Recherche
  •  
  • 30 - Examen médical/bilan de santé global
  • 30.000 - examen médical global
  • 30.001 - bilan global
  • 30.002 - examen du nourrisson bien portant
  • 30.003 - examen de santé scolaire
  • 31 - Examen médical / bilan de santé partiel
  • 31.000 - examen médical partiel
  • 31.001 - bilan de santé partiel
  • 31.002 - examen d'un système corporel
  • 31.003 - dépistage d'un problème de santé
  • 31.004 - auscultation cardiaque
  • 31.005 - mesure de la pression
  • 31.006 - mesure de la température
  • 32 - Test de sensibilité
  • 32.000 - test de sensibilité
  • 32.001 - prick-test
  • 32.002 - patch test
  • 32.003 - RAST
  • 32.004 - test d'exposition aux aliments
  • 32.005 - test de provocation a la metacholine
  • 32.006 - test de Mantoux
  • 33 - Examen microbiologique/ immunologique
  • 33.000 - examen microbiologique
  • 33.001 - examen immunologique
  • 33.002 - hémoculture
  • 33.003 - culture de selles
  • 33.004 - culture des expectorations
  • 33.005 - frottis de gorge
  • 33.006 - frottis vaginal
  • 33.007 - test d'antigène
  • 33.008 - test d'anticorps
  • 33.009 - test HIV
  • 33.010 - test HPV
  • 33.011 - titrage d'anticorps
  • 33.012 - test Hépatite B
  • 34 - Analyse de sang
  • 34.000 - analyse de sang
  • 34.001 - groupe et type sanguin
  • 34.002 - vitesse de sédimentation (VS)
  • 34.003 - globules blancs (GB)
  • 34.004 - taux d'hormone sanguin
  • 34.005 - taux d'enzyme sanguin
  • 34.006 - taux de drogue sanguin
  • 34.007 - taux d'alcool sanguin
  • 34.008 - protéine C réactive (PCR)
  • 34.009 - temps de prothrombine (PTT)
  • 34.010 - D-dimères
  • 34.011 - gaz artériel
  • 34.012 - clearance de la créatinine
  • 34.013 - test de grossesse sanguin
  • 34.14 - examens biologiques de base?
  • 35 - Analyse d'urine
  • 35.000 - analyse d'urine
  • 35.001 - tigette urinaire
  • 35.002 - recherche de drogues urinaires
  • 35.003 - test de grossesse urinaire
  • 35.004 - rapport albumine/créatinine
  • 36 - Analyse de selles
  • 36.000 - analyse de selles
  • 36.001 - recherche de parasites
  • 36.002 - recherche d’œufs
  • 36.003 - recherche de kystes dans les selles
  • 36.004 - recherche de sang occulte dans les selles
  • 37 - Cytologie/histologie
  • 37.000 - cytologie-histologie
  • 37.001 - anapath-cytologie tissu
  • 37.002 - anapath-cytologie fluide
  • 37.003 - anapath-cytologie biopsie
  • 37.004 - anapath-cytologie ponction
  • 37.005 - anapath-cytologie excision
  • 37.006 - anapath-cytologie frottis
  • 37.007 - cytologie urinaire
  • 37.008 - anapath-cytologie expectoration
  • 37.009 - spermogramme
  • 38 - Autre analyse de laboratoire nca
  • 38.000 - autre analyse de laboratoire nca
  • 38.001 - dépistage chromosomique antenatal
  • 38.002 - test chromosomial
  • 38.003 - test génétique
  • 38.004 - test d’ADN
  • 38.005 - test de paternité
  • 38.006 - test respiratoire pour hélicobacter pylori
  • 38.007 - test à la sueur
  • 38.008 - test des larmes
  • 38.099 - tout autre test de laboratoire non inclus dans les rubriques 32 à 37
  • 39 - Epreuve fonctionnelle physique
  • 39.000 - epreuve fonctionnelle physique
  • 39.001 - audiométrie
  • 39.002 - champ visuel
  • 39.003 - mesure du débit urinaire
  • 39.004 - spirométrie
  • 39.005 - test calorimétrique
  • 39.006 - test de la fonction vestibulaire
  • 39.007 - test de vision des couleurs
  • 39.008 - test de vue
  • 39.009 - tonométrie
  • 39.010 - tympanométrie
  • 40 - Endoscopie diagnostique
  • 40.000 - endoscopie diagnostique
  • 40.001 - anuscopie
  • 40.002 - arthroscopie
  • 40.003 - bronchoscopie
  • 40.004 - colonoscopie
  • 40.005 - colposcopie
  • 40.006 - gastroscopie
  • 40.007 - hystéroscopie
  • 40.008 - laparoscopie
  • 40.009 - laryngoscopie
  • 40.010 - médiastinoscopie
  • 40.011 - pharyngoscopie
  • 40.012 - rectoscopie
  • 40.013 - rhinoscopie
  • 40.014 - sigmoidoscopie
  • 40.015 - trachéoscopie
  • 41 - Radiologie diagnostique/imagerie
  • 41.000 - radiologie diagnostique
  • 41.001 - imagerie
  • 41.002 - angiographie
  • 41.003 - imagerie par médecine nucléaire
  • 41.004 - imagerie par rayons X
  • 41.005 - imagerie par ultrasons
  • 41.006 - Résonance magnétique nucléaire (RMN)
  • 41.007 - scintigraphie cardiaque
  • 41.008 - scintigraphie isotopique
  • 41.009 - scintigraphie osseuse,
  • 41.010 - scintigraphie thyroïdienne,
  • 41.011 - thermographie
  • 41.012 - tomographie computérisée (CT)
  • 41.013 - tomographie par émission de positron (PET Scan)
  • 42 - Tracé électrique
  • 42.000 - tracé électrique
  • 42.001 - électrocardiogramme (ECG)
  • 42.002 - électrocardiogramme d'effort
  • 42.003 - électroencéphalogramme (EEG)
  • 42.004 - électromyogramme (EMG)
  • 42.005 - électronystagmogramme (ENG)
  • 42.006 - monitoring Holter
  • 43 - Autre procédure diagnostique
  • 43.000 - autre procédure diagnostique
  • 43.001 - dermoscopie
  • 43.002 - évaluation des activités quotidienne
  • 43.003 - familiogramme
  • 43.004 - laparatomie diagnostique
  • 43.005 - ophtalmoscopie
  • 43.006 - photographie de la peau
  • 43.007 - test d'anxiété
  • 43.008 - test de dépression
  • 43.009 - test de détection de démence
  • 43.010 - test d'intelligence
  • 44 - Vaccination/médication préventive
  • 44.000 - vaccination préventive
  • 44.001 - médication préventive
  • 44.002 - désensibilisation
  • 44.003 - immunisation active ou passive
  • 44.004 - prophylaxie de la malaria
  • 44.005 - traitement prophylactique par médicaments
  • 45 - Recommandation / éducation santé / avis / régime
  • 45.000 - recommandation de santé
  • 45.001 - éducation à la santé
  • 45.002 - avis sur la santé
  • 45.003 - régime
  • 45.004 - avis sur des habitudes favorables à la santé
  • 45.005 - avis sur des problèmes sociaux
  • 45.006 - avis sur la grossesse
  • 45.007 - avis sur la planification familiale
  • 45.008 - avis sur la santé au travail
  • 45.009 - avis sur l'utilisation des services de santé
  • 45.010 - conseil d'attente vigilante
  • 45.011 - conseil de prévention de problèmes de santé
  • 46 - Discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.000 - discussion entre dispensateurs de soins primaires
  • 46.001 - consultation par télémédecine avec un dispensateur de soins primaires
  • 47 - Consultation avec un spécialiste
  • 47.000 - consultation avec un spécialiste
  • 47.001 - consultation avec un spécialiste par télémédecine
  • 48 - Clarification, discussion de la raison de rencontre, de la demande du patient
  • 48.000 - clarification de la raison de rencontre
  • 48.001 - discussion de la demande du patient
  • 48.002 - discussion sur la nécessité des tests de dépistage
  • 49 - Autre procédure préventive
  • 49.001 - autre procédure préventive
  • 49.002 - évaluation des conditions de risques sanitaires
  • 49.003 - évaluation des conditions de risques environnementaux
  • 49.004 - rééévaluation du traitement
  • 50 - Médication / prescription / renouvellement / injection
  • 50.000 - médication
  • 50.001 - prescription
  • 50.002 - renouvellement
  • 50.003 - injection
  • 50.004 - administration de médicament
  • 50.005 - injection de médicament à effet systémique
  • 50.006 - prescription de médicament
  • 50.007 - renouvellement de médicament
  • 51 - Incision / drainage /lavage/ aspiration de liquide corporel
  • 51.000 - incision
  • 51.001 - drainage
  • 51.002 - lavage
  • 51.003 - aspiration de liquide corporel
  • 51.004 - aspiration d'un hématome
  • 51.005 - incision d'un abcès
  • 51.006 - irrigation de l'oeil
  • 51.007 - irrigation de l'oreille
  • 51.008 - paracentèse
  • 51.009 - ponction de fluide d'ascite
  • 51.010 - ponction lombaire
  • 51.011 - ponction
  • 51.012 - aspiration des sinus
  • 51.013 - aspiration d'un ganglion
  • 51.014 - aspiration d'un kyste
  • 51.015 - aspiration d'une bourse
  • 51.016 - aspiration articulaire
  • 51.017 - aspiration de l'estomac
  • 51.018 - aspiration des poumons
  • 51.019 - aspiration vésicale
  • 51.020 - saignées
  • 51.021 - thoracocentèse
  • 51.022 - tympanostomie
  • 51.023 - amniocentèse
  • 52 - Excision / biopsie / destruction/ débridement / cautérisation
  • 52.000 - excision
  • 52.001 - biopsie
  • 52.002 - destruction (de tissus)
  • 52.003 - débridement
  • 52.004 - cautérisation
  • 52.005 - amputation
  • 52.006 - asticothérapie
  • 52.007 - biopsie de la peau
  • 52.008 - biopsie d'un organe
  • 52.009 - cautérisation chimique
  • 52.010 - cautérisation électrique
  • 52.011 - cautérisation froide
  • 52.012 - cautérisation laser
  • 52.013 - curetage de la peau
  • 52.014 - curetage utérin
  • 52.015 - débridement autolytique
  • 52.016 - débridement chimique
  • 52.017 - débridement chirurgical
  • 52.018 - débridement mécanique
  • 52.019 - destruction nerveuse
  • 52.020 - destruction veine
  • 52.021 - embolectomie
  • 52.022 - éveinage
  • 52.023 - excision, élimination de tissus
  • 52.024 - excision, enlèvement d'ongle
  • 52.025 - extraction de dent
  • 52.026 - stérilisation
  • 53 - Cathétérisation / intubation / dilatation / appareillage
  • 53.000 - cathétérisation
  • 53.001 - intubation
  • 53.002 - dilatation
  • 53.003 - appareillage
  • 53.004 - canulation intraveineuse
  • 53.005 - cathétérisme
  • 53.006 - dilatation de l'urètre
  • 53.007 - dilatation du col de l'utérus
  • 53.008 - dilatation lacrymale
  • 53.009 - insertion ou enlèvement d'un tube de tympanostomie
  • 53.010 - intubation endotrachéale
  • 53.011 - lavement
  • 53.012 - rupture artificielle des membranes amniotiques
  • 53.013 - trachéotomie
  • 54 - Réparation / fixation / suture / plâtre / prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.000 - réparation (appliquer, enlever)
  • 54.001 - fixation (appliquer, enlever)
  • 54.002 - suture (appliquer, enlever)
  • 54.003 - plâtre (appliquer, enlever)
  • 54.004 - prothèse (appliquer, enlever)
  • 54.005 - aide et dispositif auditif
  • 54.006 - aide et dispositif technique
  • 54.007 - aide et dispositif visuel
  • 54.008 - attelle
  • 54.009 - bandage suspensif
  • 54.010 - bande plâtrée
  • 54.011 - cerclage
  • 54.012 - suture par colle chirurgicale
  • 54.013 - implant hormonal
  • 54.014 - implantation dentaire
  • 54.015 - insertion d'un pessaire vaginal
  • 54.016 - orthèse
  • 54.017 - pose de stent
  • 54.018 - pose de stérilet
  • 54.019 - prothèse orthopédique
  • 54.020 - soutien d'hernie
  • 54.021 - taping d'entorse
  • 54.022 - traitement de fracture
  • 54.023 - réduction de luxation
  • 55 - Injection locale / infiltration
  • 55.000 - injection locale
  • 55.001 - infiltration locale
  • 55.002 - bloc nerveux
  • 55.003 - injection articulaire
  • 55.004 - injection de bourse
  • 55.005 - injection de la gaine du tendon
  • 55.006 - injection de la peau
  • 55.007 - injection de tissu sous-cutané
  • 55.008 - injection épidurale
  • 55.009 - injection sclérosante pour varices
  • 56 - Pansement /pression/ compression / bandage
  • 56.000 - pansement
  • 56.001 - exercer une pression
  • 56.002 - exercer unecompression
  • 56.003 - tamponnement
  • 56.004 - bandage de soutien
  • 56.005 - bandage de plaie
  • 56.006 - application d'un pansement oculaire
  • 57 - Thérapie manuelle / médecine physique
  • 57.000 - réhabilitation
  • 57.001 - chiropraxie
  • 57.002 - entraînement physique
  • 57.003 - entretien de la force musculaire
  • 57.004 - ergothérapie
  • 57.005 - exercice musculaire
  • 57.006 - médecine physique
  • 57.007 - podiatrie
  • 57.008 - kinésithérapie
  • 57.009 - réhabilitation spécifique de handicap;
  • 57.010 - stimulateur de nerf
  • 57.011 - stimulateur musculaire électronique
  • 57.012 - thérapie de la parole
  • 57.013 - utilisation de la chaleur à des fins thérapeutiques
  • 57.014 - utilisation des ultrasons à des fins thérapeutiques
  • 57.015 - utilisation du courant électrique à des fins thérapeutiques;
  • 57.016 - utilisation du froid à des fins thérapeutiques
  • 58 - Conseil thérapeutique / écoute / psychothérapie
  • 58.000 - conseil thérapeutique
  • 58.001 - écoute thérapeutique
  • 58.002 - psychothérapie
  • 58.003 - conseil pour une maladie spécifique
  • 58.004 - entretien motivationnel
  • 58.005 - psychothérapie de soutien
  • 58.006 - réhabilitation psychosociale pour alcoolisme
  • 58.007 - réhabilitation psychosociale pour drogue
  • 59 - Autre procédure thérapeutique/ petite chirurgie nca
  • 59.000 - autre procédure thérapeutique
  • 59.001 - petite chirurgie nca
  • 59.002 - accouchement
  • 59.003 - acupuncture
  • 59.004 - césarienne
  • 59.005 - chirurgie plastique
  • 59.006 - dialyse
  • 59.007 - enlèvement de corps étranger
  • 59.008 - oxygénothérapie
  • 59.009 - réanimation cardio-respiratoire
  • 59.010 - transfusion de sang
  • 60 - Résultat d'analyse
  • 60.000 - résultat d'analyse
  • 60.001 - résultat de procédure
  • 61 - Résultats d'examen, de test, d'enregistrement, lettre d'un autre dispensateur
  • 61.000 - résultat d'examen d'un autre dispensateur
  • 61.002 - résultat de test d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.004 - résultat d'enregistrement d'un autre dispensateur
  • 61.006 - lettre d'un autre dispensateur
  • 62 - Procédure administrative
  • 62.001 - procédure administrative
  • 62.002 - certificat d'arret de travail
  • 62.003 - certificats décès
  • 62.004 - certificats permis de conduire
  • 62.005 - problèmes de facturation
  • 62.006 - questionnaire de santé
  • 62.007 - question sur le dossier dossier médical
  • 62.008 - remplissage de documents
  • 62.009 - remplissage de formulaires
  • 63 - Rencontre de suivi non spécifié
  • 63.000 - rencontre de suivi
  • 64 - Rencontre ou problème initié par le dispensateur
  • 64.000 - problème initié par le dispensateur
  • 64.001 - rencontre initiée par le dispensateur
  • 65 - Episode nouveau ou en cours initié par un tiers
  • 65.000 - problème initié par une tiers
  • 65.001 - rencontre initiée par une tiers
  • 65.002 - référence par la famille
  • 65.003 - re,
  • 65.004 - référence par l'asssistante sociale
  • 65.005 - référence par le psychologue
  • 66 - Référence à un autre dispensateur: infirmière, thérapeute, travailleur social
  • 66.001 - référence à un dispensateur non médecin
  • 66.002 - référence à infirmière
  • 66.003 - référence à un kinésithérapeute
  • 66.004 - référence à ergothérapeute
  • 66.005 - référence à chiropraticien
  • 66.006 - référence à travailleur social
  • 66.007 - référence à opticien
  • 66.008 - référence à une sage-femme
  • 66.009 - référence à diététicien
  • 66.010 - référence à dentiste
  • 66.011 - référence à une aide familiale
  • 66.012 - référence à orthodontiste
  • 66.013 - référence à psychologue
  • 67 - Référence à médecin, spécialiste, clinique, hôpital
  • 67.000 - référence à un autre MG-MF
  • 67.001 - référence à un spécialiste
  • 67.003 - référence à une clinique
  • 67.004 - référence à un hôpital
  • 68 - Autre référence
  • 68.001 - référence à association de patients
  • 68.002 - référence à service de chômage
  • 68.003 - référence à un home
  • 68.004 - référence à un home de personnes âgées
  • 68.005 - référence à un service non médical
  • 68.006 - référence à une institution de réadaptation
  • 69 - Autre procédure nca
  • 69.000 - autres procédure
  • A01 - Douleur générale ou de sites multiples
  • A02 - Frissons
  • A03 - Fièvre
  • A04 - Fatigue ou faiblesse générale
  • A05 - Sensation d'être malade
  • A06 - Evanouissement ou syncope
  • A07 - Coma
  • A08 - Gonflement
  • A09 - Problème de transpiration
  • A10 - Saignement ou hémorragie NCA
  • A11 - Douleur thoracique NCA
  • A13 - Préoccupé par ou peur d'un traitement médical
  • A16 - Nourrisson irritable
  • A18 - Préoccupé par son aspect extérieur
  • A20 - Demande ou discussion a propos de l'euthanasie
  • A21 - Facteur de risque de cancer
  • A23 - Facteur de risque NCA
  • A25 - Peur de la mort, de mourir
  • A26 - Peur du cancer NCA
  • A27 - Peur d' avoir une autre maladie NCA
  • A28 - Limitation de la fonction ou incapacité NCA
  • A29 - Autre symptôme ou plainte général
  • A70 - Tuberculose
  • A71 - Rougeole
  • A72 - Varicelle
  • A73 - Paludisme
  • A74 - Rubéole
  • A75 - Mononucléose infectieuse
  • A76 - Autre exanthème viral
  • A77 - Maladie virale autre ou NCA
  • A78 - Autre maladie infectieuse NCA
  • A79 - Cancer NCA
  • A80 - Traumatisme ou lésion traumatique NCA
  • A81 - Polytraumatisme ou lésions multiples
  • A82 - Effet tardif d'un traumatisme
  • A84 - Intoxication par substance médicinale
  • A85 - Effet secondaire d'une substance médicinale
  • A86 - Effet toxique d'une substance non médicinale
  • A87 - Complication de traitement médical
  • A88 - Effet secondaire de facteur physique
  • A89 - Effet secondaire de matériel prothétique
  • A90 - Anomalie congénitale NCA ou multiple
  • A91 - Résultat d'investigation anormale NCA
  • A92 - Allergie ou réaction allergique NCA
  • A93 - Nouveau-né prématuré
  • A94 - Autre morbidité périnatale
  • A95 - Mortalité périnatale
  • A96 - Mort
  • A97 - Pas de maladie
  • A98 - Gestion de la santé / médecine préventive
  • A99 - Maladie ou condition de nature ou de site non précisé
  • B02 - Ganglion lymphatique augmenté de volume ou douloureux
  • B04 - Symptôme ou plainte concernant le sang
  • B25 - Peur du SIDA ou du VIH
  • B26 - Peur du cancer du sang ou lymphatique
  • B27 - Peur d' avoir une autre maladie du sang ou des organes lymphatiques
  • B28 - Limitation de la fonction ou incapacité (B)
  • B29 - Autre symptôme ou plainte du système lymphatique ou immunologique
  • B70 - Adénite aiguë
  • B71 - Adénite chronique ou non-spécifique
  • B72 - Maladie de Hodgkin ou lymphome
  • B73 - Leucémie
  • B74 - Autre cancer du sang
  • B75 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du sang ou du système lymphatique
  • B76 - Rupture traumatique de la rate
  • B77 - Autre lésion traumatique du sang ou du système lymphatique ou de la rate
  • B78 - Anémie hémolytique héréditaire
  • B79 - Autre anomalie congénitale du sang ou du système lymphatique
  • B80 - Anémie par déficience en fer
  • B81 - Anémie par carence en vit B12 ou acide folique
  • B82 - Autre anémie ou indéterminée
  • B83 - Purpura ou défaut de coagulation
  • B84 - Globules blancs anormaux
  • B87 - Splénomégalie
  • B90 - Infection par le virus HIV, SIDA
  • B99 - Autre maladie du sang, du système lymphatique ou de la rate
  • D01 - Douleur/crampes abdominales gén.
  • D01 - Douleur ou crampes abdominales généralisées
  • D02 - Douleur abdominale/épigastrique
  • D02 - Douleur abdominale ou épigastrique
  • D03 - Brûlure/brûlant/brûlement estomac
  • D03 - Brûlure, brûlant, brûlement, estomac
  • D04 - Douleur rectale/anale
  • D04 - Douleur rectale ou anale
  • D05 - Démangeaisons périanales
  • D05 - Démangeaisons perianales
  • D06 - Autre douleur abdominale localisée
  • D06 - Autre douleur abdominale loc.
  • D07 - Dyspepsie/indigestion
  • D07 - Dyspepsie ou indigestion
  • D08 - Flatulence/gaz/renvoi
  • D08 - Flatulence ou gaz ou renvoi
  • D09 - Nausée
  • D10 - Vomissement
  • D11 - Diarrhée
  • D12 - Constipation
  • D13 - Jaunisse
  • D14 - Hématémèse/vomissement de sang
  • D14 - Hématémèse ou vomissement de sang
  • D15 - Méléna
  • D16 - Saignement rectal
  • D17 - Incontinence rectale
  • D18 - Modification selles/mouvem. intestin
  • D18 - Modification des selles ou des mouvements intestinaux
  • D19 - S/P dents/gencives
  • D19 - Symptôme et plainte des dents ou des gencives
  • D20 - S/P bouche/langue/lèvres
  • D20 - Symptôme et plainte de la bouche, de la langue ou des lèvres
  • D21 - Problème de déglutition
  • D21 - P. de déglutition
  • D23 - Hépatomégalie
  • D24 - Masse abdominale NCA
  • D25 - Distension abdominale
  • D26 - Peur du cancer du système digestif
  • D26 - Peur du cancer du syst. digestif
  • D27 - Peur d'une autre maladie digestive
  • D27 - Peur d'avoir une autre maladie digestive
  • D28 - Limitation de la fonction ou incapacité (D)
  • D28 - Limitation de la fonction/incap. (D)
  • D29 - Autre S/P du syst. digestif
  • D29 - Autre symptôme ou plainte du système digestif
  • D70 - Infection gastro-intestinale
  • D71 - Oreillons
  • D72 - Hépatite virale
  • D73 - Gastro-entérite présumée infectieuse
  • D74 - Cancer de l'estomac
  • D75 - Cancer du colon ou du rectum
  • D75 - Cancer du colon/du rectum
  • D76 - Cancer du pancréas
  • D77 - Autre cancer digestif/NCA
  • D77 - Autre cancer digestif ou NCA
  • D78 - Tumeur bénigne/indét. du syst. dig.
  • D78 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système digestif
  • D79 - Corps étranger du système digestif
  • D79 - CE du syst. digestif
  • D80 - Autre lésion traumatique du système digestif
  • D80 - Autre traumat. du syst. digestif
  • D81 - Anomalie congénitale du système digestif
  • D81 - Anom. congénitale du syst. digestif
  • D82 - Maladie des dents/des gencives
  • D82 - Maladie des dents et des gencives
  • D83 - Maladie de la bouche, de la langue et des lèvres
  • D83 - Maladie bouche/langue/lèvres
  • D84 - Maladie de l’œsophage
  • D84 - Maladie de l'oesophage
  • D85 - Ulcère duodénal
  • D86 - Autre ulcère peptique
  • D87 - Trouble de la fonction gastrique
  • D88 - Appendicite
  • D89 - Hernie inguinale
  • D90 - Hernie hiatale
  • D91 - Autre hernie abdominale
  • D92 - Maladie diverticulaire
  • D93 - Syndrome du colon irritable
  • D94 - Entérite chronique/colite ulcéreuse
  • D94 - Entérite chronique ou colite ulcéreuse
  • D95 - Fissure anale ou abcès périanal
  • D95 - Fissure anale/abcès périanal
  • D96 - Vers/autre parasite
  • D96 - Vers ou autre parasite
  • D97 - Maladie du foie NCA
  • D98 - Cholécystite/cholélithiase
  • D98 - Cholécystite, cholélithiase
  • D99 - Autre maladie du syst. Digestif
  • D99 - Autre maladie du système digestif
  • F01 - Oeil douloureux
  • F02 - Oeil rouge
  • F03 - Ecoulement de l’œil
  • F03 - Ecoulement de l'oeil
  • F04 - Taches visuelles/flottantes
  • F04 - Taches visuelles ou flottantes
  • F05 - Autre perturbation de la vision
  • F13 - Sensation oculaire anormale
  • F14 - Mouvements oculaires anormaux
  • F15 - Apparence anormale de l'oeil
  • F15 - Apparence anormale de l’œil
  • F16 - Symptôme et plainte de la paupière
  • F16 - S/P de la paupière
  • F17 - S/P lunettes
  • F17 - Symptôme et plainte concernant les lunettes
  • F18 - S/P lentilles de contact
  • F18 - Symptôme et plainte concernant les lentilles de contact
  • F27 - Peur d'avoir une maladie de l’œil
  • F27 - Peur d'une maladie de l'oeil
  • F28 - Limitation de la fonction ou incapacité (F)
  • F28 - Limitation de la fonction/incap. (F)
  • F29 - Autre symptôme et plainte de l’œil
  • F29 - Autre S/P de l'oeil
  • F70 - Conjonctivite infectieuse
  • F71 - Conjonctivite allergique
  • F72 - Blépharite, orgelet, chalazion
  • F73 - Autre infection/inflammation de l'oeil
  • F73 - Autre infection ou inflammation de l’œil
  • F74 - Tumeur de l’œil et des annexes
  • F74 - Tumeur de l'oeil et des annexes
  • F75 - Contusion/hémorragie de l'oeil
  • F75 - Contusion ou hémorragie de l’œil
  • F76 - Corps étranger dans l’œil
  • F76 - CE dans l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumat. de l'oeil
  • F79 - Autre lésion traumatique de l’œil
  • F80 - Sténose du canal lacrymal de l'enfant
  • F80 - Sténose canal lacrymal de l'enfant
  • F81 - Autre anom. congénitale de l'oeil
  • F81 - Autre anomalie congénitale de l’œil
  • F82 - Décollement de la retire
  • F83 - Rétinopathie
  • F84 - Dégénérescence maculaire
  • F85 - Ulcère de la cornée
  • F86 - Trachome
  • F91 - Défaut de réfraction
  • F92 - Cataracte
  • F93 - Glaucome
  • F94 - Cécité
  • F95 - Strabisme
  • F99 - Autre maladie de l’œil et des annexes
  • F99 - Autre maladie de l'oeil/annexes
  • H01 - Douleur d'oreille ou otalgie
  • H01 - Douleur d'oreille/otalgie
  • H02 - P. d'audition
  • H02 - Problème d'audition
  • H03 - Acouphène, bourdonnement d'oreille
  • H03 - Acouphène/bourdonnement d'oreille
  • H04 - Ecoulement de l'oreille
  • H05 - Saignement de l'oreille
  • H13 - Sensation d'oreille bouchée
  • H15 - Préoccupé par l'aspect des oreilles
  • H15 - Préoc. par l'aspect des oreilles
  • H27 - Peur d'une maladie de l'oreille
  • H27 - Peur d'avoir une maladie de l'oreille
  • H28 - Limitation de la fonction/incap. (H)
  • H28 - Limitation de la fonction ou incapacité (H)
  • H29 - Autre S/P de l'oreille
  • H29 - Autre symptôme et plainte de l' oreille
  • H70 - Otite externe
  • H71 - Otite moyenne aiguë ou myringite
  • H71 - Otite moyenne aiguë/myringite
  • H72 - Otite moyenne séreuse
  • H73 - Salpingite d'eustache
  • H74 - Otite moyenne chronique
  • H75 - Tumeur de l'oreille
  • H76 - CE dans l'oreille
  • H76 - Corps étranger dans l'oreille
  • H77 - Perforation du tympan
  • H78 - Lésion traumat. superf. de l'oreille
  • H78 - Lésion traumatique superficielle de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumatique de l'oreille
  • H79 - Autre lésion traumat. de l'oreille
  • H80 - Anom. congénitale de l'oreille
  • H80 - Anomalie congénitale de l'oreille
  • H81 - Excès de cérumen
  • H82 - Syndrome vertigineux
  • H83 - Otosclérose
  • H84 - Presbyacousie
  • H85 - Traumatisme sonore
  • H86 - Surdité
  • H99 - Autre maladie de l'oreille ou de la mastoïde
  • H99 - Autre maladie de l'oreille/ mastoïde
  • K01 - Douleur cardiaque
  • K02 - Oppression ou constriction cardiaque
  • K03 - Douleur cardiovasculaire NCA
  • K04 - Palpitations ou perception des battements cardiaques
  • K05 - Autre battement cardiaque irrégulier
  • K06 - Veines proéminentes
  • K07 - Oedème, gonflement des chevilles
  • K22 - Facteur de risque de maladie cardio-vasculaire
  • K24 - Peur d'avoir une maladie de cœur
  • K25 - Peur d'avoir de l'hypertension
  • K27 - Peur d'avoir une autre maladie cardio-vasculaire
  • K28 - Limitation de la fonction ou incapacité (K)
  • K29 - Autre symptôme et plainte cardiovasculaire
  • K70 - Infection du système cardio-vasculaire
  • K71 - Rhumatisme articulaire aigu ou maladie cardiaque rhumatismale
  • K72 - Tumeur cardio-vasculaire
  • K73 - Anomalie congénitale cardio-vasculaire
  • K74 - Cardiopathie ischémique avec angor
  • K75 - Infarctus myocardique aigu
  • K76 - Cardiopathie ischémique sans angor
  • K77 - Décompensation cardiaque
  • K78 - Fibrillation auriculaire ou flutter
  • K79 - Tachycardie paroxystique
  • K80 - Arythmie cardiaque NCA
  • K81 - Souffle cardiaque ou artériel NCA
  • K82 - Cœur pulmonaire
  • K83 - Valvulopathie NCA
  • K84 - Autre maladie cardiaque
  • K85 - Pression sanguine élevée
  • K86 - Hypertension non compliquée
  • K87 - Hypertension avec complication
  • K88 - Hypotension orthostatique
  • K89 - Ischémie cérébrale transitoire
  • K90 - Accident vasculaire cérébral
  • K91 - Maladie cérébrovasculaire
  • K92 - Athérosclérose ou maladie vasculaire périphérique
  • K93 - Embolie pulmonaire
  • K94 - Phlébite et thrombophlébite
  • K95 - Varices des jambes
  • K96 - Hémorroïdes
  • K99 - Autre maladie cardio-vasculaire
  • L01 - Symptôme et plainte du cou
  • L02 - Symptôme et plainte du dos
  • L03 - Symptôme et plainte des lombes
  • L04 - Symptôme et plainte du thorax
  • L05 - Symptôme et plainte du flanc et du creux axillaire
  • L07 - Symptôme et plainte de la mâchoire
  • L08 - Symptôme et plainte de l'épaule
  • L09 - Symptôme et plainte du bras
  • L10 - Symptôme et plainte du coude
  • L11 - Symptôme et plainte du poignet
  • L12 - Symptôme et plainte de la main et du doigt
  • L13 - Symptôme et plainte de la hanche
  • L14 - Symptôme et plainte de la jambe et de la cuisse
  • L15 - Symptôme et plainte du genou
  • L16 - Symptôme et plainte de la cheville
  • L17 - Symptôme et plainte du pied et de l'orteil
  • L18 - Douleur musculaire
  • L19 - Symptôme et plainte musculaire NCA
  • L20 - Symptôme et plainte d'une articulation NCA
  • L26 - Peur d'avoir un cancer du système ostéo-articulaire
  • L27 - Peur d'avoir une autre maladie du système ostéo-articulaire
  • L28 - Limitation de la fonction ou incapacité (L)
  • L29 - Autre symptôme et plainte ostéo-articulaire
  • L70 - Infection du système ostéo-articulaire
  • L71 - Cancer du système ostéo-articulaire
  • L72 - Fracture du radius ou du cubitus
  • L73 - Fracture du tibia ou du péroné
  • L74 - Fracture de la main ou du pied
  • L75 - Fracture du fémur
  • L76 - Autre fracture
  • L77 - Entorse de la cheville
  • L78 - Entorse du genou
  • L79 - Entorse articulaire NCA
  • L80 - Luxation et subluxation
  • L81 - Lésion traumatique NCA du système ostéo-articulaire
  • L82 - Anomalie congénitale du système ostéo-articulaire
  • L83 - Syndrome cervical
  • L84 - Syndrome dorso-lombaire sans irradiation
  • L85 - Déformation acquise de la colonne
  • L86 - Syndrome dorso-lombaire avec irradiation
  • L87 - Bursite, tendinite, synovite NCA
  • L88 - Polyarthrite rhumatoïde séropositive
  • L89 - Coxarthrose
  • L90 - Gonarthrose
  • L91 - Autre arthrose
  • L92 - Syndrome de l'épaule
  • L93 - Coude du joueur de tennis
  • L94 - Ostéochondrose
  • L95 - Ostéoporose
  • L96 - Lésion aiguë interne du genou
  • L97 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée du système ostéo-articulaire
  • L98 - Déformation acquise des membres inférieurs
  • L99 - Autre maladie ostéo-articulaire
  • N01 - Mal de tête
  • N03 - Douleur de la face
  • N04 - Jambes sans repos
  • N05 - Fourmillements des doigts, pieds, orteils
  • N06 - Autre perturbation de la sensibilité
  • N07 - Convulsion ou crise comitiale
  • N08 - Mouvements involontaires anormaux
  • N16 - Perturbation du goût ou de l'odorat
  • N17 - Vertige ou étourdissement
  • N18 - Paralysie ou faiblesse
  • N19 - Trouble de la parole
  • N26 - Peur d'avoir un cancer du système neurologique
  • N27 - Peur d'avoir une autre maladie neurologique
  • N28 - Limitation de la fonction ou incapacité (N)
  • N29 - Autre symptôme ou plainte neurologique
  • N70 - Poliomyélite
  • N71 - Méningite ou encéphalite
  • N72 - Tétanos
  • N73 - Autre infection neurologique
  • N74 - Cancer du système neurologique
  • N75 - Tumeur bénigne du système neurologique
  • N76 - Tumeur de nature indéterminée du système neurologique
  • N79 - Commotion
  • N80 - Autre lésion traumatique de la tête
  • N81 - Autre lésion traumatique du système neurologique
  • N85 - Anomalie congénitale neurologique
  • N86 - Sclérose en plaque
  • N87 - Syndrome parkinsonien
  • N88 - Epilepsie
  • N89 - Migraine
  • N90 - Algie vasculaire de la face
  • N91 - Paralysie faciale ou paralysie de Bell
  • N92 - Névralgie du trijumeau
  • N93 - Syndrome du canal carpien
  • N94 - Névrite ou neuropathie périphérique
  • N95 - Céphalée de tension
  • N99 - Autre maladie neurologique
  • Ore - lle H
  • P01 - Sensation d'anxiété, de nervosité ou de tension
  • P02 - Réaction de stress aiguë
  • P03 - Sensation de dépression
  • P04 - Sentiment ou comportement irritable ou en colère
  • P05 - Sénilité, sensation d'être vieux, comportement sénile
  • P06 - Perturbation du sommeil
  • P07 - Diminution du désir sexuel
  • P08 - Diminution de l'accomplissement sexuel
  • P09 - Préoccupation a propos de l'identité sexuelle
  • P10 - Bégaiement, bredouillement, tic
  • P11 - Trouble de l'alimentation de l'enfant
  • P12 - Enurésie
  • P13 - Encoprésie
  • P15 - Alcoolisme chronique
  • P16 - Alcoolisation aiguë
  • P17 - Usage abusif du tabac
  • P18 - Usage abusif de médicament
  • P19 - Usage abusif de drogue
  • P20 - Perturbation de la mémoire
  • P22 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'enfant
  • P23 - Symptôme et plainte concernant le comportement de l'adolescent
  • P24 - Problème spécifique de l'apprentissage
  • P25 - Problèmes de phase de vie adulte
  • P27 - Peur d'avoir un trouble mental
  • P28 - Limitation de la fonction ou incapacité (P)
  • P29 - Autre symptôme et plainte psychologique
  • P70 - Démence
  • P71 - Autre psychose organique
  • P72 - Schizophrénie
  • P73 - Psychose affective
  • P74 - Trouble anxieux ou état anxieux
  • P75 - Trouble somatoforme
  • P76 - Dépression
  • P77 - Suicide ou tentative de suicide
  • P78 - Neurasthénie, surmenage
  • P79 - Phobie, trouble obsessionnel compulsif
  • P80 - Trouble de la personnalité
  • P81 - Trouble hyperkinétique
  • P82 - Syndrome de stress post-traumatique
  • P85 - Retard mental
  • P86 - Anorexie mentale, boulimie
  • P98 - Autre psychose NCA
  • P99 - Autre trouble psychologique
  • Q04 - Descripteur non défini
  • QC1 - Groupe d’âge
  • QC11 - Nourrisson
  • QC12 - Enfant
  • QC13 - Adolescent
  • QC14 - Adulte
  • QC15 - Personne âgée
  • QC2 - Question de genre 
  • QC21 - Santé de l'homme 
  • QC22 - Santé de la femme
  • QC23 - Différence de sexe
  • QC24 - Transgenre
  • QC3 - Haut risque social
  • QC31 - Sous-groupe ethnique
  • QC32 - Réfugiés et migrants
  • QC33 - Sans-abri
  • QC34 - Prisonnier
  • QC4 - Dépendant
  • QC41 - Dépendant de médicament sous prescription
  • QC42 - Dépendant de drogue de rue
  • QC43 - Dépendant du jeu
  • QC5 - Victime de violence
  • QC51 - Violence basée sur le genre
  • QC52 - Maltraitance d'enfant
  • QC53 - Maltraitance des personnes âgées
  • QC54 - Victime de torture
  • QC55 - Mutilation rituelle
  • QC6 - Survivant
  • QD1 - Communicateur
  • QD11 - Contact
  • QD12 - Relation médecin-patient
  • QD13 - Conseil thérapeutique
  • QD14 - Pensée systémique
  • QD15 - Entrevue motivationnelle
  • QD2 - Médecin en tant que soignant
  • QD21 - Résolution de problèmes
  • QD22 - Globalité
  • QD23 - Education à la santé
  • QD24 - Compétence clinique
  • QD25 - Continuité des soins
  • QD26 - Soins palliatifs
  • QD27 - Planification familiale
  • QD3 - Gestionnaire de soins
  • QD31 - Gestion du risque de santé
  • QD32 - Gestion des problèmes de santé
  • QD321 - Symptôme médicalement inexpliqué
  • QD322 - Multimorbidité
  • QD323 - Prise de décision partagée
  • QD324 - Fortuitome
  • QD325 - Comportement de prescription
  • QD326 - Déadoption et déprescription
  • QD33 - Evaluation de l'état de santé
  • QD34 - Question génétique
  • QD4 - Prévention clinique
  • QD41 - Prévention primaire
  • QD42 - Prévention secondaire
  • QD43 - Prévention tertiaire
  • QD44 - Prévention quaternaire
  • QD441 - Surmédicalisation
  • QD442 - Fabrication de maladie
  • QD443 - Surinformation
  • QD444 - Surdépistage
  • QD445 - Surdiagnostic
  • QD446 - Surtraitement
  • QD5 - Médecine complémentaire et alternative
  • QD51 - Homéopathie
  • QD6 - Question medico-légale
  • QD7 - Image professionnelle
  • QD8 - Equilibre travail - vie
  • QE1 - Ethique personnelle
  • QE2 - Ethique professionnelle
  • QE3 - Bioéthique
  • QE31 - Euthanasie
  • QE4 - Éthique de l'information
  • QE41 - Confidentialité
  • QE42 - Consentement éclairé
  • QH - Santé de la planète
  • QH1 - Santé environnementale
  • QH11 - Pollution intérieure
  • QH12 - Pollution extérieure
  • QH2 - Risque biologique
  • QH3 - Risque nucléaire
  • QO1 - impossible à coder,imprécis
  • QO2 - acronyme
  • QO3 - hors du champ de la médecine de famille
  • QO4 - considérer nouveau code
  • QP1 - Sécurité du patient
  • QP2 - Soins centrés sur le patient
  • QP21 - Accessibilité
  • QP22 - Accessibilité temporelle
  • QP23 - Compétence culturelle
  • QP24 - Accessibilité économique
  • QP25 - Acceptabilité
  • QP3 - Qualité des soins
  • QP4 - Perspective du patient
  • QP41 - Satisfaction du patient
  • QP42 - Connaissances du patient
  • QP43 - Autonomie du patient
  • QP44 - Contexte culturel du patient
  • QP45 - Dépense du patient en soins de santé
  • QP5 - Comportement de santé
  • QP51 - Questions d'alimentation du patient
  • QP52 - Sexualité du patient
  • QP53 - Auto-soin
  • QP54 - Médicaments en vente libre
  • QP6 - Participation du patient
  • QP61 - Réseau social
  • QP7 - Défense du patient
  • QR1 - Philosophie des sciences
  • QR2 - Epidémiologie des soins primaires
  • QR21 - Pharmaco-épidémiologie
  • QR22 - Recherche basée sur la communauté
  • QR3 - Méthodes de recherche
  • QR31 - Etude qualitative
  • QR32 - Etude quantitative
  • QR321 - Etude cas-témoins
  • QR322 - Etude de cohorte
  • QR323 - Étude transversale
  • QR324 - Etude longitudinale
  • QR325 - Etude d'intervention
  • QR33 - Recherche par méthode mixte
  • QR34 - Etudes de validation et de fiabilité
  • QR35 - Recherche-action
  • QR36 - Rapport de cas
  • QR4 - Réseau de recherche
  • QR5 - Outils de recherche et financement
  • QR51 - Classifications, terminologies et ontologies
  • QR52 - Echelles et questionnaires
  • QR53 - Etat fonctionnel
  • QR54 - Matériel d'observation
  • QR6 - Avis d'expert
  • QR7 - Economie, soins de santé primaire
  • QS1 - Etablissement de soins primaires
  • QS11 - Gestion de la pratique
  • QS12 - Economie de la pratique
  • QS13 - Gestion de l'information de santé
  • QS14 - Equipement de la pratique
  • QS2 - Garde médicale
  • QS3 - Relation de la pratique
  • QS31 - Collaboration de la pratique
  • QS32 - Référence et contre-référence
  • QS33 - Coordination des soins
  • QS4 - Dispensateur de soins primaires
  • QS41 - Médecin de famille
  • QS42 - Infirmière praticienne
  • QS43 - Sage-femme
  • QS44 - Professionnels de la santé associés
  • QS441 - Kinesithérapeute
  • QS442 - Travailleur social
  • QS443 - Psychologue
  • QS45 - Aidant familial
  • QS46 - Pharmacien
  • QT1 - Enseignement de la médecine de famille
  • QT11 - Méthodes pédagogiques
  • QT12 - Organisation de l'enseignement
  • QT13 - Evaluation de l'enseignement
  • QT131 - Patient simulé
  • QT14 - Organisation académique
  • QT2 - Formation de terrain en médecine
  • QT21 - Etudiant en médecine
  • QT22 - Formation professionnelle
  • QT23 - Education médicale continue
  • QT24 - Groupe Balint
  • QT25 - Formateur
  • QT3 - Assurance de qualité
  • QT31 - Médecine fondée sur des preuves
  • QT32 - Recommandation de bonne pratique
  • QT33 - Lecture critique de littérature
  • QT34 - Révision par les pairs
  • QT35 - Accréditation
  • QT36 - Indicateur de qualité
  • QT4 - Transfert de connaissance
  • QT41 - Publication
  • QT42 - Echange en ligne de la connaissance
  • QT43 - Bibliothèque numérique
  • QT44 - Communications électroniques
  • QT5 - Notification de données de santé
  • QT51 - Réseau sentinelle
  • QT52 - Evènements indésirables & pharmacovigilance
  • QT53 - Base de données de santé
  • R01 - Douleur du système respiratoire
  • R02 - Souffle court, dyspnée
  • R03 - Sibilance
  • R04 - Autre problème respiratoire
  • R05 - Toux
  • R06 - Saignement de nez, épistaxis
  • R07 - Congestion nasale, éternuement
  • R08 - Autre symptôme et plainte du nez
  • R09 - Symptôme et plainte des sinus
  • R21 - Symptôme et plainte de la gorge
  • R23 - Symptôme et plainte de la voix
  • R24 - Hémoptysie
  • R25 - Expectoration ou glaire anormale
  • R26 - Peur d'avoir un cancer du système respiratoire
  • R27 - Peur d'avoir une autre maladie respiratoire
  • R28 - Limitation de la fonction ou incapacité ( R)
  • R29 - Autre symptôme et plainte respiratoire
  • R71 - Coqueluche
  • R72 - Streptococcie pharyngée
  • R73 - Furoncle ou abcès du nez
  • R74 - Infection aiguë des voies respiratoires supérieures
  • R75 - Sinusite aiguë ou chronique
  • R76 - Angine aiguë
  • R77 - Laryngite, trachéite aiguë
  • R78 - Bronchite aiguë, bronchiolite
  • R79 - Bronchite chronique
  • R80 - Grippe
  • R81 - Pneumonie
  • R82 - Pleurésie, épanchement pleural
  • R83 - Autre infection respiratoire
  • R84 - Cancer des bronches, du poumon
  • R85 - Autre cancer respiratoire
  • R86 - Tumeur respiratoire bénigne
  • R87 - Corps étranger du nez, du larynx, des bronches
  • R88 - Autre lésion traumatique du système respiratoire
  • R89 - Anomalie congénitale du système respiratoire
  • R90 - Hypertrophie des amygdales ou des végétations adénoïdes
  • R92 - Tumeur de nature indéterminée du système respiratoire
  • R95 - Maladie pulmonaire chronique obstructive
  • R96 - Asthme
  • R97 - Rhinite allergique
  • R98 - Syndrome d'hyperventilation
  • R99 - Autre maladie respiratoire
  • S01 - Douleur ou hypersensibilité de la peau
  • S02 - Prurit
  • S03 - Verrue
  • S04 - Tuméfaction ou gonflement localisé de la peau
  • S05 - Tuméfactions ou gonflements généralisés de la peau
  • S06 - Eruption localisée
  • S07 - Eruption généralisée
  • S08 - Modification de la couleur de la peau
  • S09 - Doigt ou orteil infecté
  • S10 - Furoncle ou anthrax
  • S11 - Infection post-traumatique de la peau
  • S12 - Piqûre d'insecte
  • S13 - Morsure animale ou humaine
  • S14 - Brûlure cutanée
  • S15 - Corps étranger dans la peau
  • S16 - Ecchymose ou contusion
  • S17 - Eraflure, égratignure, ampoule
  • S18 - Coupure ou lacération
  • S19 - Autre lésion traumatique de la peau
  • S20 - Cor ou callosité
  • S21 - Symptôme et plainte au sujet de la texture de la peau
  • S22 - Symptôme et plainte de l'ongle
  • S23 - Calvitie ou perte de cheveux
  • S24 - Autre symptôme et plainte des cheveux, poils ou cuir chevelu
  • S26 - Peur du cancer de la peau
  • S27 - Peur d'avoir une autre maladie de la peau
  • S28 - Limitation de la fonction ou incapacité (S)
  • S29 - Autre symptôme et plainte de la peau
  • S70 - Zona
  • S71 - Herpes simplex
  • S72 - Gale ou autre acariose
  • S73 - Pédiculose ou autre infestation de la peau
  • S74 - Dermatophytose
  • S75 - Moniliase ou candidose de la peau
  • S76 - Autre maladie infectieuse de la peau
  • S77 - Cancer de la peau
  • S78 - Lipome
  • S79 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée de la peau
  • S80 - Kératose actinique ou coup de soleil
  • S81 - Hémangiome ou lymphangiome
  • S82 - Naevus ou naevus pigmentaire
  • S83 - Autre anomalie congénitale de la peau
  • S84 - Impétigo
  • S85 - Kyste ou fistule pilonidal
  • S86 - Dermatite séborrhéique
  • S87 - Dermatite atopique ou eczéma
  • S88 - Dermatite et allergie de contact
  • S89 - Erythème fessier
  • S90 - Pytiriasis rosé
  • S91 - Psoriasis
  • S92 - Maladie des glandes sudoripares
  • S93 - Kyste sébacé
  • S94 - Ongle incarné
  • S95 - Molluscum contagiosum
  • S96 - Acné
  • S97 - Ulcère chronique de la peau
  • S98 - Urticaire
  • S99 - Autre maladie de la peau
  • T01 - Soif excessive
  • T02 - Appétit excessif
  • T03 - Perte d'appétit
  • T04 - Problème d'alimentation du nourrisson et du petit enfant
  • T05 - Problème d'alimentation de l'adulte
  • T07 - Gain de poids
  • T08 - Perte de poids
  • T10 - Retard de croissance
  • T11 - Déshydratation
  • T26 - Peur d'avoir un cancer du système endocrinien
  • T27 - Peur d'avoir une autre maladie du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T28 - Limitation de la fonction ou incapacité (T)
  • T29 - Autre symptôme et plainte du système endocrinien, métabolique ou nutritionnel
  • T70 - Infection du système endocrinien
  • T71 - Cancer de la thyroïde
  • T72 - Tumeur bénigne de la thyroïde
  • T73 - Tumeur de nature autre ou indéterminée du système endocrine
  • T78 - Canal ou kyste thyréoglosse
  • T80 - Anomalie congénitale du système endocrinien ou métabolique
  • T81 - Goitre
  • T82 - Obésité
  • T83 - Excès pondéral
  • T85 - Hyperthyroïdie ou thyréotoxicose
  • T86 - Hypothyroïdie ou myxœdème
  • T87 - Hypoglycémie
  • T89 - Diabète insulino-dépendant
  • T90 - Diabète non insulino-dépendant
  • T91 - Carence vitaminique ou nutritionnelle
  • T92 - Goutte
  • T93 - Trouble du métabolisme des lipides
  • T99 - Autre maladie endocrine, métabolique ou nutritionnelle
  • U01 - Dysurie ou miction douloureuse
  • U02 - Miction fréquente ou impérieuse
  • U04 - Incontinence urinaire
  • U05 - Autre problème de miction
  • U06 - Hématurie
  • U07 - Autre symptôme et plainte au sujet de l'urine
  • U08 - Rétention d'urine
  • U13 - Autre symptôme et plainte de la vessie
  • U14 - Symptôme et plainte du rein
  • U26 - Peur d'avoir un cancer du système urinaire
  • U27 - Peur d'avoir une autre maladie du système urinaire
  • U28 - Limitation de la fonction ou incapacité (U)
  • U29 - Autre symptôme et plainte urinaire
  • U70 - Pyélonéphrite ou pyélite
  • U71 - Cystite ou autre infection urinaire
  • U72 - Urétrite
  • U75 - Cancer du rein
  • U76 - Cancer de la vessie
  • U77 - Autre cancer urinaire
  • U78 - Tumeur bénigne du tractus urinaire
  • U79 - Tumeur de nature indéterminée du tractus urinaire
  • U80 - Lésion traumatique du tractus urinaire
  • U85 - Anomalie congénitale du tractus urinaire
  • U88 - Glomérulonéphrite ou syndrome néphrotique
  • U90 - Protéinurie orthostatique
  • U95 - Lithiase urinaire
  • U98 - Analyse urinaire anormale NCA
  • U99 - Autre maladie urinaire
  • W01 - Question de grossesse
  • W02 - Peur d'être enceinte
  • W03 - Saignement pendant la grossesse
  • W05 - Nausée ou vomissement de grossesse
  • W10 - Contraception post-coïtale
  • W11 - Contraception orale
  • W12 - Contraception intra-utérine
  • W13 - Stérilisation chez la femme
  • W14 - Autre contraception chez la femme
  • W15 - Stérilité - hypofertilité chez la femme
  • W17 - Saignement du post-partum
  • W18 - Autre symptôme et plainte du post-partum
  • W19 - Symptôme et plainte du sein et de la lactation pendant le post-partum
  • W21 - Préoccupée par la modification de l'image corporelle pendant la grossesse
  • W27 - Peur des complications de la grossesse
  • W28 - Limitation de la fonction ou incapacité (W)
  • W29 - Autre symptôme et plainte de la grossesse
  • W70 - Infection puerpérale, sepsis
  • W71 - Infection compliquant la grossesse
  • W72 - Tumeur maligne en relation avec la grossesse
  • W73 - Tumeur de nature bénigne ou indéterminée en relation avec la grossesse
  • W75 - Lésion traumatique compliquant la grossesse
  • W76 - Anomalie congénitale compliquant la grossesse
  • W78 - Grossesse
  • W79 - Grossesse non désirée
  • W80 - Grossesse ectopique
  • W81 - Toxémie gravidique
  • W82 - Avortement spontané
  • W83 - Avortement provoque
  • W84 - Grossesse a haut risque
  • W85 - Diabète gravidique
  • W90 - Accouchement non complique, enfant vivant
  • W91 - Accouchement non complique, enfant mort
  • W92 - Accouchement complique, enfant vivant
  • W93 - Accouchement complique, enfant mort
  • W94 - Mastite puerpérale
  • W95 - Autre maladie du sein pendant la grossesse et l'allaitement
  • W96 - Autre complication puerpérale
  • W99 - Autre maladie de la grossesse ou de l'accouchement
  • X01 - Douleur génitale chez la femme
  • X02 - Douleur menstruelle
  • X03 - Douleur intermenstruelle
  • X04 - Rapport sexuel douloureux chez la femme
  • X05 - Menstruation absente ou rare
  • X06 - Menstruation excessive
  • X07 - Menstruation irrégulière ou fréquente
  • X08 - Saignement intermenstruel
  • X09 - Symptôme et plainte prémenstruel
  • X10 - Ajournement des menstruations
  • X11 - Symptôme et plainte liés a la ménopause
  • X12 - Saignement de la post-ménopause
  • X13 - Saignement post-coïtal chez la femme
  • X14 - Ecoulement vaginal
  • X15 - Symptôme et plainte du vagin
  • X16 - Symptôme et plainte de la vulve
  • X17 - Symptôme et plainte du petit bassin chez la femme
  • X18 - Douleur du sein chez la femme
  • X19 - Tuméfaction ou masse du sein chez la femme
  • X20 - Symptôme et plainte du mamelon chez la femme
  • X21 - Autre symptôme et plainte du sein chez la femme
  • X22 - Préoccupée par l'apparence des seins
  • X23 - Peur d'une maladie sexuellement transmise chez la femme
  • X24 - Peur d'un dysfonctionnement sexuel chez la femme
  • X25 - Peur d'un cancer génital chez la femme
  • X26 - Peur d'avoir un cancer du sein chez la femme
  • X27 - Peur d'avoir une autre maladie génitale ou du sein chez la femme
  • X28 - Limitation de la fonction ou incapacité (X)
  • X29 - Autre symptôme et plainte génital chez la femme
  • X70 - Syphilis chez la femme
  • X71 - Gonococcie chez la femme
  • X72 - Candidose génitale chez la femme
  • X73 - Trichomonase génitale chez la femme
  • X74 - Maladie inflammatoire pelvienne chez la femme
  • X75 - Cancer du col de l'utérus
  • X76 - Cancer du sein chez la femme
  • X77 - Autre cancer génital chez la femme
  • X78 - Fibrome utérin
  • X79 - Tumeur bénigne du sein chez la femme
  • X80 - Tumeur bénigne génitale chez la femme
  • X81 - Tumeur génitale de natureautre ou indéterminée chez la femme
  • X82 - Lésion traumatique génitale chez la femme
  • X83 - Anomalie génitale congénitale chez la femme
  • X84 - Vaginite ou vulvite NCA
  • X85 - Maladie du col de l'utérus NCA
  • X86 - Frottis de col anormal
  • X87 - Prolapsus utero-vaginal
  • X88 - Maladie fibrokystique du sein
  • X89 - Syndrome de tension prémenstruelle
  • X90 - Herpes génital chez la femme
  • X91 - Condylome acuminé chez la femme
  • X92 - Infection génitale a chlamydia chez la femme
  • X99 - Autre maladie génitale chez la femme
  • Y01 - Douleur du pénis
  • Y02 - Douleur des testicules, du scrotum
  • Y03 - Ecoulement urétral
  • Y04 - Autre symptôme et plainte du pénis
  • Y05 - Autre symptôme et plainte des testicules ou du scrotum
  • Y06 - Symptôme et plainte de la prostate
  • Y07 - Impuissance sexuelle NCA
  • Y08 - Autre symptôme et plainte de la fonction sexuelle chez l'homme
  • Y10 - Stérilité, hypofertilité chez l'homme
  • Y13 - Stérilisation chez l'homme
  • Y14 - Autre planification familiale chez l'homme
  • Y16 - Symptôme et plainte du sein chez l'homme
  • Y24 - Peur d'avoir un dysfonctionnement sexuel chez l'homme
  • Y25 - Peur d'avoir une maladie sexuellement transmise chez l'homme
  • Y26 - Peur d'avoir un cancer génital chez l'homme
  • Y27 - Peur d'avoir une autre maladie du système génital chez l'homme
  • Y28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Y)
  • Y29 - Autre symptôme et plainte génitaux chez l'homme
  • Y70 - Syphilis chez l'homme
  • Y71 - Gonococcie chez l'homme
  • Y72 - Herpes génital chez l'homme
  • Y73 - Prostatite ou vésiculite séminale
  • Y74 - Orchite ou épididymite
  • Y75 - Balanite
  • Y76 - Condylome acuminé chez l'homme
  • Y77 - Cancer de la prostate
  • Y78 - Autre cancer génital chez l'homme
  • Y79 - Tumeur génitale de nature bénigne ou indéterminée chez l'homme
  • Y80 - Lésion traumatique génitale chez l'homme
  • Y81 - Phimosis ou hypertrophie du prépuce
  • Y82 - Hypospadias
  • Y83 - Ectopie testiculaire
  • Y84 - Autre anomalie congénitale chez l'homme
  • Y85 - Hypertrophie bénigne de la prostate
  • Y86 - Hydrocèle
  • Y99 - Autre maladie génitale chez l'homme
  • Z01 - Pauvreté ou problème économique
  • Z02 - Problème d'eau ou de nourriture
  • Z03 - Problème d'habitat ou de voisinage
  • Z04 - Problème socioculturel
  • Z05 - Problème de travail
  • Z06 - Problème de non emploi
  • Z07 - Problème d'éducation
  • Z08 - Problème de protection sociale
  • Z09 - Problème légal
  • Z10 - Problème relatif au système de soins de santé
  • Z11 - Problème du fait d'être malade ou de compliance thérapeutique
  • Z12 - Problème de relation entre partenaires
  • Z13 - Problème de comportement du partenaire
  • Z14 - Problème du à la maladie du partenaire
  • Z15 - Perte ou décès du partenaire
  • Z16 - Problème de relation avec un enfant
  • Z18 - Problème du à la maladie d'un enfant
  • Z19 - Perte ou décès d'un enfant
  • Z20 - Problème de relation avec un autre parent ou membre de la famille
  • Z21 - Problème de comportement d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z22 - Problème du à la maladie d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z23 - Perte ou décès d'un autre parent ou membre de la famille
  • Z24 - Problème de relation avec un ami
  • Z25 - Agression ou évènement nocif
  • Z27 - Peur d'avoir un problème social
  • Z28 - Limitation de la fonction ou incapacité (Z)
  • Z29 - Problème social NCA
Titre du TFEAbstract du TFEAuteur du TFEUniversitéDocuments du TFEDescripteur du TFEMise en valeur du TFE
CRÉATION D’UN OUTIL PRATIQUE POUR AIDER LES ASSISTANTS À MENER LEURS PREMIERS ENTRETIENS CLINIQUES PSYCHOLOGIQUES
CRÉATION D’UN OUTIL PRATIQUE POUR AIDER LES ASSISTANTS À MENER LEURS PREMIERS ENTRETIENS CLINIQUES PSYCHOLOGIQUES
En tant qu’assistante en médecine générale, j’ai voulu traiter un sujet qui, durant mon assistanat, m’a poussée à la réflexion. J’ai donc choisi de m’intéresser à la formation à l’entretien clinique psychologique durant nos études de médecine car durant mes deux années de pratique en tant qu’assistante j’ai pu remarquer que c’était un sujet que je ne maîtrisais pas suffisamment. Effectivement j’ai souvent été confrontée à mon inconfort durant les consultations psychologiques. Les consultations psychologiques pour dépression, burn-out ou anxiété à elles seules représentent une grande partie des consultations en médecine générale. Pourtant la formation concernant la communication et l’entretien clinique ne tient qu’une place infime dans le long cursus de médecine. Une revue non exhaustive de la littérature a été réalisée afin de pouvoir créer un outil pouvant aider les assistants pour affronter leurs premières consultations psychologiques. J’ai tout d’abord comparé les programmes universitaires en médecine dans les différentes universités francophones de Belgique. J’ai ensuite réalisé onze entretiens semi-dirigés auprès d’assistants en médecine générale ayant suivi leur cursus à l’ULG pour connaître leurs difficultés et leur avis concernant la formation suivie. Les résultats des entretiens ont permis de mettre en évidence un manque de formation mais une demande certaine d’améliorer celle-ci. Il y a donc lieu de valoriser la formation des futurs médecins aux divers aspects de la santé mentale et de la communication afin de les sensibiliser à une meilleure prise en charge. Cela leur permettrait d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour diriger un entretien clinique psychologique de qualité et d’apporter une aide constructive au patient qui consulte pour mal-être psychique. Les méthodologies pour accroitre ces potentialités sont multiples et seront développées au cours de la discussion. Mots clés : entretien clinique, entretien psychologique, médecine générale, communication, relation médecin-patient, formation.
En tant qu’assistante en médecine générale, j’ai voulu traiter un sujet qui, durant mon assistanat, m’a poussée à la réflexion. J’ai donc choisi de m’intéresser à la formation à l’entretien clinique psychologique durant nos études de médecine car durant mes deux années de pratique en tant qu’assistante j’ai pu remarquer que c’était un sujet que je ne maîtrisais pas suffisamment. Effectivement j’ai souvent été confrontée à mon inconfort durant les consultations psychologiques. Les consultations psychologiques pour dépression, burn-out ou anxiété à elles seules représentent une grande partie des consultations en médecine générale. Pourtant la formation concernant la communication et l’entretien clinique ne tient qu’une place infime dans le long cursus de médecine. Une revue non exhaustive de la littérature a été réalisée afin de pouvoir créer un outil pouvant aider les assistants pour affronter leurs premières consultations psychologiques. J’ai tout d’abord comparé les programmes universitaires en médecine dans les différentes universités francophones de Belgique. J’ai ensuite réalisé onze entretiens semi-dirigés auprès d’assistants en médecine générale ayant suivi leur cursus à l’ULG pour connaître leurs difficultés et leur avis concernant la formation suivie. Les résultats des entretiens ont permis de mettre en évidence un manque de formation mais une demande certaine d’améliorer celle-ci. Il y a donc lieu de valoriser la formation des futurs médecins aux divers aspects de la santé mentale et de la communication afin de les sensibiliser à une meilleure prise en charge. Cela leur permettrait d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour diriger un entretien clinique psychologique de qualité et d’apporter une aide constructive au patient qui consulte pour mal-être psychique. Les méthodologies pour accroitre ces potentialités sont multiples et seront développées au cours de la discussion. Mots clés : entretien clinique, entretien psychologique, médecine générale, communication, relation médecin-patient, formation.
Evrard - LaurenceUniversité de Liège
QD12 - QR31 - QT11 - QS41
Réflexion sur le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge de l’ancien détenu à sa libération
Réflexion sur le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge de l’ancien détenu à sa libération
Mon assistanat m’a permis d’être en contact avec des individus récemment libérés de prison ou en cours de l’être. Cette expérience a créé en moi un questionnement quant à mon rôle en tant que médecin généraliste dans la prise en charge de ces patients. Une synthèse des problèmes rencontrés pendant et après l’incarcération a été réalisée à l’aide d’une revue de littérature non exhaustive. Les anciens détenus proviennent de milieux socio-culturels défavorisés et possèdent une santé moins bonne que le reste de la population. Ils souffrent particulièrement de toxicomanie et de maladies mentales. La libération est une période particulièrement mal vécue par les anciens détenus, de par les challenges sociaux auxquels ils sont confrontés, et la prévalence de comportements à risques ainsi que de détresse psychologique s’en trouve fortement majorée. Le médecin généraliste a un rôle à jouer dans la prise en charge des anciens détenus, notamment au niveau de la continuité des soins et de la santé publique, mais son rôle dans le risque de récidive est moins important que celui des autres intervenants sociaux.
Mon assistanat m’a permis d’être en contact avec des individus récemment libérés de prison ou en cours de l’être. Cette expérience a créé en moi un questionnement quant à mon rôle en tant que médecin généraliste dans la prise en charge de ces patients. Une synthèse des problèmes rencontrés pendant et après l’incarcération a été réalisée à l’aide d’une revue de littérature non exhaustive. Les anciens détenus proviennent de milieux socio-culturels défavorisés et possèdent une santé moins bonne que le reste de la population. Ils souffrent particulièrement de toxicomanie et de maladies mentales. La libération est une période particulièrement mal vécue par les anciens détenus, de par les challenges sociaux auxquels ils sont confrontés, et la prévalence de comportements à risques ainsi que de détresse psychologique s’en trouve fortement majorée. Le médecin généraliste a un rôle à jouer dans la prise en charge des anciens détenus, notamment au niveau de la continuité des soins et de la santé publique, mais son rôle dans le risque de récidive est moins important que celui des autres intervenants sociaux.
Augusto Martinez - RübenUniversité de Liège
QC14 - 58.007 - QC34
L'impact des Technologies de l'Information et de la Communication sur la médecine générale : représentations de médecins généralistes issus de la génération Y
L'impact des Technologies de l'Information et de la Communication sur la médecine générale : représentations de médecins généralistes issus de la génération Y
Introduction : Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) ont pénétré tous les aspects de notre société et la médecine générale n'échappe pas à la règle. Ehealth, mHealth, DMI, ces mots font désormais parti du vocabulaire courant des médecins généralistes (MG). Objectif : Explorer les représentations des médecins généralistes de la génération Y vis-à-vis de la généralisation des TIC dans leur profession. Méthode : Étude qualitative basée sur une analyse inductive générale appliquée à des entretiens semi-dirigés au sein d'une population de 8 médecins généralistes de la génération Y en région de Seraing. Principaux résultats : Ces entretiens ont permis de mettre en évidence des représentations que l'on pourra classer en tant que freins, leviers, besoins et perspectives d'avenir pour la médecine générale. Les leviers concernent des soins de meilleurs qualités, une autonomisation des patients, l'enthousiasme des jeunes médecins et la crise du COVID-19. Les freins décrits sont la crainte d'une perte de la vision globale du patient, le manque d'indications reconnues, le risque d'altération du lien, la crainte de la réaction des patients, la matérialité des TIC, la pression exercée sur les médecins et la questions de l'usage des données. Les besoins sont de deux ordres, principalement systémiques et pédagogiques. Enfin, nous discuterons des opportunités d'avenir en lien avec les TIC.
Introduction : Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) ont pénétré tous les aspects de notre société et la médecine générale n'échappe pas à la règle. Ehealth, mHealth, DMI, ces mots font désormais parti du vocabulaire courant des médecins généralistes (MG). Objectif : Explorer les représentations des médecins généralistes de la génération Y vis-à-vis de la généralisation des TIC dans leur profession. Méthode : Étude qualitative basée sur une analyse inductive générale appliquée à des entretiens semi-dirigés au sein d'une population de 8 médecins généralistes de la génération Y en région de Seraing. Principaux résultats : Ces entretiens ont permis de mettre en évidence des représentations que l'on pourra classer en tant que freins, leviers, besoins et perspectives d'avenir pour la médecine générale. Les leviers concernent des soins de meilleurs qualités, une autonomisation des patients, l'enthousiasme des jeunes médecins et la crise du COVID-19. Les freins décrits sont la crainte d'une perte de la vision globale du patient, le manque d'indications reconnues, le risque d'altération du lien, la crainte de la réaction des patients, la matérialité des TIC, la pression exercée sur les médecins et la questions de l'usage des données. Les besoins sont de deux ordres, principalement systémiques et pédagogiques. Enfin, nous discuterons des opportunités d'avenir en lien avec les TIC.
Naccache - RéouvenUniversité de Liège
QT44 - QS13 - QP3 - QR31 - QR7 - QT22 - QS41
Le ressenti des médecins généralistes vis-à-vis des téléconsultations et des conséquences de celles-ci. L'exemple de la crise du COVID-19. Etude qualitative auprès de médecins généralistes de la Province de Liège.
Le ressenti des médecins généralistes vis-à-vis des téléconsultations et des conséquences de celles-ci. L'exemple de la crise du COVID-19. Etude qualitative auprès de médecins généralistes de la Province de Liège.
INTRODUCTION – L’arrivée de la téléconsultation est une vague technologique bouleversant notre pratique classique. Elle est précipitée par la crise sanitaire actuelle. Ce travail a pour objectif d’analyser le vécu des médecins généralistes face à ce changement majeur. METHODOLOGIE – Recherche qualitative par la théorisation ancrée de 10 entretiens réalisés auprès de médecins généralistes et assistants de la Province de Liège par le moyen d’un questionnaire écrit. RESULTATS – La théorisation ancrée s’est déroulée en trois étapes : la codification, la catégorisation, et finalement la modélisation. Cette dernière étape a permis d’élaborer un modèle basé sur deux concepts principaux. Le premier est « un nouveau mode de fonctionnement », comprenant tout ce qui est propre à la téléconsultation. Le second est « à intégrer dans notre pratique traditionnelle », avec tous les changements que ce nouveau mode de fonctionnement implique. DISCUSSION - La téléconsultation comporte plusieurs aspects. Elle a d’abord été accueillie négativement et nécessite un temps d’adaptation afin d’être utilisée correctement. Elle est néanmoins un atout important en termes d’accessibilité et de gestion du temps. Elle présente certains risques inhérents au manque d’examen clinique et de lien social et ne peut par conséquent être utilisée qu’en complément d’une pratique classique. Elle doit se faire dans un cadre bien spécifique. CONCLUSIONS – Ce travail propose une esquisse pour s’approprier aisément et utiliser judicieusement ce nouvel outil. Nombreuses de ses facettes doivent encore à l’avenir être explorées.
INTRODUCTION – L’arrivée de la téléconsultation est une vague technologique bouleversant notre pratique classique. Elle est précipitée par la crise sanitaire actuelle. Ce travail a pour objectif d’analyser le vécu des médecins généralistes face à ce changement majeur. METHODOLOGIE – Recherche qualitative par la théorisation ancrée de 10 entretiens réalisés auprès de médecins généralistes et assistants de la Province de Liège par le moyen d’un questionnaire écrit. RESULTATS – La théorisation ancrée s’est déroulée en trois étapes : la codification, la catégorisation, et finalement la modélisation. Cette dernière étape a permis d’élaborer un modèle basé sur deux concepts principaux. Le premier est « un nouveau mode de fonctionnement », comprenant tout ce qui est propre à la téléconsultation. Le second est « à intégrer dans notre pratique traditionnelle », avec tous les changements que ce nouveau mode de fonctionnement implique. DISCUSSION - La téléconsultation comporte plusieurs aspects. Elle a d’abord été accueillie négativement et nécessite un temps d’adaptation afin d’être utilisée correctement. Elle est néanmoins un atout important en termes d’accessibilité et de gestion du temps. Elle présente certains risques inhérents au manque d’examen clinique et de lien social et ne peut par conséquent être utilisée qu’en complément d’une pratique classique. Elle doit se faire dans un cadre bien spécifique. CONCLUSIONS – Ce travail propose une esquisse pour s’approprier aisément et utiliser judicieusement ce nouvel outil. Nombreuses de ses facettes doivent encore à l’avenir être explorées.
Labory - MariusUniversité de Liège
QO4 - QS41 - QR31 - QS11 - QD12
Revue de littérature sur la prévention primaire des démences chez les personnes âgées.
Revue de littérature sur la prévention primaire des démences chez les personnes âgées.
Les démences représentent un problème de santé majeur et grandissant, face auquel les médecins généralistes sont en première ligne. A l’heure actuelle, il n’y a pas ou peu de solutions thérapeutiques efficaces et encore moins de solutions médicamenteuses. Dans ce contexte, la prévention des démences représente un domaine de recherche encourageant. Ce travail a donc pour objectif d’identifier l’ensemble des facteurs de risque et des facteurs protecteurs de la démence qui sont, si pas clairement démontrés, au moins fortement suspectés. La recherche bibliographique réalisée a permis une sélection finale de 30 références parmi les 157 articles sélectionnés préalablement. Bien que beaucoup de facteurs restent encore à éclaircir, il y a déjà plusieurs pistes à évoquer dans la prévention des démences. Le bénéfice apporté par la prévention cardiovasculaire ainsi que celui de la diète méditerranéenne a été démontré. Des prises en charge multi-domaines, semblent pouvoir protéger d’un certain déclin cognitif. Une attention devrait être portée aussi sur la qualité du sommeil et les activités sociales devraient être encouragées, bien qu’ayant un niveau de preuve plus faible. En outre, l’administration de suppléments vitaminiques tel que B12, E et sélénium ne semble pas apporter de bénéfice. Il en va de même pour les AINS, statines et Ginkgo Biloba. À la lumière de ces résultats, un plan d’action visant à réduire l’incidence des démences pourrait être établi, notamment concernant les activités des pensionnaires en maison de repos, ainsi que les conseils sur les facteurs protecteurs au cabinet médical.
Les démences représentent un problème de santé majeur et grandissant, face auquel les médecins généralistes sont en première ligne. A l’heure actuelle, il n’y a pas ou peu de solutions thérapeutiques efficaces et encore moins de solutions médicamenteuses. Dans ce contexte, la prévention des démences représente un domaine de recherche encourageant. Ce travail a donc pour objectif d’identifier l’ensemble des facteurs de risque et des facteurs protecteurs de la démence qui sont, si pas clairement démontrés, au moins fortement suspectés. La recherche bibliographique réalisée a permis une sélection finale de 30 références parmi les 157 articles sélectionnés préalablement. Bien que beaucoup de facteurs restent encore à éclaircir, il y a déjà plusieurs pistes à évoquer dans la prévention des démences. Le bénéfice apporté par la prévention cardiovasculaire ainsi que celui de la diète méditerranéenne a été démontré. Des prises en charge multi-domaines, semblent pouvoir protéger d’un certain déclin cognitif. Une attention devrait être portée aussi sur la qualité du sommeil et les activités sociales devraient être encouragées, bien qu’ayant un niveau de preuve plus faible. En outre, l’administration de suppléments vitaminiques tel que B12, E et sélénium ne semble pas apporter de bénéfice. Il en va de même pour les AINS, statines et Ginkgo Biloba. À la lumière de ces résultats, un plan d’action visant à réduire l’incidence des démences pourrait être établi, notamment concernant les activités des pensionnaires en maison de repos, ainsi que les conseils sur les facteurs protecteurs au cabinet médical.
Coveliers - AmauryUniversité de Liège
QD41 - P70 - QT33
L'usage du CBD en milieu gériatrique
L'usage du CBD en milieu gériatrique
Le cannabidiol (CBD), molécule extraite de la plante de cannabis, semble posséder des propriétés thérapeutiques intéressantes dans le domaine de l’anxiété, des troubles du sommeil ou encore de la gestion de la douleur. Cette molécule est également reconnue comme efficace dans la gestion de crises d’épilepsies réfractaires chez l’enfant. Le domaine de la gériatrie est un domaine très spécifique dans lequel la gestion de certains patients peut s’avérer délicate ; la mise en place d’un traitement adapté est parfois périlleuse au vu des fragilités présentes dans ce type de patientèle. En effet, la majoration ou l’instauration de nouvelles molécules peut entrainer des conséquences parfois très importantes, pouvant impacter la qualité de vie de ces patients. Dans ce travail, nous avons pu constater que le cannabidiol était une molécule relativement fiable en termes de tolérance, de dépendance et d’apparition d’effets secondaires. Ses effets bénéfiques sur l’anxiété, l’insomnie et sur la douleur sont toutefois limités. En considérant tout cela, l’hypothèse soutenue est que le cannabidiol pourrait s’inscrire dans un schéma thérapeutique de seconde intention dans la gestion de cas légers à modérés.
Le cannabidiol (CBD), molécule extraite de la plante de cannabis, semble posséder des propriétés thérapeutiques intéressantes dans le domaine de l’anxiété, des troubles du sommeil ou encore de la gestion de la douleur. Cette molécule est également reconnue comme efficace dans la gestion de crises d’épilepsies réfractaires chez l’enfant. Le domaine de la gériatrie est un domaine très spécifique dans lequel la gestion de certains patients peut s’avérer délicate ; la mise en place d’un traitement adapté est parfois périlleuse au vu des fragilités présentes dans ce type de patientèle. En effet, la majoration ou l’instauration de nouvelles molécules peut entrainer des conséquences parfois très importantes, pouvant impacter la qualité de vie de ces patients. Dans ce travail, nous avons pu constater que le cannabidiol était une molécule relativement fiable en termes de tolérance, de dépendance et d’apparition d’effets secondaires. Ses effets bénéfiques sur l’anxiété, l’insomnie et sur la douleur sont toutefois limités. En considérant tout cela, l’hypothèse soutenue est que le cannabidiol pourrait s’inscrire dans un schéma thérapeutique de seconde intention dans la gestion de cas légers à modérés.

Cannabidiol (CBD), a molecule extracted from the cannabis plant, seems to have interesting therapeutic properties in the area of anxiety, sleep disorders and pain management. This molecule is also recognized as effective in the management of epileptic seizures in children. The field of geriatrics is a very specific field in which the management of certain patients can be delicate and the implementation of an adapted treatment is sometimes perilous due to the fragility present in this type of patient. Indeed, the increase or the introduction of new molecules can lead to sometimes very significant consequences that can impact the quality of life of these patients. In this work, we saw that cannabidiol is a relatively safe molecule in terms of tolerance, dependence and the appearance of side effects. However, its beneficial effects on anxiety, insomnia and pain are limited. Considering all this, the hypothesis supported is that cannabidiol could be part of a second-line treatment in the management of mild to moderate cases.
Cannabidiol (CBD), a molecule extracted from the cannabis plant, seems to have interesting therapeutic properties in the area of anxiety, sleep disorders and pain management. This molecule is also recognized as effective in the management of epileptic seizures in children. The field of geriatrics is a very specific field in which the management of certain patients can be delicate and the implementation of an adapted treatment is sometimes perilous due to the fragility present in this type of patient. Indeed, the increase or the introduction of new molecules can lead to sometimes very significant consequences that can impact the quality of life of these patients. In this work, we saw that cannabidiol is a relatively safe molecule in terms of tolerance, dependence and the appearance of side effects. However, its beneficial effects on anxiety, insomnia and pain are limited. Considering all this, the hypothesis supported is that cannabidiol could be part of a second-line treatment in the management of mild to moderate cases.
MAROTTA - FlorentUniversité de Liège
P74 - P06 - A01 - 49.004 - QO4 - QO4
Comment mes confrères généralistes prennent-ils en charge les proches dans l’acte d’euthanasie ?
Comment mes confrères généralistes prennent-ils en charge les proches dans l’acte d’euthanasie ?
Nous sommes et serons tous confrontés à la problématique de l’euthanasie qui est une des suites possibles des soins palliatifs. Lors de mon assistanat, j’ai eu des problèmes avec un membre d’une famille et je n’ai pas eu de réponses suffisantes à mes questions donc je souhaitais aider mes confrères généralistes dans la gestion des proches dans l’acte d’euthanasie. Mon travail a pour but d’aider mes confrères généralistes à pouvoir apporter une meilleure prise en charge avant, pendant et après l’acte d’euthanasie. Mais je n’ai pas fait de recherches sur l’acte d’euthanasie des mineurs car cette procédure est un peu particulière. J’ai procédé à l’analyse d’études scientifiques sur ce sujet et j’ai effectué des entretiens auprès de six médecins généralistes de la province liégeoise. J’ai également eu un entretien téléphonique avec Gabriel Ringlet concernant le caractère spirituel. De ces entretiens, j’ai pu retirer que l’inclusion de la famille dans la procédure d’euthanasie était très importante que ce soit au niveau du soutien de la famille et son deuil ou que ce soit au niveau d’évitement de recours envers les médecins généralistes (procès, agressivité, menaces, …) J’ai appris que l’inclusion de la famille était primordiale mais que le deuil ne diffère pas du deuil qui fait suite à une mort spontanée. Mots clés : euthanasie, euthanasia, (family) caregivers, aidants proches, famille, médecin généraliste, physician
Nous sommes et serons tous confrontés à la problématique de l’euthanasie qui est une des suites possibles des soins palliatifs. Lors de mon assistanat, j’ai eu des problèmes avec un membre d’une famille et je n’ai pas eu de réponses suffisantes à mes questions donc je souhaitais aider mes confrères généralistes dans la gestion des proches dans l’acte d’euthanasie. Mon travail a pour but d’aider mes confrères généralistes à pouvoir apporter une meilleure prise en charge avant, pendant et après l’acte d’euthanasie. Mais je n’ai pas fait de recherches sur l’acte d’euthanasie des mineurs car cette procédure est un peu particulière. J’ai procédé à l’analyse d’études scientifiques sur ce sujet et j’ai effectué des entretiens auprès de six médecins généralistes de la province liégeoise. J’ai également eu un entretien téléphonique avec Gabriel Ringlet concernant le caractère spirituel. De ces entretiens, j’ai pu retirer que l’inclusion de la famille dans la procédure d’euthanasie était très importante que ce soit au niveau du soutien de la famille et son deuil ou que ce soit au niveau d’évitement de recours envers les médecins généralistes (procès, agressivité, menaces, …) J’ai appris que l’inclusion de la famille était primordiale mais que le deuil ne diffère pas du deuil qui fait suite à une mort spontanée. Mots clés : euthanasie, euthanasia, (family) caregivers, aidants proches, famille, médecin généraliste, physician
Feron - Virginie Université de Liège
QE31 - QS41 - QO4
Pathologies dermatologiques chez les patients de peau "noire" : analyse de la situation et proposition d'un outil d'aide à la pratique lors des consultations de médecine générale
Pathologies dermatologiques chez les patients de peau "noire" : analyse de la situation et proposition d'un outil d'aide à la pratique lors des consultations de médecine générale
INTRODUCTION : Les pathologies dermatologiques constituent un motif de consultation fréquent en médecine générale. Un des challenges de la prise en charge des problèmes dermatologiques est un diagnostic de qualité. Ce challenge se complexifie lorsque l’on se prête au même exercice chez un patient de peau « noire ».
 OBJECTIFS : Evaluer les difficultés de diagnostic et de prise en charge des pathologies dermatologiques chez les patients de peau « noire » par les assistants en médecine générale de ULiège et les jeunes médecins généralistes de Liège lors des consultations. Concevoir, évaluer et proposer un outil d’aide clinique au diagnostic et à la prise en charge de certaines pathologies dermatologiques chez les patients de peau « noire » en médecine générale. MATERIELS & METHODES : Cette étude est mixte, semi-quantitative et qualitative. Pour son élaboration, plusieurs étapes ont été nécessaires. Dans un premier temps, j’ai effectué une revue de zla littérature. La seconde étape consistait en un recueil de données via un questionnaire auprès de 53 assistants et jeunes médecins généralistes de Liège. La dernière étape était essentiellement centrée sur la conception et l’évaluation de l’outil auprès 18 médecins généralistes et de 3 dermatologues de Liège via des entretiens semi-dirigés. RESULTATS : Parmi les motifs de consultations dermatologiques rencontrés le plus souvent par nos participants, acné, dermatites infectieuses, dermatomycoses et cicatrices chéloïdes sortent clairement du lot. Les confrères généralistes, dermatologues et internet sont les 3 principales sources d’aide auxquelles ont recours ces jeunes médecins pour le diagnostic et la prise en charge. Nos résultats montrent que nos participants réfèrent le patient vers le dermatologue principalement après un échec thérapeutique mais cela reste rare. CONCLUSION : La prise en charge en médecine générale des pathologies dermatologiques sur peau « noire » peut paraitre complexe. L’un des objectifs de ce travail était d’apporter une solution afin que les assistants et jeunes médecins se sentent plus à l’aise dans leur prise en charge. Pour cela, j’ai créé un outil qui j’espère sera utile dans leur pratique quotidienne. Dans l’ensemble, les experts sont satisfaits de l’outil proposé. De manière unanime, l’outil a été fortement apprécié par les assistants et jeunes médecins généralistes de l’ULiège. MOTS CLÉS : Peau noire ; Outil ; Dermatoses ; Médecine Générale
INTRODUCTION : Les pathologies dermatologiques constituent un motif de consultation fréquent en médecine générale. Un des challenges de la prise en charge des problèmes dermatologiques est un diagnostic de qualité. Ce challenge se complexifie lorsque l’on se prête au même exercice chez un patient de peau « noire ».
 OBJECTIFS : Evaluer les difficultés de diagnostic et de prise en charge des pathologies dermatologiques chez les patients de peau « noire » par les assistants en médecine générale de ULiège et les jeunes médecins généralistes de Liège lors des consultations. Concevoir, évaluer et proposer un outil d’aide clinique au diagnostic et à la prise en charge de certaines pathologies dermatologiques chez les patients de peau « noire » en médecine générale. MATERIELS & METHODES : Cette étude est mixte, semi-quantitative et qualitative. Pour son élaboration, plusieurs étapes ont été nécessaires. Dans un premier temps, j’ai effectué une revue de zla littérature. La seconde étape consistait en un recueil de données via un questionnaire auprès de 53 assistants et jeunes médecins généralistes de Liège. La dernière étape était essentiellement centrée sur la conception et l’évaluation de l’outil auprès 18 médecins généralistes et de 3 dermatologues de Liège via des entretiens semi-dirigés. RESULTATS : Parmi les motifs de consultations dermatologiques rencontrés le plus souvent par nos participants, acné, dermatites infectieuses, dermatomycoses et cicatrices chéloïdes sortent clairement du lot. Les confrères généralistes, dermatologues et internet sont les 3 principales sources d’aide auxquelles ont recours ces jeunes médecins pour le diagnostic et la prise en charge. Nos résultats montrent que nos participants réfèrent le patient vers le dermatologue principalement après un échec thérapeutique mais cela reste rare. CONCLUSION : La prise en charge en médecine générale des pathologies dermatologiques sur peau « noire » peut paraitre complexe. L’un des objectifs de ce travail était d’apporter une solution afin que les assistants et jeunes médecins se sentent plus à l’aise dans leur prise en charge. Pour cela, j’ai créé un outil qui j’espère sera utile dans leur pratique quotidienne. Dans l’ensemble, les experts sont satisfaits de l’outil proposé. De manière unanime, l’outil a été fortement apprécié par les assistants et jeunes médecins généralistes de l’ULiège. MOTS CLÉS : Peau noire ; Outil ; Dermatoses ; Médecine Générale
LODY - HarmonieUniversité de Liège
S96 - S99 - S76 - QS41 - QC31 - QR33 - QD21
La visite à domicile programmée de longue date : intérêt et rôle du médecin généraliste
La visite à domicile programmée de longue date : intérêt et rôle du médecin généraliste
Introduction : Le nombre de visites à domicile ne cesse de diminuer depuis ces dernières années, tant en Belgique qu’au niveau international. Cependant, le vieillissement croissant de la population et le désir des personnes âgées de pouvoir rester le plus longtemps possible à leur domicile s’oppose à cette tendance actuelle. L’objectif de ce travail était de déterminer l’intérêt des visites à domicile programmées de longue date selon les médecins généralistes. Méthode : Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de 10 médecins généralistes en région semi-rurale malmédienne. Résultats : L’ensemble des médecins interrogés pratiquaient les visites à domicile de routine, et pour la plupart, celles-ci ont diminué. Ils ont trouvé beaucoup plus d’avantages, pour eux ainsi que pour le patient, que de freins à cette pratique. La majorité des bénéficiaires de ces visites sont les patients dépendants et/ou isolés, et le plus souvent âgés. Tous les médecins s’accordent sur l’importante de la prévention lors de ces visites. Le rôle qu’ils se sont attribué est un rôle de soutien social et de coordinateur pour les différents intervenants. Conclusion : Les avantages liés à la visite à domicile de routine sont en partie controversés. Pourtant, pour la majorité des médecins interrogés, cette pratique est essentielle et fait partie intégrante de leur fonction. Il serait intéressant d’interroger les patients sur leurs besoins et leurs attentes par rapport au passage régulier de leur médecin à domicile. Un travail concernant l’avis des différents aidants au domicile pourrait également être réalisé.
Introduction : Le nombre de visites à domicile ne cesse de diminuer depuis ces dernières années, tant en Belgique qu’au niveau international. Cependant, le vieillissement croissant de la population et le désir des personnes âgées de pouvoir rester le plus longtemps possible à leur domicile s’oppose à cette tendance actuelle. L’objectif de ce travail était de déterminer l’intérêt des visites à domicile programmées de longue date selon les médecins généralistes. Méthode : Une étude qualitative par entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de 10 médecins généralistes en région semi-rurale malmédienne. Résultats : L’ensemble des médecins interrogés pratiquaient les visites à domicile de routine, et pour la plupart, celles-ci ont diminué. Ils ont trouvé beaucoup plus d’avantages, pour eux ainsi que pour le patient, que de freins à cette pratique. La majorité des bénéficiaires de ces visites sont les patients dépendants et/ou isolés, et le plus souvent âgés. Tous les médecins s’accordent sur l’importante de la prévention lors de ces visites. Le rôle qu’ils se sont attribué est un rôle de soutien social et de coordinateur pour les différents intervenants. Conclusion : Les avantages liés à la visite à domicile de routine sont en partie controversés. Pourtant, pour la majorité des médecins interrogés, cette pratique est essentielle et fait partie intégrante de leur fonction. Il serait intéressant d’interroger les patients sur leurs besoins et leurs attentes par rapport au passage régulier de leur médecin à domicile. Un travail concernant l’avis des différents aidants au domicile pourrait également être réalisé.
Drouguet - AdèleUniversité de Liège
QR31 - QS41 - QO4 - QD4
Quels sont les freins à l'accès et les besoins en santé des personnes transgenres chez le médecin généraliste ?
Quels sont les freins à l'accès et les besoins en santé des personnes transgenres chez le médecin généraliste ?
Résumé - Abstract Introduction Une personne transgenre est une personne dont l’identité de genre et/ou l’expression de genre est différente de celle attribuée à la naissance. Cette population fait face à une réelle disparité en terme de soin de santé par rapport à la population générale. L'objectif de ce TFE est d'identifier les freins à l'accès ainsi que les besoins en santé de cette population lorsqu'elle se rend chez le médecin généraliste. Méthodologie Ce travail sera réalisé grâce à une étude qualitative par entretiens semi-dirigés. La population cible est constituée de toute personne s'identifiant trans* n'ayant pas nécessairement entrepris un parcours de transition. Les participants seront recrutés par des flyers et mails envoyés par les ASBL Genres Pluriels et Maison Arc En Ciel. Résultats 6 personnes s'identifiant trans* ont été interrogées sur leurs freins à l'accès et leurs besoins en santé chez le médecin généraliste, 4 femmes trans*, 1 homme trans* et un individu s'identifiant trans-masculin non binaire. Ont été abordés lors des entretiens, les difficultés à aller consulter un médecin généraliste ainsi que les attentes en terme de santé général et trans-spécifique . Discussion La crainte d'une mauvaise relation médecin-patient et d'une moins bonne prise en charge médicale ont été les freins majeurs identifiés. Elle est en lien avec une méconnaissance de la transidentité et des ses aspects médicaux par les médecins généralistes. Les besoins en santé généraux concordent avec le rôle de thérapeute de première ligne. Les besoins en santé transspécifiques des participants semblent diverger. Conclusion Les freins à l'accès et les besoins en santé des personnes transgenres semblent se rejoindre. Ils sont en lien avec l'appréhension d'une méconnaissance de la transidentité par le médecin généraliste. Il apparait essentiel que tout omnipraticien s'informe sur la transidentité afin d'envisager une pratique plus inclusive et respectueuse de l'intégrité de chaque individu. Mots clés : transgenre, médecine générale, accès au soin, santé des minorités, disparité en santé.
Résumé - Abstract Introduction Une personne transgenre est une personne dont l’identité de genre et/ou l’expression de genre est différente de celle attribuée à la naissance. Cette population fait face à une réelle disparité en terme de soin de santé par rapport à la population générale. L'objectif de ce TFE est d'identifier les freins à l'accès ainsi que les besoins en santé de cette population lorsqu'elle se rend chez le médecin généraliste. Méthodologie Ce travail sera réalisé grâce à une étude qualitative par entretiens semi-dirigés. La population cible est constituée de toute personne s'identifiant trans* n'ayant pas nécessairement entrepris un parcours de transition. Les participants seront recrutés par des flyers et mails envoyés par les ASBL Genres Pluriels et Maison Arc En Ciel. Résultats 6 personnes s'identifiant trans* ont été interrogées sur leurs freins à l'accès et leurs besoins en santé chez le médecin généraliste, 4 femmes trans*, 1 homme trans* et un individu s'identifiant trans-masculin non binaire. Ont été abordés lors des entretiens, les difficultés à aller consulter un médecin généraliste ainsi que les attentes en terme de santé général et trans-spécifique . Discussion La crainte d'une mauvaise relation médecin-patient et d'une moins bonne prise en charge médicale ont été les freins majeurs identifiés. Elle est en lien avec une méconnaissance de la transidentité et des ses aspects médicaux par les médecins généralistes. Les besoins en santé généraux concordent avec le rôle de thérapeute de première ligne. Les besoins en santé transspécifiques des participants semblent diverger. Conclusion Les freins à l'accès et les besoins en santé des personnes transgenres semblent se rejoindre. Ils sont en lien avec l'appréhension d'une méconnaissance de la transidentité par le médecin généraliste. Il apparait essentiel que tout omnipraticien s'informe sur la transidentité afin d'envisager une pratique plus inclusive et respectueuse de l'intégrité de chaque individu. Mots clés : transgenre, médecine générale, accès au soin, santé des minorités, disparité en santé.
MORITZ - CorentinUniversité de Liège
QC24 - QD12 - QP21 - A98
Mise en place et évaluation d’une campagne de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal en médecine générale : l’expérience d’une pratique de groupe pluridisciplinaire au forfait en milieu urbain
Mise en place et évaluation d’une campagne de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal en médecine générale : l’expérience d’une pratique de groupe pluridisciplinaire au forfait en milieu urbain
Le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer en Belgique et représente le 4° cancer le plus fréquent. Une campagne nationale de dépistage est organisée chaque année et proposée à la population âgée de 50 à 74 ans. Il consiste en la recherche de sang occulte dans les selles grâce à l’autotest immunologique « iFOBT ». Cependant, le taux de participation à cette campagne reste en dessous des attentes et ce particulièrement en Wallonie. Notre travail a pour objectif d’évaluer l’impact d’une campagne de dépistage auprès de la patientèle d’une pratique de groupe pluridisciplinaire en milieu urbain. A partir des recommandations de la littérature internationale nous avons créé une campagne de dépistage se déroulant en deux étapes : l’envoi d’une lettre d’invitation personnalisée suivie de l’envoi automatique d’un test à tous les patients n’ayant pas répondu à la première invitation après un mois. 324 patients ont été concernés par notre étude et le taux de couverture a été suivi mensuellement pendant neuf mois. A la suite de notre intervention, 68 personnes ont réalisé le test de dépistage ce qui équivaut à un taux de participation de 21%. Au niveau de notre taux de couverture, celui-ci est passé de 14,1% à 31,8% réalisant une augmentation de 125,5%. L‘intervention a permis d’augmenter significativement le taux de couverture, dans une population a priori plus difficile à atteindre de par ses caractéristiques socio-démographiques. Les différents apprentissages qui découlent de ce travail nous encouragent à repenser la stratégie actuellement mise en place en Wallonie. Nous pensons par exemple que l’envoi direct du test iFOBT et l’intégration d’un rappel sont des pistes à explorer. Afin de consolider ces résultats, il nous semble important que d’autres études complètent notre analyse. En effet, celles-ci permettraient de préciser l’apport réel d’une telle intervention ou de préciser son rapport coût-bénéfice. De plus, il nous semble nécessaire d’évaluer de nouveaux outils et procédures permettant d’intervenir auprès des populations plus fragiles, généralement oubliées des campagnes de prévention.
Le cancer colorectal est la deuxième cause de décès par cancer en Belgique et représente le 4° cancer le plus fréquent. Une campagne nationale de dépistage est organisée chaque année et proposée à la population âgée de 50 à 74 ans. Il consiste en la recherche de sang occulte dans les selles grâce à l’autotest immunologique « iFOBT ». Cependant, le taux de participation à cette campagne reste en dessous des attentes et ce particulièrement en Wallonie. Notre travail a pour objectif d’évaluer l’impact d’une campagne de dépistage auprès de la patientèle d’une pratique de groupe pluridisciplinaire en milieu urbain. A partir des recommandations de la littérature internationale nous avons créé une campagne de dépistage se déroulant en deux étapes : l’envoi d’une lettre d’invitation personnalisée suivie de l’envoi automatique d’un test à tous les patients n’ayant pas répondu à la première invitation après un mois. 324 patients ont été concernés par notre étude et le taux de couverture a été suivi mensuellement pendant neuf mois. A la suite de notre intervention, 68 personnes ont réalisé le test de dépistage ce qui équivaut à un taux de participation de 21%. Au niveau de notre taux de couverture, celui-ci est passé de 14,1% à 31,8% réalisant une augmentation de 125,5%. L‘intervention a permis d’augmenter significativement le taux de couverture, dans une population a priori plus difficile à atteindre de par ses caractéristiques socio-démographiques. Les différents apprentissages qui découlent de ce travail nous encouragent à repenser la stratégie actuellement mise en place en Wallonie. Nous pensons par exemple que l’envoi direct du test iFOBT et l’intégration d’un rappel sont des pistes à explorer. Afin de consolider ces résultats, il nous semble important que d’autres études complètent notre analyse. En effet, celles-ci permettraient de préciser l’apport réel d’une telle intervention ou de préciser son rapport coût-bénéfice. De plus, il nous semble nécessaire d’évaluer de nouveaux outils et procédures permettant d’intervenir auprès des populations plus fragiles, généralement oubliées des campagnes de prévention.
Joris - JustinUniversité de Liège
QD41 - 31.003 - D75 - QT3
Intérêt et faisabilité du dépistage de l'anévrisme de l’aorte abdominale par l'échographie en médecine générale : évaluation auprès de médecins généralistes wallons.
Intérêt et faisabilité du dépistage de l'anévrisme de l’aorte abdominale par l'échographie en médecine générale : évaluation auprès de médecins généralistes wallons.
Introduction. – L’anévrisme de l’aorte abdominale (AAA) présente un taux de mortalité dramatiquement élevé quand il vient à se rompre. Le dépistage par échographie Doppler artérielle détecte facilement une dilatation à ce niveau et entraîne une réduction de la mortalité liée à l’AAA. Par ailleurs, des études ont montré que les médecins généralistes effectuaient des échographies ciblées d’un niveau de complexité faible à modéré avec un taux de fiabilité élevé. Objectifs. - Evaluer la connaissance des recommandations du dépistage de l’AAA, l’intérêt des médecins généralistes à réaliser ce dépistage eux-mêmes par échographie Doppler, ainsi que sa faisabilité. Méthode. – Questionnaire anonyme envoyé à une population d’assistants en médecine générale et de médecins généralistes wallons. Il vise à évaluer trois points : la connaissance des recommandations du dépistage, l’intérêt des répondants à réaliser ce dépistage eux-mêmes et la faisabilité de ce dépistage avec les freins éventuels. Une analyse statistique en fonction de certaines caractéristiques des médecins répondants a été effectuée. Résultats. - Sur 81 répondants, 13 seulement connaissaient les recommandations du dépistage selon la Haute Autorité de Santé (HAS) française. Environ 40 médecins ont montré un intérêt à réaliser eux-mêmes ce dépistage, cela sans lien significatif avec l’ancienneté ou le type de pratique, mais bien avec la formation à l’échographie et la possession d’un échographe. Parmi les freins les plus fréquemment cités, nous retenons le coût élevé de l’appareil d’échographie, le manque de temps, la faible prévalence de l’AAA et le fait de ne pas être qualifié en échographie qui est un examen opérateur-dépendant. Par contre, le sentiment de compétence passerait de 28% à 81% après une courte formation. Il est également mis en évidence qu’expliquer ce dépistage aux patients ne fait pas partie des freins. Conclusion. - Les recommandations de dépistage de l’AAA sont peu connues et aucune ligne directrice claire n’existe en Belgique. Par ailleurs, l’intérêt que portent les médecins généralistes à proposer et réaliser ce dépistage eux-mêmes est mitigé pour plusieurs raisons. D’un côté, ils manquent de temps et la prévalence de l’AAA est faible, d’un autre, il n’existe pas de remboursement de l’échographie en médecine générale. Cependant, après une courte formation, nombreux sont les médecins généralistes qui se sentiraient aptes à pratiquer ce dépistage. L’intérêt d’une formation d’échographie ciblée en médecine générale semble une piste prometteuse à suivre. Mots-clés. – Dépistage ; Anévrisme de l’aorte abdominale ; Échographie en médecine générale.
Introduction. – L’anévrisme de l’aorte abdominale (AAA) présente un taux de mortalité dramatiquement élevé quand il vient à se rompre. Le dépistage par échographie Doppler artérielle détecte facilement une dilatation à ce niveau et entraîne une réduction de la mortalité liée à l’AAA. Par ailleurs, des études ont montré que les médecins généralistes effectuaient des échographies ciblées d’un niveau de complexité faible à modéré avec un taux de fiabilité élevé. Objectifs. - Evaluer la connaissance des recommandations du dépistage de l’AAA, l’intérêt des médecins généralistes à réaliser ce dépistage eux-mêmes par échographie Doppler, ainsi que sa faisabilité. Méthode. – Questionnaire anonyme envoyé à une population d’assistants en médecine générale et de médecins généralistes wallons. Il vise à évaluer trois points : la connaissance des recommandations du dépistage, l’intérêt des répondants à réaliser ce dépistage eux-mêmes et la faisabilité de ce dépistage avec les freins éventuels. Une analyse statistique en fonction de certaines caractéristiques des médecins répondants a été effectuée. Résultats. - Sur 81 répondants, 13 seulement connaissaient les recommandations du dépistage selon la Haute Autorité de Santé (HAS) française. Environ 40 médecins ont montré un intérêt à réaliser eux-mêmes ce dépistage, cela sans lien significatif avec l’ancienneté ou le type de pratique, mais bien avec la formation à l’échographie et la possession d’un échographe. Parmi les freins les plus fréquemment cités, nous retenons le coût élevé de l’appareil d’échographie, le manque de temps, la faible prévalence de l’AAA et le fait de ne pas être qualifié en échographie qui est un examen opérateur-dépendant. Par contre, le sentiment de compétence passerait de 28% à 81% après une courte formation. Il est également mis en évidence qu’expliquer ce dépistage aux patients ne fait pas partie des freins. Conclusion. - Les recommandations de dépistage de l’AAA sont peu connues et aucune ligne directrice claire n’existe en Belgique. Par ailleurs, l’intérêt que portent les médecins généralistes à proposer et réaliser ce dépistage eux-mêmes est mitigé pour plusieurs raisons. D’un côté, ils manquent de temps et la prévalence de l’AAA est faible, d’un autre, il n’existe pas de remboursement de l’échographie en médecine générale. Cependant, après une courte formation, nombreux sont les médecins généralistes qui se sentiraient aptes à pratiquer ce dépistage. L’intérêt d’une formation d’échographie ciblée en médecine générale semble une piste prometteuse à suivre. Mots-clés. – Dépistage ; Anévrisme de l’aorte abdominale ; Échographie en médecine générale.
Maron - CharlotteUniversité de Liège
31.003 - 41.005 - K92 - QD41 - QS41 - QT22
La supervision relationnelle : Apports et limites relatifs à la poursuite d’une forme de supervision relationnelle en post-assistanat par les médecins généralistes et perspectives d’avenir.
La supervision relationnelle : Apports et limites relatifs à la poursuite d’une forme de supervision relationnelle en post-assistanat par les médecins généralistes et perspectives d’avenir.
L’enseignement de la relation médecin-malade prend toujours peu de place dans la formation médicale de base. La supervision constitue un moyen intéressant d’y porter attention. Elle est développée pour le médecin généraliste en formation et n’est plus obligatoire par après. Les groupes Balint constituent la seule forme de supervision « relationnelle » pour le médecin belge en exercice, quelle que soit sa pratique. Il est démontré qu’ils participent à améliorer la satisfaction professionnelle, sont préventifs dans le burnout et permettent au médecin de développer ses capacités relationnelles. Cependant, ils n’attirent que peu de médecins. Les limites les plus importantes à leur développement sont liées à la culture de l’enseignement médical, à des contraintes financières et de temps pour les médecins, au manque de clarté des objectifs soutenus par les groupes Balint et à la personnalité du médecin. La pratique de la supervision est cependant bien développée dans d’autres professions aidantes, par exemple dans le counseling et chez les assistants sociaux. Elle permet d’apporter du soutien et contribue au développement professionnel et personnel. De nouveaux modèles de supervision ont vu le jour. Ils s’ouvrent à d’autres approches que l’approche psychanalytique. Le KCE évoque le développement de groupes de soutien comme outil préventif du burnout des médecins. Le temps est certainement venu d’évoluer vers un changement de mentalité et de permettre un développement et une diversité des possibilités de supervision pour le médecin généraliste.
L’enseignement de la relation médecin-malade prend toujours peu de place dans la formation médicale de base. La supervision constitue un moyen intéressant d’y porter attention. Elle est développée pour le médecin généraliste en formation et n’est plus obligatoire par après. Les groupes Balint constituent la seule forme de supervision « relationnelle » pour le médecin belge en exercice, quelle que soit sa pratique. Il est démontré qu’ils participent à améliorer la satisfaction professionnelle, sont préventifs dans le burnout et permettent au médecin de développer ses capacités relationnelles. Cependant, ils n’attirent que peu de médecins. Les limites les plus importantes à leur développement sont liées à la culture de l’enseignement médical, à des contraintes financières et de temps pour les médecins, au manque de clarté des objectifs soutenus par les groupes Balint et à la personnalité du médecin. La pratique de la supervision est cependant bien développée dans d’autres professions aidantes, par exemple dans le counseling et chez les assistants sociaux. Elle permet d’apporter du soutien et contribue au développement professionnel et personnel. De nouveaux modèles de supervision ont vu le jour. Ils s’ouvrent à d’autres approches que l’approche psychanalytique. Le KCE évoque le développement de groupes de soutien comme outil préventif du burnout des médecins. Le temps est certainement venu d’évoluer vers un changement de mentalité et de permettre un développement et une diversité des possibilités de supervision pour le médecin généraliste.
Parente - MelissaUniversité de Liège
45.008 - 45.011 - QD12 - QT24 - QT22
La dysfonction sexuelle féminine : étude qualitative sur les leviers et freins de communication chez les patientes de plus de 50 ans et recherche de pistes de réflexions.
La dysfonction sexuelle féminine : étude qualitative sur les leviers et freins de communication chez les patientes de plus de 50 ans et recherche de pistes de réflexions.
Introduction : La dysfonction sexuelle est un problème fréquent chez les femmes mais est trop souvent sous-estimée. En effet, alors que 40% des femmes souffriront de troubles de la sexualité au cours de leur vie, très peu aborderont le sujet avec leur médecin généraliste. De plus, la dysfonction sexuelle, dont l’étiologie est multifactorielle, peut entrainer un impact majeur sur la qualité de vie et les relations interpersonnelles. Objectif : L’objectif de ce travail a été d’explorer les freins et leviers des femmes de plus de 50 ans à parler de leur sexualité et des troubles associés à leur médecin généraliste. De plus, des pistes de réflexions visant à améliorer la discussion ont été explorées. Méthode : Une recherche bibliographique a été effectuée. Elle a été suivie d’une étude qualitative réalisée via des entretiens semi-dirigés individuels. 12 patientes ont été sélectionnées de façon aléatoire. Une analyse thématique a été réalisée de manière déductive sur base des entretiens. Résultats : Certaines patientes discutent spontanément de leur sexualité avec leur médecin généraliste, alors que d’autres pensent que ce n’est pas du ressort du médecin. Il existe plusieurs freins et leviers à parler de sa sexualité avec son médecin. Ceux-ci dépendent de facteurs liés aux patientes, au médecin et à la relation médecin-patiente. Cette relation semble l’élément primordial de la discussion. Conclusion : Les troubles de la sexualité ont un impact majeur sur la qualité de vie des patientes mais également sur leur couple. Cependant, les patientes n’abordent pas spontanément le sujet. Le médecin généraliste a donc une place centrale dans le diagnostic et la prise en charge des troubles de la sexualité chez la femme. Mots-clés : Troubles sexuels – Dysfonction sexuelle – Femme – Personne âgée – Médecin généraliste
Introduction : La dysfonction sexuelle est un problème fréquent chez les femmes mais est trop souvent sous-estimée. En effet, alors que 40% des femmes souffriront de troubles de la sexualité au cours de leur vie, très peu aborderont le sujet avec leur médecin généraliste. De plus, la dysfonction sexuelle, dont l’étiologie est multifactorielle, peut entrainer un impact majeur sur la qualité de vie et les relations interpersonnelles. Objectif : L’objectif de ce travail a été d’explorer les freins et leviers des femmes de plus de 50 ans à parler de leur sexualité et des troubles associés à leur médecin généraliste. De plus, des pistes de réflexions visant à améliorer la discussion ont été explorées. Méthode : Une recherche bibliographique a été effectuée. Elle a été suivie d’une étude qualitative réalisée via des entretiens semi-dirigés individuels. 12 patientes ont été sélectionnées de façon aléatoire. Une analyse thématique a été réalisée de manière déductive sur base des entretiens. Résultats : Certaines patientes discutent spontanément de leur sexualité avec leur médecin généraliste, alors que d’autres pensent que ce n’est pas du ressort du médecin. Il existe plusieurs freins et leviers à parler de sa sexualité avec son médecin. Ceux-ci dépendent de facteurs liés aux patientes, au médecin et à la relation médecin-patiente. Cette relation semble l’élément primordial de la discussion. Conclusion : Les troubles de la sexualité ont un impact majeur sur la qualité de vie des patientes mais également sur leur couple. Cependant, les patientes n’abordent pas spontanément le sujet. Le médecin généraliste a donc une place centrale dans le diagnostic et la prise en charge des troubles de la sexualité chez la femme. Mots-clés : Troubles sexuels – Dysfonction sexuelle – Femme – Personne âgée – Médecin généraliste
Jackers - LudivineUniversité de Liège
QP52 - QC22 - QR31 - QD33 - P07 - X24 - QD12 - P08
Suivi à long terme des adultes atteints d’un cancer dans l’enfance : outil d’aide pour les médecins généralistes
Suivi à long terme des adultes atteints d’un cancer dans l’enfance : outil d’aide pour les médecins généralistes
Les différentes techniques de soins oncologiques évoluent et s’améliorent. De ce fait, et ce depuis quelques années, nous constatons l’émergence d’un nouveau groupe de patients: les adultes guéris d’un cancer dans l’enfance. Les différents traitements oncologiques reçus dans la jeunesse génèrent à l’âge adulte des effets à long terme bien souvent sous-estimés. En sa qualité de soignant de première ligne, le médecin généraliste se trouve bien trop souvent dépourvu d’outils et du soutien nécessaire au bon suivi de ces patients d’un nouveau genre. C’est en proposant un outil structuré de gestion du suivi à long terme des adultes guéris d’un cancer pédiatrique basé sur une analyse documentaire rigoureuse qu’une partie de réponse pourra être donnée à cette problématique. A travers ce document, il est proposé de revenir sur les différents traitements oncologiques et leurs effets secondaires à long terme. Ensuite, une synthèse de ces informations sera réalisée pour créer deux outils distincts pouvant être utilisés par les médecins généralistes dans leur pratique quotidienne. Le premier propose une approche systématique des différents bilans à effectuer tout au long de la vie d’un patient ayant subi une radiothérapie. Le second s’intéresse quant à lui aux suivis et bilans conseillés pour celui qui aura subi une chimiothérapie. Le médecin généraliste pourra alors choisir d’effectuer le suivi à long terme de ces nouveaux patients en concertation avec un service dédié centralisé, en partenariat avec un oncologue ou encore par ses propres moyens.
Les différentes techniques de soins oncologiques évoluent et s’améliorent. De ce fait, et ce depuis quelques années, nous constatons l’émergence d’un nouveau groupe de patients: les adultes guéris d’un cancer dans l’enfance. Les différents traitements oncologiques reçus dans la jeunesse génèrent à l’âge adulte des effets à long terme bien souvent sous-estimés. En sa qualité de soignant de première ligne, le médecin généraliste se trouve bien trop souvent dépourvu d’outils et du soutien nécessaire au bon suivi de ces patients d’un nouveau genre. C’est en proposant un outil structuré de gestion du suivi à long terme des adultes guéris d’un cancer pédiatrique basé sur une analyse documentaire rigoureuse qu’une partie de réponse pourra être donnée à cette problématique. A travers ce document, il est proposé de revenir sur les différents traitements oncologiques et leurs effets secondaires à long terme. Ensuite, une synthèse de ces informations sera réalisée pour créer deux outils distincts pouvant être utilisés par les médecins généralistes dans leur pratique quotidienne. Le premier propose une approche systématique des différents bilans à effectuer tout au long de la vie d’un patient ayant subi une radiothérapie. Le second s’intéresse quant à lui aux suivis et bilans conseillés pour celui qui aura subi une chimiothérapie. Le médecin généraliste pourra alors choisir d’effectuer le suivi à long terme de ces nouveaux patients en concertation avec un service dédié centralisé, en partenariat avec un oncologue ou encore par ses propres moyens.
Quenon - CharlotteUniversité de Liège
31.003 - 58.000 - A79 - A87 - A98
Pré-test d’un nouvel outil concernant la prévention des maladies chroniques en médecine générale.
Pré-test d’un nouvel outil concernant la prévention des maladies chroniques en médecine générale.
Les maladies chroniques sont la cause majeure de mortalité et de diminution de qualité de vie dans notre pays et cette tendance n’est pas prête de s’arrêter. De par leurs incidences fréquentes et leur impact sur la santé, elles ont également un impact grandissant sur les dépenses en matière de santé. Un moyen efficace de lutte contre ces maladies chroniques est la prévention, néanmoins elle n’est pas suffisamment utilisée. Dans ce travail de fin d’étude, j’explore au moyen d’une série d’entretiens semi-dirigés, la compréhension, l’impact cognitif, l’utilisation et l’impact sur la santé d’un outil qui vise à représenter de manière claire et facile l’importance des facteurs de risque dans les quatre maladies chroniques les plus importantes en Belgique.
Les maladies chroniques sont la cause majeure de mortalité et de diminution de qualité de vie dans notre pays et cette tendance n’est pas prête de s’arrêter. De par leurs incidences fréquentes et leur impact sur la santé, elles ont également un impact grandissant sur les dépenses en matière de santé. Un moyen efficace de lutte contre ces maladies chroniques est la prévention, néanmoins elle n’est pas suffisamment utilisée. Dans ce travail de fin d’étude, j’explore au moyen d’une série d’entretiens semi-dirigés, la compréhension, l’impact cognitif, l’utilisation et l’impact sur la santé d’un outil qui vise à représenter de manière claire et facile l’importance des facteurs de risque dans les quatre maladies chroniques les plus importantes en Belgique.
Dequiedt - ClementUniversité de Liège
45.001 - QD41 - QD42 - QP42 - QP43
La gale : sa prise en charge dans l’est de l’arrondissement de Liège et comparaison à la littérature
La gale : sa prise en charge dans l’est de l’arrondissement de Liège et comparaison à la littérature

Scabies: its treatment in the east of the district of Liège and comparison with the literature
Scabies: its treatment in the east of the district of Liège and comparison with the literature
La gale est une parasitose cutanée fréquente provoquant un prurit intense. Elle touche 300 millions de personnes chaque année principalement dans les populations défavorisées. Même en Belgique il s’agit d’une pathologie fréquemment rencontrée en médecine générale. Les deux traitements reconnus en Belgique sont la Perméthrine et le Benzyl Benzoate. Mais en 2ème ligne on retrouve régulièrement une utilisation de L’Ivermectine en off-label. On retrouve une discordance entre les taux de réussite perçu par les médecins et ceux retrouvés dans la littérature pour la Perméthrine, traitement de 1ère ligne en Belgique. Il y a également une grande disparité dans le traitement des proches des personnes infectées et sur le choix du traitement en 2ème ligne. Les mesures d’hygiène sont bien rappelées mais on ne peut pas savoir si elles sont correctement appliquées. Dans la littérature la Perméthrine a un taux d’élimination des parasites de 94% à 3 semaines. Ce nombre est bien supérieur aux taux constatés par les médecins dans cette étude. Cette discordance peut être due à une mauvaise utilisation du traitement, à une recontamination précoce par un proche non traité ou une mauvaise application des mesures de décontamination. Mots clés : Gale, médecine générale, Perméthrine et Ivermectine
La gale est une parasitose cutanée fréquente provoquant un prurit intense. Elle touche 300 millions de personnes chaque année principalement dans les populations défavorisées. Même en Belgique il s’agit d’une pathologie fréquemment rencontrée en médecine générale. Les deux traitements reconnus en Belgique sont la Perméthrine et le Benzyl Benzoate. Mais en 2ème ligne on retrouve régulièrement une utilisation de L’Ivermectine en off-label. On retrouve une discordance entre les taux de réussite perçu par les médecins et ceux retrouvés dans la littérature pour la Perméthrine, traitement de 1ère ligne en Belgique. Il y a également une grande disparité dans le traitement des proches des personnes infectées et sur le choix du traitement en 2ème ligne. Les mesures d’hygiène sont bien rappelées mais on ne peut pas savoir si elles sont correctement appliquées. Dans la littérature la Perméthrine a un taux d’élimination des parasites de 94% à 3 semaines. Ce nombre est bien supérieur aux taux constatés par les médecins dans cette étude. Cette discordance peut être due à une mauvaise utilisation du traitement, à une recontamination précoce par un proche non traité ou une mauvaise application des mesures de décontamination. Mots clés : Gale, médecine générale, Perméthrine et Ivermectine

Scabies is a common skin parasitosis causing intense itching. It affects 300 million people each year, mainly in disadvantaged populations. Even in Belgium, this is a pathology frequently encountered in general medicine. The two treatments recognized in Belgium are Permethrin and Benzyl Benzoate. But in the second line, we regularly find off-label use of Ivermectin. We find a discrepancy between the success rates perceived by doctors and those found in the literature for Permethrin, the first-line treatment in Belgium. There is also a great disparity in the treatment of relatives of infected people and in the choice of second-line treatment. Hygiene measures are well recalled but it is not possible to know if they are correctly applied. In the literature, Permethrin has a parasite elimination rate of 94% at 3 weeks. This number is much higher than the rates seen by physicians in this study. This discrepancy may be due to improper use of the treatment, early recontamination by an untreated relative or improper application of decontamination measures. Keywords: Scabies, general medicine, Permethrin and Ivermectin
Scabies is a common skin parasitosis causing intense itching. It affects 300 million people each year, mainly in disadvantaged populations. Even in Belgium, this is a pathology frequently encountered in general medicine. The two treatments recognized in Belgium are Permethrin and Benzyl Benzoate. But in the second line, we regularly find off-label use of Ivermectin. We find a discrepancy between the success rates perceived by doctors and those found in the literature for Permethrin, the first-line treatment in Belgium. There is also a great disparity in the treatment of relatives of infected people and in the choice of second-line treatment. Hygiene measures are well recalled but it is not possible to know if they are correctly applied. In the literature, Permethrin has a parasite elimination rate of 94% at 3 weeks. This number is much higher than the rates seen by physicians in this study. This discrepancy may be due to improper use of the treatment, early recontamination by an untreated relative or improper application of decontamination measures. Keywords: Scabies, general medicine, Permethrin and Ivermectin
Delahaut - NumaUniversité de Liège
S72 - QS41 - S02
Analyse de la relation entre certains paramètres clinico-biologiques et les classes d'indice de masse corporelle au sein d'une cohorte rétrospective de patients âgés de 20 à 80 ans du Condroz liégeois sur une période de trente ans.
Analyse de la relation entre certains paramètres clinico-biologiques et les classes d'indice de masse corporelle au sein d'une cohorte rétrospective de patients âgés de 20 à 80 ans du Condroz liégeois sur une période de trente ans.
ABSTRACT : Introduction – La société actuelle est confrontée à la problématique de la surcharge pondérale de manière de plus en plus impressionnante. Caractérisée de véritable épidémie mondiale par l’OMS, l’obésité peut être considérée comme une pathologie augmentant les risques cardiovasculaires et d’autres complications tel que le diabète de type 2. Le médecin généraliste, professionnel de santé de première ligne, joue un rôle crucial dans la prévention et le dépistage de ces complications. L’objectif principal de ce TFE était d’observer les relations entre la surcharge pondérale et les paramètres clinico-biologiques ainsi que leur évolution sur une période de 30 ans au travers d’une étude rétrospective de cohorte de 1.611 patients. Résultats et discussion – L’IMC de la cohorte a augmenté depuis 1990 avec, cependant, une courbe d’évolution différente selon le genre et l’âge des patients. La tension artérielle systolique, le cholestérol, la glycémie et l’acide urique montrent une augmentation globale avec le grade d’IMC et l’âge des patients ainsi qu’une fluctuation selon le genre. Conclusion – Les objectifs de ce travail peuvent être considérés comme étant globalement atteints. Une évolution relative de l’IMC et des paramètres clinico-biologiques a été démontrée au sein de la cohorte ; de même que l’impact relatif des variables « genre », « âge » et « grades d’IMC » sur certains de ces dits-paramètres. Il serait intéressant, par la suite, de vérifier ces résultats avec celle d’une étude à plus grande échelle ou de pouvoir investiguer l’effet de la prise en charge thérapeutique de ces paramètres sur l’IMC des individus. Mots-clés – Obésité, Surpoids, Médecine générale, Indice de masse corporelle, Tension artérielle systolique, Cholestérol, Glycémie, Acide urique.
ABSTRACT : Introduction – La société actuelle est confrontée à la problématique de la surcharge pondérale de manière de plus en plus impressionnante. Caractérisée de véritable épidémie mondiale par l’OMS, l’obésité peut être considérée comme une pathologie augmentant les risques cardiovasculaires et d’autres complications tel que le diabète de type 2. Le médecin généraliste, professionnel de santé de première ligne, joue un rôle crucial dans la prévention et le dépistage de ces complications. L’objectif principal de ce TFE était d’observer les relations entre la surcharge pondérale et les paramètres clinico-biologiques ainsi que leur évolution sur une période de 30 ans au travers d’une étude rétrospective de cohorte de 1.611 patients. Résultats et discussion – L’IMC de la cohorte a augmenté depuis 1990 avec, cependant, une courbe d’évolution différente selon le genre et l’âge des patients. La tension artérielle systolique, le cholestérol, la glycémie et l’acide urique montrent une augmentation globale avec le grade d’IMC et l’âge des patients ainsi qu’une fluctuation selon le genre. Conclusion – Les objectifs de ce travail peuvent être considérés comme étant globalement atteints. Une évolution relative de l’IMC et des paramètres clinico-biologiques a été démontrée au sein de la cohorte ; de même que l’impact relatif des variables « genre », « âge » et « grades d’IMC » sur certains de ces dits-paramètres. Il serait intéressant, par la suite, de vérifier ces résultats avec celle d’une étude à plus grande échelle ou de pouvoir investiguer l’effet de la prise en charge thérapeutique de ces paramètres sur l’IMC des individus. Mots-clés – Obésité, Surpoids, Médecine générale, Indice de masse corporelle, Tension artérielle systolique, Cholestérol, Glycémie, Acide urique.
Forget - SéverineUniversité de Liège
T82 - T83 - QD22 - QS41 - QC14 - QC15 - QR322 - QT53
Quels sont les freins à la vaccination de la femme enceinte (anticoquelucheuse et antigrippale) chez les professionnels de la santé ?
Quels sont les freins à la vaccination de la femme enceinte (anticoquelucheuse et antigrippale) chez les professionnels de la santé ?

What are the obstacles to the vaccination of pregnant women (pertussis and influenza) among health professionals ?
What are the obstacles to the vaccination of pregnant women (pertussis and influenza) among health professionals ?
Introduction Les recommandations en matière de vaccination anticoquelucheuse et antigrippale de la femme enceinte sont établies depuis déjà plusieurs années. Celles-ci conseillent la vaccination contre la coqueluche entre la 24e et la 32e semaine d’aménorrhée, ainsi que la vaccination contre la grippe en période endémique, quel que soit le trimestre de grossesse. De nombreuses études ont prouvé leur sécurité et leur efficacité. Cependant, on observe que les taux vaccinaux des femmes enceintes en Fédération Wallonie-Bruxelles sont faibles. En 2019, selon les données de l’Office de la Naissance et de l’Enfance, 37,5% des femmes ont été vaccinées durant leur grossesse contre la coqueluche et 9,4% contre la grippe. L’objectif de ce travail était de mettre en évidence les freins à la vaccination anticoquelucheuse et antigrippale des femmes enceintes chez les professionnels de la santé. Méthodologie Une brève recherche de la littérature scientifique a été réalisée. Ensuite trois premiers entretiens semi-dirigés avec des personnes « de référence » (un médecin généraliste, une gynécologue et une sage-femme) ont été menés dans une optique de « sondage ». A partir de ces trois entretiens, le guide d’entretien a pu être élaboré. Celui-ci a été utilisé au cours des 19 entretiens semi-dirigés qui ont suivi. Ces entretiens ont été réalisés auprès de médecins généralistes, gynécologues et sages-femmes de la commune de Ans et ses alentours, en région liégeoise. Résultats Les entretiens réalisés auprès des différents professionnels de la santé ont pu mettre en évidence une série de freins à la vaccination anticoquelucheuse et antigrippale de la femme enceinte. Il apparaissait que c’était principalement l’opinion propre des professionnels par rapport aux recommandations et à l’intérêt vaccinal qui représentait le principal frein à la vaccination. Des doutes quant à la sécurité, l’efficacité et la légitimité des vaccins durant la grossesse ont été émis. Il ressortait également que l’expérience personnelle des professionnels de la santé influençait la promotion de la vaccination. Tous les professionnels interrogés estimaient cependant avoir un rôle dans la vaccination de la femme enceinte. Il est apparu que peu de patientes refusaient la vaccination lorsqu’on leur donnait des informations adéquates. Le manque de cohérence entre les différents professionnels de la santé pouvait être une source de confusion aussi bien chez les patientes que chez certains professionnels de la santé. Cette étude a également mis en avant un manque de communication et de collaboration entre la première ligne des soins et la deuxième ligne de soins. Conclusion Les taux vaccinaux chez la femme enceinte semblaient fortement influencés par l’opinion des professionnels de la santé à ce sujet ainsi que leur expérience personnelle. Il semblait que peu de patientes refusaient la vaccination lorsqu’on la leur recommandait. Une amélioration de la communication et de la collaboration entre la première ligne et la seconde ligne pourrait accroître la couverture vaccinale. De même, une amélioration de la communication des recommandations aux professionnels de la santé pourrait être envisagée. Un partage d’expériences pourrait sensibiliser les professionnels de la santé à la vaccination durant la grossesse. Le nombre de patientes vaccinées durant la grossesse pourrait également être augmenté s’il y avait plus de proactivité en ce sens de la part des professionnels de la santé.
Introduction Les recommandations en matière de vaccination anticoquelucheuse et antigrippale de la femme enceinte sont établies depuis déjà plusieurs années. Celles-ci conseillent la vaccination contre la coqueluche entre la 24e et la 32e semaine d’aménorrhée, ainsi que la vaccination contre la grippe en période endémique, quel que soit le trimestre de grossesse. De nombreuses études ont prouvé leur sécurité et leur efficacité. Cependant, on observe que les taux vaccinaux des femmes enceintes en Fédération Wallonie-Bruxelles sont faibles. En 2019, selon les données de l’Office de la Naissance et de l’Enfance, 37,5% des femmes ont été vaccinées durant leur grossesse contre la coqueluche et 9,4% contre la grippe. L’objectif de ce travail était de mettre en évidence les freins à la vaccination anticoquelucheuse et antigrippale des femmes enceintes chez les professionnels de la santé. Méthodologie Une brève recherche de la littérature scientifique a été réalisée. Ensuite trois premiers entretiens semi-dirigés avec des personnes « de référence » (un médecin généraliste, une gynécologue et une sage-femme) ont été menés dans une optique de « sondage ». A partir de ces trois entretiens, le guide d’entretien a pu être élaboré. Celui-ci a été utilisé au cours des 19 entretiens semi-dirigés qui ont suivi. Ces entretiens ont été réalisés auprès de médecins généralistes, gynécologues et sages-femmes de la commune de Ans et ses alentours, en région liégeoise. Résultats Les entretiens réalisés auprès des différents professionnels de la santé ont pu mettre en évidence une série de freins à la vaccination anticoquelucheuse et antigrippale de la femme enceinte. Il apparaissait que c’était principalement l’opinion propre des professionnels par rapport aux recommandations et à l’intérêt vaccinal qui représentait le principal frein à la vaccination. Des doutes quant à la sécurité, l’efficacité et la légitimité des vaccins durant la grossesse ont été émis. Il ressortait également que l’expérience personnelle des professionnels de la santé influençait la promotion de la vaccination. Tous les professionnels interrogés estimaient cependant avoir un rôle dans la vaccination de la femme enceinte. Il est apparu que peu de patientes refusaient la vaccination lorsqu’on leur donnait des informations adéquates. Le manque de cohérence entre les différents professionnels de la santé pouvait être une source de confusion aussi bien chez les patientes que chez certains professionnels de la santé. Cette étude a également mis en avant un manque de communication et de collaboration entre la première ligne des soins et la deuxième ligne de soins. Conclusion Les taux vaccinaux chez la femme enceinte semblaient fortement influencés par l’opinion des professionnels de la santé à ce sujet ainsi que leur expérience personnelle. Il semblait que peu de patientes refusaient la vaccination lorsqu’on la leur recommandait. Une amélioration de la communication et de la collaboration entre la première ligne et la seconde ligne pourrait accroître la couverture vaccinale. De même, une amélioration de la communication des recommandations aux professionnels de la santé pourrait être envisagée. Un partage d’expériences pourrait sensibiliser les professionnels de la santé à la vaccination durant la grossesse. Le nombre de patientes vaccinées durant la grossesse pourrait également être augmenté s’il y avait plus de proactivité en ce sens de la part des professionnels de la santé.

Introduction Recommendations for pertussis and influenza vaccination for pregnant women have been established for several years. Vaccination against pertussis is recommended between the 24th and 32nd week of pregnancy, and vaccination against influenza is always recommended in endemic period, regardless of the trimester of pregnancy. Numerous studies have proven their safety and effectiveness. However, we observe that the vaccine rates of pregnant women in the Wallonia-Brussels Federation are low. In 2019, according to data from the Office of Birth and Childhood, 37.5% of women were vaccinated during pregnancy against pertussis and 9.4% against influenza. The objective of this work was to highlight the barriers to pertussis and influenza vaccination of pregnant women among health professionals. Methodology A brief review of the scientific literature was carried out. Then, three first semi-structured interviews with “reference” health professionals (a general practitioner, a gynecologist and a midwife) were carried out. These were done with a “screening” intention. From these three interviews, the interview guide could be developed. This guide was used in the 19 semi-structured interviews that followed. These interviews were carried out with general practitioners, gynecologists and midwives in Ans and its surroundings. Results Interviews with the selected health professionals highlighted a series of obstacles to pertussis and influenza vaccination for pregnant women. It appeared that it was mainly the professionals’ own opinion towards the recommendations and the benefit of vaccination that represented the main obstacle to vaccination. Doubts have been expressed about the safety, efficacy and legitimacy of vaccination during pregnancy. It also seemed that the personal experience of health professionals influenced the immunization’s promotion. All the professionals interviewed, however, felt that they had a role in the vaccination of pregnant women. It appeared that few patients refused vaccination when given adequate information. The lack of consistency between different healthcare professionals could be a source of confusion for both patients and some healthcare professionals. This study also highlighted a lack of communication and collaboration between the first line and the second line of care. Conclusion Vaccination rates in pregnant women appeared to be strongly influenced by the health professionals’ opinions on this subject as well as their personal experience. It appeared that few patients refused vaccination when recommended. Improved communication and collaboration between the first line and the second line could increase vaccination coverage. Similarly, an improvement in the communication of recommendations to health professionals could be considered. Sharing experiences could raise awareness among health professionals about vaccination during pregnancy. The number of patients vaccinated during pregnancy could also be increased if there was more proactivity in this direction from health professionals.
Introduction Recommendations for pertussis and influenza vaccination for pregnant women have been established for several years. Vaccination against pertussis is recommended between the 24th and 32nd week of pregnancy, and vaccination against influenza is always recommended in endemic period, regardless of the trimester of pregnancy. Numerous studies have proven their safety and effectiveness. However, we observe that the vaccine rates of pregnant women in the Wallonia-Brussels Federation are low. In 2019, according to data from the Office of Birth and Childhood, 37.5% of women were vaccinated during pregnancy against pertussis and 9.4% against influenza. The objective of this work was to highlight the barriers to pertussis and influenza vaccination of pregnant women among health professionals. Methodology A brief review of the scientific literature was carried out. Then, three first semi-structured interviews with “reference” health professionals (a general practitioner, a gynecologist and a midwife) were carried out. These were done with a “screening” intention. From these three interviews, the interview guide could be developed. This guide was used in the 19 semi-structured interviews that followed. These interviews were carried out with general practitioners, gynecologists and midwives in Ans and its surroundings. Results Interviews with the selected health professionals highlighted a series of obstacles to pertussis and influenza vaccination for pregnant women. It appeared that it was mainly the professionals’ own opinion towards the recommendations and the benefit of vaccination that represented the main obstacle to vaccination. Doubts have been expressed about the safety, efficacy and legitimacy of vaccination during pregnancy. It also seemed that the personal experience of health professionals influenced the immunization’s promotion. All the professionals interviewed, however, felt that they had a role in the vaccination of pregnant women. It appeared that few patients refused vaccination when given adequate information. The lack of consistency between different healthcare professionals could be a source of confusion for both patients and some healthcare professionals. This study also highlighted a lack of communication and collaboration between the first line and the second line of care. Conclusion Vaccination rates in pregnant women appeared to be strongly influenced by the health professionals’ opinions on this subject as well as their personal experience. It appeared that few patients refused vaccination when recommended. Improved communication and collaboration between the first line and the second line could increase vaccination coverage. Similarly, an improvement in the communication of recommendations to health professionals could be considered. Sharing experiences could raise awareness among health professionals about vaccination during pregnancy. The number of patients vaccinated during pregnancy could also be increased if there was more proactivity in this direction from health professionals.
Szotek - SophieUniversité de Liège
W78 - 44.000 - QR31 - QD41
LA LITTERATIE EN SANTE ORGANISATIONNELLE: UN LEVIER POUR SIMPLIFIER ET CLARIFIER LES SOINS.
LA LITTERATIE EN SANTE ORGANISATIONNELLE: UN LEVIER POUR SIMPLIFIER ET CLARIFIER LES SOINS.
Introduction : la complexité du système de santé et celle du contexte dans lequel les soins sont dispensés limitent la capacité des individus à gérer l’information et à agir pour leur santé. Cette problématique,de mieux en mieux connue et prise en considération, a motivé la mise en place d’un projet soutenu par la Fondation Roi Baudouin. Objectif: impulser une réforme structurelle au sein d'un centre de santé afin de faciliter la navigation et rendre l’information qu’il dispense plus aisée à comprendre et à utiliser. Méthode: recherche-action par étape: sélection d’un guide de recommandations comme base scientifique, évaluation de la situation de départ, priorisation et planification de l’action au moyen de réunions d’un groupe de pilotage qui est souverain concernant le déroulement du projet. Résultats : le questionnaire à destination des professionnels s’avère peu discriminant en raison de réponses majoritairement neutres à l’inverse de celui des patients qui montre des résultats plus tranchés avec une vision globalement positive du centre de santé. D’autre part, le groupe de pilotage s’est réuni 6 fois et un thème de travail inédit (au regard du guide) et prioritaire a été sélectionné. Conclusion: la dynamique de recherche-action est toujours en cours. Pour l’heure, le projet a permis la mise en place d’un groupe de pilotage dans lequel chaque membre a pu s’approprier la thématique, les résultats des questionnaires et les recommandations du guide pratique pour ensuite s’exprimer et prendre sa place dans le processus décisionnel afin de personnaliser les recommandations du guide et enfin aboutir à la sélection d’un domaine d’action prioritaire.
Introduction : la complexité du système de santé et celle du contexte dans lequel les soins sont dispensés limitent la capacité des individus à gérer l’information et à agir pour leur santé. Cette problématique,de mieux en mieux connue et prise en considération, a motivé la mise en place d’un projet soutenu par la Fondation Roi Baudouin. Objectif: impulser une réforme structurelle au sein d'un centre de santé afin de faciliter la navigation et rendre l’information qu’il dispense plus aisée à comprendre et à utiliser. Méthode: recherche-action par étape: sélection d’un guide de recommandations comme base scientifique, évaluation de la situation de départ, priorisation et planification de l’action au moyen de réunions d’un groupe de pilotage qui est souverain concernant le déroulement du projet. Résultats : le questionnaire à destination des professionnels s’avère peu discriminant en raison de réponses majoritairement neutres à l’inverse de celui des patients qui montre des résultats plus tranchés avec une vision globalement positive du centre de santé. D’autre part, le groupe de pilotage s’est réuni 6 fois et un thème de travail inédit (au regard du guide) et prioritaire a été sélectionné. Conclusion: la dynamique de recherche-action est toujours en cours. Pour l’heure, le projet a permis la mise en place d’un groupe de pilotage dans lequel chaque membre a pu s’approprier la thématique, les résultats des questionnaires et les recommandations du guide pratique pour ensuite s’exprimer et prendre sa place dans le processus décisionnel afin de personnaliser les recommandations du guide et enfin aboutir à la sélection d’un domaine d’action prioritaire.
Mouillet - MaximeUniversité de Liège
QP3 - QS11 - QS1 - QP42 - QD1 - QR35
Quand l'activité physique a un impact sur le cancer. Qu'en savent mes patients?
Quand l'activité physique a un impact sur le cancer. Qu'en savent mes patients?
Alors que le cancer tue plus de 9.5 millions de personnes par an et constitue la deuxième cause de mortalité dans le monde, de plus en plus d’études démontrent une prévention primaire et secondaire du cancer par l’activité physique. Ce travail a été chercher des informations au contact des patients rencontrés en médecine générale et a tenté d’évaluer leurs connaissances par rapport à cette relation qui peut exister entre le cancer et l’activité physique. Malheureusement, ce travail a mis en évidence un manque de connaissance important de la part des personnes interrogées. Quatre personnes sur dix ignorent l’impact préventif de l’activité physique sur la survenue d’un cancer. Ce chiffre monte à huit personnes sur dix quand on parle de prévention secondaire. Le seuil minimal requis d’activité physique pour observer cet effet préventif est également méconnu. Près de la moitié des personnes interrogées ignorent qu’il existe une relation proportionnelle entre la quantité d’activité physique et la prévention du cancer par celle-ci. Enfin, la plupart des sujets sous-estiment le rôle de l’activité physique par rapport à d’autres facteurs de risque. Ces données sont d’autant plus préoccupantes quand on apprend que les patients avec un antécédent néoplasique se révèlent être moins bien informés que les patients dépourvus de pathologie cancéreuse. Ce travail soulève ainsi d’autres questions. Le problème n’est-il pas au niveau des patients mais plutôt au sein du corps soignant ? Le personnel médical est-il suffisamment informé à ce sujet ? Sensibilisons-nous assez nos patients ?
Alors que le cancer tue plus de 9.5 millions de personnes par an et constitue la deuxième cause de mortalité dans le monde, de plus en plus d’études démontrent une prévention primaire et secondaire du cancer par l’activité physique. Ce travail a été chercher des informations au contact des patients rencontrés en médecine générale et a tenté d’évaluer leurs connaissances par rapport à cette relation qui peut exister entre le cancer et l’activité physique. Malheureusement, ce travail a mis en évidence un manque de connaissance important de la part des personnes interrogées. Quatre personnes sur dix ignorent l’impact préventif de l’activité physique sur la survenue d’un cancer. Ce chiffre monte à huit personnes sur dix quand on parle de prévention secondaire. Le seuil minimal requis d’activité physique pour observer cet effet préventif est également méconnu. Près de la moitié des personnes interrogées ignorent qu’il existe une relation proportionnelle entre la quantité d’activité physique et la prévention du cancer par celle-ci. Enfin, la plupart des sujets sous-estiment le rôle de l’activité physique par rapport à d’autres facteurs de risque. Ces données sont d’autant plus préoccupantes quand on apprend que les patients avec un antécédent néoplasique se révèlent être moins bien informés que les patients dépourvus de pathologie cancéreuse. Ce travail soulève ainsi d’autres questions. Le problème n’est-il pas au niveau des patients mais plutôt au sein du corps soignant ? Le personnel médical est-il suffisamment informé à ce sujet ? Sensibilisons-nous assez nos patients ?
Moniquet - JustinUniversité de Liège
45.004 - 62.006 - QO4 - QO4
INTÉRÊT DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES DE L’ARRONDISSEMENT DE VERVIERS POUR LE DÉPLOIEMENT DE LA TÉLÉMÉDECINE ET NOTAMMENT LA TÉLÉCONSULTATION DANS LEUR PRATIQUE
INTÉRÊT DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES DE L’ARRONDISSEMENT DE VERVIERS POUR LE DÉPLOIEMENT DE LA TÉLÉMÉDECINE ET NOTAMMENT LA TÉLÉCONSULTATION DANS LEUR PRATIQUE
INTRODUCTION Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont en pleine expansion, leur application au domaine de la santé définit l’e-santé. Sujet de ce travail, la télémédecine en tant que les soins à distance fournis par l'intermédiaire des TIC en fait partie. Ce travail a pour objectif de sonder les médecins généralistes de la région verviétoise concernant leur intérêt pour la télémédecine et leur intention de modifier leur pratique de travail en y introduisant notamment la téléconsultation. Les objectifs secondaires sont de préciser le profil du médecin généraliste en fonction de son (dés)intérêt pour la téléconsultation et d’en approcher sommairement les freins et les moteurs. MÉTHODE La méthode d’investigation choisie est celle de l’étude quantitative descriptive par diffusion d’un questionnaire. Il a été soumis aux 344 médecins généralistes de l’arrondissement de Verviers. RÉSULTATS 56 réponses ont été obtenues et analysées. DISCUSSION L’utilisation de la téléexpertise, télésurveillance et téléassistance sont jugées positivement par les médecins interrogés. La téléconsultation est plus critiquée. Les freins et les moteurs motivant leurs avis concernant la téléconsultation ont été approchés. Il n’a pas été possible de dégager un profil précis ni complet du médecin généraliste selon son intérêt ou désintérêt pour la télémédecine. CONCLUSION La télémédecine semble être accueillie favorablement par les médecins généralistes de l’arrondissement de Verviers, sous réserve de quelques réticences concernant la téléconsultation. La majorité des médecins exprime un intérêt à s’informer davantage et reconnait le caractère incontournable de cette forme de pratique à l’avenir.
INTRODUCTION Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont en pleine expansion, leur application au domaine de la santé définit l’e-santé. Sujet de ce travail, la télémédecine en tant que les soins à distance fournis par l'intermédiaire des TIC en fait partie. Ce travail a pour objectif de sonder les médecins généralistes de la région verviétoise concernant leur intérêt pour la télémédecine et leur intention de modifier leur pratique de travail en y introduisant notamment la téléconsultation. Les objectifs secondaires sont de préciser le profil du médecin généraliste en fonction de son (dés)intérêt pour la téléconsultation et d’en approcher sommairement les freins et les moteurs. MÉTHODE La méthode d’investigation choisie est celle de l’étude quantitative descriptive par diffusion d’un questionnaire. Il a été soumis aux 344 médecins généralistes de l’arrondissement de Verviers. RÉSULTATS 56 réponses ont été obtenues et analysées. DISCUSSION L’utilisation de la téléexpertise, télésurveillance et téléassistance sont jugées positivement par les médecins interrogés. La téléconsultation est plus critiquée. Les freins et les moteurs motivant leurs avis concernant la téléconsultation ont été approchés. Il n’a pas été possible de dégager un profil précis ni complet du médecin généraliste selon son intérêt ou désintérêt pour la télémédecine. CONCLUSION La télémédecine semble être accueillie favorablement par les médecins généralistes de l’arrondissement de Verviers, sous réserve de quelques réticences concernant la téléconsultation. La majorité des médecins exprime un intérêt à s’informer davantage et reconnait le caractère incontournable de cette forme de pratique à l’avenir.
Warland - CoralieUniversité de Liège
46.001 - 47.001 - QR32 - QT42 - QS41
Exposition d'une affiche sur le dépistage du cancer du col de l'utérus dans la salle d'attente d'un médecin généraliste de la province de Liège: étude qualitative sur le ressenti et l’influence potentielle de l’affiche chez des patientes âgées de 25 à 65 ans
Exposition d'une affiche sur le dépistage du cancer du col de l'utérus dans la salle d'attente d'un médecin généraliste de la province de Liège: étude qualitative sur le ressenti et l’influence potentielle de l’affiche chez des patientes âgées de 25 à 65 ans
Introduction: Le taux de couverture du dépistage du cancer du col de l’utérus en Belgique est en diminution et est largement inférieur aux objectifs fixés à 80% qui permettraient d’avoir un effet significatif sur l’incidence des cancers invasifs. Une des solutions pour augmenter le taux de dépistage serait d’améliorer l’information et l’éducation pour la santé des femmes. Le médecin généraliste a un rôle à jouer à ces niveaux. Cependant, le temps de consultation étant restreint, les affiches dans les salles d’attente pourraient être un moyen idéal pour sensibiliser les patients. L’objectif de cette étude a donc été d’évaluer le ressenti et l’influence potentielle d’une affiche sur le dépistage du cancer du col de l’utérus dans la salle d’attente d’un médecin généraliste de la province de Liège, auprès de femmes âgées de 25 à 65 ans. Méthode: Une étude qualitative au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés a été réalisée auprès de dix patientes. Les entretiens ont été enregistrés, retranscrits et analysés via une grille de lecture thématique. Résultats: L’étude a mis en évidence que la toute grande majorité des patientes interrogées se sont senties rassurées lorsqu’elles ont lu l’affiche en constatant qu’elles étaient bien suivies tandis que celles qui n’étaient pas à jour dans leur dépistage, se sont dit qu’il fallait qu’elles prennent rendez-vous chez leur gynécologue. Les patientes ont pensé qu’il était normal et important qu’elles soient informées dans la salle d’attente de leur médecin traitant. Le travail a permis également d’évaluer l’impact potentiel de l’affiche. Sur ce point, la toute grande majorité des patientes avaient affirmé qu’il y avait un impact. Pour certaines ça leur faisait un rappel, pour d’autres ça les informait car elles n’étaient pas au courant de certaines recommandations. L’affiche a permis aux patientes de les questionner sur leur suivi personnel. Conclusion: L’impact des affiches exposées dans les salles d’attente est difficile à évaluer. Certaines études ont mis en avant son utilité et d’autres ont remis en question son efficacité. Dans ce travail, on a pu conclure que l’affiche a joué un rôle d’information et de remise en question sans faire naître de l’anxiété chez les patientes interrogées. L’affiche semble donc être un bon moyen pour contribuer à la démarche d'éducation pour la santé afin de sensibiliser les patientes et ainsi in fine, espérer augmenter le taux de couverture de dépistage. Enfin, il conviendrait de continuer à chercher d’autres pistes de solutions pour augmenter le taux de dépistage du cancer du col de l’utérus via notamment un dépistage organisé en Wallonie et à Bruxelles ou en proposant aux patientes des auto-prélèvements qui soient remboursés.
Introduction: Le taux de couverture du dépistage du cancer du col de l’utérus en Belgique est en diminution et est largement inférieur aux objectifs fixés à 80% qui permettraient d’avoir un effet significatif sur l’incidence des cancers invasifs. Une des solutions pour augmenter le taux de dépistage serait d’améliorer l’information et l’éducation pour la santé des femmes. Le médecin généraliste a un rôle à jouer à ces niveaux. Cependant, le temps de consultation étant restreint, les affiches dans les salles d’attente pourraient être un moyen idéal pour sensibiliser les patients. L’objectif de cette étude a donc été d’évaluer le ressenti et l’influence potentielle d’une affiche sur le dépistage du cancer du col de l’utérus dans la salle d’attente d’un médecin généraliste de la province de Liège, auprès de femmes âgées de 25 à 65 ans. Méthode: Une étude qualitative au moyen d’entretiens individuels semi-dirigés a été réalisée auprès de dix patientes. Les entretiens ont été enregistrés, retranscrits et analysés via une grille de lecture thématique. Résultats: L’étude a mis en évidence que la toute grande majorité des patientes interrogées se sont senties rassurées lorsqu’elles ont lu l’affiche en constatant qu’elles étaient bien suivies tandis que celles qui n’étaient pas à jour dans leur dépistage, se sont dit qu’il fallait qu’elles prennent rendez-vous chez leur gynécologue. Les patientes ont pensé qu’il était normal et important qu’elles soient informées dans la salle d’attente de leur médecin traitant. Le travail a permis également d’évaluer l’impact potentiel de l’affiche. Sur ce point, la toute grande majorité des patientes avaient affirmé qu’il y avait un impact. Pour certaines ça leur faisait un rappel, pour d’autres ça les informait car elles n’étaient pas au courant de certaines recommandations. L’affiche a permis aux patientes de les questionner sur leur suivi personnel. Conclusion: L’impact des affiches exposées dans les salles d’attente est difficile à évaluer. Certaines études ont mis en avant son utilité et d’autres ont remis en question son efficacité. Dans ce travail, on a pu conclure que l’affiche a joué un rôle d’information et de remise en question sans faire naître de l’anxiété chez les patientes interrogées. L’affiche semble donc être un bon moyen pour contribuer à la démarche d'éducation pour la santé afin de sensibiliser les patientes et ainsi in fine, espérer augmenter le taux de couverture de dépistage. Enfin, il conviendrait de continuer à chercher d’autres pistes de solutions pour augmenter le taux de dépistage du cancer du col de l’utérus via notamment un dépistage organisé en Wallonie et à Bruxelles ou en proposant aux patientes des auto-prélèvements qui soient remboursés.
Kangiester - ManonUniversité de Liège
QD42 - X75 - QS41 - QC22 - QR31
Systèmes de localisation pour les personnes atteintes de démence et ayant tendance à s’enfuir. Evaluation d’un projet pilote par le groupe de travail en Communauté germanophone 2019-2020
Systèmes de localisation pour les personnes atteintes de démence et ayant tendance à s’enfuir. Evaluation d’un projet pilote par le groupe de travail en Communauté germanophone 2019-2020

Locating systems for people with dementia and a tendency to wandering. Evaluation of a pilot project by the working group in the German-speaking Community 2019-2020
Locating systems for people with dementia and a tendency to wandering. Evaluation of a pilot project by the working group in the German-speaking Community 2019-2020
Résumé Introduction: Chez les personnes atteintes de démence le symptôme d’errance est en effet fréquent et peut mettre ces patients en danger. Dans ces cas, des mesures restrictives sont souvent prises. Cependant, de nombreuses études ont montré que la contention ne protège pas le patient. L’intérêt de notre projet est d’améliorer l’autonomie et le confort des personnes souffrant de démence et de réduire le stress pour les proches en cas d’urgence à l’aide d’outils technologiques, comme les systèmes de localisation (GPS). Méthode: Ce travail de fin d'étude examine d'une part la littérature existante sur ce sujet et évalue d'autre part le projet pilote « Systèmes de localisation pour les personnes atteintes de démence et ayant tendance à s’enfuir » dans la région germanophone de la Belgique. Résultats: La démence est un syndrome, généralement chronique ou évolutif, dans lequel on observe une altération de la fonction cognitive. Il y a différentes causes pour l’errance. La pharmacothérapie est limitée et la prise en charge multidisciplinaire des patients est essentielle. Le projet pilote a pu montrer qu'il y a différentes étapes et critères à prendre en considération pour démarrer un tel projet. Les premières expériences sont prometteuses. Discussion: Quelques projets à l'étranger sont ensuite comparés. La conclusion résume les recommandations et les propositions pour l’avenir. Concernant notre projet, l’ajustement des conditions et l’extension du projet est en cours de discussion pour acquérir une plus grande expérience pratique. Mots clés : Démence, Errance, Contention, Système de localisation GPS
Résumé Introduction: Chez les personnes atteintes de démence le symptôme d’errance est en effet fréquent et peut mettre ces patients en danger. Dans ces cas, des mesures restrictives sont souvent prises. Cependant, de nombreuses études ont montré que la contention ne protège pas le patient. L’intérêt de notre projet est d’améliorer l’autonomie et le confort des personnes souffrant de démence et de réduire le stress pour les proches en cas d’urgence à l’aide d’outils technologiques, comme les systèmes de localisation (GPS). Méthode: Ce travail de fin d'étude examine d'une part la littérature existante sur ce sujet et évalue d'autre part le projet pilote « Systèmes de localisation pour les personnes atteintes de démence et ayant tendance à s’enfuir » dans la région germanophone de la Belgique. Résultats: La démence est un syndrome, généralement chronique ou évolutif, dans lequel on observe une altération de la fonction cognitive. Il y a différentes causes pour l’errance. La pharmacothérapie est limitée et la prise en charge multidisciplinaire des patients est essentielle. Le projet pilote a pu montrer qu'il y a différentes étapes et critères à prendre en considération pour démarrer un tel projet. Les premières expériences sont prometteuses. Discussion: Quelques projets à l'étranger sont ensuite comparés. La conclusion résume les recommandations et les propositions pour l’avenir. Concernant notre projet, l’ajustement des conditions et l’extension du projet est en cours de discussion pour acquérir une plus grande expérience pratique. Mots clés : Démence, Errance, Contention, Système de localisation GPS

Abstract Introduction: People suffering from dementia frequently show symptoms of wandering, which can put these patients at risk. In these cases, restrictive measures are often taken. However, many studies have demonstrated that restraint does not protect the patient. The interest of our project is to improve the autonomy and comfort of people suffering from dementia and reduce stress for relatives in case of emergency, using technological tools such as locating systems (GPS). Methods: This thesis examines on the one hand the existing literature on this subject and evaluates on the other hand the pilot project "Locating systems for people with dementia and a tendency to wandering" in the German-speaking region of Belgium. Results: Dementia is a syndrome, usually chronic or progressive, in which impaired cognitive function is observed. There are different causes for wandering. Drug therapy is limited and multidisciplinary patient management is essential. The pilot project was able to show that there are different stages and criteria to consider when starting such a project. The first experiments were promising. Discussion: Some projects abroad are further compared. The conclusion summarizes the recommendations and suggestions for the future. Concerning our project, the adaptation of the conditions and the extension of the project are being discussed, in order to gain more practical experience. Keywords: Dementia, Wandering, Contention, Locating systems GPS
Abstract Introduction: People suffering from dementia frequently show symptoms of wandering, which can put these patients at risk. In these cases, restrictive measures are often taken. However, many studies have demonstrated that restraint does not protect the patient. The interest of our project is to improve the autonomy and comfort of people suffering from dementia and reduce stress for relatives in case of emergency, using technological tools such as locating systems (GPS). Methods: This thesis examines on the one hand the existing literature on this subject and evaluates on the other hand the pilot project "Locating systems for people with dementia and a tendency to wandering" in the German-speaking region of Belgium. Results: Dementia is a syndrome, usually chronic or progressive, in which impaired cognitive function is observed. There are different causes for wandering. Drug therapy is limited and multidisciplinary patient management is essential. The pilot project was able to show that there are different stages and criteria to consider when starting such a project. The first experiments were promising. Discussion: Some projects abroad are further compared. The conclusion summarizes the recommendations and suggestions for the future. Concerning our project, the adaptation of the conditions and the extension of the project are being discussed, in order to gain more practical experience. Keywords: Dementia, Wandering, Contention, Locating systems GPS
Mockel - EmmanuelleUniversité de Liège
QC15 - P70 - QP43 - QP1 - QD3 - QP2 - QO4
Le traitement du diabète de type 2 : quels sont les freins à l’utilisation des antidiabétiques récents (analogues du GLP1, inhibiteurs de la DPP4 et du SGLT2) chez les médecins généralistes ?
Le traitement du diabète de type 2 : quels sont les freins à l’utilisation des antidiabétiques récents (analogues du GLP1, inhibiteurs de la DPP4 et du SGLT2) chez les médecins généralistes ?
Résumé Introduction. Le diabète de type 2 représente un enjeu majeur pour la santé publique. Sa prévalence est difficile à évaluer, la maladie est longtemps asymptomatique. Le médecin généraliste est généralement le premier intervenant dans sa prise en charge et son traitement. Le développement de nouvelles molécules au cours de ces deux dernières décennies offre un large éventail d’option thérapeutique. Il n’est pas toujours simple de savoir quelle classe a utilisé et les effets bénéfiques ou secondaires qu’elle peut engendrer. Méthodologie. Ce travail est une recherche qualitative. La lecture de 4 articles provenant de la Revue Médicale de Liège sur les inhibiteurs du SGLT2 et de la DPP4 et les analogues du GLP1 m’a permis d’en apprendre un peu plus sur le sujet. Après une recherche plus poussée dans la littérature grise et sur « PubMed », j’ai pu réaliser un questionnaire à destination de mes confrères généralistes francophones. Résultats. Le traitement du diabète de type 2 commence par la mise en place de mesures hygiéno-diététiques, la pratique d’une activité physique régulière et l’arrêt du tabac et de l’alcool. La metformine est utilisée en traitement médicamenteux de première intention. Si la cible thérapeutique n’est pas atteinte, d’autres antidiabétiques peuvent être ajoutés. Parmi ceux-ci, les inhibiteurs du SGLT2 et de la DPP4 ainsi que les analogues du GLP1 ont été commercialisés au cours de ces vingt dernières années. Ces 3 classes moléculaires ont prouvé leurs effets bénéfiques à travers de grandes études. Elles restent néanmoins peu connues des médecins généralistes bien qu’elles aient une place de choix dans l’arsenal thérapeutique selon les dernières recommandations. Discussion. Il existe de nombreux freins à l’utilisation des récents antidiabétiques Ils seront différents pour chaque médecin mais les identifier grâce à une enquête permet d’offrir une piste de solution et d’aider les médecins généralistes à y voir plus clair. Mots clés. Diabète de type 2, traitement, médecin généraliste, aide à la prescription
Résumé Introduction. Le diabète de type 2 représente un enjeu majeur pour la santé publique. Sa prévalence est difficile à évaluer, la maladie est longtemps asymptomatique. Le médecin généraliste est généralement le premier intervenant dans sa prise en charge et son traitement. Le développement de nouvelles molécules au cours de ces deux dernières décennies offre un large éventail d’option thérapeutique. Il n’est pas toujours simple de savoir quelle classe a utilisé et les effets bénéfiques ou secondaires qu’elle peut engendrer. Méthodologie. Ce travail est une recherche qualitative. La lecture de 4 articles provenant de la Revue Médicale de Liège sur les inhibiteurs du SGLT2 et de la DPP4 et les analogues du GLP1 m’a permis d’en apprendre un peu plus sur le sujet. Après une recherche plus poussée dans la littérature grise et sur « PubMed », j’ai pu réaliser un questionnaire à destination de mes confrères généralistes francophones. Résultats. Le traitement du diabète de type 2 commence par la mise en place de mesures hygiéno-diététiques, la pratique d’une activité physique régulière et l’arrêt du tabac et de l’alcool. La metformine est utilisée en traitement médicamenteux de première intention. Si la cible thérapeutique n’est pas atteinte, d’autres antidiabétiques peuvent être ajoutés. Parmi ceux-ci, les inhibiteurs du SGLT2 et de la DPP4 ainsi que les analogues du GLP1 ont été commercialisés au cours de ces vingt dernières années. Ces 3 classes moléculaires ont prouvé leurs effets bénéfiques à travers de grandes études. Elles restent néanmoins peu connues des médecins généralistes bien qu’elles aient une place de choix dans l’arsenal thérapeutique selon les dernières recommandations. Discussion. Il existe de nombreux freins à l’utilisation des récents antidiabétiques Ils seront différents pour chaque médecin mais les identifier grâce à une enquête permet d’offrir une piste de solution et d’aider les médecins généralistes à y voir plus clair. Mots clés. Diabète de type 2, traitement, médecin généraliste, aide à la prescription
Borsu - CélineUniversité de Liège
T90
Intérêts des médecins généralistes pour l’utilisation des Point-Of-Care ou « Mini-Laboratoires ». Etude quantitative menée auprès de médecins généralistes de la région Liégeoise.
Intérêts des médecins généralistes pour l’utilisation des Point-Of-Care ou « Mini-Laboratoires ». Etude quantitative menée auprès de médecins généralistes de la région Liégeoise.

Interest of primary care practioners in the use of Point-of-Care tests. A quantitative study in the region of Liege.
Interest of primary care practioners in the use of Point-of-Care tests. A quantitative study in the region of Liege.
Résumé : *Introduction : Les Point-of-Care tests (POCTs) ou mini-laboratoires (Mini-labs) sont des appareils ou instruments de biologie clinique portatifs ou semi-portatifs permettant d’effectuer un dosage qualitatif et ou quantitatif et d’obtenir les résultats directement au chevet du patient. Durant ma pratique, j’ai pu constater que la nécessité d’obtenir un résultat biologique pouvait parfois retarder une prise en charge ou justifier un transfert vers urgences. Le but de ce travail est donc de déterminer les besoins exprimés par les médecins généralistes concernant cette technologie. *Méthodologie : Notre étude se base sur un questionnaire quantitatif auto-administré interrogeant les médecins de la commune de Flémalle et de la région du Condroz sur les pathologies pour lesquelles les POCTs peuvent les aider à arriver à un diagnostic ainsi que les analyses qu’ils jugent utiles dans leur cabinet. Ces résultats sont nuancés par une question subsidiaire qui explore les opportunités et craintes qu’ils expriment. *Résultats : Un total de 42 médecins a répondu à notre questionnaire. Pour ce qui est des diagnostics urgents, la pathologie la plus fréquemment citée est la cardiopathie ischémique avec angor (76% de l’échantillon), concernant le suivi, le diabète sucré a été rapporté par 90% des participants. Enfin 40% des médecins ont exprimé que les POCTs peuvent être utiles pour le diagnostic de maladies infectieuses. Les analyses les plus sollicités par nos participants sont la C-réactive protéines (CRP) : demandée par 100% des médecins, les troponines (90% des répondants), la gonadotrophine humaine β (β HCG : 86% des participants) et le dosage des D-dimères (81% de l’échantillon). Finalement, 93% des participants ont exprimé des craintes concernant les POCTs (notamment concernant le prix et la fiabilité). 76% ont trouvé que les POCTs sont une opportunité pour la médecine générale. *Discussion : Les médecins semblent en accord sur les analyses qu’ils souhaitent adopter sous forme de POCTs. Un consensus semble aussi s’exprimer concernant les pathologies ou les POCTS peuvent les aider pour le dépistage ou le suivi de leurs patients. La littérature manque encore d’études randomisées pour établir une balance bénéfice-risque au long terme d’une telle implémentation. Des protocoles « Evidence Based Medicine » (EBM) clairement définis encadrant leur usage sont encore nécessaires. *Mots clés : Point-of-Care-testing, Mini Laboratoires, Médecins généralistes, Intérêts, Besoins.
Résumé : *Introduction : Les Point-of-Care tests (POCTs) ou mini-laboratoires (Mini-labs) sont des appareils ou instruments de biologie clinique portatifs ou semi-portatifs permettant d’effectuer un dosage qualitatif et ou quantitatif et d’obtenir les résultats directement au chevet du patient. Durant ma pratique, j’ai pu constater que la nécessité d’obtenir un résultat biologique pouvait parfois retarder une prise en charge ou justifier un transfert vers urgences. Le but de ce travail est donc de déterminer les besoins exprimés par les médecins généralistes concernant cette technologie. *Méthodologie : Notre étude se base sur un questionnaire quantitatif auto-administré interrogeant les médecins de la commune de Flémalle et de la région du Condroz sur les pathologies pour lesquelles les POCTs peuvent les aider à arriver à un diagnostic ainsi que les analyses qu’ils jugent utiles dans leur cabinet. Ces résultats sont nuancés par une question subsidiaire qui explore les opportunités et craintes qu’ils expriment. *Résultats : Un total de 42 médecins a répondu à notre questionnaire. Pour ce qui est des diagnostics urgents, la pathologie la plus fréquemment citée est la cardiopathie ischémique avec angor (76% de l’échantillon), concernant le suivi, le diabète sucré a été rapporté par 90% des participants. Enfin 40% des médecins ont exprimé que les POCTs peuvent être utiles pour le diagnostic de maladies infectieuses. Les analyses les plus sollicités par nos participants sont la C-réactive protéines (CRP) : demandée par 100% des médecins, les troponines (90% des répondants), la gonadotrophine humaine β (β HCG : 86% des participants) et le dosage des D-dimères (81% de l’échantillon). Finalement, 93% des participants ont exprimé des craintes concernant les POCTs (notamment concernant le prix et la fiabilité). 76% ont trouvé que les POCTs sont une opportunité pour la médecine générale. *Discussion : Les médecins semblent en accord sur les analyses qu’ils souhaitent adopter sous forme de POCTs. Un consensus semble aussi s’exprimer concernant les pathologies ou les POCTS peuvent les aider pour le dépistage ou le suivi de leurs patients. La littérature manque encore d’études randomisées pour établir une balance bénéfice-risque au long terme d’une telle implémentation. Des protocoles « Evidence Based Medicine » (EBM) clairement définis encadrant leur usage sont encore nécessaires. *Mots clés : Point-of-Care-testing, Mini Laboratoires, Médecins généralistes, Intérêts, Besoins.

Summary : *Introduction: Point-of-Care tests (POCTs) or mini-labs (Mini-labs) are devices of clinical biology performing qualitative and / or quantitative analysis in order to obtain the results directly at the bedside. During my practice, I have noticed that the need to obtain a biological result can sometimes delay treatment or justify a transfer to the emergency department. The aim of this work is therefore to determine the needs expressed by general practitioners regarding this technology. *Methodology : Our study is based on a self-administered quantitative survey questioning doctors from the municipality of Flémalle and the Condroz region on pathologies for which POCTs can help them to get a diagnosis as well as the tests they find it useful in their practice. These results are then followed by a subsidiary question which explore the opportunities and fears they express. *Results: A total of 42 physicians responded to our survey. Regarding urgent diagnostics, the most frequently reported pathology is the ischemic heart disease (76% of the sample), concerning follow-up, diabetes mellitus was reported by 90% of participants. Finally 40% of physicians expressed that POCTs can be useful for diagnosis of infectious diseases. The blood tests mostly requested by our participants are the C-reactive protein (CRP): requested by 100% of physicians, troponins (90% of respondents), human β gonadotropin (β HCG: 86% of participants) and D-dimer (81% of the sample). Finally, 93% of participants expressed fears regarding POCTs (especially regarding price and reliability). 76% found that POCTs are an opportunity for primary care. *Discussion: Practitioners seem to agree on the tests they want to adopt in the form of POCTs. A consensus also seems to be expressed regarding pathologies where POCTS can help them with the assessment or follow-up of their patients. The literature still lacks randomized studies to establish a benefit-risk balance in the long term of such an implementation. Evidence Based Medicine (EBM) protocols clearly defined framing their use are still necessary. *Keywords: Point-of-Care-testing, General practitioners, Interests, Needs.
Summary : *Introduction: Point-of-Care tests (POCTs) or mini-labs (Mini-labs) are devices of clinical biology performing qualitative and / or quantitative analysis in order to obtain the results directly at the bedside. During my practice, I have noticed that the need to obtain a biological result can sometimes delay treatment or justify a transfer to the emergency department. The aim of this work is therefore to determine the needs expressed by general practitioners regarding this technology. *Methodology : Our study is based on a self-administered quantitative survey questioning doctors from the municipality of Flémalle and the Condroz region on pathologies for which POCTs can help them to get a diagnosis as well as the tests they find it useful in their practice. These results are then followed by a subsidiary question which explore the opportunities and fears they express. *Results: A total of 42 physicians responded to our survey. Regarding urgent diagnostics, the most frequently reported pathology is the ischemic heart disease (76% of the sample), concerning follow-up, diabetes mellitus was reported by 90% of participants. Finally 40% of physicians expressed that POCTs can be useful for diagnosis of infectious diseases. The blood tests mostly requested by our participants are the C-reactive protein (CRP): requested by 100% of physicians, troponins (90% of respondents), human β gonadotropin (β HCG: 86% of participants) and D-dimer (81% of the sample). Finally, 93% of participants expressed fears regarding POCTs (especially regarding price and reliability). 76% found that POCTs are an opportunity for primary care. *Discussion: Practitioners seem to agree on the tests they want to adopt in the form of POCTs. A consensus also seems to be expressed regarding pathologies where POCTS can help them with the assessment or follow-up of their patients. The literature still lacks randomized studies to establish a benefit-risk balance in the long term of such an implementation. Evidence Based Medicine (EBM) protocols clearly defined framing their use are still necessary. *Keywords: Point-of-Care-testing, General practitioners, Interests, Needs.
Karam - JoeUniversité de Liège
34.000 - 31.003
Comment les médecins généralistes dépistent-ils et prennent-ils en charge le Chlamydia trachomatis, en région liégeoise ?
Comment les médecins généralistes dépistent-ils et prennent-ils en charge le Chlamydia trachomatis, en région liégeoise ?
En Belgique, l’infection à Chlamydia trachomatis (CT) est l’infection sexuellement transmissible I(ST) la plus fréquente, atteignant principalement la tranche d’âge des 15 à 29 ans. Cette IST passe bien souvent inaperçue, avec un pourcentage d’asymptomatiques de 50% chez les hommes et supérieur à 70% chez les femmes. L’objectif du dépistage de l’infection à CT dans la population à risque est de diminuer la morbidité liée à la fertilité et aux complications lors de la grossesse en diminuant la transmission de la bactérie. Il doit être orienté vers les populations les plus à risque. Cependant, son efficacité dépend également d’un changement de comportement de cette population. Le dépistage systématique n’est visiblement pas encore pratiqué en médecine générale alors qu’un accès répandu au dépistage opportuniste est une part essentielle du contrôle de cette IST. La PCR est l’examen de choix, et l’auto-frottis devrait être l’examen diagnostique privilégié chez la femme. La notification de l’infection au partenaire et le suivi après le traitement sont des éléments essentiels pour contribuer au contrôle de l’infection à CT. Pour améliorer le dépistage et la prise en charge du CT, les jeunes devraient être informés que le dépistage peut être réalisé par leur médecin généraliste, d’autant plus que 60 à 70% des jeunes patients de la population cible voient leur médecin traitant au moins une fois par an. Par ailleurs, les médecins pourraient également être formés plus régulièrement au sujet des IST.
En Belgique, l’infection à Chlamydia trachomatis (CT) est l’infection sexuellement transmissible I(ST) la plus fréquente, atteignant principalement la tranche d’âge des 15 à 29 ans. Cette IST passe bien souvent inaperçue, avec un pourcentage d’asymptomatiques de 50% chez les hommes et supérieur à 70% chez les femmes. L’objectif du dépistage de l’infection à CT dans la population à risque est de diminuer la morbidité liée à la fertilité et aux complications lors de la grossesse en diminuant la transmission de la bactérie. Il doit être orienté vers les populations les plus à risque. Cependant, son efficacité dépend également d’un changement de comportement de cette population. Le dépistage systématique n’est visiblement pas encore pratiqué en médecine générale alors qu’un accès répandu au dépistage opportuniste est une part essentielle du contrôle de cette IST. La PCR est l’examen de choix, et l’auto-frottis devrait être l’examen diagnostique privilégié chez la femme. La notification de l’infection au partenaire et le suivi après le traitement sont des éléments essentiels pour contribuer au contrôle de l’infection à CT. Pour améliorer le dépistage et la prise en charge du CT, les jeunes devraient être informés que le dépistage peut être réalisé par leur médecin généraliste, d’autant plus que 60 à 70% des jeunes patients de la population cible voient leur médecin traitant au moins une fois par an. Par ailleurs, les médecins pourraient également être formés plus régulièrement au sujet des IST.
Desait - ValentineUniversité de Liège
31.003
Création d’un centre de planning familial en Communauté Germanophone : Réalisation d’un projet de promotion de la santé sexuelle et reproductive en médecine générale
Création d’un centre de planning familial en Communauté Germanophone : Réalisation d’un projet de promotion de la santé sexuelle et reproductive en médecine générale
Introduction : Les centres de planning familial (CPF) sont des services ambulatoires qui contribuent à l’optimisation de la santé et à l’épanouissement social en abordant les aspects de la vie affective, relationnelle et sexuelle dans une approche pluridisciplinaire. Actuellement, il n’existe pas de CPF en Communauté Germanophone (CG) pour répondre aux besoins de la population qui sont par ailleurs les mêmes que ceux des autres Communautés de Belgique. Ce travail relate la naissance et la mise sur pied d’un projet de création de CPF en CG. Son objectif est de montrer que le médecin généraliste est un acteur à part entière de la santé publique et que la réalisation d’un projet d’intérêt public, pour répondre à des problèmes identifiés, est à sa portée. Méthodologie : La méthodologie est celle de la gestion du cycle de projet basée sur la méthode d’analyse du cadre logique. L’élaboration de ce cadre comporte deux étapes successives qui sont l’analyse de la situation existante suivie de la mise en place du plan opérationnel du projet. Une enquête auprès des médecins généralistes du nord de la CG a été a été réalisée pour évaluer la pratique quotidienne des médecins généralistes en CG dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive. Analyse de la situation existante : Plusieurs acteurs offrant des services de soins de santé sexuelle et reproductive ont été identifiés en CG (médecins généralistes et spécialistes, les deux hôpitaux, Prisma, Kaleido Ostbelgien, les centres d’information des jeunes, etc.). Malgré cela, nous constatons un manque d’accessibilité à la promotion de la santé sexuelle en CG par un manque de pratique de la première ligne de soins (comme le montre l’enquête réalisée en CG), par un manque d’accessibilité de la médecine spécialisée et surtout par un manque de coordination des activités des structures présentes. La création d’un CPF comme centre de référence pour la sexualité pourrait pallier à ce manque d’accessibilité. Plan opérationnel pour la mise en œuvre du projet : Les objectifs à atteindre ainsi que les activités nécessaires pour les atteindre sont structurés sous forme d’un « cadre logique » de mise en place d’un projet pilote. Plusieurs résultats ont été obtenus tels que l’obtention d’un financement, la création de partenariats et l’aménagement des locaux du CPF. Discussion : La mise en place de ce projet est un processus dynamique ou le plan d’action est soumis à une multitude de facteurs influençant, prévisibles ou non et variables dans le temps. Même si beaucoup d’objectifs ont été atteints, de nombreux défis se posent au CPF en CG. Conclusion : Ce travail tente de montrer qu’un médecin généraliste a la possibilité de s’impliquer dans un projet de santé publique bien au-delà de son cabinet de consultation pour répondre à des problèmes identifiés. Les cercles de médecine générale représentent une plateforme intéressante pour l’élaboration de projets d’intérêt public. Mots clés : Planning familial, santé sexuelle, promotion de la santé, médecine générale, projet
Introduction : Les centres de planning familial (CPF) sont des services ambulatoires qui contribuent à l’optimisation de la santé et à l’épanouissement social en abordant les aspects de la vie affective, relationnelle et sexuelle dans une approche pluridisciplinaire. Actuellement, il n’existe pas de CPF en Communauté Germanophone (CG) pour répondre aux besoins de la population qui sont par ailleurs les mêmes que ceux des autres Communautés de Belgique. Ce travail relate la naissance et la mise sur pied d’un projet de création de CPF en CG. Son objectif est de montrer que le médecin généraliste est un acteur à part entière de la santé publique et que la réalisation d’un projet d’intérêt public, pour répondre à des problèmes identifiés, est à sa portée. Méthodologie : La méthodologie est celle de la gestion du cycle de projet basée sur la méthode d’analyse du cadre logique. L’élaboration de ce cadre comporte deux étapes successives qui sont l’analyse de la situation existante suivie de la mise en place du plan opérationnel du projet. Une enquête auprès des médecins généralistes du nord de la CG a été a été réalisée pour évaluer la pratique quotidienne des médecins généralistes en CG dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive. Analyse de la situation existante : Plusieurs acteurs offrant des services de soins de santé sexuelle et reproductive ont été identifiés en CG (médecins généralistes et spécialistes, les deux hôpitaux, Prisma, Kaleido Ostbelgien, les centres d’information des jeunes, etc.). Malgré cela, nous constatons un manque d’accessibilité à la promotion de la santé sexuelle en CG par un manque de pratique de la première ligne de soins (comme le montre l’enquête réalisée en CG), par un manque d’accessibilité de la médecine spécialisée et surtout par un manque de coordination des activités des structures présentes. La création d’un CPF comme centre de référence pour la sexualité pourrait pallier à ce manque d’accessibilité. Plan opérationnel pour la mise en œuvre du projet : Les objectifs à atteindre ainsi que les activités nécessaires pour les atteindre sont structurés sous forme d’un « cadre logique » de mise en place d’un projet pilote. Plusieurs résultats ont été obtenus tels que l’obtention d’un financement, la création de partenariats et l’aménagement des locaux du CPF. Discussion : La mise en place de ce projet est un processus dynamique ou le plan d’action est soumis à une multitude de facteurs influençant, prévisibles ou non et variables dans le temps. Même si beaucoup d’objectifs ont été atteints, de nombreux défis se posent au CPF en CG. Conclusion : Ce travail tente de montrer qu’un médecin généraliste a la possibilité de s’impliquer dans un projet de santé publique bien au-delà de son cabinet de consultation pour répondre à des problèmes identifiés. Les cercles de médecine générale représentent une plateforme intéressante pour l’élaboration de projets d’intérêt public. Mots clés : Planning familial, santé sexuelle, promotion de la santé, médecine générale, projet
Lohmann - CharlotteUniversité de Liège
QP21 - QP52 - QS41 - QS1 - QD27 - QR35 - QO4 - QO4
Comment les médecins généralistes et les médecins spécialistes voient-ils l'articulation de leurs rôles respectifs dans la prise en charge de l'hypertension artérielle chez le sujets de plus de 80 ans?
Comment les médecins généralistes et les médecins spécialistes voient-ils l'articulation de leurs rôles respectifs dans la prise en charge de l'hypertension artérielle chez le sujets de plus de 80 ans?
L’hypertension artérielle est un problème de santé publique majeur de par sa prévalence dans le monde entier et de par les conséquences potentiellement graves qu’elle entraine. Vu le vieillissement de la population et une espérance de vie à la naissance qui ne cesse de croître, les professionnels de la santé soigneront davantage de patients âgés hypertendus. Pourtant, peu d’études focalisées sur cette tranche d’âge de la population sont réalisées et les médecins généralistes comme les cardiologues doivent « s’adapter » selon différents facteurs physiopathologiques spécifiques du sujet âgé. La collaboration est essentielle entre les médecins généralistes et les médecins spécialistes afin d’ajuster au mieux la prise en charge ; d’autant plus dans des situations plus complexes où des adaptations fines doivent être réalisées. Trop souvent, les rôles des différents intervenants sont méconnus et la clarification des tâches n’est pas évidente. C’est l’intégration entre les lignes de soins qui permettra une prise en charge optimale du patient. Au travers de ce travail, nous nous intéresserons à cette collaboration de terrain. Pour se faire, des cardiologues et des médecins généralistes ont été interrogés concernant la prise en charge de l’hypertension chez les patients âgés de 80 ans et plus. Quatre questions leur ont été posées sur base d’un guide d’entretien. Les résultats ont été retranscrits dans leur entièreté et résumés dans un codebook pour permettre leur analyse la plus aisée. Ensuite, une discussion a été élaborée base de ces résultats. Bien que l’interprétation de ceux-ci soit basée sur un échantillonnage limité, nous pouvons en conclure que la collaboration est la clé de toute prise en charge du patient et qu’elle ne cesse d’évoluer positivement. Aux médecins de continuer dans ce sens...
L’hypertension artérielle est un problème de santé publique majeur de par sa prévalence dans le monde entier et de par les conséquences potentiellement graves qu’elle entraine. Vu le vieillissement de la population et une espérance de vie à la naissance qui ne cesse de croître, les professionnels de la santé soigneront davantage de patients âgés hypertendus. Pourtant, peu d’études focalisées sur cette tranche d’âge de la population sont réalisées et les médecins généralistes comme les cardiologues doivent « s’adapter » selon différents facteurs physiopathologiques spécifiques du sujet âgé. La collaboration est essentielle entre les médecins généralistes et les médecins spécialistes afin d’ajuster au mieux la prise en charge ; d’autant plus dans des situations plus complexes où des adaptations fines doivent être réalisées. Trop souvent, les rôles des différents intervenants sont méconnus et la clarification des tâches n’est pas évidente. C’est l’intégration entre les lignes de soins qui permettra une prise en charge optimale du patient. Au travers de ce travail, nous nous intéresserons à cette collaboration de terrain. Pour se faire, des cardiologues et des médecins généralistes ont été interrogés concernant la prise en charge de l’hypertension chez les patients âgés de 80 ans et plus. Quatre questions leur ont été posées sur base d’un guide d’entretien. Les résultats ont été retranscrits dans leur entièreté et résumés dans un codebook pour permettre leur analyse la plus aisée. Ensuite, une discussion a été élaborée base de ces résultats. Bien que l’interprétation de ceux-ci soit basée sur un échantillonnage limité, nous pouvons en conclure que la collaboration est la clé de toute prise en charge du patient et qu’elle ne cesse d’évoluer positivement. Aux médecins de continuer dans ce sens...
MEDERY - MaiteUniversité de Liège
30.001 - K86 - K87 - QC15 - QD25 - QR31 - QS31
Quelles sont les difficultés des médecins généralistes à suivre les recommandations en matière de diagnostic et de suivi de l'hypertension artérielle ?
Quelles sont les difficultés des médecins généralistes à suivre les recommandations en matière de diagnostic et de suivi de l'hypertension artérielle ?
L’hypertension artérielle est la maladie chronique la plus répandue dans le monde (1). Elle représente la principale cause de morbidité et de mortalité (2). En 2015, la prévalence mondiale de l’hypertension artérielle était estimée à 1,13 milliard (3). Elle devrait continuer à augmenter pour atteindre 1,5 milliard en 2025 (1). En Belgique, il apparaît qu’un adulte sur 3 est confronté à l’hypertension artérielle, cette proportion augmentant à 68% chez les plus de 65 ans (4). L’hypertension artérielle est typiquement diagnostiquée et prise en charge par le médecin généraliste (5). Une consultation sur 10 concerne l’hypertension artérielle en médecine générale (6). Parmi les patients traités contre l’hypertension artérielle en Belgique, seulement 58% présentent une tension artérielle normale (4). La prise en charge de l’hypertension artérielle en médecine générale apparaît dès lors problématique. La question posée dans ce travail était de s’intéresser à ce qui pouvait expliquer de tels chiffres et donc de savoir quelles étaient les difficultés des médecins généralistes à suivre les recommandations en matière de diagnostic et de suivi de l’hypertension artérielle ? A ces fins, une étude qualitative a été réalisée auprès de 7 médecins généralistes via des entretiens individuels. Un guide d’entretien a été élaboré et contenait 6 questions ouvertes. L’étude a permis de mettre en évidence plusieurs éléments de réponse. L’utilisation de dispositifs de mesure de la tension artérielle adéquats et répondant aux recommandations n’est pas respectée en médecine générale. L’utilisation d’un appareil oscillométrique permettant des mesures de tension artérielle en l’absence du médecin ne fait pas non plus partie de l’arsenal diagnostic du médecin généraliste au cabinet de consultation. Le respect des conditions de prise sur le plan pratique est difficile, essentiellement en raison d’un temps limité de consultation. Les automesures tensionnelles prises par le patient sont encouragées par les médecins généralistes, mais nécessitent une éducation et des explications précises à leur réalisation correcte, ce qui représente aussi une difficulté dans le diagnostic et dans le suivi. La mesure automatique de la pression artérielle sur 24h est recommandée dans certaines conditions, mais les médecins généralistes n’en connaissent pas forcément la plus-value, rendant ainsi son utilisation moins systématique. Se procurer un tel appareil pourrait améliorer la fréquence de son utilisation par les médecins généralistes, mais son coût est très élevé, ce qui représente également un frein. Les médecins généralistes sont soucieux d’aborder avec le patient le bon respect des règles hygiéno-diététiques, mais se sentent peu formés sur le plan diététique. Le suivi d’une hypertension artérielle impose la réalisation d’automesures tensionnelles systématiques avant chaque consultation. Elles ne sont pourtant pas systématiquement encouragées par les médecins généralistes, ces derniers estimant qu’il est trop compliqué sur le plan pratique de rappeler à l’ordre le patient. Au sujet des recommandations concernant l’hypertension artérielle, les médecins généralistes évoquent des difficultés concernant la recherche d’une information objective, qui demande d’y consacrer du temps. La lecture d’articles en anglais représente aussi un frein à l’information. Enfin, s’informer au sujet de l’hypertension artérielle ne représente pas un sujet prioritaire aux yeux des médecins généralistes. L’introduction en Belgique d’un trajet de soins pour l’hypertension artérielle ne permettrait- elle pas une prise en charge pluridisciplinaire de l’hypertension artérielle ? Le médecin généraliste serait ainsi plus soutenu et agirait en tant que chef d’orchestre parmi les différents intervenants.
L’hypertension artérielle est la maladie chronique la plus répandue dans le monde (1). Elle représente la principale cause de morbidité et de mortalité (2). En 2015, la prévalence mondiale de l’hypertension artérielle était estimée à 1,13 milliard (3). Elle devrait continuer à augmenter pour atteindre 1,5 milliard en 2025 (1). En Belgique, il apparaît qu’un adulte sur 3 est confronté à l’hypertension artérielle, cette proportion augmentant à 68% chez les plus de 65 ans (4). L’hypertension artérielle est typiquement diagnostiquée et prise en charge par le médecin généraliste (5). Une consultation sur 10 concerne l’hypertension artérielle en médecine générale (6). Parmi les patients traités contre l’hypertension artérielle en Belgique, seulement 58% présentent une tension artérielle normale (4). La prise en charge de l’hypertension artérielle en médecine générale apparaît dès lors problématique. La question posée dans ce travail était de s’intéresser à ce qui pouvait expliquer de tels chiffres et donc de savoir quelles étaient les difficultés des médecins généralistes à suivre les recommandations en matière de diagnostic et de suivi de l’hypertension artérielle ? A ces fins, une étude qualitative a été réalisée auprès de 7 médecins généralistes via des entretiens individuels. Un guide d’entretien a été élaboré et contenait 6 questions ouvertes. L’étude a permis de mettre en évidence plusieurs éléments de réponse. L’utilisation de dispositifs de mesure de la tension artérielle adéquats et répondant aux recommandations n’est pas respectée en médecine générale. L’utilisation d’un appareil oscillométrique permettant des mesures de tension artérielle en l’absence du médecin ne fait pas non plus partie de l’arsenal diagnostic du médecin généraliste au cabinet de consultation. Le respect des conditions de prise sur le plan pratique est difficile, essentiellement en raison d’un temps limité de consultation. Les automesures tensionnelles prises par le patient sont encouragées par les médecins généralistes, mais nécessitent une éducation et des explications précises à leur réalisation correcte, ce qui représente aussi une difficulté dans le diagnostic et dans le suivi. La mesure automatique de la pression artérielle sur 24h est recommandée dans certaines conditions, mais les médecins généralistes n’en connaissent pas forcément la plus-value, rendant ainsi son utilisation moins systématique. Se procurer un tel appareil pourrait améliorer la fréquence de son utilisation par les médecins généralistes, mais son coût est très élevé, ce qui représente également un frein. Les médecins généralistes sont soucieux d’aborder avec le patient le bon respect des règles hygiéno-diététiques, mais se sentent peu formés sur le plan diététique. Le suivi d’une hypertension artérielle impose la réalisation d’automesures tensionnelles systématiques avant chaque consultation. Elles ne sont pourtant pas systématiquement encouragées par les médecins généralistes, ces derniers estimant qu’il est trop compliqué sur le plan pratique de rappeler à l’ordre le patient. Au sujet des recommandations concernant l’hypertension artérielle, les médecins généralistes évoquent des difficultés concernant la recherche d’une information objective, qui demande d’y consacrer du temps. La lecture d’articles en anglais représente aussi un frein à l’information. Enfin, s’informer au sujet de l’hypertension artérielle ne représente pas un sujet prioritaire aux yeux des médecins généralistes. L’introduction en Belgique d’un trajet de soins pour l’hypertension artérielle ne permettrait- elle pas une prise en charge pluridisciplinaire de l’hypertension artérielle ? Le médecin généraliste serait ainsi plus soutenu et agirait en tant que chef d’orchestre parmi les différents intervenants.
Bernard - JulieUniversité de Liège
31.005 - K85 - 42.006 - K22 - 43.000 - 63.000
Réflexion sur les enjeux éthiques et politiques de la relation médecin généraliste - patient.e à partir de l’analyse des projets de naissance
Réflexion sur les enjeux éthiques et politiques de la relation médecin généraliste - patient.e à partir de l’analyse des projets de naissance
Les projets de naissances sont des outils de communication entre les futurs parents et les soignant·e·s : ils permettent aux futurs parents de réfléchir et de s’exprimer sur leurs envies et leurs droits concernant la naissance pour ensuite en discuter avec l’équipe (para)médicale. Le projet de naissance se fait généralement sous forme écrite vers la fin du deuxième trimestre et peut être proposé par tous les intervenants qui gravitent autour de la maternité. Ils présentent nombreux avantages, comme l’occasion de réfléchir sur ses attentes et de comprendre la physiologie de la naissance. Ils permettent une meilleure communication et collaboration avec le·a partenaire et les professionnel·le·s de santé. Les principaux écueils se retrouvent dans le fait que certaines soignant·e·s restent méfiant·e·s, voire méprisant·e·s, à leur égard. Ils voient les projets de naissance comme une remise en question de leur autorité. Cela traduit une relation basée sur le modèle paternaliste, hiérarchique, avec un·e médecin qui détient le savoir et un·e patient·e qui obéit. Les projets de naissance impliquent un empowerment (définition p.19) des patientes, et donc un modèle égalitaire, où les soignant·e·s partagent leurs connaissances et laissent les patient·e·s prendre les décisions quant à leur santé. Cette manière de fonctionner est renforcée par la loi, notamment grâce à la loi relative aux droits des patient·e·s de 2002. Le·a généraliste a une relation privilégiée avec ses patient·e·s et peut contribuer à répandre l’empowerment à travers, notamment, l’utilisation des projets de naissance.
Les projets de naissances sont des outils de communication entre les futurs parents et les soignant·e·s : ils permettent aux futurs parents de réfléchir et de s’exprimer sur leurs envies et leurs droits concernant la naissance pour ensuite en discuter avec l’équipe (para)médicale. Le projet de naissance se fait généralement sous forme écrite vers la fin du deuxième trimestre et peut être proposé par tous les intervenants qui gravitent autour de la maternité. Ils présentent nombreux avantages, comme l’occasion de réfléchir sur ses attentes et de comprendre la physiologie de la naissance. Ils permettent une meilleure communication et collaboration avec le·a partenaire et les professionnel·le·s de santé. Les principaux écueils se retrouvent dans le fait que certaines soignant·e·s restent méfiant·e·s, voire méprisant·e·s, à leur égard. Ils voient les projets de naissance comme une remise en question de leur autorité. Cela traduit une relation basée sur le modèle paternaliste, hiérarchique, avec un·e médecin qui détient le savoir et un·e patient·e qui obéit. Les projets de naissance impliquent un empowerment (définition p.19) des patientes, et donc un modèle égalitaire, où les soignant·e·s partagent leurs connaissances et laissent les patient·e·s prendre les décisions quant à leur santé. Cette manière de fonctionner est renforcée par la loi, notamment grâce à la loi relative aux droits des patient·e·s de 2002. Le·a généraliste a une relation privilégiée avec ses patient·e·s et peut contribuer à répandre l’empowerment à travers, notamment, l’utilisation des projets de naissance.
Gillet - PerleUniversité de Liège
45.006 - QO4 - QO4 - QO4 - QE42
Évaluation de l’état de connaissance des médecins généralistes et assistants en Belgique en termes de prévention des maladies liées aux perturbateurs endocriniens »
Évaluation de l’état de connaissance des médecins généralistes et assistants en Belgique en termes de prévention des maladies liées aux perturbateurs endocriniens »
Depuis quelques années, nous avons observé une recrudescence de certaines pathologies. Les médecins généralistes en Belgique ont un rôle capital à jouer dans la prévention de ces pathologies aigües et chroniques. Qu’en est-il des maladies liées à la toxicité environnementale ? L’objectif principal de notre étude a été de jauger les connaissances de ces médecins en termes de maladies liées aux perturbateurs endocriniens. Les objectifs secondaires étaient de connaitre leur aperçu sur cette thématique ; identifier leur source d’information et leur niveau de formation ; tirer les recommandations en leur proposant des outils qui permettront une meilleure prise en charge lors des consultations. Nous avons donc réalisé une étude quantitative non interventionnelle descriptive de type transversale qui s’est déroulée du 10 janvier au 15 mars 2020. Cette étude a eu lieu en région Wallonie-Bruxelles auprès des médecins généralistes et des assistants en médecine générale. Les médecins ont été contactés par courriel et en contact direct, puis toutes les données ont été collectées dans docs. google.com et excel. Nous avons obtenu 203 réponses sur les 1543 questionnaires distribués. La majorité d’entre eux étaient des femmes 63,54% contre 36,45% d’hommes. 90,75% des médecins n’ont pas été formés et ont estimé leur niveau de connaissance à 2/10 soient 24%. 99,09% des médecins s’accordaient par le fait que la prévention devrait être menée par le médecin généraliste. Néanmoins 72,54% de la population interrogée portait un intérêt à la thématique et 97,82% et souhaitait suivre une formation sur les effets des perturbateurs endocriniens. Les résultats de l’étude révélaient que le médecin généraliste en Belgique devrait se former en santé environnementale. Les universités ont une grande responsabilité pour assurer la formation des futurs médecins à ce sujet. Le gouvernement devrait réfléchir sur les outils pratiques pour pouvoir aider le médecin généraliste dans la sensibilisation des patients.
Depuis quelques années, nous avons observé une recrudescence de certaines pathologies. Les médecins généralistes en Belgique ont un rôle capital à jouer dans la prévention de ces pathologies aigües et chroniques. Qu’en est-il des maladies liées à la toxicité environnementale ? L’objectif principal de notre étude a été de jauger les connaissances de ces médecins en termes de maladies liées aux perturbateurs endocriniens. Les objectifs secondaires étaient de connaitre leur aperçu sur cette thématique ; identifier leur source d’information et leur niveau de formation ; tirer les recommandations en leur proposant des outils qui permettront une meilleure prise en charge lors des consultations. Nous avons donc réalisé une étude quantitative non interventionnelle descriptive de type transversale qui s’est déroulée du 10 janvier au 15 mars 2020. Cette étude a eu lieu en région Wallonie-Bruxelles auprès des médecins généralistes et des assistants en médecine générale. Les médecins ont été contactés par courriel et en contact direct, puis toutes les données ont été collectées dans docs. google.com et excel. Nous avons obtenu 203 réponses sur les 1543 questionnaires distribués. La majorité d’entre eux étaient des femmes 63,54% contre 36,45% d’hommes. 90,75% des médecins n’ont pas été formés et ont estimé leur niveau de connaissance à 2/10 soient 24%. 99,09% des médecins s’accordaient par le fait que la prévention devrait être menée par le médecin généraliste. Néanmoins 72,54% de la population interrogée portait un intérêt à la thématique et 97,82% et souhaitait suivre une formation sur les effets des perturbateurs endocriniens. Les résultats de l’étude révélaient que le médecin généraliste en Belgique devrait se former en santé environnementale. Les universités ont une grande responsabilité pour assurer la formation des futurs médecins à ce sujet. Le gouvernement devrait réfléchir sur les outils pratiques pour pouvoir aider le médecin généraliste dans la sensibilisation des patients.
MBIDA NGODEBO - Marie BlancheUniversité catholique de Louvain
-
Quand penser à l'hypercholestérolémie familiale en consultation de médecine générale? Comment diagnostiquer et organiser une prise en charge adéquate?
Quand penser à l'hypercholestérolémie familiale en consultation de médecine générale? Comment diagnostiquer et organiser une prise en charge adéquate?
Titre : "Quand penser à l’hypercholestérolémie familiale ? Comment la diagnostiquer et or- ganiser une prise en charge adéquate en médecine générale ?" Introduction : L’hypercholestérolémie familiale est la pathologie génétique la plus mortelle et concerne environ 25.000 patients en Belgique [1]. Cette pathologie est largement sous- diagnostiquée et donc sous-traitée. Les patients qui souffrent d’hypercholestérolémie fa- miliale sont exposés à des complications cardio-vasculaires extrêmement graves beaucoup plus précocement que dans la population normale. Pour toutes ces raisons et compte tenu de son rôle crucial en matière de prévention, le médecin généraliste peut être déterminant dans le diagnostic et la prise en charge de cette pathologie. Méthode : Mon travail consiste en une revue de la littérature récente concernant l’hyper- cholestérolémie familiale, axée sur la pratique de la médecine générale et replacée dans ce contexte bien précis. Résultats : Au total, 53 références on été retenues dont 4 méta-analyses, 1 cours de Master et 1 site anglais de recommandations médicales. Conclusion : L’hypercholestérolémie familiale peut être diagnostiquée et prise en charge par le médecin généraliste. Il faut penser à l’hypercholestérolémie familiale devant un tableau clinique et/ou une biologie évocateur-trice ; un LDL-C supérieur à 190mg/dl chez l’adulte et 130mg/dl chez l’enfant [2], un évènement cardiovasculaire avant 55ans chez l’homme et 65ans chez la femme, devant un antécédent familial d’HF diagnostiquée, devant un antécé- dent d’évènements cardiovasculaires familial précoce, devant certains signes cliniques (arc cornéen avant 45ans, xanthélasma et xanthomes tendineux). La prise en charge comprend certains examens médicaux (doppler carotidien, ECG au repos et à l’effort), la mise en oeuvre de règles hygiéno-diététiques (régime hypolipémiant, sport et arrêt du tabac) et un traite- ment médicamenteux approprié et bien conduit. Le suivi sera indispensable tout au long de la vie du patient, dans ces conditions, le risque cardiovasculaire peut être ramené à celui de la population générale. Des progrès diagnostics ont été faits récemment (étude génétique, dépistage en cascade, lipo(a). . . ) et des traitements nouveaux se montrent particulièrement efficaces (association statine-ézétimibe, anticorps anti-PCSK9). Mots-clés : hypercholestérolémie familiale, médecine générale, diagnostic, dépistage, suivi, traitement.
Titre : "Quand penser à l’hypercholestérolémie familiale ? Comment la diagnostiquer et or- ganiser une prise en charge adéquate en médecine générale ?" Introduction : L’hypercholestérolémie familiale est la pathologie génétique la plus mortelle et concerne environ 25.000 patients en Belgique [1]. Cette pathologie est largement sous- diagnostiquée et donc sous-traitée. Les patients qui souffrent d’hypercholestérolémie fa- miliale sont exposés à des complications cardio-vasculaires extrêmement graves beaucoup plus précocement que dans la population normale. Pour toutes ces raisons et compte tenu de son rôle crucial en matière de prévention, le médecin généraliste peut être déterminant dans le diagnostic et la prise en charge de cette pathologie. Méthode : Mon travail consiste en une revue de la littérature récente concernant l’hyper- cholestérolémie familiale, axée sur la pratique de la médecine générale et replacée dans ce contexte bien précis. Résultats : Au total, 53 références on été retenues dont 4 méta-analyses, 1 cours de Master et 1 site anglais de recommandations médicales. Conclusion : L’hypercholestérolémie familiale peut être diagnostiquée et prise en charge par le médecin généraliste. Il faut penser à l’hypercholestérolémie familiale devant un tableau clinique et/ou une biologie évocateur-trice ; un LDL-C supérieur à 190mg/dl chez l’adulte et 130mg/dl chez l’enfant [2], un évènement cardiovasculaire avant 55ans chez l’homme et 65ans chez la femme, devant un antécédent familial d’HF diagnostiquée, devant un antécé- dent d’évènements cardiovasculaires familial précoce, devant certains signes cliniques (arc cornéen avant 45ans, xanthélasma et xanthomes tendineux). La prise en charge comprend certains examens médicaux (doppler carotidien, ECG au repos et à l’effort), la mise en oeuvre de règles hygiéno-diététiques (régime hypolipémiant, sport et arrêt du tabac) et un traite- ment médicamenteux approprié et bien conduit. Le suivi sera indispensable tout au long de la vie du patient, dans ces conditions, le risque cardiovasculaire peut être ramené à celui de la population générale. Des progrès diagnostics ont été faits récemment (étude génétique, dépistage en cascade, lipo(a). . . ) et des traitements nouveaux se montrent particulièrement efficaces (association statine-ézétimibe, anticorps anti-PCSK9). Mots-clés : hypercholestérolémie familiale, médecine générale, diagnostic, dépistage, suivi, traitement.
lafosse - quentinUniversité catholique de Louvain
31.003 - QO4 - QO4 - QC13 - QS41 - QC14 - QT33
Analyse qualitative de la communication entre généralistes et kinésithérapeutes en région beaurinoise en 2020 et améliorations possibles afin d’optimiser la qualité des soins
Analyse qualitative de la communication entre généralistes et kinésithérapeutes en région beaurinoise en 2020 et améliorations possibles afin d’optimiser la qualité des soins
La collaboration interprofessionnelle fait partie des grands défis que la première ligne a à relever ces prochains années. Le généraliste est au cœur du parcours de soin du patient. En tant que coordinateur, il est amené à communiquer de manière efficace avec l’ensemble de ses confrères, dont les kinésithérapeutes. Or, il semble que les échanges soient peu fréquents et parfois inadaptés aux besoins de chacun. Ce travail avait pour but de 1) dresser un état des lieux de la communication médecin-kiné, 2) identifier les facteurs l’influençant et 3) relever des pistes d’amélioration afin d’optimiser la qualité des soins. Une recherche qualitative a été menée par des entretiens individuels organisés autour d’un guide d’entretien semi-directif. Quinze entretiens ont été réalisés auprès de médecins généralistes et kinésithérapeutes de la région semi-rurale de Beauraing dans la province de Namur. Les critères de sélection se sont basés sur le sexe, le type et les années de pratique. Les résultats ont été analysés selon le principe de théorisation ancrée. L’analyse des résultats a fait état d’une relation interprofessionnelle jugée satisfaisante par les praticiens, bien que la fréquence des interactions était faible. Les facteurs influençant cette communication ont été classés en trois catégories (interpersonnel, organisationnel et systémique) et considérés comme interdépendants. Trois pistes d’amélioration ont été retenues, à savoir le développement d’une communication informatique sécurisée, d’une hotline et le besoin de formations communes. Enfin, un outil de communication a été proposé. Des études à plus large échelle permettraient de vérifier si ces résultats sont généralisables. En outre, il faudra songer à évaluer l’impact de ces nouvelles mesures via différents indicateurs, comme l’efficacité des traitements de kiné, l’amélioration de la prise en charge de diverses pathologies chroniques, la diminution des coûts. Enfin, le point de vue du patient serait intéressant à considérer.
La collaboration interprofessionnelle fait partie des grands défis que la première ligne a à relever ces prochains années. Le généraliste est au cœur du parcours de soin du patient. En tant que coordinateur, il est amené à communiquer de manière efficace avec l’ensemble de ses confrères, dont les kinésithérapeutes. Or, il semble que les échanges soient peu fréquents et parfois inadaptés aux besoins de chacun. Ce travail avait pour but de 1) dresser un état des lieux de la communication médecin-kiné, 2) identifier les facteurs l’influençant et 3) relever des pistes d’amélioration afin d’optimiser la qualité des soins. Une recherche qualitative a été menée par des entretiens individuels organisés autour d’un guide d’entretien semi-directif. Quinze entretiens ont été réalisés auprès de médecins généralistes et kinésithérapeutes de la région semi-rurale de Beauraing dans la province de Namur. Les critères de sélection se sont basés sur le sexe, le type et les années de pratique. Les résultats ont été analysés selon le principe de théorisation ancrée. L’analyse des résultats a fait état d’une relation interprofessionnelle jugée satisfaisante par les praticiens, bien que la fréquence des interactions était faible. Les facteurs influençant cette communication ont été classés en trois catégories (interpersonnel, organisationnel et systémique) et considérés comme interdépendants. Trois pistes d’amélioration ont été retenues, à savoir le développement d’une communication informatique sécurisée, d’une hotline et le besoin de formations communes. Enfin, un outil de communication a été proposé. Des études à plus large échelle permettraient de vérifier si ces résultats sont généralisables. En outre, il faudra songer à évaluer l’impact de ces nouvelles mesures via différents indicateurs, comme l’efficacité des traitements de kiné, l’amélioration de la prise en charge de diverses pathologies chroniques, la diminution des coûts. Enfin, le point de vue du patient serait intéressant à considérer.
Rouard - FlorenceUniversité catholique de Louvain
QS41 - QS441 - QS31 - QD323 - QR31
Processus de prescription en maison de repos : analyses et alternatives
Processus de prescription en maison de repos : analyses et alternatives
INTRODUCTION : En ce début d’année 2020, la prescription en médecine générale a évolué rapidement. Le contexte de pandémie COVID a nécessité des adaptations et a mis en exergue des incovénients du processus actuel de prescription en maison de repos. OBJECTIFS : Ce travail a comme objectifs d’analyser le processus actuel de prescription en maison de repos en Région Wallonne, afin d’en formuler des alternatives et d’évaluer la nécessité de les implémenter. METHODES : Deux approches sont appliquées. La première est une analyse des processus actuels de prescription en maison de repos et de leurs alternatives via trois étapes : • une schématisation des processus issue d’une recherche de littérature et d’expériences personnelles • une analyse objective, conceptuelle et légale des processus • une recherche de littérature sur les alternatives possibles La seconde est une étude quantitative sur l’expérience du processus de prescription en maison de repos selon les médecins et les infirmières, et leur motivation à l’implémentation d’une alternative. RESULTATS : L’analyse descriptive révèle la complexité des processus actuels de prescription en maison de repos. En effet, ceux-ci comprennent de nombreuses étapes et impliquent plusieurs moyens de communication différents. Cette complexité génère des risques pour la santé du patient ainsi que des problèmes administratifs et relationnels. L’utilisation de processus suscite un questionnement d’ordre déontologique, et ce d’autant plus qu’il n’est soumis à aucune réglementation. L’étude quantitative corrobore les risques induit par ce processus. Trois-quarts des médecins reconnaissent constater au moins un fois par an des erreurs à risque pour la santé du patient. Les infirmiers quant à eux sont en position centrale dans ce processus. Dès lors, en cas d’erreurs relatives à une prescription, un tiers affirment subir au mois une fois par mois, les griefs par les médecins, et la moitié d’entre eux, sur la même période, disent recevoir les constestations des familles. Quatre-vingt-cinq pourcents des médecins ont fait part de leur intérêt pour un processus alternatif. CONCLUSIONS : Outre des erreurs à risque pour le patient, le processus de prescription en maison de repos induit des problèmes administratifs et relationnels. Ces conséquences sont inhérentes au processus, contrairement aux considérations des médecins et des infirmiers.
INTRODUCTION : En ce début d’année 2020, la prescription en médecine générale a évolué rapidement. Le contexte de pandémie COVID a nécessité des adaptations et a mis en exergue des incovénients du processus actuel de prescription en maison de repos. OBJECTIFS : Ce travail a comme objectifs d’analyser le processus actuel de prescription en maison de repos en Région Wallonne, afin d’en formuler des alternatives et d’évaluer la nécessité de les implémenter. METHODES : Deux approches sont appliquées. La première est une analyse des processus actuels de prescription en maison de repos et de leurs alternatives via trois étapes : • une schématisation des processus issue d’une recherche de littérature et d’expériences personnelles • une analyse objective, conceptuelle et légale des processus • une recherche de littérature sur les alternatives possibles La seconde est une étude quantitative sur l’expérience du processus de prescription en maison de repos selon les médecins et les infirmières, et leur motivation à l’implémentation d’une alternative. RESULTATS : L’analyse descriptive révèle la complexité des processus actuels de prescription en maison de repos. En effet, ceux-ci comprennent de nombreuses étapes et impliquent plusieurs moyens de communication différents. Cette complexité génère des risques pour la santé du patient ainsi que des problèmes administratifs et relationnels. L’utilisation de processus suscite un questionnement d’ordre déontologique, et ce d’autant plus qu’il n’est soumis à aucune réglementation. L’étude quantitative corrobore les risques induit par ce processus. Trois-quarts des médecins reconnaissent constater au moins un fois par an des erreurs à risque pour la santé du patient. Les infirmiers quant à eux sont en position centrale dans ce processus. Dès lors, en cas d’erreurs relatives à une prescription, un tiers affirment subir au mois une fois par mois, les griefs par les médecins, et la moitié d’entre eux, sur la même période, disent recevoir les constestations des familles. Quatre-vingt-cinq pourcents des médecins ont fait part de leur intérêt pour un processus alternatif. CONCLUSIONS : Outre des erreurs à risque pour le patient, le processus de prescription en maison de repos induit des problèmes administratifs et relationnels. Ces conséquences sont inhérentes au processus, contrairement aux considérations des médecins et des infirmiers.
Van Haverbeke - SimonUniversité catholique de Louvain
QT3 - QS33 - 68.003 - QR33
Identification des freins au dépistage du cancer colorectal en médecine générale : quelques pistes de solutions
Identification des freins au dépistage du cancer colorectal en médecine générale : quelques pistes de solutions
Introduction : En Belgique, chaque année, on compte plus de 8.000 cas de cancers colorectaux. Le cancer colorectal représente la troisième localisation cancéreuse la plus fréquente chez l’homme et la deuxième chez la femme. Il est également le deuxième cancer le plus mortel après celui du poumon. Une stratégie de dépistage a donc été élaborée afin de diminuer la mortalité en lien avec ce cancer. Celle-ci est pilotée, en Wallonie, par le centre communautaire de référence pour le dépistage des cancers et consiste en une recherche de sang occulte dans les selles, tous les 2 ans, pour les patients à risque moyen entre 50 et 74 ans. En Fédération Wallonie-Bruxelles, force est de constater que le taux de participation au dépistage organisé n’est que de 19.4% en 2018, en population éligible. Ce travail de fin d’étude a, donc, comme objectifs d’identifier les freins au dépistage du cancer colorectal en médecine générale et de proposer des leviers à ces obstacles afin de faire décoller les chiffres de participation. Méthode : Pour mon travail de recherche, j’ai choisi la méthode qualitative, par l’envoi d’un questionnaire réalisé à des médecins généralistes travaillant en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce questionnaire aborde différents thèmes tels que le rôle et l’implication du médecin généraliste dans le dépistage du cancer colorectal, les difficultés rencontrées par le médecin et par les patients à propos du dépistage, ainsi que des axes de solutions possible afin de majorer le taux de participation au dépistage du cancer colorectal. Le recueil des données a permis de récolter 69 participations. Résultats et analyse : La récolte des résultats a rapporté 69 réponses. Parmi celles-ci, la majorité des réponses venaient d’assistants en médecine générale et de médecins ayant moins de 10 ans d’expérience professionnelle. La totalité des médecins sont convaincus de la grande nécessité du dépistage mais tous ne le proposent pas. Il existe, donc, une discordance entre l’intérêt du médecin généraliste pour le dépistage et sa réelle implication dans le processus. Les freins principaux relevés par les médecins généralistes sont le manque de temps, pour distribuer et expliquer le test au patient, l’accessibilité au kit de dépistage et les consultations qui sont le plus souvent à but curatif. Les freins principaux relevés par le patient sont l’examen rebutant de par la manipulation des fèces ainsi que la peur des résultats. Un système de rappels informatiques et l’accessibilité au test sont les deux principaux axes de solutions proposées par les médecins généralistes afin de majorer leur proposition au dépistage. Conclusion : A la fin de mon étude, j’ai pu constater que le rôle du médecin généraliste n’était plus à prouver. En effet, celui-ci a une place de choix et primordiale dans le dépistage du cancer colorectal vu la relation privilégiée qu’il possède avec son patient. L’étude menée a permis de mettre en évidence un certain nombre d’obstacles liés à ce dépistage relatés par le médecin ainsi que ceux souvent rapportés par les patients au médecin. Plusieurs outils techniques et organisationnels ont été proposés par les médecins généralistes dans l’espoir d’augmenter la participation au dépistage du cancer colorectal et de réduire, ainsi, le taux de mortalité du cancer colorectal.
Introduction : En Belgique, chaque année, on compte plus de 8.000 cas de cancers colorectaux. Le cancer colorectal représente la troisième localisation cancéreuse la plus fréquente chez l’homme et la deuxième chez la femme. Il est également le deuxième cancer le plus mortel après celui du poumon. Une stratégie de dépistage a donc été élaborée afin de diminuer la mortalité en lien avec ce cancer. Celle-ci est pilotée, en Wallonie, par le centre communautaire de référence pour le dépistage des cancers et consiste en une recherche de sang occulte dans les selles, tous les 2 ans, pour les patients à risque moyen entre 50 et 74 ans. En Fédération Wallonie-Bruxelles, force est de constater que le taux de participation au dépistage organisé n’est que de 19.4% en 2018, en population éligible. Ce travail de fin d’étude a, donc, comme objectifs d’identifier les freins au dépistage du cancer colorectal en médecine générale et de proposer des leviers à ces obstacles afin de faire décoller les chiffres de participation. Méthode : Pour mon travail de recherche, j’ai choisi la méthode qualitative, par l’envoi d’un questionnaire réalisé à des médecins généralistes travaillant en Fédération Wallonie-Bruxelles. Ce questionnaire aborde différents thèmes tels que le rôle et l’implication du médecin généraliste dans le dépistage du cancer colorectal, les difficultés rencontrées par le médecin et par les patients à propos du dépistage, ainsi que des axes de solutions possible afin de majorer le taux de participation au dépistage du cancer colorectal. Le recueil des données a permis de récolter 69 participations. Résultats et analyse : La récolte des résultats a rapporté 69 réponses. Parmi celles-ci, la majorité des réponses venaient d’assistants en médecine générale et de médecins ayant moins de 10 ans d’expérience professionnelle. La totalité des médecins sont convaincus de la grande nécessité du dépistage mais tous ne le proposent pas. Il existe, donc, une discordance entre l’intérêt du médecin généraliste pour le dépistage et sa réelle implication dans le processus. Les freins principaux relevés par les médecins généralistes sont le manque de temps, pour distribuer et expliquer le test au patient, l’accessibilité au kit de dépistage et les consultations qui sont le plus souvent à but curatif. Les freins principaux relevés par le patient sont l’examen rebutant de par la manipulation des fèces ainsi que la peur des résultats. Un système de rappels informatiques et l’accessibilité au test sont les deux principaux axes de solutions proposées par les médecins généralistes afin de majorer leur proposition au dépistage. Conclusion : A la fin de mon étude, j’ai pu constater que le rôle du médecin généraliste n’était plus à prouver. En effet, celui-ci a une place de choix et primordiale dans le dépistage du cancer colorectal vu la relation privilégiée qu’il possède avec son patient. L’étude menée a permis de mettre en évidence un certain nombre d’obstacles liés à ce dépistage relatés par le médecin ainsi que ceux souvent rapportés par les patients au médecin. Plusieurs outils techniques et organisationnels ont été proposés par les médecins généralistes dans l’espoir d’augmenter la participation au dépistage du cancer colorectal et de réduire, ainsi, le taux de mortalité du cancer colorectal.
Boughrif - SabrinaUniversité catholique de Louvain
31.003 - 36.004 - 40.004 - 40.014 - D75 - QD42 - QR31
Réflexion autour de la prise en charge d'une suspicion d'infection respiratoire à Mycoplasma ou Chlamydia pneumoniae par un panel d'assistants en médecine générale de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Réflexion autour de la prise en charge d'une suspicion d'infection respiratoire à Mycoplasma ou Chlamydia pneumoniae par un panel d'assistants en médecine générale de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Reflection on the management of a suspicion of Mycoplasma or Chlamydia pneumoniae respiratory tract infection by a panel of assistants in general practice of the Wallonia-Brussels Federation
Reflection on the management of a suspicion of Mycoplasma or Chlamydia pneumoniae respiratory tract infection by a panel of assistants in general practice of the Wallonia-Brussels Federation
Mes observations d’assistant en médecine générale quant à la fréquente évocation des bactéries atypiques dans le contexte de la toux « persistante » m’ont poussé à envisager ce sujet comme cadre de mon travail de fin d’études. En interrogeant mes confrères par l’intermédiaire d’un questionnaire, une étude quantitative a été réalisée et démontrait cette place importante des infections respiratoires à Mycoplasma ou Chlamydia pneumoniae dans ce diagnostic différentiel. L’évocation, via la littérature, d’autres hypothèses diagnostiques dans ce contexte permettait une réflexion qui semble nécessaire pour les assistant(e)s en médecine générale. Du point de vue de la prise en charge, l’utilisation de la sérologie ou d’un traitement empirique par antibiotique constituait deux approches mises en avant par le panel d’assistant(e)s. Une utilisation rationnelle des analyses sérologiques est primordiale. Il existe des limites dans l’interprétation des résultats nécessitant des prélèvements adéquats dans le décours du tableau clinique et dans des contextes précis. Une remise en question de l’utilisation de la sérologie par les assistant(e)s en médecine générale paraît importante. L’utilisation des techniques de biologie moléculaire était peu répandue, le coût en constituant le principal écueil. Les critères de réalisation sont, de plus, tout aussi limités. Du point de vue des antibiotiques, une utilisation des bonnes molécules et de la bonne posologie était à signaler. Néanmoins, cette utilisation se doit d’être cohérente avec les recommandations belges. Hors épisode de pneumonie, celle-ci est grandement limitée en médecine générale. L’existence d’une résistance de Mycoplasma pneumoniae aux macrolides ne doit pas être oubliée.
Mes observations d’assistant en médecine générale quant à la fréquente évocation des bactéries atypiques dans le contexte de la toux « persistante » m’ont poussé à envisager ce sujet comme cadre de mon travail de fin d’études. En interrogeant mes confrères par l’intermédiaire d’un questionnaire, une étude quantitative a été réalisée et démontrait cette place importante des infections respiratoires à Mycoplasma ou Chlamydia pneumoniae dans ce diagnostic différentiel. L’évocation, via la littérature, d’autres hypothèses diagnostiques dans ce contexte permettait une réflexion qui semble nécessaire pour les assistant(e)s en médecine générale. Du point de vue de la prise en charge, l’utilisation de la sérologie ou d’un traitement empirique par antibiotique constituait deux approches mises en avant par le panel d’assistant(e)s. Une utilisation rationnelle des analyses sérologiques est primordiale. Il existe des limites dans l’interprétation des résultats nécessitant des prélèvements adéquats dans le décours du tableau clinique et dans des contextes précis. Une remise en question de l’utilisation de la sérologie par les assistant(e)s en médecine générale paraît importante. L’utilisation des techniques de biologie moléculaire était peu répandue, le coût en constituant le principal écueil. Les critères de réalisation sont, de plus, tout aussi limités. Du point de vue des antibiotiques, une utilisation des bonnes molécules et de la bonne posologie était à signaler. Néanmoins, cette utilisation se doit d’être cohérente avec les recommandations belges. Hors épisode de pneumonie, celle-ci est grandement limitée en médecine générale. L’existence d’une résistance de Mycoplasma pneumoniae aux macrolides ne doit pas être oubliée.

My observations as an assistant in general practice about the frequent mention of atypical pathogens in the context of the «persistent» cough led me to consider this subject as a framework for my graduation work. By interviewing my colleagues through a questionnaire, a quantitative study was conducted and demonstrated this important place of Mycoplasma or Chlamydia pneumoniae respiratory tract infections with in this differential diagnosis. The evocation, via the literature, of other diagnostic hypotheses in this context allowed a reflection that seems necessary for assistants in general practice. From a management perspective, the use of serology or empirical antibiotic treatment were two approaches highlighted by the panel of assistants. Rational use of serological analyses is paramount. There are limitations in the interpretation of results that require adequate sampling in clinical stream and in specific settings. Questioning of the use of serology by assistants in general practice seems important. The use of molecular biology techniques was not widespread, with cost being the main stumbling block. The criteria for implementation are also limited. From the antibiotics standpoint, the use of the right molecules and the right dosage was noteworthy. Nevertheless, this use must be consistent with the Belgian recommendations. Outside episode of pneumonia, this one is greatly limited in general medicine. The existence of resistance of Mycoplasma pneumoniae to macrolides should not be forgotten.
My observations as an assistant in general practice about the frequent mention of atypical pathogens in the context of the «persistent» cough led me to consider this subject as a framework for my graduation work. By interviewing my colleagues through a questionnaire, a quantitative study was conducted and demonstrated this important place of Mycoplasma or Chlamydia pneumoniae respiratory tract infections with in this differential diagnosis. The evocation, via the literature, of other diagnostic hypotheses in this context allowed a reflection that seems necessary for assistants in general practice. From a management perspective, the use of serology or empirical antibiotic treatment were two approaches highlighted by the panel of assistants. Rational use of serological analyses is paramount. There are limitations in the interpretation of results that require adequate sampling in clinical stream and in specific settings. Questioning of the use of serology by assistants in general practice seems important. The use of molecular biology techniques was not widespread, with cost being the main stumbling block. The criteria for implementation are also limited. From the antibiotics standpoint, the use of the right molecules and the right dosage was noteworthy. Nevertheless, this use must be consistent with the Belgian recommendations. Outside episode of pneumonia, this one is greatly limited in general medicine. The existence of resistance of Mycoplasma pneumoniae to macrolides should not be forgotten.
Guérenne - ThomasUniversité de Liège
QR32 - QS41 - QT2 - R05 - R83 - 33.008 - 50.006
Psychoéducation des aidants proches de patients atteints de la maladie d’Alzheimer
Psychoéducation des aidants proches de patients atteints de la maladie d’Alzheimer
Résumé Introduction : Le nombre de patients atteints de la maladie d’Alzheimer est en augmentation en raison du vieillissement de la population mondiale. En Belgique, on estime que 70% des patients atteints de la maladie d’Alzheimer vivent à domicile et sont accompagnés par leur aidant. Cet accompagnement a été décrit comme une expérience stressante qui peut générer un fardeau et nuire au bien-être psychologique et à la santé physique de ces aidants. D’où l’intérêt de la psychoéducation. Dans ces situations, le médecin généraliste occupe, comme acteur de première ligne, une place importante. L’objectif principal de ce travail de fin d’études est d’étudier l’efficacité de la psychoéducation des aidants proches de patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Il a également pour objectif de sensibiliser les médecins généralistes à la psychoéducation afin d’assurer à ces aidants une prise en charge adéquate. Méthodologie : Ce travail est une revue de la littérature. La recherche a été effectuée sur Internet à l’aide de plusieurs bases de données : PubMed, ResearchGate, ScienceDirect et Google Scholar. Résultats : Plusieurs programmes de psychoéducation ont été élaborés et étudiés ces dernières années. On en distingue 2 modalités : en individuel ou en groupe. Discussion : Plusieurs études ont été menées ces dernières années, mettant en évidence les bénéfices des divers programmes de psychoéducation tant pour la santé mentale de l’aidant que pour la qualité de vie du malade mais également au niveau sociétal. D’autres études sont encore nécessaires notamment pour étudier son efficacité à plus long terme. Néanmoins, on peut dire que la psychoéducation des aidants proches semble être utile et efficace. La prise en charge des malades par les médecins généralistes doit englober celle des aidants. Celle-ci nécessite l’intervention de plusieurs professionnels de la santé dont le MG est le coordinateur. Mots-clés : Psychoéducation, maladie d’Alzheimer, aidants / psychoeducation, Alzheimer disease, caregivers
Résumé Introduction : Le nombre de patients atteints de la maladie d’Alzheimer est en augmentation en raison du vieillissement de la population mondiale. En Belgique, on estime que 70% des patients atteints de la maladie d’Alzheimer vivent à domicile et sont accompagnés par leur aidant. Cet accompagnement a été décrit comme une expérience stressante qui peut générer un fardeau et nuire au bien-être psychologique et à la santé physique de ces aidants. D’où l’intérêt de la psychoéducation. Dans ces situations, le médecin généraliste occupe, comme acteur de première ligne, une place importante. L’objectif principal de ce travail de fin d’études est d’étudier l’efficacité de la psychoéducation des aidants proches de patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Il a également pour objectif de sensibiliser les médecins généralistes à la psychoéducation afin d’assurer à ces aidants une prise en charge adéquate. Méthodologie : Ce travail est une revue de la littérature. La recherche a été effectuée sur Internet à l’aide de plusieurs bases de données : PubMed, ResearchGate, ScienceDirect et Google Scholar. Résultats : Plusieurs programmes de psychoéducation ont été élaborés et étudiés ces dernières années. On en distingue 2 modalités : en individuel ou en groupe. Discussion : Plusieurs études ont été menées ces dernières années, mettant en évidence les bénéfices des divers programmes de psychoéducation tant pour la santé mentale de l’aidant que pour la qualité de vie du malade mais également au niveau sociétal. D’autres études sont encore nécessaires notamment pour étudier son efficacité à plus long terme. Néanmoins, on peut dire que la psychoéducation des aidants proches semble être utile et efficace. La prise en charge des malades par les médecins généralistes doit englober celle des aidants. Celle-ci nécessite l’intervention de plusieurs professionnels de la santé dont le MG est le coordinateur. Mots-clés : Psychoéducation, maladie d’Alzheimer, aidants / psychoeducation, Alzheimer disease, caregivers
Kanfaoui - MeryemUniversité catholique de Louvain
45.001 - A98 - P70 - QC15 - QD23 - QS41 - QS45
Activité physique chez le patient diabétique adulte : Analyse des données du Dossier Médical Informatisé au sein d’une pratique de cinq médecins généralistes à Bruxelles et confrontation aux données de la littérature.
Activité physique chez le patient diabétique adulte : Analyse des données du Dossier Médical Informatisé au sein d’une pratique de cinq médecins généralistes à Bruxelles et confrontation aux données de la littérature.
L'activité physique représente l'un des piliers du traitement du diabète, aux côtés des mesures diététiques et des traitements médicamenteux. Or, dans la pratique, peu de patients diabétiques semblent avoir un niveau d'activité physique suffisant. Par le biais de ce travail de fin d’études, je suis revenu sur certains aspects généraux relatifs à l'activité physique : sa définition, la situation actuelle en Belgique, son évaluation et quelques aspects de physiologie. Je me suis ensuite intéressé à ses effets plus spécifiques chez le patient diabétique : ses recommandations actuelles, certaines précautions à prendre avant de la prescrire ainsi que certaines adaptations à apporter chez les patients qui l’adoptent. L’analyse des données du dossier médical informatisé de 5 médecins généralistes bruxellois m’a permis de souligner que le thème de l’activité physique était insuffisamment abordé, ou du moins rapporté lors des consultations. La présence d’un trajet de soins diabète semble contribuer à une amélioration de certains paramètres du suivi de la maladie (le poids), mais n’est pas corrélé avec une meilleure prise en charge d’un point de vue activité physique. Ces différents résultats m’ont permis de proposer quelques pistes pour l’optimisation de la prise en charge du patient diabétique en médecine générale : l’évaluation plus systématique du niveau d’activité physique et sa notification dans le dossier ; l’introduction de l’utilisation du podomètre dans les habitudes des médecins comme outil de quantification, mais également de stimulation à la pratique d’activité physique ; une bonne connaissance des recommandations en termes d’activité physique ; enfin, l’introduction de la mesure du tour de taille dans l’examen clinique de base du patient diabétique. Cette prise en charge par le médecin généraliste devant évidement s’intégrer dans un contexte plus global de mise en place d’infrastructures adéquates et accessibles à tous les patients et de collaboration avec d’autres professionnels du domaine de la santé et du sport.
L'activité physique représente l'un des piliers du traitement du diabète, aux côtés des mesures diététiques et des traitements médicamenteux. Or, dans la pratique, peu de patients diabétiques semblent avoir un niveau d'activité physique suffisant. Par le biais de ce travail de fin d’études, je suis revenu sur certains aspects généraux relatifs à l'activité physique : sa définition, la situation actuelle en Belgique, son évaluation et quelques aspects de physiologie. Je me suis ensuite intéressé à ses effets plus spécifiques chez le patient diabétique : ses recommandations actuelles, certaines précautions à prendre avant de la prescrire ainsi que certaines adaptations à apporter chez les patients qui l’adoptent. L’analyse des données du dossier médical informatisé de 5 médecins généralistes bruxellois m’a permis de souligner que le thème de l’activité physique était insuffisamment abordé, ou du moins rapporté lors des consultations. La présence d’un trajet de soins diabète semble contribuer à une amélioration de certains paramètres du suivi de la maladie (le poids), mais n’est pas corrélé avec une meilleure prise en charge d’un point de vue activité physique. Ces différents résultats m’ont permis de proposer quelques pistes pour l’optimisation de la prise en charge du patient diabétique en médecine générale : l’évaluation plus systématique du niveau d’activité physique et sa notification dans le dossier ; l’introduction de l’utilisation du podomètre dans les habitudes des médecins comme outil de quantification, mais également de stimulation à la pratique d’activité physique ; une bonne connaissance des recommandations en termes d’activité physique ; enfin, l’introduction de la mesure du tour de taille dans l’examen clinique de base du patient diabétique. Cette prise en charge par le médecin généraliste devant évidement s’intégrer dans un contexte plus global de mise en place d’infrastructures adéquates et accessibles à tous les patients et de collaboration avec d’autres professionnels du domaine de la santé et du sport.
FATHALLAH - YounesUniversité catholique de Louvain
T89 - T90 - 58.000 - 57.005 - QC14 - QD23 - QR323
Mise au point sur l'efficacité et la sécurité du jeûne à visée thérapeutique; informations à destination du médecin généraliste
Mise au point sur l'efficacité et la sécurité du jeûne à visée thérapeutique; informations à destination du médecin généraliste
Le jeûne est une pratique ancestrale réalisée pour des raisons religieuses ou par choix personnel. L’étude de ses effets potentiellement bénéfiques pour la santé est en plein essor comme en témoigne le nombre croissant de publications le concernant, notamment dans le domaine de l’oncologie. Malheureusement l’enthousiasme médiatique a créé un ensemble de spéculations et de message erronés qu’il est judicieux de clarifier afin de permettre au médecin généraliste d’appréhender et de partager des informations médicales pertinentes Ce travail de recherche a comme objectif de faire le point sur une éventuelle efficacité de la pratique du jeûne à visée thérapeutique ainsi que sur sa sécurité et ses potentiels dangers. Pour ce faire, deux analyses systématiques de la littérature ont été menées et sont explorées dans une revue synthétique des résultats. Celle-ci permet la compréhension des mécanismes intrinsèques du jeûne comme outil thérapeutique dans diverses pathologiques telles que l’obésité, la polyarthrite rhumatoïde, le syndrome du côlon irritable, les facteurs de risque cardio-vasculaires, les troubles de l’humeur et le cancer. La partie sur la sécurité évalue quant à elle les risques de cette pratique et les recommandations afin qu’elle soit la plus sûre possible. Ces résultats permettent de mettre en évidence la difficulté d’appréhender un phénomène complexe qui présente de nombreuses variantes et dont les caractéristiques permettent difficilement la réalisation d’études méthodologiquement solides. Ainsi, bien que globalement sûr, avec une base théorique solide et présentant des résultats prometteurs, il n’est pour le moment pas possible de conclure à une efficacité supérieure de la pratique du jeûne dans les pathologies abordées.
Le jeûne est une pratique ancestrale réalisée pour des raisons religieuses ou par choix personnel. L’étude de ses effets potentiellement bénéfiques pour la santé est en plein essor comme en témoigne le nombre croissant de publications le concernant, notamment dans le domaine de l’oncologie. Malheureusement l’enthousiasme médiatique a créé un ensemble de spéculations et de message erronés qu’il est judicieux de clarifier afin de permettre au médecin généraliste d’appréhender et de partager des informations médicales pertinentes Ce travail de recherche a comme objectif de faire le point sur une éventuelle efficacité de la pratique du jeûne à visée thérapeutique ainsi que sur sa sécurité et ses potentiels dangers. Pour ce faire, deux analyses systématiques de la littérature ont été menées et sont explorées dans une revue synthétique des résultats. Celle-ci permet la compréhension des mécanismes intrinsèques du jeûne comme outil thérapeutique dans diverses pathologiques telles que l’obésité, la polyarthrite rhumatoïde, le syndrome du côlon irritable, les facteurs de risque cardio-vasculaires, les troubles de l’humeur et le cancer. La partie sur la sécurité évalue quant à elle les risques de cette pratique et les recommandations afin qu’elle soit la plus sûre possible. Ces résultats permettent de mettre en évidence la difficulté d’appréhender un phénomène complexe qui présente de nombreuses variantes et dont les caractéristiques permettent difficilement la réalisation d’études méthodologiquement solides. Ainsi, bien que globalement sûr, avec une base théorique solide et présentant des résultats prometteurs, il n’est pour le moment pas possible de conclure à une efficacité supérieure de la pratique du jeûne dans les pathologies abordées.
Leclercq - SylvainUniversité catholique de Louvain
QC14 - QP1 - QP51
Le service de coordination de soins à domicile de Charleroi : une aide possible au maintien à domicile de sa population?
Le service de coordination de soins à domicile de Charleroi : une aide possible au maintien à domicile de sa population?
Au cours de mon assistanat, j’ai souvent été confronté à la mise en place de soins infirmiers ou de kinésithérapie, pour le traitement de mes patients. Lorsque ceux-ci devaient être placés à domicile, il était parfois délicat de référer le malade à un praticien qui se déplace, quelques soient ses motifs car je ne connaissais pas de professionnels. En questionnant mon maître de stage sur les paramédicaux avec qui il a l’habitude de travailler, celui-ci m’a appris l’existence des centres de coordination de soins à domicile, notamment celui de la ville de Charleroi avec lequel il a l’habitude de travailler. J’ai souhaité réaliser ce travail afin d’évaluer si ce service de coordination de soins est, en plus d’être confortable pour les professionnels, également efficace pour aider à conserver le patient à son domicile et dans un objectif à plus long terme, d’éviter son hospitalisation. Fort de la réponse apportée par les résultats de cette première étude, j’ai également souhaité voir comment peut s’articuler ces services de coordination de soins à domicile dans une vision plus globale des soins de santé, telle que celle qui sera probablement instaurée dans le futur, au vu du contexte économique et post-pandémique.
Au cours de mon assistanat, j’ai souvent été confronté à la mise en place de soins infirmiers ou de kinésithérapie, pour le traitement de mes patients. Lorsque ceux-ci devaient être placés à domicile, il était parfois délicat de référer le malade à un praticien qui se déplace, quelques soient ses motifs car je ne connaissais pas de professionnels. En questionnant mon maître de stage sur les paramédicaux avec qui il a l’habitude de travailler, celui-ci m’a appris l’existence des centres de coordination de soins à domicile, notamment celui de la ville de Charleroi avec lequel il a l’habitude de travailler. J’ai souhaité réaliser ce travail afin d’évaluer si ce service de coordination de soins est, en plus d’être confortable pour les professionnels, également efficace pour aider à conserver le patient à son domicile et dans un objectif à plus long terme, d’éviter son hospitalisation. Fort de la réponse apportée par les résultats de cette première étude, j’ai également souhaité voir comment peut s’articuler ces services de coordination de soins à domicile dans une vision plus globale des soins de santé, telle que celle qui sera probablement instaurée dans le futur, au vu du contexte économique et post-pandémique.
Rinaldi - Pierre-EtienneUniversité catholique de Louvain
QS33 - QS31 - QS442 - QS441 - QS41 - QS42 - QS45
Améliorer la prise en charge du tabagisme par les assistants en médecine générale
Améliorer la prise en charge du tabagisme par les assistants en médecine générale
Introduction Selon l’O.M.S, le tabac est l’une des principales causes de mortalité, de maladies et d’appauvrissement. Il est responsable de plus de 8 millions de décès par an dans le monde. En 2017, en Europe, 60 % des fumeurs souhaitaient arrêter de fumer et seulement 5% d’entre eux ont eu recours à un professionnel. Pourtant sans aide, il y a 80% de risque qu’ils ne maintiennent pas leur sevrage durant la première année. Le médecin généraliste, qui serait pourtant un élément clé dans l’aide au sevrage, détourne son attention de cette problématique. L’amélioration de la formation des assistants serait une solution pour augmenter leur investissement auprès de leur patient tabagique. Matériel et méthode Une étude transversale par méthode mixte, constituée d’une partie quantitative et qualitative, s’est déroulée du 4 février au 26 mai 2020. Pour le volet quantitatif, un questionnaire en ligne a été envoyé à 720 assistants en médecine générale des universités belges de l’UCLouvain, de l’ULB et de l’ULiège. Pour le volet qualitatif, 12 entretiens semi-dirigés, enregistrés et intégralement retranscrits, ont été réalisés auprès d’assistants de ces mêmes trois universités. Le recrutement a été réalisé par message individuel via Facebook. Résultats Sur les 358 assistants ayants rempli le questionnaire, 91% aimeraient être mieux formés en tabacologie et seuls 18% sont satisfaits de leur prise en charge. Tous les assistants interviewés sont d’accord pour dire que le médecin a un rôle central dans la problématique du tabagisme. Néanmoins un nombre important de ressentis négatifs semble les freiner dans leur pratique. Le plus important étant le manque de formation. Conclusion Dans cet ouvrage se trouvent les points principaux à aborder lors d’une formation pour aider l’assistant à prendre en charge un patient fumeur en consultation du début à la fin. S’y trouve également une stratégie pour que la gestion du tabagisme devienne une priorité de la médecine générale. La mise en place d’un tel plan d’action est complexe et demande encore beaucoup d’investissement du corps enseignant. Des recherches en ce sens seraient prometteuses. Les assistants pourraient être à l’origine d’une vague de changement.
Introduction Selon l’O.M.S, le tabac est l’une des principales causes de mortalité, de maladies et d’appauvrissement. Il est responsable de plus de 8 millions de décès par an dans le monde. En 2017, en Europe, 60 % des fumeurs souhaitaient arrêter de fumer et seulement 5% d’entre eux ont eu recours à un professionnel. Pourtant sans aide, il y a 80% de risque qu’ils ne maintiennent pas leur sevrage durant la première année. Le médecin généraliste, qui serait pourtant un élément clé dans l’aide au sevrage, détourne son attention de cette problématique. L’amélioration de la formation des assistants serait une solution pour augmenter leur investissement auprès de leur patient tabagique. Matériel et méthode Une étude transversale par méthode mixte, constituée d’une partie quantitative et qualitative, s’est déroulée du 4 février au 26 mai 2020. Pour le volet quantitatif, un questionnaire en ligne a été envoyé à 720 assistants en médecine générale des universités belges de l’UCLouvain, de l’ULB et de l’ULiège. Pour le volet qualitatif, 12 entretiens semi-dirigés, enregistrés et intégralement retranscrits, ont été réalisés auprès d’assistants de ces mêmes trois universités. Le recrutement a été réalisé par message individuel via Facebook. Résultats Sur les 358 assistants ayants rempli le questionnaire, 91% aimeraient être mieux formés en tabacologie et seuls 18% sont satisfaits de leur prise en charge. Tous les assistants interviewés sont d’accord pour dire que le médecin a un rôle central dans la problématique du tabagisme. Néanmoins un nombre important de ressentis négatifs semble les freiner dans leur pratique. Le plus important étant le manque de formation. Conclusion Dans cet ouvrage se trouvent les points principaux à aborder lors d’une formation pour aider l’assistant à prendre en charge un patient fumeur en consultation du début à la fin. S’y trouve également une stratégie pour que la gestion du tabagisme devienne une priorité de la médecine générale. La mise en place d’un tel plan d’action est complexe et demande encore beaucoup d’investissement du corps enseignant. Des recherches en ce sens seraient prometteuses. Les assistants pourraient être à l’origine d’une vague de changement.
Scailteur - JulienUniversité catholique de Louvain
45.011 - P17 - QR33 - QS41 - QT12 - QS11 - QD41 - QR22
Quelles recommandations pour la consultation du certificat de non contre-indication au sport ?
Quelles recommandations pour la consultation du certificat de non contre-indication au sport ?
Abstract Introduction L’activité physique et sportive attire de plus en plus de monde au vu des bienfaits qu’elle procure au niveau de la santé. Il en résulte une demande croissante de certificat de non contre-indication au sport (CNCS) chez les médecins généralistes pour laquelle nous manquons de préparation. Le but de ce certificat est d’exclure toute contre-indication liée à l’activité physique. Il existe une hétérogénéité dans les recommandations qui peuvent rendre la tâche difficile au médecin généraliste. Ce travail sous forme de recherche bibliographique a pour but d’exposer les recommandations disponibles afin de faciliter la réalisation de cette consultation par le médecin généraliste. Méthodologie La méthode utilisée est une recherche bibliographique par le biais de différentes ressources dont la majorité des données trouvées concernent le dépistage cardiaque pré-participatif. Résultats Le plus gros risque lié à l’activité physique malgré sa rareté reste la mort subite du sportif qui est majoritairement d’origine cardiovasculaire. De ce fait, l’examen cardiovasculaire occupe une place majeure lors de cette visite. Une anamnèse fouillée et un examen clinique précis représentent la base de cette évaluation médicale. Il y a une divergence sur l’utilisation de l’électrocardiogramme (ECG) systématique chez le jeune, l’European Society of Cardiology (ESC) la préconise à l’inverse de l’American Heart Association's (AHA) qui y voit plusieurs limites logistiques. Le Centre Fédéral d'Expertise des soins de santé (KCE) en Belgique ne recommande pas un dépistage cardiovasculaire massif chez le jeune car il n’y a pas assez de preuves de son efficacité. Chez le sujet d’âge plus avancé, ils sont tous d’accord (ESC et AHA) qu’il faut sélectionner les sujets les plus à risque qui nécessiteront une évaluation médicale comprenant d’office un ECG. Il est important de passer en revue les autres systèmes car ils peuvent être également pourvoyeurs de contre-indications qui sont rarement absolues. Conclusion L’amélioration de cette consultation devrait idéalement passer par la généralisation d’un protocole validé et standardisé qui serait utilisé par tous les médecins. L’évolution des stratégies de dépistage doit passer par le développement de nouvelles études pour une meilleure compréhension de la mort subite. Enfin, la réanimation cardio-pulmonaire reste la meilleure chance de survie en cas de mort subite. Il faut donc continuer à la développer en passant par la formation de tous les encadrants du sport et par la disponibilité des défibrillateurs automatiques dans les lieux sportifs. Mots clés : Certificat de non contre-indication au sport, dépistage cardiovasculaire pré-participatif, mort subite du sportif, activité physique
Abstract Introduction L’activité physique et sportive attire de plus en plus de monde au vu des bienfaits qu’elle procure au niveau de la santé. Il en résulte une demande croissante de certificat de non contre-indication au sport (CNCS) chez les médecins généralistes pour laquelle nous manquons de préparation. Le but de ce certificat est d’exclure toute contre-indication liée à l’activité physique. Il existe une hétérogénéité dans les recommandations qui peuvent rendre la tâche difficile au médecin généraliste. Ce travail sous forme de recherche bibliographique a pour but d’exposer les recommandations disponibles afin de faciliter la réalisation de cette consultation par le médecin généraliste. Méthodologie La méthode utilisée est une recherche bibliographique par le biais de différentes ressources dont la majorité des données trouvées concernent le dépistage cardiaque pré-participatif. Résultats Le plus gros risque lié à l’activité physique malgré sa rareté reste la mort subite du sportif qui est majoritairement d’origine cardiovasculaire. De ce fait, l’examen cardiovasculaire occupe une place majeure lors de cette visite. Une anamnèse fouillée et un examen clinique précis représentent la base de cette évaluation médicale. Il y a une divergence sur l’utilisation de l’électrocardiogramme (ECG) systématique chez le jeune, l’European Society of Cardiology (ESC) la préconise à l’inverse de l’American Heart Association's (AHA) qui y voit plusieurs limites logistiques. Le Centre Fédéral d'Expertise des soins de santé (KCE) en Belgique ne recommande pas un dépistage cardiovasculaire massif chez le jeune car il n’y a pas assez de preuves de son efficacité. Chez le sujet d’âge plus avancé, ils sont tous d’accord (ESC et AHA) qu’il faut sélectionner les sujets les plus à risque qui nécessiteront une évaluation médicale comprenant d’office un ECG. Il est important de passer en revue les autres systèmes car ils peuvent être également pourvoyeurs de contre-indications qui sont rarement absolues. Conclusion L’amélioration de cette consultation devrait idéalement passer par la généralisation d’un protocole validé et standardisé qui serait utilisé par tous les médecins. L’évolution des stratégies de dépistage doit passer par le développement de nouvelles études pour une meilleure compréhension de la mort subite. Enfin, la réanimation cardio-pulmonaire reste la meilleure chance de survie en cas de mort subite. Il faut donc continuer à la développer en passant par la formation de tous les encadrants du sport et par la disponibilité des défibrillateurs automatiques dans les lieux sportifs. Mots clés : Certificat de non contre-indication au sport, dépistage cardiovasculaire pré-participatif, mort subite du sportif, activité physique
elamine - youssofUniversité catholique de Louvain
31.003 - 45.011 - 42.001 - 57.002
Médecin généraliste et suivi de grossesse:
Médecin généraliste et suivi de grossesse:
En Belgique, la majorité des suivis de grossesse sont réalisées par des gynécologues en milieu hospitalier ou en cabinet privé. Cependant, en province du Luxembourg, l’offre en gynécologue par rapport à la population en âge de procréer est moins grande que dans le reste de la Belgique. Ces spécialistes ont donc une charge de travail plus importante. Ceci peut par conséquent entraîner des délais de consultation plus longs que ceux recommandés dans les guides de bonne pratique. Et pourtant, ils ne sont pas les seuls professionnels de la santé à être mandaté à réaliser des suivis de grossesse non compliquée. L’objectif de ce travail est de mettre en évidence via une revue de littérature la place du médecin généraliste, de définir ses limites d’action dans le suivi de grossesse non compliquée dans le système belge et particulièrement en province du Luxembourg pour améliorer l’expérience de la grossesse pour les femmes enceintes et également désengorger les consultations de gynécologie. Ceci fait découler la question de recherche suivante : Quelle est la place du les médecins généralistes dans le suivi de grossesse non compliquée en médecine générale en Belgique et particulièrement dans la province du Luxembourg ?
En Belgique, la majorité des suivis de grossesse sont réalisées par des gynécologues en milieu hospitalier ou en cabinet privé. Cependant, en province du Luxembourg, l’offre en gynécologue par rapport à la population en âge de procréer est moins grande que dans le reste de la Belgique. Ces spécialistes ont donc une charge de travail plus importante. Ceci peut par conséquent entraîner des délais de consultation plus longs que ceux recommandés dans les guides de bonne pratique. Et pourtant, ils ne sont pas les seuls professionnels de la santé à être mandaté à réaliser des suivis de grossesse non compliquée. L’objectif de ce travail est de mettre en évidence via une revue de littérature la place du médecin généraliste, de définir ses limites d’action dans le suivi de grossesse non compliquée dans le système belge et particulièrement en province du Luxembourg pour améliorer l’expérience de la grossesse pour les femmes enceintes et également désengorger les consultations de gynécologie. Ceci fait découler la question de recherche suivante : Quelle est la place du les médecins généralistes dans le suivi de grossesse non compliquée en médecine générale en Belgique et particulièrement dans la province du Luxembourg ?
Lunianga Nzita - Merveille HélèneUniversité catholique de Louvain
QD25 - W78 - W84 - W01
LA PRISE EN CHARGE DES ADULTES PARALYSES CEREBRAUX EN MEDECINE GENERALE : Quelles sont les spécificités de cette pathologie et des troubles associés ? Comment organiser les soins en médecine générale ?
LA PRISE EN CHARGE DES ADULTES PARALYSES CEREBRAUX EN MEDECINE GENERALE : Quelles sont les spécificités de cette pathologie et des troubles associés ? Comment organiser les soins en médecine générale ?
La paralysie cérébrale concerne un nombre croissant d’adultes qui doivent faire face à des troubles moteurs mais aussi à de multiples troubles associés. Leur accompagnement est complexe et le rôle des médecins généralistes est alors fondamental pour optimaliser leur prise en charge, souvent complexe. Les objectifs de ce travail sont multiples. Tout d’abord, via une méthode mixte et une revue de la littérature, ce travail vise à distinguer les spécificités de la paralysie cérébrale et de sa prise en charge. Ensuite, il permet de définir le rôle du médecin généraliste au sein de cette prise en charge et enfin de l’informer quant à la gestion et la coordination des soins de cette patientèle singulière. Dans un premier temps, des entretiens individuels ont confirmé le manque de reconnaissance et de structuration de programmes de soins pour le patient paralysé cérébral. Ils ont également souligné l’absence du médecin généraliste, pourtant indispensable tout au long de la vie du patient paralysé cérébral, en particulier lors du relais vers des services de soins pour adultes. Les personnes interrogées ont aussi insisté sur les spécificités de la pathologie nécessitant des compétences médicales mais aussi humaines : écoute, empathie et patience. Ensuite, un questionnaire envoyé à des généralistes belges a exposé les difficultés éprouvées ou appréhendées par les médecins face à cette prise en charge notamment une méconnaissance, un manque de temps, un problème de communication et des difficultés lors de l’examen clinique. Ils ont pourtant déclaré vouloir se renseigner afin de mieux soigner ces patients. En outre, la revue de la littérature a permis de détailler les nombreuses spécificités de la paralysie cérébrale et des troubles associés touchant tous les systèmes. Elle a également décrit l’organisation des soins pluridisciplinaires : une réseau dans lequel le généraliste a une place de choix. Pour clore ce travail, un outil pratique a été élaboré à l’attention des médecins généralistes afin de pouvoir les guider dans le suivi et la coordination des soins d’un adulte paralysé cérébral.
La paralysie cérébrale concerne un nombre croissant d’adultes qui doivent faire face à des troubles moteurs mais aussi à de multiples troubles associés. Leur accompagnement est complexe et le rôle des médecins généralistes est alors fondamental pour optimaliser leur prise en charge, souvent complexe. Les objectifs de ce travail sont multiples. Tout d’abord, via une méthode mixte et une revue de la littérature, ce travail vise à distinguer les spécificités de la paralysie cérébrale et de sa prise en charge. Ensuite, il permet de définir le rôle du médecin généraliste au sein de cette prise en charge et enfin de l’informer quant à la gestion et la coordination des soins de cette patientèle singulière. Dans un premier temps, des entretiens individuels ont confirmé le manque de reconnaissance et de structuration de programmes de soins pour le patient paralysé cérébral. Ils ont également souligné l’absence du médecin généraliste, pourtant indispensable tout au long de la vie du patient paralysé cérébral, en particulier lors du relais vers des services de soins pour adultes. Les personnes interrogées ont aussi insisté sur les spécificités de la pathologie nécessitant des compétences médicales mais aussi humaines : écoute, empathie et patience. Ensuite, un questionnaire envoyé à des généralistes belges a exposé les difficultés éprouvées ou appréhendées par les médecins face à cette prise en charge notamment une méconnaissance, un manque de temps, un problème de communication et des difficultés lors de l’examen clinique. Ils ont pourtant déclaré vouloir se renseigner afin de mieux soigner ces patients. En outre, la revue de la littérature a permis de détailler les nombreuses spécificités de la paralysie cérébrale et des troubles associés touchant tous les systèmes. Elle a également décrit l’organisation des soins pluridisciplinaires : une réseau dans lequel le généraliste a une place de choix. Pour clore ce travail, un outil pratique a été élaboré à l’attention des médecins généralistes afin de pouvoir les guider dans le suivi et la coordination des soins d’un adulte paralysé cérébral.
Le Grelle - CharlineUniversité catholique de Louvain
QS33 - QD322 - 46.000 - QS41 - QC14 - N99 - QR33 - QT33
Comment est présentée l'offre existante pour le sevrage tabagique par les pharmaciens ? Analyse qualitative réalisée auprès de pharmaciens namurois.
Comment est présentée l'offre existante pour le sevrage tabagique par les pharmaciens ? Analyse qualitative réalisée auprès de pharmaciens namurois.
Introduction : Les pharmaciens sont en première ligne pour accompagner le patient dans son sevrage tabagique. L’objectif de mon TFE était donc de déterminer comment est abordé le sevrage tabagique par les pharmaciens. Méthodologie : Des entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de pharmaciens namurois et la littérature nationale et internationale a été lue. Résultats : L’étude a démontré que les pharmaciens parlaient aisément des traitements nicotiniques de substitution (TNS), qu’ils étaient aptes à fournir des conseils sur leur utilisation et sur les mesures hygiéno-diététiques associées. Ils sont également convaincus de l’efficacité du Champix, mais ils n’osent pas tous en parler par crainte des effets secondaires ou d’un refus du médecin traitant de le prescrire. En ce qui concerne l’accompagnement psychologique, certains pharmaciens ont exprimé qu’ils n’en parlaient généralement pas spontanément au patient et qu’ils n’identifiaient pas toujours le médecin traitant comme pouvant être une ressource pour soutenir le patient. Ils soulignent aussi le fait qu’ils ne connaissent pas de tabacologue et qu’ils encouragent donc les patients à faire les recherches par eux-mêmes. Discussion : Le discours des pharmaciens comporte quelques lacunes causées par un manque de formation, par de fausses informations transmises par les délégués et par un manque de connaissance du réseau. Et, leur fournir ces informations et améliorer la collaboration entre médecins et pharmaciens pourraient les aider. Conclusion : Une meilleure connaissance des aides au sevrage validées par la littérature pourrait permettre aux pharmaciens de mieux répondre aux demandes de sevrage des patients. Ils pourraient acquérir ces connaissances grâce à des démarches personnelles (lectures ou formations), grâce à quelques informations qui pourraient être mises à leur disposition et grâce au soutien des médecins généralistes. Mots clefs : Etude qualitative – Pharmaciens – Sevrage tabagique – Ressources – Conseils
Introduction : Les pharmaciens sont en première ligne pour accompagner le patient dans son sevrage tabagique. L’objectif de mon TFE était donc de déterminer comment est abordé le sevrage tabagique par les pharmaciens. Méthodologie : Des entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de pharmaciens namurois et la littérature nationale et internationale a été lue. Résultats : L’étude a démontré que les pharmaciens parlaient aisément des traitements nicotiniques de substitution (TNS), qu’ils étaient aptes à fournir des conseils sur leur utilisation et sur les mesures hygiéno-diététiques associées. Ils sont également convaincus de l’efficacité du Champix, mais ils n’osent pas tous en parler par crainte des effets secondaires ou d’un refus du médecin traitant de le prescrire. En ce qui concerne l’accompagnement psychologique, certains pharmaciens ont exprimé qu’ils n’en parlaient généralement pas spontanément au patient et qu’ils n’identifiaient pas toujours le médecin traitant comme pouvant être une ressource pour soutenir le patient. Ils soulignent aussi le fait qu’ils ne connaissent pas de tabacologue et qu’ils encouragent donc les patients à faire les recherches par eux-mêmes. Discussion : Le discours des pharmaciens comporte quelques lacunes causées par un manque de formation, par de fausses informations transmises par les délégués et par un manque de connaissance du réseau. Et, leur fournir ces informations et améliorer la collaboration entre médecins et pharmaciens pourraient les aider. Conclusion : Une meilleure connaissance des aides au sevrage validées par la littérature pourrait permettre aux pharmaciens de mieux répondre aux demandes de sevrage des patients. Ils pourraient acquérir ces connaissances grâce à des démarches personnelles (lectures ou formations), grâce à quelques informations qui pourraient être mises à leur disposition et grâce au soutien des médecins généralistes. Mots clefs : Etude qualitative – Pharmaciens – Sevrage tabagique – Ressources – Conseils
Van Meenen - MéganeUniversité catholique de Louvain
QR31 - QS46 - P17 - 58.000 - 67.001 - QS41
Pistes d’amélioration de la collaboration entre médecins généralistes et néphrologues dans la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique : une étude qualitative
Pistes d’amélioration de la collaboration entre médecins généralistes et néphrologues dans la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique : une étude qualitative
Objectif : Ce travail a pour objectif d’effectuer l’état des lieux et d’émettre des pistes d’amélioration concernant la collaboration entre le médecin généraliste et le néphrologue dans le cadre du suivi d’un patient présentant une insuffisance rénale chronique. Méthode : Une étude qualitative a été effectuée à l’aide d’entretiens semi-dirigés réalisés auprès de onze médecins généralistes de la région de Soumagne. Résultats : La plupart des médecins généralistes décrivaient la collaboration avec le néphrologue comme satisfaisante dans le cadre de la gestion de l’insuffisance rénale chronique hors dialyse. Toutefois, des améliorations leur semblaient nécessaires, notamment dans le domaine de la communication, du partage de données, de l’instauration des trajets de soins et de la mise en place des rôles dans le suivi de la maladie. Beaucoup admettaient un manque de connaissances de l’insuffisance rénale chronique et des critères de référencement vers le néphrologue. Dans le cadre de la dialyse, une relative perte de contact avec le patient était déplorée par les médecins généralistes, entachant ainsi la collaboration avec les néphrologues. Plusieurs pistes de solutions ont été émises par les médecins généralistes pour remédier à ces différents problèmes : la mise en place d’une ligne directe d’avis vers le néphrologue, une optimalisation du partage des données, la promotion et l’utilisation plus fréquente des trajets de soins, des rencontres entre néphrologues et médecins généralistes afin de mieux définir et articuler le rôle de chacun dans la prise en charge et de faciliter de futurs contacts. Conclusion : Des pistes ont été proposées par les médecins généralistes afin d’améliorer la collaboration avec les néphrologues dans la prise en charge des patients présentant une insuffisance rénale chronique. Celles-ci mériteraient d’être mises en place et évaluées.
Objectif : Ce travail a pour objectif d’effectuer l’état des lieux et d’émettre des pistes d’amélioration concernant la collaboration entre le médecin généraliste et le néphrologue dans le cadre du suivi d’un patient présentant une insuffisance rénale chronique. Méthode : Une étude qualitative a été effectuée à l’aide d’entretiens semi-dirigés réalisés auprès de onze médecins généralistes de la région de Soumagne. Résultats : La plupart des médecins généralistes décrivaient la collaboration avec le néphrologue comme satisfaisante dans le cadre de la gestion de l’insuffisance rénale chronique hors dialyse. Toutefois, des améliorations leur semblaient nécessaires, notamment dans le domaine de la communication, du partage de données, de l’instauration des trajets de soins et de la mise en place des rôles dans le suivi de la maladie. Beaucoup admettaient un manque de connaissances de l’insuffisance rénale chronique et des critères de référencement vers le néphrologue. Dans le cadre de la dialyse, une relative perte de contact avec le patient était déplorée par les médecins généralistes, entachant ainsi la collaboration avec les néphrologues. Plusieurs pistes de solutions ont été émises par les médecins généralistes pour remédier à ces différents problèmes : la mise en place d’une ligne directe d’avis vers le néphrologue, une optimalisation du partage des données, la promotion et l’utilisation plus fréquente des trajets de soins, des rencontres entre néphrologues et médecins généralistes afin de mieux définir et articuler le rôle de chacun dans la prise en charge et de faciliter de futurs contacts. Conclusion : Des pistes ont été proposées par les médecins généralistes afin d’améliorer la collaboration avec les néphrologues dans la prise en charge des patients présentant une insuffisance rénale chronique. Celles-ci mériteraient d’être mises en place et évaluées.
Lambiet - ChristelleUniversité de Liège
U28 - QS11 - QT32 - 67.001 - QR31 - QD2
Comprendre les perceptions des médecins généralistes du Brabant Wallon concernant la cigarette électronique et leur rôle dans l’accompagnement des vapoteurs au moyen d’une analyse qualitative
Comprendre les perceptions des médecins généralistes du Brabant Wallon concernant la cigarette électronique et leur rôle dans l’accompagnement des vapoteurs au moyen d’une analyse qualitative
Introduction : La cigarette électronique a pris une place importante dans notre société ces dernières années et est un sujet très présent dans l’actualité. Partant du constat que les médecins généralistes sont des intervenants de première ligne pour un grand nombre de problèmes de santé, y compris les addictions, l’objectif de ce travail est de comprendre les perceptions des médecins généralistes par rapport à la cigarette électronique et leur place dans l’accompagnement des patients vapoteurs. Méthodologie : Une analyse qualitative a été réalisée dans le cadre de ce travail. Des médecins généralistes du Brabant Wallon ont été interrogés au cours de plusieurs entretiens semi-dirigés. Résultats : La cigarette électronique suscite des craintes chez les médecins généralistes interrogés quant au développement éventuel d’une nouvelle dépendance, aux effets à long terme de celle-ci et au risque d’entraîner des jeunes non-fumeurs à vapoter. Ils déconseillent son usage prolongé et ne la proposent qu’exceptionnellement lorsque un sevrage tabagique n’a pas pu être obtenu par d’autres méthodes. Ils la perçoivent cependant comme moins risquée que la cigarette conventionnelle. Le vapotage est un sujet peu abordé en consultation de médecine générale et les médecins interrogés estiment avoir une place secondaire dans l’accompagnement du vapoteur actuellement, mais souhaiteraient occuper une place plus importante en recevant davantage d’informations. Conclusion : Ce travail a montré que les médecins généralistes sont septiques par rapport à l’utilisation de la cigarette électronique mais ils souhaitent néanmoins davantage s’impliquer dans le suivi des vapoteurs. Il pourrait également être pertinent de comprendre les souhaits et les attentes du patient vapoteur par rapport à un accompagnement en médecine générale et de réaliser un processus d’assurance de qualité visant à améliorer ce suivi au sein de notre pratique. Mots clés : Cigarette électronique, Dépendance, Conseil au patient, Comportement de la santé, Etude qualitative, Médecin généraliste, Belgique, Brabant Wallon.
Introduction : La cigarette électronique a pris une place importante dans notre société ces dernières années et est un sujet très présent dans l’actualité. Partant du constat que les médecins généralistes sont des intervenants de première ligne pour un grand nombre de problèmes de santé, y compris les addictions, l’objectif de ce travail est de comprendre les perceptions des médecins généralistes par rapport à la cigarette électronique et leur place dans l’accompagnement des patients vapoteurs. Méthodologie : Une analyse qualitative a été réalisée dans le cadre de ce travail. Des médecins généralistes du Brabant Wallon ont été interrogés au cours de plusieurs entretiens semi-dirigés. Résultats : La cigarette électronique suscite des craintes chez les médecins généralistes interrogés quant au développement éventuel d’une nouvelle dépendance, aux effets à long terme de celle-ci et au risque d’entraîner des jeunes non-fumeurs à vapoter. Ils déconseillent son usage prolongé et ne la proposent qu’exceptionnellement lorsque un sevrage tabagique n’a pas pu être obtenu par d’autres méthodes. Ils la perçoivent cependant comme moins risquée que la cigarette conventionnelle. Le vapotage est un sujet peu abordé en consultation de médecine générale et les médecins interrogés estiment avoir une place secondaire dans l’accompagnement du vapoteur actuellement, mais souhaiteraient occuper une place plus importante en recevant davantage d’informations. Conclusion : Ce travail a montré que les médecins généralistes sont septiques par rapport à l’utilisation de la cigarette électronique mais ils souhaitent néanmoins davantage s’impliquer dans le suivi des vapoteurs. Il pourrait également être pertinent de comprendre les souhaits et les attentes du patient vapoteur par rapport à un accompagnement en médecine générale et de réaliser un processus d’assurance de qualité visant à améliorer ce suivi au sein de notre pratique. Mots clés : Cigarette électronique, Dépendance, Conseil au patient, Comportement de la santé, Etude qualitative, Médecin généraliste, Belgique, Brabant Wallon.
Descamps - CélineUniversité catholique de Louvain
QC4 - QP5 - QR31 - QD13 - QS41 - QO4
Recours à la psychothérapie dans le cadre de dépressions légères à modérées de longue durée chez l’adulte - freins et pistes à développer avec le patient.
Recours à la psychothérapie dans le cadre de dépressions légères à modérées de longue durée chez l’adulte - freins et pistes à développer avec le patient.
Lorsqu’un patient, en dépression légère ou modérée, résistante ou de longue durée nous force à constater l’échec du suivi médical, notre premier réflexe est de le référer chez un psychologue, voire un psychiatre pour un suivi plus fréquent, plus spécialisé. Régulièrement, il arrive que le patient refuse pour des raisons qui lui sont propres. Après un rappel de définitions, de recommandations et traitements, de classification, d’échelles d’évaluation et une courte description de diverses psychothérapies, ce travail mettra en lumière les obstacles aux psychothérapies les plus fréquemment émis par les patients. Ces freins ont ensuite fait l’objet de discussions individuelles avec des psychologues de formation dans le but d’élaborer quelques pistes à développer en consultation de médecine générale avec le patient.
Lorsqu’un patient, en dépression légère ou modérée, résistante ou de longue durée nous force à constater l’échec du suivi médical, notre premier réflexe est de le référer chez un psychologue, voire un psychiatre pour un suivi plus fréquent, plus spécialisé. Régulièrement, il arrive que le patient refuse pour des raisons qui lui sont propres. Après un rappel de définitions, de recommandations et traitements, de classification, d’échelles d’évaluation et une courte description de diverses psychothérapies, ce travail mettra en lumière les obstacles aux psychothérapies les plus fréquemment émis par les patients. Ces freins ont ensuite fait l’objet de discussions individuelles avec des psychologues de formation dans le but d’élaborer quelques pistes à développer en consultation de médecine générale avec le patient.
Thiry - LorraineUniversité catholique de Louvain
58.002 - P76 - QD13 - QD323 - QO4
Perturbateurs endocriniens : Pourquoi faut-il protégerle cerveau de nos patients en médecine générale ?
Perturbateurs endocriniens : Pourquoi faut-il protégerle cerveau de nos patients en médecine générale ?
Nous ne sommes pas toujours conscients de la quantité de substances toxiques conte-nues dans de nombreux produits d’usage courant. Nombre d’entre elles peuvent in-terférer avec notre système endocrinien : elles sont communément appelées "pertur-bateurs endocriniens". J’expliquerai comment ces perturbateurs endocriniens inter-fèrent avec notre développement, sur la glande thyroïde en particulier, en accordantune attention particulière aux fœtus, qui, en plein développement et à cause departicularités qui leurs sont propres, semblent être particulièrement fragiles à cesperturbateurs. Troubles de l’attention, autisme, perte de QI, de nombreux troublesneurocomportementaux semblent être en relation avec les perturbateurs endocri-niens, mais le lien causal n’est pas toujours mis en évidence. J’analyserai pourquoice lien n’est pas facile à faire, et explique pourquoi nous devons respecter le « prin-cipe de précaution ». Je conclurai finalement ce travail en soulignant l’importancedu rôle du médecin traitant dans la prévention des troubles liés aux perturbateursendocriniens.
Nous ne sommes pas toujours conscients de la quantité de substances toxiques conte-nues dans de nombreux produits d’usage courant. Nombre d’entre elles peuvent in-terférer avec notre système endocrinien : elles sont communément appelées "pertur-bateurs endocriniens". J’expliquerai comment ces perturbateurs endocriniens inter-fèrent avec notre développement, sur la glande thyroïde en particulier, en accordantune attention particulière aux fœtus, qui, en plein développement et à cause departicularités qui leurs sont propres, semblent être particulièrement fragiles à cesperturbateurs. Troubles de l’attention, autisme, perte de QI, de nombreux troublesneurocomportementaux semblent être en relation avec les perturbateurs endocri-niens, mais le lien causal n’est pas toujours mis en évidence. J’analyserai pourquoice lien n’est pas facile à faire, et explique pourquoi nous devons respecter le « prin-cipe de précaution ». Je conclurai finalement ce travail en soulignant l’importancedu rôle du médecin traitant dans la prévention des troubles liés aux perturbateursendocriniens.
Dubus - CamilleUniversité catholique de Louvain
QC11 - QD23 - QD41 - QH11 - QR6 - QT33 - QS41
COMMENT LES MÉDECINS GÉNÉRALISTES PEUVENT-ILS MIEUX RÉFÉRER LEURS PATIENTS VERS LA MÉDECINE SPÉCIALISÉE?
COMMENT LES MÉDECINS GÉNÉRALISTES PEUVENT-ILS MIEUX RÉFÉRER LEURS PATIENTS VERS LA MÉDECINE SPÉCIALISÉE?
Contexte: Une bonne communication entre le médecin généraliste et le médecin spécialiste est primordiale pour une prise en charge de qualité des patients. La communication écrite, telle que la lettre de référence, demeure la forme de communication la plus courante et parfois la seule, entre professionnels de la santé. Objectif: L’objectif de cette étude est d’évaluer les attentes des médecins spécialistes concernant les lettres de référence afin de proposer une lettre de référence type dactylographiée. Méthode: Ce travail est une étude quantitative transversale, moyennant un questionnaire contenant des questions ouvertes et des questions à choix multiples, rempli par des médecins spécialistes à Bruxelles et en Wallonie. Les données recueillies ont été analysées, catégorisées et comparées avec celles d’autres études. Résultats: 372 médecins spécialistes ont répondu au questionnaire de 36 questions. Plus de la moitié des médecins spécialistes, soit 51,3%, préconisent une lettre dactylographiée avec comme argument capital la lisibilité. L’autre moitié n’a pas de préférence et fait primer le contenu sur le contenant. Six éléments ont été retenus comme indispensables pour plus de la moitié des médecins : le traitement actuel (89,2%), les antécédents personnels (83%), l’anamnèse(70,2%), les protocoles des examens complémentaires adéquats (66,7%), une copie de la dernière prise de sang pertinente (51,3%) et les allergies (50, 2%). De plus, 80,1% des médecins spécialistes préconisent que le médecin généraliste soulève des hypothèses diagnostiques. Conclusion: Une lettre de référence type dactylographiée contenant entre autres ces six éléments indispensables (traitement actuel, antécédents personnels, anamnèse, protocoles des examens complémentaires adéquats , dernière prise de sang et allergies) est proposée afin d’optimiser les lettres du médecin généraliste vers la médecine spécialisée.
Contexte: Une bonne communication entre le médecin généraliste et le médecin spécialiste est primordiale pour une prise en charge de qualité des patients. La communication écrite, telle que la lettre de référence, demeure la forme de communication la plus courante et parfois la seule, entre professionnels de la santé. Objectif: L’objectif de cette étude est d’évaluer les attentes des médecins spécialistes concernant les lettres de référence afin de proposer une lettre de référence type dactylographiée. Méthode: Ce travail est une étude quantitative transversale, moyennant un questionnaire contenant des questions ouvertes et des questions à choix multiples, rempli par des médecins spécialistes à Bruxelles et en Wallonie. Les données recueillies ont été analysées, catégorisées et comparées avec celles d’autres études. Résultats: 372 médecins spécialistes ont répondu au questionnaire de 36 questions. Plus de la moitié des médecins spécialistes, soit 51,3%, préconisent une lettre dactylographiée avec comme argument capital la lisibilité. L’autre moitié n’a pas de préférence et fait primer le contenu sur le contenant. Six éléments ont été retenus comme indispensables pour plus de la moitié des médecins : le traitement actuel (89,2%), les antécédents personnels (83%), l’anamnèse(70,2%), les protocoles des examens complémentaires adéquats (66,7%), une copie de la dernière prise de sang pertinente (51,3%) et les allergies (50, 2%). De plus, 80,1% des médecins spécialistes préconisent que le médecin généraliste soulève des hypothèses diagnostiques. Conclusion: Une lettre de référence type dactylographiée contenant entre autres ces six éléments indispensables (traitement actuel, antécédents personnels, anamnèse, protocoles des examens complémentaires adéquats , dernière prise de sang et allergies) est proposée afin d’optimiser les lettres du médecin généraliste vers la médecine spécialisée.
de Clippele - BénédicteUniversité catholique de Louvain
67.001 - QD25 - QS41 - QR323 - QS13 - QS32 - QP3 - QO4
Les Troubles du Spectre de l'Autisme: Mise au point sur le dépistage chez les enfants de moins de 7 ans en Médecine Générale
Les Troubles du Spectre de l'Autisme: Mise au point sur le dépistage chez les enfants de moins de 7 ans en Médecine Générale
Introduction : La prévalence des Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA) a tendance à augmenter ces dernières années à travers le monde. Quel est l’intérêt d’un dépistage ? Doit-il être systématique ? Quelles sont les recommandations actuelles ? Quel est le rôle du médecin traitant ? Méthodologie : Ce travail est réalisé sous forme d’une mise au point. Il s’articule sur deux points : une revue non exhaustive de la littérature sur les recommandations actuelles de dépistage des TSA et sur le rôle du médecin traitant ; suivie d’une analyse descriptive d’un nouvel outil de repérage des signes d’alerte de troubles neuro-développementaux (TND) mis en place par la Stratégie Nationale pour l’Autisme 2018-2022 (SNA). Résultats : L’accès à un diagnostic précoce et donc à une prise en charge précoce a montré de meilleurs résultats sur la qualité de vie de ces enfants. Toutes les études analysées s’accordent sur ce sujet. Le diagnostic est malheureusement encore trop tardif, et ceci à travers le monde. Les recommandations concernant le dépistage et le rôle du médecin traitant varient d’un pays à l’autre. La Belgique ne se positionne pas sur la question du dépistage ni sur la question du rôle du médecin traitant. Les Royaume-Unis et le Canada ne recommandent pas de dépistage universel mais uniquement pour les enfants à risque, sur base d’un outil validé (MCHAT R/F). Au Canada, ils recommandent, cependant, un suivi renforcé par le médecin traitant à la recherche des signes d’alerte de TSA. Au sein des USA, les recommandations sont variables. L’Académie américaine de pédiatrie recommande un dépistage universel par l’outil spécifique MCHAT R/F de tous les enfants de 18 et 24 mois. Les autres recommandations américaines proposent une surveillance active par le soignant de première ligne. En France, les recommandations par la Haute Autorité de Santé (HAS) ne proposent pas de dépistage universel systématique par un outil validé. Ils proposent cependant une surveillance active des signes d’alerte par le médecin traitant lors des consultations obligatoires de suivi. Si des signes d’inquiétude ou d’alerte sont repérés par les parents ou par les puéricultrices, l’enfant est dirigé vers son médecin traitant pour une consultation dédiée du développement psychomoteur. Pour ce faire, la Stratégie nationale pour l’autisme 2018-2022 a créé un nouvel outil de repérage des signes d’alerte de TSA et des TND, que le médecin peut utiliser lors de cette consultation dédiée. Cet outil se présente sous forme de livret composé de deux parties : les dimensions transversales et les signes d’alerte du développement en fonction de l’âge (de 6 mois à 7 ans). C’est un outil de repérage des troubles neuro-développementaux ; ce qui signifie qu’il n’est pas spécifique des TSA. Si le repérage s’avère positif, le médecin traitant doit référer l’enfant vers une plateforme de coordination créée à cet effet, et peut débuter une prise en charge générale avant que le diagnostic ne soit posé. Discussion : On observe que le Centre Fédéral d’Expertises de Soins de Santé KCE n’émet pas de recommandations en Belgique sur le dépistage ni sur le rôle du médecin traitant dans la prise en charge des enfants atteints de TSA. Le Conseil supérieur de la santé propose une surveillance par le médecin traitant. L’ONE propose un carnet général de suivi et de surveillance de l’enfant ainsi que des fiches de repérage. Malheureusement, ces outils ne sont que trop peu exploités dans le cadre de la médecine générale, et les consultations ONE ne sont pas obligatoires. La SNA 2018-2022 française émet de nouvelles pistes impliquant le médecin traitant suite aux recommandations de 2018 de la HAS. Il serait intéressant d’exploiter ce nouvel outil dans la pratique de médecine générale belge, mais ceci n’est pas encore tout à fait applicable.
Introduction : La prévalence des Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA) a tendance à augmenter ces dernières années à travers le monde. Quel est l’intérêt d’un dépistage ? Doit-il être systématique ? Quelles sont les recommandations actuelles ? Quel est le rôle du médecin traitant ? Méthodologie : Ce travail est réalisé sous forme d’une mise au point. Il s’articule sur deux points : une revue non exhaustive de la littérature sur les recommandations actuelles de dépistage des TSA et sur le rôle du médecin traitant ; suivie d’une analyse descriptive d’un nouvel outil de repérage des signes d’alerte de troubles neuro-développementaux (TND) mis en place par la Stratégie Nationale pour l’Autisme 2018-2022 (SNA). Résultats : L’accès à un diagnostic précoce et donc à une prise en charge précoce a montré de meilleurs résultats sur la qualité de vie de ces enfants. Toutes les études analysées s’accordent sur ce sujet. Le diagnostic est malheureusement encore trop tardif, et ceci à travers le monde. Les recommandations concernant le dépistage et le rôle du médecin traitant varient d’un pays à l’autre. La Belgique ne se positionne pas sur la question du dépistage ni sur la question du rôle du médecin traitant. Les Royaume-Unis et le Canada ne recommandent pas de dépistage universel mais uniquement pour les enfants à risque, sur base d’un outil validé (MCHAT R/F). Au Canada, ils recommandent, cependant, un suivi renforcé par le médecin traitant à la recherche des signes d’alerte de TSA. Au sein des USA, les recommandations sont variables. L’Académie américaine de pédiatrie recommande un dépistage universel par l’outil spécifique MCHAT R/F de tous les enfants de 18 et 24 mois. Les autres recommandations américaines proposent une surveillance active par le soignant de première ligne. En France, les recommandations par la Haute Autorité de Santé (HAS) ne proposent pas de dépistage universel systématique par un outil validé. Ils proposent cependant une surveillance active des signes d’alerte par le médecin traitant lors des consultations obligatoires de suivi. Si des signes d’inquiétude ou d’alerte sont repérés par les parents ou par les puéricultrices, l’enfant est dirigé vers son médecin traitant pour une consultation dédiée du développement psychomoteur. Pour ce faire, la Stratégie nationale pour l’autisme 2018-2022 a créé un nouvel outil de repérage des signes d’alerte de TSA et des TND, que le médecin peut utiliser lors de cette consultation dédiée. Cet outil se présente sous forme de livret composé de deux parties : les dimensions transversales et les signes d’alerte du développement en fonction de l’âge (de 6 mois à 7 ans). C’est un outil de repérage des troubles neuro-développementaux ; ce qui signifie qu’il n’est pas spécifique des TSA. Si le repérage s’avère positif, le médecin traitant doit référer l’enfant vers une plateforme de coordination créée à cet effet, et peut débuter une prise en charge générale avant que le diagnostic ne soit posé. Discussion : On observe que le Centre Fédéral d’Expertises de Soins de Santé KCE n’émet pas de recommandations en Belgique sur le dépistage ni sur le rôle du médecin traitant dans la prise en charge des enfants atteints de TSA. Le Conseil supérieur de la santé propose une surveillance par le médecin traitant. L’ONE propose un carnet général de suivi et de surveillance de l’enfant ainsi que des fiches de repérage. Malheureusement, ces outils ne sont que trop peu exploités dans le cadre de la médecine générale, et les consultations ONE ne sont pas obligatoires. La SNA 2018-2022 française émet de nouvelles pistes impliquant le médecin traitant suite aux recommandations de 2018 de la HAS. Il serait intéressant d’exploiter ce nouvel outil dans la pratique de médecine générale belge, mais ceci n’est pas encore tout à fait applicable.
Reynaerts - ChloeUniversité catholique de Louvain
31.003 - QD41 - QC12 - QC11 - N99 - 48.002
Amélioration du taux de dépistage du cancer du col de l’utérus chez les femmes de 25 à 64 ans en médecine générale - Étude d’assurance de qualité au sein d'une patientèle d’un médecin généraliste à Wavre
Amélioration du taux de dépistage du cancer du col de l’utérus chez les femmes de 25 à 64 ans en médecine générale - Étude d’assurance de qualité au sein d'une patientèle d’un médecin généraliste à Wavre
Introduction : Ces dernières années, le taux de dépistage du cancer du col de l’utérus a chuté considérablement en Wallonie et est passé sous la barre des 50%. Nous avons mis en place un cycle d’assurance de qualité au sein de notre cabinet afin d’augmenter le taux de ce dépistage. Critères de qualité : Nous visons une amélioration en termes d’efficacité, d’information, d’acceptabilité, de continuité des soins, d’intégration de la prévention dans l’activité curative et de systématisation dans le remplissage des dossiers. Objectif : L’objectif principal de l’étude est d’atteindre une couverture du dépistage effective et mesurable de 70% un an après la mise en place des premiers changements, avec deux bilans intermédiaires à 3 et 6 mois lors desquels les taux de dépistage espérés sont respectivement de 30% et 50%. Dans ce travail, sont publiés les résultats du bilan intermédiaire à 3 mois. Changements : Pour atteindre cet objectif, divers changements ont été mis en place : création d’une procédure pour un encodage systématique et identique par tous les médecins du cabinet ; envoi postal d’un document d’information et d’une enquête aux patientes ; vérification systématique du dépistage en consultation ; prise de contact avec les laboratoires et les gynécologues avec lesquels nous collaborons. Résultats et évaluation : Après 3 mois, la couverture mesurable du dépistage au sein de notre patientèle est de 31,9% et 49,3% des dossiers sont adéquatement remplis. Nous avons demandé à la majorité des gynécologues consultés par nos patientes s’il était possible de nous inscrire en copie des résultats lors de la réalisation d’un frottis de dépistage. L’envoi du document d’information et de l’enquête aux patientes a été un succès. Par contre, la vérification du dépistage en consultation n’a pas été faite assez systématiquement. Nous prévoyons de proposer aux patientes des consultations dédiées uniquement à la prévention ou d’augmenter la durée de certaines consultations pour y inclure la prévention. Nous souhaitons également disposer de brochures explicatives à destination des patientes. Conclusion : Les premiers résultats sont satisfaisants et nous espérons que ce travail donnera des pistes d’actions à d’autres généralistes souhaitant améliorer le processus de dépistage du cancer du col au sein de leur patientèle. Descripteurs : QP3 (qualité des soins), QD42 (prévention secondaire), X75 (cancer du col de l’utérus), QC22 (santé de la femme), QS41 (médecin de famille), QT3 (assurance de qualité).
Introduction : Ces dernières années, le taux de dépistage du cancer du col de l’utérus a chuté considérablement en Wallonie et est passé sous la barre des 50%. Nous avons mis en place un cycle d’assurance de qualité au sein de notre cabinet afin d’augmenter le taux de ce dépistage. Critères de qualité : Nous visons une amélioration en termes d’efficacité, d’information, d’acceptabilité, de continuité des soins, d’intégration de la prévention dans l’activité curative et de systématisation dans le remplissage des dossiers. Objectif : L’objectif principal de l’étude est d’atteindre une couverture du dépistage effective et mesurable de 70% un an après la mise en place des premiers changements, avec deux bilans intermédiaires à 3 et 6 mois lors desquels les taux de dépistage espérés sont respectivement de 30% et 50%. Dans ce travail, sont publiés les résultats du bilan intermédiaire à 3 mois. Changements : Pour atteindre cet objectif, divers changements ont été mis en place : création d’une procédure pour un encodage systématique et identique par tous les médecins du cabinet ; envoi postal d’un document d’information et d’une enquête aux patientes ; vérification systématique du dépistage en consultation ; prise de contact avec les laboratoires et les gynécologues avec lesquels nous collaborons. Résultats et évaluation : Après 3 mois, la couverture mesurable du dépistage au sein de notre patientèle est de 31,9% et 49,3% des dossiers sont adéquatement remplis. Nous avons demandé à la majorité des gynécologues consultés par nos patientes s’il était possible de nous inscrire en copie des résultats lors de la réalisation d’un frottis de dépistage. L’envoi du document d’information et de l’enquête aux patientes a été un succès. Par contre, la vérification du dépistage en consultation n’a pas été faite assez systématiquement. Nous prévoyons de proposer aux patientes des consultations dédiées uniquement à la prévention ou d’augmenter la durée de certaines consultations pour y inclure la prévention. Nous souhaitons également disposer de brochures explicatives à destination des patientes. Conclusion : Les premiers résultats sont satisfaisants et nous espérons que ce travail donnera des pistes d’actions à d’autres généralistes souhaitant améliorer le processus de dépistage du cancer du col au sein de leur patientèle. Descripteurs : QP3 (qualité des soins), QD42 (prévention secondaire), X75 (cancer du col de l’utérus), QC22 (santé de la femme), QS41 (médecin de famille), QT3 (assurance de qualité).
Goubert - ThomasUniversité catholique de Louvain
QP3 - QD42 - X75 - QC22 - QS41 - QT3
L’EMDR, un outil potentiel dans le traitement non-médicamenteux du burn-out ? Une étude mixte menée auprès de médecins généralistes et psychologues francophones
L’EMDR, un outil potentiel dans le traitement non-médicamenteux du burn-out ? Une étude mixte menée auprès de médecins généralistes et psychologues francophones
Le burn-out est une pathologie en nette recrudescence cette dernière décennie. Les médecins généralistes en première ligne doivent avoir à leur portée une série d’outils leur permettant d’orienter au mieux leurs patients et ainsi permettre une prise en charge optimale de cette pathologie. Ce travail a pour objectif de définir la place de l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) dans la prise en charge du burn-out. Une série de psychologues et psychiatres ainsi que de médecins généralistes, ont été sollicités afin de répondre à des questionnaires et à des interviews. Par ce biais, la pratique usuelle incluant la prescription d’un traitement médicamenteux et de psychothérapie a pu être comparée au recours à l’EMDR. Si ce travail a permis de montrer que l’EMDR pouvait tout à fait être une alternative afin d’aider les patients en détresse psychologique dû à leur épuisement professionnel, il n’a néanmoins pas pu déterminer avec précision l’ampleur de son efficacité par rapport à d’autres thérapies et prises en charge (thérapie cognitivo-comportementale, hypnose, psychotropes…). Conclusion : l’EMDR est un outil potentiel présentant des limites mais d’efficacité rapide pouvant permettre une désensibilisation et une récupération progressive du patient souffrant de burn-out.
Le burn-out est une pathologie en nette recrudescence cette dernière décennie. Les médecins généralistes en première ligne doivent avoir à leur portée une série d’outils leur permettant d’orienter au mieux leurs patients et ainsi permettre une prise en charge optimale de cette pathologie. Ce travail a pour objectif de définir la place de l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) dans la prise en charge du burn-out. Une série de psychologues et psychiatres ainsi que de médecins généralistes, ont été sollicités afin de répondre à des questionnaires et à des interviews. Par ce biais, la pratique usuelle incluant la prescription d’un traitement médicamenteux et de psychothérapie a pu être comparée au recours à l’EMDR. Si ce travail a permis de montrer que l’EMDR pouvait tout à fait être une alternative afin d’aider les patients en détresse psychologique dû à leur épuisement professionnel, il n’a néanmoins pas pu déterminer avec précision l’ampleur de son efficacité par rapport à d’autres thérapies et prises en charge (thérapie cognitivo-comportementale, hypnose, psychotropes…). Conclusion : l’EMDR est un outil potentiel présentant des limites mais d’efficacité rapide pouvant permettre une désensibilisation et une récupération progressive du patient souffrant de burn-out.
ESPINOZA - AnaïsUniversité catholique de Louvain
58.002 - 63.000 - 43.008 - 62.002 - A04
USAGE ET MÉSUSAGE DU TRAMADOL EN BELGIQUE. De la crise des opioïdes des États-Unis au cabinet du médecin généraliste francophone et néerlandophone. De la situation actuelle aux solutions éventuelles.
USAGE ET MÉSUSAGE DU TRAMADOL EN BELGIQUE. De la crise des opioïdes des États-Unis au cabinet du médecin généraliste francophone et néerlandophone. De la situation actuelle aux solutions éventuelles.

USE AND MISUSE OF TRAMADOL IN BELGIUM. From the opioid crisis in the U.S. to the French and Dutch speaking general practitioner's office. From the current situation to possible solutions.
USE AND MISUSE OF TRAMADOL IN BELGIUM. From the opioid crisis in the U.S. to the French and Dutch speaking general practitioner's office. From the current situation to possible solutions.
Abstract (français) Au cours de la dernière décennie, la consommation d'opiacés a fortement augmenté dans le monde entier. Outre le (més)-usage des médicaments prescrits, il y a aussi le problème de la contrefaçon et du commerce illégal. Le tramadol occupe une place particulière parmi les opioïdes en raison de ses propriétés pharmacologiques spécifiques et se situe sur la deuxième marche de l'échelle des médicaments antalgiques de l'OMS. Par conséquent, la législation sur le Tramadol est réglementée séparément dans chaque pays, ce qui signifie que ce médicament n'est pas couvert par la législation internationale de lutte contre les stupéfiants. Dans ce travail, j'ai essayé de savoir comment l'utilisation des opioïdes, plus précisément du tramadol, se fait en Belgique. L'utilisation de cet opioïde est en augmentation, avec de nettes différences entre la Flandre et la Wallonie. Deux experts de la douleur donnent leur avis sur le problème. A l'aide d'une courte enquête auprès de confrères médecins généralistes de Flandre et de Wallonie, j'ai essayé de dresser un tableau (partiel) de la situation autour du tramadol. Une crise des opiacés comme celle des États-Unis ne semble pas être un problème dans notre pays, mais la vigilance est toujours de mise. Il existe un risque réel de surconsommation ! Le médecin généraliste peut jouer un rôle clé dans la détection de ce phénomène et des "outils" ont été développés à cet effet. Les opioïdes devraient être prescrits dans le cadre d'un plan de traitement scientifiquement fondé et ne constituent qu'une partie de la démarche de la prise en charge bio-psycho-sociale de la douleur. Une coopération étroite entre la première et la deuxième ligne est indispensable pour le traitement de la douleur chronique, la prévention, la détection précoce et la gestion de l'usage excessif des opioïdes. Mots-clés : antalgiques opioïdes, crise des opioïdes, tramadol, mésusage médicamenteux, douleur chronique non cancéreuse, médecine générale.
Abstract (français) Au cours de la dernière décennie, la consommation d'opiacés a fortement augmenté dans le monde entier. Outre le (més)-usage des médicaments prescrits, il y a aussi le problème de la contrefaçon et du commerce illégal. Le tramadol occupe une place particulière parmi les opioïdes en raison de ses propriétés pharmacologiques spécifiques et se situe sur la deuxième marche de l'échelle des médicaments antalgiques de l'OMS. Par conséquent, la législation sur le Tramadol est réglementée séparément dans chaque pays, ce qui signifie que ce médicament n'est pas couvert par la législation internationale de lutte contre les stupéfiants. Dans ce travail, j'ai essayé de savoir comment l'utilisation des opioïdes, plus précisément du tramadol, se fait en Belgique. L'utilisation de cet opioïde est en augmentation, avec de nettes différences entre la Flandre et la Wallonie. Deux experts de la douleur donnent leur avis sur le problème. A l'aide d'une courte enquête auprès de confrères médecins généralistes de Flandre et de Wallonie, j'ai essayé de dresser un tableau (partiel) de la situation autour du tramadol. Une crise des opiacés comme celle des États-Unis ne semble pas être un problème dans notre pays, mais la vigilance est toujours de mise. Il existe un risque réel de surconsommation ! Le médecin généraliste peut jouer un rôle clé dans la détection de ce phénomène et des "outils" ont été développés à cet effet. Les opioïdes devraient être prescrits dans le cadre d'un plan de traitement scientifiquement fondé et ne constituent qu'une partie de la démarche de la prise en charge bio-psycho-sociale de la douleur. Une coopération étroite entre la première et la deuxième ligne est indispensable pour le traitement de la douleur chronique, la prévention, la détection précoce et la gestion de l'usage excessif des opioïdes. Mots-clés : antalgiques opioïdes, crise des opioïdes, tramadol, mésusage médicamenteux, douleur chronique non cancéreuse, médecine générale.

Abstract (English) Over the last decade, the consumption of opiates has risen sharply worldwide. In addition to the (mis)use of prescription drugs, there is also the problem of counterfeiting and illegal trade. Tramadol occupies a special place among opioids because of its specific pharmacological properties and is on the second step of the WHO scale of analgesic drugs. As a result, Tramadol is regulated separately in each country, which means that this drug is not covered by international anti-narcotics legislation. In this paper, I have tried to find out how opioids, specifically tramadol, are used in Belgium. The use of this opioid is increasing, with clear differences between Flanders and Wallonia. Two pain experts give their opinion on the problem. With the help of a short survey of fellow general practitioners in Flanders and Wallonia, I have tried to get a (partial) picture of the situation with regard to tramadol. An opiate crisis like the one in the United States does not seem to be a problem in our country, but vigilance is always required. There is a real risk of overuse! The general practitioner can play a key role in detecting this phenomenon and tools have been developed for this purpose. Opioids should be prescribed as part of a scientifically-based treatment plan and are only part of the bio-psycho-social management of pain. Close cooperation between first and second line is essential for the treatment of chronic pain and the prevention, early detection and management of opioid overuse. Keywords: opioid analgesics, opioid crisis, tramadol, drug misuse, chronic non-cancer pain, general medicine.  
Abstract (English) Over the last decade, the consumption of opiates has risen sharply worldwide. In addition to the (mis)use of prescription drugs, there is also the problem of counterfeiting and illegal trade. Tramadol occupies a special place among opioids because of its specific pharmacological properties and is on the second step of the WHO scale of analgesic drugs. As a result, Tramadol is regulated separately in each country, which means that this drug is not covered by international anti-narcotics legislation. In this paper, I have tried to find out how opioids, specifically tramadol, are used in Belgium. The use of this opioid is increasing, with clear differences between Flanders and Wallonia. Two pain experts give their opinion on the problem. With the help of a short survey of fellow general practitioners in Flanders and Wallonia, I have tried to get a (partial) picture of the situation with regard to tramadol. An opiate crisis like the one in the United States does not seem to be a problem in our country, but vigilance is always required. There is a real risk of overuse! The general practitioner can play a key role in detecting this phenomenon and tools have been developed for this purpose. Opioids should be prescribed as part of a scientifically-based treatment plan and are only part of the bio-psycho-social management of pain. Close cooperation between first and second line is essential for the treatment of chronic pain and the prevention, early detection and management of opioid overuse. Keywords: opioid analgesics, opioid crisis, tramadol, drug misuse, chronic non-cancer pain, general medicine.  
Van Eyken - AnneUniversité catholique de Louvain
45.000 - QR21 - 50.000 - A87 - 50.006
Les représentations des médecins généralistes sur l’allaitement maternel
Les représentations des médecins généralistes sur l’allaitement maternel
Introduction : Les bienfaits de l’allaitement maternel tant pour l’enfant que pour la mère sont bien établis et reconnus par le corps médical. Cela en fait un véritable enjeu de santé publique. Mais ce geste simple, universel est en fait le reflet de choix et d’enjeux politique, sociologique, juridique et économique. En Belgique, malgré la mise en place de mesures pour promouvoir l’allaitement, on constate qu’à 6 mois postnatal les chiffres d’allaitement maternel exclusif sont inférieurs à 20% dans la capitale. Parallèlement à cela, depuis quelques années, les discours standardisés de promotion de l’allaitement suscitent une certaine controverse dans la population. Afin de mieux comprendre ce qu’il se trame autour de ce thème il m’a semblé pertinent et nécessaire d’aller explorer les représentations que conjugue l’allaitement chez un grand acteur de la première ligne de soins : le médecin généraliste. L’objectif étant de mieux comprendre la situation actuelle afin d’améliorer l’accompagnement des patientes dans leurs souhaits face à cette pratique. Méthodologie : Une première recherche dans la littérature a été réalisée pour me fournir une base théorique suffisante sur le sujet. Puis une étude qualitative à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés auprès de onze médecins généralistes a été réalisée. Cette dernière a été analysée selon une méthodologie déductive basée sur le cadre théorique préalablement construit. Discussion : L’étude rapporte un discours tout en nuances sur le sujet. Outre ses bienfaits et son image d’Epinal, l’allaitement maternel soulève de nombreuses problématiques complexes et multidimensionnelles qui, à l’heure actuelle, desservent cette pratique. Citons entre autres, une pression sociale et médicale inadéquate, le manque de dispositions sociales cohérentes avec les recommandations actuelles sur le thème, le manque de considération de l’homme et de son rôle dans cette pratique. Les médecins généralistes se sentent démunis et à une place parfois délicate pour jouer un rôle. Leur manque de formation et l’organisation actuelle des soins de santé sont autant de freins qu’ils déplorent. Conclusion : Bien que globalement positive, la vision des médecins généralistes au sujet de l’allaitement maternel est malgré tout très nuancée actuellement. Ils dénoncent plusieurs phénomènes sociaux, politiques, juridiques, culturels qui mettent à mal cette pratique. Des changements sont nécessaires afin de permettre aux médecins généralistes d’accompagner justement les couples dans leur choix d’allaitement. Mots-clés : Allaitement maternel, médecin généraliste, représentation, position
Introduction : Les bienfaits de l’allaitement maternel tant pour l’enfant que pour la mère sont bien établis et reconnus par le corps médical. Cela en fait un véritable enjeu de santé publique. Mais ce geste simple, universel est en fait le reflet de choix et d’enjeux politique, sociologique, juridique et économique. En Belgique, malgré la mise en place de mesures pour promouvoir l’allaitement, on constate qu’à 6 mois postnatal les chiffres d’allaitement maternel exclusif sont inférieurs à 20% dans la capitale. Parallèlement à cela, depuis quelques années, les discours standardisés de promotion de l’allaitement suscitent une certaine controverse dans la population. Afin de mieux comprendre ce qu’il se trame autour de ce thème il m’a semblé pertinent et nécessaire d’aller explorer les représentations que conjugue l’allaitement chez un grand acteur de la première ligne de soins : le médecin généraliste. L’objectif étant de mieux comprendre la situation actuelle afin d’améliorer l’accompagnement des patientes dans leurs souhaits face à cette pratique. Méthodologie : Une première recherche dans la littérature a été réalisée pour me fournir une base théorique suffisante sur le sujet. Puis une étude qualitative à l’aide d’entretiens individuels semi-dirigés auprès de onze médecins généralistes a été réalisée. Cette dernière a été analysée selon une méthodologie déductive basée sur le cadre théorique préalablement construit. Discussion : L’étude rapporte un discours tout en nuances sur le sujet. Outre ses bienfaits et son image d’Epinal, l’allaitement maternel soulève de nombreuses problématiques complexes et multidimensionnelles qui, à l’heure actuelle, desservent cette pratique. Citons entre autres, une pression sociale et médicale inadéquate, le manque de dispositions sociales cohérentes avec les recommandations actuelles sur le thème, le manque de considération de l’homme et de son rôle dans cette pratique. Les médecins généralistes se sentent démunis et à une place parfois délicate pour jouer un rôle. Leur manque de formation et l’organisation actuelle des soins de santé sont autant de freins qu’ils déplorent. Conclusion : Bien que globalement positive, la vision des médecins généralistes au sujet de l’allaitement maternel est malgré tout très nuancée actuellement. Ils dénoncent plusieurs phénomènes sociaux, politiques, juridiques, culturels qui mettent à mal cette pratique. Des changements sont nécessaires afin de permettre aux médecins généralistes d’accompagner justement les couples dans leur choix d’allaitement. Mots-clés : Allaitement maternel, médecin généraliste, représentation, position
Da Silva Darchen - SophieUniversité catholique de Louvain
QC22 - QD14 - QR31 - W19
Quels sont les outils, méthodes ou interventions actuellement disponibles pour promouvoir l'empowerment des patients en médecine générale? Réponse à l'aide d'une revue de la littérature
Quels sont les outils, méthodes ou interventions actuellement disponibles pour promouvoir l'empowerment des patients en médecine générale? Réponse à l'aide d'une revue de la littérature
Ces dernières années, les stratégies d’autogestion des maladies, l’éducation thérapeutique, la participation des patients, et d’autres démarches ascendantes qu'on peut regrouper sous le concept d'empowerment ont pris une grande importance en matière de santé publique. L’empowerment dans le domaine de la santé est un concept relativement récent qu’il convenait de bien définir. De même, il s'agissait de préciser la place du médecin généraliste dans ce processus, au vu des modifications récentes de la relation médecin - patient, et de la conformation actuelle du système des soins de santé. Dans ce contexte, ce travail visait à mettre en évidence et caractériser les outils, interventions ou méthodes actuellement disponibles pour promouvoir l’empowerment des patients en médecine générale. Une revue de la littérature inspirée de la méthode des "scoping" a été choisie pour aborder cette analyse. Plusieurs bases de données ont été consultées au moyen de mots-clés appropriés, dans plusieurs langues. Plus de 200 articles ont ainsi été extraits, parmi lesquels une sélection a finalement permis de dégager des outils pour la promotion de 5 concepts d'empowerment en médecine générale : i) la prise de conscience des perspectives des patients ; ii) leur participation active en consultation ; iii) l’autogestion de leur maladie ; iv) la décision médicale partagée ; v) l’amélioration des connaissances mutuelles. Une table d'extraction, reprise en annexe de ce travail, résumait également, pour les articles sélectionnés, le pays où l’étude a été réalisée, le type d’étude, ses objectifs, les caractéristiques des patients sélectionnés, et le contexte dans lequel l’outil/l’intervention a été utilisé, ainsi que ses sources de financement. Des points critiques étaient également formulés. La discussion des résultats était traitée de façon à mettre en évidence ce qui, dans les outils et supports mis à la disposition des médecins/patients, était prometteur pour la promotion et l'application de l'empowerment des patients, en opposition à ce qui l'était moins. Les limites des études qui ont été analysées étaient abordées en gardant à l’esprit que le sujet traité est récent dans son concept et en plein développement.
Ces dernières années, les stratégies d’autogestion des maladies, l’éducation thérapeutique, la participation des patients, et d’autres démarches ascendantes qu'on peut regrouper sous le concept d'empowerment ont pris une grande importance en matière de santé publique. L’empowerment dans le domaine de la santé est un concept relativement récent qu’il convenait de bien définir. De même, il s'agissait de préciser la place du médecin généraliste dans ce processus, au vu des modifications récentes de la relation médecin - patient, et de la conformation actuelle du système des soins de santé. Dans ce contexte, ce travail visait à mettre en évidence et caractériser les outils, interventions ou méthodes actuellement disponibles pour promouvoir l’empowerment des patients en médecine générale. Une revue de la littérature inspirée de la méthode des "scoping" a été choisie pour aborder cette analyse. Plusieurs bases de données ont été consultées au moyen de mots-clés appropriés, dans plusieurs langues. Plus de 200 articles ont ainsi été extraits, parmi lesquels une sélection a finalement permis de dégager des outils pour la promotion de 5 concepts d'empowerment en médecine générale : i) la prise de conscience des perspectives des patients ; ii) leur participation active en consultation ; iii) l’autogestion de leur maladie ; iv) la décision médicale partagée ; v) l’amélioration des connaissances mutuelles. Une table d'extraction, reprise en annexe de ce travail, résumait également, pour les articles sélectionnés, le pays où l’étude a été réalisée, le type d’étude, ses objectifs, les caractéristiques des patients sélectionnés, et le contexte dans lequel l’outil/l’intervention a été utilisé, ainsi que ses sources de financement. Des points critiques étaient également formulés. La discussion des résultats était traitée de façon à mettre en évidence ce qui, dans les outils et supports mis à la disposition des médecins/patients, était prometteur pour la promotion et l'application de l'empowerment des patients, en opposition à ce qui l'était moins. Les limites des études qui ont été analysées étaient abordées en gardant à l’esprit que le sujet traité est récent dans son concept et en plein développement.
Lambotte - SarahUniversité catholique de Louvain
QS41 - QT33 - QO4
Contraception naturelle : Accompagnement des patients en médecine générale.
Contraception naturelle : Accompagnement des patients en médecine générale.

Natural contraception: Support for patients in general medicine.
Natural contraception: Support for patients in general medicine.
Introduction : L’utilisation des contraceptions hormonales suscite un questionnement grandissant chez les femmes en âge de procréer. De plus en plus de femmes se tournent vers les méthodes dites « naturelles » permettant, grâce à l’observation du cycle menstruel, de déterminer la période fertile et d’éviter les rapports sexuels vaginaux non protégés durant cette période. Les médecins généralistes étant peu formés aux méthodes basées sur la connaissance de la fertilité, ils éprouvent des difficultés à informer leurs patientes refusant toute autre contraception. Méthode : Une revue critique de la littérature a été réalisée pour les questions relatives à la fiabilité et aux règles d’utilisation des différentes méthodes de contraception basées sur la connaissance des cycles. L’objectif est de créer un outil d’aide au médecin généraliste pour accompagner ses patientes dans leur contraception. Résultats : Les articles analysés présentent une forte hétérogénéité aux niveaux de la fiabilité des méthodes. Ces divergences sont en partie liées au faible niveau de preuve d’un grand nombre d’études. Les méta-analyses et revues systématiques sont réalisées sur base de ces études, rendant les résultats difficilement interprétables. Des consensus ont vu le jour afin de permettre une utilisation en pratique courante. De nouvelles études devraient être réalisées pour augmenter la fiabilité des chiffres. Conclusion : Bien que l’indice de Pearl semble plus élevé pour certaines méthodes de planifications familiales, il est envisageable pour un médecin généraliste d’accompagner la pratique d’une contraception basée sur la connaissance du cycle menstruel. C’est au couple de juger de l’efficacité minimale qu’il souhaite et non au médecin. Il est important d’évoquer toutes les méthodes existantes en mentionnant leur fiabilité, avantages et inconvénients afin de rester la source d’information principale de nos patientes et de permettre aux femmes un choix éclairé et une meilleure compliance.
Introduction : L’utilisation des contraceptions hormonales suscite un questionnement grandissant chez les femmes en âge de procréer. De plus en plus de femmes se tournent vers les méthodes dites « naturelles » permettant, grâce à l’observation du cycle menstruel, de déterminer la période fertile et d’éviter les rapports sexuels vaginaux non protégés durant cette période. Les médecins généralistes étant peu formés aux méthodes basées sur la connaissance de la fertilité, ils éprouvent des difficultés à informer leurs patientes refusant toute autre contraception. Méthode : Une revue critique de la littérature a été réalisée pour les questions relatives à la fiabilité et aux règles d’utilisation des différentes méthodes de contraception basées sur la connaissance des cycles. L’objectif est de créer un outil d’aide au médecin généraliste pour accompagner ses patientes dans leur contraception. Résultats : Les articles analysés présentent une forte hétérogénéité aux niveaux de la fiabilité des méthodes. Ces divergences sont en partie liées au faible niveau de preuve d’un grand nombre d’études. Les méta-analyses et revues systématiques sont réalisées sur base de ces études, rendant les résultats difficilement interprétables. Des consensus ont vu le jour afin de permettre une utilisation en pratique courante. De nouvelles études devraient être réalisées pour augmenter la fiabilité des chiffres. Conclusion : Bien que l’indice de Pearl semble plus élevé pour certaines méthodes de planifications familiales, il est envisageable pour un médecin généraliste d’accompagner la pratique d’une contraception basée sur la connaissance du cycle menstruel. C’est au couple de juger de l’efficacité minimale qu’il souhaite et non au médecin. Il est important d’évoquer toutes les méthodes existantes en mentionnant leur fiabilité, avantages et inconvénients afin de rester la source d’information principale de nos patientes et de permettre aux femmes un choix éclairé et une meilleure compliance.

Introduction: The use of hormonal contraception brings more and more questions to women of childbearing age. An increased number of women chooses natural family planning, by observing the menstrual cycle, which allows to determine the fertile period and avoid unprotected vaginal intercourse during this period. General practitioners are not trained enought in methods based on knowledges of fertility, they find it difficult to inform their patients who are refusing any other types of contraception. Method : A critical review of the literature was carried out for questions relative to the reliability and rules for the use of different contraceptive methods based on knowledge of cycles. The objective is to create a tool to help the general practitioner guide their patients in their choice of contraception. Results: The analyzed articles showed a strong heterogeneity in terms of reliability methods. These differences are partly linked to the low level of evidence of a large number of studies. Systematic meta-analyzes and reviews are carried out on the basis of these studies, therefore the results are difficult to read or to analyse. Consensus has emerged to allow use in current practice. New studies should be carried out to increase the reliability of the figures. Conclusion : Although the Pearl Index seems higher for certain methods of family planning, it is possible for a general practitioner to advise the contraceptive practice based on knowledge of the menstrual cycle. It's up to the couple to judge the minimum efficiency they want and not to the doctor. It is important to mention all existing methods, to mention their reliability, advantages and disadvantages in order to remain the main source of information for our patients and to allow women an informed choice and better compliance.
Introduction: The use of hormonal contraception brings more and more questions to women of childbearing age. An increased number of women chooses natural family planning, by observing the menstrual cycle, which allows to determine the fertile period and avoid unprotected vaginal intercourse during this period. General practitioners are not trained enought in methods based on knowledges of fertility, they find it difficult to inform their patients who are refusing any other types of contraception. Method : A critical review of the literature was carried out for questions relative to the reliability and rules for the use of different contraceptive methods based on knowledge of cycles. The objective is to create a tool to help the general practitioner guide their patients in their choice of contraception. Results: The analyzed articles showed a strong heterogeneity in terms of reliability methods. These differences are partly linked to the low level of evidence of a large number of studies. Systematic meta-analyzes and reviews are carried out on the basis of these studies, therefore the results are difficult to read or to analyse. Consensus has emerged to allow use in current practice. New studies should be carried out to increase the reliability of the figures. Conclusion : Although the Pearl Index seems higher for certain methods of family planning, it is possible for a general practitioner to advise the contraceptive practice based on knowledge of the menstrual cycle. It's up to the couple to judge the minimum efficiency they want and not to the doctor. It is important to mention all existing methods, to mention their reliability, advantages and disadvantages in order to remain the main source of information for our patients and to allow women an informed choice and better compliance.
Tallier - FlorenceUniversité catholique de Louvain
QD27 - QC22 - QS41 - QT23 - QT33 - 45.007 - W14
Prévention du dopage chez les sportifs amateurs, le rôle du médecin généraliste
Prévention du dopage chez les sportifs amateurs, le rôle du médecin généraliste
Suite à des récents changements législatifs en Belgique, des contrôles antidopage peuvent maintenant être menés sur des sportifs amateurs non affiliés, par exemple dans des salles de fitness. Dans ce contexte, le sujet pourtant peu connu de la lutte antidopage sera dorénavant de plus en plus abordé en médecine générale. Mais, quelles sont les connaissances des médecins généralistes dans ce domaine ? Où peuvent-ils trouver des informations fiables et mises à jour permettant de répondre aux questions des leurs patients ? Dans un premier temps, ce travail s’interroge sur la façon dont les médecins généralistes considèrent la problématique du dopage, au travers d’une enquête. Dans un deuxième temps, un outil est proposé afin de promouvoir la prévention anti-dopage auprès des sportifs amateurs, en consultation. Mots clés : Dopage, Sportif amateur, Prévention, Médecine générale
Suite à des récents changements législatifs en Belgique, des contrôles antidopage peuvent maintenant être menés sur des sportifs amateurs non affiliés, par exemple dans des salles de fitness. Dans ce contexte, le sujet pourtant peu connu de la lutte antidopage sera dorénavant de plus en plus abordé en médecine générale. Mais, quelles sont les connaissances des médecins généralistes dans ce domaine ? Où peuvent-ils trouver des informations fiables et mises à jour permettant de répondre aux questions des leurs patients ? Dans un premier temps, ce travail s’interroge sur la façon dont les médecins généralistes considèrent la problématique du dopage, au travers d’une enquête. Dans un deuxième temps, un outil est proposé afin de promouvoir la prévention anti-dopage auprès des sportifs amateurs, en consultation. Mots clés : Dopage, Sportif amateur, Prévention, Médecine générale
Lunelli - LaraUniversité catholique de Louvain
QC14 - QS41 - QO4 - QT22 - QT23 - QD4 - QP1 - QS46
Identifications des facteurs influençant la poursuite ou l’arrêt d’une activité physique chez des patients souffrant de maladie chronique et fréquentant le centre « Charleroi Sport Santé »
Identifications des facteurs influençant la poursuite ou l’arrêt d’une activité physique chez des patients souffrant de maladie chronique et fréquentant le centre « Charleroi Sport Santé »
L’inactivité physique est un comportement de plus en plus répandu dans nos sociétés. Pourtant, il s’avère que le simple fait de réinstaurer du mouvement dans nos déplacements quotidiens et dans nos vies peut permettre une amélioration significative de l’espérance et de la qualité de vie de la population, en particulier dans le cadre d’affections chroniques. Les soignants ont un rôle à jouer afin de favoriser ce comportement bénéfique. Afin de les aider au mieux dans leur quête, l’identification des facteurs influençant la poursuite ou l’abandon de l’activité physique peut leur permettre de mieux comprendre pourquoi les patients ne poursuivent pas leurs efforts en matière d’activité physique, ou au contraire ce qui les motive à les continuer. L'objectif de ce travail a été d'identifier au moyen d’un questionnaire les causes d'abandons et de réussites de la poursuite d'une activité physique chez des patients adultes souffrant d'une maladie chronique et fréquentant le centre Charleroi Sport Santé, venant de leur propre initiative ou qui ont été référé par un confrère afin d'augmenter leur activité physique ce qui leur sera bénéfique pour le traitement de la pathologie dont ils souffrent et pour leur santé en général. Trente-cinq participants ont répondu à ce questionnaire, ayant tous des pathologies aussi diverses que variées comme un diabète de type II, un cancer, une BPCO, une maladie cardio-vasculaire, ou encore un problème orthopédique. Les résultats ont montré que les motivations principales des patients étaient un encadrement spécifique des éducateurs sportifs lors de la pratique de l’activité physique, de même que le ressenti de bénéfices sur le plan physique et psychologique (bien-être, relaxation). L’aspect social jouait également un rôle important. D’autre part, les barrières principales à l’activité physique étaient le manque d’énergie, la peur de se blesser, le manque de temps et la dépréciation de l’activité physique. Ces items peuvent donc permettre d’aider le médecin généraliste dans la prescription de l’activité physique chez son patient. Celle-ci devrait se faire de manière individuelle, en tenant compte des spécificités du patient et de son environnement, et ne peut négliger les nouveaux outils dont nous disposons aujourd’hui à l’heure de l’ère moderne. Une évaluation régulière et un suivi rapproché sont également des éléments capitaux à la consolidation dans le temps de l’activité physique chez nos patients.
L’inactivité physique est un comportement de plus en plus répandu dans nos sociétés. Pourtant, il s’avère que le simple fait de réinstaurer du mouvement dans nos déplacements quotidiens et dans nos vies peut permettre une amélioration significative de l’espérance et de la qualité de vie de la population, en particulier dans le cadre d’affections chroniques. Les soignants ont un rôle à jouer afin de favoriser ce comportement bénéfique. Afin de les aider au mieux dans leur quête, l’identification des facteurs influençant la poursuite ou l’abandon de l’activité physique peut leur permettre de mieux comprendre pourquoi les patients ne poursuivent pas leurs efforts en matière d’activité physique, ou au contraire ce qui les motive à les continuer. L'objectif de ce travail a été d'identifier au moyen d’un questionnaire les causes d'abandons et de réussites de la poursuite d'une activité physique chez des patients adultes souffrant d'une maladie chronique et fréquentant le centre Charleroi Sport Santé, venant de leur propre initiative ou qui ont été référé par un confrère afin d'augmenter leur activité physique ce qui leur sera bénéfique pour le traitement de la pathologie dont ils souffrent et pour leur santé en général. Trente-cinq participants ont répondu à ce questionnaire, ayant tous des pathologies aussi diverses que variées comme un diabète de type II, un cancer, une BPCO, une maladie cardio-vasculaire, ou encore un problème orthopédique. Les résultats ont montré que les motivations principales des patients étaient un encadrement spécifique des éducateurs sportifs lors de la pratique de l’activité physique, de même que le ressenti de bénéfices sur le plan physique et psychologique (bien-être, relaxation). L’aspect social jouait également un rôle important. D’autre part, les barrières principales à l’activité physique étaient le manque d’énergie, la peur de se blesser, le manque de temps et la dépréciation de l’activité physique. Ces items peuvent donc permettre d’aider le médecin généraliste dans la prescription de l’activité physique chez son patient. Celle-ci devrait se faire de manière individuelle, en tenant compte des spécificités du patient et de son environnement, et ne peut négliger les nouveaux outils dont nous disposons aujourd’hui à l’heure de l’ère moderne. Une évaluation régulière et un suivi rapproché sont également des éléments capitaux à la consolidation dans le temps de l’activité physique chez nos patients.
Corbisier - AlexandreUniversité catholique de Louvain
43.002 - 45.004 - QD42 - QD33 - QD23 - A98 - QR32
Regard du médecin généraliste sur la plagiocéphalie positionnelle chez le nourrisson : Analyse qualitative et guide pratique documenté de prise en charge
Regard du médecin généraliste sur la plagiocéphalie positionnelle chez le nourrisson : Analyse qualitative et guide pratique documenté de prise en charge
Introduction : La plagiocéphalie positionnelle ou fonctionnelle est une déformation postérieure du crâne touchant un nourrisson sur quatre. Elle est apparue dans les années nonante, à la suite des recommandations de l’Académie pédiatrique américaine de coucher les enfants en décubitus dorsal. C’est une problématique courante que tous les médecins rencontreront dans leur pratique. L’objectif de ce travail est d’évaluer le point de vue qu’ils ont face à ce sujet et de réaliser un outil afin de leur faciliter leur quotidien. Méthode : Une recherche de littérature est entreprise pour réaliser le guide pratique de prise en charge. Ensuite, une étude qualitative aborde le regard du médecin généraliste sur la plagiocéphalie positionnelle et l’outil proposé. Des médecins généralistes des Provinces de Namur et Luxembourg avec des années d’expérience différentes ont été interrogés. Résultats : Les réactions des médecins généralistes ont été variables tant au niveau thérapeutique qu’émotionnel. Toutefois, ils se rejoignent sur l’analyse faite de leur formation académique et des ressources scientifiques disponibles qu’ils jugent insuffisantes. Ils marquent leur intérêt pour une formation sur la problématique. Leurs réactions face à la plagiocéphalie dépendent de la sévérité de celle-ci. Un accueil favorable a été réservé au guide pratique de prise en charge de la plagiocéphalie fonctionnelle avec un désir pour certains de l’acquérir. Conclusion : La plagiocéphalie positionnelle est constatée depuis une vingtaine d’années, l’engouement et les études émergent de plus en plus. Ce travail a permis de mettre en évidence le manque de connaissances des médecins généralistes à ce sujet. Ces derniers sont demandeurs de formations et d’informations. De plus, le guide pratique de prise en charge de la problématique a été apprécié. Une diffusion de cet outil et une sensibilisation à la problématique seraient probablement intéressantes à l’avenir.
Introduction : La plagiocéphalie positionnelle ou fonctionnelle est une déformation postérieure du crâne touchant un nourrisson sur quatre. Elle est apparue dans les années nonante, à la suite des recommandations de l’Académie pédiatrique américaine de coucher les enfants en décubitus dorsal. C’est une problématique courante que tous les médecins rencontreront dans leur pratique. L’objectif de ce travail est d’évaluer le point de vue qu’ils ont face à ce sujet et de réaliser un outil afin de leur faciliter leur quotidien. Méthode : Une recherche de littérature est entreprise pour réaliser le guide pratique de prise en charge. Ensuite, une étude qualitative aborde le regard du médecin généraliste sur la plagiocéphalie positionnelle et l’outil proposé. Des médecins généralistes des Provinces de Namur et Luxembourg avec des années d’expérience différentes ont été interrogés. Résultats : Les réactions des médecins généralistes ont été variables tant au niveau thérapeutique qu’émotionnel. Toutefois, ils se rejoignent sur l’analyse faite de leur formation académique et des ressources scientifiques disponibles qu’ils jugent insuffisantes. Ils marquent leur intérêt pour une formation sur la problématique. Leurs réactions face à la plagiocéphalie dépendent de la sévérité de celle-ci. Un accueil favorable a été réservé au guide pratique de prise en charge de la plagiocéphalie fonctionnelle avec un désir pour certains de l’acquérir. Conclusion : La plagiocéphalie positionnelle est constatée depuis une vingtaine d’années, l’engouement et les études émergent de plus en plus. Ce travail a permis de mettre en évidence le manque de connaissances des médecins généralistes à ce sujet. Ces derniers sont demandeurs de formations et d’informations. De plus, le guide pratique de prise en charge de la problématique a été apprécié. Une diffusion de cet outil et une sensibilisation à la problématique seraient probablement intéressantes à l’avenir.
Fadeur - NoémieUniversité catholique de Louvain
45.000 - QR31 - QC11 - QD13 - QS41 - L29
Les troubles du sommeil de l'adulte : du diagnostic à la prise en charge par le médecin généraliste.
Les troubles du sommeil de l'adulte : du diagnostic à la prise en charge par le médecin généraliste.
Les troubles du sommeil touchent un tiers de la population belge et ont des répercussions bio-psycho-sociales néfastes s’ils ne sont pas pris en charge. Ils sont encore trop souvent sous-diagnostiqués. Le médecin généraliste, premier soignant à qui s’adresse le patient en cas de problème de sommeil, a donc une place centrale dans la détection, le diagnostic et dans la prise en charge de ceux-ci. L’objectif de ce travail de fin d’étude était d’élaborer un outil d’aide à la consultation pour la première ligne, du diagnostic à la prise en charge des troubles du sommeil. Je trouvais intéressant de confronter l’expérience des médecins généralistes aux données de la littérature afin de cibler au mieux les points d’attention à aborder dans l’outil. C’est pourquoi ma méthodologie associait une recherche de la littérature et une approche qualitative par entretiens individuels semi-directifs sur la pratique des médecins généralistes. L’étude montrait que l’évaluation des troubles du sommeil pouvait mettre le médecin généraliste face à certaines difficultés : discipline très vaste, évaluation chronophage, connaissances limitées de certains troubles ou prises en charge, exigences des patients. Ces difficultés expliquaient les quelques discordances mises en évidence à travers ce travail de fin d’étude, entre les recommandations de la littérature et la pratique des médecins interrogés. J’avais pris en compte ces difficultés pour nuancer la création d’un algorithme qui me permettra d’appréhender les consultations sur le sommeil de façon plus structurée et plus complète à l’avenir, et qui, je l’espère pourra aider certains de mes confrères.
Les troubles du sommeil touchent un tiers de la population belge et ont des répercussions bio-psycho-sociales néfastes s’ils ne sont pas pris en charge. Ils sont encore trop souvent sous-diagnostiqués. Le médecin généraliste, premier soignant à qui s’adresse le patient en cas de problème de sommeil, a donc une place centrale dans la détection, le diagnostic et dans la prise en charge de ceux-ci. L’objectif de ce travail de fin d’étude était d’élaborer un outil d’aide à la consultation pour la première ligne, du diagnostic à la prise en charge des troubles du sommeil. Je trouvais intéressant de confronter l’expérience des médecins généralistes aux données de la littérature afin de cibler au mieux les points d’attention à aborder dans l’outil. C’est pourquoi ma méthodologie associait une recherche de la littérature et une approche qualitative par entretiens individuels semi-directifs sur la pratique des médecins généralistes. L’étude montrait que l’évaluation des troubles du sommeil pouvait mettre le médecin généraliste face à certaines difficultés : discipline très vaste, évaluation chronophage, connaissances limitées de certains troubles ou prises en charge, exigences des patients. Ces difficultés expliquaient les quelques discordances mises en évidence à travers ce travail de fin d’étude, entre les recommandations de la littérature et la pratique des médecins interrogés. J’avais pris en compte ces difficultés pour nuancer la création d’un algorithme qui me permettra d’appréhender les consultations sur le sommeil de façon plus structurée et plus complète à l’avenir, et qui, je l’espère pourra aider certains de mes confrères.
Roth - ClaraUniversité catholique de Louvain
QS41 - QC14 - P06
Prise en charge des urgences dentaires pédiatriques d’origine traumatique au cabinet de médecine générale : élaboration d’un outil sur base d’une recherche bibliographique
Prise en charge des urgences dentaires pédiatriques d’origine traumatique au cabinet de médecine générale : élaboration d’un outil sur base d’une recherche bibliographique
Introduction : Il n’est pas rare en cas de traumatisme dentaire chez l’enfant que le médecin généraliste soit le premier référent vers qui les parents se tournent lorsque l’incident se produit. Pourtant, en médecine générale, les connaissances en la matière sont souvent lacunaires et les outils adaptés, pratiques et faciles d’utilisation inexistants. Méthode : Une recherche bibliographique en deux parties a été effectuée dans quatre bases de données différentes. La première selon les termes « tooth injuries / traumatisme dentaire », parmi les guidelines, méta-analyses et revues systématiques afin d’extraire les différents diagnostics et prises en charge respectives. La seconde selon les termes « tooth injuries / traumatisme dentaire » et « family physician / médecin généraliste » afin d’extraire les informations à destination des médecins généralistes. Résultats et discussion : Une synthèse a pu être effectuée sur base des résultats obtenus en distinguant dent temporaire et dent permanente si nécessaire : 17 articles au total. En cas de désaccord entre diverses sources, l’option qui semblait la plus accessible au médecin généraliste et qui risquait le moins de nuire au patient était choisie. Cette synthèse a ainsi été recueillie en un outil qui se voulait à la fois concis, pratique et complet dans le but de faciliter la prise en charge des traumatismes dentaires par le médecin généraliste. Conclusion et perspectives : Bien que cet outil soit encore à tester et valider, nous espérons que le fruit de ce travail permettra d’améliorer les connaissances du médecin généraliste dans la prise en charge des traumatismes dentaires et pourquoi pas, aboutir à une meilleure collaboration avec leurs confrères dentistes.
Introduction : Il n’est pas rare en cas de traumatisme dentaire chez l’enfant que le médecin généraliste soit le premier référent vers qui les parents se tournent lorsque l’incident se produit. Pourtant, en médecine générale, les connaissances en la matière sont souvent lacunaires et les outils adaptés, pratiques et faciles d’utilisation inexistants. Méthode : Une recherche bibliographique en deux parties a été effectuée dans quatre bases de données différentes. La première selon les termes « tooth injuries / traumatisme dentaire », parmi les guidelines, méta-analyses et revues systématiques afin d’extraire les différents diagnostics et prises en charge respectives. La seconde selon les termes « tooth injuries / traumatisme dentaire » et « family physician / médecin généraliste » afin d’extraire les informations à destination des médecins généralistes. Résultats et discussion : Une synthèse a pu être effectuée sur base des résultats obtenus en distinguant dent temporaire et dent permanente si nécessaire : 17 articles au total. En cas de désaccord entre diverses sources, l’option qui semblait la plus accessible au médecin généraliste et qui risquait le moins de nuire au patient était choisie. Cette synthèse a ainsi été recueillie en un outil qui se voulait à la fois concis, pratique et complet dans le but de faciliter la prise en charge des traumatismes dentaires par le médecin généraliste. Conclusion et perspectives : Bien que cet outil soit encore à tester et valider, nous espérons que le fruit de ce travail permettra d’améliorer les connaissances du médecin généraliste dans la prise en charge des traumatismes dentaires et pourquoi pas, aboutir à une meilleure collaboration avec leurs confrères dentistes.
De Neyer - BenjaminUniversité catholique de Louvain
D19 - QC12 - QC13 - QT33 - QD21 - QS41
Quelle utilisation est faite par les médecins généralistes de l’hypnose en cabinet ?
Quelle utilisation est faite par les médecins généralistes de l’hypnose en cabinet ?
Introduction L’hypnose est un outil de thérapie complémentaire encore peu présenté lors des études de médecine. Lorsque les patients adressent des questions par rapport à cette pratique et ses éventuels bienfaits, le médecin généraliste est en première ligne pour y répondre. A ce titre, on peut se poser les questions suivantes: quelle connaissances en ont les médecins traitants? Quelle utilisation en font-ils en cabinet? Ce travail a pour but d’analyser quelle utilisation est faite de l’hypnose par les médecins généralistes chez l’adulte en région de Bruxelles-Capitale. Méthodologie Il s’agit d’une étude qualitative dans laquelle dix médecins traitants de la Région Bruxelles-Capitale et exerçant dans différentes pratiques, ont été interrogés lors d’entretiens individuels semi-dirigés. Résultats Les médecins généralistes interrogés ont une attitude variable par rapport à l’hypnose, certains la considèrent comme un outil thérapeutique très puissant, alors que d’autres la comparent à un spectacle de cabaret. Ils rapportent pour la plupart le manque de connaissances théoriques qu’ils en ont, qui induit un manque de maîtrise et donc une utilisation peu abondante de cet outil. Les autres raisons invoquées comme freins à l’hypnothérapie sont le manque de réseau, le manque de preuves scientifiques valides de la pratique, l’absence de réflexe de prescription, ainsi que des freins économiques et culturels. Ce qui les pousse cependant à préconiser l’hypnose comme outil thérapeutique est l’absence d’effets secondaires, l’accessibilité aux sessions d’hypnose sur internet, la réduction de la prescription de médicaments et la portée thérapeutique ciblée de celle-ci. Conclusion L’image négative de l’hypnose est un frein à son utilisation sur lequel il serait intéressant de travailler, pour déconstruire certains préjugés. Si l’on veut promouvoir cet outil thérapeutique chez les médecins généralistes, il faudrait une uniformisation des formations et une liste claire des thérapeutes et des indications dans lesquelles les études ont prouvé une efficacité. Mots-clés: Hypnose, psychothérapie, adultes, médecine générale, étude qualitative
Introduction L’hypnose est un outil de thérapie complémentaire encore peu présenté lors des études de médecine. Lorsque les patients adressent des questions par rapport à cette pratique et ses éventuels bienfaits, le médecin généraliste est en première ligne pour y répondre. A ce titre, on peut se poser les questions suivantes: quelle connaissances en ont les médecins traitants? Quelle utilisation en font-ils en cabinet? Ce travail a pour but d’analyser quelle utilisation est faite de l’hypnose par les médecins généralistes chez l’adulte en région de Bruxelles-Capitale. Méthodologie Il s’agit d’une étude qualitative dans laquelle dix médecins traitants de la Région Bruxelles-Capitale et exerçant dans différentes pratiques, ont été interrogés lors d’entretiens individuels semi-dirigés. Résultats Les médecins généralistes interrogés ont une attitude variable par rapport à l’hypnose, certains la considèrent comme un outil thérapeutique très puissant, alors que d’autres la comparent à un spectacle de cabaret. Ils rapportent pour la plupart le manque de connaissances théoriques qu’ils en ont, qui induit un manque de maîtrise et donc une utilisation peu abondante de cet outil. Les autres raisons invoquées comme freins à l’hypnothérapie sont le manque de réseau, le manque de preuves scientifiques valides de la pratique, l’absence de réflexe de prescription, ainsi que des freins économiques et culturels. Ce qui les pousse cependant à préconiser l’hypnose comme outil thérapeutique est l’absence d’effets secondaires, l’accessibilité aux sessions d’hypnose sur internet, la réduction de la prescription de médicaments et la portée thérapeutique ciblée de celle-ci. Conclusion L’image négative de l’hypnose est un frein à son utilisation sur lequel il serait intéressant de travailler, pour déconstruire certains préjugés. Si l’on veut promouvoir cet outil thérapeutique chez les médecins généralistes, il faudrait une uniformisation des formations et une liste claire des thérapeutes et des indications dans lesquelles les études ont prouvé une efficacité. Mots-clés: Hypnose, psychothérapie, adultes, médecine générale, étude qualitative
Quéré - TiphaineUniversité catholique de Louvain
58.002 - QR31
 Comment améliorer le recours à l’EBM en Médecine générale ?  Une étude qualitative réalisée auprès d’assistants en médecine générale de l’UCL.
 Comment améliorer le recours à l’EBM en Médecine générale ?  Une étude qualitative réalisée auprès d’assistants en médecine générale de l’UCL.
Intro: L’EBM reste au centre de la démarche d’amélioration de la qualité des soins en Belgique qui a d’ailleurs mis sur pied un réseau centralisé d’EBP pour faciliter son accès. Cette étude a tenté de trouver d’autres pistes pour améliorer le recours à l’EBM auprès d’assistants en médecine générale de l’UCL. Méthodologie: étude qualitative sous forme d’entretiens individuels semi-dirigés avec analyse par théorisation ancrée. Résultats: A propos de la formation : des cours indigestes et donnés trop tôt, des objectifs manqués, nécessité de changer la méthode et axer sur la formation continue. Prérequis à l’utilisation de l’EBM : un investissement initial, des qualités essentielles, l’acceptation par la patientèle, les bases en informatique et internet. Freins face à l’utilisation de l’EBM : pas d’obligation de rechercher, ambivalence, temps, préjugés et difficultés d’accès. Motivations à l’utilisation de l’EBM : soutien et guide dans notre pratique, relations aux collègues, plus on connait, plus on a envie de l’utiliser et diversité des sujets. Conclusions: Améliorer la formation en insistant sur des moments d’apprentissage présentés sous différentes formes (auditoires, ateliers pratiques, séminaires, temps de supervision, travaux écrits, …), plus pratiques, plus intégrés à la clinique et plus interactifs ainsi que davantage de cours de rappel et la valorisation de la formation continue. Améliorer l’accès à l’EBM par la poursuite des efforts de centralisation de l’EBM et de la sensibilisation à l’EBM et la promotion des plateformes existantes, par l’éventuelle création d’applications pour smartphone et le redéveloppement de l’evidence-linker. Changer la mentalité des patients concernant l’utilisation d’une source externe de savoir et celui des médecins en gardant l’humain au centre pour éviter une médecine robotisée.
Intro: L’EBM reste au centre de la démarche d’amélioration de la qualité des soins en Belgique qui a d’ailleurs mis sur pied un réseau centralisé d’EBP pour faciliter son accès. Cette étude a tenté de trouver d’autres pistes pour améliorer le recours à l’EBM auprès d’assistants en médecine générale de l’UCL. Méthodologie: étude qualitative sous forme d’entretiens individuels semi-dirigés avec analyse par théorisation ancrée. Résultats: A propos de la formation : des cours indigestes et donnés trop tôt, des objectifs manqués, nécessité de changer la méthode et axer sur la formation continue. Prérequis à l’utilisation de l’EBM : un investissement initial, des qualités essentielles, l’acceptation par la patientèle, les bases en informatique et internet. Freins face à l’utilisation de l’EBM : pas d’obligation de rechercher, ambivalence, temps, préjugés et difficultés d’accès. Motivations à l’utilisation de l’EBM : soutien et guide dans notre pratique, relations aux collègues, plus on connait, plus on a envie de l’utiliser et diversité des sujets. Conclusions: Améliorer la formation en insistant sur des moments d’apprentissage présentés sous différentes formes (auditoires, ateliers pratiques, séminaires, temps de supervision, travaux écrits, …), plus pratiques, plus intégrés à la clinique et plus interactifs ainsi que davantage de cours de rappel et la valorisation de la formation continue. Améliorer l’accès à l’EBM par la poursuite des efforts de centralisation de l’EBM et de la sensibilisation à l’EBM et la promotion des plateformes existantes, par l’éventuelle création d’applications pour smartphone et le redéveloppement de l’evidence-linker. Changer la mentalité des patients concernant l’utilisation d’une source externe de savoir et celui des médecins en gardant l’humain au centre pour éviter une médecine robotisée.
Lenaerts - MarieUniversité catholique de Louvain
QP3 - QT22 - QS13 - QS41 - QT31 - QR31
Comment les membres du personnel d’une Salle de Consommation à Moindre Risque (SCMR) voient-ils le rôle et la place du médecin généraliste dans ce type d’institution ?
Comment les membres du personnel d’une Salle de Consommation à Moindre Risque (SCMR) voient-ils le rôle et la place du médecin généraliste dans ce type d’institution ?
Le médecin occupe une place importante dans une salle de consommation et son rôle est non négligeable. Ce travail a pour but d’interroger les membres du personnel de salles de consommation et le questionnement restera centré sur le rôle et la place du médecin avec différents points abordés : au point de vue logistique, vis à vis de sa relation avec l’équipe, sa place dans la SCMR, son rôle dans la réduction des risques, un positionnement par rapport à la population rencontrée au comptoir et, pour finir, les particularités de la consultation. Nous verrons que la pratique en SCMR est différente de celle qui est attribuée généralement au médecin généraliste. En effet, il faut pouvoir s’adapter et revoir certains de nos préjugés pour s’épanouir au mieux et en faire bénéficier les patients.
Le médecin occupe une place importante dans une salle de consommation et son rôle est non négligeable. Ce travail a pour but d’interroger les membres du personnel de salles de consommation et le questionnement restera centré sur le rôle et la place du médecin avec différents points abordés : au point de vue logistique, vis à vis de sa relation avec l’équipe, sa place dans la SCMR, son rôle dans la réduction des risques, un positionnement par rapport à la population rencontrée au comptoir et, pour finir, les particularités de la consultation. Nous verrons que la pratique en SCMR est différente de celle qui est attribuée généralement au médecin généraliste. En effet, il faut pouvoir s’adapter et revoir certains de nos préjugés pour s’épanouir au mieux et en faire bénéficier les patients.
Gilioli - JordanUniversité catholique de Louvain
P19 - QR31 - QP21 - QR6
Place de la musicothérapie dans la prise en charge des patients déments en maison de repos
Place de la musicothérapie dans la prise en charge des patients déments en maison de repos
Résumé : La musicothérapie a prouvé ses bénéfices chez les personnes démentes, tant en terme de réduction des symptômes négatifs de leur maladie, qu’en terme d’amélioration de leur qualité de vie. Toutefois, on ne trouve que très peu de musicothérapeutes dans les maisons de repos et cette pratique est inconnue pour beaucoup de médecins. Le premier objectif de ce TFE était donc de vérifier si l’avis des musicothérapeutes était comparable à ce qui est décrit dans la littérature sur l’apport de cette pratique, pour les personnes âgées démentes en maison de repos. Le deuxième objectif, était de préciser la place du musicothérapeute dans l’équipe pluridisciplinaire et dans le système de santé belge. La méthode d’interviews individuels a été choisie pour collecter le ressenti des musicothérapeutes sur cette problématique. Sept interviews avec des musicothérapeutes ont été menées. Cette étude a d’abord permis de montrer que les musicothérapeutes, bien que conscients des effets reconnus de leur pratique, portent surtout leur intérêt à tenter de reconnecter les patients déments à leur identité, leurs souvenirs, leur entourage et leur famille. La musique est un outil de thérapie non-verbale que le musicothérapeute utilise de façon active et personnalisée pour proposer un mode de communication et d’expression plus approprié. Cette étude a également montré que le musicothérapeute a une place complémentaire aux autres intervenants de soins de santé avec lesquels celui-ci n’a malheureusement que très peu d’interactions. En Belgique, la reconnaissance de ce métier et le remboursement des séances de musicothérapie n’existent pas et n’est actuellement pas envisagé en raison, d’une part de la charge de travail administratif que cela représenterait et, d’autre part, de la difficulté à évaluer dans leur entièreté les effets de cette pratique. Mots-clés: Médecine générale, Démence, Maison de repos, Étude qualitative, Interview, Musicothérapie, Thérapie non-verbale, Prise en charge non médicamenteuse, Médecine complémentaire.
Résumé : La musicothérapie a prouvé ses bénéfices chez les personnes démentes, tant en terme de réduction des symptômes négatifs de leur maladie, qu’en terme d’amélioration de leur qualité de vie. Toutefois, on ne trouve que très peu de musicothérapeutes dans les maisons de repos et cette pratique est inconnue pour beaucoup de médecins. Le premier objectif de ce TFE était donc de vérifier si l’avis des musicothérapeutes était comparable à ce qui est décrit dans la littérature sur l’apport de cette pratique, pour les personnes âgées démentes en maison de repos. Le deuxième objectif, était de préciser la place du musicothérapeute dans l’équipe pluridisciplinaire et dans le système de santé belge. La méthode d’interviews individuels a été choisie pour collecter le ressenti des musicothérapeutes sur cette problématique. Sept interviews avec des musicothérapeutes ont été menées. Cette étude a d’abord permis de montrer que les musicothérapeutes, bien que conscients des effets reconnus de leur pratique, portent surtout leur intérêt à tenter de reconnecter les patients déments à leur identité, leurs souvenirs, leur entourage et leur famille. La musique est un outil de thérapie non-verbale que le musicothérapeute utilise de façon active et personnalisée pour proposer un mode de communication et d’expression plus approprié. Cette étude a également montré que le musicothérapeute a une place complémentaire aux autres intervenants de soins de santé avec lesquels celui-ci n’a malheureusement que très peu d’interactions. En Belgique, la reconnaissance de ce métier et le remboursement des séances de musicothérapie n’existent pas et n’est actuellement pas envisagé en raison, d’une part de la charge de travail administratif que cela représenterait et, d’autre part, de la difficulté à évaluer dans leur entièreté les effets de cette pratique. Mots-clés: Médecine générale, Démence, Maison de repos, Étude qualitative, Interview, Musicothérapie, Thérapie non-verbale, Prise en charge non médicamenteuse, Médecine complémentaire.
Sepulchre - AdrienUniversité catholique de Louvain
P70 - QC15 - QR31 - QS41 - QS44 - QD5
Recherche des freins et des obstacles des médecins généralistes à parler des soins palliatifs avec leurs patients en fin de vie.
Recherche des freins et des obstacles des médecins généralistes à parler des soins palliatifs avec leurs patients en fin de vie.
Introduction : Selon la loi relative aux soins palliatifs du 21 juillet 2016, les soins palliatifs sont définis comme étant « l’ensemble des soins apportés au patient qui se trouve à un stade avancé ou terminal d’une maladie grave, évolutive et mettant en danger le pronostic vital, et ce quelle que soit son espérance de vie ». Même si cette définition élargit la question du statut palliatif (dans la loi de 2002, un patient palliatif est un patient qui a une espérance de vie de moins de trois mois), la prise en charge palliative est encore trop tardive selon la littérature. L’objectif de ce travail est de rechercher les freins et les obstacles des médecins généralistes à parler des soins palliatifs avec leurs patients en fin de vie et de comprendre comment les médecins peuvent, à leur niveau, améliorer la prise en charge de ces patients. Méthodologie : Dix entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de médecins généralistes de la région de Namur ainsi qu’un entretien avec une infirmière référente de l’équipe de soutien des soins palliatifs de la Province de Namur. Le guide d’entretien a été confectionné sur base de la littérature scientifique. Résultats : Trop peu de médecins généralistes interrogés ont déjà abordé le sujet des soins palliatifs dès le diagnostic de maladie incurable d’un de leurs patients. Plusieurs freins à cette prise en charge précoce ont été identifiés : un problème culturel, un manque de temps, un problème de communication avec le patient et le médecin spécialiste, de la méconnaissance, un manque de confiance en soi ainsi qu’un problème financier. Pour améliorer la prise en charge des patients en fin de vie, les médecins souhaitent des formations scientifiques mais aussi des formations relationnelles avec des mises en situation ainsi que des jeux de rôle, afin de combler leur manque d’expérience et de pratique. Conclusion : Il ne faut pas attendre une situation de crise pour évoquer les soins de fin de vie. La planification anticipée des soins est un processus dynamique et évolutif. Pour une bonne prise en charge en fin de vie, il faut pouvoir repérer le patient grâce à l’échelle d’identification des patients palliatifs, aborder le sujet en mettant son propre vécu de côté, pour finalement initier le projet palliatif.
Introduction : Selon la loi relative aux soins palliatifs du 21 juillet 2016, les soins palliatifs sont définis comme étant « l’ensemble des soins apportés au patient qui se trouve à un stade avancé ou terminal d’une maladie grave, évolutive et mettant en danger le pronostic vital, et ce quelle que soit son espérance de vie ». Même si cette définition élargit la question du statut palliatif (dans la loi de 2002, un patient palliatif est un patient qui a une espérance de vie de moins de trois mois), la prise en charge palliative est encore trop tardive selon la littérature. L’objectif de ce travail est de rechercher les freins et les obstacles des médecins généralistes à parler des soins palliatifs avec leurs patients en fin de vie et de comprendre comment les médecins peuvent, à leur niveau, améliorer la prise en charge de ces patients. Méthodologie : Dix entretiens semi-dirigés ont été réalisés auprès de médecins généralistes de la région de Namur ainsi qu’un entretien avec une infirmière référente de l’équipe de soutien des soins palliatifs de la Province de Namur. Le guide d’entretien a été confectionné sur base de la littérature scientifique. Résultats : Trop peu de médecins généralistes interrogés ont déjà abordé le sujet des soins palliatifs dès le diagnostic de maladie incurable d’un de leurs patients. Plusieurs freins à cette prise en charge précoce ont été identifiés : un problème culturel, un manque de temps, un problème de communication avec le patient et le médecin spécialiste, de la méconnaissance, un manque de confiance en soi ainsi qu’un problème financier. Pour améliorer la prise en charge des patients en fin de vie, les médecins souhaitent des formations scientifiques mais aussi des formations relationnelles avec des mises en situation ainsi que des jeux de rôle, afin de combler leur manque d’expérience et de pratique. Conclusion : Il ne faut pas attendre une situation de crise pour évoquer les soins de fin de vie. La planification anticipée des soins est un processus dynamique et évolutif. Pour une bonne prise en charge en fin de vie, il faut pouvoir repérer le patient grâce à l’échelle d’identification des patients palliatifs, aborder le sujet en mettant son propre vécu de côté, pour finalement initier le projet palliatif.
Capelle - ManonUniversité catholique de Louvain
QD25 - QD12 - QS41 - QD26 - QR31 - QT33
Le vécu des médecins généralistes du cercle médical du Condroz face au fardeau et à la prise en charge des aidants informels de patients déments
Le vécu des médecins généralistes du cercle médical du Condroz face au fardeau et à la prise en charge des aidants informels de patients déments

The experience of the family physicians of the Condroz medical circle, dealing with the burden and care of informal caregivers of dementia patients
The experience of the family physicians of the Condroz medical circle, dealing with the burden and care of informal caregivers of dementia patients
Introduction : Avec le vieillissement de la population, le nombre de démence est amené à augmenter. Les personnes démentes nécessitent une attention permanente de la part de personnes que l’on appelle aidants. Et plus particulièrement, aidants informels. Le fait de s’occuper d’une personne démente peut avoir des conséquences importantes sur la santé de l’aidant et celle du patient dément. Dans ce cadre, le médecin généraliste pourrait avoir un rôle central dans le dépistage du fardeau d’aidants à risque. Le but de cette étude était de recueillir l’expérience des médecins généralistes face à la prise en charge d’aidants de patients dément et leur fardeau. Méthodes : La méthode qualitative des entretiens semi-dirigés, avec l’aide d’un guide préalablement rédigé a été choisie pour permettre de mieux appréhender le ressenti réel du médecin généraliste Résultats : Les médecins généralistes identifiaient correctement la plupart des facteurs ayant un impact sur le fardeau et ses conséquences. Ils mettaient correctement en place les aides au domicile pour tenter de soulager le fardeau. Cependant l’évaluation du fardeau ne se réalisait pas à l’aide d’échelle mais plutôt au ressenti de la situation et ils ne mettaient que rarement en place du soutien psychologique et informationnel. Conclusion : Cette étude pourrait permettre de rendre compte de l’évaluation du fardeau par les médecins généralistes et sur le manque d’informations pour les médecins généralistes sur la prise en charge des aidants autre que sur le plan physique. Une meilleure disponibilité de l’information sur le sujet devrait être à envisager. Car la problématique des aidants est amenée à revêtir un caractère important, non seulement au niveau individuel mais également sociétal et économique dans les années à venir.
Introduction : Avec le vieillissement de la population, le nombre de démence est amené à augmenter. Les personnes démentes nécessitent une attention permanente de la part de personnes que l’on appelle aidants. Et plus particulièrement, aidants informels. Le fait de s’occuper d’une personne démente peut avoir des conséquences importantes sur la santé de l’aidant et celle du patient dément. Dans ce cadre, le médecin généraliste pourrait avoir un rôle central dans le dépistage du fardeau d’aidants à risque. Le but de cette étude était de recueillir l’expérience des médecins généralistes face à la prise en charge d’aidants de patients dément et leur fardeau. Méthodes : La méthode qualitative des entretiens semi-dirigés, avec l’aide d’un guide préalablement rédigé a été choisie pour permettre de mieux appréhender le ressenti réel du médecin généraliste Résultats : Les médecins généralistes identifiaient correctement la plupart des facteurs ayant un impact sur le fardeau et ses conséquences. Ils mettaient correctement en place les aides au domicile pour tenter de soulager le fardeau. Cependant l’évaluation du fardeau ne se réalisait pas à l’aide d’échelle mais plutôt au ressenti de la situation et ils ne mettaient que rarement en place du soutien psychologique et informationnel. Conclusion : Cette étude pourrait permettre de rendre compte de l’évaluation du fardeau par les médecins généralistes et sur le manque d’informations pour les médecins généralistes sur la prise en charge des aidants autre que sur le plan physique. Une meilleure disponibilité de l’information sur le sujet devrait être à envisager. Car la problématique des aidants est amenée à revêtir un caractère important, non seulement au niveau individuel mais également sociétal et économique dans les années à venir.
Salvaggio - Jordan Université de Liège
QS41 - QD22 - QO4 - QC3 - Z20 - P01 - P70 - QR31
Élaboration d’une trousse de voyage en médecine générale.
Élaboration d’une trousse de voyage en médecine générale.
Introduction : Avec leur démocratisation au cours de ces dernières décennies, les voyages prennent de plus en plus d'importance dans notre mode de vie, qu'ils soient effectués en Belgique ou à l´étranger. C’est dans ce contexte que le médecin généraliste est amené au cours de sa pratique a rencontrer une demande croissante de pré-consultation de voyage au sein de sa patientèle. L’objectif de ce travail de fin d’étude était double : - explorer les connaissances et attitudes de pratiques des médecins généralistes et des assistants en médecine Générale de la province de Liège concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage. - proposer un outil d’aide à la consultation pour élaborer une trousse médicale adaptée au patient et son voyage à travers une recherche dans la littérature. Méthode : La première partie de ce travail consistait en une étude qualitative, par questionnaire sous forme électronique ,réalisée auprès de 5 médecins généralistes et 51 assistants en médecine générale en province de Liège. La seconde partie était une recherche documentaire au sein de la littérature. Résultats : Dans leur pratique, la majorité des assistants en médecine générale dispensent volontierement des recommandations de voyage et ne prescrivent que très peu systématiquement une trousse de voyage. Les connaissances théoriques des assistants en médecine générales concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage sont globalement satisfaisantes mais à nuancer. Aucune conclusion n’a pu être rédigée chez les médecins généralistes. Une recherche dans la littérature a permis de rédiger des lignes directrices en pré-consultation de voyage et de réaliser un outil d’aide à l’élaboration d’une trousse médicale de voyage. Conclusions : Les connaissances et attitudes de pratiques des assistants en médecine générale concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage sont à nuancer. Aucune conclusion n’a pu être rédigée chez les médecins généralistes. Le présent travail, au travers d’une recherche dans la littérature, a également permis d’aboutir à l’élaboration d’un outil d’aide non exhaustif à l’élaboration d’une trousse de voyage. Il serait intéressant à l’avenir d’évaluer son apport et de l’adapter en une application sur smartphone.
Introduction : Avec leur démocratisation au cours de ces dernières décennies, les voyages prennent de plus en plus d'importance dans notre mode de vie, qu'ils soient effectués en Belgique ou à l´étranger. C’est dans ce contexte que le médecin généraliste est amené au cours de sa pratique a rencontrer une demande croissante de pré-consultation de voyage au sein de sa patientèle. L’objectif de ce travail de fin d’étude était double : - explorer les connaissances et attitudes de pratiques des médecins généralistes et des assistants en médecine Générale de la province de Liège concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage. - proposer un outil d’aide à la consultation pour élaborer une trousse médicale adaptée au patient et son voyage à travers une recherche dans la littérature. Méthode : La première partie de ce travail consistait en une étude qualitative, par questionnaire sous forme électronique ,réalisée auprès de 5 médecins généralistes et 51 assistants en médecine générale en province de Liège. La seconde partie était une recherche documentaire au sein de la littérature. Résultats : Dans leur pratique, la majorité des assistants en médecine générale dispensent volontierement des recommandations de voyage et ne prescrivent que très peu systématiquement une trousse de voyage. Les connaissances théoriques des assistants en médecine générales concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage sont globalement satisfaisantes mais à nuancer. Aucune conclusion n’a pu être rédigée chez les médecins généralistes. Une recherche dans la littérature a permis de rédiger des lignes directrices en pré-consultation de voyage et de réaliser un outil d’aide à l’élaboration d’une trousse médicale de voyage. Conclusions : Les connaissances et attitudes de pratiques des assistants en médecine générale concernant l’élaboration de la trousse médicale de voyage et les recommandations en pré-consultation de voyage sont à nuancer. Aucune conclusion n’a pu être rédigée chez les médecins généralistes. Le présent travail, au travers d’une recherche dans la littérature, a également permis d’aboutir à l’élaboration d’un outil d’aide non exhaustif à l’élaboration d’une trousse de voyage. Il serait intéressant à l’avenir d’évaluer son apport et de l’adapter en une application sur smartphone.
Mossiat - AngeliqueUniversité de Liège
QS41 - QR31 - QT32 - QT33 - QD7 - QT2 - QR21 - QO4
Exploration du rôle et de la collaboration de chaque intervenant dans la continuité des soins pédiatriques des enfants de 0 à 6 ans
Exploration du rôle et de la collaboration de chaque intervenant dans la continuité des soins pédiatriques des enfants de 0 à 6 ans
RESUME Contexte : A l’heure actuelle, le suivi des enfants de 0 à 6 ans se fait au travers de plusieurs intervenants. En Belgique, le libre choix du médecin prenant en charge le suivi de l’enfant est laissé aux parents. Dans ce contexte, se croisent souvent divers acteurs dont le médecin de l’ONE, le pédiatre généraliste et le médecin généraliste. Objectif : Explorer le rôle de chaque intervenant dans la continuité des soins pédiatriques des enfants de 0 à 6 ans en s’axant essentiellement sur la prévention et la promotion de la santé. Nous tenterons également d’approfondir la collaboration entre ces divers prestataires de soins. Méthode : Etude qualitative réalisée au travers d’entretiens semi-dirigés. 19 participants de la province de Liège ont été recrutés parmi eux 7 médecins généralistes, 6 médecins travaillant à l’ONE et 6 pédiatres généralistes. Une analyse transversale thématique sur base des verbatims a été réalisée ainsi qu’une analyse basée sur le modèle de D’Amour étudiant la collaboration. Résultats : La définition du rôle de chaque intervenant fait face à de nombreux territoires limitrophes où la légitimité de chacun n’est pas clairement établie. Le rôle des médecins de l’ONE semble clair bien qu’il chevauche selon certains celui du pédiatre. Les médecins généralistes et les pédiatres se désignent tout deux comme le médecin référent de l’enfant créant ainsi un débat sur la place du pédiatre en première ligne de soins et celle du généraliste dans l’aspect préventif du suivi. La collaboration entre chaque partie est restreinte et se limite quasi essentiellement à une communication au travers du carnet de santé de l’enfant. Toutefois, il existe un réel souhait d’améliorer cette coopération notamment grâce à la mise en place de formations communes ou par la création d’une plateforme informatique partagée. Conclusion : Il existe de nombreuses zones de superposition des rôles qui doivent être éclaircies, et ce, notamment au travers d’une communication plus importante. Dans notre étude, nous avons exploré la collaboration entre les intervenants car celle-ci est indissociable du rôle joué par chacun. Il en ressort que, dans ce domaine, la coopération est réduite et existe par l’intermédiaire des besoins complexes du patient qui impose une multidisciplinarité. Cependant, nous nous devons de rester optimiste car la majorité des intervenants souhaitent une amélioration de celle-ci. La mise en place de formations communes est, par exemple, une perspective atteignable et qui permettrait une mise à jour des matières pédiatriques ainsi que l’établissement de rencontres entre ces praticiens. Promouvoir la collaboration centrée sur le patient semble un bel objectif à atteindre. Mots-clés : Médecine générale, pédiatrie, médecine préventive, collaboration.
RESUME Contexte : A l’heure actuelle, le suivi des enfants de 0 à 6 ans se fait au travers de plusieurs intervenants. En Belgique, le libre choix du médecin prenant en charge le suivi de l’enfant est laissé aux parents. Dans ce contexte, se croisent souvent divers acteurs dont le médecin de l’ONE, le pédiatre généraliste et le médecin généraliste. Objectif : Explorer le rôle de chaque intervenant dans la continuité des soins pédiatriques des enfants de 0 à 6 ans en s’axant essentiellement sur la prévention et la promotion de la santé. Nous tenterons également d’approfondir la collaboration entre ces divers prestataires de soins. Méthode : Etude qualitative réalisée au travers d’entretiens semi-dirigés. 19 participants de la province de Liège ont été recrutés parmi eux 7 médecins généralistes, 6 médecins travaillant à l’ONE et 6 pédiatres généralistes. Une analyse transversale thématique sur base des verbatims a été réalisée ainsi qu’une analyse basée sur le modèle de D’Amour étudiant la collaboration. Résultats : La définition du rôle de chaque intervenant fait face à de nombreux territoires limitrophes où la légitimité de chacun n’est pas clairement établie. Le rôle des médecins de l’ONE semble clair bien qu’il chevauche selon certains celui du pédiatre. Les médecins généralistes et les pédiatres se désignent tout deux comme le médecin référent de l’enfant créant ainsi un débat sur la place du pédiatre en première ligne de soins et celle du généraliste dans l’aspect préventif du suivi. La collaboration entre chaque partie est restreinte et se limite quasi essentiellement à une communication au travers du carnet de santé de l’enfant. Toutefois, il existe un réel souhait d’améliorer cette coopération notamment grâce à la mise en place de formations communes ou par la création d’une plateforme informatique partagée. Conclusion : Il existe de nombreuses zones de superposition des rôles qui doivent être éclaircies, et ce, notamment au travers d’une communication plus importante. Dans notre étude, nous avons exploré la collaboration entre les intervenants car celle-ci est indissociable du rôle joué par chacun. Il en ressort que, dans ce domaine, la coopération est réduite et existe par l’intermédiaire des besoins complexes du patient qui impose une multidisciplinarité. Cependant, nous nous devons de rester optimiste car la majorité des intervenants souhaitent une amélioration de celle-ci. La mise en place de formations communes est, par exemple, une perspective atteignable et qui permettrait une mise à jour des matières pédiatriques ainsi que l’établissement de rencontres entre ces praticiens. Promouvoir la collaboration centrée sur le patient semble un bel objectif à atteindre. Mots-clés : Médecine générale, pédiatrie, médecine préventive, collaboration.
Beckers - FlorenceUniversité de Liège
QC12 - QC11 - QD25 - QS31 - 47.000 - QD41 - QD11 - 46.000
Quelle est l’attitude des médecins généralistes face à la prescription de cannabidiol dans le cadre des douleurs chroniques?
Quelle est l’attitude des médecins généralistes face à la prescription de cannabidiol dans le cadre des douleurs chroniques?
Introduction. Les douleurs chroniques sont une plainte répandue. Les traitements offrent une maîtrise limitée de la douleur dans la plupart des cas et induisent des effets secondaires non négligeables. Depuis juillet 2019, la délivrance de préparations magistrales contenant du cannabidiol (CBD) est possible sous certaines conditions. Cela ouvre un débat majeur sur son efficacité et sa sécurité. Les patients nous interpellent quant à son usage et/ou sa prescription. Cette étude a pour objectif d’analyser l’attitude des médecins traitants pratiquant en Belgique face à la prescription de cannabidiol dans le cadre des douleurs chroniques. Méthodologie. Il s’agit d’une revue non exhaustive de la littérature suivie d’une étude mixte (qualitative et quantitative) pour laquelle 82 médecins généralistes pratiquant en Belgique ont complété un questionnaire à réponses ouvertes courtes et fermées. Résultats. La majorité des répondants a été confrontée à des questionnement de patients concernant le CBD dans les douleurs chroniques. Face à une douleur chronique résistante aux antalgiques classiques, plus de 70% des répondants affirment que le CBD leur semble une alternative envisageable. Néanmoins, seuls 11% des généralistes questionnés en avait déjà prescrit. On constate qu’il existe une importante mésinformation sur le sujet. Conclusion. Le cannabidiol est une molécule pour laquelle nous avons peu de recul mais qui, selon de nombreux experts, possède des propriétés intéressantes qui pourraient aider certains patients. Il existe à l’heure actuelle très peu d’études bien conduites sur le CBD seul. Les produits à base de THC et CBD montrent une efficacité mitigée dans la plupart de revues de littérature et souvent supplantée par les effets secondaires. Il existe peu d’effets secondaires et contre-indications au cannabidiol pure. Il pourrait être envisagé en tant qu’adjuvant chez certains patients désemparés face à des douleurs chroniques (principalement en fin de vie et dans le cadre de douleurs neuropathiques) ne répondant pas aux antalgies classiques. Les patients doivent être avertis du coût élevé et du peu de preuves probantes d’efficacité de ce produit. Il y a un intérêt franc de généralistes interrogés pour cette molécule ; bien que peu d’entre eux la prescrive. Mots clés. douleurs chroniques, traitement, cannabidiol, médecine générale, étude mixte
Introduction. Les douleurs chroniques sont une plainte répandue. Les traitements offrent une maîtrise limitée de la douleur dans la plupart des cas et induisent des effets secondaires non négligeables. Depuis juillet 2019, la délivrance de préparations magistrales contenant du cannabidiol (CBD) est possible sous certaines conditions. Cela ouvre un débat majeur sur son efficacité et sa sécurité. Les patients nous interpellent quant à son usage et/ou sa prescription. Cette étude a pour objectif d’analyser l’attitude des médecins traitants pratiquant en Belgique face à la prescription de cannabidiol dans le cadre des douleurs chroniques. Méthodologie. Il s’agit d’une revue non exhaustive de la littérature suivie d’une étude mixte (qualitative et quantitative) pour laquelle 82 médecins généralistes pratiquant en Belgique ont complété un questionnaire à réponses ouvertes courtes et fermées. Résultats. La majorité des répondants a été confrontée à des questionnement de patients concernant le CBD dans les douleurs chroniques. Face à une douleur chronique résistante aux antalgiques classiques, plus de 70% des répondants affirment que le CBD leur semble une alternative envisageable. Néanmoins, seuls 11% des généralistes questionnés en avait déjà prescrit. On constate qu’il existe une importante mésinformation sur le sujet. Conclusion. Le cannabidiol est une molécule pour laquelle nous avons peu de recul mais qui, selon de nombreux experts, possède des propriétés intéressantes qui pourraient aider certains patients. Il existe à l’heure actuelle très peu d’études bien conduites sur le CBD seul. Les produits à base de THC et CBD montrent une efficacité mitigée dans la plupart de revues de littérature et souvent supplantée par les effets secondaires. Il existe peu d’effets secondaires et contre-indications au cannabidiol pure. Il pourrait être envisagé en tant qu’adjuvant chez certains patients désemparés face à des douleurs chroniques (principalement en fin de vie et dans le cadre de douleurs neuropathiques) ne répondant pas aux antalgies classiques. Les patients doivent être avertis du coût élevé et du peu de preuves probantes d’efficacité de ce produit. Il y a un intérêt franc de généralistes interrogés pour cette molécule ; bien que peu d’entre eux la prescrive. Mots clés. douleurs chroniques, traitement, cannabidiol, médecine générale, étude mixte
van der Rest - CamilleUniversité catholique de Louvain
QR33 - QD26 - 50.000 - 58.000 - A01 - N94
Evaluation de la qualité des soins : La maison médicale de Tilleur - Sclessin
Evaluation de la qualité des soins : La maison médicale de Tilleur - Sclessin
Introduction : L’approche de la qualité des soins s’est développée au cours des 40 dernières années, intégrant différents modèles et différentes approches. Au départ très techniques et tenant peu compte du facteur humain, les systèmes de santé se sont construits selon différents modèles de fonctionnement, intégrant progressivement la dimension interpersonnelle dans leurs évaluations. Il est de nos jours très répandu de faire appel aux avis des patients pour sonder leur satisfaction concernant les services et soins proposés et d’en tirer des pistes de travail dans le but d’en améliorer leur qualité. Méthode : Nous sommes partis d’un outil international standardisé existant et modifié pour les besoins de ce travail avec l’aide d’une équipe d’experts. Nous avons ensuite diffusé cette enquête de satisfaction auprès d’un échantillon aléatoire de patients adultes ( +- 200 personnes ) de ma structure de soin, sous forme d’entretiens téléphoniques anonymisés. Ces entretiens étaient conduits par une enquêtrice indépendante professionnelle. Les patients interrogés pouvaient adhérer ou non à 25 propositions touchant à divers aspects des soins. Résultats : 197 personnes ont accepté de répondre à notre enquête. 19 ont refusé et 113 n’avaient pas de téléphone valide. 184 contacts n’ont pu être confirmés. Le taux de participation est proche de 50%. Les médecins représentent 91,6% des contacts avec les professionnels et la moyenne d’âge des répondants était de 33 ans. Les patients sont majoritairement satisfaits. On remarque tout de même un taux d’insatisfaction plus important concernant 2 items (la facilité de contact téléphonique avec le professionnel et le temps d’attente en salle d’attente.) et un taux d’abstention importants pour plusieurs propositions. Conclusion : Chaque résultat mitigé représente une base de travail possible pour une amélioration de la qualité des soins de notre structure. Une méthodologie proposée pour y parvenir est le management polyphonique, permettant une avancée plus rapide vers l’innovation et le changement.
Introduction : L’approche de la qualité des soins s’est développée au cours des 40 dernières années, intégrant différents modèles et différentes approches. Au départ très techniques et tenant peu compte du facteur humain, les systèmes de santé se sont construits selon différents modèles de fonctionnement, intégrant progressivement la dimension interpersonnelle dans leurs évaluations. Il est de nos jours très répandu de faire appel aux avis des patients pour sonder leur satisfaction concernant les services et soins proposés et d’en tirer des pistes de travail dans le but d’en améliorer leur qualité. Méthode : Nous sommes partis d’un outil international standardisé existant et modifié pour les besoins de ce travail avec l’aide d’une équipe d’experts. Nous avons ensuite diffusé cette enquête de satisfaction auprès d’un échantillon aléatoire de patients adultes ( +- 200 personnes ) de ma structure de soin, sous forme d’entretiens téléphoniques anonymisés. Ces entretiens étaient conduits par une enquêtrice indépendante professionnelle. Les patients interrogés pouvaient adhérer ou non à 25 propositions touchant à divers aspects des soins. Résultats : 197 personnes ont accepté de répondre à notre enquête. 19 ont refusé et 113 n’avaient pas de téléphone valide. 184 contacts n’ont pu être confirmés. Le taux de participation est proche de 50%. Les médecins représentent 91,6% des contacts avec les professionnels et la moyenne d’âge des répondants était de 33 ans. Les patients sont majoritairement satisfaits. On remarque tout de même un taux d’insatisfaction plus important concernant 2 items (la facilité de contact téléphonique avec le professionnel et le temps d’attente en salle d’attente.) et un taux d’abstention importants pour plusieurs propositions. Conclusion : Chaque résultat mitigé représente une base de travail possible pour une amélioration de la qualité des soins de notre structure. Une méthodologie proposée pour y parvenir est le management polyphonique, permettant une avancée plus rapide vers l’innovation et le changement.
Atienza - SimonUniversité de Liège
QP3 - QP41 - QP2
Quelle est la place du cannabis thérapeutique dans la prise en charge des douleurs chroniques chez les patients âgés de 25 à 75 ans?
Quelle est la place du cannabis thérapeutique dans la prise en charge des douleurs chroniques chez les patients âgés de 25 à 75 ans?
La douleur chronique est une problématique mondiale à l’incidence croissante. Les médecins généralistes y sont régulièrement confrontés et se sentent souvent démunis quant à sa prise en charge. En Belgique, “8.5% de la population nécessite un traitement algologique spécialisé en raison de la présence de douleurs chroniques de forte intensité, avec des répercussions fonctionnelles importantes.” (1) Le cannabis thérapeutique a t’il une place dans le traitement des patients souffrant de douleurs chroniques? L’amélioration des connaissances du système endocannabinoïde et surtout du delta-9-tétrahydrocannabinol et du cannabidiol, a permis de mettre en évidence le rôle du cannabis dans la prise en charge des douleurs chroniques. Son profil de sécurité est supérieur à celui de nombreux autres médicaments et aucun décès lié à un surdosage n’est signalé. De nombreuses études ont démontré l’effet des différents cannabinoïdes dans la prise en charge des douleurs chroniques. Toutefois, des études supplémentaires sont indispensables pour renforcer les acquis, optimiser l’efficacité et assurer une sécurité à long terme. La littérature et les médecins généralistes s’accordent d’ores et déjà sur la place du cannabis thérapeutique comme traitement complémentaire ou alternatif des douleurs chroniques.
La douleur chronique est une problématique mondiale à l’incidence croissante. Les médecins généralistes y sont régulièrement confrontés et se sentent souvent démunis quant à sa prise en charge. En Belgique, “8.5% de la population nécessite un traitement algologique spécialisé en raison de la présence de douleurs chroniques de forte intensité, avec des répercussions fonctionnelles importantes.” (1) Le cannabis thérapeutique a t’il une place dans le traitement des patients souffrant de douleurs chroniques? L’amélioration des connaissances du système endocannabinoïde et surtout du delta-9-tétrahydrocannabinol et du cannabidiol, a permis de mettre en évidence le rôle du cannabis dans la prise en charge des douleurs chroniques. Son profil de sécurité est supérieur à celui de nombreux autres médicaments et aucun décès lié à un surdosage n’est signalé. De nombreuses études ont démontré l’effet des différents cannabinoïdes dans la prise en charge des douleurs chroniques. Toutefois, des études supplémentaires sont indispensables pour renforcer les acquis, optimiser l’efficacité et assurer une sécurité à long terme. La littérature et les médecins généralistes s’accordent d’ores et déjà sur la place du cannabis thérapeutique comme traitement complémentaire ou alternatif des douleurs chroniques.
Destombes - NoémieUniversité catholique de Louvain
A01 - QC14 - QD24 - QP3 - QS41 - 50.000
Médecin de campagne : Pratique et installation dans une région en pénurie. Vision des assistants et des généralistes.
Médecin de campagne : Pratique et installation dans une région en pénurie. Vision des assistants et des généralistes.
Objectif Mise en évidence de la vision des assistants et des médecins de campagne à propos de la pratique et de l’installation en milieu rural et comprendre un peu mieux la pénurie de cette région. Méthode Réalisation d’une étude qualitative grâce à la technique du focus group. Quatre entretiens ont été organisés avec un échantillon d’assistants et de médecins déjà installés dans la région luxembourgeoise. La technique de théorisation ancrée a permis d’analyser le contenu retranscrit des focus groups. Résultats Trois thèmes sont ressortis. Le premier évoque les caractéristiques propres au milieu rural. Le deuxième concerne la vie du médecin de campagne. Ce thème regroupe lui-même trois sous thèmes qui prennent en compte la vie professionnelle, la vie privée et le contexte de vie du généraliste en milieu rural. Enfin, le dernier thème met en avant les relations intergénérationnelles. Conclusion Cette recherche a permis de faire un tour d’horizon de la réalité des assistants et des médecins déjà installés concernant la médecine générale rurale, l’installation et la rétention. Les notions trouvées dans la littérature telles que le «moi-conscient», la communauté médicale et la communauté rurale, ont été retrouvées dans ce travail et ont aidé à son analyse. Les similitudes et différences de réflexions entre les assistants et les médecins déjà installés ont été mises en avant et ont démontré qu’elles n’avaient pas un point déterminant dans l’installation des jeunes médecins. Finalement, cinq pistes de stratégies à mettre en place pour augmenter la rétention en milieu rural, ont été avancées et restent à être explorées dans de futures études.
Objectif Mise en évidence de la vision des assistants et des médecins de campagne à propos de la pratique et de l’installation en milieu rural et comprendre un peu mieux la pénurie de cette région. Méthode Réalisation d’une étude qualitative grâce à la technique du focus group. Quatre entretiens ont été organisés avec un échantillon d’assistants et de médecins déjà installés dans la région luxembourgeoise. La technique de théorisation ancrée a permis d’analyser le contenu retranscrit des focus groups. Résultats Trois thèmes sont ressortis. Le premier évoque les caractéristiques propres au milieu rural. Le deuxième concerne la vie du médecin de campagne. Ce thème regroupe lui-même trois sous thèmes qui prennent en compte la vie professionnelle, la vie privée et le contexte de vie du généraliste en milieu rural. Enfin, le dernier thème met en avant les relations intergénérationnelles. Conclusion Cette recherche a permis de faire un tour d’horizon de la réalité des assistants et des médecins déjà installés concernant la médecine générale rurale, l’installation et la rétention. Les notions trouvées dans la littérature telles que le «moi-conscient», la communauté médicale et la communauté rurale, ont été retrouvées dans ce travail et ont aidé à son analyse. Les similitudes et différences de réflexions entre les assistants et les médecins déjà installés ont été mises en avant et ont démontré qu’elles n’avaient pas un point déterminant dans l’installation des jeunes médecins. Finalement, cinq pistes de stratégies à mettre en place pour augmenter la rétention en milieu rural, ont été avancées et restent à être explorées dans de futures études.
Grandjean - CamilleUniversité catholique de Louvain
QD8 - QD2 - QR31
Évaluation, identification des freins et propositions d’outils d’amélioration de la prise en charge et du diagnostic de vaginisme en médecine générale. Étude qualitative par entretien semi-directif auprès de six soignants Bruxellois
Évaluation, identification des freins et propositions d’outils d’amélioration de la prise en charge et du diagnostic de vaginisme en médecine générale. Étude qualitative par entretien semi-directif auprès de six soignants Bruxellois
Introduction Le vaginisme est une dysfonction sexuelle féminine se manifestant par une contracture spasmodique et involontaire primaire des muscles de la paroi du vagin empêchant ainsi l’intromission de toute chose, qu’elle soit réelle ou fantasmée (2). Sa fréquence est relativement importante (5-17%) (3). Or, les dysfonctions sexuelles de ce type ne sont que rarement abordées lors des consultations de médecine générale (4). Objectifs Ce travail a pour but d’évaluer le diagnostic et la prise en charge de cette pathologie en médecine générale et d’en identifier les principaux freins. À terme, il fournira des pistes aux médecins généralistes afin de mieux appréhender ces consultations Méthode Il s’agit d’une étude qualitative par entretien semi-directif auprès de soignants de la région Bruxelloise. Parmi eux, des médecins généralistes, un sexologue et un gynécologue. Les entretiens sont anonymes, se basent sur un guide d’entretien établi au préalable à l’aide d’une revue de la littérature et sont retranscrits dans leur intégralité. Résultats Six soignants ont été interrogés : quatre médecins généralistes, un sexologue et un gynécologue. Parmi les médecins généralistes, l’abord de la question de la sexualité reste difficile que ce soit par manque de temps, d’expérience, de connaissances ou par gène au vu de la proximité avec la patiente. Le sujet est souvent éludé lorsqu’il n’est pas abordé par les patientes. Ces dernières sont souvent référées à d’autres praticiens (gynécologues et sexologues en particulier) qui prennent en charge de manière différente ces patientes, en fonction de l’étiologie déterminée, tout en arrivant à des résultats généralement satisfaisants. Conclusion Cette étude a permis de faire le point sur le diagnostic et la prise en charge du vaginisme en médecine générale. Elle a également permis de proposer quelques outils pour faciliter la gestion de ces consultations, notamment une brochure reprenant les points essentiels. Mots clés : dysfonction sexuelle féminine, vaginisme, médecine générale, freins, sexologie
Introduction Le vaginisme est une dysfonction sexuelle féminine se manifestant par une contracture spasmodique et involontaire primaire des muscles de la paroi du vagin empêchant ainsi l’intromission de toute chose, qu’elle soit réelle ou fantasmée (2). Sa fréquence est relativement importante (5-17%) (3). Or, les dysfonctions sexuelles de ce type ne sont que rarement abordées lors des consultations de médecine générale (4). Objectifs Ce travail a pour but d’évaluer le diagnostic et la prise en charge de cette pathologie en médecine générale et d’en identifier les principaux freins. À terme, il fournira des pistes aux médecins généralistes afin de mieux appréhender ces consultations Méthode Il s’agit d’une étude qualitative par entretien semi-directif auprès de soignants de la région Bruxelloise. Parmi eux, des médecins généralistes, un sexologue et un gynécologue. Les entretiens sont anonymes, se basent sur un guide d’entretien établi au préalable à l’aide d’une revue de la littérature et sont retranscrits dans leur intégralité. Résultats Six soignants ont été interrogés : quatre médecins généralistes, un sexologue et un gynécologue. Parmi les médecins généralistes, l’abord de la question de la sexualité reste difficile que ce soit par manque de temps, d’expérience, de connaissances ou par gène au vu de la proximité avec la patiente. Le sujet est souvent éludé lorsqu’il n’est pas abordé par les patientes. Ces dernières sont souvent référées à d’autres praticiens (gynécologues et sexologues en particulier) qui prennent en charge de manière différente ces patientes, en fonction de l’étiologie déterminée, tout en arrivant à des résultats généralement satisfaisants. Conclusion Cette étude a permis de faire le point sur le diagnostic et la prise en charge du vaginisme en médecine générale. Elle a également permis de proposer quelques outils pour faciliter la gestion de ces consultations, notamment une brochure reprenant les points essentiels. Mots clés : dysfonction sexuelle féminine, vaginisme, médecine générale, freins, sexologie
EL HABSAOUI - HafidaUniversité catholique de Louvain
-
Syndrome métabolique : conseil hygiéno-diététique minimal en médecine générale
Syndrome métabolique : conseil hygiéno-diététique minimal en médecine générale
Une interview a été réalisée chez huit médecins généralistes de la province de Namur. Des conclusions ont ainsi pu être tirées sur leurs connaissances et leur prise en charge hygiéno-diététique du syndrome métabolique. Ces entretiens révèlent une confusion quant à la définition du syndrome métabolique que la littérature a permis de l’éclaircir. L’analyse de son épidémiologie démontre que la prévalence du syndrome métabolique est de plus en plus importante dans nos populations et est un véritable problème de santé publique. Une interaction gène-environnement serait à son origine et ses conséquences en termes de santé peuvent être considérables. Pour faciliter le travail du médecin généraliste souvent démuni dans cette problématique, quelques conseils sont donnés concernant la prise en charge globale du patient : elle doit être basée sur l’écoute et la communication médecin-patient afin d’organiser un plan thérapeutique adapté. Ensuite, des mesures hygiéno-diététiques basiques mais validées sont listées et décrites afin d’entamer une première ligne de traitement. Il s’agit en réalité d’un traitement de fond visant à éviter ou à postposer une thérapie médicamenteuse ou chirurgicale pas toujours nécessaire. Le médecin généraliste dispose de différents outils, cités dans ce travail, lui permettant d’atteindre ces objectifs.
Une interview a été réalisée chez huit médecins généralistes de la province de Namur. Des conclusions ont ainsi pu être tirées sur leurs connaissances et leur prise en charge hygiéno-diététique du syndrome métabolique. Ces entretiens révèlent une confusion quant à la définition du syndrome métabolique que la littérature a permis de l’éclaircir. L’analyse de son épidémiologie démontre que la prévalence du syndrome métabolique est de plus en plus importante dans nos populations et est un véritable problème de santé publique. Une interaction gène-environnement serait à son origine et ses conséquences en termes de santé peuvent être considérables. Pour faciliter le travail du médecin généraliste souvent démuni dans cette problématique, quelques conseils sont donnés concernant la prise en charge globale du patient : elle doit être basée sur l’écoute et la communication médecin-patient afin d’organiser un plan thérapeutique adapté. Ensuite, des mesures hygiéno-diététiques basiques mais validées sont listées et décrites afin d’entamer une première ligne de traitement. Il s’agit en réalité d’un traitement de fond visant à éviter ou à postposer une thérapie médicamenteuse ou chirurgicale pas toujours nécessaire. Le médecin généraliste dispose de différents outils, cités dans ce travail, lui permettant d’atteindre ces objectifs.
Monfils - FlorenceUniversité catholique de Louvain
QS41 - QT33 - QR31 - QD42 - 58.000 - 45.004 - T05 - T93
Flou sur l’efficacité du cannabidiol dans la gestion des douleurs chroniques : que dire à nos patients qui en prennent ?
Flou sur l’efficacité du cannabidiol dans la gestion des douleurs chroniques : que dire à nos patients qui en prennent ?
Le cannabidiol à usage thérapeutique a de plus en plus la cote. On peut voir des « CBD shops » fleurir un peu partout dans les grandes villes. Selon certains consommateurs, toute une série de vertus thérapeutiques lui sont attribuées et notamment dans la gestion des douleurs chroniques. Les patients souffrant de ce genre de douleurs ont souvent essayé un éventail de traitements et cherchent désespérément quelque chose pour les soulager. Ce travail s’intéresse aux preuves scientifiques actuelles de l’usage du cannabidiol dans les douleurs chroniques et à l’utilisation du CBD comme arme thérapeutique par les médecins. La première partie de mon travail est une recherche bibliographique au sein de la littérature primaire, secondaire et tertiaire. Je me suis également intéressée à d’autres sources pour me tenir informée de la situation médiatique ainsi qu’épidémiologique de la consommation de cannabidiol en Belgique. La seconde partie de mon travail est constituée d’interviews avec des spécialistes pouvant être amenés à prescrire du cannabidiol. Il manque de preuves scientifiques de type étude randomisée en double aveugle pour affirmer de l’efficacité du CBD dans la gestion des douleurs chroniques. Une certaine efficacité dans les douleurs neuropathiques avec des preuves de faible à moyenne qualité est démontrée. En ce qui concerne les experts interrogés, les avis divergent. Un médecin travaillant dans un centre de la douleur en prescrit et un autre non. Les deux psychiatres interrogés n’en ont jamais prescrit mais ont des patients qui en prennent. Deux des douze médecins généralistes interrogés en ont déjà prescrit. Deux généralistes estiment n’avoir aucun patient consommant du CBD. Les données scientifiques manquent mais la demande est présente. Le rôle du médecin traitant devient alors indispensable pour accompagner au mieux le patient dans sa démarche. Mots clés : Cannabidiol, cannabis, douleurs chroniques, preuves scientifiques
Le cannabidiol à usage thérapeutique a de plus en plus la cote. On peut voir des « CBD shops » fleurir un peu partout dans les grandes villes. Selon certains consommateurs, toute une série de vertus thérapeutiques lui sont attribuées et notamment dans la gestion des douleurs chroniques. Les patients souffrant de ce genre de douleurs ont souvent essayé un éventail de traitements et cherchent désespérément quelque chose pour les soulager. Ce travail s’intéresse aux preuves scientifiques actuelles de l’usage du cannabidiol dans les douleurs chroniques et à l’utilisation du CBD comme arme thérapeutique par les médecins. La première partie de mon travail est une recherche bibliographique au sein de la littérature primaire, secondaire et tertiaire. Je me suis également intéressée à d’autres sources pour me tenir informée de la situation médiatique ainsi qu’épidémiologique de la consommation de cannabidiol en Belgique. La seconde partie de mon travail est constituée d’interviews avec des spécialistes pouvant être amenés à prescrire du cannabidiol. Il manque de preuves scientifiques de type étude randomisée en double aveugle pour affirmer de l’efficacité du CBD dans la gestion des douleurs chroniques. Une certaine efficacité dans les douleurs neuropathiques avec des preuves de faible à moyenne qualité est démontrée. En ce qui concerne les experts interrogés, les avis divergent. Un médecin travaillant dans un centre de la douleur en prescrit et un autre non. Les deux psychiatres interrogés n’en ont jamais prescrit mais ont des patients qui en prennent. Deux des douze médecins généralistes interrogés en ont déjà prescrit. Deux généralistes estiment n’avoir aucun patient consommant du CBD. Les données scientifiques manquent mais la demande est présente. Le rôle du médecin traitant devient alors indispensable pour accompagner au mieux le patient dans sa démarche. Mots clés : Cannabidiol, cannabis, douleurs chroniques, preuves scientifiques
Laschet - CoralieUniversité de Liège
QD12 - QD13 - QD23 - QS41 - A01 - QT33 - QR6
État des lieux de la pratique de prescription d'incapacité de travail chez les médecins généralistes de la région Basse-Meuse et proposition de pistes d'aide à la prescription : étude qualitative transversale réalisée par entretiens semi-dirigés.
État des lieux de la pratique de prescription d'incapacité de travail chez les médecins généralistes de la région Basse-Meuse et proposition de pistes d'aide à la prescription : étude qualitative transversale réalisée par entretiens semi-dirigés.
Ce travail a pour but de faire le point sur la pratique de prescription d'incapacité de travail des médecins généralistes de ma région (Basse-Meuse), évaluer leur besoin et/ou intérêt pour un éventuel référentiel et finalement extraire et proposer d'éventuelles autres pistes d'aide à la prescription d'incapacité de travail. Méthode : Recherche dans la littérature suivie d'une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés réalisée auprès de 8 médecins généralistes de la région Basse-Meuse entre février et avril 2020. Un échantillonnage diversifié entre les médecins a été réalisé, ainsi qu'une analyse axiale des thèmes sur base de verbatims. Résultats : Les entretiens effectués ont permis de montrer que la durée d'incapacité de travail prescrite par les médecins généralistes dépendait de nombreux facteurs. Dans la pratique, les médecins se basaient en général sur leur propre expérience, tout en tenant compte des attentes des patients, notamment dans les incapacités plus longues. Le ressenti global des médecins face aux incapacité de travail était plutôt négatif, et montrait que cette partie de la pratique pouvait poser problème pour plusieurs raisons, impactant dès lors sur la relation médecin-patient. L'émergence d'un référentiel concernant certaines durées d'incapacité de travail laissait un avis mitigé auprès des praticiens. Une suppression du rôle de prescripteur d'incapacité de travail du médecin généraliste ou bien des formations ou informations supplémentaires pourraient améliorer la pratique des médecins. Conclusion : La décision de prescription d'incapacité de travail et sa durée sont multifactorielles, et peuvent se révéler complexes. Les difficultés ne sont pas rares, et peuvent mener jusqu'au conflit avec le patient. Les MG n'émettent pas d'objection à la mise en place d'un référentiel de durées d'incapacité de travail tant qu'il n'est pas imposé. Il profiterait néanmoins plus aux médecins plus jeunes. Le référentiel en cours de préparation en Belgique pourrait répondre aux attentes des médecins. Des formations ou exposés centrés sur l'Incapacité de travail présentés en petites groupes pourraient être organisés afin de sensibiliser les médecins à la problématique et pourquoi pas améliorer leur pratique.
Ce travail a pour but de faire le point sur la pratique de prescription d'incapacité de travail des médecins généralistes de ma région (Basse-Meuse), évaluer leur besoin et/ou intérêt pour un éventuel référentiel et finalement extraire et proposer d'éventuelles autres pistes d'aide à la prescription d'incapacité de travail. Méthode : Recherche dans la littérature suivie d'une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés réalisée auprès de 8 médecins généralistes de la région Basse-Meuse entre février et avril 2020. Un échantillonnage diversifié entre les médecins a été réalisé, ainsi qu'une analyse axiale des thèmes sur base de verbatims. Résultats : Les entretiens effectués ont permis de montrer que la durée d'incapacité de travail prescrite par les médecins généralistes dépendait de nombreux facteurs. Dans la pratique, les médecins se basaient en général sur leur propre expérience, tout en tenant compte des attentes des patients, notamment dans les incapacités plus longues. Le ressenti global des médecins face aux incapacité de travail était plutôt négatif, et montrait que cette partie de la pratique pouvait poser problème pour plusieurs raisons, impactant dès lors sur la relation médecin-patient. L'émergence d'un référentiel concernant certaines durées d'incapacité de travail laissait un avis mitigé auprès des praticiens. Une suppression du rôle de prescripteur d'incapacité de travail du médecin généraliste ou bien des formations ou informations supplémentaires pourraient améliorer la pratique des médecins. Conclusion : La décision de prescription d'incapacité de travail et sa durée sont multifactorielles, et peuvent se révéler complexes. Les difficultés ne sont pas rares, et peuvent mener jusqu'au conflit avec le patient. Les MG n'émettent pas d'objection à la mise en place d'un référentiel de durées d'incapacité de travail tant qu'il n'est pas imposé. Il profiterait néanmoins plus aux médecins plus jeunes. Le référentiel en cours de préparation en Belgique pourrait répondre aux attentes des médecins. Des formations ou exposés centrés sur l'Incapacité de travail présentés en petites groupes pourraient être organisés afin de sensibiliser les médecins à la problématique et pourquoi pas améliorer leur pratique.
Dierckx - CiliaUniversité de Liège
50.001 - A28 - QD12 - QD325 - QR31 - QS11 - QT32 - Z05
En se basant sur leur ressenti face à des récits de torture, quelle est la prévalence de traumatismes secondaires chez des médecins généralistes des ASBL CONSTATS et EXIL et quelles mesures de prévention et d’accompagnement peut-on proposer afin de prévenir leur survenue le cas échéant?
En se basant sur leur ressenti face à des récits de torture, quelle est la prévalence de traumatismes secondaires chez des médecins généralistes des ASBL CONSTATS et EXIL et quelles mesures de prévention et d’accompagnement peut-on proposer afin de prévenir leur survenue le cas échéant?
Résumé Introduction L’équipe médicale de l’ASBL CONSTATS est constituée d’une vingtaine de médecins généralistes qui rédigent environ 80 rapports médicaux circonstanciés par an, pour des demandeurs d’asile victimes de torture. Ils sont régulièrement exposés à des récits de violences inouïes et hors normes. Le but de ce travail est de se baser sur le ressenti de ces médecins face à ces récits afin d’identifier chez eux d’éventuels traumatismes secondaires et de leur proposer des mesures préventives et d’accompagnements adéquates. Méthode L’étude qualitative est basée sur des entretiens individuels semi-dirigés de médecins généralistes actifs au sein des ASBL EXIL et CONSTATS, réalisés via un guide d’entretien. Les participants ayant été préalablement sélectionnés, avec l’aide de ma promotrice, selon leurs parcours et leurs disponibilités. Résultats 8 entretiens individuels ont été réalisés chez les médecins généralistes. Conclusion Les résultats de l’étude basée sur le ressenti de l’échantillon de médecins sélectionnés, laissent apparaître des plaintes liées davantage aux procédures pratiques entourant la rédaction des rapports, qu’aux récits de torture et des éventuels traumatismes secondaires qui en découleraient. La résilience de ces médecins pourrait expliquer cette faible prévalence de traumatismes secondaires. Mots clés Ressenti - Médecins généralistes - récits de torture - traumatismes secondaires - prévention - mesures d’accompagnement
Résumé Introduction L’équipe médicale de l’ASBL CONSTATS est constituée d’une vingtaine de médecins généralistes qui rédigent environ 80 rapports médicaux circonstanciés par an, pour des demandeurs d’asile victimes de torture. Ils sont régulièrement exposés à des récits de violences inouïes et hors normes. Le but de ce travail est de se baser sur le ressenti de ces médecins face à ces récits afin d’identifier chez eux d’éventuels traumatismes secondaires et de leur proposer des mesures préventives et d’accompagnements adéquates. Méthode L’étude qualitative est basée sur des entretiens individuels semi-dirigés de médecins généralistes actifs au sein des ASBL EXIL et CONSTATS, réalisés via un guide d’entretien. Les participants ayant été préalablement sélectionnés, avec l’aide de ma promotrice, selon leurs parcours et leurs disponibilités. Résultats 8 entretiens individuels ont été réalisés chez les médecins généralistes. Conclusion Les résultats de l’étude basée sur le ressenti de l’échantillon de médecins sélectionnés, laissent apparaître des plaintes liées davantage aux procédures pratiques entourant la rédaction des rapports, qu’aux récits de torture et des éventuels traumatismes secondaires qui en découleraient. La résilience de ces médecins pourrait expliquer cette faible prévalence de traumatismes secondaires. Mots clés Ressenti - Médecins généralistes - récits de torture - traumatismes secondaires - prévention - mesures d’accompagnement
Daff - RacineUniversité catholique de Louvain
P82 - QC14 - QC54 - QD41 - QR31
Suivi cardio-métabolique des patients sous neuroleptiques atypiques en médecine générale
Suivi cardio-métabolique des patients sous neuroleptiques atypiques en médecine générale
Introduction : Beaucoup de médecins généralistes se sentent mal informés sur le risque cardio-métabolique des patients sous neuroleptiques atypiques. Ils éprouvent des difficultés sur le suivi de ces patients malgré une prévalence importante et en augmentation de ceux-ci. Méthodologie : Un questionnaire a été envoyé par mail à une série de médecins généralistes de la Fédération Wallonie Bruxelles. Celui-ci les questionne sur différents thèmes relatifs aux neuroleptiques atypiques, au suivi des patients prenant cette thérapie et à la communication avec les psychiatres. Cette étude transversale permettra de juger leur ressenti sur la prise en charge de ce type de patient, ainsi que de comparer leur réponse selon leur expérience, leurs milieux de pratique et leurs connaissances des neuroleptiques. Ce travail propose en première partie, une brève revue de la littérature sur les neuroleptiques, le syndrome métabolique et le lien entre les 2. Résultats de l’enquête : 90 médecins généralistes ou en formation ont répondu à l’enquête. Plusieurs constats ressortent de celle-ci : Beaucoup de médecins généralistes méconnaissent les neuroleptiques atypiques, le risque de développer des complications cardiovasculaires et les recommandations portant sur le suivi de ces patients. Ni le nombre d’années de pratique, ni le milieu de pratique ne semblent influencer les difficultés rencontrées. Cependant, les médecins ayant une meilleure connaissance des neuroleptiques feraient significativement plus de recommandations que les autres. Discussions et conclusions : Il existe plusieurs obstacles au suivi des patients sous neuroleptiques atypiques. Le manque de formation psychiatrique, d’informations relatives à cette problématique et de communication entre médecins généralistes et psychiatres expliquent sans doute ces difficultés. A l’aide des résultats de l’enquête, la discussion propose un regard critique sur ces différents éléments.
Introduction : Beaucoup de médecins généralistes se sentent mal informés sur le risque cardio-métabolique des patients sous neuroleptiques atypiques. Ils éprouvent des difficultés sur le suivi de ces patients malgré une prévalence importante et en augmentation de ceux-ci. Méthodologie : Un questionnaire a été envoyé par mail à une série de médecins généralistes de la Fédération Wallonie Bruxelles. Celui-ci les questionne sur différents thèmes relatifs aux neuroleptiques atypiques, au suivi des patients prenant cette thérapie et à la communication avec les psychiatres. Cette étude transversale permettra de juger leur ressenti sur la prise en charge de ce type de patient, ainsi que de comparer leur réponse selon leur expérience, leurs milieux de pratique et leurs connaissances des neuroleptiques. Ce travail propose en première partie, une brève revue de la littérature sur les neuroleptiques, le syndrome métabolique et le lien entre les 2. Résultats de l’enquête : 90 médecins généralistes ou en formation ont répondu à l’enquête. Plusieurs constats ressortent de celle-ci : Beaucoup de médecins généralistes méconnaissent les neuroleptiques atypiques, le risque de développer des complications cardiovasculaires et les recommandations portant sur le suivi de ces patients. Ni le nombre d’années de pratique, ni le milieu de pratique ne semblent influencer les difficultés rencontrées. Cependant, les médecins ayant une meilleure connaissance des neuroleptiques feraient significativement plus de recommandations que les autres. Discussions et conclusions : Il existe plusieurs obstacles au suivi des patients sous neuroleptiques atypiques. Le manque de formation psychiatrique, d’informations relatives à cette problématique et de communication entre médecins généralistes et psychiatres expliquent sans doute ces difficultés. A l’aide des résultats de l’enquête, la discussion propose un regard critique sur ces différents éléments.
Loss - LouisUniversité catholique de Louvain
A87 - K22 - QR323 - QS31 - QR52 - T90 - QS41 - T07
Et si on révisait le traitement de nos patients âgés polymédiqués ?
Et si on révisait le traitement de nos patients âgés polymédiqués ?
Introduction : La polypharmacie touche nos personnes âgées. La révision médicamenteuse est l’une des clés pour faire face à ce phénomène et tous les effets néfastes connus qui en découlent. En Belgique, il est recommandé de faire cette révision 2x/an. Pour aider le médecin généraliste dans sa démarche d’identification de la prescription potentiellement inappropriée (PPI), nous avons à disposition l’outil STOPP/START.v2. Mais le processus de déprescription est plus complexe. Une consultation dédiée exclusivement à la révision médicamenteuse semble être nécessaire. Comment la mettre en place en médecine générale ? Méthode : Il s’agit d’une étude exploratoire visant à identifier les intérêts et les difficultés de l’application concrète d’une consultation de révision médicamenteuse en médecine générale chez les personnes âgées ≥65 ans. L’objectif est de relater ce que le médecin-chercheur a observé lors de la préparation et de la consultation tant au niveau de la démarche que le médecin entreprend qu’au niveau de la réaction des patients participants. Résultats : Les intérêts de la consultation de révision médicamenteuse sont : la mise-à-jour du dossier médical informatisé, la réconciliation de la médication, la favorisation de la collaboration avec le spécialiste, l’amélioration des connaissances du médecin, la volonté du patient de comprendre et d’ajuster le traitement, la réduction des PPI ayant des effets néfastes à plusieurs niveaux et la favorisation du dialogue médecin-patient autour de la médication. Les difficultés sont : le caractère chronophage de la révision médicamenteuse, les conditions supplémentaires pour pouvoir appliquer l’outil STOPP/START.v2 (informations cliniques incomplètes, nécessité de consulter d’autres recommandations et le jugement clinique), les prescripteurs multiples, la peur du retour des symptômes chez le patient et la peur de l’effet inconnu de la déprescription chez le médecin. Conclusion et perspectives : La révision du traitement et la déprescription qui peut en découler sont des processus complets et complexes. L’outil STOPP/START.v2 est une aide précieuse mais ne peut se substituer aux autres étapes de préparation, de dialogue avec le patient et de jugement clinique qu’offre la consultation spécifique. Les patients sont demandeurs et enthousiastes. Cependant il faut tenir compte des difficultés afin de pouvoir les contourner : une solide préparation est nécessaire en amont de la consultation. Enfin, le manque de guides de bonnes pratiques et de preuves quant aux effets de la déprescription freinent actuellement le médecin. Mais quelques pistes prometteuses commencent à s’ouvrir. Il faudra alors sensibiliser les médecins généralistes et spécialistes à agir pro-activement.
Introduction : La polypharmacie touche nos personnes âgées. La révision médicamenteuse est l’une des clés pour faire face à ce phénomène et tous les effets néfastes connus qui en découlent. En Belgique, il est recommandé de faire cette révision 2x/an. Pour aider le médecin généraliste dans sa démarche d’identification de la prescription potentiellement inappropriée (PPI), nous avons à disposition l’outil STOPP/START.v2. Mais le processus de déprescription est plus complexe. Une consultation dédiée exclusivement à la révision médicamenteuse semble être nécessaire. Comment la mettre en place en médecine générale ? Méthode : Il s’agit d’une étude exploratoire visant à identifier les intérêts et les difficultés de l’application concrète d’une consultation de révision médicamenteuse en médecine générale chez les personnes âgées ≥65 ans. L’objectif est de relater ce que le médecin-chercheur a observé lors de la préparation et de la consultation tant au niveau de la démarche que le médecin entreprend qu’au niveau de la réaction des patients participants. Résultats : Les intérêts de la consultation de révision médicamenteuse sont : la mise-à-jour du dossier médical informatisé, la réconciliation de la médication, la favorisation de la collaboration avec le spécialiste, l’amélioration des connaissances du médecin, la volonté du patient de comprendre et d’ajuster le traitement, la réduction des PPI ayant des effets néfastes à plusieurs niveaux et la favorisation du dialogue médecin-patient autour de la médication. Les difficultés sont : le caractère chronophage de la révision médicamenteuse, les conditions supplémentaires pour pouvoir appliquer l’outil STOPP/START.v2 (informations cliniques incomplètes, nécessité de consulter d’autres recommandations et le jugement clinique), les prescripteurs multiples, la peur du retour des symptômes chez le patient et la peur de l’effet inconnu de la déprescription chez le médecin. Conclusion et perspectives : La révision du traitement et la déprescription qui peut en découler sont des processus complets et complexes. L’outil STOPP/START.v2 est une aide précieuse mais ne peut se substituer aux autres étapes de préparation, de dialogue avec le patient et de jugement clinique qu’offre la consultation spécifique. Les patients sont demandeurs et enthousiastes. Cependant il faut tenir compte des difficultés afin de pouvoir les contourner : une solide préparation est nécessaire en amont de la consultation. Enfin, le manque de guides de bonnes pratiques et de preuves quant aux effets de la déprescription freinent actuellement le médecin. Mais quelques pistes prometteuses commencent à s’ouvrir. Il faudra alors sensibiliser les médecins généralistes et spécialistes à agir pro-activement.