet ? Enquête par entretiens semi-dirigés auprès de médecins de l’Association des Généralistes de l’Est Francophone
Quelle démarche diagnostique entreprennent les médecins généralistes face à une suspicion de tuberculose, et quels sont leur vécu et leurs connaissances à ce sujet ? Enquête par entretiens semi-dirigés auprès de médecins de l’Association des Généralistes de l’Est Francophone
Introduction : La tuberculose était en 2019 la première cause de mortalité par maladie infectieuse et faisait partie des dix causes de décès les plus fréquentes au niveau mondial. La confrontation peu fréquente à cette pathologie en première ligne en Belgique pouvait mener à une latence diagnostique, vécue au sein de ma pratique. Le but de ce travail était donc de recueillir la façon dont les médecins généralistes de mon cercle de garde conduisaient leur démarche diagnostique face à une suspicion de tuberculose, ainsi que leurs connaissances et leur vécu. Méthodes : La méthodologie utilisée consistait en une étude descriptive qualitative par entretiens semi-dirigés réalisés auprès de médecins généralistes membres de l’Association des médecins Généralistes de l’Est Francophone de Belgique. Les entretiens étaient structurés autour d’un guide reprenant quatre thèmes. Après retranscription, une analyse thématique a été effectuée. Résultats : Dix médecins ont participé à l’étude. Les résultats obtenus par les entretiens confirmaient le fait que les médecins vivaient la tuberculose comme une pathologie rare en pratique. Ils montraient également les éléments cliniques considérés comme suspects, ainsi que la démarche diagnostique envisagée. Enfin, ces résultats reflétaient les interventions précoces mises en place. Discussion : Comparativement aux données et recommandations retrouvées dans la littérature, les médecins interrogés envisageaient le diagnostic de tuberculose de façon cohérente. Les principales difficultés éprouvées étaient l’établissement de la suspicion diagnostique, ainsi que le positionnement de certains examens complémentaires. Conclusion : D’après cette étude qualitative conduite sur un échantillon réduit de médecins, leur démarche envisagée face à une suspicion de tuberculose semblait en cohérence globale avec ce qui est attendu habituellement. Cette étude a permis de soulever des pistes d’amélioration concernant la suspicion clinique de tuberculose et les examens complémentaires à envisager.
Introduction : La tuberculose était en 2019 la première cause de mortalité par maladie infectieuse et faisait partie des dix causes de décès les plus fréquentes au niveau mondial. La confrontation peu fréquente à cette pathologie en première ligne en Belgique pouvait mener à une latence diagnostique, vécue au sein de ma pratique. Le but de ce travail était donc de recueillir la façon dont les médecins généralistes de mon cercle de garde conduisaient leur démarche diagnostique face à une suspicion de tuberculose, ainsi que leurs connaissances et leur vécu. Méthodes : La méthodologie utilisée consistait en une étude descriptive qualitative par entretiens semi-dirigés réalisés auprès de médecins généralistes membres de l’Association des médecins Généralistes de l’Est Francophone de Belgique. Les entretiens étaient structurés autour d’un guide reprenant quatre thèmes. Après retranscription, une analyse thématique a été effectuée. Résultats : Dix médecins ont participé à l’étude. Les résultats obtenus par les entretiens confirmaient le fait que les médecins vivaient la tuberculose comme une pathologie rare en pratique. Ils montraient également les éléments cliniques considérés comme suspects, ainsi que la démarche diagnostique envisagée. Enfin, ces résultats reflétaient les interventions précoces mises en place. Discussion : Comparativement aux données et recommandations retrouvées dans la littérature, les médecins interrogés envisageaient le diagnostic de tuberculose de façon cohérente. Les principales difficultés éprouvées étaient l’établissement de la suspicion diagnostique, ainsi que le positionnement de certains examens complémentaires. Conclusion : D’après cette étude qualitative conduite sur un échantillon réduit de médecins, leur démarche envisagée face à une suspicion de tuberculose semblait en cohérence globale avec ce qui est attendu habituellement. Cette étude a permis de soulever des pistes d’amélioration concernant la suspicion clinique de tuberculose et les examens complémentaires à envisager.
Dubois - LouisUniversité de Liège
A70 - QS41 - QD32 - QR31
L’andropause : le point de vue des généralistes confronté aux données de la littérature.
L’andropause : le point de vue des généralistes confronté aux données de la littérature.
Introduction Le déficit androgénique lié à l’âge est un syndrome caractérisé par une baisse de la concentration de testostérone dans le sang. Les manifestations incluent une baisse de la libido, une diminution de la masse musculaire et de la densité osseuse et une humeur dépressive. Ce Travail de Fin d’Etudes explore les représentations des médecins généralistes en matière d’andropause. Il présente une revue qualitative de la littérature sur le traitement hormonal de substitution. Il se termine par un guide clinique simple adressé aux médecins de premières lignes. Méthode Des interviews semi-dirigées de médecins généralistes ont été réalisées. Une revue qualitative de la littérature a été réalisée. Un guide clinique pertinent a été choisi. Résultat - Les représentations Les médecins assimilent l’andropause à la ménopause. Ils notent que l’andropause survient de façon progressive et pas chez tous les hommes. Certains médecins définissent l’andropause uniquement à travers les troubles sexuels. Certains n’ont aucune expérience ou représentation par rapport à l’andropause. Les troubles sexuels sont abordés en consultation de façon très différente selon le médecin interviewé. Certains évoquent le sujet de façon directe, d’autres sont plus attentistes. Plusieurs jeunes femmes médecins perçoivent une gêne chez le patient quand il aborde le sujet. - La revue de littérature Un traitement hormonal est envisageable en cas de symptomatologie compatible avec un déficit androgénique et un déficit mesuré à deux reprises. Le bénéfice pour le patient est avéré sur le plan sexuel, thymique, osseux et musculaire. Les contre-indications sont un cancer prostatique (ou un nodule suspect), un hématocrite > 50 % ou une insuffisance cardiaque. Un avis urologique est indispensable. Une controverse sur la sécurité cardio-vasculaire subsiste. Conclusions Le déficit androgénique lié à l’âge est une entité clinique complexe. Les représentations des médecins à ce sujet sont variées. Un traitement substitutif peut être instauré après une mesure soigneuse de la balance bénéfice/risque. Mots clés : andropause – déficit androgénique lié à l’âge – traitement hormonal de substitution – trouble sexuel – représentations
Introduction Le déficit androgénique lié à l’âge est un syndrome caractérisé par une baisse de la concentration de testostérone dans le sang. Les manifestations incluent une baisse de la libido, une diminution de la masse musculaire et de la densité osseuse et une humeur dépressive. Ce Travail de Fin d’Etudes explore les représentations des médecins généralistes en matière d’andropause. Il présente une revue qualitative de la littérature sur le traitement hormonal de substitution. Il se termine par un guide clinique simple adressé aux médecins de premières lignes. Méthode Des interviews semi-dirigées de médecins généralistes ont été réalisées. Une revue qualitative de la littérature a été réalisée. Un guide clinique pertinent a été choisi. Résultat - Les représentations Les médecins assimilent l’andropause à la ménopause. Ils notent que l’andropause survient de façon progressive et pas chez tous les hommes. Certains médecins définissent l’andropause uniquement à travers les troubles sexuels. Certains n’ont aucune expérience ou représentation par rapport à l’andropause. Les troubles sexuels sont abordés en consultation de façon très différente selon le médecin interviewé. Certains évoquent le sujet de façon directe, d’autres sont plus attentistes. Plusieurs jeunes femmes médecins perçoivent une gêne chez le patient quand il aborde le sujet. - La revue de littérature Un traitement hormonal est envisageable en cas de symptomatologie compatible avec un déficit androgénique et un déficit mesuré à deux reprises. Le bénéfice pour le patient est avéré sur le plan sexuel, thymique, osseux et musculaire. Les contre-indications sont un cancer prostatique (ou un nodule suspect), un hématocrite > 50 % ou une insuffisance cardiaque. Un avis urologique est indispensable. Une controverse sur la sécurité cardio-vasculaire subsiste. Conclusions Le déficit androgénique lié à l’âge est une entité clinique complexe. Les représentations des médecins à ce sujet sont variées. Un traitement substitutif peut être instauré après une mesure soigneuse de la balance bénéfice/risque. Mots clés : andropause – déficit androgénique lié à l’âge – traitement hormonal de substitution – trouble sexuel – représentations
Trusgnach - LaurentUniversité de Liège
34.004 - P05
Une bonne littératie favorise-t-elle de meilleures valeurs tensionnelles chez les patients sous traitement anti-hypertenseur ?
Une bonne littératie favorise-t-elle de meilleures valeurs tensionnelles chez les patients sous traitement anti-hypertenseur ?
L'hypertension et la littératie en santé sont deux aspects médicaux importants. Le premier désigne une élévation des valeurs de tension d'un patient au-delà de 130mmHg en tension systolique ou de 90mmHg en tension diastolique. Cette majoration peut amener des complications cardio-vasculaire qui peuvent causer le décès du patient. A ce jour, on estime que 30% des décès dans le monde sont dus à des pathologies du système cardiovasculaires. Ce chiffre ne risque pas de diminuer puisque l'OMS a estimé que plus de 1.5 milliards de patients seront atteints de cette pathologie d'ici 2025. La littératie en santé est un concept créé en 1985 qui se définit par "la connaissance, la motivation et les compétences d'un patient pour accéder, comprendre et utiliser les informations de santé qui sont à sa disposition" . Il a été prouvé qu'au plus la littératie en santé d'une population est élevée, au moins seront importants les coûts en soins de santé pour les pouvoirs publics. Cet aspect de la médecine prend une importance de plus en plus grande aux yeux de l'OMS. Toutefois, une meilleure littératie en santé chez des patients sous traitement anti-hypertenseur permet-elle d'avoir de meilleures valeurs tensionnelles ? Dans cette étude, des patients ont répondu à un questionnaire afin d'évaluer leurs connaissances à propos de l'hypertension dans différents aspects de la pathologie. Des valeurs de tension ont également été prises chez ces mêmes patients, telles que recommandées par l'ESC. Le but étant de trouver une corrélation statistique entre les deux. Après analyse, aucun lien n'a été établi entre les connaissances à propos de son hypertension et les valeurs de tension d'un patient sous traitement anti-hypertenseur. Cependant, il a pu être établi que la littératie en santé d'un patient varie selon son âge et son niveau d'étude. Les patients sont peu conscient de l'absence de symptômes lors d'une hypertension ainsi que les complications rénales que cette pathologie amène.
L'hypertension et la littératie en santé sont deux aspects médicaux importants. Le premier désigne une élévation des valeurs de tension d'un patient au-delà de 130mmHg en tension systolique ou de 90mmHg en tension diastolique. Cette majoration peut amener des complications cardio-vasculaire qui peuvent causer le décès du patient. A ce jour, on estime que 30% des décès dans le monde sont dus à des pathologies du système cardiovasculaires. Ce chiffre ne risque pas de diminuer puisque l'OMS a estimé que plus de 1.5 milliards de patients seront atteints de cette pathologie d'ici 2025. La littératie en santé est un concept créé en 1985 qui se définit par "la connaissance, la motivation et les compétences d'un patient pour accéder, comprendre et utiliser les informations de santé qui sont à sa disposition" . Il a été prouvé qu'au plus la littératie en santé d'une population est élevée, au moins seront importants les coûts en soins de santé pour les pouvoirs publics. Cet aspect de la médecine prend une importance de plus en plus grande aux yeux de l'OMS. Toutefois, une meilleure littératie en santé chez des patients sous traitement anti-hypertenseur permet-elle d'avoir de meilleures valeurs tensionnelles ? Dans cette étude, des patients ont répondu à un questionnaire afin d'évaluer leurs connaissances à propos de l'hypertension dans différents aspects de la pathologie. Des valeurs de tension ont également été prises chez ces mêmes patients, telles que recommandées par l'ESC. Le but étant de trouver une corrélation statistique entre les deux. Après analyse, aucun lien n'a été établi entre les connaissances à propos de son hypertension et les valeurs de tension d'un patient sous traitement anti-hypertenseur. Cependant, il a pu être établi que la littératie en santé d'un patient varie selon son âge et son niveau d'étude. Les patients sont peu conscient de l'absence de symptômes lors d'une hypertension ainsi que les complications rénales que cette pathologie amène.

Hypertension and health literacy are two important medical aspects. The first refers to an increase in a patient's blood pressure values beyond 130mmHg in systolic pressure or 90mmHg in diastolic pressure. This increase can lead to cardiovascular complications which can cause the death of the patient. To date, it is estimated that 30% of deaths worldwide are due to pathologies of the cardiovascular system. This gure is not likely to decrease since the WHO has estimated that more than 1.5 billion patients will be affected by this pathology by 2025. Health literacy is a concept created in 1985 which is defined as "the knowledge, motivation and skills of a patient to access, understand and use the health information available to them". It has been proven that the higher the health literacy of a population, the lower the health care costs for governments. This aspect of medicine is becoming increasingly important in the eyes of the WHO. However, does better health literacy in patients on antihypertensive treatment lead to better blood pressure values ? In this study, patients answered a questionnaire to assess their knowledge about hypertension in different aspects of the pathology. Blood pressure values were also taken in these same patients, as recommended by the ESC. The goal is to find a statistical correlation between the two. After analysis, no link was established between knowledge about his hypertension and the blood pressure values of a patient under antihypertensive treatment. However, it has been established that a patient's health literacy varies with age and level of education. Patients are little aware of the absence of symptoms during hypertension as well as the renal complications that this pathology brings.
Hypertension and health literacy are two important medical aspects. The first refers to an increase in a patient's blood pressure values beyond 130mmHg in systolic pressure or 90mmHg in diastolic pressure. This increase can lead to cardiovascular complications which can cause the death of the patient. To date, it is estimated that 30% of deaths worldwide are due to pathologies of the cardiovascular system. This gure is not likely to decrease since the WHO has estimated that more than 1.5 billion patients will be affected by this pathology by 2025. Health literacy is a concept created in 1985 which is defined as "the knowledge, motivation and skills of a patient to access, understand and use the health information available to them". It has been proven that the higher the health literacy of a population, the lower the health care costs for governments. This aspect of medicine is becoming increasingly important in the eyes of the WHO. However, does better health literacy in patients on antihypertensive treatment lead to better blood pressure values ? In this study, patients answered a questionnaire to assess their knowledge about hypertension in different aspects of the pathology. Blood pressure values were also taken in these same patients, as recommended by the ESC. The goal is to find a statistical correlation between the two. After analysis, no link was established between knowledge about his hypertension and the blood pressure values of a patient under antihypertensive treatment. However, it has been established that a patient's health literacy varies with age and level of education. Patients are little aware of the absence of symptoms during hypertension as well as the renal complications that this pathology brings.
Delhez - GillesUniversité de Liège
45.001 - 31.005 - 45.011 - 62.006 - K86
Impact du cadre légal dans la pratique de l'IVG dans les plannings familiaux belges
Impact du cadre légal dans la pratique de l'IVG dans les plannings familiaux belges
Résumé Introduction Depuis plusieurs années, on observe une tendance à la libéralisation des lois IVG partout dans le monde. Néanmoins, des restrictions sont fréquemment ajoutées aux lois existantes limitant l’accès à l’avortement pour les femmes. En Belgique, la loi actuelle prévoit encore des sanctions pénales, un délai de réflexion de six jours et un délai d’interruption de grossesse jusqu’à maximum 14 semaines d’aménorrhée. Malgré de nombreuses tentatives de modifications de la loi, soutenues par les fédérations des plannings familiaux, aucun accord politique n’a encore été trouvé. Méthode Une étude qualitative a été réalisée sous forme de focus groupe au sein d’équipes de planning familiaux francophones. Résultat Le cadre légal impacte peu les équipes de plannings. Ce cadre leur donne une ligne de conduite dont ils se soustraient néanmoins fréquemment privilégiant une prise en charge adaptée à chaque femme. Ils souhaitent une abolition des sanctions pénales même si celles-ci ne les inquiètent pas outre-mesure vu l’absence de poursuite judiciaire actuelle. Le délai de réflexion est vu comme une violence faite aux femmes par la plupart et peu d’entre-eux le respectent encore systématiquement. Ils regrettent la limite de délai de 14 semaines d’aménorrhée qui entraine l’exode de 500 femmes belges chaque année vers les Pays-Bas. Même si tous ne souhaitent pas prendre part à la prise en charge des grossesses tardives, ils reconnaissent l’importance que cela a pour les femmes. D’autres facteurs impact l’accessibilité de l’avortement tels que le manque de reconnaissance des plannings, le manque de praticiens ou de formations, la disparité des visions ou la désinformation de la population. Conclusion Le cadre légal n’est pas l’unique facteur influençant les pratiques de l’avortement. L’éventuel changement de loi marquerait un premier pas mais devrait s’accompagner de mesures effectives sur le terrain pour avoir un réel impact sur l’accessibilité à l’avortement. Les praticiens considèrent déjà l’IVG comme un acte médical qu’ils pratiquent selon leur propre expertise et le bien-être de la patiente plutôt que selon un cadre légal strict.
Résumé Introduction Depuis plusieurs années, on observe une tendance à la libéralisation des lois IVG partout dans le monde. Néanmoins, des restrictions sont fréquemment ajoutées aux lois existantes limitant l’accès à l’avortement pour les femmes. En Belgique, la loi actuelle prévoit encore des sanctions pénales, un délai de réflexion de six jours et un délai d’interruption de grossesse jusqu’à maximum 14 semaines d’aménorrhée. Malgré de nombreuses tentatives de modifications de la loi, soutenues par les fédérations des plannings familiaux, aucun accord politique n’a encore été trouvé. Méthode Une étude qualitative a été réalisée sous forme de focus groupe au sein d’équipes de planning familiaux francophones. Résultat Le cadre légal impacte peu les équipes de plannings. Ce cadre leur donne une ligne de conduite dont ils se soustraient néanmoins fréquemment privilégiant une prise en charge adaptée à chaque femme. Ils souhaitent une abolition des sanctions pénales même si celles-ci ne les inquiètent pas outre-mesure vu l’absence de poursuite judiciaire actuelle. Le délai de réflexion est vu comme une violence faite aux femmes par la plupart et peu d’entre-eux le respectent encore systématiquement. Ils regrettent la limite de délai de 14 semaines d’aménorrhée qui entraine l’exode de 500 femmes belges chaque année vers les Pays-Bas. Même si tous ne souhaitent pas prendre part à la prise en charge des grossesses tardives, ils reconnaissent l’importance que cela a pour les femmes. D’autres facteurs impact l’accessibilité de l’avortement tels que le manque de reconnaissance des plannings, le manque de praticiens ou de formations, la disparité des visions ou la désinformation de la population. Conclusion Le cadre légal n’est pas l’unique facteur influençant les pratiques de l’avortement. L’éventuel changement de loi marquerait un premier pas mais devrait s’accompagner de mesures effectives sur le terrain pour avoir un réel impact sur l’accessibilité à l’avortement. Les praticiens considèrent déjà l’IVG comme un acte médical qu’ils pratiquent selon leur propre expertise et le bien-être de la patiente plutôt que selon un cadre légal strict.
Lhoest - ApollineUniversité libre de Bruxelles
W83 - QC22 - QD27 - QR31 - QS11
Rappel de vaccination contre le virus de l’hépatite B en 2020 : oui ou non ? Recherche systématique de la littérature
Rappel de vaccination contre le virus de l’hépatite B en 2020 : oui ou non ? Recherche systématique de la littérature
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « en 2015, 185 pays (95%) avaient intégré la vaccination anti-hépatite B dans leur calendrier national de vaccination des nourrissons ». En Belgique, le conseil supérieur de la santé recommande des doses de rappel uniquement chez l’adulte si les anti-HBs sont en dessous de 10 mUI/mL à la suite d’une primovaccination. De même pour l’Agence fédérale des risques professionnels qui conseille une revaccination chez les individus exposés à un risque professionnel dont les anti-HBs seraient en dessous de 10 mUI/mL. Cette recherche de la littérature a pour but de clarifier le besoin de dose de rappel dans la vaccination contre le virus de l’hépatite B. Les bases de données primaires à quaternaires ont été consultées en utilisant les termes MeSH suivants : « hepatitis B », « booster immunization », « revaccination ». 21 articles ont été inclus dont 13 études de cohorte, 4 méta-analyses, 1 consensus européen, 1 recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé et 2 recommandations de bonne pratique du Conseil Supérieur de la Santé. Une proportion plus importante d’études soutient qu’une dose de rappel n’est pas nécessaire à la suite d’une vaccination primaire accomplie chez une personne en bonne santé et que la protection conférée pourrait durer au moins 30 ans. Les recommandations de revaccination chez l’adulte et le professionnel exposé au virus de l’hépatite B en Belgique pourraient donc être remises en question.
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « en 2015, 185 pays (95%) avaient intégré la vaccination anti-hépatite B dans leur calendrier national de vaccination des nourrissons ». En Belgique, le conseil supérieur de la santé recommande des doses de rappel uniquement chez l’adulte si les anti-HBs sont en dessous de 10 mUI/mL à la suite d’une primovaccination. De même pour l’Agence fédérale des risques professionnels qui conseille une revaccination chez les individus exposés à un risque professionnel dont les anti-HBs seraient en dessous de 10 mUI/mL. Cette recherche de la littérature a pour but de clarifier le besoin de dose de rappel dans la vaccination contre le virus de l’hépatite B. Les bases de données primaires à quaternaires ont été consultées en utilisant les termes MeSH suivants : « hepatitis B », « booster immunization », « revaccination ». 21 articles ont été inclus dont 13 études de cohorte, 4 méta-analyses, 1 consensus européen, 1 recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé et 2 recommandations de bonne pratique du Conseil Supérieur de la Santé. Une proportion plus importante d’études soutient qu’une dose de rappel n’est pas nécessaire à la suite d’une vaccination primaire accomplie chez une personne en bonne santé et que la protection conférée pourrait durer au moins 30 ans. Les recommandations de revaccination chez l’adulte et le professionnel exposé au virus de l’hépatite B en Belgique pourraient donc être remises en question.
Weins - GaliaUniversité libre de Bruxelles
D72 - 44.000
Séparation parentale et style de vie des enfants; points d'action possible des intervenants en matière de santé
Séparation parentale et style de vie des enfants; points d'action possible des intervenants en matière de santé
Introduction : Nous constatons une augmentation de la prévalence de l’obésité infantile depuis ces dernières décennies. Les principaux facteurs connus sont le déséquilibre alimentaire, la sédentarité, les facteurs socio-économiques telle que la précarité ou encore les facteurs psychologiques comme la maltraitance. Notre hypothèse est que d’autres facteurs, comme la séparation parentale, pourraient être responsables de la surcharge pondérale chez l’enfant. L’objectif de ce travail est d’analyser, à travers des entretiens semi-dirigés, les conséquences de la séparation parentale sur la santé de l’enfant, en particulier sur le poids. Matériel et méthode : A partir de l’étude de 2018, une revue de littérature approfondie a été effectuée. Nous avons consulté la littérature quaternaire, tertiaire, secondaire et primaire avec comme sources principales HAS, SSMG, NICE, the Lancet ou encore PubMed. Par la suite, une étude qualitative auprès de généralistes et pédiatres de la région du Hainaut a été réalisée. Ils ont été interrogés sur les thèmes de la séparation parentale, de l’obésité infantile et de la modification du style de vie. Analyse des résultats : 18 entretiens semi-dirigés ont été rapportés. La saturation externe a été obtenue au bout du cinquième. Certains médecins pensent que la séparation et le conflit parental provoqueraient une modification du style de vie avec comme conséquence principale la prise de poids de l’enfant. D’autres, en revanche, estiment que la prise de poids infantile est indépendante de la séparation parentale. Discussion et conclusion : Une des limites principales de ce travail est que le recrutement des soignants a été réalisé en amont par des e-mails et des appels téléphoniques pouvant faire l’objet de recherches au préalable. Néanmoins, la plupart des soignants mettent en avant le risque de prise de poids chez les enfants de parents séparés. Notre rôle est d’être proactif et de prévenir les parents qu’un risque existe. Nous pourrions ainsi mieux cibler les actions de promotion de santé et de prévention.
Introduction : Nous constatons une augmentation de la prévalence de l’obésité infantile depuis ces dernières décennies. Les principaux facteurs connus sont le déséquilibre alimentaire, la sédentarité, les facteurs socio-économiques telle que la précarité ou encore les facteurs psychologiques comme la maltraitance. Notre hypothèse est que d’autres facteurs, comme la séparation parentale, pourraient être responsables de la surcharge pondérale chez l’enfant. L’objectif de ce travail est d’analyser, à travers des entretiens semi-dirigés, les conséquences de la séparation parentale sur la santé de l’enfant, en particulier sur le poids. Matériel et méthode : A partir de l’étude de 2018, une revue de littérature approfondie a été effectuée. Nous avons consulté la littérature quaternaire, tertiaire, secondaire et primaire avec comme sources principales HAS, SSMG, NICE, the Lancet ou encore PubMed. Par la suite, une étude qualitative auprès de généralistes et pédiatres de la région du Hainaut a été réalisée. Ils ont été interrogés sur les thèmes de la séparation parentale, de l’obésité infantile et de la modification du style de vie. Analyse des résultats : 18 entretiens semi-dirigés ont été rapportés. La saturation externe a été obtenue au bout du cinquième. Certains médecins pensent que la séparation et le conflit parental provoqueraient une modification du style de vie avec comme conséquence principale la prise de poids de l’enfant. D’autres, en revanche, estiment que la prise de poids infantile est indépendante de la séparation parentale. Discussion et conclusion : Une des limites principales de ce travail est que le recrutement des soignants a été réalisé en amont par des e-mails et des appels téléphoniques pouvant faire l’objet de recherches au préalable. Néanmoins, la plupart des soignants mettent en avant le risque de prise de poids chez les enfants de parents séparés. Notre rôle est d’être proactif et de prévenir les parents qu’un risque existe. Nous pourrions ainsi mieux cibler les actions de promotion de santé et de prévention.
Bekkouch - YoussraUniversité libre de Bruxelles
T82 - T83 - QC12 - QC13 - QD12 - QP5 - Z20 - QR31
EXPLORATION DE LA PROBLÉMATIQUE DE L’ISOLEMENT SOCIAL CHEZ LES PATIENTS : ÉTUDE QUALITATIVE MENÉE AUPRÈS DE CINQ MAISONS MÉDICALES DE LA PROVINCE DE LIÈGE.
EXPLORATION DE LA PROBLÉMATIQUE DE L’ISOLEMENT SOCIAL CHEZ LES PATIENTS : ÉTUDE QUALITATIVE MENÉE AUPRÈS DE CINQ MAISONS MÉDICALES DE LA PROVINCE DE LIÈGE.

EXPLORATION OF THE PROBLEM OF SOCIAL ISOLATION IN PATIENTS: A QUALITATIVE STUDY CARRIED OUT AT FIVE MEDICAL HOMES IN THE PROVINCE OF LIEGE.
EXPLORATION OF THE PROBLEM OF SOCIAL ISOLATION IN PATIENTS: A QUALITATIVE STUDY CARRIED OUT AT FIVE MEDICAL HOMES IN THE PROVINCE OF LIEGE.
INTRODUCTION : La santé est une notion qui n’a cessé d’évoluer au fil du temps. De nombreuses recherches et articles dédiés ont permis de mettre en évidence le fait que la santé doit être abordée selon un principe de globalité. Ainsi la santé n’est pas uniquement le fait d’être dépourvu de maladie. Il est donc important lors de la prise en charge du patient d’envisager également les composantes psycho-sociales : dans ce cas, l’isolement social. Et d’un autre côté on a les maisons médicales qui justement ont pour leitmotive d’avoir une prise en charge considérée comme globale. On a donc trouvé pertinent d’explorer la perception que les travailleurs en maison médicale avaient de la problématique de l’isolement social. OBJECTIF : Explorer la perception que les travailleurs en maison médicale de la province de Liège ont de l’isolement social et de sa prise en charge. MÉTHODE : Nous avons réalisé une étude de type transversale, qualitative et exploratoire, grâce à l’organisation de focus groupes. Nous l’avons fait auprès de 33 professionnels de la santé travaillant en maison médicale dans la province de liège. Cinq focus groupes, chacun pendant une durée de 30 à 60 minutes, ont été organisés, et ce par le même enquêteur. Les résultats obtenus ont été transcrits de façon intégrale et placés dans un tableau d’analyse. La méthode « d’immersion-cristallisation » a été utilisée pour effectuer notre analyse. Cela via deux analystes distincts, premièrement chacun de son côté et ensuite grâce à un croisement de leurs grilles d’analyse. RÉSULTATS : Nous avons pu mettre en évidence via cette étude la complexité de l’isolement social, également les facteurs favorisants et contraignants sa prise en charge. On a pu observer le poids des associations appartenant au réseau et la nécessité d’optimiser la collaboration interprofessionnelle et entre les associations. Les participants ont également mentionnés être confrontés à des facteurs divers comme l’état de santé et les moyens financiers du patient ou tout simplement à un manque d’information et de formation dans le cadre de la prise en charge de l’isolement social. Nous devons néanmoins noté que certains participants ont souligné la richesse du réseau qui soutient la prise en charge de l’isolement social. CONCLUSION : Notre travail de fin d’études met en évidence le fait que les travailleurs en maison médicale de la province de Liège portent un grand intérêt à la problématique de l’isolement social. Mais sans un travail en interdisciplinarité ou en inter organisation et sans le soutien des autorités sociales et politiques, le travail de ces professionnels pour la prise en charge de l’isolement social paraît inabouti. MOTS CLÉS : Isolement social, prise en charge, maison médicale, population précaire, groupe de discussion focalisé
INTRODUCTION : La santé est une notion qui n’a cessé d’évoluer au fil du temps. De nombreuses recherches et articles dédiés ont permis de mettre en évidence le fait que la santé doit être abordée selon un principe de globalité. Ainsi la santé n’est pas uniquement le fait d’être dépourvu de maladie. Il est donc important lors de la prise en charge du patient d’envisager également les composantes psycho-sociales : dans ce cas, l’isolement social. Et d’un autre côté on a les maisons médicales qui justement ont pour leitmotive d’avoir une prise en charge considérée comme globale. On a donc trouvé pertinent d’explorer la perception que les travailleurs en maison médicale avaient de la problématique de l’isolement social. OBJECTIF : Explorer la perception que les travailleurs en maison médicale de la province de Liège ont de l’isolement social et de sa prise en charge. MÉTHODE : Nous avons réalisé une étude de type transversale, qualitative et exploratoire, grâce à l’organisation de focus groupes. Nous l’avons fait auprès de 33 professionnels de la santé travaillant en maison médicale dans la province de liège. Cinq focus groupes, chacun pendant une durée de 30 à 60 minutes, ont été organisés, et ce par le même enquêteur. Les résultats obtenus ont été transcrits de façon intégrale et placés dans un tableau d’analyse. La méthode « d’immersion-cristallisation » a été utilisée pour effectuer notre analyse. Cela via deux analystes distincts, premièrement chacun de son côté et ensuite grâce à un croisement de leurs grilles d’analyse. RÉSULTATS : Nous avons pu mettre en évidence via cette étude la complexité de l’isolement social, également les facteurs favorisants et contraignants sa prise en charge. On a pu observer le poids des associations appartenant au réseau et la nécessité d’optimiser la collaboration interprofessionnelle et entre les associations. Les participants ont également mentionnés être confrontés à des facteurs divers comme l’état de santé et les moyens financiers du patient ou tout simplement à un manque d’information et de formation dans le cadre de la prise en charge de l’isolement social. Nous devons néanmoins noté que certains participants ont souligné la richesse du réseau qui soutient la prise en charge de l’isolement social. CONCLUSION : Notre travail de fin d’études met en évidence le fait que les travailleurs en maison médicale de la province de Liège portent un grand intérêt à la problématique de l’isolement social. Mais sans un travail en interdisciplinarité ou en inter organisation et sans le soutien des autorités sociales et politiques, le travail de ces professionnels pour la prise en charge de l’isolement social paraît inabouti. MOTS CLÉS : Isolement social, prise en charge, maison médicale, population précaire, groupe de discussion focalisé

INTRODUCTION: Health is a concept that has continued to evolve over time. Numerous research and dedicated articles have shown the fact that health must be approached according to a principle of wholeness. So, health is not just about being free from disease. It's therefore important that when we take care of a patient to also consider the psycho- social components: in this case, social isolation. And on the other side, we have the medicals homes, which precisely have the leitmotiv of having wholeness as an important point of the take care. We therefore found it relevant to explore the perception that medical home workers had of the problem of social isolation. GOAL: To explore the perception that medical home workers in the province of Liège have of social isolation and its take care. METHOD: We carried out a cross-sectional, qualitative and exploratory study, thanks to the organization of focus groups. We did this with 33 health professionals working in medical home in the province of Liège. Five focus groups, each lasting 30 to 60 minutes, were organized by the same investigator. The results obtained were fully transcribed and placed in an analysis table. The "immersion-crystallization" method was used to perform our analysis. This was done by two separate analysts, first each on their own and then through a crossing of their analysis grids. RESULTS: Through this study, we were able to highlight the complexity of social isolation, also the factors that favor and constrain its management. We have seen the weight of associations belonging to the network and the need to optimize inter-professional collaboration, and between associations. The participants also mentioned being confronted with fortuitous factors such as the patient's state of health and financial means or simply a lack of information and training in the context of dealing with social isolation. We must nevertheless note that some participants underlined the richness of the network which supports the management of social isolation. CONCLUSION: Our study puts in highlights the fact that workers in medicals homes in the province of Liège take a great interest in the issue of social isolation. But without interdisciplinary or inter-organization work and without the support of social and political authorities, the work of these professionals to deal with social isolation seems unfinished. KEYWORDS: Social isolation, take care, medical home, precarious population, focus group.
INTRODUCTION: Health is a concept that has continued to evolve over time. Numerous research and dedicated articles have shown the fact that health must be approached according to a principle of wholeness. So, health is not just about being free from disease. It's therefore important that when we take care of a patient to also consider the psycho- social components: in this case, social isolation. And on the other side, we have the medicals homes, which precisely have the leitmotiv of having wholeness as an important point of the take care. We therefore found it relevant to explore the perception that medical home workers had of the problem of social isolation. GOAL: To explore the perception that medical home workers in the province of Liège have of social isolation and its take care. METHOD: We carried out a cross-sectional, qualitative and exploratory study, thanks to the organization of focus groups. We did this with 33 health professionals working in medical home in the province of Liège. Five focus groups, each lasting 30 to 60 minutes, were organized by the same investigator. The results obtained were fully transcribed and placed in an analysis table. The "immersion-crystallization" method was used to perform our analysis. This was done by two separate analysts, first each on their own and then through a crossing of their analysis grids. RESULTS: Through this study, we were able to highlight the complexity of social isolation, also the factors that favor and constrain its management. We have seen the weight of associations belonging to the network and the need to optimize inter-professional collaboration, and between associations. The participants also mentioned being confronted with fortuitous factors such as the patient's state of health and financial means or simply a lack of information and training in the context of dealing with social isolation. We must nevertheless note that some participants underlined the richness of the network which supports the management of social isolation. CONCLUSION: Our study puts in highlights the fact that workers in medicals homes in the province of Liège take a great interest in the issue of social isolation. But without interdisciplinary or inter-organization work and without the support of social and political authorities, the work of these professionals to deal with social isolation seems unfinished. KEYWORDS: Social isolation, take care, medical home, precarious population, focus group.
KOUEBO NGANTEU - LanvinUniversité de Liège
QO4 - QO4 - QR323 - QT33
Evaluation de la campagne de sensibilisation à la vaccination pour le papillomavirus humain (HPV) via le centre de promotion de la santé à l'école (PSE) : enquête auprès d’un groupe de parents relié au centre Xavier-Francotte de Liège
Evaluation de la campagne de sensibilisation à la vaccination pour le papillomavirus humain (HPV) via le centre de promotion de la santé à l'école (PSE) : enquête auprès d’un groupe de parents relié au centre Xavier-Francotte de Liège
ABSTRACT Introduction : Le papillomavirus humain est une des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes au monde. Cette infection est responsable, chez les hommes comme chez les femmes, de lésions malignes de la sphère génitale ainsi que de la tête et du cou. Le papillomavirus est la 4ème cause de cancer chez la femme. La vaccination contre le papillomavirus a fait ses preuves et a été étendue aux garçons en 2019. Cependant, la couverture vaccinale reste faible en Fédération Wallonie-Bruxelles. Une population mal informée pourrait apparaître comme une des principales raisons de cet échec. Méthode : La première partie consiste en un état des lieux général du papillomavirus en Belgique. La deuxième partie détaille les résultats d’une étude quantitative menée auprès d’un échantillon de parents d'élèves de deuxième secondaire dans le but d’évaluer des facteurs influençant leurs intentions à la vaccination. La dernière partie propose une analyse des résultats et permet de démontrer l'importance de l’information sur le papillomavirus. Résultats : La majorité des parents interrogés présente un défaut d’information concernant le papillomavirus. Les répondants accordent, néanmoins, leur confiance à la vaccination en général. Les centres de promotion de la santé bénéficient de la confiance de la population interrogée. Il existe un défaut de transmission entre les centres de santés et les parents interrogés. La campagne de sensibilisation fédérale n’a que très peu d’impact sur cette population. Un lien de corrélation entre le niveau d’information reçu et le taux de vaccination est établi. Recevoir des informations de la part d’un professionnel de la santé renforce ce lien de corrélation à la hausse. Conclusion : Une révision complète de la campagne de sensibilisation s’impose si l’on veut parvenir à informer une plus large part de la population. Les moyens structurels et technologiques actuels nous permettent d'entrevoir de larges accroissements du taux de vaccination en Fédération Wallonie-Bruxelles.
ABSTRACT Introduction : Le papillomavirus humain est une des infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes au monde. Cette infection est responsable, chez les hommes comme chez les femmes, de lésions malignes de la sphère génitale ainsi que de la tête et du cou. Le papillomavirus est la 4ème cause de cancer chez la femme. La vaccination contre le papillomavirus a fait ses preuves et a été étendue aux garçons en 2019. Cependant, la couverture vaccinale reste faible en Fédération Wallonie-Bruxelles. Une population mal informée pourrait apparaître comme une des principales raisons de cet échec. Méthode : La première partie consiste en un état des lieux général du papillomavirus en Belgique. La deuxième partie détaille les résultats d’une étude quantitative menée auprès d’un échantillon de parents d'élèves de deuxième secondaire dans le but d’évaluer des facteurs influençant leurs intentions à la vaccination. La dernière partie propose une analyse des résultats et permet de démontrer l'importance de l’information sur le papillomavirus. Résultats : La majorité des parents interrogés présente un défaut d’information concernant le papillomavirus. Les répondants accordent, néanmoins, leur confiance à la vaccination en général. Les centres de promotion de la santé bénéficient de la confiance de la population interrogée. Il existe un défaut de transmission entre les centres de santés et les parents interrogés. La campagne de sensibilisation fédérale n’a que très peu d’impact sur cette population. Un lien de corrélation entre le niveau d’information reçu et le taux de vaccination est établi. Recevoir des informations de la part d’un professionnel de la santé renforce ce lien de corrélation à la hausse. Conclusion : Une révision complète de la campagne de sensibilisation s’impose si l’on veut parvenir à informer une plus large part de la population. Les moyens structurels et technologiques actuels nous permettent d'entrevoir de larges accroissements du taux de vaccination en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Loffet - HugoUniversité de Liège
QS13 - 44.000 - X75 - QD41 - QR32 - QR2
Lien entre le manque de sommeil et le surpoids ou l'obésité chez l'enfant : étude transversale parmi les enfants fréquentant l'école primaire à Bruxelles
Lien entre le manque de sommeil et le surpoids ou l'obésité chez l'enfant : étude transversale parmi les enfants fréquentant l'école primaire à Bruxelles
Introduction : L‘obésité est une maladie chronique préoccupante touchant toutes les tranches d’âge de la population mondiale, avec des conséquences à long terme sur la santé de chacun, et constituant un véritable enjeu de santé publique. En 2018, 19% des enfants âgés de 2 à 17 ans étaient en surpoids, dont 5,8% en obésité. Le manque de sommeil pourrait être un facteur de risque cardiovasculaire en favorisant l’obésité, le diabète et l’hypertension artérielle. En Belgique, 20% des enfants de 5e-6e primaire dorment moins que les 9 heures minimales recommandées par la Sleep Health Foundation. Le mécanisme liant le manque de sommeil à l’obésité n’est pas encore totalement élucidé mais plusieurs hypothèses sont actuellement à l’étude. Objectifs : Le but de ce travail est de réaliser une revue systématique des connaissances actuelles et ensuite d’étudier, par l’intermédiaire d’une étude observationnelle transversale, l’association entre le manque de sommeil et le surpoids ou l’obésité chez les enfants bruxellois fréquentant l’école primaire. Méthodes : La revue de la littérature a permis de retenir 7 méta-analyses et 6 revues systématiques. L’étude transversale a été menée en mars 2021 par le biais d’une enquête en ligne. Résultats : Tout comme les méta-analyses et revues systématiques consultées, nos analyses statistiques supportent le lien entre le manque de sommeil et le surpoids/obésité, dont la relation reste statistiquement significative après ajustement pour les variables confondantes (OR ajusté 3.2 IC95% (1.6-6.3) ; p = 0,001). Nous mettons également en évidence une relation statistiquement significative entre la corpulence et le temps d’exposition total aux écrans (ORa 3.2 IC95% (1.3-7.9) p=0,03), le temps d’écrans dans les 2 heures précédant le coucher (ORa 3.8 IC95% (1.8-8.1) p=0,002), l’activité physique (ORa 3.6 IC95% (1.9-6.9) p<0,001) et la qualité du sommeil (ORa 3.3 IC95% (1.7-6.4) p<0,001). Discussion : Au vu des résultats de cette enquête et de la revue de littérature internationale, il est primordial d’inclure des recommandations sur la durée du sommeil dans les programmes de prévention. Par ailleurs, le médecin généraliste occupe une place centrale dans la prévention, le dépistage précoce et la prise en charge du surpoids et de l’obésité infantile.
Introduction : L‘obésité est une maladie chronique préoccupante touchant toutes les tranches d’âge de la population mondiale, avec des conséquences à long terme sur la santé de chacun, et constituant un véritable enjeu de santé publique. En 2018, 19% des enfants âgés de 2 à 17 ans étaient en surpoids, dont 5,8% en obésité. Le manque de sommeil pourrait être un facteur de risque cardiovasculaire en favorisant l’obésité, le diabète et l’hypertension artérielle. En Belgique, 20% des enfants de 5e-6e primaire dorment moins que les 9 heures minimales recommandées par la Sleep Health Foundation. Le mécanisme liant le manque de sommeil à l’obésité n’est pas encore totalement élucidé mais plusieurs hypothèses sont actuellement à l’étude. Objectifs : Le but de ce travail est de réaliser une revue systématique des connaissances actuelles et ensuite d’étudier, par l’intermédiaire d’une étude observationnelle transversale, l’association entre le manque de sommeil et le surpoids ou l’obésité chez les enfants bruxellois fréquentant l’école primaire. Méthodes : La revue de la littérature a permis de retenir 7 méta-analyses et 6 revues systématiques. L’étude transversale a été menée en mars 2021 par le biais d’une enquête en ligne. Résultats : Tout comme les méta-analyses et revues systématiques consultées, nos analyses statistiques supportent le lien entre le manque de sommeil et le surpoids/obésité, dont la relation reste statistiquement significative après ajustement pour les variables confondantes (OR ajusté 3.2 IC95% (1.6-6.3) ; p = 0,001). Nous mettons également en évidence une relation statistiquement significative entre la corpulence et le temps d’exposition total aux écrans (ORa 3.2 IC95% (1.3-7.9) p=0,03), le temps d’écrans dans les 2 heures précédant le coucher (ORa 3.8 IC95% (1.8-8.1) p=0,002), l’activité physique (ORa 3.6 IC95% (1.9-6.9) p<0,001) et la qualité du sommeil (ORa 3.3 IC95% (1.7-6.4) p<0,001). Discussion : Au vu des résultats de cette enquête et de la revue de littérature internationale, il est primordial d’inclure des recommandations sur la durée du sommeil dans les programmes de prévention. Par ailleurs, le médecin généraliste occupe une place centrale dans la prévention, le dépistage précoce et la prise en charge du surpoids et de l’obésité infantile.
Devuyst - FlorenceUniversité libre de Bruxelles
QC12 - QR323 - P06 - T82 - T83
Intérêt de la sclérothérapie chimique des télangiectasies et des varices réticulaires des membres inférieurs dans la prise en charge de la maladie veineuse chronique, au cabinet de Médecine Générale - Revue de la littérature scientifique
Intérêt de la sclérothérapie chimique des télangiectasies et des varices réticulaires des membres inférieurs dans la prise en charge de la maladie veineuse chronique, au cabinet de Médecine Générale - Revue de la littérature scientifique
Les télangiectasies dermiques et les veines réticulaires incontinentes dermo-hypodermiques (encore appelées varices réticulaires) des membres inférieurs, font partie intégrante du spectre clinique de la maladie veineuse chronique. Elles touchent plus souvent les femmes que les hommes et sont très fréquentes puisqu’elles concernent 80% de la population mondiale. Les principaux facteurs de risque sont les antécédents familiaux, l’âge ou toute condition qui freine le retour veineux et augmente la pression veineuse au niveau des membres inférieurs (obésité, grossesse, etc.). Beaucoup de médecins considèrent ces dilatations veineuses très superficielles comme un problème purement esthétique alors qu’elles participent de façon significative à la symptomatologie variqueuse : œdèmes, prurit, douleurs, lourdeurs, ulcères variqueux. La prise en charge de ces veines pathologiques permet de soulager ces symptômes mais également de prévenir l’évolution de la maladie variqueuse vers des stades plus sévères. Le traitement le plus utilisé des télangiectasies et des varices réticulaires est la sclérothérapie chimique. En Belgique, elle fait l’objet d’un code INAMI applicable par les médecins généralistes. Dans notre pays, le seul agent sclérosant disponible sur le marché est le polidocanol (Aethoxysklerol®), utilisable dans sa forme liquide ou en mousse. Les complications les plus fréquentes sont locales (hyperpigmentation et matting) et se résolvent le plus souvent dans l’année qui suit le traitement. Ce travail de fin d’études, basé sur une revue de la littérature internationale des quinze dernières années, a pour objectif de résumer les connaissances médicales actuelles au sujet de la sclérothérapie chimique des télangiectasies et des varices réticulaires des membres inférieurs et de les intégrer dans le cadre d’une prise en charge globale de la maladie veineuse chronique. Sa finalité est d’apporter une caution scientifique et de fournir des détails pratiques au médecin généraliste qui déciderait d’intégrer cette technique dans sa pratique quotidienne. Mots clés : varices réticulaires, télangiectasies, sclérothérapie, membres inférieurs Keywords : reticular veins, telangiectasias, sclerotherapy, lower extremity
Les télangiectasies dermiques et les veines réticulaires incontinentes dermo-hypodermiques (encore appelées varices réticulaires) des membres inférieurs, font partie intégrante du spectre clinique de la maladie veineuse chronique. Elles touchent plus souvent les femmes que les hommes et sont très fréquentes puisqu’elles concernent 80% de la population mondiale. Les principaux facteurs de risque sont les antécédents familiaux, l’âge ou toute condition qui freine le retour veineux et augmente la pression veineuse au niveau des membres inférieurs (obésité, grossesse, etc.). Beaucoup de médecins considèrent ces dilatations veineuses très superficielles comme un problème purement esthétique alors qu’elles participent de façon significative à la symptomatologie variqueuse : œdèmes, prurit, douleurs, lourdeurs, ulcères variqueux. La prise en charge de ces veines pathologiques permet de soulager ces symptômes mais également de prévenir l’évolution de la maladie variqueuse vers des stades plus sévères. Le traitement le plus utilisé des télangiectasies et des varices réticulaires est la sclérothérapie chimique. En Belgique, elle fait l’objet d’un code INAMI applicable par les médecins généralistes. Dans notre pays, le seul agent sclérosant disponible sur le marché est le polidocanol (Aethoxysklerol®), utilisable dans sa forme liquide ou en mousse. Les complications les plus fréquentes sont locales (hyperpigmentation et matting) et se résolvent le plus souvent dans l’année qui suit le traitement. Ce travail de fin d’études, basé sur une revue de la littérature internationale des quinze dernières années, a pour objectif de résumer les connaissances médicales actuelles au sujet de la sclérothérapie chimique des télangiectasies et des varices réticulaires des membres inférieurs et de les intégrer dans le cadre d’une prise en charge globale de la maladie veineuse chronique. Sa finalité est d’apporter une caution scientifique et de fournir des détails pratiques au médecin généraliste qui déciderait d’intégrer cette technique dans sa pratique quotidienne. Mots clés : varices réticulaires, télangiectasies, sclérothérapie, membres inférieurs Keywords : reticular veins, telangiectasias, sclerotherapy, lower extremity
Fiume - CarolineUniversité de Liège
55.009 - K95 - QO4 - QO4 - QO4
Prise en charge kinésithérapeutique en médecine générale : Aspects communicationnels
Prise en charge kinésithérapeutique en médecine générale : Aspects communicationnels
Introduction La kinésithérapie est une discipline vaste avec un champ d’action qui l’est tout autant et, selon l’INAMI, un médecin généraliste rédige plus de 1500 prescriptions de kinésithérapie par an. Or, durant sa formation, le futur médecin n’acquiert que très peu de notions sur ces traitements, ce qui peut aboutir sur un sentiment d’inconfort lors de la prescription. De plus, un cloisonnement entre les deux professions existe, malgré un but commun : la prise en charge optimale du patient. Il semble alors intéressant de créer, de nouer une relation d’échange constructive entre ces deux professionnels de la santé. Matériel et méthode Il s’agit d’une étude transversale par méthode qualitative, dont les 14 entretiens semi-dirigés ont eu lieu entre la mi-janvier et la fin février 2021 auprès de médecins généralistes et kinésithérapeutes diplômés. Ces entretiens ont été enregistrés et intégralement retranscrits par la suite. Le recrutement a été réalisé par envoi de mails et par contacts téléphoniques. Résultats Les kinésithérapeutes ressentent un manque de considération de la part des médecins, mais aussi un sentiment de frustration concernant la communication qui s’opère avec ces derniers. Ils discernent les lacunes des médecins dans leur domaine commun, notamment via la prescription, mais ont conscience qu’ils peuvent ne pas être experts dans tous les aspects de la médecine. Les médecins, quant à eux, éprouvent une certaine difficulté lors de la prescription et conçoivent alors le manque de connaissances dans la prise en charge kinésithérapeutique. Globalement, ils reconnaissent ne probablement pas communiquer suffisamment. Conclusion Ce travail souligne le manque de connaissance des médecins généralistes dans le domaine de la kinésithérapie. Il démontre également l’envie de chacun de mieux communiquer, et de manière plus fréquente, et ainsi créer une relation bénéfique pour tous ainsi que pour le patient. On retrouvera également quelques idées et amorces pour permettre cet échange. De petits gestes peuvent amener de grands changements.
Introduction La kinésithérapie est une discipline vaste avec un champ d’action qui l’est tout autant et, selon l’INAMI, un médecin généraliste rédige plus de 1500 prescriptions de kinésithérapie par an. Or, durant sa formation, le futur médecin n’acquiert que très peu de notions sur ces traitements, ce qui peut aboutir sur un sentiment d’inconfort lors de la prescription. De plus, un cloisonnement entre les deux professions existe, malgré un but commun : la prise en charge optimale du patient. Il semble alors intéressant de créer, de nouer une relation d’échange constructive entre ces deux professionnels de la santé. Matériel et méthode Il s’agit d’une étude transversale par méthode qualitative, dont les 14 entretiens semi-dirigés ont eu lieu entre la mi-janvier et la fin février 2021 auprès de médecins généralistes et kinésithérapeutes diplômés. Ces entretiens ont été enregistrés et intégralement retranscrits par la suite. Le recrutement a été réalisé par envoi de mails et par contacts téléphoniques. Résultats Les kinésithérapeutes ressentent un manque de considération de la part des médecins, mais aussi un sentiment de frustration concernant la communication qui s’opère avec ces derniers. Ils discernent les lacunes des médecins dans leur domaine commun, notamment via la prescription, mais ont conscience qu’ils peuvent ne pas être experts dans tous les aspects de la médecine. Les médecins, quant à eux, éprouvent une certaine difficulté lors de la prescription et conçoivent alors le manque de connaissances dans la prise en charge kinésithérapeutique. Globalement, ils reconnaissent ne probablement pas communiquer suffisamment. Conclusion Ce travail souligne le manque de connaissance des médecins généralistes dans le domaine de la kinésithérapie. Il démontre également l’envie de chacun de mieux communiquer, et de manière plus fréquente, et ainsi créer une relation bénéfique pour tous ainsi que pour le patient. On retrouvera également quelques idées et amorces pour permettre cet échange. De petits gestes peuvent amener de grands changements.
Cuvelier - LouisUniversité libre de Bruxelles
QP42 - 57.008 - QT22 - QS11 - QS41 - 46.000 - QD1 - 65.001
Intérêt de l'échographie portable (POCUS) en médecine générale chez les patients adultes avec difficultés respiratoires.
Intérêt de l'échographie portable (POCUS) en médecine générale chez les patients adultes avec difficultés respiratoires.
Introduction : Les deux ressources essentielles du médecin généraliste afin d’établir un diagnostic sont l’anamnèse et l’examen clinique. Cependant, ceux-ci, bien qu’efficaces, sont encore parfois insuffisants et laissent planer une forme d’incertitude. Face à une dyspnée aiguë chez l’adulte, l’imagerie est un examen fréquemment prescrit. La radiographie et le scanner thoracique restant privilégiés actuellement, au détriment de l’échographie. L’objectif de ce travail de fin d’études est de tenter de comprendre les motifs pour lesquels cette technique reste boudée par nos confrères généralistes. Méthode : Nous avons élaboré un questionnaire en ligne regroupant 17 questions, dont 10 fermées et 7 ouvertes. Nous avons soumis celui-ci à différents cercles de médecine générale du Hainaut (FMGCB, FAGC, AMGM et UMGB) ainsi qu’aux chefs de service des urgences des hôpitaux se trouvant dans ces cercles. Nous avons ensuite réalisé une analyse qualitative et quantitative sur base des réponses obtenues. Résultats : Au total, nous avons reçu 82 réponses dont 69 émanant de médecins généralistes. Les généralistes rapportent que la dyspnée est une cause fréquente de consultations, 59% estimant que cela représente de 10 à 50% de leurs contacts. Plus de quatre généralistes sur dix prescrivent une imagerie dans leur bilan initial, privilégiant la radiographie (68%) ou le scanner (22%) thoracique en première intention. Une majorité des généralistes (84%) déclarent ne pas avoir bénéficié d’une formation, et les rares confrères formés l’ont été après le cursus universitaire. Les principaux freins mis en exergue sont le manque ou l’absence de formation, le manque de temps, et le coût. A l’inverse, les avantages plus particulièrement évoqués sont l’apport en termes d’orientation diagnostique et de rapidité afin d’établir un diagnostic précis, ainsi qu’un gain de temps en vue de débuter une prise en charge adéquate. Un généraliste sur deux (51%) considère l’échographie comme moins performante que les autres techniques d’imagerie. Finalement, ils estiment que le temps nécessaire afin de réaliser une échographie cardio-pulmonaire est compris entre 5 et 15 minutes pour 66% d’entre eux, et entre 15 et 30 minutes pour le tiers restant. Discussion : La dyspnée est un motif fréquent de consultations, et ce d’autant plus chez les personnes âgées or nous savons que le vieillissement de la population ne cessera de s’accentuer dans les prochaines décennies. Face à cette plainte, l’imagerie est souvent prescrite avec une prédilection pour la radiographie voire le scanner thoracique en première intention, et cela en dépit d’une irradiation importante et parfois inutile. La limitation principale qui freine une utilisation plus large de l’échographie est l’absence de formation, or celle-ci pourrait être assez aisée à mettre en place et cela sans nécessité d’y consacrer énormément de temps. A l’inverse, l’avantage majeur mis en exergue est l’aide apportée dans la démarche diagnostique permettant d’adapter au mieux la prise en charge dans un délai record. La vision actuelle des généralistes vis-à-vis de l’échographie portable reste, erronément, plutôt péjorative en matière de performance diagnostic et de temps à consacrer à sa réalisation. En effet, en comparaison avec la radiographie standard, l’échographie est nettement plus sensible pour la mise en évidence des causes les plus fréquentes de dyspnée. Conclusion : Ce travail a pu mettre en lumière une méconnaissance tant de l’appareillage que de certains aspects pratiques quant à son utilisation et son efficacité dans le cadre de la mise au point d’une dyspnée aiguë chez l’adulte. Nous espérons avoir pu éveiller un regain d’intérêt pour cette technique qui pourrait devenir le cinquième pilier de l’examen clinique.
Introduction : Les deux ressources essentielles du médecin généraliste afin d’établir un diagnostic sont l’anamnèse et l’examen clinique. Cependant, ceux-ci, bien qu’efficaces, sont encore parfois insuffisants et laissent planer une forme d’incertitude. Face à une dyspnée aiguë chez l’adulte, l’imagerie est un examen fréquemment prescrit. La radiographie et le scanner thoracique restant privilégiés actuellement, au détriment de l’échographie. L’objectif de ce travail de fin d’études est de tenter de comprendre les motifs pour lesquels cette technique reste boudée par nos confrères généralistes. Méthode : Nous avons élaboré un questionnaire en ligne regroupant 17 questions, dont 10 fermées et 7 ouvertes. Nous avons soumis celui-ci à différents cercles de médecine générale du Hainaut (FMGCB, FAGC, AMGM et UMGB) ainsi qu’aux chefs de service des urgences des hôpitaux se trouvant dans ces cercles. Nous avons ensuite réalisé une analyse qualitative et quantitative sur base des réponses obtenues. Résultats : Au total, nous avons reçu 82 réponses dont 69 émanant de médecins généralistes. Les généralistes rapportent que la dyspnée est une cause fréquente de consultations, 59% estimant que cela représente de 10 à 50% de leurs contacts. Plus de quatre généralistes sur dix prescrivent une imagerie dans leur bilan initial, privilégiant la radiographie (68%) ou le scanner (22%) thoracique en première intention. Une majorité des généralistes (84%) déclarent ne pas avoir bénéficié d’une formation, et les rares confrères formés l’ont été après le cursus universitaire. Les principaux freins mis en exergue sont le manque ou l’absence de formation, le manque de temps, et le coût. A l’inverse, les avantages plus particulièrement évoqués sont l’apport en termes d’orientation diagnostique et de rapidité afin d’établir un diagnostic précis, ainsi qu’un gain de temps en vue de débuter une prise en charge adéquate. Un généraliste sur deux (51%) considère l’échographie comme moins performante que les autres techniques d’imagerie. Finalement, ils estiment que le temps nécessaire afin de réaliser une échographie cardio-pulmonaire est compris entre 5 et 15 minutes pour 66% d’entre eux, et entre 15 et 30 minutes pour le tiers restant. Discussion : La dyspnée est un motif fréquent de consultations, et ce d’autant plus chez les personnes âgées or nous savons que le vieillissement de la population ne cessera de s’accentuer dans les prochaines décennies. Face à cette plainte, l’imagerie est souvent prescrite avec une prédilection pour la radiographie voire le scanner thoracique en première intention, et cela en dépit d’une irradiation importante et parfois inutile. La limitation principale qui freine une utilisation plus large de l’échographie est l’absence de formation, or celle-ci pourrait être assez aisée à mettre en place et cela sans nécessité d’y consacrer énormément de temps. A l’inverse, l’avantage majeur mis en exergue est l’aide apportée dans la démarche diagnostique permettant d’adapter au mieux la prise en charge dans un délai record. La vision actuelle des généralistes vis-à-vis de l’échographie portable reste, erronément, plutôt péjorative en matière de performance diagnostic et de temps à consacrer à sa réalisation. En effet, en comparaison avec la radiographie standard, l’échographie est nettement plus sensible pour la mise en évidence des causes les plus fréquentes de dyspnée. Conclusion : Ce travail a pu mettre en lumière une méconnaissance tant de l’appareillage que de certains aspects pratiques quant à son utilisation et son efficacité dans le cadre de la mise au point d’une dyspnée aiguë chez l’adulte. Nous espérons avoir pu éveiller un regain d’intérêt pour cette technique qui pourrait devenir le cinquième pilier de l’examen clinique.
Ghislain - MaximeUniversité libre de Bruxelles
R02 - 41.000 - QC14 - QR33 - QS14
Recherche des critères retenus par les médecins généralistes pour évaluer la gravité de l’obésité sur la santé d’un patient adulte. Développement d’une fiche « outil » sur l’obésité et analyse préliminaire de son utilité lors d’une consultation.
Recherche des critères retenus par les médecins généralistes pour évaluer la gravité de l’obésité sur la santé d’un patient adulte. Développement d’une fiche « outil » sur l’obésité et analyse préliminaire de son utilité lors d’une consultation.

Research into the criteria used by general practitioners to assess the severity of obesity on the health of an adult patient. Development of an obesity worksheet and preliminary analysis of its usefulness during a consultation.
Research into the criteria used by general practitioners to assess the severity of obesity on the health of an adult patient. Development of an obesity worksheet and preliminary analysis of its usefulness during a consultation.
L’obésité est une pathologie en constante augmentation lors de ces dernières années. En 2018, 15.9% des adultes belges présentaient un indice de masse corporelle supérieur ou égal à 30. Le monde médical s’accorde donc à dire que le rôle du médecin généraliste est déterminant dans la détection, le suivi et la prise en charge de l’obésité chez l’adulte. Ce travail de fin d’études a pour objectif de rechercher auprès d’un échantillon de médecins généralistes issus principalement de la province de Liège, les critères retenus pour évaluer la gravité de l’obésité sur la santé des patients adultes ainsi que leurs influences sur la prise en charge. Sur base des données récoltées et d’une revue de la littérature, une fiche « outil », regroupant les éléments essentiels à identifier afin de déterminer la gravité que représente l’obésité sur la santé d’un patient adulte, est proposée aux praticiens dans le but de faciliter les consultations et de répondre à leurs difficultés. La méthode utilisée est une assurance de qualité. Deux études mixtes transversales ont été réalisées au moyen de questionnaires anonymes. La première a démontré que 63.9% des médecins généralistes se sentaient moyennement, voire peu à l’aise, lorsqu’ils devaient évaluer la gravité de l’obésité d’un patient adulte. C’était l’indice de masse corporelle qui était la classification la plus utilisée, bien qu’elle présentait de nombreuses limitations. Aucun consensus n’était établi entre les praticiens lorsqu’ils s’intéressaient aux répercussions que pouvait avoir l’excès de poids sur le plan somatique mais également psychologique et social. Lors de la seconde étude, il en est ressorti que pour 69% des participants la fiche permettait de fluidifier les consultations et le contenu a été jugé pertinent, concis et complet par plus de 90%. De plus, deux des principales difficultés rencontrées, celle d’un manque de compréhension de la pathologie et celle d’un manque de compliance au traitement de la part du patient, étaient levées pour plus de 78% des participants. Un consensus est donc possible. La fiche « outil » peut représenter une nouvelle ressource thérapeutique afin d’évaluer la gravité de l’obésité d’un patient adulte en médecine générale.
L’obésité est une pathologie en constante augmentation lors de ces dernières années. En 2018, 15.9% des adultes belges présentaient un indice de masse corporelle supérieur ou égal à 30. Le monde médical s’accorde donc à dire que le rôle du médecin généraliste est déterminant dans la détection, le suivi et la prise en charge de l’obésité chez l’adulte. Ce travail de fin d’études a pour objectif de rechercher auprès d’un échantillon de médecins généralistes issus principalement de la province de Liège, les critères retenus pour évaluer la gravité de l’obésité sur la santé des patients adultes ainsi que leurs influences sur la prise en charge. Sur base des données récoltées et d’une revue de la littérature, une fiche « outil », regroupant les éléments essentiels à identifier afin de déterminer la gravité que représente l’obésité sur la santé d’un patient adulte, est proposée aux praticiens dans le but de faciliter les consultations et de répondre à leurs difficultés. La méthode utilisée est une assurance de qualité. Deux études mixtes transversales ont été réalisées au moyen de questionnaires anonymes. La première a démontré que 63.9% des médecins généralistes se sentaient moyennement, voire peu à l’aise, lorsqu’ils devaient évaluer la gravité de l’obésité d’un patient adulte. C’était l’indice de masse corporelle qui était la classification la plus utilisée, bien qu’elle présentait de nombreuses limitations. Aucun consensus n’était établi entre les praticiens lorsqu’ils s’intéressaient aux répercussions que pouvait avoir l’excès de poids sur le plan somatique mais également psychologique et social. Lors de la seconde étude, il en est ressorti que pour 69% des participants la fiche permettait de fluidifier les consultations et le contenu a été jugé pertinent, concis et complet par plus de 90%. De plus, deux des principales difficultés rencontrées, celle d’un manque de compréhension de la pathologie et celle d’un manque de compliance au traitement de la part du patient, étaient levées pour plus de 78% des participants. Un consensus est donc possible. La fiche « outil » peut représenter une nouvelle ressource thérapeutique afin d’évaluer la gravité de l’obésité d’un patient adulte en médecine générale.

Obesity is a disease that is constantly increasing in recent years. In 2018, 15.9% of Belgian adults had a body mass index equal to 30 or more. The medical world therefore agrees that the role of the general practitioner is decisive in the detection, the follow-up and the management of obesity in adults. The aim of this final thesis is to investigate the criteria used to assess the seriousness of obesity on the health of adult patients and their influence on the management of obesity in a sample of general practitioners, mainly from the province of Liège. On the basis of the data collected and a literature review, a worksheet is proposed to practitioners. This worksheet brings together the essential elements to be identified in order to determine the seriousness of obesity on the health of an adult patient,and would facilitate consultations and respond to their difficulties. The method used is an assurance of quality. Two cross-sectional mixed studies were carried out using anonymous questionnaires. The first study showed that 63.9% of GPs felt moderately or not at all comfortable in assessing the severity of an adult patient's obesity. The body mass index was the most commonly used classification, although it had many limitations. There was no established consensus among practitioners when considering the somatic, psychological and social implications of being overweight. In the second study, 69% of the participants found that the worksheet made consultations more fluid, and over 90% considered its content relevant, concise and complete. Moreover, two of the main difficulties encountered, that of a lack of understanding of the pathology and that of a lack of compliance with treatment on the part of the patient, were resolved for more than 78% of the participants. A consensus is therefore possible. The worksheet may represent a new therapeutic resource to assess the severity of obesity in adult patients in general practice.
Obesity is a disease that is constantly increasing in recent years. In 2018, 15.9% of Belgian adults had a body mass index equal to 30 or more. The medical world therefore agrees that the role of the general practitioner is decisive in the detection, the follow-up and the management of obesity in adults. The aim of this final thesis is to investigate the criteria used to assess the seriousness of obesity on the health of adult patients and their influence on the management of obesity in a sample of general practitioners, mainly from the province of Liège. On the basis of the data collected and a literature review, a worksheet is proposed to practitioners. This worksheet brings together the essential elements to be identified in order to determine the seriousness of obesity on the health of an adult patient,and would facilitate consultations and respond to their difficulties. The method used is an assurance of quality. Two cross-sectional mixed studies were carried out using anonymous questionnaires. The first study showed that 63.9% of GPs felt moderately or not at all comfortable in assessing the severity of an adult patient's obesity. The body mass index was the most commonly used classification, although it had many limitations. There was no established consensus among practitioners when considering the somatic, psychological and social implications of being overweight. In the second study, 69% of the participants found that the worksheet made consultations more fluid, and over 90% considered its content relevant, concise and complete. Moreover, two of the main difficulties encountered, that of a lack of understanding of the pathology and that of a lack of compliance with treatment on the part of the patient, were resolved for more than 78% of the participants. A consensus is therefore possible. The worksheet may represent a new therapeutic resource to assess the severity of obesity in adult patients in general practice.
Gulpen - GaelleUniversité de Liège
QS41 - QD33 - T82 - QC14 - QT3 - QR33
Exploration de la prise en charge des patients adultes obèses au sein de la Maison Médicale Solidarités de Seraing et recherche de pistes d’amélioration
Exploration de la prise en charge des patients adultes obèses au sein de la Maison Médicale Solidarités de Seraing et recherche de pistes d’amélioration
Introduction : Les patients adultes en état d’obésité représentent près de 12 % de la patientèle de la Maison Médicale Solidarités de Seraing. Les médecins généralistes de cette dernière estiment la prise en charge de ces patients infructueuse. L’objectif de ce travail est de rechercher des pistes d’amélioration de la prise en charge des patients adultes obèses au sein de la Maison Médicale Solidarités via l’identification des freins et obstacles à cette dernière. Méthodologie : Cinq entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès des médecins généralistes de la Maison Médicale Solidarités de Seraing avec le support d’un guide d’entretien établi sur base de la littérature tertiaire. Ensuite, un groupe nominal a été constitué avec le personnel de la Maison Médicale Solidarités pour rechercher des pistes d’amélioration de prise en charge des patients adultes obèses. Résultats : La majorité des médecins de la Maison Médicale Solidarités ne s’estiment pas suffisamment qualifiés pour assurer le suivi des patients adultes obèses. Ils préfèrent donc les référer vers des professionnels jugés plus compétents dans ce domaine. A ceci s’ajoute l’impression d’un manque d’implication du patient adulte obèse dans sa prise en charge. Les échanges avec le groupe nominal ont permis de soulever des points de la prise en charge actuelle pouvant être améliorés, principalement par un renforcement de la prise en charge pluridisciplinaire. Conclusion : L’obésité est un problème de santé prévalent au sein de la Maison Médicale Solidarités. Certains médecins généralistes semblent cependant peu enclins à s’investir dans la prise en charge de ces patients, faute de connaissances spécifiques. Cependant, les outils d’aide à la consultation relevés dans cette étude et les idées émises par l’équipe de la maison médicale devraient pouvoir améliorer cette prise en charge. Mots clés : obésité, médecin généraliste, prise en charge, amélioration
Introduction : Les patients adultes en état d’obésité représentent près de 12 % de la patientèle de la Maison Médicale Solidarités de Seraing. Les médecins généralistes de cette dernière estiment la prise en charge de ces patients infructueuse. L’objectif de ce travail est de rechercher des pistes d’amélioration de la prise en charge des patients adultes obèses au sein de la Maison Médicale Solidarités via l’identification des freins et obstacles à cette dernière. Méthodologie : Cinq entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès des médecins généralistes de la Maison Médicale Solidarités de Seraing avec le support d’un guide d’entretien établi sur base de la littérature tertiaire. Ensuite, un groupe nominal a été constitué avec le personnel de la Maison Médicale Solidarités pour rechercher des pistes d’amélioration de prise en charge des patients adultes obèses. Résultats : La majorité des médecins de la Maison Médicale Solidarités ne s’estiment pas suffisamment qualifiés pour assurer le suivi des patients adultes obèses. Ils préfèrent donc les référer vers des professionnels jugés plus compétents dans ce domaine. A ceci s’ajoute l’impression d’un manque d’implication du patient adulte obèse dans sa prise en charge. Les échanges avec le groupe nominal ont permis de soulever des points de la prise en charge actuelle pouvant être améliorés, principalement par un renforcement de la prise en charge pluridisciplinaire. Conclusion : L’obésité est un problème de santé prévalent au sein de la Maison Médicale Solidarités. Certains médecins généralistes semblent cependant peu enclins à s’investir dans la prise en charge de ces patients, faute de connaissances spécifiques. Cependant, les outils d’aide à la consultation relevés dans cette étude et les idées émises par l’équipe de la maison médicale devraient pouvoir améliorer cette prise en charge. Mots clés : obésité, médecin généraliste, prise en charge, amélioration
Laurent - NoémieUniversité de Liège
QS11 - QS41 - QS31 - QS1 - T82 - QC14 - QR323
Quelle est l’attitude des médecins généralistes de Charleroi face à une perturbation des enzymes hépatiques ?
Quelle est l’attitude des médecins généralistes de Charleroi face à une perturbation des enzymes hépatiques ?
Introduction Une perturbation enzymatique hépatique est un problème fréquemment rencontré en pratique de médecine générale. Cela amène souvent à réaliser des examens complémentaires coûteux pour la sécurité sociale. Nous nous sommes donc interrogés sur la marche à suivre adéquate. L’objectif de ce travail sera de déterminer l’attitude adoptée par les médecins généralistes de la région de Charleroi. Méthode Une revue de la littérature a d’abord été effectuée, d’une part concernant la méthodologie et d’autre part concernant le sujet étudié. Ensuite, une étude qualitative a été réalisée via des entretiens semi-dirigés auprès des médecins généralistes membres de la Fédération des Associations de Médecins Généralistes de Charleroi (FAGC). Résultats Les quinze entretiens réalisés ont mis en évidence que les enzymes hépatiques sont demandées dans plusieurs situations. La majorité des médecins les dosent à raison d’une fois par an. Les médecins généralistes s’inquiètent à un taux de deux fois la valeur normale et entament une mise au point par un redosage, par un approfondissement de l’anamnèse et par l’ajout d’analyses dans la prise de sang. Ils portent également une attention particulière au traitement du patient. Très peu de médecins utilisent des scores dans l’évaluation. Le bilan d’imagerie contient principalement une échographie. Un avis spécialisé est demandé lorsque la mise au point ne mène à rien. Les médecins ont énoncé se sentir majoritairement à l’aise face à cette problématique. Les guidelines sont peu utilisées par nos participants. Discussion et conclusion Les contextes de dosage évoqués sont tous adéquats. Aucune fréquence de dosage idéale n’a pu être mise en évidence. Les paramètres biologiques analysés sont corrects et le taux de deux fois la norme comme valeur seuil semble également adapté. La démarche diagnostique est partiellement conforme aux recommandations. Le bilan biologique devrait toutefois se montrer plus extensif. Peu de scores sont utilisés malgré leur utilité. Les principales étiologies sont bien connues des médecins généralistes. Les guidelines sont peu utilisées, principalement en raison du manque de temps des participants.
Introduction Une perturbation enzymatique hépatique est un problème fréquemment rencontré en pratique de médecine générale. Cela amène souvent à réaliser des examens complémentaires coûteux pour la sécurité sociale. Nous nous sommes donc interrogés sur la marche à suivre adéquate. L’objectif de ce travail sera de déterminer l’attitude adoptée par les médecins généralistes de la région de Charleroi. Méthode Une revue de la littérature a d’abord été effectuée, d’une part concernant la méthodologie et d’autre part concernant le sujet étudié. Ensuite, une étude qualitative a été réalisée via des entretiens semi-dirigés auprès des médecins généralistes membres de la Fédération des Associations de Médecins Généralistes de Charleroi (FAGC). Résultats Les quinze entretiens réalisés ont mis en évidence que les enzymes hépatiques sont demandées dans plusieurs situations. La majorité des médecins les dosent à raison d’une fois par an. Les médecins généralistes s’inquiètent à un taux de deux fois la valeur normale et entament une mise au point par un redosage, par un approfondissement de l’anamnèse et par l’ajout d’analyses dans la prise de sang. Ils portent également une attention particulière au traitement du patient. Très peu de médecins utilisent des scores dans l’évaluation. Le bilan d’imagerie contient principalement une échographie. Un avis spécialisé est demandé lorsque la mise au point ne mène à rien. Les médecins ont énoncé se sentir majoritairement à l’aise face à cette problématique. Les guidelines sont peu utilisées par nos participants. Discussion et conclusion Les contextes de dosage évoqués sont tous adéquats. Aucune fréquence de dosage idéale n’a pu être mise en évidence. Les paramètres biologiques analysés sont corrects et le taux de deux fois la norme comme valeur seuil semble également adapté. La démarche diagnostique est partiellement conforme aux recommandations. Le bilan biologique devrait toutefois se montrer plus extensif. Peu de scores sont utilisés malgré leur utilité. Les principales étiologies sont bien connues des médecins généralistes. Les guidelines sont peu utilisées, principalement en raison du manque de temps des participants.
Massin - CamilleUniversité libre de Bruxelles
34.000 - D97 - QD44 - QS41 - QR31 - QO4
La télémédecine au service de la communication entre 1re et 2e ligne : définition de la téléexpertise. Représentations, attentes et freins des spécialistes en région Liégeoise.
La télémédecine au service de la communication entre 1re et 2e ligne : définition de la téléexpertise. Représentations, attentes et freins des spécialistes en région Liégeoise.
La pandémie liée au coronavirus a mis à l’épreuve les systèmes de soins de santé partout dans le monde afin de maintenir des soins de qualité tout en intégrant les impératifs en santé publique et la surcharge du système de soins. Pour ce faire, la télémédecine a clairement été un levier intéressant. La télé-expertise, une des activités de la télémédecine, permet à des dispensateurs de soins (ici le médecin traitant et le spécialiste) de se consulter à distance à propos de la situation clinique d'un patient, et sans que celui-ci soit présent physiquement afin d’arrêter, ensemble, un diagnostic et/ou une thérapeutique. L’objectif de ce travail était de récolter les représentations, attentes et freins des spécialistes concernant la télé-expertise par le biais d’une étude qualitative basée sur l’analyse inductive générale appliquée à des entretiens semi-dirigés au sein d'une population de 5 spécialistes en région liégeoise. Ces entretiens ont permis d’identifier les freins et les leviers au développement de cette activité dans notre région. Les principaux freins retenus étaient une crainte par rapport au cadre déontologique et juridique inexistant, l’aspect financier ainsi que le manque de temps. Les leviers mis en évidence étaient un meilleur tri des patients, une communication sécurisée, un désengorgement des services d’urgence et des consultations spécialisées ainsi qu’une réduction des coûts en soins de santé. En conclusion, bien que la technologie fasse à présent partie intégrante de nos pratiques, le développement de la communication entre les médecins généralistes et les médecins spécialistes, via la télé-expertise, reste un domaine peu exploré en Belgique et ce, malgré les nombreux avantages mis en évidence en Europe et dans le monde entier. Il est maintenant clair, grâce à ce travail, qu’une partie de nos spécialistes en région liégeoise se sentent également prêts et regrettent le peu d’avancées dans ce domaine. La perspective principale serait de mettre en place un projet commun, dans notre région, de télé-expertise avec les intervenants motivés, en se basant notamment sur l’expérience de nos pays voisins.
La pandémie liée au coronavirus a mis à l’épreuve les systèmes de soins de santé partout dans le monde afin de maintenir des soins de qualité tout en intégrant les impératifs en santé publique et la surcharge du système de soins. Pour ce faire, la télémédecine a clairement été un levier intéressant. La télé-expertise, une des activités de la télémédecine, permet à des dispensateurs de soins (ici le médecin traitant et le spécialiste) de se consulter à distance à propos de la situation clinique d'un patient, et sans que celui-ci soit présent physiquement afin d’arrêter, ensemble, un diagnostic et/ou une thérapeutique. L’objectif de ce travail était de récolter les représentations, attentes et freins des spécialistes concernant la télé-expertise par le biais d’une étude qualitative basée sur l’analyse inductive générale appliquée à des entretiens semi-dirigés au sein d'une population de 5 spécialistes en région liégeoise. Ces entretiens ont permis d’identifier les freins et les leviers au développement de cette activité dans notre région. Les principaux freins retenus étaient une crainte par rapport au cadre déontologique et juridique inexistant, l’aspect financier ainsi que le manque de temps. Les leviers mis en évidence étaient un meilleur tri des patients, une communication sécurisée, un désengorgement des services d’urgence et des consultations spécialisées ainsi qu’une réduction des coûts en soins de santé. En conclusion, bien que la technologie fasse à présent partie intégrante de nos pratiques, le développement de la communication entre les médecins généralistes et les médecins spécialistes, via la télé-expertise, reste un domaine peu exploré en Belgique et ce, malgré les nombreux avantages mis en évidence en Europe et dans le monde entier. Il est maintenant clair, grâce à ce travail, qu’une partie de nos spécialistes en région liégeoise se sentent également prêts et regrettent le peu d’avancées dans ce domaine. La perspective principale serait de mettre en place un projet commun, dans notre région, de télé-expertise avec les intervenants motivés, en se basant notamment sur l’expérience de nos pays voisins.
Prencipe - LauraUniversité de Liège
QT44 - QS4 - 67.001 - QS41
Les freins à l'antibiothérapie parentérale ambulatoire du point de vue des médecins généralistes.
Les freins à l'antibiothérapie parentérale ambulatoire du point de vue des médecins généralistes.
En 2017, douze projets pilotes sur l’hospitalisation à domicile (HAD) ont été sélectionnés (cinq en Flandre, cinq en Wallonie et deux à Bruxelles). Leur but est d’évaluer si des techniques utilisées à l’hôpital peuvent être transposées à domicile avec une sécurité et une efficacité identiques. Ce projet regroupe deux domaines de l’HAD : l’antibiothérapie parentérale ambulatoire (APA) et les traitements oncologiques à domicile [1,4]. L’APA est définie comme l’administration d’au moins deux injections d’antibiotiques par voie intraveineuse (IV) sur deux jours différents, sans hospitalisation à ce moment [1]. Six projets pilotes portant sur l’APA ont débuté en Belgique le 1er janvier 2018 [2]. L’objectif de ce travail de fin d’études sera de faire une synthèse des connaissances actuelles sur l’APA, puis d’évaluer et d’analyser les éventuels freins à cette prise en charge auprès des médecins généralistes. Un questionnaire écrit en français, comportant douze questions visant l’évaluation des freins à l’antibiothérapie intraveineuse à domicile, a été envoyé aux médecins généralistes via le Groupement Liégeois des Associations et des Médecins Omnipraticiens (GLAMO) et le Département de Médecine Générale de l’Université de Liège. Un pourcentage élevé de médecins (91.50%) a estimé que l’absence de remboursement pour le patient était un frein important. Le manque d’informations, de formation pratique ainsi que la crainte de difficultés de communication et de collaboration avec les spécialistes sont également des barrières mises en évidence. Des différences statistiquement significatives au niveau des réponses apportées par les médecins généralistes ont été retrouvées selon l’âge, le type de pratique et le sexe. L’un des objectifs principaux du projet pilote sur l’HAD reposait sur une absence de coûts supplémentaires pour le patient. Le projet a pris fin le 31 décembre 2020. Un plan de financement est en cours d’élaboration sur base des données du projet pilote. Quant aux autres craintes des médecins généralistes, celles-ci sont souvent dues à un manque d’informations et d’expérience pratique. Le rôle des médecins généralistes dans cette prise en charge reste imprécis. Des informations claires sur le sujet leur permettraient de mieux se positionner. Mots clés : ¨antibiothérapie IV à domicile¨, ¨antibiothérapie parentérale à domicile¨, ¨APA¨, ¨outpatient parenteral antibiotic therapy¨, ¨outpatient parenteral antimicrobial therapy¨, ¨OPAT¨, ¨IV antimicrobial¨
En 2017, douze projets pilotes sur l’hospitalisation à domicile (HAD) ont été sélectionnés (cinq en Flandre, cinq en Wallonie et deux à Bruxelles). Leur but est d’évaluer si des techniques utilisées à l’hôpital peuvent être transposées à domicile avec une sécurité et une efficacité identiques. Ce projet regroupe deux domaines de l’HAD : l’antibiothérapie parentérale ambulatoire (APA) et les traitements oncologiques à domicile [1,4]. L’APA est définie comme l’administration d’au moins deux injections d’antibiotiques par voie intraveineuse (IV) sur deux jours différents, sans hospitalisation à ce moment [1]. Six projets pilotes portant sur l’APA ont débuté en Belgique le 1er janvier 2018 [2]. L’objectif de ce travail de fin d’études sera de faire une synthèse des connaissances actuelles sur l’APA, puis d’évaluer et d’analyser les éventuels freins à cette prise en charge auprès des médecins généralistes. Un questionnaire écrit en français, comportant douze questions visant l’évaluation des freins à l’antibiothérapie intraveineuse à domicile, a été envoyé aux médecins généralistes via le Groupement Liégeois des Associations et des Médecins Omnipraticiens (GLAMO) et le Département de Médecine Générale de l’Université de Liège. Un pourcentage élevé de médecins (91.50%) a estimé que l’absence de remboursement pour le patient était un frein important. Le manque d’informations, de formation pratique ainsi que la crainte de difficultés de communication et de collaboration avec les spécialistes sont également des barrières mises en évidence. Des différences statistiquement significatives au niveau des réponses apportées par les médecins généralistes ont été retrouvées selon l’âge, le type de pratique et le sexe. L’un des objectifs principaux du projet pilote sur l’HAD reposait sur une absence de coûts supplémentaires pour le patient. Le projet a pris fin le 31 décembre 2020. Un plan de financement est en cours d’élaboration sur base des données du projet pilote. Quant aux autres craintes des médecins généralistes, celles-ci sont souvent dues à un manque d’informations et d’expérience pratique. Le rôle des médecins généralistes dans cette prise en charge reste imprécis. Des informations claires sur le sujet leur permettraient de mieux se positionner. Mots clés : ¨antibiothérapie IV à domicile¨, ¨antibiothérapie parentérale à domicile¨, ¨APA¨, ¨outpatient parenteral antibiotic therapy¨, ¨outpatient parenteral antimicrobial therapy¨, ¨OPAT¨, ¨IV antimicrobial¨
Van Keerberghen - AdelineUniversité de Liège
-
Le rôle de l’activité physique dans la prévention secondaire du cancer du sein : revue systématique de la littérature
Le rôle de l’activité physique dans la prévention secondaire du cancer du sein : revue systématique de la littérature
Introduction La prévalence des survivantes du cancer du sein est en augmentation constante dans le monde et en particulier dans les pays occidentaux. Le taux de sédentarité au sein de cette population est important. Dès lors, de nombreuses études se concentrent sur l’effet bénéfique d’une activité physique régulière sur la mortalité liée à cette maladie. L’objectif de cette étude est d’évaluer l’impact d’une activité physique régulière sur la prévention secondaire du cancer du sein. Méthode Une revue systématique de la littérature a été réalisée en utilisant des mots-clés sur plusieurs bases de données, principalement Pubmed. Nous avons retenu, selon les critères d’inclusion de l’étude, les articles en français et en anglais datant de 2011 à 2021, traitant les effets isolés d’une activité physique régulière sur les femmes avec un antécédent de cancer du sein. La lecture des titres puis des abstracts nous a permis de réaliser un premier tri. Par après, les articles sélectionnés ont été évalués à l’aide d’échelles spécifiques. Résultats Au total, 18 articles ont été retenus. Après lecture et analyse de ces derniers, nous pouvons raisonnablement affirmer qu’une activité physique régulière, respectant au moins les dernières recommandations de l’OMS, pratiquée avant ou après le diagnostic, diminue le risque de mortalité globale et spécifique au cancer du sein. Discussion et conclusion Selon notre étude, le risque de mortalité globale et spécifique au cancer du sein est inversement proportionnel au niveau d’activité physique. L’exercice joue également un rôle important dans la prévention des autres maladies non transmissibles. Au regard de ces résultats, ainsi qu’en observant la croissance du taux de sédentarité, il semble urgent de conscientiser les praticiens ainsi que la population cible sur ce sujet.
Introduction La prévalence des survivantes du cancer du sein est en augmentation constante dans le monde et en particulier dans les pays occidentaux. Le taux de sédentarité au sein de cette population est important. Dès lors, de nombreuses études se concentrent sur l’effet bénéfique d’une activité physique régulière sur la mortalité liée à cette maladie. L’objectif de cette étude est d’évaluer l’impact d’une activité physique régulière sur la prévention secondaire du cancer du sein. Méthode Une revue systématique de la littérature a été réalisée en utilisant des mots-clés sur plusieurs bases de données, principalement Pubmed. Nous avons retenu, selon les critères d’inclusion de l’étude, les articles en français et en anglais datant de 2011 à 2021, traitant les effets isolés d’une activité physique régulière sur les femmes avec un antécédent de cancer du sein. La lecture des titres puis des abstracts nous a permis de réaliser un premier tri. Par après, les articles sélectionnés ont été évalués à l’aide d’échelles spécifiques. Résultats Au total, 18 articles ont été retenus. Après lecture et analyse de ces derniers, nous pouvons raisonnablement affirmer qu’une activité physique régulière, respectant au moins les dernières recommandations de l’OMS, pratiquée avant ou après le diagnostic, diminue le risque de mortalité globale et spécifique au cancer du sein. Discussion et conclusion Selon notre étude, le risque de mortalité globale et spécifique au cancer du sein est inversement proportionnel au niveau d’activité physique. L’exercice joue également un rôle important dans la prévention des autres maladies non transmissibles. Au regard de ces résultats, ainsi qu’en observant la croissance du taux de sédentarité, il semble urgent de conscientiser les praticiens ainsi que la population cible sur ce sujet.
Delcourt - LucasUniversité libre de Bruxelles
57.002 - 57.002 - QD42 - X76
Perceptions, attitudes et pratiques des médecins généralistes à l’égard de la vaccination en Belgique. Etude qualitative en région de Mons-Borinage.
Perceptions, attitudes et pratiques des médecins généralistes à l’égard de la vaccination en Belgique. Etude qualitative en région de Mons-Borinage.
Introduction. La vaccination est un mode de prévention efficace pour lutter contre les maladies infectieuses. Cependant, nous assistons à une remise en question de la vaccination par la population. Ce phénomène préoccupant porte le nom d’hésitation vaccinale et est à l’origine de la réémergence de certaines maladies graves prévenues par la vaccination. Bien que les professionnels de la santé jouent un rôle crucial en termes de prévention et d’information, certains expriment des doutes et des réticences envers les vaccins, renforçant la méfiance de la population. Il est donc essentiel de comprendre leurs inquiétudes. Dans ce contexte, les études qualitatives constituent une approche intéressante afin de comprendre les perceptions, attitudes et pratiques vaccinales des médecins généralistes en vue d’améliorer l’adhésion à la vaccination. Méthode. Une étude qualitative, sous la forme d’entretiens individuels semi-dirigés, a été réalisée avec l’aide de médecins généralistes de la région de Mons-Borinage, pour recueillir leurs idées et leurs points de vue sur le sujet. Résultats. 23 médecins ont répondu à notre enquête. Bien que les 23 participants aient déclaré être favorables à la vaccination, 8 d’entre eux ont exprimé une opinion réservée à l’égard de certains aspects. Plus de la moitié estimaient que la formation reçue à l’université est insuffisante et réclamaient des mises à jour régulières. 10 médecins étaient régulièrement confrontés à un refus vaccinal de la part de leur patientèle. Ainsi, l’hésitation vaccinale existe au sein de la population mais aussi parmi le corps médical. Par ailleurs, leurs connaissances et leurs croyances personnelles peuvent influencer leurs recommandations vaccinales. Enfin, notre étude a permis d’identifier des pistes d’amélioration de notre système vaccinal actuel afin d’améliorer la prise en charge des patients et renforcer l’adhésion à la vaccination. Conclusion. Cette enquête a révélé qu’un tiers des médecins interrogés remet en question certains aspects des vaccins. Cette hésitation est également présente parmi leur patientèle. Or, étant donné la place privilégiée occupée par les médecins généralistes pour informer et sensibiliser la population ainsi que l’influence de leurs croyances et connaissances sur leurs recommandations vaccinales, un enseignement approfondi et des formations régulières permettraient de résoudre ce problème. Par ailleurs, la création d’une carte vaccinale informatisée et accessible à tous les vaccinateurs ainsi que la diffusion de campagnes de sensibilisation et d’information, semblent être des outils efficaces et pertinents pour renforcer l’adhésion à la vaccination. Il est donc essentiel, surtout en cette période de pandémie mondiale de Covid-19, de réaliser davantage d’études à plus grande échelle, dans le but d’établir des stratégies efficaces en matière de vaccination.
Introduction. La vaccination est un mode de prévention efficace pour lutter contre les maladies infectieuses. Cependant, nous assistons à une remise en question de la vaccination par la population. Ce phénomène préoccupant porte le nom d’hésitation vaccinale et est à l’origine de la réémergence de certaines maladies graves prévenues par la vaccination. Bien que les professionnels de la santé jouent un rôle crucial en termes de prévention et d’information, certains expriment des doutes et des réticences envers les vaccins, renforçant la méfiance de la population. Il est donc essentiel de comprendre leurs inquiétudes. Dans ce contexte, les études qualitatives constituent une approche intéressante afin de comprendre les perceptions, attitudes et pratiques vaccinales des médecins généralistes en vue d’améliorer l’adhésion à la vaccination. Méthode. Une étude qualitative, sous la forme d’entretiens individuels semi-dirigés, a été réalisée avec l’aide de médecins généralistes de la région de Mons-Borinage, pour recueillir leurs idées et leurs points de vue sur le sujet. Résultats. 23 médecins ont répondu à notre enquête. Bien que les 23 participants aient déclaré être favorables à la vaccination, 8 d’entre eux ont exprimé une opinion réservée à l’égard de certains aspects. Plus de la moitié estimaient que la formation reçue à l’université est insuffisante et réclamaient des mises à jour régulières. 10 médecins étaient régulièrement confrontés à un refus vaccinal de la part de leur patientèle. Ainsi, l’hésitation vaccinale existe au sein de la population mais aussi parmi le corps médical. Par ailleurs, leurs connaissances et leurs croyances personnelles peuvent influencer leurs recommandations vaccinales. Enfin, notre étude a permis d’identifier des pistes d’amélioration de notre système vaccinal actuel afin d’améliorer la prise en charge des patients et renforcer l’adhésion à la vaccination. Conclusion. Cette enquête a révélé qu’un tiers des médecins interrogés remet en question certains aspects des vaccins. Cette hésitation est également présente parmi leur patientèle. Or, étant donné la place privilégiée occupée par les médecins généralistes pour informer et sensibiliser la population ainsi que l’influence de leurs croyances et connaissances sur leurs recommandations vaccinales, un enseignement approfondi et des formations régulières permettraient de résoudre ce problème. Par ailleurs, la création d’une carte vaccinale informatisée et accessible à tous les vaccinateurs ainsi que la diffusion de campagnes de sensibilisation et d’information, semblent être des outils efficaces et pertinents pour renforcer l’adhésion à la vaccination. Il est donc essentiel, surtout en cette période de pandémie mondiale de Covid-19, de réaliser davantage d’études à plus grande échelle, dans le but d’établir des stratégies efficaces en matière de vaccination.
Jorion - AmandineUniversité libre de Bruxelles
QD41 - QD12 - QD13 - QD23 - QP1 - QR31 - QT32 - QS41
Attentes, motivations et croyances des patients au sujet des biologies cliniques: Une étude qualitative
Attentes, motivations et croyances des patients au sujet des biologies cliniques: Une étude qualitative
INTRODUCTION : La prévention quaternaire prendra probablement une place de plus en plus importante dans nos pratiques. Un des grands enjeux de cette surmédicalisation passe par les biologies sanguines. Les raisons qui peuvent pousser les médecins généralistes à en prescrire malgré leurs connaissances des recommandations sont déjà définies dans la littérature. Penser cet axe de la prévention quaternaire, sous le point de vue du patient, en déterminant leurs attentes, leurs motivations, leurs croyances et leurs perspectives est l’objectif de notre étude. MÉTHODES : Nous avons effectué une étude qualitative. Au total, onze entretiens semi-dirigés ont été réalisés au sein de la population fréquentant les cabinets de médecine générale de la région du Centre. Ceux-ci ont été analysés à travers des codes émergents et ensuite regroupés en catégories d’analyse. RÉSULTATS : Les patients participants ont défini la bonne santé comme un bien-être physique et psychique, la présence de contacts sociaux ainsi qu’un bon suivi médical. La biologie clinique représente une preuve objective de l’état de santé, un outil permettant de révéler des conditions latentes, un moyen de prévention, de dépistage, de contrôle et diagnostique grâce à sa richesse en renseignements. Les patients ont décrit un sentiment de réassurance et de bonne prise en charge face à la biologie clinique. Ils se sont attendus qu’elle soit omnisciente et indicatrice de vie en accord avec leurs besoins. Le médecin généraliste agit comme guide de la santé par son écoute des patients, en interprétant et en individualisant les résultats. L’influence de l’environnement social et médiatique n’a pas été négligée. CONCLUSION : Notre étude a ajouté aux connaissances actuelles, à propos des représentations de la biologie clinique chez les patients, que celle-ci est un véritable indicateur de vie en accord avec les besoins et confère aux patients un sentiment d’être pris en charge par leur médecin généraliste en l’étiquetant de véritable guide de la santé.
INTRODUCTION : La prévention quaternaire prendra probablement une place de plus en plus importante dans nos pratiques. Un des grands enjeux de cette surmédicalisation passe par les biologies sanguines. Les raisons qui peuvent pousser les médecins généralistes à en prescrire malgré leurs connaissances des recommandations sont déjà définies dans la littérature. Penser cet axe de la prévention quaternaire, sous le point de vue du patient, en déterminant leurs attentes, leurs motivations, leurs croyances et leurs perspectives est l’objectif de notre étude. MÉTHODES : Nous avons effectué une étude qualitative. Au total, onze entretiens semi-dirigés ont été réalisés au sein de la population fréquentant les cabinets de médecine générale de la région du Centre. Ceux-ci ont été analysés à travers des codes émergents et ensuite regroupés en catégories d’analyse. RÉSULTATS : Les patients participants ont défini la bonne santé comme un bien-être physique et psychique, la présence de contacts sociaux ainsi qu’un bon suivi médical. La biologie clinique représente une preuve objective de l’état de santé, un outil permettant de révéler des conditions latentes, un moyen de prévention, de dépistage, de contrôle et diagnostique grâce à sa richesse en renseignements. Les patients ont décrit un sentiment de réassurance et de bonne prise en charge face à la biologie clinique. Ils se sont attendus qu’elle soit omnisciente et indicatrice de vie en accord avec leurs besoins. Le médecin généraliste agit comme guide de la santé par son écoute des patients, en interprétant et en individualisant les résultats. L’influence de l’environnement social et médiatique n’a pas été négligée. CONCLUSION : Notre étude a ajouté aux connaissances actuelles, à propos des représentations de la biologie clinique chez les patients, que celle-ci est un véritable indicateur de vie en accord avec les besoins et confère aux patients un sentiment d’être pris en charge par leur médecin généraliste en l’étiquetant de véritable guide de la santé.
Navaux - LouiseUniversité libre de Bruxelles
34.000 - 48.001 - QD44 - QP4 - QR31
Nécessité de la mise au point de l'hyperferritinémie chez l'adulte
Nécessité de la mise au point de l'hyperferritinémie chez l'adulte
Introduction : Le dosage de la ferritine sérique ou ferritinémie fait partie intégrante des bilans sanguins réalisés quotidiennement par les médecins généralistes. La découverte d’une hyperferritinémie est fréquente et souvent associée à des pathologies graves. Afin d’éviter une surmédicalisation, sans négliger d’étiologies graves, l’intérêt de ce travail consiste à déterminer la nécessité de la mise au point des hyperferritinémies par les médecins généralistes et la meilleure manière d’y procéder. Matériel et méthode : Une revue systématique de la littérature a été réalisée afin de synthétiser les meilleures données disponibles. Une première recherche a été effectuée sur Pubmed à l’aide de différents mots-clés ainsi qu’une recherche complémentaire incluant des bases de données issues des 4 strates de la littérature. Différents critères d’inclusion et d’exclusion des articles ont été posés. Une première sélection a été effectuée sur base des titres et une seconde sur base des résumés. Résultats : Le nombre d’articles retenus pour ce travail est de 15 : 11 revues de littérature, 3 études rétrospectives et 1 guideline. Il en ressort que l’hyperferritinémie peut être due à de multiples causes dont certaines s’accompagnent d’une surcharge hépatique en fer. Les 5 principales étiologies sont le syndrome métabolique, le syndrome inflammatoire, l’alcoolisme chronique, la cytolyse et l’hémochromatose de type 1. Une démarche diagnostique simple est souvent suffisante et comprend une bonne anamnèse, un examen clinique complet et un bilan sanguin de base avec dosage du coefficient de saturation de la transferrine. Des tests génétiques et une IRM hépatique avec étude de la charge en fer peuvent parfois s’avérer utiles afin de compléter la mise au point. Discussion et conclusion : Les hyperferritinémies peuvent être dues à de multiples causes, parfois graves, pouvant être déterminées à l’aide d’examens complémentaires simples et faciles d’accès. La présence d’une ferritinémie élevée peut influer sur la prise en charge thérapeutique, la sévérité ou encore servir de marqueur pronostic des pathologies auxquelles elle est associée. Pour ces raisons, toute hyperferritinémie doit faire l’objet d’une mise au point adéquate en vue d’en déterminer l’étiologie responsable.
Introduction : Le dosage de la ferritine sérique ou ferritinémie fait partie intégrante des bilans sanguins réalisés quotidiennement par les médecins généralistes. La découverte d’une hyperferritinémie est fréquente et souvent associée à des pathologies graves. Afin d’éviter une surmédicalisation, sans négliger d’étiologies graves, l’intérêt de ce travail consiste à déterminer la nécessité de la mise au point des hyperferritinémies par les médecins généralistes et la meilleure manière d’y procéder. Matériel et méthode : Une revue systématique de la littérature a été réalisée afin de synthétiser les meilleures données disponibles. Une première recherche a été effectuée sur Pubmed à l’aide de différents mots-clés ainsi qu’une recherche complémentaire incluant des bases de données issues des 4 strates de la littérature. Différents critères d’inclusion et d’exclusion des articles ont été posés. Une première sélection a été effectuée sur base des titres et une seconde sur base des résumés. Résultats : Le nombre d’articles retenus pour ce travail est de 15 : 11 revues de littérature, 3 études rétrospectives et 1 guideline. Il en ressort que l’hyperferritinémie peut être due à de multiples causes dont certaines s’accompagnent d’une surcharge hépatique en fer. Les 5 principales étiologies sont le syndrome métabolique, le syndrome inflammatoire, l’alcoolisme chronique, la cytolyse et l’hémochromatose de type 1. Une démarche diagnostique simple est souvent suffisante et comprend une bonne anamnèse, un examen clinique complet et un bilan sanguin de base avec dosage du coefficient de saturation de la transferrine. Des tests génétiques et une IRM hépatique avec étude de la charge en fer peuvent parfois s’avérer utiles afin de compléter la mise au point. Discussion et conclusion : Les hyperferritinémies peuvent être dues à de multiples causes, parfois graves, pouvant être déterminées à l’aide d’examens complémentaires simples et faciles d’accès. La présence d’une ferritinémie élevée peut influer sur la prise en charge thérapeutique, la sévérité ou encore servir de marqueur pronostic des pathologies auxquelles elle est associée. Pour ces raisons, toute hyperferritinémie doit faire l’objet d’une mise au point adéquate en vue d’en déterminer l’étiologie responsable.
Lequeue - JonathanUniversité libre de Bruxelles
QS41 - QT32 - QT33 - QO4
Soigner ses proches : Comment aider le médecin généraliste dans sa réflexion ?
Soigner ses proches : Comment aider le médecin généraliste dans sa réflexion ?
INTRODUCTION Pour un médecin généraliste, répondre aux demandes de soins de ses proches est un défi quotidien que certains souhaitent relever, d’autres non. L’objectif de ce travail de fin d’études est d’explorer le vécu des médecins généralistes pour les aider à mieux appréhender leurs relations avec leurs proches et en dégager des ressources ou des outils susceptibles de les aider. MÉTHODE J’ai débuté mes recherches dans la littérature pour enrichir mes connaissances sur le sujet et choisir la méthodologie à utiliser. J’ai décidé ensuite de réaliser une étude qualitative en interrogeant des médecins généralistes qui travaillent sur la Province de Liège à l’aide d’entretiens semi-dirigés. RÉSULTATS Les 11 entretiens individuels semi-dirigés ont été analysés à l’aide d’un tableau, selon trois axes : le vécu des médecins généralistes face à leurs relations médicales « médecin-proche », les différences existant dans leur pratique médicale quotidienne quand le patient est un proche, et des conseils ou des ressources à mettre à la disposition des généralistes pour les aider à gérer cette relation particulière. DISCUSSION Les médecins interrogés ont exprimé des émotions nombreuses et variées face aux demandes de soins de leurs proches et aucune n’a fait l’unanimité. La plupart cependant ont une connotation négative et reflètent leur inconfort. En l’absence d’une réglementation stricte (déontologique ou législative), une formation continue semble indispensable dès le cursus universitaire et tout au long de la vie professionnelle. Celle-ci permettrait de faire prendre conscience aux médecins de la problématique et de la réflexion qu’elle appelle pour vivre cette relation de façon équilibrée.
INTRODUCTION Pour un médecin généraliste, répondre aux demandes de soins de ses proches est un défi quotidien que certains souhaitent relever, d’autres non. L’objectif de ce travail de fin d’études est d’explorer le vécu des médecins généralistes pour les aider à mieux appréhender leurs relations avec leurs proches et en dégager des ressources ou des outils susceptibles de les aider. MÉTHODE J’ai débuté mes recherches dans la littérature pour enrichir mes connaissances sur le sujet et choisir la méthodologie à utiliser. J’ai décidé ensuite de réaliser une étude qualitative en interrogeant des médecins généralistes qui travaillent sur la Province de Liège à l’aide d’entretiens semi-dirigés. RÉSULTATS Les 11 entretiens individuels semi-dirigés ont été analysés à l’aide d’un tableau, selon trois axes : le vécu des médecins généralistes face à leurs relations médicales « médecin-proche », les différences existant dans leur pratique médicale quotidienne quand le patient est un proche, et des conseils ou des ressources à mettre à la disposition des généralistes pour les aider à gérer cette relation particulière. DISCUSSION Les médecins interrogés ont exprimé des émotions nombreuses et variées face aux demandes de soins de leurs proches et aucune n’a fait l’unanimité. La plupart cependant ont une connotation négative et reflètent leur inconfort. En l’absence d’une réglementation stricte (déontologique ou législative), une formation continue semble indispensable dès le cursus universitaire et tout au long de la vie professionnelle. Celle-ci permettrait de faire prendre conscience aux médecins de la problématique et de la réflexion qu’elle appelle pour vivre cette relation de façon équilibrée.
Henry - MarieUniversité de Liège
QD12 - QO4 - QS41 - QE2 - QR31
Ramadan : mon patient malade chronique se met-il en danger?
Ramadan : mon patient malade chronique se met-il en danger?
INTRODUCTION Depuis le début de mon assistanat, j'exerce au cœur de Liège, à Bressoux où la population musulmane est très présente. J’ai été confrontée à de réelles difficultés durant une période en particulier et qui leur est propre : le Ramadan. L’objectif de ce travail est d'inciter les médecins à une meilleure connaissance du Ramadan, de contribuer à la diffusion de celle-ci et des « bonnes pratiques » appliquées aux pathologies chroniques. METHODOLOGIE J’ai d’abord effectué des recherches personnelles sur le Ramadan auprès de mon entourage et dans la littérature ; j’ai ensuite approfondi le sujet dans le domaine des pathologies chroniques, par systèmes. Le choix de la méthode a été une étude qualitative auprès de 15 médecins généralistes du quartier de Bressoux et alentours. RESULTATS Le premier thème abordait les connaissances générales à propos du Ramadan : quoi, qui, quand, comment ? Le deuxième portait sur chaque maladie chronique en période de Ramadan. Les résultats des entretiens ont permis de mettre en évidence une méconnaissance générale du Ramadan, et une hétérogénéité totale concernant les réponses vis-à-vis des conséquences du jeûne sur les maladies chroniques. DISCUSSION L’outil, réalisé à cet égard, résume sous forme de feuillet ce à quoi correspond le Ramadan et les adaptations médicamenteuses à faire pour les principales maladies chroniques. Les changements de style de vie qu’impose le Ramadan ont un impact médical. C’est l’occasion de s’informer de manière proactive si nos patients chroniques jeûneront et de s’assurer que c’est sans danger. Conseiller les patients sur leurs pratiques religieuses est un véritable challenge. Il existe peu de décompensation des maladies chroniques durant le mois du Ramadan mais elles sont à surveiller compte tenu de la gravité de certaines. Mots clefs : Ramadan, Islam, musulman, maladies chroniques (diabète, hypothyroïdie, cardiaque, respiratoire, épileptique, psychiatrique, enceinte, allaitante), jeûne, médecine générale.
INTRODUCTION Depuis le début de mon assistanat, j'exerce au cœur de Liège, à Bressoux où la population musulmane est très présente. J’ai été confrontée à de réelles difficultés durant une période en particulier et qui leur est propre : le Ramadan. L’objectif de ce travail est d'inciter les médecins à une meilleure connaissance du Ramadan, de contribuer à la diffusion de celle-ci et des « bonnes pratiques » appliquées aux pathologies chroniques. METHODOLOGIE J’ai d’abord effectué des recherches personnelles sur le Ramadan auprès de mon entourage et dans la littérature ; j’ai ensuite approfondi le sujet dans le domaine des pathologies chroniques, par systèmes. Le choix de la méthode a été une étude qualitative auprès de 15 médecins généralistes du quartier de Bressoux et alentours. RESULTATS Le premier thème abordait les connaissances générales à propos du Ramadan : quoi, qui, quand, comment ? Le deuxième portait sur chaque maladie chronique en période de Ramadan. Les r